AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sad Birthday [Enzo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 331
Date d'inscription : 21/01/2018
Crédits : DG (me)
Double Compte : Derek R., Adrianna R.-B., Cody Z. S., Alejandra G.



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4176-lukas-a-harris
MessageSujet: Sad Birthday [Enzo]   Mer 19 Déc 2018 - 20:54

SAD BIRTHDAY
Samedi le 7 novembre 2015, en début de soirée

(ft. Enzo Ryans)


Depuis quelques jours, la Terre avait arrêté de tourner. Ça avait commencé lorsque j’avais reçu un appel de Riley qui cherchait Charleen qui avait du se rendre à une fête pour Halloween, mais qui ne s’était jamais présenté. Elle m’avait simplement demandé de garder l’œil ouvert et de la contacter si j’avais des nouvelles de mon côté. Croyant qu’elles étaient peut-être en chicane (même si pour être honnête je n’y croyais pas trop) je m’étais empressé d’appeler Charleen et j’étais directement tombé sur son répondeur qui ne put prendre mon message parce que sa boîte vocale était déjà pleine. Je l’avais harcelé à coup de SMS lui expliquant qu’elle devait arrêter de se cacher et que tout le monde se faisait un sang d’encre pour elle. Le hic c’est que je ne savais pas si c’était réellement le cas. Ce n’était pas dans ses habitudes de disparaître dans la nature et avec les Supérieurs qui continuaient de rôder…

Je reçus l’appel fatidique au boulot et le couperet était tombé : la voix du père de Riley m’annonça qu’on avait retrouvé Charleen, mais sans vie. Foudroyé par le choc, j’avais échappé une tasse de café remplie à rebord que j’avais tenue de ma main libre et qui avait éclaté sur le sol avant de tacher mes vêtements de travail. Je n’avais pas eu la force de terminer mon quart de travail et mon patron me renvoya chez moi, mais ne laissa pas Suzy me suivre. Une fois arrivé dans ma chambre, j’avais aussitôt tenté d’appeler Riley, mais j’eus droit à son répondeur. Je m’étais empressé de lui envoyer des SMS, mais c’était le silence radio.

Une part de moi ne parvenait pas à comprendre ce qu’il s’était passé. De quoi était-elle morte exactement, mais surtout pourquoi ? Qui pourrait vouloir faire du mal à une personne aussi gentille et débordante de bonté ? Je n’arrivais pas à y croire et je ne pouvais que me laisser aller au chagrin que sa perte me causait. Bien sûr que je n’étais pas aussi près d’elle que Riley ou même Ethan, mais elle était mon amie. Les jours passaient et je n’avais toujours pas de nouvelles de Riley et ça m’inquiétait encore plus.

Incapable d’être tenu dans le silence plus longtemps, j’annonçai le samedi matin à Suzy que j’allais devoir me rendre à Londres pour aller la voir. Je n’en pouvais plus d’attendre. J’avais besoin de son support et elle avait besoin du mien, j’en étais certain. Jetant un dernier coup d’œil à mon cellulaire avant de partir, je remarquai que nous étions le 7 novembre.

C’était mon anniversaire. 18 ans. Et pourtant aussitôt que je fourrai le téléphone dans ma poche, cette idée avait déjà quitté mon esprit.

J’eus de la difficulté à transplaner avec ma nouvelle baguette. J’avais perdu ma précédente lors d’une sortie et j’avais dû en racheter une autre. J’avais opté pour une boutique canadienne et franchement je le regrettais : ce truc me pourrissait l’existence. Tout me pourrissait la vie.

Lorsque je débarquai devant l’appartement que Riley partageait avec Kezabel, je croisai Enzo qui en sortant.

- Est-ce que Riley est là ?

Les mots étaient sortis de ma bouche avant même que mon esprit eut le temps de penser à autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 18513
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4620-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Sad Birthday [Enzo]   Jeu 20 Déc 2018 - 21:57

Sad Birthday
Lukas & Enzo

■ Samedi 7 Novembre 2015 ■

Fin d'après-midi, heure Australienne
Lakes Entrance

La famille, ce truc sacré … J'ai juste envie de passer du temps avec mon frère. Ce genre de trucs te fout une claque, t'as toujours cette espèce de réaction égocentrée qui te pousse dans les bras de ceux que tu aimes parce que ça te fait prendre conscience que tout peut s'arrêter brutalement du jour au lendemain. Je dirais pas que j'en savais rien, ça serait mentir évidemment, mais personne ne s'habitue, personne n'est prêt pour ça. Alors on pense aux autres, bien sûr, puis on pense à soi. Aux siens. Mes parents, déjà partis, avec qui j'ai passé un peu de temps aujourd'hui malgré tout. Un cimetière est un lieu triste au départ, puis le temps passe et si le manque reste présent on vit l'absence différemment. On l'accepte. Je parle avec eux, souvent, que ce soit là-bas ou ailleurs. Ici. Ils sont là, tout le temps, je les emmène avec moi. Cet après-midi j'ai passé un moment posé sur l'herbe dans ce lieu sacré, remis des fleurs à côté de leur prénom, puis je leur ai demandé de veiller sur elle si jamais d'aventure il devait la croiser. Et qu'elle en ressente le besoin.
J'vais pas dire qu'il y a un trou béant dans ma poitrine, pas pour autant que ça ne me touche pas, que ça ne m'affecte pas. J'ai mal pour ses proches, ça me secoue personnellement parce que lorsqu'on apprend la mort de quelqu'un on repense à celles qu'on a déjà vécu. C'est comme ça. Et puis au delà de tout ça, elle est là, cette douleur d'avoir perdu une amie. Pas proche, non, avec un parcours atypique, pas franchement teinté d'un super départ certes, mais oui … une amie.

Partie. Comme d'autres avant elle. En nous laissant le goût amer de l'injustice et de la colère sur le bord des lèvres. Faut pas lâcher, faut pas craquer, on n'est pas tous comme ça loin de là … Mais putain certains jours c'est difficile de pas perdre de vue toutes les bonnes personnes encore présentes sur terre quand une seule peut faire autant de dégâts. Encore.

Soupir. Les yeux rivés sur l'océan là droit devant moi, légèrement penché en avant les avant bras sur la rambarde de la terrasse, mon chat autour des épaules comme une écharpe, mon chien à mes pieds en train de machouiller innocemment un de ses jouets sans se douter à quel point l'existence peut faire mal, sans se douter que même son père a vécu des trucs pas sympa par la main de l'Homme … Il me regarde comme si j'étais un Dieu, parfois c'est déstabilisant c'est vrai, mais ça me fout cette pression sur les épaules et surtout cette envie de donner tort à tous ceux qui ont décidé que faire le mal était un moyen plutôt cool d'exister. Y a pas de comparaison à faire, je me promets juste de prendre soin de ce p'tit bonhomme jusqu'à son dernier souffle ou le mien. Parce qu'il est ma responsabilité. Parce qu'on peut jauger un homme à la façon dont il traite son animal. Parce qu'on se trompe bien souvent en comparant un monstre sur deux pattes à un animal. Ça, ce mal, c'est typiquement humain.
Il est là, silencieux. Je tourne la tête vers lui, sa main me serre l'épaule une seconde après que Lune soit descendue de son perchoir et il me colle une tasse de café fumant dans les mains. J'dis rien, je le remercie juste d'un signe de tête. Mon frère. Ma famille. Il n'est pas passé loin de vivre ce que vit Riley, je le regarde et j'me dis que ça nous arrivera peut-être un jour à nous aussi mais surtout je réalise la chance que j'ai. On a passé une partie de la matinée à s'entrainer sur la plage, reprise de nos habitudes de cet été, avant d'aller bosser chacun de son côté dans nos chambres respectives. Il peut se passer des heures sans qu'on se parle, parfois des jours sans qu'on se voit, j'ai ma vie il a la sienne, mais ici c'est notre sanctuaire. Chez nous. L'endroit où on fini toujours par se retrouver. Je suis content d'être rentré à la maison. Je suis content d'avoir retrouvé mon grand-frère.

#

Début de soirée, heure Anglaise
Londres

« Va falloir que j'y aille, j'ai rencard avec Alec dans une demi-heure. »
« Alec ? Comme dans Alec Rivers ? »

Son air étonné me fait rire. J'ai passé quelques heures ici avec Kezabel, le décalage en plein dans la gueule mais ça va, je tiens le coup. J'avais envie de la voir. Pour parler de ça, de ce qui occupe nos pensées à tous en ce moment, puis d'autres choses.

« Lui-même et crois moi j'en suis aussi étonné que toi mais .... »

Haussement d'épaules amusé. Je sais pas bien ce qui se passe, j'imagine qu'on a juste muri tous les deux c'est tout. Plus envie de se taper sur la gueule, capables d'être dans la même pièce et de discuter sans se balancer de saloperies à la figure … Comme quoi tout est possible. En attendant je suis intrigué par son message mais j'ai pas tellement l'énergie pour me mettre à paniquer. Bizarrement, y a pas grand chose qui paraît grave, potentiellement grave, quand on est en plein contre-coup de certaines choses.

« J'dirais à ton cher et tendre que tu lui fais des infidélités. »
« Il te croira pas, il est totalement au fait que j'suis lamentablement fou de lui. »

Je lève les yeux au ciel, plein d'autodérision, avant d'éclater de rire. Et ça fait du bien, juste un peu de normalité. Une petite pause. L'instant d'après je me lève et passe mes bras autour d'elle, simple étreinte pour se dire au revoir mais surtout pour se réconforter en se transmettant un peu de contact et de chaleur.

« Fais attention à toi. »
« Promis. Si y a besoin de quoi que ce soit, hésite pas. »

J'ai laissé entendre la même chose à Mateo. Si on peut soulager un peu la famille d'une manière ou d'une autre …
Ça fait quelques jours que j'évolue la tête un peu ailleurs même si ma séance chez Angelika m'a fait beaucoup de bien. L'instant d'après. Ce moment où on se remet fébrilement sur pied après avoir été soufflé par une explosion. Tout ça pour dire que j'le vois pas tout de suite, j'ai même un mouvement de recul, surpris, quand sa voix me parvient.

« Est-ce que Riley est là ? »

Lukas. La détresse et la tristesse peintes sur les traits du visage. Et moi je bloque comme un con l'espace de quelques secondes. Riley. Sa meilleure amie. Sa grande-soeur. Je l'ai pas vu depuis le drame, je sais juste ce que me raconte Keza qui vit avec elle et qui au fond, ne la voit pas beaucoup plus. Elle s'inquiète, à juste titre je pense. Je me sens réellement désolé quand je lui réponds.

« Non, désolé. Juste Keza. »

Quoi dire ? Quoi faire ? Y a ce spectre qui flotte entre nous deux, comme un sujet qu'on n'ose pas aborder parce que ça risque de le rendre encore plus réel. Qu'est ce qui pourrait être plus réel que ça ? Charleen est morte, elle ne reviendra pas. Qu'est ce qu'on fait dans ces cas là ? Quand le « comment tu vas ? » sonne presque comme une insulte ou une provocation. Je pourrais passer mon chemin, lui dire que j'suis pressé, mais j'arrive pas à m'y résoudre. Figé.


HRP:
 


   
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 331
Date d'inscription : 21/01/2018
Crédits : DG (me)
Double Compte : Derek R., Adrianna R.-B., Cody Z. S., Alejandra G.



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4176-lukas-a-harris
MessageSujet: Re: Sad Birthday [Enzo]   Mar 1 Jan 2019 - 20:46

La tristesse et l’incompréhension me rongeaient de l’intérieur. J’étais dans le néant le plus complet en ce qui concernait la mort de Charleen et ce manque d’informations m’angoissait. Pas parce que j’étais curieux d’apprendre comment elle avait perdu la vie, mais simplement parce que je me demandais si d’autres personnes étaient dans le danger. Si ça se trouvait, elle avait eu un accident de voiture, mais une partie de moi croyait qu’il s’agissait de quelque chose de beaucoup plus tragique et dramatique. Je refusais de croire qu’elle s’était délibérément enlevé la vie dans un coin reculé : ça ne ressemblait pas à mon amie pleine de joie et de vie. L’absence de nouvelle de Riley empirait la situation. Je comprenais qu’elle avait d’autres choses à régler et qu’elle voulait peut-être se couper du reste du monde, mais je n’étais pas n’importe qui. J’avais besoin de l’entendre me dire qu’elle n’allait pas faire de conneries et son silence ne m’aidait pas à garder le cap. Je n’avais aucune idée de ce qui se passait dans sa tête hormis pour le chaos qui devait y régner suite à la disparition de Charleen. Je me souvenais parfaitement du vide que j’avais ressenti lorsque maman et Sophia avaient été tuées.

Peut-être que c’était une erreur de débarquer chez elle sans avertir, mais ce n’était pas comme si je n’avais pas essayé. J’avais dû l’appeler au moins une fois par heure après l’appel de son père et envoyer le double de SMS. Elle devait bien se douter que j’allais finir par me pointer même si elle n’avait pas eu accès à tout cet harcèlement. Je ne m’étais pas attendu à croiser la route d’Enzo, mais je n’affichai aucune surprise alors que la question avait franchi mes lèvres comme par réflexe.

« Non, désolé. Juste Keza. »
- Merde !

Sans réfléchir, je balançai ma nouvelle baguette contre le mur de briques de l’immeuble où se trouvait l’appartement de Riley. Le truc retomba par terre dans un petit tintement si particulier au bois. Elle pouvait bien briser : c’était le dernier de mes soucis. Et elle fonctionnait tellement mal que si elle cassait ça me serait complètement égal. En attendant, Riley n’était pas là. Peut-être qu’elle était chez ses parents, mais étrangement je ne me sentais pas la force ni le courage de me pointer directement là-bas. Je n’oubliais pas que la maman de Charleen était là-bas et peut-être qu’elle ne voulait pas recevoir de visiteurs autres que les membres de la famille.

- Tu as une idée d’où elle est ? Est-ce que tu sais si elle va bien ? J’ai essayé de la joindre je ne sais pas trop combien de fois, mais je n’ai aucune réponse depuis des jours ! J’ai pas de réponse depuis que son père m’a appelé pour…

Je coupai net, incapable d’aller plus loin. Je n’avais même pas été capable de dire à Suzy la nouvelle que j’avais eue parce que mettre des mots là-dessus rendait les choses encore plus réelles qu’elles ne l’étaient déjà. J’avais dû lui écrire à l’aide de symboles et heureusement elle avait été assez intelligente pour comprendre ce qu’il se passait. Elle m’avait aussitôt serré dans ses bras en disant qu’elle était là pour moi. Mais elle ne connaissait pas Charleen : elle n’avait pas eu le temps de la rencontrer.

Je réalisai soudainement qu’Enzo connaissait Charleen. Je réalisai qu’au départ, je n’aimais pas la demie-sœur de Riley parce qu’elles… Pourquoi déjà ? Ce détail me semblait si loin qu’il ne parvenait pas à remonter à la surface, mais je me souvenais que je n’avais pas apprécié Charleen durant un certain moment et je me sentis soudainement coupable.

- J’ai besoin de lui parler… Est-ce que tu sais si Keza a des nouvelles ou c’est quand la dernière fois qu’elle est passée par ici ? Je suis juste vraiment inquiet tu comprends… ?


Mes yeux baissèrent sur ma baguette qui était toujours au sol. Bientôt, ma vision commença à se brouiller.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 18513
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4620-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Sad Birthday [Enzo]   Sam 5 Jan 2019 - 21:07

« Merde ! »

Sursaut. Mouvement de recul même. Et le palpitant qui s'emballe pour diverses raisons. D'une parce qu'il m'a surpris, de deux parce que sa réaction me fait « peur » et de trois parce qu'il expose quelque chose qu'il ne devrait pas exposer.
Depuis que je suis rentré, je le sais, j'ai un peu de mal à gérer la perte de contrôle et l'instabilité chez les autres. Ce qu'il s'est passé avec Aiden est l'exemple le plus flagrant, ce qu'il s'est passé avec Caem dans les début s'en approche aussi, et là, effectivement, je ne suis pas spécialement serein face à mon ancien camarade de classe. Les autres fois Wax était avec moi, aujourd'hui je ne l'ai pas emmené et je regrette qu'il ne soit pas là. Je vais mieux, oui, mais certaines choses sont encore compliquées pour moi. C'est tout.

Et là, face à moi, j'ai le sentiment d'avoir une bombe à retardement. Juste retour des choses après ce que je lui ai fait vivre il y a quelques semaines, certes, mais on n'est pas là pour faire un concours.
Les émotions qu'il ressent et expérimente flotte partout autour de lui, elles ont une aura, une odeur qu'un être 100% humain ne perçoit pas. Je les perçois. Il n'y est pour rien mais elles m’oppressent.

« Tu as une idée d’où elle est ? Est-ce que tu sais si elle va bien ? J’ai essayé de la joindre je ne sais pas trop combien de fois, mais je n’ai aucune réponse depuis des jours ! J’ai pas de réponse depuis que son père m’a appelé pour… »

Stop. Arrêt sur image. Ce genre de moments te donnent l'impression de durer une éternité, c'est comme si un ange passait entre nous deux et très honnêtement, je pense qu'on en est pas loin. Ces mots qu'ils n'arrivent pas à prononcer sont le reflet de ce qu'il dégage, ceux qu'il laisse échapper tout autant. Il est perdu, triste, peut-être en colère, mais surtout Riley lui fait cruellement défaut. Peut-on en vouloir à l’Écossaise d'être aux abonnés absents ? Bien sûr que non. Peut-on en vouloir à Lukas d'être dans cet état ? Pas plus. Dans ce genre de circonstances chacun fait ce qu'il peut.

« J’ai besoin de lui parler… Est-ce que tu sais si Keza a des nouvelles ou c’est quand la dernière fois qu’elle est passée par ici ? Je suis juste vraiment inquiet tu comprends… ? »

Son regard quitte le mien, le voir comme ça me crève le cœur. On n'a jamais été très proches tous les deux, plus camarades qu'amis, mais il faudrait être insensible pour ne pas ressentir un élan de compassion et de peine à son égard. Mais voilà, je ne sais pas tellement comment réagir je l'admets. C'est instinctif avec certaines personnes, ça ne l'est pas vraiment avec lui et j'ai peur de faire pire que mieux, de faire exploser la bombe qui menace plutôt que de la désamorcer. Alors à mon tour je baisse les yeux sans réellement regarder le sol, juste de quoi reprendre mon souffle et remettre un peu d'ordre dans mes esprits.

« Je comprends. »

Sincèrement. Riley n'est pas ma meilleure amie, je ne suis pas proche d'elle comme je peux l'être de Kezabel, pour autant son sort ne me laisse pas indifférent. Je sais où est ma place, et j'y reste, mais si j'étais à celle de Lukas ça serait différent. Elle vient de vivre une véritable drame et même si Keza garde la face je vois bien l'inquiétude dans le fond de son regard, je la ressens aussi dans les messages de Mateo.

« Je suis désolé Lukas, j'ai pas de nouvelles directes d'elle non plus et je ne l'ai pas vu depuis quelques semaines. Mais Kezabel en a, elle … Tu sais, il y a beaucoup de choses à gérer. Ils sont très occupés. »

C'est vrai, mais personne ici n'est dupe. Loin de moi l'idée d'édulcorer la situation. Charleen est morte, d'une manière atroce, les conséquences sur ses proches sont désastreuses. Lâchement ou non, je ne me sens pas apte à balancer cette vérité à Lukas. Pas comme ça. Pas maintenant. Je comprends sa détresse et sa frustration, je comprends qu'il a besoin d'être près de Riley, et quelque part je lui dirais bien de se rendre directement là-bas peut-être pour proposer son aide j'en sais trop rien … Mais je ne me sens pas légitime pour ça.
Je me déplace finalement de quelques pas et me penche pour ramasser sa baguette avant de la lui tendre - non sans regarder autour de nous pour vérifier que personne ne nous voit.

« Tu devrais ranger ça. »

Avant qu'on se fasse embarquer par la Police Magique ou que sais-je encore. Le ton n'est pas agressif ni impérieux, bien au contraire je marche clairement sur des œufs pour ne pas le braquer.

« Est ce que tu veux marcher un peu ? On peut parler si tu veux, si t'as besoin ... »

Je me sens idiot, je me doute bien que ça n'est pas ce dont il a besoin mais ça vaut le coup de demander quand même. Des fois qu'il dirait oui, des fois qu'il en a vraiment besoin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 331
Date d'inscription : 21/01/2018
Crédits : DG (me)
Double Compte : Derek R., Adrianna R.-B., Cody Z. S., Alejandra G.



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4176-lukas-a-harris
MessageSujet: Re: Sad Birthday [Enzo]   Jeu 10 Jan 2019 - 15:12

Je n’avais jamais réussi à bien gérer les décès des autres. C’était sans doute normal puisqu’il s’agissait d’une des pires épreuves à traverser dans une vie, mais ça m’affectait à chaque fois. Il m’avait fallu des mois pour me remettre de la disparition de maman et Sophia. Pour Megan, les choses avaient été différentes. Ça ne m’avait pas pris des mois à m’en remettre, mais son meurtre sordide ne m’avait pas laissé indifférent et j’avais versé quelques larmes durant le concert commémoratif. Durant ces moments, j’avais toujours eu quelqu’un à qui me raccrocher. Dans le premier, je m’étais retourné vers mon père qui avait été aussi afféré que moi. Ça n’avait pas été facile puisqu’il m’avait souvent demandé de le laisser seul, mais le fait de le savoir dans la maison avait déjà apaisé ma conscience de gamin. Dans le second, toute la maison des Poufsouffles avait été retournée par la disparition d’une des nôtres. Même si plusieurs n’étaient pas près de la disparue, l’ambiance avait été des plus moroses après la nouvelle. J’avais pu me réconforter auprès de mes camarades afin de faire passer la tristesse et la douleur que cet événement apportait.

Mais dans le cas de Charleen, il n’y avait personne. C’était le silence radio. Papa et Suzy avaient tenté de me remonter le moral comme ils l’avaient pu, mais ils n’avaient pas connu Charleen. Mon père l’avait vu à quelques reprises, mais sans plus alors que Suzy n’avait même pas vu une photo d’elle. Ce n’était pas la même chose. Je savais que je ne parviendrais pas à surmonter tout ça sans l’aide de Riley. Plus je pensais à son absence et plus mon cœur se serrait. Des larmes coulèrent sur mes joues sans que je ne les commande et je m’essuyai le visage du revers de la manche dans un geste de frustration.

« Je comprends. »

Bien sûr qu’Enzo comprenait, mais ce n’était pas suffisant.
Calme-toi Lukas. Péter un plomb ne servira à rien.

« Je suis désolé Lukas, j'ai pas de nouvelles directes d'elle non plus et je ne l'ai pas vu depuis quelques semaines. Mais Kezabel en a, elle … Tu sais, il y a beaucoup de choses à gérer. Ils sont très occupés. »
- Tu penses que je sais pas ? J’ai perdu ma mère et ma grande sœur j’te signale alors je sais très bien comment ça fonctionne !

Wouah ! Calme-toi, calme-toi !

- Merde…

Je passai ma main dans mes cheveux avant de pousser un soupir qui visait à me calmer un peu. De nouvelles larmes tombèrent sur mes joues et cette fois-ci ce fut ma grande main qui élimina l’eau sur ma peau.

- C’est pas ce que je voulais dire, je m’excuse Enzo c’est juste que là je ne comprends pas… Je sais qu’ils ont un tas de trucs à régler, mais tout ce que je demande c’est un petit SMS de rien du tout… Je veux juste m’assurer qu’elle va bien, j’ai peur qu’elle fasse une connerie qui lui ferait mal…

Peut-être que c’était exagérer comme manière de penser, mais dans ce silence, je ne pouvais m’empêcher de penser aux catastrophes qui pourraient s’en suivre.

Mes yeux suivirent ses mouvements lorsqu’il se pencha pour ramasser la foutue baguette qui ne marchait qu’une fois sur deux. Il me l’a tendit et je la regardai comme s’il s’agissait d’une créature immonde.

« Tu devrais ranger ça. »

Il avait raison. Ça avait été stupide de ma part de la sortir de cette manière, mais elle m’avait apparu comme étant une manière de me défouler sur le coup de l’émotion. Je la pris avant de la ranger dans mes poches.

« Est ce que tu veux marcher un peu ? On peut parler si tu veux, si t'as besoin ... »
- Je ne sais pas si c’est vraiment une bonne idée… Je sais que tu n’y es pour rien dans toute cette histoire, mais je ne me sens pas dans mon assiette, tu comprends ? Je n’aime pas te parler comme ça. Tu n’y es pour rien et je n’ai pas envie de faire une petite crise.

Ce n’était pas moi ça. Enfin si, mais c’était une partie que je n’aimais pas montrer aux autres. Je préférais continuer à prouver l’imbécile que j’étais plutôt que de présenter ma partie sombre. Surtout pas avec Enzo. Il était capable de n’importe quoi de son côté et j’en étais parfaitement conscient.

- Si jamais tu as des nouvelles d’elle… Tu pourrais me faire signe s’il te plaît… ? Juste un SMS, un hibou n’importe quoi… ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 18513
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4620-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Sad Birthday [Enzo]   Dim 13 Jan 2019 - 18:25

« Tu penses que je sais pas ? J’ai perdu ma mère et ma grande sœur j’te signale alors je sais très bien comment ça fonctionne ! »

C'est sûrement pas le but, mais il n'empêche que ça fait mal. Ça fait mal parce que je me prends ses émotions en pleine gueule, ça fait mal parce que ça me ramène moi aussi à des choses expérimentées dans le passé. Ou non expérimentées, d'ailleurs. Quand nos parents sont morts j'ai passé une semaine dans le coma, en ouvrant les yeux j'ai juste pu me prendre en pleine face leur disparition et le fait de ne pas avoir eu l'opportunité de leur dire au revoir. Ça, toute cette organisation, je ne connais pas, et les cercueils qui ont été mis en terre dans ce cimetière de Lakes, ceux à qui je rends visite toutes les semaines ou presque, ont probablement toujours été vides étant donné les circonstances de l'accident. Un enterrement pour les vivants, pour amorcer les étapes du deuil.

Et je ne faisais pas partie des personnes présentes.

« Merde… »

Mes émotions, mon vécu, pour l'instant, on s'en fout pas mal. J'imagine bien à quel point ça peut le remuer et sincèrement ses larmes me dépassent autant qu'elle me donneraient presque envie de le serrer contre moi. Chose qui n'arrivera pas, parce qu'il s'agit de lui et de moi.

« C’est pas ce que je voulais dire, je m’excuse Enzo c’est juste que là je ne comprends pas… Je sais qu’ils ont un tas de trucs à régler, mais tout ce que je demande c’est un petit SMS de rien du tout… Je veux juste m’assurer qu’elle va bien, j’ai peur qu’elle fasse une connerie qui lui ferait mal… »

Là encore, comment le blâmer ? Et je dois bien admettre que ce qu'il dit me fait froid dans le dos. Et si Riley en arrivait là ? Si elle ne parvenait pas à gérer la mort de sa sœur ? Elle a Mateo, elle a Kezabel, ses parents, Lukas aussi même si elle le tient à distance … Ça ira, non ? Il le faut.

« Tu devrais ranger ça. »

Sa baguette. Qu'il regarde avec ce qui me semble être une étincelle de dégoût avant de la ranger dans sa poche.

« Est ce que tu veux marcher un peu ? On peut parler si tu veux, si t'as besoin ... »
« Je ne sais pas si c’est vraiment une bonne idée… Je sais que tu n’y es pour rien dans toute cette histoire, mais je ne me sens pas dans mon assiette, tu comprends ? Je n’aime pas te parler comme ça. Tu n’y es pour rien et je n’ai pas envie de faire une petite crise. »

J'ai presque envie de lui rétorquer que ce serait de bonne guerre mais m’abstiens, il n'a clairement pas la tête à « plaisanter » et je le comprends. Et puis, j'ai bien capté que la seule et unique personne a qui il a besoin de parler est celle qu'il considère comme une grande sœur. Moi, je ne suis personne, et c'est correct. C'est normal. Je proposais juste, au cas où.

« Si jamais tu as des nouvelles d’elle… Tu pourrais me faire signe s’il te plaît… ? Juste un SMS, un hibou n’importe quoi… ? »
« Bien sûr. »

Je sais que je n'en aurais pas, ou éventuellement par l'intermédiaire de Mateo et Kezabel mais dans le fond, qu'est ce qui empêche Lukas de se rapprocher d'eux ? Peut-être pas Mateo, mais Keza. Loin de moi l'idée de lui envoyer quelqu'un d'autre à gérer mais sincèrement, la détresse de mon ancien camarade de classe est telle que j'ai du mal à me résoudre à le laisser comme ça et si moi je ne peux pas l'aider ...

« Si jamais tu veux avoir des nouvelles plus franches tu devrais demander à Kezabel. Et peut-être que tu peux essayer de joindre un des parents de Riley. »

Je hausse les épaules, partant du principe qu'en connaissant l'ancienne Serpentard depuis autant de temps il doit bien connaître ses parents aussi. A tort ou à raison. J'essaie juste de lui donner des pistes puisque je ne peux rien faire de plus pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 331
Date d'inscription : 21/01/2018
Crédits : DG (me)
Double Compte : Derek R., Adrianna R.-B., Cody Z. S., Alejandra G.



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4176-lukas-a-harris
MessageSujet: Re: Sad Birthday [Enzo]   Jeu 17 Jan 2019 - 18:21

Je tentais de garder la face, mais je n’étais pas du tout en contrôle de mes émotions. Elles se mélangeaient et offraient un spectacle assez désolant. Non seulement je n’aimais pas pleurer devant les autres, mais je n’aimais pas non plus leur faire subir ma colère. Surtout lorsqu’elle ne les concernait pas du tout. J’espérais qu’Enzo ne croyait pas que je tentais de me venger pour la scène qui s’était passé plus tôt cet automne parce que ce n’était pas du tout le cas. Nous en avions discuté depuis le temps et je l’avais bien sûr pardonné. De toute manière je ne lui en avais jamais voulu. Je connaissais sa condition et je savais que ce n’était pas quelque chose de facile à gérer donc… Je n’étais tout simplement pas capable de contrôler mes émotions, surtout pas dans des moments aussi difficiles. Non seulement je ne me remettais pas de la mort de Charleen, mais la disparition soudaine de Riley me pesait énormément. Peut-être que j’étais égoïste, mais sur le moment, je tentais de ne pas trop y penser. J’avais plutôt l’impression que c’était naturel comme manière d’agir et de penser.

Enzo m’avait proposé de marcher afin de discuter un peu, mais le cœur et l’envie n’y étaient pas. Encore une fois, rien à voir avec lui. J’avais simplement peur de retomber dans des excès de colère qui ne me ressemblaient pas. Je préférais garder mes distances. Il avait accepté ma réponse tout comme il avait acquiescé à ma demande concernant les nouvelles de Riley. Qui sait peut-être qu’il aurait des nouvelles avant moi. Si ce n’était pas d’elle, ça pourrait être de quelqu’un d’autre genre Mateo.

« Si jamais tu veux avoir des nouvelles plus franches tu devrais demander à Kezabel. Et peut-être que tu peux essayer de joindre un des parents de Riley. »

Étrangement, je ne me sentais pas le courage de monter jusqu’à l’appartement pour demander des nouvelles à Kezabel. L’option du SMS me semblait la mieux.

- J’y ai pensé, mais… Pour être honnête, j’ai pas vraiment le courage de leur parler… Je me souviens encore de quoi mon père avait l’air après que ma mère et ma sœur aient été tuées alors je… Ils ont besoin de temps et d’espace, chose que je comprends. Mais j’enverrai un SMS à Kezabel. Je pense que c’est le mieux que je puisse faire pour l’instant. Merci pour ton conseil.

J’offris un sourire sincère à Enzo avant de lui faire un petit signe de tête.

- Je pense que je vais retourner directement à la maison, mais c’était sympa de te revoir. J’espère qu’on pourra se revoir bientôt dans de meilleures circonstances. Bonne journée.

Sur ces bonnes paroles, je m’éloignai tranquillement de mon côté jusqu’à ce que je puisse transplaner. De retour à la maison, je jetai un énième coup d’œil à mon cellulaire dans l’espoir d’y trouver un petit mot de Riley, mais rien n’avait changé. J’étais donc retourné dans ma chambre et j’envoyais aussitôt un SMS à Kezabel. Puis, j’observai le plafond dans l’attente d’une réponse.

FINI POUR MOI
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sad Birthday [Enzo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sad Birthday [Enzo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Happy Birthday Poils aux pattes!
» Nebby Birthday
» 19 mai 1962: Happy Birthday to you mister president...
» Happy birthday Mona and Rainer ♫♥
» Le 30 juillet... MELINE Happy Birthday to you...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Londres :: Nord de Londres :: ─ Bloomsbury. :: • Logements-
Sauter vers: