AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 All our troubles, we'll lay to rest ▬ Caem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 8833
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar Belispeak + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: All our troubles, we'll lay to rest ▬ Caem   Mar 12 Juin 2018 - 21:10

All our troubles, we'll lay to rest
Caem & Riley


■ Lundi 28 Septembre 2015 ■

Fin d’après-midi

Je n’irais pas jusqu’à dire que tout s’arrange, mais au moins certaines choses avancent, d’une manière ou d’une autre. Enzo a été retrouvé, je n’ai pas eu l’occasion de le voir et personne ne sait réellement exactement ce qu’il a vécu pendant ces deux semaines de disparition il me semble mais j’ai cru comprendre que le retour était un peu compliqué. Au moins il est vivant, et en sécurité, je crois que c’est le principal et là-dessus qu’on doit se concentrer pour le moment. Plus facile à dire qu'à faire, j'ai conscience de ne pas être aussi impliquée que certaines personnes vis à vis de ça.
Pour le reste, les autres sont toujours coincés à Poudlard mais cette fois c’est différent. Je n’ai pas l’impression que ceux qui ont pris le château aient les mêmes intentions que leurs prédécesseurs. Ce sont les mêmes, disons le même groupe aux idées complètement arriérés et qui n’auraient même jamais du exister dans l’histoire de l’Homme, mais je n’ai pas le sentiment que ceux qui sont prisonniers là-bas subissent ce que nombre ont subi pendant les deux années d’occupations précédentes. Ou peut-être qu’ils le cachent très bien, c’est une possibilité.
Personne ne se voile la face, on fait tous attention puisque qu’il est maintenant établi que le Ministère lui-même a été infiltré et que ces abrutis sont au pouvoir de bien des choses. Mais il y a quelque chose dans l’air, comme un souffle, une sorte d’espoir et d’esprit vindicatif. Tous concernés, on gère chacun à notre manière.

A côté de ça la vie continue, poursuit son cour. Mon emploi du temps se découpe de manière sensiblement similaire à ce qu’il était à Poudlard, la famille, la sécurité et la liberté en plus. J’estime avoir gagné au change, en toute honnêteté, même si parfois l’univers magique me manque un peu. Je continue de travailler cette partie-là de mon côté, en plus de ma prépa, et ça va. L’année n’en est qu’à son commencement mais je me suis instauré un rythme qui me permet de tout gérer. Les amis, la famille, les études et les activités extra-scolaires. Un peu de repos, aussi, promis. Un esprit sain – ahem – dans un corps sain.
On s’acclimate aussi au fait de ne plus être tous au même endroit, de ne pas pouvoir se voir n’importe quand et même si la Magie permet bien des choses on n’échappe pas au décalage horaire pour autant. Je ne vais pas me plaindre, c’est un autre rythme c’est certain mais j’arrive à voir tout le monde de manière régulière. A l’exception de ceux coincés à Poudlard, bien sûr, mais on se console en communiquant par le biais des hiboux en attendant que la situation évolue.
Fin de journée de cours, ma tête est farcie mais je suis comme souvent une des dernières à sortir de la classe. La raison ? Le joli pantalon en tweed du prof … Non, je plaisante. Je me rends simplement compte que mon choix de parcours est … Disons que j’ai tapé dans le mille et me découvre une passion dévorante pour tout ce que j’apprends en ce qui concerne le droit. Tellement dévorante que j'en oublie de sortir de cours …

« Riley ? »
« Hum ? »

Mais je ne relève pas le nez de mon bouquin, ni de la prise de notes que je suis en train de réaliser. J'ai entendu une voix mais pas vraiment écouté.

« J'ai bien compris que tu étais une élève consciencieuse et intéressée mais à ce stade on frôle la dévotion. »

Hein ?

« Quoi ? »

C'est pas tellement de cette façon qu'on s'adresse à un Prof mais passons. Je relève la tête et croise le regard amusé de Monsieur Wallace, appuyé contre son bureau, qui me regarde la tête légèrement penchée en avant et un sourcil arqué. Je ne réalise que maintenant l'absence de mes camarades de promo dans la salle.

« Le cours est terminé depuis dix minutes. »
« Oh merde ! »

Riley ! Ton langage !

« Pardon. »

Je me lève en catastrophe après avoir regardé l'heure sur ma montre et balance mes affaires dans mon sac avant de me le passer en bandoulière. Tout ça en traversant la pièce en courant, manquant de me prendre une table, avant de freiner juste avant de sortir parce que je me rends compte que je n'ai pas dit au revoir au Prof et que ça ne se fait pas.

« J'vais être en r'tard. A mercredi M'sieur ! »
« A mercredi. Et ne te casse rien ! »
« Promis ! »

Je ne suis déjà plus là. Pourquoi ce moment de panique et de précipitation ? En réalité, ça n'est pas de la panique, juste … l'effet de surprise je dirais, parce que j'étais perchée bien haut sur mon nuage portant le nom de code pénal. Entre autres. Direction Chelsea, Sloane Square plus précisément, et encore plus précisément un petit café qui ne paie pas de mine mais qui est très sympa où je rejoins Caem. On n'a pas eu l'occasion de se revoir depuis quelques temps, l'occasion j'ai décidé de la provoquer en lui proposant d'aller boire un café un soir après les cours. Et si d'ordinaire je prends le métro ou le bus – j'en ai pris l'habitude – cette fois je transplane pour éviter d'arriver encore plus en retard. C'est pas un drame, y a aucune urgence, mais quand j'ai quelque chose dans la tête … Tout le monde connait la suite.

« Hey, salut ! Désolée j'ai été kidnappé par des Aliens, la lute a été rude mais tu m'connais, j'ai vaincu évidemment. »

Je fanfaronne et sans complexe lui claque une bise avant de m'assoir face à lui, en terrasse. Enfin, m'assoir … le terme se laisser tomber comme un sac est ici bien plus adapté je crois.

« T'as déjà commandé ? »

Si c'est le cas je ne vais pas me vexer. Et je crois que je commence à avoir faim.

« J'suis contente de te voir, j'ai l'impression que ça fait une éternité. »

Peut-être parce que c'est le cas, la notion d'éternité étant volontairement laissée floue.

« Comment va la vie ? »

Naturelle, spontanée, souriante et légère. On m'a dit que c'était ma plus grande force, le meilleur que je puisse apporter à mes proches, alors je reste moi-même.

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2088
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: All our troubles, we'll lay to rest ▬ Caem   Sam 16 Juin 2018 - 22:00

~Lundi 28 septembre – Fin de journée ~

Assis sur le petit lit qui meuble sa chambre de bonne, Caem a les yeux rivés sur un livre que Leiv lui a prêté. Sa baguette dans la main droite, il exécute les mouvements pour s’entraîner. Bonne flexion du poignet, bonne inclinaison. Il répète les formules à voix haute, les enregistre, se fait parfois réciter seul les paragraphes précédents pour s’assurer qu’il n’a rien oublié. Il s’en demande beaucoup, il essaye de retenir vite et bien. Il sait qu’à la fin de la journée son cerveau sera plein à craquer et qu’il risque de ne pas tout mémoriser tout de suite. Mais il s’acharne et il ne décolle pas ses yeux du bouquin. Il veut apprendre. Ce qu’il s’est passé à la rentrée, ce qui est arrivé à Enzo… Des signaux d’alarmes de plus. La preuve, si elle manquait, que ce monde était sur la brèche. Tout pouvait basculer du jour au lendemain et il fallait être prêt. Caem ne voulait pas se battre, il ne voulait pas faire couler de sang, blesser qui que ce soit, bien qu’il ait accumulé de la colère au fil des années. Non, il ne voulait pas se perdre dans le tourbillon de la violence. Aider à combattre les Supérieurs, empêcher que leurs idées se répande, protéger oui. Mais pas attaquer. Et face à cela, sa vocation était apparue encore plus brillante, encore plus forte qu’avant. Devenir médicomage n’était plus simplement un rêve mais une urgence. Le monde allait avoir besoin de personnes pour soigner, pour guérir, pour préparer l’avenir et si le russe pouvait apporter sa pierre à cet édifice alors il passerait des heurs assis à apprendre, encore et encore.

Son téléphone vibre et ça le tire de ses pensées. Il l’attrape d’un geste lent et un sourire se dessine sur son visage. C’est Killian. Elle lui demande des nouvelles et lui raconte sa journée. Ils doivent se voir le lendemain. Caem lui répond immédiatement et en profite pour regarder l’heure. La vie est bien faite, il est temps pour lui de se lever de ce lit qui a fini par aplatir son derrière. Le russe se lève, s’étire et file dans la petite cabine de douche qui se trouve à côté de la partie cuisine. Une fois propre il enfile des vêtements propres, glisse son téléphone et de l’argent dans ses poches et sort. Il a rendez-vous avec Riley, ce ne serait pas poli de la faire attendre !

Caem arrive au niveau du café où ils se sont donnés rendez-vous. C’est simple, sobre, cela lui convient parfaitement. Il s’installe en terrasse, sur une petite table ronde. Après s’être assis, il laisse son regard se perdre dans la rue, observant les gens qui passent. Certains sont pressés, en retard peut-être. D’autres, en bande, rigolent forts. Ils ont l’air jeune. Le russe se demande s’il aurait pu être comme eux si les choses avaient été différentes. Il sourit à cette idée. Il s’imagine avec Enzo et Mateo, comme des lycéens normaux à faire les quatre cents coups. A faire tourner les profs en bourrique. Bien sûr, Mateo serait celui qui se fait toujours prendre et punir. Caem, ce serait le discret, celui que personne ne soupçonne. Et Enzo ? L’image de son ami roulé en boule sur son lit revient à l’esprit du russe… Et Enzo, ce serait le surfeur beau gosse que les filles s’arrachent. Oui, c’est mieux ainsi.

Caem est finalement tiré de ses pensées par la silhouette de Riley qui se dessine. Elle a l’air pressée, elle est peut-être un peu en retard, perdu dans ses rêveries, il n’avait même pas vu le temps passer. La jeune femme le fait rire d’entrée de jeu avec son excuse bidon et il répond à sa bise avec affection alors qu’elle se laisse tomber sur sa chaise.

« Je l’ai toujours dit, les Aliens ne peuvent rien contre Miss Jenkins, mais ils s’acharnent, ils sont têtus. »

Caem sourit et secoue négativement la tête alors qu’elle lui demande s’il a déjà commandé. Le serveur a dû se douter qu’il attendait quelqu’un ou peut-être a-t-il eu peur de venir le déranger tant il avait l’air absorbé ? Qui sait. Il porte désormais toute son attention sur Riley à qui il sourit. Oui, ça fait presque une éternité qu’ils ne se sont pas vus. Tout est allé tellement vite depuis la rentrée… Le russe a l’impression que le mois de septembre n’a été qu’une vaste illusion, un truc qui l’a porté d’un jour à l’autre sans qu’il ne comprenne trop comment.

« J’ai douté à un moment de pouvoir dire ça si tôt mais je crois que la vie va plutôt bien. »

Caem sourit doucement. Prétendre que tout allait à merveille aurait été totalement hypocrite, Riley était bien placée pour savoir que tout avait été mouvementée. Poudlard, Enzo. Mais malgré tout, le russe était sincère. Il se sentait mieux. Il y avait encore des choses à régler, des difficultés à surmonter mais il se rendait compte qu’il n’était pas à terre.

« Et de ton côté ? Tu as conquis l’Université avec ton sourire ravageur ? »

Sourire qu’il est content de voir. La fraîcheur de Riley, son arrivée tout en naturel et en enthousiasme lui fait du bien. Le serveur s’approche alors d’eux pour prendre leur commande. Caem demande une limonade. Il a hésité à demander à diabolo fraise juste pour voir la tête du serveur mais a finalement décidé que ce n’était pas utile. Lorsque celui-ci s’éloigne, il reporte son attention sur Riley.

« Ça te fait pas trop bizarre de devoir prendre en note tous tes cours de manière classique ? De rester assise sur un banc toute la journée ? »

Riley était désormais étudiante en droit et autant dire que ce n’était pas vraiment la même chose que du côté des sorciers. Un changement pour le meilleur ? Sans doute, elle n’avait pas l’air malheureuse en tout cas mais un changement tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8833
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar Belispeak + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: All our troubles, we'll lay to rest ▬ Caem   Mer 20 Juin 2018 - 22:03

« Je l’ai toujours dit, les Aliens ne peuvent rien contre Miss Jenkins, mais ils s’acharnent, ils sont têtus. »

En voilà un qui a tout compris et complètement cerné ma personnalité. Personne ne peut faire quoi que ce soit contre Princess J ! C’est con mais la simple évocation de ce surnom me fait penser à la personne qui a pris l’habitude de m’appeler comme ça, et il me manque. On ne s’est pas revu depuis trop longtemps, je n’ai pas vraiment idée de l’état d’esprit dans lequel il se trouve même si son homme est de retour mais je n’ose pas trop faire un pas vers lui. Je me dis qu’il a besoin de temps, que je lui ai fait comprendre que j’étais là et qu’il reviendra vers moi quand il se sentira prêt ou qu’il en ressentira l’envie.
En attendant je ne vais pas me plaindre, c’est un autre beau gosse aux yeux bleus que j’ai avec moi et rien que pour moi. Et donc je m’intéresse à sa vie, son œuvre …

« J’ai douté à un moment de pouvoir dire ça si tôt mais je crois que la vie va plutôt bien. »

Le sourire que je lui offre en réponse au sien est soudainement beaucoup plus calme. Derrière une simple phrase passe un message bien plus complet, une réponse plus développée qui ne nécessite pas de mots. Et quelque part c’est rassurant de l’entendre dire que malgré tout, malgré tout ce qui s’est passé, ce qu’il a traversé dernièrement, ce que l’avenir laisse présager de manière générale, il en arrive à se dire que ça va -  et je sais qu’il est honnête, en accord avec lui-même aussi.
Je n’étais pas à Poudlard quand ils sont revenus alors je ne me permettrais pas de compatir totalement mais j’ai déjà vécu une invasion de leur part alors je peux me faire une idée de la violence des faits, du traumatisme engendré. Réussir à s’échapper de cet enfer pour finalement découvrir que son meilleur ami s’est volatilisé on a vu plus tranquille comme rentrée, il faut bien le dire. Je peux imaginer à quel point ces dernières semaines ont été éprouvantes pour lui.

« Et de ton côté ? Tu as conquis l’Université avec ton sourire ravageur ? »

Pour toute réponse de ma part une exposition flagrante et pleine de fierté de ce fameux sourire ravageur suivi d’un éclat de rire non feint. Oui la vie n’est pas toujours simple et on évolue dans un monde teinté de gravité, mais ça ne veut pas dire pour autant qu’il faut tout arrêter, surtout pas d’être heureux de certains instants et d’en profiter.

Le serveur arrive, Caem commande une limonade et j’en fais autant.

« Ça te fait pas trop bizarre de devoir prendre en note tous tes cours de manière classique ? De rester assise sur un banc toute la journée ? »
« Non, tu sais je suis une masochiste en puissance qui adore les cours. Si tu veux tout savoir j'ai même pas capté la fin de l'heure et je suis restée 10 minutes de plus dans la classe avant que mon prof me fasse remarquer qu'il n'y avait plus personne. C'est pour ça que j'étais à la bourre. »

Dit-elle, à moitié morte de rire, à moitié gênée. Plus amusée qu'intimidée à vrai dire. Oui j'aime l'école, j'ai toujours aimé ça et je crois que j'aimerais toujours ça. Rester assise pendant des heures à apprendre ne m'a jamais posé de problème et pourtant quand on me connait ça peut paraître improbable j'imagine. C'est pourtant la réalité.

« Et puis je sais pas, être dehors … J'appréhendais un peu, Poudlard ça été une grande partie de ma vie et la quitter a été difficile mais ... »

Hésitation, juste une seconde ou deux, peut-être parce que je n'assume pas encore totalement la façon dont je ressens les choses sans trop savoir pourquoi.

« Je me sens libre. »

Sourire, haussement d'épaules. Ma situation résulte de choix que j'ai fait, j'ai conscience qu'aujourd'hui certains et ce y compris dans mon entourage proche « subissent » la façon dont se déroule leur quotidien. Lukas s'est bien acclimaté par exemple, il a trouvé un boulot et semble se plaire dans cette nouvelle vie finalement mais comme certains d'entre eux, comme Caem d'ailleurs, il avait décidé de retourner à Poudlard. Pour être obligé de fuir seulement quelques jours après. Alors quelque part ça me gène un peu de parler de ça, ne sachant pas trop comment le Russe le vit. Et puis il y a ceux toujours coincés là-bas.

« Je fais un truc que j'aime, je vois mes amis même si c'est avec un rythme différent, je suis avec ma famille, franchement je me demande comment j'ai pu me passer de tout ça autant de temps. Et puis même si le mot en M me manque parfois, que je continue de pratiquer de mon côté, c'est quand le pied d'aller au ciné n'importe quand ou rejoindre les copains après la journée de cours pour boire un verre en terrasse. »

Là encore le spectre des prisonniers flotte autour de moi mais je le sais, je n'ai pas à m'arrêter de vivre, à m'excuser de vivre, ni à culpabiliser.

« Et toi, comment est ce que tu t'adaptes ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2088
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: All our troubles, we'll lay to rest ▬ Caem   Sam 23 Juin 2018 - 21:47

Personne ne peut le nier, refuser cette vérité, le sourire de Riley est ravageur et alors qu’elle le sert de nouveau à Caem, ce dernier l’accompagne en riant. Elle a tout pour se faire sa place à l’Université, elle est sociable, pleine d’énergie, drôle mais aussi travailleuse, acharnée et pas du genre à se laisser bouffer. Au fond, il n’a aucune inquiétude pour elle mais on peut toujours être surpris. Un changement de vie, ça peut en bouleverser plus d’un. Parfois, la nouvelle vie n’est pas celle qu’on aurait espéré ou on se rend compte que les anciennes blessures ne se sont en réalité pas refermées. Alors même si Caem avait confiance en Riley et en sa soif de vivre, lui demander sincèrement si elle s’en sortait bien, si elle appréciait ces nouvelles études était important. Et à vrai dire, s’il avait envisagé certaines réponses, celle que la jeune femme lui servit le laissa sans voix. Alors que Riley était en train de lui expliquer qu’elle ne s’était pas rendue compte que son cours était terminé, il ouvrit de grands yeux, la fixant complètement incrédule. Une fois la surprise passée, il ne tenta même pas de répondre et se contenta d’éclater de rire.

« Tu sais, si tu voulais pas me voir, suffisait de le dire ! »

Et Caem se laisse aller à rire de nouveau. Pour le coup, il n’a aucun doute sur le fait que Riley ait réellement eu envie de venir boire un café avec lui et que son oubli n’avait rien à voir. Elle n’aurait jamais pris la peine de faire semblant. Mais c’était drôle de la taquiner un peu. Et ça lui faisait du bien de rire. Simplement, se vider la tête, vivre comme un jeune normal qui retrouve une amie dans un bar et se laisse aller face aux anecdotes croustillantes qu’elle lui livre. Riley retrouve cependant son sérieux quelques instants, lui parlant de ses anciennes appréhensions avant de lâcher le mot. Celui qui définissait le mieux le changement qu’ils avaient tous connu. La liberté. Caem sourit mais n’intervient pas, il attend, elle a encore des choses à dire, il le sait. Elle explique le fond de sa pensée et il sourit de plus belle alors que le serveur revient finalement vers eux et dépose deux limonades sur la table. Caem le remercie et lève son verre dans la direction de Riley.

« A cette nouvelle liberté alors, au fait de pouvoir retrouver des copains en terrasse. »

Le russe sirote une gorgée de limonade par la paille posée dans son verre alors que Riley l’interroge à son tour. Ses doigts glissent alors sur la paille qu’il fait tourner, comme s’il y avait quelque chose à remuer dans sa limonade. Non Caem, tu n’as pas commandé de diabolo fraise, du coup, ça sert à rien !

« J’ai réussi à convaincre mon père de me laisser vivre seul et j’ai trouvé une chambre de bonne ici. Et puis, j’étudie la médecine, avec Leiv… Enfin, M. Helland. »

Caem sourit. Si au début, il s’était acharné à vouvoyer Ismaelle et Leiv et à les appeler par leurs noms de famille, plus par habitude que par volonté, il était vite passé à autre chose. C’était étrange d’ailleurs, de voir comme ces deux personnes qui étaient en toile de fond dans sa vie jusque-là avaient fini par prendre une place certaine dans son quotidien. Il avait toujours souhaité que Leiv lui transmette son savoir mais il n’aurait jamais cru se sentir aussi proche de ce couple. Il n’aurait jamais pensé trouver un tel repère chez Ismaelle. Il ne lui avait jamais vraiment expliqué pourquoi, ce soir-là, il avait complètement fondu en larmes dans ses bras. Parce qu’avec quelqu’un d’autre, il n’aurait pas réussi à le faire, il le savait. Un jour sans doute, finirait-il par lui expliquer.

« Tout est allé tellement vite que j’ai pas encore l’impression de m’installer dans un quotidien. Je prends mes marques mais on peut pas encore parler de routine je crois. »

Le russe a toujours le même sourire dessiné sur le visage. Il allait devoir attendre un peu avant de pouvoir dresser un véritable bilan de son adaptation à cette nouvelle vie. Que les choses s’aplanissent, que les événements de ce mois de septembre deviennent réellement des souvenirs. Mais il commence déjà à ressentir ce que ce nouveau quotidien crée en lui.

« Retrouver un peu de spontanéité fait du bien en tout cas. »

Oui, Riley avait bien résumé la situation. Pouvoir agir sur un coup de tête, prendre l’air sans réfléchir, ne pas devoir attendre les vacances pour déambuler librement dans les rues d’une ville. Est-ce que Caem ressent de la culpabilité vis-à-vis de ceux qui sont restés là-bas ? Finalement, non. Il est en colère, mais il sait que lui, Killian et tous ceux qui ont pu s’échapper n’y sont pour rien. Ils ont trouvé une brèche et ils auraient aimé pouvoir la faire partager. Mais ils ne doivent pas s’en vouloir de l’avoir empruntée.

« Mais rassure-moi, même si les cours t’absorbent à ce point, tu fais des trucs à côté ? »

Jenkins la tornade monotâche ? Il refuse d’y croire !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8833
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar Belispeak + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: All our troubles, we'll lay to rest ▬ Caem   Lun 2 Juil 2018 - 19:23

« A cette nouvelle liberté alors, au fait de pouvoir retrouver des copains en terrasse. »

Je n’aurais pas dit mieux et en toute honnêteté, ça fait du bien de chasser un peu le sentiment de culpabilité qui me colle souvent aux basques depuis la rentrée. Oui on est libre mais d’une certaine façon c’est compliqué de l’être pleinement, d’avancer dans la vie et le quotidien, quand on a entière conscience que tous n’ont pas cette chance.

Alors oui, des moments comme ça sont importants et je le savoure.

« J’ai réussi à convaincre mon père de me laisser vivre seul et j’ai trouvé une chambre de bonne ici. Et puis, j’étudie la médecine, avec Leiv… Enfin, M. Helland. »

L’admiration qui se peint sur mes traits n’est pas feinte, de même qu’une certaine forme de surprise je crois. Je n’ai pas encore quitté le nid mais c’est en projet, pour autant je ne vais pas vivre seule puisque Kezabel sera là, avec moi, dans notre chez nous. Je ne sais pas ce que j’aurais fait si elle ne m’avait pas pardonné … Mais elle l’a fait, et de mon côté j’essaie d’accepter le fait que les choses seront différentes maintenant. Liberté rime avec prise de décision, orientation, et on a toutes les deux conscience de ne pas prendre le même chemin. De toute façon ça n’est pas de nous dont il s’agit mais de Caem, qui semble lui aussi avoir pris sa vie en main et fait des choix, pris des directions. Le voilà émancipé et sur une voie bien précise : La médecine.
Je constate aussi qu’il a visiblement créé des liens avec nos anciens professeurs, ce qui en soit n’a rien d’étonnant puisque j’imagine qu’il a dû passer pas mal de temps avec eux ces dernières semaines en partie pour une raison précise.

Docteur Kaliayev, donc ? Je note, je note … Docteur Kaliayev et Maitre Jenkins ... On a la classe, y a pas à dire. Hey, y a pas de mal à se projeter, parfois ça fait du bien et ça n'emmerde personne jusqu'à preuve du contraire.

« Tout est allé tellement vite que j’ai pas encore l’impression de m’installer dans un quotidien. Je prends mes marques mais on peut pas encore parler de routine je crois. »

Mon sourire répond au sien, je bois une gorgée sans dire un mot, sans commenter tout ça pour le moment. En l’écoutant je me rends compte à quel point je suis déjà très à l’aise dans mon quotidien, l’esprit tourné vers l’avant mais à la fois bien ancré dans le présent. Le passé … J’ai l’impression d’avoir déjà fait une croix dessus. Tout ce que je sais c’est que oui, ça va forcément changer, mais je ne compte pas regarder mes amis s’éloigner de moi, et réciproquement, parce que nos vies évoluent ou qu'on est éparpillés au quatre coins du globe. De toute façon tout ça est encore récent, je crois que tout le monde a besoin d’un peu de temps avant de réellement trouver de nouvelles marques et c’est normal. En ce qui me concerne je me sais relativement très adaptable, je crois que ça aide clairement.

« Retrouver un peu de spontanéité fait du bien en tout cas. »

Oh que oui. On ne se rend pas compte tout ce qu’on peut rater en étant « enfermé » pendant toute une année scolaire et même si l’on vit des choses incroyables tous ensemble – parce qu’il n’y a pas eu que des mauvais moments, loin de là – les possibilités et opportunités sont infiniment plus nombreuses à l’extérieur, avec une liberté de mouvement.

« Qui aurait cru que les séances de torture de Rivers ne nous manqueraient pas dis donc ! »

Dit-elle en affichant un air faussement surpris avant d'éclater de rire et de boire à nouveau. Et quand je dis séances de torture tout le monde aura bien compris que je parle de ses cours.

« Mais rassure-moi, même si les cours t’absorbent à ce point, tu fais des trucs à côté ? »
« Non. Cours, révision, révision, cours. Je ne jure que par ça. Un peu de recherches personnelles aussi. »

Peut-être que je ne suis pas capable de camoufler mes émotions et que des personnes comme Keza ou Mateo captent immédiatement quand un truc ne va pas chez moi mais pour avoir l'air très sérieuse en avançant une ineptie pareil, je me sais 100% efficace. De là à dire que Caem tombe dans le panneau, bon … Je crois qu'il m'a suffisamment vu danser sur des tables complètement bourrée ou chanter comme une folle sans aucune raison particulière pour savoir que même si je suis une acharnée du boulot, j'ai besoin d'autre chose à côté.

« Tu plaisantes, évidemment que je fais des trucs à côté sinon je deviendrais folle. Ou les autres autour de moi deviendraient fous plutôt. Je vais nager une à deux fois par semaine, je vois Mateo autant que je peux évidemment, on commence à regarder les apparts avec Keza pour se mettre en colloc ici à Londres – hey mais d'ailleurs peut-être qu’on sera voisins ! Ça serait trop cool ! »

Hey voisin, t’aurais pas une brique de lait à nous dépanner ? En échange viens diner avec nous.

« Et je me suis inscrite dans un club de basket aussi, autant dire que j’ai pas fini de vous mettre la misère à tous autant que vous êtes. »

Y a pas de mal à savoir ce qu'on vaut les amis !

« Sinon, j’en parlais avec Cameron la semaine dernière, je pense faire un truc chez mon père quand tout se sera un peu tassé, histoire qu’on se retrouve un peu tous ensemble parce que ça fait longtemps. Une petite soirée ou un truc comme ça. »

Parce qu'en fait, je crois qu'on ne s'est pas tous retrouvés depuis la fête chez Enzo et Derek début aout et ça remonte à loin. Avant c'était toutes les fins de semaines, forcément maintenant ça sera différent mais si on ne créé pas nous même les situations alors qui le fera ? Pour moi c'est important, ça compte, alors je m'y tiendrais.

« Donc tu viendras Docteur Kaliayev, t’as pas le choix. Tu passeras le mot à ta douce moitié. Enfin tes douces moitiés, puisque j'ai cru comprendre que vous fonctionniez à trois. D'ailleurs vous risquez d'être un peu serrés dans ta petite chambre de bonne, non ? »

Peut-être que c'est trop tôt pour plaisanter à nouveau là-dessus, j'en sais trop rien, mais je suis certaine d'une chose c'est que dédramatiser certaines situations et voir plus loin, de manière optimiste, parfois ça aide.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2088
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: All our troubles, we'll lay to rest ▬ Caem   Dim 8 Juil 2018 - 22:00

Les tortures de Rivers, les cours difficiles à suivre, l’impression d’être épuisé après une séance de magie trop intensive. Tout ça, est-ce qu’il pouvait affirmer haut et fort que cela ne lui manquait pas ? Difficile à dire. Caem était retourné à Poudlard parce qu’il avait l’envie d’apprendre, de continuer sa route dans cette école, de retrouver ce semblant de vie normale qu’il avait toujours cherché. Il avait dû fuir, il n’avait pas eu de choix et s’adapter désormais à autre chose. Comme il l’avait fait à chaque fois. Alors oui, une part de lui était nostalgique de tout ça, de ces anciennes habitudes et en même temps, avait-il vraiment envie de se plonger dans le remord ? Le regret ? Une nouvelle vie, de nouvelles galères et de nouvelles joies, voilà sans doute ce qu’il devait accepter. Ce qu’il était en train d’accepter tout naturellement, sans vraiment s’en rendre compte. Et c’était une bonne chose. Ils devaient tous trouver leur voie. Ne jamais oublier, ne jamais effacer mais avancer, la tête haute.

Et plaisanter. Rire, faire les idiots, qu’importe le sujet, qu’importe le sérieux qu’on voudrait leur imposer. Riley était maître dans ce domaine. Alors qu’elle expliquait qu’elle ne faisait qu’alterner entre ses cours et ses révisions, Caem resta interdit quelques secondes. Elle était tellement sérieuse, le visage tellement impassible. Mais il avait l’habitude et pour le coup, ce n’était vraiment pas envisageable. Un léger doute ? Oui, impossible à nier. La tornade rompit rapidement le suspense et cela lui arracha un sourire. Bien sûr que c’était impossible, elle avait besoin de faire sortir toute cette énergie. Elle avait des activités, des projets. Parce que oui, maintenant elle pouvait se projeter, s’imaginer un avenir, le dessiner sereinement ou avec hésitation. Qu’importe, l’horizon était peut-être flou mais n’avait jamais été aussi dégagé, aussi paradoxal que cela puisse paraître.

« Attention hein, je peut-être un voisin très chiant tu sais. Passé 21h je ne veux pas entendre un seul bruit, soyons bien clair. »

Caem afficha alors un sourire amusé, jouant avec cette image de garçons austère et bien trop sage qui lui collait à la peau. Il se cacha quelques secondes derrière une gorgée de limonade. Riley, comme tous ceux qui avaient passé du temps avec lui, savait bien qu’il n’était pas que ce type adepte du silence et de calme. Lui aussi pouvait se déchaîner. Mais chut, il ne fallait pas qu’ils soient trop nombreux à le savoir ! Il gardait ça pour les petites soirées entre eux et les terrains de basket.

« Fais attention, tu rentreras plus dans tes baskets à force. Mais ok, on se fait une partie quand tu veux, tu ne peux rien contre mon style inimitable. »

Caem fit alors mine de lancer un ballon dans un panier avant de rire. Il n’était clairement pas le meilleur joueur de la bande, il était peut-être même le plus mauvais mais ça n’avait strictement aucune importance. Lui, tant qu’il pouvait s’amuser, ça lui convenait. Et il serait ravi d’aller voir un jour Riley sur les terrains. Ils pourraient faire une super team de supporters avec Mateo et Enzo. Avec des banderoles, à crier comme des fous. Oui, ce serait absolument parfait. Rien que d’imaginer ça, ça lui filait le sourire. Riley l’aida à continuer dans cette direction puisqu’elle lui parla d’une soirée qu’elle voulait organiser, qu’elle en avait parlé avec Cameron. Il pouvait déjà facilement s’y projeter. Il voyait ces visages familiers qu’il appréciait tant, il entendait déjà les rires… C’était une excellente idée. Et Riley parvint à le faire rire une fois de plus. Parce qu’elle venait de l’appeler Docteur. Parce qu’elle venait de parler de leur légendaire ménage à trois et que de parler d’Enzo avec autant de légèreté, ça faisait un bien fou.

« T’en fais pas pour nous, tant qu’il y a de la place dans le lit, tout va bien. »

Sourire en coin du côté de Caem qui de nouveau porta sa limonade à ses lèvres. Cette histoire n’était à la base qu’une petite plaisanterie et ça avait continué à les suivre. Comme d’autres choses. Et il n’espérait qu’une chose, que ça dure, que ça continue. Qu’il y ait de nouvelles histoires absurdes, idées stupides balancées n’importe comment, n’importe quand qui leur collent à la peau. Il voulait engorger des souvenirs, des délires, se nourrir encore et encore de toute cette absurdité. Parce que ça lui remplissait bien plus le cœur que le reste.

« Blagues vaseuses mises à part, c’est une excellente idée, je viendrai avec grand plaisir. Je crois que rien ne peut nous faire plus de bien que ça. Être ensemble. »

Ils avaient appris à survivre ensemble, maintenant, ils allaient apprendre à vivre ensemble. A sourire au monde, à croquer les opportunités et à avancer. Caem se rendait compte que cela le rendait heureux d’imaginer toute cette joyeuse bande passer des années ensemble, se serrer les coudes jusqu’au bout, ne jamais se lâcher, pour le meilleur et pour le pire. Pire qu’un contrat de mariage.

« Et ta moitié, elle est pas trop jalouse que tu t’installes en collocation avec Kezabel ? Parce que j’ai cru comprendre que chez vous, le partage avec les amis, c’était pas trop à la mode. »

Il s’amuse, il la taquine un peu mais avec un respect profond. Chacun sa manière de gérer son couple et de toute façon, lui et Killian n’avaient rien à dire là-dessus. Ils étaient décontractés certes mais n’en demeuraient pas moins dans un schéma très classique d’exclusivité. Incapables de s’images avec d’autres.

« Ce qui d’ailleurs m’a fait beaucoup de peine. »

Caem afficha alors ce petit regard coquin, taquin, que seuls ceux qui le connaissaient vraiment étaient habitués à voir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8833
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar Belispeak + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: All our troubles, we'll lay to rest ▬ Caem   Dim 22 Juil 2018 - 12:07

C'est marrant de se dire ça et au final, je ne trouve pas ça si improbable. Keza et moi n'avons pas vraiment de quartier de prédilection, on regarde un peu partout tant que ça rentre dans nos budgets. Si c'est pas trop de loin de l'université c'est bien mais c'est pas une condition sine qua none puisque grâce à la Magie on peut se déplacer d'un claquement de doigts d'un point A à un point B.
Est ce que ça me fait peur de quitter le nid ? Peur, non. Maintenant, il est vrai que je viens de retrouver ma famille, une sorte de petit cocon agréable, mais le fait de savoir qu'ils ne sont pas « loin » ou en tout cas accessibles n'importe quand penche dans la balance. Et puis cette colloc, on en rêve depuis un moment maintenant. Un moment … Parfois ça me fait un peu halluciner de réaliser qu'on se connaît réellement que depuis l'année dernière tant j'ai l'impression qu'elle a toujours fait partie de ma vie. Ce qu'il s'est passé en début de mois aurait pu mettre un terme à notre amitié et pourtant, elle en est ressortie plus forte. Les choses ont été dites, mises au point, on a su aller de l'avant et j'en suis plus qu'heureuse évidemment. Ma vie sans Keza … Non. Je suis incapable de l'imaginer.
On a tous une personne un peu spéciale dans nos vie, avec qui l'amitié est différente, plus forte d'une certaine façon, dont on se sent plus proche sans pour autant dénigrer les autres évidemment. Je crois que concernant Caem, cette personne, c'est Enzo. Et réciproquement. Il suffit de les voir ensemble pour le comprendre … Peut-être moins frontaux que Maxime, Mateo et toute la clique mais pas plus sages pour autant … Et j'imagine à quel point il doit être soulagé de l'avoir retrouvé.

D'ailleurs en parlant du loup … Sans vouloir faire de vilain jeu de mots bien sûr.

« T’en fais pas pour nous, tant qu’il y a de la place dans le lit, tout va bien. »
« Bande de dépravés. »

Regardez le avec son sourire de Saint … J'y crois pas une seconde. Je crois pas non plus que lui, Killian et Enzo soit en ménage à trois mais il s'avère que certains dans le château ont réellement gobé cette histoire et que ces trois énergumènes se sont particulièrement éclatés à les laisser imaginer des tas de choses. C'est bien joué ! Et en toute honnêteté, même si je n'ai pas eu l'occasion de voir Enzo depuis qu'il est rentré,  je préfère garder en mémoire l'image du sale gosse qui se fait tout pardonner par un sourire enjôleur.

« Blagues vaseuses mises à part, c’est une excellente idée, je viendrai avec grand plaisir. Je crois que rien ne peut nous faire plus de bien que ça. Être ensemble. »

Juste un sourire pour réponse, parce que ça ne nécessite pas de mots à mon sens, mais je suis réellement heureuse que l'idée soit validée par plusieurs personnes déjà. Je prends presque ça comme une mission, comme le fait de m'efforcer de changer les idées d'un peu tout le monde dans ces temps un peu particuliers. Je ne peux rien faire d'autre et je crois que c'est ce qu'ils « attendent » de moi de toute façon, que ça leur fait du bien un peu de normalité. J'ai la chance d'avoir ma sœur avec moi, ma meilleure amie, mon petit ami … Alors certes certains de mes amis sont coincés là-bas et ça m'affecte bien évidemment mais c'est différent et tout le monde en a conscience.

« Et ta moitié, elle est pas trop jalouse que tu t’installes en collocation avec Kezabel ? Parce que j’ai cru comprendre que chez vous, le partage avec les amis, c’était pas trop à la mode. »

La voilà, la normalité : La jalousie de Mateo !

« Ce qui d’ailleurs m’a fait beaucoup de peine. »

Et le regard de chien faussement battu de Caem.

« Et bien crois le ou pas, mais Kezabel doit bien être la seule et unique personne sur cette planète dont Mateo ne soit pas jaloux ! Et heureusement, parce qu'on aurait un sacré problème sinon. »

Je sais que certains à l'école ont cru qu'il se passait un truc entre Keza et moi, que des petits malins se sont bien entendu amusé à faire courir des rumeurs plus ou moins du même acabit que celles concernant le ménage à trois de la Team Calgarry/Kaliayev/Ryans, mais ça ne nous a jamais affecté. Ni elle, ni moi, ni Mateo. Pour la simple et bonne raison qu'on sait très bien tous les trois à quoi s'en tenir. Enfin il est clair que ça serait nettement moins simple à gérer si mon cher et tendre se méfiait d'elle, de notre lien. Keza pour moi c'est plus qu'une amie, plus qu'une sœur. C'est … mon âme sœur, c'est tout, et il le comprend très bien. Inversement d'ailleurs, Keza n'est pas jalouse de lui non plus et ne l'a jamais été, tout comme je n'ai aucun mal à la partager avec Emily – enfin il faut le dire, ça passe aussi bien parce que j'apprécie Emily surtout. Oops. Vous voyez, tout va bien dans le meilleur des mondes ! De ce côté là en tout cas.

« Mais désolé mon petit monsieur, effectivement, on n'est pas très partageurs alors le ménage à trois avec mon Gaucho je te le dis tout net, c'est mort. Ou a quatre avec Keza. Parce qu'il faudrait aussi ajouter Emily, et puis Killian d'ailleurs ! Et Enzo finalement. Sans doute William. Donc Macy … C'est plus un lit qui nous faudra à ce stade mais un stade de foot matelassé. »

Admettez que l'image est divine.

« D'ailleurs parlant de partage avec les amis … ça se passe comment la garde alternée avec William ? »

Pieds dans le plat ? Peut-être ! D'autant que, à vrai dire, je sais pas trop où en sont les garçons dans leur relation à l'heure actuelle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2088
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: All our troubles, we'll lay to rest ▬ Caem   Mer 25 Juil 2018 - 10:01

Dépravés ? Eux ? Non, franchement, il fallait le dire, le jugement de Riley était vachement hatif sur ce coup. Sur quoi se basait-elle ? Hum ? Bon… D’accord… En réalité il y avait des dizaines d’éléments qui pouvaient appuyer cette théorie et après un air faussement outré, Caem s’était tout simplement laissé aller à rire. Oui, il devait bien l’admettre, avec Killian ils n’étaient pas le couple le plus sage de la terre, et ils l’assumaient parfaitement ! Mais alors, quand Enzo débarquait dans l’équation, autant dire que ça devenait du grand n’importe quoi. Et c’était ce qu’il appréciait. Cette capacité qu’ils avaient tous ensemble de déconnecter totalement, de faire les andouilles, de rire un peu de tout. Sans se soucier du regard des autres, pire encore, se nourrissant de leurs airs choqués. C’était une belle manière de célébrer la vie à son goût et il n’attendait qu’une chose, que son meilleur ami soit de nouveau d’attaque pour une série de blagues vaseuses. Mais en attendant, il se devait de maintenir le niveau tout seul, histoire d’être sûr que tout ne s’écroule pas pendant le temps de convalescence d’Enzo. Prenant cette tâche très à cœur, Caem s’illustra une fois de plus en mimant un air triste en parlant de l’incapacité de se glisser entre Mateo et Riley. Soit dit en passant, son ami aurait sans doute envie de l’étriper s’il le voyait faire son petit numéro mais c’était sans doute ce qui rendait l’ensemble encore plus drôle. Bref, Riley lui expliqua cependant que Kezabel était la seule à ne pas créer de jalousie chez Mateo. Caem rit doucement quand elle avoua que si ça avait été le contraire, ils auraient été dans une situation complexe.

« Et bin voilà, c’est toujours comme ça, y’en a qui ont des privilèges et les autres… Bah non. »

Caem leva les yeux au ciel, attrapa sa limonade dont il sirota quelques gorgées avant de retourner son regard vers Riley et de sourire. Il était devenu assez bon dans la pratique du drama queen. Non, il ne dirait pas de qui il s’était inspiré pour ce rôle. Ce magnifique rôle. Riley revint d’ailleurs sur l’anéantissement total de ses rêves mais cette fois, le russe ne put rien faire d’autre que d’éclater de rire. Parce qu’à mesure qu’elle progressait dans sa phrase, Caem imaginait un lit se remplissant au fur et à mesure de nouvelles têtes. Et il fallait bien avouer que l’ensemble était plutôt cocasse. Ils se seraient vraiment trouvés dans une drôle de situation… Caem se laissa aller quelques secondes à pouffer, cette bonne humeur lui allait parfaitement bien.

« Je pense que cela ne pourrait que nous nourrir de nouvelles expériences, nous apprendre à sortir de nos zones de confort… Ouais bon ok, ce serait complètement absurde mais l’image est très drôle ! »

Nouveau sourire du côté du russe. Au fur et à mesure de la conversation avec Riley, il se rendait compte qu’il n’avait envie que de ça, de rire avec une amie, de se laisser aller à un peu de simplicité. Il s’était fait trop de nœuds dans le cerveau ces derniers temps, il avait tant vécu dans l’angoisse que c’était simplement un soulagement intense que de pouvoir dire tout et n’importe quoi. Parce que certes, Riley avait un sacré caractère et il n’avait nullement envie de la mettre en colère mais il ne filtrait pas en sa compagnie. Il n’avait pas l’impression de devoir faire attention à ce qu’il disait, à ce qu’il faisait. Il pouvait faire le crétin en tout impunité et cette respiration lui apparaissait comme nécessaire.

Son petit nuage se rapprocha cependant légèrement du sol alors que Riley évoquait un sujet épineux. En l’entendant évoquer la situation un peu complexe qui s’était installée entre William et lui, Caem afficha un sourire crispé. Il ne comprenait pas réellement ce qui coinçait entre eux mais il fallait bien avouer que c’était pas l’amour fou. Il sentait bien que quelque chose en lui, dans sa relation avec Enzo sans doute le dérangeait. Autant dire que ce n’était pas forcément simple tous les jours même si ces derniers temps, ils étaient bien évidemment passés au-dessus de tout ça, pour le bien d’Enzo, parce qu’au final, à côté de son rétablissement, de l’angoisse viscéral qu’ils avaient pu ressentir, de la douleur qui se lisait encore sur le visage du Gryffondor, tout ça n’était rien.

« Et bah… On se lance le paquet d’une pièce à l’autre pour éviter de se parler et tout va bien. »

Le paquet ? Enzo ? Oui tout à fait. Pardon Bro’, c’était une blague un peu pourrie, je confesse. Caem laissa alors échapper un léger soupire, venant glisser une main dans ses cheveux dans un geste qui témoignait d’une légère nervosité.

« Plus sérieusement tout va bien, parce que clairement, c’est Enzo qui est au premier le plan et le reste ça n’a pas vraiment d’importance. Mais je ne vais pas te mentir, je sens bien que William ne me porte toujours pas dans son cœur. »

Il n’y avait pas de réelle agressivité mais un truc latent, quelque chose dans les regards, dans les gestes qui montrait bien que ça ne passait pas. Et il fallait bien être honnête, Caem n’était pas vraiment habitué à ça. Il était plutôt le genre de type qu’on appréciait a priori, qu’importe qu’on s’attache à le connaître ou pas. Là c’était différent, depuis le début, William semblait être dérangé par quelque chose. Caem avait bien une petite idée sur la question mais ça le dépassait globalement.

« Je suis sage pourtant en sa présence, j’évite de dire trop de conneries, de faire des blagues sur le ménage à trois… »

Un sourire s’était dessiné sur le visage de Caem. Est-ce qu’au fond de lui il n’était pas en train de charrier un peu la pudeur de William à ce sujet ? Peut-être.

« Mais ça marche pas. Et c’est vrai que ça m’emmerde un peu. C’est le mec d’Enzo et j’aimerais sincèrement avoir une relation pacifiée avec lui, même s’il ne m’apprécie pas plus que ça. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8833
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar Belispeak + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: All our troubles, we'll lay to rest ▬ Caem   Sam 28 Juil 2018 - 23:53

Pieds dans le plat, oui, bien au milieu visiblement. Ce sourire crispé ressemble à s'y méprendre à une grimace, clairement il y a un truc qui coince. Mon intuition ne m'a pas trompée.

« Et bah… On se lance le paquet d’une pièce à l’autre pour éviter de se parler et tout va bien. »
« Et quel paquet … Vous allez prendre des biceps tous les deux, c'est bien. »

Je dédramatise la situation, je suis le chemin qu'emprunte Caem, mais je ne tourne pas ça en dérision pour autant. J'imagine bien à quel point ça doit être inconfortable pour lui, parce qu'Enzo est son meilleur ami, une personne avec qui il a un lien spécial c'est indéniable, alors je peux concevoir que ça ne soit pas très … oui, confortable, que ça ne se passe forcément très bien avec le petit ami de ce dernier.

« Plus sérieusement tout va bien, parce que clairement, c’est Enzo qui est au premier le plan et le reste ça n’a pas vraiment d’importance. Mais je ne vais pas te mentir, je sens bien que William ne me porte toujours pas dans son cœur. »

Je ne dirais pas que ça me rend soucieuse, mais songeuse ça oui. Je sais que William peut se montrer vraiment … Disons qu'il a un côté peste que j'ai déjà pu voir à l’œuvre quand il s'agit de Macy et de ses conquêtes par exemple. Mais je dois avouer que cette espèce d'inimitié envers Caem me dépasse un peu. Je ne juge pas, là n'est pas la question, ça me surprend c'est tout. Il est difficile de ne pas aimer Caem, en toute honnêteté, mais je crois qu'on a ici tous les deux notre petite idée sur les raisons de ce froid entre le Russe et l'Américain. Hey, les gars sérieux … Vous êtes en train de nous faire un remake de la guerre froide en fait ! Hum. Pardon.

« Je suis sage pourtant en sa présence, j’évite de dire trop de conneries, de faire des blagues sur le ménage à trois… »
« Peut-être que ça s’apaiserait si tu lui proposais d'en faire un ménage à quatre, arrêtez de vous la jouer perso aussi ! »

Mais là par contre, je pense que c'est du côté de l'Australien que ça bloquerait. J'en sais rien, une intuition comme ça … Vous pouvez bien parler de Mateo et moi, on n'a pas le privilège de la possessivité tous les deux. Loin de là même ! D'ailleurs on en parle de Killian ou … ?

« Mais ça marche pas. Et c’est vrai que ça m’emmerde un peu. C’est le mec d’Enzo et j’aimerais sincèrement avoir une relation pacifiée avec lui, même s’il ne m’apprécie pas plus que ça. »
« Ça se comprend, c'est complètement normal j'pense. Que t'aimerais que ça se passe bien entre vous deux j'veux dire. »

Pour des raisons évidentes. J'essaie de me mettre à sa place, d'imaginer qu'Emily ne me parle pas ou ait quelque chose contre moi … Concrètement c'est compliqué à imaginer quand on connaît ma compatriote Écossaise mais bon, j'essaie. Et bien ça me ferait chier, bien sûr. D'ailleurs en parlant de Keza … Enfin oui je sais on parlait d'Emily là mais c'est lié. Faut suivre un peu.

« Si ça peut te consoler j'ai mis une droite à un des ex de Keza un jour, dis toi que vous n'en êtes pas encore là. »

Ceci dit parfois quand on cogne ou qu'on hurle un bon coup ça peut aider à crever l'abcès mais bon, je ne suis pas là pour donner un cours de gestion des conflits. Je dis juste que j'ai clairement jubilé de mettre mon poing dans la face de ce crétin de Harry Turner. Ok, j'ai attendu qu'ils ne soient plus ensemble pour le faire, certes, mais ça m'a démangé tellement de fois avant … Sale con, tu ne la méritais pas et tu ne sais pas ce que tu perds mais c'est bien fait pour ta gueule.

« Plus sérieusement, je comprends que ça t'ennuie. Et c'est vrai que, bon j'le connais pas non plus depuis dix ans mais ça m'étonne un peu de la part de Will. Jaloux il l'est ça c'est certain, enfin possessif. On touche pas à sa Peluche, mais c'est pas le genre à se prendre la tête en temps normal. »

Il sait faire la part des choses, voilà où je veux en venir. Encore une fois je ne juge pas, je ne me permettrais pas et puis je n'ai peut-être pas toutes les cartes en main non plus. En tout cas, hors de question de choisir un camp ça c'est certain ! Je suis pour la paix dans le monde, un jour je réussirais à vous faire faire un bisou tous les deux, vous verrez. Sur la joue le bisou, hein, on va éviter de mêler l'Australie à la Guerre Froide. Ça serait con de la réchauffer.

« Enfin ceci dit je sais pas si c'est une question de jalousie, c'est juste une supposition. Il s'est déjà passé un truc entre Enzo et toi ? »

Ben quoi ? Je demande c'est tout ! Ça pourrait expliquer la réaction du Californien, même si le passé appartient au passé et qu'ils ont tous les deux vécus des choses avant de se mettre ensemble. Genre, au hasard … Zachary. Tu me manques copain, j'ai hâte de te voir débarquer déguisé en pompom girl pendant un de mes match.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: All our troubles, we'll lay to rest ▬ Caem   

Revenir en haut Aller en bas
 
All our troubles, we'll lay to rest ▬ Caem
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Perdu en eaux troubles
» SUPPRESSIONS ► rest in peace
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Birmanie: Ca continue
» Soirées au dortoir [Eli, Lou et Ashley] [Carrie en PNJ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Londres :: Ouest de Londres :: ─ Chelsea. :: ─ Sloane square.-
Sauter vers: