AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The kids are all right ▬ Duncan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 8621
Date d'inscription : 05/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Enzo / Cameron / Riley



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3324-i-m-not-snow-white-ismaelle
MessageSujet: The kids are all right ▬ Duncan   Sam 28 Juil 2018 - 13:01

The kids are all right
Duncan & Ismaelle


■ Dimanche 4 Octobre 2015 ■

Dans l'après-midi

« Et s'il revient pas ? »
« Tu vas le chercher, pas le choix. »
« Toi tu pourrais le ramener avec un accio. »
« C'est de la triche ça jeune homme ! »

De quoi est-il question ? Du boomerang qu'Enzo a ramené de chez lui hier alors qu'ils sont allés chercher certaines de ses affaires avec Leiv. Il risque de rester ici un moment, autant qu'il s'y sente le mieux possible. Comme chez lui, dans l'idéal.
Les garçons sont sur l'étendu d'herbe devant la maison, pour ma part je les observe de la terrasse, une tasse de thé entre les mains, Fenrir à mes pieds et Wax qui mordille un truc un peu plus loin – sans doute une chaussure, encore. Qui appartient à Leiv probablement. Leiv, d'ailleurs, est chez son oncle pour l'après-midi. Adrian est resté ici avec nous et Enzo lui a proposé de lui apprendre à lancer le fameux boomerang en question – et je crois qu'il aime beaucoup passer du temps avec son aîné, aussi.
Il y a deux semaines encore on vivait dans l'angoisse profonde de ne jamais revoir le jeune Australien et aujourd'hui, même si ça n'est pas simple tous les jours, une image comme celle que j'ai devant les yeux me remplie de bonheur. Ça prendra du temps, on en a tous conscience et lui aussi, mais je suis incroyablement fière de lui et c'est peu de le dire. Ici il est en sécurité, tout ce dont il doit se préoccuper c'est sa convalescence et sa reconstruction. Le reste, on gère, même si je me doute que Derek ne sort pas de ses pensées et c'est normal.

Et puis il y a Adrian, qui apporte une légèreté évidente dans tout ça. J'adore ce gosse, j'ai réellement eu un coup de foudre pour lui et il a le don de me faire oublier la rancœur que j'ai envers sa mère. Tout ce que je vois c'est qu'on est bien ici tous les quatre. Enfin, tous les sept devrais-je dire … Et ça c'est seulement en comptant les deux chiens et Lune puisqu'il y a aussi trois Abraxans, quatre Sombrals et trois Hippogriffes. Précisément ceux dont je me suis occupée à Poudlard et qui ont profité de la brèche pendant l'attaque de l'école pour s'enfuir eux aussi.
Un soupir d'aise m'échappe … Je l'aime cette grande famille, je m'y sens heureuse, à ma place, et c'est sans compter les amis qui vont et viennent. Ça n'efface pas la noirceur du reste, non, mais ça aide à vivre avec et à avancer. A continuer à se battre et ne pas baisser les bras.

« Ou alors on envoie les chiens. »

Regardez moi cette bouille … Autant le dire, avec ces deux là j'ai pas fini d'en baver. Ils ont exactement la même technique, user de leur charme pour avoir tout ce qu'ils veulent et s'en sortir à chaque fois.

« C'est pas de la triche, c'est de l'apprentissage canin ! »

Comment ne pas éclater de rire ? Tant pis si je perds toute crédibilité, d'autant qu'il faut l'admettre, il a de la suite dans les idées ce petit bonhomme. Plus si petit que ça d'ailleurs.

#

« Ça va aller avec trois ado ? »
« Je devrais m'en sortir. »

Pourquoi trois ados ? Parce que Duncan ne devrait pas tarder à débarquer, avec Gale et Gwen, ses enfants. Ils ont plus ou moins le même âge qu'Adrian, mais connaissent déjà Enzo puisqu'ils ont passé quelques mois à Poudlard eux aussi.

« Au pire tu me retrouveras peut-être en PLS dans un coin. »

Il me sourit, l'air de rien, et c'est peut-être bête mais j'en suis encore à m'émouvoir pour chaque chose positive qu'il fait ou exprime. J'ai eu peur de le perdre, même après l'avoir retrouvé, alors oui je me réjouis de chaque petites choses, chaque pas. J'ai l'impression que cette fois c'est différent, je sens une sorte de lassitude chez lui qui parfois m'inquiète. Il est résolu à s'en sortir, je le vois dans ses yeux, dans le fait qu'il met toutes les chances de son côté pour y arriver, mais parfois ça ne suffit pas.
En attendant il a bien entendu le choix, celui d'aller se planquer dans sa chambre ou partir se promener avec Wax, ou bien de rester dans le coin avec les plus jeunes ou avec nous même s'il le souhaite. Je crois qu'il verra sur le tas, je lui fais confiance pour juger de ce qui est le mieux pour lui.

Et voilà nos invités.

Pour atterrir ici, ce n'est pas une mince affaire. Notre maison est protégée par tout un tas de sortilèges, on ne peut pas y accéder directement et peu de personnes sont mises dans la confidence quant à son emplacement exact. Il faut bien évidemment commencer par prendre un Portoloin pour atterrir en Norvège, ensuite il suffit de Transplaner ou de suivre les indications données au préalable par Leiv ou bien par moi-même. Il y a également un sortilège de confusion qui brouille partiellement les souvenirs de ceux qui viennent jusqu'ici de façon à oublier la localisation, certains détails du trajet, etc … Question de sécurité.
Évidemment les deux premiers à les accueillir sont Fenrir et Wax, qui reviennent aussitôt dès que je siffle. Fenrir parce qu'il est bien éduqué, Wax parce qu'il pratique le mimétisme.

« Bonjour tout le monde. Vous avez fait bon voyage ? »

Même habitué, il peut arriver que certains sorciers soient sujet au mal des transports et quand on vit les effets du Portoloin ou du Transplanage ça n'est pas tellement étonnant.
Je ne connais pas Duncan depuis très longtemps mais je découvre un homme touchant, papa poule à outrance il faut bien l'admettre, un peu maladroit mais vraiment gentil et présent quand on a besoin de lui. L'accueillir ici avec Gale et Gwen c'est un peu une manière d'avoir une tranche de vie un peu normale je crois, simplement deux amis qui se retrouvent et leurs enfants qui vont pouvoir faire connaissance et passer du temps ensemble.

« Je vous présente Adrian, mon beau-fils. »
« Bonjour ! »

Je suis presque certaine d'avoir un sourire fier et plein de tendresse sur le visage en désignant le jeune garçon qui, pas farouche pour un galion, dit bonjour à tout le monde de manière enjouée.

« Et vous connaissez déjà tous Enzo je crois. »

C'est plus … Pas timide, mais réservé. Il se contente de les saluer avec un sourire et un signe de la main sans bouger. Je crois qu'il s'entend bien avec Gale, ça m'est arrivé de les voir traîner ensemble au château en ayant l'impression que le plus âgé des deux prenait un peu son cadet sous son aile. Quant à Gwen … Il suffit de voir le rose sur ses joues pour deviner ce qui se passe dans sa tête en voyant le grand gaillard Australien. Évidemment qu'il va en entendre parler, vous plaisantez ou quoi. Je ne perds jamais une occasion de me payer sa tête.

Et Papa, qu'est ce qu'il en pense de tout ça, hum ?


   
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 91
Date d'inscription : 14/05/2018
Crédits : lempika



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The kids are all right ▬ Duncan   Sam 4 Aoû 2018 - 20:31

C'est le branle-bas de combat à la maison, Gwen et Gale ne sont pas près je dois leur répéter quinze mille fois les choses. Je suis énervé depuis quelques jours, depuis que j'ai revu Bethany en fait et qu'elle m'a évoqué Claire, la mère de mes enfants, qui ne l'on jamais vu. Ça aurait pu être une rencontre banal, mais elle avait déjà mal commencé pour moi. Je venais de me faire arrêter et d'avoir passé quarante huit heure dans une cellule pourrie, les gosses ont d'ailleurs dû s'occuper d'eux tout seul et ils m'ont posés des tas de questions auxquelles je n'ai pas répondu. Je retourne dans leur chambre pour la énième fois. « Allez levez-vous maintenant. Ce n'est pas parce que vous n'avez pas cours aujourd'hui que vous allez glander dans vos lits. Je vous ai dit hier qu'on allait chez Ismaëlle. Je ne plaisantais pas. » «Mais papaaaaa c'est notre prof de soin aux créatures magique, on ne va pas allez chez elle. » «Gale, c'était votre prof et pourquoi on n'irait pas?C'est aussi une de mes amies. » «Les cours de soins au créatures magiques c'était mieux que la science en tout cas. » Il grogne entre ses dents mais je l'ai entendu et je soupire. Je sais qu'il a du mal à s'adapter et je ne sais pas quoi faire pour l'aider peut-être qu'Ismaëlle pourra m'aider à trouver une solution, pour lui. «Gale, j'ai dit habille toi, s'il te plaît. Ça ne m'amuse pas de répéter les même choses. » et ça ne les amuses pas non plus que je le répété. Il soupire et décide enfin de se lever.

Au bout d'une demi-heure ils sont finalement près et on peut se rendre chez Ismaëlle. On a un portoloin à prendre. Je ne suis pas très fan de ce moyen de transport, mais elle n'habite pas la porte à côté et ça nous fera un peu d'adrénaline, et un petit voyage pour la route. On prend le portoloin à l'heur précise, le ministère de la magie nous l'a accordé. Gale enlève enfin ses écouteurs et Gwen qui venait de me raconter les potins de la semaine au lycée se taît. En le prenant on se retrouve chez notre hôte, du moins à quelques pas de chez elle. Elle m'a indiqué l'adresse et on marche lesa derniers mètres restant. Je toque à la pourte pendant que les enfants regardent un peu partout autour d'eux. Ils ne sont jamais venu, tout comme moi et les payasages ont l'air exceptionnels. Je tourne la tête lorsqu'Ismaëlle ouvre la porte et que les chiens viennent vienne nous. Gwen adore les chiens et les caresses, tandis que Gale lui reste plus en retrait. Il n'est pas tellement chien. Leur regard change quand Isma leur dire qu'Enzo est là. Enzo … Je vois tout de suite le regard qu'à ma fille et son grand sourire puis ses joues qui rougissent d'un coup, misère et mon fils qui a aussi un grand sourire. Il était dans sa maison. Ça va lui faire du bien de voir quelqu'un de Poudlard. Ils saluent Ismaëlle et vont rejoindre Enzo et Adrian.

«Pardon pour le retard. Ils ont eu du mal à se lever et à prendre les transports moldus. »

J'entre en dernier. J'ai peut-être l'air fatigué. Je dors mal depuis que je sais que Claire est là depuis tout ce temps. Elle n'a jamais essayé de reprendre contact avec ses enfants et heureusement qu'elle n'a pas essayé de reprendre contact avec moi. Je pense que je l'aurais mal pris de toute manière, mais ça me fait de la peine pour eux, surtout qu'ils me posent souvent des questions et que je ne sais jamais quoi leur dire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8621
Date d'inscription : 05/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Enzo / Cameron / Riley



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3324-i-m-not-snow-white-ismaelle
MessageSujet: Re: The kids are all right ▬ Duncan   Dim 19 Aoû 2018 - 18:40

« Pardon pour le retard. Ils ont eu du mal à se lever et à prendre les transports moldus. »

Les … transports Moldus, pour venir ici ? J'admets ne pas vraiment comprendre mais soit, ils sont arrivés à bon port et c'est tout ce qui compte. Et puis c'est peut-être simplement le sortilège de confusion qui lui laisse penser qu'ils ont pris le bus pour arriver à destination, après tout. Peu importe.
Les enfants entrent, font déjà leur vie en compagnie des chiens, je referme la porte derrière Duncan en l'invitant à me suivre dans le salon où on sera tranquilles et bien installés. Cette maison est un véritable havre de paix, avec des airs d'auberge de jeunesse parfois il faut bien le dire, mais c'est exactement comme ça qu'on l'aime et qu'on l'a imaginé. Je n'aurais jamais pensé aller vivre en Norvège, je n'avais même jamais mis les pieds dans ce pays avant de rencontrer Leiv, mais je découvre un endroit où je me sens bien et grâce à la magie, les autres, le reste, ne sont jamais bien loin.

Mais comme tout trésor il doit demeurer bien caché.

« Ne t'en fais pas pour ça. Café ? Ou thé si tu préfères. Ou quelque chose de frais, on a ce qu'il faut. »

Y compris un peu d'alcool même si je n'en bois pour ainsi dire jamais et Leiv n'en boit plus, pour des raisons qui lui sont propres et que je n'étalerais pas ici puisqu'elles ne regardent personne. Et puis la Norvège au mois d'octobre … disons qu'on est plus enthousiastes à l'idée de boire un truc chaud qu'une bière bien fraiche, il faut bien le dire, mais chacun ses préférences et ses envies.
Je l'abandonne quelques secondes le temps de ramener tout ça et m'assoie dans un fauteuil face à lui, constatant sans difficultés qu'il a l'air d'un homme fatigué. Physiquement mais surtout mentalement. Je ne connais pas la vie de Duncan par cœur, loin de là même, mais certaines choses n'échappent pas à un regard attentif et si cette visite peut lui permettre de souffler un peu alors tant mieux. Et puis élever seul deux adolescents … Je n'ai clairement pas à me plaindre des miens, qui plus est on est deux voir plus pour veiller sur eux, mais ça n'est pas de tout repos tous les jours. J'ai pu observer l'évolution de Gale et Gwen lorsqu'on était encore tous à l'école, je vois bien qu'ils sont en pleine transition. Qui plus est, je crois que Duncan est du genre papa poule qui s'angoisse rapidement et s'épuise à la tache – ceci n'étant absolument pas un jugement de valeur. Juste un constat, qui peut très bien être faux par ailleurs.

« Ça va, tu t'en sors avec tes deux ados ? »

Ils sont là, un peu plus loin, tous les deux occupés à faire connaissance avec Adrian sous l'œil mi concentré mi perplexe de leur ainé et cette vision me fait sourire à la fois d'amusement et de tendresse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 91
Date d'inscription : 14/05/2018
Crédits : lempika



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The kids are all right ▬ Duncan   Sam 8 Sep 2018 - 19:49

J'acquiesce quand elle me propose quelque chose à boire. Je ne suis pas contre. Les gosses ont l'air de déjà bien s'entendre, comme s'ils s'étaient déjà vu et je vois bien que ma fille regarde Enzo avec des yeux d'une fille qui est entrain de tomber amoureuse d'un garçon. Je connais ce regard là, je vois bien toutes les images de garçons qu'elle accroche dans sa chambre, des joueurs de l'équipe de quidditch, acteurs ou chanteur de ses groupes préféré et ce Enzo ressemble à l'un d'eux. Je sais qui il est pour l'avoir croisé quand j'étais gardien. Je sais qu'il en a bavé et je sais aussi qu'il ne sera pas intéressé. Je ne voudrais pas qu'elle se fasse de fausses illusions. Je me pince la lèvre, ne pouvant pas m'empêcher de me dire que j'ai eu leur âge aussi, il y a longtemps, pas si longtemps mais quand même. J'ai épousé la seule femme que j'ai aimé et elle est partie. Je me concentre sur Isma et je lui dit :

« Un café, ça ne sera pas de refus. Le transplangae me fait toujours un drôle d'effet, même après toutes ces années. »

J'ai toujours cette sensation bizarre d'avoir l'estomac noué à chaque fois que je fais un transplanage. C'est pratique mais je n'ai jamais beaucoup aimé cette sensation. Je hausse les épaules à la question d'Ismaelle. Si je m'en sors, ce n'est pas si sûr. J'essaie de tout mon cœur de faire ce qui est mieux pour eux, mais j'ai l'impression de ne pas toujours bien faire ou d'en faire trop.

«J'essaie de faire ce qu'il faut pour eux, mais Gale à du mal à s'adapter à l'école moldue, Gwen s'est fait rapidement des amis, mais lui … il a toujours été plus … solitaire. Ça m’inquiète un peu. Je sens qu'il y a quelque chose qui cloche et il a l'air de me rejeter la faute. Je n'arrive pas à lui faire comprendre que c'était mieux qu'ils ne soient plus là-bas. Il m'en veut je pense et je ne peux rien faire contre ça. »

Je ne parle pas haut, pour qu'elle soit la seule à l'entendre. Mes enfants ont toujours été reconnaissant en général que je sois toujours là pour eux, mais je sais qu'ils auraient aimé que je ne sois pas si protecteur. Ma présence à du les dérouter quand ils sont arrivés à Poudlard. Je sais que parfois ça les a rassuré, Gwen me l'a dit en tout cas, mais Gale à toujours été moins expressif, plus discret que sa sœur. Ils sont jumeaux mais ils sont pourtant différents sur beaucoup de points. Je sais aussi qu'ils ne seraient rien l'un sans l'autre. Ils sont lié, pour la vie et j'ai beau avoir parfois du mal à les comprendre, je les aime. Je ne me remettrais pas si il leur arrivait quelque chose.

«Et toi alors, tu fais les nounou ? »

Je pense à Enzo évidement, que je ne peux m'empêcher de regarder encore. Je devrais arrêter d'ailleurs, il va se sentir visé. Je ne voudrais pas qu'il se sente mal à l'aise à cause de moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8621
Date d'inscription : 05/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Enzo / Cameron / Riley



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3324-i-m-not-snow-white-ismaelle
MessageSujet: Re: The kids are all right ▬ Duncan   Mer 12 Sep 2018 - 13:17

La question à 100 galions. La question qui fait hausser les épaules, surtout, et ce geste est déjà très éloquent. On se base sur les mots, c'est vrai, ils sont utiles, mais parfois le langage du corps est tout aussi éloquent voir plus.

« J'essaie de faire ce qu'il faut pour eux, mais Gale à du mal à s'adapter à l'école moldue, Gwen s'est fait rapidement des amis, mais lui … il a toujours été plus … solitaire. Ça m’inquiète un peu. Je sens qu'il y a quelque chose qui cloche et il a l'air de me rejeter la faute. Je n'arrive pas à lui faire comprendre que c'était mieux qu'ils ne soient plus là-bas. Il m'en veut je pense et je ne peux rien faire contre ça. »

De l'incompréhension nait la frustration, nourrie d'autant plus par ce sentiment d'impuissance qu'il ressent je crois. Je ne suis pas mère. Je l'ai été l'espace de quelques battements de cœur mais la vie a décidé que ça n'était pas mon tour et j'ai fini par l'accepter. Néanmoins, et ne serait-ce que parce que j'ai vécu entourée d'enfants pendant ces trois dernières années, parce que comme d'autres de mes collègues j'ai pris le relais des parents par la force des choses, et parce que j'ai actuellement deux zigotos sous mon toit, je pense que je peux comprendre les doutes et interrogations de Duncan.

Les appréhender, pour le moins.

Élever seul deux adolescents n'a rien de simple, qu'on soit un homme ou une femme. Les élever dans un contexte comme celui-ci, c'est encore plus difficile. Je regarde les miens une seconde, me sens chanceuse d'avoir ces deux bonhommes dans ma vie même si ni l'un ni l'autre n'a le même sang que moi, même si je ne les ai pas vu grandir ou en tout cas pas depuis le début de leur vie.
On ne peut pas dire que ce soit des enfants difficiles, loin de là même, mais ça ne veut pas dire que c'est de tout repos pour autant. Adrian rentre dans l'adolescence, il déborde d'énergie. Pour Enzo c'est autre chose. Les nuits où je ne viens pas le calmer parce qu'il a fait un cauchemar sont très rares, je garde sans arrêt un œil sur lui simplement parce que je suis inquiète, et bien que tout ça ne soit en aucun cas de sa faute c'est malgré tout d'une part épuisant, d'autre part parfois frustrant parce que j'aimerais faire plus. Juste … l'apaiser, qu'il ne souffre plus de ces coups durs que la vie n'arrête pas de lui faire subir ces dernières années.

« Et toi alors, tu fais les nounou ? »

Je reviens sur terre, ramené sur sa surface par Duncan qui je le vois ne quitte pas le jeune Australien des yeux et ça me fait sourire parce que je sais très bien pourquoi.

« Tu sais des Enzo il y en aura sans doute encore quelques uns aux yeux de Gwen, sans vouloir te faire peur. »

Je me moque, oui, mais gentiment. Je le taquine tout simplement. Il est évident que la jeune fille craque pour son ainé, seul un aveugle ne pourrait pas le voir dans cette pièce en toute honnêteté, mais effectivement il n'a pas fini d'en baver s'il passe en mode radar chaque fois que sa fille aura un crush. C'est comme ça, l'ordre des choses, même moi j'en ai eu ! C'est pour dire. Dorofei, si tu lis dans mes pensées …

« Oui je joue les nounous effectivement. Adrian est là une semaine sur deux, sa mère et Leiv l'ont en garde alternée. Quant à Enzo … Sa situation est un peu compliquée dans le sens où il n'a plus ses parents, son frère est à Poudlard ... »

Je n'ai pas tellement envie d'épiloguer, par respect pour la pudeur du jeune homme, me disant que si Duncan doit en savoir plus j'aimerais autant que ce soit de la bouche du concerné lui-même s'il le souhaite.

« Je connais bien sa famille, ils me font confiance, il me fait confiance lui aussi, pour le moment sa place est ici. »

Et il y restera le temps nécessaire, le temps qu'il le voudra. Leiv et moi sommes totalement d'accord sur ce point. Pour l'instant il a besoin de nous et on sera là aussi longtemps qu'il le faudra.

« C'est déjà une bonne chose que Gwen s'adapte bien. Pour Gale, peut-être qu'il a besoin de plus de temps et si c’est déjà dans son tempérament de base d’être solitaire c’est peut-être aussi en partie un choix de sa part. »

En attendant la détresse de cet homme me touche sincèrement et c'est un sourire qui se veut réconfortant que je lui offre.

« Tu es un bon père Duncan, inutile de te connaître depuis des années pour le voir. L'adolescence est un passage compliqué aussi bien pour eux que pour toi, souviens toi elle l’a été pour nous aussi non ? Elle l'est d'autant plus avec de tels changements qu'ils n'ont pas choisi mais il finira par comprendre que tu n'agis que pour son bien j'en suis certaine. »

Ça prendra peut-être des années, oui, mais ça finira par venir. Ils n’ont pas eu un cadre très simple dans lequel évoluer ces dernières années si j’ai bien compris mais ils ont au moins la chance d’avoir un père aimant, attentif, même si parfois c’est maladroit et qu’ils se sentent peut-être étouffés. C’est comme ça je crois, le lot quotidien de toute relation parents/enfants ou presque à un moment de l’existence commune.

« Tu as essayé de lui parler de tes inquiétudes ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 91
Date d'inscription : 14/05/2018
Crédits : lempika



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The kids are all right ▬ Duncan   Lun 8 Oct 2018 - 14:57

Je regarde ma fille qui observe Enzo sans vraiment être discrète et je n'aime pas vraiment la voir s’émerveiller devant un garçon, surtout que dans son cas c'est peine perdue. Je ne dois pas être très discret non plus puis qu'Isamelle me fait remarquer qu'il y aura des tas d'autres Enzo. Je tourne la tête vers elle et lui dit :

« Je sais bien et c'est bien ça qui m'inquiète. Je ne suis pas encore près à ce qu'elle grandisse. Elle sera toujours ma petite fille et je ne veux pas qu'elle souffre à cause des garçons. Elle est bien trop gentille. »

Je suis trop protecteur. Je le sais et je sais qu'elle finira par m'en vouloir ou qu'elle ne comprendra pas pourquoi je suis autant protecteur avec elle, mais c'est dur de les voir partir et grandir. J'ai l'impression que je vais les perdre, quoi que je fasse. Je ne peux pas faire comme si je ne savais pas qu'un jour ils vont partir et que je vais me retrouver seul et je suis assez triste d'avance, un peu trop d'avance, ils sont encore jeune, presque quinze ans et je n'arrive toujours pas à m'y faire. Je hausse les épaules, je ne pourrais pas l'empêcher d'aimer. Il faudra bien que je m'y fasse. Quant à Isma, elle m'explique ce que les garçons font là et j'acquiesce, poudlard … sujet fâcheux, comme toujours. Je sais qu'il a vécu des choses horrible. Il a l'air d'aller mieux, ce n'est peut-être qu'une façade cela dit. Je lui dis alors :

«Ca ne me surprends pas de toi. Tu prends toujours soin des autres. Est-ce que tu penses à toi de temps en temps quand même ? »

Je lui fais un sourire, au fond on est un peu pareil, on pense aux autres avant de penser à nous et elle l'a bien compris. Je ne suis pas étonné qu'elle me dise que je sois un bon père, je souris à sa remarque ça me fait toujours plaisir de l'entendre. Ce n'est pas mes enfants qui me diront ça. Je sais que c'est une période difficile, mais je n'ai pas eu l'impression qu'à l'époque c'était aussi compliqué et en même temps on n'a pas eu l'arrivée de supérieur pour nous pourir notre jeunesse. Je sais que ça doit être dur pour lui de parler de tout ça, de se sentir bien. Mon fils à tendance à ne pas parler de ce qui ne va pas, comme la plupart des jeunes. J'ai du mal à communiquer avec lui.

« Il se braque quand je lui en parle. Je le soupçonne de me cacher des choses. Peut-être que toi tu arriverais à le faire parler ou quelqu'un de son âge enfin je ne sais pas si c'est une bonne idée de lui faire un coup monté. Il n'appréciera pas. J'attends que ça vienne de lui. Si j'insiste il m'enverra balader. Ce n'est pas mon fils pour rien, mais j'imagine que lorsqu'il aura envie d'en parler il le fera. Je veux juste qu'il aille bien. Ce qu'ils ont vécus à cause des supérieurs n'est pas à prendre à la légère et je les déteste pour ça. Ils ont instauré la peur. Je voudrais que mes enfants retrouvent un cadre rassurant, qu'ils ne penses plus à tout ça. Comment est-ce que tu fais pour rassurer Enzo toi ? »

Je parle d'Enzo parce qu'il est là avec mes enfants et parce qu'il a vécu des choses horribles, il a été confronté à eux de la pire des manière et j'imagine que le lien qu'il a avec Isma l'aide à aller mieux, qu'elle sait trouver les mots mais j'imagine que c'est un sujet délicat.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8621
Date d'inscription : 05/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Enzo / Cameron / Riley



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3324-i-m-not-snow-white-ismaelle
MessageSujet: Re: The kids are all right ▬ Duncan   Jeu 11 Oct 2018 - 13:15

Souffrir à cause des garçons … Ou des filles, en soi, ça ne change rien. Je crois qu’on y passe tous, peut-être à moindre degré parfois, mais ça fait partie de l’apprentissage de la vie, une chose à laquelle on ne peut échapper. Comment je réagirais en tant que mère ? Je n’en ai pas la moindre idée. Je vois comment je suis avec Adrian, ou même Enzo, mais d’une part l’un est déjà grand, d’autre part ils ne sont pas la chair de ma chair. Et puis, ce sont des garçons. Sans trop savoir pourquoi je crois que ça fait une réelle différence. Justifiée ou non.
Tout ça pour dire que je comprends Duncan, ses réactions, cette attention particulière quand il regarde sa fille dévorer des yeux ce grand gaillard Australien. Si ça me fait sourire, je ne me moque pas de lui pour autant ni ne le juge.

Et puis cette question : Est-ce que je pense à moi de temps en temps ? Elle revient régulièrement dans la bouche de mes proches, à raison je le sais. J’essaie de faire en sorte de ne pas m’oublier dans l’équation, sincèrement, mais vous savez ce qu’on dit … Chassez le naturel … Je préfère me concentrer sur son lien avec ses enfants, sur ses inquiétudes de père, plutôt que de remuer certaines choses.

« Il se braque quand je lui en parle. Je le soupçonne de me cacher des choses. Peut-être que toi tu arriverais à le faire parler ou quelqu'un de son âge enfin je ne sais pas si c'est une bonne idée de lui faire un coup monté. Il n'appréciera pas. J'attends que ça vienne de lui. Si j'insiste il m'enverra balader. Ce n'est pas mon fils pour rien, mais j'imagine que lorsqu'il aura envie d'en parler il le fera. Je veux juste qu'il aille bien. Ce qu'ils ont vécus à cause des supérieurs n'est pas à prendre à la légère et je les déteste pour ça. Ils ont instauré la peur. Je voudrais que mes enfants retrouvent un cadre rassurant, qu'ils ne penses plus à tout ça. Comment est-ce que tu fais pour rassurer Enzo toi ? »

Je l’écoute attentivement, hoche la tête par moment, puis tourne la tête en direction des enfants pour les observer à mon tour. Dans mon esprit, des souvenirs, relativement positifs pour la plus part à vrai dire. Je me souviens de ce garçon renfermé, ce petit con toujours une capuche sur la tête … Quand je vois le jeune homme qu’il est aujourd’hui je ressens cette fierté maternelle sans doute un peu déplacée que je n’assume encore pas totalement. Mais je l’ai vu grandir, évoluer, souffrir, encaisser, être amoureux, heureux, insupportable, s’épanouir, parfois se refermer … Je ne pense pas m’avancer en prétendant le connaitre par cœur et si personne ne sait de quoi demain sera fait, si je sais à quel point la situation est difficile pour lui actuellement, je sais que je ne le lâcherais pas.

« Enzo est plus âgé, il a un certain recul et une certaine maturité aujourd’hui qui nous permettent d’avoir des conversations à cœur ouvert, de réelles discussions sans qu’aucun des deux ne se braquent. En revanche je l’ai connu quand il avait à peu près le même âge que Gale, juste après l’arrivée de ces hommes et femmes au château la première fois. Ça été compliqué d’établir le contact. »

En disant ça, j’ai un sourire sur le coin des lèvres. Ce gamin a vécu plus d’horreur en l’espace de trois et demi que la plus part d’entre nous d’en connaitront jamais dans une vie entière et je ne suis pas forcément sereine aujourd’hui quant à son état mais malgré la noirceur du contexte, c’est avec une nostalgie teintée de tendresse que je me remémore le sale gosse désagréable qu’il était à l’époque. Tout ça, ça n’était qu’une couverture.

« Je lui ai laissé le temps, je lui ai tendu des perches pour lui faire comprendre que s’il avait envie ou besoin de parler j’étais là. Ça m’est également arrivé de le secouer un peu parce que parfois, mine de rien, c’est nécessaire. »

Ils se construisent, ils testent, ça ne veut pas dire qu’on doit tout leur passer. Je ne sais pas pourquoi ce gosse m’a tapé dans l’œil, pourquoi lui plus qu’un autre, et dans le fond ça n’a pas tellement d’importance. Le fait est qu’aujourd’hui alors qu’il a besoin d’aide, d’un endroit où il se sent bien, de stabilité, c’est chez moi qu’il est et pas dans sa propre famille. Si ses parents étaient encore en vie ça serait différent, bien sûr, mais pour l’heure Leiv et moi l’accueillons avec plaisir. Pour Gale c’est différent, il vit avec son père et n’arrive pas à lui parler. Dans le fond, ça ne m’étonne pas plus que ça mais je comprends la détresse de Duncan qui ne souhaite que le bonheur de ses enfants.

« Je crois que parfois, c’est effectivement plus simple de s’ouvrir à une autre personne. L’adolescence est une période de transition, les relations enfants/parents sont parfois un peu mise à mal et effectivement, peut-être qu’il serait plus simple pour lui de se livrer, de communiquer, avec quelqu’un d’autre. Tu sais si tu veux, je peux lui proposer innocemment de passer un peu de temps ici parfois, en lui demandant s’il est d’accord pour m’aider un peu avec les Créatures, ce genre de choses. C’est comme ça que j’ai réussi à apprivoiser cet énergumène. »

D’un geste du menton je désigne Enzo, bien sûr. Adrian c’est différent, il est étranger à tout ça et en dehors du divorce de ses parents, n’a pas vraiment conscience de la noirceur du monde. Et tant mieux. Sans parler de ça il a vraiment un super tempérament, il est très ouvert, curieux, aucun souci de communication. Ce gamin est un véritable rayon de soleil.

« Ici il aura le choix. Il pourra se confier à moi s’il le souhaite, je pourrais tenter d’établir un contact. Et puis je crois qu’il s’entend bien avec Enzo, peut-être qu’il s’ouvrira à lui plus facilement aussi. »

Je veillerais au grain, simplement parce que je sais que l’ancien Gryffondor ne peut actuellement pas supporter les angoisses des autres en plus des siennes, mais je me dis aussi que ça peut, peut-être, les aider tous les deux finalement. Et quand ils auront besoin d’un peu de lumière, ils pourront toujours compter sur Adrian.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 91
Date d'inscription : 14/05/2018
Crédits : lempika



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The kids are all right ▬ Duncan   Jeu 18 Oct 2018 - 16:19

Ismaelle me surprendra toujours. Je ne sais pas d'où elle sort sa force d'état d'esprit. Je l'admire beaucoup. Elle s'occupe maintenant d'Enzo et d'Adrian alors que ce ne sont même pas ses enfants, c'est encore plus courageux que lorsque ce sont nos propres enfants. Elle prend soin d'eux comme une mère le ferait. Ils ont de la chance de l'avoir. J'acquiesce. Je me doute que ça n'a pas du être simple de parler avec ce jeune homme. Je ne l'ai pas beaucoup croisé à Poudlard, mais je sais qu'il en a bavé et qu'il devait être sur la réserve avant de se confier à Ismaelle et de la laisser entrer dans son cœur. J'imagine qu'elle aussi à du en baver. On ne se connaît pas si bien, du moins personnellement parlant. On se connaît en tant que collègue et on apprends à se connaître en tant qu'amis. Ça me fait du bien de la voir en dehors de l'école. Je me rend compte qu'on a tous une vie en dehors de toute cette histoire et c'est rassurant. Je fais une petite moue quand elle me dit qu'elle a aussi secoué Enzo de temps en temps, que ça leur fait du bien aussi, mais je ne sais pas si j'arriverais à le faire avec Gale. Je suis bien trop papa poule pour ça.

« Oui, sauf que je n'ai jamais vraiment réussis à les secouer. Surtout Gale. Il est assez réserve et c'est assez dur de le faire ressortir de ses retranchements. Je ne sais même pas si il a des retranchements. Il est discret, calme et bien trop gentil pour que je le secoue. »

Il suffit de le voir avec Enzo et Adrian. Il est du genre à rire aux blagues mais qui n'en fait pas. Celui que tout le monde voit comme un petit frère. C'est peut-être justement ça qu'il le blesse ou qu'il le perturbe. Je ne sais pas trop à vrai dire. Je n'ai jamais réussis à lui parler de tout ça parce qu'il m'envoie balader ou qu'il s'enferme dans sa chambre. J'ai beau lui dire qu'il peut en parler, il ne veut pas. Je hausse les épaules et fini par lui dire :

« Il doit tenir ça de moi. J'étais un peu comme lui à son âge. Gwen est plus … comme sa mère ... »

C'est toujours délicat pour moi de parler d'Alice, surtout depuis que je sais qu'elle est ici et qu'elle a parlé de moi à Betthany. Je ne sais pas d'ailleurs en quel termes elle a parlé de moi, si elle lui a dit que j'étais un sorcier ou pas. J'espère que non. Je hausse un sourcil quand elle me dit qu'elle peut l'aider si je veux et qu'il peut venir plus souvent. Je sais qu'il apprécie beaucoup les créatures magique. Il aimait bien les cours d'Ismaelle. Il aimait d'ailleurs beaucoup d'autres cours sauf les potions.

« Ça peut être une bonne idée. Je ne voudrais pas qu'il se rendre compte de quoi que se soit. Je crois qu'il pourrait m'en vouloir et évidement je ne veux pas que cela t'embête trop »

Ni que ça interfère de trop dans nos activités communes … mais ça il vaut mieux qu'on en parle pas ici.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8621
Date d'inscription : 05/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Enzo / Cameron / Riley



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3324-i-m-not-snow-white-ismaelle
MessageSujet: Re: The kids are all right ▬ Duncan   Lun 5 Nov 2018 - 20:02

« Ça peut être une bonne idée. Je ne voudrais pas qu'il se rendre compte de quoi que se soit. Je crois qu'il pourrait m'en vouloir et évidement je ne veux pas que cela t'embête trop »
« Ne t'en fais pas pour ça. De un, je sais être très subtile, de deux, ça ne m'embête pas du tout sinon je ne te le proposerais pas. »

Si je le propose, c'est que ça me fait plaisir. Je crois sincèrement que ce genre de choses n'est pas à prendre à la légère et si je peux aider un père et son fils à communiquer, que ce soit ensemble ou dans un premier temps chacun de leur côté, alors oui, ça sera avec plaisir. Et puis il faut le dire, je commence à avoir l'habitude de gérer les adolescents. Trois années à Poudlard en tant que Prof, j'en récupère maintenant deux ici … Oui, je crois que je suis bonne pour être diplômée d'ici peu de temps ! Ils vivent des choses compliquées et sans être psychomage, si je peux leur apporter un peu d'aide, je le ferais sans hésiter.
Est ce qu'un jour j'aurais l'occasion de vivre ça avec mon propre enfant ? J'aime énormément Adrian et sans aller jusqu'à le considérer comme un fils, je suis très attachée à lui. Enzo, c'est un peu différent, je ne dirais pas plus fort mais d'une certaine façon un peu plus intense néanmoins. Aucun des deux ne partage mon sang et je tiens très fort à eux mais l'idée de vivre ce genre d'instants avec la chair de ma chair … J'ai été traumatisé par ce qu'il s'est passé avec Alexander, mes blessures sont pansées et mon deuil est fait mais l'anniversaire de sa naissance, puis de sa mort arrivant, il est évident que ces deux dates ne me laissent pas indifférentes. La vie est ainsi faite, ça n'était peut-être pas le bon moment, les bonnes conditions, le bon … père, tout simplement. Il n'a jamais été le fruit de l'amour, pourtant peu importe la manière dont il a été conçu je l'ai aimé dès la première seconde.

Aujourd'hui je le garde dans mon cœur, pour toujours, le regard tourné vers un avenir que je n'envisageais nullement il y a encore peu de temps de ça. Un avenir aux contours un peu flou, un avenir auquel je ne veux pour le moment pas trop penser.

« Est ce que ça te dit d'aller faire une promenade au bord du Fjord ? Ça dégourdira les pattes et les esprits de tout le monde. »

Et puis comment résister à un tel paysage, je vous le demande. La Norvège est une perle, je ne m'attendais clairement pas à être aussi charmée par ce pays et il faut le dire, l'endroit où nous vivons est un véritable paradis. Un paradis sacré, secret, que je sais en danger si jamais son existence tombe entre les mains et les oreilles de mauvaises personnes. Les sortilèges qui l'entourent le rendent extrêmement protégé, tout comme ceux qui entourent la maison de mes parents ou de la famille de Leiv et d'autres encore, mais il m'arrive parfois de m'attendre au pire. Puis je croise le sourire espiègle d'Adrian, le regard plein de tendresse de Leiv ou les jappements enthousiastes des chiens quand Enzo joue avec eux. J'ai envie de croire qu'ici, rien de mauvais ne peut arriver.

« Hey les monstres, ça vous dit une balade ? »

Réponse en cœur, et en joie. Balade ce sera. Tout le monde bien couverts, avec les chiens, dans une petite bulle de bonne humeur pour entourer ce dimanche tranquille.

▬ FINI POUR MOI ▬

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: The kids are all right ▬ Duncan   

Revenir en haut Aller en bas
 
The kids are all right ▬ Duncan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon w.e. Masters-Kids, Hamont , Bastogne !.
» We're still kids [FAITH]
» Sean - please excuse the mess, the kids are making memories
» Haitian orphans adjusting well to Maritime life
» guitatre electrique!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Autour du monde :: Europe :: — Norvège :: Logement de Leiv-Andreas Helland & Ismaelle Stoneheaven-
Sauter vers: