AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Searching for your advice [Cameron]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 1149
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Searching for your advice [Cameron]   Lun 29 Oct 2018 - 17:18

~Mardi 20 octobre – Fin de journée ~

Emmitouflé dans un gros pull, le visage en partie caché par son écharpe, les mains dans les poches de son jean, Ethan fait les cent pas dans la rue. Les températures ont bien chuté mais le froid ne l’embête pas trop, ça reste encore supportable. De toute façon, son esprit est bien trop occupé pour qu’il se concentre là-dessus. Maintenant qu’il est là, en bas de l’immeuble, il n’arrête pas de se demander s’il a raison de faire ça, si c’est une bonne idée. Après tout, il paraît que ce n’est pas très correct de débarquer chez les gens à l’improviste. Et Ethan serait sans doute mal à l’aise si quelqu’un qu’il connaissait que peu venait toquer à sa porte comme ça, du jour au lendemain. C’est idiot tout ça… Plus il y réfléchit, plus Ethan se demande ce qu’il fait là. Pourquoi a-t-il choisi de faire ça ? Il ne peut même pas attribuer ça à un geste totalement irréfléchi pourtant, il est allé chercher cette adresse, il a demandé à des connaissances communes pour savoir où Cameron vivait et le voilà en bas de chez lui à ne plus savoir quoi faire. Il était presque sûr de lui jusqu’à maintenant et en cet instant… Il ne sait plus.

Une vieille dame pousse finalement la porte de l’immeuble et le regarde avec un sourire bienveillant.

« Vous voulez entrer mon petit ? Vous avez l’air d’attendre quelqu’un ?

-Euh… Oui je… Oui, merci… »

Penaud, Ethan tient la porte de sa main droite et laisse passer la vieille dame entrer avant de se faufiler à son tour dans le hall d’immeuble. Il la laisse ensuite monter. Il est dans l’immeuble, il ne lui reste plus qu’à gravir quelques escaliers et la décision sera prise, il ne pourra plus revenir en arrière, fuir comme il le fait toujours. Mais putain, qu’est-ce que c’est dur ! Il a l’impression que tout son corps résiste, refuse cette idée, cette conversation qui, il le sait pourtant, ne pourrait que lui faire du bien.

« Et merde… »

Quelques mots lâchés entre ses dents serrés et Ethan se décide enfin à commencer à monter les escaliers. Il le fait tête basse mais d’un pas pressé. Il n’a sans doute jamais gravi de marches aussi rapidement dans sa vie. Ethan n’est clairement pas sportif, Mateo peut en attester, l’entraîner n’est pas facile tous les jours. Mais là, il sait qu’il doit faire vite sinon, il prendra le moindre détail comme un signe lui disant de faire marche arrière et d’abandonner cette idée stupide qui lui est venu sans trop qu’il ne sache pourquoi. Mais le voilà déjà devant la porte de l’immeuble. Il a toqué sans même s’en rendre compte. Soudain, ses jambes commencent à trembler, le temps lui paraît être terriblement long. Il n’y a personne. C’est ça, il doit y avoir personne dans cet appartement, autant repartir… Ethan s’apprête à tourner le dos quand le porte s’ouvre finalement. Cameron est là, dans l’entrebâillement de la porte. Il doit être surpris de le voir. Ethan reste quelques secondes interdit. Il ne sait pas quoi dire. Pourtant, c’est lui qui est venu toquer, c’est à lui d’ouvrir la conversation, non ?

« Euh… Je… Salut… Je te dérange pas ? Je me doute que tu t’attendais pas à me voir là et promis je t’ai pas espionné, c’est Riley qui m’a donné ton adresse. »

Ethan joue nerveusement avec ses pieds, frottant ses baskets contre le sol du couloir. Il se perd dans ses explications, il raconte n’importe quoi. Cameron s’en fiche sans doute de tout ça. Le jeune homme arrête soudainement de parler et se mord les lèvres avec force, il s’en ferait presque saigner. Finalement, il relève enfin la tête vers Cameron.

« Je veux vraiment pas te déranger et je sais moi-même pas trop pourquoi je suis venu vers toi mais… Tu aurais quelques minutes à m’accorder ? »

Ethan a parlé vite. Un peu trop vite même mais c’était le seul moyen pour lui de lâcher tous ces mots, de réussir à avancer enfin et à ne pas partir en courant. Il était terrifié et mal à l’aise mais une part de lui le savait, il avait besoin de cette conversation. Il avait besoin du regard de Cameron.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8365
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo / Ismaelle / Riley



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: Searching for your advice [Cameron]   Lun 5 Nov 2018 - 18:44

Searching for your advice
Ethan & Cameron

■ Mardi 20 Octobre 2015 ■

« Je t'attends pour le film, j'pensais commander chez l'indien sinon … T'es malade, j'remets pas les pieds dehors il fait trop froid … C'est ça, continue de te payer ma gueule, j'te rappelle que le bail est à mon nom. Tu veux r'trouver tes affaires sur le palier ? ET TON PIAF ! Oh putain ton piaf, oui. Peut-être que j'vais malencontreusement le mettre dans le congel. A ce soir Tigresse ! »

Humeur du jour : Bonne. Tellement bonne que je me comporte comme un gamin et prends un plaisir incommensurable à emmerder la frangine. Quand on aime on ne compte pas. Suivant !

« Yo ! Tu dors ? Bah réveille toi. On a une nouvelle commande et t'es prié de passer prendre l'apéro dans la semaine … Attends … Mon dieu, j'raccroche. Vous êtes graves les mecs sérieux ! »

Grimace. On va dire que c'est le karma. J'emmerde ma sœur, mon enfoiré d'associé répond au téléphone alors qu'il n'est pas seul et visiblement relativement ... occupé. Je ne ferais de dessin à personne, je crois que c'est pas la peine. Ravi pour vous de voir que c'est reparti comme en 40, j'ai pas besoin d'avoir le son pour en attester hein, vraiment. C'est pas nécessaire.
Le pire, c'est que ça me fait rire dans le fond. Et grisé par l'ambiance je continue mon marathon téléphone post journée de travail en appelant Heïdi pour lui proposer qu'on se retrouve demain midi pour déjeuner ensemble. Conversation interrompue par quelqu'un qui toque à la porte de l'appartement.

Je l'admets, je ne m'attendais pas à voir ce visage. Je pourrais en dire autant le concernant, la différence étant qu'il est celui qui vient chercher le contact. Fruit du hasard ? J'en doute. Comment est-ce qu'il a eu notre adresse, j'imagine que je ne tarderais pas à le savoir.

« Euh… Je… Salut… Je te dérange pas ? Je me doute que tu t’attendais pas à me voir là et promis je t’ai pas espionné, c’est Riley qui m’a donné ton adresse. »

Je reste impassible, partant du principe que Riley a mon entière confiance et qu'elle n'aurait jamais donné cette adresse à n'importe qui. Pas que je le considère comme étant n'importe qui, je ne lui aurais pas ouvert la porte de l'appart de Jill et Kyle la dernière fois si c'était le cas, mais on s'entend. Je sais le lien qui relie l'ancienne Serpentard au jeune anglais qui se tient devant ma porte d'entrée, de manière éloignée il est, d'une certaine façon, un peu la famille.

« Je veux vraiment pas te déranger et je sais moi-même pas trop pourquoi je suis venu vers toi mais… Tu aurais quelques minutes à m’accorder ? »

Ça n'est pas la curiosité qui me pousse à faire un pas de côté pour l'inviter à passer la porte, même en étant détaché de beaucoup de choses et surtout de beaucoup de gens, quelque part ça me « touche » de le voir aussi nerveux. Suffisamment pour ne pas laisser planer le suspens sur lui, imaginant assez bien l'effort que ça lui coûte pour être là.

« Entre. Tu m'déranges pas t'en fais pas. »

Je lui adresse un signe de tête et un sourire, instinctivement, peut-être pour essayer de le tranquilliser, puis referme la porte derrière lui avant de lui indiquer le salon.

« Tu veux boire un truc ? Installe toi. Café, bière, eau … on a sans doute du thé par là aussi et du jus de fruit si tu préfères. »

J'écoute sa requête et mets en route un café en ce qui me concerne. Je le sens intimidé, comme la dernière fois, mais quelque chose me semble avoir pourtant changé dans le fond de son regard. Pour autant je ne l’oppresse pas, le laisse occuper l'espace dont il a besoin sans l'observer ni l'analyser de manière trop intrusive. C'est lui qui est venu me chercher, s'il a des choses à dire elles devront venir de lui de toute façon.

Je peux néanmoins lui filer un léger coup de pouce.

« Qu'est c'qui t'amène ? »

Je crois que c'est inutile de lui faire remarquer qu'il n'a pas l'air de péter la forme, il doit bien s'en douter.

 
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1149
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: Searching for your advice [Cameron]   Mar 6 Nov 2018 - 9:45

Le calme de Cameron contraste avec l’agitation d’Ethan. Pourtant, c’est l’aîné qui est pris par surprise, dérangé alors qu’il était tranquillement chez lui par un intru, un visage qu’il ne connait au final que peu. Il devrait avoir le monopole de la surprise. Mais non. Avec Ethan, rien ne marche dans cet ordre. Le jeune homme s’embrouille dans ses mots mais parvient tout de même à donner une explication, approximative, de sa présence. Il a envie de lui parler, cela parait évident, mais donner les raisons détaillées, comme ça, sur le pas de la porte, c’est au-dessus de ses forces, déjà qu’il a du mal à regarder Cameron en face… Pourquoi est-ce qu’il est venu ici ? Pourquoi venir chercher cette conversation alors que cela lui semble si pénible ? Si difficile ? Il a bien du mal à trouver la réponse en cet instant mais alors que son vis-à-vis lui propose d’entrer, ses jambes semblent décider à sa place. Il fait quelques pas dans l’appartement et s’avance dans le salon. Comme pour s’occuper les mains, Ethan déroule son écharpe et la garde dans la main. Cameron de son côté, toujours aussi décontracté lui propose une boisson tout en l’invitant à s’installer.

« Du thé c’est bien… Mais euh t’embête pas non plus. De l’eau sinon. L’eau c’est bien… »

La voix d’Ethan se perd. Il toussote. Il est ridicule, il en a bien conscience. Dans un soupir, le jeune homme s’assoit sur le canapé, les fesses bien au bord. Comme s’il pouvait partir à tout moment, comme s’il craignait d’abîmer quelque chose. L’odeur du café de Cameron commence à se diffuser dans la pièce. Elle a quelque chose de rassurant pour Ethan, c’est l’odeur qu’il sent le matin quand il se réveille et que ses parents se prépare avant le travail. L’odeur du café qu’ils font couler et qu’ils partagent ensuite autour de la table, le regard endormi mais toujours plein de tendresse. Ethan pose son écharpe à côté de lui sur le canapé avant de relever la tête vers Cameron qui a repris la parole. Il cherche à le mettre à l’aise, à l’aider à parler. Ethan en a conscience et il sait aussi que maintenant c’est à lui de jouer. Étrangement, cela lui paraissait bien plus facile dans sa tête.

« J’avais besoin d’un éclairage extérieur… »

Le regard d’Ethan est rivé sur le sol. A force, il pourrait écrire une petite anthologie des différents sols d’habitations, il est assez expert en la matière. Un mince soupir. Il ne peut pas se contenter de ça. Il n’a pas fait tout ce chemin, tous ces progrès pour ensuite se dégonfler. Il s’était promis que ça ne se passerait plus comme ça, qu’il allait arrêter de simplement faire machine à arrière quand il ne se sentait pas suffisamment à l’aise. D’autant que là, il le sentait bien, s’il continuait à garder tout ça pour lui, il allait finir par perdre la tête. La culpabilité le rongeait et il fallait que ça sorte, qu’il en parle. Mais comment dire à ses parents qu’il se sentait mal d’être sorti de l’enfer ? Comment dire à Charleen qu’il se demandait parfois s’il n’avait pas eu tord de partir de la sorte ? Comment parler de tout ça sans faire de mal à personne…

« Je sais que ça peut paraître bizarre que je vienne te voir, après tout on se connait pas plus que ça mais… Je peux pas en parler aux autres, c’est pas possible. J’ai peur de leur faire du mal, qu’ils ne comprennent pas ce que je veux dire et que ça dérape… Et j’ai vraiment pas envie que ça se passe comme ça. »

Cette fois, les mots s’enchaînent. Parce que quelque part, Ethan le sait, il gagne du temps. Il tourne autour du pot, il évite encore de nommer les choses. Sans doute le temps de trouver du courage, sans doute le temps de débrancher son cerveau et de l’empêcher de le faire taire en compliquant tout… Les yeux d’Ethan se ferment quelques secondes. Quand il les rouvre, il se tourne vers Cameron. Ses yeux sont presque tremblants mais au moins, ils ne fixent plus le sol comme si c’était la seule et unique chose qui se trouvait dans cette pièce.

« Je me sens coupable. D’être sorti alors que d’autres sont encore là-bas, d’aller aussi bien, d’avoir tout retrouvé comme par enchantement alors que les autres… Alors que les autres sont encore en danger. »

Sa famille, sa petite-amie, sa liberté. Tout était revenu très vite, avec une simplicité presque déconcertante. Tout était revenu alors que d’autres se demandaient encore s’ils allaient survivre longtemps dans l’école. Et il aurait pu peut-être en aider certains, il aurait pu en tout cas, ne pas partir sans se retourner…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8365
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo / Ismaelle / Riley



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: Searching for your advice [Cameron]   Sam 10 Nov 2018 - 19:36

Caméléon. Une seconde je menace ma petite sœur de mettre son oiseau dans le congélateur, la suivante je retrouve une attitude calme, posée, tranquille, face à un gamin qui, je le sais, à du faire un effort monstrueux pour venir jusqu'à moi.

« J’avais besoin d’un éclairage extérieur… »

Il est là, réservé, à peine installé sur le canapé tandis que je gère la logistique dans la cuisine ouverte sur le séjour. Cet appart n'est pas un palace, il est simplement à notre image et je sais qu'Ems s'y sent aussi bien que moi. C'est un de ses sachets de thé que je lui vole, justement, à la frangine, pour l'offrir à Ethan. Je sais qu'elle ne m'en voudra pas.
Le café coule tranquillement dans ma tasse, l'eau boue dans la bouilloire, je le regarde en restant adossé à l'évier, mains dans les poches et sans expression particulière sur le visage. Il ne me regarde pas, le sol a l'air faussement bien plus intéressant que moi et encore une fois je patiente, lui laisse le temps de rassembler ses esprits et trouver l'élan qui lui permettra de poursuivre ce début d'explication. J'ai pas vraiment idée de ce qui peut se passer dans sa tête, je ne m'attends à rien de spécial ni n'appréhende. Son silence me laisse le temps de remplir une deuxième tasse d'eau chaude pour le rejoindre finalement et lui tendre le thé brulant que je viens de « faire » pour lui. Je prends place dans le fauteuil légèrement sur le côté, mon café entre les mains. Le fait de m'avoir clairement dans son champ de vision l'incitera peut-être à parler, à se lancer.

« Je sais que ça peut paraître bizarre que je vienne te voir, après tout on se connait pas plus que ça mais… Je peux pas en parler aux autres, c’est pas possible. J’ai peur de leur faire du mal, qu’ils ne comprennent pas ce que je veux dire et que ça dérape… Et j’ai vraiment pas envie que ça se passe comme ça. »

Le mystère plane, reste entier, je ne comprends pas où il veut en venir. Je constate juste à quel point c'est difficile pour lui d'aborder le sujet, sujet qu'il ne peut ou ne veut apparemment pas aborder avec ses proches. J'imagine que j'y verrais plus clair une fois que lui l'aura été. Le regard que je croise transpire la détresse, je n'irais pas jusqu'à dire qu'il me fait de la peine mais ne rien ressentir face à ça, je n'en suis pas à ce stade de détachement.

« Je me sens coupable. D’être sorti alors que d’autres sont encore là-bas, d’aller aussi bien, d’avoir tout retrouvé comme par enchantement alors que les autres… Alors que les autres sont encore en danger. »

Là-bas. Poudlard. Les connexions se font. J'aurais sans doute du y penser immédiatement, le fait qu'il y ait été coincé ne m'est pas étranger mais il faut croire que le trait que j'ai tiré sur cette école est désormais définitif. La page est tournée, je ne me sens plus vraiment concerné par tout ça et ce sans culpabiliser. Visiblement, ça n'est pas son cas. Je ne ressens pas les choses comme ça mais je peux le comprendre, comprendre pourquoi il a ce syndrome du survivant qui lui colle visiblement à la peau.
Je ne suis pas psy, pas non plus adepte des phrases toutes faites. Je reste silencieux quelques secondes, plus pour lui que pour moi je crois, pour qu'il digère les mots qu'il vient de lâcher. On dit parfois qu'une fois les vannes ouvertes c'est déjà la moitié du chemin de fait, je crois que j'ai tendance à adhérer à cette idée. Que lui dire ? Qu'il a raison de sentir coupable ? Au contraire, qu'il a tort ? Je ne crois pas qu'il s'agisse de ça, de l'un ou de l'autre.

« Si tu l'as fait c'est que ton instinct t'a dicté de le faire. Dans ces moments-là on ne réfléchit pas, on agit. »

Je n'y étais pas, je ne sais pas comment ça c'est passé et je n'irais pas demandé de compte à qui que ce soit, pas même à Margo. Je peux néanmoins imaginer, visualiser la façon dont j'aurais moi-même réagit si je m'étais retrouvé dans cette situation. J'aurais foutu le camp et je n'ai pas peur de le dire. J'aurais foutu le camp si les miens étaient dehors, ou déjà sortis. Ce qu'il en est pour lui ? Aucune idée.

« Tu vas probablement la balader un moment cette culpabilité, sans doute jusqu'à ce que tout ça soit terminé, et il n'y a rien que personne ne puisse dire ou faire pour changer ça. »

Ce sont juste les faits. Peut-être que le temps fera vaciller les choses imperceptiblement mais quand une chose comme ça est ancrée en soi, ça n'efface pas sans un réel changement. Quand on vit au jour le jour c'est beaucoup moins compliqué j'imagine. Certes ma vie a changé, je construis des choses, j'ai des projets, mais je ne me sors jamais de l'esprit que tout peut s'arrêter du jour au lendemain. Et ça ne me fait pas peur. Question de passif, de caractère, d'éducation aussi peut-être. D'entourage, pour le moins.

« Tu te sens l'âme d'un soldat ? Moi pas. Retourner là-bas ou y rester ça ne servirait à rien si ce n'est leur donner l'occasion de faire une victime de plus. T'es dehors, avec tes proches, essaies d'en profiter autant que tu le peux. »

Je ne dis pas ça pour lui faire la morale, c'est clairement pas mon genre. Peut-être que c'est brutal, cru, mais c'est comme ça que je vois les choses et j'ai pas pour habitude de les enjoliver.

« Pour ce que ça vaut, j'pense que ta réaction est relativement saine. »

Pas que la mienne ne le soit pas, on est juste pas fait pareil c'est tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1149
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: Searching for your advice [Cameron]   Lun 12 Nov 2018 - 15:44

Le calme de Cameron lui fait du bien. Il ne le force pas à s’exprimer, il ne se perd pas en paroles inutiles pour meubler le silence. Il attend calmement. Il ne cherche pas à réconforter Ethan à chaque fois qu’il cède à la panique et à ses vieux démons concernant les conventions sociales. Cameron prend les choses avec simplicité et recul ce qui aide Ethan à garder le contrôle sur la situation. Il est trop perturbé pour analyser cela pour le moment mais il s’en rendra compte bien assez tôt et se devra de le remercier rien que pour ça. Pour cette sérénité qu’il arrive un peu à lui transmettre. Le Serdaigle attrape l’anse de la tasse qu’il lui tend. Le thé fume à l’intérieur, il doit être encore brûlant. Ethan en boit tellement souvent que cela ne le dérange pas. Cela fait partie du plaisir aussi, attendre que la boisson refroidisse autant qu’on a attendu que l’eau boue enfin. De temps en temps, il vient poser son autre main sur la tasse, juste pour voir. Mais c’est encore bien trop chaud pour qu’il puisse boire. Il garde donc la tasse à la main. De toute façon, il faut que les mots sortent avant qu’il ne puisse boire quoi que ce soit. Sa gorge est nouée.

Les mots sont sortis avec plus de facilité qu’Ethan l’aurait pensé. Maintenant que c’est dit cependant, il sent l’angoisse monter en lui. Et si Cameron se mettait à rire ? S’il lui disait qu’il était ridicule ? Il y avait bien peu de chances qu’il réagisse ainsi et c’était bien pour ça qu’Ethan était venu le voir lui en particulier. Pourtant, pourtant la peur est toujours là, nichée quelque part au creux de ses entrailles. Un léger silence s’installe entre eux. Ethan lance des regards timides vers son aîné. Il ne semble pas désarçonné ou perdu. Il prend son temps, simplement et le Serdaigle essaye de profiter de ces quelques instants de répits pour reprendre le contrôle sur lui-même. Respirer. Se rappeler à la réalité en glissant ses doigts sur la tasse brûlante. Tout va bien, il contrôle encore.

La voix de Cameron se fait entendre. Les mots sont simples, ils ne sont pas enrobés, ils disent les choses. L’instinct… Ethan avait longtemps pensé en être dépourvu, lui qui était si cérébral, qui passait son temps à réfléchir à tout avant d’agir. Pourtant, il se reconnaissait dans ce que Cameron disait. Au moment où on lui avait parlé de la brèche, de la possibilité de s’enfuir tout avait changé dans son esprit. Et il n’y avait plus que cette petite voix au fond de lui qui lui disait de courir. Ethan baisse le regard vers sa tasse de thé alors que Cameron lui dit que la culpabilité ne le quittera pas tout de suite. Il grimace. Il ne doute pas des paroles de son aîné et c’est sans doute cette certitude qui le fait grimacer. Pourtant, l’absence de pommade dans les paroles de Cameron ne lui déplaît pas. Il avait besoin de ça aussi, de sincérité, d’objectivité. Le jeune homme enchaîne cette fois un peu plus rassurant sans pour autant quitter cette franchise qui semble le catégoriser. Non, Ethan n’était pas un guerrier, un soldat, un garçon prêt à mourir sur un champ de bataille. Il n’était qu’un adolescent maladroit, perdu et au cerveau bien trop actif. Il lève alors sa tasse et souffle doucement sur la surface. Le thé est encore bien trop chaud pour qu’il puisse envisager le boire. Il décide alors de poser un peu la tasse sur la table basse qui lui fait face.

« Le truc c’est que… Je suis parti sans me retourner. »

La voix d’Ethan a légèrement baissé. Il regarde sa tasse, il recommence à jouer nerveusement avec ses doigts. Il n’aurait sans doute pas pu rester là-bas. Renoncer à la liberté aurait été idiot, autant pour lui que pour ses proches. Mais au fond, il sent que ce n’est pas ça qui le dévore. C’est ce regard qu’il n’a pas eu. Ce réflexe qu’il n’a absolument pas assimilé. Il n’a pas cherché à savoir où était Jordane. Il n’a même pas pris la peine de jeter un regard ou un sort pour aider Cody qui au final, n’était pas si loin de lui que ça… Il était parti en ne pensant qu’à lui.

« Je… L’amitié c’est pas ma spécialité et on peut pas dire que je collectionnais les proches là-bas… Mais les rares amis que j’ai… Ceux qui m’ont accepté malgré tout. Même pour eux, j’ai rien fait. »

Ethan se sentait d’autant plus coupable. Comme s’il était redevables, comme si ceux qui avaient osé briser sa coquille et s’approcher de lui méritaient un prix spécial et ne pouvaient en aucun cas être laissés derrière. Comme s’il était le pire des monstres : emmerder des gens avec sa personne, les faire galérer pour s’approcher de lui et ensuite disparaître, sans même leur tendre la main… Ethan attrape sa tasse et boit une toute petite gorgée, du bout des lèvres. Encore très chaud. Il repose la tasse.

« Je me suis jamais senti aussi égoïste. »

Pas comme quand il ne pensait qu’à sa bulle parce que le reste du monde lui paraissait inaccessible. Non, ça n’avait rien à voir. Cette fois, il avait l’impression d’avoir volontairement craché au visage d’un monde qui pourtant, lui avait tendu les bras.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Searching for your advice [Cameron]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Searching for your advice [Cameron]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [M] Cameron Dallas ∞ friends, or more?
» Alone for a while I've been searching through the dark ...
» (M) Cameron Monaghan, Frère Jumeau
» Kisa Amaral di ...
» Cameron and Obama: Why are you supporting Al-Qaeda?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Londres :: Nord de Londres :: ─ Bloomsbury. :: • Logements :: Logement de Emily Anthon & Cameron S. Cassidy-
Sauter vers: