AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Asshole - Keza

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 2214
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Asshole - Keza   Jeu 20 Sep 2018 - 11:07

01 Octobre

Asshole
There you go create another fable
You wanted to
Grab a brush and put on a little makeup
You wanted to
Hide the scars to fade away the shakeup
You wanted to Whyd you leave the keys up on the table
I dont think you trust in my self righteous suicide
I cry when angels deserve to die


Retour à la vie normale. Peut-on dire ça quand on se trouve marié à – celle qu’on aime ? La réponse est oui. -  sa meilleure amie, sans en avoir jamais eu l’intention ? Comment mettre la suite en place ? Il se posait toujours la question, conscient que Mack faisait tout pour lui faciliter la vie, mais également conscient que tout en lui se trouvait en opposition. Alec savait gérer les urgences, prendre les choses en main, mais le calme de la vie quotidienne après le tumulte lui posait toujours autant problème. Il lui fallait changer d’air et, surtout, s’éloigner de miss et mister parfaits qui l’insupportaient. Ça n’était pas comparable à la situation qui s’était mise en place avant l’arrivée de Mack, bien sûr. Beaucoup d’inquiétudes s’étaient envolées et avec elles, un certain mal être. Cependant, il restait toujours trop d’amis en arrière. Et trop de lendemains inconnus dans son monde actuel. Bref, il avait besoin de mouvements. Et il y avait quelqu’un qu’il avait laissé tranquille trop longtemps.

Lorsqu’il était entré, la maison était vide. Posément, il s’était mis à fouiller les lieux, rassemblant les affaires qu’il savait appartenir à son amie… Sa femme. Sa femme.
Bien sûr, il était conscient d’être là en toute illégalité mais malgré ce qu’il avait pu lui dire le jour du mariage, il était hors de question qu’il le laisse sans sortir ainsi. Tous ceux qui le connaissaient un peu devaient s’en douter.

Isaac avait fini par pointer le bout de son nez en fin d’après midi. Dissimulé derrière la porte de la chambre, Alec avait attendu qu’il en franchisse le pas avant de balancer le battant avec violence contre lui. L’ancien prétendant lâcha un hurlement en accusant le choc. La seconde suivante, Alec était sur lui, lui arrachant sa baguette, la brisant contre le mur, ses poings s’écrasant déjà sur lui.

« Tu croyais sérieusement que je te laisserais t’en tirer comme ça enflure ?! »

Oui, il avait délaissé la magie, préférant la force physique. Après tout, c’était ce qu’il avait fait lui, non ? : Préféré cogner sur quelqu’un qui ne pouvait pas se défendre, qui était coincé dans cette situation abjecte. Sentir les chaires se meurtrir sous l’impact, les os craquer, les cartilages se disloquer..

« Elle t’a dit d’arrêter hein ? Elle était pas la première d’après ce que j’ai compris. Tu lui réservais quoi hein, pour la lune de miel ?! »

Le nez avait explosé. Il avait cherché à résister, encore une fois, mais déjà, son crâne cognait brutalement contre le sol.

« C’était quoi le rythme à peu près ? »

Alec le soulevait de terre, l’écrasant contre le mur, lui administrant au passage un coup au côté, atteignant son foie. Un bras contre sa gorge, il le forçait à le regarder droit dans les yeux, écrasant sa trachée.

« Alors, combien ? Tous les combiens allais-tu lui faire du mal ? »

Sa réponse ? Il ne l’avait pas réellement compris. Pas assez intelligible. Il fallait dire que vu la position, il n’était pas aisé pour lui d’être un très bon orateur.

« Allé, disons toutes les semaines. Plus ou moins selon tes envies, tes petites contrariétés, tes humeurs. »

Là, devant, la porte s’était ouverte. Zut, son petit jeu ne pourrait pas durer aussi longtemps qu’il le souhaitait. Braquant son regard enflammé de rage dans ces pauvres petites prunelles angoissées, Alec avait dû conclure.

« Alors je viendrais toutes les semaines. Et crois-moi, j’te détruirais. Chaque jour un peu plus. Tout comme tu l’aurais brisée. »

Elle avait déjà prévu de te tuer ou de se tuer pour échapper au sort que tu lui réservais. Crois-moi, il est hors de question que le tien soit plus clément.
Pleurs pauvre petite merdre. Car à présent et entre mes mains, tu ne seras plus jamais rien.

C’est sur un sourire mauvais qu’il l’avait lâché, le laissant s’écrouler, à bout de souffle. Prêt à passer de nouveau à l’offensive, ce fut avec surprise que le jeune homme se retrouva face à une amie.


Dernière édition par Alec Kaleb Rivers le Jeu 4 Oct 2018 - 13:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2555
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Charleen ▬ Mateo ▬ William ▬ Ora ▬ Margo ▬ Leiv ▬ Maggie ▬ James



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Asshole - Keza   Mer 3 Oct 2018 - 10:23

Asshole
EXORDIUM.
1er Octobre

Ca me ronge les sangs depuis trop longtemps et chaque jours écoulés est pour moi un risque supplémentaire de recevoir un coup de fil dramatique. Ou un hibou, voir une personne en face à face pour m’annoncer que Mack est morte ou à l’hôpital.
Je ne sais pas combien de fois j’ai tourné et retourné le problème mais je sais aujourd’hui que je ne peux pas attendre plus longtemps dans mon coin, en silence. Me taire, c’est cautionné. Et par Merlin, jamais je ne cautionnerais ce genre de chose, encore moins lorsqu’il s’agit d’une amie aussi chère. Ca me file la gerbe, me donne des frissons d’horreur. Chaque moment du quotidien que j’ai fais cette dernière semaine, je me demandais ce que vivait Mack de son côté. Était-elle en paix ? Ou recevait-elle de nouveau une salve de coup porté par son enfoiré de mari ?

On entend souvent de ne pas se mêler de la vie des autres, en particulier pour ce genre de situation. Que cela ne nous regarde pas. Mais je refuse de suivre l’exemple populaire, encore moins pour ce cas si particulier.
Et la colère est là. Vive et brûlante, au fond de mes entrailles.

La première chose que je me suis dis devant le refus de Mack pour me suivre et fuir cet enfant de chien, a été de prévenir Alec. Lui, saura quoi faire. En particulier parce qu’ils étaient, à la base, voués pour finir ensemble, mariés. Mais aussi parce qu’il la connait depuis plus longtemps que moi pour avoir un poids bien plus lourd en terme d’argument. Mais même lui s’est vu être introuvable. J’ai eu beau mener mes propres recherches, envoyer un hibou d’urgence, je suis resté sans réponse.
Donc si Alec reste aux abonnés absents, il ne me reste qu’une dernière perspective et envisageable. Folle et inconsciente, peut-être, mais primordiale et nécessaire si je ne veux pas être convié à l’enterrement de Mack d’ici quelques jours. Au mieux, quelques semaines.

Là encore, ce fut comme chercher une aiguille dans une botte de foin.
Ou presque.
Faire partie de la Garde possède ses avantages et ces derniers ont un nom : Les informateurs.

Adresse rentrée dans le GPS, je tente de maintenir une conduite safe, mon esprit ne loupant pas une seconde pour me rappeler à l’ordre. Est-ce que je ne suis pas entrain de faire une connerie ? Si, une énorme. Mais je préfère ça plutôt que d’avoir la mort et les bleus de Mack sur la conscience. Il est hors de question que cet enfoiré passe une journée de plus à respirer tranquillement, sans l’ombre d’une angoisse a levé.
Comment est-ce que je compte m’y prendre ? Je n’en sais strictement rien. Je suis partie sur un coup de tête, sans réfléchir à la manière dont j’allais aborder la chose avant de me dire qu’il n’y a pas mille façons pour lui faire comprendre qu’il est la dernière des merdes et que s’il retouche à un cheveu de mon amie, je m’occupe de son cas.
Inconsciente. Mais étrangement sûre de moi.

J’arrive devant la propriété, en descend d’un pas vif et rapide, sans prendre le temps de respirer cinq minutes ou même de réfléchir à la situation.
Elle est déjà toute réfléchie, cette situation.
Je frappe trois grands coups dans la porte en bois, luxueuse. Le genre de maison que se paie ceux qui en ont largement les moyens.
Trois autres grands coups, sans réponse.

- Mack ?!

Mon sang se glace, mon cœur cogne furieusement et brutalement. Je vois rouge. Il m’est impossible de savoir si le cri que j’entends est féminin ou masculin mais je m’en contre fous, j’ai déjà ouvert la porte à la volée, prête à me ruer sur ce type quitte à me prend une bonne droite dans la gueule. Mais au lieu de ça, c’est à une toute autre scène à laquelle j’assiste.

Je l’ai cherché durant toute cette semaine, sans succès, avec la ferme intention de me charger moi-même du cas d’Isaac puisque je sais que les autorités ne pourront avoir aucun pouvoir sur cette famille influente. C’est en côtoyant des personnes comme Warren que j’ai appris et compris les mécanismes des sang-purs comme les Tveit ou les Rivers. Rien ne peut les atteindre si ce n’est la force. Donc, a défaut d’avoir trouvé Alec, j’allais moi-même remettre les points sur les « i ». Mais celui que je cherchais se charge de mettre des « poings » tout court.
Et il s’apprête à fracasser un peu plus le visage déjà abîmé d’Isaac, sourire presque fou sur les lèvres.

- Alec ! Stop !

Je m’interpose sans réfléchir, au risque de me manger un coup et le tire par le bras, le pousse légèrement sur le côté pour le déloger. La seule raison pour laquelle je fais ça c’est parce que je connais ce regard, je connais ce sourire tout comme je sais de quoi est capable Alec. Je l’ai vu à l’œuvre, dans une situation des plus délicates et horrifiantes et si personne ne l’arrête, c’est la mort qui attend Isaac. Et probablement Azkaban pour lui, ou pire.

- Non, toi aussi tu restes.

Mon pieds part en avant pour crocheter celui d’Isaac qui tente de s’échapper, pour s’étaler de tout son long sur le sol.

- Petrificus totalus.

Et le voilà raide comme une planche.
J’ai le souffle court mais me reprend bien vite alors que je fais face à Alec. De nouveau dans une situation merdique. Comme à nos habitudes.

- Ca fait une semaine que je te cherche pour te prévenir mais je vois que tu es déjà au courant.

Même si ça n’explique certainement pas ma présence à moi ici…



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2214
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: Asshole - Keza   Jeu 4 Oct 2018 - 13:42

Asshole
There you go create another fable
You wanted to
Grab a brush and put on a little makeup
You wanted to
Hide the scars to fade away the shakeup
You wanted to Whyd you leave the keys up on the table
I dont think you trust in my self righteous suicide
I cry when angels deserve to die


Il l’avait brisée, bridée, martelée. Il avait fait d’elle une victime, une pauvre petite chose blessée qui attendait le prochain coup, incapable de s’extirper de la situation de merde dans laquelle elle s’était vue piégée. Il l’avait drapée de ce rôle insensé, prenant le dessus sur elle sans lui laisser la moindre chance de fuite. Alors bien sûr, la jeune femme avait cru réussir à s’en sortir sans aide. Le problème avec ce type d’individus, c’est qu’ils sont bons dans ce qu’ils font. Alec le savait parfaitement, il en avait un pour géniteur. Alors oui, c’était peut-être lui qu’il voyait à travers Isaac, ce qui ne faisait que renforcer sa colère. Mais il n’avait jamais laissé quiconque blesser sa belle voisine, y compris alors qu’elle en était éperdument amoureuse à l’en rendre aveugle. Il était toujours intervenu, la laissant avancer, mais empêchant les enfoirés d’aller trop loin. Ça n’était pas pour laisser celui-là lui prendre vie et liberté. Il ne la laisserait pas entre ses mains. Entre ses poings. Après tout, c’était lui qui aurait dû être son mari à la base, alors outre toute l’affection qu’il pouvait avoir pour elle : c’était aussi sa guerre.

Et Isaac devait craindre en cet instant de la perdre. Il avait bien trop longtemps jouis de son statut de fils de bonne famille, protégé de tout. Mais pas d’un autre de son espèce. La peur qu’il lisait dans ses yeux, Alec la connaissait bien. C’était celle de ne pas savoir se défendre, celle de ne pas réussir à rendre les coups et de craindre chacun des suivants. Celle, purement instinctive de ne pas s’en sortir en vie. La peur de la douleur et du néant. Une terreur sourde qu’il avait fait ressentir à Mack chaque jour.

Il la cultiverait à partir de cet instant.
Et elle le détruirait.

Les prunelles enflammées d’Alec le lui criaient alors que Kezabel s’interposait entre eux. Non, bien sûr, il ne cognerait pas, il se laissa même éloigner. Le message était passé de toute manière. Et il aurait tout le temps pour sentir ses os craquer plus tard.

Un sourire mauvais, il s’était laissé éloigner tandis que l’autre tentait sa chance. Mais Kezabel ne l’avait pas laissé faire.

- Non, toi aussi tu restes.

L’instant suivant, il s’étalait au sol, figé dans son élan.

« Pas d’bol mec, je doute qu’elle soit dans ton camp. »

Cette situation faisait échos à une autre, bien plus lointaine. Cette fois-là, c’était Kezabel qui faisait les frais de la fange de l’humanité. Il y avait là la même rage à l’œuvre et elle le savait très bien, sinon elle n’aurait pas agit comme ça. D’ailleurs, que faisait-elle là ? Sinon faire exactement la même chose. Peut-être la jeune femme aurait-elle tenté la discussion avant tout. Lui savait parfaitement à qui il avait affaire. Alec avait discuté avec d’autres de ses victimes, celles qui avaient précédées Mack. Celles qui n’avaient pas eu le droit à la parole.

Alec avait fixé un peu la loque au sol en détendant ses poings, avant de le lâcher des yeux, son regard s’apaisant doucement face à Kezabel.

- Ca fait une semaine que je te cherche pour te prévenir mais je vois que tu es déjà au courant.
« Au courant moi ?! Nan, j’ai juste voulu m’inscrire à un cours de boxe. Il est bien mon coach hein ? Bien qu’un peu mollasson à mon goût. »

T’en fais pas, il ripostera sans doute bien plus la prochaine fois.

« Une semaine tu dis ? J’ai définitivement dû louper quelques infos moi. »

Oui, il était amer. Amer de la situation, du fait qu’il n’avait pas été contacté au plus tôt malgré le fait qu’il y avait de toute évidence des amies dans le coin. De toute évidence, Takuma avait bien fait son travail : il n’était pas simple de les trouver. Bien sûr, ce fait aurait dû être positif. Mais vu à quel point ils avaient frôlé la catastrophe, il ne pouvait s’en réjouir. Pire encore, s’il n’avait pas fait la « bêtise » d’apprendre à sa sœur où il logeait, jamais Mack ne l’aurait trouvé… et vu la date à laquelle Kezabel débarquait ici, elle y aurait sans doute trouvé un cadavre.

« T’es là pour prendre ma suite ? C’est gentil de vouloir épargner mes poings ! »

Enervé ? Non, si peu. Et puis, surtout, le serpentard avait apprécié l’éclat de panique qui s’était empressé de zébrer les prunelles d’Isaac.

« Eh ouais mon gars, t’as vraiment pas cogné la bonne nana. T’aurais dû disparaitre dès le mariage comme je te l'ai suggeré. »

C’est dingue ces gens qui ne savent pas lire entre les lignes. Il l’avait prévenu pourtant, qu’il lui rendrait chaque coup au centuple. Alors quoi ? Il avait pensé être au dessus de ça ? Être capable de s’en sortir ? Être intouchable de par son statut ? Il pensait s’en sortir, c’était fort ça ! Un tel aveuglement semblait complètement incohérent. Manifestement ce type n’en avait pas prit assez, des coups, pour ne pas reconnaître le danger quand il se présentait à lui.

Ah oui ! Au fait, parce que mariage il y avait bien eu. Il ne savait pas trop ce que Kezabel savait de la situation. Sûrement rien depuis que Mack était partie. Mais elle pouvait déduire du fait qu’Alec n’était pas en train d’écorcher ce type à vif en commençant par les parties génitales que… manifestement la jeune femme devait être en vie. Il aurait en effet été bien plus virulent dans le cas contraire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2555
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Charleen ▬ Mateo ▬ William ▬ Ora ▬ Margo ▬ Leiv ▬ Maggie ▬ James



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Asshole - Keza   Mar 30 Oct 2018 - 10:05

Asshole
EXORDIUM.
Je ne sais pas à quoi je pensais lorsque j’ai débarqué ici, si je comptais me défouler comme Alec ou simplement user de magie pour lui faire comprendre à qui il se frottait. Mais à aucun moment je n’ai pensé aux conséquences… Je suis fasse à une famille de sang-pur aux idées arriérées qui n’hésiteraient certainement pas à me faire payer l’affront. Mais là, tout de suite, je m’en fou, ça n’est pas ce qui prime. Je pense surtout à Mack, à ce qu’elle aurait pu risquer si Alec n’était pas intervenu, si je n’avais pas eu cette démarche moi-même.

- T’es là pour prendre ma suite ? C’est gentil de vouloir épargner mes poings !

Un rire amer, sarcastique, m’échappe.

- Je comptais y aller plus en finesse mais je vois que tu as déjà bien entamer le travail.


Et pas qu’un peu vu le visage ravagé de ce type qui pleure, de peur, de douleur. Ma raison est là, rôde dans un coin, me murmurant que ce type pourrait à tout moment porter plainte contre nous. Et une petite voix me dit qu’étrangement, il risquerait d’obtenir gain de cause.
Pourtant, rien que d’imaginer cet homme se décharger sur Mackenzie… ma colère redouble, le dégoût s’installe. Pourquoi devrait-il s’en sortir indemne alors qu’il s’est donné le droit de frapper sur sa femme sans l’ombre d’un remord, d’une hésitation ?
Et si je suis là, à la base, c’est pour tirer Mack d’ici. Et en parlant de la jeune femme… où est-elle ?
Je m’apprête à poser la question mais n’en ait pas le temps, Alec me devance.

- Eh ouais mon gars, t’as vraiment pas cogné la bonne nana. T’aurais dû disparaitre dès le mariage comme je te l'ai suggeré.
- Hein ?

L’interrogation est purement sincère alors que je me tourne vers Alec, un sourcil arqué par la surprise.
Ok, premièrement le mariage a eu lieu. Deuxièmement, Alec y a visiblement assisté et surtout, est intervenu. Est-ce que ça explique l’absence de Mackenzie ? Je suis complètement paumée entre mes questions et le reste, me demande finalement si tout n’a pas été fait sans que je n’en sois au courant, à me demander si mon amie était toujours en vie, sans être trop blessée.

- Ok, tu me raconteras tout ça plus tard parce que j’ai visiblement loupé toute la fin de la saison.

Plusieurs épisodes d’affilés, à me ronger les sangs quant à la survie de l’héroïne.
Je me tourne vers Isaac qui, toujours pétrifié, ne peut bouger uniquement les yeux. Les larmes continuent toujours de ruisselées sur ses joues devenues crasseuses et la peur se lit dans ce regard d’animal prit au piège.
Je suis venu ici pour tirer Mack de cette maison et de ses griffes mais pas pour devenir le même monstre que ce type que j’exècre par-dessus tout.

- Avant, il va falloir qu’on le libère. Je me tourne de nouveau vers Alec. Pas sure que ça vaille le coup de se foutre dans la merde pour lui. Je suis certaine qu’il a comprit qu’il a tout intérêt pour sa survie à ne plus toucher à un seul de ses cheveux.

Mon regard de glace se plante dans celui d’Isaac que j’aurai aimé comme beaucoup des proches de Mack, de broyer entre mes propres mains.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2214
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: Asshole - Keza   Mar 30 Oct 2018 - 13:39

Asshole
There you go create another fable
You wanted to
Grab a brush and put on a little makeup
You wanted to
Hide the scars to fade away the shakeup
You wanted to Whyd you leave the keys up on the table
I dont think you trust in my self righteous suicide
I cry when angels deserve to die



- Je comptais y aller plus en finesse mais je vois que tu as déjà bien entamer le travail.


Entamé, oui, c’était une bonne remarque. Il l’avait déjà bien entamé. Pas encore achevé. Non, pour ça, il prendrait le temps que le message passe réellement. Sa rage semblait crépiter dans toute la pièce, pourtant, Alec prenait sur lui pour répondre à Kezabel. Vu sa tension, elle risquait de se prendre quelques remarques  non méritées, et il le savait parfaitement. Alors il tentait de diriger sa colère vers le véritable fautif. Et ses dernières paroles avaient amené une certaine incrédulité chez la nouvelle arrivante.

- Ok, tu me raconteras tout ça plus tard parce que j’ai visiblement loupé toute la fin de la saison.

La fin de saison ? Honnêtement, il ne savait pas trop ce que ça voulait dire. Il verrait ça plus tard.

- Avant, il va falloir qu’on le libère. Pas sure que ça vaille le coup de se foutre dans la merde pour lui. Je suis certaine qu’il a comprit qu’il a tout intérêt pour sa survie à ne plus toucher à un seul de ses cheveux.

Si, ça valait la peine. Après ce qu’avait apprit Alec sur l’énergumène, si, c’était même indispensable. Car il n’y avait pas eu que Mack. Et il n’y aurait pas que ces jeunes femmes s’il n’intervenait pas. Alors, oui, il comptait marquer le coup, violemment, brutalement. Et même si ça le mettait un peu plus dans la merde. Franchement, était-il à ça prêt.

« Mais bien sûr, on va faire ça. »

Une voix presque chantante, comme s'il était heureux de le laisser repartir. Ce qui ne présageait sans doute rien de bon pour lui.
Il s’était retourné vers Isaac.

« Allez, viens là petit ! »

Déjà, il le soulevait, le plaquant contre sa table, prenant sa baguette afin de le libérer, s’approchant doucement de lui, le regard assassin. Son genou s’était abattu entre ses cuisses, lui arrachant un hurlement.

« Et bien sûr, il ne va plus jamais lever la main sur elle. Ni sur aucune autre d’ailleurs. N’est-ce pas Isaac ? »
« J.. non, b-ien sûr. »
« Gentil Isaac.»

Du miel dans la voix. Amer le miel.

« Ouais, c’est évident. Parce qu’à chaque fois que tu laisseras cette rage jaillir sur d’autres que toi-même, je serais là. Chaque fois que tu ne te contrôleras pas, je serais dans l’ombre derrière toi. A chaque pensée, je les entendrais, à chaque espoir de liberté, je resserrerais mon emprise. T’as voulu lui arracher sa liberté ? T’as voulu la posséder, la briser ? Alors maintenant, t’es à moi. Et à chacune des personnes que t’as maltraité.
Les péchés ; ça te retombe toujours sur la gueule un jour. Et quand tu te retrouveras face à celles que tu as poussé à bout - parce qu’un jour ça arrivera - t’auras tout intérêt à t’être amélioré. Parce que crois-moi, à côté d’une femme détruite, je suis bien gentil. »


Une pause pour appuyer son propos.

« Et toi t’es plus rien. »

Le lâchant, il l’avait laissé s’écrouler sur la table, lâchant un petit hoquet de terreur. L’être si fier et cruel qu’il avait rencontré quelques temps plus tôt semblait déjà avoir disparu, laissant place à un enfant ignare et terrorisé. Ça semblait presque trop facile. Et, oui, Alec était tout à fait conscient que la rage qu’il avait accumulée concernant son père durant toute son enfance ressortait en cet instant sur ce type. Chaque mot, il l’avait déjà prononcé tout bas, dans sa chambre, bien des années auparavant. Peut-être pas exactement ceux-là. Mais c’était tout comme. Et qu’il risquait gros en agissait ainsi. Mais cette enflure ne ferait plus jamais de mal à qui que ce soit, il s’en assurerait.

« Allez, on s’appelle ; on s’fait une bouffe ? »

Connard.

Isaac savait sans doute très bien ce que cela voulait dire : il reviendrait, bien sûr. Il serait encore là, comme une ombre, un démon dans sa vie et ce, pour un bon moment. De toute manière, Alec avait besoin de le briser, de détruire sa volonté afin d’éviter qu’il aille pleurer dans les jupons de ses parents. Parents qu’il avait déjà fait chanter pour briser le mariage prévu de leur fils.

Le saluant d’un geste de main, comme une révérence, Alec s’était détourné de lui, le laissant reprendre sa respiration.

« Un verre ? J’ai cru comprendre qu’on avait des choses à se dire. »

Sa voix vibrait encore de fureur alors qu’il s’adressait à Kezabel, l’invitant à sortir de l’habitation. Ça n’était pas dirigé contre elle, bien sûr, mais après une telle mise en tension, il ne pouvait pas s’apaiser aussi vite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2555
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Charleen ▬ Mateo ▬ William ▬ Ora ▬ Margo ▬ Leiv ▬ Maggie ▬ James



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Asshole - Keza   Ven 23 Nov 2018 - 22:50

Asshole
EXORDIUM.
- Mais bien sûr on va faire ça.

Je n’aime ni sa voix, ni ce presque sourire qui soulève le coin de ses lèvres. La colère d’Alec est noire, presque meurtrière et je n’ose imaginer ce qui aurait pu se produire si qui que ce soit n’était pas intervenu en ce lieux. Colère que je comprends pour l’avoir ressenti dès la découverte des ecchymoses de Mackensie.
Colère que je connais venant de lui, pour l’avoir vu de mes propres yeux le jour où Marcus a décidé de faire de moi sa proie, sa victime pour me salir jusqu’à la fin de mes jours malgré moi. Et si j’ai fait un énorme travail et ais réussi à faire avec depuis, il n’en reste pas moins là, dans un coin de ma tête. Une peur latente, cachée, dissimulée, prête à ressurgir à tout moment.

Baguette en main, j’ai l’impression de supervisé une opération de force lorsque je le vois mettre en garde Isaac qui est prêt à tout pour ne pas se faire passer à tabac sur le champ par Alec. Je veille à ce qu’il ne vrille pas, à ce qu’il ne commette pas le geste de trop et il est difficile de ne pas le laisser faire face à un homme qui, lui, ne se pose pas la question de savoir si justement ce geste de trop, est normal ou non. La violence d’Isaac se retourne contre lui, à juste titre et je ne sais plus très bien qu’elle est la meilleure méthode à adopter dans ce genre de cas quand j’ai moi-même la rage au ventre.
Ses paroles me reviennent en pleine face sans que je ne les laisse prendre trop de place. Laisser cet homme en liberté revient à mettre potentiellement en danger plusieurs autres femmes, tout comme j’ai permis à Marcus de laisser ses vices se répandre sur d’autres par mon silence. La finalité est de savoir si nous devrions réellement le laisser partir … Mais pour faire quoi sinon ? Le tuer ? Le garder prisonnier ? Le livrer aux autorités n’arrangeraient rien si ce n’est de laisser une soirée de répit avant que ce connard ne soit libéré tant son bras doit être long.

- Allez, on s’appelle ; on s’fait une bouffe ?

Le coupable est relâché, comme à chaque fois finalement.
Un dégoût amer tapisse le fond de ma gorge, mes doigts crispés sur ma baguette tandis que je ne lâche pas Isaac de mes yeux froids.

- Un verre ? J’ai cru comprendre qu’on avait des choses à se dire.

Mon attention est légèrement détournée sans que je ne détache mon regard sur l’origine de ma venue ici. Sur l’origine de mon mépris et de ma haine.

- Ok, deux minutes. Baguette pointée sur Isaac. Citrouillétafors.

Et tandis qu’il geint ou qu’il gueule face au sort que je lui jette à la gueule, son visage se déformant en une immonde citrouille …

- Crache-Limace. Et son estomac ne tarde pas à se soulever pour éjecter une première bestiole qui rampe joyeusement et lentement sur le sol lustré. Pour deux fois plus de plaisir. Cadeau.

Je suis Alec au travers le domicile. Je n’ai pas manqué de remarquer la baguette brisée au sol et avant que quelqu’un ne puisse lui venir en aide, il aura le temps de tapisser les murs de son domicile de limaces et d’en faire un élevage.
Nous retrouvons l’extérieur avant que je ne me tourne vers mon ami qui semble aussi tendu que moi.

- Je ne connais pas le coin pour te conseiller un bon endroit pour prendre un verre et je doute que ça soit une bonne idée de rester dans les parages.

Pas que ça n’empêcherait ces abrutis de nous retrouver mais si on pouvait au moins s’éloigner un minimum … L’idée me semble plus judicieuse que de stagner dans le coin.

- Par contre j’connais un endroit sympa pas loin de chez moi si tu veux ?

J’attends sa réponse avant de prendre son code au creux de ma main pour le faire transplaner avec moi dans une ruelle que j’emprunte régulièrement pour me déplacer par voie magique. Je le guide au bout de l’impasse pour déboucher sur une rue un peu plus animée et surtout – bizarrement – plus respirable, moins pompeuse.

- Autre endroit, autre ambiance.

D’un signe de tête je l’invite à me suivre.

- Qu’est-ce que tu comptais faire de lui ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2214
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: Asshole - Keza   Mar 27 Nov 2018 - 16:37

Alec était froid et dur. Il se savait surtout sur la corde raide. Ça n’était un secret pour personne dans cette pièce : il était capable de basculer à tout moment et de tuer cet homme. Ça ne faisait aucun doute. Pourtant, il se contenait. En premier lieu car une seule heure de souffrance avant de passer l’arme à gauche ne serait pas un assez gros carnage pour les crimes de ce type… et ensuite parce qu’il y avait Kezabel pour le contenir et mine ne rien, ça n’était pas négligeable. Sans elle, il aurait sans doute été plus loin. Dans son esprit à l’heure actuelle, ça n’était d’ailleurs que partie remise. Elle savait qu’il n’était pas loin de vriller. Cela dit, ça faisait déjà bien longtemps que c’était fait. Il lui avait suffit d’un regard sur le corps de Mack pour en arriver à cet état de tension meurtrière qui sévissait en lui. Il ne pardonnerait pas et n’oublierait pas, c’était certain. Et Isaac n’avait aucune possibilité de vivre à présent comme si rien ne s’était passé. Alec s’y était engagé et quoi que dirait Kezabel, il ne changerait sans doute pas ses plans.

Avec un regard mauvais et un petit sourire moqueur, il l’avait observée lui dire d’attendre et la voir en rajouter une couche sur Isaac qui, manifestement, s’était cru à tors libéré de leur présence et des sévices qui y étaient associés. Eh non, ça n’était pas fini. D’ailleurs tu croyais qu’elle était là pour quoi, elle ? Une pipe gratuite ? Te sauver la mise par bonté d’âme ? Sincèrement !

Un petit rire lui avait échappé devant la conclusion de la jeune femme alors qu’elle laissait leur victime transformée et vomissant des limaces jusqu’à ce que quelqu’un lui vienne en aide. Il l’aurait bien empêché de sortir de chez lui pour faire durer le bonheur mais bon, n’abusons pas des bonnes choses !

Enfin dehors, le jeune homme avait inspiré à fond l’air frais de l’extérieur, tentant de redescendre en pression.

- Je ne connais pas le coin pour te conseiller un bon endroit pour prendre un verre et je doute que ça soit une bonne idée de rester dans les parages.
« Pas faux. »

Ne pas être vu dans le coin à l’heure actuelle serait sans doute une bonne chose.

- Par contre j’connais un endroit sympa pas loin de chez moi si tu veux ?

Un hochement de tête.

« Allons-y. »

Pas très loquace, j’avoue. Il lui fallait se calmer un peu pour ça. Lui tendant la main d’un geste, il l’avait laissée transplaner et l’emporter avec lui là où elle avait décidé de les amener. Lui faisant entièrement confiance, il avait bientôt atterrit dans une ruelle pour ensuite la suivre dans une rue plus animée.

- Autre endroit, autre ambiance.

C’était certain. Plongeant ses mains pleines de sang dans les poches de sa veste, il les avait dissimulées au regard des gens.

- Qu’est-ce que tu comptais faire de lui ?

Alec la suivait dans la rue, tentant de se repérer. Etaient-ils à Londres ?
Il haussa des épaules, l’air de mépriser l’avenir de ce type, au centre de leur conversation.

« Je lui rendrait chacun des coups qu’il a pu donner et je ferais de sa vie un enfer. Je ferais en sorte qu’il ne se sente plus jamais en sécurité, qu’il ait peur de tout et de tout le monde, et qu’il apprenne qu’on ne s’attaque pas aux gens en espérant ne jamais en payer les conséquences. »

Plutôt bien résumé.

« Et dans l’histoire, espèrer ne pas me prendre un retour de bâton trop violent. »

Parce qu’à l’image de ce qu’il venait de dire, il savait que ses actes auraient des conséquences, d’autant plus s’il finissait par le tuer. Surtout qu’Isaac savait parfaitement qui il était. A présent, il lui fallait être trop impressionnant pour qu’il n’aille chercher une aide efficace.

« Mack va bien. Elle est en sécurité chez moi. »

Parce que c’était une information importante et qu’il n’était plus sûr de l’avoir donnée. Et qu’il commençait à se calmer assez pour réfléchir à ce genre de choses… comme aux ressentis de Kezabel.

« Si seulement j’avais su avant.. »

Avant qu’elle se retrouve dans cette situation affreuse et inextricable.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Asshole - Keza   

Revenir en haut Aller en bas
 
Asshole - Keza
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Why do people say “nice to meet you” before I've ever said anything ? How do you know it's nice to meet me ? I'm an asshole.
» Preben Nielsen ; I may be an asshole, but it's a lot more fun than being normal
» I'm an asshole, and then!
» ❖ REDWOOD HILLS TOUT AU LONG DE L'ANNEE
» help me, asshole {ft.Jasun}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Autour du monde :: Grande Bretagne :: — Angleterre-
Sauter vers: