AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 To Keep Or Not To Keep - Diane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 2536
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: To Keep Or Not To Keep - Diane   Sam 13 Oct 2018 - 20:02

9 Octobre dans l'après-midi

Sovahnn s’était réveillée avec cette sensation sur son ventre. Comme si un tout petit être s’était trouvé là, recroquevillé au creux de sa poitrine, allongé sur elle. Elle aurait presque sentit sa chaleur, deviné sa présence. Ce fut donc avec le souffle coupé, une certaine nausée et un état de confusion complet qu’elle s’était jetée hors du lit, se précipitant aux toilettes en t-shirt et sous-vêtements. Une autre jeune lui fit une grimace compatissante en la voyant passer. Il fallait dire que cette petite blague de nausées matinales durait depuis un moment maintenant. Elle aurait dû comprendre, voir les signes, réfléchir et remarquer que quelque chose n’allait pas. Et ce quelque chose, c’était bien sûr cette petite chose qui grandissait en elle.

La jeune femme n’avait pas été très attentive en cours et, bientôt, elle déambulait dans les couloirs, l’esprit occupé par ses sombres pensées, sans vraiment faire attention ni à l’heure ni au lieu où elle se trouvait. Sovahnn n’en avait pas encore parlé à Zachary et elle espérait bien que ses lettres finiraient par atteindre leur objectif. Après tout, elles n’étaient pas envoyées depuis tant de temps que cela et il fallait que les Supérieurs s’en occupent… d’ailleurs elle restait persuadée qu’ils devaient en détruire quelques unes au passage. Connaissant sa chance, les siennes concernant un futur hypothétique bébé faisaient partie du lot…

De nouveau atteinte de palpitations, la jeune femme s’était décidée dans une grimace à grimper au sixième étage, arrivant à l’infirmerie où elle avait attendu, le visage fermé et la mine grave que Maxence ait un peu de temps devant lui. Soignant une vilaine plaie, sans doute obtenue au Quidditch – car la belle blonde reconnue des joueurs adverses – il l’interrogea du regard et continua sa tâche lorsqu’elle lui fit signe que ça pouvait attendre.
Oui. Huit mois environ.

« Alors, qu’est-ce qui t’amènes ?! Une autre victime du Quidditch ? »
« Non, une victime du sexe mal protégé. »
« Ah… C’est autre chose.. »

Oui, comme tu dis oui. Elle gérait d’ailleurs bien mieux les hématomes et autres fractures…

« Tu sais déjà si.. »
« Oui. Je sais. Et je voudrais savoir ce qui peut se passer dans ce monde si.. si je ne veux pas. »

Elle l’avait coupé, voulant avancer plus vite dans la conversation. Mais malheureusement le destin n’en avait pas décidé ainsi puisqu’à ce moment là, un petit groupe entra, portant un jeune homme manifestement dans un état grave. Bardé de sang, il était très pâle et gémissait faiblement. L’œuvre des Supérieurs. Sursautant, Maxence s’excusa, se précipitant à la rencontre des nouveaux arrivants.
Sovahnn se souvenait bien de ces jours où ça avait été des amis à elle, là, à la place du jeune homme. Et elle-même à celle de ceux qui s’inquiétaient pour lui. Alors, bien sûr, elle comprit.
Pourtant, affairé sur son nouveau cas, Maxence prit le temps de lui indiquer un tiroir dans une commode non loin d’elle.
Elle ne mit donc pas longtemps avant de se retrouver, des brochures de parchemin entre les doigts. Les lèvres serrées, elle se mit donc à les étudier, se laissant bientôt tomber sur un lit pour s’y assoir, sans vraiment prêter garde à ce qui était autour d’elle. Or justement, quelqu’un d’autre était déjà assit là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 32
Date d'inscription : 02/08/2018
Crédits : me



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: To Keep Or Not To Keep - Diane   Sam 13 Oct 2018 - 21:30

Toi, tu étais là avec ton sourire et ton silence. Ta présence absente qui se trouvait souvent presque déstabilisante. T'aimais bien l'infirmerie ou enfin presque plus que ça. C'était un peu ton coin de refuge quand l'univers te déstabilisait. Ici l'animation pouvait être grande mais tu avais toujours sur le visage ce masque d'insensibilité qui te faisait relativiser. Une bulle d'agitation et de sérieux ou chaque geste comptait même si rien n'était vraiment trop grave. Le monde avait l'habitude de te voir traîner dans les parages, c'était presque devenu banalité. Tu apprenais avec tes yeux et parfois tes doigts, tu souriais doucement et patientait calmement. Tes mains étaient apaisantes et ton cœur toujours tendre. Oui, presque mou comme du beurre mais - si souvent - tu avais l'impression de ne pas être calée sur le même fuseau horaire que les autres. Quand ta minuterie interne se détachait du système.

Aujourd'hui, t'avais les yeux dans le vide, l'esprit à la dérive et une sérieuse impression de néant. Ça ne tournait pas bien rond dans ta petite tête ou alors au contraire le petit poisson qui représentait ton attention faisait des tours sans arrêt, sans intérêt. Tu le regardais répéter cent et une fois le même geste toujours avec fluidité et ça te faisait sourire bêtement. Mais ça ne t'inquiétait pas tellement. Tes doigts avaient décidés d'attraper une mèche de tes longs cheveux brun. Ça faisait très longtemps que tu ne les avais plus coupé. En réalité, tu ne te souvenais même pas d'une quelconque époque pendant laquelle tu les aurais porté différemment. Ça aurait presque pu être ta marque de fabrique ; tu les aimais tellement. Peut-être était-ce cette impression étrange d'être une princesse avec ces mèches d'anges. Ça te plaisait bien.

Un grelot finit par rouler dans ta boite vide pour annoncer l'arrivée d'un nouvel élément dans le décors. Le lit qui t'avais réceptionnée lorsque tu avais décidé de te laisser emporter dans l'abîme de tes pensées venait de légèrement s'affaisser. L'étonnement se peignit sur ton visage, d'abord deux grands yeux qui s'ouvrirent et puis des lèvres qui s'arrondirent. Ta moue surprise se changea bientôt en un délicat sourire lorsque tu tournas ton joli visage vers la seconde demoiselle. Elle avait de magnifique cheveux blond et un visage d'ange brisé : la souffrance inconnue. Encore et toujours partout. Tu la détestait car tu ne savais ni l'atteindre, ni la comprendre, ni la soigner. Elle faisait toujours naître une boule d'angoisse dans ta gorge que tu devais te forcer d'avaler pour continuer à avancer. Tu avais peur, parfois, d'imaginer un nombre incalculable de ces boules sombres te peser dans l'estomac. Mais tu étais toujours là.

__Bonjour

Tu l'avais presque soufflé comme un secret, comme une promesse. Une envie d'insuffler un peu de délicatesse. La belle lisait des morceaux de parchemins semblant lui apprendre quelques informations sur tu ne savais quoi. Tu n'avais pas du tout envie de te montrer envahissante ou de prendre une place dans sa vie privée. Mais d'un instinct qui te dépassait, tu éprouvais cette drôle d'envie de t'occuper d'elle.

__ Tout va bien ? Tu as besoin d'aide ?

Tu savais très bien que si elle était à l'infirmerie aujourd'hui c'était que tout était loin d'être d'un rose parfait dans son corps et dans sa vie mais tu savais aussi que les plus grands malades étaient incapables de se rendre compte de leurs états et tu n'avais pas le moins du monde envie d'aggraver le sien. Tu étais juste là, mais tu pouvais également t'évaporer rapidement. C'était presque à elle de choisir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2536
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: To Keep Or Not To Keep - Diane   Sam 13 Oct 2018 - 22:46

La jeune femme se sentait oppressée. Par ce qui grandissait en elle, par les choix qu’elle devait faire, par les conversations qu’elle devrait avoir. Tout ça semblait la dépasser complètement. C’était trop. Trop fort. Trop important. Trop tôt. Et elle ne savait pas comment s’y prendre. Bien sûr, certains lui avaient déjà proposé leur vision de la chose et bizarrement, elle en avait besoin. Que ça fasse du bien ou non. Elle n’était pas comme la majorité des jeunes filles. On ne lui en avait pas rabâché les oreilles puisque la période durant laquelle elle aurait dû faire son apprentissage de la sexualité, ses risques et les protections à y associer, elle était simplement dans le coma. Depuis, elle avait fait ses expériences, elle s’était amusé et avait profité de ce qu’on lui avait arraché durant ces cinq années de paralysie. Elle pensait avoir bien suivi certains conseils. Il lui semblait ne pas avoir fait de fautes. Mais aujourd’hui, face à ces papiers, la jeune femme comprenait qu’elle devait s’être intégralement trompée. C’était sa faute, Elias avait bien été assez clair hier soir. Elle avait dû merder quelque part et il lui fallait assumer à présent. Et assumer, c’était garder l’enfant manifestement. Mais garder un enfant en temps de guerre, était-ce vraiment la meilleure des solutions pour lui ? Honnêtement, elle avait un sérieux doute.

Ce fut donc perdue dans ses pensées qu’elle se laissa tomber sur un lit sans même se rendre compte qu’il était occupé. Sursautant probablement autant que la personne qui était là, la belle blonde bondit, en lâchant ses fameux prospectus sur les draps, prenant immédiatement un air atterré.

__Bonjour
« Ça va j’t’ai pas fait mal ?! Pardon j’étais distraite ! »

Ça pour l’être, elle l’était.

__ Tout va bien ? Tu as besoin d'aide ?
« Non.. non non pas vraiment ; mais je doute que tu puisses m’aider. »

Ramassant les papiers qu’elle avait fait tomber, Sovahnn resta un instant bloquée sur une image animée d’un bébé qui souriait et babillait en silence, ses yeux pétillants braqués sur elle. Elle ne se rendit même pas compte des larmes qui lui montèrent aux yeux. Comme quoi, elles n’avaient pas fini de tomber, celles-là, depuis la veille. Peut-être que cesser de passer ses nuits à cogiter l’aiderait ? Dans sa gamberge, Sovahnn n’avait pas non plus prêté attention aux derniers prospectus qui siégeaient pour l’un, tout contre Diane, et le second, au sol non loin.

Ce fut donc un regard douloureux qui finit par se poser de nouveau sur la jeune femme tandis que les mâchoires de l’éventuelle future maman restaient serrées d’angoisse. De nouveau, la respiration devenait un peu sifflante, signe que sa panique reprenait doucement le dessus à présent qu’elle envisageait réellement les deux options affreuses qui se présentaient à elle.

« T’as pas un retourneur de temps par hasard ? Ça aiderait. »

On ne sait jamais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 32
Date d'inscription : 02/08/2018
Crédits : me



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: To Keep Or Not To Keep - Diane   Dim 14 Oct 2018 - 14:07

__ Ça va j’t’ai pas fait mal ?! Pardon j’étais distraite !

Mal ? Tu t'interrogeais. Non, sans doute pas. Elle se contentait peut-être de te retourner le cœur mais ce n'était réellement pas douloureux. Cela te donnait juste un peu la nausée. Tu respirais un bon coup. Ploc. Une perle de plus dans le ventre. Ouf, ta gorge était libérée. C'était vrai qu'elle avait l'air un peu perdue autre part la jeune femme. Mais tu avais l'habitude d'adopter des comportements semblables alors ça ne te dérangeait pas.

__ Non, ne t'inquiète pas.

Elle avait déjà l'air débordée par d'autres soucis alors ce n'était sûrement pas toi qui allait lui rajouter d'avantage de problèmes. C'était fragile une conscience, il ne fallait pas mettre trop de chose dessus, encore moins si elles étaient lourdes. On finissait par déchirer cette fine toile et ça c'était vraiment mauvais.

__Non.. non non pas vraiment ; mais je doute que tu puisses m’aider.

Tu la regardais se débattre avec ses pensées sans savoir si elle voulait se montrer forte ou si elle pensait réellement que tu n'étais pas capable de lui apporter ce don elle avait besoin. Oh, tu ne prétendais pas être parfaite ou de bons conseils, généralement tu répondais à côté de tes souliers et ça faisait bien rire la galerie mais tu savais écouter et ça c'était précieux à tes yeux. Et puis, derrières chacune de tes phrase se cachait une logique étonnante mais souvent évidente que l'on ne comprenait pas toujours. C'était peut-être pour ça que tu t'étais retrouvée à Serdaigle - du moins en partie. Le Choixpeau devait bien avoir ses raisons de toute façon.

Tu avais envie de répondre « dommage » et de détourner le visage parce qu'elle n'avait pas besoin de toi, c'était évident, tu ne savais pas ce qui lui fallait mais tu n'avais pas l’expérience nécessaire, ça tu le sentait. Tu n'étais qu'une petite fille avec des conseils et une insouciance d'enfant mais… Peut-être était-ce justement de cela qu'elle avait besoin.

De toute façon, son regard hypnotisant t'empêchait de la fuir, c'était plus fort que toi. Tes cuisses étaient devenues du plomb et tu n'avais plus le droit de les soulever. Alors tu la regardais ramasser ses petit papier, s'arrêter un instant sur le visage d'un enfant tout sourire qui te semblait appartenir à un autre monde que celui-ci. Il y avait une brochure tout près de toi, tes yeux plongèrent dedans sans que tu ne parviennes à les arrêter. Tout ton corps se crispa violemment. Avortement ?

Tes yeux la regardait avec une compassion nouvelle, tu te rendis compte qu'elle était bien plus fragile que ce qu'il n'y paraissait. Ils descendirent vers son ventre qui ne marquait pas encore la présence du petit. Et tu compris brusquement et sans l'avoir voulu à quel point la jolie blonde pouvait se retrouver brisée en cet instant. Son regard se tourna vers toi et tu en eus le souffle légèrement coupé. Elle avait mal, elle te le criait et toi tu avais l'impression de ne pas être capable de l'aider.

__T’as pas un retourneur de temps par hasard ? Ça aiderait.

Une deuxième boule se formait dans ta gorge ; c'était la journée. Non, évidemment que non, tu n'en avais pas, mais ça te faisait trop peur de le lui avouer. Elle devait bien s'en douter, pourtant le formuler c'était encore s'enfoncer. Il était toujours mauvais de creuser. Tu ne la connaissais pas bien cette jolie blonde, ta mémoire s'en souvenait mais tu ignorais presque tout d'elle, du moins des choses essentielles comme son parfum de glace préféré ou la teinte qu'elle aimait le mieux voir dans les nuages. Tu avais envie de prendre ton pinceau et de la recouvrir de couleurs pastels pour qu'elle n'ait plus jamais l'air triste. Dessiner des spirales et des étoiles, écrire une constellation sur son corps qui lui servirait de couverture dans l'enfer du monde adulte. Mais tu manquais cruellement de matériel. Tu posais le regard sur tes mains vides qui n'avaient rien à lui offrir. Tu attrapais les siennes pour communiquer ce que l'on pouvait appeler soutiens. Puis l'interrogation vint :

__ Tu veux un câlin ?

Et la phrase était terrible car elle signifiait que, non, tu n'avais pas de retourneur de temps et que tu ne pouvais pas l'aider - pas de cette manière. Cela te rongeait presque. Tu maudissais les fées qui s'était enrhumée le jour de sa naissance. Il fallait vous pencher sur son berceau bande d'idiotes ! Seraient-elles là - au rendez-vous - si l'enfant de la belle venait à naître ? Rien n'était moins sûr. Et que désirait réellement la jeune femme prise au piège ? Ne pas avoir à faire ce choix serait tout de même bien plus simple, vous ne pensez pas ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2536
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: To Keep Or Not To Keep - Diane   Dim 14 Oct 2018 - 20:11

Sovahnn avait été arrachée à son monde à l’âge de 12 ans. Elle était alors restée dans le coma cinq ans. Une paralysie plus qu’un coma. Le syndrome du scaphandre en quelque sorte. Elle avait tout vu, tout entendu, compris que le monde avançait sans elle. Mais elle avait dû rester en retrait, coincée dans son monde, bloquée sous cette chape de plomb. Alors lorsqu’elle en était sortie, elle avait découvert brutalement de nombreux mondes : celui de l’adolescence, presque de l’âge adulte, celui des sorciers, celui de son organisme qui avait bien évolué tout seul. Bref, il lui avait fallu tout apprendre, tout expérimenter. Elle s’était retrouvée catapultée dans un univers qui lui était totalement inconnue, coupée de tout ce (et tous ceux) qu’elle connaissait. Mais elle avait développée une soif de vivre intense, quoi que soit ; elle voulait l’expérimenter. Le plus vite. Le plus fort possible. Alors bien sûr, Sovahnn avait grandit et mûrit depuis. Elle courrait toujours derrière le temps. Mais celui-ci avait décidé de se montrer plus facétieux encore : et la voilà projetée dans l’âge adulte, le vrai, celui des responsabilités. Celui de la maternité.

Or elle n’était dans le fond qu’une gamine perdue, et ça, ça ne pouvait sortir de sa conscience. Impulsive, agitée, sauvage, impatiente, un peu égoïste même, elle ne se sentait pas d’être responsable de quelqu’un d’autre. Elle ne cessait de se mettre en danger, consciente qu’elle aimait le frisson de la vie dans son échine dorsale. Alors, oui, l’avis d’une jeune fille de seize ans pouvait l’intéresser. Peut-être autant que celui de quelqu’un de son âge : parce qu’elle naviguait sensiblement toujours un peu entre les deux.

Alors, oui, elle était à côté de ses pompes. Il fallait dire que ça faisait deux semaines qu’elle était malade tous les matins ou presque et quelques jours qu’elle ne dormait pas ou presque, trop obnubilée par ce qui pouvait bien se passer dans son utérus.

Elle avait écarté le fait que Diane puisse vraiment l’aider. A vrai dire, la belle blonde peinait surtout à dire les choses à voix haute. Elle ne parlait et ne pensait plus qu’à ça depuis quelques jours. Et l’idée d’en informer quelqu’un de plus lui posait problème. Tout comme d’énoncer les faits à haute voix : ça avait la sale tendance à les rendre plus réels à ses yeux. Alors elle avait finit par une boutade, ne tardant finalement pas à se perdre de nouveau dans ses pensées, bloquée sur l’image d’un bébé au visage radieux.

Alors Diane avait finit par la sortir de là en lui attrapant les mains. D’abord, Sovahnn l’avait fixée sans vraiment comprendre alors qu’elle lui proposait un câlin. Et puis elle vit les brochures sur le lit et comprit que son secret n’en était plus qu’un de polichinelle (littéralement d’ailleurs). Un sourire triste vint alors se dessiner sur son visage.

« Franchement ? Ouais, je veux bien. »

Après tout, elle ne l'avait toujours pas eu, son câlin. ça n'était pas faute d'en avoir besoin.

Elle s’était laissé tomber sur le lit, à côté de la jeune fille, lâchant un profond soupir, sentant de nouveau ses yeux un peu humides. Mais il fallait qu’elle cesse de céder alternativement à la panique et à la détresse. Il lui fallait avoir l’esprit clair afin de prendre ces décisions importantes qui se présentaient à elle. La Poufsouffle ne pouvait pas fuir, pas cette fois. Il lui fallait affronter la situation et si elle en était consciente, elle n’arrivait pourtant pas à raisonner logiquement.
Après un petit moment auprès de Diane, elle avait finit par la regarder gravement, lui posant cette question fatidique, cherchant son opinion.

« Tu ferais quoi toi ? Si ça t’arrivait ? »

Elle ne précisait pas quoi, Diane avait semblait-il parfaitement comprit la situation. C’était le cauchemar de la majorité des jeunes femmes, alors il n’en fallait pas beaucoup pour s’imaginer à sa place. Sauf que là, c’était bien à elle que ça arrivait et elle n’arrivait toujours pas à le croire.

« Et surtout pourquoi tu prendrais cette décision… »

Arguments ! Thèse antithèse synthèse ! Dit la fille qui ne va jamais en cours et est toujours en troisième année…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 32
Date d'inscription : 02/08/2018
Crédits : me



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: To Keep Or Not To Keep - Diane   Dim 14 Oct 2018 - 21:09

__ Franchement ? Ouais, je veux bien.

En réalité, tu étais véritablement contente qu'elle accepta ton câlin. L'inverse t'aurais un peu laissée dans le vide à tourner comme une petite poupée. Inutile, en somme, tu n'avais pas le moins du monde envie d'être résumée à cela. Tu avais besoin de bien plus, besoin d'exister pour l'autre. Tu entoura la belle de tes bras avec une infinie douceur avant de la serrer contre toi. Tu avais un peu peur de la briser, ça t'angoissait au plus haut point mais pour l'instant tu pensais que tu te débrouillais bien. C'était presque mignon et au fond peut-être n'était-ce que de cela dont elle avait besoin.

Un petit moment s'était écoulé, le temps de laisser vos deux cœurs battre tantôt à l'unisson tantôt en quinconce comme pour se répondre l'un à l'autre. Plus les secondes défilaient plus tu avais l'impression que vous étiez absolument et diamétralement opposées toute les deux. Mais ça ne te dérangeait pas, ça t'allait comme ça. Tu laissais un pâle sourire flotter sur le bord de tes lèvres avec la certitude que c'était ce qu'il y avait de mieux à faire. Tu étais simplement bien dans cette impression d'être utile. Tu te surpris même un instant à fermer les yeux pour mieux profiter de l'instant.

Le contact finit par se rompre un peu. La belle plongea son regard dans le tient comme si elle s'apprêtait à annoncer quelque chose de grave. Tu eus un peu peur durant la seconde qui précéda ses paroles.

__ Tu ferais quoi toi ? Si ça t’arrivait ?

Tu rougis légèrement. C'était difficile de t'imaginer à sa place, toi la petite Diane qui jamais n'avait connu même un semblant d'amour. Tu ignorais tout des sentiments, des premiers baisers, du cœur qui bat trop rapidement. Tu étais comme une princesse en haut de ta tour en attendant que l'on vienne voler ton cœur. Tu croyais en l'Amour, avec un a majuscule, celui qu'on garde pour toujours. Tu ne savais pas si c'était normal dans ce monde de n'avoir eu aucune relation à 17 ans, d'être toujours vierge et en attente du prince charmant. Alors, avoir un bébé ? L'aurais-tu gardé ? Tu avais du mal à visualiser.

__ Oh… Je...

En vérité tu ne savais pas.

__ Et surtout pourquoi tu prendrais cette décision…

Là était l'important, évidemment mais une nouvelle fois, elle te posait une colle. Tu angoissais intérieurement parce que ne pas trouver réponse à une question ce n'était pour toi pas courant. T'étais du genre assise au premier rang, classée groupe des intelligents, à apprendre des manuels par cœur parce que ça t'intéressait et que tu avais particulièrement facile. Appliquer directement ne posait pas de problème mais lorsqu'il s'agissait de sentiments… Cela devenait tout de suite plus compliqué.

Tu regardais ton ventre un instant en imaginant être à la place de la jeune fille. Tu te concentrais réellement, dans la situation de la blonde, chaque parole sur le sujet devait avoir beaucoup de pouvoir et tu ne voulais réellement pas être maladroite.

__ Moi, je crois que… Que je garderais mon bébé. Parce que…

Oui, pourquoi ?

__ Parce que ce serait mon bébé…

Tu étais loin d'être sûre d'être claire en réalité.

__ C'est toi qui doit le sentir ou non mais si tu es bien entourée alors, ça devrait aller, non ? Il y a toujours moyen de s'arranger et de trouver des gens pour aider alors… Je le garderais même si peut-être, ce n'est pas facile.

Toi, tu n'avais pas eu de maman, juste un papa. Il n'était pas si jeune mais il avait bien réussit à t'élever, non ? Enfin, tu n'avais pas l'impression d'être une ratée ou une tarée. Du moins ça, tu l'espérais toujours. Mais les conséquences sur elle étaient différentes, si elle se retrouvait seule ? si elle n'y arrivait pas ? si elle devait abandonner ses études ? si elle se retrouvait sans avenir ? si on décidait qu'elle n'était pas apte à garder son bébé ? si ?... Comment savoir sans être à sa place ? Nul autre qu'elle était mieux placer pour faire face.

__ Il aurait un vrai papa ?

Parce que bon, un géniteur ce n'était souvent pas assez. Toi, tu parlais d'un père pour aider la mère plus que l'enfant en fin de compte même si c'était toujours mieux quand les parents allaient par deux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2536
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: To Keep Or Not To Keep - Diane   Lun 15 Oct 2018 - 8:26

Un câlin. C’est peut-être idiot mais depuis l’annonce de sa grossesse, la jeune femme se sentait vide et seule. Elle avait un besoin obsessionnel de trouver des gens, d’en parler, de retrouver ce contact humain. Ses amis lui manquaient. La chaleur humaine lui manquait. Ses proches et leurs avis lui manquaient. Elle avait besoin de connaître leur opinion, celle de ceux qui avaient un pu plus vécu qu’elle. Pire, elle voulait connaître celui de personnes qui avaient dû faire ce choix. Ou celui de mères. De la sienne par exemple. Mais envoyer un hibou à une moldu qui rejette la magie et tout ce qui s’y rattache – dont sa fille – ça n’était sans doute pas la meilleure idée qui soit. Pourtant sa chaleur lui manquait, celle de son enfance, pas son rejet actuel. Alors oui, un câlin faisait du bien. Juste comme ça, sans jugements. Ce qu’elle aurait aimé avoir la veille en fait, plutôt que de se prendre dans la gueule qu’elle était une irresponsable qui était manifestement dans le tors. Qu’elle se devait d’assumer et que si le père se défilait, elle avait définitivement fait que des choix de merde dans sa vie. Alors que sincèrement ? Si elle pouvait se défiler, elle l’aurait déjà fait depuis longtemps. Etait-elle une personne horrible pour autant ? Et si elle avait en effet fait une erreur comme on semblait le lui rabâcher, est-ce que ça faisait d’elle quelqu’un d’affreux ? À vrai dire, maintenant que le visage de ce petit être lui était imposé, cette question d’appliquait surtout à ce choix. Que devait-elle faire ? Et comment pourrait-elle le vivre ? Elle n’était rien dans ce monde, rien non plus dans l’autre. Elle n’avait que passé difficilement ses deux premières années et la troisième serait forcément un fiasco tant elle ne maîtrisait rien en magie. La seule chose qu’elle savait bien faire, c’était le Quidditch – ce qui était sans doute la seule chose que Diane connaissait d’elle vu à quel point les deux femmes ne s’étaient jamais croisées. Elle n’aurait rien en sortant de là : pas de diplôme, pas d’existence, pas de compétences particulières. Si elle était majeure sur l’intégralité de la planète, la jeune femme n’était pourtant qu’une gamine paumée qui cherchait des conseils face au choix le plus dur de son existence. Et même si elle en avait profondément besoin, à ce stade, la chaleur humaine ne suffisait plus. Elle arrivait trop tard.

Diane avait donc fini par répondre, après un certain temps d’une hésitation toute naturelle. Ça n’était pas la question que l’on nous pose à tous les coins de rue et elle méritait une saine réflexion, c’était tout à fait normal.

__ Moi, je crois que… Que je garderais mon bébé. Parce que…

Comme Elias, elle garderait le bébé. Mais elle était une femme, elle était jeune et était dans une optique de bonté et de bienveillance : beaucoup de facteurs qui faisaient que Sovahnn était bien plus à même d’écouter ses arguments.

__ Parce que ce serait mon bébé…

C’est bête comme réponse. Trop simple, peut-être. Et pourtant, pour la jeune femme, ça faisait sens. Elle comprenait ce que Diane voulait dire et ça résonnait en elle.

__ C'est toi qui doit le sentir ou non mais si tu es bien entourée alors, ça devrait aller, non ? Il y a toujours moyen de s'arranger et de trouver des gens pour aider alors… Je le garderais même si peut-être, ce n'est pas facile.

Dit comme ça, c’était tellement plus acceptable que ce qu’Elias avait fait. C’était son choix à elle, ses sentiments qui comptaient. Et, oui, on le lui avait dit aussi, mais elle trouverait sans doute des gens pour aider. Oui. Mais les gens ici ont une sale tendance à disparaître ou mourir, et elle ne pouvait mettre ça se côté. Avoir un enfant en temps de guerre, alors qu’elle était enfermée ici n’était pas une mince affaire. Et même si elle sortait, qu’est-ce qui l’attendait dehors ?! Comment ferait-elle pour vivre ? Qui restait-il à l’extérieur ? Qui avait survécu ?
Et surtout, en disant que ce ne serait pas facile, Diane légitimait les angoisses de la Poufsouffle. Elle lui intimait qu’elle comprenait et qu’elle avait raison d’avoir peur et d’être inquiète, qu’il n’y avait rien de mal à ça. Et mine de rien, de si petites choses lui faisaient du bien.

__ Il aurait un vrai papa ?

La question qui tue.

« J’en sais rien du tout… j’ai.. j’ai beaucoup de mal à me faire à la situation. Je voulais... j’en sais rien, accepter ça avant de lui en parler. De leur en parler. Et peut-être avoir une idée de ma décision avant. Mais je ne sais pas quoi en penser. »

Naturellement, sa main était revenue se poser sur son ventre alors qu’elle tentait d’imaginer ce qui se tramait là dedans. Elle ne pouvait pas imaginer un bébé, un enfant. L’image qu’elle s’en faisait n’avait pas de sens. Comme si ça n’avait pas de réalité concrète. Pourtant, au fur et à mesure et depuis la veille, elle s’y faisait. Elle commençait à accepter cette idée, et donc les choix qu’il fallait faire. Sinon elle ne serait pas là.

« Il serait en danger sans arrêt… et même si j’arrivais à sortir… Je ne sais rien du monde magique en dehors d’ici. Pour ce que j’en sais, la majorité de mes proches sont peut-être morts. Qu’est-ce qui m’attends ? Qu’est-ce que je pourrais lui offrir ? Je ne sais rien faire dans ce monde, à part du Quidditch. Et dans l’autre j’ai arrêté mes études au collège.. j’ai aucune compétence concrète… je ne vaux rien c’est merveilleux. »

Pas déprimant du tout.

« Quelle vie je peux lui fournir.. »

Cette idée la brisait complètement et ce, alors qu’elle n’avait jamais vraiment réfléchit à son avenir. Elle vivait au jour le jour et ça lui convenait parfaitement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: To Keep Or Not To Keep - Diane   

Revenir en haut Aller en bas
 
To Keep Or Not To Keep - Diane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» henri II à Diane de poitiers( lettres inédites)
» Exploits de Diane Richter
» L'ACNE
» Les Salons
» diane Xboxer (evreux 27)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Septième Etage. :: ─ Infirmerie-
Sauter vers: