AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 time is running out feat betthany

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 229
Date d'inscription : 24/09/2017
Crédits : uc
Double Compte : DORYAN/ DUNCAN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3978-aiden-terry-lance-liens
MessageSujet: time is running out feat betthany   Mar 30 Oct 2018 - 17:51

24/10 en debut de journée

C'est une nouvelle journée qui commence et aujourd'hui même si c'est samedi je me suis levé de bonne heure. Je suis bénévole dans l’hôpital où est interné ma mère, ils cherchaient des jeunes pour accompagner les patients pour leur organiser des activités et je me suis proposé. Je ne sais pas réellement pourquoi, mais j'ai envie d'aider les autres. Je vais un peu mieux depuis que j'ai réussis à balancer tout ce que j'avais sur le cœur à la mauvaise personne encore une fois, mais je me sens mieux. Je ne sais juste toujours pas où j'en suis avec Laurin, ni si on est en couple et c'est peut-être mieux comme ça. Je prends mon sac et marche jusqu'au métro pour aller vers l’hôpital en question. J'ai un badge avec mon nom que je met en arrivant à l’hôpital psychiatrique. On me laisse entrer et je rejoins mon responsable avant de remarquer qu'il y a des camion de pompier et la police sur place.Je fronce les sourcils avant de demander ce qu'il se passe. Il m'informe qu'un des patients à été retrouvé mort dans sa chambre et qu'il semblerait que ne soit pas accidentelle. Ce qui explique la présence de la police et du médecin légiste que je reconnais sans trop de mal, c'est la femme que j'ai croisé début septembre et qui s’engueulait avec sa fille. Je ne sais pas si elle m'a vue mais je lui fais un petit sourire et je m'en vais dans la salle ou quelques patient regarde la télé et j'aperçois ma mère assise sur un des fauteuils. Le psychologue me voit et viens vers moi :

« Bonjour Aiden, tu as l'air en forme. C'est bien que tu sois là, mais tu sais ta mère est assez perturbée aujourd'hui. Je ne suis pas sur qu'il y ai une amélioration. »

Il pose la main sur mon épaule et je sais qu'il essaie juste de me donner du courage, de me faire comprendre qu'elle ne me reconnaîtra pas plus qu'hier. Je viens la voir régulièrement ces derniers jours dans l'espoir qu'elle se souvienne de moi, mais rien n'y fais et il n'est pas rare qu'elle ne me laisse pas approcher et qu'elle se mette en colère. J'avance vers elle et m'assois à côté d'elle. Elle me lance un regard, toujours aussi vide et je lui fais un sourire avant de lui dire :

«Bonjour maman. Je sais que tu ne me reconnais pas, mais c'est moi Aiden. »

J'ai beau lui répété ça chaque fois que je viens ça ne fait aucun effet. Je ferme les yeux et soupire. Je déteste qu'elle ne se souvienne pas de moi. J'allais me relever quand je sens des mains me serrer la gorge. Elle se met à hurler et à me traiter de monstre sans me lâcher pour autant et elle se met à réciter une espèce de prière en latin, je ne sais pas d'où elle sort ça mais c'est assez flippant et je commence à ne plus avoir d'air. Quelqu'un vient finalement m'aider et ils s'y mettent à plusieurs pour la détacher de moi et j'arrive enfin à respirer à nouveau. J'ai vu trouble quelques instants avant de finir à quatre patte à terre. Je ne sais pas très bien qui m’emmène à l'extérieur prendre l'air. On me tend un verre d'eau avant que je ne sente qu'on m'aide à m’asseoir sur le banc devant l'entrée.

«Merci. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 202
Date d'inscription : 28/05/2018
Crédits : /
Double Compte : Emily / Caem / Ethan / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4380-bethany-mary-gatling-amities-e
MessageSujet: Re: time is running out feat betthany   Lun 5 Nov 2018 - 11:30

~Samedi 24 octobre – Début de journée ~

Bethany est assise sur son canapé, un plaid entoure ses jambes, une tasse de thé fume à côté d’elle et un bon bouquin se trouve dans ses mains. Elle s’est réveillée tôt, comment souvent et a décidé de prendre un peu le temps de lire. Ava est chez son père pour le weekend, l’appartement est donc calme. Elle a beaucoup à faire, pour les Inquisiteurs notamment, mais elle s’accorde quelques minutes pour elle. Elle progresse depuis sa discussion avec Margo ! Ce n’est pas parfait, mais quelques minutes de lecture c’est déjà ça. Malheureusement, Bethany ne peut se soustraire à toutes les obligations. C’est elle qui est de garde pour l’institut cette semaine. Elle ne travaille pas mais si un cas urgent se présente, c’est elle qu’on appelle. Et forcément, ça ne rate pas. Son téléphone, qu’elle a pris soin de garder allumer vibre sur la table basse. Dans un soupir, elle se redresse et fronce les sourcils en voyant le numéro s’afficher. Elle décroche immédiatement et on la brieffe rapidement, un patient de l’hôpital psychiatrique est décédé, ils ont des doutes sur les raisons du décès et ont besoin d’un médecin légiste pour un rapport préliminaire sur place. Bethany raccroche rapidement et file se préparer.

La médecin légiste arrive rapidement sur place. Elle rejoint la police scientifique qui lui prête du matériel et commence son examen préliminaire. Le patient se serait pendu dans sa chambre, d’après les premières preuves. Cependant, les policiers ont remarqué que la chambre avait été pas mal secouée, des meubles renversés. Bethany cherche des indices. Elle remarque rapidement les traces sous les ongles mais aussi, les griffures à la gorge, comme si la victime avait cherché à se débattre et à se desserrer la corde autour de son cou.

Concentrée sur son affaire, Bethany avait rendu son sourire au jeune homme qui était passé sans connecter tout de suite. Elle avait vite oublié son passage, sans savoir pourquoi il lui avait souri, ce n’était pas le moment pour elle. Après un premier examen, elle avait donc donné des instructions à la police scientifique, discuté avec eux des analyses à faire et demandé à ce que le corps soit envoyé à l’hôpital. L’examen physique pourrait attendre lundi, les premiers tests étaient lancés.

Bethany avait donc salué ses collègues et s’apprêtait à partir. Les hôpitaux psychiatriques n’étaient pas forcément les lieux qu’elle préférait arpenter. Mais alors qu’elle avançait dans les couloirs pour sortir, une agitation attira son regard. Un ensemble de médecins et d’infirmiers se débattaient pour séparer une patiente qui semblait vouloir étrangler un jeune homme. Celui qui l’avait saluée. Et la mémoire lui revint, c’était le jeune avec qui elle avait discuté dans le parc. Bethany s’était approchée de la scène alors que le jeune homme était désormais au sol, en train de chercher son souffle. Un signe de tête adressé aux infirmiers, elle s’en occupait. Elle l’avait alors aidé à se relever et l’avait emmené vers l’extérieur, fermement mais non sans douceur. Elle l’aida à s’asseoir sur un banc après lui avoir tendu un verre d’eau récupéré à la fontaine. Bethany s’assit ensuite en face de lui, observant son cou.

« De rien. Comment vous sentez-vous ? »

Se faire étrangler n’est jamais un moment très agréable. La médecin observait le cou du jeune homme, on pouvait y voir quelques bleus naissant, signe qu’il avait été étranglé avec une certaine force. Mais vu comme il parlait, sa trachée n’était pas enfoncée, il allait s’en remettre mais devait sans nul doute être un peu secoué. Bethany lui adressa alors un sourire doux.

« Je ne pensais pas vous revoir dans de telles circonstances. »

Bethany ne pouvait s’empêcher de se demander ce qu’il faisait là et quel était son lien avec la patiente qui avait tenté de l’étrangler. Elle allait cependant lui laisser au moins un peu de temps pour se remettre de ses émotions avant de le harceler de questions…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 229
Date d'inscription : 24/09/2017
Crédits : uc
Double Compte : DORYAN/ DUNCAN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3978-aiden-terry-lance-liens
MessageSujet: Re: time is running out feat betthany   Mer 7 Nov 2018 - 17:25

Je me remets des mes émotions et surtout retrouve mon air. Je me masse la gorge, j'ai encore l'impression que ses doigts sont autour de mon cou et j'ai encore du mal à me faire à l'idée qu'elle ai voulu me faire du mal encore. Heureusement cette fois ci elle ne m'a rien balancé à la figure, du moins juste des mots, durs comme d'habitude, me faire traiter de monstre ne m'aide pas vraiment à me sentir mieux. Je me sens déjà assez monstrueux comme ça, mais je sais qu'elle n'a pas toute sa tête. Je suis content quand même de revoir Bethany, même si j'aurais aimé que ça soit dans d'autres circonstances, comme elle le dit. Je lui demande alors :

«Oui, moi non plus, je vous ai aperçus tout à l'heure, mais vous étiez occupé. Ils pensent que la patiente à été tué c'est bien ça ? »

C'est assez effrayant, si y a un tueur dans le coin et qu'il est armé. Ça ne me rassure pas forcément et je me rends compte que Riley avait raison, ils ont aussi leur criminels ici et quelque part ça me fait me rendre compte que je ne suis peut-être pas comme eux et ça c'est plutôt rassurant, même si j'ai encore un peu de mal à accepter ce que j'ai fait, mais je commence à reprendre un peu mes esprits et à essayer de vivre avec.

Je me doute pourtant qu'elle ne parlait pas de ces circonstances là de rencontre mais j'ai peur de ce qu'elle pourrait penser et je n'aime pas parler de ma mère, mais je sens que je ne pourrais pas y échapper. Je soupire et fini par dire :

« C'est ma mère … ça fait dix-huit ans qu'elle est ici. »

Oui c'est aussi mon âge, elle ne m'a pas vu grandir. Elle ne me reconnais même pas, mais ce n'es pas ce qui me fait le plus mal qu'elle ne me reconnaisse. Ce qui me fait le plus mal c'est qu'elle me considère comme le diable, comme quelqu'un qu'il faut exorciser et je sais pourquoi elle pense ça, c'est parce que je suis un sorcier et ça me fait de la peine qu'elle n'ait pas accepté que je puisse l'être aussi. Elle savait que mon père l'était et je me demande pourquoi elle l'a épousé, est-ce qu'il a fait quelque chose pour qu'elle tombe sous son charme ? C'est une question que je ne lui ai jamais posé. Je n'ai jamais demandé grand chose au sujet de mon père. Je fini par poursuivre :

« Elle me déteste depuis que je suis né. Elle a voulu me noyer à ma naissance. Elle est ici depuis ce temps là. Je ne sais pas ce que j'ai fait pour que ça l'ait mise dans tout ces états. Je pensais qu'en étant bénévole ici ça me rapprocherais un peu mais il semblerait que non. »

Je bois une nouvelle gorgée d'eau. J'ai moins mal au coup, mais je sens qu'elle n'y a pas été de main morte. Je mens un peu forcément parce que je sais pourquoi elle me hait, mais je ne lui dirai pas que c'est parce que je suis un sorcier. Je voudrais être comme elle, je voudrais tellement. Je n'ai pas choisi d'avoir des pouvoirs et il semblerait que je ne pourrais jamais être autre chose que ce que je suis et je viens tout juste de le comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 202
Date d'inscription : 28/05/2018
Crédits : /
Double Compte : Emily / Caem / Ethan / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4380-bethany-mary-gatling-amities-e
MessageSujet: Re: time is running out feat betthany   Lun 12 Nov 2018 - 19:10

« Secret professionnel. »

Bethany adressa un sourire au jeune homme avant de reprendre sur un ton plus doux mais plus sérieux aussi.

« C’est mon travail en tout cas de savoir si sa mort a été accidentelle ou pas. Et pour le moment, je ne peux tirer aucune conclusion. »

Bethany évitait de parler des affaires en cours. Elle ne pouvait pas se permettre de communiquer ses conclusions à n’importe qui. Elle ne voulait cependant pas non plus rabrouer ce jeune homme, plutôt touchant. Alors elle arrondissait les angles. Et puis, s’il venait régulièrement dans cet hôpital, elle pouvait tout à fait comprendre que l’idée que quelqu’un y ait été assassiné l’angoisse. Elle donnait donc le peu d’informations qu’elle pouvait transmettre : sa présence indiquait bien qu’il y avait un doute. Pour le reste de toute façon, elle n’en saurait pas plus avant un petit bout de temps. Enfin, tout cela n’était pas bien important et Bethany recentra la conversation sur la santé du jeune garçon. Être étranglé n’est jamais une sensation agréable et ça peut laisser des traces, aussi bien physiques que psychologiques. Il ne fallait pas le laisser partir seul tout de suite, mieux valait le garder un peu à l’œil. Il soupire et Bethany fronce légèrement les sourcils. Pas besoin d’être devin pour se rendre compte que quelque chose le tracasse. Il ne met pas longtemps à lui donner quelques éléments. La personne qui a tenté de l’étrangler est sa mère. Aoutch. Bethany ne dit rien, elle attend et les mots continuent à sortir. Le jeune homme lui donne quelques explications supplémentaires. Et bien, après ce qu’il lui avait dit la fois précédente, ce pauvre gosse n’a pas des rapports faciles avec ses parents.

« Dans les maladies psychiatriques c’est comme dans tout le reste, il peut y avoir des rechutes, des périodes plus difficiles. Ce n’était peut-être pas un bon jour. »

Bethany marchait sur des œufs. Elle ne connaissait pas cette femme et ne savait rien de sa maladie et ne voulait donc pas trop s’avancer, ne pas dire des conneries sous prétexte de réconforter ce jeune homme. Pour autant en disant cela elle ne s’aventurait pas trop. Si sa mère était là depuis tout ce temps, c’était sans doute qu’elle avait une maladie compliquée à gérer en dehors des murs de cet hôpital. Une maladie qui pouvait la pousser parfois à voir du danger même en présence de son propre fils… Elle n’osait imaginer ce qu’il pouvait se passer dans leurs têtes, à tous les deux.

« Je suis vraiment désolée pour vous en tout cas. J’imagine que cette situation doit être difficile, être privé de l’amour d’une mère, c’est douloureux. »

Si les relations avec ses parents avaient toujours été complexes, Bethany n’avait jamais douté de leur amour. Le jeune homme avait dû déployer bien des efforts pour se construire malgré ça et ça le rendait, aussi absurde que cela puisse paraître, sympathique aux yeux de la médecin. Un battant, un courageux qui avait dû apprendre à survivre dans ce monde. Pauvre gosse.

« Mais ce qui s’est passé aujourd’hui ne veut pas forcément dire que le fait de devenir bénévole ici était une mauvaise idée. Vous devriez demander à son médecin ce qu’il en pense. »

Bethany sourit alors avec douceur au jeune homme. Elle tentait de l’encourager, de lui montrer un peu de positif dans tout ça même s’il fallait bien admettre que le tableau était plutôt sombre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 229
Date d'inscription : 24/09/2017
Crédits : uc
Double Compte : DORYAN/ DUNCAN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3978-aiden-terry-lance-liens
MessageSujet: Re: time is running out feat betthany   Dim 25 Nov 2018 - 11:09

Je me doute qu'elle n' a pas le droit de me parler de l'enquête en cours mais je suppose qu'elle n'est pas là pour rien. Je n'aimerai pas être à sa place, devoir découvrir de quoi est mort quelqu'un ne doit pas être très réjouissant, encore moins de l'annoncer à la famille. Je ne sais pas comment elle fait pour rester aussi calme.

« Je comprends, je suis certain que vous allez trouver ce qu'il s'est passé.»

Je lui fais un petit sourire. J'aurais tellement aimé que ma mère lui ressemble un peu plus. Elle ne m'aurait pas étranglé au moins si elle avait été un médecin légiste ou médecin ou si elle avait eu un tout autre travail. Je ne sais même pas ce qu'elle faisait avant de m'avoir et avant d'être … malade. Je regarde Betthany et acquiesce quand elle me dit qu'il y a des rechutes. Je le sais, le psy me l'a dit et pourtant …

« Non je crois que c'est vraiment moi qui pose problème.»

Je ne sais pas vraiment comment lui expliquer qu'elle me déteste au point qu'elle veuille me tuer, mais je crois que mon père ne m'a peut-être pas tout dit sur leur relation. Il ne lui aurait pas fait de mal non, mais je ne me demande si il n'a pas utilisé une potion d'amour ou un sortilège pour qu'elle soit amoureuse de lui, parce qu'il avait peur qu'elle dise non et qu'elle ne l'aime pas en tant que sorcier. Je me pose de plus en plus la question, c'est peut-être bien pour ça qu'elle est devenue … comme ça.

« Je veux dire … chaque fois qu'elle me vois elle veut me … enfin … vous voyez. Je ne sais pas pourquoi, ni ce que j'ai fait pour qu'elle veuille me voir ...»

Je n'arrive décidément pas à dire ce mot. La mort me pose un très gros problème, rien que d'entendre ce mot je frissonne. Il faudra pourtant bien que j'accepte l'évidence qu'elle est là et que je devrais un jour y passer aussi, mais le plus tard possible ça serait quand même bien. J'ai survécu à un tremblement de terre et aux supérieurs, je ne vois pas ce qui peut m'arriver de pire. Je hausse les épaules en entendant ce que la médecin légiste me dit. Je sais bien qu'elle essaie de me réconforter et ça me touche, vu qu'on ne se connaît pas plus que ça.

« Oui j'en ai déjà parlé avec son psychiatre. C'est lui qui m'a dit que je pouvais venir, mais je ne sais plus très bien ce que je suis sensé faire. Chaque fois que j'essaie de me rapprocher ça ne marche pas vraiment. Je dois juste me faire à l'idée qu'elle me déteste. »

Je me masse le cou encore un peu, elle a de la force quand même.

« Vous savez cet été quand il y a eu le tremblement de terre … je me suis retrouvé coincé sous des décombres et je me suis demandé ce qu'il se passerait si on ne me retrouvait pas , je me suis demandé si elle serait heureuse ou pas si je disparaissais … peut-être que ça ne l'aide pas de me voir et que je devrais arrêter d'essayer. »

Je n'y peux sans doute rien, peut-être qu'elle vivrait mieux en ne voyant pas dans les parages. C'est la première fois que je parle du tremblement de terre, ça au moins je peux lui en parler, même si ça n'avait rien de naturel eux ne s'en doute pas et ils l'ont vécu aussi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 202
Date d'inscription : 28/05/2018
Crédits : /
Double Compte : Emily / Caem / Ethan / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4380-bethany-mary-gatling-amities-e
MessageSujet: Re: time is running out feat betthany   Lun 26 Nov 2018 - 14:34

« Merci de votre confiance. »

Bethany adressa un sourire doux au jeune homme. Il semblait convaincu qu’elle était une médecin légiste accomplie, ce qui était le cas d’ailleurs. Mais l’entendre ainsi était touchant il fallait bien l’avouer. Bien vite cependant le sujet dériva et ce n’était pas plus mal. Elle n’avait pas envie de parler de l’affaire en cours et si elle appréciait discuter avec le jeune homme, il aurait été idiot de devoir être un peu sèche. D’autant qu’il semblait avoir besoin de réconfort. Bethany n’avait pas de mal à imaginer comme ça devait être difficile pour lui d’être ainsi rejeté. Elle tenta à sa manière d’arrondir les angles, de lui faire voir les côtés les moins sombres de la situation. Malheureusement, elle sembla s’heurter à un mur, le mal était profond. Alors qu’il lâchait, avec une simplicité désarmante qu’il était persuadé être à l’origine du problème, Bethany fronça légèrement les sourcils. Ce n’était pas un poids qu’un enfant devait porter. Il avait beau être assez grand pour comprendre le monde, il restait le fils dans l’histoire et ça la heurtait de le voir ainsi se sentir coupable de cette relation violente qu’il avait avec sa mère. Elle attendit cependant qu’il lui en dise plus dans l’espoir de comprendre un peu mieux ce qui se tramait dans sa tête.

Les mots étaient lourds. Il commença à lui expliquer que sa mère semblait vouloir le voir mort, à chaque fois. C’était lourd de sens, pesant. Bethany l’observait. Elle n’osait se faire trop amicale, prendre sa main pour le réconforter, après tout, elle ne le connaissait que peu et ne devait pas empiéter sur son espace personnel. Mais ça lui brisait le cœur de voir un gamin confronté à ça. Elle retint une grimace en le voyant se masser le cou, là où quelques instants plus tôt se trouvaient les mains de sa mère. Il évoqua alors le tremblement de terre. Tremblement de terre qui posait d’ailleurs toujours autant de questions à Bethany tant il semblait absurde mais ce n’était pas le moment de se perdre dans ce genre de réflexions. Pour l’instant, c’était ce jeune homme blessé et perdu qui avait toute son attention.

« Je pense qu’il y a bien des gens qui n’osent même pas imaginer que vous ayez pu rester sous ces décombres, à commencer par votre père. »

Prendre de la distance. Bethany s’appliquait à ne penser qu’au jeune homme, qu’à son histoire et à ne surtout pas mélanger les choses. La douleur d’un parent qui perd un enfant. Elle connaissait. Elle connaissait que trop bien. Il ne fallait surtout pas qu’elle laisse la situation la déborder. Ce ne serait pas productif pour elle et encore moins pour ce jeune homme qui avait besoin de réconfort et non de la voir s’effondrer.

« Je ne sais pas de quoi souffre votre mère mais une chose est certaine, vous n’êtes responsable de rien. Si le fait d’être mère l’a faite basculer, ce n’est pas lié à vous mais à elle, à ses difficultés et à sa maladie. »

Bethany replaça une mèche de cheveux derrière son oreille tout en croisant ses jambes et en se penchant légèrement en avant, vers le jeune homme.

« Ce que je vais dire peut vous sembler cruel mais il faut penser à vous d’abord. Vous ne pourrez pas l’aider si le fait de la voir vous crée autant de souffrances. Vous êtes son fils, n’inversez pas les rôles. »

La médecin finit par poser une main sur l’épaule du jeune homme. C’était peut-être un peu intrusif mais son instinct avait parlé.

« Ne vous remettez pas en cause, ne pensez pas que vous êtes une mauvaise personne ou que vous ne méritez pas la vie parce que votre mère a perdu pied. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 229
Date d'inscription : 24/09/2017
Crédits : uc
Double Compte : DORYAN/ DUNCAN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3978-aiden-terry-lance-liens
MessageSujet: Re: time is running out feat betthany   Ven 30 Nov 2018 - 11:57

Je lui fait un petit sourire. Je ne sais pas si c'est de la confiance, peut-être bien. Je sais juste qu'elle semble apte à apporter des réponses et qu'elle est mieux placée pour apprendre ce qu'il s'est passé. C'est son travail après tout. Je viens à lui parler du tremblement de terre et je repense à mon père. I la sans doute eu peur oui, comme quand j'étais à Poudlard, mais ça je ne peux pas lui en parler. C'est une moldue, je n'ai pas le droit d'en dire plus. Je lui réponds donc :

« Oui il était rassuré de me voir rentrer ce jour-là. Je crois que c'est à partir de ce moment là qu'il est devenu un peu casse pied à être toujours dans mon dos alors que j'avais besoin d'espace. »

Il ne pouvait pas savoir évidement que j'avais besoin d'air, que je n'avais pas envie qu'il me reparle de tout ça. C'est son rôle de parent de s'assurer que j'allais bien, je le sais, mais il est devenu un peu trop envahissant et je dois dire que c'est pesant au quotidien. Je sais qu'il s'inquiète pour moi. Je sais qu'il aimerait que je sois plus ouvert avec lui et que je lui parle, mais je n'arrive pas à le faire. Je hausse les épaules avant de dire :

« Je n'arrive pas à lui parler, c'est bizarre parce qu'avec vous j'ai l'impression que c'est différent. »

Et pourtant je ne la connais pas beaucoup. Je sais juste que c'est une femme et qu'elle est mère, peut-être que j'ai juste besoin d'une présence féminine, d'une présente maternelle. C'est sans doute idiot d'ailleurs parce que je vivais très bien sans avant, mais les choses ont changés. Ca me touche qu'elle essaie de me rassurer et qu'elle me dise que je n'y suis pour rien, mais là encore elle ne connaît pas tous les détails et je suis presque sur que le fait de savoir que je puisse être un sorcier comme mon père l'ai effrayé au point de me considérer comme un monstre. Il faut que je creuse cette histoire si je veux comprendre ce qu'il s'est vraiment passé pour qu'elle déteste à ce point les sorciers. Il y a forcément une raison, on ne déteste pas les gens sans raison.

« Je suppose que vous avez raison mais je n'arrive pas à m'y convaincre. »

Je hausse les épaules, je suis un peu chiant je l'admet. Je pourrais espérer qu'elle ai raison, mais je sais au fond de moi que c'est faux et que ça ne serait qu'une illusion. Une illusion parfaite et dérisoire.

« Mais merci en tout cas. »

Ca me fait du bien de pouvoir parler à quelqu'un et j'ai presque envie de la prendre dans mes bras, mais je vais m'abstenir. Elle pourrait trouver ça gênant et dérangeant. Je ne veux pas la mettre dans l'embarras. Je me contente juste d'un nouveau sourire. Sa fille à quand même de la chance de l'avoir, même si ça doit être encore différent, c'est peut-être justement parce qu'on n'est pas parents qu'on s'entend bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 202
Date d'inscription : 28/05/2018
Crédits : /
Double Compte : Emily / Caem / Ethan / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4380-bethany-mary-gatling-amities-e
MessageSujet: Re: time is running out feat betthany   Sam 1 Déc 2018 - 12:00

« Je vois ce que vous voulez dire… »

Bethany avait affiché un mince sourire sans pouvoir s’empêcher de penser à sa propre histoire. C’était étrange d’entendre ce jeune homme dire les choses ainsi, elle était certaine qu’elle pouvait appliquer son discours à sa fille, Ava. Après la disparition de Charlie, Bethany s’était montrée beaucoup plus protectrice envers elle tant la peur était présente à chaque minute de son existence. Plus étouffante. Et forcément, l’adolescente avait dû ressentir la même chose, cette impression d’étouffer, ce besoin d’espace. Il n’était pas le premier à lui faire remarquer ça, Margo essayait de lui en parler régulièrement. Mais l’entendre comme ça, dans la bouche d’un jeune homme qui en plus ne savait rien de son histoire, c’était encore autre chose. Particulier. Mais encore une fois, la médecin n’avait pas envie de se plonger dans ses propres histoire et recentra toute son attention sur le jeune garçon. Ce dernier lui expliqua comme il lui paraissait plus simple de parler avec elle qu’avec son propre père. C’était touchant.

« C’est normal, nous ne nous connaissons que peu, vous vous sentez sans doute plus libre de dire les choses, vous n’avez pas peur que ça me peine. C’est une bonne chose et ça vous aidera peut-être à parler à votre père par la suite. »

S’ouvrir d’abord à quelqu’un d’extérieur pour poser les choses, pour mieux se comprendre avant de s’ouvrir auprès des principaux concernés. Avec le temps, Bethany avait compris que c’était sans doute la meilleure méthode. Cela ne signifiait pas pour autant qu’elle l’appliquait pour elle, elle était plutôt du genre à garder les choses à l’intérieur et à les laisser s’apaiser avec le temps. Globalement, cela marchait bien, elle était assez forte pour ça. Sauf que cela ne pouvait fonctionner pour tout mais c’était encore une autre histoire. Bethany tentait donc de raisonner le jeune homme sur sa relation avec sa mère, de l’empêcher de se rendre malade et surtout, de porter tout le poids de ce malheur sur ses épaules. Elle se doutait qu’elle aurait du mal à changer sa façon de penser avec seulement quelques mots mais elle se devait de les lui faire entendre, peut-être qu’à force cela pourrait aider. En tout cas, il n’était pas convaincu pour le moment. Bethany ne s’en vexa pas, c’était normal après tout.

« Je comprends, j’espère cependant que vous arriverez un peu à apaiser vos souffrances. »

Bethany n’avait pas peur du mot, il était clair que ce jeune homme souffrait énormément de la situation et elle ne pouvait que souhaiter qu’il trouve un peu d’apaisement. Elle restait ferme là-dessus, à ses yeux, un enfant ne devrait pas endurer de telles choses à cause de ses parents, ce n’était pas normal. Non pas qu’elle considère sa mère comme un monstre, simplement, ce n’était pas à lui de tout supporter.

« Vous vous sentez un peu mieux ? »

Bethany avait dit cela en glissant son regard vers sa gorge. Si psychologiquement il semblait encore un peu secoué et si cela était tout à fait normal, elle se demandait comment il se sentait physiquement. Ça avait été assez violent, il aurait peut-être de petites marques autour du cou pendant plusieurs jours. Mais il n’avait pas l’air d’avoir de difficultés à respirer ce qui était déjà bon signe.

« D’ailleurs, je me rends compte que je ne connais même pas votre nom. Je m’appelle Bethany. »

La médecin sourit alors doucement au jeune homme tout en lui tendant la main droite pour appuyer ces présentations. Ils avaient été tant pris dans leurs conversations jusque-là qu’ils n’avaient jamais pris le temps de se présenter, c’était assez amusant quand on y pensait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 229
Date d'inscription : 24/09/2017
Crédits : uc
Double Compte : DORYAN/ DUNCAN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3978-aiden-terry-lance-liens
MessageSujet: Re: time is running out feat betthany   Mer 5 Déc 2018 - 22:54

C'est vraiment étrange que j'arrive à parler à une parfaite inconnue, même si c'est la deuxième fois que je la vois, ça reste une inconnue. Je ne connais même pas son prénom. On ne s'est pas vraiment présenté l'autre fois mais j'arrive à lui parler comme si je la connaissais, comme si je lui faisais déjà entièrement confiance et c'est peut-être comme elle l'explique, parce que je ne la connais justement pas qui me pousse à me confier, mais je sais qu'il y a autre chose. Elle me fait penser à la mère que je reverrais d'avoir. C'est un peu bizarre, j'en ai conscience. Je lui fais un sourire. Ils sont assez rare chez moi en ce moment ou alors quand j'en fais c'est à Laurin. C'est différent avec mon père. Je hausse les épaules avant de lui répondre :

« J'ai vu un psychologue la dernière fois, ça ne m'a pas tellement fait la même chose, pourtant je ne le connaissait pas. Ca va vous semblez bizarre mais j'ai l'impression que je peux vous parler sans que vous ne me jugiez … un peu comme le ferait une mère ... »

C'est peut-être bien parce qu'elle l'est et je me rends compte que je vais passer pour un demeuré à force de dire des inepties.

« Pardon … Je sais que c'est un peu bizarre. »

Oui c'est sur que maintenant elle va me prendre pour un espèce de fou. Ça tombe bien l'asile est tout prêt. Je pourrais peut-être y avoir une chambre à mon nom. Je sais que je n'arriverai pas à discuter avec mon père parce qu'on est peut-être trop différent. On n'a jamais été proche au point de se dire quand ça allait ou non. J'ai été longtemps au château alors forcément c'est assez nouveau de devoir me confier à lui, quand j'avais besoin de parler, il y avait mes amis et ça allait mais ces derniers temps j'ai tout gardé pour moi. Je hausse les épaules quand elle me dit espérer que j'arrive à apaiser mes souffrances. Je baisse la tête et me sens tout à coup complètement perdu. J'entends de nouveau les mots que ma mère à eu envers, monstre, diable et je sens ma gorge se serrer un peu. J'ai beau avoir fait oui de la tête, je sais que c'est faux et je n'arrive même pas à en parler à qui que se soit sans me sentir comme elle dit, comme un monstre. Je sens des larmes se pointer et ça m'agace. Je n'ai pas envie de pleurer, pas là, pas devant elle. Je n'ai pas envie d'avoir l'air d'un pauvre gamin alors je fais mon maximum pour mes retenir et pour penser à autre chose, mais tout ce qui viens dans mon esprit n'est que chaos et ténèbres. Je fais oui de la tête de nouveau quand elle me demande si ça va mieux, alors que non. J'ai toujours l'impression qu'on va m'écraser la gorge et un peu de mal à bien respirer, même si j'arrive à parler. J'imagine que ça passera d'ici quelques minutes, le temps que mes voies respiratoires s'apaisent. Mais je n'ai pas envie qu'elle me dise que je devrais aller à l’hôpital. Je relève un peu la tête quand elle se présente et lui serre la main avant de lui dire :

« Moi c'est Aiden. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 202
Date d'inscription : 28/05/2018
Crédits : /
Double Compte : Emily / Caem / Ethan / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4380-bethany-mary-gatling-amities-e
MessageSujet: Re: time is running out feat betthany   Sam 8 Déc 2018 - 9:35

Bethany afficha un mince sourire face aux propos du jeune homme, presque amusée face à ce qu’il disait. Attention, elle ne tournait en aucun cas tout cela en dérision, bien au contraire ! Il y avait quelque chose de touchant dans sa façon de lui confier qu’il était à l’aise avec elle, qu’il se sentait libre de s’exprimer, de dire ce qu’il ressentait. Il évoqua un psychologue et Bethany nota cette information dans un coin de sa tête. C’était une bonne chose que ce garçon ne soit pas seul face à ses démons même si parler à un professionnel n’était pas facile pour tout le monde. Aux yeux de la médecin, il avait déjà la réponse à sa question : il était à l’aise avec elle parce qu’il ne se sentait pas si jugé. Et si un psychologue n’était en aucun cas là pour juger qui que ce soit, il avait sans doute inconsciemment peur de ça. De ce qui pourrait ressortir comme diagnostique, comme assertion sur sa personnalité et ses émotions. Alors que Bethany, a priori, n’avait aucune raison de porter un jugement sur lui bien qu’elle le savait, comme tout être humain, elle se créait une opinion au fur et à mesure de ses déclarations. Un mécanisme inconscient qu’on pouvait à ses yeux refréner mais jamais annuler complètement.

« Ne vous excusez pas. Je trouve ça flatteur au contraire que vous vous sentiez à l’aise pour me parler. Et le fait que je sois maman n’est sans doute pas innocent dans cette histoire, en effet. »

Bethany lui adressa alors un sourire doux et qui se voulait aussi rassurant que possible. L’instinct maternel était une notion qu’elle avait toujours combattue. Elle trouvait cela absurde qu’on culpabilise les femmes, qu’on cherche à les manipuler pour les forcer à prendre soin des bébés et à être toujours tolérantes quand les hommes eux pouvaient décider de claquer la porte parce qu’ils avaient la trouille. Elle pensait sincèrement qu’on pouvait ne pas aimer son enfant au premier regard, que cela pouvait prendre du temps d’accepter un bébé et surtout, qu’on pouvait avoir le droit de ne pas en vouloir. Cependant, sans nier toutes ces convictions, elle savait que dans son cas très personnel, quelque chose s’était éveillé à la naissance de ses enfants. Elle n’avait pas renié la femme qu’elle était, ambitieuse et acharnée, mais quelque chose était né au creux de son cœur qu’elle ne pouvait expliquer autrement que par ce besoin de les protéger.

Peut-être que c’était cette part d’elle qui s’éveillait au contact du jeune homme. Peut-être était-ce totalement autre chose, c’était difficile à savoir. Mais en tout cas, elle avait bien capté que quelque chose clochait en cet instant. Il ne répondit à sa demande sur son état que d’un simple signe de tête et quelque chose dans son regard semblait s’être éteint. Il releva tout de même le visage pour lui serrer la main et se présenter. Aiden, au moins maintenant, elle pourrait l’appeler par son prénom. Alors que sa main revient contre son propre corps, Bethany adresse un mince sourire, presque énigmatique au jeune homme.

« Enchantée Aiden. Et bien que je ne connaisse votre nom que depuis quelques secondes, je crois vous avoir suffisamment cerné pour comprendre que vous n’allez pas aussi bien que vous cherchez à me le faire croire. »

Le fait d’avoir du mal à formuler les mots était déjà un signe évident que la majorité des gens savent reconnaître. Parce qu’on a tous connu, cette boule dans notre gorge, ces mots qui nous résistent, cette envie de parler mais ce refus du corps.

« Je veux bien croire que physiquement vous allez mieux mais ne vous cachez pas pour le reste. C’est normal d’avoir besoin de temps. Ce qui vient de vous arriver n’a rien d’anodin, de même que les souvenirs qui y sont rattachés. »

Ce gamin était secoué et Bethany ne voyait pas comment il pouvait s’en remettre en quelques minutes seulement. Accepter qu’il faut du temps, accepter de panser les plaies avant de se prétendre guéris. Un travail difficile, surtout pour la fierté.

« Courage… »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: time is running out feat betthany   

Revenir en haut Aller en bas
 
time is running out feat betthany
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Our time is running out [ Silk ].
» IV, 2. Time is running out (D1, Bloom, Sappho, Tywin)
» *Time is running out* {Ezreal&Irélia}
» [+18] it's almost time to play, it's time to be afraid. [feat. Siddil]
» First time I met you (feat. Effy Hale)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Londres :: Ouest de Londres-
Sauter vers: