AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vieux démons [Kezabel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 3230
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins / Bethany M. Gatling



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Vieux démons [Kezabel]   Mer 19 Sep 2018 - 10:50

~Mercredi 30 septembre – Dans l’après-midi~

Adossé contre la barrière du métro, Emily prend le temps de fumer une cigarette. Elle sait qu’elle devra se retenir un peu dans les heures qui suit et si c’est pour la bonne cause, elle profite de cette petite pause. C’est son pêché mignon, toujours son petit plaisir, mais c’est comme ça, elle n’y résiste pas. Alors elle laisse la fumée se disperser lentement autour d’elle, ayant pris soin de se mettre dans un coin isolé pour ne pas déranger ceux qui attendaient déjà à la station de métro. Son regard se perd dans le vide, un mince sourire flotte sur son visage. Elle est calme, apaisée. La matinée a été douce. La veille elle avait travaillé jusque tard, ayant fait un extra et s’était donc levé un peu plus tard que d’habitude. Là, elle n’avait pas laissé le choix à Cameron et s’était lancée dans la préparation d’un brunch. Une salade de fruits, des pancakes, des œufs brouillés. Elle commençait à prendre le coup de main en cuisine et s’amusait de plus en plus. Cameron n’avait pas l’air de s’en plaindre. Il avait partagé ce brunch, sur le canapé sinon ça perd de son charme, avec une bonne tasse de café, un jus de fruit et Friends à la télévision. Emily avait ri, de bon cœur et taquiné son frère comme à son habitude. Mais parfois, elle arrêtait ses bêtises, se stoppait et le fixait avec douceur. Elle était heureuse. Cette vie, elle ne l’aurait jamais envisagée. Mais chaque matin, quand elle sortait de son lit et qu’elle se disait qu’elle allait pouvoir préparer un repas à son frère ou le retrouver après le boulot, elle avait le sourire. Ils avaient réussi, à construire un foyer, à se reconstruire. Ils étaient des survivants.

Emily avait ensuite pris le temps de bouquiner un peu dans sa chambre et de se préparer en douceur. Elle avait rendez-vous chez Kezabel, comme assez souvent d’ailleurs. Sa petite-amie l’avait prévenue qu’il y avait encore un peu d’agitation chez elle suite à la venue des cousins. Ems n’avait émis aucune protestation face à ça, du moment qu’elle pouvait la voir, c’était tout ce qui comptait. En début d’après-midi elle avait donc quitté son appartement et s’était embarqué dans les transports, dans sa bulle.

Sa cigarette terminée, Emily alla l’éteindre sur une poubelle et jeter le mégot dans cette dernière avant de se remettre en route vers le domicile Hastings. Une fois devant la porte, elle sonna, afficha un beau sourire. Elle ne savait pas si certains des cousins étaient dans la maison, qui allait ouvrir alors autant afficher un beau sourire. Ce fut un des cousins de Keza qui lui ouvrit la porte, Alex apparemment.

« Enchantée Alex, Emily ! »

Le cousin la fit entrer et lui expliqua que Kezabel était dans la salle de bain, qu’elle arriverait dans une minute. Elle le remercia puis il y a eu une petite seconde de silence. Le garçon semblait hésiter à parler, Ems tâcha de paraître toujours aussi aimable et accueillante, oui oui, elle savait faire. Finalement, cela semblait fonctionner puisque le cousin se décida enfin à parler.

« Eh… Comme t’es amie avec Kezabel, tu savais toi qu’elle avait un copain et qu’ils allaient vivre ensemble ?

- Pardon ? »

Bug intersidéral. Emily fixe le cousin avec de grands yeux, complètement incrédule. Elle cherche dans son regard une trace de malice, quelque chose qui lui prouverait qu’il cherche à la faire marcher, à la faire réagir. Mais rien. Lui la regarde avec insistance comme s’il en avait marre de la voir faire sa tête de merlan frit et qu’il attendait une réponse. Emily toussote. Elle est censée répondre quoi à cette histoire ?

« Il s’appelle Warren je crois

- Warren ? »

De mieux en mieux. On nage en plein délire. Emily devrait dire à Alex qu’il déraille, rigoler un bon coup et lui dire que cela ne le regarde pas. Mais elle bug. Complet. Elle sait que Kezabel et Warren sont plutôt proches. Et si ? Mais non, c’est idiot… C’est impossible. Vraiment ? Des bruits de pas la tirent de ses pensées et elle voit Kezabel apparaître. Alex s’approche alors rapidement d’elle.

« Tu lui dis pas que je t’ai dit hein. »

Et il file comme si de rien n’était. Emily le regarde partir, les yeux toujours aussi ronds et grands ouverts. Quand son regard se pose enfin sur Kezabel elle ne sait plus quoi dire. Elle ne sait plus comment réagir et reste complètement immobile face à sa petite amie. C’est idiot, pourquoi s’attache-t-elle à ce que le cousin a dit ? Il ne sait rien, il a dû mal interpréter quelque chose. Il n’y a aucune autre explication et pourtant. Pourtant quelque chose vrille dans le cerveau d’Emily.

« Oh salut… Désolée je suis un peu fatiguée à cause d’hier… »

Sourire timide. Emily, tu dérailles.


Dernière édition par Emily Anthon le Mar 13 Nov 2018 - 12:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2553
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Charleen ▬ Mateo ▬ William ▬ Ora ▬ Margo ▬ Leiv ▬ Maggie ▬ James



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Vieux démons [Kezabel]   Mer 3 Oct 2018 - 10:26

Vieux démons
EXORDIUM.
Samedi 19 Septembre – Après-midi

- J’te jure, une vraie pouffiasse. Je lui aurais claquée la tronche si ça n’était pas pour un entretient d’embauche.
- Quelle morue. Viens, on va lui péter les jambes.

J’ai la tête renversée dans le vide, étalée comme une crêpe en plein milieu de mon lit, à raconter ma vie à Riley. Les derniers évènements se sont tassés, j’ai retrouvé ma meilleure amie et c’est tout ce que je voulais. Je n’aurai pas supporté que tout ça nous sépare et brise définitivement toute cette amitié qui m’est chère.

- Non, on adoptera une mort plus subtile et lente. Parait que d’arracher les ongles et y mettre de l’acide, c’est pas mal.
- On peut aussi opter pour ce même procéder mais avec les yeux.
- Très bonne idée. Je marque une pause. Messieurs, Mesdames du FBI, si vous nous écoutez, veuillez ne pas prendre au sérieux cette conversation…

Nous éclatons de rire en cœur, imaginant le swatt débarquer furieusement dans nos maisons respectives pour nous embarquer. Et l’on se voit espionnes ou guerrière, voir les deux. Parfois je me dis qu’à nous deux, nous pourrions écrire sans aucun problème le scénario d’un bon film d’action avec deux supers nanas badass au casting.

- D’ailleurs, toujours ok pour la visite de l’appart’ demain ?
- Yes ! J’espère qu’on l’aura celui-là. J’imagine déjà ma vie dans cette baignoire.
- Avec option Argentine je suppose ?
- Si tu savais…
- Nooon, je ne veux pas savoir !

Mais elle continue, la garce ! Et je m’offusque faussement parce qu’en réalité, on se cache très peu de chose. Bon, je n’irais pas jusqu’à dire que nous parlons de nos vies sexuelles de long en large et en travers mais il nous arrive d’avoir une conversation suffisamment détaillée parfois, par soucis, inquiétude ou tout simplement questionnement.

- Oh merde ! Faut que je raccroche, je vais être à la bourre.

Je viens juste de jeter un œil sur ma pendule pour me rendre compte qu’Emily arrive dans moins de quinze minutes et que je suis encore en pyjama, pas lavée, rien du tout. Bien évidemment Riley se fout de moi et ce sont sur des insultes amoureuses que je raccroche en abandonnant mon portable sur mon lit. Je choisis rapidement mes fringues et cours vers la douche.
C’est ça à vouloir cancaner au téléphone, raconter des conneries… Bordel.

- Aleeeex !
- Ouais ?
- Si Emily arrive, tu peux lui dire que j’suis dans la salle de bain et que j’me dépêche ?
- Ooookaaaay !

Mon cousin a décidé de squatter ici encore quelques jours, trop heureux d’avoir renouer avec Adam qui est d’ailleurs occupé au téléphone, lui aussi. Décidément.
Je fais au plus vite, me lave les cheveux aussi, me rince, me sèche et m’habille. Je m’apprête un minimum et si c’est une habitude que j’avais prise pour moi il y a déjà quelques années, j’ai rapidement prise conscience que j’y mettais un plaisir plus particulier depuis que je suis avec Emily … Que ça soit pour le choix d’une petite touche de parfum ou un maquillage léger, rien n’est fait ou choisit au hasard.
Cheveux détachés, j’enfile le petit pull turquoise après avoir boutonné mon jean. J’entends quelques voix en bas et reconnais celle d’Emily. C’est avec un large sourire aux lèvres que je descends les escaliers, trop heureuse de la revoir aujourd’hui.

- Hey ! Ca y est, me voilà !
- Oh salut…

Quelque chose sur son visage me fait ralentir le pas, légèrement.

- Tout va bien ?
- Désolée je suis un peu fatiguée à cause d’hier…

J’acquiesce silencieusement, sans vraiment comprendre ce qu’elle entend par « à cause d’hier » mais je table ça sur un de ses shifts qui a dû s’éterniser. Je sais que son job n’est pas le plus reposant et que malgré son énergie vive et naturelle, il lui arrive d’être complètement morte le lendemain d’un service.
Tendrement je lui dépose un baiser sur le coin des lèvres avant de la guider d’un signe de la tête vers l’escalier, direction ma chambre.

J’ouvre la porte et passe la première, suivit de près par ma petite amie. Mon regard se pose sur mon bureau, mon sang ne fait qu’un tour. Je constate que le petit paquet qui n’est d’ailleurs pas encore emballé, trône toujours sur un coin du meuble. Petit paquet qui lui est destiné, certes, mais je ne voulais pas lui donner tout de suite, comme une sorte de surprise, même si ça n’est pas grand-chose. D’un pas vif, je cache l’objet et le range précipitamment dans le tiroir de mon bureau, sans me douter un seul instant que ce simple geste pourrait être considérer comme une tentative de dissimulation de preuve…

Je tâche d’afficher un sourire tranquille, l’air de rien, dos au tiroir.

- C’est ton service qui t’as autant épuisée ? D’ailleurs, désolée de ne pas avoir répondu à tes deux appels mais la journée d’hier a été un peu chargée pour moi aussi.


Là encore, je m’enfonce, sans savoir tout ce qui peut se tramer derrière ce regard que je ne lui ai encore jamais vu.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3230
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins / Bethany M. Gatling



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: Vieux démons [Kezabel]   Lun 8 Oct 2018 - 15:50

Kezabel va vite se rendre compte que quelque chose ne va pas, tout ça est terriblement ridicule et pourtant… Pourtant Emily a beau tenter de se raisonner, chercher à reprendre le contrôle sur ses émotions, elle n’y arrive pas. Un truc tourne en boucle dans son cerveau, l’empêche de passer à autre chose. Elle ressasse les paroles d’Alex et plus elle les entend raisonner dans son esprit, plus elle a l’impression qu’elles sont réelles, pleines de logiques… Après tout, Warren est loin d’être laid, il est même plutôt attirant, lui aussi est du genre à s’engager pour protéger la cause des moldus et… La silhouette de Kezabel se trouve juste là. Emily cherche à reprendre le dessus et articule un salut ainsi qu’une excuse molles. Tout est mou en elle et elle a franchement envie de tourner les talons. Kezabel le sent, sa justification ne tiendra peut-être pas… Pourtant, la jolie blonde dont le pull turquoise ne fait que ressortir la douceur de sa peau s’approche et dépose un baiser au coin de ses lèvres. Emily ne réagit pas, elle ne bouge pas, elle accueille ce baiser sans avoir la force d’y répondre. Un sourire timide se dessine sur ses lèvres et finalement, elle suit Kezabel jusqu’à sa chambre. Dans son cerveau, c’est un bazar sans nom.

Kezabel entre la première dans la chambre. Si l’esprit d’Emily a du mal à se libérer, elle observe tout de même sa petite amie. Elle la voit se ruer vers son bureau, elle la voit, de dos, se dépêcher de glisser quelque chose dans un tiroir. Emily s’assoit sur le lit sans la quitter du regard. Il n’y a pas qu’elle qui est parano, non ? Ce geste était étrange, cette précipitation… Et d’ailleurs, qu’est-ce qu’elle pourrait avoir à lui cacher ? Malgré elle, les sourcils d’Emily se froncent. Kezabel elle ne bouge pas, toujours adossé contre son bureau. Et elle enchaîne, sentant soudainement le besoin de se justifier au sujet d’appels qu’elle avait laissés sans réponse. Sur le coup, Emily n’en avait pas fait grand cas mais maintenant… Respire Ems, respire.

« Ah oui ? Raconte-moi. »

Garder son calme, ne pas donner l’impression de travailler pour la gestapo… Le ton d’Emily n’est pas agressif non mais on sent bien dans ses propos que quelque chose cloche, que tout n’est pas comme avant. Elle a l’impression d’avoir la bouche sèche et que de parler, de poser une simple question est un grand effort. Un grand effort pour décoller ses lèvres qui collent entre elles, qui se scellent comme pour mieux laisser le poison se développer en elle. Ems sait pourtant que si elle se contente de questions laconiques, de petites phrases elle risque d’éveiller les soupçons de Kezabel. Et aussi perfide que cela soit, une petite voix lui susurre au creux de l’oreille que plus elle se montra suspicieuse et moins Kezabel baissera la garde… Non putain Emily, non !

« Qu’est-ce que tu as fait hier ? »

Emily s’applique cette fois à prendre un ton plus doux, elle tapote le lit à côte d’elle comme pour inviter Kezabel à venir s’asseoir à ses côtés. Elle affiche un mince sourire, elle a presque l’air normale. Kezabel commence à la connaître et sans doute percevra-t-elle l’étrange éclat dans son regard. Peut-être parviendra-t-elle à se rendre compte que quelque chose dans l’attitude d’Ems ne va pas. Mais c’est plus fort qu’elle, elle n’arrive pas à lutter. La peur, la jalousie s’immiscent en elle, dessinent des arabesques sombres et vicieuses. Elle aimerait être plus forte que ça, ne pas se laisser happer, ne pas envisager de mettre sa petite-amie dans une situation délicate… Et pourtant, le doute est là. Elle a besoin de faire la lumière sur tout ça, elle a besoin de comprendre, d’être sûre. Elle n’arrivera pas sinon à faire taire la petite voix qui n’arrête pas de marteler dans son crâne.

« Mais oui, pardon, c’est le service qui m’a fatiguée, y’avait beaucoup de monde alors j’suis un peu à côté de mes pompes mais promis, ça va pas durer. »

Nouveau sourire timide. Elle a besoin de savoir où les cernes sous ses yeux risquent de se creuser plus que jamais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2553
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Charleen ▬ Mateo ▬ William ▬ Ora ▬ Margo ▬ Leiv ▬ Maggie ▬ James



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Vieux démons [Kezabel]   Mar 30 Oct 2018 - 10:06

Vieux démons
EXORDIUM.
Je la trouve bizarre, étrange, c’est vrai. Mais sans que ça ne m’inquiète plus pour l’instant. Je lui fais confiance lorsqu’elle me dit qu’elle est crevée par son service et je la crois à 100%. Je n’ai jamais exercé ce métier mais il suffit de voir les serveurs et serveuses courir partout pour se rendre compte à quel point il doit être usant de faire des shifts intenses avec des horaires que je sais, par Emily, pas toujours évidentes.
Et j’avoue que mon esprit est aussi accaparé par ce que j’ai essayé de cacher dans le tiroir et par l’excitation que cette boite cadeau me procure.

- Ah oui ? Raconte-moi.

Je fronce légèrement les sourcils sans trop m’attarder sur le ton étrange qu’elle emploi. Rien d’agressif mais … juste étrange. Je m’inquiète un peu plus, viens à me dire qu’il y a eu un souci à son job et que je ne suis pas au courant. Quelqu’un qui l’emmerde ? Qui la harcèle ? Si tel est le cas, je le sais déjà, c’est baguette au poing que je vais me pointer là-bas pour régler le litige direct. Je sais qu’Emily est LARGEMENT capable de se débrouiller seule mais il faut croire que mon affection pour elle, me pousse des ailes. Si un jour quelqu’un à la stupide idée de l’emmerder ou de lui faire du mal, je sais déjà que mon impulsivité parlera pour moi.
Bref, tout ça pour dire que j’ai l’impression que quelque chose de sous-jacent guette…

- Qu’est-ce que tu as fait hier ?

… Ou pas. Sa voix se fait plus douce, plus tranquille. Sourire aux lèvres, je retrouve l’espace d’un instant là Emily que je connais : Souriante, tranquille, intéressée. Je répond à l’appel de son geste, viens m’assoir à côté d’elle, légèrement tournée sur le côté pour lui faire face.
Peut-être que je suis bien trop parano à m’imaginer tout et n’importe quoi, à me faire déjà des films sur ce qu’il se passe à son taff. C’est comme si ma petite amie lisait dans mes pensées ou l’inquiétude qui transperce peut-être de mes prunelles.

- Mais oui, pardon, c’est le service qui m’a fatiguée, y’avait beaucoup de monde alors j’suis un peu à côté de mes pompes mais promis, ça va pas durer.

J’esquisse un sourire et glisse une mèche de cheveux derrière son oreille d’un geste tendre, laissant la pulpe de mes doigts parcourir l’orée de sa mâchoire.

- J’comprends.

Qu’elle soit crevée, épuisée.

- On a juste fêté l’anniversaire de mon cousin, il y avait pas mal de monde et de préparation. Bref, rien de transcendant mais c’était une sacrée organisation.

Je balaie mes mots d’un geste de la main, me doutant que l’histoire détaillée de cette après-midi ne doit pas être extrêmement intéressante, tout comme de savoir que j’ai passé la matinée à jouer les pâtissières en herbe. Je ne lui évoque pas la venue de Warren, ne voulant pas rompre le secret et la promesse faite au jeune homme de taire sa venue ici, même si j’ai une confiance aveugle et inébranlable envers Emily.
Et peut-être que là encore, je m’enfonce un peu plus. Sans le savoir, sans le vouloir. Toujours sans comprendre ce drôle de visage parfois, se drôle de regard et met ça sur le compte de la fatigue.
A tort.

- Si tu veux, tu peux t’allonger un peu. Histoire de dormir une petite demi-heure. Je dépose un baiser furtif sur ses lèvres avant d’enchainer. Je peux même rester avec toi si tu veux.

Sourire aux lèvres, sans arrière-pensée, juste une proposition de se poser simplement, elle et moi dans une étreinte silencieuse où Emily pourrait y trouver un peu de repos et de sommeil.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3230
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins / Bethany M. Gatling



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: Vieux démons [Kezabel]   Mar 30 Oct 2018 - 11:44

Cette situation est grotesque. Kezabel est toujours la même, douce, attentive, elle cherche à faire au mieux, son sourire ne disparait pas. Elle vient s’asseoir à côté d’Emily sur la demande de celle-ci et semble ne se douter de rien. De ce poison qui grandit petit à petit chez la jeune femme, de cette peur qui la ronge de l’intérieur. Emily pensait qu’elle maîtrisait sa jalousie, elle avait progressé en laissant par exemple son grand-frère fréquenter une fille sans se sentir abandonnée, sans avoir l’impression d’être relayée au second plan. Mais les simples mots d’Alex avaient suffi à semer le doute en elle. A réveiller un démon qu’elle pensait avoir enterré depuis longtemps. Et lorsqu’elle sent la main de Kezabel sur son visage, glisser une mèche de cheveux derrière son oreille, glisser le long de sa mâchoire, alors qu’elle l’entend si compréhensive, Emily se sent perdue. Elle n’écoute que d’une oreille Kezabel qui lui parle de l’anniversaire de son cousin. Et si c’était dans ce genre de fêtes qu’elle montrait Warren ? Qu’il pouvait se glisser et faire partie de la famille, être un peu l’officiel… Ems ferme les yeux quelques secondes. Tout s’agite dans sa tête et plus elle y pense plus des théories foireuses s’articulent. Elle sait au fond que tout n’est pas logique, qu’elle est parano mais n’arrive pas à lutter. La peur est bien là, au creux de son ventre.

Kezabel elle se fait toujours aussi prévenante. Elle lui propose de s’allonger un peu pour se reposer, elle dépose un baiser doux sur ses lèvres auquel pourtant, Emily n’a pas la force de répondre. Elle n’arrive pas à être pleinement là, à profiter de ce moment de douceur comme elle le devrait. Pourtant, Kezabel est prévenante, douce, elle semble agir exactement comme d’habitude. Mais Ems ne peut s’empêcher de se dire qu’il y a peut-être autre chose derrière tout cela, un non-dit, un mensonge…

« J’peux pas ! »

Emily s’était levée soudainement du lit, repoussant Kezabel avec peut-être un peu trop de brusquerie. Elle lui tourne le dos, une main se crispant sur son visage. Elle se bouscule dans sa tête. Elle n’est pas sûre que tout cela ait du sens, elle nage sans doute en plein délire mais il faut que ça sorte… Emily ne peut pas garder un truc comme ça à l’intérieur. Jouer les inspecteurs discrets ce n’est pas son truc. Elle est frontale, elle a besoin d’une confrontation. Elle a besoin de savoir. Elle se retourne alors vivement pour faire face à Kezabel.

« Qu’est-ce qu’il y a entre toi et Warren ? »

C’était sorti, sur un ton un peu plus élevé et un peu plus brusque qu’elle ne l’aurait voulu sans doute mais elle n’avait pas pu faire autrement. La question lui brûlait les lèvres et maintenant qu’elle l’avait prononcée c’était comme si l’acide se rependait sur l’ensemble de son corps. Son regard se perdit sur Kezabel, elle l’observait, la détaillait. Elle était si belle, apprêtée, si douce et pourtant… Une image d’elle, complice avec Warren lui traversa l’esprit et lui retourna le ventre. Ses yeux commencèrent à brûler mais non. Non, elle ne pouvait pas se mettre à pleurer maintenant, comme ça, c’était ridicule. Elle ne devait pas ouvrir une porte de sortie à Keza. Elle devait avoir une réponse à sa question, il fallait qu’elle sache tout de suite ou elle allait exploser.

« Je sais qu’il est venu ici… »

Les mots s’étranglent dans sa gorge. Elle paraît presque moins en colère, presque trop… Perturbée, par ce qu’elle dit elle-même, par ce qu’elle imagine. Elle ne se base que sur les mots de son cousin, que sur des impressions. Si elle avait pris le temps d’y réfléchir elle aurait sans doute agi différemment mais l’émotivité prend le dessus. Elle emporte tout.

« C’est un truc à lui que t’as caché dans ton tiroir ? »

La jalousie est perverse. Et destructrice.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2553
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Charleen ▬ Mateo ▬ William ▬ Ora ▬ Margo ▬ Leiv ▬ Maggie ▬ James



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Vieux démons [Kezabel]   Mar 30 Oct 2018 - 21:33

Vieux démons
EXORDIUM.
Un cri du cœur mais surtout un geste qui me blesse autant qu’il me surprend.
Emily me repousse brusquement, mon corps partant légèrement vers l’arrière et si l’incompréhension prime, ça n’empêche pas cette douleur me traverser de part en part. Je suis de nature impulsive malgré la douceur qui prône généralement chez moi et cette fois ne fait pas exception, sentant mon sang ne faire qu’un tour dans mes veines.
Ma petite amie est là, debout, à s’animer pour je ne sais quelles raisons et je ne suis pas foutue d’articuler quoi que ce soit, trop surprise par cette réaction presque violente de sa part. Ca ne lui ressemble pas. Et après réflexion, tout ce comportement ne lui ressemble pas.

- Qu’est-ce qu’il y a entre toi et Warren ?
- Quoi ? C’est quoi ces conneries ?

Sa question est presque plus violente que le geste. Qu’est-ce qu’il y a entre Warren et moi ? C’est un gag ?
Certes, bien avant de sortir avec elle, il y a eu un moment d’hésitation entre lui et moi. Une frontière que l’on aurait pu franchir mais ça n’a pas été le cas et j’en suis bien heureuse comme ça. Ce garçon est un ami proche, très proche mais jamais je n’aurai osé tenter quelque chose alors que j’ai le cœur obsédé par quelqu’un d’autre.
Mon estomac se tord, mes sourcils se froncent et j’attends plus d’explication parce que je suis définitivement largué face à cette crise de jalousie sortie de nulle part. Comme un cheveu sur la soupe.

- Je sais qu’il est venu ici…
- Et ?

Oui, et quoi ? Tu vas m’interdire de voir mes amis masculins par jalousie ?
C’est une facette que je ne connais pas venant d’elle, je ne suis pas contre la jalousie, au contraire. C’est peut-être égoïste mais à un certain degré, je trouve ça presque flatteur si je l’entendais seulement grogner pour le regard appuyé d’un autre homme ou d’une autre femme. Mais là, c’est une jalousie mal placée que j’exècre pour la simple et bonne raison que je pensais que nous avions une relation de confiance, d’entente. Et autre chose me travaille … comment a-t-elle su ? Pas que j’ai quoi que ce soit à cacher mais si Emily est au courant, j’ai surtout peur que Mily le soit aussi.

- C’est un truc à lui que t’as caché dans ton tiroir ?

Je me redresse, mon regard résolu planté dans le sien. Un rire sec et accablé m’échappe.

- Non mais je rêve.

Je tourne les talons et ouvre brutalement le tiroir, agacée et en colère de faire face à cette scène qui n’a absolument aucun sens.

- Oui, t’as raison, c’est vrai que j’irai chercher un cadeau à un pseudo amant avec ton prénom gravé dessus.

Je lui colle la petite boite entre les mains après avoir refermé le tiroir tout aussi brusquement, le bois claquant dans un bruit sourd. Ce qu’elle y trouvera c’est un cadeau un peu con mais où je me suis dit que, personnalisé, il pourrait rendre cette petite chose plus précieuse. A savoir : un médiator argenté avec son prénom gravé dessus.
Mon regard cherche de nouveau le sien, prenant conscience à quel point la situation à changer de tout au tout. Passant d’une douceur et d’un plaisir à de l’agacement pure mais aussi, une susceptibilité qui pique, douloureuse.

- Ravis d’apprendre que tu es du genre à croire que je me tape le premier mec qui fout un pied chez moi. Par Merlin, tu me prends pour qui au juste ?

Je suis blessée, encore une fois. Dents serrées, je croise les bras sur ma poitrine, furieuse de voir qu’elle… Fais chier. J’ai la gorge serrée, le ventre noué, avec l’impression qu’un torrent de lave se répand dans mes veines. Quitte à ce qu’elle soit jalouse, j’aurais mille fois préféré qu’elle me fasse par de son doute, en discutant, plutôt que foncer tête baisser dans cette accusation qui me heurte plus que je ne voudrais me l’avouer.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3230
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins / Bethany M. Gatling



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: Vieux démons [Kezabel]   Lun 5 Nov 2018 - 19:16

Emily est perdue, la jalousie est venue se placer dans son cœur, dans ses veines, elle la parcourt en entier et c’est comme si elle ne pouvait rien faire contre ça. C’est plus fort qu’elle, bien trop fort. Elle a succombé. Elle n’a pas posé calmement la question, elle n’a pas pris un air détaché en parlant de ce que le cousin lui avait appris comme si ça n’avait pas d’importance. Non, elle a laissé le poison l’envahir et prend de la place jusqu’à exploser. Exploser au visage de Kezabel sans qu’elle ne puisse rien faire d’autre que tout recevoir. Sauf que ce à quoi Emily ne s’attendait pas, c’était que la jeune femme réagisse avec autant de vigueur qu’elle. Immédiatement les mots sont rudes. Conneries ? Emily ne réagit pas, la fixant avec toujours autant de colère et d’incompréhension. Elle enchaîne et cette fois, le volcan explose du côté de Kezabel. C’en est trop pour elle. Ems la regarde se diriger vers son bureau et ouvrir le bureau avec rage. Elle attrape la petite boîte qu’elle lui tend et la regarde sans comprendre. Petit à petit, la colère se mue, se transforme, se dégonfle. Les mots de Kezabel sont rudes, elle est folle de rage face à cette accusation. Face à la question que visiblement elle n’aurait jamais voulu entendre. Emily ouvre la boîte alors que les mots de Keza résonnent dans la chambre. Un médiator à son nom. Non, elle ne s’attendait absolument pas à ça.

Les yeux d’Emily alternent entre le médiator dans la petite boîte et le visage de Kezabel. Elle est folle de rage, blessée visiblement par les accusations de sa petite-amie. Cette dernière ne sait plus quoi penser. Elle a cru le cousin de Kezabel, sans trop savoir pourquoi. Elle a foncé tête baissée sans à aucun moment laisser le bénéfice du doute à celle qu’elle aime, à celle en qui elle est censée avoir entièrement confiance. Elle a commis une erreur, une terrible erreur et un nouveau poison s’invite en elle. Il ressemble à la culpabilité. Il est piquant, sombre… Mais les mots de Kezabel ravivent son orgueil. Parce que la colère de sa petite-amie la pousse à contre-attaquer. Emily ferme la petite boîte et la pose sur le lit. Le geste est lent mais n’a rien d’apaisé. Elle se tourne de nouveau devant Kezabel.

« Donc je suis une connasse qui n’a pas confiance en toi c’est tout ? C’est ça ? Ton cousin m’ouvre la porte en me disant que tu vas vivre avec Warren, tu te comportes bizarrement et moi je dois être parfaitement sereine ! »

Emily sait qu’elle est en tort. Elle sait que c’est elle qui est venue l’accuser sans autre forme de procès. Mais elle se sent vexée à son tour par la réponse de Kezabel. Les émotions sont rarement objectives. Alors elle attaque à son tour, elle montre les dents parce que dans ces moments-là, c’est tout ce qu’elle sait faire. Aboyer ou prendre la fuite. Ses poings se crispent alors que les larmes lui montent aux yeux. Elle aimerait disparaître, tout effacé. Mais elle ne peut rien y faire. La culpabilité, la colère, la vexation aussi… Tout se mélange et c’est douloureux.

« Et prétends pas que Warren est n’importe qui ! Bien sûr que j’aurais pas cru à ça si ça avait été quelqu’un d’autre. Mais c’est Warren, je sais que t’es proche de lui. Et merde ouais, ça m’fait peur que tu puisses préférer quelqu’un d’autre. »

Les mots sont acides. Emily est perdue. Elle panique, elle dit n’importe quoi. Elle laisse les mots être crachés, exploser une fois de plus au visage de Kezabel. Les larmes sont de plus en plus pressantes. Une est sur le point de s’échapper. Elle a mal, elle se sent ridicule. Elle aurait aimé avoir assez de force de caractère pour reconnaître simplement son erreur, s’excuser et dire à Kezabel qu’elle a confiance en elle, qu’elle ne veut pas lui faire du mal. Qu’elle l’aime tout simplement… Mais non. C’est au-dessus d’elle. Elle n’y arrive pas. Elle agit comme une enfant, elle se laisse dépasser par les événements.

« T’sais quoi, laisse tomber. »

Les dents serrés, Emily jette un regard vers la porte de la chambre de Kezabel. Peut-être qu’elle ferait mieux de partir…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2553
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Charleen ▬ Mateo ▬ William ▬ Ora ▬ Margo ▬ Leiv ▬ Maggie ▬ James



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Vieux démons [Kezabel]   Mar 6 Nov 2018 - 13:05

Vieux démons
EXORDIUM.
Peut-être que je m’emballe trop vite, que je m’enflamme pour rien alors que je peux me contenter de simplement lui dire qu’elle se fait des idées, que ça n’est rien. Mais étrangement, la simple pensée qu’elle puisse m’imaginer dans les bras d’un autre sans me laisser le bénéfice du doute, sans m’accorder une seule chance de pouvoir lui dire que tout va bien et que la seule personne que j’ai envie d’avoir c’est elle, me rend furieuse. Folle de rage.
Peut-être parce que je suis à fleur de peau avec ce que la garde nous réserve en mission.
Peut-être parce que j’ai déjà trop subit de déboires sentimentaux pour réussir à conserver mon calme.
Le cadeau finit sur le lit, mon regard suit le geste mais ne m’en offusque pas. Nous ne sommes plus à ça près visiblement.

- Donc je suis une connasse qui n’a pas confiance en toi c’est tout ? C’est ça ? Ton cousin m’ouvre la porte en me disant que tu vas vivre avec Warren, tu te comportes bizarrement et moi je dois être parfaitement sereine !

J’hallucine complet.
De un, je vais zigouiller le cousin pour avoir joué la commère et avoir raconté cette connerie aussi grosse que sa tête.
De deux… je ne sais pas si je suis plus blessée qu’en colère ou l’inverse, de constater qu’il suffit d’une supposition pour ne plus avoir confiance, pour m’imaginer entrain de la tromper, sans me laisser ne serait-ce que le bénéfice du doute.
C’est douloureux, surtout venant d’elle. Mon cœur palpite et je sens déjà les nerfs montés à une vitesse vertigineuse.

- Et prétends pas que Warren est n’importe qui ! Bien sûr que j’aurais pas cru à ça si ça avait été quelqu’un d’autre. Mais c’est Warren, je sais que t’es proche de lui. Et merde ouais, ça m’fait peur que tu puisses préférer quelqu’un d’autre.

Les mots se font un peu plus assassins. Me sont sincèrement douloureux. J’ai les bras croisés, le visage complètement ahuris et j’ai la gorge serrée par trop d’émotions que je ne réussirais pas à exprimer. Qu’elle ait peur est une chose que j’aurai pu comprendre, entendre, si elle me l’avait simplement formulé au lieu de m’accuser comme ça. Mais là, cette façon de faire, je cautionne pas. Je ne suis pas contre la jalousie, pas lorsqu’elle est mesurée ou à la rigueur justifiée. Mais là ? Non, c’est blessant. A croire que je suis la pute du quartier qui ouvre ses jambes à n’importe quel mec.
C’est excessif comme pensée mais je n’en ai rien à foutre, en tout cas, pour l’instant.

- T’sais quoi, laisse tomber.
- Oui, bien sûr qu’il vaut mieux laisser tomber maintenant, aussi facilement.

Mon ton est froid malgré le rire sec qui m’échappe. J’ai les mains qui tremblent, énervée au possible. Je sais à quel point je peux être impulsive et il y a des chances que je regrette un peu plus tard mais je suis bien trop blessée pour ne rien dire.

- Un gamin de dix ans va venir te voir pour te dire que je me tape tous les mecs du quartier, tu vas aussi le prendre pour acquis ? C’est sur ça qu’est basé notre confiance ?

Parce qu’il s’agit de ça, finalement. De cette confiance que je croyais solide, mutuelle. J’ai du mal à croire qu’Emily puisse prendre les paroles d’Alex comme acquises sans que nous en parlions, sans … Et puis merde.

- Avoir peur, c’est une chose Emily. Mais ne pas me laisser le bénéfice du doute et ne pas avoir confiance en moi en est une autre.

Tout ça me blesse mais au-delà d’être « accusé » à tord de la tromper, c’est aussi parce que tout ça vient d’elle. D’une jeune femme que j’aime, en qui je tiens et avec qui je pensais avoir construit une relation plus ou moins solide. Bien sûr qu’il y a des hauts et des bas mais j’admets que cette fois, c’est un coup un peu rude à encaisser.

- Je suis peut-être proche de Warren mais il me semble qu’en 2015 il est encore possible d’avoir un homme en tant qu’ami sans avoir envie de coucher avec. Est-ce que moi je te demande ce qu’il se passe entre toi et Cameron ? Et ne me dis pas que c’est pas la même chose parce que c’est EXACTEMENT là même !

Je m’emporte, de nouveau. Parce que ça me met hors de moi. Son amitié avec Cameron est particulière mais jamais je n’ai été la remettre en cause ou douter de quoi que ce soit. Je la sens, la colère, la déception aussi et je m’apprête à ouvrir de nouveau la bouche mais je finis par serrer les dents, balayant le vide d’un geste de la main. Parce que les larmes commencent à se montrer et que j’ai aussi ma fierté. Au lieu de ça, je lui tourne le dos pour venir m’appuyer sur le bord de mon bureau. Je n’ai ni envie de lui parler, ni envie de l’entendre plus à ce sujet, même si ça m’arrache le cœur quelque part, la colère et la rancune dominent pour le moment.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3230
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins / Bethany M. Gatling



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: Vieux démons [Kezabel]   Mer 7 Nov 2018 - 9:35

La situation lui a glissé des mains. Aveuglée par sa colère, centrée sur sa personne, à aucun moment, Emily n’a pensé à ce que pourrait ressentir Kezabel. Elle n’a pas été capable de se mettre à sa place, de se projeter pour se glisser dans sa peau. Emily avait été enfermée dans sa propre peur et tout avait explosé avec une violence sans nom. Et maintenant, cette violence rebondissait sur chacun des murs de la pièce. Kezabel s’en était imprégnée et elle ne pouvait plus faire comme si de rien n’était. Elle aussi été dévorée par la rage. A cause d’elle. A cause de la peine qu’elle avait créée en elle. Emily aurait aimé pouvoir revenir en arrière. Mais c’était impossible alors elle avait tenté de fuir. Parce que c’était comme ça qu’elle fonctionnait, parce que pou elle ce n’était pas seulement la solution de facilité, c’était LA solution. Partir lui paraissait être la seule chose à faire. Sauf que visiblement sa petite-amie n’était pas de cette trempe-là. Il y a une sorte de cynisme qui heurte Emily alors que Kezabel parle de sa tentative de fuite. Elle voit clair dans son jeu mais ne la laissera pas faire. Et les mots repartent. Avec toujours autant de violence. Kezabel grossit la situation et Emily ouvre de grands yeux. Elle voulait fuir, clore le débat mais elle ne sait pas se taire.

« Et t’as pas l’impression de partir trop loin là ? Tu t’es pas dit que si j’avais cru ça c’était parce que c’était probable putain de merde ? »

Elle ne veut pas être vulgaire, elle ne veut pas être méchante mais les mots lui échappent. Non jamais elle n’aurait cru un truc aussi dingue mais que Keza et Warren fricotent, ce n’était pas si improbables. Alors oui, elle avait écouté Alex d’une oreille trop attentive mais ce qui l’agaçait c’était que sa petite-amie refuse de comprendre qu’elle avait eu peur parce que c’était probable. Cette fois par contre, Emily garde le silence alors que Kezabel parle de confiance, de bénéfice du doute. Elle était persuadée d’avoir confiance en Kezabel. De ne plus être une furie jalouse et possessive comme elle aurait pu l’être par le passé. Visiblement elle s’était trompée et ça lui faisait un mal de chien.

Et puis, tout avait définitivement glissé vers l’improductible. Le nom de Cameron avait été lâché et Emily avait vu rouge tout de suite. Parce que ça, elle ne pouvait pas l’accepter. Que son frère soit glissé dans la conversation mais aussi, très égoïstement, que Kezabel ose comparer sa relation avec Warren avec celle qu’elle avait avec Cameron. Parce que non, pour elle ce n’était pas pareil.

« Ah c’est sûr que l’inceste ça a toujours fait partie de mes mœurs hein ! T’as pas le droit de dire ça. Cameron est mon frère bordel de merde. Je croyais que ça tu le comprenais. C’EST MON FRERE ! Alors non désolée, ça n’a rien à voir avec ta relation avec Warren. »

Les larmes lui montaient aux yeux. Parce que dans les paroles de Kezabel elle avait cru entendre la négation de son lien filiale avec Cameron et que c’était un point sensible pour elle. Elle ne disait pas que c’était son frère juste pour faire genre. C’était son frère à ses yeux, viscéralement. Sa famille. Et qu’on lui renie ça, ça lui faisait mal. Comme si on lui interdisait cette famille qu’elle s’était construite. Ses yeux brûlent. Elle le sait. Elle sait qu’elle va fondre en larmes. C’est comme ça qu’elle fonctionne, quand la colère est trop grande, elle pleure. Ce qui lui enlève toute crédibilité et l’agace profondément.

Emily se détourne quelques secondes alors que les premières larmes coulent sur ses joues. Trop tard. Elle a tout fait pour les éviter mais ça n’a servi à rien. Les larmes sont là, brouillent sa vue et l’empêchent de réfléchir posément. D’un geste rageur elle essuie ses joues bien que ça ne serve pas à grand-chose puisque les larmes reviennent.

« J’vais rentrer chez moi, ça vaut mieux. »

Emily attrape son sac d’un geste sec et se dirige vers la sortie de la chambre. Elle a le cœur serré, l’envie de vomir. Cette dispute la rend folle et elle sait qu’elle va s’en vouloir terriblement d’ici dix minutes. Mais là, elle a besoin de partir. Elle lance un dernier regard vers Kezabel. Elle ne veut pas partir comme ça, sur des mots aussi violents mais elle ne voit pas comment faire autrement. Alors elle détourne les yeux et file vers la sortie alors que les larmes se font plus pressantes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2553
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Charleen ▬ Mateo ▬ William ▬ Ora ▬ Margo ▬ Leiv ▬ Maggie ▬ James



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Vieux démons [Kezabel]   Mer 14 Nov 2018 - 12:16

Vieux démons
EXORDIUM.
Ce qui me fait sortir définitivement de mes gonds est certainement cette phrase balancée, pleine de colère, me claquant dans la gueule que je pars bien trop loin et que si Emily a cru dur comme fer que je me tapais Warren en plus de sortir avec elle, c’est bien que cette situation puisse être probable.
Et c’est certainement l’une des choses qui me blesse le plus dans cette dispute qui n’a, au fond, aucun sens. Qu’elle puisse imaginer avec autant de vigueur et « d’assurance » que je puisse réellement la trompé presque ouvertement lorsque l’on y pense, me rend malade, me vexe. Surtout venant d’elle. Parce que ça vient d’elle.

Et c’est certainement la raison qui me bascule vers cette limite à ne pas franchir, pour entamer une comparaison aussi injuste qu’illogique.

- Ah c’est sûr que l’inceste ça a toujours fait partie de mes mœurs hein ! T’as pas le droit de dire ça. Cameron est mon frère bordel de merde. Je croyais que ça tu le comprenais. C’EST MON FRERE ! Alors non désolée, ça n’a rien à voir avec ta relation avec Warren.

J’ai envie de lui hurler dessus, de crier des choses qui finiront par faire bien plus de dégât que ce qu’il se passe déjà et je ravale par je ne sais quel miracle tous ces mots acides qui menacent de franchir la barrière de mes lèvres. Je sais qu’elle a raison, que sa relation avec Cameron n’est pas comparable mais je suis tellement blessée que la logique se refuse, que mes mots dépassent mes pensées. La douleur est indescriptible que de se voir coupable dans les yeux que de celle que l’on aime, injustement de surcroit. Les poings serrés, la colère à son paroxysme, c’est la chambre entière que j’ai envie de foutre en l’air. Emily pleure, mes premières larmes s’écoulent elles aussi sans que je ne puisse rien pour les retenir.

- J’vais rentrer chez moi, ça vaut mieux.

Et je ne la retiens pas parce que là, maintenant, je n’en ai pas l’envie. Je veux juste la voir partir de cette putain de chambre, qu’elle me laisse seule pour cuver cette douleur et cette trahison insupportable. Je ne veux pas non plus croiser ce regard qu’elle me lance et me détourne sans rien ajouter, clôturant ainsi cette conversation insensée. Emily quitte la chambre, mon estomac se tord, se noue douloureusement. Je crois avoir rarement été aussi blessée, réalisant à peine toutes les insinuations qui m’a été faite de sa bouche à elle. Qu’elle ait peur, je peux le comprendre. La jalousie n’est pas non plus un problème pour moi… en revanche elle le devient dès lors que je fais face à ce genre d’accusation injuste, sans fondement.
Le volcan monte, grandit, s’étend. Se métamorphose en une boule de lave au creux du cœur jusqu’à exploser à la seconde où j’entends la porte d’entrée claquer. Mon pied part d’un geste rageur dans ma chaise de bureau qui se trouve éjecter contre ma porte, laissant échapper un soupir de rage.

Je prends ma baguette, mon téléphone portable et ma veste après avoir attendu quelques minutes pour rejoindre l’extérieur. Non pas pour la rattraper – hors de question, là maintenant – mais pour prendre l’air, évacuer ce trop plein d’émotions qui menacent de m’exploser au visage. Les larmes continuent de ruisseler sans que je ne puisse les arrêter alors que je dégaine mon portable. Un texto envoyé à ma meilleure amie, elle est bien la seule personne que j’ai envie de voir présentement.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Vieux démons [Kezabel]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vieux démons [Kezabel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Combattre ses vieux Démons... [Solo]
» LE PRESIDENT EST TROP VIEUX ,TROP MALADE TROP COQUIN POUR L''EXIL ET LA RETRAITE
» URGENT! TJS PERSONNE PR 7 beaux vieux minous suite décès, 67
» FIDJI canichou abricot 17 ans abandonné car trop vieux (76)
» Foire d'Eghezée avec rassemblement vieux tracteurs 14 Août 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Londres :: Ouest de Londres-
Sauter vers: