AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I need you to keep quiet [William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 2218
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : /
Double Compte : Emily / Ethan / Zachary / Aiyana / Bethany



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: I need you to keep quiet [William]   Lun 29 Oct 2018 - 16:24

~Samedi 24 octobre – Dans la soirée ~

Assis sur un banc, au bord de la rue, Caem observe les gens passer avec un sourire distant. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il trouve qu’il y a beaucoup d’adultes dans le cortège. Certes, les zombies peuvent faire peur aux enfants mais apparemment, Halloween ne leur est réservé. En même temps, ce n’est pas une surprise, il a bien vu comme son frère et sa sœur tenait à passer cette fête avec lui. Déguisements, tournée du voisinage pour des bonbons et films qui font un peu peur mais pas trop… Tout est prévu et Caem a accepté bien sûr. Il a besoin de son indépendance, d’être dans sa bulle, de se retrouver seul face à lui-même un peu mais il ne pouvait pas refuser ça aux gosses. Son père a été heureux d’apprendre qu’il passerait ce moment avec eux. Comme ça tout le monde est content. C’est bien sûr à cela que Caem pense en regardant les gens rire et imiter les zombies. Pourtant, pourtant il n’arrive pas à avoir le cœur léger, à se laisser prendre par l’ambiance. Son sourire s’affaisse sans qu’il le veuille et quand une famille lui demande de se décaler pour leur faire un peu de place sur le banc, il leur faut plusieurs tentatives pour se faire entendre. Il s’excuse platement avant de se glisser jusqu’au bout. Ils le remercient. Il leur adresse un sourire vague et replonge son regard sur le cortège. Quelques minutes seulement. Il n’arrive pas à tenir en place, ça tourne trop vite dans sa tête. Alors Caem se lève et décide de marcher à son tour, s’éloignant un peu des festivités.

Les mains dans les poches, Caem déambule dans les rues, sans but précis. Il évite de croiser les regards de ceux qui se promènent en même temps que lui. A vrai dire, il y a un visage qui occupe ses pensées ces derniers jours. Un visage dont il a du mal à se défaire. Celui de Killian. Cela fait deux jours maintenant. Deux jours qu’il a mis un terme à leur relation et il y repense encore à chaque instant. Pourtant, c’est lui qui a pris la décision, c’est lui qui a tout arrêté et qui a causé cette peine. Il ne veut pas repartir en arrière, il sait qu’il a fait le bon choix mais ça lui fait un mal de chien. Il l’aime toujours, c’est un fait. Il l’aimera toujours, il le sait. Mais ce n’était plus possible. Il n’y arrivait plus. Fatigué, perdu, Caem avait besoin de prendre ses distances, d’arrêter cette histoire parce qu’il n’avait plus la force de la porter. Killian n’avait pas compris et comment aurait-elle pu ? C’était si soudain… Pourtant Caem n’avait pas flanché. Un truc s’était éteint en lui et il ne pouvait plus partager sa vie avec Killian dans cet état. Ce n’était pas comme la dernière fois. C’était plus réfléchi. C’était ce qu’il devait faire. Mais ça lui serrait encore le cœur.

Caem s’arrêta de marcher quelques secondes. Il avait le souffle presque court et cela n’avait rien à voir avec un quelconque effort physique. Ses yeux le brûlaient mais non, il n’allait pas pleurer au milieu de cette rue. Respirer, se reprendre… Caem n’avait parlé de cette rupture à personne. Il savait bien que ça finirait par se savoir. Killian était amie avec Enzo et le sujet viendrait sûrement un jour. Kezabel aussi finirait par l’apprendre. Et Mateo avait deux sources pouvant l’informer si les deux précédents l’apprenaient. Bref, ce ne serait pas un secret longtemps. Pourtant… Pourtant il n’avait pas envie d’en parler. Ce n’était pas le moment. Peut-être était-ce aussi un moyen pour lui de rendre cela moins réel. Difficile à dire.

Caem s’adosse contre un mur, les gens passent tout sourire. Il n’est pas encore très loin du trajet du cortège alors l’ambiance d’Halloween règne encore. Son téléphone vibre dans sa poche, il le sort et voit le nom de son père s’afficher. Il n’a pas envie de parler. Pas maintenant et pourtant, il sait que s’il ne le fait pas, il va s’inquiéter, l’appeler encore et encore… Il n’a pas le choix. Caem décroche après s’être éclairci la voix. L’agitation dans la rue lui donne une bonne raison pour ne pas parler longtemps. Son père comprend mais il a une question. Pour Halloween… Est-ce que Killian sera présente ? Le russe inspire, prend quelques secondes.

« Non papa, elle ne sera pas là. C’est fini entre nous. »

Caem a levé les yeux au ciel au moment de dire ça, il a parlé un peu fort, sous le coup de l’agacement. Il avait cherché à éviter de dire les choses mais son père avait insisté encore et encore… Alors il avait lâché les mots avec force. Et alors que son regard redescend sur la rue, il croise des yeux qu’il connait.

« Je te rappelle. »

Caem raccroche et fait un pas en avant. Là, juste devant lui se trouve William. William avec qui la relation est toujours aussi complexe bien qu’en apparence, ils soient toujours corrects l’un envers l’autre. William qui surtout, a entendu ce qu’il venait de dire et pourrait très bien aller le raconter immédiatement à Enzo. Et ça…. Caem n’était pas encore prêt.

« Je suppose que t’as tout entendu ? »

Le ton n’est pas agressif, plutôt las. William n’y est pour rien mais Caem sait que ce qui va suivre risque de ne pas lui plaire. Il aimerait pouvoir disparaître là maintenant et surtout, faire taire ces gens déguisés en zombie qui ne cessent d’imiter des grognements. Il a l’impression qu’ils résonnent dans sa tête avec violence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1446
Date d'inscription : 14/01/2015
Crédits : Avatar + Signature : Me
Double Compte : Kezabel & Charleen & Mateo & Ora & Dimitri & James & Leiv & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3081-william-liam-c-jackson
MessageSujet: Re: I need you to keep quiet [William]   Lun 12 Nov 2018 - 18:43

I need you to keep quiet
Caem & Will



■ Samedi 24 Octobre 2015 ▬ Tôt le matin ■

Mes doigts parcourent la peau nu de son dos, dessinant chaque muscle, forme d’articulation, d’os. J’aime le dessiner quand il dort comme ça, comme un bien heureux. Comme un gros bébé qui joue les mecs trop durs mais qui, une fois les paupières closes, est un vrai marshmallow qui parait quelques années de moins.
Mes phalanges sont vites suivit de baisers déposés, de légers impacts, ici et là. Sa colonne vertébrale, son omoplate et sa nuque. Je ne sais pas quelle heure il est et je n’y prenne pas attention, bien trop concentré sur l’homme que j’aime et qui dort à mes côtés. Je ne me lasserais jamais de ce genre de moment de plénitude, tranquille, apaisé. Bien loin de tout ce que l’on a vécu ces derniers temps et putain, ça fait un bien fou que de devoir mettre sur pause l’espace d’une soirée ou d’une nuit. De se retrouver, tout simplement. Il m’a manqué, plus que je ne saurais l’exprimer.

- Je sais que tu fais semblant de dormir juste pour avoir un peu plus de ça.

Et son sourire est là. Comme si je ne te connaissais pas, arnaqueur. Il entrouvre un œil, son bras se déroule pour m’attirer à lui et je n’omets aucune résistance, profitant de la chaleur incandescente de sa peau. J’inspire en douceur le parfum de cette dernière, imprégnée de son gel douche et je ne peux empêcher mes lèvres d’effleurer son torse, son cou, dans de long geste tendre et de plus en plus lascif, je l’admets. Parce que ce type à le don d’éveiller mes hormones en un clin d’œil et ça n’en finit jamais. Mais là encore, on s’accorde plutôt bien puisqu’il a visiblement le même appétit que moi.
A en juger par sa main qui s’égare dans le bras de mon dos, puis sur mes hanches.
Je souris contre son cou, en mordille la peau et vient jusqu’à son oreille où je lui murmure :

- Je crois que c’est l’heure du p’tit dej’.

Il n’y a pas d’heure pour manger, c’est ce que j’ai toujours dis.

■ Samedi 24 Octobre 2015 ▬ Soirée■

- Ils sont dans le centre ville si tu veux !
- Ouais, j’vais voir pour les rejoindre. J’vais peut-être en profiter pour faire un tour des boutiques.
- Depuis quand tu aimes ça Will’ ?
- Depuis que Noël arrive dans seulement deux mois.

Kristen rit certainement de ma prévoyance. C’est juste que j’ai pas envie de galérer mille ans à la dernière minute pour aller chercher dans des boutiques BLINDEES de monde. Comme ça, ça sera fait et ça m’fait penser que j’ai tout intérêt d’innover en terme de cachette si j’ai pas envie que Macy vienne fouiner comme elle le fait chaque année.
Je salut Kristen et retrouve l’air frais – trop frais, putain de bordel – de Londres pour rejoindre le Centre Ville. Emmitouflé dans un écharpe et un manteau – j’suis frileux -, j’avance à pas tranquille au travers les rues, exploitant d’abord les magasins … Sauf que j’avais pas prévu le facteur « zombie walk » et ambiance halloween qui parcoure actuellement les rues. En soit, ça m’fait sourire mais maintenant j’peux être certain que j’vais galérer comme un chien pour retrouver mes potes.
J’suis encore loin du cortège qui semble s’animer et je prends des rues moins pleines, plus à l’écart pour me perdre dans de plus petites boutiques qui passent inaperçus, faisant deux ou trois achats pour mes parents en premier lieu. Je marche quelques pas, me rapproche de la rue bondée mais une silhouette attire mon attention. Là, à même pas deux mètres. Et cette silhouette, je la connais.
J’dis pas que ça me porte un coup au bide mais presque. Dire que j’aime pas ce mec serait dur, peut-être injuste. Mais désolé de pas être totalement d’accord avec le fait qu’il ait roulé une grosse pelle à mon mec. Ca m’reste au travers de la gorge, allez savoir pourquoi hein

- Non papa, elle ne sera pas là. C’est fini entre nous.

Et j’arrive évidemment pile au moment qu’il ne faut pas, à en juger parce qu’il crache avec agacement.
Célibataire, donc ?
Nos regards se croisent et j’me rends compte que j’ai totalement freezé.

- Je te rappelle. Je suppose que t’as tout entendu ?
- T’étais pas non plus vraiment discret.

Je sors mon paquet de clope de la poche de mon manteau et m’en cale une entre les lèvres. Je m’offusque pas du ton qu’il emploi mais je reste malgré tout sur ma réserve et fait preuve de cet éternellement détachement et tranquillité qui me caractérise si bien.
Malgré l’amertume qui flotte chez moi.

- Ca fait longtemps que t’es plus avec ?

Parce qu’au dernière nouvelle il était avec une dénommé Killian.
Mon regard se plante dans celui de Caem, avec qui la relation n’a jamais été très … disons chaleureuse. J’dis pas qu’on se crache à la gueule, qu’on se déteste, tout à toujours été très cordiales. Mais j’peux pas le nier que quelque chose plane à chaque fois et c’est principalement à cause de ce qu’il s’est passé entre lui et Enzo. J’suis pas de nature extrêmement jalouse mais j’apprécie moyen cet élan, que ça soit pour rire ou non.
BREF, c’est pas tellement le sujet .

- Tu m’diras ça me regarde pas, t’es pas forcé d’en parler.

J’dis pas ça d’un ton froid, juste factuel. J’veux pas non plus le forcer à la confidence, bien conscient que c’est pas toujours le genre de sujet avec lequel on est à l’aise.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2218
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : /
Double Compte : Emily / Ethan / Zachary / Aiyana / Bethany



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: I need you to keep quiet [William]   Mar 13 Nov 2018 - 10:52

Il n’avait pas envie d’en parler. Caem n’était pas du genre à s’épancher sur ses sentiments, il faisait parfois des exceptions, quand il le sentait, quand il en avait envie mais toujours avec des personnes bien choisies. Alors que la rupture était encore très proche, le russe était dans une phase où il n’avait pas du tout envie de s’étendre sur le sujet. Il avait déjà bien assez de travail pour gérer la situation seul, pas besoin d’impliquer d’autres personnes dans ses errances amoureuses. Mais voilà, il y avait des explications à donner, des choses à expliquer. Killian et lui, cela durait depuis si longtemps qu’il ne pouvait prétendre que c’était normal qu’elle ne soit pas avec lui, qu’elle ne l’accompagne pas dîner chez sa famille comme cela était initialement prévu. Alors Caem n’avait pas eu d’autre choix que de dire la vérité à son père. Il avait tâché d’être clair et bref, comme lorsqu’on arrache un pansement. Il espérait aussi sincèrement que son père comprendrait qu’il n’avait pas envie d’en discuter toute la nuit et passerait à autre chose par décence tout du moins. Il n’eut même pas besoin de le faire puisque ce fut Caem qui coupa court à la conversation en raccrochant. Quelque part, ça l’arrangeait. Mais seulement en partie puisque cette interruption soudaine était liée à une présence non désirée. Celle de William qui n’avait bien entendu rien perdu de sa petite révélation à son père. Avec ce flegme qui semblait tant le caractériser, William fit remarquer à Caem que ce dernier n’avait pas été non plus des plus discrets. Le russe se contenta de soupirer. Il ne s’attendait pas vraiment à ce qu’une personne connue traîne dans le coin mais ce n’était pas la peine d’argumenter. Ses rapports avec le petit copain d’Enzo étaient déjà assez tendus comme ça, pas la peine de chipoter sur de pareils détails.

William attrape une cigarette et Caem le regarde faire en silence. Il y a une tension étrange entre eux et il doit bien avouer que ça le perturbe chaque fois. Le jeune homme ne fuit cependant pas, il entame la conversation à sa manière, lui demandant depuis quand il n’est plus avec Killian. Caem ne lui en veut pas de poser la question, il aurait sans doute faire pareil ou du moins, cela paraît très naturel et humain comme réaction. L’américain s’empresse cependant de dire qu’il n’était pas obligé de répondre. Un mince sourire se dessina sur le visage du russe. Non, il n’était pas obligé c’était certain.

« Ça fait deux jours. Mais ne t’en fais pas, je vais pas me m’épancher ou me mettre à pleurer dans tes bras. De toute façon, je suis pas sûr que t’ais très envie que je te raconte mes déboires amoureux. »

Encore une fois, Caem n’est pas agressif ou mauvais envers William. Mais le fait que le courant ait du mal à passer entre eux n’est un secret pour personne et certainement pas pour les deux principaux intéressés. Alors oui, le russe en joue quelque part, à sa manière. Il ne veut pas créer de conflits, de bagarre entre les deux. Il cherche simplement… A ouvrir le dialogue, à sa manière. Sa rupture avec Killian le pèse et il veut juste oublier, quelques instants. Et tant que William est là, autant essayer de renouer un peu le contact avec lui. Parce que oui, Caem est vraiment dérangé par cette situation, il en a assez d’avoir l’impression qu’Enzo est coincé entre eux d’eux même s’ils font tout l’un comme l’autre pour que l’Australien ne ressente pas ça.

« Y’a un peu trop de monde dans le coin, c’est un peu oppressant. Aller se poser dans un coin plus tranquille pour fumer ça te tente ? »

Et en parlant de fumer, Caem ne parlait pas de cigarettes, soyons clair. Alors qu’il se détachait de l’alcool, le jeune homme avait découvert l’herbe et y avait trouvé un certain plaisir. Depuis, il lui arrivait de s’accorder un petit pétard de temps en temps, principalement pour faire la fête. Or là, il en avait bien envie pour se détendre. D’une vodka aussi mais ça, clairement, il ne pouvait pas l’avoir en présence de William. Non il ne buvait plus. Plus du tout. Du moins, aux yeux de tout le monde. Mais l’herbe c’était différent d’autant qu’il savait que le copain d’Enzo appréciait ce genre de choses. Caem aurait bien sûr préféré aller fumer tout seul chez lui et en même temps, il avait envie de tirer un truc positif de cette journée. Il en avait besoin en réalité, de ne pas rester sur ce tableau sombre, sur la douleur de cette rupture qui ne semblait pas vouloir s’éteindre.

« Aucune obligation mais je me dis qu’on pourrait essayer de discuter un peu. Juste essayer. »

Léger sourire du côté de Caem. Il devait bien avouer qu’une tonne de conneries lui était passé par la tête. De parler du fait qu’il pouvait aussi l’inviter chez lui ou que non, il n’allait pas en profiter pour lui sauter dessus… Mais il s’était retenu. Déjà parce qu’il n’était pas dans la meilleure humeur qu’il ait connu mais surtout parce qu’il avait compris que William n’avait pas particulièrement apprécié sa petite blague avec Enzo. Ce baiser débile qu’il avait juste donné à son meilleur ami pour rire un coup. C’était très mal passé. Alors en présence de William, le russe se forçait à éviter toute blague de ce registre même si parfois, c’était sacrément tentant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1446
Date d'inscription : 14/01/2015
Crédits : Avatar + Signature : Me
Double Compte : Kezabel & Charleen & Mateo & Ora & Dimitri & James & Leiv & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3081-william-liam-c-jackson
MessageSujet: Re: I need you to keep quiet [William]   Ven 7 Déc 2018 - 16:53

I need you to keep quiet
Caem & Will



– Ça fait deux jours. Mais ne t’en fais pas, je vais pas me m’épancher ou me mettre à pleurer dans tes bras. De toute façon, je suis pas sûr que t’ais très envie que je te raconte mes déboires amoureux.

Je lève les mains, sourire en coin.

- J’ai rien dis, libre à toi de faire c’que tu veux. J’me sentirais pas obligé d’écouter.

Aucune animosité dans ma voix, juste un constat. J’emprunte le même ton que lui et fais preuve d’une certaine franchise qui, parfois, peut déplaire. Mais là encore, c’est pas comme si je m’en souciais. C’est pas que j’aime pas ce type, il n’a rien de méchant. Loin de là. J’aime juste pas le fait qu’il ait rouler une pelle à mon mec sans pression, sous prétexte que c’était un jeu. Personnellement, ça m’a pas fait rire.

- Mais désolé pour toi et ton ex.

Parce que bon, j’suis pas le dernier des bâtards quand même. Je ne sais pas depuis combien de temps ils étaient ensembles mais de ce que j’ai cru comprendre, c’était le grand amour. Après, ce genre de sentiments, ça va et ça vient. C’est étrange, assez mystique quand on y pense mais il y a pleins d’éléments à prendre en compte dans ce genre de cas. Comme dans plein d’autre.
Je reste là, nonchalant, sans attendre quoi que ce soit et j’me dis même que le plus simple serait de le saluer pour continuer à chercher les filles. Mais quand j’vois le monde autour … Ca va m’prendre mille an.

- Y’a un peu trop de monde dans le coin, c’est un peu oppressant. Aller se poser dans un coin plus tranquille pour fumer ça te tente ? Aucune obligation mais je me dis qu’on pourrait essayer de discuter un peu. Juste essayer.

J’arque un sourcil, clope au bec avant d’afficher un léger sourire. C’est dingue comme les gens utilisent des intonations différentes lorsqu’il s’agit d’herbe. Moi-même j’suis pas sûre de prononcer le mot « fumer » de la même façon quand j’parle de clope ou de joint.
J’sais pas s’il cherche à partager le calumet de la paix ou tout autre chose mais … Pourquoi pas ? Pas pour lui ou pour discuter, mais pour tirer quelques lattes sur de la beuh, histoire de détendre un peu tout ça. J’sais bien que j’ai aucune obligation et que, dans tous les cas, j’ferais bien ce que je veux, quand je veux mais j’comprend ce qu’il cherche à dire. Il voit la simple opportunité pour discuter, ouvrir le dialogue, chose qui n’est pas arrivé depuis ce fameux baiser.
Je ne suis pas du genre très rancunier mais allez savoir pourquoi ici, ça ne passe pas. Très peu même. Que ça soit de la part d’un mec ou d’une nana, l’effet est le même. Bien plus que de voir que ça vient d’un des meilleurs potes de mon mec qui se trouve en plus de ça célibataire.

- Ok, ça m’va. J’te laisse jouer le guide.

Il a peut-être un coin précis en tête ou j’en sais rien mais je le laisse faire et me laisse porter. Mains dans les poches de mon jean et bien emmitouflé dans mon manteau – c’est qu’il commence à sérieusement cailler par-ici -, je le suis d’une démarche tranquille, finissant ma cigarette sur le chemin.  

- Si c’est une manière pour me bloquer dans une ruelle et m’couper la bite, c’est bien joué. J’refuse trop rarement un joint.

Toujours le sourire aux lèvres, je n’en perds pas mon humour sublime et délicat, comme il pourra le constater. C’est peut-être ma manière à moi de rendre le moment plus détendu et plus simple. Caem apprendra vite que la pudeur et moi, ça fait trente.
J’me suis toujours dis que sur les 1000 personnes qui sortent ce genre de blague, la probabilité voudrait qu’il y en ait au moins un qui ait raison… j’espère que ça sera pas moi.

- Mais s’il te plait, la jette pas ou fais en au moins un moulage, ça vaudra peut-être de l’or plus tard.

J’suis content de mes conneries, le pire étant peut-être que j’balance toujours tout ça avec le sourire.

- Là, ça peut-être pas mal.

Je désigne une sorte de petit recoin, avec deux bancs et à carré d’herbe, carrément à l’écart des rues les plus fréquentées. Et vu que tout le monde semble être occupé avec les animations du jour, on a des chances pour avoir quelques minutes tranquille, au moins pour fumer sans se faire emmerder.

- T’as ce qu’il faut ?
 

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2218
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : /
Double Compte : Emily / Ethan / Zachary / Aiyana / Bethany



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: I need you to keep quiet [William]   Lun 10 Déc 2018 - 14:20

Au moins, William ne faisait pas le focus avec lui, c’était le moins qu’on pouvait dire. Le jeune home lâchait les mots avec une manière abrupte, cinglante mais aussi si sincère qu’on avait bien du mal à y voir une attaque quelconque. William ne se sentirait pas obligé de l’écouter pleurnicher, c’était son droit en même temps. Est-ce que Caem s’attendait à une autre réponse ? Pas nécessairement. Il voyait cependant ce qui le différenciait du jeune homme et non ce n’était pas un reproche, un simple constat. William lui adressa tout de même un mot sur sa rupture et Caem se contenta de chasser cela d’un revers de la main. C’était fait et il n’allait pas s’épancher là-dessus avec quelqu’un qui n’en avait rien à cirer. Le russe était déjà assez désolé de la situation lui-même. Il décida donc de passer à autre chose et de profiter de ce coup du destin pour tenter de renouer le dialogue avec William. Si avec certaines personnes, comme Derek, il ne cherchait pas l’impossible, avec William c’était différent. Il n’avait rien contre lui et était toujours sidéré par la vitesse à laquelle la tension s’était installée entre eux. Peut-être qu’embrasser Enzo n’était pas le truc le plus malin qu’il ait pu faire mais à ce point ? Bref, pas tout de suite.

Caem fut soulagé de voir que William acceptait sa proposition, c’était déjà ça de pris. Le russe glissa ses mains dans ses poches et se mit en route. Il avait encore du mal à s’orienter dans Londres mais fuir les rues trop fréquentées ce n’était pas le plus compliqué. En chemin, William empêcha le silence de s’installer en lançant une blague carrément douteuse. Le russe le regarda avec de grands yeux avant de laisser échapper un léger rire. Et bah au moins, c’était clair !

« Nan c’est pas trop mon genre, ça serait un peu trop salissant. Mais quand bien même j’aurais voulu le faire, t’en fais pas, je l’aurais offerte à Enzo. »

C’était glauque et bien crade mais pour le coup, on ne pouvait pas le lui reprocher ! William avait lancé les hostilités, Caem s’était contenté de répondre à sa vanne, tout simplement. Il était innocent cette fois-là, ouiouioui. En tout cas, avec cette petite plaisanterie, les deux jeunes gens arrivèrent dans un coin plus tranquille. Le russe hocha doucement la tête alors que Will désignait l’endroit comme approprié et il s’assit sur un des bancs en soupirant. Il commença alors à chercher dans ses poches, souriant avec amusement à la remarque de son ancien camarade de classe.

« Non non, j’ai rien, je t’ai proposé pour taper dans tes réserves. »

Tout cela bien sûr dit sur le ton le plus sérieux du monde. Mais en même temps qu’il parlait, Caem sortit de sa poche un joint pré-roulé. Il avait coutume de sortir avec ça sur lui, au cas où une envie lui prenne. Ça évitait de sortir avec trop de quantité sur lui et ça évitait de rouler avec les doigts gelés en cette période bien fraîche. On se rassure, Caem ne fumait pas chaque fois qu’il partait en balade. Le russe glissa alors le joint entre ses lèvres et l’alluma avec son briquet. Il le faisait à la baguette chez lui mais dehors, cela ne servait à rien de prendre des risques inutiles. Le russe prit alors une longue bouffée et laissa la fumée s’échapper dans les airs.

« Je sais que c’est un sujet qui fâche et c’est sans doute pas judicieux de commencer la conversation comme ça mais, honnêtement, ça me met mal qu’on s’entende pas à ce point-là. On est pas obligés de devenir les meilleurs amis du monde et t’es pas obligé de m’apprécier mais je sens bien que t’es toujours en colère pour ce qu’il s’est passé. »

Après deux autres bouffées, Caem avait tendu le joint à William. Il espérait sincèrement ne pas le faire fuir en abordant directement un sujet aussi épineux mais cette histoire commençait à le peser. Entre Derek et William, Enzo allait finir par croire qu’il s’opposait à tous ses proches… Bon ok, ce n’était pas le genre de l’Australien mais quand même ! Caem s’entendait bien avec la majeure partie des gens et comme par hasard, les deux personnes avec qui ça coinçait…

« Je sais pas quoi te dire de plus que je suis désolé. C’était vraiment qu’une blague et si j’avais su que ça te gênerait autant je l’aurais jamais fait. J’avoue, sur le coup ça m’a un peu blasé que tu réagisses ainsi mais sérieux, une petite blague vaut pas toute cette tension. »

Caem haussa alors doucement les épaules. Tout ça le dépassait complètement et en ce moment, il avait juste envie de rendre tout aussi simple que possible. Après Poudlard, après sa rupture avec Killian, après cette longue glissade vers l’obscurité, il avait besoin que certaines choses deviennent simples pour rééquilibrer. Et s’il pouvait calmer le jeu avec William, ce serait déjà un bon point.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1446
Date d'inscription : 14/01/2015
Crédits : Avatar + Signature : Me
Double Compte : Kezabel & Charleen & Mateo & Ora & Dimitri & James & Leiv & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3081-william-liam-c-jackson
MessageSujet: Re: I need you to keep quiet [William]   Mer 2 Jan 2019 - 20:42

I need you to keep quiet
Caem & Will



– Non non, j’ai rien, je t’ai proposé pour taper dans tes réserves.

HAHA qu’il est drôle ce p’tit russe.
Ca m’fait rire, c’est la pire même s’il dit ça avec le plus grand sérieux parce qu’il n’hésite pas à sortir tout de suite après un joint déjà roulé. Voilà, là ça m’parle peut-être même que c’est un calumet de la paix finalement. Allez savoir.
Je grimpe sur le banc à proximité et m’assoir sur le dossier, Caem allumant ce qui pourrait me réconcilier avec lui. La fumée agréable du joint s’échappe déjà … c’est une putain d’invention ça quand même.

- « Je sais que c’est un sujet qui fâche et c’est sans doute pas judicieux de commencer la conversation comme ça mais, honnêtement, ça me met mal qu’on s’entende pas à ce point-là. On est pas obligés de devenir les meilleurs amis du monde et t’es pas obligé de m’apprécier mais je sens bien que t’es toujours en colère pour ce qu’il s’est passé.

Voilà les sujets qui fâchent sur le plateau d’argent de l’honnêteté.
Dire qu’on s’entend vraiment très mal est exagéré, si ça avait été le cas, le délire n’aurait clairement pas été le même. Mais disons que j’comprends où il veut en venir. Et ouais, j’suis toujours en colère mais plus de la même façon. C’est presque devenu de l’agacement à force, à me dire que ce type s’est permit de rouler une pelle à mon mec comme ça pour le fun, genre, wtf dude.
Mais bon.
Il me tend le joint que je récupère sans un mot, juste un signe de tête pour le remercier et en tire une latte avec l’espoir que ça m’aidera à me détendre l’anus.

- Je sais pas quoi te dire de plus que je suis désolé. C’était vraiment qu’une blague et si j’avais su que ça te gênerait autant je l’aurais jamais fait. J’avoue, sur le coup ça m’a un peu blasé que tu réagisses ainsi mais sérieux, une petite blague vaut pas toute cette tension.

Une petite blague ne vaut pas toute cette tension …
On peut dire que tu termines mal la conversation toi.

Je tire deux nouvelles bouffées avant de lui rendre le joint et de me tourner vers lui.

- La beuh c’était pour me détendre le cul pour mieux me faire passer le suppo ?

Je ricane, j’suis même pas mauvais. Je suis léger, tranquille, le but c’est pas qu’on s’entretue sur la fine pellicule de neige qui orne les pavés. Mains croisés devant moi, coudes sur les genoux, mon regard se perd vers Caem.

- Le problème c’est ce que TOI tu trouves de léger et sans vraiment d’importance, n’a pas la même légèreté pour d’autres. Enfin c’est comme faire une blague à la con, genre tu te caches derrière un coin de rue, tu gueules, l’autre se pisse dessus bah certains ça les fait rire, d’autres non. Là c’est pareil.

Ca me semble d’une très grande logique mais l’inverse est valable. Ce que je trouve de très sérieux ne l’est peut-être pas pour lui mais là aussi, on n’peut pas juger pour ça. Chacun à sa manière de percevoir les choses et tu peux pas dire de l’autre qu’il est trop con pour sa façon de penser. Enfin, on ne parle pas non plus d’un avis politique ou de savoir si on devrait continuer la peine de mort ou non. C’est un sujet sans vraiment incidence mais qui compte quand même pour moi. Peut-être parce qu’au fond, j’ai peur que mon mec se barre ou parce que j’aime simplement pas l’idée qu’un autre type l’embrasse comme s’il était au buffet à volonté.

- Si j’avais coincé ta meuf dans un coin de Poudlard pour lui rouler la pelle du siècle, j’suis pas certain que t’aurais vraiment apprécié le geste tu vois. Enfin, ton ex maintenant.

Là encore, pas d’animosité, c’est pas méchant et c’est dit sur un ton tranquille, presque désolé sur la fin. J’suis pas une pute ni un monstre, faut pas déconner.

- Mais si ça peut te rassurer, je m’attendais pas non plus à le prendre comme ça mais bon, ça finira bien par me passer, je vais pas chier de travers advitam eternam.

Un sourire en coin, certain de ce que je raconte. J’suis rarement rancunier mais qu’il ait fait la démarche d’en parler, même si ça s’est fait sur un gros hasard, aide déjà au processus. J’crois.

code by bat'phanie


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2218
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : /
Double Compte : Emily / Ethan / Zachary / Aiyana / Bethany



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: I need you to keep quiet [William]   Mer 9 Jan 2019 - 12:51

Il parait presque difficile de jauger l’atmosphère qui s’installe entre les deux jeunes hommes. Caem comme William est conscient de cette petite tension toujours présente chaque fois qu’ils s’adressent la parole et pourtant, il semble y avoir un terrain d’entendre. Qui passe d’abord par la fumette certes, mais pas que. William rigole à ses blagues, non pas en se forçant, non pas en accentuant quoi que ce soit, ce qui ne semble d’ailleurs pas être son genre. Il rigole simplement, montrant bien qu’il n’a pas non plus envie de lui casser les dents chaque fois qu’il ouvre la bouche. C’est déjà ça. Et c’est sans doute ce qui pousse le russe à s’exprimer clairement, à dire ce qu’il pense de tout ça. Il sait que l’honnêteté paye et il n’a plus envie de jouer au jeu du chat et de la souris. Qu’ils ne s’entendent toujours pas énormément après ça, au final, c’était presque pas important. Ils avaient le droit après tout d’avoir des caractères opposés. Non, ce qui était dérangeant c’était que cette histoire continue de planer.

Caem fut ravi de voir que William ne refusait pas la conversation. Le jeune homme s’exprima à son tour, développant son point de vue avec ce langage cru qui semblait être sa marque de fabrique. Le russe l’écoute attentivement tout en tirant une nouvelle latte sur le joint qu’il vient de lui tendre après avoir grimacé sur la blague du suppo. Non, c’est pas son genre enfin ! Bref. Le cœur du sujet est abordé et Caem écoute sans l’interrompre. Pour lui, l’analogie avec Killian n’est pas réellement valable puisqu’il n’y a pas le même lien entre eux mais il ne dira rien. Parce que c’est pas important, parce que le fond du message, il le comprend très bien et n’a pas envie de pinailler sur des détails. Une nouvelle latte alors que William confesse être lui-même surpris par sa réaction ce qui arrache un sourire à Caem. Il tend le bâton pour se faire battre lui. Le russe lui tend alors le joint tandis qu’il reprend la parole.

« T’as raison et je suis vraiment désolé. J’ai pas réfléchi à ce que ça pourrait provoquer comme réaction, j’ai pas pensé que ce ne serait pas drôle pour toi. Je m’excuse. »

Caem tourna alors la tête vers William, lui adressant un mince sourire. Il n’y avait aucune manipulation derrière ces excuses, elles étaient tout simplement sincère. Oui ce n’était qu’une blague mais au fond, il avait tout de même merdé en oubliant de prendre en compte les émotions des autres. Il n’allait pas se flageller pour autant mais il avait conscience que l’erreur était de son côté et qu’il devait des excuses. Caem pouvait être un sale gosse mais il savait aussi parfois être adulte et il espérait que William verrait qu’il était on ne peut plus sincère.

« Si j’étais taquin, je te demanderais des détails sur le fait que toi-même tu ne t’attendais pas à avoir une telle réaction… Mais je vais être raisonnable ! »

Caem afficha cette fois un sourire en coin. Sérieux quand il le fallait, sincère quand il le fallait mais non pas moins malicieux. William, en fréquentant Enzo, avait dû comprendre que le russe n’était pas que cette façade douce et mesurée qu’il avait coutume de montrer aux gens lambdas. Et tant mieux d’ailleurs, au final, Caem se détachait de plus en plus de ce masque sans pour autant devenir quelqu’un d’autre. Il assumait juste pleinement les différents aspects de sa personnalité.

« De toute façon, je suis un champion pour m’attirer les foudres de l’entourage d’Enzo. Je crois que Derek rêve de me planter dans un mur. Mais je suis pas le seul parait-il. »

Caem tourna alors la tête vers William, lui adressant un regard complice. De ce qu’il avait pu comprendre, le contact n’était pas spécialement bien passé au début entre l’aîné des Ryans et William. La situation s’était peut-être améliorée depuis et si c’était le cas tant mieux. Mais un adversaire en commun, bien que le mot soit trop fort, pourrait être un autre moyen de les rapprocher. Qu’on se rassure, Caem n’avait nullement l’intention de mener une vendetta contre Derek.
Le russe poussa alors un léger soupir, se calant confortablement contre le dossier du banc. La weed commençait peu à peu à faire effet et ça le soulageait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I need you to keep quiet [William]   

Revenir en haut Aller en bas
 
I need you to keep quiet [William]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» William Delacroix [ Voleur ]
» Nouvelle Garde [William]
» William Saule [validée]
» The Undertaker Vs William Regal Vs L.Ä Crÿ Vs Maxxie
» William Regal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Londres :: Centre de Londres-
Sauter vers: