AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un conseil ne coûte rien, mais il peut rapporter beaucoup - Kezabel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 167
Date d'inscription : 13/04/2018
Crédits : Lysz/ante mortem de bazz'; & gifs de tumblr
Double Compte : Connor



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4299-warren-will-the-world-remember
MessageSujet: Un conseil ne coûte rien, mais il peut rapporter beaucoup - Kezabel   Dim 17 Juin 2018 - 20:16

Mercredi 16 septembre 2015, dans l’après-midi :

Il tournait en rond depuis le début de la matinée chez lui, il avait commencé par faire les cent pas dans sa chambre, mais cela avait un peu trop excité son « gros » -enfin plutôt grand- chien qui essayait de dormir, allongé de tout son long sur le lit, prenant d’ailleurs quasiment toute la place dans ce dernier. L’animal, le regardait en remuant la queue, et Warren sentit rapidement que l’animal avait besoin de jouer ou aller de faire une balade, ce n’était pas stupide, autant allier utile à l’agréable, marcher dans les rues du quartier sorcier lui ferait peut-être du bien –ou pas-. Jugeant que son chien n’avait pas besoin de laisse vu qu’il lui obéissait généralement plutôt bien –au pire il irait mordre le derrière de Mily vu qu’il ne l’aimait pas-, il ouvrit la porte et le siffla, l’invitant ainsi à le suivre.

Il avait eu beau marcher une bonne heure, il n’arrivait toujours pas à calmer ses angoisses. Il ressassait encore et toujours ce qui s’était passé quelques jours auparavant, n’arrivant pas à passer à autre chose. Il aurait voulu que les choses soient aussi simples que lui avait dit Caitlyn « que ce qu’il avait fait ne voulait rien dire », mais il n’en était pas aussi certain qu’elle. Elle ne connaissait pas ses parents, sa famille en général, l’influence mentale qu’ils pouvaient avoir même si cela ne se voyait pas forcément au premier abord. Il avait beau avoir des principes, il avait l’impression de les avoir en parti trahi ce jour-là. Sauver Mily au lieu d’innocents, de gamins de premières ou deuxièmes années était n’importe quoi, et il s’en voulait. Certes, il avait quand même peut-être sauver sa « femme » - et leur enfant, si c’était bien son gosse qu’elle portait- mais cela ne lui apportait aucune satisfaction, au contraire il n’arrivait pas à comprendre ce geste à ce moment critique. Et pourtant, c’est bien ce que l’on dit, c’est dans ce genre de sauver que les vraies natures sont révélées : il avait préféré sauver quelqu’un qu’il ne supportait pas, quelqu’un qui aurait été bien traité par les supérieurs et retourner chez lui, plutôt que de se battre, de sauver d’aider de réels innocents. Quel genre de type ça faisait de lui ? Pas quelqu’un de si bien qu’il l’aurait, quelqu’un au final toujours assez endoctriner, pour penser famille, pour sauver ses intérêts d’une certaine manière… quelqu’un qui ressemblait un peu trop au modèle familial à son goût… Et cela remettait en question son possible avenir d’Auror, pour peu qu’il en existe toujours lors qu’il serait en âge de le devenir, cela remettait en question une possible participation à une implication dans une Résistance… et s’il les trahissait ?! S’il devenait comme le reste de sa famille, petit à petit que la « gangrène » le reprenne. Cela lui donnait juste envie de vomir, des nausées.

La promenade finie, il ramena le chien dans le jardin familial mais décida de ne pas rentrer, il avait besoin de parler à quelqu’un et il avait déjà sa petite idée sur la personne. Le souci, c’est la personne en question était Kezabel et qu’il fallait absolument que Mily ignore qu’il allait la voir. Qui sait ce que pourrait imaginer sa femme et faire subir à la pauvre ex-poufsouffle. Certes, il avait confiance en Keza pour pouvoir se défendre correctement mais quand même … il préférait éviter tout incident de ce genre. Il alla donc frapper chez elle –enfin chez ses parents-, avec son plus beau sourire. A cette heure-là, elle devait être seule et la connaissant elle devait même chercher un petit logement pour qu’ils puissent habiter ensemble – cette idée était aussi effrayante que dégoutante-. Il inspira, ferma les yeux et essaya de ne pas penser à cela pour l’instant un souci à la fois. Lorsqu’elle lui ouvrit, il lui glissa doucement :

- Ce soir je te réserve une petite surprise… mais il faut que tu me promettes de ne pas me suivre, ça serait dommage qu’elle soit gâchée… toi qui adore les surprises.

Il s’enfonçait lui-même par ce qu’il allait devoir trouver un truc à faire avec elle, mais c’était peu cher payé pour avoir un minimum de tranquillité et vu qu’il essayait d’être un peu plus agréable avec elle vu qu’ils passaient beaucoup plus de temps ensemble –à son plus grand désarroi-, cette petite astuce devrait marcher correctement. Mily aimait les surprises et était comme les princesses… alors, elle ne le suivrait pas. Probablement. Il l’espérait. Par Merlin, faite que ce soit là une bonne idée ! Elle acquiesça et après un truc qui était censé être un baiser mais qui au final fut surtout un effleurement de lèvres, il partit rapidement sans demander son reste.

Il s’était ensuite dépêché de se rendre jusqu’à chez Kezabel, au retour il irait… soit trouver un restaurant, une robe, un boursouflet pour faire la dite-surprise et tout irait probablement bien dans le meilleur des mondes. Arrivé devant chez la jeune femme, il fut assez surpris de voir une ribambelle de gamins –enfin pardon d’adolescents- courir un peu partout. Il haussa un sourcil perplexe, se demandant s’il ne s’était pas trompé mais pourtant il était certain d’être à la bonne adresse… il n’y avait plus qu’à entrer dans le jardin, frappé à la porte et voir. Il parait qu’il n’était pas trop mauvais pour improviser !
Il alla donc frapper plusieurs coups espérant que la jeune femme était-là et surtout qu’elle allait bien ! Qu’est-ce qu’il allait lui dire pour expliquer sa venue, ça, il n’en savait rien, il aviserait bien suivant la situation. Il avait besoin d’un avis neutre, de quelqu’un qui au final l’avait assez côtoyé et était assez franche pour pouvoir lui répondre avec certitude. Cassie le connaissait beaucoup mieux, mais ils étaient beaucoup trop proches. Et la porte s’ouvrit, un léger sourire s’afficha automatiquement sur ses lèvres.

- Salut Kezabel ! J’espère que ma visite à l’improviste ne te dérange pas… sinon, je peux repasser plus tard.

Avant de lui demander comment elle allait ou autre, il préférait s’assurer qu’elle était disponible pour une possible discussion.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2469
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Un conseil ne coûte rien, mais il peut rapporter beaucoup - Kezabel   Jeu 5 Juil 2018 - 17:09

Un conseil ne coûte rien, mais il peut rapporter beaucoup
Warren & Kezabel


■ Dimanche 13 Septembre ▬ aux alentours de minuit ■

Mes yeux me brûlent de fatigue mais également de lassitude. J’ai le moral en berne, les épaules lourdes, le pas trainant. Je rentre sans un bruit à la maison, ferme en douceur la porte d’entrée avant de me diriger vers ma chambre, grimpant lourdement les escaliers. Je retrouve enfin ma chambre où les nerfs lâchent presque aussitôt.
Rester droite, garder l’espoir qu’il ne soit pas mort, qu’il reviendra, qu’on le retrouvera. Et je dois l’admettre, plus les jours et les heures passent, plus il devient compliqué de garder courage. Pourtant, je ne lâche rien. Je refuse catégoriquement de baisser les bras et s’il faut que les recherches durent encore trois semaines supplémentaires, je le ferais.
J’admire la force d’Ismaelle, celle qu’elle met en œuvre chaque jour et/ou chaque soir pour retrouver celui qu’elle considère bien plus qu’un élève. Et si je me refuse de lâcher prise c’est aussi pour tous ces efforts à elle. Comme si je me devais de garder la tête droite pour tout ça. Il doit être en vie, quelque part. Il ne peut en être autrement.

Je me débarrasse mollement de mes vêtements et les balance dans la panière de linge sale avant d’enfiler un tee-shirt et un short de pyjama et de me glisser sous la couette sachant pertinemment que malgré cette fatigue écrasante, je ne réussirais pas à fermer l’œil. En position du fœtus, mes yeux restent ouverts avec l’impression d’avoir encore des kilomètres de forêt qui défile devant moi. Enzo me manque cruellement mais pire encore, je redoute la finalité. Je redoute de recevoir la visite d’Ismaëlle venue m’annoncer le pire. Mon cœur s’emballe, l’inquiétude s’étend et j’inspire profondément dans l’unique but de retrouver ce même calme qui me tient debout lors des recherches, pour ne pas me mettre subitement à pleurer d’inquiétude et de frustration de n’avoir aucune piste.

Regard dans le vide, ce dernier finit par se poser sur ma table de chevet où règne encore et toujours ce même coquillage offert par Enzo il y a un petit temps maintenant. J’y colle mon oreille, ferme les yeux et inspire de nouveau, trouvant ne ce simple geste une légère sensation de réconfort. Cet objet me ramène inévitablement à lui, à ce qu’il aime, ce qu’il est. Après ça vient la tristesse. Lourde. Profonde. De celle qui vous donne la sensation qu’un coup de poignard a été placé entre vos côtes. Un vide se creuse, s’étend et alourdit les émotions déjà imbibée.
Une première larme coule. Suivit de plusieurs autres.

Tiens bon, nous te retrouverons. Quoi qu’il arrive.


#


■ Mercredi 16 Septembre ▬ Après-midi ■

Alterner entre la garde et la « vie de famille » est tout un art. J’ai l’impression d’avoir deux visages, deux facettes. La Kezabel patiente et tranquille qui s’entraine chaque jour physiquement et mentalement pour son entrée à l’armée parce que non, l’idée ne m’a pas quittée. Celle qui donc passe des heures à discuter avec son frère pour rattraper le temps perdu, des nuits et des journées avec sa petite-amie pour sentir ce lien toujours plus se renforcer mais aussi renouer avec sa meilleure amie, celle qu’elle a cru ne plus jamais revoir.
Et la Kezabel acharnée, déterminée, une véritable guerrière que je n’aurais jamais soupçonnée auparavant, suivant assidûment les instructions qui lui sont donnés et qui, sans en prendre conscience, cherche dans le regard de Tara cette étincelle qu’elle a déjà perçue auparavant.

Mais aujourd’hui, je suis loin du stress, de la pression et des conspirations … pas de terre séchée sur les vêtements, pas de cœur qui bat la chamade, pas de sueur qui vous collent des mèches de cheveux sur le front.
Mais plutôt de la pâte à cookie plein les doigts, du chocolat jusqu’aux coudes… parce que bordel, préparer l’anniversaire de son cousin, c’est sportif.

- Ophélia ! Arrête d’ennuyer ton frère !
- Elle veut me couper les cheveuuuuuuux !
- Parce que t’as fait la même chose à ma poupée Rebelle !
- C’parce qu’elle est moche !
- C’toi le moche !
- Eh ! Stop ! Je les intercepte dans leur course infernale autour de la table de préparation gâteau qui ressemble à Tchernobyl sur Cookie Land et les tiens tous les deux par les épaules. Ophélia 9 ans, Gabriel 7 ans. Deux petits cousins que je n’avais pas vu depuis une éternité du côté de ma mère. Si vous n’arrêtez pas tout de suite tous les deux, vous êtes privés de cookies, compris ? Vous êtes censés veiller l’un sur l’autre, pas de vous disputez.

Ce qui est une demi-vérité… Ou plutôt, un demi-mensonge. Toute fratrie qui se respecte à son lot de dispute.

- Et si vous tenez tant à faire des bêtises, faite les ensembles sur Adam.

Un clin d’œil et le sourire revient sur leur bouille de gamins, ravis d’avoir une autorisation claire d’aller emmerder le cousin. Ils acquiescent, repartent au pas de courses et une bonne dizaine de minutes après, c’est Adam que j’entends gueuler, râler alors que j’enfourne mes cookies, large sourire aux lèvres.
Les gamins cours, les ados se font un jeu à l’extérieur dont mon cousin Alex, la vedette de cette journée que je croise régulièrement et que je réceptionne entre deux parties dans mes bras. Ça faisait un moment que l’on ne s’était pas vu. Un an. Peut-être deux. Quoi qu’il en soit, il semble s’éclater comme pas permis avec ses potes et sa famille.

- Kezaaaa y a quelqu’un qui frappe à la poooorte !
- J’y vais Alex !

Il court pour voir si ça n’est pas un autre invité surprise mais je le dépasse en le poussant dans le canapé – en trichant oui – pour prendre les devants alors qu’il cri à l’injustice. Je suis déjà devant la porte que j’ouvre sans me douter un seul instant du visiteur.

- Salut Kezabel ! J’espère que ma visite à l’improviste ne te dérange pas… sinon, je peux repasser plus tard.
- Hey ! Geste spontané et irréfléchi, je prends Warren dans mes bras, mon tee-shirt barbouillé de pâte, de chocolat, de farine, sans me soucier si je le tâche ou non, trop heureuse de le voir débarquer ici. Ne dis pas de connerie, tu me déranges jamais. Entre.

Je lui laisse la place pour qu’il entre dans le couloir de l’entrée et ferme la porte derrière lui. Mon cousin est là, les mains dans les poches à regarder Warren de la tête aux pieds, un sourire espiègle sur le visage.

- Warren, voici mon cousin Alex. C’est son anniversaire, d’où tout ce foutoir désolé.
- ‘Lut !

Mains serrées en guise de salut, je dirige Warren vers l’escalier.

- Tu connais le chemin jusqu’à la chambre, j’arrive. Juste le temps de prévenir les parents.

Il s’éclipse, grimpe les escaliers…

- T’as même pas dit que t’avais un copain !
- Si, si, on va même vivre ensemble d’ailleurs.

Il marche dedans, ouvre la bouche en grand genre « Quoiiiiii pourquoi j’suis jamais au courant de rien ». Je ricane, pars prévenir mon père de cette petite visite à l’improviste pour ensuite rejoindre Warren qui se trouve là, au milieux de ma chambre.

- Désolée, mauvais timing mais c’est bon. Je viens m’affaler dans mon fauteuil de bureau, tourner vers mon ami pour l’inviter lui-même à s’assoir sur le lit. Je suis contente de te voir. Ca va ? C’est quoi l’excuse aujourd’hui pour réussir à venir ici sans que l’on se fasse empoisonner à notre insu ?

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 167
Date d'inscription : 13/04/2018
Crédits : Lysz/ante mortem de bazz'; & gifs de tumblr
Double Compte : Connor



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4299-warren-will-the-world-remember
MessageSujet: Re: Un conseil ne coûte rien, mais il peut rapporter beaucoup - Kezabel   Sam 7 Juil 2018 - 19:15

Il ne faisait que se demander s’il faisait bien de venir par ici, s’il n’était pas en train de faire une grosse bêtise ; Keza avait probablement d’autres chats à fouetter que d’entendre ses « problèmes » que d’essayer de le rassurer… mais il avait besoin d’un avis, un réel avis neutre et même s’il avait bien entendu ce que lui avait dit Caitlyn, cette dernière avait peut-être voulu être « gentille », et puis, forcément, par rapport à Connor qu’elle côtoyait tous les jours, c’était une petite crème. Non, il lui fallait quelqu’un qui sache faire la part des choses, quelqu’un qui le connaissait assez bien, quelqu’un qui lui dirait les choses franchement quitte à le blesser. Et l’ex préfete des Jaunes était probablement la meilleure des personnes pour le juger. Ou pas, peut-être qu’il se trompait totalement mais tant pis, il préférait tenter avec elle qu’avec quelqu’un d’autres, voire pas du tout. Elle était comme une «dernière »chance d’y voir plus clair en lui. Alors, lorsqu’il arriva chez elle et qu’il vit tous ces gamins, il fut perplexe, un peu perdu et eut envie de marcher arrière, mais c’est probablement son obstination qui le fit rester, et sonner. Après tout, au pire elle l’enverrait bouler, ça ne serait pas trop grave, car oui, pour lui ne pas obtenir de réponse serait plus dur qu’elle lui dise qu’au final il était comme le reste de sa famille ! Il n’y avait plus qu’à espérer que ce soit elle qui ouvre la porte, si elle était maquée et qu’il tombait sur son mec, il doutait que l’homme apprécie que lui arrive comme ça, la bouche en cœur. Bon d’accord, tout le monde n’était pas forcément jaloux et possessif mais quand même, lorsqu’on avait la chance d’être avec quelqu’un d’aussi formidable qu’elle, il comprenait si on faisait attention ! Miracle merveilleux, c’est elle qu’il aperçut une fois la porte ouverte et soudain, angoisse et doutes reprirent le dessus, il ne voulait surtout pas la déranger et c’est probablement pour cela qu’il essaya d’y aller en « douceur ». Quelques instants plus tard, elle prit dans les bras qu’elle était tachée de divers aliments, il aurait pu avoir un mouvement de recul, mais il la serra également dans ses bras, heureux qu’elle prenne sa visite de la sorte.

- Merci souffla –t-il en entrant dans la maison. En tout cas, je crois pouvoir dire sans trop me tromper que tu cuisinais et ça semblait avoir un rapport avec le chocolat. J’suis pas trop fort ? Il eut un petit rire avant de faire un petit signe de main à Alex B’jour, bon anniv’ ! Ca te fait quel âge ?

Bah quoi ? Il n’y a qu’aux dames qu’on ne demande pas leur âge, n’est-ce pas ?! Et puis, il avait toujours était de nature assez curieuse, alors bon ! Elle l’accompagna jusqu’aux escaliers et lui dit d’aller jusqu’à la chambre, il acquiesça doucement et monta rapidement les marches pour se diriger vers la chambre de la jeune femme. Et par Merlin, voilà qu’il se demandait maintenant comment est-ce qu’il allait aborder tout ce qu’il avait sur le cœur ? N’osant pas s’asseoir sans son accord, il resta debout, les mains dans les poches, en attendant sagement qu’elle arrive.

- Désolée, mauvais timing mais c’est bon. Je suis contente de te voir. Ca va ? C’est quoi l’excuse aujourd’hui pour réussir à venir ici sans que l’on se fasse empoisonner à notre insu ?

Après l’invitation de la jeune femme, il alla s’installer sur son lit et eut un petit rire mi amusé, mi-jaune.

- T’inquiètes, je lui ai is que je lui réservais une surprise pour ce soir, et donc qu’elle ne devait pas me suivre pour ne pas la gâcher et comme elle adore les surprises, j’suis à peu près sûr de mon coup, il ne me restera plus qu’à trouver la surprise en question, un petit restau’ fera peut-être l’affaire, ou un bijou, je verrai tout à l’heure. Il lui fit un petit clin d’œil. Tu n’auras pas à surveiller tout ce que tu manges et si tu te fais suivre ! ET ça va … enfin disons que vu le contexte, ça va plutôt bien, et toi ? Tu as l’air assez…en forme, et ça me fait super plaisir de te voir ! Il se passa une main dans les cheveux un peu gêné avant d’enchainer Je n’aime pas venir à l’improviste, mais j’ai besoin de toi… enfin, disons de ton avis. Je veux vraiment savoir ce que tu penses, même si tu sais que ça pourra être blessant pour moi. Ca te va ? T’inquiètes, je t’ennuierai pas longtemps avec ça et après tu me raconteras, ce que tu fais de ta vie ?

Il ne voulait pas l’obliger à quoi que ce soit. Il se racla la gorge avant de reprendre finalement rapidement la parole :

- Tu es en plein anniversaire, je peux revenir un autre jour, si tu veux, je ne voudrais pas te gâcher la fête !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2469
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Un conseil ne coûte rien, mais il peut rapporter beaucoup - Kezabel   Jeu 19 Juil 2018 - 23:11

Un conseil ne coûte rien, mais il peut rapporter beaucoup
Warren & Kezabel

J’ai l’impression que ça fait une éternité que je ne l’ai pas vu et c’est peut-être le cas d’ailleurs. Mais je suis heureuse de retrouver Warren ici. L’été n’a pas été sans visite de sa part, de la mienne – bon pas chez lui, évidemment… mais dans des lieux neutres sans que sa femme ne soit au courant – mais aussi d’entrainement, histoire de continuer dans les bonnes vieilles habitudes. J’ai tissé un lien avec Warren auquel je ne m’attendais pas, une sincère amitié avec de même ambitions et il est bon de savoir que je peux compter sur quelqu’un comme lui.

Assise sur ma chaise de bureau, je lui fais face, lui demande si lui et moi risquons la mort ou s’il a prit, comme d’habitude, ses précautions. C’est dingue mais j’ai presque l’impression de vivre un rendez-vous extra-conjugal…

-  T’inquiètes, je lui ai is que je lui réservais une surprise pour ce soir, et donc qu’elle ne devait pas me suivre pour ne pas la gâcher et comme elle adore les surprises, j’suis à peu près sûr de mon coup, il ne me restera plus qu’à trouver la surprise en question, un petit restau’ fera peut-être l’affaire, ou un bijou, je verrai tout à l’heure.
- Mon pauvre Warren…

Et ça n’est ni moqueur, ni léger. C’est clairement sincère parce que oui, pauvre Warren, avec ces obligations stupides de sang-pur. Encore aujourd’hui, je ne sais toujours pas comment il peut se tirer de là mais j’espère pour lui qu’une échappatoire se présentera et qu’il ne gâchera pas sa vie malgré lui.

- Tu n’auras pas à surveiller tout ce que tu manges et si tu te fais suivre ! ET ça va … enfin disons que vu le contexte, ça va plutôt bien, et toi ? Tu as l’air assez…en forme, et ça me fait super plaisir de te voir !
- Moi aussi ça me fait plaisir de te revoir. J’ai l’impression que ça fait un petit moment que ça ne s’est pas présenté.

En même temps avec mon départ avorté à Poudlard, ma dispute avec Riley, nos retrouvailles et la garde… Disons que nous avons eu, lui et moi, un début de mois de Septembre assez mouvementé.

- Je n’aime pas venir à l’improviste, mais j’ai besoin de toi… enfin, disons de ton avis. Je veux vraiment savoir ce que tu penses, même si tu sais que ça pourra être blessant pour moi. Ca te va ? T’inquiètes, je t’ennuierai pas longtemps avec ça et après tu me raconteras, ce que tu fais de ta vie ? Tu es en plein anniversaire, je peux revenir un autre jour, si tu veux, je ne voudrais pas te gâcher la fête !

Je fronce les sourcils, surprise de tout ce qu’il me dit, qu’il me débite presque avec un air légèrement nerveux. Ça ne sont pas dans les habitudes de Warren. Ce type est plutôt du genre sûr de lui, qui sait ce qu’il veut et surtout, ce qu’il fait. Je m’inquiète, un peu, malgré tout. Je sais qu’il n’a pas la vie facile là-bas, tout comme il ne l’a pas eu à Poudlard avec ses antécédents familiaux… il faut dire que faire partie de la famille Tveit est déjà un lourd fardeau à porter.

- Non non t’inquiète, tu ne déranges pas. Les gâteaux sont prêts et crois moi qu’ils sont tellement occupés à se sauter dessus et à se batailler avec leur pistolet « nerf » qu’ils n’ont certainement pas remarquer mon absence.

Je lâche un rire suivit d’un sourire rassurant. Ca n’est même pas un mensonge… ce sont des ados, chaperonné par mon père et ma belle-mère, sans compter Adam. Autant dire que l’absence de la plus grande passera inaperçue dans tout ce bordel.

- Vas-y dis moi tout. Promis je serais la plus honnête que possible, tu sais très bien que je n’hésite jamais à te dire les choses. Tout comme toi d’ailleurs.

Sourire en coin. S’il y a bien une chose qui règne entre nous deux, c’est l’honnêteté. J’ai un truc à lui dire, je le lui dis sans détour et inversement. Warren ne mâche pas ses mots et c’est ce que j’apprécie chez lui. Même si ça ne fait pas toujours du bien, il faut l’admettre.
Bien installée dans mon fauteuil, j’attends qu’il se décide à me demander ce qui le travaille autant, l’encourageant d’un sourire.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 167
Date d'inscription : 13/04/2018
Crédits : Lysz/ante mortem de bazz'; & gifs de tumblr
Double Compte : Connor



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4299-warren-will-the-world-remember
MessageSujet: Re: Un conseil ne coûte rien, mais il peut rapporter beaucoup - Kezabel   Ven 27 Juil 2018 - 18:56

Point important numéro 1, lui indiquer qu’il avait pris de très grosses précautions cette fois sûr être certain que Mily ne le suivrait pas, il n’avait pas envie de lui faire une quelconque surprise et encore moins plaisir mais il était arrivé à un stade où il n’arrivait plus à avoir d’autres stratagèmes plus « simples » et surtout moins contraignants pour lui ! Elle sembla compatir et il haussa simplement les épaules en soupirant doucement :

- C’est comme ça on s’y fait, un jour j’arriverai peut-être à la supporter un minimum…

Ou pas, pour l’instant il en doutait sérieusement, mais il se disait qu’à la longue il verrait moins ses défauts par ce qu’il s’y serait habitué. De toute manière, il le savait depuis longtemps que sa situation risquait de finir de la sorte, alors bon. Comme à son habitude, il avait essayé de plaisanter un peu sur la situation histoire de se détresser.

- Moi aussi ça me fait plaisir de te revoir. J’ai l’impression que ça fait un petit moment que ça ne s’est pas présenté.
- Peut-être par ce que ça fait un moment que nous nous sommes pas vus ! Mais c’est vrai que ce n’est pas simple, et puis je n’ai pas vu le mois s’écouler.

Bon, maintenant que tout cela était dit, il ne devait plus tourner autour du pot, elle n’avait peut-être pas trop de temps à perdre, mais avant de se lancer réellement, il voulait être certain qu’elle lui dirait son réel ressenti… quitte à le blesser, et il vérifia une nouvelle fois qu’elle avait du temps à lui consacrer vu qu’elle était en pleine fête d’anniversaire, il pouvait toujours revenir un autre jour ! Il faudrait trouver une autre excuse, mais il n’était plus à ça près au final. Elle fronça les sourcils avant de reprendre la parole

- Non non t’inquiète, tu ne déranges pas. Les gâteaux sont prêts et crois moi qu’ils sont tellement occupés à se sauter dessus et à se batailler avec leur pistolet « nerf » qu’ils n’ont certainement pas remarquer mon absence.

Il ne savait pas exactement ce qu’était un pistolet « nerf » mais il se dit que ce n’était pas le moment de se poser ce genre de questions, et si elle  était certaine que son absence ne se verrait pas c’était probablement juste parfait, ils allaient pouvoir passer au sujet qui lui tenait à cœur.

- Vas-y dis moi tout. Promis je serais la plus honnête que possible, tu sais très bien que je n’hésite jamais à te dire les choses. Tout comme toi d’ailleurs.


Elle l’encouragea d’un sourire et il se passa une main dans les cheveux, cherchant comment commencer son discours. Il se racla la gorge avant de finalement se lancer :

-C’est… Le jour de l’attaque de Poudlard, je… j’ai aidé Mily. Elle était assommée et je ne sais pas pourquoi je me suis en tête que je devais la sortir de  là… Peut-être à cause du bébé… mais dans tous les cas elle n’aurait rien risqué avec les Supérieurs au pouvoir. J’ai préféré l’aider elle alors que j’ai laissé des gamins qui ne pouvaient pas se défendre seuls là-bas, qui sont à présent enfermés avec ces fous. Il se passa de nouveau une main dans les cheveux, plus nerveusement qu’autre chose et il ne tarda pas à reprendre la parole Et, je suis retourné chez mes parents avec elle. Je quitte un lieu où les Supérieurs allait prendre le pouvoir pour retourner chez des personnes qui pensent comme eux. Temps de silence assez court Alors malgré tout ma bonne volonté, je crois que je suis beaucoup endoctriné que je ne veux le croire et ça me travaille… Par ce qu’un jour ou l’autre ça veut dire que je pourrais retourner ma veste, ça veut dire qu’ils pourraient m’utiliser comme ils veulent… et que je finirai par blesser ou trahir des personnes à qui je tiens… comme toi, comme Cassie ou Caitlyn. Il soupira avant de continuer Je ne veux pas redevenir comme eux, je ne veux pas… mais maintenant qu’ils ont à nouveau gagné, mes parents, ma famille seront peut-être comment me parler, me manipuler, m’avoir pour arriver à leurs fins.

Twain trouvait ça stupide même s’il ne lui avait pas exposé comme ça, Cassie aussi ne semblait pas y croire, mais lui était persuadé du contraire. A force de vivre dans cette ambiance, sur leur joug, avec tant de contraintes, il était possible que peu ça peu ils l’aient à l’usure ou en le manipulant… Il eut un petit rire jaune avant d’ajouter, plus doucement cette fois.

- Tu dois trouver ça stupide…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2469
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Un conseil ne coûte rien, mais il peut rapporter beaucoup - Kezabel   Ven 10 Aoû 2018 - 17:24

Un conseil ne coûte rien, mais il peut rapporter beaucoup
Warren & Kezabel

Je promet de l’écouter attentivement et c’est le cas, je me cale dans mon siège, le regardant sagement et surtout, attendant patiemment qu’il réussisse à avouer ou me dire ce qui le travaille autant. Warren est un excellent ami pour qui je n’hésiterais pas à être présente. Ça n’a pas toujours été le cas au début mais les choses ont changées. Nous avons aussi changé.

- C’est… Le jour de l’attaque de Poudlard, je… j’ai aidé Mily. Elle était assommée et je ne sais pas pourquoi je me suis en tête que je devais la sortir de là… Peut-être à cause du bébé… mais dans tous les cas elle n’aurait rien risqué avec les Supérieurs au pouvoir. J’ai préféré l’aider elle alors que j’ai laissé des gamins qui ne pouvaient pas se défendre seuls là-bas, qui sont à présent enfermés avec ces fous.

Pas un mot ne franchit la barrière de mes lèvres, préférant le laisser s’exprimer sur tout ce qu’il a à dire sans l’interrompre, lui laissant l’occasion de vider son sac. Warren est quelqu’un de sûr de lui et de le voir si soudainement paumé me fait mal au cœur.

- Et, je suis retourné chez mes parents avec elle. Je quitte un lieu où les Supérieurs allait prendre le pouvoir pour retourner chez des personnes qui pensent comme eux. Alors malgré tout ma bonne volonté, je crois que je suis beaucoup endoctriné que je ne veux le croire et ça me travaille… Par ce qu’un jour ou l’autre ça veut dire que je pourrais retourner ma veste, ça veut dire qu’ils pourraient m’utiliser comme ils veulent… et que je finirai par blesser ou trahir des personnes à qui je tiens… comme toi, comme Cassie ou Caitlyn.

Je sais que la situation de Warren n’a rien de facile. Pas avec une femme aussi casse-couille que Milly, pas avec une famille aussi horrible que celle des Tveit. Et j’aimerais dire à Warren que je refuse à ce qu’il se dise des choses pareilles mais je ne peux pas me le permettre, pas maintenant parce qu’il a toutes les raisons de le penser. Il vit depuis le début dans un milieu où on lui sert que les moldus sont des pourries, au petit dej’, déjeuner et dîner. Mais même avec ça, Warren s’en sort plus que bien.

- Je ne veux pas redevenir comme eux, je ne veux pas… mais maintenant qu’ils ont à nouveau gagné, mes parents, ma famille seront peut-être comment me parler, me manipuler, m’avoir pour arriver à leurs fins. Tu dois trouver ça stupide…
- Tsss arrête moi tout de suite ces âneries. C’est pas stupide et tu ne l’es pas non plus.

Loin de là. C’est un homme intelligent, qui sait réfléchir par lui-même. La preuve.

- Tu as toutes les raisons de te poser ce genre de question Warren. Tu as été élevé là-dedans, tu es marié de force avec une nana que tu n’aimes pas pour des coutumes familiales qui datent de Merlin, tu es entouré de ce genre de pensées constamment.

Comment ne pas en venir à ce genre de conclusion lorsque le noyau de notre famille est un lot de pourriture ? Je sais que c’est dur et que je n’ai surtout aucun droit de juger ses proches… mais ce sont des personnes comme eux qui habitent dans cette école maintenant, qui ont tués des familles, des parents. Et je trouve ça admirable de la part de Warren d’être encore lui-même, sans influence.

- Mais il y a quelque chose qui fait toute la différence entre eux et toi : Tu as appris à réfléchir par toi-même. Ca aurait peut-être plus facile pour toi de suivre leur façon de vivre, leur façon de pensée et d’agir mais tu as été plus intelligent que ça en te démarquant d’eux plus d’une fois. Et c’est toujours le cas. C’est ta propre liberté Warren, celle de pensée différemment que et c’est ce qui te préserve encore de leur doctrine. Et si tu étais si influençable que ça… tu ne serais pas là, en face de moi, à prendre des risques pour m’exposer tes remises en question.

Mon sourire se fait tendre. Rassurant. Je ne sais pas si ce que je raconte aura du sens à ses oreilles mais j’essaie d’être la plus franche et la plus claire possible.

- Tu ne peux pas t’en vouloir d’avoir sauvé Milly plutôt que les autres… Elle est enceinte, tu la connais depuis des années et peut-être que malgré toi tu t’es fais un devoir de la protéger sans t’en rendre compte. Il y a des choses que l’on n’explique pas forcément, malheureusement. Et bien qu’elle soit… une véritable garce, elle ne mérite pas la mort.


Et pourtant, Merlin sait que je peux profondément la haïr. Personne ne peut juger Warren pour sa première réaction, personne ne peut savoir quel sera son instinct face au danger. Il peut être aussi surprenant que déroutant, la preuve.

- Et si tu partais de là-bas ? Pour de bon ?
code by bat'phanie

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 167
Date d'inscription : 13/04/2018
Crédits : Lysz/ante mortem de bazz'; & gifs de tumblr
Double Compte : Connor



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4299-warren-will-the-world-remember
MessageSujet: Re: Un conseil ne coûte rien, mais il peut rapporter beaucoup - Kezabel   Dim 12 Aoû 2018 - 17:45

Il s’était finalement lancé, il avait essayé de tout lui expliquer de façon le plus logique, le plus pragmatique possible, en essayant de bien évoquer tous les points. Ce n’était pas simple, mais Kezabel avait déjà vu Mily à l’œuvre, ils avaient également déjà pas mal parlé, elle était donc probablement mieux placer que Caitlyn pour lui donner un « vrai » avis. Twain avait été mignonne et adorable, mais elle était probablement moins impartiale que Kezabel, elle disait peut-être un peu moins les choses comme il le faudrait. Ce n’était pas une lubie, c’était une réelle peur, une réelle remise en question, il craignait réellement de blesser quelqu’un, ou de trahir, plus il en parlait à voix haute à son amie, il se rendait compte qu’il y croyait. Parfois dire des choses à haute voix, fait comprendre que c’est une peur stupide, que ce que l’on dit est irraisonné. Après un long – très long ?- monologue, il s’était enfin tût, se passant une main dans les cheveux tandis que la jeune femme prenait à son tour la parole.

- Tsss arrête moi tout de suite ces âneries. C’est pas stupide et tu ne l’es pas non plus.

Au moins ça avait le mérite d’être clair, c’était au final plutôt encourageant, mais avant de crier victoire, d’être réellement rassuré, il préférait entendre tout ce qu’elle avait à dire, sans l’interrompre si possible.

- Tu as toutes les raisons de te poser ce genre de question Warren. Tu as été élevé là-dedans, tu es marié de force avec une nana que tu n’aimes pas pour des coutumes familiales qui datent de Merlin, tu es entouré de ce genre de pensées constamment.

C’était bien ça le problème, c’est que maintenant qu’il n’y avait plus Poudlard, il y a certains repères qu’il perdait et était beaucoup plus baignait dans tout cela que pendant sa scolarité ou c’était juste compliqué pendant les vacances. Habiles manipulateurs qu’étaient tous les membres de sa famille, comment savoir s’ils ne réussiraient pas à nouveau à l’avoir avec eux.

- Mais il y a quelque chose qui fait toute la différence entre eux et toi : Tu as appris à réfléchir par toi-même. Ca aurait peut-être plus facile pour toi de suivre leur façon de vivre, leur façon de pensée et d’agir mais tu as été plus intelligent que ça en te démarquant d’eux plus d’une fois. Et c’est toujours le cas. C’est ta propre liberté Warren, celle de pensée différemment que et c’est ce qui te préserve encore de leur doctrine. Et si tu étais si influençable que ça… tu ne serais pas là, en face de moi, à prendre des risques pour m’exposer tes remises en question.

Et tandis qu’elle lui faisait un tendre sourire, le genre qui avait tendance à le faire fondre chez une fille, il ne put s’empêcher d’avoir un petit soupir. Elle avait raison, en théorie elle avait totalement raison, ses arguments avaient du sens, étaient même excellents mais… mais il y avait quand même ce « mais »…. Mais avec le temps, est-ce ça serait toujours le cas ? Est-ce qu’épuisé par se battre toujours contre eux, il ne finirait pas par capituler, probablement d’abord de manière à avoir juste la paix, en leur mentant, et au fur et à mesure à se laisser couler, à redevenir comme eux. Il n’avait pas le terme exact pour ça, mais il savait que la lassitude, la fatigue d’entendre encore et toujours le même point de vue, qu’un seul même si on est pas manipulable pouvait laisser des traces. A quel point ? Au bout de combien de temps ? Telles étaient les questions, mais il n’avait aucune réelle réponse.

- Tu ne peux pas t’en vouloir d’avoir sauvé Milly plutôt que les autres… Elle est enceinte, tu la connais depuis des années et peut-être que malgré toi tu t’es fais un devoir de la protéger sans t’en rendre compte. Il y a des choses que l’on n’explique pas forcément, malheureusement. Et bien qu’elle soit… une véritable garce, elle ne mérite pas la mort.

Tout comme Connor, et tous les « gamins » comme eux, ils avaient juste été endoctrinés, et pour une raison ou une autre n’arrivaient pas à voir la vérité en face et ne voulaient croire que leurs parents. Belle autorité. Et puis … si elle devait mourir, il préférait la jeter du haut d’un escalier, sauf que malgré cette envie persistance, malgré toutes les opportunités qu’il avaient eu, il n’était jamais passé à l’acte.

- Et si tu partais de là-bas ? Pour de bon ?
- On va essayer de se trouver un appart’ avec Mily, ça sera déjà moins pire et sinon…. Je ne pense pas pouvoir. Je ne sais plus si je te l’avais précisé, mais le mariage s’est fait sous serment inviolable, et me casser comme ça… je crains un peu pour ma vie. Il soupira doucement J’ai tellement envie de la protéger que j’ai toujours envie de la pousser dans un escalier… mais visiblement, tu as raison, j’suis un type raisonnable ! Il soupira un peu de nouveau avant de lui faire un faible sourire. Merci Keza, j’espère que tu ne te trompes pas… j’ai juste peur qu’avec la force du temps mes…. Disons qu’ils m’aient à l’usure. Il se passa une main sur le visage et essaya de se reprendre, il ne tarda pas, d’ailleurs à plonger son regard dans celui de la jeune femme Mais assez parlé de moi, je…je te remercie juste, c’est gentil de ta part de croire en moi. Et toi, alors, qu’est-ce que tu deviens ?

Il avait envie de lui demander pourquoi elle n’était pas revenue, mais il préférait quand même attendre un peu. Il valait mieux y aller pas à pas !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un conseil ne coûte rien, mais il peut rapporter beaucoup - Kezabel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un conseil ne coûte rien, mais il peut rapporter beaucoup - Kezabel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On ne peut pas lutter contre le système, mais on peut toujours le foutre en l’air ! (Elizabeth)
» petite technique qui ne coûte rien mais qui rapporte un peu
» Mieux vaut ne pas songer au passé, rien ne le peut changer.
» Devine qui c'est ?! Euh... Je n'en sais rien mais je voudrais bien boire mon thé tranquille !
» On ne revient pas dans le passé mais on peut choisir sa destinée dans le présent ! (with Jack)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Londres :: Ouest de Londres-
Sauter vers: