AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les hormones ont leurs raisons que la raison ignore ... {Sovahnn}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 17054
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Les hormones ont leurs raisons que la raison ignore ... {Sovahnn}   Sam 28 Aoû 2010 - 17:18

Les semaines passent, la Pleine Lune se rapproche. La deuxième depuis que … Ouais, non j’ai dit que j’arrêtai de me faire du mal. De toute façon, quand je dis qu’elle approche, j’exagère. En réalité la Lune est encore décroissante. Ça tout le monde s’en fout et personne ne ressent les variations qu’elle entraine dans sa course. Moi je les sens. Je les sens même très bien. Et mon humeur, c’est un peu les montagnes russes. Ce matin ça allait à peu près. Je me suis réveillé dans le gaz comme pas permis et j’ai eu trop de mal à émerger. A midi, j’ai mangé comme un affamé sans raison apparente. Les cours sont passés tantôt vite, tantôt super lentement. Et là, fin d’après midi, j’ai envie de rien faire. Je suis tranquillement assis sur un banc, non pas celui près du chêne Rolling Eyes, tout seul comme un grand. Les jambes étendues devant moi et les mains croisés derrière la tête. Je regarde le ciel et les oiseaux. Parfois je jette un regard au Lac. Mon esprit est hermétique et je me sens complètement neutre. Je ne ressens pas le besoin de m’isoler spécialement, je suis juste bien là comme ça. J’ai pas envie de pleurer, ni d’aller passer mes nerfs sur un pauvre innocent. J’ai pas envie d’aller voir mon frère, enfin disons qu’il ne me manque pas là maintenant tout de suite. C’est pas parce qu’on s’entend comme cul et chemise qu’on est obligé de passer tout notre temps ensemble. D’autant plus qu’il continue de voir Jillian et j’ai pas franchement envie de me retrouver face à elle là. C’est un peu délicat vu la manière dont on s’est quitté la dernière fois. J’ai été le pire des enfoirés mais même s’il m’arrive de le regretter, ce qui est fait est fait. Je vais pas me trainer à ses pieds pour lui demander pardon. Merde.

J’aurais bien aimé pouvoir me concentrer sur le vol des hirondelles encore un petit moment mais visiblement c’était trop demander. J’veux dire, c’est pas comme si le Parc était immense ... Pourquoi est ce qu’ils sont venu exposer leur amour sous mes yeux ces deux crétins au juste ? Et vas-y que j’te pelote comme si y avait personne. Vous voulez un coup de main aussi peut être ?! Nan mais bordel y a des chambres pour ça. Oui oh ça va, je sais, moi aussi si j’étais à leur place je ferais pareil et je l’ai déjà fait mais c’est pas la question ! Ils sont pas obligés de … Mais qu’est ce qu’il fait O_o J’veux pas voir ça. Maman, j’veux pas voir ça. Respire Enzo. Respire. Putain l’enfoiré, elle est pas dégueulasse. C’est qui ? Hum ouais, je la mangerai bien moi aussi finalement.

Dans ma tête c’est le bordel, mais c’est rien comparé à l’ouragan qui prend forme dans mon corps. J’ai beau respirer pour me calmer, là j’avoue que c’est dur. Et j’arrive pas a détacher mes yeux d’eux, d’elle. J’ai réussi à devenir aussi insensible que j’aurais pu l’espérer mais visiblement ce genre de « sensibilité » c’était pas inclus dans le contrat. Et merde …

La tête entre les mains, les coudes sur les genoux, j’ai beau fermer les yeux, ça change pas grand-chose. C’est dur d’être jeune et d’avoir des hormones qui partent au quart de tour, moi j’vous l’dis. La vie est injuste. J’irais bien lui mettre mon poing dans la figure pour terminer ce qu’il est entrain de commencer avec elle, même au fond de moi j’ai cette petite voix qui tempête et me répète le même prénom. Je la fait taire. Oui j’y arrive depuis peu. Je suis désolé Kyle mais là j’y peux rien c’est la nature. Je peux difficilement faire abstraction de la chaleur qui s’empare de moi. Et t’es pas là alors … Oui je sais, je suis cinglé. Je parle à un mort, et alors ?! J’veux dire, je le fais tout le temps. Je lui parle au moins une fois par jour. Que ce soit à voix haute ou dans ma tête. Je pense à lui. Je ne l’oublie pas, comme je l’ai promis. Il me manque. J’ai pas fait mon deuil et je ne veux pas le faire, mais la vie continue malgré tout. Et là, je peux vous assurer que je me sens bien vivant …

Alors encore une fois mes yeux se perdent sur les deux silhouettes un peu plus loin. Ils s’effleurent, s’embrassent. Ils rient. Et ça crève les yeux qu’ils ont envie de sauter dessus. Ben allez-y merde ! Mais pas ici. Par pitié. Je partirais bien, mais j’étais là le premier et puis j’y arrive pas. Je commence à m’agiter, regarde le ciel histoire de retrouver ces foutus hirondelles mais elles ont fichu le camp. Génial, merci pour le soutient les filles. J’apprécie. J’aurais bien été voir Isma et ses bestioles mais évidement elle est pas là. Et vu l’état de … nervosité dans lequel je suis, je me demande si j’aurais pas été capable de me jeter sur elle. Ben quoi ? Elle est charmante, et plus âgée :gla:
Oh ça va hein, j’ai une bonne excuse pour ce genre de pensées : 16 ans. Et je vous emmerde.

Et ces deux crétins me donnent envie ><

J’ai l’impression d’être un voyeur en les fixant comme ça mais eux ne s’en rendent même pas compte. Je crois qu’ils ne m’ont même pas vu à vrai dire. Pff mais qu’est ce qu’elle fout avec un type comme lui. Il ressemble à rien. Je suis bien mieux moi. Hey, regarde-moi. Je suis grand, baraqué et chaud. Ben quoi ? C’est vrai j’ai la peau chaude, c’est pas de ma faute. C’est à cause du Loup. Bref, j’ai un corps de rêve et je suis sur que question endurance il m’arrive pas à la cheville ce blaireau.

Enzo.
Hum ?
Ta gueule. Va donc prendre une douche froide ça te calmera.


Dernière édition par Enzo Ryans le Jeu 2 Sep 2010 - 15:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2366
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Les hormones ont leurs raisons que la raison ignore ... {Sovahnn}   Sam 28 Aoû 2010 - 19:08

-
Les hormones ont leur raison que la raison ignore



I will not die.
I wait here for you
I feel alive when you're beside me





Un nouveau monde, une nouvelle vie. Mais quel ramassis de conneries ! C’est vrai quoi ! Il n’y a pas à dire, c’est un nouvel univers, mais question nouvelle vie, on refera. J’suis encore complètement paumée, j’crois que je voudrais avoir vécus ces années. J’commence à prendre un peu plus conscience de mon corps, c’est déjà pas mal, mais franchement, c’est quoi ce monde merde ? Ya des trucs qui bougent tout seul, je fait de plus en plus exploser des trucs autour de moi et j’suis sensée jeter des sorts magiques avec un bout de bois… en fait, j’dois être en HP, complètement à l’ouest, avec des sédatifs dans les veines. Ouais, c’est ça, j’suis complètement hallucinée, c’est tout. Oui, voilà.

Avec un soupire, la jeune femme avait quitté la salle commune et son dortoir, avait suivit la bande de gamin de première année qui partageaient sa classe et avait suivit les cours dans une humeur massacrantes. Ils avaient tous onze ans. Alors, c’était vrai que la dernière fois qu’elle avait réellement vécus, elle n’était pas beaucoup plus vieille, mais elle était déjà dans l’adolescence, ce qui n’était pas vraiment leur cas. Et puis, elle avait passé tout ce temps à rêver à la vie qu’elle aurait si elle n’était pas cloitrée au lit. Car elle entendait tout ce qu’il se passait, elle vivait au seul détail que personne ne pouvait s’en rendre compte. Alors elle avait entendu tout ce qu’on lui avait dit. Ses parents en train de désespérer, son frère partant en live avec leur paternel, puis qui l’avait engueuler elle. Mais elle ne comprenait toujours pas comment il avait pu s’en sortir, lui. Elle avait dû rêver, le camion ou la voiture, elle ne savait plus, était peut être arrivé de son côté après tout. Ce qu’il s’était passé avant n’était pas très clair à son esprit, mais elle voyait à peu près de quoi sa vie avait retourné. Lente et inutile, jusqu’à ce qu’elle apprenne être une sorcière. Et là, elle était coincée avec des gosses qui n’avaient pas la moitié de ses sujets de conversation. Et puis, elle ne pouvait pas avoir de nouvelles de l’extérieur, dire qu’elle était en vie, qu’elle bougeait, qu’elle pensait à eux. Elle ne pouvait savoir ce qu’il s’était passé.

Mais bon, il ne fallait pas qu’elle se mette à déprimer. Ça, au moins, elle l’avait appris pendant son temps de léthargie, elle voulait s’éclater au plus possible, ne plus perdre de temps. Et dieu qu’il y avait de quoi faire ! Alors elle était bien vite partie à rire toute seule dans son coin face au comique de sa situation. Elle, plus paumée encore que les gamins face au cour auquel elle était en train d’assister, surtout qu’elle avait tenté de bouger sa baguette en prononçant la formule, ce qui avait eu pour effet de rendre les cheveux et le tableau de sa prof complètement roses. Par contre, sa boulette associée à son rire n’étaient pas bien passés aux yeux de l’enseignante qui l’avait fait quitter les lieux directement, lui assénant reproches et sermons. Les Supérieurs, l’apprentissage, bla bla bla. Les larmes aux yeux, la jeune femme avait traversé le château qui ne lui était pas encore familier pour sortir à l’extérieur. C’était sans comparaison le lieu qu’elle aimait le plus. L’immensité et la beauté des territoires qui entouraient l’école étaient justes sublimes. Et puis, si elle ne s’était que peu mêlée aux gens, elle s’y sentait en sécurité. Un semblant de normalité, peut être. Quoi que chez elle, il n’y avait pas grand-chose de normal, du moins, maintenant.

Qu’est-ce qu’ils foutent eux ? Oo et lui tient ? Ah ! Nan, trop bon !

Un petit sourire aux lèvres, son sac de récup’ complètement explosé sur l’épaule, la jeune femme s’était approchée doucement du garçon qui observait le couple qui, sans gène aucune, allait finir par se sauter dessus dans le parc. C’était vrai qu’ils étaient assez éloigné et qu’il n’y avait pas grand monde ici. Mais, de toute évidence, il y en avait deux de trop, et quelque chose lui disait qu’elle en faisait partie. Mais, si elle était arrivée ici, c’était qu’elle le suivait, le mââââle dominant du couple. Oui, ok, elle avait eu un petit faible sur lui, de dos en tout cas. Mais c’était le garçon sur le banc qui avait finalement attiré son attention, occupé à les regarder, puis à détourner le regard, puis à les observer à nouveaux. Surtout qu’en fait, ils s’étaient trouvés dans la stricte et identique position, la tête penchée sur le côté à regarder le couple. Les lèvres pincées pour le pas exploser de rire, la jeune femme avait voulu changer de direction, mais un rire à moitié excité avait attirer son attention. Du coup, elle s’était trouvé de nouveaux dans la même position que le garçon sur le banc. Du coup, elle était partie en fou rire complet, attirant l’attention sur elle. Peut être pas du couple, ils étaient trop… occupés. Grillée…. Et toujours hilare, la jeune femme s’était dirigée vers le banc et s’était assise à côté du jeune Gryffondor, mignon, cela dit en passant, très mignon. Il avait raison, plus que l’autre dont elle venait de voir le visage. M’enfin bon. Riant toujours elle avait posé ses grands yeux claires dans ceux du garçon.

« ça vaaaaa tout va bien ? »

Manière détournée de dire « ça va, tu te rince les yeux… comment ça moi aussi ? OO » ah mais nan, pas du tout !! ». Mais elle les regardait déjà de nouveaux, un petit sourire aux lèvres, pas loin de repartir en fou rire. Cela dit. Ils allaient la chauffer aussi s’ils continuaient comme ça oO.

« Faut qu’ils arrêtent, ça m’excite.. »

Dit comme elle l’avait dit, avec une petit mimique comique associée, c’était une belle connerie, précisons bien sûr !

Petit rire. Non, ne repars pas, non... si ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 17054
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Les hormones ont leurs raisons que la raison ignore ... {Sovahnn}   Sam 28 Aoû 2010 - 19:55

Je me faisais honte à les mater comme ça mais c'était plus fort que moi, j'arrivais pas à détacher mes yeux de leur étreinte qui se raffermissait à chaque seconde qui passait. Je devais être entrain de gesticuler dans tous les sens, cherchant une position dans laquelle je serais à l'aise et qui m'empêcherait de penser à ... ce à quoi je pensais, mais c'était peine perdu. Impossible d'arrêter de bouger. J'avais l'impression d'être une cocotte minute menaçant d'exploser à tout instant. J'avais des bouffées de chaleur insupportables, et ma tête qui me hurlait d'aller me jeter dans le Lac sans réfléchir. Ça aurait pu être une bonne idée mais étrangement, c'est pas celle qui me tentait le plus pour calmer mes ardeurs naissantes. J'avoue que l'image de la faune qui pouvait vivre sous la surface de cette étendue d'eau un peu étrange ne m'attirait pas plus que ça. Non moi ce que je voulais là maintenant c'était ...

Qu'elle arrête de se foutre ma gueule ... --'

Tellement obnubilé par ce qui se passait devant moi, j'en avais oublié de protéger mes arrières et je ne l'avais pas vu arriver. Petite blonde avec les cheveux dans tous les sens, un sourire jusqu'aux oreilles et des grands yeux rieurs. Sur le coup j'ai pas vraiment fait de rapport détaillé, bien trop gêné, mais ce que j'en voyais, ben ça me plaisait et au moins j'avais arrêté de fixer toute mon attention sur les deux cons transit d'amour qu'allait probablement finir par s'envoyer en l'air sur la pelouse juste là devant.
Continuant de rire comme une cinglée, elle a fini par venir s'asseoir près de moi sur le banc. J'ai pas bougé, pas bronché. Je me suis juste mordu la lèvre avec une espèce de rictus proche du sourire alors que je me cachais le visage et fermais les yeux.
Elle me demande si ça va, innocemment. Innocemment ? Mon cul oui. Ça pue le sarcasme à plein nez. A la façon dont elle insiste sur la voyelle, et son sourire mutin. Ouais, elle m'a grillé et ça la fait beaucoup rire visiblement. Ben je t'en pris, fais toi plaisir.
J'ai laissé passer une ou deux secondes comme ça, histoire de me calmer un peu et de retrouver un peu de sérieux. J'allais pas sortir mon habit de Enzo le terrible, parce que d'une j'en étais incapable et de deux, j'en avais aucune envie. Je pense que j'ai un soucis psychologique. Et quand je disais que Kyle était parti avec un morceau de moi, je pensais à mon coeur mais finalement je me demande si c'est pas plutôt le cerveau parce que franchement y a quelque chose qui déconne méchamment chez moi. Je change de visage comme de chemise, ou de chaussettes. Ouais chaussettes, ça se change plus souvent que des chemises. Parlant de chemise, la mienne commence à m'étouffer là. J'me sens à l'étroit. J'ai trop chaud. C'est désagréable. Lycanthropie de merde. Rectification. Lycanthropie et hormones de merde.
Bref, elle m'avait déjà oublié de toute façon, bien trop occupée elle aussi à reluquer les deux obsédés du Parc qui eux n'en avaient toujours strictement rien à foutre du monde extérieur. Souvenirs, souvenirs ♪
J'en ai profité pour la détailler. Elle avait laisser tomber un vieux sac sur le sol, totalement débraillé et j'étais entrain de me dire qu'il devait être assez représentatif de son état d'esprit alors qu'elle me balançait un truc qui a failli me faire gagner un auto-étouffement dans les règles. Ses yeux dans les miens, j'ai pas lâché son regard alors que j'arrivais plus à respirer. Ça va pas bien de me balancer un truc pareil ?! T'as vu dans quel état j'suis là ? O_o Elle est tarée. Elle me connait pas elle ça se voit.
Caaaaaaaaalme Enzo. Caaaaalme. On le sait que t'as un côté animal mais là faut que tu lui mette sa laisse parce que ça va pas le faire. Et je suis pas certain que regarder ses jambes ça va m'aider en fait. Relève la tête !

- Je ... euh. J'suis grillé là, hein ? :gla: Sévère même. C'te honte.

Sourire du genre ... euh ben ce lui là, tiens, parfait : :gla:

Ouais une belle honte. Et elle qui me sort que ça va l'exciter s'ils continuent. J'ai envie de me pendre.
Silence pesant. Mes yeux s'égarent de nouveau vers les deux amoureux et là tous mes muscles se relâchent. Ma tête bascule en arrière, mes bras s'affalent sur le banc de chaque côté de mon corps et mes jambes s'étalent encore un peu plus devant moi. J'écrase un « putain » franchement grossier et à peine dissimulé et je tourne la tête vers elle après avoir rendu sa liberté à l'air que je gardais prisonnier de mes poumons.

- Oh et puis merde, ça sert à rien de tourner autour du pot de toute façon tu m'as percé à jour. J'en peux plus ><

Pas franchement délicat mais honnête. Ouais j'en peux plus, c'est vrai. Je suis en manque, j'avoue.
J'aurais pu faire genre « J'vois pas de quoi tu parles » mais question crédibilité, j'avais encore du boulot. J'avais l'impression que c'était écrit en gros sur mon front. Ce type là, il a faim
D'autant plus qu'elle avait pas l'air de s'arrêter à ce genre de détails qui en auraient choqué plus d'un alors ... OSEF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2366
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Les hormones ont leurs raisons que la raison ignore ... {Sovahnn}   Sam 28 Aoû 2010 - 20:32

-
Les hormones ont leur raison que la raison ignore



I will not die.
I wait here for you
I feel alive when you're beside me





À vrai dire, j’aurais honte aussi. Mais, moi, c’est pas un mec qui m’a fait perdre le cerveau, mais un coma. Il faut dire que c’est le genre de truc qui vous paume un peu. Mais bon, c’est bien aussi, et puis, je retrouve ma vie un peu, ça fait un de ces biens. J’en ai tellement loupé, franchement, je ne vais pas m’arrêter pour des questions de boulot ou de gamins. Alors j’avais finis dehors, pas vraiment habillée comme les autres, mais on ne me les a pas donné mes uniformes, alors c’est bien des fringues un peu sexy aussi, après tout, je viens de trouver un corps qui est quand même vachement mieux que celui que j’avais quitté tient.

À l’aise, la jeune femme était partie dans un fou rire en observant un jeune homme qui avait en partie les mêmes réactions qu’elle. Non, c’était vraiment trop comique, elle n’avait pas pu s’en empêcher, riant comme une gosse. Oui, elle était barge, et alors ? Les trois quart des gens ici tiraient la tronche, alors, justement, ça lui faisait du bien de rire un peu. Quinze minutes par jour qu’il faut, et puis ça lutte contre le cancer. Oui, ok, ça fout des rides, mais les belles. Bon, après, c’est vrai qu’elle avait gagné cinq ans d’un coup, mais elle y avait gagné au change, alors…

Elle avait fini par aller s’assoir à ses côtés, après tout, elle venait de se faire repérer, et pas qu’un peu, alors autant aller vers lui, parce que si elle était partie sans un mot, elle aurait eu l’air encore plus tarée qu’elle ne l’était. Autant limiter les dégâts quoi. À côté de lui, elle l’avait observé quelques temps, sourire aux lèvres. Il allait faire comme si elle n’était pas là longtemps ? Oui, manifestement. Regard baissé, il évitait le sien.

J’hallucine où c’est sur mes jambes qu’il bug maintenant ? Oui, nan, je rêve pas. De toute évidence, c’était pas sur le mec qu’il bloquait hein. Quoi qu’en fait, avec une jupe aussi courte… c’est vrai ça, pourquoi est-ce que j’ai mit ça moi ? Mouais… enfin faut bien en profiter, regarde moi cette longueur de jambe. Et pis j’ai récupéré des seins en plus… il est vraiment mignon en train de rougir à moitié. Mais à quoi je pense moi ? C’est contagieux leur truc à eux ?!? Durex, des préservatifs qui donnent envie ! … ils en ont tu crois ?

Mais il avait finalement relevé la tête, coupant court à ses réflexions, tant stupides qu’elles soient.

« Aaaah ouais, pis pas qu’un peu là. »

Petit hochement de tête avec le sourire en coin associé. Oh que oui qu’il était grillé, et bien là. Dégageant son visage d’une mèche de cheveux, elle ne pu s’empêcher de lâcher un petit rire à nouveau. Comment ça elle se foutait d’elle ? Oui, ok, un peu beaucoup. Mais bon, c’était trop tentant. Et puis, après tout, il n’était pas le seul à bloquer sur eux. Enfin, en cinq ans, elle avait de quoi aussi. Lui s’était laisser tomber le long du banc, les jambes allongées. Petite mimique étonnée, elle s’était penchée au dessus de lui, empêchant une partie de ses longs cheveux blonds de glisser contre lui.

« Mourru ? »

Ah non, pas mourru, il avait bouger. Lui faisait peur d’ailleurs, elle s’était reculé un peu précipitamment, le fixant avec de grands yeux surpris. Et puis quand le garçon repris la parole, elle souris de nouveau, son cœur calmant le petit sursaut qu’il avait manqué quelques secondes plus tôt. Mais ce qu’il avait dit n’avait pu que la faire sourire. De un, il était extrêmement gêné, et de deux, il était direct, ça s’était clair. En manque, en tout cas, c’était ce qu’elle avait compris.

« Ouais… ça se vois… »

Petit sourire moqueur pourtant…

Ô que je compatie… incroyable ce que je peux compatir d’ailleurs. Vive les hormones, totalement d’accord, elles manquent rarement une occasions de se taire celles là !

« Tu sais, je viens de sortir d’un coma de cinq ans, alors j’suis persuadée que j’te bas là question libido maltraitée… »

Laissant aller de nouveaux son regard sur le couple qui s’appuyait maintenant contre un arbre, la main du garçon s’oubliant un peu, elle sourit en pensant à l’énorme connerie qu’elle allait dire. Mais elle était comme ça, ‘fallait pas lui en vouloir. Au moins, il n’y avait pas de raisons de s’ennuyer avec elle dans les parages. Et puis, au point de connerie et de trucs gênants où ils étaient (pas très français tout ça… pas grave XD), ils pouvaient toujours s’enfoncer.

« Alors, de deux choses l’une, soit on les casse dans leur délire, soit on leur fait de la concurrence. »

Petit regard amusé et taquin.

Comment ça j’suis folle ? Meuuuh non, j’ai juste des idées un peu stranges des fois. Et ben comme ça au moins, il aura une raison de soupirer : ma connerie est exaspérante oO
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 17054
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Les hormones ont leurs raisons que la raison ignore ... {Sovahnn}   Sam 28 Aoû 2010 - 21:10

Moi j'étais bien là par terre. Non seulement je ne voyais plus les deux autres abrutis mais en plus j'avais une vue panoramique sur les jambes de la jolie ingénue. Et le pire, c'est qu'elle n'avait pas l'air de s'en rendre compte. Elle s'est penché vers moi, rattrapant au passage ses longs cheveux blonds et elle a sursauté quand j'ai rouvert les yeux. Bouh ! Et ben nan je suis pas encore mourru tu vois.

- Nan pas encore, mais ça va pas tarder j'crois.

Et c'est pas faute d'avoir essayé pendant des semaines mais les gros méchants supérieurs z'ont pas voulu Rolling Eyes Résultat ben maintenant je fricote avec eux. Euh enfin quand je dis fricote, pas comme les deux qui se donnent en spectacle là hein. Faut pas déconner. Faut voir la tête qu'ils se payent ces abrutis. Faudrait me payer bien cher pour que j'en touche un, un jour. Puis quoi encore. J'ai peut être un certain besoin physique mais je suis pas non plus désespéré à ce point là. Et puis la majorité c'est des mecs. Et le seul que je veux, ben il est mort alors bon c'est limité comme choix. Oui je sais j'ai l'air de m'en foutre, comme si ça ne me faisait rien, mais c'est pas vraiment le cas. C'est juste que là j'ai envie d'être vivant. Et oui comme quoi tout est possible dans ce monde de fous. Alors oui ça me crève le cœur mais c'est comme ça. Je ne m'arrêterai pas.

Ça se voit, ça se voit Rolling Eyes Ça va aller oui ?!

- Arrête de te foutre ma gueule, je galère assez bien tout seul comme ça xD

Tu me diras, j'ai toujours ma main droite *sort*

J'éclatais de rire et tournais de nouveau la tête sur le côté pour apercevoir nos deux amis du tronc. Lui avait sa main qui se baladait l'air de rien et elle, elle gloussait. Rictus blasé de ma part. Roulement des yeux. Quelle cruche. Elle est peut être canon, mais elle a pas franchement l'air intelligente. Tu me diras, c'est probablement pas ce qu'il lui demande. Oh ça va, oui je sais, je suis un salaud. Mais j'assume

Cinq ans ?!
Putain la vache, cinq ans de coma. C'est possible ça ? Elle a l'air en forme pourtant. Je me souviens qu'après mon réveil j'avais été dans le coltard pendant des jours, et pourtant ça n'avait duré qu'une semaine ce petit somme forcé. Mauvais souvenirs. Très mauvais souvenirs. Papa, maman. Si vous me regardez Ptite dédicace. Et oui, votre petit Enzo chéri pète un plomb depuis quelques semaines. Faut pas lui en vouloir.
Je me redressais sur mes coudes mais restais par terre. Ouais j'avais décidé que j'étais bien par terre. Nouveau coup d'oeil sur ses jambes. Ben quoi ?! C'est la route. Du bas vers le haut Et si elle veut pas qu'on regarde, elle a qu'à s'habiller autrement. J'entends déjà les féministes qui hurlent et sortent les banderoles pour faire une manif Rolling Eyes Détendez vous un peu. Je connais un bon moyen pour ça moi ...

- Ouais tu me bats, et à plate couture même. Même question coma tu me bats, j'y suis resté qu'une semaine. C'était ... comateux je dirais. Le truc c'est que ma libido est comme moi, en pleine croissance alors c'est assez problématique tu vois. J'suis con, bien sur que tu vois. Enfin que tu comprends quoi.

Ben ouais attends, elle a dans les mêmes âges que moi je pense, peut être un peu plus vieille, et elle vient de se réveiller après cinq années de sommeil forcé. Elle a rien vécu. Tout l'âge ingrat, les joies de l'adolescence et tout ça. Mes hormones à moi se sont réveillées assez tôt je dois dire, alors je la pleins si les siennes veulent rattraper le retard.

- Bordel t'as du temps à rattraper ma vieille O_o

J'peux t'aider si tu veux Cool *ressort même si n'était pas rentré*

Ouais bon ok je suis pas non plus un serial lover mais j'ai quand même fait quelques expériences et dans mes souvenirs, certains pas si lointain, c'était plutôt du genre agréable, voir même super agréable. Et pourquoi je pense à ça maintenant moi. C'est encore pire. Assommez moi, ça me calmera peut être.

De la concurrence tu dis ? Tu sais que t'es une petite veinarde ? Il se trouve que je suis plutôt joueur comme type.

- Je t'avoue que les deux options me plaisent assez. Qu'est ce que t'en dis si on combine les deux ?

Sourire carnassier et haussements de sourcil frénétiques. Trop tard, la machine est lancée et si tu me suis, je sais pas vraiment jusqu'où on va aller. A toi de voir. Moi j'ai envie de jouer. Alors, on va les faire chier ? Tu connais l'effet miroir ? Ou la géométrie si tu préfère. Le tronc de leur arbre est assez large pour accueillir deux personnes de plus et j'ai bien envie d'aller leur faire une petite démonstration parce que j'ai comme l'impression qu'ils commencent à tourner en rond là, non ?

Ah ben j'avais prévenu que j'avais changé hein, faut pas vous étonnez. Faites pas cette tête là. On me donne l'occasion de faire chier le monde, de pourrir la vie de deux personnes et de m'amuser en même temps. Je serais bien con de laisser passer une opportunité pareil. Nan parce qu'en plus, matez moi ces jambes quoi.

Kyle, si tu me regardes, si tu m'entends, et ben ... ferme les yeux et bouche toi les oreilles.
Je t'aime.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2366
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Les hormones ont leurs raisons que la raison ignore ... {Sovahnn}   Sam 28 Aoû 2010 - 22:43

-
Les hormones ont leur raison que la raison ignore



I will not die.
I wait here for you
I feel alive when you're beside me




Il était bien par terre, elle, elle était bien sur le banc. Certes, il avait une vu sublime sur ses jambes du coup, mais elle ne s’en était pas tout de suite rendu compte, ne faisant pas trop attention à ça. Elle avait tout d’abord eu une petite frayeur . Il n’était pas mort, et bien ça tombait bien, comme ça, il pourrait lui faire un massage cardiaque si, elle, avait une certaine envie de repartir en transe inerte.


« À qui le dis tu… »

Avec un petit soupir, elle s’était adossée un peu plus au banc, s’étirant doucement contre la matière froide tendis que les deux crétins devaient avoir les lèvres en train de flamber s’ils n’arrêtaient pas leur patin tout de suite.

Et oui, ça se voit tu vois, comme quoi ! Pourtant, moi, ça se voit pas, il y aurait pourtant beaucoup à voir. Mais les cernes sont parties, les genoux qui tremblent aussi et mes crises d’angoisses… ok, non, elles, elles continuent. Et puis, je ne dors pas beaucoup, mais la magie aide à beaucoup de choses, j’ai choisi le bon endroit pour me réveiller apparemment. Pourtant … Oh ! La ferme !! Tu ne pars pas en délire complet de tristesse alors que tu as largement de quoi t’éclater ici. Parce que, là, moi aussi, je veux m’amuser, de toute manière, je ne pourrais rien arranger comme ça, alors autant profité du temps, j’en ai bien assez perdu.


« Tu m’étonnes… »

Tu galère, tu galère, et moi alors. Franchement, j’aurais pu avoir quelques jours d’adaptation quand même ! Ça fait quoi à votre avis de se réveiller après autant de temps ? Le coaltar ! Ouais, tu dois t’en douter, mais bon, c’est vrai qu’une semaine à côté, ça doit être déstabilisant. Oh non, ne fait pas ce regard. Toi, t’as perdu quelqu’un dans cet accident. Nan nan nan, je ne m’intéresserais pas à tes emmerdes. Pas là, sinon ça va virer au mélodrame, et j’en veux pas moi de ça. Vraiment pas.


« Ouais, je comprend ouais. »

Un petit sourire vers lui tout en se penchant à nouveau vers lui. Tient, toujours sur ses jambes.

T‘as vraiment un truc avec mes jambes toi..

Pas vécus l’âge ingrat ? La blague ! Chez les filles, ça commence plus tôt, c’est connu, alors elle avait eu tout pile le temps de le vivre alors de voler par une vitre de voiture. Ou de s’écrouler dans le tableau de bord en fait, elle n’en savait rien, elle ne se souvenait pas de grand-chose et ne savait pas ce qu’il s’était passé exactement. Tout était flou et, franchement, elle n’avait aucune envie d’y penser. Par contre, oui, oh que oui, elle avait pas mal de chose à rattraper.


« C’est exactement ce que je fais depuis que j’ai ouvert les yeux. C’est pas que vivre une adolescence fictive, c’est chiant, mais la réalité, c’est bien aussi. »

L’assommer, ça n’étai pas ce qu’elle comptait faire de toute évidence, bien au contraire, elle avait plutôt tendance à lui faire l’effet inverse, et elle ne comptait pas changer d’attitude. C’était très bien comme ça, et il n’y avait pas qu’elle qui était joueuse de toute évidence. En une phrase, elle avait semblé le réveiller brutalement. Riant doucement au regard qu’il lui avait lancer, elle s’était relever. Franchement, elle ne s’y était pas attendue, pensant plutôt qu’il allait la traiter de barge avant de se barrer.


« J’en dis que si tu continue, j’vais me dire que c’est plus la fille là bas qui t’intéresse. »

Mais, ya pas, ce que tu me propose, ça m’intéresse. Les faire chier, moi qui suis une peste quand je veux ? M’éclater enfin avec quelqu’un après avoir passé une nouvelle journée entourée de gosses qui en savent plus sur cet univers que moi ? Alors là, je ne dis pas non !

Debout juste à côté de lui, ses jambes s’étirant, elle devait lui offrir un vue assez particulière, mais elle ne l’avait pas remarqué. Ses longs cheveux clairs cascadant contre ses épaules, elle s’abaissa jusqu’à lui, lui adressant un petit clin d’œil complice.

« Ben alors, t’attend quoi ? »

Oui, elle prenait vraiment cette nouvelle vie en main et parfois, on ne croirait vraiment pas qu’elle avait passé un long moment à l’ouest. Après tout, elle devait rattraper, et ces cinq ans sans pouvoir bouger mais en mourant d’envie de s’amuser devaient commencer à taper sur son crane, peut être en particulier sur sa libido.

Un petit rire clair avait passé ses lèvres tendis qu’elle jetait un nouveau regard vers leurs prochaines victimes qui là… ah ben il avait les deux mains sous son t-shirt là, dévoilant une partie de son torse trop maigre.

Mouais… jla bat sans problème !!

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 17054
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Les hormones ont leurs raisons que la raison ignore ... {Sovahnn}   Dim 29 Aoû 2010 - 11:11

Tu pensais que j'allais te trouver complètement tarée avec ta proposition ? Ca t'étonne que je ne me barre pas en courant ? Et si je te disais que de nous deux, je suis probablement le plus fou. Pas pour les bonnes raisons, mais le résultat est le même. J'ai plus grand chose à perdre alors je fonce et je me fous des conséquences. Puisqu'on m'a obligé à vivre, j'ai bien l'intention de le faire à 100% jusqu'à ce que mort s'en suive. Elle arrivera peut être rapidement, parce qu'à force de provoquer le danger et les autres, je passe parfois pas toujours très loin du drame, mais jusqu'ici je m'en sors toujours indemne. Plus ou moins. La dernière Pleine Lune a failli mal tourner et je sens que la prochaine sera pire. Si cet abruti de White est encore là, je le bouffe et c'est pas leur sorts qui m'en empêcheront. Tous pensent que je n'ai plus d'âme, plus de cœur. Bien sur ce n'est pas vrai, mais ils n'ont pas besoin de le savoir. Tout le monde se complait dans ce statut quo. Moi le premier. Enfin de toute façon, c'est la première fois qu'on se voit toi et moi, donc tu n'as absolument aucune idée de qui je suis, et de qui j'étais. Alors pour toi, mon véritable visage, c'est celui que je t'offre maintenant. Celui d'un sale petit con qui subit le harcèlement de ses hormones et qui a envie d'aller faire chier ces deux là qui ont l'air trop heureux pour moi.

Oui je matte tes jambes depuis un bon moment ma grande, et je ne m'en excuserais pas. D'ailleurs, y a une petite voix en moi qui me dit que ça ne te déplait pas, que je ne te déplait pas non plus. Tu veux que je te montre mes jambes moi aussi ? Rolling Eyes Ça risquerait de te faire peur, surtout si tes yeux tombes sur ma cicatrice. T'as pas besoin non plus de savoir que je ne suis pas tout à fait normal. Je pourrais toujours dire qu'un chien m'a mordu même si finalement, l'auteur de cette marque m'a sauvé la vie.

La fille de là bas, elle me semble bien insignifiante à côté de toi si tu veux tout savoir. Elle à l'air absolument inintéressante et toi, toi tu me fais rire.

- Et il se peut que t'es pas tort.

Nouvelle session matage alors qu'elle s'étire. Qu'on ne vienne pas me dire qu'elle ne le fait pas exprès.
Clin d'œil de sa part. Impatience.
Sourire de la mienne.

- Le déluge.

Et je me relève d'une traite, la chemise qui part dans tous les sens puisque je ne l'a rentre jamais dans mon pantalon. Les cheveux c'est encore pire, je les laisse repousser du coup c'est un peu un champ de bataille là haut sur ma tête. Doit bien y avoir deux ou trois brins d'herbe restés accrochés.
Sans prévenir je passe mon bras autour de ses épaules et je l'entraine avec moi vers les deux amoureux.

- T'es sure de toi et de ce que tu veux ? Parce que j'ai un problème au niveau des freins, quand je commence j'ai un peu de mal à m'arrêter pour être honnête. Je voudrais que tu m'accuses de te pervertir ou je sais pas quoi hein ?

On sait jamais, ce serait pas la première à faire genre j'suis ok pour finalement jouer les saintes-ni-touche deux minutes après. Oh oui encore des insultes ! Je sais, je suis un véritable connard. Merci. Enfin bref. J'vais pas la violer au milieu du Parc, j'veux juste m'amuser un peu mais très franchement, je sais pas où ça va nous mener alors je préfère la prévenir. Au moins elle saura à quoi s'en tenir, et si elle veut faire demi tour, il sera toujours temps.

Et lorsqu'on arrive enfin près de la moule et son rocher, j'ai encore un putain de flash back. Je le chasse rapidement et retrouve mon sourire alors que la demoiselle aux jambes divines et aux long cheveux blonds se retrouve contre moi et que je m'adresse à ce type qui vient tout juste de nous remarquer.

- Hey si je peux me permettre tu t'y prends comme un manche là mon gars. Regarde et admire.

J'ai l'air super confiant là, et c'est le cas. J'apprécie ça, ce nouveau truc qui me permet de faire, dire et prendre ce que je veux quand j'en ai envie sans me soucier de ce que peuvent en penser les autres. J'avoue que c'est très libérateur comme sensation. Encore une fois je renais. D'une manière encore différente cette fois, mais c'est comme ça que je vois les choses. Je suis un connard, j'en ai bien conscience, mais toutes les personnes pour qui j'avais envie d'être quelqu'un de bien ne sont plus là pour le voir, alors à quoi ça me servirait ? Ici c'est chacun pour sa gueule de toute façon. Je rentre dans le rang, c'est tout. Je me fonds dans la masse et je ne fais plus attention aux états d'âme des autres. La faiblesse ne fait plus parti de moi.
Pensez bien ce que vous voudrez, j'en ai rien à foutre. Il n'y a qu'une seule personne capable de m'arrêter, et malheureusement, de là où elle est, elle ne peut pas le faire.

Je ne peux pas m'empêcher de penser, et au fond de moi je culpabilise, parce que ce que je suis entrain de faire, disons qu'elle n'est pas celle avec qui j'aurais souhaité partager ça, c'est toujours le même problème. Pourtant c'est bien elle qui se retrouve contre l'arbre avec le poids de mon corps sur elle. Je ne regrette pas ce que je fais. Pas plus que ma main qui s'égare sous son pull. Pas plus que mes doigts qui se perdent autour de sa cuisse et la caresse en remontant sous sa jupe tout en soulevant sa jambe pour l'enrouler autour de la mienne. Pas plus que mon sourire mesquin qui s'étire alors que je regarde l'autre type droit dans les yeux.

« C'est quoi ces deux cinglés là ? J'vais t'en foutre une moi tu vas voir. »

Oops, je crois que j'ai énervé Monsieur.
:gla:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2366
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Les hormones ont leurs raisons que la raison ignore ... {Sovahnn}   Dim 29 Aoû 2010 - 17:08

-
Les hormones ont leur raison que la raison ignore



I will not die.
I wait here for you
I feel alive when you're beside me





Ouais, je le pensais, mais il n’y a pas que moi à être un peu barge et à jouer alors que ça n’est pas forcément le moment. Se cacher, ouais, c’est peut être ce que je fais à faire mumuse comme ça. Ne pas chercher à voir les choses comme elles peuvent l’être parce que, franchement, ça serait trop déprimant, et j’en ai vraiment pas envie. J’ai pas envie de me retrouver à chialer comme une cruche après tant de temps, alors je m’en fous complètement, ils peuvent bien penser ce qu’ils veulent, j’suis à moitié paumée vis-à-vis de ce qui s’est passé et ce qui n’a pas eu lieu, j’en sais rien, et, là, je m’en fous. J’veux m’éclater, et j’suis pas la seule. Il est mal dans sa peau, ça va pas, jle vois, ou sinon j’me fais peut être des idées, c’set v rai, j’crois que j’suis un peu naïve parfois. T’es peut être un sale con après tout, j’men fout, sérieusement. Tu me fais rire, et, là, je m’éclate, ouais, tu me matte, ça me plais finalement, comme pour toutes les filles qui n’ont pas eu assez de regard sur elles. J’sais ce que je fais, même si j’te connais pas, ça m’étonnerais que j’me retrouve tabassée à mort, de toute manière, ça serait con, j’suis pas mal consentante là dans le genre. Et puis, nan, vraiment, j’ai envie de m’amuser, je rit, toi aussi, c’est tout ce qui m’importe là.

Un petit sourire sur ses lèvres. Il se pouvait qu’elle ait raison. Donc, il avait bien des vues sur elle. Et bah pourquoi pas, pas comme si elle s’était attendue à avoir une grande amitié sincère avec racontage de potin et autre. Nan, là, elle n’avait pas vraiment lancer la relation sur ce terrain là, et elle ne risquait pas de s’en plaindre puisque c’était elle qui avait lancer les choses.


« Et ben on a pas fini… »

Quoi ? C’est vrai ! Ya un grand soleil là !! +out+

Il s’était relevé plus brutalement qu’elle ne l’avait pensé. Se connaissant, elle aurait sûrement même eu la tête dans les vapes à se retrouver sur pieds ainsi. Mais il fallait dire qu’il y avait certains trucs qu’elle ne maitrisait pas encore. Tout comme il lui arrivait de sombrer sans trop savoir pourquoi. Mais depuis un bon moment, ça allait largement mieux avec ce qu’elle prenait tous les matins, une potion par jour depuis qu’elle s’était réveillée, pour s’allier plus avec sa nouvelle vie apparemment et renforcer son état…. Ça se trouve, elle était peut être juste stone. Oh que non, elle était parfaitement consciente de ce qu’elle faisait et de ce à quoi elle s’exposait, mais c’était exactement ce qu’elle voulait. Emportée par un bras autour de ses épaules, elle lui sourit lorsqu’il se mit à chercher à savoir si elle était bien sûre d’elle.


« Au pire, je t’assomme, ‘doit bien y avoir des grosses pierres dans le coin. »


Je lui adressais un petit sourire provocateur. Oui, je savais ce que je faisais, bien sûr que je savais, et j’ai tendance à être un peu entêtée quand je veux, et là, j’ai envie de m’éclater, et j’suis assez loin d’une sainte nitouche en fait. C’est vrai, j’me connais pas trop là, et j’suis un peu perdue entre la réalité et les rêves auquel j’ai tellement été habituée. Mais, justement, comme ça je peux décider de qui je suis. Et là, j’suis impulsive. J’ai envie de m’éclater avec toi, c’est tout, et on verra bien où ça va nous amener, ce qu’ils peuvent bien dire les autres, franchement, ça me passe joliment au dessus là.

La jeune femme s’était alors vite retrouvée entre le tronc de l’arbre et le torse du jeune homme qui avait directement planté son regard dans celui du garçon au cul si craquant, mais dont la tronche n’allait pas bien avec. Là, à choisir, elle était avec le bon ! Il n’y avait pas photo entre les deux garçons. Confiant, sûr de lui, il avait provoqué l’autre garçon. À peine avait il fini sa phrase qu’elle était venue emprisonner sa lèvre inférieur dans une légère pression de dents avant de l’embrasser, sensuelle tendis que les mains du garçon s’égaraient, l’une sur ses hanches, passant bientôt sous son haut, l’autre sur sa cuisse. Il lui remontait la jambe sûrement autant qu’elle-même le faisait, le bout de son pied glissant doucement le long de la jambe du jeune homme quasiment jusqu’à ce qu’elle la coince au dessus de sa hanche, resserrant son étreinte de la cuisse, sa cheville vint, délicate, contre le haut des cuisses du garçon, venant coller son bassin au sien. Ses bras, eux, pendaient de chaque côtés de la nuque du garçon.

Sa lèvre inférieur doucement mordue entre ses dents dans un petit sourire qui était venu accompagné celui d’Enzo, destiné au couple.

J’me sens garce… et p’tain ça fait du bien xDYa pas que toi à bien aimer jouer le connard, tu vois.

Ben ’fallait dire aussi qu’elle était vraiment sex’ là dans le genre Rolling Eyes

Et, oui, il était en colère le petit monsieur. Petit monsieur qui avait lorgner sur la limite entre le tissu de la jupe et la peau de la jeune femme. Juste assez pour que l’autre hurle un truc assez clair dans son genre.

- Mais quelle garce ! Pétasse ! -

Une main avait chercher à attraper ses cheveux, mais elle s’était décrochée du tronc, poussant le garçon vers l‘arrière. C’était pas qu’il y avait plus agréable que de se faire arracher la tête, mais elle n’avait aucune envie de le subir. Attrapant la main du garçon, s’éloignant avec lui de quelques pas rapides.


« Oulah j’crois qu’on s’est fait des ennemis là ! Nan ? »


Deux regards noirs étaient rivés sur eux.


« ça les a calmé… »


Un petit murmure en directement d‘Enzo, largement assez fort pour que le couple l’entende aussi, ce qui était son but, bien entendu.

Ahem… s’il sort la baguette… tu sais que j’peux pas me défendre hein ? … Ah ben c‘Est-ce qu‘il fait, géééénial !


« Ah… C’est là que ton côté mâle viril et bagarreur doit sauver la pauvre demoiselle en détresse que je suis. »


Roulement d’yeux. Agacée ou amusée ? Un peu des deux. Agacée parce que si elle se retrouvait en combat de sorcier, ben là, autant qu’elle se jette dans le lac, et amusée tout simplement par la situation, parce que là, franchement, c’était comique !

« Ou sinon, on se barre en courant ? »


Quoi ? Tu vas adapter les deux propositions là aussi ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 17054
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Les hormones ont leurs raisons que la raison ignore ... {Sovahnn}   Dim 29 Aoû 2010 - 18:13

Je t'assomme Rolling Eyes Pourquoi tant de haine ? Et franchement, tu m'as bien regardé ? J'ai l'air du mec qui se laisse assommer, surtout par un minipouce comme toi. Arrête, tu vas me filer des crampes d'estomac tellement tu me fais peur, ou tellement j'me marre. C'est au choix.
On avait fini à bon port elle et moi. Et j'avais réussi a fermer les vannes de mon cerveau ce qui n'était pas négligeable dans une situation pareil. Du coup j'avais le champ libre pour rentrer à fond dans notre petit jeu et ça me plaisait beaucoup. Surtout que je dois bien l'avouer, elle était plutôt réceptive à chacun de mes gestes. J'avais presque oublié ce que c'était ce genre de sensation. L'excitation. Ce petit brin d'épice qui pousse à faire n'importe quoi sans se soucier des conséquences. Bordel ce que ça fait du bien. Alors mon corps sur le sien, mes mains sur sa peau et ses lèvres sur les miennes, ça me transportait dans une espèce de folie nouvelle si tant est que ce soit possible de faire pire que l'état dans lequel on était déjà. Et là les réflexion de mâle de base me sont venu en tête bien évidement. Du genre, putain elle est souple, c'est bon ça
Ben attends, elle arrive à foutre sa jambe au dessus de ma hanche O_o Je dépasse le mètre 80 je vous rappelle et elle, elle c'est une toute petite chose à côté de moi. Je m'amuse et je prends mon pied à faire ça. Eux ça ne leur plait pas visiblement et m'a réflexion sur le fait qu'il s'y prenne comme un manche, je crois bien que ça ne lui a pas plus. Elle, c'est pareil. Je crois qu'elle aime pas trop les jambes de ma comparse, je vois vraiment pas pourquoi. Enfin si je vois, c'est plutôt le fait que son mec l'apprécie lui, qui la dérange et moi j'explose de rire comme un con tandis que ma nouvelle amie me pousse en arrière pour tenter d'éviter une attaque sauvage de la tigresse dérangée en pleine parade nuptiale. Garce. Pétasse. Quelle vulgarité.Eh chérie calme toi, tu vas choper des rides. Et là je me rends compte qu'elle est vraiment plus belle de loin que de près. Remarque c'est peut être la colère qui déforme son visage. Je suis un connard superficiel mais en attendant, moi j'ai une jolie fille dans les bras, je me marre, alors qu'eux deux sont bien vite redescendu de leur nuage. Oh les vilains. On mériterait une correction tiens Rolling Eyes
Elle a choppé ma main pour nous éloigner tous les deux des amoureux, et moi j'étais plié en quatre. Si, si, en quatre c'est possible. Je paris que je peux même faire plus mais m'est avis que c'est pas le moment de tester.

Des ennemis tu dis ?

- Tu crois ? Oh mais non regarde. Moi je pense même qu'ils vont nous inviter à jouer avec eux.

Quelques mots évidement lâchés bien assez fort pour qu'ils les entendent sinon ça n'a pas grand intérêt Et visiblement ça fait mouche. Lui s'énerve. Elle essaie de le retenir en lui reprochant d'avoir maté les cuisse de ma collègue de connerie.

- Ou pas.

Ils vont quand même pas se disputer ... oh merde. Y a des fois j'oublie qu'on est dans un monde où la magie règne en maître et j'avoue que c'est assez problématique, surtout dans ce genre de situation. Alors quand il a sorti sa baguette. J'ai bugué.

Ah mais au fait, tu me trouves viril ?

- Je t'ai pas dit, mon côté mâle viril et bagarreur a pas l'option sauvetage de demoiselle en détresse ...

Quitte à jouer les connards, autant le faire jusqu'au bout, non ? Je te laisse te démerder ? :gla: J'vais pas faire ça. Je m'amuse trop bien avec toi. Hors de question que je te laisse filer alors que t'as trouver le moyen de me faire oublier bien des trucs qui me pourrissent l'existence. La culpabilité, entre autre. Vilain Enzo. Je le sais que c'est mal, que je ne devrais pas. Mais en fait, c'est ce que je me suis dit, alors que la vérité c'est que je n'accepte toujours pas sa mort et que j'ai l'impression qu'en agissant comme je le fais, je le trahis. A raison, ou à tort ?
J'y penserai ce soir dans mon lit quand je serais tout seul parce que là c'est vraiment pas le moment de me faire mon propre procès.

Moment de lucidité venu d'on ne sait où, j'ai sorti ma baguette de ma poche et paf une légère explosion juste devant eux, histoire de brouiller les pistes le temps de dégager.

- On se barre !!

Et voilà comment deux pauvre cinglés se retrouvent à traverser le Parc en courant, et en se marrant, jusqu'à atteindre le Hall et trouver une petite cachette au détour d'un couloir. J'observe, reprends mon souffle mais toujours rien. Je ne les vois pas. A croire que les représailles seront pour un autre jour. Dommage, je m'amusais bien moi.
Puis je sens cette petite présence là près de moi. Nouveau sourire alors que mes mains se posent de chaque côté de son corps sur le mur.

- Alors, qu'est ce qu'elle veut faire maintenant la demoiselle en détresse ? Elle a eu sa dose de mâle viril ou elle en veut encore ?

C'est toi qui voit. Personnellement j'ai aucune obligation là.
:hin:
Et puis j'emmerde ma conscience et mon cœur, j'irais me laver de mes pêchés à la messe dimanche prochain.
J'te demande quand même pardon Kyle.
En plus de ça, elle m'a pas encore dit ce qu'elle voulait, on a peut être une chance qu'elle me foute un gros vent et qu'elle me plante là comme un con.
Est ce que j'y tiens ? Pour être honnête, pas tellement.

Échange de bon procédé, tu te souviens ? :gla:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2366
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Les hormones ont leurs raisons que la raison ignore ... {Sovahnn}   Dim 29 Aoû 2010 - 19:52

-
Les hormones ont leur raison que la raison ignore



I will not die.
I wait here for you
I feel alive when you're beside me



Oui, ok, pas faux, ô grand baraqué, mâle puissant qui ne se fera pas assommé par une pauvre toute pitite fifille. Éh va falloir calmer l’égo là, j’suis sûre je peux y arriver ! Au pire, j’te cours après dans tout le parc avec une grosse pierre à bout de bras au dessus de ma tête prête à te frapper jusqu’à ce que mort s’en suive. Quoiiiii ? C’est pas possible ? Ok, d’accord, surtout si t’as décidé de me violer et que, moi, d’un coup, j’ai décidé que ça ne serait pas ma principale activité de la journée. Ouais, parce que techniquement pour qu’il y ai viol, il faudrait un petit mot tout simple : non. Mais là c’est plutôt oui. Oui oui oui oui. Tient, j’en sent déjà qui ont donné à mes exclamations une intonation qui n’était pas là. Oui oui oui, ô ouiiiiiiiiiiiiii. Ça va mieux pour les pervers ? Nan, sérieux. Cela dit, ça peut être drôle comme image, moi qui te cours après avec un gros caillou. C’est officiel, je suis folle ! Surtout, imaginez l’enchainement d’événements qui pourraient nous faire passer de la situation actuelle à celle de l’assommage en règle. En attendant la situation est telle que je joue mon excitée contre lui, cela dit, ça ne dois pas être si loin que ça de mon état réel. Mais ce qui est véritable surtout, c’est que bordel ce que je peut prendre mon pied. J’avait tout fait pour ne pas repartir en fou rire tout de suite, mais les cris de l’autre furie, et le rire qui avait pris mon ami de conneries m’avait fait craqué. Les deux cons morts de rire de leur connerie. On est graves… mais c’est cool !

Exact, elle était souple. En même temps avec tout ce qu’on lui faisait avaler, elle avait l’impression que son corps avait gagner bien des choses depuis qu’elle s’était réveillée. Ah oui, nan parce qu’au réveil, elle n’aurait jamais fait ça, elle se serait déjà retrouvée au sol. Et puis, vu à quel point elle avait pu se trouver choquée, ça n’aurait pas été la fille décoincée qui se foutait bien des qu’en dira-t-on et qui ne semblait avoir peur de rien, encore moins d’enfreindre la morale. C’était vrai quoi, elle n’avait pas fait assez de bêtises dans sa vie, il fallait bien faire de quoi se faire engueuler à son retour auprès des siens. Si encore c’était possible un jour. Et dans le genre immoral, elle était sûre qu’un truc à trois ça risquait de ne pas passer. Conneries hein. Et puis, s’il le fallait vraiment, autant en choisir d’autres. Ouais, il ne faut pas croire qu’elle soit une vrai pure, puisque ça n’était pas le cas, mais, oui, elle se comportait comme une garce et elle aimait ça. Il faut bien se faire plaisir dans la vie nan ?

Fou rire.

Ou pas ? Pas de partouze ? Zut ! *sort*

« Ooooh ben c’est dommage ça alors, ça peut être bien un peu de violence pourtant. »

Petit coup de sourcil, un petit bout de langue entre les dents dans un petit sourire aguicheur. Mais il avait sorti sa baguette, de quoi les attaquer comme il le pouvait.

« Ouh, nan mais pas autant ! »

C’est vrai quoi, la violence tue la violence, regarde là elle, elle va finir par vieillir avec cette expression là à vie collée sur la tronche. Moi, par contre, je suis juste explosée de rire. Et c‘est aussi le cas de mon coupain de bitises, coupain qui a décidé de ne pas me protéger. How qu‘il est méchant, nan, c‘est vrai, c‘est pas sympa. Mais bon, pas grave, j‘me débrouillerais bien de toute manière. Et puis, me laisser dans la panade, ça n‘était pas ce qu‘il avait fait. Le bruit de l‘explosion qu‘avait provoqué sa baguette s‘était fait juste après que ma voix se soit élevé, couvrant les insultes des deux cons qui hésitaient furieusement à nous sauter à la gorge. Cela dit, ni lui ni moi ne faisions réellement attention à eux. Les pauvres, ils devaient être déçus OO’’

« Ah c’est dommage ça, ‘faudrait que j’te l’achète pour Noel.. »

Mais bien sûr que j’te trouve viril voyons Rolling Eyes

Elle lui permettait d’oublier, sans réellement en avoir conscience. Mais après tout, les deux cherchaient en partie à échapper à la réalité. À croire à autre chose, à jouer, à faire mumuse, parce que ça n’est pas une occasion qui s’offre toujours à nous. Faire ce que l’on veut quand on le veut. Prendre ce qu’on veut, et tout de suite. Ouay, vas-y, prend moi ! Oui oui, je sort, je sais, j’commence à avoir l’habitude. Putain mais tu te parles à toi-même dans ton propre crane ma pauvre vieille oO ça va pas bien du tout hein ! J’sais pas ce qu’ils t’ont fait quand t’étais dans les vapes, mais ça doit pas être dur à vivre…. Arrête ! Parles pas de malheurs !

De toute manière, ils étaient partis en courant dans un grand éclat de rire commun. Les deux abrutis que tout le monde regardait avec un air intrigué. Ils passaient pour des fous, mais c’était ce qu’ils étaient. Le bruit de leur course raisonnant contre les marches du perron, traverser le hall, grimper des marches et puis se perdre dans un couloir un peu à l’écart. Adossée contre le mur, la jeune femme, cheveux complètement ébouriffés lui donnant un petit côté un peu sauvage absolument adorable, reprenait son souffle, entremêlé de bouffées de rires incontrôlés. Le sourire aux lèvres, elle avait relevé le regard en sentant une ombre contre elle, les yeux rivés dans ceux du jeune homme, elle avait sentis deux mains se poser sur le mur, de chaque côté de son corps. Un petit regard de sa part qui l’avait fait sourire doucement, surtout associé aux paroles qu’il venait de prononcer. Elle avait hésité, un peu, a lui foutre un beau vent et à partir comme ça, mais, nan, vraiment, t’es trop craquant, et j’ai trop envie de me triper pour te laisser te barrer !

« Faut voir ce que tu propose… »

Ce petit regard joueur brillait dans ses yeux, leur donnant un petit côté étincelants qui allait très bien avec son sourire taquin. Mais des pas s’étaient fait derrière eux, de là d’où ils venaient, les deux doigts de la jeune femme s’enroulèrent autour du col du garçon, un petit sourire aux lèvres qui voulait tout dire, elle l’entraina un peu plus loin dans le couloir…
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 17054
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Les hormones ont leurs raisons que la raison ignore ... {Sovahnn}   Lun 30 Aoû 2010 - 12:08

Tu devrais pas me regarder comme ça mademoiselle ingénue. Je ne connais pas ton nom et étrangement, c’est bien le dernier de mes soucis. Est ce qu’on en a vraiment besoin de toute façon ? Pour le moment je dirais que ce n’est pas nécessaire. Tu sais parfaitement ce que j’ai dans la tête et même si pour ma part, je reste un peu dans le flou quant à ce que toi tu veux, je pense pouvoir affirmer qu’on a ni toi, ni moi, envie de se lancer dans des présentations banales et sans intérêt. Tu te verrais avec tes longs cheveux blonds qui partent dans tous les sens, et tes yeux clairs qui racontent tellement de conneries, plus encore que celles qui franchissent la barrière de ta bouche. Oui, tu me fais rire, et je me rends compte que ça fait trop longtemps que ça ne m’était pas arrivé. Rire sincèrement. Rire pour quelque chose de vraiment drôle. Je ris, souvent même, mais en général c’est un son plein de cynisme et de sarcasme qui s’échappe d’entre mes lèvres alors que je prends un malin plaisir à faire du mal autour de moi. Tu me diras, ce qu’on a fait aux deux autres là dehors, c’était pas spécialement sympa, mais d’après moi, c’était pas grand chose. On les a juste un peu fait chier, le minimum syndical je dirais. Après tout, ils n’avaient qu’à pas envoyer un fax à nos hormones en s’affichant comme ça. Au passage, les miennes ne sont absolument pas calmées.

Ce que je te propose ? Et bien, ça dépend de toi.

- Faut voir si tu disposes.

Même ton.
Même regard.
Même désinvolture.
Même provocation.

Et il y a eu ces pas. J’ai tourné la tête, m’attendant à voir débarquer dans ce couloir vide, un couple d’hystériques près à se venger des deux effrontés qui venaient de leur pourrir leur vie intime. Attends, qu’on vienne pas me parler d’intimité quand on se donne en spectacle au milieu du Parc. Faut rester crédible un minimum. Et non, c’est pas l’hôpital qui se fout de la charité. Nous au moins, on avait la décence de se cacher. Et cette nuit là sous le vieux chêne, je ne suis pas près de l’oublier. Tous les souvenirs sont encore là, bien ancré dans ma tête. Les sensations, les bruits, les odeurs. Sa peau. Ses lèvres. Je n’ai rien oublié. Je ne tourne pas la page, j’écris juste un petit paragraphe de plus dans mon histoire. Quelque chose qui ne compte pas vraiment, alors je l’écris en plus petit, et en italique. Comme une sorte de parenthèse.

Les doigts de la petite fée se referme sur mon col et me rattrape une nouvelle fois dans ma descente. Je retrouve mon sourire et la suit plus loin dans un petit renfoncement.

- J'ai bien une ptite idée mais j'sais pas si ça te dira plus que ça … Faire un scrabble, bien entendu.

C’est pas ce que tu voulais ? Ah ben pourtant je l’aurais juré tu vois.

Tandis que mes doigts trace la ligne de sa peau là sur son ventre, qu’ils courent sur ce petit espace entre sa jupe et son haut, je relève la tête et plonge mes yeux dans les siens, sourire aux lèvres.

- En tout cas je tenais à te dire que pour quelqu'un qui vient de se réveiller après un coma de cinq ans, je te trouve plutôt calée question relations humaines si tu vois c'que j'veux dire. Alors moi je te propose d'approfondir ta quête du Graal avec cette espèce de chose un peu bizarrement faite qui me sert de corps.

Deux doigt qui remonte contre son corsage, à la façon de la petite bête qui monte, qui monte, mais qui visiblement n’a pas l’intention de redescendre.

- Parce que moi je testerai bien la marchandise. Et j'ai comme l'impression qu'y a un bout de tissus que se sent de trop là, non ?

Ouais, ouais. La marchandise c'est toi ma grande.

Et le bout de tissus, c’est ce qui se cache sous ta jupe alors que ma main se balade encore une fois et rencontre la douceur de cette matière dont j’ignore le nom. Entreprenant. Presque animal. J’ai toujours été comme ça, mais je me découvre chaque fois moins farouche. Et là, là ça ne compte pas. Là je laisse faire mes pulsions les plus primaires, alors rien ne me bloque. Rien ne m’arrête. Je sais qu’elle n’attend rien d’autre de moi. Enfin je crois. J’espère. Est ce que ça mérite réflexion ?

- Juste un truc, on est bien d’accord que c’est juste une expérience sociologique hein ? Echange de bon procédé, tout ça. J’veux pas de contrat de mariage moi. Juste un peu de fun, et si j’peux rendre service en plus … C’est tout benef, pour toi comme pour moi.

De toute façon je suis déjà marié. Oui à un mort je sais, mais là n’est pas la question.

Alors ?
J’ai proposé, et je crois que c’est assez clair. Pas besoin de te faire un dessin.
Maintenant à toi de disposer.
Oui, ou non.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2366
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Les hormones ont leurs raisons que la raison ignore ... {Sovahnn}   Lun 30 Aoû 2010 - 20:22

-
Les hormones ont leur raison que la raison ignore



I will not die.
I wait here for you
I feel alive when you're beside me



Ouais, je devrais pas, c’est vrai. Je devrais pas m’éclater comme ça non plus, je devrais pas sécher les cours, je devrais jurer, je devrais pas me sentir attirée comme ça. Mais c’est le cas, et ça me va très bien. Parce que je m’éclater avec toi, et que c’est la première fois depuis que j’ai ouvert les yeux. Parce que ton rire me porte, parce que pour une fois, je suis sur la même longueur d’onde avec quelqu’un, même si le lambda en question là ne doit pas être accepté par grand monde. Mais bon, que voulez vous, j’ai envie d’être une garce égoïste une fois de temps en temps. Pourtant, ça ne me ressemble peut être pas tant que ça. Mais j’suis libre de mes gestes nan ? Alors si ça me convient, que ça lui convient, c’est très bien. C’est bon de rire et de bien me foutre de ce qu’ils peuvent dire, de suivre mes impulsions. Et tu sais quoi ? Je dispose, pas de problème. Par contre, ce regard là c’est le mien ! Pas touche cacahuète. Cacahuètes ? Oo

Des gens étaient passés non loin, mais elle l’avait déjà embarqué avec elle. Là, ça serait pas mal que le couple crétin ne débarque pas. Non, parce que ce qu’ils s’apprêtait à faire, c’était mieux en privé en fait. Au moins, ils n’étaient pas dans le parc, en plein milieu de la journée, en train de se peloter. Ils le faisaient dans le coin d’un couloir, c’était déjà pas mal. Oui, c’est un lieu publique, et ben pas si publique que ça. C’est vrai quoi, il n’y a pas de salles de cour ou de salles tout court dans le fond, ça n’est qu’un bout de couloir qui… ne sert à rien en fait.

C’est vrai ça ! Qu’est-ce qu’il fout là ce truc ? Et comment ça en italique dans un coin et entre parenthèse ! Sympa… quoi ? Pourquoi c’est pas une parenthèse pour toi peut être ? Tu vas encadrer sa tronche au dessus de ton lit et l’embrasser tous les soirs ? La blague ouais ! Bon, ben alors. Ouaiiis c‘est ça, un scrabble..

« Tout à fait. Pis après on va faire des gommettes … ! »

Avoues, là, dans vingt ans, quand tes gosses te demanderont s’ils peuvent jouer aux gommettes, t’auras un petit sourire en pensant à moi. Pis après on va apprendre le Japonais tient. Et ouais ! J’ai vu Taxi dans ma vie, si courte soit elle, t’as vu, incroyable… je sais pu quand par contre. Je l’ai peut être juste entendu, comme j’ai entendu beaucoup de choses. Vous savez qu’une infirmière s’est envoyé en l’air dans ma chambre ? Enfin, elle a essayé… j’vous raconte pas l’engueulade avec son boss quand il l’a trouvé dans la mini salle de bain à côté de mon lit ! En attendant c’est pas elle qui a un petit doigt qui glisse le long de son ventre.

« Tu sais, j’crois que même le mur là il voit ce que tu veux dire… c’est ça, approfondir, j’le connais pas assez bien le mien, et j’ai pas mal envie de connaitre le tien… »

La petite bête montait le long de son corps, déclenchant à sa suite un léger frisson qui avait parcouru la jeune femme jusque dans le bas ventre. Marchandise hein ? La jeune femme l’avait embrasser, lui laissant à peine le temps de finir sa phrase. Nan, ça n’était pas le fait de la comparer à de la bouffe qui déclenchait ça nan. En fait, logiquement, elle l’aurait sûrement envoyé chier d’avoir dit ça, mais quitte à jouer et à faire des trucs qu’on ne ferait pas la plupart du temps, ben autant le faire jusqu’au bout. Par contre… elle avait lâché ses lèvres/

« Tu parles trop. »

Petit sourire tendis que ses mains remontait sur le haut de ses cuisses, le calant un peu plus contre elle qu‘il ne l‘était encore. Lui avait une main sur le shorty qu’elle portait, et qui ne risquait pas de rester là très longtemps. Coton, soie… laine +out+ non, là, franchement, elle ne savait plus ce qu’elle avait mit la matin. Et ça n’était pas vraiment ce qui lui passait le plus par la tête. Tête qui d’ailleurs ne devait pas être vraiment remplie de questions métaphysique en ce moment précis, une main entre le jean et le tissu de son sous vêtement. Ouais, j’confirme, elle allait pas parlé philo, socio, psycho…. Ah ! Lui si xD. Enfin, pas vraiment, juste une petite frayeur comme ça, au passage, entre la jupe et la poitrine. Me passer la bague au doigt dans un couloir dans lequel on est sur le point de faire des cochonstés, sachant que j’ai aucune idée de ton prénom… comme c’est romantique Rolling Eyes

« Eh ben t’appelle ça comme tu veux. Cela dit j’appellerais pas vraiment ça un service moi… plutôt une… légère… pulsion… inopinée ! =D »

T’en a pas marre de dire des connerie toi ? Oo nan =D !

Une main contre sa nuque, l’amenant à elle. Un baiser.

« Pas de prise de tête, c’est juste du sexe. Ça va, c’est assez clair là ? Nan parce que j’suis sûre que le mur, il attend là. »

Ouais, ok, c’est moi qui attend, avec mes pupilles dilatées peut être même plus que les tiennes, ma jambe le long de la tienne, et ce léger tremblement d’excitation qui cours le long du bas de mon corps pour finir juste sous sa main. Je te veux là, maintenant tout de suite j‘suis sûre ils ont tous rêver de l‘entendre ça..
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 17054
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Les hormones ont leurs raisons que la raison ignore ... {Sovahnn}   Lun 30 Aoû 2010 - 22:08

Des gomettes, mais oui bien sur. C'est avec ta petite culotte que j'vais en faire des gomettes moi tu vas voir. D'ailleurs elle commence sérieusement à m'emmerder. Ouais ou ton shorty, peu importe, on s'en fout pas mal. Et oui je sais que je parle trop, on me l'a déjà dit figure toi, ou plutôt on me l'a fait comprendre. Encore un truc qui me fait mal. Bam dans ta gueule Enzo. Si t'arrêtait de parler, de penser, pendant cinq minutes au moins une fois dans ta vie ça pour être pas mal. Tu sais très bien que ça te le ramènera pas. Alors profite tant que t'es vivant. T'as envie. Elle aussi. Je crois que tout est clair là non ? Débranche.
Elle a pas mal envie de connaître le mien de corps ? Ouais ben ça j'ai cru comprendre avec cette main innocente qui se balade dans mon futal. Tu me chatouilles là. Je te dirais bien d'arrêter mais je le ferais pas. Pas que j'aime les chatouilles, mais disons que là ça ne me poserait aucun problème que t'approfondisse la chose comme tu le dis si bien. Approfondir, ouais je crois que c'est le mot de la soirée. Approfondissons. Tu me voles mes lèvres. Tu me les rends. Tu me les vole à nouveau.
Une pulsion tu dis ? Je vois pas de quoi tu parles ... Rolling Eyes Ouais c'est totalement ça, une pulsion. Une putain de pulsion physique à laquelle j'ai absolument pas envie de résister et toi non plus. Dans un sens c'est aussi un service d'après moi mais bon on s'en fout pas mal il me semble. Et m'en veux pas pour le coup de flip mais c'est à dire que je préfère m'assurer avant de foncer, parce que je tiens vraiment pas à me retrouver avec une folle qui me colle aux basques en permanence parce qu'on se sera envoyé en l'air une fois et qu'elle verra là un signe ou je sais pas quoi. Du sexe, rien que du sexe. C'est assez clair, et t'en fait pas pour le mur il attendra pas longtemps.
Nouveau baiser. Pression sur ses hanches quand je la soulève pour la poser sur un léger rebord. Sois pas si impatiente, j'arrive. C'est juste que j'ai pas 36 mains et logistiquement parlant, je peux pas être partout. Laisse moi le temps de m'organiser La ceinture c'est fait. Le reste ça suit. Et son shorty, il glisse innocemment le long de ses cuisses tandis que je me cale entre elles. Mes mains se baladent, tantôt la caressant, tantôt la maintenant fermement. Mes lèvres la cherche. Sa peau, sa bouche.
J’avais presque oublié comment c’était fait une fille O_o Bah y a bien eu Jillian mais j’avoue que je préfère éviter de ressasser cet épisode foireux pour nous deux. Une belle amitié foutue en l’air par une connerie de ma part. Elle me manque, mais je ne peux m’en prendre qu’à moi-même. J’ai voulu tirer un trait sur ma vie d’avant et elle en faisait partie, c’est comme ça. De toute façon, elle doit me haïr maintenant, et à raison. Et merde, je recommence. Ça suffit. On passe aux choses sérieuses parce que je vois bien qu’elle s’emmerde et moi j’en ai marre de penser sans arrêt.
Accroche toi ma grande, j’vais te faire décoller. Comment ça c’est présomptueux ? Ouais, ça l’est et alors. Parce que je le vaux bien Cool
La suite, c’est juste deux corps qui se rejoignent, qui se rencontrent, qui s’apprivoisent. Des mouvements réguliers, toujours plus rapides. Des soupirs. Ça dure le temps que ça dure, mais le résultat semble être apprécié des deux côtés. Satisfait. Apaisés de cette brûlure lancinante qui nous collait à la peau. Je reprends mon souffle et la ramène sur terre. Enfin je la repose par terre quoi. Ses jambes se déroulent d’autour de les miennes pour que ses pieds retrouvent leur point d’ancrage et moi je me rhabille. Rapide, efficace et sans douleur :top : Qu’est ce que je suis glamour comme type. Bah après tout, c’est rien qu’un PCR (Petit Coup Rapide pour les non initiés) je vais pas lui déclarer ma flamme ou lui réciter un poème. Lui parler de la pluie et du beau temps ? Pourquoi faire ? Pourquoi parler ? Elle m’a clairement fait comprendre que ça la saoulait et de toute façon aussi étrange que ça puisse paraître, j’ai rien à dire. Comme quoi tout est possible. Je la laisse tranquille, qu’elle retrouve ses esprits si elle les a perdu en chemin. Je regarde par la fenêtre et je me rends compte que je ne me sens pas spécialement mieux. Fatigué, et soulagé, oui mais pas mieux. Pas bien. J’ai juste envie de me retrouver seul pour être honnête. Pourtant je lui souris en penchant la tête sur le côté. Je l’aime bien cette fille. Je sais que j’ai l’air de la traiter comme si elle n’était rien qu’un corps, un morceau de chair fraiche que le Loup aurait envie de se mettre sous la dent, mais je la trouve marrante. Et là je me rends compte que j’ai probablement été son premier. J’espère au moins ne pas lui avoir laissé de mauvais souvenirs, manquerait plus que ça. Enfin en tout cas pour moi, l’expérience a été … enrichissante :gla :
Mais pour le coup, je me sens un peu con là dans mon bout de couloir. Je sais pas trop quoi faire de moi. J’ai l’impression de redevenir l’ancien Enzo et ça ne me plaît pas du tout. Je sais qu’il est toujours quelque part en moi ce gars là mais, je préférais quand c’était moi qui était en elle, c’était moins prise de tête. J’te jure je me collerais des baffes. Je m’étire, fais craquer les os de mes épaules et de ma nuque et j’vais me poser à côté d’elle contre le mur. Les mains dans les poches, une jambe repliée et un pied à plat sur le mur.

Alors, heureuse ? Nan j’déconne. J’en suis pas rendu à ce point là sur l’échelle de l’art d’être un macho.

- C’est quoi tes plans maintenant ? J’veux dire, je suppose que tu vas pas passer ta vie à serrer des ptits jeunes dans les coins sombres du château.

Ah oui parce que je t’ai pas dit mais je suis mineur hein, et toi-même si j’arrive pas à te donner réellement un âge précis, je suis pas sur que tu le sois encore. Ça tombe bien j’ai toujours aimé me taper des personnes plus vieilles que moi. Et même si mon palmarès n’est pas très large, à chaque fois c’était moi le plus jeune des deux. Oui des deux, jamais essayé à trois encore moi non plus. Mais bizarrement ça me tente pas plus que ça là. Je dois pas être normal. J’ai du être monté à l’envers ou j’sais pas.
Nan y a pas, je me sens vraiment tout bizarre là. J’ai envie de voir mon ptit chat. Ma ptite Lune, elle me manque. Ouais je vais faire ça. Je vais aller la récupérer dans le dortoir et me poser sur mon lit avec elle dans le creux de mon épaule comme elle a l’habitude de le faire. Et ensuite j’irais peut être voir Derek, je sais pas trop. Ça dépendra de mon humeur.

- Je sais qu’on s’est rien promis mais j’ai un sursaut de conscience là. Est-ce que j’aurais l’air du mufle de service si je t’abandonne ?

J’ai beau vouloir jouer les connards, et bien que j’y arrive en temps normal, là je sais pas, j’ai une chute. Une chute de moral. Une belle descente qui va me pourrir la soirée je le sens. Il me manque, voilà c’est dit. J’ai besoin de lui, et le seul moyen que j’ai d’avoir l’impression qu’il est avec moi, c’est de m’isoler. J’ai envie de me faire du mal et de penser à lui toute la nuit.

Nouveau soupir. Je baisse la tête. Mes cheveux me tombent devant les yeux et je la regarde de côté avec un sourire que j’espère convainquant. J’veux surtout pas de sa pitié mais quelque chose me dit qu’elle va me foutre la paix de ce côté-là. Je crois qu’on n’est pas si différent elle et moi. On a juste envie d’oublier, de faire les cons histoire de débrancher de la réalité pendant quelques minutes, heures, peu importe. Même des secondes dès fois ça suffit.

On a l’air con là, non ?
Ou y a peut être que moi qui est cette sensation là, va savoir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2366
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Les hormones ont leurs raisons que la raison ignore ... {Sovahnn}   Jeu 2 Sep 2010 - 12:20

-
Les hormones ont leur raison que la raison ignore



I will not die.
I wait here for you
I feel alive when you're beside me



Éh nan ! Jfais quoi après ? J’me balade à moitié nue, planquée seulement par une JUPE ? Trop courte en plus ! Ouais, nan, pas une bonne idée. Et puis comment tu ferais pour le faire coller le tissu ? Ça colle les gommettes… ouais nan, me répond pas en fait, j’veux pas le savoir. Mon côté pervers commence à voir et… ouais, chut !

J’crois que jsuis folle, là, contre le mur, posée contre ce rebord, mes jambes remontant contre toi, t’enserrant enfin. Cette folie dans mon souffle de plus en plus accidenté, dans mon esprit qui s’envole, qui s’oublis, qui quitte terre, là où il y a toutes ces merdes que je n’ose même pas regarder. Trop d’inactivité me donne envie de m’éclater, mais à force, c’est mes ailes que je vais cramer. Combien ils hurleraient tout ceux que je connais ? Combien ils s’indigneraient de ma conduite. Oui mais merde, vos gueule. Peut être que moi aussi je souffre hein ? Nan sérieux, je viens de me réveiller, on doit déjà me considérer comme une garce. Et si j’ai envie de m’éclater ? Moi qui suis restée liée à un lit, des fils branchés de partout. J’les entendais dire que j’étais foutus, j’entendais mon frère gueuler sur le toubib et ma mère pleurer. Puis leurs question, me débrancher ou non ? Et merde, j’suis vivante, m’envoyez pas foutre ! Mais bordel, il est où mon père ? J’suis vivante, mais et lui hein ? Est-ce que le corps que j’étais avait un cadavre à ses côtés dans la voiture ? Et qu’est-ce qu’il s’est passé en cinq ans ? J’suis loin de tout, j’devrais même pas être en vie il parait, c’est la magie qui m’a sauvé. Alors j’suis vivante ! Vous m’entendez ? Vivante ! Morte de trouille, oui, mais bien en vie et heureuse d’être là. Bon, là, j’sens pas grand-chose et mon cerveau est un peu éteint, mais c’est qu’un détail. Cela dit, jme sens parfaitement vivante là, ça c’est clair, entre les quelques gémissements qui se font entendre (alors que c’est pas une bonne idée, sérieux, ça peut attirer des gens) et la température de mon corps, les muscles qui se tendent et la brutale impression de plénitude quand tout tombe et que le temps s’écroule, laissant la réalité revenir à la vie doucement.


La jeune femme avait retrouvé le contact du sol, le front posé sur le torse du garçon, sa respiration, tout comme la sienne, revenant doucement à la normal tendis que son cerveau se reconnectait de nouveau. Finalement, elle avait redressé les yeux, les plantant de nouveaux dans les siens avec un petit sourire. tu sais quoi ? C’est ridicule mais…

« Euh...Jm’appelle Sovahnn. =D »

Se dégageant de lui, elle lui avait sourit puis le vit se rhabiller d’un air distrait, comme partie dans ses pensées un petit moment avant de remettre son sous vêtement. Ouais, c’était mieux étant donné qu’il n’avait pas été changé en gommettes, autant en profité et se couvrir un minimum de nouveau. Elle était restée là un moment, ne sachant pas trop ce qu’elle attendait, peut être encore un peu dans les vapes. Quoi, c’était vrai, elle n’avait pas eu particulièrement l’habitude de bouger beaucoup ces temps ci. Ben quoi ? C’était bien aussi de lui dire son nom. C’était vrai, ils avaient l’air con. Et sinon, tu fais quoi dans la vie ? Ouais, ok, j’me tais, parles, toi, jt’ai déjà dit mon nom c’est pas mal comme brisage de silence qui a servit à rien.

« Euh nan, sûrement pas…. Quoi ? Si jeune que ça ? Oo nan jvais… j’sais pas. Ya vraiment aucun moyen de contacter l’extérieur ? Même si c’est pas pour communiquer, juste pour savoir si quelqu’un est… vivant ? »

Un soupire était passé entre les lèvres de la jeune femme. Ouais, ben le coup de barre, il est sur moi aussi apparemment. J’aurais peut être due me barrer, l’humeur serait peut être restée. Bon, aller, bouge toi trois secondes merde ! J’agite la tête, je me redresse, j’oublis l’inquiétude, je terre toutes ces larmes qui voudraient bien sortir depuis que j’ai ouvert les yeux, s’inspire, c’est bon, j’suis en vie, j’suis forte et je ne peut rien faire de toute manière alors ça ne sert à rien de déprimer. Le temps continue de filer, mais j’le laisserais pas m’emporter cette fois si !

Si un soupçon de tristesse était passé dans les yeux de la jeune femme, bien rapidement il s’était effacé sous cette détermination et cet entrain qui la caractérisaient tellement depuis son réveil. Quelques mots du garçon et elle lui avait sourit, tendis que s’affichait dans son regard une douceur qui témoignait sûrement de sa trop grange gentillesse, sans pour autant être si naïve que ça. Elle savait les atrocité du cœur de l’Homme, mais avait toujours foie en lui, si on pouvait dire ça comme ça. Alors, bien sûr, elle les voyait, les souffrances dans les yeux du garçon. Ça n’était pas un con, même s’il s’évertuait à faire croire le contraire à tous. Mais elle ne voulait pas se mêler de ses affaires, ça serait… malavisé de toute manière vu la situation. C’est cool, tu m’a baisé, maintenant raconte moi tes malheurs… ouais, nan, ça le fait vraiment pas. Un petit sourire en imaginant la situation de la psy qui l’allonge dans un côté du couloir puis prend un calepin pour noter, elle lui avait finalement répondu, ce regard toujours accroché dans le bleue clairsemé de vert de ses yeux, un petit sourire qui faisait plaisir à voir de par sa sincérité, toujours accroché aux lèvres.

« Plus maintenant. »

Avant, ouais, tu serais passé pour un connard, ou un mufle si tu préfère hein. Mais il faut croire que ta conscience est encore assez présente pour te rendre craquant. Et j’pense pas ça pour que tu te fasse des idées :lol: … et pourquoi il s’en ferait au juste vu que c’est ton crane ? Parce que… parce que j’ai entendu dire que des sorciers peuvent lire dans les pensées, ou un truc comme ça ! :ga: … :oo: Oh la poisse ! Imagine la merde ! J’dis tellement de conneries moi OO God … OO’’ 

« Par contre j’veux te revoir. Pas forcément pour ça hein ! … ni pour me mettre la bague au doigt d’ailleurs :euuh: Mais pour mettre un triton dans le lit de Cudrow, pourquoi pas ! Enfin si t’as une meilleur idée… »

Et ben quoi ? C’est vrai. T’es avec eux ? Quoi, qu’est-ce que j’en sais. Et surtout, à quel point je peux m’en foutre. Tu fais ce que tu veux après tout… cela dit, j’suis sûre que ça peut être très fun tient !

Ils n’eurent pas le temps de faire grand-chose d’autre de toute manière puisque deux fous débarquèrent brutalement dans le coin de couloir, fusillant les deux jeunes du regard. Le couple du parc. Elle les avait presque oubliés ces deux là ! Eux par contre, ça n’était de toute évidence pas le cas.. Ahem, question stupide mais… ils sont là depuis longtemps ? Nan parce que… non, sinon ils auraient sûrement fait leur apparition bien plus tôt, histoire de les casser dans leur délire. Enfin, de toute manière, ils étaient là, baguettes sorties. Encore celles là ! Il faudrait penser à les lâcher un peu hein, c’est comme les tétines ou les doudous pour les bébés, c’est bien pratique, mais parfois, il faut couper le cordon hein ! ( un cordon … sur une tétine… alors dja que c’est moche ces trucs là mais avec un cordon ombilicale j’te dis pas OO … tu dérailles ma fille tu dérailles ! Et en plus tu t’embrouilles dans les expressions… tais toi et agit, ça vaudrait mieux… et il regarde quoi lui ? ). Ce qu’il regardait ’lui’, c’était elle. En fait, la fille allait ouvrir la bouche, pour les menacer ou elle ne savait trop quoi qu’elle s’était retourner brutalement vers son copain qui avait de toute évidence de nouveaux des vues sur la jeune femme qui…. Avait un bout de jupe coincé par son sous vêtement remis à la rache.

- Espèce de con ! On en a parlé et tu recommence, tu… -

Tu… ben tu on le saura jamais puisqu’elle avait bégayé avant d’aller giflé son copain magnifiquement, lui laissant sûrement une grosse trace rouge sur la joue. En décoinçant sa jupe, la jeune femme avait explosé de rire avant de les dépasser rapidement pour leur échapper, jetant un dernier regard vers son compagnon de quelques heures qui partait dans une autre direction.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 17054
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Les hormones ont leurs raisons que la raison ignore ... {Sovahnn}   Jeu 2 Sep 2010 - 14:47

Oui si jeune que ça. J'ai 16 ans, et demi, parait que ça compte ce truc là quand on est jeune. J'suis qu'un gamin si tu veux tout savoir, presque un enfant même. Qu'est ce que j'y connais à la vie ? Rien penseront certains, moi je répondrais que j'en sais assez pour la haïr de toute mes forces cette garce. J'ai pas demandé à naître, je ne le regrette pas mais, c'est juste que j'en ai plein le dos d'avoir à vivre pour les autres. Il y a eu eux d'abord, mes parents. Mon monde s'est écroulé une première fois. Puis il y a eu Grand Père, et là c'est Derek qui a morflé, qui morfle encore, et bien sur ça ne m'a pas laissé indifférent. J'en souffre aussi même si je n'en parle que très rarement. Je crois que mon frère ne m'a même pas vu pleurer sur le sort de notre aïeul. Est ce que j'ai pleuré au moins ? A vrai dire, je ne m'en souviens même pas. J'ai l'impression que c'était il y a une éternité. Et puis il y a eu Lui. Ça fait beaucoup. Trop pour un seul cœur. Alors tout ceux qui me voient comme un gamin perdu qui se cherche, un petit rebelle comme on en compte tant d'autre, sachez que je vous emmerde, que vous ne me connaissez pas et que l'image que vous avez de moi est simplement celle que je veux bien vous montrer.
Enchanté Sovahnn. C'est joli comme prénom. Jamais entendu avant toi. tu vas peut être me prendre pour un fétichiste mais j'adore les prénoms originaux que très peu de gens portent. Est ce que je dois te donner le mien moi aussi ? Je ne sais pas. Qu'est ce que tu en ferais. Je ne suis qu'une ombre qui passe dans ta vie l'espace de quelques minutes ou peut être des heures. A vrai dire, depuis quelques mois la notion du temps m'échappe. Parfois elle est si précise qu'elle en est cruelle, et d'autre, je suis totalement perdu. Je ne lui réponds pas, laissant ainsi planer le silence au dessus de nos deux têtes. On a partagé un bon moment mais ça s'arrête là. Je ne fais pas de plan. Je n'en fais plus. Ça m'a trop porté préjudice jusqu'ici, maintenant c'est terminé. Au jour le jour, voilà comment je vis. Non pardon, je survis. Moi je n'appelle pas ça vivre contrairement à ce que pourraient penser ceux qui me voient de l'extérieur. J'ai l'air du bon vivant là comme ça. Le mec qui se marre, qui profite, qui s'envoie en l'air avec une inconnue juste parce qu'il a envie. L'épicurien. Mais à l'intérieur je suis mort. Je n'essaie pas de me plaindre. Si je voulais l'attention et la pitié des gens, j'irais me rouler par terre dans le hall en pleurant toutes les larmes de mon corps. Non, moi je veux juste ... qu'on me foute la paix. Je ne veux pas partager ma souffrance. Je ne veux pas le partager, c'est comme ça, ça l'a toujours été et ça le sera toujours. Il est à moi. Rien qu'à moi ! Il l'était. Tout autant que j'étais à lui. Excuse moi Sovahnn, de changer de visage comme ça sans prévenir. Surtout qu'on a passé un bon moment toi et moi, et non je ne parle pas que du sexe. D'ailleurs, je dirais même que ça vient en dernier. J'ai adoré jouer avec toi, me foutre de ces deux guignols qui pensent encore qu'il y a de l'espoir. Je serais là le jour où leur amour se transformera en haine, et je les regarderais se déchirer, se détruire, pendant que moi, appuyé contre un mur, je leur offrirais un maigre sourire et un visage figé dans une expression d'un « Je vous l'avais bien dit ».

Je n'attends plus rien de la vie, c'est comme ça.

Des moyens de contacter l'extérieur ? Ca non plus je n'y crois plus. Et tu devrais arrêter d'y penser tout de suite avant de devenir folle. T'as perdu quelqu'un toi aussi ? Bienvenue au club. Je suis désolé. Vraiment, même si ça ne se voit pas spécialement. Et je pars dans le pessimisme sans m'en rendre compte. Après tout, peut être que cette personne dont elle parle est toujours en vie, qu'est ce que j'en sais. Conclusion hâtive. Reflet de mon désespoir.
Toujours posé près d'elle contre le mur je la regardais de nouveau mais mon sourire lui, aussi faible soit il, avait disparu laissant apparaitre une mine terne, blasée, sur mon visage qui avec le temps et les épreuves avaient lui aussi perdu de son innocence. Mes traits s'étaient tirés dernièrement, et j'avais perdu ma bouille de gosse. J'avais toujours fait plus vieux que mon âge mais depuis quelques semaines c'était encore plus flagrant.

- J'ai réussi à envoyer une lettre à ma Grand Mère il n'y a pas très longtemps, mais j'ai raconté que des conneries dedans. Je sais qu'elle l'a reçu puisqu'elle m'a répondu. Si tu ne mentionnes pas ce qu'il se passe ici, elle devrait pouvoir passer.

Elle s'est agité. Elle m'a sourit, une nouvelle fois. J'ai esquissé un rictus se voulant lui aussi convainquant mais je l'ai tué au berceau, incapable d'en donner plus. Je crois que notre délire avait fini par retomber et qu'on était simplement entrain de se reprendre la réalité en pleine face tous les deux. Il était temps de partir. Et elle me l'avait dit, elle ne m'en tiendrait pas rigueur. Parce que selon elle, je n'étais pas un mufle, ou un connard si vous préférez, si je la laissais maintenant. Peut être parce que je lui avais posé la question. Non c'est vrai je ne suis pas celui que je prétends être. Pas que. Je ne sais juste pas comment soigner mes douleurs, alors je choisi la facilité et je pourri la vie des autres pour oublier que la mienne me tue. Chacun ses vices.

Tu veux me revoir ? Je ... Pourquoi ? J'veux dire, enfin je sais pas, je comprends pas trop là pour être honnête. Pas forcément pour ça Rolling Eyes et moi j'éclate de rire. Ce qui inclus que tu ne serais pas contre recommencer, en tout cas j'en déduis que ce n'est pas exclu et que tu y as pensé. Coquine va Rolling Eyes Pour être honnête, je suis tellement inconstant et instable que je suis bien incapable de te dire si ça se reproduira ou pas. Là, maintenant, je serais tenté de te dire non, parce que malgré moi je n'assume pas totalement, mais rien ne me dit que demain, ou après demain, ou la semaine suivante, je n'aurais pas encore changé de visage et d'avis. Je suis trop compliqué à suivre, même moi je m'auto-perds (et j'invente des mots).

- Pour la bague au doigt, effectivement c'est mal barré. Je ferais un mari exécrable de toute façon. Tu ne supporterais pas mon côté macho qui place la femme à un rang inférieur. Genre tu fais la vaisselle pendant que moi je regarde le quidditch à la télé. Même si j'ai une sainte horreur du quidditch mais bref ...

Nouveau rire, plus discret et écrasé celui là. Un triton dans le lit de Cudrow. Je vois qu'elle rapidement compris le fonctionnement ici. Et je me rends compte que je ne m'en suis jamais pris à ce prof, bien que je ne puisse pas le supporter. De toute façon, je ne supporte aucun des Supérieurs même si je suis plus ou moins de leur côté, alors si j'ai l'occasion de leur en faire baver un peu je ne vais certainement pas me gêner.
J'allais lui répondre quand deux silhouette nous ont tiré de notre rêverie diabolique. J'ai tourné la tête et j'ai reconnu instantanément les deux gugus du Parc, baguette sorties et l'air prodigieusement en pétard. Oh oh ...

Nan me parle pas de Doudou s'il te plaît par contre :|

Je restais bloqué à côté d'elle mais quelque chose clochait. Ça aurait du péter dans tous les sens mais il ne se passait absolument rien. Pourquoi ? Un regard vers le type. Un regard vers ce qu'il fixait. J'ai compris, et j'ai de nouveau éclaté de rire. Sova - ben quoi on est intime maintenant (même si tu connais toujours pas mon prénom Rolling Eyes) je peux bien te donner un petit surnom - faudrait peut être penser à faire attention quand tu te rhabilles. En plus on se fait pas du tout griller là. Tous les deux dans le fond d'un couloir vide, et toi qu'a les fesses à moitié à l'air. Bravo. En même temps, c'est pas comme si on avait quoi que ce soit à cacher à qui que ce soit. Tu crois qu'ils nous ont vu, ou entendu, pendant que ... Suspect
Et la giffle a volé. Sovahnn a filé d'un côté, j'ai filé de l'autre et en passant devant le type j'ai pas pu m'empêcher de le faire chier encore un peu.

- Bon courage mon pote. Elle a pas l'air facile.

Il n'a pas eu le temps de se retourner que j'étais déjà parti. J'ai cherché la petite blonde du regard et à l'angle du couloir j'ai fini par la trouver. Marchant à reculons, je lui ai adressé un signe de la main pour lui dire au revoir et j'ai fini par lâcher le morceau.

- Moi c'est Enzo. Et c'est quand tu veux pour mettre à sac cette putain de baraque.

Un clin d'œil. Et j'ai disparu en montant les marches quatre à quatre.
Pour aller où ? Dans le dortoir des Griffondor, retrouver ma solitude et mon chat.

- Fin -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les hormones ont leurs raisons que la raison ignore ... {Sovahnn}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les hormones ont leurs raisons que la raison ignore ... {Sovahnn}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les hormones ont leurs raisons que la raison ignore ... {Sovahnn}
» MAËLLE ∆ car le coeur a ses raisons, que la raison ignore
» Léna - Le coeur a ses raisons que la raison ignore
» Le coeur a ses raisons que la raison ignore ♥
» "Le cœur a ses raisons que la raison même ignore" - Avec Aaron S. Hill et Oka Rules [Event Eclipse]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Outside :: Le Parc de l'Ecole.-
Sauter vers: