AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 inattendu feat enzo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 230
Date d'inscription : 24/09/2017
Crédits : uc
Double Compte : DORYAN/ DUNCAN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3978-aiden-terry-lance-liens
MessageSujet: inattendu feat enzo    Sam 21 Juil 2018 - 22:35

9 octobre 2015


C'est le milieu d'après-midi, il doit être environ seize heures. On vient de finir le cours de sport et on est encore dans les vestiaires avec Laurin. Laurin c'est un ami que je me suis fait dans le nouveau lycée. Il est dans l'équipe de foot et grâce à lui j'ai pu l'intégrer aussi. Je me défends bien et ma perspective d'être recruté dans une équipe régionale à la fin de l'année ne fait que grandir. J'entrevois enfin une directive à mener, même si j'ai encore beaucoup de problèmes à régler. Depuis que je traîne avec Laurin mon comportement à pas mal changé, je ne suis plus le garçon marrant et drôle qui faisait des blagues idiotes en cours, je ne suis plus celui que j'étais, mais ce n'est pas seulement à cause de lui, c'est surtout à cause de tout le reste. Je prends aussi conscience que je grandi, mais selon mon père il a une mauvaise influence sur moi. C'est lui qui m'a filer ma première cigarette, lui aussi avec qui j'ai été en soirée et lui qui m'a fait prendre la drogue de l'autre fois. Je n'ai tellement pas apprécié que c'est la seule chose à laquelle je lui dis non. Et encore aujourd'hui j'accepte qu'on sèche le dernier cours d'étude qu'il nous reste. Une heure d'étude en groupe ce n'est pas vraiment ce que je préfère de toute manière alors je ne culpabilise pas du tout. On retourne sur le complexe et on s'arrête près de la sortie sur le terrain de basket. Il a piqué une balle dans la réserve avant de partir et on se fait quelques dribbles. On se pose ensuite sur un muret et il me propose une clope, enfin je comprends tout de suite que c'est du shit et pourtant je le prends quand même.

On parle d'un peu de tout et de rien, mais surtout de rien. Je connais un peu sa vie, il connaît un peu la mienne, même si beaucoup de ce que je lui raconte n'est pas toujours vrai. Il sait que je ne vis qu'avec mon père et je lui ai demandé qu'il ne me pose plus de questions sur ma mère. Ses parents à lui son divorcés, son père est assez riche et il lui offre un peu tout ce qu'il veut, mais il lui met trop la pression pour qu'il soit comme lui et Laurin n'a pas du tout envie de ressembler à son père, ce que je peux comprendre quand on voit le caractère de ce dernier, du moins de ce qu'il m'en a dit. Je prend la cigarette entre mes doigts et me met à lui parler d'Ivan, Ivan que j'ai vu se faire attaquer l'autre jour. Je ne lui dis pas tout là non plus, mais je parle beaucoup de lui.

Et puis au bout d'un moment, alors que je viens juste d'écraser le fond de ma clope sur le bord du muret, je sens sa main se poser sur la mienne et je le vois s'approcher de mon visage. Je suis surpris, je ne m'attendais pas trop à ça de sa part, mais étonnement je le laisse faire. Ses lèvres se posent sur les miennes et il me souris après m'avoir embrassé plutôt chastement. Je le regarde sans comprendre et lui demande :

«Pourquoi ? »
«Je ne sais pas, j'avais envie et tu ne m'as pas repousser. En t'écoutant j'ai eu comme l'impression que tu avais besoin de savoir ce que ça faisait d'embrasser un garçon. Alors je te montre et si tu veux, même si ce n'était qu'un tout petit aperçu. »
«Et c'est quoi le gros aperçu ? »

Il sourit et s'approche à nouveau de mon visage pour venir m'embrasser plus langoureusement cette fois. C'est étrange, je n'avais jamais imaginé que mon premier baiser serait avec un gars, encore moins un moldu. J'imagine plutôt que ça serait Rosalyn que j'embrasserais. C'est en ouvrant les yeux que je me rends compte qu'une silhouette nous observe derrière la grille du terrain une silhouette que j'aurais reconnu entre mille. J'interromps notre baiser et je me penche avant de tomber du muret. Je me sens un peu bizarre. Je me relève pendant que Laurin me demande si ça va et le seul truc que j'avais à dire c'est :

« Enzo ? C'est bien toi ? »

Laurin tourne la tête vers Enzo et en deux petites explications je lui dis que c'est un ami de mon ancienne école. Laurin décide alors de nous laisser tous les deux et s'en va non sans oublier de me dire aurevoir d'un geste de la main. On reparlera de tout ça demain. Je me passe une main derrière la tête et regarde Enzo avant de lui dire :

«Je te croyais en Australie. Riley m'a dit que tu étais là-bas.»

Je suis content de le voir, mais je ne sais pas très bien ce qu'il a vu et à vrai dire je crois que la clope de toute à l'heure commence à me faire un drôle d'effet.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 18410
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4620-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: inattendu feat enzo    Lun 6 Aoû 2018 - 18:32

Inattendu
Aiden & Enzo


■ Vendredi 9 Octobre 2015 ■

Dans la matinée

Je peux pas dire que j’ai eu du mal à dormir, je crois même ne pas avoir autant écrasé depuis un long moment et même si je sais que les potions aux plantes que je bois tous les jours y sont pour quelques choses je sais que ça n’est pas la seule raison. La fatigue, premièrement, bien sûr, mais je sens aussi que ma première séance chez la Psychomage a délié déjà certaines choses. Ça m’a épuisé, moralement, nerveusement, presque à m’en faire tomber par terre tant certaines choses sont lourdes et je sais que ça n’est que le début mais … Je crois que malgré tout ça soulage et ça fait du bien. En tout cas, à terme, ça sera le cas.

Mais pour le moment c’est le corps que je maltraite, au profit de la tête qui débranche et se repose. Plus ou moins.

« Combien ? »
« On ne demande pas ça à une dame. »
« T’as peut-être perdu tes biceps mais laisse-moi te dire que t’as rien d’une dame. Alors, combien ? »
« 72.4 kg. »
« Bien. D’ici la fin de semaine prochaine je veux que tu en aies repris au moins deux de plus. »

Vague espèce de grimace de ma part, réaction instantanée de la sienne. Avec Owen rien ne passe, il est intransigeant et si certains jours je me braque, la plus part du temps je laisse couler, j’accepte, parce que c’est ce dont j’ai besoin. Ça me fait mal de le dire mais, pour l’instant en tout cas, je le reconnais en tant qu’Alpha. Ce type n’est pas un loup mais je m’entends.

« Tu connais notre contrat. »

J’acquiesce. Oui, je connais notre contrat. C’est lui le patron, je fais tout ce qu’il me dit de faire sans discuter et si je ne fais pas au maximum de mes possibilités pour recommencer à manger normalement et reprendre du poids, on arrête – j’ai tout à y perdre.

« Pourquoi tu fais ça ? »

M'aider comme il le fait. Parce qu'il ne me doit rien et ça n'est pas comme si on était amis ou quoi que ce soit de ce genre là.

« Rien que pour le plaisir de te voir souffrir. »

Il reste stoïque mais je vois bien le sourire en coin qui se pointe de manière infime sur son visage. Et sur le mien, bien plus franc, presque celui du sale gosse que je sais être et qui certains jours me manque beaucoup.

« Aller, arrête un peu de bavasser et fais-moi un nouveau circuit. 50 de chaque. »

Tractions, pompes, abdos. Et après ça, footing pour délasser les muscles. J’en chie et c’est peu de le dire mais ça me fait beaucoup de bien.

#

Dans l’après-midi

« Sûr de toi ? »
« Oui. J’ai envie de passer voir Caem un peu avant, voir son chez lui, et faire coucou à Jill aussi. Puis juste … tu sais, de changer d’air. En plus je me dis que c’est une bonne chose de tester un peu l’attitude de Wax en ville, faut qu’il s’habitue un peu à tous les milieux. T’en pense quoi ? »

Je vois bien qu’elle s’inquiète, à raison vu ma dernière escapade, mais cette fois c’est différent et le monde extérieur me manque réellement même si cet endroit, c’est carrément le paradis.

« C’est vrai, c’est important de l’habituer dès tout petit. »

Elle est sceptique, mais je le sens, une part d’elle est d’accord avec le processus. Je ne forcerais pas si elle me dit non, quoi qu’il en soit ce soir je serais chez Riley avec tous les autres, mais si je peux avoir un peu plus malgré mes angoisses alors je prendrais.

« Ça t’ennuie si je t’accompagne ? »
« Non pas du tout. »
« On peut même aller chercher Adrian à la sortie de l’école tiens d’ailleurs. »
« Carrément. Ça serait cool. »

En toute sincérité. J’adore ce gamin, vraiment, on s’entend super bien et j’ai presque l’impression d’avoir gagné un petit frère. Même si j’ai besoin de mes moments à moi, dans le calme et la solitude, j’adore l’avoir dans les pattes. En plus de ça il me fait découvrir pleins de choses, j’en fais autant de mon côté, on passe vraiment de bons moments.
Bref, direction Londres. Comme prévu je passe voir Jill, Isma m’accompagne puis elle me laisse pour aller faire une course de son côté. Je décide de me débrouiller par moi-même pour trouver l’appart de Caem, Wax en laisse, encore pas trop habitué à son harnais. Il écoute bien, j’ai vraiment pas à me plaindre là-dessus. Dire que je suis 100% tranquille serait mentir, certains traumatismes sont encore bien présent et je ne tiens pas spécialement à me faire embarquer à nouveau alors je reste sur mes gardes, observe un peu tous les gens que je croise, regarde souvent dernière moi pour être sûr qu’on ne me suit pas.

Jusqu’à ce que j’aperçoive une silhouette familière un peu plus loin, assis sur un muret avec un autre type que je ne connais pas. Aiden. Et là il se passe un truc auquel je ne m’attendais pas, un truc qui me fait sourire de manière surprise et amusée mais me donne surtout l’impression d’être un sacré voyeur à vrai dire.

« Regarde pas ça Wax, t’es trop jeune. »

Ça ? Juste deux personnes en train de s’embrasser.
Et évidemment que je plaisante.

« Enzo ? C'est bien toi ? »

Le seul, l'unique. Grillé. Faut dire aussi que je ne suis pas franchement discret à m’être arrêté comme ça, ce truc fluffy qui me sert de chien à mes pieds et qui ne passe pas tellement inaperçu lui non plus. En même temps, j’avais pas spécialement l’intention de tracer ma route, j’étais plus parti pour aller le saluer avant qu’il ne se mette à embrasser cet autre type que je ne connais pas. Et qui s’éloigne, d’ailleurs. Désolé mec, je ne voulais pas te casser ton coup ni te faire fuir.

« Je te croyais en Australie. Riley m'a dit que tu étais là-bas.»
« J’ai de la famille et des amis dans le coin alors j’me balade un peu ici et là. »

Haussement d’épaules. Ça n’est pas un mensonge, dans le fond, j’ai juste pas tellement envie d’aborder certains sujets. Wax dit bonjour à Aiden en lui sautant clairement dessus – y a encore du boulot niveau éducation mais j’y travaille, il est encore jeune – et moi j’observe mon ancien camarade d’école. Y a un truc qui ne m’échappe pas, j’ai suffisamment côtoyé de personnes défoncées pour en reconnaitre les symptômes mais surtout …

« Elle a bien changé Rosalyn. »

Sourire en coin, l’air de rien, je me moque gentiment de lui en faisant clairement allusion à son pote qui vient de se barrer et au fait que j’ai vu ce qu’il s’est passé. Si ça me choque ? Sérieusement ? Ça me surprend de le voir embrasser un mec, oui, mais évidemment que ça ne me choque pas.


code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 230
Date d'inscription : 24/09/2017
Crédits : uc
Double Compte : DORYAN/ DUNCAN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3978-aiden-terry-lance-liens
MessageSujet: Re: inattendu feat enzo    Lun 6 Aoû 2018 - 21:08

Je me retrouve un peu comme un idiot devant Enzo. Je me doute bien qu'il m'a vu avec Laurin et je me doute aussi qu'il va me poser des questions, mais je n'ai pas vraiment envie d'y répondre et dès qu'avance vers lui c'est un chien qui vient me faire la fête. Ce qui me fait sourire. Je le caresse comme je peux, il est un peu foufou et il retourne vite vers son maître, du moins je suppose que c'est Enzo son maître. J'ai toujours aimé les animaux et généralement ils me le rende bien. C'est sans doute le fait que mon père à une volière et qu'il m'a transmis sa passion pour les animaux, magique ou pas d'ailleurs. Il me confirme qu'il était bien en Australie, mais qu'il est venu dire bonjour à des amis. Il n'en dit pas plus et il n'est pas très bavard et je trouve que c'est bizarre, même si en général c'est plus moi qui parle, mais je ne sais pas il a l'air … différent. Je le trouve changé et sans doute que c'est pareil pour lui. La dernière qu'on s'est vu, c'était à Poudlard, avant les vacances, il n'est pas revenu ensuite en septembre et en deux mois j'ai pris du muscle et j'ai grandi encore un peu, j'ai changé physiquement et mentalement aussi, mais ça c'est une autre histoire. Je le trouve changé aussi. Je me demande ce qu'il a fait là-bas en Australie et je n'ai pas vraiment le temps de lui demander parce qu'il me fait remarquer que Rosalyn a pas mal changé. Je me doutais ben qu'il allait vouloir parler de ça. Je me pince la lèvre. Je ne sais pas du tout ce que je vais trouver à dire, en réalité je n'ai pas vraiment réfléchi au fait qu'on pouvait nous voir. C'est idiot on était dehors. Je devrais arrêter aussi de prendre ce que Laurin me donne, parce que je me sens bizarre, mais pas comme la dernière fois. C'est moins fort, mais j'ai une sensation de légèreté, de flottement et ça me fait du bien de me sentir si léger.

« Ouai tu as vu ça, elle est douée pour la métamorphose, tu ne savais pas hein ? »

Non, il ne sait sûrement pas qu'elle est douée pour tout et en pensant à elle, je me demande ce que je viens de faire et ça devient un peu compliqué dans mon esprit. Je me rends compte que ce n'était pas vraiment chouette pour elle, surtout que je l'aime encore, mais je suis un peu paumé en ce moment et le fait qu'on ne se voit pas beaucoup vu elle est moi ces derniers et puis maintenant je ne sais pas trop ce que ça veut dire ce baiser. Je fini par dire :

« Il n'y a rien de mal à essayer d'autres choses. »

Je hausse les épaules et évidement implicitement ça inclus tout ce que j'essaie de neuf. D'ailleurs en parlant de choses nouvelles, je sors une cigarette et en fume une, encore un truc de Laurin, que je adopter pour celui là, heureusement le reste je me suis pas laissé embarqué, même si j'ai essayé. Je ne suis pas totalement idiot, je vais déjà assez mal comme ça, sans en rajouter. Il faudrait vraiment que je retourne voir le psychomage, mais tant qu'on ne m'y emmènera pas de force, je refuserais d'y aller par moi-même. Je ne trouve pas que j'ai plus de problèmes que d'autres.

« Et toi alors ? Tu as fait quoi pendant tes vacances. ? »

Parler vacances, je fais exprès ne pas parler de Poudlard, de la rentrée, je veux juste oublier ce passage là, les vacances c'est un bon sujet, c'est ma façon de détourner la conversation au sujet de Rosalyn et de ce qu'il a vu aujourd'hui, même si je sais au fond qu'il va essayer de creuser, du moins je pense que c'est ce qu'il fera et je ne sais pas vraiment ce que je lui répondrais s'il le fait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 18410
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4620-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: inattendu feat enzo    Sam 11 Aoû 2018 - 15:21

« Ouais tu as vu ça, elle est douée pour la métamorphose, tu ne savais pas hein ? »

Je sais qu'il ironise, fait de l'humour pour le moins, mais je me surprends à me dire que si, je le sais. Pour la simple et bonne raison que même si elle m'a haït pendant un bon moment on a fini par devenir … Peut-être pas amis, mais par bien s'entendre. Et si je la sais aussi douée c'est d'une parce qu'on a été dans la même classe pendant deux ans et de deux parce que quand j'ai redoublé elle m'a écrit une lettre qu'elle a accompagnée de tous ses cours de 6ème année. Pour m'aider. Je sais qu'elle l'a fait en partie pour se racheter du fiasco d'une de nos discussion mais ça ne change rien au geste. Enfin, c'est pas tellement le sujet. Ça n'est pas elle que j'ai face à moi mais Aiden, que je trouve nerveux, hésitant, pas trop certain de savoir sur quel pied danser avec moi j'ai l'impression.
Wax est assis à mes pieds à présent, sage, et moi je prends conscience que mon ancien camarade de classe a radicalement changé ces derniers mois. Si j'ai en ce qui me concerne complètement fondu en l'espace de quelques semaines et que je galère un peu à me remplumer, lui a gagné en taille et surtout en muscles.

Mais ça n'est pas ce qui me frappe le plus, à vrai dire, et je me dis que j'aurais peut-être du m'abstenir de parler de Rosalyn.

« Il n'y a rien de mal à essayer d'autres choses. »

Il hausse les épaules, me donnant l'impression de ressentir le besoin de justifier ses actes comme s'il avait peur que je porte un jugement dessus. Pourtant il me connait, juger les autres n'est pas tellement dans ma nature et surtout pas pour des choses que je peux parfaitement appréhender je pense. Je me contente de lui offrir un sourire, jetant un regard sur la droite plus par réflexe qu'autre chose. Je ne suis pas spécialement tranquille, j'ai même sursauté plusieurs fois à cause de cette ambiance halloween présente partout dans les rues mais j'essaie de me détendre au maximum. Ça ne fait pas longtemps que je suis revenu, je sais que j'aurais besoin de temps pour redevenir aussi confiant que j'ai pu l'être et qu'une épée de Damocles me donne parfois l'impression de flotter au dessus de ma tête mais je me refuse catégoriquement à laisser la peur régir ma vie. J'ai ma baguette dans ma poche, mes sens et ceux de mon chien – même s'il est encore un bébé – pour m'alerter en cas de danger, mon téléphone prêt à servir si besoin. Et je dirais bien que la présence d'Aiden me rassure mais ça serait mentir étant donné son comportement. On a été assez proches tous les deux, j'ai l'impression qu'on est presque comme deux étrangers l'un en face de l'autre à présent. Je ne m'arrête pas vraiment sur cette sensation, quoi qu'il en soit.

« Et toi alors ? Tu as fait quoi pendant tes vacances. ? »

Ça me prend une seconde ou deux pour remettre tout ça dans ma mémoire, simplement parce que ça commence à faire « loin » et qu'avec ce que j'ai vécu ces dernières semaines les vacances sont un peu sortis de ma tête.

« J'ai pas mal bougé, en Angleterre, aux États-Unis, en Australie aussi évidemment, pour voir des amis et de la famille là encore. J'ai pas mal surfé, je me suis reposé, j'ai trainé avec mon frère, ce genre de trucs. J'ai pas tellement vu les deux mois passer à vrai dire. Et toi ? »

J'ai tellement vécu pendant ces deux mois, c'était intense, décompressant, absolument génial sur tous les plans alors la chute n'en a été que plus brutale mais là encore, je préfère me dire que des instants comme ça j'en connaitrais d'autres. Peu importe le temps que ça prendra.
En attendant son comportement m'intrigue réellement, je sais que chez certains le fait de fumer rend un peu parano ou ce genre de trucs mais j'en sais rien, je le trouve vraiment étrange et quelque part ça m'inquiète un peu.

« J'suis pas de la police Aiden, tu peux te détendre tu sais. »

Je lui offre un nouveau sourire tranquille tout en rattrapant les pattes avant de Wax qui me saute dessus pour attirer mon attention. La laisse c'est pas tellement son truc et en toute honnêteté si je pouvais le promener sans je le ferais mais c'est la première fois qu'il vient en ville et même si ça n'a pas l'air de le stresser je ne veux pas prendre le moindre risque.

« Et j'aime un homme, c'est pas la première fois, et d'ailleurs ça ne m'étonnerait même pas que ce que t'as fumé vienne de sa plantation à vrai dire alors c'est certainement pas moi qui vais te juger ou te regarder de travers parce que je t'ai vu en train d'embrasser un type ou parce que t'as les yeux explosés. »

Cette fois c'est même un rire amusé qui m'échappe. William et Cameron n'ont pas arrêté leur petite association botanique, alors non clairement ça ne m'étonnerait pas. Pour le reste … Sérieusement, est ce qu'il pense vraiment que je vais avoir une réaction de merde parce que je l'ai vu en train d'embrasser un mec ? Ça en serait presque vexant mais je suis loin de ce genre de considération. Je me dis qu'il n'assume peut-être pas, que ça soit pour l'une des raisons ou l'autre, et que le fait d'avoir été pris en flag le déstabilise. En plus des effets de ce qu'il a pris.

« Est ce que tout va bien ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 230
Date d'inscription : 24/09/2017
Crédits : uc
Double Compte : DORYAN/ DUNCAN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3978-aiden-terry-lance-liens
MessageSujet: Re: inattendu feat enzo    Dim 12 Aoû 2018 - 14:13

Il n'a pas l'air surprise en fait, mince il sait qu'elle est douée en métamorphose, ben oui ils étaient aussi dans la même école et je pense même qu'ils étaient amis. Bon ma blague tombe à l'eau, ce n'était pas vraiment une blague d'ailleurs. C'était juste une diversion pour ne pas parler de ce qu'il a vu parce que je n'ai pas envie d'en parler, ni avec lui, ni avec personne d'autres. Et pourtant je devrais peut-être, surtout que je connais Enzo et je sais qu'il est sorti avec des gars, qu'il peut comprendre sans doute ce qu'il se passe dans ma tête, mais je n'ai pas envie de lui en parler. Je n'ai envie de parler à personne en réalité depuis que je suis là, sauf à Ivan peut-être, mais je crois qu'il a du mal avec l'idée que je sois un sorcier. On n'a pas vraiment reparlé depuis qu'il le sait. Il était un peu … chamboulé. Il n'a pas vu les deux mois passé … moi non plus.

« Je n'ai pas fais grand chose, y a eu le « tremblement de terre » et je suis allé en Écosse avec mon père après. »

Je vais éviter de lui dire que Rosalyn m'a sorti de là, que si elle n'avait pas été là, peut-être que je serais mort étouffé sous les décombres, vu que je n'avais pas ma baguette, bon peut-être pas mort, mas plus mal en point, même si je manquais de souffle, donc si peut-être bien que j'aurais pu mourir aussi ce jour là. Je me rends compte que ça commence à faire beaucoup de fois où j'ai échappé à la mort et ça doit sûrement jouer sur mon état aussi, ça et tout le reste en réalité, surtout tous les reste, la rentrée … dont je n'ai pas envie de parler. Il n'est pas de la police … ouai ben on ne dirait pas. J'ai l'impression qu'il me regarde de travers en plus. Je me sens épié depuis que je suis sorti de poudlard de toute manière, je sais que c'est dans ma tête et qu'il faut que je parle à un psy, mais je n'arrive pas à m'y résoudre. Je l'écoute me dire qu'il sort avec un gars, oui je sais ça, du moins je crois, enfin je sais pas à vrai dire. Je ne me suis pas vraiment posé là question, j'ai eu du mal à suivre ses histoires et inconsciemment j'ai comme l'impression qu'il parle de quelqu'un de poudlard alors je le mets au jus histoire qu'il comprenne :

«Si tu parle de quelqu'un de poudlard, ça m'étonnerait, je n'ai pas recroisé grand monde et je n'ai pas tellement de recroiser qui que ce soit. Et Laurin à ses propres plants aussi je crois … et pour que ça soit clair je ne veux plus rien avoir à faire avec la magie.»

Pourtant inconsciemment je sais que c'est ridicule et que je suis un sorcier, que je ne pourrais pas enlever ça, que ça reviendra forcément, j'ai beau essayer de m'en détacher, elle revient toujours, d'abord avec Carrie, on s'est fait attaqué et j'ai du inventer n'importe quoi et mentir encore et puis avec Ivan et je commence à en avoir marre que ça me poursuive. Je veux juste être normal, sans pouvoir, ne pas avoir à faire aux supérieurs à un quelconque danger. J'en ai juste assez de tout ça. Je lève les yeux au ciel et tire une bouffée de ma cigarette :

«Ouai, à part ça, tu es pas de la police.»

Je suis en colère et je crois qu'il doit s'en rendre compte. C'est loin d'être dans mes habitudes. Est-ce que je vas bien?Je reste sans voix et je bloque un moment avant de sentir la colère monter en moi, comme un boulet de canon et ça exploser:

«Putain mais pourquoi tout le monde me pose cette question ? Vous me faite tous chier avec vos « est-ce que tu va bien ? ». D'abord mon père qui m'emmerde à me demander ce qu'il m'arrive, puis Warren, puis Kim et maintenant toi !? Qu'est-ce que ce ça peut vous faire ? Foutez-moi la paix c'est la paix c'est tout ce que je demande. »

Je me suis peut-être un peu emporté et ça ne me ressemble pas, surtout sur Enzo, Enzo qui était mon ami, Enzo que je n'ai pas revu depuis belle lurette et qui a l'air aussi d'avoir un truc a cacher, mais il le cache mieux que moi. Moi je n'arrive pas, j'ai tout le temps envie d'exploser. Je bouille de l'intérieur et aujourd'hui ça tombe sur lui et je m'en veux déjà. Je vois son chien qui n'a pas l'air content que je m'en prenne verbalement à son maître. Je ne sais plus vraiment ou me mettre. Je ne sais pas pourquoi tout à coup je viens de lui crier dessus comme ça. Ça ne me fait même pas de bien en plus, ça me culpabilise encore plus.

« Pardon … je ... »

Je ne sais pas ce qu'il m'a prit ? Oui je pourrais lui dire ça, mais je bloque et je ne sais pas pourquoi. Je suis ridicule à souhait. Je soupire, zut, qu'est-ce que j'ai encore foutu ? Je suis entrain de tous les perdre, de me perdre aussi au passage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 18410
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4620-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: inattendu feat enzo    Mer 22 Aoû 2018 - 13:34

« Si tu parles de quelqu'un de poudlard, ça m'étonnerait, je n'ai pas recroisé grand monde et je n'ai pas tellement de recroiser qui que ce soit. Et Laurin à ses propres plants aussi je crois … et pour que ça soit clair je ne veux plus rien avoir à faire avec la magie. »

Jusqu’à preuve du contraire, je ne change pas de mec comme de chemise mais soit, j’encaisse sa négativité évidente sans rien dire, enregistrant certaines informations qu’elles soient verbales ou non. Sous mes doigts glissent le pelage de Wax, ça me détend, sa présence me fait du bien. Parfois je me dis qu’il est presque comme un chien thérapeutique. En réalité, malgré lui, je crois que c’est exactement ce qu’il est et que tous les animaux le sont d’une certaine façon mais c’est pas vraiment le sujet.

Et parce que son comportement m’inquiète, oui, j’ose lui faire l’affront de lui demander si tout va bien.

« Ouais, à part ça, tu es pas de la police. »

Je me prends sa réflexion comme une claque en pleine gueule, imprimant clairement la surprise sur mon visage sans même essayer de masquer quoi que ce soit. Ses émotions me percutent presque aussi durement que ses mots puisque mes sens les captent très bien et c’est un réel choc pour moi. Ma sensibilité est mise à rude épreuve ces derniers temps, pour des raisons relativement évidentes, alors oui je sens bien que tout ça à plus d’impact sur moi que ça aurait pu être le cas seulement quelques semaines plus tôt. La tension est tellement palpable qu’elle fait accélérer mon rythme cardiaque.

Et puis c’est l’explosion.

« Putain mais pourquoi tout le monde me pose cette question ? Vous me faite tous chier avec vos « est-ce que tu va bien ? ». D'abord mon père qui m'emmerde à me demander ce qu'il m'arrive, puis Warren, puis Kim et maintenant toi !? Qu'est-ce que ce ça peut vous faire ? Foutez-moi la paix c'est la paix c'est tout ce que je demande. »

Je déconnecte. C’est presque immédiat. Poings serrés, rythme cardiaque qui s’emballe, y a comme un voile devant mes yeux, un truc invisible qui me comprime la cage thoracique et fait s’accélérer mon souffle parce que je commence à chercher mon air. Angoisse, panique, un peu de colère, je suis figé et perdu dans toutes ces réactions de ma tête et de mon corps qui me propulsent dans des bribes de souvenirs où je n’ai pas envie d’aller et qui n’ont absolument rien à voir avec la situation actuelle ou la personne face à moi. C’était peut-être trop tôt pour me balader tout seul dans la rue, peut-être que j’aurais dû anticiper mais j’étais certain de pouvoir gérer. C’est pas Aiden qui me fait peur, juste … Je sais pas. Je me revois dans cette ruelle le jour où j’ai pété les plombs, une lame qui glisse sur ma joue, les menaces puis les barreaux de la cage qui m’a maintenu captif pendant de trop nombreux jours … Tout ça se mélange dans ma tête et alors que j’essaie de me concentrer sur ma respiration pour me calmer c’est finalement Wax qui me ramène sur terre quand je réalise qu’il s’est interposé entre mon ancien camarade de maison et moi, lui aboyant dessus. 4 mois, déjà protecteur. Jamais je n’ai pensé à lui de cette façon et pourtant sa réaction me dépose un baume apaisant et rassurant sur le cœur.

« Pardon … je ... »
« Hey, tout va bien mon bonhomme. »

Ce n’est pas à Aiden que je m’adresse, évidemment, et je n’ai d’ailleurs pour lui aucun regard. Je m’accroupis à hauteur de mon chien et le caresse, le laisse venir se blottir contre moi et chercher à me faire la fête alors que je respire son odeur et prends le temps de me tranquilliser. Je perçois les battements de son cœur, aussi rapide et irrégulier que les miens de manière normale, me calque dessus, prends le temps d’évacuer cette montée soudaine de tension, d’angoisse et autres émotions vives avant de me relever et de retrouver le contact visuel avec l’ancien Gryffondor. Je sais pas ce qu’il a vécu ces derniers temps et je ne remets pas ça en question mais j’en ai suffisamment bavé comme ça dernièrement, je sors à peine la tête de l’eau et égoïstement ou pas, je compte pas m’en prendre les répercutions en pleine gueule.

« Peut-être qu’on te pose tous cette question parce qu’on s’inquiète pour toi et qu’on tient à toi Aiden. »

On n’est peut-être pas les amis les plus proches de la terre et j’ai aucune idée des liens qu’il peut avoir avec Kim ou Warren mais en ce qui me concerne en tout cas, oui, je tiens à lui. Et son père aussi, j'imagine.

« D’abord Aaron, maintenant toi, je vous adore les gars mais j’suis pas un punching ball. Tu devrais aller rejoindre ton pote, ou ton mec, ou peu importe ce qu’il est. Il doit sûrement t’attendre. »

Le ton n’est pas spécialement froid ni même agressif, je crois qu’il est surtout las, et même si ça ne me ressemble pas vraiment de faire ça je m’apprête bien à tourner les talons et le laisser. J’ai à peine la force de supporter mes propres problèmes, je pense pas être la personne la mieux placée pour supporter ceux des autres en plus, en tout cas pas comme ça, même si j’en suis pas spécialement fier.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 230
Date d'inscription : 24/09/2017
Crédits : uc
Double Compte : DORYAN/ DUNCAN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3978-aiden-terry-lance-liens
MessageSujet: Re: inattendu feat enzo    Jeu 6 Sep 2018 - 22:03

Je ne sais pas ce qu'il me prend, mais j'ai besoin que ça sorte, j'ai besoin de m'énerver, de toute manière je ne contrôle plus rien depuis longtemps. J'explose, contre la mauvaise personne, contre Enzo qui n'a rien demandé et qui ne sais pas pourquoi je réagis de cette manière alors qu'il n'a rien fait de mal. C'est juste moi qui ai un problème et je fini par me dire que je devrais suivre ce qu'on m'a dit, je devrais retourner voir le psychomage, parce que ça me fera du bien, parce que je ne sais pas comment je peux m'en sortir tout seul. Enzo calme son chien qui m'aboie dessus et qui j'en suis sur pourrai m'attaquer s'il le décidait ou si je m'en prenait à lui, mais je n'ai pas l'intention de m'en prendre à Enzo, c'est mon ami après tout et je viens de lui crier dessus sans raisons alors qu'il n'est en rien concerné par le fait que je sois en colère et déboussolé, il n'est pas concerné par mes problèmes je n'ai pas à lui faire subir ça. Il a du déjà en baver lui aussi, je ne sais pas où il était mais je vois bien que quelque chose à changé chez lui. On a tous les deux fait du chemin il semblerait. Je tire sur ma cigarette, ça me détend un peu la nicotine quand je suis énervé et je retrouve vaguement mon calme.

«Je suis désolé … je ne voulais pas te crier dessus et pourquoi tu parles d'Aaron ? Il est parti à la recherche de son père, je n'ai pas eu de ses nouvelles depuis qu'on a quitté Poudlard. »

Je n'ai pas la force de lui parler du retour des supérieurs, pas la force de repenser à tout ça et à ce que j'ai fais, à ce que je suis devenu. Il a raison ce n'est pas un punching ball. Je passe ma main derrière ma tête, un peu gêné par la situation. Je ne pensais pas le revoir dans tel circonstances, ni lui faire une scène parce qu'il était là au mauvais moment, quand j'avais le plus besoin de hurler.

«Et je vais bien. »

C'est faux évidement, mais ça ne sert pas à grand chose de lui expliquer ce qui ne va pas, il n'est pas plus psy que punching ball. Je ne vais pas lui pourri sa journée en plus. J'aurais aimé que Laurin ne parte pas comme ça, qu'il reste un peu avec moi, peut-être qu'il aurait su me dire les bons mots. Il sait que je ne suis pas très bien en ce moment, il sait aussi que je ne suis pas comme tout le monde, mais il l'accepte, quand à Ivan … Ivan c'est une autre histoire.

«Laurin n'est pas mon mec. Je ne sors pas avec lui. Je ne sors pas non plus avec Roslayn. Je ne l'ai pas trompé. C'est juste que … j'avais besoin de ... »

De réconfort ? De tendresse ? Oui peut-être un peu des deux, en fait je ne sais pas ce dont j'avais besoin, juste de penser à autre chose qu'à tout ce merdier.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 18410
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4620-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: inattendu feat enzo    Ven 14 Sep 2018 - 8:54

« Je suis désolé … je ne voulais pas te crier dessus et pourquoi tu parles d'Aaron ? Il est parti à la recherche de son père, je n'ai pas eu de ses nouvelles depuis qu'on a quitté Poudlard. »

Je n'irai pas jusqu'à dire que je m'en fous, parce que c'est faux, seulement j'ai pas de place en ce moment pour ça, pour les autres, ceux qui sont sortis de mon décor simplement parce que c'est la vie. J'ai pas la force de jouer les bons samaritains, tout ce que je veux c'est me sortir des angoisses qui m'oppressent chaque jour et chaque nuit, effacer certains souvenirs, certaines images et pensées qui reviennent sans cesse … Juste, me concentrer sur moi, aller mieux. Ça ne fait pas de moi un immonde égoïste, je ne crois pas, simplement une personne qui a des problèmes et qui essaie de s'en sortir comme elle peut. J'ai l'impression qu'Aiden est dans la même situation quelque part, à la différence je ne rejette pas les mains que l'on me tend bien au contraire.

« Et je vais bien. »

Je m'arrête dans mon élan, me contente d'arquer un sourcil sans réellement le regarder, me demandant simplement si lui même croit réellement ce qu'il dit. Je ne le connais pas par coeur, je n'ai pas cette prétention, mais après ces quelques années passées sous le même toits, à partager le même dortoirs et nos journées de classe pendant deux d'entre elles, à faire les 400 coups ensemble … Je pense pouvoir au moins affirmer que j'ai une connaissance de lui suffisante pour me rendre compte quand, non, il ne va pas bien. Sans parler du fait que c'est relativement évident si on prend la peine d'observer son langage corporel, accessoirement. Et je ne parle pas de la tension qu'il dégage, la nervosité, de tous ces messages que je parviens à capter plus ou moins malgré moi par l'intermédiaire de mes sens un peu différents ou plus développés que ceux d'un humain 100% humain. Et je me dis que Wax doit le ressentir aussi, tout ça. Ça se voit à la façon dont il se comporte de toute façon. Lui qui passe son temps à jouer est étrangement calme et attentif en cet instant.
J'ai envie de foutre le camp, en toute sincérité. En route vers chez mon meilleur ami je n'ai qu'une envie c'est toquer à sa porte, découvrir son antre et oublier tout ce qui vient de se passer. Mais vous savez ce qu'on dit, chassez le naturel …

« Laurin n'est pas mon mec. Je ne sors pas avec lui. Je ne sors pas non plus avec Roslayn. Je ne l'ai pas trompé. C'est juste que … j'avais besoin de ... »

Un soupir m'échappe, mes épaules s'affaissent, je ne sais pas quoi faire de moi ni de ça, de lui, de ses états d'âmes qu'il semble à deux doigts de dégueuler sur le pavé. Ça reste coincé là, dans sa gorge, je connais parfaitement ce sentiment. J'imagine qu'on le connait tous de toute manière, à différent degré peut-être, mais en attendant je me sens vraiment partagé entre l'envie de tailler la route puisque de toute façon, qu'est ce que ça changera ? Et celle de ne simplement pas le laisser là, comme ça, seul face à des choses qui ont l'air de l'empêcher de respirer correctement. On s'est peut-être perdus de vue ces derniers mois mais il reste mon pote et j'ai pas pour habitude de laisser mes potes dans la merde. Je me dis que je peux peut-être essayer une dernière fois, lui laisser une dernière chance de ne pas m'envoyer chier et voir ce que ça donne.

Parce que j'ai pas l'impression qu'il ait envie que je me tire.

« Tu penses que t’avais besoin de quoi ? »

La question est posée de manière innocente mais frontale, simplement parce que j’ai pas suffisamment d’énergie à dépenser pour louvoyer, prendre des pincettes, et que s’il a envie ou besoin que ça sorte et bien voilà, je lui tends une perche. S'il m'envoie chier à nouveau alors je tournerais les talons, point, mais si c'est une main tendue dont il a besoin alors je peux, peut-être, être là un peu. Faire ce que je peux.
Encore une fois ça n’est pas agressif, désormais face à lui de nouveau mon regard ne l’est pas plus et comme s’il suivait la conversation les yeux de Wax vont de mon ancien camarade de classe à moi, sa petite tête de chiot penchée sur le côté exprimant sans doute de la curiosité et/ou de l’incompréhension. Quoi qu’il en soit, il est sage. Pour combien de temps ça c’est une autre histoire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 230
Date d'inscription : 24/09/2017
Crédits : uc
Double Compte : DORYAN/ DUNCAN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3978-aiden-terry-lance-liens
MessageSujet: Re: inattendu feat enzo    Ven 14 Sep 2018 - 11:33

Je vois bien que quelque chose n'a pas l'air d'aller chez Enzo. Il n'est pas tellement pareil que lorsqu'on était à l'école, moi non plus cela dit. On a changé, lui comme moi. Je suis sur qu'il a du vivre un truc horrible, mais je n'ose pas lui poser la question, parce que je sais qu'il faudrait que lui parle de moi et je n'ai pas tellement envie de le faire. Il n'a sûrement pas besoin de connaître toute l'histoire et vu sa tête il ne me croit pas du tout quand je lui dis que je vais bien. Comment est-ce que je pourrais aller bien ? Je ne veux juste pas en parler. Je refuse d'aborder ce sujet là, ou tout ce qui ne va pas. Je hausse les épaules. Je ne sais pas au fond de quoi j'avais besoin. Je ne me le suis pas vraiment demandé. J'ai juste laissé faire les choses et j'ai laissé Laurin m'embrasser. Est-ce que c'était si mal ? Est-ce que je dois me poser des questions ? Est-ce que … Est-ce qu'un jour j'arrêterai de me poser des questions? J'ai juste besoin que tout s'arrête. Je voudrais qu'on m'oubliette, je voudrais ne plus penser et disparaître, ne pas devenir ce que je ce que je deviens.

«De disparaître. »


Dis tout haut c'est encore plus frappant. Je reste là sans savoir quoi dire de plus, le cœur tambourinant dans ma poitrine. Je me sens vide, vide et c'est effrayant. Je revois tout ce qu'il s'est passé la première fois à poudlard, les supérieurs, les cachots, la bataille, les vacances, Peter et Lize, Aaron, Rosalyn et la fameuse beuglante et tout leur retour. Les images défilent comme un films sans que je ne puisse les arrêter et puis l'éclair vert me fait fermer les yeux et reculer. Pourquoi est-ce qu'il faut que ça revienne maintenant? Je ne me sens pas très bien ça commence à être une habitude. C'est comme si je me punissais moi-même parce que je n'ai pas été jugé pour ce que j'ai fait alors je me flagelle tout seul, parce que personne d'autre ne le fera. Ça ne me réussis vraiment pas de prendre des substances illicites. Je divague complètement.

«Je … Je vais … Y aller ... »

J'ai cette peur insensée qui revient sans arrêt, cette peur de finir à Azkaban, mais je me sens déjà comme prisonnier à l'intérieur de moi-même. J'ai envie de hurler, de courir à en perdre haleine, de ne plus m'arrêter et d'oublier tout ça, mais c'est constamment dans ma tête et je n'arriverais pas à l'arrêter. Reprendre une vie moldue ne m'aide pas vraiment à aller mieux non plus, ce n'est pas ma vie. Je l'ai bousillé ma vie à partir du jour où j'ai lancé ce foutu sort et que je suis devenu comme eux. Je me suis servit de la force pour arriver à mes fins et ça ne me ressemble pas, plus rien ne me ressemble, je m'efface petit à petit. Je deviens égoïste en plus, je ne lui ai même pas demandé si lui allait bien. Je ne l'ai pas vu depuis un moment et je ne me préoccupe même pas de ça, en plus de devenir un adulte horrible je deviens un piètre ami. Il faut vraiment que tout ça change, mais je ne suis incapable de faire quoi que se soit pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 18410
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4620-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: inattendu feat enzo    Lun 1 Oct 2018 - 22:03

« De disparaître. »

Je ne sais pas trop ce que ça me provoque. Les mots sont forts, ils sont graves même, je reste finalement assez stoïque face à eux. Face à lui. Qu'est ce qu'on peut répondre à ça ? Qui n'a jamais eu envie de disparaître ? Qui n'a jamais essayé de tout oublier, de s'oublier soi-même, d'une manière ou d'une autre ? Moi-même ça me tente parfois depuis que je suis revenu, je peux bien l'avouer. Jusqu'ici je n'ai pas cédé, je crois que je le dois majoritairement à mon entourage. A moi-même, aussi, parce que pas une seule fois je n'ai ressenti le besoin de repousser qui que ce soit depuis que je suis rentré « à la maison ». Chacun fait ce qu'il peut et même un aveugle pourrait comprendre que ce garçon face à moi est au bout du rouleau. Ça me fait de la peine mais je compris que c'était, pour l'instant en tout cas, impossible pour moi de porter le poids des autres sur mes épaules alors je ne le ferais pas.

A quoi ça servirait si on s'écroule tous les deux ?

« Je … Je vais … Y aller ... »

Des suppositions sur les causes de son état je pourrais en faire des tas, je pourrais lui poser la question tout simplement, mais j'ai bien compris qu'il ne voulait pas parler. Et dans le fond, c'est peut-être mieux comme ça. Pas par égoïsme de ma part mais simplement parce que je ne suis pas capable d'être l'épaule sur laquelle on vient pleurer ces temps-ci et je commence doucement à l'accepter. Aiden ne sera pas une exception, ça ne veut pas dire que ça ne me touche pas de le voir comme ça pour autant.

« Fais-le. »

Les mots, ils sortent d'eux-même. De manière calme et posé, alors que je le regarde toujours sans ciller, sans exprimer quoi que ce soit de particulier. Dans ma poche mon téléphone vibre, je n'y fais pas attention pour le moment et me contente, pour seul geste, de caresser distraitement la tête de Wax sans quitter mon ancien camarade des yeux.

« Si c'est ce que tu veux alors fais-le. »

Est ce que je suis en train de le pousser à commettre l'irréparable ?
Évidemment que non.

« Y a plusieurs façon de disparaître, t'es pas obligé d'en finir ni de te taper un trip auto-destructeur. »

Ce que tu sembles parti pour faire mais je me plante peut-être. De toute façon, je ne suis pas là pour juger. Je me peints juste un tableau de ce que semble être les choses et si c'est complètement à côté alors soit. Le ton n'est pas moralisateur, il est juste totalement et toujours neutre. Je ne crois pas avoir d'expression particulière sur le visage non plus. Tout ça n'est rien de plus que du factuel, même si je ne prétends pas que ça soit facile comme un claquement de doigts.

« Prends tes affaires et tire toi, recommence tout ailleurs, deviens quelqu'un d'autre si tu penses que t'arriveras plus à dealer avec celui que t'es maintenant ni avec les bagages que tu traines avec toi. »

Et pourquoi pas ? Je ne me suis jamais autant senti moi-même, autant retrouvé, que lorsque j'étais sur la route cet été. Seul. A rencontrer de nouvelles personnes, à découvrir des gens, des endroits, des choses en tout genre. C'était court mais j'ai aimé ça, je sais que je recommencerais dès que j'en aurais l'occasion et je garde en tête la proposition d'Ora d'ailleurs. Le monde, la vie, ça ne s'arrête pas à ce qu'on connait et si on ne s'y retrouve plus dans ce qu'on a, où on est, alors pourquoi ne pas aller voir ailleurs ce qui se passe ? C'est aussi une possibilité de se conforter dans l'idée que finalement, même si ailleurs c'est bien, on est quand même content de rentrer à la maison. Ou alors on pose ses valises autre part. Certains jours je me réveille en me disant que je ne retrouverais plus jamais ma vie comme elle l'était avant, que je ne serais plus jamais celui que j'étais avant tout ça, et puis je me dis que finalement c'est pas si grave, qu'on change de toute façon tout au long de sa vie non ? On évolue. Je me souviens de ce truc … comment c'est déjà ? Ah oui … « when life gives you lemons, make lemonade » ... Parfois on peut, parfois on ne peut pas. Je me répète mais chacun fait ce qu'il peut, je pense qu'on doit juste essayer de considérer qu'il y a des options.

« Mais chercher les bras de quelqu'un quand ça va pas, a priori j'trouve pas ça si mauvais que ça comme réflexe. »

Haussement d'épaules. C'est exactement ce que j'ai fait. Pas tout de suite, parce que j'étais pas vraiment là, mais au bout du compte en sortant du brouillard j'ai foncé droit vers celui que j'aime parce que c'était de ses bras dont j'avais besoin. Ça aurait pu être ceux de mon meilleur ami, ceux d'Ismaelle, de ma grand-mère ou d'une de mes amies, ça été ceux de Will. Une personne avec qui je me sens bien, quoi qu'il arrive. Je ne sais pas si c'est ce qu'Aiden a cherché à faire avec cet autre garçon, ça ne me regarde pas de toute façon, mais si c'est le cas, même inconsciemment, alors non sincèrement je ne trouve pas que ça soit un mauvais réflexe. Même si c'est pour s'apaiser temporairement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 230
Date d'inscription : 24/09/2017
Crédits : uc
Double Compte : DORYAN/ DUNCAN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3978-aiden-terry-lance-liens
MessageSujet: Re: inattendu feat enzo    Sam 6 Oct 2018 - 22:55

Je reste interdit devant Enzo. Je le dévisage un peu, fait le … Faire quoi ? Disparaître ou y aller ? Un trip autodestructeur ? Je dégluti. Je suis pas dans un trip. Je ne pense pas l'être, ou si je le suis je ne veux pas l'admettre. Il ne comprends pas. Il ne peut pas, je lui ai pas vraiment expliqué et je ne le ferais pas. Je ne veux pas que ça finisse comme avec Warren, même si je sais au fond qu'il pense autrement. On est ami depuis un moment, même si on n'était pas tout le temps collé l'un à l'autre, c'était plutôt avec Peter que j'avais ça, mais je ne sais même pas où il est en ce moment. Recommencer tout à ailleurs … Je ne peux pas faire ça. Je ne peux pas laisser tout derrière moi. Je ne sais pas comment je ferais, où j'irai? Je ne peux pas faire comme lui. Je ne sais même pas de quoi je parle vu que je ne sais pas ce qu'il lui est arrivé et je ne veux pas me prendre la tête avec lui. Je suis en colère et ma colère ne s'apaisera pas, parce que c'est après moi que je suis fâché. Je ne sais pas comment réparer ce que j'ai fais, comment être quelqu'un d'autre. Je ne peux pas laisser mon père derrière moi non plus et partir sans rien dire. Je le voudrais au fond, partir, me mettre à courir sans m'arrêter et sans regarder derrière, mais j'aurais beau courir je sais que je ne pourrais pas effacer ce qui est arrivé. Ça serait idiot de partir. Ma vie est ici, même si elle est sans dessus dessous, même si je suis perdue. Je n'irai pas ailleurs. Je ne sais plus vraiment de quoi j'ai envie, je ne sais plus où j'en suis. Je me recul et m'assois sur le muret en pierre. Je me frotte les yeux, je me sens fatigué. Je lève les yeux vers lui. Je sais qu'il essaie juste de me conseiller et je refuse de l'écouter, comme j'ai refusé d'écouter tout ceux qui ont voulus m'aider jusque là alors ce n'est pas aujourd'hui que ça va changer. Je me relève agacé par tout ça et je fini par lâcher :

«Parce qu'ailleurs je vais oublier ? Je ne peux pas faire comme toi et partir pour revenir après comme si de rien était. Je ne suis pas toi ! »

Les battements de mon cœur sont de plus en plus rapide, je le sens battre dans ma poitrine comme une bombe à retardement. Je ne sais pas pourquoi je m'en prends à tout le monde. Ce n'est pas de leur faute. C'est de la mienne. Je vois bien qu'il essaie juste de m'aider comme tous les autres, mais peut-être qu'il a raison et que je suis dans un mauvais trip et qu'il vaudrait mieux que je me tire avant de me mettre tout le monde à dos. Je n'ai pas envie de chercher du réconfort dans les bras de quelqu'un. Je n'ai personne, bon y a Laurin, mais je ne sais pas ce que c'était et je ne suis pas sur de vouloir le savoir. Je lève les yeux au ciel et lui tourne le dos. C'est bien la première fois que je tourne le dos à un ami et j'ai envie de courir, si je me retourne je vais culpabiliser alors je ne marche vite et une fois loin je fini par courir jusqu'à la maison. Je me taperais bien la tête contre un mur, peut être que ça me réveillerait et que tout ça ne serait pas vrai, mais je sais au fond que ça ne changerait rien parce qu'on ne change pas le passé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 18410
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4620-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: inattendu feat enzo    Lun 8 Oct 2018 - 18:38

« Parce qu'ailleurs je vais oublier ? Je ne peux pas faire comme toi et partir pour revenir après comme si de rien était. Je ne suis pas toi ! »

Le grognement de Wax, les aboiements qui suivent, je ne les entends même pas et s’il tire sur sa laisse en direction de mon ancien camarade de classe, de mon … ami, c’est à peine si je cherche à le retenir. C’est juste un chiot, un chiot qui vient se planquer derrière mes jambes dès qu’Aiden fait un geste brusque et dans le fond, j’en suis quasiment au même stade.
Il s’en va, moi je reste planté là comme un con, les bras le long du corps, regard dans le vide et poings serrés. A l’intérieur de mon crane c’est comme si je pouvais entendre toutes les réactions de mon corps. Mon cœur qui s’emballe, mes poumons qui commencent à chercher de l’air pour continuer à fonctionner correctement ... Je ne sais pas si ce sont les mots ou bien la violence du rejet, sans doute un mélange des deux, mais cette situation me plonge dans un état que je commence à connaitre trop bien. Peut-être que c’était trop tôt, peut-être que je ne serais plus jamais capable d’encaisser quoi que ce soit sans partir dans les limbes de l’angoisse et la panique, ces sensations détestables qui vous compriment la poitrine au point d’avoir l’impression que vous allez crever. Ça part d’un rien, ou presque, d’un truc au-dessus duquel je serais passé sans problème il y a de ça encore pas si longtemps. Je l’aurais envoyé chié, j’aurais peut-être essayé de le rattraper, je l’aurais probablement secoué un peu. La frustration n’en est que plus importante.

Comme si de rien n’était … J’ai même pas la force de trouver ça injuste ni même de me dire que c’est pas personnel, que ça m’apprendra à vouloir jouer les samaritains encore et toujours … Dans le fond c’est même pas ce que j’ai cherché à faire. Tout ce que je sais, c’est que je suis incapable de bouger, que mon corps tremble des pieds à la tête et que mon chien, éponge à émotions comme tous ses semblables, est en train de couiner à mes pieds.

« Vous allez bien jeune homme ? »

Sursaut.

Je réprime de justesse un réflexe teinté de violence alors que je reviens sur terre et entre en contact avec un regard que je ne connais pas. Un vieil homme, l’air avenant, presque inquiet. Je dois avoir l’air d’un fou, mon instinct me pousse à me méfier mais le fait est que sa présence a freiné les effets de cette crise de panique qui m’a replongé droit vers ses sensations d’être pris au piège, enfermé derrière les barreaux d’une cage invisible. Retour en Enfer.

« Oui. Pardon. »

Taux de crédibilité : 3% et 2m au dessus du niveau de la mer. Il n'y a pas que mes membres qui tremblent sous l'emprise d'une sensation fantôme, la voix étranglée en fait autant. Bien sûr ça ne le convainc pas, évidemment que ça ne le convainc pas. Et pourquoi est ce que je m'excuse au juste ?

« Vous êtes certain ? »
« Je … J'attends un ami, ça va aller. Merci. »

Histoire d'avoir l'air plus sûr de moi je force et débloque mes articulations pour pouvoir m'accroupir, on a toujours l'air plus crédible avec un chiot dans les pattes non ? Il faut croire puisqu'il reprend finalement sa route, à force de sourire tout aussi forcé que le reste j'ai du finir par avoir l'air sinon convaincant, au moins assez flippant pour qu'il s'éloigne.
Dans ma tête c'est le vide complet et le bordel total à la fois, je sais que la chose la plus intelligente à faire est de prévenir quelqu'un, quelqu'un de confiance, pas de rester là comme un idiot a essayer de gérer ça tout seul ou attendre que ça passe. En réalité je pourrais, je le fais régulièrement, mais la plus part du temps je suis en tête à tête avec un lieu familier ou totalement désert avec pour seule compagnie les arbres, le vent et le Fjord. Cette fois c'est différent, l'endroit en lui même est un étau qui se resserre autour de moi.
Ismaelle ? Non. Elle me supporte H24, j'ai pas envie de l'inquiéter. William ? Il est à l'autre bout de la planète et de toute façon quelque chose me retient, peut-être le fait de ne pas assumer de me montrer aussi faible devant lui encore une fois. J'le montre pas mais c'est difficile d'accepter de se montrer aussi fragile devant la personne qu'on aime, surtout quand on a toujours eu l'habitude de lui montrer un visage serein, une attitude solide, une carrure rassurante. J'ai plus rien de tout ça aujourd'hui, même si lui passe au dessus moi je n'y arrive pas toujours. De toute façon l'option la plus évidente qui me vient en tête tient en quatre lettres et l'objet premier de ma présence ici : Mon meilleur ami. C'est son numéro que je choisis dans le répertoire de mon téléphone.

« Hey. Ça t’embête de v’nir me chercher ? C'est pas la grosse patate. »

Le temps de lui expliquer où je me trouve, je me laisse glisser contre le muret jusqu'à m'assoir au sol et tente de calmer tout ce que je ressens en me perdant dans le contact et la présence de Wax. Je me concentre sur les battements de son cœur, coince mes doigts dans son pelage, ferme les yeux et tente de retrouver une respiration normale alors que la frustration me donne envie de chialer, surtout de cogner dans quelque chose, de démolir tout ce que j'aurais à portée de bras. Difficile d’avoir une haute opinion de soi-même quand on en est réduit à ça. Je me sens faible, je déteste ça, et je dois bien l’avouer, je lute pour ne pas disparaitre dans la nature pour que personne ne me voit comme ça.

Qui a dit que c'était simple de demander, d'accepter de l'aide ?
D'accepter d'en avoir besoin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2191
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : /
Double Compte : Emily / Ethan / Zachary / Aiyana / Bethany



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: inattendu feat enzo    Mer 10 Oct 2018 - 9:47

~Vendredi 9 octobre – Fin de matinée ~

Assis sur son lit, les yeux rivés sur son manuel, Caem remue sa baguette encore et encore toujours dans le même geste. Il le sent bien, quelque chose lui échappe dans ce sort de guérison. Une partie de lui est agacée parce qu’il n’arrive pas à comprendre ce qu’il ne saisit pas, ce qu’il fait de travers. Mais sa ténacité est là, alors il recommence depuis plusieurs heures déjà, il relit le manuel, reprend l’anatomie de base pour essayer de visualiser ce qu’il doit ressouder dans son esprit. Il pense, il attrape un crayon et un papier et commence à griffonner, il dessine, il fait des schémas. Il ne lâchera pas l’affaire. La médecine c’est son objectif. Il espère que Leiv ne le trouve pas trop pressant avec ses questions mais il a besoin de son aide pour avancer. Il sent qu’il progresse, qu’il commence à comprendre certains principes mais il se rend aussi compte que c’est le tout début. Qu’il a encore beaucoup à apprendre et que peut-être, il n’arrivera pas à aller jusqu’au bout…. Qu’importe, ce n’est pas la question pour le moment. L’important en cet instant c’est cette notion qui lui résiste.

Une vibration proche de son oreille le fait sursauter. Caem s’est assoupi, sur son lit, sa baguette dans sa main droite, un lit posé sur sa poitrine. Il s’est endormi sur son lit, au milieu de ses révisions. Il faut dire qu’il avait travaillé jusque tard dans la nuit, sans observer le temps qui filait. La lumière dans sa petite chambre est désormais vive et pourtant, il a l’impression de ne pas avoir dormi. A-t-il rêvé cette vibration ? Non, la revoilà à la charge, une sonnerie. Cette fois, Caem se redresse et attrape vivement son téléphone posé à côté de sa tête. Le nom d’Enzo s’affiche alors il décroche sans plus de réflexion. Il toussote pour éclaircir sa voix encore endormie. Son sang ne fait qu’un tour quand il entend la voix de son ami. Pourtant, il garde son ton habituel, calme et mesuré. Bien sûr, il arrive tout de suite.

Caem attrape une veste qu’il enfile en même temps qu’il ferme la porte de chez lui. Il dévale les escaliers de sa chambre de bonne et part dans la rue au pas de course. Oui il court et il se rend compte que son corps est fatigué. Le souffle est légèrement court, les muscles sont douloureux. Il sent une sorte de crampe s’immiscer dans tout le mollet. Mais il court. Il ne s’arrête qu’une fois à quelques rues du point de rendez-vous. Merci la technologie pour le GPS, sa connaissance de Londres était encore assez limitée. Il s’arrête à quelques rues pour marcher, pour reprendre son souffle et ne pas arriver comme un fou aux côtés d’Enzo, son instinct lui dit que ce n’est pas la marche à suivre, que ce n’est pas ce qu’il lui faut. Il réajuste sa veste, tire sur son T-shirt, inspire un grand coup et il avance. Il range son téléphone alors qu’il le repère, assis contre un mur, l’air épuisé, vidé.

Caem avance doucement vers Enzo, un sourire rassurant campé sur le visage. Wax est le premier à le repérer. Il aboie en le voyant. Le russe s’approche, s’agenouille et accueille le chiot qui vient se frotter à lui. Mais il ne prend pas le temps de lui lécher le visage comme d’habitude, il retourne rapidement auprès de son maître. Comme pour dire à Caem que la fête attendra. Le russe est amusé, malgré la situation, par l’instinct protecteur du jeune animal. Il s’approche alors et s’assoit à côté d’Enzo.

« Rassure-moi, Wax ne s’est pas soulagé là où je viens de m’asseoir ? »

Caem sourit doucement, attendant qu’Enzo lève le regard vers lui, qu’il lance le contact. Il ne sait pas ce qu’il s’est passé. Enzo l’avait prévenu qu’il comptait passer à Londres et notamment venir visiter sa magnifique demeure. Mais visiblement tout ne s’est pas passé comme prévu. Il lui expliquera s’il en ressent le besoin, Caem le sait. Alors il ne le force pas, il attend un peu. Il s’est assis pour ne pas lui donner l’impression de le prendre de haut, de le dominer. Il sait que son rapport au corps est devenu compliqué.

« Tu veux que je te montre ma chambre ou tu préfères marcher un peu ? »

Caem s’arrête alors quelques secondes et rit doucement.

« Promis la première n’est pas une proposition malsaine…. Oh et, tiens si tu veux. »

Caem sort alors de sa poche une barre de céréales, aux fruits rouges, qu’il avait rapidement attrapée avant de partir. Il la tend à Enzo. Il ne sait pas s’il acceptera mais s’il a un coup de mou, un peu de boost ne peut pas lui faire de mal.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 18410
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4620-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: inattendu feat enzo    Ven 12 Oct 2018 - 12:47

When it cuts you up this deep
It's hard to find a way to breathe
Time stood still
The way it did before
It's like I'm sleepwalking
Fell into another hole I dug
Should I sink or swim?
Or simply disappear?

Bring Me The Horizon

Un battement de cœur, une respiration. Si j’ouvre les yeux, la panique revient. Si je les garde clos, je me dis que je suis d’autant plus vulnérable … Puis je repense à ce que je viens de dire à Aiden, à ce que lui m’a répondu … Partir … Tout oublier, devenir quelqu’un d’autre et tirer un trait sur le passé … Il faut l’avouer, ça peut avoir un côté attrayant quand on commence à se dire que tout ça, ça ne s’arrêtera jamais, que dès l’instant où on aura l’impression de reprendre le contrôle de soi, de reprendre les choses en mains, tout se cassera la gueule à nouveau. Bizarrement j’en ai plus rien à foutre des phrases toutes faites, de prendre la vie du bon côté, j’aimerais juste qu’on me rende ce qu’on m’a volé. Ou dans le meilleur des cas être capable de les récupérer, tout seul, comme un grand.
Dépendre des autres, avoir le sentiment d’être un fardeau pour ses proches, c’est lourd, très frustrant. Quand ce genre de trucs arrivent comme ça sans prévenir je me mets à penser à des tas des choses, des choses qui oppressent et étouffent encore plus. La présence de Wax aide, un peu, j’essaie de m’y accrocher autant que je peux et même si j’aimerais ressentir du soulagement quand je perçois les bruits de pas de Caem - que je reconnais sans avoir besoin de lever la tête ni ouvrir les yeux – ça n’est pas vraiment le cas. Wax s’éloigne, puis revient. Quelques secondes plus tard je sens mon meilleur ami s’assoir à côté de moi sans jamais empiéter sur mon espace vital.

« Rassure-moi, Wax ne s’est pas soulagé là où je viens de m’asseoir ? »

Ce con a le don pour réussir à me faire rire, et franchement c’était clairement pas gagné.

« Franchement j’en sais rien. »

Tête basse, planqué derrière mes bras eux-mêmes posés sur mes genoux repliés vers moi, il ne le voit pas mais c’est bien un sourire qui étire mes lèvres. Léger, faible, mais bien présent.
Ça me prend quelques secondes, des minutes peut-être j’en sais trop rien, mais sa présence à un réel effet positif et apaisant sur moi. Certaines idées s’envolent, je reviens lentement sur terre et dans un long et profond soupir expulse tout l’air que je peux de mes poumons avant de relever la tête, la poser contre le muret derrière moi. Jambe désormais étendue devant moi, les yeux rivés vers le ciel au-dessus des bâtiments, une main dans le pelage de Wax couché sur mon ventre désormais qui me prodigue un peu de chaleur. Cette fois ce sont les mots de Will qui me reviennent en tête. Tout reconstruire, étape par étape. Ça prendra du temps, ça ne sera pas facile tous les jours, mais ça ira. J’ai conscience de la chance que j’ai d’avoir toutes ces personnes présentes pour moi, qui me font confiance là où moi je n’arrive plus à voir d’espoir par moment, qui croient en moi. Qui acceptent. Parfois je ne suis simplement plus apte à en tenir compte tout comme je n’ai plus la patience d’attendre qu’il passe, ce temps supposément répérateur.

« Tu veux que je te montre ma chambre ou tu préfères marcher un peu ? »

Il sourit, les idées de nouveau un peu plus en place je comprends tout de suite pourquoi et lève les yeux au ciel.

« Promis la première n’est pas une proposition malsaine…. Oh et, tiens si tu veux. »

Mon regard se baisse sur la barre de céréales qu’il me tend, on ne peut pas dire que je sois très enthousiaste même si j’apprécie réellement le geste.

« T’as pas un peu d’estime de soi en stock plutôt ? »

Je n’essaie pas de cacher l’amertume qui flotte dans le son de ma voix, elle est bien trop évidente de toute façon. J’ai juste pas envie de devenir ce type qui se plaint tout le temps, qui est désagréable, même quand on essaie de l’aider.
En attendant je sens bien que sa présence et le fait qu’il me parle me fait beaucoup de bien. Ça me calme, ça détourne mon attention, la tempête à l’air de passer un peu.

« Merci. »

Pour ça, et d’être là.

« Désolé de t’avoir fait cavaler. »

Parce que même s’il est arrivé calmement, je perçois les battements rapides de son cœur.

J’attrape finalement la barre de céréales mais n’ouvre pas le papier, me contente de la regarder sans réellement la voir alors qu’une profonde lassitude s’empare de moi. Le magma est toujours présent, en sous-terrain, mais c’est comme si j’avais pas vraiment la force de lui donner la moindre matière.

« J’ai pas envie de tomber dans le cliché du mec qui s’apitoie sur son sort mais j’avoue des fois c’est pas évident. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2191
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : /
Double Compte : Emily / Ethan / Zachary / Aiyana / Bethany



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: inattendu feat enzo    Mar 16 Oct 2018 - 14:02

La voix d’Enzo se fait entendre, légèrement étouffé par ses bras qui cachent toujours son visage. Caem sourit doucement à sa réponse puis laisse le silence s’installer entre eux. Il a senti dans le ton de voix de son ami une pointe d’amusement, ce qui est déjà bon signe. Tout comme le fait qu’il lui ait répondu, qu’il ait réussi à articuler quelques mots. Le reste viendra alors, à son rythme, mais ça viendra. Les deux amis attendent tranquillement, du moins du côté du russe, en silence. Petit à petit, il capte du mouvement à côté de lui et tourne la tête vers Enzo. Ce dernier bouge, sort de son état de repli. Il relève la tête et vient l’appuyer contre le muret. Ses jambes elles quittent leur état de crispation pour s’étendre devant lui. Une occasion en or qui n’échappera certainement pas à Wax. Ce dernier en profite pour venir s’installer sur son maître et réclamer un peu d’attention tout comme, il le sait sans doute, il apporte du réconfort. La scène est attendrissante par sa simplicité. Caem reprend alors la parole et la réaction d’Enzo ne se fait pas attendre. Un sourire, les yeux levés au ciel. Son sens de l’humour est encore opérationnel, un nouveau bon signe. Le russe lui tend alors une barre de céréales. Il n’est pas sûr qu’il la mange mais il serait idiot de ne pas la lui proposer. La réponse d’Enzo est un peu moins douce cette fois mais Caem ne s’en formalise pas. Il sait que cela n’a rien à voir avec lui. Il sourit amèrement.

« Je vais fouiller mes poches voir si elle s’est pas glissée quelque part… »

Il fait l’andouille mais il sait très bien que tout ça est très sérieux. Enzo a besoin de se retrouver, de sortir de cet état qui lui fait du mal, qui ronge cette vision qu’il a de lui-même. Mais ils savent aussi très bien tous les deux qu c’est une chose que Caem ne peut pas lui apporter. Que ça doit venir de lui-même et c’est sans doute ce qu’il y a de plus compliqué dans cette histoire.
Enzo le remercie finalement, attrapant la barre de céréales et s’excusant de l’avoir fait courir. Caem s’arrête quelques secondes, il avait pourtant fait de son mieux pour maîtriser son arrivée. Puis, ça fait tilt dans son cerveau. Instinctivement, il porte une main à son cou pour sentir son pouls. C’est encore bien affolé.

« J’oublie parfois qu’on ne peut rien te cacher… T’en fais pas, un peu d’exercice c’est loin de faire du mal à la crevette que je suis. »

Le mot n’avait pas été choisi au hasard et Caem sourit doucement. Il était certain qu’à côté d’Enzo et même de Mateo il avait vraiment le profil d’une crevette. Il n’était pas petit pourtant mais terriblement mince. C’était dans sa morphologie, c’était comme ça et puis oui, il n’était pas aussi sportif que les deux zigotos mais bref. Courir quelques minutes ne le tuerait pas, bien au contraire.
Enzo garde la barre de céréales entre ses mains, Caem l’observe du coin de l’œil. Ses lèvres se descellent une fois de plus et les mots filtrent doucement. Cette fois, il n’y a pas de plaisanterie, pas d’artifice pour se cacher. C’est quelque chose de brut qui sort, qui commence à accepter d’être énoncé. Le regard de Caem se porte alors sur la rue qui s’étend devant eux, sur les gens qui passent. Certains les ignorent, d’autres jettent des regards soucieux auxquels Caem répond d’un simple signe de main. Tout va bien.  

« Je crois malheureusement que tu as gagné le droit de ne pas toujours trouver ça facile… »

Enzo n’était pas du genre à s’apitoyer et clairement, dans son cas, Caem n’aurait jamais désigné son attitude de la sorte. Il était fatigué, son corps et son esprit portaient encore les stigmates de ce qui lui était arrivé. Pour combien de temps encore ? Sans doute pour l’éternité. Mais il apprendrait à vivre avec, il saurait se relever. Mais pour ça, il devait aussi accepter parfois de s’asseoir, de souffler et de dire, simplement, que c’était trop pour lui. Ce qu’il faisait depuis que Caem l’avait retrouvé. Et pour ça, il ne devait en aucun cas être blâmé, bien au contraire.

« Il s’est passé quelque chose de particulier ? »

Ouvrir la porte, doucement, pour qu’Enzo puisse entrer, ou la refermer discrètement, sans qu’on ne s’en rende compte. Caem était là pour l’aider et il ferait de son mieux pour remplir ce rôle. Il se doutait que quelque chose avait dû causer cette chute de moral. Quoi par contre, il n’en avait aucune idée. Enzo était fragile ces derniers temps, sans que cela n’ait aucune connotation négative dans l’esprit de Caem. Un petit déséquilibre, un élément perturbateur dans sa routine pouvait vite faire virer les choses. Il fallait être prudent. Mais ils étaient là à veiller.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 18410
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4620-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: inattendu feat enzo    Jeu 18 Oct 2018 - 22:58

« Je crois malheureusement que tu as gagné le droit de ne pas toujours trouver ça facile… »

Tu parles d’un cadeau. Je sais qu'il a raison, on n'est jamais vraiment bon juge avec soi même et la patience quand il s'agit de moi n'a jamais été mon fort. J'ai pris quelques murs en pleine face dans ma vie, je connais le processus de guérison, seulement cette fois ça me semble plus difficile que les précédentes. Peut-être l'accumulation, j'en sais trop rien, pourtant je trouve que je m'en sortais pas si mal jusqu'ici. Avant cette fois-là. Cette pourriture m'a bien brisé, de toute les manières possibles et imaginables. La tête, le corps. Tout. Et pourquoi ? Bien sûr que je me pose la question, bien sûr que je me demande qui ça peut bien être et surtout si je dois encore me sentir menacé, en danger, si mes proches le sont. Mais à quoi bon ? J'ai pas envie que ce salopard ait encore de l'emprise sur moi maintenant que je ne suis plus entre ses griffes. Tout ce que je veux c'est retrouver ma vie comme elle était avant qu'on m'y arrache de force, sauf que ça ne va pas assez vite pour moi.

« Il s’est passé quelque chose de particulier ? »

En soi, rien de notable, et pourtant. Soupir. Silence. Juste quelques secondes avant d'ouvrir les yeux à nouveau et de les perdre dans la contemplation du vide, puis dans celle de mon chien que je caresse dans un geste devenu presque thérapeutique. Complètement thérapeutique, en réalité.

« J'ai croisé Aiden, il était défoncé. Tu sais, genre bad trip, pas le moral. Ça m'a secoué j'crois. Ça et le fait qu'il m'envoie chier et se braque chaque fois que j'ai ouvert la bouche. »

J'ai pourtant pas été moralisateur, je me suis juste comporté … normalement. Je crois. J'en sais rien. Dans le fond est ce que ça a réellement de l'importance ? Tout ce que je vois c'est que ça m'a balancé droit vers la crise d'angoisse et qu'au delà de ça, je réalise que c'était sans doute une connerie de me confronter au monde aussi rapidement. Ça m'oblige aussi à revoir mes plans pour les jours à venir, je le crains, peut-être même ceux pour ce soir alors qu'on doit tous se retrouver chez Riley un peu plus tard. Ça va être ça ma vie maintenant ? Une succession de chutes et plus j'essaie de remonter plus ça fait mal à l'estime. Moi j'veux pas être ce gars là, celui qui se dit d'avance que tout est perdu sans même essayer. J'veux y croire, continuer de me relever quand je tombe, encaisser les chocs les uns après les autres et finir par leur faire un gros fuck à ces coups du sort. Le sort, mon cul, y a juste trop d'enfoirés de tarés sur terre mais j'veux pas leur donner trop de crédit. De la volonté j'en ai, j'ai aussi la chance inestimable d'avoir un entourage précieux même si certains morceaux de mon capital génétique manquent à l'appel et me font défaut plus fort que d'habitude. Faut juste que j'apprenne à gérer cette frustration quand elle se pointe, que j'me laisse du temps, et ça c'est pas toujours ce qu'il y a de plus simple à faire. L'acceptation.

« Ça me fait chier de plus rien maitriser. J'me sens faible, fragile, et je déteste ça. »

L'image de soi-même, c'est précieux.
Quelques doutes et mes démons revenaient.

Lomepal ▬ Yeux Disent

« Et je sais que c'est sûrement complètement con, que le physique c'est clairement un détail, mais c'était une part de mon assurance il faut croire et ça me fait défaut aujourd'hui. »

Ma grande carcasse impressionnante, mes capacités sportives aussi, tout ça c'était une partie de moi. Et je l'admets, même si je sais que c'est idiot, parfois la pensée que Will puisse ne pas aimer cette version là de moi me traverse l'esprit. Je voudrais lui donner plus mais pour le moment je peux pas et c'est dur à vivre. Il a de la patience, il a ma confiance, je sais que j'ai son amour mais ce sont mes perceptions et ma confiance en moi qui vrillent parfois. J'veux pas être un poids pour lui. Pour personne. Parfois c'est ce que j'ai l'impression d'être même si eux ne le vivent sans doute pas comme ça.

« On m'a taclé dans les deux, le physique et le mental. J'ai du mal à contre-balancer et parfois laisser du temps au temps c'est ce qu'il y a de plus frustrant. Ça donne l'impression de devoir tout recommencer depuis le début. »

Réapprendre à marcher, à manger, des trucs complètement basiques et pourtant c'est ce qui s'est passé, ce qui se passe encore. Pour réparer le corps faut débloquer la tête, mais pour débloquer la tête j'ai besoin de mon corps. Entre autres. Je fais comment alors ? Tu laisses du temps au temps et tu prends les jours les uns après les autres, garçon. Oui, je sais. Deux semaines. Trois semaines depuis la fin du calvaire. C'est rien trois semaines.

« M'accepter moi, accepter que les autres puissent ne rien en avoir à foutre de me voir comme je suis aujourd'hui. »

Le problème c'est moi, la vision que j'ai de moi, pas les autres. Ça aussi j'en ai conscience. C'est peut-être un premier pas, j'en sais trop rien, mais dans des moments comme celui-ci où je me rends compte à quel point je suis diminué c'est plus difficile à encaisser c'est tout. Ce matin ça allait très bien, je devrais me réjouir d'avoir repris un peu de poids, d'être capable de tenir un peu plus face à Owen et de garder le rythme, d'améliorer le chrono … Oui, je devrais. Je devrais me concentrer là-dessus. Et puis le reste … vraiment, ce genre de considération ça paraît tellement futile face au reste. Mon lien avec Loup, mon lien avec le souvenir de mes parents, les cauchemars, l'absence de mon frère même si ça va un peu mieux maintenant que j'ai eu des nouvelles … J'ai commencé le boulot avec Angelika, même si j'en ai bavé j'veux pas m'arrêter là.

« J'veux retrouver ma carrure de déménageur. »

Le ton que j'emploie cette fois est faussement suppliant, accompagné d'un soupir et des épaules qui s'affaissent. Un sourire sur le coin des lèvres, du sarcasme teinté d'humour dans la voix et surtout de l'auto-dérision.

« D'ailleurs j'me demande comment t'as fait sans moi pour monter tes meubles chez toi. »

Parce que quand même, faudrait pas être trop sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2191
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : /
Double Compte : Emily / Ethan / Zachary / Aiyana / Bethany



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: inattendu feat enzo    Lun 22 Oct 2018 - 16:07

Caem attendit patiemment que les mots acceptent de sortir de la bouche d’Enzo, qu’ils prennent forment dans son esprit et puissent enfin sortir. Il lui livra alors les premiers détails de son histoire, Aiden, un ancien de Poudlard, un Gryffondor. Le russe ne le connaissait que peu, de vue, mais il parvint rapidement à dessiner un visage dans son esprit. La scène se peignit alors doucement devant lui. Aiden, sous l’emprise de la drogue, fatigué et n’ayant pas le moral, comme beaucoup d’anciens élèves qui cherchaient encore un sens à leur vie. Aiden qui n’avait aucune idée de ce qui était arrivé à Enzo et n’avait donc sans doute pas réfléchi une seule seconde avant de lui parler. Si Caem savait qu’il ne pouvait en vouloir à son camarade d’école, il était tout de même fâché. Fâché que les efforts d’Enzo pour sortir de chez Ismaelle aient été mis à mal par une discussion ayant mal tournée. Mais au fond, tous avaient des traumatismes à gérer et Aiden n’était sans doute pas en mesure de faire attention à ceux d’Enzo. Soit, il allait falloir faire avec, malgré toute sa bonne volonté, Caem ne pourrait de toute manière pas effacer cette discussion de l’esprit de son ami.

Enzo continua de son côté, expliquant le sentiment de faiblesse qui l’habitait. Une légère grimace se dessina sur le visage du russe. Il comprenait ce qu’il ressentait même si à ses yeux, Enzo était tout sauf faible. Il s’était relevé et même s’il n’arrivait pas à le voir, il progressait déjà très rapidement. Et en même temps, comment pouvait-il lui en vouloir d’être frustré, lui qui avait toujours mené sa barque ? Enzo parla aussi de son apparence physique.

« Si ça peut te rassurer ta carcasse est toujours plus impressionnante que la mienne. »

Oui c’était une tentative d’humour signé Caem Kaliayev. Merci monsieur.

« Mais je comprends, il faut du temps pour se faire aux changements de son corps tout comme il faut du temps pour le faire changer. »

Qu’Enzo retrouve son ancienne carrure ou qu’il arrive à s’aimer ainsi, qu’importe, ce qui comptait, quelque soit le choix, c’était qu’il se sente de nouveau bien. Et ça prendrait du temps, Caem le savait aussi bien que son ami. Il allait falloir être patient et il y aurait d’autre coups de mou. Le russe serait là, tout comme William et Ismaelle. Tout recommencer depuis le début. Caem hocha doucement la tête. La sensation d’Enzo n’était pas infondée, il avait un long chemin à faire. Mais au moins il avait conscience qu’autour de lui, les gens ne s’arrêtaient pas à son apparence et c’était déjà une bonne chose. Se battre contre soi-même était déjà une tâche difficile. Si au moins Enzo pouvait accepter que les autres avaient un regard bienveillant sur lui, c’était une souffrance en moins.

« Il faudra du temps pour que tu puisses de nouveau te regarder dans la glace en souriant. Mais ça viendra, étape par étape… Oui, bon, je me doute que tu dois en avoir marre d’entendre ça mais je crois que c’est mon rôle de le dire. Désolé. »

Caem sourit avec douceur à Enzo. Non pas qu’il était adepte des phrases toutes faites mais soutenir son ami c’était aussi lui répéter certaines vérités quitte à ce que ce dernier puisse les répéter par cœur. Heureusement, il ne semblait pas encore en être au point de rupture et tolérait encore que le russe prenne la parole, c’était déjà ça. Et surtout, il avait toujours son sens de l’humour. Avec l’air d’un enfant à qui on vient de confisquer un jouet, Enzo déclara vouloir retrouver sa carrure. Caem laissa échapper alors un léger rire. Non il ne se moquait pas mais se retenir de rire était à ses yeux encore pire. D’autant que le jeune homme n’en avait pas fini avec ses conneries et de nouveau, le russe se laissa aller à rire.

« C’est parce que j’ai pas de meubles. »

Caem afficha alors un sourire idiot avant de rire encore un peu. La réalité n’était en fait pas si éloignée de ce qu’il venait de dire.

« Mais tu verras par toi-même en venant. Promis j’ai chassé tous les rats quand tu m’as dit que t’étais dans le coin. »

Et encore ce petite sourire d’imbécile. Sa petite chambre de bonne était exigüe et ne laissait clairement pas la place à autre chose qu’un lit et une table basse mais elle n’était ni sale ni insalubre. Simplement minuscule. Il fallait faire attention aussi quand il prenait sa douche dans la petite cabine coincée dans un coin de l’unique pièce de pas remplir le tout d’humidité… Mais on s’y faisait. Bref, cette chambre de bonne, Caem l’appréciait malgré son étroitesse. Elle lui correspondait et il y avait la paix, c’était tout ce qui comptait pour le moment.

« Mais je voulais te dire… Je suis pas d’accord avec toi quand tu dis que tu ne maîtrises plus rien. La preuve, tu m’as appelé, tu as géré ta crise le temps que j’arrive… Et ça je crois que c’est une belle preuve que tu commences à reprendre le dessus. »

Cette fois, le sourire de Caem n’avait rien de moqueur ou de simplement amusé. Il était doux et sincère. Ses paroles n’étaient pas simplement joliment tournées pour faire plaisir à Enzo. Il pensait sincèrement que son ami avait fait un pas en avant en admettant son besoin d’aide, en arrivant à se mettre dans un coin, à se concentrer sur sa respiration le temps que le russe arrive.

« Bon et je crois qu’il faudrait que tu m’emmènes courir parce que je me remets toujours pas de mon sprint. »

Et encore un rire du côté de Caem.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 18410
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4620-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: inattendu feat enzo    Dim 28 Oct 2018 - 11:47

« C’est parce que j’ai pas de meubles. »

Sourcil arqué, je tourne la tête vers lui. J'ai beau le connaître, ça m'arrive encore parfois de me demander s'il est sérieux ou non, surtout quand il affiche cet air d'innocent simplet. Et puis son rire vient faire résonner le mien alors que je secoue la tête en levant les yeux au ciel.

« Andouille. »

Oui, parfaitement.

« Mais tu verras par toi-même en venant. Promis j’ai chassé tous les rats quand tu m’as dit que t’étais dans le coin. »
« T'aurais pas du, j'aurais pu t'aider. Et lui aussi. Ça aurait pu être fun. »

Lui ? Wax, bien sûr, même si je pense que Lune serait encore plus terrible. Enfin bien sûr que rien de tout ça n'a rien de sérieux. Les secondes passent, mes épaules semblent plus légère, ma respiration plus simple et les battements de mon cœur plus tranquilles. La présence et les mots de mon meilleur ami me font du bien, allié au contact du chien, sa chaleur, j'ai toutes les clés en main pour redescendre. Vous faites une belle équipe tous les deux, merci les gars.

« Mais je voulais te dire… Je suis pas d’accord avec toi quand tu dis que tu ne maîtrises plus rien. La preuve, tu m’as appelé, tu as géré ta crise le temps que j’arrive… Et ça je crois que c’est une belle preuve que tu commences à reprendre le dessus. »

Difficile d'être objectif avec soi même, d'avoir l'esprit clair quand tout part en vrille, mais dans le fond … J'imagine qu'il a raison. C'est vrai, j'aurais pu réagir autrement, et je ne l'ai pas fait. J'aurais pu disparaître dans la nature, péter carrément un plomb comme ça a pu m'arriver récemment, mais j'ai pris sur moi et je l'ai appelé. Pour le moment je suis sans doute trop sur la corde pour réellement prendre conscience de tout ça ou en capter la teneur en tout cas mais ça me fait du bien de l'entendre, quoi qu'il arrive. Reprendre le dessus … Il n'y a rien que je souhaite plus. Ça et retrouver mon frère. Tant qu'il sera là-bas, je le sais, je n'arriverais pas à retrouver une sérénité totale. J'en culpabilise même régulièrement d'être là, dehors, à vivre ma vie comme si cette partie de l'histoire n'existait pas vraiment.

« Bon et je crois qu’il faudrait que tu m’emmènes courir parce que je me remets toujours pas de mon sprint. »

Cette fois, j'éclate carrément de rire. Wax sursaute, deux secondes plus tard il est sur ses pattes, la queue battant l'air joyeusement, et il me saute au visage pour essayer de me le lécher sous toutes les coutures. Je le repousse gentiment et me redresse un peu.

« Ça peut tout à fait se faire. Par contre j'te conseille pas les sessions avec Owen, ce type est un tortionnaire. »

Un tortionnaire que je suis moi-même allé chercher pour qu'il me fasse souffrir plusieurs fois par semaine. Et ça porte ses fruits. C'est dur mais ça fait du bien malgré tout. Ça me permet là encore d'avoir un cadre, et faire travailler le corps ça met la tête en pause.

« Merci. Pour tout. Vraiment. »

Je me doute que pour lui c'est simplement normal, mais le remercier me paraît la moindre des choses. Son aide, celle des autres, elles me sont plus que précieuses et même si je ne le formule pas souvent à voix haute je leur suis énormément reconnaissant. Parfois je le vis mal, certes, mais je sais remettre les choses à leur place la plus part du temps.

« J'veux bien voir à quoi ressemble ta chambre sans meuble et sans rat. Par contre c'est pas un souci s'il est là ? »

Wax, encore une fois. Je me dis que les animaux ne sont peut-être pas autorisés.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2191
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : /
Double Compte : Emily / Ethan / Zachary / Aiyana / Bethany



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: inattendu feat enzo    Lun 29 Oct 2018 - 11:54

Parfois, Caem en venait à se demander s’il ne devait pas tenter une reconversion dans la comédie. Non parce que visiblement, il se débrouillait assez bien pour cacher son jeu et faire croire un peu n’importe quoi à tout le monde. Même Enzo en arrivait parfois à avoir des doutes et sa tête face à l’idée de l’appartement de Caem complètement vide de meubles était assez jouissive, il fallait bien l’avouer. Mais le plus important dans tout ça, c’était que la tension s’était apaisée, que le langage corporel tout comme les mots d’Enzo montraient qu’il parvenait à se détendre un peu. Il en était même au point de faire des blagues et le russe sourit tout en venant caresser le petit chiot alors qu’on parlait de lui comme d’un potentiel chasseur de rats. Il est vrai que si un jour il avait réellement un souci de ce genre, il savait qui appeler. Entre les sens sur développés d’Enzo, son chat et son chien… Ouep, une belle armée ! Bon sauf que dans le monde sorcier, il fallait se méfier, un rat pouvait être l’animal de compagnie du voisin. Oups, difficile de créer de bonnes relations après ça.

Encore quelques mots sérieux, juste histoire de faire bien passer le message à Enzo, de lui montrer le positif dans tout ça. Caem sentait bien que son ami n’avait pas envie de ressasser les mêmes choses pendant des heures, que ce n’était pas ça qui l’aiderait à mieux respirer. Mais il avait eu besoin de lui dire qu’à ses yeux tout n’était pas si sombre, si mauvais. C’était important. Mais bien sûr, il avait enchaîné, ramenant un peu de légèreté en parlant de ses capacités physiques qui laissaient clairement à désirer. Enzo ne se fit pas prier pour rire un bon coup aux dépends de son ami. Wax fut visiblement surpris par tout ça et se mit à s’agiter ce qui ne fit que faire rire Caem d’avantage. Enzo de son côté repoussa gentiment le chiot qui semblait le prendre pour un cornet de glace avant de lui conseiller d’éviter de s’entraîner avec Owen.

« Et hop, un poumon en moins, directement sorti par la bouche, si c’est pas merveilleux. »

Caem… C’est crade… Le russe se rendit compte de l’aspect peu ragoûtant de son trait d’humour et rit tout en s’excusant auprès d’Enzo. Ce dernier finit par reprendre un peu son sérieux, le remerciant. Le visage de Caem changea alors doucement, une nouvelle expression vint s’y poser, ses traits se firent plus tendres, son sourire plus discret et pourtant, beaucoup plus lourd de sens.

« A ton service. »

Et non, ce n’était pas anodin, tout comme les remerciements d’Enzo avaient réellement du sens pour lui. Il ferait tout pour son ami, c’était ainsi, ça ne changerait jamais. Mais il savait aussi que ce merci n’était pas juste un mot de politesse. Un moment important entre eux qui fut lentement effacé, par pudeur peut-être, autant d’un côté que de l’autre. Enzo évoqua alors l’idée d’aller dans l’appartement de Caem. Ce dernier sourit et se releva non sans donner une petite caresse à Wax au passage qui semblait ne plus savoir où donner de la tête.

« Pas de souci, je crois que les propriétaires sorciers sont plus cools sur les animaux que les moldus. Étrange, non ? »

Caem attendit ensuite que son ami soit de nouveau debout et il l’invita à le suivre dans les rues de Londres. Il avait plus ou moins mémorisé le chemin qu’il venait de faire et parvint à retrouver la route sans trop de difficultés. Il ne se trompa qu’une fois de rue, ce qui était déjà pas mal. Le long du chemin, l’ambiance fut plus détendue. Wax lui semblait en tout cas heureux de se dégourdir les jambes. Les deux amis atterrirent finalement dans un quartier sorcier, largement reconnaissable aux vêtements portés par les habitants, ils passaient d’ailleurs presque pour des originaux. Caem ouvrit la porte de son immeuble à l’aide d’un mot de passe murmuré et laissa son camarade entrer avant lui. Il fallut ensuite gravir les cinq étages, heureusement, ses escaliers étaient moins capricieux qu’à Poudlard. Enfin, au bout du couloir il poussa une petite porte et laissa Enzo et Wax entrer.

« Bienvenus dans mon palace ! »

En entrant, on tombait nez à nez avec le lit, légèrement encombrés de livres. Quand on avançait dans la petite pièce, on pouvait voir une table basse sur la droite du lit, éclairée par la seule fenêtre du lieu. Plus loin sur la droite, un renfoncement avec la petite cuisine. Une plaque, une cafetière dans laquelle un peu de café froid semblait attendre, un évier, un mini frigo et en hauteur, un micro-onde pouvant servir de four. Une fois face à la cuisine, à la droite de cette dernière, une douche. Oui, encastrée là sans trop qu’on sache pourquoi. Et voilà.

« Les toilettes sur le palier ça me rappeler l’école, c’est mon côté nostalgique. »

Caem afficha un sourire idiot avant d’indiquer le lit à Enzo.

« Tu peux t’asseoir si tu veux et virer les bouquins aussi. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 18410
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4620-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: inattendu feat enzo    Lun 29 Oct 2018 - 18:21

« Pas de souci, je crois que les propriétaires sorciers sont plus cools sur les animaux que les moldus. Étrange, non ? »

Il est déjà debout, je le regarde sans trop réagir, un sourire sur le coin des lèvres. J’en sais rien si c’est étrange ou pas, mon cerveau est en train de doucement ce recâbler faut pas trop m’en demander. Désolé.
Retrouver la station debout s’avère assez lent mais je n’ai pas trop de mal à me stabiliser. Mes muscles font un peu la gueule, endoloris, j’ai l’impression d’être un p’tit vieux dont les premiers pas sont mal assurés. Wax trottine tranquillement, renifle tout ce qui passe sous sa truffe, je ne me moque presque pas de Caem quand il se plante de rue. J’ai encore du mal à marcher tranquillement sans être à l’affut, je le réalise, ce qui me pousse à me dire que c’était prématuré comme excursion. Mais je suis heureux de pouvoir découvrir l’endroit où vit mon meilleur ami. Quartier sorcier, un immeuble sans prétention, puis cinq étages plus tard …

« Bienvenus dans mon palace ! »

… place à la découverte.

Je me laisse porter par l'observation silencieuse, détaillant chaque recoin, m'imprégnant des lieux. On pourrait penser qu'en étant un gosse de riche je pourrais avoir certains prétentions, voir du dédain ou du mépris, mais vous savez ce qu'on dit … C'est pas la taille qui compte … Plus sérieusement, j'ai jamais été du genre à trouver ça normal de vivre dans l'opulence. Je pense pas être ce genre de type qui s'attache au matériel même si j'ai conscience d'être né dans un berceau doré – donc quelque part c'est facile à dire. Je dis juste qu'ici, il a tout ce dont il a besoin. Au final est ce que ça n'est pas ça le principal ? Un lit, de quoi se faire à manger, des lieux aménagés comme il le souhaite et son indépendance. Oui, le principal.

« Les toilettes sur le palier ça me rappeler l’école, c’est mon côté nostalgique. »

Regardez le cet idiot du village, fier de sa connerie. Ça fait combien de fois que tu me fais lever les yeux au ciel depuis tout à l'heure ? J'en suis bien content, sache le.

« Oublie pas d’enfiler un calbar si t’as envie de pisser en pleine nuit, tu risquerais de faire faire un malaise à la voisine si elle te croise. Parce qu’elle serait impressionnée j’veux dire. »

Moi aussi je peux être un idiot. Je veux être un idiot.

« Tu peux t’asseoir si tu veux et virer les bouquins aussi. »

Les bouquins, qui jonchent son lit. J'ai lâché Wax qui explore les lieux sans aucune gêne, avant de m'assoir je fais un tour sur moi-même et un sourire se pointe sur mon visage.

« Je crois que ta chambre fait la taille de la salle de bain de ma Grand-Mère. »

Et si je ris, ça n'est pas pour me moquer. Ni des uns, ni des autres, simplement parce que la comparaison m'amuse réellement.

« C’est original la douche. J'espère que tu fermeras les yeux quand je viendrais squatter là. »

Oui, je m'invite, parfaitement. Et je continue à glisser sur un humour douteux qui ne m'a pas quitté comme tu peux le constater.

« C’est chouette, j’aime beaucoup. »

Réellement. Est ce que ça ferait pousser des envies chez moi ? J'en suis pas encore là, je sais qu'actuellement je ne peux pas vivre seul et ce pour différentes raisons. Mais un jour, pourquoi pas. J'ai bien vu que c'était compliqué pour moi d'être à la maison de toute façon mais j'imagine que ça reviendra. Peut-être plus facilement quand Derek sera rentré.
D'ailleurs, parlant de la maison … je ne suis pas venu les mains vides. Je fouille dans mon sac ensorcelé et en sort deux pots. L'un contient un plan d'une sorte de fleur de Norvégienne, l'autre une plante Australienne.

« Je t’ai ramené un petit bout de Norvège et un p’tit bout d’Australie. Elles ont des vertus médicinales toutes les deux. »

Clin d'œil évident, cadeau personnalisé.

« Non tu rêves pas, je t'offre des fleurs ! Si avec ça j'arrive pas à te choper je sais pas ce qui faut que je fasse. »

Ne me demande pas de t'écrire un poème … Je me sentirais obligé de le faire.

« Tu t’y sens bien ? »

Cette question, elle a un sens plus large et je crois qu'au fond, il le sait. On se connait suffisamment pour lire entre les lignes, l'un comme l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2191
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : /
Double Compte : Emily / Ethan / Zachary / Aiyana / Bethany



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: inattendu feat enzo    Mar 30 Oct 2018 - 12:38

Est-ce que quelqu’un compte le nombre de conneries qui ont été sorties à la minute ? Non mais parce que ces deux là venaient de se retrouver, dans une situation qui a priori n’avait rien de spécialement drôle et ils avaient tout de même trouvé le moyen d’enchaîner les blagues vaseuses. Non, franchement, on pouvait leur reprocher pas mal de choses mais là-dessus, rien à dire, ils étaient des champions. Impressionner la voisine en allant pisser tout nu en pleine nuit ? Caem afficha un petit sourire en coin, haussant les sourcils. Comment ça il avait une tête de pervers ? Oui, bon un peu, mais en même temps, c’était Enzo qui l’avait cherché. Enzo qui venait de s’asseoir sur son lit et lâcha, le plus naturellement du monde, que l’appart du russe faisait la taille de la salle de bain de sa grand-mère… Caem le regarda quelques secondes interdit avant de se mettre à rire avec lui. C’est vrai qu’il oubliait souvent cet aspect, ils ne venaient pas vraiment du même milieu. A Poudlard, ce détail était complètement invisible mais de retour dans la vie « normale » cela se voyait un peu. Pas de panique, ça ne posait aucun souci au russe. Mais il était évident que son appart n’était pas dans les standards de tailles de la famille Ryans. Enzo ne semblait cependant pas plus perturbé que ça puisqu’il s’imaginait déjà prendre possession des lieux. Amusé, Caem s’assit en face de lui, à même le sol, derrière la table basse qui les séparait désormais.

« Si t’es sage j’installerais peut-être un petit rideau pour plus d’intimité. »

Et en réalité, il le ferait sans doute après qu’Enzo serait parti. Il avait envie que son meilleur ami se sente bien ici, qu’il débarque quand il en avait envie, que ce soit parce qu’il était fatigué ou qu’il ait simplement envie de se marrer un coup. C’était aussi le but d’avoir un chez soi aussi petit soit-il.

« Merci. »

Oui, il n’était pour rien dans la conception de son appartement mais il remerciait Enzo de son compliment, tout à fait. Son meilleur ami plongea alors ses mains dans son sac et en sortit deux pots de fleurs avec des explications. Caem les attrapa avec précaution, sourire aux lèvres. Il se leva finalement, s’approcha du mur sous la fenêtre et d’un coup de baguette magique, allongea le rebord de la fenêtre de quelques centimètres pour pouvoir y poser les plantes. Elles seraient mieux proches de la lumière.

« Bah si elles sont aphrodisiaques en plus là c’est sûr, tu m’auras dans ton lit facilement. »

Caem, on t’avait pourtant dit qu’il fallait arrêter avec ce genre de blagues… Le russe se tourna alors vers Enzo et posa sa main sur sa bouche, comme s’il venait de dire une connerie plus grosse que lui. Le problème c’était que la lueur brillant dans ses yeux montrait bien qu’il n’était pas si désolé que ça. Vilain.

« Merci, ça me fait vraiment plaisir. »

Un peu de sérieux. Quelques secondes au moins. Profitant d’être debout, Caem se dirigea vers le robinet d’où il fait couler de l’eau dans deux verres qu’il vint poser sur la table basse avant de se rasseoir. Proposer un rafraichissement à son invité, c’était la moindre des politesses. Du moins, c’était ce qu’on lui avait toujours dit. En tailleurs, Caem prit appui sur ses mains posées au sol derrière lui. Son regard se porta alors de nouveau sur Enzo, après qu’il ait jeté un petit coup d’œil à ses plantes qui faisaient déjà parfaitement partie du décor. Il en prendrait soin, pas de souci à se faire là-dessus. Et il avait bien l’intention de fouiller leurs spécificités médicinales. Enzo lui se questionnait sur son bien-être et Caem savait très bien que la question n’était pas si anodine qu’elle pouvait paraître.

« Oui, j’ai pas mis très longtemps à considérer que c’était chez moi. La preuve étant ce léger bordel que j’ai installé. »

Caem se mit à rire doucement. Il n’était pas le plus grand bordélique de la terre mais l’amoncellement de livres avait quelque chose d’assez cocasse. On aurait presque pu croire qu’il était un étudiant qui courait entre ses cours, la bibliothèque et son appartement. Ce n’était pas totalement faux mais son statut était encore un peu particulier. D’ailleurs, il allait falloir qu’il parle à Leiv pour voir s’il y avait une formation qu’il pouvait entamer en plus des cours particuliers qu’il lui donnait.

« J’avais besoin d’avoir mon espace et cet endroit est parfait pour ça. C’est petit mais Londres est suffisamment grande pour que j’y trouve mon compte en allant me balader quand c’est nécessaire. »

Il fallait bien avouer que même pour quelqu’un de calme et de posé comme Caem, un petit espace pouvait finir par être un peu oppressant. Il avait le réflexe maintenant, il enfilait ses chaussures et partait explorer la ville. Peut-être qu’à terme cela lui permettrait de se perdre un peu moins et d’arrêter de passer pour un touriste à chaque fois qu’il mettait le pied dehors. Bon, en même temps, avec son accent russe qui resterait sans doute toute sa vie, les gens se poseraient toujours des questions sur ses origines bien que son anglais soit désormais tout à fait fluide.

« C’est con mais la dernière fois que je m’étais imaginé avoir mon appartement, j’avais 13 ans et je vivais en Russie. »

Caem se mit alors à rire doucement. Pendant un long moment il ne s’était pas imaginé pouvoir accès à tout ça ou simplement, ce n’était plus dans ses priorités. Quelque part, c’était une bonne chose qu’il puisse se concentrer de nouveau sur des aspirations aussi… Basiques.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 18410
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4620-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: inattendu feat enzo    Mer 31 Oct 2018 - 13:28

« Oui, j’ai pas mis très longtemps à considérer que c’était chez moi. La preuve étant ce léger bordel que j’ai installé. »

Et c’est bon signe, effectivement. Quand on s’étale comme ça c’est qu’on se sent bien, chez soi, non ?

« Tout ça c’est pour faire genre que t’es studieux mais tu ne me duperas pas Kaliayev. »

Faudrait quand même pas être trop sérieux ni trop sympa … Mais clairement, j’ai l’impression d’être dans la chambre d’un étudiant et finalement, même si les contours ne sont pas officiels, c’est réellement ce qu’il est. Ça me laisse un peu rêveur, je me dis que d’ici quelques mois j’en serais peut-être au même stade, à réellement commencer le début de ma nouvelle vie ou en tout cas reprendre un cours « normal » de celle-ci.

« J’avais besoin d’avoir mon espace et cet endroit est parfait pour ça. C’est petit mais Londres est suffisamment grande pour que j’y trouve mon compte en allant me balader quand c’est nécessaire. »

Est-ce qu’on était prêt pour ça ? A être lâché dans le grand bain, quitter le cocon rassurant des écoles de Magie qui quelque part – en faisant abstraction de beaucoup de choses ces dernières années – nous coupaient complètement du monde et de certaines réalité. De toute façon on y est, faut y aller, et je suis heureux de voir qu’il s’en sort aussi bien. Chacun fait ce qu’il peut, au final j’ai l’impression que tous mes proches s’en sortent très bien. Ce qui ne semble pas être le cas de Aiden et même si je garde un peu de rancœur pour le moment, ça me fait de la peine pour lui.

« C’est con mais la dernière fois que je m’étais imaginé avoir mon appartement, j’avais 13 ans et je vivais en Russie. »

Il sourit, d’un de ces sourires à la fois mélancolique et serein, sourire que je lui rends tout en buvant quelques gorgées d’eau – quand Wax ne vient pas coller sa grosse tête de peluche dans mes genoux. Certaines pages sont tournées, en phase d’être tournée en tout cas, ce que je perçois là c’est clairement un pas en avant.

« Ça y est, t’es un grand. »

Je me moque, pour la forme, parce que c’est comme ça que je fonctionne avec les gens que j’aime, mais il y a à la fois de la tendresse dans cette phrase.

« Dommage, j’espérais encore te voir avec ton pull Mickey. »

Nouvelle vanne, teintée de souvenirs, celui de cette photo qu’il m’a montré un jour alors qu’on se parlait comme ici, à cœur ouvert entre deux pirouettes pour alléger les choses. Et moi, dans tout ça, j’en suis où ?

« J’suis repassé chez moi en début de semaine, pour prendre des affaires, ce genre de trucs. »

J’en suis là. A réaliser que je me sens presque comme un étranger dans la maison où j’ai grandi parce qu’elle résonne trop du vide laissé par ma famille. Mes parents, dont l’absence fait de nouveau mal, Derek, qui occupe mes pensées en quasi-permanence. Je ne peux pas vivre là-bas sans lui, sans eux.

« Ça fait bizarre. »

Je ne hausse pas les épaules pour paraitre détaché, mais simplement parce que j’accepte les faits. C’est comme ça, c’est tout, et puis ça n’est pas comme si j’envisageais d’y retourner tout de suite de toute façon. L’équilibre que je commence à retrouver chez Leiv et Isma m’est pour le moment indispensable.

« Peut-être que la prochaine étape c’est mon envol à moi, vas savoir. Et peut-être bien même que j’emménagerais ici tiens. Avec mon chat, mon chien et mes planches. On se tiendra chaud tous ensemble. Je t’ai dis que le véto a prévu un bon 35 kilos pour Wax quand il sera adulte ? Ça passe large dans ton palace. »

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2191
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : /
Double Compte : Emily / Ethan / Zachary / Aiyana / Bethany



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: inattendu feat enzo    Lun 5 Nov 2018 - 18:50

L’ambiance était douce entre Enzo et Caem, les sourires commençaient à venir avec simplicité et son ami avait repris un peu de couleurs. Il y en avait un en tout cas qui était heureux dans tous les cas, c’était Wax. Il alternait entre promenade dans le petit appartement et papouilles de la part de son maître. Une vraie vie de chien quoi. Le russe buvait tranquillement son verre d’eau, assis par terre, contemplant son appartement en léger bordel et Enzo assis sur son lit. Cette vue lui plaisait totalement. Elle était toute nouvelle, inédite et pourtant, il avait l’impression que tout devrait être aussi simple que ça. Il était à sa place et Enzo aussi. Et même Wax était là où il devait être. Oui, lui aussi craquait pour cette petite boule de poil. Il n’aurait jamais imaginé un tel avenir, il n’aurait jamais pu visualiser tout ça. Mais c’était là et il avait envie de se laisser envahir par cette douceur, par cette simplicité. Par cette amitié forte qui inondait le petit studio et le faisait se sentir vivant. Mais pas encore très grand par contre. Caem avait ri alors qu’Enzo évoquait la fameuse photo sur laquelle il l’avait découvert enfant, très bien habillé disons-le.

« Je crois que je vais m’acheter un nouveau pull Mickey. Parce que je suis pas certain d’être si grand que ça… »

Il était encore un enfant quelque part, souvent un peu perdu dans ce monde d’adultes même si ce n’était pas forcément ce qui sautait aux yeux. Alors oui, enfiler ce pull Mickey dans son appartement d’adulte était une bonne façon d’exprimer tout ça et de sentir encore sa peau de gamin sur lui. Il allait peut-être le faire sincèrement en fait.

Ce fut au tour d’Enzo de s’exprimer, simplement, comme si c’était dans l’ordre des choses. Il avait récupéré des affaires chez lui. Ce n’était certainement pas anodin, il ne pourrait pas faire croire ça à Caem. Il avait dit ça d’un air détaché, haussé les épaules. Le russe afficha un léger sourire en coin.

« Je me serais inquiété si tu m’avais dit le contraire. »

Rentrer chez soi, sans qu’il n’y ait les personnes qui devraient se trouver là. Trouver une maison vide, c’est toujours pesant. Caem sait bien que l’ombre de Derek est toujours là, à planer autour de lui. Il ne s’en détachera pas comme ça, pas tant qu’il ne l’aura pas en face de lui. Ils ne peuvent qu’espérer que cela sera bientôt le cas, que les frères Ryans seront enfin réunis pour reformer un clan qui avait déjà subi bien trop de pertes. Mais ce qui était certain, c’était qu’Enzo n’avait pas envie de sombrer dans les pensées mélancoliques, pas tout de suite. Aussi, Caem n’avait pas insisté et c’était contenté d’éclater de rire alors qu’Enzo parlait d’emménager ici avec un Wax adulte bien costaud et tout son matériel de surf. Ce serait beau à voir tiens.

« Ah bah oui ce sera parfait. On est mal habitués, on croit qu’il nous faut des immenses baraques mais non, c’est ça le secret ! La PRO-XI-MI-TE. »

Caem avait appuyé ses mots d’un geste ferme de la main avant de se mettre à rire comme un enfant. Il pouvait en dire des conneries, aucune inquiétude là-dessus. N’empêche qu’au-delà de la plaisanterie, il n’avait pas pu s’empêcher de se demander ce que ce serait de vivre en colocation avec Enzo. Ils pourraient faire les cons à tout moment, passer des moments simples aussi. Et ils sauraient se laisser chacun leur espace, leur liberté. Les images glissaient dans son esprit et il se rendait compte, lui qui chérissait tant sa solitude qu’au final, ça pourrait sans doute lui plaire. Mais bon, il n’était peut-être pas le premier sur la liste et que penserait William d’un truc pareil ? Léger sourire du côté du russe.

« Je t’imagine tellement te balader sur un surf à roulettes dans ton futur appart’. Me demande pas pourquoi ! »

Mais l’image était pas mal ? Non ? Il est certain que vous voyez vous aussi Enzo glisser de pièce en pièce sur un skate ou un surf trafiqué. Avec Wax à l’arrière tant qu’il était encore assez petit pour ça. Et Lune qui regarde la scène avec dédain. Ouais, c’était tout à fait ce qui allait se produire à l’avenir, il en était certain.

« Je te le fabriquerais moi-même ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 18410
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4620-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: inattendu feat enzo    Lun 5 Nov 2018 - 21:39

« Ah bah oui ce sera parfait. On est mal habitués, on croit qu’il nous faut des immenses baraques mais non, c’est ça le secret ! La PRO-XI-MI-TE. »
« Exactement ! »

J'aime tellement ça, la proximité, c'est vrai. Faux. Enfin ça dépend avec qui, et quand, mais comme tout le monde en réalité et même si tout ça c'est pour déconner, je commence à me dire que … Pourquoi pas, un jour ? J'en sais trop rien, j'avais jamais vraiment envisagé ça parce que d'une je ne me projetais pas et de deux, c'était pas tellement prévu au programme que je quitte la maison aussi tôt puisque je comptais y rester avec mon frère. J'espère bien que c'est ce qui va se passer, que je vais retrouver ce connard homophobe qui partage mon sang et me manque comme pas permis le plus rapidement possible, mais je ne suis pas complètement aveugle. Certaines marques sont tenaces, certaines choses font changer d'état d'esprit quand on ne s'y attend pas … ça évoluera peut-être, ça se réparera peut-être, mais je me suis senti presque comme un étranger dans cette maison.

Et puis je me dis qu'un jour, de toute façon, l'oisillon devra quitter le nid. Possible qu'il en ressente déjà l'envie, en réalité.

« Je t’imagine tellement te balader sur un surf à roulettes dans ton futur appart’. Me demande pas pourquoi ! »
« Mec, j'aimerais tellement ! »

Le skate, c'est fait. Maintes et maintes fois même si la configuration de la maison ne le permet clairement pas. Chez Grand-Mère c'est clairement plus simple et Poudlard j'en parle même pas – ni du nombre de colles que je me suis pris à cause de ça d'ailleurs. Mais bref, me balader sur mon surf en lévitation au dessus du sol l'air de rien … Le kiffe. Juste pour le trip.

« Je te le fabriquerais moi-même ! »
« Avec plaisir ! D'ailleurs j'ai ramené mon matos de shape, si tu veux venir bricoler avec moi de temps en temps entre deux sessions de médecine avec Leiv t'es le bienvenu. »

Franchement, ça aussi ça me branche carrément. Juste … trainer avec mon meilleur pote, partager des trucs comme on l'a toujours fait finalement.
Cette discussion partie d'un petit rien m'aide à me projeter, je sens bien que ça me procure quelque chose d'extrêmement positif. Ça n'efface pas les ombres les plus incrustées dans le tableau, bien sûr, mais ça permet de voir un peu différemment, un peu plus loin. Des petits trucs simples, dans un premier temps. La vie, en fait, tout simplement.

« Et … le Fjord, c'est pire que le Lac Noir question température. »

Putain, c'est peu de le dire. J'y nage tous les matins ou presque, je peux vous dire que ça réveille. Le surf, c'est pas les vagues Australienne mais il y a quelques spots que je compte bien apprivoiser avec le temps. J'ai pas envie d'oublier tout ça, de laisser de côté cette partie de moi plus qu'importante. Presque un héritage … Complètement un héritage, en réalité, mais surtout un moyen d'exprimer qui je suis réellement et de prendre mon pied en oubliant tout le reste.

« Mais ça fait le job en attendant Hawaï, Bali ou le Costa Rica. »

Ça m'a déjà fait un bien pas possible de reprendre des vagues à Lakes l'autre jour, je ne compte pas m'arrêter là. Chaque chose en son temps, tout ce que je vois c'est que j'en ai presque oublié ce qui s'est passé tout à l'heure dans la rue et que je compte bien profiter de ce moment passer avec Caem. Tout comme je compte profiter de la soirée qui s'annonce avec les copains chez Riley, et du weekend avec William. Tout ça, sans culpabiliser, si possible sans flipper, juste m'accorder le droit de souffler … et de vivre.

▬ FINI POUR MOI ▬
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: inattendu feat enzo    

Revenir en haut Aller en bas
 
inattendu feat enzo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Will we be proud or ashamed of what we've become ~ Feat. Enzo
» Un courrier inattendu
» [RP] Entretien avec Enzo Blackney
» L'inattendu [PV Melley]
» Surprise inattendu...[PV : Far'jim]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Londres :: Centre de Londres-
Sauter vers: