AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Everybody wants to rule the world ▬ Caem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 19
Date d'inscription : 17/11/2018
Crédits : Moi



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Everybody wants to rule the world ▬ Caem   Lun 17 Déc 2018 - 16:48

Everybody wants to rule the world
Caem & Ava

Une fois de plus toute cette conversation à tourné à la dispute, aux justifications incessantes du pourquoi du comment avec qui et où. Ava est excédée. Non, en rogne, furieuse. Elle en a marre de devoir TOUT justifier auprès de sa mère qui lui donne l’impression d’être dans un camp militaire avec pour devoir, lui faire un rapport détaillé de sa journée, de sa soirée.
Et ce soir, c’est la fois de trop. Elle se retrouve privée de sortie injustement, parce qu’elle a soi-disant hausser le ton un peu trop rapidement mais si Bethany cessait déjà de lui courir sur le haricot, peut-être qu’elle ne serait plus si saoulée que de devoir lui apporter réponses à ses questions.

Cloitré dans sa chambre, elle a envie de hurler contre son oreiller mais au lieu de ça, elle se laisse rageusement tomber sur le matelas, dents serrées. L’écho de la voix de sa mère raisonne encore dans sa tête et Ava sait que mêmes ses vieilles musiques des années 80 ne suffiront pas à la faire taire. Pourtant, elle attrape son Ipod et lance un album de Tears for Fears. La jeune femme est un mélange de modernité et d’époque passée, prenant un plaisir de goûter à tous styles. Et c’est lorsque la chanson « Everybody wants to rule the world » démarre qu’Ava à ce déclic insolent et rebelle. Tout le monde veut tout diriger, tout le temps, à toute heure. Plus les semaines passent, moins elle a cette impression de liberté et elle sait que la disparition de son frère y est pour quelque chose. Aujourd’hui, elle en paie le prix.
Et la colère est telle qu’elle décide que ce soir, elle n’écoutera pas. Pire, elle enfreindra les règles imposées par sa mère. Et ça tombe très bien puisque celle-ci est de sortie pour son travail ce soir, celui qui accapare son temps, son esprit. Ava se fait patiente, bien qu’elle fulmine toujours et c’est lorsqu’elle entend la porte de l’appartement claquée, qu’elle compte mentalement les cinq premières minutes, afin de s’assurer que sa mère ne fasse pas demi-tour.
Lorsque les cinq minutes sont atteintes, Ava s’empresse de se glisser dans une robe noire qui lui arrive au-dessus des genoux, ajoutant une paire de collant pour le froid mordant de novembre et enfile une paire de chaussure noire. Elle applique sur ses lèvres un rouge à lèvre qui la vieillit de deux trois ans sans forcément tirer sur le vulgaire et rassemble ses cheveux en un chignon lâché. Ce soir, elle va s’amuser, prendre des risques. Et rien que l’idée lui fait battre le cœur à mille à l’heure, lui donne un large sourire que même l’humeur de sa mère ne pourrait déloger. L’adrénaline pulse au creux de ses veines et la fait chanter à tue-tête, joyeusement.

Elle se glisse dans un pull chaud, enfile son manteau et sort avec une légère pointe d’appréhension. Si sa mère la voyait ainsi, elle pèterait les plombs et aussi horrible soit-il, cette perspective l’enchanterait presque. Ava n’est pourtant pas de ses adolescentes qui rendent la vie impossible à leurs parents mais ce soir, tout est différent pour elle. Cet acte sonne presque comme un cri d’alarme, celui qui avertirait Bethany que sa fille arrive à la limite du supportable.
Ava affronte le froid avec toujours ce même sourire, ses pas la dirigeant vers le métro à 21 heures, un mercredi soir. Elle a cours demain et c’est bien le cadet de ses soucis. De toute façon, sa mère travaille de nuit, elle ne rentrera pas avant 6 ou 7 heures du matin et Ava sera déjà endormie depuis bien longtemps. Elle ne compte pas faire la java toute la nuit mais compte bien s’amuser quelques heures dans le dos de sa mère.

Ava franchit les portes d’un bar qu’elles ont déjà repérés avec sa bande de copines et se prend l’odeur de bière, de sueurs mais aussi cette bonne ambiance chaleureuse typique des pub londoniens. Elle s’imprègne quelques secondes de ce moment de folie qu’elle s’accorde, de l’insolence dont elle fait preuve et va s’assoir directement au comptoir à côté d’un jeune homme, brun, qui lui est parfaitement inconnu.

- Si je peux te conseiller une bière, la porter est excellente.

Elle arrive là, sur ce siège, avec toute son assurance malgré ses 15 ans, bientôt 16, surmonté de son accent anglais bien frappé.



code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2218
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : /
Double Compte : Emily / Ethan / Zachary / Aiyana / Bethany



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Everybody wants to rule the world ▬ Caem   Lun 17 Déc 2018 - 22:06

~ Mercredi 4 novembre 2015 – Dans la soirée ~

Il s’était dit qu’il n’allait pas sortir ce soir-là. Entre la soirée d’Halloween, le passage en Australie, sa rencontre avec Chris la veille au soir… Caem avait pas mal fait la fête ces derniers temps d’autant que ces journées n’étaient pas plus reposantes que ça. Il y avait ses révisions, la vie de tous les jours et puis, cette angoisse nouvelle à l’annonce de la disparition de Charleen. Il ne la connaissait que peu, mais c’était la sœur de Riley et partant de là, elle était de la famille. De leur famille, de celle qu’ils avaient créées là-bas, dans les pires moments. Alors comme les autres, il avait parcouru les rues à sa recherche, aidé autant que possible en allant sur le terrain guetter des infos ou en restant avec les plus inquiets. Il s’était fait discret vis-à-vis de Riley, il n’était pas le mieux placé après tout. Mais il restait là pour ses amis, présents. Le soir il faisait la fête pour oublier, pour se remettre la tête en place. Et peut-être aussi, parce qu’il n’envisageait rien de grave. Peut-être parce qu’au fond, même s’il comprenait les inquiétudes, une part de lui refusait de croire qu’il pouvait se passer quoi que ce soit. Impossible. Ils avaient survécu aux attaques de Poudlard, ils étaient sortis de là. Alors maintenant, plus rien ne pouvait les atteindre. Non, plus rien…

Caem était chez lui quand son téléphone avait sonné pour la première fois. Un corps. Il avait trouvé un corps et la famille était attendue à la morgue. Il n’avait pas su comment réagir. La conversation avait été rapide. Pour la première fois l’éventualité s’était dessinée devant ses yeux. Pour la première fois, il avait envisagé que… Charleen… L’innocente, la douce. Que l’une d’entre eux… Caem avait commencé par manquer d’air. Il avait ouvert la petite fenêtre de sa chambre et s’était mis à prendre de grandes inspirations. Il lui avait fallu plusieurs minutes pour calmer son souffle. Il était retourné s’asseoir sur son lit et avait regardé son téléphone anxieux. Mateo lui avait dit qu’il le tiendrait au courant. Caem lui avait dit de penser d’abord à Riley. Le visage de son ami s’imposait chaque fois dans son esprit. Il aurait aimé aller la voir mais pour dire quoi ? Il était démuni. Ils l’étaient tous.

La bouteille de vodka était posée sur la petite table basse. Le verre était encore plein. Caem avait tenté de se concentrer sur autre chose mais chaque fois les mêmes images revenaient le hanter. Poudlard. Les corps. Le sourire de Charleen. C’était quand la dernière fois qu’il l’avait vue ? Qu’est-ce qu’il lui avait dit ? Impossible de s’en souvenir. Ça le rendait fou. Et puis, en fin de journée, le téléphone avait sonné une fois de plus. Caem avait décroché. La conversation avait été courte, il ne devait pas retenir Mateo. Il lui avait souhaité du courage, il lui avait dit d’appeler n’importe quand si lui ou Riley ou la famille avait besoin de quelque chose. Il serait là. Oui, il l’avait promis. Il avait raccroché. Il avait vidé le verre de vodka d’une traite, enfilé une veste et il était sorti.

Tout était normal dans la rue. Comme toujours. Comme si rien ne s’était passé. Mais putain, comment le monde pouvait-il continuer de tourner après tout ça ? Caem était en colère. Avant la douleur, c’était de la rage qu’il ressentait. Parce qu’on avait touché à leur famille, parce qu’il savait que la douleur qui allait déchirer Riley ne s’effacerait jamais. Parce qu’une fois de plus, la mort les avait rattrapés.

Caem avait marché de longues minutes jusqu’à pousser les portes d’un bar. Il s’était assis au comptoir, posant son téléphone à côté de lui. Il avait envie d’appeler Chris, de se perdre dans les bras d’un mec qu’il connaissait à peine, de cracher sa colère dans un truc bestial. Mais l’inconnu de la veille l’avait informé qu’il n’était pas dispo ce soir-là. Oui, ils avaient déjà discuté dans la journée mais Caem n’avait pas le cœur à s’en réjouir. Il appellerait sans doute Enzo plus tard. Mais pas tout de suite. Là, il avait besoin de hurler. Le russe releva alors le regard, cherchant le serveur des yeux. A sa place, une jeune femme s’imposa dans son champ de vision, venant s’asseoir juste à côté de lui et lui adressant la parole avec un naturel désarmant.

« J’étais plutôt parti sur une vodka mais après tout, une bonne bière, pourquoi pas… »

Et voilà le serveur qui se manifeste, Caem l’interpelle et lui demande deux pintes de la bière que la jeune femme lui a conseillé. Elle doit avoir son âge à peu près, du moins c’est ce qu’il suppose. Elle s’est apprêtée pour sortir, elle a l’air enjouée. Est-ce qu’il a envie de parler ? Il n’en sait trop rien et pourtant, c’est lui qui a choisi de venir ici, dans un bar alors qu’il aurait pu rester chez lui…

« Je suis désolé, je ne suis pas sûr d’être d’excellente compagnie ce soir mais si le cynisme ne vous fait pas peur, je vous chasserais pas. »

Caem adressa alors un mince sourire à la demoiselle, c’était tout ce qu’il pouvait faire pour le moment. Le barman posa alors deux bières devant eux que Caem régla sur le coup, sortant la monnaie de sa poche sans trop réfléchir. Il s’empara ensuite de son verre et but une longue gorgée. Cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas bu de bière. Qu’importe. Il ne ressent même pas l’amertume. C’est comme un goût familier. Un vieux pêché qu’il retrouve. Il tourne la tête vers l’inconnu. Elle est blonde, elle a l’air innocente. Ça aurait pu être elle…. Caem ferma alors les yeux et pinça l’arrête de son nez, quelques secondes. Ne pas penser ainsi, chasser toutes ces images.

« Vous êtes une habituée ? »

Détourner le regard de ce monstre qui grandissait en lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 19
Date d'inscription : 17/11/2018
Crédits : Moi



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Everybody wants to rule the world ▬ Caem   Mer 2 Jan 2019 - 20:35

Everybody wants to rule the world
Caem & Ava

Si sa mère la voyait ici, apprêter de cette façon en pleine semaine de cours, accoudée à un bar à parler avec un inconnu … Il y aurait certainement 99% de chance pour qu’elle frôle l’infarctus et 100% de chance qu’elle lui pète un scandale en plein milieu de cette ambiance festive. Elle viendrait tout gâcher, comme d’habitude, comme chacun de ses délires qu’Ava construit et que Bethany déconstruit, poussée par la peur, l’angoisse, l’oppression.
La jeune femme exagère peut-être un peu et c’est avant tout la colère qui parle pour elle, qui la pousse à agir ainsi. Elle en a marre d’être brider, d’être prise pour une gamine de dix ans, qu’on la prenne pour une irresponsable parce qu’elle rentre parfois un peu tard le soir sans prévenir tout de suite.
Irresponsable hein ? Bethany allait comprendre le vrai tableau de l’irresponsabilité, elle verra ainsi qu’Ava n’était pas la gamine la plus chiante de cette terre.

Mais pour le moment, elle s’intéresse à ce jeune homme à l’air triste. Il fait penser à ces marins dans les ports dans les histoires que construits et lis Ava. Un marin séduisant, elle doit bien l’admettre. Tout à fait le genre de Cloé à son avis.

-  J’étais plutôt parti sur une vodka mais après tout, une bonne bière, pourquoi pas…

Il a aussi l’air morne et la jeune fille se demande si elle pourrait lui effacer ce sombre de ses yeux. Elle a toujours eu ce don, avec son sourire, son ton enjoué, sa force de vivre, pour chasser les démons des autres. Au moins l’espace de quelques minutes.
Le serveur se présente, l’inconnu commande deux bières.
Alors .. oui, bon, elle n’avait pas prévu de boire elle-même de l’alcool et se retrouve un peu prise à son jeu. Elle n’a que 15 ans mais lorsqu’elle est avec Tom, son père, il lui autorise au moins une petite bière pour les grandes occasions. Sa mère ? Oui, aussi, pas toujours mais avec un peu d’insistance et de contrôle, elle est ok.
Mais là ? Ava ne dit rien, ne se dépeint pas de son sourire et auto-juge le mouvement de « grande occasion » pour s’accorder ce droit de boire.

- Je suis désolé, je ne suis pas sûr d’être d’excellente compagnie ce soir mais si le cynisme ne vous fait pas peur, je vous chasserais pas.
- Cynisme est mon deuxième prénom mais généralement je me fais appeler Ironie, mon surnom préféré.

Tac au tac, spontanée, Ava fait preuve de son assurance habituelle qui peut être incroyablement désarmant.
Le barman arrive, dépose les bières et la jeune femme n’a pas le temps de sortir ces quelques livres que ce type règle aussitôt. Elle n’a visiblement pas son mot à dire mais si la femme en elle s’insurge, l’enfant se tait. Peut-être impressionné par le regard profond de ce garçon, par l’ambiance générale.

- Vous êtes une habituée ?
- Non, c’est pas tellement le genre d’endroit que j’ai l’habitude de fréquenter. Haha sans rire. Mais j’avais envie de changement ce soir … Donc me voilà.

Elle ment avec assurance, sans ciller et ça la surprend au fond. Peut-être que son désir de désobéir à sa mère est bien plus fort qu’elle ne l’aurait imaginé ou ressentie. Quoi que ça n’était pas vraiment un mensonge en soit… Ava n’était clairement pas habitué à fréquenter ce bar mais plutôt les bibliothèques ou les cafés étudiants.

- Par contre si tu veux que Cynisme et Ironie continue cette conversation, tutoie-moi parce que tu ne me feras pas croire que j’ai l’air d’avoir trente ans.

La jeune femme fait preuve d’humour, jouant sur le fait qu’elle paraisse jeune avec déjà en tête de lui sortir l’éternelle anecdote du  on arrête pas de me demander ma carte d’identité en boite. Ava finit par prendre une gorgée de bière qu’elle sait être amer et s’en délecte. Alors c’est ça la liberté, la vraie ?

- Et toi, c’est ton QG ou tu es habitué à d’autres endroits qu’ici ?  


code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2218
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : /
Double Compte : Emily / Ethan / Zachary / Aiyana / Bethany



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Everybody wants to rule the world ▬ Caem   Mer 9 Jan 2019 - 12:34

L’assurance de cette jeune femme a le mérite de le sortir de ses pensées. Cynisme et Ironie… Caem lui adresse alors un sourire amusé, un peu plus franc que les précédents. Ce sont deux mots qui lui conviennent parfaitement. Lui est plutôt doux, s’il aime aussi parfois se tâcher d’un peu d’ironie, en général il évite pour ne vexer personne. Mais il aime les gens sachant manier ce genre d’humour avec finesse, sachant jouer avec les limites sans jamais réellement les dépasser. Alors oui, il se laisse séduire par le petit jeu de la demoiselle et se dit qu’elle pourrait bien lui permettre d’oublier quelques minutes toutes ces sombres pensées qui l’habitent. Il en a besoin, il le sait. Caem lève alors le verre que le barman a déposé devant lui et le lève en direction de l’inconnue.

« À Cynisme et Ironie alors ! »

Il cogne doucement son verre contre celui de la jeune femme, pour trinquer, avant d’enchaîner, lui demandant s’il a coutume de venir ici. Besoin de changement, un mince éclat passe dans le regard de Caem. Il comprend, lui aussi est là pour ça en un sens. Parce que l’étroitesse de son appartement finissait par le peser. Parce qu’il avait besoin d’un nouveau souffle, d’une nouvelle respiration. Le bar était sans doute le pire choix du monde mais c’était celui qu’il avait fait et alors qu’il prenait une deuxième gorgée dans sa bière, il savait qu’il ne pourrait pas revenir en arrière.
C’est la jeune femme, toujours pleine d’assurance qui fait rebondir la conversation, arrachant un nouveau sourire à Caem et à ses vieilles habitudes. Lui et les marques de politesse… C’est quelque chose qu’il a gardé ancré malgré lui, de son ancienne vie, de son autre culture. Il n’a pas réfléchi sur le coup et non, il confirme, elle n’a pas l’air d’avoir trente ans.

« Pardon c’est un vieux réflexe. Ceci dit, je n’ai rien contre les femmes de 30 ans mais oui, je confirme, tu as l’air plus jeune que ça. »

Sans qu’il ne sache réellement quel âge il lui donnerait. Elle semble flotter autour des 18 ans, comme lui, c’est tout ce qu’il peut dire. De toute façon, quelle importance ? Non clairement, Caem est très loin d’envisager qu’elle puisse être mineure et surtout, n’avoir que 15 ans. Son esprit est ailleurs et se laisse doucement bercer par la bière et par la conversation qui se poursuit. Est-ce qu’il est un habitué ? La question pourrait presque être drôle, pleine d’ironie justement. Mais Caem n’a pas envie de relever, de faire des allusions sombres à sa vie. Ce serait déplacé et clairement à l’inverse de ce qu’il cherche. Il veut s’évader, oublier et surtout pas se prendre un mur lui rappelant vers quoi il est en train de glisser.

« Non c’est la première fois que je viens. A vrai dire, je ne suis pas à Londres depuis très longtemps alors je n’ai pas encore de QG. »

Même si cela faisait un moment qu’il était dans le monde anglophone, ce qui avait clairement aidé son accent à se diluer, Londres restait une inconnue encore pour lui. Il l’apprivoisait au fil des semaines et s’y sentait bien, il n’y avait rien à dire là-dessus. Mais oui, il se perdait régulièrement dans les rues, il avait l’impression de découvrir chaque fois un nouvel endroit de la ville, de nouveaux commerces, de nouveaux visages. Il finirait sans doute par avoir ses habitudes, comme tout à chacun.

« Mais du coup, si tu connais des endroits sympas, je suis preneur ! Et pas que des bars, promis, je n’y passe pas mes journées. »

Ironie quand tu nous tiens… Décidément. Caem porta alors son verre de bière à ses lèvres, ces dernières étant légèrement étirées en un mince sourire. La jeune femme semblait être du coin alors autant qu’il recueille des informations. Et puis, au fond de lui, s’exprimait l’envie, le besoin de poursuivre cette conversation. Il avait envie d’oublier, de s’évader. Après tout, rencontrer de nouvelles personnes, c’était aussi un moyen de construire sa nouvelle vie. Avoir de nouveaux horizons. Mais ce n’était pas pour autant qu’il fallait en oublier les bases de la politesse jeune homme.

« Au fait, je m’appelle Caem, et toi ? »

Souriant doucement, le russe tandis une main respectueuse vers la jeune femme pour serrer la sienne et conclure ainsi des présentations en bonne et due forme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 19
Date d'inscription : 17/11/2018
Crédits : Moi



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Everybody wants to rule the world ▬ Caem   Ven 11 Jan 2019 - 21:45

Everybody wants to rule the world
Caem & Ava

- Pardon c’est un vieux réflexe. Ceci dit, je n’ai rien contre les femmes de 30 ans mais oui, je confirme, tu as l’air plus jeune que ça.

Le regard du jeune homme n’est ni suspicieux, ni étrange, il établit juste un fait. L’espace d’un instant, Ava s’est surprise à redouter qu’il ne voie le subterfuge derrière son maquillage et ces vêtements qui la vieillissent … car si c’était le cas, elle pouvait dire adieu à sa soirée, à ce verre de bière et à tout le reste et n’aura plus qu’à rentrer chez elle, humiliée.
Mais le brun ne s’attarde pas sur l’âge qu’elle pourrait avoir et Ava reprend un peu plus d’aplomb. Ca aussi, ça joue, non ? L’assurance que l’on met dans nos réponses, nos regards et nos gestes.

- Non c’est la première fois que je viens. A vrai dire, je ne suis pas à Londres depuis très longtemps alors je n’ai pas encore de QG.

Un nouveau dans la ville – comme un millier d’autre – et maintenant qu’il le dit, si Ava se concentre bien pour l’écouter, elle pourrait noter un très léger accent sans réussir à savoir d’où il pourrait provenir.

- Mais du coup, si tu connais des endroits sympas, je suis preneur ! Et pas que des bars, promis, je n’y passe pas mes journées.

Elle rit, sincèrement amusée par ce léger humour qu’il détient malgré l’air affreusement triste qu’il affichait tout à l’heure.

- Je suis née ici, je pourrais te faire une loooongue liste de lieux cool et sans alcool !

Un large sourire peint ses lèvres. Il faut avouer que cette rencontre est une belle surprise, celle qui lui donne des ailes et bien plus d’assurance qu’elle ne devrait avoir pour ses 15 ans. Mais la dispute de sa mère joue un parfait moteur à connerie et plus Ava imagine la crise de nerf de Bethany de la voir discuter avec un parfait étranger, dans un bar, à cette heure, plus l’envie de connaitre ce type fleurit au fond de son ventre.
Mais aussi parce qu’il est mignon. Du genre, choupinet et attendrissant avec ce sourire en coin et cette chevelure en bataille. Mais mignon aussi dans le sens sexy, il ne faut pas déconner.

- Au fait, je m’appelle Caem, et toi ?

Une main tendue et le sourire de la jeune femme s’élargit un peu plus.
MAIS un rappel à l’ordre, aussi.
Ce garçon, elle ne le connait pas. Mieux, elle ne l’a jamais vu et il vaudrait peut-être mieux qu’elle ne le revoit jamais. Elle ne sait pas si donner son VRAIE prénom est une bonne idée mais ne pas lui dire ferait d’elle quelqu’un d’étrange. Non ?
Son cerveau fuse et parce qu’Ava sait toujours retomber sur ses pattes et mettre toute situation à son avantage …

- Jeanne.

Elle ne détache pas son regard du sien, son sourire toujours large et sincère.

- Mais je n’aime pas donner mon vrai prénom, je préfère m’imaginer une autre vie pour ce soir.

Ses yeux pétillent de malice et rien chez Ava n’exprime manipulation ou toutes ondes négatives. Au contraire, son visage est plutôt amusé, mutin, taquin. Elle boit une autre gorgée de sa boisson avant de recentrer son attention sur le fameux Caem. C’est beau comme prénom, original même. Mais toujours impossible pour elle d’identifier son origine.

- Il y a un truc que j’adore faire, souvent, c’est de m’assoir et d’essayer de deviner ce que les autres sont. Vie, métier, famille, amour…


La jeune femme balaie la pièce d’un regard avant de revenir vers son compagnon de soirée, verre à la main.

- Si tu étais quelqu’un d’autre, tu serais qui ?  

Ava le sait, c’est surprenant comme demande. Inattendue même. Mais elle aime ce genre d’effet qu’elle produit chez les autres parfois, lorsqu’elle les bouscule de leur convention, de leurs habitudes. Elle s’est toujours dit qu’un jour, elle changera des choses, pas à pas, mais elle pètera d’anciennes édifices obsolètes pour en construire de nouvelles. Mais ça, c’était avant le décès de Charlie, avant que ses parents ne se séparent et ne changent du tout au tout. Avant qu’elle-même ne fasse face à une tempête enragée qu’elle a trop souvent tu.

- Et ne me sors : Moi-même parce que j’aime ce que je suis ! C’est pas le but ! Le jeu veut que tu imagines quelque chose de complètement loufoque.

Son sourire pourrait paraitre éternel tant il ne se défait jamais et rend son regard clair brillant d’amusement.

- Exemple : Enchantée, je m’appelle Jeanne. Dresseuse de bigorneau au cirque des crustacés. Funambule narcoleptique, j’ai une passion toute particulière pour le crochet.

Et comme pour l’inviter à en faire de même, Ava tend à son tour sa main comme une nouvelle présentation. Un nouveau départ.




code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2218
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : /
Double Compte : Emily / Ethan / Zachary / Aiyana / Bethany



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Everybody wants to rule the world ▬ Caem   Lun 14 Jan 2019 - 12:40

Une londonienne pure souche donc. Caem sourit et la remercie de cette proposition parce que oui, il est plus que partant pour découvrir les lieux sympas cachés dans cette immense capitale. Il sait qu’ici tout est différent de ce qu’il a pu connaître en Russie et s’y fait plutôt bien. Simplement, il faut du temps pour dénicher les bons endroits et vu que ses amis sont majoritairement originaires d’autres endroits sur la planète, il n’avait pas encore trouvé de guide. Bon, il n’était pas certain qu’il revoie un jour cette demoiselle après tout mais au cas où, c’était une bonne perspective. Mais avant toute chose, il fallait revenir aux bases d’une conversation courtoise entre deux inconnus et Caem tendit sa main à la jeune femme pour se présenter. Elle donna alors le sien mais bien vite, apporta une petite précision qui piqua la curiosité de Caem. Plutôt que de se contenter de lui donner un faux nom et de se jouer un peu de lui, elle lui montra immédiatement ses cartes. Elle ne s’appelait nullement Jeanne et l’assumait. Le russe sourit alors, sincèrement amusé.

« Pas de souci, je vais donc accepter que tu es Jeanne mais seulement pour ce soir. »

Caem lui avait donné son vrai nom et partait donc avec un train de retard dans le petit jeu qu’elle venait d’établir mais ça ne le dérangeait pas. De même qu’il comprenait qu’une jeune femme puisse ressentir le besoin de se protéger un peu, même si ça passait sous la couverture d’un jeu. Elle ne le connaissait pas et il savait que malheureusement, être une femme seule dans un bar c’était bien moins simple qu’être un homme dans la même situation. Alors il ne s’offusqua pas et au contraire, l’écouta avec intérêt. Déconnecter de la réalité, au final, c’était exactement ce qu’il était venu chercher ce soir-là. Jeanne, puisque c’est ainsi qu’il devra l’appeler, balaie alors la salle du regard en lui expliquant qu’elle aime s’imaginer la vie des gens. Caem la regarde en souriant, amenant son verre jusqu’à ses lèvres.

« C’est un jeu plutôt fascinant… »

Le russe laisse alors à son tour son regard se perdre autour de lui, fixant quelques secondes un couple assis à une table non loin avant que la voix de Jeanne ne reprenne son attention avec une question plutôt délicate. Le russe prend alors une longue gorgée de bière tout en l’observant. S’il était quelqu’un d’autre ? Fameuse question. Il se met à rire alors qu’elle lui coupe toute possibilité de battre en retraite et de refuser la question. Bien joué mademoiselle. Et elle l’épate une fois de plus en s’inventant une vie assez fabuleuse. Caem la regarde en posant son verre doucement. Il se doit de trouver quelque chose à la hauteur de ce qu’elle vient de dire !

« Enchanté Jeanne. Alekseï, constructeur d’igloos et nounous des ours polaires à mes heures perdues. Champion du monde de château de cartes ! »

Caem affiche alors un sourire malicieux et attrape la main que Jeanne lui tend pour la serrer avec douceur. Il se dégage quelque chose de solaire de cette fille qui l’attire irrémédiablement. Elle a ce sourire sans cesse collé aux lèvres, cette capacité à créer un monde merveilleux en quelques phrases seulement et c’est… Doux. Agréable comme une grande bouffée d’air pur au milieu des montagnes.

« J’ai une question capitale… Si tu es dresseuse de bigorneaux, est-ce que tu es opposée à la consommation de fruits de mer ? »

Est-ce que cette conversation a un sens ? Pas vraiment et c’est sans doute ce qui la rend aussi fascinante aux yeux de Caem. Il peut se laisser bercer sans autre moteur que l’absurdité, il peut inventer une réalité où tout est possible. Où tout tourne comme il le voudrait. Où personne n’a disparu… Il attrape alors sa bière et boit de nouveau. Elle descend assez vite mais qu’importe. La tête ne lui tourne pas non, il sent une agréable chaleur au creux de son estomac, voilà tout. Il sent aussi les nœuds dans ses épaules se défaire lentement. C’est temporaire, il le sait. Mais il en veut encore.

« Et si tu narcoleptique, est-ce que tu risques de t’endormir si je deviens ennuyeux ? »

Nouveau sourire, peut-être un peu plus malicieux cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Everybody wants to rule the world ▬ Caem   

Revenir en haut Aller en bas
 
Everybody wants to rule the world ▬ Caem
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» God Save the queen- English Rule the world and I speak English
» Everybody wants to rule the world { HARLAN
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Londres :: Ouest de Londres-
Sauter vers: