AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 We were dancers in the rain [Ora]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 3146
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins / Bethany M. Gatling



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: We were dancers in the rain [Ora]   Mar 19 Juin 2018 - 21:02

~Samedi 26 septembre – Dans l’après-midi ~

Assise à même le sol, la langue tirée comme une gamine de 5 ans, Emily s’applique. C’est idiot, mais elle se rend compte que cela fait des années qu’elle n’a pas fait de papiers cadeaux, elle en avait presque perdu l’habitude. Heureusement, elle n’était pas non plus complètement gauche et son petit paquet ressembla rapidement à quelque chose. Elle alla même jusqu’à mettre un petit ruban autour. Un papier rouge, un petit nœud vert, on se serait presque cru à Noël. Emily attrapa ensuite la petite carte qu’elle avait acheté un peu plus tôt dans la semaine. La carte était en réalité plus grande que son paquet mais ce n’était pas bien grave. Elle attrapa un stylo et commença à griffonner quelques mots. Elle glissa ensuite la carte dans l’enveloppe et se leva furtivement pour s’approcher de la porte de sa chambre. Un petit coup d’œil par l’encadrement… Cameron était dans la salle de bain, la voie était libre. Emily se glissa alors dans le couloir et d’un pas précipité, elle se rendit dans la chambre de son frère. En général, elle évitait d’y aller quand il n’était pas là. Non elle n’avait pas peur de ce qu’elle pouvait y trouver mais c’était une question de respect. Avoir un espace rien qu’à eux, une sacrée victoire et elle ne devait pas lui enlever ça. Mais là, c’était vraiment pour la bonne cause. Ems déposa donc le petit paquet et la petite carte sur le lit de Cameron avant de retourner dans sa chambre, un grand sourire aux lèvres.

Habillée, son sac sur l’épaule, Emily avait quitté l’appartement juste avant le déjeuner. Elle avait décidé d’aller manger dans un parc, avec un calepin pour écrire. Ecrire des chansons. Cela faisait longtemps qu’elle ne s’était pas adonnée à cette activité et elle voulait essayer de s’y remettre, libre, sous le ciel. Elle était partie juste avant que Cameron ne sorte de la salle de bain et n’avait donc pas vu sa réaction face à son paquet. Une boîte de boules quies avec un mot d’excuses. Les relations entre son frère et Janis, sa chouette n’étaient pas toujours simple. Et si Emily plaçait le drap insonorisé sur la cage quand elle le pouvait la petite avait parfois besoin d’air et même de voleter dans l’appartement. Cameron râlait et au fond, elle comprenait. Un petit clin d’œil, parce qu’il restait son frère chéri, même quand il était ronchon.

Une salade, un grand café, quelques gribouillis, l’ombre d’un arbre… Les températures étaient fraîches mais rester dehors était plus qu’agréable. Quelques instants rien que pour elle. Parfois, elle croisait le regard des passants, des gens qui profitaient du parc comme elle et elle leur adressait un sourire. Emily se sentait bien. Elle était heureuse, épanouie et chaque jour qui défilait lui donnait l’impression de nouvelles possibilités, d’une nouvelle bouffée d’air frais. Toujours pas de nouvelles de la famille Anthon. Peut-être attendaient-ils le bon moment pour venir ruiner sa nouvelle vie ? Qu’importe, elle n’allait plus vivre dans la peur. Non, elle allait garder ce sourire aux lèvres.

L’après-midi était déjà assez avancée. Emily déambulait dans les rues de Londres depuis quelques temps déjà. Une envie de se balader, de garder le nez planté dans le ciel, d’avancer au hasard, le sourire aux lèvres. Mais après avoir déambulé au hasard, elle avait désormais une direction bien claire en tête. Kezabel l’avait invitée à venir chez elle ce qui accentuait son humeur joviale. Elle était d’ailleurs presque arrivée chez sa petite amie. Elle sortie alors une cigarette de son paquet et commença à la fumer tranquillement sur les derniers mètres. Le mois de septembre avait été mouvementé mais leur couple avait fait plus que tenir le coup. Il se dessinait de jour en jour et Emily ressentait toujours le même chavirement chaque fois qu’elle la voyait.

Cigarette écrasée et jetée dans une poubelle, Emily arriva finalement devant la porte de Kezabel. Par réflexe, elle arrangea ses cheveux. Oui, Ems arrangea ses cheveux. Elle sonna ensuite et se tint bien droite, attendant que la porte s’ouvre, souriante, impatiente aussi. La porte s’ouvrit lentement et…

« Ora ???? »

Bug intense. Là sur le perron, Emily ouvrit de grands yeux et resta quelques secondes à fixer, détailler le visage de celle qui se tenait juste devant elle. Ora. Ora, la première fille avec qui elle s’était abandonnée. Celle auprès de qui elle avait décidé de tout envoyer valser. Et la voir là, alors qu’elle s’attendait à retrouver le visage de sa petite-amie. Ok, là, elle devait bien avouer qu’elle était sans voix.

« Je… J’ai rendez-vous avec Kezabel. »

Raclement de gorge, air gêné. Emily baissa alors légèrement la tête pour regarder ses pieds. Elle agissait comme une collégienne et c’était légèrement ridicule… S’en rendant compte, la jeune femme releva la tête et lâcha un rire un peu coincé face à Ora.

« Ok, j’avoue que je ne m’attendais pas à te voir là. »

Et son rire se fit un peu plus prononcé cette fois. Est-ce que la présence d’Ora la dérangeait ? En soit, non. Elle était heureuse de la revoir, sincèrement et aurait envie de prendre de ses nouvelles mais dans le contexte c’était tout simplement… Un joli coup du hasard. Oui, une belle façon de venir la chatouiller un peu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 157
Date d'inscription : 02/11/2017
Crédits : Moi



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: We were dancers in the rain [Ora]   Dim 8 Juil 2018 - 17:43

We were dancers in the rain
Emily & Ora


■ Vendredi 25 Septembre 2015 ▬ Soirée ■

- J’suis désolée, il y avait beaucoup plus de taff que prévue.

Jules se défait de sa veste qu’elle jette sur le bord du canapé et vient déposer un rapide baiser sur mes lèvres en guise de bonjour.

- T’inquiète. Ca a été la journée ?
- M’en parle pas, un putain d’enfer.

Son regard balaie la pièce – parfaitement rangé s’il vous plait ! – et je sais déjà ce qu’elle cherche. Ou plutôt qui.

- Je l’ai couchée il y a une petite demi-heure. Je lui ai promis que tu viendrais lui faire son bisou de bonne nuit dès que tu rentrerais.
- Merci.

Une de ses mains m’effleure la nuque avant que ma petite amie ne s’éclipse dans la chambre de la petite pendant que je suis là, devant un documentaire animalier qui m’instruit un peu plus pour mes futurs projets et prochaines expériences. Le calme règne dans cet appartement que j’ai arrêté d’appeler « palace » maintenant que j’ai l’habitude d’y vivre et jamais je n’aurai cru prendre goût à cette vie. Sérieux, moi me caser avec une nana ET sa fille ? Et en plus aimer ça ? Putain, à l’époque je vous aurais littéralement ris à la gueule. Et à l’époque, c’était il y a un peu plus de six mois. Comme quoi… Rien n’est impossible et prévisible. Je suis bien la première à le dire.

Jules revient dans le salon après avoir passer un bon quart d’heure avec Cosima parce que ce moment leur appartient et que pour elle, il est indispensable pour clore sa journée lorsqu’elle n’est pas chez Félix. Je dépose une assiette fumante sur la petite table, m’asseyant à côté d’elle.

- J’t’avais mit une part de côté.
- Chouette ! Elle se saisit de l’assiette et commence à y planter sa fourchette. C’est que tu deviendrais la parfaite petite femme au foyer.
- Shut uuup !

Elle se marre, sourire espiègle sur la tronche. Je me penche pour choper une pochette sous la table basse et le lui tend.

- Tiens, au lieu de raconter des conneries.
- C’est quoi ?
- Les papiers du divorce.
- Haha … so much fun. Encore faudrait-il qu’on soit marié.
- Peut-être que ce sont les papiers du mariage…

Elle scotch, pochette à la main, ouvre des yeux ronds comme des soucoupes. J’sais même pas comment je fais pour ne pas éclater de rire plus tôt devant sa tronche déconfite… Mais j’tiens quand même pas plus de cinq secondes où elle ne sait pas quoi me dire, sait pas si c’est du lard ou du cochon. Parce que j’le vois sur sa gueule qu’elle panique, que c’est bien la dernière chose qu’elle voudrait là maintenant.

- J’décooonnnes ! Respire !
- T’es vraiment trop nulle.
- Ouvre

Elle ronchonne, grogne et trouve un feuillet suivit de trois billets d’avion.
Ouais, d’avion. Parce que j’suis une meuf comme ça moi, qui fait ce genre de surprise… Enfin c’est surtout parce que j’ai enchainé shooting et compagnie et que j’avais masse de fric de côté. Pour une fois.

- … Sérieusement ?
- Ouais. J’me suis calé sur tes vacances pour que Félix puisse avoir la petite avant de partir mais en Octobre c’est destination la Nouvelle Calédonie pour deux semaines.

Jules marque une pause, un sourire flotte sur ses lèvres. Elle n’est pas la plus expressive sentimentalement parlant mais j’ai appris à composer avec, j’ai l’habitude et surtout je sais reconnaitre ses marques d’affections qu’elle me donne. Tout comme ce sourire qui est en réalité émue bien que réservé. J’suis un putain de Carl Lighman.

- C’est vachement mieux que le mariage non ?
- Oui, bien mieux… Elle dépose la pochette sur la table basse suivit de son assiette. Et je connais autre chose qui est tout aussi bien.

Elle pousse sur mes épaules pour m’allonger sur le canapé, désormais à califourchon sur moi. En un claquement de doigts, c’est un feu qui nous habite et qui nous consume une bonne partie de la soirée.

#

■ Samedi 26 Septembre 2015 ▬ Dans l’après-midi ■

- Tu as des nouvelles de Zachary ?
- Un peu, oui. Ca m’rend folle de le savoir là-bas.
- Je sais. Au moins, sa sœur a pu y échapper grâce à lui.
- Comment tu sais ça ?

Keza s’arrête une demi-seconde avant d’enchainer.

- Elle est venue me voir peu de temps après.
- J’savais pas que vous étiez proches toutes les deux…
- Disons qu’on s’entendait déjà bien à l’école. Elle avait besoin de parler.

Je la fixe, la crois qu’à moitié pour être honnête. Elle n’évite même pas mon regard, presque effrontément comme pour me mettre au défi de la contredire mais je n’en fais rien. J’me fais peut-être des idées avec tout ce stress et ces conneries, à me monter le crâne pour tout et n’importe quoi.
Son portable vibre alors que je papouille ce gros sac à puce, un chien qui appartient à Adam et je sens Kezabel bouger derrière moi.

- J’dois aller faire un truc vite fait. J’reviens d’ici une demi-heure ok ?
- Ouais ouais t’inquiète !

Je ne m’en formalise pas tellement et la laisse vaquer à ses occupations. C’est pas la première fois que j’reste ici toute seule, je fais partie de la famille depuis des années maintenant et la connait depuis qu’elle est gosse. C’est un peu comme ma deuxième maison.
Enfin non, c’est COMME ma deuxième maison.
Je reste allongé sur le canapé, Snubbull tête posé sur mon ventre, a regarder des conneries à la tv plutôt que de broyer du noir concernant mon meilleur ami coincé là-bas. J’savais qu’il n’aurait pas dû retourner dans cette école et que ces enfoirés allaient finir par débarquer une énième fois. Et je sais aussi que même si Zach est parfaitement capable de se défendre, il est aussi capable de se foutre dans des situations impossibles et dangereuses rien que pour protéger les plus jeunes. Je l’en blâme pas mais dans des élans d’angoisse, je lui en voudrais presque d’être un putain de héros.

Quelques coups à la porte me tirent de ma contemplation d’une série appeler « Face Off », un truc de dingue avec du maquillage effet spéciaux. Moi aussi j’ai envie de devenir la bête du Gévaudan. Snubbull est déjà dans le couloir et je lui intime gentiment de retourner dans le salon malgré sa curiosité. J’ouvre la porte…

- Ora ????

Si j’suis surprise ? Non parce que Keza m’a avertie de sa venue mais maintenant qu’Emily est là, je me rend compte que l’heure est passé plus vite que prévue et que celle qu’elle attendait à visiblement du retard.

- Mais qui voilà.
- Je… J’ai rendez-vous avec Kezabel.
- Je sais.

Large sourire, je reste planté dans l’encadrement de la porte sans détacher une seule seconde mon regard du sien. Kezabel m’a annoncé il y a un moment sa relation avec Emily et bon… C’est vrai que c’est un peu akward mais elle va pas s’empêcher de tomber raide dingue d’une nana avec qui j’ai couché.
C’est qu’un détail, ça va !
Le plus drôle de toute évidence c’est la gueule de dix kilomètres de long qu’Emily tire. La gêne, le malaise palpale à dix mètres et ce rire crispé, presque forcé.

- Ok, j’avoue que je ne m’attendais pas à te voir là.
- T’es la mieux placé pour savoir que j’provoque toujours cet effet-là.

Ora, championne du malaise. Si Jules était là, elle me collerait une claque derrière le crâne pour deux raisons :
- Ca se fait pas d’être aussi malaisante
- Elle est de nature un poil jalouse et n’aime pas tellement que j’expose fièrement ce genre de truc.

- De surprise j’entends.

Je suis une garce parce que je m’en amuse salement même si c’est par pur taquinerie et rien d’autre. Vous avez envie que Jules me coupe les boobs ? Non merci.

- Ca fait quoi de sortir avec la meilleure amie d’une ex-amante ?

Bombe larguée. Air sérieux sur le visage. Je suis putain de chiante, je me fatigue autant que je m’amuse. J’AVOUE ! Mais c’est pas méchant, c’est juste que j’aime bien la mettre un peu mal à l’aise comme ça, parce que toutes ses émotions traversent son visage et que c’est un véritable spectacle de rictus.
Je finis par éclater de rire avant de m’écarter légèrement.

- Ca vaaaaa détends toi ! On s’en fout ! Allez viens, entre.

Admets le que tu regrettes presque de ne plus m’avoir vu depuis tout ce temps.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3146
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins / Bethany M. Gatling



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: We were dancers in the rain [Ora]   Lun 9 Juil 2018 - 16:01

Emily avait l’impression de fondre sur place. Il était certain que cette sensation devait être visible par ses joues devenues particulièrement rouges. Elle était gênée, mal à l’aise et ne savait pas comment elle était censée réagir. Elle n’avait jamais été confrontée à une telle situation avant et se rendait compte qu’elle n’avait même pas envisagé ce moment avant qu’il n’arrive. Pourtant, il était probable que cette rencontre advienne à un moment ou un autre. Peut-être était-ce plus volontairement qu’elle ne le pensait que son cerveau avait mis tout ça de côté. Mais elle lui en voulait légèrement sur le coup parce que là elle se sentait vraiment con. D’autant qu’Ora de son côté semblait plutôt à l’aise avec la situation. Son visage était illuminé par un sourire, ses réactions, ses mots semblaient être les plus naturels du monde. Elle avait été prévenue de la venue d’Emily ce qui lui faisait déjà un coup d’avance mais tout n’était pas lié à ça. Non, Ora avait toujours été la plus à l’aise et c’était aussi ce qui avait séduit Emily. Cette façon qu’elle avait de paraître libre, détachée, maîtresse de tout. Emily admirait ça d’autant plus alors qu’elle avait l’impression de s’enfoncer dans la gêne. Elle se bat pourtant, contre elle-même, contre ses réactions un peu idiotes et essaye d’être plus décontractée. Elle essaye de rire un peu même et admet sa surprise qui de toute façon ne peut pas être cachée. Et face à ça… Ora dans toute sa splendeur. Emily rougit, ouvre la bouche, incapable de répondre. Ora reprend à sa place.

« De surprise bien sûr… »

Emily marmonne ces quelques mots entre ses dents, pour elle-même. Son regard est de nouveau tourné vers le sol et elle essaye de reprendre un peu de contenance. Tout passe par le souffle, par la respiration. Il faut qu’elle calme son cœur qui s’affole, qu’elle reprenne le dessus. Ce n’est rien après tout, Ora est l’amie de Kezabel et la sienne, elle sait pour leur relation et ce qui s’est passé à Poudlard n’est que du passé. Un souvenir, agréable certes, mais rien qu’un souvenir. Emily relève la tête. Terrible erreur. Son regard croise celui d’Ora, elle aurait dû voir la bombe venir. Il y avait quelque chose dans le regard pétillant de la jeune femme qui l’annonçait. Pourtant, elle se prend la bourrasque en pleine tête.

« Euh.. Je… Enfin… »

Les mots se perdent, elle a presque l’impression de voir flou tant elle est prise de cours. Et Ora se met à rire. Emily rougit d’avantage, elle se sent encore plus idiote. Non mais franchement, pourquoi est-ce qu’elle n’avait pas pu se contenter de sourire, de rire et de passer à autre chose ? Pourquoi est-ce qu’elle se sentait aussi mal à l’aise ? Ora se décale et c’est presque par automatisme qu’Emily s’engouffre dans le domicile. Elle avance jusque dans le salon et pose son sac sur le sol.

« Kezabel n’est pas là ? »

Reprendre sur les classiques, essayer de retrouver un teint avec une couleur à peu près normale. La question est stupide, il semblerait bien que sa petite-amie ne soit pas dans la maison, sinon elle se serait manifestée, du moins, elle l’aurait espéré. Emily laisse son regard se perdre quelques instants dans la pièce, comme si elle la découvrait pour la première fois. En réalité, cela fait un moment déjà qu’elle vient ici mais soit. C’est un moyen pour elle de reprendre le dessus, d’essayer de se contenir. Ses joues perdent un peu de leur couleur et elle arrive finalement à poser son regard sur Ora.

« Quoi d’neuf depuis tout ce temps ? »

Emily sourit alors doucement. Elle est loin d’être encore complètement à l’aise et s’applique à ne pas rester à fixer Ora trop longtemps. Mais elle est vraiment intéressée de savoir comment elle se porte, ce qui a pu changer dans sa vie ces derniers temps. Leurs chemins se sont séparés un temps, Emily n’arrive même plus trop à savoir comment. Ce qu’il s’était passé pour qu’elles s’éloignent et ne partagent plus de moments ensemble. Et si elle ne regrette pas, si Kezabel est la seule dans son esprit désormais elle s’intéresse vraiment à ce que la jeune femme est devenue. Et bien que son côté polisson lui ait coûté cher, elle admet être heureuse de la revoir.

« A part que t’aimes toujours autant me faire ressembler à une pivoine. »

Cette fois, le ton est un peu plus assuré. Emily esquissa même un léger sourire en coin. Elle se sent encore fébrile mais c’est la bonne humeur qui prend le dessus. Tout ça n’est pas si anormal que ça, simplement cocasse. Elle a avancé depuis tout ce temps, elle a repris le contrôle sur sa vie et elle veut que cela passe aussi par des détails comme celui-ci. Etre capable de prendre du recul, de prendre les choses avec dérisions et ne plus se sentir terrifiée à chaque imprévu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 157
Date d'inscription : 02/11/2017
Crédits : Moi



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: We were dancers in the rain [Ora]   Ven 20 Juil 2018 - 11:31

We were dancers in the rain
Emily & Ora


J’vois bien que je la fous mal à l’aise et ça m’amuse. C’est pas cool pour elle, je l’avoue mais la tentation est trop forte de la faire un peu chier avec cette histoire même s’il est évident qu’elle et moi sommes passé à autre chose. J’ai Jules dans ma vie, je vis un véritable bonheur au quotidien et malgré tout ce à quoi j’aurai pensé, Cosima m’apporte un véritable bonheur supplémentaire.
Quand à Emily, de ce que j’ai compris, c’est le big love avec Keza, elles sont toutes les deux sur la même longueur d’onde, semble parfaitement s’entende et j’en suis heureuse pour elles deux.

- Kezabel n’est pas là ?
- Nop, elle avait un truc à faire. Je pense qu’elle ne devrait pas tarder.

En vérité, elle devrait déjà être rentrée mais je ne m’inquiète pas outre mesure. Ca ne fait pas si longtemps que ça qu’elle est partie, quelque chose à dû la retarder sur le chemin. En attendant, je m’occupe de son hôte, la fait entrer à l’intérieur et la dirige vers le salon où je l’invite à s’assoir d’un geste de la main.

- Quoi d’neuf depuis tout ce temps ? A part que t’aimes toujours autant me faire ressembler à une pivoine.

J’éclate de rire face à sa remarque que je ne peux même pas contredire tant elle est vraie.

- Ca restera un de mes passes temps favoris, tu le sais très bien et il faut que tu t’y attende puisqu’on sera visiblement amener à se croiser régulièrement.

Je n’dis pas que je suis toujours fourré ici mais il m’arrive souvent de venir rendre visite à ma meilleure amie d’enfance et au reste de la famille. D’autant plus que lorsqu’il y aura de gros évènements type anniversaire ou mariage, il y a 90% de chance pour que je vois Emily au bras de Keza. Bref, tout ça pour dire qu’effectivement nous serons amenées à nous revoir un paquet de fois. Et qui dit retrouvailles dis autant d’occasion de la faire chier !
Je viens m’affaler à l’opposée d’elle sur le canapé et me met de biais pour mieux la regarder.
On dirait le conte du p’tit chaperon rouge cette histoire…

- Alors quoi de neuf… bah pas mal de chose ! Je continue mes petites aventures et expériences en biologie et en botanique. J’ai eu la chance d’explorer quelques territoires hypers intéressants et de faire de belles rencontres. Je fais tranquillement mon petit bonhomme de chemin comme on dit. Et à côté, j’fais du mannequinat.

Soit elle va rire, soit elle va ouvrir des yeux ronds comme des soucoupes. Sauf si Keza lui en a déjà parlé chose qui ne m’étonnerait qu’à moitié.

- Ta meuf a certainement dû t’en toucher deux mots mais un type m’a abordé dans la rue, j’ai fait quelques tests, ça a bien prit et j’me suis dit pourquoi pas ? J’avais besoin d’argent pour les soins de mon frère parce que, ok, la sécu sa rembourse pas mal de truc mais pour d’autres, beaucoup moins. Je lâche un rire bref avant de poursuivre. Bref, ça a commencé par la lingerie, puis du maquillage et maintenant j’fais un peu de tout. Des fringues, tout ça.

Et putain, ça paie bien. Bon, en même temps j’ai eu de la chance, genre une bonne étoile posée sur l’épaule qui a suffisamment briller pour attirer l’œil de Georges, celui qui m’a foutu un pied là-dedans. C’est ni tout rose, ni tous les jours faciles mais j’crache pas dans la soupe, pas quand ça me permet d’avoir enfin une vie tranquille.

- Au fait, tu veux boire un truc ? Café ? Soda ? Bière ?

J’attends sa réponse et me dirige vers la cuisine où je chope sa boisson et une bière pour moi que je décapsule en cours de route, pour revenir m’échouer sur ce canapé.

- Bon et toi alors ! Quoi de neuf ? Ca roule avec Keza ?
code by bat'phanie


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3146
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins / Bethany M. Gatling



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: We were dancers in the rain [Ora]   Ven 20 Juil 2018 - 21:35

Amenées à se croiser régulièrement ? Oui c’est sans nul doute vrai. Et si Ora a le don pour la faire se sentir aussi nul qu’une collégienne en mal d’amour, cela lui fait plaisir. Cette fille est extraordinaire, simple, naturelle et libérée, l’avoir dans son entourage est positif pour Emily. Du moment que Kezabel ne vit pas cela mal, cela lui convient parfaitement. Alors Emily sourit sincèrement à sa remarque tout en s’asseyant sur le canapé. C’est étrange d’être ainsi invitée à prendre ses aises chez sa petite amie alors qu’elle n’est pas là et que c’est son amie qui semble tenir la maison… Mais soit, ce n’était pas non plus comme si elle était adepte des traditions ou des bonnes vieilles bonnes manières tenant plus souvent de l’hypocrisie. Alors Ems pose ses fesses sur ce canapé tout en demandant des nouvelles de de son amie retrouvée. Ora se laisse tomber avec toujours autant de décontraction ce qui amuse Ems. Elle se concentre cependant plutôt sur ce qu’elle dit que sur ce qu’elle fait. Elle lui parle de biologie et de botanique, ses passions. Emily hoche la tête avec un sourire. C’est une bonne nouvelle. Mais il n’y a pas que ça. Ora évoque alors le mannequinat et un sourire espiègle s’affiche sur le visage de la métisse.

« J’me demandais si t’allais en parler ! »

Oui, sa meuf comme Ora le disait si bien lui en avait parlé. Emily sourit avant d’afficher un air sincèrement désolé quand elle parle de son frère. C’était une vilaine histoire et savoir qu’il s’en était tiré lui apportait un véritable soulagement. Mais pas la peine de se concentrer sur le négatif et Emily sourit de plus belle alors qu’Ora donne un peu plus de précisions sur sa nouvelle occupation.

« De la lingerie, comme par hasard ! »

Et sans aucun scrupule, Emily éclate finalement de rire. Y’a pas à dire, Ora a largement les atouts pour faire mannequin dans la lingerie. C’est une femme magnifique avec du charme, du chien comme on dit. Mais cela colle aussi tellement bien avec son côté coquin qu’Ems ne peut s’empêcher de rire en l’imaginant face au photographe. Elle ne calme d’ailleurs son hilarité que lorsqu’Ora, qui tient définitivement le rôle d’hôtesse, lui propose un rafraichissement.

« Si tu prends une bière alors j’en veux bien une aussi. Sinon de l’eau ça ira très bien ! »

Bah oui, Emily n’en oublie pas non plus complètement qu’elle est chez Kezabel et ne veut en aucun cas passer pour une pochtronne… Enfin, Ora revient finalement avec deux bières ce qui la rassure. Emily la remercie en la réceptionnant et tend sa bouteille vers son amie pour trinquer d’un geste rapide, un sourire à la fois amusé et plein de douceur flottant sur ses lèvres. Emily boit une mince gorgée avant d’entreprendre de répondre à Ora.

« Et bien… Je suis en collocation avec Cameron, t’sais mon frangin. »

Emily ne s’embêtait plus depuis longtemps à ajouter une précision sur le fait que Cameron n’était pas son frère de sang. Quelle importance ? A ses yeux il était son frère, il était sa famille et qu’importe que cela ne soit pas selon les mêmes canons que les autres. Enfin bref.

« Et j’ai commencé à bosser dans une brasserie en tant que serveuse. Je travaille en semaine et majoritairement les matins et les midis. C’est chouette, en général le courant passe bien avec les clients alors j’me plains pas. »

Et sur le long terme ? Emily avait encore un peu de mal à se projeter. Pour le moment, elle se contentait de prendre ses marques dans cette nouvelle vie, dans ce nouveau monde. Elle réapprenait à vivre avec simplicité et au fur et à mesure, peut-être, arriverait-elle à se dessiner un avenir avec plus de sérénité.

« Et avec Keza… Oui je vois ton petit sourire, te cache pas derrière ta bière ! »

Emily rit alors doucement.

« Tout se passe très bien. J’me sens bien avec elle. C’est simple. »

Elle est un peu niaise quand elle parle de Kezabel et elle le sait. Mais bordel, pour une fois qu’elle peut dire qu’elle est pleinement heureuse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 157
Date d'inscription : 02/11/2017
Crédits : Moi



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: We were dancers in the rain [Ora]   Ven 10 Aoû 2018 - 11:16

We were dancers in the rain
Emily & Ora


- Et bien… Je suis en collocation avec Cameron, t’sais mon frangin.

Oui son frangin, je vois qui c’est même si je n’ai pas eu réellement l’occasion de me taper la discussion avec. Par contre, j’ai eu l’occasion de me prendre une branlée au basket par lui et de lui en foutre une en retour. En tout bien tout honneur, amour et eau fraiche, bien évidemment. Je l’aime bien ce type, il a l’air calme. Je suis sûre que c’est typiquement le genre de mec qui vous apaise avec une petite discussion tranquille.

-  Et j’ai commencé à bosser dans une brasserie en tant que serveuse. Je travaille en semaine et majoritairement les matins et les midis. C’est chouette, en général le courant passe bien avec les clients alors j’me plains pas.
- C’est pas étonnant.

Ouais, sortie comme ça, ça pourrait être mal interprété.

- Que tu t’entendes bien avec les clients j’veux dire. T’as toujours eu un bon feeling avec les gens, t’as typiquement le genre d’aura qu’on a envie d’aborder et avec qui on a envie de discuter.

Je lui sors ça le plus naturellement du monde, comme à peu près tout ce que je peux raconter avec une sincérité qui n’est pas surjouée. Bien au contraire. Emily est comme ça, elle a ce petit truc qui vous pousse vers elle, qui vous donne envie d’avoir une discussion animée ou non avec elle, pour tout et n’importe quoi. Et en un sens, l’idée que Keza puisse sortir avec une nana comme elle me fait plaisir. Je ne dirais pas que ça me rassure parce que je ne veux pas jouer la nana qui stalk et qui filtre ses relations… mais avec ce qu’elle en a bavée, elle mérite bien un peu de bonheur bordel. Et la douceur et la vivacité d’Emily, c’est exactement ce qu’il lui faut.
Et inversement, visiblement.

-  Et avec Keza… Oui je vois ton petit sourire, te cache pas derrière ta bière !

Et regardez moi ce petit air attendri, ce rire léger… Je ne vais certainement pas me cacher de ce bon plaisir que j’ai à la voir sur un nuage.

- Tout se passe très bien. J’me sens bien avec elle. C’est simple.

C’est plus fort que moi, un ricanement m’échappe derrière le goulot de ma bouteille et ça n’a strictement rien de méchant. Loin de là. C’est juste… gentiment moqueur dans le sens où je la trouve toute mignonne là, comme ça, à me donner l’impression qu’elle rêvasse de sa petite amie en prononçant simplement son prénom. Avec tout ce qu’il s’est passé, ça fait du bien de voir des gens heureux. Sincèrement heureux. Du genre qui ne se prennent pas la tête, qui vivent leur amour sans réfléchir, sans penser à rien d’autre que le bonheur qu’ils se procurent.
Ceci dit, j’me fous de sa gueule mais parfois avec Jules, je n’suis pas mieux.

- Qu’est-ce que t’es mignonne quand tu parles d’elle, t’es presque entrain de rougiiiir…

Ora, 24 ans et 10 d’âge mental.
Ca vaaaa, je ne vais pas louper l’occasion de la charrier un peu.

- Je suis contente que vous vous soyez trouver toutes les deux. Elle m’a l’air pas mal épanouie de son côté aussi. Je lui adresse un coup d’œil amusé. Si ça peut te rassurer, elle a l’air aussi dans les nuages que toi quand elle me raconte un truc que vous avez fait ensemble. On dirait deux adolescentes de 14 ans au collège.

Non je ne m’arrête jamais de les emmerder. Ou d’emmerder mon monde tout court d’ailleurs.
Je bois une nouvelle gorgée de bière avant de poursuivre, bien plus sérieuse d’un coup.

- Par contre, j’te préviens… tu lui fais du mal, je m’occupe personnellement de toi. Compris ? Et crois-moi tu t’en souviendras. Si je te laisse de quoi te souvenir…

Et mon regard se fait plus froid, plus intense. Du genre : J’blague pas là en fait, j’te démonte comme un légo en pièce détachée pour en jeter chaque morceau dans la tamise et qu’on ne te retrouve jamais. OKAY ?
Ma voix est intransigeante, implacable… Jusqu’à ce que j’éclate de rire face à la tête qu’elle tire.
Putain, j’me fatigue mais pour le moment, j’me fais rire.

- HAHA ! Tu devrais voir ta têêête ! Pourquoi j’ai pas filmé ça !
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: We were dancers in the rain [Ora]   

Revenir en haut Aller en bas
 
We were dancers in the rain [Ora]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche de Rain Maniko
» MILLA ♣ set fire to the rain
» Présentation de Blue Rain
» Heavy Rain [mission]
» Jonhatan Cullen, cavalier de Sunny Rain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Londres :: Ouest de Londres-
Sauter vers: