AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Welcome to the Freak Show ! {Sovahnn} + Kazuo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 17071
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Welcome to the Freak Show ! {Sovahnn} + Kazuo   Sam 6 Aoû 2011 - 1:58

Sovahnn D. Lockwood & Enzo Ryans





Je prône l'amour j'aurais pu prôner la guerre.
Coupé de tout et de vous je me coupe du monde,
Quand tout d'un coup je me découvre pendu à son cou.
Un homme dort dans mon lit c'est mon ange
Il rêve tandis que dehors la terre crève.
Je le regarde et je plonge , je me sens coupable.
Suis-je capable de l'aimer malgré l'état du monde,
La terre peut attendre je ne suis pas prêt à me rendre non,
J'ai de l'amour à revendre...


©️ Diam’s ▬ La Terre Attendra ©️

Je le regarde dormir depuis de longues minutes, mon sommeil étant trop perturbé, voir inexistant, pour que je puisse en profiter tout comme lui. Ça ne me dérange pas, je n’ai la moindre impression de perdre mon temps, bien au contraire. Je sais que lui aussi le fait parfois avec moi, qu’il me regarde dormir et même pense que je ne le perçois pas. Je crois que l’un comme l’autre on a toujours cette peur au ventre que tout ça ne soit pas réel, ou que ça prenne fin trop vite, trop tôt, trop brutalement. J’aspire à ce que ça ne se termine jamais, mais le monde est bien trop chaotique pour avoir ce genre de certitude, alors on vit au jour le jour, en essayant de se dire que demain le soleil se lèvera encore et qu’on profitera d’une nouvelle journée où on pourra passer du temps ensemble. Et si ça n’est pas demain, ça sera le jour suivant. Etre prudent, vigilant et surtout pas trop exigeant. Ne pas attirer l’attention. C’est pas facile tous les jours mais il le faut.
Il a l’air calme, serein, et j’espère que ses rêves sont plus doux que les miens. Je fais des cauchemars toutes les nuits ou presque en ce moment mais lorsque je me réveille je ne me souviens plus de rien. Quand je suis avec lui ça va, mais si je suis seul dans mon lit et qu’il n’est pas près de moi, je panique et impossible de me rendormir. Du temps a passé depuis notre petite entrevue dans les cachots avec ce Supérieur que j’aurai aimé briser, mais la blessure me fait toujours aussi mal. Dans deux semaines à peine, la Lune sera pleine et je sens déjà son ascendant sur moi et sur mon corps tout entier. Peut être que ces mauvais rêves sont du à tout ça, je n’en sais trop rien, mais tout ce que j’espère c’est que la transformation guérira les plaies qui ne sont toujours pas refermées. Parfois, elles vont me laisser tranquille toute une journée, et à d’autre moment, ça fait tellement mal que je ne peux rien faire d’autre qu’attendre que ça passe.
Ce matin, visiblement, ça va. J’ai pris un peu de potion que m’a laissé Ismaelle avant de me coucher et les effets tiennent encore. Je ne dois en prendre qu’une seule fois par laps de temps de 24h alors d’ici ce soir …
Le soleil va bientôt se lever et je vais devoir le quitter, encore. D’habitude c’est lui qui me réveille et me jette du lit pour que j’aille en cours mais cette fois les rôles sont inversés. Seulement je n’ai pas l’intention de le réveiller alors qu’il peut se reposer encore un peu. Je me lève doucement, m’habille en silence et décide que je prendrais ma douche dans le dortoir. Il est encore tôt mais je sais que déjà les couloirs doivent commencer à se remplir. Le septième étage est toujours blindé le matin alors se fondre dans la masse ça n’est jamais trop compliqué. Après lui avoir laissé un petit mot sur l’oreiller pour lui dire ne pas s’inquiéter de mon absence, je sors sans bruit et reprend le cours d’une journée classique pour un étudiant de 6ème année à Poudlard.

~*~

« Enzo ! »
« Quoi ?! »

Il y a eu ce bruit agressif qui a claqué près de mon oreille, puis ce jet de lumière qui m’a fait tout aussi peur ou plutôt m’a surpris, et en regardant finalement le trou au dessus du tableau … j’ai compris. Je me suis ENCORE endormi en cours d’Histoire de la Magie. Monsieur Andrews a essayé de me réveiller et sous l’impulsion de la surprise, j’ai lancé un sortilège sans m’en apercevoir, pur réflexe de défense. Visiblement ça lui a frôlé la tête et il a l’air furax.

« Pardon … J'suis désolé. J'voulais pas ... »
« Depuis combien de temps t'as pas dormi au juste ? »
« Je … J'en sais rien. »
« Bon écoute, désormais, tu ne garderas pas ta baguette en main pendant mes cours, d'accord ? Et s'il te plaît, essaie de te reposer. C'est plus des cernes que t'as sous les yeux ce sont des cratères. »
« Encore désolé M'sieur. C'était pas une tentative de meurtre déguisé, j’le jure. »
« Enzo ... »
« Désolé. J’me tais. J’écoute. »

C’est ce que j’ai fait, au moins une partie du reste du cours, mais c’était laborieux. C’est un truc que je ne comprendrais jamais. Pourquoi j’arrive pas à dormir la nuit alors qu’ici je m’empaffe avec une facilité déconcertante. Faudrait que je demande à Mr Andrews de venir me raconter une histoire le soir avant de dormir. J’suis sur qu’il serait content tiens. Y en a un autre qui serait ravis de voir débarquer un prof dans notre suite nuptiale Rolling Eyes

Un véritable zombie qui erre dans les couloirs, voilà ce que je suis. A midi, j’ai failli m’endormir dans mon assiette. En cours de SACM, c’était limite mais le regard réprobateur d’Ismaelle m’a forcé à rester éveillé et puis passer du temps avec des bestioles telles que les Niffleurs ça oblige à rester concentré. Au moins cette fois ils n’ont pas essayé de me voler ma chaine puisque je ne la porte plus depuis deux semaines. Fin d’après midi maintenant, les effluves qui émanent des cuisines commencent à me donner faim et malheureusement la douleur fait sa grande entrée. Comme d’hab, ça me rend irascible alors j’évite le reste de la planète en rasant les murs et en passant par des endroits où personne ne va.

En théorie …

Marchant les mains dans les poches tout en regardant mes pieds je ne l’ai pas vu arriver et je lui suis rentré dedans de plein fouet. J’ai grogné, près à lâcher une insulte en me retournant quand son expression faciale coincée dans un rictus amusé m’a fait redescendre rapidement sur terre.

« Qu’est ce qu’il a le p’tit Ryans ? T’as l’air de mauvais poil. »
« Tu peux pas me foutre la paix un peu ? Qu’est ce que t’as ? T’es amoureux ou quoi ? J’suis désolé t’es pas mon genre. »
« C’est quoi ton genre Enzo ? Les mecs ? Les filles ? J’avoue que j’suis un peu perdu en fait. »
« Te fais pas d’illusion, garçon ou fille, de toute façon t’as aucune chance. »
« Tu m’brises le cœur. »
« Si tu m’lâches pas la grappe y a pas que ton cœur que j’vais briser. »
« T’énerves pas, je m’interroge c’est tout. Ah, ça y est je sais ! Les p’tit Moldus égarés, non ? Ouais c’est ça ton genre. Johnson. Paumé … et mort, surtout. Franchement, qu’est c’que tu lui trouvais ? »
« Ferme ta gueule. Parle pas d’lui. »
« Sur un autre ton le chiot. »
« Sinon quoi ? »
« Sinon j’vais l’dire à ta mère. Ah merde, j’suis con, elle est morte. Elle aussi. »

Le choc est tellement violent que je me suis senti vacillé. Comment il a fait pour me déstabiliser aussi rapidement qu’il vient de le faire ? D’habitude je ne me laisse pas atteindre comme ça mais cette fois, il a magistralement réussi son coup. Les colles avec Rivers m’aident à apprendre à garder le contrôle, entre autre, et ça fonctionne de mieux en mieux mais cette fois je ne suis pas certain que le résultat sera le même. Il appuie à tous les endroits où ça fait mal même si bien sur il se plante sur Kyle, ou néanmoins, il pense que j’en suis resté à cette information là. Tant mieux. Même si c’est jamais agréable à entendre. Pas plus que de l’entendre parler de ma mère …

« J’irai bien l’dire à ton père mais … enfin tu connais la suite. Ton grand père ? Arf, non plus. T’en arrive pas à te poser des questions avec tous ces gens qui meurent autour de toi ? Reste bien ta grand mère, ou ton frère. Ou … »

Ok cette fois c’est trop. Mépriser les morts, menacer les vivants. Me rappeler que j’ai perdu les deux êtres qui constituait ma forteresse et que j’aimai le plus au monde. Il aurait sans doute pas du, et je n’aurai sans doute pas du non plus réagir comme je l’ai fait mais sur le moment, toutes les paroles pleine de sagesse de Kyle m’expliquant que je ne suis pas un monstre et que je vaux mieux que ça me sont passées au dessus de la tête. Idem pour les enseignements de Rivers d’ailleurs. Le coup est parti tout seul. Je n’ai pas eu le réflexe de sortir ma baguette mais plutôt celui de lui coller une bonne droite en pleine face. J’y ai mis tellement de force que d’une, je me suis fait mal, et de deux, probablement aussi parce qu’il ne s’attendait pas à ça ou peut être pas aussi rapidement, il a chancelé jusqu’au mur jusqu’à y prendre appuie. J’aurai pu me contenter de ça, oui c’est vrai, mais le démolir était une option bien trop alléchante en vérité. Aller, une autre, pour la route, non ?



Dernière édition par Enzo Ryans le Dim 7 Aoû 2011 - 11:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2366
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Welcome to the Freak Show ! {Sovahnn} + Kazuo   Dim 7 Aoû 2011 - 1:28

Welcome to the Freak Show
-






This gonna be a long long way
To happy..





J’ai toujours pas de nouvelles, je tire la gueule, oui, et je vous emmerde ! On a tous besoin de souffler parfois, et, surtout, de se sentir entourés. Mais, aujourd’hui, c’est pas le cas. Aujourd’hui, ya que des couples à la con blottis les uns dans les bras des autres. Ouais, partouze générale, exactement ! Coucouuu qu’est-ce que tu fais mon cœur ? La même chose qu’i’a une demi heure ! … Roh j’en ai marre, oui, oh, ça va, ta chérie te manque, et toi, tu seras toujours là pour lui. Toi t’aime ta cousine, c’est chouette wouhou ! Oh putain mais fermez là vous tous là, tous en cœur à vous faire des mamours, à être présents les uns pour les autres. Marre ! Oui, j’en ai raz le cul, oui j’suis chiante, oui c’est pas normal que j’sois de mauvais poil et oui, pour ceux que ça intéresse, j’ai mes règles. Et puis merde, fuck et tout le tintouin ! Nan mais c’est vrai, qu’est-ce qu’ils ont tous aujourd’hui ?! Et voilà que je m’inquiète pour machin, oh et puis moi bidule est triste oh lala ! Oui, j’suis jalouse et je vous emmerde. Oui, je m’inquiète, oui j’enrage mais personne n’en a cure. Alors fuck ! Et puis lui il me fait chier à avoir peur de moi..

J’ai attrapé le mal de toi… Ou peut-être une angine !

Aller, haut les cœurs ! Oui, je suis seule, oui, et vous me faites chier, mais bon, c’est comme ça et j’fais abstraction depuis plusieurs jours alors ça peut continuer. Oh putain, j’me prend trop le choux ! Allé ta gueule ma fille, ne pense pas, n’imagine pas le pire. Jamais, ferme les yeux, respire à fond, ça passera. Ça passe toujours, comme une mauvaise toux. P’tain, ‘jcomparre ma famille avec un truc qu’on soigne avec du miel merde !

...
« Ferme ta gueule. Parle pas d’lui. »
« Sur un autre ton le chiot. »
« Sinon quoi ? »
« Sinon j’vais l’dire à ta mère. Ah merde, j’suis con, elle est morte. Elle aussi. »

oO

Oulah wow hey ! Oh putain… mais il est malade lui ! Mais ferme là !


Il n’y avait pas qu’elle apparemment à être rongé par deux trois petits… détails. A peine la jeune femme avait entendu ce genre de choses et, surtout, la voix d’Enzo qu’elle s’était rapprochée de la scène et, avait voulu intervenir, mais une main s’était refermée sur son épaule, l’empêchant d’aller plus loin. Takuma. Il lui avait dit quelque chose comme que c’était pas son problème et qu’il était assez grand pour gérer ce genre de choses. C’était vrai, oui, elle le savait, et qu’elle devrait sûrement faire comme lui : rester en dehors des histoires, ne se faire remarquer que pour des choses positive, mais la belle était impulsive et, surtout, c’était le genre de paroles qui la touchaient aussi.

« J’irai bien l’dire à ton père mais … enfin tu connais la suite. Ton grand père ? Arf, non plus. T’en arrive pas à te poser des questions avec tous ces gens qui meurent autour de toi ? Reste bien ta grand mère, ou ton frère. Ou … »

Et, non, elle ne réfléchissait pas. Cette fois ci, Takuma avait dû vouloir la rattraper, mais un coup était partis dans ses côtes pendant qu’elle rejoignait la scène en courant, voyant déjà le Supérieur chanceler jusqu’au mur derrière lui. Le coup était parti, violent et sans avoir été maîtrisé, elle l’avait compris. Et, surtout, l’autre ne l’avait pas vu venir, et encore moins celui qui avait suivit.

« Arrête ! Enzo ! »

Toujours sans réfléchir une seconde, la jeune femme s’était jetée sur lui, attrapant comme elle le pouvait les poignets de son ami, se disant surtout qu’il arrêterait par peur de la blesser. Oui, parce que ça n’était pas avec sa force de mouche comparée à la sienne qu’elle allait aller loin ! En fait, dans l’agitation, la jeune femme avait dû se prendre quelques coups, mais là, franchement, elle ne sentait rien. Juste qu’il avait arrêté. Jetant un regard furieux à l’enfoiré qui s’était pris deux belles droites – ou plus en fait oO – la jeune femme avait forcé Enzo à faire demi-tour sans dire quoi que ce soit. L’une main, elle tenait son bras, le stress y imprégnant une certaine force alors qu’elle s’éloignait, voulant partir loin de tout ça.

- Tient donc ! Le p’tit Ryans s’est trouvé une copine pour lui faire des massages quand il s’énerve ? –

Zen, respire à fond et Enzo, tu ne te retourne pas, merci !

- Chez toi aussi, ‘ya une certaine tendance aux disparitions non ? –

Quoi ?

Serrant les dents, la jeune femme n’avait pas ralentis, consciente qu’il cherchait juste à les énerver tous les deux. Il avait réussi pour Enzo, maintenant, c’était elle qu’il cherchait à blesser.

- Pu d’grands parents… -

Ne te retourne pas, ne te retourne pas, ne te retourne pas : casse toi !

Cette fois-ci, ça n’était plus à Enzo qu’elle s’adressait par la pensée (pas très utile comme moyen de communication cela dit en passant.).

- Et toi comment il va ton petit copain moldu ? -

Touchée.

Cette fois ci, il avait appuyé sur un sujet sensible et sur lequel elle n’avait pas encore eu le temps prendre ses distances. Ses grands parents étaient décédés, ok, mais ça remontait maintenant, et elle avait eu le temps de faire son deuil même si perdre quatre proches en deux ans, ça n’est pas exactement ce que l’on qualifierait de facile. Bref, cette fois-ci, la jeune femme avait bloqué, s’arrêtant net. Pourtant, elle le savait, ça ne faisait que lui assurer qu’il frappait au bon endroit mais plus ça allait, plus c’était sa retenue à elle qui déconnait. De toute manière, son calme naturel (… haha xD) lui faisait défaut depuis le matin !

- Peut-être que je devrais lui rendre une petite visite à lui aussi non ? –

« La dernière fois, il en a éventré un, il pleurait encore quand je suis arrivé pour finir les restes… »

Kazuo, le super vampire des sous sols que Takuma avait rencontrés il y avait quelques jours. Cette fois, les ongles de la jeune femme s’enfonçaient dans le bras d’Enzo tendis que ceux du vampire, eux, passaient lentement contre sa gorge sur laquelle il déposa un baiser qu’elle devinait plus affamé qu’autre chose.

Ils ne savent peut être pas…

- Oui voilà, je vais aller le voir tout à l’heure. Et peut être vais-je ensuite envoyer une équipe s’occuper de ton cher frère. Un incapable lui aussi… -

Les mains du vampire étaient passées sur ses hanches, et la jeune femme lâcha brutalement le bras de son ami, se retournant pour faire face à l’immortel.

« Casses toi de là. Et toi là bas, putain d'enfoiré de merde : le mieux c’est de se la fermer ! »

Elle cherchait à se contenir, mais les barrières craquaient, elle revoyait Ryu, et puis son frère, surtout son crétin de frère qui avait déconné mais qu’elle aimait profondément. Son frère toujours protecteur qui ne l’aurait jamais lâchée même s’ils passaient leur temps à se hurler dessus à la maison.

« J’me serais bien rabattu sur ton copain, mais son sang est un peu trop canin pour mon organisme.. »

Cette fois-ci, c’était à Enzo qu’il avait fait un grand sourire mauvais. Fronçant les sourcils sans comprendre, la jeune femme avait fixé son ami quelques secondes. Derrière elle et Kazuo, Alec était apparu, son regard avait croisé celui d’Enzo… et il avait fait demi-tour, fuyant les emmerdes. Tout ce qui pouvait se passer, il s’en foutait, et ça ne le concernait pas.

- Peut être que je commencerais par ta moman puisque ton père n’est plus là pour la défendre. Tout ça à cause de toi… -

Le monde s’est prit un grand coup dans la gueule, les gens se sont faufilés, se sont barrés autour de moi, ils n’existent plus, ils fuient pour la plupart je crois. Moi je ne sais pas, je vois rouge, c’est tout.

Elle n’avait pas eu le temps de s’interroger plus sur ce que venait de dire le vampire, de toute manière, elle n’avait pas eu le temps de réfléchir à quoi que ce soit d’autre, d’un coup d’épaule, elle avait viré l’immortel qui, un grand sourire aux lèvres l’avait laissé passer, Enzo, en revanche beaucoup moins. Rapidement, elle avait traversé l’espace qui la séparait du Supérieur, sortant brutalement sa baguette, la haine brulant dans son regard. Lui aussi l’avait sortis la sienne, prêt à envoyer un sort, à faire quelque chose sûrement pour contrer un assaut stupide d’une gamine hors d’elle. Mais si elle avait levé la baguette, s’il l’avait fait s’envoler, cette belle baguette pleine de la joie qui ne brillait plus dans les yeux de la belle blonde, il aurait sans doute dû se douter que, comme Enzo, la magie n’était pas un réflexe pour elle. Non, alors qu’il lançait le sort pour que sa baguette s’envole, la jeune femme lui balançait le coup le plus fort qu’elle le pouvait en plein dans les couilles. Et l’homme bascula dans l’escalier au dos duquel il s’était mis dans sa confiance aveugle.

Petite fille toute gentille a regardé le poids lourd approcher. Petit ange s’est pris la vie en pleine gueule et a bien cru ne jamais y gouter de nouveau.

Déjà, la jeune furie descendait les quelques marches que l’homme s’était pris en tombant, lui grimpant dessus en attrapant la baguette qu’il avait toujours à la main.

- Sa fille est dans le château.. –

Il peinait à parler, sûrement à cause de la douleur, et ça ne faisait que la satisfaire. Cette baguette, d’un coup brutale, c’était dans son oreille qu’elle lui avait planté.

« Vous et vos conneries de merde, vous restez loin de ma famille ou de quiconque que s’y rapproche.. »

Nouveau coup et il avait hurlé. Et l’étage avait semblé trembler alors que de la poussière se mettait à tomber de l’escalier du dessus, et qu’un peu plus loin, le sol semblait truffé de mines qui se mettaient à toutes exploser à l’unisson. Aucun sort n’avait été prononcé par la jeune femme, mais la magie en elle implosait, flamboyait aussi fort que sa rage à l’idée de perdre le peu qu’il lui restait.

« S’il arrivait quelque chose, c’est ta peau que j’aurais en premier.. »

Kazuo avait laissé Enzo passer, explosant d’un rire sonore alors que les murs se mettaient à rougeoyer, prêts à prendre feu.

Son frère riait quelque part au fond de son crane, il lui disait qu’il l’aimait sa petite sœur malgré toutes ses conneries.

‘J’serais toujours là pour te tenir hors de danger ma petite princesse..’ avait dit son père un jour. Et puis il avait prit sa fille pour l’emmener loin de sa mère qui parlait de sorcellerie et d’un homme avec qui elle l’avait trompé. Je serais toujours là avait dit son père juste avant le choc qui avait mit la jeune femme dans le coma.

...
I was just trying to be myself
Have it your way I'll meet you in hell
It's all these secrets that I shouldn't tell I've got to run away
It's hypocritical of you
Do as you say not as you do
I'll never be your perfect girl
I've got to run away...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17071
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Welcome to the Freak Show ! {Sovahnn} + Kazuo   Dim 7 Aoû 2011 - 15:43

N’oublie pas le mal que ça te causera par la suite… Il a d’autres façons de parvenir à tes fins sans nécessairement avoir recours à la violence… Ne lui donne pas ce qu’il veut, mais surtout, ne te fais pas du mal…

Les mots de Kyle, qui résonnent encore dans ma tête. Est ce que cette fois ça va fonctionner ? Est ce que le simple fait de me les remémorer va changer les choses ? Est ce que j'ai envie que la situation se retourne, et moi avec ? Non. Cette fois non. Et il n'est pas là pour m'en empêcher. Personne n'est là pour m'en empêcher. Il ne viendra pas poser sa main sur mon bras dans un geste ferme pour m'empêcher de tuer cet enfoiré qui ne se défend même pas. Je l'ai eu par surprise, et je n'en suis pas nécessairement fier, mais je n'ai pas contrôlé mon geste. Et étrangement, ce n'est pas le Loup qui parle, c'est moi, bel et bien moi. Enzo. Est ce que j'ai envie de le tuer, de le voir souffrir ? Pas vraiment, je veux simplement laisser sortir toute la rage qu'il a fait naître en moi en osant se servir de mes morts pour me pousser à bout. Il a se qu'il veut. Il m'a provoqué et j'ai répondu, après avoir tenté quand même de prendre sur moi. Il a simplement eu les bons arguments, et j'ai craqué. L'entendre parler de Kyle m'a réveillé. L'entendre parler de ma mère m'a achevé. Papa, Grand Père, c'était un bonus. Menacer Derek et Grand Mère, ça n'était pas beaucoup plus malin. Maman … Je sais que si tu étais encore là tu ne tolèrerai pas ma réaction. Tu serais intervenu, et d'un geste lent et de ta voix douce tu m'aurais éloigné de lui. Mais tu n'es pas là. Personne n'est là. Vous êtes tous parti. Vous m'avez laissé là sur terre et depuis je perds le contrôle de ma vie. Si Papa avait été là lui, il aurait été plus ferme. Il m'aurait probablement passé un savon avant de me tirer de force de ma transe destructrice. Quant à Grand Père, d'un sortilège il nous aurait séparé, aurait posé sa main sur mon épaule dans un geste implacable et sans un mot m'aurait poussé loin d'ici tout en gardant la tête haute. Quand on est un Ryans, on se doit de toujours rester digne hein ? Alors quoi, j'aurai du rester là à l'écouter me parler de vous comme si vous n'étiez pas important ? Je suis désolé, je ne sais pas faire ça. Peut être que je suis une déception pour chacun d'entre vous mais j'ai du continuer à me construire tout seul, et parfois, y a des ratés. Ils ont largement contribué à faire de moi un monstre vous savez, et aujourd'hui je ne peux pas faire machine arrière parce que c'est en moi. Toute cette rage, cette colère, cette frustration. C'est là, c'est en moi, tout le temps. C'est comme si je menaçais d'exploser en permanence. Peut être que je suis trop sensible, ou pas assez fort, mais même si j'y travaille, je ne suis pas parfait. J'ai mes fêlures, comme tout le monde, sans doute même plus que beaucoup. Je me suis cassé de l'intérieur depuis que vous êtes parti il y a deux ans et depuis, je n'arrête pas de me fissurer. Certaines personnes arrivent encore à me réparer, mais … Dans des moments comme celui ci je perds espoir. Ça me semble tellement simple de lâcher prise. Et ça me fait du bien. Ça me défoule. Leur faire payer tout le mal qu'ils m'ont fait, qu'ils ont fait à ceux que j'aime. Pourquoi je n'aurai pas le droit ? Vous pensez tous que ça me détruira de l'intérieur mais c'est trop tard, c'est déjà fait. Peu importe ce que vous pensez tous. Personne ne peut me sauver de moi même éternellement. Le mal s'est incrusté dans chaque cellule de mon organisme et il n'en ressortira plus. Je garderai toute ma vie cette facilité déconcertante à péter les plombs et à avoir des pulsions de mort envers ceux qui se mettront en travers de mon passage. En cet instant, je voudrais tous les voir mort. Jusqu'au dernier.

Chaque coup m'éloigne de la réalité et j'ai l'impression de me déconnecter totalement. C'est comme si j'avais des œillères. Plus rien d'autre n'existe et les visages familiers qui me hantent ont cessé de danser devant mes yeux. Sur mes poings, du sang. Le sien. Son visage commence à porter les marques de ma violence alors qu'il n'a pris que deux coups. Peut être plus. Je n'arrive pas vraiment à me rendre compte de quoi que ce soit.

« Arrête ! Enzo ! »

C'est comme si je me réveillais à l'impact de cette voix familière. Sovahnn. J'aurai du l'entendre, ou au moins la sentir arriver mais rien. Elle m'a surprise, s'est jetée sur moi et s'est intercalée entre lui et moi. Si elle s'était pris un coup je n'aurai jamais pu me le pardonner mais je me suis débattu, et ça n'était sans doute pas nécessairement mieux étant donné la différence entre nos deux gabarits. L'espace d'une seconde je lui en ai voulu, et après m'être rendu compte que je lui jetais un regard noir, chargé de toute ma haine qui en réalité était totalement destinée à ce type et à ses semblables, j'ai cessé de luter. Mon corps tremblait de la tête au pied. Tous mes muscles et mes nerfs étaient tendus à leur maximum mais malgré tout ça, j'ai opéré un mouvement de recul sans jamais lâcher le Supérieur des yeux. J'en ai pas fini avec toi, voilà ce que ça voulait dire. Jusqu'à ce que d'un geste ferme, elle me retourne et me traine avec elle. J'ai obtempéré sans un mot, le souffle court non pas du à l'effort mais à cette montée d'adrénaline que je connaissais maintenant par cœur. Je ne ressentais rien, avais à peine conscience de mon corps. Et si ma blessure s'était remise à saigner, je ne le sentais pas. Ça n'était pas le cas, fort heureusement. Seulement je ne doutais pas une seule seconde que la douleur referait sa grande entrée dès l'instant où ce cocktail explosif quitterait mon corps.

« Tient donc ! Le p’tit Ryans s’est trouvé une copine pour lui faire des massages quand il s’énerve ? »
« Laisse moi, j'vais l'finir. »
« Chez toi aussi, ‘ya une certaine tendance aux disparitions non ? »

Si je ne m'étais finalement pas retourné vers lui après son attaque verbale, cette fois je m'attendais à ce que Sovahnn le fasse. Pourtant elle ne s'arrêtait pas, et bien trop éberlué pour réagir, je la suivais machinalement, oubliant radicalement toutes les saloperies qu'il m'avait balancé parce que j'étais presque certain qu'il allait renouveler l'expérience avec les propres souvenirs, la propre histoire de mon amie.
Est ce qu'on pourrait pas juste oublier tout ça, et retrouver notre sourire et nos conneries ? Réflexion égoïste au possible, pour la simple et bonne raison que j'avais peur. Pas pour moi, pas directement en tout cas. Disons pas peur pour ma vie, mais peur d'apprendre des choses que je ne devrais pas savoir, ce qui m'a amené à me poser aux questions suivantes : Depuis combien de temps était elle là et qu'a t-elle entendu de ma conversation avec le Supérieurs ? Non pas que j'ai honte de quoi que ce soit, seulement si je m'étais efforcé jusqu'ici de garder une part de moi secrète pour elle, c'était par simple peur de tout changer entre nous. Si ça tombait des deux côtés, est ce qu'on pourrait toujours faire comme si tout allait bien ?

« Pu d’grands parents… »

Outre passant mes propres peur, c'est de nouveau la colère qui s'emparait de tous mes sens. Qu'on s'en prenne à mes proches, le peu qu'ils le soient encore, ma pire hantise. La boule qui avait pris naissance dans ma gorge quelques secondes plus tôt s'était en allé tout aussi vite qu'elle n'était arrivée. Seulement cette fois ça n'est plus personnel, ça n'est plus mon combat et la décision ne m'appartient pas.

« Et toi comment il va ton petit copain moldu ? »

Elle s'est arrêté net. De mon côté c'est mon cœur qui a stoppé toute activité. C'est en tout cas l'impression que j'ai eu en entendant ces mots, pensant durant un quart de seconde qu'ils m'étaient adressés, ce qui n'était absolument pas cohérent du tout. J'ai bien vite compris à la réaction de Sovahnn qu'ils étaient bien pour elle. Trop de point commun, tue le point commun.

« Peut-être que je devrais lui rendre une petite visite à lui aussi non ? »
« La dernière fois, il en a éventré un, il pleurait encore quand je suis arrivé pour finir les restes… »

J'aurais du le sentir !

Au lieu de ça j'ai sursauté, et grimacé quand les ongles de la jolie blonde se sont enfoncés dans mon bras. L'espace d'une seconde j'ai fermé les yeux, tachant de faire abstraction de son odeur particulière, et autant l'avoué, plutôt déçu que ça ne soit pas Jun Ki puisque celui semblait moins, beaucoup moins amical. Lorsque j'ai tourné la tête vers lui, mon rythme cardiaque a accéléré d'un coup en voyant l'expression de son visage et ses doigts courir sur la gorge de Sovahnn. Puis ce baiser … Je ne savais pas quoi faire. Réagir ? Pour faire quoi ? A voir ce type, il semblait bien plus âgés que moi et ce dans tous les sens du terme. Une nuit de Pleine Lune j'aurais peut être eu l'ombre d'une chance mais pas comme ça, pas maintenant. Par je ne sais quel miracle j'ai réussi à tenir en laisse mon impulsivité qui me hurlait de me jeter sur lui pour qu'il la lâche mais au lieu de ça, je suis resté immobile, mon regard bloqué sur lui, les poings serrés.

« Oui voilà, je vais aller le voir tout à l’heure. Et peut être vais-je ensuite envoyer une équipe s’occuper de ton cher frère. Un incapable lui aussi… »

Un grondement sourd que lui seul, l'immortel, pouvait entendre s'est échappé de ma gorge alors qu'il posait ses sales pattes de sangsue sur les hanches de mon amie et comparse de galères à répétition. Ne la touche pas ! Un avertissement qui le ferait probablement rire mais il était nécessaire pour moi. J'étais persuadé qu'il devait se régaler à entendre mon cœur faire n'importe quoi, battre dans tous les sens, rapide, irrégulier. Ça me rendait dingue.

« Casses toi de là. Et toi là bas, putain d'enfoiré de merde : le mieux c’est de se la fermer ! »

Ok. Concentration. Exposition des faits … Elle perd le contrôle, donne des ordres à un vampire, insulte un Supérieur. Y a pas à dire, tout va bien. Rivers avait raison, si elle craque, ça peut très mal se terminer. Mais … Elle a un frère. J'en apprends plus sur elle en trois minutes qu'en plusieurs mois. De toute façon c'est pas le moment de penser à ça seulement j'ai du mal à me concentrer. Faire face à sa colère, enfermer la mienne. Faire abstraction des mots qui m'ont blessé, de ceux qui l'ont atteint elle. Gérer une situation qui me semble incontrôlable.

« J’me serais bien rabattu sur ton copain, mais son sang est un peu trop canin pour mon organisme.. »

Pardon ? Là je nage en plein délire. Mon sang, trop canin pour ta pauvre constitution de mort ? Mon pauvre chéri, tu veux pas que j'te plaigne non plus ? Hein ?! Efface moi ton sourire ou j'te l'arrache, et s'il te plaît Sovahnn, ne me regarde pas comme ça.

Est ce que je me sens mal en ce moment précis ? Oui, très mal, et surtout hors de moi à cause de cet enfoiré qui sort de nulle part et qui empeste cette odeur si caractéristique de son espèce. Le prends pas mal Jun Ki mais là j'peux difficilement faire autrement. Je ne supporte pas qu'on m'expose comme ça, et encore moins quand on le fait avec le sourire, devant une personne qui n'est pas au courant de cette petite partie de moi que je cache à tout le monde ou presque.

« Enfoiré ... »

Rien qu'un murmure rauque, presque un râle, qui a eu du mal a passer entre mes mâchoires serrées au maximum. Pas un regard pour mon amie, je ne le lâchais pas des yeux, jusqu'à ce qu'Alec apparaisse dans mon champs de vision. Échange de regard pendant une seconde puis il a disparu. C'est ça, casse toi. Viens surtout pas nous aider. Un nouveau grondement a pris forme dans ma gorge, plus audible celui là, que je n'ai malheureusement pas su retenir. Heureusement ou non, il a été couvert par la voix de l'autre con qui continuait son petit discours.

« Peut être que je commencerais par ta moman puisque ton père n’est plus là pour la défendre. Tout ça à cause de toi… »
« Sova, non ! Lâche moi toi. Ne me touche pas. »

Trop tard, évidement. J'étais bloqué avec lui et elle fonçait déjà sur l'enfoiré d'en face. J'ai observé la scène qui semblait se dérouler au ralentis, impuissant et mes yeux se sont exorbités lorsqu'elle lui a envoyé un coup de genoux dans les parties. Réflexe masculin, j'ai serré les cuisses en grimaçant. J'aurais presque pu en rire. Presque. Si la situation n'avait pas été aussi catastrophique. Il a basculé en arrière, dans les marches. Un énorme sentiment de déjà vu s'emparait de moi à ce moment là. Pas le même endroit ni les mêmes personnes. Des rôles inversés mais ...

« Vous et vos conneries de merde, vous restez loin de ma famille ou de quiconque que s’y rapproche.. »

Je ne voyais plus rien, elle était descendu à sa suite. Juste son hurlement à lui. Je me débattais mais le Vampire me bloquait toute issus, toujours avec horrible sourire sadique accroché au visage. Au moins, j'étais certain qu'il ne me mordrait pas, même s'il pouvait me briser d'un simple geste. Lycan ou pas.
Nouveau hurlement, et le sol a commencé à trembler. Ça ne m'était jamais arrivé, puisque mes parents avaient toujours été là pour me canaliser, pour m'apprendre à gérer toute cette magie mais elle … Elle était seule, livrée à elle même et dans un état de rage proche de la rupture. J'avais peur. Vraiment. Et tandis que la poussière tombait du plafond et des marches au dessus, des explosions sonores m'obligèrent à me boucher les oreilles. Mes sens lupins n'appréciaient pas du tout. J'imaginais qu'il en était de même pour le Vampire mais mon attention n'était absolument plus dirigée vers lui.

« S’il arrivait quelque chose, c’est ta peau que j’aurais en premier.. »

Les murs chauffaient, rougeoyaient, et ici on commençait tous à étouffer. J'ai jeté un regard à mon geôlier, qui a laissé échapper un rire mauvais après s'être écarté de mon chemin. Je ne me suis pas attardé sur lui, franchissant en courant les quelques mètres et quelques marches qui me séparaient de Sovahnn et de sa victime. L'homme était allongé dans une position probablement peu confortable. Il saignait beaucoup de la tête et l'odeur de son sang me chatouillait les narines. Comme si c'était le moment, surtout avec un Vampire dans le coin. Avec un peu de chance, peut être qu'il viendrait le finir lui aussi.

« Sovahnn, arrête ! »

J'ai attrapé ses épaules et l'ai relevé tout en posant mon pied sur le torse de l'homme à terre. La dévisageant dans un premier temps en silence, je voulais m'assurer qu'elle n'avait rien physiquement, et puis de la voix la plus douce et la plus calme dont je pouvais faire preuve en cet instant, je me suis adressé à elle en espérant qu'elle n'est aucun mouvement de recul face à moi. Ma dernière intention étant de lui faire peur, seulement après la petite allusion de la Sangsue, je n'étais plus sur de rien.

« Regarde moi. Regarde moi ! Chut, calme toi. Respire. Tu vas faire péter tout le château si tu continues. Certes, on sera débarrassé de ces connards, mais on va y passer aussi. Ta magie primaire s'écoule par tes émotions, si tu te calmes pas, si tu le lâches pas, on court à la catastrophe. »

Son visage entre mes mains, je lui caressais les cheveux d'un geste lent, néanmoins tremblant parce que ma propre rage ne m'avait pas quitté.

« Il en vaut pas la peine. Je sais que j'ai pas l'air crédible là tout de suite mais, crois moi, il vaut pas la peine que tu te flingues l'esprit. Si tu le tues, tu ne seras plus jamais la même et j'veux pas. Et toi non plus tu veux pas. Tu veux pas être comme moi, je t'assure. Préserve toi, s'il te plaît. Faut qu'il y en ai au moins un de nous deux qui tourne rond, hein ? »

Pour moi c'est déjà trop tard.

Je lui offrais un sourire plein de tendresse alors qu'autour de nous le monde s'écroulait. J'avais déjà fait ça une fois, pour éviter à Kyle de foncer dans le château juste après lui avoir avoué mon premier crime et la manière dont s'était déroulé les choses. Mon enfermement dans une cage et cette pauvre innocente qu'ils avaient trouvé amusant de jeter avec moi un soir de Pleine Lune, sans Tue Loup. Une punition parce que j'avais trahis mon sang. Kyle lui même l'avait déjà fait avec moi quelques semaines plus tôt. Peut être qu'à force, j'arriverais à gérer les situations de crises, et sans l'aide de personne. Pour elle. Pour ne pas qu'elle perde ce petit brin de soleil qu'elle a en elle.

« Suis moi de ton plein gré ou je t'éloigne de force. Je plaisante pas, et tu le sais. »

Pour les questions on verra plus tard si tu veux bien, les ascenseur émotionnel j'en peux plus là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2366
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Welcome to the Freak Show ! {Sovahnn} + Kazuo   Dim 7 Aoû 2011 - 17:52

Welcome to the Freak Show
-






This gonna be a long long way
To happy..





C’était l’histoire d’une petite fille dont la famille était bourrée de secrets, mais pas plus qu’une autre. C’était l’histoire d’une enfant chérie qui claquait la porte et faisait sauter les fusibles quand la musique de son frère la gavait. C’était l’histoire d’une petite fille, fruit d’une union indiscrète entre une moldue et un sorcier qu’elle n’aurait sans doute jamais dû rencontrer. Sa mère ne savait pas que la magie pouvait tout aussi bien apparaitre comme chez l’un de ses enfants et elle avait avoué son péché à son mari. C’était l’histoire d’une petite fille qui, en l’espace d’une asphyxie s’était retrouvée dans un monde qu’elle ne connaissait pas et qui s’était mise à sourire pour masquer sa peur.

Le souci était bien encré, il n’avait aucun rapport avec ce qu’elle pouvait bien faire en réalité ici. Si la belle s’éclatait, c’était pour de vrai, et si elle ne baissait pas les yeux, c’était qu’elle ne voulait pas n’être que la pauvre gosse qui n’avait jamais rien fait pour survivre par elle-même, qui s’était laissée ballotée de voiture en voiture jusqu’au moment où elle s’était retrouvée allongée dans un lit sans une seule possibilité de faire comprendre qu’elle était là, vivante et qu’elle ne voulait pas partir, comme ça, si bêtement. Non, ce qui n’allait pas, c’était l’inconnu, atterrir dans un nouveau monde, elle avait apprit à le gérer, mais ne pas savoir comment allaient ses profs, ça, c’était tout simplement insoutenable. Et la jeune femme manquait tout simplement de ces gens là qui auraient dû être là pour la prendre dans leurs bras à son réveil. Plongé dans un monde parfaitement inconnu qu’elle découvrait comme elle le pouvait, la jeune femme ne pouvait s’empêcher de se dire qu’elle aurait dû se réveiller dans une chambre d’hôpital tout ce qu’il y avait de plus normale, entourée de ses proches tous plus rassurés les uns que les autres qu’elle aille bien. Et son père se serait penché sur elle en s’excusant de ne pas avoir vu le poids lourd arriver. Ça, c’était le meilleur des cas. Mais même dans le pire, elle ne s’était jamais imaginée balancée ici, sans nouvelles pendant des mois, et avec la possibilité de se retrouver aux prises avec un type franchement narcissique, coincé du bulbe et surtout extrêmement raciste envers les gens de son espèce, ou, plutôt, de l’espèce à laquelle elle aurait dû appartenir totalement. Mais elle faisait avec tout ça et s’éclatait, parce qu’on n’a qu’une vie et qu’elle devait être la personne la mieux placée pour s’en rendre compte. Non, elle ne pouvait pas déprimer tous les jours sans répits, il y avait largement mieux à faire. Et puis, doucement, c’était sa famille à elle qu’elle se constituait ici. Des gens envers lesquels elle avait confiance, des gens pour qui elle s’inquiétait et qu’elle aimait profondément.

I need you now… And I’ll hold on to this…

Alors lorsqu’elle avait entendu Enzo aux prises avec un Supérieur, bien sûr, la jeune femme s’était arrêtée. Bien sûr, elle savait ne pas pouvoir faire grand-chose, mais voilà, c’était quand même son devoir d’essayer, et ce, quoi qu’un type qu’elle avait vu quatre fois depuis son réveil ici, puisse penser. Qu’il ne se mouille pas et qu’il reste à l’écart, ça lui allait parfaitement tant qu’il ne l’empêchait pas, elle, d’agir. De toute manière, la jeune femme n’avait pas vraiment réfléchis en courant s’interposer pour empêcher Enzo d’aller plus loin. Ça n’était pas exactement le plus intelligent de ses actes, mais c’était tout ce qu’elle pouvait faire dans l’immédiat, se servir de l’affection qu’il avait pour elle pour s’arrêter et ne pas commettre une erreur qu’il regretterait très vite. Enfin, ça, c’était ce qu’elle pensait à l’instant, alors que c’était elle qui l’éloignait, faisant abstraction du regard qu’il lui avait lancé. Il l’avait surpris, c’était clair, mais aussi sombre que soient ses pupilles, ça ne changeait pas qu’il devait s’éloigner, et tout de suite. De toute manière, il avait rapidement arrêté de se débattre et l’avait suivit sans un mot.

« Tient donc ! Le p’tit Ryans s’est trouvé une copine pour lui faire des massages quand il s’énerve ? »
« Laisse moi, j'vais l'finir. »

La jeune femme avait resserré sa poigne qui, en fait, était plus psychologique qu’autre chose vu qu’il pouvait très bien se dégager s’il le voulait. Non, elle ne se retournerait pas, non, elle ne rentrerait pas dans son jeu, et, oui, elle fuyait, très loin. Parce que c’était la meilleure chose à faire.

« Chez toi aussi, ‘ya une certaine tendance aux disparitions non ? »

Oublier ça et retrouver nos conneries… Oui, elle l’aurait bien voulu, mais il faisait une brèche en elle bien plus facilement qu’elle aurait pu penser ça possible.

« Pu d’grands parents… »

La rage montait. De quel droit parlait-il des gens qu’il ne connaissait pas, et, surtout, comment il savait ça lui ? Oui, comment pouvait-il savoir autant de choses sur elle, ça n’était pas normal et, peu à peu la panique grimpait en elle. Parce que s’il savait, il pouvait attaquer.

« Et toi comment il va ton petit copain moldu ? »

En fait, ça n’était pas tant une ressemblance qui leur était propre puisqu’au vu du nombre de moldus qui se trouvaient dans le château, et, surtout, du nombre de personnes qui s’étaient pas atteintes par leur connerie inébranlable, ils ne devaient pas être les seuls à avoir sympathisé avec des non magiciens. Mais, là, la jeune femme ne pensait pas du tout à la personne qu’Enzo côtoyait, en fait, son sang bouillait, et quelle bonne surprise ! Un vampire était venu se joindre à la partie. Nouveau jeu : « Le premier qui les fait craquer gagne ! ». L’ongle sur sa gorge l’avait fait sursauter et la jeune femme avait dû devenir pâle d’un coup, mais les paroles de l’immortel et ses mains sur ses hanches ainsi que son baiser n’avaient fait qu’augmenter la rage qui hurlait en elle. Et l’autre avait continué, félicitation, il remportait la partie et, elle, elle perdait le peu de contrôle qui lui restait. C’était pourtant bien elle qui refusait de se laisser avoir aussi facilement. Pourtant le cœur humain est simple à corrompre et le sien s’indignait et souffrait à s’en déchirer. Il menaçait de s’en prendre à son frère, étonnamment la personne qu’elle aurait voulue en premier près d’elle alors qu’elle ouvrait les yeux.

« Enfoiré ... »

Oui, elle fixait son ami, parce qu’elle ne comprenait pas ce qu’insinuait le vampire qui, lui, devait bien se marrer. Apparemment, il n’avait pas décidé de la bouffer, mais bien de jouer avec eux. Mais bon, de toute manière, la jeune femme n’avait pas eu le temps de chercher plus longtemps qu’une phrase était venue tout faire exploser en elle. Enzo avait crié derrière elle, mais elle ne l’écoutait pas. Electrochoc. Tout c’était effondré, son calme, sa retenue, et elle s’était lancée vers le Supérieur qui, un peu trop sûr de lui, c’était retrouvé éjecté. C’était de l’acide sulfurique qui battait dans son cœur à présent et celui-ci battait si fort qu’il lui en faisait mal à en hurler, ce qu’elle aurait sûrement fait si elle n’avait pas été occupée à faire souffrir ce type. La rage consumait tout, tant elle que le château, elle sortait, explosive, brutale, bestiale, elle cognait les murs, ébranlait les tourments d’une enfant perdue et faisait trembler ses muscles autant que les fondations du château. Des paroles haineuses étaient sorties et elle n’était qu’à peine consciente que celles-ci provenaient bien de ses lèvres. Il fallait qu’il reste loin de sa famille, loin de Ryu, loin de tous ceux dont elle avait besoin. Et la violence du choc cinq ans auparavant transparaissait dans chacun de ses gestes alors que l’homme se couvrait du sang qu’à son tour elle faisait couler. Son père était mort. Cette annonce brulait en elle, elle avait allumé la mèche et maintenant la jeune femme implosait, et son monde avec elle.

Et le monde se distordait, craquait, se morfondait, et pourtant tout ça devait s’arrêter et elle se sentit brutalement relevée en arrière, une emprise qu’elle avait voulu rejeter. Continuer sa quête destructrice, briser ce qui pouvait encore l’être, faire souffrir autant qu’elle pleurait, seule et enragée, quelque part au fond d’elle.

« Sovahnn, arrête ! »

Cette fois-ci, c’était elle qui le fusillait du regard, se débattant en foutant un coup franchement inutile dans le tibia du type qui n’avait même pas tenté de se relevé. Il avait essayé de parler à un moment, mes les coups qu’il s’était ensuite pris devaient assez l’assommer ou assez le faire souffrir pour qu’il ne réagisse même pas au pied d’Enzo qui le maintenait au sol. Se débattre ne servait à rien, elle était trop faible pour ça, et ses yeux étaient attirés par le regard de son ami, et celui-ci l’avait fait arrêter de se débattre. La tempête faisait toujours rage en elle et autour d’eux, mais elle ne fit pas de mouvement de recul en voyant le jeune homme essayer de la calmer.

« Regarde moi. Regarde moi ! Chut, calme toi. Respire. Tu vas faire péter tout le château si tu continues. Certes, on sera débarrassé de ces connards, mais on va y passer aussi. Ta magie primaire s'écoule par tes émotions, si tu te calmes pas, si tu le lâches pas, on court à la catastrophe. »

Une goutte de sang apparu sur sa lèvre inférieure coincée entre ses canines. Se calmer pour que tout s’arrête, elle en prenait à peine conscience, tremblante, quelque part, elle essayait de faire ce qu’il lui disait, mais ça ne marchait pas.

« Il en vaut pas la peine. Je sais que j'ai pas l'air crédible là tout de suite mais, crois moi, il vaut pas la peine que tu te flingues l'esprit. Si tu le tues, tu ne seras plus jamais la même et j'veux pas. Et toi non plus tu veux pas. Tu veux pas être comme moi, je t'assure. Préserve toi, s'il te plaît. Faut qu'il y en ai au moins un de nous deux qui tourne rond, hein ? »

Ça sonnait comme une requête, qu’elle comprenait mais qu’elle n’était pas sûre d’accepter. Et une toute autre personne que lui n’aurait sans doute rien obtenu d’elle. Mais il était celui en qui elle avait le plus confiance ici, celui dont elle était le plus proche et donc sûrement le seul qu’elle était capable d’écouter dans un moment pareil. Il lui souriait alors que quelque chose tombait non loin d’eux. Alors elle comprit qu’en effet, tout ce raffut venait d’elle. Ça n’était rien d’autre que la seule manière que son corps avait trouvé pour évacuer : faire subir à son univers le tumulte de son propre esprit.

« Suis moi de ton plein gré ou je t'éloigne de force. Je plaisante pas, et tu le sais. »

Sans desserrer les dents, car la douleur de sa lèvre meurtrie l’aidait à ne pas chercher à tout briser autour d’elle, la jeune femme s’était brutalement détournée, grimpant les marches quatre à quatre pour s’éloigner de ce lieu de malheur. Les murs dégageaient une chaleur infernale et les quelques personnes qui avaient été présentes au début s’étaient enfuis sans demander leur reste. Il en restait un, Takuma, à qui elle jeta un regard meurtrier avant de continuer son chemin. Et il restait Kazuo, adossé à un mur branlant, un petit sourire sadique aux lèvres.

« Bah alors, où est passée le petit ange toujours souriant ? »

« IL S’EST PRIT UN CAMION DANS LA GUEULE L’ANGE !!! »

Elle se serait sûrement jetée sur lui à présent si des bras ne l’avaient pas rattrapé pour l’embarquer plus loin. Takuma les avait dépassés, baguette à la main, mais la jeune femme n’avait même pas cherché à comprendre ce qu’il faisait. Derrière eux, un sort puissant fut lancé, celui-ci atteint toutes les personnes présentes, sauf l’immortel, son ennemi naturel, le lanceur et bien sûr, Sovahnn. Un sortilège d’oublis qui pénétra profondément pour toutes les personnes présentes, un sort qu’il était sensé ne pas savoir réaliser aussi bien, mais malgré son angoisse d’avouer ce qu’il était vraiment, Takuma s’était avancé pour protéger les arrières d’une amie et de celui qui avait fait ce dont il était incapable à présent. C’était toujours ça de fait pour rattraper sa lâcheté.

Rendus un peu à l’écart alors que tout continuait d’exploser, la jeune femme s’était débattue pour retrouver sa liberté. Dans un grognement, elle se mit à avancer celle à un bon pas, la même réaction qu’elle avait eut après que le Supérieur de la dernière fois avait voulu abusé d’elle. Ce manège avait duré quelques instants alors que le sol tremblait toujours, elle s’enfonçait dans le couloir désert, la respiration saccadée, tremblant de tous ses muscles.

Et puis elle s’était arrêtée, et le couloir tout entier avait semblé pris d’un frisson glacial. Alors seulement, les explosions s’arrêtèrent et la jeune femme fit demi-tour, se jetant dans les bras de son ami, prise soudain de sanglots incontrôlables alors que ses jambes faiblissaient sous elle.

Pendant quelques instants, les murs semblèrent fondre, pleurant avec elle, et puis tout s’était arrêter comme si le temps s’était figé en plein milieu de l’ouragan.

D'une voix tant brisée qu'essoufflée, la jeune femme réussit tout de même à articuler quelque chose.

« J’suis… désolée.. »



You’re my crack of sunlight…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17071
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Welcome to the Freak Show ! {Sovahnn} + Kazuo   Dim 7 Aoû 2011 - 23:12

J'attends Sovahnn, mais quelle que soit ta décision je ne te lâcherai pas, je ne t'abandonnerai pas et je t'empêcherai de faire la plus grosse connerie de ta vie. Je t'empêcherai de le faire parce que j'aurais aimé qu'on m'en empêche cette nuit là, et les fois suivantes. D'après toi combien ils sont à être mort par ma faute, hein ? Est ce que je dois inclure mes parents comme me l'a longtemps reproché mon frère ? Non, bien sur que non. On est passé au dessus de ça, mais ça n'efface pas les autres. La première, ça n'était pas de mon ressort. C'était ma plus grande hantise, tuer alors que j'étais sous mon autre forme. J'ai réussi à tenir un an sans avoir le moindre contact avec un être humain lors d'une Pleine Lune, mais cette fois je n'ai rien pu faire. Puis il y a eu le responsable de cette mascarade, que j'ai poussé à se jeter dans le vide, par pure vengeance et aussi parce qu'il allait tuer celui qui est toute ma vie à présent. Ensuite, il y a eu cet homme dans la Salle des armures, que Jun Ki a drainé, par ma faute, et que j'ai plus ou moins achevé en le frappant d'un violent coup sur la tête. Je pensais qu'il allait s'en sortir, je voulais juste qu'il oublie, pour nous protéger tous les deux. Mais ce fantôme est sorti de nulle part, les armures lui sont tombées dessus. Il était trop faible … Le dernier en date, excès de rage lunaire, je l'ai mordu, il n'a pas résisté au poison qui s'est infiltré dans son organisme. Il y aurait pu en avoir d'autre si aucun d'entre vous n'était intervenu pour m'empêcher de franchir le cap. Un meurtre de sang froid, j'en suis pas passé loin. Alors oui, crois moi quand je te dis que ça fait changer ce genre de chose. Je ne le souhaite à personne, et surtout pas à toi.

M'oblige pas à te sortir de là en usant de force, s'il te plaît.

Le monde s'écroule encore autour de nous, et quelque chose me dit que ça n'est pas près de s'arrêter. Métaphoriquement parlant, en tout cas. Parce qu'elle se détourne de moi et remonte les marches quatre à quatre, je me surprends à penser que tout ça c'est terminé, pour cette fois au moins. A mes pieds, le corps du Supérieur s'agite parfois. Je lui accorde un regard plein de dégoût avant de finalement reprendre mes esprits et suivre Sovahnn sans me retourner. Je ne peux pas la laisser s'enfuir comme ça, pas dans l'état où elle est. Elle est dangereuse, pour elle comme pour les autre, et surtout, elle est mon amie. Non, je ne peux décemment pas la laisser toute seule dans un moment comme ça, pas après tout ce qu'elle a entendu, pas après les mots de cette ordure qui doivent encore résonner dans sa tête comme ils forment toujours un écho dans la mienne.

Tu sais, j'crois qu'on a trop de mots en commun Sova.
Trop de maux surtout.

Je suis partie à sa poursuite, pestant contre la chaleur ambiante que ne supportait pas vraiment bien mon organisme un peu à part, passant devant Takuma sans lui accorder le moindre regard – Et j'ai fait demi tour pour lui rouler une pelle, nan j'déconne – puisque celui ci était braqué sur la silhouette de la jolie blonde qui filait à vive allure comme à son habitude. Sauf que cette fois, ça n'avait rien d'habituel justement. Elle est arrivé à hauteur d'une autre silhouette, adossée à un mur celle ci, et l'instinct du prédateur en moi m'a poussé à émettre un nouveau grondement à son encontre. Si Jun Ki avait ma sympathie malgré nos statut respectifs, ça n'était pas du tout le cas de ce sale type. C'était la première fois que je le voyais et pourtant, j'avais l'impression au font des tripes de l'avoir toujours haït. Et ce sourire ...

« Bah alors, où est passée le petit ange toujours souriant ? »
« IL S’EST PRIT UN CAMION DANS LA GUEULE L’ANGE !!! »

Faire abstraction, encore et toujours. Faire comme si ces mots n'avaient pas d'impact sur moi. Le camion et mes propres états d'âmes attendront plus tard. Je l'ai attrapé et entrainé plus loin tandis que Takuma nous rattrapait, passait devant nous et lançait un sortilège qui d'après ce que j'ai pu en voir envahissait tout l'espace derrière nous tous. Un sortilège d'oublie, incluant le Supérieur, j'osais l'espérer. Continuant de maintenir Sovahnn a distance du Vampire, je fis un signe de tête au Serdaigle pour le remercier. Pas un mot. C'était inutile. Nos chemins se sont séparés comme ça et tandis que j'essayais d'éloigner mon amie toujours plus, elle s'est finalement dégagée de mon emprise. Elle s'est débattu et je n'ai pas protesté. Je l'ai laissé faire. Je l'ai laissé reprendre sa liberté, conscient que dans un moment comme ça je n'aurais pas supporté qu'on me garde prisonnier. Alors en silence, toujours, je l'ai suivi dans sa course folle. Son pas rapide n'était pas assez suffisant pour me semer et qu'elle le veuille ou non, j'étais déterminé à ne pas la laisser seule. Elle pouvait bien passer ses nerfs sur moi si ça pouvait la soulager, je resterai là. Je la laisserai faire. Pour qu'elle lâche enfin tout ce trop plein, qu'elle vide tout son corps de son énergie. Cette énergie, cette magie qui commençait visiblement à s'estomper. Les effets se calmaient ostensiblement autour de nous alors que mes yeux glissaient sur chaque mur, chaque pierre. Les sens à l'affut du moindre mouvement, du moindre bruit. Jusqu'à ce qu'elle s'arrête et que de nouveau mon attention soit focalisée sur elle.

L'espace d'une seconde, je me suis senti frigorifié, figé et pris au piège de son regard qui exprimait tout un tas d'émotions contradictoire. De la colère, de la haine même, de la rage, de la peine et de la peur. J'ai retenu mon souffle alors qu'une dernière explosion se faisait entendre. Le monde s'est arrêté. Sovahnn s'est jeté dans mes bras. Alors que les premières larmes humidifiaient mon vêtement, j'ai refermé mon emprise sur elle et je l'ai serré contre moi, posant mon menton dans ses cheveux d'or.

« J’suis… désolée.. »

Je l'ai bercé un petit moment, sans rien dire, lui caressant les cheveux pour la calmer, soulagé qu'elle se vide de tout par le biais de ses larmes mais si j'avais bien conscience que ça ne suffirait probablement pas à exorciser tout ce qu'elle avait du garder en elle pendant trop longtemps.

« Ne le sois pas. J'voudrais te remercier, d'être intervenue, de m'avoir empêché de démolir ce connard qui n'en vaut pas la peine. Merci de ne pas me juger alors que tu m'as vu plusieurs fois, en peu de temps, péter littéralement les plombs. Merci de ne pas avoir peur de moi. … J'suis pas toujours très stable, mais jamais je ne te ferai le moindre mal. Tu l'sais hein ? »

C'est ce que je souhaiterais, mais malheureusement je ne pourrais jamais vraiment te le promettre, pas avec cette bête qui vit en moi.

J'ai fini par me détacher d'elle pour m'asseoir sur une arcade non loin de là. La tirant par la main, je l'ai fait s'asseoir à son tour, sur mes genoux, avant d'enrouler mes bras autour d'elle qui avait l'air si fragile que ça m'en brisait le cœur.

« Est ce que tu veux qu'on parle ? J'veux dire … Sérieusement. Pour une fois. »

De tout, de rien. De toi, de moi. De ta famille, de la mienne. Tout ce que tu voudras. J'ai plus envie de me cacher, plus envie de te mentir. Plus envie qu'on fasse semblant. Si je ne peux pas être moi même avec toi, à quoi ça sert ? Je te fais confiance, plus qu'à mon propre sang. Tu as le droit de savoir tout ce que tu veux de moi. Tout, ou presque.

Après tout, avec Jill ça a fonctionné, pourquoi pas avec toi ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2366
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Welcome to the Freak Show ! {Sovahnn} + Kazuo   Mar 9 Aoû 2011 - 2:48

Un vertige, une dernière rage enrage peut-être et toutes les forces de la jeune femme l’avaient brutalement abandonnée. La haine s’était transformée en chagrin alors qu’elle s’écroulait dans les bras de son ami. En fait, si sa colère avait duré plus longtemps, si, peut-être, sa magie ne l’avait pas tant épuisée, elle s’en serait peut être prise à lui, vexée de ne pas avoir sut ces choses là qui le concernait. Mais la douleur avait pris le pas plus vite qu’elle ne l’aurait cru. Et, avec elle, doucement, revenait la raison. La réalité reprenait son cours normal, et, blottie sans ses bras, tranquillement, elle se calmait pour retrouver un peu plus de contenance. En fait, non, ça n’était pas tout à fait vrai, la réalité, c’était qu’il lui avait fallu se vider de tous les sanglots qu’elle pouvait bien contenir. Et une fois que plus aucune larme ne voulait sortir, il avait encore fallu quelques minutes, les yeux clos, bercée dans les bras de son ami, pour qu’elle puisse enfin avoir les idées un peu plus claires.

« Ne le sois pas. J'voudrais te remercier, d'être intervenue, de m'avoir empêché de démolir ce connard qui n'en vaut pas la peine. Merci de ne pas me juger alors que tu m'as vu plusieurs fois, en peu de temps, péter littéralement les plombs. Merci de ne pas avoir peur de moi. … J'suis pas toujours très stable, mais jamais je ne te ferai le moindre mal. Tu l'sais hein ? »

Agitée d’un petit rire, la jeune femme s’était détachée un peu de lui, essuyant ses joues trempées tout en se disant que… son haut était trempé tient ! Bien joué !

« Ouais, ça aurait presque pu être bien si t’avais pas dû faire la même chose cinq minutes plus tard.. »

C’est vrai que c’est ... ridicule, profondément ridicule..

Lui adressant un petit sourire, la jeune femme avait déposé une bise (ouais, jsais que Jess espionne oo’’ +out+) dans son cou, à la jonction de son visage, en fait, le seul endroit qu’elle pouvait atteindre sans grimper sur ses pointes de pieds.

« Oui je le sais. »

Jamais intentionnellement, oui, ça aussi c’est en sous entendu dans ma réponse. Mais tu sais, c’est un peu le cas de tout le monde alors bon. Jamais je ne te ferais du mal, mais – même si je ne le souhaite pas hein entendons nous bien oo’’ – ça peut toujours arriver. Pas besoin d’être particulier pour ça, même si ça aide pour les situations merdiques…

La jeune femme s’était laissée entrainée contre Enzo, assis cette fois, ce qui l’arrangeait fortement, essuyant une nouvelle larme qui coulait. La rescapée du désert aquatique qu’elle avait provoqué en elle en déversant tout ce qu’elle pouvait quelques minutes auparavant. Se sentant quelques peu épuisée d’un coup, la jeune Poufsouffle n’était réellement pas contre ne plus avoir à se tenir debout, même si, en fait, il y avait de fortes probabilités pour qu’Enzo l’ai en partie portée pendant ce temps, en fait, elle n’en avait pas réellement conscience.

« Est ce que tu veux qu'on parle ? J'veux dire … Sérieusement. Pour une fois. »

Hochant de la tête, elle avait finalement laissé celle-ci retomber (d’un centimètre houlah quelle chute !) mollement contre le torse du jeune homme. Je ne sais pas si ça vous est déjà arrivé de péter un gros boulon, d’avoir envie de tout briser dans la chambre et brutalement de vous mettre à pleurer en frappant à moitié le matelas pour finalement vous endormir comme une merde sous le coup de la fatigue brutale ? Et bien c’était un peu ce qui se passait là. Les émotions que la jeune femme avait ressenties quelques instants plus tôt étaient toujours là, mais le calme revenait doucement, et, avec lui, c’était surtout le contre-choc qui l’avait pris. Elle toujours débordante d’énergie et prête à courir partout pour faire toutes les conneries du monde aurait tout donné pour ne pas devoir se relever pendant… une bonne semaine au moins ! Mais quelque chose lui soufflait que, ça, ça ne serait pas possible. Et à force… elle plaignait les genoux d’Enzo dans ce cas.

« J’voulais pas… J’aimerais juste rentrer chez moi, faire un tour dans MA maison, revoir ma famille, faire un câlin à mon crétin de frère qui mettrait un temps à comprendre et me demanderait un rapport complet sur ce que j’ai fait ici, ensuite … manger un truc de chez moi, c’est con mais c’est comme ça, ah ouais, et engueuler mon père avant de me jeter dans ses bras et de pleurer, un peu comme là quoi. Et aller dans le parc d’à côté. ‘Me demande si la vieille est toujours là avec son chien. Mon père a jamais voulu en prendre, c’est pourtant pas faute d’avoir demandé… »

Respire à fond, 3000 mots à la minute, c’est bon, t’as tout sortis ? Nan, un dixième même pas, oui, je sais. Mais j’te rassure, t’as pas parlé si vite.

« Cela dit, j’aurais fini par l’avoir mon copain canin… »

La jeune femme avait sourit, resserrant son étreinte jusque là nulle qu’elle avait atour des bras d’Enzo sur lesquels les siens étaient posés. C’était sa manière de lui dire de ne pas fuir, qu’elle avait comprit et que si elle était dans ses bras à ce moment précis, ça n’était pas non plus pour rien, et que, oui, tout son blabla d’avant était entre autre pour essayer d’amener ça parce qu’il fallait qu’ils en parlent mais qu’elle ne savait pas trop comment aborder le sujet. Et.. que ça, c’était un super sujet pour détourner l’attention du fait qu’elle venait d’essayer d’assassiner un type, chose qu’elle avait du mal à percuter là tout de suite. Alors, désolée, mais pendant qu’ils aborderaient on sujet à lui, ça lui permettait aussi à elle de faire un peu le point et de griller ce qui venait de se passer.

« J’suis désolée pour ta famille Enzo… »

En fait, elle aurait bien voulu lui sourire, dire quelque chose d’intelligent ou autre, mais les paroles du Supérieur remontaient et, une nouvelle fois, elle se mordit la lèvre, essayant de ne pas faire remonter les larmes. Mais elles ne montèrent pas, si elles avaient été là, ça aurait sûrement été le cas, mais, de toute manière, il n’y avait pas vraiment besoin de larmes pour comprendre à qui elle pensait en cet instant.

Gout de métal..

« Rah fait que j’arrête de faire ça ! »

Un petit retour de la Sovahnn normale.

La jeune femme avait fait une grimace tout en passant la langue sur sa lèvre blessée. Un mauvais tic qui sortait de nulle part, comme souvent pour ce genre de reflexes d’ailleurs. Se faisant, elle s’était un peu détachée du jeune homme mais reprit rapidement sa position initiale avant de finalement prononcer la phrase critique.

« T’es un lycanthrope c’est ça ? »

Et, non, elle ne s’était pas éloignée. Toujours callée dans ses bras, elle ne comptait pas vraiment les quitté avant qu’il en ait décidé ainsi, parce que le bien qu’une telle étreinte était pour elle n’avait rien de négligeable. Dessinant des cercles, ou n’importe quoi plutôt du bout des doigts et sur la peau du jeune homme, Sovahnn commençait à se sentir mieux. Il était un ami proche dont elle avait vraiment besoin en cet instant, et si contradictoire que ça paraisse, le sentiment de sécurité et d’apaisement qui montait enfin en elle avait tout de réel.

Spoiler:
 


Dernière édition par Sovahnn Dawn Lockwood le Jeu 18 Aoû 2011 - 11:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17071
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Welcome to the Freak Show ! {Sovahnn} + Kazuo   Mar 9 Aoû 2011 - 18:12

Aller pleure Sovahnn, tu vas voir le bien que ça peut faire. Pleure jusqu’à ce que tu n’y arrives plus, jusqu’à ce que tu en ais mal aux yeux et qu’ils soient secs. Si tu savais le nombres de litres de larmes que j’ai pu verser ces deux dernières années …
Petit poids plume là sur mes genoux. Petite fille éteinte de sa lumière et vide. Bercée par le chagrin. Je suis là. Je le reste. Et t’inquiète pas pour mes pauvres os, ils ont supporté bien pire que ta présence légère Miss-Belle-Au-Bois-Qui-Dort. Allez repose toi, prends le temps qu’il te faudra. Regarde, on est seul et tout est calme. Je ne bouge pas tant que tu ne bouges pas.

« J’voulais pas… J’aimerais juste rentrer chez moi, faire un tour dans MA maison, revoir ma famille, faire un câlin à mon crétin de frère qui mettrait un temps à comprendre et me demanderait un rapport complet sur ce que j’ai fait ici, ensuite … manger un truc de chez moi, c’est con mais c’est comme ça, ah ouais, et engueuler mon père avant de me jeter dans ses bras et de pleurer, un peu comme là quoi. Et aller dans le parc d’à côté. ‘Me demande si la vieille est toujours là avec son chien. Mon père a jamais voulu en prendre, c’est pourtant pas faute d’avoir demandé… »

La frustration. L’impuissance. Ce sentiment d’être atrocement inutile. Ce sont des émotions qui reviennent en permanence quoi qu’on fasse pour essayer de continuer à avancer. Tout ce qu’elle dit, tout ce qu’elle souhaite, tous ces mots pourraient sortir de ma propre bouche. Si tu savais comme je te comprends Sovahnn. Si tu savais ce que j’aimerai moi aussi revoir ma maison, mes parents, mes grand parents et tout le reste de la famille. J’aimerai revoir la plage et l’océan. Retrouver mon Australie, mon paradis sur terre. J’aimerai entendre ma mère m’appeler pour que je sorte de l’eau, pour venir mettre la table. J’aimerai que mon père m’empêche de sortir tant que je n’ai pas fini mes devoirs. J’aimerai même pouvoir passer une journée en famille, rien qu’eux deux, Derek et moi.
Et je voudrais te rendre ton sourire mais je ne peux pas, parce que peux importe ce que je pourrais te dire ça ne changera rien. Alors je vais rester là, immobile et silencieux, et j’espère que ma présence, ma chaleur et mes bras sauront apaiser ta peine un tant soit peu. C’est tout ce que je peux t’offrir.

« Cela dit, j’aurais fini par l’avoir mon copain canin… »
« … »

Elle a sourit, j’ai manqué de m’étouffer. Et tandis que ses bras se serraient contre les miens, je repensais à l’Ombre et son allusion. Je me disais qu’elle aurait oublié, qu’elle n’aurait pas compris ou simplement pas fait attention.
J’étais complètement perdu. Partagé entre l’envie de crever une bonne fois pour toute cette abcès stupide et celle de continuer à faire comme si de rien n’était. Pourquoi au juste ? Aucune idée. Parce que cette … chose, qui me rendait différent des autres me poussait à agir comme ça, à me protéger, à protéger Loup et surtout à protéger les autres de moi. A me protéger de leur réaction aussi peut être un peu. Pourtant elle ne semblait pas avoir peur, pas le moins du monde. Mais comment être sur qu’elle avait bien compris, que cette phrase magnifiquement bien amené avait un double sens et que j’en étais le principal concerné.

Fermer les yeux sur les évidences c’est tellement plus simple … Je l’ai toujours fait avec une facilité plus ou moins déconcertante, tout en gardant pour moi des orages, des tempêtes, qui secouaient mon esprit avec violence. Pour ça. Pour Kyle, ses sentiments et surtout les miens. Ne pas faire face, jamais. Il est temps de grandir. Petit à petit, et c’est ce que je fais déjà non ? C’est juste que là, ça fait beaucoup de choses à gérer d’un coup encore une fois. Je n’oublie rien des mots que le Supérieurs m’a lâché ni même les coups que je lui ai porté. Je n’oublie pas non plus le mal qu’il lui a fait, et le fait qu’à son tour elle ait perdu le contrôle. Je n’oublie pas les tremblements du sol et du plafond. Je n’oublie rien. Tout ce que je peux faire là, c’est laisser ce soupir libérateur s’échapper de mon système respiratoire tout en baissant la tête à mon tour.

« J’suis désolée pour ta famille Enzo… »
« Merci. Désolé aussi pour la tienne. »

Léger sourire fatigué tandis que mon menton se posait sur l’une de ses épaules, s’en éloignant aussitôt alors qu’elle commençait à s’agiter nerveusement. Bordel Sovahnn, même au bord de l’épuisement tu ne peux pas t’en empêcher hein ?

« Rah fait que j’arrête de faire ça ! »

Ok.

«T’es pas un Vampire à ce que je sache, alors arrête. Le sang c’est dégueulasse. »

Et tu peux me croire, je sais de quoi je parle.
Dans un geste vif je lui ai chopé les mains, j’ai attrapé ma baguette dans ma poche, murmuré un sortilège et sa plaie s’est refermée.
Léger sourire, ma baguette retrouvait sa place initiale et ma main replaçait une mèche de ses cheveux derrière son oreille.

« Cadeau de Rivers, c’est lui qui m’a appris ça pendant une des dernières colles. »

Entre deux claques magiques, sinon c’est pas vraiment lui.
On est bien d’accord.

Sa tête s’est reposée contre mon torse, et le monde s’est de nouveau drapé de calme et de silence. J’ai fermé les yeux, pour finalement les rouvrir aussi sec.

« T’es un lycanthrope c’est ça ? »

BAM !

Bon, ben voilà. Ça, c’est fait. Je fais quoi maintenant ? J’attends qu’elle se barre en hurlant ? Je me barre en hurlant ? J’fais une double esquive et j’lui raconte des conneries ?

« Percé à jour. »

Ou alors j’admets, c’est bien aussi. Surtout que je n’ai absolument pas la moindre envie de la prendre pour une conne donc ça tombe bien.

« J’aurai aimé que tu l’apprennes autrement que par déduction à cause de ce … cet enfoiré de Vampire. Ouais j’aurai préféré te le dire moi-même mais c’est toujours délicat pour moi de parler de ça. De parler de pleins de choses en fait. Bah, de parler de moi tout court finalement. Enfin maintenant tu peux peut être mieux comprendre certaines de mes réactions, pourquoi j’ai la peau aussi chaude, un rythme cardiaque qui danse la macarena en permanence et ce genre de conneries. »

Un rire nerveux a passé la barrière de mes lèvres. J’avais peur, et pourtant, je sentais au plus profond de moi qu’avec elle je ne risquais rien. Elle n’allait pas me juger, ni même s’éloigner. Elle l’aurait déjà fait si ça devait être le cas. Je t’explique ? Tu veux que je te raconte mon histoire ? On a certaines choses en commun je crois.

« Tu sais, moi aussi j’me suis mangé un camion. C’est de là que tout est parti. On était en voiture avec mes parents dans les collines. Mon père adorait tous ces trucs mécaniques des Non-Magiciens et ma mère et moi on ne détestait pas contrairement à Derek alors on est monté tous les trois et mon frère est rentré en transplanant. »

Nostalgie d’une époque passée.
Souvenirs ancrés très loin, pourtant juste en surface.
Manque. Sourire malgré tout. Ça fait mal, mais ça fait rien.

Comme toi.

« Tu vois, c’était juste bien d’être normal pour une fois. D’avoir l’air d’une famille comme une autre. J’étais heureux d’être là avec eux. J’me souviens, je regardai la Lune. Je la trouvais tellement belle, tellement …pleine. Et il nous a coupé la route. J’me rappelle pas de tout mais j’entends encore parfois le cri de ma mère dans mes cauchemars. Mon père a essayé de l’éviter mais la voiture a défoncé la glissière de sécurité et on est tombé dans un ravin. J’ai été éjecté de la voiture, et eux … Ils sont allés s’écraser un peu plus bas. J’aurai du mourir Sovahnn, j’étais cassé de partout, j’aurai du y passer, comme eux, mais y a eu ce grondement sourd et la douleur dans mon mollet. »

Tiens regarde ma jolie cicatrice aies-je pensé en soulevant le bas de mon pantalon pour lui montrer la marque légèrement circulaire et rosâtre qui ne disparaitrait jamais.

« Il m’a sauvé la vie en me mordant. Je sais pas s’il l’a fait délibérément ou pas mais il m’a sauvé la vie … Et je l’ai longtemps regretté. »

Et ça je ne l’ai pas oublié. Je n’ai rien oublié de mon réveil, ni du coma dans lequel je souhaitais rester. Comme dans du coton, avec la capacité de faire abstraction du monde réel. Etre juste là, à peine conscient, c’était comme si je flottais. Avoir envie de mourir … J’en connais qui me colleraient des baffes pour ça mais pourtant, c’est quelque chose que j’ai ressenti plusieurs fois dans ma petite vie.

« Tout ça, ça fera 2 ans dans quelques jours. Et j’suis comme toi, ils me manquent, tous les jours. Ma vie d’avant me manque même si j’ai retrouvé un certain équilibre ici. Ça ne sera jamais pareil. »

Je pourrais te dire que tout va bien, que je m’en suis remis et que par conséquent tu t’en remettras aussi mais j’ai pas envie de te mentir. Ça te poursuivra probablement encore pendant très longtemps, et la sensation de manque liée à tout ça ne disparaitra jamais réellement. Alors tu feras comme moi, et comme tu le fais déjà, tu te raccrocheras à d’autres personnes qui compteront pour toi. Tu ouvriras ton cœur et ça ira mieux.

« C’est pas parce que je ne te fais pas confiance que je ne t’ai jamais parlé de tout ça tu sais. C’est juste … J’sais pas, entre nous ça a toujours été simple, sans prises de tête, sans états d’âmes, et très égoïstement j’avais besoin que ça reste comme ça parce que t’étais comme une bouffée d’oxygène pour moi, au beau milieu de toutes mes emmerdes. Mais maintenant je sais que même si on est tous les deux des pauvres gamins cassés de l’intérieur, et qu’on le sait, ça changera rien. »

Hein ?

J’ai reculé un peu, juste pour capter son regard et lui aies sourit.

« Tu continueras de m’embarquer dans tes galères, et on ira encore se faire courser dans la forêt interdite par des Détraqueurs, on sautera par des fenêtres alors que je déteste voler, on f’ra chier ses enfoirés et on s’amusera. Puis ouais, tu l’auras ton copain canin – j’préfère lupin, là j’ai l’impression d’être un gentil toutou – mais j’te préviens, ne pense même pas à me mettre un collier et une laisse sinon j’te bouffe. »

Encore un rire, plus décontracté celui là. Tu sais ce qu’elle disait Zazie, on aura qu’à faire comme si tout allait bien, si c’est pas vrai, ça fait rien. On aura qu’à faire semblant.

« Et à titre informatif, Jillian est au courant. Megan aussi parce que mon crétin de frangin lui raconte tout, y compris ma vie, et j’vais vraiment finir par lui rentrer dedans. Mon frère donc. Les Profs, les Supérieurs. Jun Ki. Et quelques autres personnes. Trop de monde en fait mais si toi ça te va, c’est pas un problème pour moi que tu le saches. »

Je me sens même soulagé d’avoir joué franc jeu avec toi si tu veux tout savoir.
Plus de secrets.
Disons, moins.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2366
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Welcome to the Freak Show ! {Sovahnn} + Kazuo   Jeu 18 Aoû 2011 - 14:47

Welcome to the Freak Show
-






This gonna be a long long way
To happy..







Faire une pause, une trêve sur tout ce qui venait d’être dit. Quelque part aussi, une pause sur la mort de son père, parce que même si c’était égoïste, là, juste encore un peu, elle voulait fermer les yeux et faire comme si elle n’avait rien entendu, faire comme si, entre les bras de son ami, plus rien n’avait d’importance et le passé n’existait pas. Sauf que ça ne marchait pas. La preuve, c’était justement du passé qu’il était question. Et un peu du présent, de sa réalité à lui.

« Cela dit, j’aurais fini par l’avoir mon copain canin… »
« … »

Pas de pot, elle venait de l’entamer ce chapitre dans l’un de ses foutus bouquins de magie qu’elle était censée connaitre par cœur depuis cinq ans déjà. Ok, en fait, ça n’était pas tant le fait d’en être arrivée là, ça avait plus été de la curiosité histoire de comprendre un peu mieux ce sur quoi elle pouvait tomber maintenant qu’elle avait faillis se faire tuer par un vampire. Et, sûrement heureusement pour Enzo, elle n’avait lu pour l’instant que les caractéristiques et n’était pas arrivée à l’avis populaire concernant ces êtres. Au moins, comme ça, elle n’en aurait plus besoin, en connaitre un, c’était quand même beaucoup mieux pour se forger une opinion que d’apprendre dans des bouquins ! Cela dit, elle était plutôt partie sur un à-priori positif vis-à-vis des vampires (oui, c’est une fille bizarre, on sait !) mais ce qu’elle avait pu lire avait été beaucoup plus confirmé avec sa rencontre avec Kazuo. On comprend son surnom tient ! Enfin bref, ça ne faisait que rappeler qu’une ‘race’ n’est pas définie par un seul homme et que les généralités sont faites pour les idiots non ? Oh comme c’est beau ça dit donc, ‘faudrait l’afficher dans la salle commune, ça nous ferait des vacances ! Enfin peut être quoi.

« J’suis désolée pour ta famille Enzo… »
« Merci. Désolé aussi pour la tienne. »

Rien de plus à dire.

« Rah faut que j’arrête de faire ça ! »
«T’es pas un Vampire à ce que je sache, alors arrête. Le sang c’est dégueulasse. »
« Hm. »


Oui, j’suis très portée sur le no coment en ce moment ! Nan mais sérieux, c’est utile de dire que j’suis contente de pas en être une mais qu’apparemment je les attire et ça… ça aurait été mieux si machin-truc-grande-gueule-mordante avait un peu plus … de points communs avec Jun Ki. Nan parce que sérieux, il me fait flipper !


Mais bon, pour l’instant, elle était en sécurité avec un… ami qui lui pointait sa baguette en pleine face oO ! Fronçant les sourcils d’un air étonné, elle s’était finalement mise à sourire en sentant la douleur s’estomper après qu’Enzo ai, apparemment, jeté un sort vachement pratique !

« … Cool… ! »

« Cadeau de Rivers, c’est lui qui m’a appris ça pendant une des dernières colles. »

« Hm, bah merci à toi, par contre lui, il pourra se les carrer là où j’pense »

Comment ça je l’ai encore mauvaise des coups que je prends à chaque fois ? Quoi qu’il s’est calmé. Bizarre ça ! Il a peut être peur d’avoir un nouvel incendie dans sa salle +out+. Nan, pis, il me frustre à force de me montrer que j’suis incapable de quoi que ce soit en magie et ça : ça fait chier !

La jeune femme s’était de nouveau reposée contre lui, tout en craignant sérieusement sa réaction à ce qu’elle allait dire. Il n’aurait pas été dur pourtant d’ignorer ce qu’elle supposait avoir compris, mais ça n’était pas possible, tout simplement. Peut être que ça aurait été plus simple, mais sûrement pas plus juste, alors elle l’avait dit, et l’espèce de léger frémissement qu’il avait eu en l’entendant prononcer cette phrase lui indiqua qu’elle venait de toucher sa corde sensible. Ça n’était pas pour lui faire du mal, et encore moins pour le perdre, juste pour éclaircir un peu les choses, parce qu’à force, elle aussi s’y paumait, surtout aujourd’hui en fait, et puis pour lui faire comprendre que ça ne changerait rien pour elle. Après tout, la jeune femme venait de découvrir un côté d’elle qu’elle ne connaissait pas, alors elle n’était plus à ça près hein ! Et pourtant, elle aurait dû le connaitre. La dernière fois, avec Ever… au fait… Ever ! Merde alors… Ouais bon, bref, on verra ça plus tard hein ! Une personne à la fois !

« T’es un lycanthrope c’est ça ? »

« Percé à jour. »

Le colonel moutarde dans la cuisine, avec le chandelier ! … Sovahnn, tu sors !

« J’aurai aimé que tu l’apprennes autrement que par déduction à cause de ce … cet enfoiré de Vampire. Ouais j’aurai préféré te le dire moi-même mais c’est toujours délicat pour moi de parler de ça. De parler de pleins de choses en fait. Bah, de parler de moi tout court finalement. Enfin maintenant tu peux peut être mieux comprendre certaines de mes réactions, pourquoi j’ai la peau aussi chaude, un rythme cardiaque qui danse la macarena en permanence et ce genre de conneries. »

La jeune femme avait sourit avant de ne pouvoir s’empêcher d’ajouter :

« Merde alors, j’suis déçue, j’pensais que c’était de ma faute ça ! »

Souriant franchement à présent, la jeune femme avait plongé son regard dans le sien. Dire une connerie, c’était une manière de se rassurer, et de dédramatiser un peu, de se protéger aussi sûrement, mais surtout, de le détendre et de dire à sa manière qu’elle ne le jugeait pas et que ça ne changeait rien. Même si c’est vrai que maintenant qu’elle repensait à cette fameuse nuit avec Ever… voilà quoi. Sauf qu’elle, elle ne la connaissait pas, ce qui n’était pas le cas d’Enzo. Il n’était pas différent de la veille à ce qu’elle sache.

« Tu sais, moi aussi j’me suis mangé un camion. C’est de là que tout est parti. On était en voiture avec mes parents dans les collines. Mon père adorait tous ces trucs mécaniques des Non-Magiciens et ma mère et moi on ne détestait pas contrairement à Derek alors on est monté tous les trois et mon frère est rentré en transplanant. »

… j’demanderais plus tard ce que c’est que transplaner, j’sais pas pourquoi, j’sens que c’est pas le moment !

C’est le genre de pensées débiles qui vous prend à un moment pas vraiment opportun. Vous savez, le genre de truc qui vous faire dire « putain… le prête au fond, il s’endort, et l’autre joue avec une araignée quoi oO » et qui vous fait rire en plein milieu d’un enterrement. Le réflexe stupide d’anti-larmes parce qu’on a décidé que, cette fois, on ne pleurerait pas. Et, oui, c’est du vécu xD ! Sauf qu’elle n’avait pas rit, parce que malgré la débilité de sa réflexion, elle sentait venir le drame, et, ce, surtout après ce qu’elle avait entendu du Supérieur quelques temps plus tôt. Se repositionnant contre lui, ce qui lui permettait aussi de ne pas être fixée par une blondinette qui ne savait pas trop quoi répondre, la jeune femme s’était tue en le laissant continuer.

« Tu vois, c’était juste bien d’être normal pour une fois. D’avoir l’air d’une famille comme une autre. J’étais heureux d’être là avec eux. J’me souviens, je regardai la Lune. Je la trouvais tellement belle, tellement …pleine. Et il nous a coupé la route. J’me rappelle pas de tout mais j’entends encore parfois le cri de ma mère dans mes cauchemars. Mon père a essayé de l’éviter mais la voiture a défoncé la glissière de sécurité et on est tombé dans un ravin. J’ai été éjecté de la voiture, et eux … Ils sont allés s’écraser un peu plus bas. J’aurai du mourir Sovahnn, j’étais cassé de partout, j’aurai du y passer, comme eux, mais y a eu ce grondement sourd et la douleur dans mon mollet. »

C’était quoi déjà ? Plus de larmes, plus de quoi pleurer. Et bah ça n’était pas le cas. Mais cette fois, les deux petites larmes qui s’étaient échouées dans son cou ne provenaient pas que de sa rage et de son propre chagrin. Les effaçant d’un revers de main en jetant un œil à la blessure du jeune homme, Sovahnn ne pu s’empêcher de grimacer en silence.

« Il m’a sauvé la vie en me mordant. Je sais pas s’il l’a fait délibérément ou pas mais il m’a sauvé la vie … Et je l’ai longtemps regretté. »

La main de la jeune femme était allée jusqu’à la sienne pour la serrer un peu. Bien sûr qu’elle désapprouvait. Il y avait eu trop de temps pendant lequel elle angoissait de mourir du jour au lendemain sans pouvoir y faire quoi que ce soit, pourtant, en cet instant précis, elle pouvait comprendre. Mais ce connard pouvait tout aussi bien avoir dit des conneries juste pour la faire souffrir non ?

Déni.

« Tout ça, ça fera 2 ans dans quelques jours. Et j’suis comme toi, ils me manquent, tous les jours. Ma vie d’avant me manque même si j’ai retrouvé un certain équilibre ici. Ça ne sera jamais pareil. »

« C’est… horrible c’qui t’es arrivé.. »

Sa vie, pas la tienne. Oublie la tienne, ça ne sera jamais pareil, c’est vrai. Mais t’as pas de preuves. Aucunes.

« C’est pas parce que je ne te fais pas confiance que je ne t’ai jamais parlé de tout ça tu sais. C’est juste … J’sais pas, entre nous ça a toujours été simple, sans prises de tête, sans états d’âmes, et très égoïstement j’avais besoin que ça reste comme ça parce que t’étais comme une bouffée d’oxygène pour moi, au beau milieu de toutes mes emmerdes. Mais maintenant je sais que même si on est tous les deux des pauvres gamins cassés de l’intérieur, et qu’on le sait, ça changera rien. »

La vie continue, aller, sourit… ‘faut l’assassiner le type qui a dit ça +out+ !

Nan, en réalité, si un sourire était venu étirer les lèvres de la jeune femme, c’était dû au terme « bouffée d’oxygène ». Comme quoi il en faut peu parfois.

« Bien sûr que nan, ça changera rien. J’veux dire, j’sais pas, ouais, si on avait couché ensembles, ça, ça pourrait casser une amitié, mais un aussi petit gros trucs que ça : aucune chance ! »

Cette fois-ci, c’était un petit rire qui avait vu le jour. C’est étrange non ? Ascenseurs émotionnels du jour bonjour ! Après tout, quitte à ne plus avoir de larmes dans le corps, autant en rire non ? Et puis aussi, parce qu’elle ne changerait sûrement jamais.

« Tu continueras de m’embarquer dans tes galères, et on ira encore se faire courser dans la forêt interdite par des Détraqueurs, on sautera par des fenêtres alors que je déteste voler, on f’ra chier ses enfoirés et on s’amusera. Puis ouais, tu l’auras ton copain canin – j’préfère lupin, là j’ai l’impression d’être un gentil toutou – mais j’te préviens, ne pense même pas à me mettre un collier et une laisse sinon j’te bouffe. »

« J’comprend pas, le style caniche ça t’irais bien pourtant… »

Et évite de me bouffer, les poils, ça m’irait pas au teint, j’en suis sûre. Yen a assez comme ça sur un corps féminin en plus, c’est assez galère, pas besoin d’en rajouter =D !

Pas besoin de Zazie, moi ‘jte dis que tout ne va pas bien, mais ça n’est pas une raison valable pour s’enterrer dans un coin et attendre que ça passe.


« Et à titre informatif, Jillian est au courant. Megan aussi parce que mon crétin de frangin lui raconte tout, y compris ma vie, et j’vais vraiment finir par lui rentrer dedans. Mon frère donc. Les Profs, les Supérieurs. Jun Ki. Et quelques autres personnes. Trop de monde en fait mais si toi ça te va, c’est pas un problème pour moi que tu le saches. »

C’est officiel, j’viens de me faire une place un peu plus importante dans ta vie je crois.

« Ah ouais quand même oO. »

Ça fait quand même pas mal de monde, mais c’est vrai que ça ne doit pas être toujours facile à garder secret.. surtout quand des cons le sous-entendent au détour d’un couloir quoi !

« Bien sûr que ça m’va. »

Grand sourire rassurant.

« Et euh, ahem, j’ai juste une question .. »

C’est quoi transplaner ? Nan, ça je fouillerais un bouquin, çpas grave xD !

« Ça fait comme le vampire, t’es capable de reconnaitre d’autres lycans à proximité ? »

….

« Si j’te dis Everleigh, tu me réponds… ? »

Et, non, jme lèverais pas, jsuis bien là xD !

You’re my crack of sunlight…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17071
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Welcome to the Freak Show ! {Sovahnn} + Kazuo   Ven 19 Aoû 2011 - 12:42

Comment on en est arrivé à ça au juste ? A parler de tout ça. J’suis là, toi sur mes genoux, à te raconter ma vie alors que seulement quelques minutes plus tôt, on a littéralement pété les plombs tous les deux. Le point positif, c’est que cette conversation, le simple fait de parler d’eux, de ça, de ce qui m’est arrivé, ça me calme. C’est instantané. Et j’ai comme l’impression que c’est ton cas aussi. Plus rien ne tremble, plus rien ne bouge autour de nous. Ta magie s’est finalement rendormie et mon pote aux oreilles pointus est reparti se coucher tranquillement dans le fond de mon esprit. Il a visiblement décidé de me foutre la paix, et ça tombe bien, parce que je n’ai plus la force de grand chose. J’veux juste qu’on reste là, tranquilles comme ça encore un peu, et surtout que ces deux abrutis ne redébarquent pas pour nous faire chier. Je ne veux plus penser à eux. Et grâce à Takuma, je sais que personne ne viendra laisser trainer ses yeux et ses oreilles dans le coin mais qu’en est il de ce Vampire ? J’entends encore son rire résonner dans ma tête. Fallait bien que ça arrive un jour de toute façon. Et je m'étonne qu'il n'y ait pas eu de fuites plus tôt que ça. Pour ça, et pour autre chose d'ailleurs. Ils ont tellement matière à me faire chier que visiblement ils savent pas où donner de la tête alors ils s'abstiennent ? Ou alors ils préfèrent le faire dans l'intimité, comme ils sont gentils. Bandes de sales cons.
Mais oui sova, toi aussi t'es un peu responsable de ma chaleur corporelle et de mon rythme cardiaque endiablé Rolling Eyes Enfin tu l'as été. Disons que maintenant c'est différent. J'te vois plus comme ça. C'est pas que je te trouve moins sexy qu'avant, juste que t'es mon amie et j'aime pas mélanger. Et puis j'ai plus le droit surtout mais enfin ça tu le sais déjà. T'inquiète pas, j'suis certain que t'es responsable de changements physiques du genre chez au moins la moitié des mecs de ce château. Probablement même sans t'en rendre compte. Enfin prends soin de toi quand même hein ! Manquerait plus que tu tombes enceinte ou en dépression. Parlant de ça … Oui c'est vrai, c'est horrible, mais t'as vécu plus ou moins la même chose, enfin de loin mais … tu sais … pour ton père … Je sais pas quoi dire. Je me sens mal. T'en montre rien alors je ne vais pas aborder le sujet mais ça me reste en travers de la gorge. Je suis tellement désolé si tu savais.
Si on avait couché ensemble … T'as le don pour faire passer la déprime en deux secondes neuf toi hein ? En tout cas tu fais bien semblant. Non, mais t'imagine ! Si on avait couché ensemble, ça aurait ruiné cette relation formidable qu'on a réussi à construire sans aucune ambiguïté ! Au moins, pour ceux qui ne croient pas en l'amitié filles/garçons, on a réglé le problème dès le début. Et dire que si on avait pas couché ensemble justement, on ne se serait peut être jamais adressé la parole. Comment on aurait pu faire ça ? Salut, je te dis pas mon nom parce que t'en a pas besoin. Mes parents sont mort et je suis un Lycanthrope. On s'envoie en l'air ?

Et donc pour changer de sujet ou juste revenir dans le vif en fait, j’essaie de me rappeler qui est au courant. J’ai zappé Elwynn tiens. Et James, mais il est mort, enfin je crois. White, ce crétin qui va vraisemblablement mal finir s’il me cherche de trop. Dans les élèves je pense que c’est tout. Et y a Cameron aussi, dans un autre genre. Il est le seul à m’avoir reconnu. C’est qu’il a l’œil parce que réussir à faire le lien entre un gros loup noir et un ado perché sur plus d’un mètre 80 juste en le regardant droit dans les yeux .. Faut le faire. Il l’a fait. N’en parlons plus.

« Ah ouais quand même oO. »
« Mouais. Y en a pas beaucoup qui le savent parce que je l'ai choisi d'ailleurs m'enfin, c'est la vie. Et j'dis pas ça pour toi hein. »

Même mon propre frère ne l’a pas appris de ma bouche. En vérité, il l’a même su avant moi. Jill, Kyle, El’ et Jun Ki qui n’y comprenait rien, voilà les seules personnes à l’avoir appris par le principal interessé. Je ne pense pas oublier quelqu’un d’autre. Donc effectivement, ça en fait un paquet qui l’ont appris d’une autre manière. Tu parles d’un secret.

« Bien sûr que ça m’va. »
« Je savais que tu ne me jugerais pas mais … Merci quand même. J’aurai eu l’air con si t’étais partie en hurlant. Par contre si tu me ressors le coup du caniche là j’te jure que tu vas courir chérie. »

Chérie ? Euh … oui d’accord. Et ça sort d’où ça au juste ? Va falloir que j’arrête les surnoms dans le genre parce que je me sens profondément ridicule. M’enfin là c’est pas trop grave, c’est juste pour accentuer la menace et peaufiner mon rôle de prédateur dangereux qui supporte très mal d’être comparé à un chien-chien à sa mémère. C’est pas comme cette nouvelle manie que j’ai d’appeler Kyle, Bébé. Mais après tout, qu’est ce qu’on s’en fout dès l’instant où c’est sincère hein ? C’est mon cœur qui parle, je ne devrais pas en avoir honte ni m’en sentir gêné. C’est mon bébé, c’est comme ça. Et Sovahnn, tu as donc l’honneur et l’immense privilège – et non j’en fais pas trop quelle question – d’être ma chérie. Donc oui, je confirme, tu viens de prendre une place importante dans ma vie, même si c’était déjà le cas depuis un bail pour être honnête. Encore une fois je fais le malin, mais le jour où ça me retombera dessus … Est ce que je vais me décider à lui dire ? Est ce que ça vaut vraiment la peine de lui dire ? Bébé, pendant ta légère, toute petite, absence inopinée, j’ai … comment dire ça sans t’énerver … eu en quelques sortes des relations étroites avec certaines personnes de la gente féminine et l’une d’entre elle est devenu une de mes amies les plus proches. Je la prends dans mes bras, je lui fais des câlins et des bisous mais on couche plus ensemble donc ça le fait nan ? Et c’est à ce moment là que je m’en prends une et qu’il m’incendie. Nan très franchement, je crois que je vais continuer de garder ça pour moi parce que je n’ai pas envie que ça est de l’affect sur les relations que j’entretiens avec chacun d’entre eux. Tout va bien de ce côté, et j’aimerai assez que ça dure. C’est plutôt cool quand ça se passe bien parfois. Non ?

« Et euh, ahem, j’ai juste une question .. »
« Je t’écoute. »

Et c’est reparti pour le cour de rattrapage sur la Lycanthropie et ses effets. J’vais finir par écrire un bouquin je crois. Nan je cours pas après ma queue pour jouer avec. Hum … Dis comme ça, ça fait bizarre nan ?

« Ça fait comme le vampire, t’es capable de reconnaitre d’autres lycans à proximité ? »
« Ouais, ils sentent le big mac. Quoi ?! C'est pas parce que j'avais pas de télé ni de playstation que je sortais jamais de chez moi. Et je suis aussi capable de reconnaître l’odeur d’un simple humain, ou d’un animal, sans le voir, si c’est une odeur que je côtoie régulièrement. Et évidement, non, un Lycan ça sent pas le big mac. Ça sent … le Lycan. Jun Ki trouve que je sens le chien, selon lui je pue. Et selon moi, il pue aussi m'enfin ça Rolling Eyes »

Et j’entends un cafard se gratter les *bip * a trois kilomètres aussi. Ça sort pas d’un film ce truc ? Hum …. Peu importe.

« Si j’te dis Everleigh, tu me réponds… ? »
« Nuit torride ? »

Ok j’me la ferme. N’empêche que c’était … une expérience sociologique intéressante. On va dire ça comme ça. Et c’est surtout que je cherche un moyen de détourner mon attention de ce traquenard parce que je suis dans la merde là.
Et encore une fois, c'était pas la nuit *sort*

« Joker … :gla: »

Je l'aime bien celui là, il est pratique.
Le Super moit-moit ?
Enzo, t’avais pas la télé, t’es pas sensé connaître ce truc j’te rappelle.

Tu me mets dans une situation délicate Sova. Mais d’un autre côté, si tu poses la question comme ça, c’est que tu connais déjà la réponse. Partons juste du fait que j’ai compris ton allusion et qu’il se pourrait que tu ais raison. Et … Disons que je me suis rendu compte que deux Loups Garou dans un même périmètre quelques heures avant une Pleine Lune, c’est pas bon pour le mobilier. Si ça peut répondre à ta question. Mais évidement comme tes pas dans ma tête – Et heureusement O_o – Ca va pas franchement faire avancer notre schmilblick.
Pour ma défense, à ce moment là j’étais pas vraiment … Enfin … J’pense pas qu’on puisse considérer ça comme une relation extra-conjugale. C’est compliqué. J’peux être un véritable salaud mais pas avec les gens à qui je tiens. Je ne tiens pas spécialement à Ever, mais à lui si. Jamais je ne lui aurai fait du mal volontairement. Jamais je n’aurais cédé à mes pulsions si j’avais su … Enfin je crois. J’espère. De toute façon le mal est fait. Le mal … Question de point de vue m’enfin … Bref !

« J’peux rien dire. Désolé. Mais si je peux me permettre, évite d’aller lui poser la question frontalement. »

Pas sur que tu sois trop en sécurité parce qu’elle ne m’a pas l’air très stable en terme d’animosité depuis quelques temps. Je n’ai été en contact avec elle qu’une seule fois depuis qu’on a fait connaissance – a peu de chose près de la même façon que toi et moi mais c’est pas la question – et elle m’a semblé perdre le contrôle relativement facilement, comme si la bête en elle parlait pour elle. Je ne lui laisserai pas mon chat en garde si tu vois ce que je veux dire. Quoi que je doute qu’elle lui fasse du mal mais je n’ai pas vraiment envie que tu prennes ce risque parce qu’on est pas tous aussi « inoffensif » que moi. Et puis de toute façon, étant donné la façon dont j’ai formulé ma non réponse c’est comme si j’écrivais en gros sur le mur du château : Everleigh C. C. Calgarry est une Lycanthrope. Traduction, je me sens très mal parce que je lui ai promis de garder son secret et que j’ai l’impression de la trahir.

Donc là, si tu n’y vois pas d’inconvénient – et même si t’en vois ça changera rien – je vais changer de sujet de conversation d’une façon très subtile.

« Dis donc, si je peux me permettre, ton Casanova là, c'est un sacré connard. »

T’as vu comme je suis subtil un peu ?

T’auras bien compris que je parle de ce cher Alec, du regard qu’il m’a lancé tout à l’heure, et de sa façon de s’être barré en nous laissant dans notre merde tous les deux. Je ne m’attendais pas à ce qu’il lève le petit doigt pour moi mais il aurait au point pu manifester de l’intérêt pour toi, non ? Je sais pas, moi ça me dépasse ce genre de réaction. J’étais un peu comme ça quand j’ai débarqué ici mais j’ai bien vite changé et puis même, c’est pas dans ma nature, Kyle m’a bien vite fait ouvrir les yeux là dessus. Dans quel état je serais encore aujourd’hui s’il n’avait pas débarqué du jour au lendemain dans ma vie ? Très franchement parfois ça me fait peur. Et quand je vois un type comme ce Rivers, j’ai peur de la façon dont j’aurai pu tourner parce que lui ressembler … Hors de question.
Bref ça va m’énerver donc on va encore changer de sujet. Et hop double esquive.

« Et comme j'ai l'impression que tu connais Takuma, tu pourras lui dire merci de ma part pour ce qu'il a fait ? Dis lui que s'il veut, il aura le droit à un câlin, il comprendra. »

Nous aussi on a le droit d’avoir nos petits secrets bandes de méchantes filles ! Quoi que … Si ça se trouve il t’en a parlé, lui ou n’importe qui d’autre en fait. C’est pas drôle si c’est le cas. Takuma … Et dire que j’ai bien failli t’envoyer mon poing dans la figure ce jour là. Faut pas m’en vouloir, c’était juste un réflexe de réagir comme je l’ai fait. Enfin tu t’en fous pas mal à mon avis et puis maintenant y a prescription. D’autant plus qu’avec le recul ça me fait rire. Ce qui m’épate en revanche c’est le sortilège que t’as lancé. C’est pas donné à tout le monde de réaliser un truc pareil. Je savais déjà que t’étais plutôt doué en magie, mais surtout pour faire des conneries en fait, mais là c’est une nouvelle facette de toi que je découvre. Quoi que finalement, on se connaît pas donc c’est plutôt normal. Enfin un qui sait pas que je suis un grand méchant loup ! Enfin j’crois …

Me sentant légèrement ankylosé – pas de ta faute vu ton poids plume on est d’accord – j’ai fini par me relever, la déposant tranquillement sur le muret alors que je déroulais ma grande carcasse. Carcasse qui s’est mise à craquer de partout quand je me suis étiré.

« J'vais aller réclamer un massage moi j'crois bien. »

Et surtout une bonne nuit de sommeil pour effacer encore tout ça de mon esprit. C’est devenu une habitude plutôt lassante. Mais si tu veux je reste avec toi Sova, y a pas de problèmes. T’as même le droit de me masser si tu veux :gla: J’me sens un peu tendu et noué tu vois, juste là au niveau des épaules.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2366
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Welcome to the Freak Show ! {Sovahnn} + Kazuo   Sam 27 Aoû 2011 - 11:48

Welcome to the Freak Show
-






This gonna be a long long way
To happy..







Comment on peut en arriver là à discuter calmement ? Parce que c’est l’œil du cyclone et que j’ai besoin de ça pour décompresser un peu avant de m’énerver à nouveau. Pas autant, ne t’en fais pas, j’vais garder un semblant de sang-froid cette fois. Et je ne me mettrais pas dans un tel état pour un mec, pour ce mec en particulier. Parce que ça serait con, tout simplement, surtout que jl’ai un peu cherché, mais ça change rien. Merde quoi !

Parler d’autre chose, d’important qui plus est, on a beau dire, mais, mine de rien, ça permettait aussi de faire descendre la pression. Souffler un peu en compagnie d’un ami, c’était vraiment ce dont la jeune femme avait besoin en cet instant. Même s’il y avait sûrement pas mal de raisons de s’agiter dans tous les sens en essayant de trouver des explications rationnelles à ce dont ils parlaient, Sovahnn économisait ses forces. Au fur et à mesure, cette sensation d’abattement et d’épuisement s’était effacée, pas complètement, loin de là, mais elle pouvait tenir sur ses jambes quoi. Le regard rivé sur les murs déformés – comme si, eux aussi, s’étaient épanchés de toutes leurs larmes – la jeune femme avait écouté son ami lui raconter son histoire. Sa triste histoire.

« Ah ouais quand même oO. »
« Mouais. Y en a pas beaucoup qui le savent parce que je l'ai choisi d'ailleurs m'enfin, c'est la vie. Et j'dis pas ça pour toi hein. »

« Ouais.. ça doit pas être simple à porter c’est clair.. Oui oui, compris. Mais au moins, comme ça, j'le sais, ça facilite les choses en partie non ? »

Pas simple, c’est sûrement un euphémisme mais, encore une fois, la jeune femme se retrouva à parler d’un truc qu’elle ne connaissait absolument pas. Doucement naïve, elle acceptait les choses avec le peu dont elle en savait et puis c’était tout. De toute manière, toute bête nocturne qu’il devenait à ses yeux, ça ne changeait rien au fait qu’il n’était en rien différent du garçon qu’elle connaissait avant ça, il n’y avait aucune raison qu’elle change sa vision des choses. Elle éviterait juste de faire des tours dehors en tant de pleine lune, c’était tout. Enfin, même si ça, c’était déjà le cas depuis qu’elle avait lu le début du chapitre sur les loups garous. Et surtout depuis qu’Aileen lui avait raconté sa mésaventure. Mais bon, ça n’est pas non plus hyper intelligent de rester dehors après l’heure, une nuit de pleine lune, sans protection et en compagnie d’un lycan non soigné. Enfin, soigné, façon de parler. Oui oui, elle en savait des choses hein ! Nan, sérieusement, à force, il y avait un peu moins de choses sur lesquelles on pouvait la surprendre. Enfin, en tout cas, sur les bestioles qu’elle connaissait en tant que pas douée du monde magique. Pour le reste, ne connaissant pas les noms dans le glossaire du bouquin…. Elle n’avait tout simplement pas été voir. M’enfin bref, ça n’était pas exactement la question, un peu, mais pas tant que ça. Elle potasserait un peu plus, c’était tout. Oui, parce que c’est pas mal d’en savoir sans poser les questions au concerné. De un, parce que ça l’aurait sans doute fait chier, mais aussi parce qu’un exposé oral sur ce qu’il était, ça ne la branchait pas beaucoup, surtout parce qu’elle et la mémoire auditive, ça faisait huit.

« Bien sûr que ça m’va. »
« Je savais que tu ne me jugerais pas mais … Merci quand même. J’aurai eu l’air con si t’étais partie en hurlant. Par contre si tu me ressors le coup du caniche là j’te jure que tu vas courir chérie. »

« … tatatala ! Chiwawa ! =D »

C’est mieux peut-être ?


En voyant sa tronche, la jeune femme avait explosé de rire. Aller quoi, on ne va pas non plus pleurer en non stop.

C’est vrai, j’en ai marre de pleurer. J’ai des raisons de le faire, mais franchement, j’en ai sérieusement raz –le-cul. Par contre m’énerver, j’en ai encore la force. Mais pas tout de suite, pas ici, pas sur toi. Parce que toi t’y est pour rine, toi t’es là et jt’en suis extrêmement reconnaissante. Ah oui et au fait … chérie ? oO Chérie… bon ben chérie alors si tu l’dis hein xD !

« Tu sais que j’adore courir ! M’enfin pas tout d’suite là, laisse-moi au moins demain pour me pourchasser, ça serait mieux. »

J’aime pas. Et jcrois que ça se voit. Le mélodramatique, c’est pas quelque chose que j’apprécie, c’était le cas avant l’accident, je le sais, mais entre-temps j’ai réfléchis et mûrit, seule avec moi-même pour en arriver à la conclusion, que, nan, jsuis pas faite pour me répandre en larmes trois heures par jour, jsuis pas faite pour ne voir que le mauvais, jsuis pas faite pour… pour croire un connard qui jouit de la souffrance des autres. J’veux pas lui donner autant d’importance, j’veux pas que ça influe. Et oui, c’est la fille qui a faillis faire exploser le château il y a cinq minutes qui dit ça. Ouais, j’dois être lunatique moi aussi tient. Enfin, en tout cas, je l’ai toujours été quand je me mettais à pleurer, même petite. Parce qu’on m’avait dit que ça n’était pas bien, que c’était être faible et qu’il n’y avait que les gamines à chialer pour ce genre de choses. J’pourrais pas vous dire ce que « ce genre de choses » était à l’époque. Mais la phrase m’a marqué et, non, je ne suis plus une gamine et pour ça, j’me suis toujours engueuler quand les larmes coulaient. J’voudrais juste que tout ça n’ait pas eu lieux, mais c’est pas possible. Alors j’essaie de retrouver de la contenance, de retrouver mon sourire et mon assurance et d’oublier le mal que ce type vient de faire avec sa langue de vipère. Après tout, regarde, même les murs du château perdent cet aspect fondu qu’ils avaient pris quand je me suis écroulée dans les bras d’Enzo. La magie fait bien les choses, elle répare ce que j’ai abimé, et fait comme si rien ne s’était passé. Pourquoi elle ne fait pas ça avec moi ? Moi et mon rire alors que j’continue à y penser, à me dire que ça n’est pas vrai et que j’peux pas y croire, que c’est pas possible, qu’il n’a dit ça que pour me faire réagir et que la vérité est tout autre. Moi et ma naïveté. Je fuis, oui, je fuis dans un monde que je connais, celui du rire. J’crois que j’ai encore beaucoup de choses à apprendre, dont la souffrance. Externe je parle. Pour ce qui est de l’esprit, j’ai déjà été servie et il n’y a que cet univers que j’ai apprivoisé. Mais pour le reste, j’suis qu’une gosse paumée dans un monde inconnu. Un monde où mon père ne serait plus là.

La jeune femme ne s’était pas étendue plus sur la question du chérie, à part un petit regard sceptique et amusé et elle s’était mise à poser une question. Une question qui, en fait, n’avait rien à voir avec le fait qu’elle voulait savoir comment il percevait les autres personnes, elle ne faisait qu’amener ce qui l’intéressait réellement : Ever.

« Et euh, ahem, j’ai juste une question .. »
« Je t’écoute. »
« Ça fait comme le vampire, t’es capable de reconnaitre d’autres lycans à proximité ? »
« Ouais, ils sentent le big mac. Quoi ?! C'est pas parce que j'avais pas de télé ni de playstation que je sortais jamais de chez moi. Et je suis aussi capable de reconnaître l’odeur d’un simple humain, ou d’un animal, sans le voir, si c’est une odeur que je côtoie régulièrement. Et évidement, non, un Lycan ça sent pas le big mac. Ça sent … le Lycan. Jun Ki trouve que je sens le chien, selon lui je pue. Et selon moi, il pue aussi m'enfin ça Rolling Eyes »

Petit sourire. Au moins, ça devait être pratique ce genre de sens…

« Hey, ça veut dire que j’peux pas te prendre en traitre ? C’est nul ça ! oo’’ »

M’enfin bref, là n’est pas la question.

« Si j’te dis Everleigh, tu me réponds… ? »
« Nuit torride ? »

Rolling Eyes Merci ça m’aide !


« Joker … :gla: »

Ça aussi tient. Quoi qu’un peu plus. Joker, ça veut dire que ce que je pense est vrai c’est ça ? Que c’est pour ça qu’ils me font chier ces temps-ci. Ils savent que j’étais là ce jour-là, et Ever a tué quelqu’un cette nuit. Si c’était sous sa forme lupine, je suppose qu’ils savent que c’est un lycan de l’école, ils veulent maintenant savoir qui c’est. Putain j’suis devenue le Sherlock Holmes des loups garous moi depuis environs une heure.

« J’peux rien dire. Désolé. Mais si je peux me permettre, évite d’aller lui poser la question frontalement. »

« Hm. T’en fais pas, j’crois que le mieux c’est de toute manière qu’on ne se recroise pas. »

… Et s’ils cherchent un Loup comme tueur…

« Enzo.. Quoi qu’on te demande, et quoi que soit la vérité, à la dernière pleine lune, tu t’es pas approché de la bibliothèque. »

Bien sûr, la jeune femme avait fini par apprendre qui s’était fait tuée cette nuit-là. Et ce qu’elle venait de dire pouvait faire comprendre à Enzo ce qu’avait fait Ever, et là, c’était Sovahnn qui ne respectait pas sa promesse, elle en parlait en quelque sorte. Mais elle n’aurait pas pu se taire. Même si ça n’était pas grand-chose, c’était une veine tentative pour le protéger si on venait à penser à lui. Après tout, une Supérieure s’était fait tuée par un Loup, on ne pouvait pas dire qu’il n’avait aucune raison d’être suspecté.

Ne m’en demande pas plus s’il te plais..

Vive la conversation à demi-mot tient !


« Dis donc, si je peux me permettre, ton Casanova là, c'est un sacré connard. »

Merci. Enfin, nan, d’ailleurs pas merci xD !

La jeune femme n’avait répondu qu’avec un grognement d’approbation. Oui, et elle l’avait en ligne de mire celui-là tient ! Pas qu’elle ne se doutait pas de ce genre d’agissement, mais en fait… en fait si. Il s’était détourné direct, sans même essayé de faire quoi que ce soit pour l’aider. Et ça, ça ne passait pas vraiment. Et, non, elle ne voulait pas en parler, elle voulait juste aller lui en foutre sur la gueule le plus tôt possible, parce que ça allait bien là les conneries hein ! Tolérante, ok, mais pas complètement conne non plus. Salopard !

« Et comme j'ai l'impression que tu connais Takuma, tu pourras lui dire merci de ma part pour ce qu'il a fait ? Dis lui que s'il veut, il aura le droit à un câlin, il comprendra. »

Merci pour le nouveau changement de sujet et… hein ? oO

« Quoi ? Pourquoi il a fait quoi ? Et comment ça un câlin ? oO Qué… »

Késako… ?

Mais avant qu’Enzo n’ai eu le temps de répondre, un petit chat bizarroïde, argenté avait fait son apparition. Un chaton Rubigineux plus exactement. Très rapide, il avait foncé sur Enzo, pas franchement en ligne droite, avant de faire un magnifique saut pour s’accrocher à son cou, ce à quoi la jeune femme avait réagi par un mouvement de recul en le voyant lui foncer dessus. Un peu éloignée donc, et surtout franchement surprise, elle n’avait rien entendu de la phrase prononcé par la bestiole, avec la voix de Takuma, tellement basse et prononcée à l’oreille du jeune homme, qu’elle ne s’était même pas douté que ce… chat ai pu dire quelque chose. … Ce qui était logique dit comme ça d’ailleurs. Oui, la jeune femme ne savait pas ce qu’était un patronus, ni même qu’ils pouvaient parler grâce à une magie assez avancée.

« Elle ne sait pas que j’suis capable de ce genre de truc, et j’veux pas que ça soit le cas, alors s’il te plait, tais toi.. »

Pile au bon moment dit donc.. ça n’était pas pour rien, puisque Takuma en réalité ne se trouvait pas loin. Il était arrivé pour entendre justement cette phrase puisque gentiment LUI, c’était occuper de couvrir les deux jeunes gens et s’était assurer que personne ne se souvienne de ce qu’il s’était passé… à part Alec qu’il n’avait pas vu, forcément ! En revanche, il avait couru après une fille de Serdaigle dans tout le château pour réussir à lui effacer ses souvenirs. Enfin bref, Enzo ne mettrait pas longtemps à comprendre que d’après les sorts qu’il venait d’utiliser, il était plus que doué en magie, et un, ça suffisait largement, pas besoin que Sovahnn soit au courant aussi.

Le chat avait disparu à la seconde où la phrase s’était achevée.

« Euh… ouais. … »

Ya des trucs bizarres dans cette école quand même hein.

« Donc … tu … disais ? »

Jetant des regards autour d’elle, la jeune femme s’attendait encore à se faire sauter dessus par un minou argenté.

Quelques minutes après, Sovahnn se sentait soulevée et déposée sur les marches pendant que son ami se relevait. Quelque part, c’était peut-être mieux, comme ça ils pourraient partir à l’opposer l’un de l’autre si c’était un tigre qui débarquait oo’’ En fait, malgré son côté blasé des mystères de la magie, il y avait toujours des choses qui étonnaient la jeune femme, c’était évident ! Genre un ami lupin à ses heures d’ailleurs.

« J'vais aller réclamer un massage moi j'crois bien. »

« Jt’en aurais bien fait un, mais j’ai encore jamais testé, j’risquerais plus de t’abimer qu’autre chose. »

On va arrêter les premières fois avec toi ça devient lassant à force ! Taggle Sovahnn. Oui oui j’me tais ! Hey, jl’ai pas dit à voix haute, c’est déjà pas mal hein xD !


« Va quémander ton massage, de toute manière, il faut que je massacre quelqu’un »



« Tout en gardant mon calme, promis. T’façon j’suis pas sûre qu’il reste assez de… ç’que t’as dit là, pour faire péter quoi que ce soit.. ç’qui serait mieux d’ailleurs. »

Quand on dit qu’elle n’a pas de mémoire auditive hein ! Magie virtuelle ? Nan, Visuelle, non plus. Terre-à-terre, nan, toujours pas. Potière :ga: … >.<’’ ! Primaire ! Ouais voilà, c’est ça !


« T’en fais pas et ... va t'faire masser =Dv»

C'est bien les massages, ça détend, toussa toussa. On devrait ouvrir un institut, tu trouves pas ? Jt'achèterais un passeport annuel =D ... >.<'' Enfin, bref, Moi je retourne assassiner des gens, mais pas toi, ok, comme ça on équilibre, toi t'auras demain =D ... Putain ça fait peur ce que j'dis en fait >.<" ...


Lui souriant, la jeune femme s’était levée pour lui claquer un baiser sur la joue. Pour une fois que c’était elle, tient =P !

« Merci d’être ce que tu es Enzo. »

J’suis sûre qu’on te l’as rarement fait celle-là, surtout après ta révélation du jour. Pourtant c’est le bon comme le mauvais que j’aime, parce que sans ça, t’auras pas compris ni même anticipé.


Faisant demi-tour, la jeune femme s’était éloignée, se retournant tout de même, histoire de lui dire un au revoir un peu particulier.

« Et, oui, c’est bien Alec que je vais de ce pas casser en huit :=D: »

Autant profiter de cette journée pour gueuler, au moins, elle s’était échauffée hein !

***

La jeune femme avait parcouru une bonne partie du château pour enfin trouver son cher et tendre sex toy =D … enfin bref xD ! Dédicace à Clem, elle comprendra. Donc, Alec choupinet-chéri-connard-invétéré, se trouvait finalement et étonnamment dans la salle de défense contre les forces du mal. Pourquoi, comment, la jeune femme n’en savait trop rien, mais devoir lui courir après dans toute l’école, ça n’avait fait que l’irriter un peu plus. Et bien entendu, quand elle était entrée – non, il n’y avait pas de cours non… - Alec, s’il était bien là, n’était pas seul. Adressant un grand sourire à son enseignant, la jeune femme avait cru pendant quelques instants qu’elle resterait zen et polie… Mais bon !

« Bonjour, pourriez-vous sortir s’il vous plait ? =D … DEHORS !! »

Ça, c’est pas exactement une manière de parler à son prof… Mais qu’est-ce que j’en ai à foutre hein ? Il a cas pas être là merde ! C’est sa salle de cours… Oh on t’a sonné toi ?


Pourtant, Logan n’avait fait que la fixer d’un air étonné avant de hausser des épaules et de passer derrière Sovahnn en direction de la porte, et ce, sans oublier d’adresser un petit sourire à Alec du genre « bon courage =D ». D’expérience, il devait savoir que ça n’était pas exactement le moment de faire son mâle dominant, une femme en colère contre un mec, ça peut être dangereux quand ça s’y met. Et, surtout, c’était la flemme qui dictait ses pas. Qu’elle gueule si ça lui faisait plaisir hein.

« T’es vraiment qu’un putain d’enfoiré de merde ! Tu t’en fous à ce point sérieux ? Jcompte même pas assez pour que tu arrêtes de te soucier trois secondes de ta p’tite gueule ?! »

Et elle aimait bien gueuler aujourd’hui. Posé derrière elle puisqu’elle n’avait apparemment pas grillé qu’il n’était pas dehors, Logan était resté adossé à l’encadrement de la porte, amusé par la situation, à observer en silence la scène.

Alec, lui, n’avait pas bougé de sa place, assis sur l’une des tables, il s’était tue alors que Sovahnn reprenait la parole, franchement excédée.

« T’as si peu d’considération pour les autres … ? Bordel mais c’est quoi, t’as vécus quoi dans ta petite enfance pour être aussi con ? »

Pas plus de réponses. En fait, le Serpentard avait même soulevé les épaules, d’un air intéressé. Les regards des deux cousins s’étaient croisés, l’un sachant en grande partie ce que l’autre pensait.

« T’as raison, réponds pas. Va t’faire foutre… »

Demi-tour, de toute évidence, ça ne servait à rien d’essayer de discuter avec un type pareil, il n’en avait manifestement rien à foutre. D’elle ou de quoi que ce soit d’autre, et encore moins de ce qu’elle pouvait ressentir ! Se retrouvant face à Logan, la jeune femme avait sursauté avant de le foudroyer lui aussi du regard.

« Et toi, jsais vraiment pas comment elle fait pour tenir Aileen ! »

Toi, oui oui, bien sûr. On dit ça à un prof. Ouais, sauf que lui, ça n’est pas un vari prof, hein, déjà, et puis, j’connais assez de détails sur sa vie pour oublier le vous en privé hein !


« Salopards d’indifférents de merde... bordel ! »

Aucun n’avait répondu, Logan lui avait même sourit. Dépitée, énervée, déçue, la jeune femme était sortie de la pièce, la porte étant trop lourde pour être claquée, elle s’était juste éloignée sans un mot, se mordant à nouveau la lèvre.

Je n’suis pas touchée, je n’suis pas touchée, je n’suis pas touchée…


De l’autre côté, dans la salle de cours qui s’était magiquement refermée, Marek avait offert une bouteille à son cousin.

« T’en as pas parlé ? »

« Tu l’aurais fait ? »

Pas de commentaire. Non, il n’en avait pas parlé à Aileen puisque maintenant Alec était au courant. En fait, il n’en avait même parler à personne depuis sa petite enfance. Alec et lui savaient, réciproquement, parce qu’ils avaient vu, et vécus une partie de vie commune, c’était tout. Et aucun n’était prêt à en discuter ouvertement.

You’re my crack of sunlight…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17071
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Welcome to the Freak Show ! {Sovahnn} + Kazuo   Jeu 1 Sep 2011 - 23:53

J'emmerde le monde et ses habitants ! … Nan je déconne. Quoi que des fois, j'aimerai bien. M'en foutre. Ça doit être plutôt cool de s'en foutre parfois. Ça m'est déjà arrivé, il y a quelques mois, et très honnêtement, je n'étais pas plus heureux que je ne le suis aujourd'hui. De toute façon, même s'il m'arrive de péter littéralement les plombs et de devenir quelqu'un d'autre, je ne peux pas m'en foutre. Je ne suis pas fait comme ça, pas pour les gens que j'aime. Ni même pour ceux dont je n'ai pas d'inimitié particulière. Je ne suis vraiment pas fier de la façon dont je me suis comporté l'été dernier. J'ai fait n'importe quoi et surtout, j'ai fait souffrir beaucoup de personnes. Jillian, entre autre. Le retour de Kyle a arrangé bien des choses c'est vrai, mais ça n'effacera pas mes erreurs ni même mon comportement envers certains êtres peuplant ce château. Sovahnn n'a pas eu à affronter cette version de moi et pourtant elle aurait pu. Très largement. Peut être qu'elle est arrivée alors que je recommençais à remonter la pente mais je n'en suis vraiment pas certain. J'ai vraiment commencé à arrêter mes conneries en fin d'année dernière alors peut être qu'elle a simplement eu de la chance que je ne me comporte pas avec elle comme j'avais pu le faire avec tant d'autres. Vas savoir.
De toute façon ça ne sert à rien de remuer la merde comme ça, de se poser des questions sur le pourquoi du comment. Je me suis mal comporté avec Tallulah, et pas avec Sovahnn, et alors quoi ? C'est pas mes réflexions internes qui vont changer les choses maintenant. Ni même mes remords. Les choses sont ce qu'elles sont, point barre. J'irai pas m'excuser auprès de tout le monde, je risquerai d'y passer le restant de mes jours. Qui ne seront d'ailleurs peut être pas si long si je continue ma carence de sommeil sur ma lancée mais ça c'est un autre débat. On est en fin d'aprem, j'vais quand même pas aller me coucher maintenant ! Et puis j'ai d'autres projets de toute façon. Le premier étant de m'assurer que mon amie va bien, et de ne pas la laisser seule tant que je n'en suis pas certain. Ça et réfléchir quand même un peu à tout ce qui vient de se passer. Oui, ça facilite surement les choses qu'elle le sache mais au final, ça n'a jamais rien changé entre nous. Je ne pense pas qu'elle se soit jusqu'ici posée de questions. Elle juste du me prendre pour quelqu'un d'impulsif, de sanguin, qui a ses humeurs. Quelqu'un de lunatique. Le truc, c'est qu'avec elle, je n'ai jamais ressenti le besoin de tricher. Je ne me suis jamais vraiment caché de qui j'étais véritablement. J'ai fait l'impasse sur certaines choses, et je le fais encore mais au final, ça ne change rien au fait que le garçon qu'elle connait, c'est la véritable personne que je suis. Elle a simplement maintenant des détails en plus. Et sincèrement, je ne pense pas que ça modifiera quoi que ce soit entre nous. Je ne vais même pas dire que je l'espère parce que je suis certain que ça n'arrivera pas. Pas avec elle. Pas besoin d'explication rationnelle. C'est comme ça, c'est tout.
On va faire l'impasse sur le Chiwawa parce que sinon, j'vais me véxer et bouder dans mon coin tout le reste de la journée. Ben oui, si je lui laisse de l'avance va bien falloir que je m'occupe entre temps alors bouder c'est une chose comme une autre. Non mais franchement, vous m'avez bien regardé ? Est ce que j'ai l'air d'un Chiwawa ou d'un caniche ?! D'une je suis pas un chien, et de deux je suis bien plus sexy que ces deux petites horreur. Non mais ! Oui, oui ! Je suis un Loup vachement sexy. J'suis certain que je ferais des ravages dans la nature en compagnie de vrais loups. Hum … Sauf que je ne suis pas vraiment un loup et que dis comme ça, c'est … dérangeant. Rassurez vous, mi-homme, mi-loup, d'accord, mais totalement humanophile et rien d'autre !
Et non tu peux pas me prendre en traite. Enfin seulement si j'ai le vent de face et que t'arrive par derrière, et aussi quand j'suis entrain de penser à Kyle et à toutes les idées pas très catholiques qui me passent par la tête dans ces moments là. Enfin même quand je pense à lui d'une autre manière de toute façon. Il m'obsède à un point tel que j'en oublie tout le reste. C'est pas toujours très pratique d'ailleurs. Enfin, j'vais pas m'en plaindre non plus. J'préfère me faire prendre en traitre par une Sovahnn ou me faire engueuler parce que j'écoute pas en cours plutôt que d'être séparé de lui une nouvelle fois.
Bon et sinon, je dois m'inquiéter de tes allusions un peu bizarres à Ever ? Parce que sincèrement tu m'inquiètes Sovahnn. Ça m'inquiète. Je n'ai pas toutes les info mais je sais que ça sent pas bon tout ça. Il s'est passé un truc. Et si je n'étais pas près de la bibliothèque à la dernière Pleine Lune c'est qu'un autre Lycan s'y trouvait. La première personne qui me vient évidement à l'esprit c'est elle, ma comparse lupine. Étant donné la manière dont tu as avancé le truc, ça ne peut être qu'elle. Qu'est ce qu'elle a fait ? Est ce qu'elle t'a fait du mal ? Est ce qu'elle a fait du mal à quelqu'un d'autre ? Est ce qu'on lui a fait du mal ? Toutes ces questions qui resteront sous silence parce que ni elle ni moi n'avons envie d'approfondir un autre sujet grave pour ce soir. La dernière Pleine Lune, je l'ai passé dans la forêt interdite à cavaler comme un fou, à observer les licornes, tout ça après avoir laissé sortir ma rage sur un pauvre innocent qui est finalement mort. Un Moldu, traqué, impuissant. Pourquoi est ce qu'il a fallu que mes nerfs se lâchent sur lui et pas sur l'un de ses enfoirés ? Voilà aussi pourquoi je ne veux pas parler de tout ça alors j'ai acquiescé d'un signe de tête. Qu'est ce que j'aurai pu faire d'autre.
Du coup, parler d'Alec m'est apparu comme un moyen de dévier radicalement de cette conversation qu'on n'avait ni elle ni moi envie d'approfondir. D'Alec, et de Takuma. Et si Sova n'a pas relevé, le Serdaigle lui s'est manifesté d'une façon plutôt … magique encore une fois. Elle n'a pas vraiment saisi, ni même entendu ce que ce chaton m'a murmuré à l'oreille. Cherchant du regard le serial-kisser, je ne l'ai évidement pas trouvé mais son message est bien passé. Elle ne doit pas savoir que t'es un génie de la magie, ok c'est noté. C'est pas mes affaires. T'as surement une bonne raison pour ça. Et désolé.

C'est ce moment là que j'ai choisi pour me relever, m'étirer, et faire craquer mes os de partout. Oui un massage, j'aurai donné n'importe quoi pour m'affaler sur un lit et me laisser bercer par des mains dénoueuses de tensions. J'aurai préféré celles de Kyle, normal je dirais, mais une autre paire ça aurait pu faire l'affaire.

« Jt’en aurais bien fait un, mais j’ai encore jamais testé, j’risquerais plus de t’abimer qu’autre chose. »
« T'inquiète pas pour moi, j'ai la peau dure. »

Voilà ce que je lui ai répondu avec un sourire malicieux en coin, revêtant mon habit de sale petite allumeuse, juste pour jouer. Jamais testé. J'allais dire : Comment ça jamais testé ?! Mais en fait, moi non plus. Enfin si, mais disons que c'est tout récent. Avant il aurait fallu me payer cher pour que j'approche quelqu'un de cette façon, mais maintenant que j'ai appris à me réhabituer au contact avec l'être humain, je ne peux plus m'en passer.

« Va quémander ton massage, de toute manière, il faut que je massacre quelqu’un »
« Pardon ? »

T'en as pas eu assez tu crois ?

« Tout en gardant mon calme, promis. T’façon j’suis pas sûre qu’il reste assez de… ç’que t’as dit là, pour faire péter quoi que ce soit.. ç’qui serait mieux d’ailleurs. »
« Magie primaire, banane. »
« T’en fais pas et ... va t'faire masser =Dv»

T'en fais pas, t'en fais pas. Elle en a de bonnes elle. Ne pas m'en faire alors que je viens de te voir péter un cable et menancer de faire s'écrouler tout le château ? Ne pas m'en faire alors que tu me dis tout juste que tu vas aller massacrer quelqu'un ? Je sais pas qui d'ailleurs même si j'en ai bien une petite idée mais … Respire. Ne nous énervons pas. Je suis pas sa mère – Encore heureux, j'ai pas franchement le physique d'une femme d'âge mur O_o – et j'ai pas l'empêcher d'agir. J'vais penser à mon massage tiens.
Oh ouais un massage … Focus ! T'es pas tout seul là j'te rappelle. En plus on a dit un massage pas … pas autre chose. T'es convalescent au cas où tu l'aurais oublié, et t'es sensé ne pas être trop à l'aise et rassuré avec l'anatomie de ta moitié alors tes pensées plus qu'explicite tu les garde pour toi ! Ahum, pardon :gla: J'étais … ailleurs. Oh, un bisou ? Attends, j'me penche sinon tu vas jamais y arriver. C'est mieux comme ça, non ?

« Merci d’être ce que tu es Enzo. »

O_o
Vous pouvez répéter la question ?

Attends Sovahnn, pars pas comme ça ! Est ce que je la retiens ou pas ? Nan parce que dans le genre bug là je nage en plein dedans. Je suis partagé. J'ai envie de la prendre dans mes bras et de lui faire un énorme câlin pour la remercier parce qu'elle n'a probablement pas idée de l'impact de ses mots sur moi. Et a contrario, j'ai envie de lui dire de s'enfuir plus vite encore. Merci d'être ce que tu es … D'être quoi ? D'être un prédateur caché dans le corps d'un ado instable ? D'être ton ami ? D'être juste moi peut être. Là encore ce sont des questions que je ne prononcerais pas à voix haute pour la simple et bonne raison qu'elle comme moi savons tout à fait à quoi nous en tenir. Beaucoup de choses ont été dites et avouées aujourd'hui, et ça en restera là.

« Et, oui, c’est bien Alec que je vais de ce pas casser en huit »
« Le rate pas alors. »

Je l'ai regardé partir, un sourire tendre imprimé sur mon visage. Ma p'tite dose d'adrénaline. Miss-Belle-Au-Bois-Qui-Dort. Sovahnn. T'as pas idée de ce que tu peux apporter aux gens. T'es comme un p'tit soleil et on gravite tous autour de toi parce qu'on a besoin de notre dose de vitamine D. Désolé de faire éclipse parfois mais au moins maintenant tu sais que tu peux compter sur moi.

Désormais seul dans mon bout de couloir, j'ai recommencé à ressasser. Mes parents, entre autre, et tout un tas d'autres trucs qui me plombaient le moral en flèche, alors j'ai décidé de bouger. Un massage, non cette idée ne m'était pas sortie de la tête, bien au contraire. Alors regagnant le dortoir quatre à quatre, j'ai été fouiller dans mon tiroir pour en sortir une plume et de l'encre après avoir retiré de ma poche d'abord la photo de mes parents que j'ai posé sur la petite table de bois, puis le morceau de parchemin qui me servait à communiquer avec Kyle. Lune est venu se rouler en boule sur mes genoux et j'ai griffonné mon appel au secours. Non je déconne, je lui ai juste demandé si on pouvait se voir dans les heures à venir. Il m'a répondu que là tout de suite c'était pas possible, qu'un Supérieur faisait une ronde mais que d'ici une heure il devrait partie parce que ce crétin est trop prévisible et qu'il est totalement soumis à son estomac. J'ai ris, pris mon mal en patience en lui donnant rendez-vous une heure trente plus tard au septième. Ce qu'on ferait à ce moment là, on verra bien. Est ce qu'on passera encore la nuit ensemble ? Ça ne me paraît pas être une bonne idée mais je sais pertinemment qu'une fois près de lui j'arriverai pas à m'en détacher.
J'ai donc attendu que le temps passe, tout en profitant de ce temps mort pour faire mes devoirs. Tant bien que mal étant donné que la concentration et moi ça fait 15. J'ai fini par m'affaler sur mon lit et jouer avec mon chat après avoir relu le chapitre vu en Histoire de la Magie ce matin. C'est à dire qu'étant donné que j'ai dormi une bonne partie du cours … Entre temps, Kyle m'a fait savoir que ça perndrait probablement plus de temps que prévu alors j'ai décidé d'aller prendre l'air un peu, de manger avec tous les autres dans la Grande Salle, de voler deux ou trois trucs à manger pour lui ramener. De la crème chantilly, entre autre … On va bien s'amuser mon bébé ce soir … Roh ça va, je déconne ! Quoi que si je pouvais je le ferai mais j'vais pas me balader avec de la chantilly dans ma poche Rolling Eyes BREF ! Tout ça pour dire que j'ai pas pu aller bien loin.


« Enzo Ryans, t'as changé tes pansement aujourd'hui ? »

Ismaelle, évidement.
Avec un sourire large comme … comme j'sais pas, l'Océan Pacifique ? Je me suis retourné vers elle. Légèrement crispé. Dansant d'un pied sur l'autre.

« Euh … non. Mais ... »
« Tu te fous de qui ?! »
« De personne, j'allais voir Kyle là. Enfin j'aurai bien aimé mais … Il est pas dispo, là, maintenant, tout de suite. »
« T'as ce qu'il faut là sur toi ? »
« Oui. »
« Rentre là dedans. »
« Mais, je ... »
« Discute pas, t'iras jouer les jolis cœurs plus tard. »
« Ah les femmes Rolling Eyes »
« Quoi les femmes ? T'as un problème avec les femmes ? »
« ... »
« Euh … c'est pas ce que je voulais dire. »
« Ismaelle, c'est pas grave. Et non j'ai aucun problème avec les femmes. Bien au contraire, sauf que voilà on choisit pas de qui on tombe amoureux. Et d'un côté, c'est cool parce qu'il est moins chiant qu'une fille. Aïe ! »
« Ça t'apprendra à dénigrer la gente féminine de la sorte salle gosse. Si jeune et déjà si macho, c'est dramatique. »

Voilà comment je me suis retrouvé enfermé dans une salle quelconque avec ma prof de SACM qui m'a foutu un coup derrière la tête parce que j'ai eu le malheur de dénigrer la gente féminine. J'y peux rien moi si Kyle est moins chiant qu'une fille. Quoi que des fois ça reste à voir mais c'est pas la question. Les filles, c'est chiant, c'est comme ça, c'est tout. Elle m'a changé mon pansement, on a rit, on a discuté, de tout, de rien, et puis finalement elle m'a relâché. Je me suis dirigé vers la Grande Salle, j'ai mangé tranquillement, fourrant deux ou trois trucs pas trop gros dans mes poches et hop direction le septième étage après avoir eu la confirmation qu'il était bien là. A peine a t-il eu le temps de s'apercevoir de ma présence que mes bras se posait de chaque côté de lui sur le mur, ne lui laissant aucune possibilité de fuite.

« J'connais un gentil petit loup inoffensif qu'aurait bien besoin d'un massage parce qu'il est tout noué des épaules. Et ce même petit loup n'est absolument pas entrain d'user de ses charmes pour manipuler son cher et tendre afin qu'il … dénoue tous ces pauvres muscles malmenés grâce à ses mains habiles. »

Après c'est censuré.
Ou pas.
Ah les joies de l'abstinence Rolling Eyes

▬ Fin ▬

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Welcome to the Freak Show ! {Sovahnn} + Kazuo   

Revenir en haut Aller en bas
 
Welcome to the Freak Show ! {Sovahnn} + Kazuo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ★ Le Freak Show de Jack ★
» Les freaks (du freak show)
» The Hillywood Show
» Retro Taco Show.
» Rétro Taco Show 2011.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Cinquième Etage.-
Sauter vers: