AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pearls of light [C.C.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 3665
Date d'inscription : 27/03/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Rafael (Raven) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1055-this-is-the-story-of-my-life-a
MessageSujet: Pearls of light [C.C.]   Dim 3 Avr 2011 - 0:01

Killian arpentait rarement le cinquième étage. Elle n'était pas préfète et n'avait donc rien à faire à la salle de bains des préfets. D'ailleurs, elle n'en avait pas non plus le mot de pass. La salle des fournitures, il fallait qu'elle n'eût plus le choix pour qu'elle s'y rendît, peu désireuse de croiser la route d'un des Supérieurs. Quant à la remise, elle ne voyait simplement strictement pas ce qu'elle pouvait avoir à y faire. Mais il y avait une salle, au cinquième étage, cela dit, qui présentait un intérêt. Une salle qu'elle ne fréquentait pas en tant qu'élève, parce qu'elle n'avait pas pris l'option qui y était dispensée, mais devant laquelle elle se trouvait pourtant, faisant les cent pas dans le couloir, attendant la fin du cours. Une classe où se trouvait sa soeur en ce moment.

Patiente comme elle l'était, autant qu'un éléphant pouvait être à l'aise dans un magasin de porcelaine, donc, il lui semblait que cela faisait des heures qu'elle marchait, de long en large, dans ce couloir. Il lui restait pourtant plusieurs minutes à patienter, encore. Elle revint s'appuyer contre le mur face à la porte, place qu'elle n'avait quittée que quelques instants plus tôt, le regard braqué sur la sortie de la salle.

Ca faisait un moment qu'elle n'avait pas pu discuter avec sa jumelle. Trop longtemps. Même si celle-ci s'était refermée depuis quelques temps, même si celle-ci ne parlait que peu, elle avait besoin de la voir, de lui raconter ses journées, son train-train quotidien. De la rassurer sur son bien-être aussi, sachant pertinemment que tout comme elle, sa soeur s'inquiétait pour elle. Elle lui raconterait ses dernières aventures, les cours interminables, les entraînements et son excitation pour les matchs à venir, éviterait le sujet épineux de Rafael qui ne lui avait plus adressé la parole depuis leurs quelques coups de batte sous la pluie et celui, plus secret encore, de ses recherches concernant les animagi. Elle lui dirait n'importe quoi, des bêtises, des choses sans importance, juste pour le plaisir d'être avec elle.

C'était ça, elle avait besoin de la voir, oui, tout simplement. Mais attendre était une torture. Elle espérait que le professeur ne les lâcherait pas en retard. Mais comment le savoir ? Elle se décolla du mur et vint poser une oreille sur le battant de la porte, tentant d'entendre quoi que ce fût qui pourrait la renseigner sur quand exactement elle verrait sa soeur passer le seuil et battit subitement en retraite pour aller s'adosser de nouveau au mur, l'air de rien. Son regard scruta tous les élèves qui sortaient de la pièce, bien qu'elle y eût reconnu sa soeur au premier coup d'oeil. En réalité, elle ne savait pas si c'était un cours pour les septième année seuls, ou couplé avec les huitième année, comme ça arrivait parfois. Et elle n'était pas sûre de vouloir croiser le regard d'un certain autre Raven.

Finalement, elle aperçut la coiffure brune de sa jumelle et s'avança vers elle à travers le flot d'élèves pressés de quitter la salle.

"Hey ! C.C. !"

Sans se soucier des autres, elle prit sa soeur dans ses bras dès qu'elle fut près d'elle. Bon d'accord, elle était toujours aussi raide... Tant pis, elle n'allait pas se formaliser pour si peu.

"Viens, on va par là."

Et elle la guida à travers les couloirs jusquà la remise. Elles allaient bien lui trouver une utilité, finalement, à cette petite pièce.

"Là on devrait être un peu tranquilles. Comment tu vas ?"

Un large sourire se peignit sur son visage. Retrouver sa jumelle, il n'en fallait pas beaucoup plus, manifestement, pour éclairer sa journée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Pearls of light [C.C.]   Dim 3 Avr 2011 - 10:06

Je m’étais un peu foirée à la fin de la 5e année, pour les buses. Et pour cause, je n’avais pas du tout la tête aux études. Mes notes s’en étaient ressenties dans presque toutes les matières. Mais j’étais parvenue à limiter la casser et j’avais redressé la barre dès la 6e année, comme le prouvaient mes notes de fin d’année avec, notamment, un E+ en runes anciennes. De fait, j’avais eu plus d’optimal et d’efforts exceptionnels en 6e année qu’en 5e, et c’était mieux comme ça. C’était d’ailleurs grâce à ce redressage de barre que j’avais pu continuer les runes anciennes. J’avais été avertie à la rentrée de 6e année que, si le premier semestre ne donnait pas satisfaction, je serais purement et simplement renvoyée de cours. Outch… Ca fait mal… Mais j’avais prouvé que j’aimais cette matière. Avec moi, le prof savait à quoi s’en tenir et j’étais l’une des meilleurs élèves de sa matière, même si je ne posais pas de questions en cours. En général, je restais un peu après pour les poser en tête à tête. J’approfondissais ainsi mes connaissances et dans le fond, je crois que ça lui plaisait bien même si… Mais c’était un Supérieur. Et si je restais, c’était bien pour approfondir mes connaissances. Pas pour le type en lui-même. D’autant que je m’étais parfois retrouvée au cachot parce qu’ils m’avaient prise pour ma sœur. Ca, je m’étais bien gardé de le lui avouer, à ma jumelle…

Toutefois, aujourd’hui, il n’était pas question pour moi de rester après le cours. C’était mon dernier cours de la journée, et il me restait quelques heures à pouvoir profiter du parc avant de devoir rentrer. Et j’avais bien l’intention de remonter chercher mon synthé pour aller jouer un peu dehors, là où j’aimais tant me poser et où personne ne viendrait me déranger.

Mais c’était sans compter sur la surprise qui m’attendait à la sortie de la salle. Je la sentis avant même de la voir et la conversation avec Rafael quelques nuits plus tôt refit surface. C’était vrai que j’avais promis au jeune homme de l’aider et voilà que l’occasion se présentait sans même que je n’ai besoin de forcer le destin. Un sourire se dessina sur mon visage avant que ma sœur ne me prenne dans ses bras. Raidissement involontaire de ma part que j’abhorrais tant. Je savais que ça la blessait à chaque fois, mais je ne pouvais m’en empêcher. Réaction de mon corps à n’être plus entièrement celle que ma jumelle avait connue. A ne pas savoir comment elle réagirait si elle savait. Le lycan m’avait dit que je pourrais être surprise, dans le bon sens. Mais ce qui m’effrayait, c’était l’idée de l’être dans le mauvais sens. J’avais tellement peur de la perdre…

"Hey ! C.C. !"

« Hey Killie » fis-je en lui retournant son étreinte.

"Viens, on va par là."

Je la laissai m’entrainer sans rien répondre, me demandant tout de même jusqu’où elle voulait aller. La réponse fut rapidement trouvée. La réserve. L’animal en moi se tortilla dans tous les sens tant l’impression de se retrouver en cage était grande. Tiens ? C’était un aspect de moi que je ne connaissais pas. La louve était-elle claustrophobe ?

"Là on devrait être un peu tranquilles. Comment tu vas ?"

Comment j’allais ? C’était une bonne question. Comment j’allais… Je n’aimais pas cette pièce. Trop petite. Mais sinon, j’allais bien. J’allais mieux que ces derniers temps. Mieux qu’avant la pleine lune. Avoir rencontré quelqu’un qui vivait la même chose que moi et qui n’était pas professeur m’avait fait du bien. Un bien fou. Et je ne parlais pas seulement du fait d’avoir couché avec lui. Mais aussi de la discussion qui en avait résulté. Rien que repenser à ces quelques instants de… communion, dirais-je, la louve se détendit malgré l’enfermement. J’avais décidé d’être plus… A son écoute, et je m’y efforçai. Même si cela voulait dire céder parfois à des pulsions de violence, comme avec Rafael le lendemain de la pleine lune.

« Je vais bien » dis-je simplement.

Et c’était vrai. Plus ou moins. Ce n’était pas un mensonge comme j’avais pu en dire les fois précédentes. Je lui adressai un sourire dans le noir. Je voyais mieux qu’elle. C’était, il est vrai, un des avantages d’être un loup-garou. Pensant à elle, je sortis ma baguette.

« Lumos »

C’était mieux comme ça, non ?

« Pourquoi m’as-tu entrainée dans cette remise ? » demandai-je alors, tout en cherchant un petit coin pour pouvoir m’asseoir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3665
Date d'inscription : 27/03/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Rafael (Raven) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1055-this-is-the-story-of-my-life-a
MessageSujet: Re: Pearls of light [C.C.]   Dim 3 Avr 2011 - 17:56

Heureusement que Killie ne savait pas que sa soeur avait été emmenée aux cachots par sa faute. Heureusement qu'elle ne savait pas, car elle serait certainement rentrée dans le tas en l'apprenant. Heureusement qu'elle n'avait pas été là pour la voir souffrir, car elle se serait heurtée à plus fort qu'elle, sans retenue, se fichant éperdument des risques encourus. Heureusement qu'elle n'en savait rien, car la culpabilité l'aurait rongée, purement et simplement, la minant plus que la situation actuelle ne le faisait déjà.

Elle n'en montrait rien, de ses états d'âmes. Elle ne disait à personne qu'elle craignait que la situation n'empire. Tant qu'elle n'avait pas de plan établi, elle ne parlait à personne de ses velléités résistantes. Et elle parlait encore moins de ce qu'elle ressentait, tout au fond d'elle, pour Rafael. Donner une raison de plus aux Supérieurs pour lui faire du mal, hors de question. Leur présenter une victime de plus sur un plateau d'argent, hors de question. Il y avait déjà bien assez de risques pour C.C. comme ça.

C.C. Penser à sa soeur lui faisait du bien, malgré tout. Malgré la peur qu'elle ne souffre par sa faute, elle l'observait dans la Grande Salle, lorsqu'ils déjeunaient ou dinaient, pour s'assurer qu'elle allait bien. Elle s'interrogeait sur sa distance de plus en plus criante, mais refusait de l'ennuyer avec des questions auxquelles elle ne voudrait certainement pas répondre. Après tout, si elle avait voulu lui parler de quelque chose, elle savait qu'il lui suffisait de venir la voir, n'est-ce pas ?

N'est-ce pas ? Le doute s'était insinué dans son esprit, sournoisement. Après la découverte de ses pouvoirs, où elle avait clairement montré à sa jumelle qu'elle n'avait pas qu'elle dans sa vie, elle s'était toujours posé la question : est-ce que C.C. comprenait qu'entre elles, ça ne changeait rien ? Qu'elle avait simplement besoin de voir d'autres personnes, aussi ? Qu'elle tenait à elle plus qu'à sa propre vie ? Qu'elle l'aimait toujours, plus que jamais, tout simplement ?

Alors voilà. Elle l'avait attendue devant la salle de cours, sans l'avoir prévenue de l'entrevue impromptue qu'elle avait organisée, sur un coup de tête à vrai dire. Et tant pis si C.C. s'était raidie à son contact, elle avait souri, c'était l'essentiel. Elle n'imaginait pas le moins du monde ce que sa soeur lui cachait, mais ne pouvait pas même envisager l'idée qu'elle pût la tenir à l'écart de quelque chose d'aussi important. Quant au rejet que sa jumelle craignait, il n'avait pas lieu d'être. Elle l'ignorait, certes, mais elle aurait pu lui avouer le pire des méfaits, elle serait restée sa soeur, sa moitié, quoi qu'il advînt.

Killie. Elle l'appelait toujours ainsi. Petite, elle grimaçait devant ce surnom, aujourd'hui, il faisait naître un sourire sur son visage. Parce qu'elle était la seule à l'appeler ainsi. Parce qu'il lui prouvait qu'elles étaient encore et toujours les deux faces d'une même pièce. Et l'étreinte qu'elle lui rendit la rasséréna un peu. Comme si ça avait pu combler un peu de la distance qui les séparait.

La remise n'était pas l'endroit le plus confortable de Poudlard, certes. Mais elles risquaient moins l'intervention de n'importe qui dans leur conversation. Et tant pis pour l'exiguïté de la pièce et son obscurité. Elle n'imaginait pas que ça eût pu mettre sa jumelle mal à l'aise. Depuis quand avait-elle une tendance à la claustrophobie, de toute façon ? Elle l'ignorait, et ne remarqua pas les signes de trouble de sa soeur, masqués par l'obscurité.

Elle allait bien. C'était tout ce qu'elle avait besoin d'entendre. Elle allait bien, et pour la première fois depuis longtemps, elle ne craignait pas qu'elle lui dissimulât la vérité. Parce que si elle avait cru la tromper sur toutes ces semaines, ces mois, ces deux dernières années, où elle n'avait pas été bien, justement, mais assurait le contraire, elle était loin du compte. Seulement Killie ne voulait pas lui forcer la main. Elle savait qu'elle se heurterait à un mur si elle tentait de l'obliger à lui avouer ce qui n'allait pas alors même qu'elle avait décidé de n'en rien dire. Alors pour la première fois depuis bien longtemps, elle accueillit ces simples mots avec un sourire, réellement ravie. Je vais bien.

Trop ravie, elle n'avait pas même pensé à allumer sa propre baguette. Ce ne fut que lorsque sa soeur eut prononcé sa formule qu'elle se rappela où elle était, l'obscurité autour d'elle bientôt rompue par la lueur au bout de sa baguette. Elle fit de même, à son tour, et dévoila un visage souriant à sa jumelle.

"Je voulais qu'on soit tranquilles, c'est tout."

C'était tout ? Pas vraiment. A vrai dire, même si elle ne l'avait pas prémédité, elle mourrait d'envie de se confier à sa soeur, de lui avouer pour Rafael, pour le mal que ça lui faisait de le voir si éloigné, pour le mal qu'elle lui avait fait, ce jour-là, sous la pluie. Et pour la résistance. Elle ne savait pas par où commencer, cela dit, ni ce qu'elle arriverait à lui avouer, aussi laissa-t-elle le silence planer quelques instants avant de se décider à reprendre la parole, sur un ton badin, embrayant sur un sujet moins épineux que les autres.

"Tu te souviens de ce neuvième année dont je t'avais parlé, celui qui ne parlait pas ? Ben au moins, s'il ne parle pas, il sait utiliser ses mains..."

Un sourire carnassier se peignit sur son visage. Pas besoin d'y voir clair pour comprendre ce qu'elle sous-entendait. Pas besoin non plus d'être devin pour savoir qu'elle cachait autre chose. Son regard ne tromperait pas sa jumelle, elle le savait. En réalité, après l'acte, c'était en pleurant qu'elle avait regagné son dortoir. Ca ne lui suffisait plus, finalement. Comme quoi le plaisir physique n'avait pas que des vertus... Pas pour tout le monde en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Pearls of light [C.C.]   Mar 5 Avr 2011 - 0:42

La vérité était que je n’aimais pas me retrouver dans cette remise. Trop poussiéreux. J’avais envie d’éternuer. Je me retenais, pourtant, tâchant de respirer par la bouche plus que par le nez. Plus facile comme ça, c’était un fait. Trop étroit, aussi. J’avais l’impression d’être en cage. Limite je n’avais qu’une envie, sortir de la pièce. Depuis quand étais-je aussi réfractaire aux espaces clos ? Ce n’était pas seulement à cause de Louve. Cela s’était empiré quand j’avais passé une nuit dans la salle des punitions. Heureusement, ce n’était pas une nuit de pleine lune. Je n’osais pas imaginer ce qu’il se serait passé un jour comme celui-là. J’aurais sans doute viré folle. A n’en pas douter. Mais en tout cas, mais sœur pouvait être rassurée, on ne serait pas dérangées ici.

"Je voulais qu'on soit tranquilles, c'est tout."

« Ah oui non, ça, c’est sûr » répondis-je simplement.

Du coin de l’œil, j’observais les fins grains de poussière qui flottaient dans les airs. Je pouais les voir aisément grâce à la lumière de nos deux baguettes, mais je me doutais qu’il n’en était pas de même pour ma jumelle. Un jour, il faudrait que je lui dise ce que j’étais. Mais je n’y parvenais pas. Pourtant, depuis ma conversation avec le Loup, c’était plus que jamais présent dans ma tête. Ca et autre chose. Un sujet que je refusais d’aborder avec elle, par peur de la mettre en danger. Avant, je la laissais m’en parler, même si je grinçais des dents. Mais depuis mon enfermement, j’avais toujours refusé qu’elle aborde ce sujet. Non pas que je sois pour eux, bien au contraire. Et je pense que ma sœur devait le savoir, n’est-ce pas ? Elle devait bien s’en douter, que je ne les supportais pas ? Non ? Oui. J’en étais sûre, et certaine.

Pour autant, j’avais hâte de savoir pourquoi elle m’avait kidnappée. Une chance, c’était mon dernier cours de la journée. Les autres avaient je ne sais pas quelle matière optionnelle. Je ne voulais pas savoir quoi. Il y a quelques temps, j’aurais su les emplois du temps de tout le monde par cœur. Mais plus maintenant. Maintenant, tout ce qu’il m’importait de savoir c’était qui pouvait se trouver dans les couloirs les soirs de pleine lune.

"Tu te souviens de ce neuvième année dont je t'avais parlé, celui qui ne parlait pas ? Ben au moins, s'il ne parle pas, il sait utiliser ses mains..."

Ma sœur me sortit de mes pensées assez rapidement pour me parler d’un garçon. Je fronçai les sourcils l’espace d’un instant. Duquel voulait-elle parler ? Elle en avait tellement, des coups d’un soir…

« Tu veux parler duquel, au juste ? »

Non pas que je sous-entende qu’elle soit une fille facile. Bien au contraire. Mais elle était, parfois, difficile à suivre à ce niveau là, il fallait le reconnaître. Et je le reconnaissais sans peine. Devais-je lui parler de ce Gryff’ avec lequel j’avais couché quelques temps plus tôt seulement ? Elle devait bien avoir senti la différence chez moi… La preuve, je lui avais rendu son étreinte, ce que je n’avais plus fait depuis… Depuis… La morsure, de fait. Je poussai un soupir.

« J’ai couché avec un Gryff’, il n’y a pas longtemps. Une pulsion. On en avait envie tous les deux, ça s’est fait. Dans la salle de classe d’Hammerschmitt. »

J’avais lancé ma propre bombe. Et je n’irais pas plus loin. Je n’expliquerai pas à ma sœur le pourquoi du comment nos moitiés animales avaient pris le dessus. Une pulsion. J’étais persuadée qu’elle comprendrait ce que je voulais dire et qu’elle n’irait pas plus loin. J’ajoutais pourtant :

« Ca m’a fait un bien fou. T’imagine même pas… »

J’esquissai un petit sourire à l’adresse de ma jumelle avant de l’inviter à continuer ses propres confidences. Après tout, on était là pour elle, pas pour moi. Peut-être finirait-elle par parler de Paley ? Je verrais bien. Au pire, j’essaierais de lui forcer un peu la main s’il le fallait…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3665
Date d'inscription : 27/03/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Rafael (Raven) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1055-this-is-the-story-of-my-life-a
MessageSujet: Re: Pearls of light [C.C.]   Mar 5 Avr 2011 - 20:20

La remise ne dérangeait pas Killian, qui, au contraire, retrouvait un endroit un peu mystérieux, comme les placards où elles avaient pu se cacher, enfants. Et elle avait bien besoin de retrouver un peu de leur innocence perdue. Avec l'arrivée des Supérieurs, rien n'était plus pareil. Elle avait beau se voiler la face, faire comme si de rien n'était la plupart du temps, elle était suffisamment passée par les cachots et les mains des tortionnaires pour savoir que rien ne serait plus comme avant. Elle était parfois même surprise d'être encore en vie, à vrai dire. Elle adressa un nouveau sourire quand sa jumelle affirma à son tour que là, en effet, elles seraient tranquilles. C'était le but escompté. On ne savait ce que les autres pouvaient entendre de nos conversations dans les couloirs, ni qui vendrait la mèche d'on ne savait trop quoi aux supérieurs. Et elle entendait bien garder leur discussion secrète. Pas que le sujet de ses fréquentations nocturnes ne soit vraiment tabou, quoi que ne pas respecter le couvre-feu l'eût sans doute ramenée directements aux cachots. Mais...

Il y avait le sujet des Supérieurs en eux-mêmes. Il y avait cette idée de résistance qui lui trottait dans la tête et qu'elle voulait aplanir, mettre au point. Et il n'y avait qu'une personne à qui elle faisait suffisamment confiance pour lui en parler, et elle se trouvait face à elle, comme un reflet dans le miroir. Ca n'allait pas être facile d'aborder le sujet, C.C. refusant catégoriquement de parler des Supérieurs avec elle depuis quelques temps déjà. Arriverait-elle à lui donner son point de vue, ses aspirations, sans que sa soeur ne quittât subitement la pièce ? Mystère. Elle n'imaginait pas que sa jumelle pût cautionner les agissements de ces tarés qui se pensaient mieux que tout le monde, mais elle craignait de se faire envoyer bouler, de se heurter à un mur. Soit. Elle avait commencé par un sujet moins délicat, elle avait toujours tout partagé avec sa moitié ou presque, ses dernières frasques parmi tant d'autres choses. Elle ne voyait aucune raison de cesser de tout lui raconter, et ignorait qu'il n'en était pas de même pour Evy.

Elle réprima un rire qui eût dévoilé leur position à qui fût passé par là quand sa jumelle reprit la parole. Lequel au juste... Oui certes, elle en avait un tas, des amants éphémères, mais quand même.

"Tu sais, Sean, celui..."

Elle fronça les sourciles, songeuse. Mmmh... Comment le décrire ? Elle n'était même pas sûre d'avoir parfaitement retenu les traits de son visage. Elle chercha quelques instants, fouillant sa mémoire pour trouver quelque chose le concernant de plus que celui qui est mignon et qui ne parle pas, puis abandonna. Peine perdue.

"Bah celui qui ne parle pas, je sais pas quoi te dire d'autre. Je crois pas avoir tellement entendu le son de sa voix. Je m'en souviens pas en tout cas..."

Ni avant, ni pendant, ni après d'ailleurs. Il avait bien dû lui dire salut et au revoir, au moins, enfin elle supposait. Remarquez qu'elle ne lui demandait pas de lui faire de longs discours non plus. Tout ce qu'elle voulait, c'était passer un peu de bon temps. Histoire d'oublier le reste...

Et quel reste... Même dans les bras de... Charles, Karl ? Elle n'était plus trop sûre, il n'y avait qu'une personne à laquelle elle avait pensé, et cette personne la snobbait parfaitement depuis leur dernière entrevue sous la pluie au terrain de Quidditch. Un soupir las passa ses lèvres comme elle repensait - encore et toujours - à Rafael. Ne pouvait-elle donc pas se le sortir de la tête une bonne fois pour toutes ? C'eût été tellement simple si elle avait pu oublier son existence ne fût-ce que quelques instants. Mais non. Il était toujours là, dans son esprit, et le voir si distant lui faisait mal. L'avouer ? Et puis quoi encore ! Lui en parler encore moins. Pour qu'elle se retrouve de nouveau blessée ? Bon, elle l'était déjà un peu, par la force des choses, puisqu'elle souffrait de sa froideur, mais ça n'était pas aussi difficile que ça. Ou s'en persuadait-elle ? Elle eût été bien en peine de le dire, mais on ne lui posait pas la question, et ça n'était pas plus mal.

Et finalement, C.C. rompit de nouveau le silence, faisant s'ouvrir les yeux de sa jumelle comme des balles de ping pong. Bien sûr, elle avait senti qu'il s'était passé quelque chose, récemment. Quelque chose qui l'avait faite réagir, et en bien si on lui demandait son avis. D'ailleurs, oui, c'était notable, elle lui avait rendu son étreinte, après un instant de raidissement, certes, mais c'était quelque chose qu'elle n'avait plus fait depuis bien longtemps. Alors quand elle avoua ce qu'elle avait fait, Killie sourit de plus belle. Elles n'étaient pas jumelles pour rien, donc.

"Dans le bureau d'Hammerschmitt ! La vache, vous avez pas eu peur de vous faire prendre, dites donc !"

Elle était rayonnante, et pour cause : sa soeur s'était laissée aller, et c'était quelque chose qu'elle ne faisait plus aussi facilement qu'elle-même. Alors qu'elle eût couché avec un membre de sa maison, comme ça, par envie, parce que ça lui avait fait du bien, un point c'était tout et bien elle trouvait ça tout à fait positif. « T'imagine même pas... » A vrai dire, si, elle imaginait pas mal. Après tout, c'était comme ça qu'elle fonctionnait, elle-même, non ?

"Je suis contente que t'aies pu lâcher un peu prise, ça fait du bien, de temps en temps... Je te ferai pas l'affront de te demander qui c'était, tu me l'aurais dit si t'avais voulu que je le sache je crois..."

Le silence s'installa ensuite quelques instants. Bon... Il fallait qu'elle relance la conversation. Mais de but en blanc, comme ça, lancer le sujet des supérieurs ?... Non, vraiment ça ne lui semblait pas une bonne idée. Hors de question de lui parler de ses recherches sur les animagi, et manifestement, C.C. ne semblait pas encline à davantage de confidence. Allez Killie, tu peux lui faire confiance, c'est ta jumelle, s'intima-t-elle mentalement avant de reprendre la parole, deux tons plus bas.

"Ecoute... Je sais que tu n'aimes pas en parler mais... J'ai réfléchi... Ca peut pas continuer comme ça... C.C. ... Je peux pas rester les bras croisés à rien faire pendant qu'il y en a qui se font torturer..."

Malgré sa baguette en main, elle fit craquer certaines de ses phalanges, un peu nerveuse. Sa soeur prendrait-elle la porte ? Elle espérait que non, ça n'était pas si souvent que ça, malheureusement, qu'elles pouvaient discuter tranquillement.

"Je pense organiser une résistance. Je sais pas encore comment, et je comprendrais si tu veux pas en faire partie, mais... Fallait que je te le dise."

Le sujet était lancé... Advienne que pourra.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Pearls of light [C.C.]   Mer 6 Avr 2011 - 22:29

"Tu sais, Sean, celui..."

Non, justement, je ne savais pas. Il y en avait eu tellement dans sa vie… Alors même que moi j’avais cessé de vivre la mienne, elle, elle avait continué. Alors même que je m’étais faite discrète après cette rumeur qui avait couru sur moi, alors même que j’avais rompu tout contact charnel avec qui que ce soit, charnel amical, charnel sororal, charnel ‘amoureux’, ma sœur avait continué. J’avais depuis longtemps cessé de les compter et cesser d’essayer de retenir leurs prénoms, leur âge et leur maison. Donc non, je ne savais pas. J’esquissai, pourtant, un sourire entendu à son hésitation.

"Bah celui qui ne parle pas, je sais pas quoi te dire d'autre. Je crois pas avoir tellement entendu le son de sa voix. Je m'en souviens pas en tout cas..."

Mouais… Entre nous, ce n’était guère convainquant. Bon. Qu’elle n’ait pas entendu le son de sa voix, alors que tout ce qu’elle voulait c’était un contact physique bref, ce n’était pas surprenant en soi. Mais tout de même… Elle ferait mieux de se renseigner un peu sur les types avec lesquels elle couchait, ou elle finirait par choper une saloperie.

« Tu te protèges, au moins ? » demandai-je simplement, abruptement.

J’avais été cash, abrupte, comme je l’étais bien souvent avec elle. Ne prenant pas de gants, allant droit au but. Je l’estimais assez mature pour supporter la vérité brute. Et cette vérité, c’était que je ne la voyais pas être mère maintenant. L’espace d’un instant, je me projetais dans le futur, essayant de m’imaginer moi, enceinte. Cela était-il seulement possible en étant lycanthrope ? Ne risquais-je pas de transmettre cette maladie à un bébé ? Cette idée me fit horreur. On entendait beaucoup parler de cas de lycanthropie masculins, mais peu de lycanthropie féminine. Je savais qu’il faudrait que je pose cette question à un ainé. Mais je ne me voyais pas aller voir un des professeurs pour ça. D’autant que le seul que j’aurais pu aller voir, j’essayais de l’éviter pour le moment. Comment dire… S’il s’était rendu compte de ce qu’il s’était passé dans sa salle de classe, je ne doutais pas que sa réaction pourrait être terrible. Pas tant pour moi que pour le Loup. Après tout, de ce que j’en savais, j’étais la seule lycanthrope femelle à Poudlard…

D’ailleurs quand on parle du loup, on en voit la queue –zbaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaf…

"Dans le bureau d'Hammerschmitt ! La vache, vous avez pas eu peur de vous faire prendre, dites donc !"

« Je crois qu’on a surtout oublié où on était. On avait même pas lancé de sort pour bloquer les sons ou autre ! Inconscients, je te dis. C’est bien simple, je crois qu’on a été pires que toi, sur ce coup… »

Oui bon parce que Killie, mine de rien, elle aimait bien aussi les salles de classe… Hein frangine ? Je lui fis un clin d’œil alors qu’elle reprenait :

"Je suis contente que t'aies pu lâcher un peu prise, ça fait du bien, de temps en temps... Je te ferai pas l'affront de te demander qui c'était, tu me l'aurais dit si t'avais voulu que je le sache je crois..."

Oui non, valait mieux pas me demander de qui il s’agissait. Je n’avais pas envie de répondre « le loup » qui aurait été la seule réponse que j’aurais pu – et refusé de – donner. Quoique… J’aurais pu le décrire un peu : grand, séduisant, farouche, indépendant… Faire un description à la Killie quoi. Mais non. Je n’en aurais rien dit. Et de toute façon, effectivement, si j’avais voulu qu’elle le sache, je l’aurais dit. Donc, mieux valait ne pas se fatiguer ou se faire du mal pour rien.

"Ecoute... Je sais que tu n'aimes pas en parler mais... J'ai réfléchi... Ca peut pas continuer comme ça... C.C. ... Je peux pas rester les bras croisés à rien faire pendant qu'il y en a qui se font torturer… Je pense organiser une résistance. Je sais pas encore comment, et je comprendrais si tu veux pas en faire partie, mais... Fallait que je te le dise."

Je poussai un soupir. Mes craintes étaient fondées. C’était bien pour me parler de ça, et pas de ses dernières histoires de fesse que ma sœur m’avait entrainée dans cette cage.

« Non. » répondis-je d'une voix d'une sècheresse extrême.

Ce non voulait dire tant de choses : non, tu ne le feras pas. Non, tu ne te mettras pas en danger. Non, tu es trop connue comme un rebelle pour être suivie. Ils seraient, pour certains, amusés de te voir ainsi réagir, mais tu es trop grande gueule pour qu’ils te fassent confiance comme ça. Non, c’est mon idée. Si ça doit être fait, ça sera par moi. Non, je refuse que tu te fasses tuer pour ça, car ça ne manquera pas, tu sais…

Je préférais changer de sujet :

« Tu devrais laisser une chance à un garçon de passer le cap du coup d’un soir… Il n’y en a pas un qui te plait un peu plus que les autres ? Je suis sûre qu’ils doivent se bousculer au portillon, pourtant… Non ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3665
Date d'inscription : 27/03/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Rafael (Raven) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1055-this-is-the-story-of-my-life-a
MessageSujet: Re: Pearls of light [C.C.]   Mer 6 Avr 2011 - 23:46

Killie n'en voulait pas à C.C. de ne pas savoir de quel amant d'un soir elle pouvait bien parler. Elle ne lui avait sans doute pas tout raconté, pas parce qu'elle voulait lui cacher quoi que ce soit, mais simplement parce qu'ils passaient plus vite dans sa vie qu'elle n'avait parfois l'occasion de discuter avec sa jumelle. Si bien qu'entre deux conversations, il y en avait parfois plusieurs qui étaient passés dans ses bras. Le sourire qu'esquissa sa soeur en fit naître un sur son visage, et elle ajouta, sans plus de cérémonie.

"Oui bref, Sean, c'était bien."

Mais pas assez. Devait-elle lui en parler ? Pour l'heure, elle jugeait que non, elle craignait de ne pas rester enjouée si elle en parlait, et elle avait déjà un sujet sérieux à aborder, pas la peine de rajouter en plus son amour impossible. Si ? Elle ne le savait pas encore, mais certainement que la réponse allait être affirmative un peu plus tard.

En tout cas, la question qu'elle lui posa par réflexe fit naître un nouvel éclat de rire dans la bouche de Killian. Sa soeur avait été abrupte, mais elle ne s'en formalisa pas davantage et répondit tout de go.

"Bien sûr, qu'est-ce que tu crois, je suis pas complètement abrutie !"

Elle n'était pas folle. Entre les diverses maladies sexuellement transmissibles et les risques de grossesse, elle avait toujours de quoi se protéger sur elle, on ne savait jamais. D'ailleurs, avec Sean, elle avait bien fait, sinon ça aurait été ceinture... Parce que même s'il n'y avait pas de risque de maladie - et ça elle n'en était jamais vraiment certaine - il y avait toujours le risque de tomber enceinte et elle s'estimait trop jeune pour ça. Elle avait encore bien le temps de penser à ce genre de choses, et de toute façon, il fallait déjà qu'elle trouve un père... Ahem... Elle ne voulait pas penser à lui, pas maintenant. Pourtant quoi qu'elle dît, quoi qu'elle fît, il revenait sans cesse dans sa tête. Ne pouvait-elle simplement pas l'oublier une bonne fois pour toutes ?

On en revenait à la petite escapade luxurieuse de sa jumelle dans la salle de potions et elle se raccrocha à la voix de sa soeur pour ne plus penser à Rafael. Elle sourit, de nouveau, masquant son regard un instant plus terne derrière un air goguenard.

"J'avoue que sur ce coup-là, vous avez battu des records..."

Même si elle-même aussi, officiait dans des salles de classe. Celle d'Astronomie avait sa préférence, mais après tout, chacun ses goûts n'est-ce pas ? Tiens d'ailleurs, en parlant de lancer un sort pour bloquer les sons... Elle agita sa baguette et verrouilla les sons s'échappant de la remise. Leur conversation n'avait pas à être entendue, de qui que ce soit. Même si elles ne se disaient pas forcément tout, Killie en était consciente.

Et elle était tout aussi consciente de l'attitude réfractaire de sa soeur à aborder de quelque manière que ce fût le sujet des Supérieurs. Alors c'est sans surprise qu'elle accueillit le soupir et le "non" rédibitoire de sa jumelle. Inutile d'avancer la conversation plus avant, donc, elle se heurterait à un mur. Un instant la déception put se lire sur son visage. Elle aurait aimé avoir l'appui de sa moitié, savoir qu'elle aussi, pensait comme elle. Elle ne l'aurait pas et n'imaginait pas qu'elle avait elle aussi dans l'idée de mener sa propre guerre contre l'oppression, sans doute à sa manière. Au lieu de ça, ce fut un autre sujet que C.C. aborda qui vint sur le tapis.

Katee jeta un regard vers la porte, se rappelant finalement qu'elle avait déjà lancé son sort et soupira à son tour. Devait-elle se décider à se confier à sa jumelle ? Il était peut-être temps de le faire, après tous ces mois... Un sourire amer se dessina sur son visage.

"Se bousculer au portillon pour plus qu'un coup d'un soir ? Pas tant que ça non... Ils savent à quoi s'en tenir pour la plupart, et ça me va bien comme ça..."

Elle hésitait toujours. C'était sa C.C. pourtant, elle devait bien pouvoir réussir à lui parler.

"Mais pour être tout à fait franche... Ouais... Il y aurait bien quelqu'un. Mais c'est peine perdue, il me déteste."

Elle haussa les épaules, comme si ça avait pu atténuer la douleur qui étreignait son coeur.

"Je l'ai cherché cela dit..."

Et avant même qu'elle eût pu faire quoi que ce fût pour les arrêter, elle sentit les larmes lui monter aux yeux.

"J'ai dû aller trop loin... J'ai pas arrêté de le vanner... Maintenant il me snobbe... Il me déteste, je te dis, ça sert à rien d'en parler."

Elle ferma les yeux, deux larmes roulant sur ses joues, et respira doucement, pour se calmer, tant bien que mal. Par pitié, C.C., change de sujet... s'il te plaît...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Pearls of light [C.C.]   Jeu 7 Avr 2011 - 7:55

"Oui bref, Sean, c'était bien."

Le sujet Sean était clos, visiblement. C’était mieux comme ça, à n’en pas douter. Pourtant, j’avais l’impression qu’elle ne me disait pas tout. Nous étions jumelles, rappelez-vous… J’avais la sensation qu’elle me cachait quelque chose d’important pour elle. Je l’entendais aux battements de son cœur. Mais quoi ? C’était bien joli, de le sentir. Mais sans une piste sérieuse, je n’allais pas non plus m’aventurer à tâtonner comme ça ce qui, de plus, ne serait pas des plus discrets.

"Bien sûr, qu'est-ce que tu crois, je suis pas complètement abrutie !"

Bon. Au moins, elle ne risquait pas de me faire de petit dans le dos. C’était déjà ça. Et c’était, il fallait le reconnaître, un grand soulagement. Surtout si elle se protégeait dans tous les sens du terme. Mais en même temps… Je n’avais pas grand-chose à dire, moi. Hormis la pilule que je n’avais pas arrêtée, nous n’avions pas pris d’autre protection, tant nos moitiés animales étaient pressées, et nous avec. Nous avions cédé à une belle et grosse pression, incapable de réfléchir et d’agir de façon ordonnée. Bon ça, il valait mieux, clairement, que ma sœur l’ignore.

"J'avoue que sur ce coup-là, vous avez battu des records..."

Je hochai la tête. Comme le sujet Sean, le sujet du loup était terminé. Ma sœur savait tout ce qu’elle avait besoin de savoir, et je ne comptais pas revenir là-dessus. C’était un fait clair et précis pour moi. Même si, par son biais, j’aurais peut-être pu en savoir un peu plus sur le loup, c’était hors de question. Hors de question que je mette ce secret – notre secret à lui et moi – en péril. Sujet que je refusais d’aborder avec elle, comme la question des Supérieurs. Elle le comprit bien, d’ailleurs, et n’insista pas lorsque je changeai de sujet. Je fermai les yeux une fraction de secondes de soulagement. Même si elle avait lancé les sorts de protection, cela ne changeait pas le fait que nous n’étions en sécurité nulle part dans ce château et que je ne voulais pas qu’elle prenne de risques. Comment aurais-je pu savoir qu’elle n’allait pas tarder à se fourrer dans les ennuis, toute seule comme une grande ?

"Se bousculer au portillon pour plus qu'un coup d'un soir ? Pas tant que ça non... Ils savent à quoi s'en tenir pour la plupart, et ça me va bien comme ça..."

« En es-tu sûre, que ça te va comme ça ? Que ça te suffit ? » demandai-je en profitant de son temps de silence pour le faire.

J’étais un peu dure, je le savais. J’en avais conscience. Surtout lorsqu’elle reprit :

"Mais pour être tout à fait franche... Ouais... Il y aurait bien quelqu'un. Mais c'est peine perdue, il me déteste. Je l'ai cherché cela dit... J'ai dû aller trop loin... J'ai pas arrêté de le vanner... Maintenant il me snobbe... Il me déteste, je te dis, ça sert à rien d'en parler."

Je la vis se mettre à pleurer et, toute louve que j’étais, j’étais avant tout humaine. J’étais avant tout sa sœur jumelle et je ne supportais pas de la voir souffrir. D’autant que, si elle parlait bien de qui je pensais, elle se trompait sur toute la ligne. Je bougeais rapidement dans la semi-obscurité – trop vite pour un être humain complètement normal – et vins la prendre dans mes bras.

« Pleure de tout ton saoul. Mais dis-moi ce qu’il s’est passé et qui il est. S’il te plait. »

Non, je n’abdiquerai pas. D’autant que… Elle se trompait…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3665
Date d'inscription : 27/03/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Rafael (Raven) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1055-this-is-the-story-of-my-life-a
MessageSujet: Re: Pearls of light [C.C.]   Jeu 7 Avr 2011 - 14:54

Le sujet incartade charnelle venait à son terme. Elle avait parlé de Sean, C.C. de son amant éphémère, et tout était pour le mieux, si on pouvait dire ça comme ça. Elle avait assuré à sa soeur qu'elle faisait ce qu'il fallait pour se protéger, ce qui était la stricte vérité, et hésita à retourner la question à sa jumelle. Mouais... non, le moment des confidences semblait être passé. Elle ne pouvait pas s'empêcher de se poser la question, cependant : est-ce qu'elle, elle n'allait pas lui faire de petit dans le dos ? Est-ce qu'elle n'avait pas chopé une saloperie ? Elle espérait fortement que ça ne fût pas le cas. Sinon, elle eût sans doute cherché à savoir qui était l'inconscient qui avait mis sa jumelle en danger pour lui passer l'envie de recommencer. Alors oui, en effet, il valait mieux que Killie ignorât ces "détails"...

Elle eût cependant préféré que la conversation ne s'engageât pas sur cette voie. Qu'elle n'eût pas à avouer ses sentiments si douloureux. Qu'elle n'eût pas à retenir les larmes qui coulaient pourtant sur ses joues. Stupide organe, vraiment, que ce coeur qui ne voulait pas s'empêcher de battre pour une cause perdue d'avance.

Non, ça ne lui allait pas comme ça. Non, ça ne lui suffisait pas. Mais quoi ? Que pouvait-elle faire à présent ? Elle avait déjà tout gâché, de toute façon. Et même sans ça... Non, elle n'eût pas réussi à lui avouer. Et s'il la repoussait ? Et s'il se moquait d'elle ? Tout mais pas ça. Alors elle s'était tue, elle l'avait piqué de vannes plus ou moins fines. Et il s'était éloigné. Voilà... C'était mieux comme ça, non ? Non... Pas vraiment en tout cas. Parce que la douleur était là, quand même, et les larmes qu'elle n'eût plus voulu voir couler roulaient bel et bien sur ses joues.

Elle ne bougea pas quand sa soeur vint la prendre dans ses bras, bien au contraire. Elle enfoui sa tête au creux de son épaule, et pleura. Depuis combien de temps ravalait-elle ces larmes-là ? Elle ne comptait plus depuis bien longtemps. Et elle ne remarqua pas que sa jumelle était venue vers elle à une vitesse supérieure à la normale. Tout ce qu'elle nota, ce furent ses mots. Pleurer... c'était déjà ce qu'elle était en train de faire. Lui raconter... Par où commencer ? Elle ne savait pas, elle ne voulait pas... Les mots se bloquaient dans sa gorge, et elle dut se faire violence pour se forcer à parler.

"Tu... Tu te souviens de ce match où j'ai failli me ramasser contre... contre le sol ? Il m'a rattrapée... De justesse... Je crois que c'est là que ça a commencé..."

Les premiers mots passés, ce fut comme si elle venait d'ouvrir des vannes qu'elle avait trop longtemps maintenues fermées. Ses bras se refermèrent sur le corps de sa soeur, auquel elle se raccrochait comme une bouée de sauvetage. Et elle reprit la parole, comme si plus rien n'avait pu l'arrêter.

"Je veux pas... Je veux pas avoir mal encore, tu comprends ? Alors j'ai jamais été douce avec lui, loin de là... Tu sais comme je peux être quand j'ai décidé d'être mauvaise... Et puis l'autre jour..."

Réveiller ce souvenir était plus douloureux encore. C'était comme si elle était de nouveau sur le terrain de Quidditch, comme si elle sentait encore son souffle sur sa peau, sa main effleurant la sienne. Et ses mots...

"Arrête de me prendre pour un con tu veux ? Tu me remercies pour ces échanges mais tu t’en fous de moi comme de l’an quarante. Je sais pas ce que je t’ai fait pour mériter ce traitement, t’aurais peut-être préféré crever ce jour-là ? Non on ne remettra pas ça, je suis pas un jouet, Calgarry. Tu m’en mets plein la gueule sans même que je sache pourquoi et t’espères que moi, parce que ça t’aura bien défoulée, je vais faire ton bonheur ? Trouve-toi un autre pauvre con avec qui t’amuser."
Ils résonnaient encore à ses oreilles, aussi durement que le jour où elle les avait entendus réellement. Ils étaient toujours aussi cinglants. Et ce nom... Il ne l'appelait plus tout court, depuis. Il l'évitait, ne croisait plus son regard, plus rien.

"'Y avait de l'orage, mais je voulais plus rester enfermée dans la salle commune, alors je suis sortie pour aller au terrain de Quidditch. Il était là, et on a échangé quelques coups de batte contre des cognards... Mais... J'ai fait comme d'habitude, je l'ai houspillé un peu... Trop je suppose... Je sais pas... Il est parti en me laissant seule sur le terrain... Calgarry... Il m'avait jamais appelée comme ça..."

Elle se recula finalement, quittant le cocon sécuritaire des bras de sa soeur, tentant de sécher ses larmes bien que de nouvelles vinssent de nouveau rouler sur ses joues.

"Je suis qu'une idiote", poursuivit-elle, un sourire amer sur le visage. "C'est Paley... Rafael... Huitième année, dans ta maison."

Elle se détourna pour de bon, refusant de laisser encore davantage sa détresse se lire sur son visage. Prenant appui contre une table emplie d'un capharnaüm de paperasses et bibelots divers, elle mourrait d'envie de tout envoyer valser.

"Je suis qu'une idiote..."

Sa voix n'était plus qu'un murmure et elle douta que sa soeur l'entendît réellement. Elle ne pouvait pas savoir qu'elle avait désormais le don d'entendre le moindre son.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Pearls of light [C.C.]   Jeu 7 Avr 2011 - 19:37

J’avais pris ma sœur dans mes bras, et je ne comptais pas la lâcher de sitôt. Elle avait besoin de moi, je n’avais pas besoin d’être devin pour m’en rendre compte. Et si j’étais réfractaire aux contacts ces derniers temps, j’étais suffisamment attentive au bien-être de ma jumelle pour mettre de côté le mien. Je la sentis se blottir contre moi, fragile. La dernière fois que je l’avais sentie aussi fragile, c’était quand je lui avais appris la vérité sur le seul garçon auquel elle avait accordé sa confiance, son amour et son affection. J’espérai que le garçon qui lui plaisait tant était digne de son affection. Sinon, il aurait à faire à moi. Clairement.

"Tu... Tu te souviens de ce match où j'ai failli me ramasser contre... contre le sol ? Il m'a rattrapée... De justesse... Je crois que c'est là que ça a commencé..."

Si je me souvenais de ce match ? Evidemment que je m’en souvenais ! Je n’avais jamais oublié cette peur que j’avais éprouvée pour ma sœur. J’en avais d’ailleurs parlé quelques jours plus tôt avec un Raven. Avec Rafael Paley, pour être précise. Rafael qui me disait que c’était ce jour là qu’il était tombé amoureux de ma jumelle. Se pouvait-il que… ? J’arquai un sourcil surpris mais, avant que j’ai pu réagir, Killie reprenait déjà :

"Je veux pas... Je veux pas avoir mal encore, tu comprends ? Alors j'ai jamais été douce avec lui, loin de là... Tu sais comme je peux être quand j'ai décidé d'être mauvaise... Et puis l'autre jour..."

Oui, ça, je savais à quel point elle pouvait être mauvaise avec les garçons qui lui ne lui plaisaient pas. Avec les autres aussi, d’ailleurs. Je me souvenais encore de certains garçons qu’elle avait particulièrement arrosés. Ceux-là ne lui avaient plus jamais adressé la parole.

« L’autre jour ? » l’incitai-je à continuer.

Je commençais à mieux comprendre les craintes de Rafael l’autre jour et son hésitation à me dire de quoi il relevait réellement avec ma sœur. C’était tellement plus clair, d’un seul coup… Tellement plus limpide… Un sourire commença à se dessiner sur mon visage. Sourire qu’elle ne pouvait pas voir dans la position dans laquelle elle se trouvait. Ils étaient amoureux l’un de l’autre. C’était sûr et certain, à présent. Bon. Au moins, je n’aurais à tuer personne sur ce coup-ci. Tant mieux.

"'Y avait de l'orage, mais je voulais plus rester enfermée dans la salle commune, alors je suis sortie pour aller au terrain de Quidditch. Il était là, et on a échangé quelques coups de batte contre des cognards... Mais... J'ai fait comme d'habitude, je l'ai houspillé un peu... Trop je suppose... Je sais pas... Il est parti en me laissant seule sur le terrain... Calgarry... Il m'avait jamais appelée comme ça..."

Elle ne se fit pas prier pour m’expliquer ce qu’il s’était passé et je compris mieux pourquoi le jeune homme était si désespéré quand on en avait parlé ce soir là. Mon sourire s’agrandit. Ah… Killie… Killie… Je ne tardai pas à ajouter : Ah… Rafael… Rafael… car je savais déjà de qui il s’agissait.

"Je suis qu'une idiote. C'est Paley... Rafael... Huitième année, dans ta maison. Je suis qu'une idiote…"

Je retins avec peine un éclat de rire. Toutefois, lorsque j’écartai ma sœur et essuyai doucement ses joues et ses yeux, j’avais un grand sourire sur le visage.

« Beta va ! Si tu lui disais ce que tu ressens, ce serait tellement plus simple ! Mais je peux aussi lui dire de te révéler les siens, si tu préfères… Il était complètement déprimé, l’autre soir à l’idée que tu le détestes ! Vous êtes tous les deux des gros betas, incapables de vous dire ce que vous ressentez, vous cachant derrière des faux semblants… Bon sang Killie ! Faut que tu arrêtes de te voiler la face ! Tu lui plais à ce garçon ! Il est raide dingue de toi depuis ce matche de Quidditch où il t’a rattrapée avant que tu ne touches le sol alors même que moi, j’étais dans les gradins à ne rien pouvoir faire ! Alors tu ravales ta fierté, et tu vas le voir et tu fais comme avec tous les autres ! Tu l’embrasses ! C’est clair ? »

Ah mais ! Je la secouais à présent par les épaules, sans me rendre compte de la force que j’y mettais, la secouant comme un prunier au point qu’elle s’en retrouva complètement échevelée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3665
Date d'inscription : 27/03/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Rafael (Raven) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1055-this-is-the-story-of-my-life-a
MessageSujet: Re: Pearls of light [C.C.]   Jeu 7 Avr 2011 - 21:00

Depuis combien de temps n'avait-elle pas été aussi vulnérable ? S'il n'avait tenu qu'à elle, ça ne se serait jamais reproduit. Et pourtant, elle était là, dans cette petite pièce, à l'abri des regards et des oreilles indiscrets, à pleurer dans les bras de sa jumelle. Et C.C. pensait juste : la dernière fois ça avait été quand elle lui avait appris de quelle façon elle avait été le jouet de celui dont elle s'était amourachée. Une histoire qu'elle ne voulait pas voir se réitérer, et c'était bien ce qui l'avait poussée à se murer dans l'indifférence, à ne passer que des nuits coquines avec les garçons de l'Ecole, sans jamais s'engager, et à repousser celui qu'elle aimait de peur que lui ne la rejetât à un moment ou à un autre.

Tout faire pour se protéger, voilà ce qu'elle avait tenté d'appliquer. Et où cela l'avait-il menée ? A cette remise et à cette crise de larmes dans les bras de sa soeur. Pathétique. A présent, elle était certaine que celui qu'elle aimait la haïssait. Elle avait tout raconté à sa moitié, déversant un flot de paroles continu pendant quelques minutes avant de se laisser aller aux larmes quelques instants encore.

Quelques instants avant que sa jumelle ne vînt essuyer les larmes qui roulaient encore sur ses joues, tout sourire... Attendez une minute, tout sourire ? Le regard de Killie se fit incrédule, comme elle s'était retournée pour dévisager sa jumelle. Elle l'écouta parler, mais les mots lui semblèrent vides de sens, tout d'abord. Lui révéler ce qu'elle ressentait, après ce qu'elle venait de lui expliquer ? C'était tout bonnement impensable, elle n'allait pas tendre le bâton pour se faire battre non plus...

Lui dire de lui révéler les siens ? De quoi parlait-elle ? Ou plutôt, où voulait-elle en venir ? Serait-il possible que... Non c'était tout simplement... vrai ? C.C. ne lui aurait pas menti, pas maintenant, pas sur ça... Alors...

"Lui dire de me révéler les siens..." souffla-t-elle, abasourdie.

Voilà que sa jumelle avait déjà parlé à Rafael, de ses sentiments à lui, puisqu'elle ignorait les siens, à elle, jusque-là. Et aussi surprenant que cela pût paraître quand on connaissait leurs passifs respectifs, voilà que c'était elle qui lui donnait de bons conseils sur la façon de s'y prendre avec un garçon. Ne pas se voiler la face. Comment donc ? Il n'avait rien fait qui lui indiqua, à elle, qu'il était intéressé. Pire encore, il l'évitait maintenant. Certes, elle l'avait cherché, mais comment eût-elle pu deviner ce qu'il ressentait ?

Ravaler sa fierté et l'embrasser... Ca avait l'air si simple, dit comme ça. Mais... Elle avait du mal à remettre ses idées en place, secouée comme elle l'était par sa jumelle. Ses larmes se tarirent d'elles-mêmes, et elle attrapa les mains de sa soeur pour les retirer de ses épaules avant de replacer des mèches de cheveux derrière ses oreilles.

"Comment ça se fait que tu saches tout ça toi ?" finit-elle par lui demander, encore sous le choc.

Elle disait qu'il l'aimait, c'était si inconcevable... Elle se surprit à imaginer la scène, embrassant fougueusement le Raven... Et s'il la repoussait ? Elle l'aurait bien cherché, non ? Ok Killie, tu te calmes, et tu remets les choses au clair.

"Je peux pas faire ça, C.C. Tu l'aurais vu au stade... C'était... Si je fais ça, il va m'envoyer bouler... Moi je serais à sa place, c'est ce que je ferais..."

Elle essuya les dernières larmes qui s'accrochaient encore à ses cils, et inspira profondément. Un affreux doute s'empara de son esprit et elle lui demanda, perplexe.

"Je marche pas sur tes plates-bandes au moins ?"

Après tout, C.C. était quelqu'un d'assez secret. Pour qu'elle eût une conversation aussi sérieuse avec un garçon, il avait sans doute fallu qu'il se passât quelque chose de particulier entre eux, non ? Elle concevait mal qu'un simple hasard, un heureux concours de circonstances, les eût amenés à parler d'elle, et de choses aussi personnelles que les sentiments qu'elle leur inspirait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Pearls of light [C.C.]   Jeu 7 Avr 2011 - 23:52

"Lui dire de me révéler les siens..."

Il fallut à ma sœur un temps infini pour réaliser mes paroles. L’avais-je secouée trop fort ? J’espérais que non ! Enfin, elle m’ôta ses mains des épaules. Je crus qu’elle ne le ferait jamais, et je n’étais pas partie pour m’arrêter de moi-même tant je voulais que cette idée lui entre dans le crâne.

"Comment ça se fait que tu saches tout ça toi ?"

Comment je savais ça ? C’était une bonne, une excellente question, même. Un sourire énigmatique se dessina sur mes lèvres avant que je ne réponde d’un ton tout aussi mystérieux que mon regard :

« J’ai mes sources, ma chère sœur. Et des plus fiables, qui plus est… »

Et pour cause, je n’aurais pu faire plus direct que ma source, puisque je tirais l’information de la source originelle. Je laissai ma sœur poireauter un peu, histoire de faire monter la pression avant de lui expliquer dans les grandes lignes :

« L’autre soir, il pensait tellement à toi qu’on a parlé de toi, lui et moi. Il voulait savoir ce qu’il avait fait de mal pour que tu le haïsses alors que lui t’aimait. Je t’avouerai que je l’ai forcé à tout dire, jusqu’au bout. Pour savoir s’il était digne de toi. »

Mon sourire s’agrandit encore alors qu’elle reprenait :

"Je peux pas faire ça, C.C. Tu l'aurais vu au stade... C'était... Si je fais ça, il va m'envoyer bouler... Moi je serais à sa place, c'est ce que je ferais..."

Je secouai la tête avant de lever à nouveau les yeux au ciel. Il était temps qu’elle se bouge. Qu’elle prenne son bonheur en main. Il était tant qu’elle accepte l’inévitable : qu’il l’aimait et qu’elle l’aimait. Il était temps qu’elle soit enfin prête à faire face à ses sentiments pour un garçon. D’autant que ce garçon, je l’avais testé. J’avais menacé de m’en prendre à certaines parties de son anatomie s’il me mentait. Je l’avais reniflé. Je l’avais prévenu que s’il faisait du mal à ma sœur, il n’aurait nulle part où se cacher. Non, réellement, il était bel et bien sincère et c’est d’un ton sans appel que j’en rajoutai une couche avec un :

« Il t’aime, je suis catégorique. »

Une dernière fois, ma sœur tenta une parade :

"Je marche pas sur tes plates-bandes au moins ?"

Cette fois, je ne pus m’en empêcher. J’éclatai littéralement de rire. Heureusement que ma sœur avait lancé les sorts de silence. J’étais bien incapable de m’arrêter tant le fou-rire qui me gagnait avait besoin de sortir. J’en étais, presque, à rire aux larmes et c’est entre deux éclats que je répondis :

« Non, non, ne t’inquiète pas. Il n’est pas assez… Non. Il ne m’intéresse pas. Je me suis même assurée qu’il n’espérait pas passer sur nous deux au passage. Je n’aurais pas voulu que ce soit le cas. Et non, c’est bien toi. Sinon, je ne t’aurais rien dit. Sinon, il aurait pu aller se faire voir. Mais c’est toi et bien toi. Uniquement toi. Alors fonce. Sur ce… »

Je me levai pour la laisser réfléchir par elle-même. Visiblement, c’était la seule chose dont elle avait besoin en cet instant. Réfléchir par elle-même. Je m’imaginais déjà la retrouver aux anges, plus heureuse qu’elle ne l’avait jamais été dans quelques jours seulement.

°Fini pour moi!°
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3665
Date d'inscription : 27/03/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Rafael (Raven) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1055-this-is-the-story-of-my-life-a
MessageSujet: Re: Pearls of light [C.C.]   Ven 8 Avr 2011 - 0:54

Killian avait mis du temps à réaliser ce que sa soeur voulait lui dire. Trop sans doute. Preuve en était sans doute l'ardeur qu'elle avait mis à la secouer comme un prunier. Elle arqua un sourcil quand sa jumelle eut un sourire et un regard des plus énigmatiques avant de répondre de façon évasive. Soit elle avait ses sources, mais encore ? Elle la dévisagea un moment avant qu'elle ne reprit la parole, tirant les choses au clair.

Ils avaient parlé d'elle. Il pensait réellement qu'elle le haïssait, et jusque-là, c'était tout à fait l'effet escompté. A présent, elle n'était plus très sûre de la conduite à tenir, même si sa moitié lui assurait qu'elle pouvait foncer dans le tas. Elle reconnut cependant tout à fait sa C.C. quand celle-ci indiqua avoir forcé la confidence jusqu'à être sûre qu'il fût digne d'elle. En situation inverse, elle eût sans aucun doute fait de même.

Elle était catégorique... Alors... Alors c'était vrai ? Elle pouvait vraiment écouter son coeur et lui faire confiance ? Elle n'en revenait pas. L'éclat de rire de sa soeur la laissa quelque peu blessée dans son orgueil, un peu pantoise. Ok, elle avait l'air stupide, là, c'était bon, on pouvait passer à autre chose. Elle l'écouta s'expliquer entre deux éclats de rire, et se passa de surenchérir. Il n'y avait rien à ajouter, d'ailleurs, et C.C. prenait déjà la porte. Elle la laissa partir, plongée dans ses pensées.

Devait-elle faire comme elle le faisait d'habitude, foncer dans le tas, l'embrasser fougueusement sans lui demander son avis ? Ou prendre plus de gants, lui expliquer le pourquoi de son comportement, lui parler à coeur ouvert ? Les deux options ne lui semblaient pas envisageables et pourtant... Il faudrait bien qu'elle lui explique, qu'elle lui fasse comprendre qu'elle l'aimait, elle aussi... Dès qu'elle aurait établi la façon dont elle devrait se comporter, elle irait le voir. Elle n'avait rien promis à sa soeur, mais c'était tout comme.

Et c'est la tête pleine de questions qu'elle quitta donc la petite remise pour rejoindre sa tour.
¤ Terminé ¤
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Pearls of light [C.C.]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pearls of light [C.C.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Editeur light libre
» the light of aerendil
» Under the moon light [PV Fel]
» Lucky Light
» Moon Light [Pouffy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Cinquième Etage. :: ─ Remise-
Sauter vers: