AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Just like fire, burning up the way, if I can light the world up for just one day ▬ Charleen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 8964
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar Moonlight + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Just like fire, burning up the way, if I can light the world up for just one day ▬ Charleen   Jeu 17 Mai 2018 - 10:16

Just like fire, burning up the way, if I can light the world up for just one day
Charleen & Riley


■ Samedi 19 Septembre 2015 ■

Vendredi 18 Septembre 2015 – Dans la soirée

« C'est quoi ton problème Jenkins ? »
« Mon problème ? Mais j'ai pas de problème Wilson. Par contre j'pense que toi t'en as un, comme ne pas supporter que j'sois meilleure que toi. »

Une seconde on se toise, la suivante on se repousse violemment pour mieux se sauter à la gorge comme deux harpies. Il fallait bien que ça arrive … Je ne pensais pas que ça se produirait avec une nana de l'équipe – en plus de ça, je suis la petite nouvelle. Paie ta bonne impression.

« Riley ! Rita ! Sur le banc ! »

Miss Sale Caractère 2015 fusille le coach du regard, idée du siècle. Tu vas finir par te faire virer ma grande, c'est tout ce que tu vas gagner à être hargneuse comme ça. Je le sais tout ça, j'en ai totalement conscience, mais c'est plus fort que moi. Comme si ça ne m'avait pas suffi de kidnapper ma meilleure amie il y a trois semaines … Mais franchement … Rita … On dirait un prénom de Yorkshire.

« Est ce que je vous rappelle que vous êtes dans la même équipe ? Continuez comme ça et aucune de vous deux ne joue le premier match de la saison. »

Mauvaise foi, certes, mais j'obtempère et elle en fait autant. Chacune de son côté, évidemment. J'ai l'habitude des sports co et je sais pertinemment que la réussite d'une équipe repose sur sa solidarité donc il va falloir que je fasse des efforts. Mais pas ce soir. Ce soir je marmonne un « connasse » dans ma barbe et shoote dans un truc au sol, attitude totalement anti-sportive, avant de me laisser choir sur le fameux banc en question pour regarder la fin de l'entrainement de basket qui se déroule donc sans moi. Et sans l'autre pouffe. Oops !
Il n’y a que lorsque je me laisse plus ou moins tomber en arrière et que je regarde le toit, puis derrière moi, dans une position totalement non-ergonomique, que je réalise que les gradins ne sont pas vides … Gênance ! Il ne s’agit que de mon prof de droit … Volteface, grand sourire !

« Bonjour Monsieur Wallace ! Vous allez bien ? »
« Bonsoir Riley. Je vais bien, je te remercie. Et toi ? »
« Super. Vous êtes là depuis longtemps ? »

Sourire crispé, bonsoir. Inutile de dire que j’ai déjà la réponse à ma question quand je vois son petit sourire en coin. Timide, un peu coincé, mais il a la fossette très charmante. Simple constat. D’autant que je trouve cet homme passionnant, ces cours sont vraiment supers.

« Si t'as question est : Est-ce que j'ai assisté à ton petit accrochage avec ta co-équipière ? La réponse est oui. »

Oops. Je pense que je rougis un peu, sincèrement, mais j’ai surtout envie de rire ce qui n’est clairement pas une réaction très mature. Pas plus que l’espèce de gloussement qui m’échappe quand un mouvement sur ma droite attire mon attention et que j’aperçois la silhouette de mon amoureux, qui vient d’entrer dans le gymnase. Regard vers le coach, j’ai terriblement envie de quitter mon banc mais je sais qu’un tel geste risque de m’être fatale après ce que je viens de faire et même si j’ai l’air de m’en foutre, j’ai pas envie de me faire virer de l’équipe. Le Quidditch ne me manque pas, j’avais décidé d’arrêter avant de quitter Poudlard, mais évoluer dans une équipe c’est un truc qui me tient à cœur. Et enfin, le coup de sifflet tant attendu, la fin de l’entrainement et donc de la discussion rapide avec le prof qui se trouve là parce que le coach est un de ses amis.

« Bonne soirée Monsieur, j'vous dit à lundi. »

Je lui adresse un signe de la main, rejoint le reste des filles et accepte la remontrance tout comme ma co-équipière avant de me précipiter dans les bras de Mateo dès que j’en ai l’occasion. Et quand je dis me précipiter, c’est clairement lui sauter dans les bras, enrouler ses épaules des miens, ses hanches de mes hanches pour me blottir contre lui.

« T'es là. »

Et c’est une surprise. Disons que ça n’était pas prévu et comme toujours, ce genre de trucs me fait papillonner. Le débordement d’énergie qui s’empare de moi depuis tout à l’heure, par contre, c’est autre chose et quand je lui vole un baiser il n’a rien de calme.

« Rentre avec moi. J'ai envie de prendre ma douche avec toi. »

Inutile de dire qu’il ne se fait pas prier et que le temps de récupérer mon sac dans le vestiaire, de retrouver ses bras à nouveau, on transplane directement dans ma chambre après s’être assurés que personne ne nous voit.

#

Samedi 19 Septembre – Le matin

« Hellooooooooooo ! »

Réveil en fanfare, je débarque dans la chambre de Cha’ comme une furie et la tire de son sommeil – à moins qu’elle n’était déjà réveillée – en me posant dans l’entrebâillement de sa chambre telle une super héroïne, mains sur les hanches, jambes légèrement écartées, menton levé vers le ciel : Il ne me manque plus que la cape. L’instant d’après je me précipite sur son lit et lui saute dessus, la chatouille, me relève finalement et tangue un peu avant de trouver un peu de stabilité, debout, un pied de chaque côté d’elle. P.S. J’aurais déjà tué la personne qui aurait osé me réveiller comme ça.

Mais moi si je le fais, c’est pour une bonne raison.

« Fais tes bagages Criquet, on déménage. »

Air super sérieux, j’attends une seconde et disparait comme je suis arrivée. Shorty et débardeur, je dévale les escaliers et me pointe dans la cuisine où un petit déjeuner copieux nous attend toutes les deux. les parents sont dans la confidence, bien sûr, mais d’une ils ne seront pas de la partie et de deux, ce petit dej c’est moi qui l’ait préparé – avec amour et les yeux collés.
Quand Charleen débarque finalement, les cheveux en vrac, clairement encore à moitié chez Morphée ou peut-être dans ses pensées, je lui claque un bisou sur la joue et lui fais un câlin. Il y a deux jours elle a pris un an de plus, pourtant le cœur n’y était pas vraiment. Ethan est coincé à Poudlard, avec des abrutis dont on ne comprend pas vraiment les intentions il faut bien le dire. Les élèves là-bas ont l’air en « sécurité », personne ne comprend réellement pourquoi ils sont gardés captifs. Au moins, on peut toujours communiquer avec eux, c’est déjà ça, mais ça n’enlève pas l’inquiétude et l’absence qui pèse. C’est mon truc en ce moment, essayer de redonner le sourire à ceux qui sont autour de moi. A Kezabel et Mateo qui s’inquiètent pour Enzo dont on a toujours aucune nouvelle, à Charleen vis-à-vis d’Ethan, entre autres.
Je lui dis de bien manger, qu’on a une grosse journée qui nous attend mais ne réponds pas à ses questions quand elle me demande où on va. c’est une surprise, Ca le restera jusqu’à ce qu’on atteigne l’endroit où je veux l’emmener. Une petite heure après ce réveil un peu explosif je lui attrape la main et l’entraine jusqu’au Portoloin, quelques secondes plus tard on arrive à l’abri des regards indiscret dans une ruelle de Disney Village, à Paris, en France, et là je crois qu’elle commence à comprendre.

Cette journée c’est mon cadeau. Une virée rien que pour nous deux, chez Mickey comme ils disent, et c’est avec mon plus bel accent français – ahem – que je lui présente les grilles du parc.

« Joyeux anniversaire petite sœur. »

Enfin, des parcs, puisqu’il y en a deux. A nous les montagnes russes et les chansons qui rendent fou !

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1023
Date d'inscription : 30/10/2013
Crédits : me
Double Compte : Kezabel & Mateo & James & Leiv & Will & Margo & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2425-charleen-s-thomson-the-world-i
MessageSujet: Re: Just like fire, burning up the way, if I can light the world up for just one day ▬ Charleen   Mar 5 Juin 2018 - 13:17


just like fire, burning up the way, if i can light the world up for just one day
ft. Riley & Charleen

 7 Septembre 2015

Je suis devant ma feuille sans réussir à coucher un seul mot sur le parchemin vierge. Mains jointes entre les cuisses, boule dans la gorge, je ne sais pas par où commencer, ni quoi lui dire puisque la seule chose qui me vient c’est : Rentre. Je t’en supplie, par tous les moyens, reviens.
Mais je ne peux pas parce que de 1 – C’est impossible. Encore moins maintenant que les Supérieurs sont revenus, qu’ils guettent visiblement une porte d’entrée.
De 2 – Parce que ça ne serait pas correcte envers Ethan qui essaie de garder la tête haute, de garder le courage nécessaire pour affronter la peur, l’ambiance qu’il doit régner là-bas.

J’essaie de relativiser, de sourire comme il me le demande mais je n’y arrive pas. La vérité c’est que j’ai envie de pleurer, parfois de crier de frustration et qu’on me le ramène. Qu’on nous les ramène tous. Je pensais qu’en fuyant Poudlard une bonne fois pour toute, j’allais pouvoir vivre un quotidien plus serein, plus tranquille, mais j’avais tort. J’ai la sensation que quoi que l’on fasse, il y aura toujours quelque chose ou quelqu’un pour entacher un bonheur que l’on essaie de maintenir à bout de bras, hors de l’eau.
Circée grimpe sur mon bureau et vient me ronronner dans les oreilles, frottant son museau contre mon menton et les larmes pointes déjà. Je la prends dans mes bras, la câline et la serre contre moi, comme un réconfort. Un apaisement. Je lutte pour ne pas craquer mais je sens que tout cela me dépasse.
Et s’il se faisait torturer à la seconde même où je ne sais pas lui répondre ? Et s’il mourrait demain ?

Des millions de scénarios défilent dans ma tête, tous aussi horribles les uns que les autres et j’ai l’impression que tout va exploser dans mon crâne, que mon cœur ne supportera pas le poids de toute cette pression … Il me manque. Terriblement. J’ai envie de le sentir, de le savoir en sécurité chez lui.
Pas dans cette école où ceux qui nous ont détruit la vie sont prêt à tout pour revenir.

Je laisse passer dix bonnes minutes à câliner Circée avant de finalement la lâcher, d’essuyer mes larmes et de me moucher, yeux encore humides. Je prends une inspiration et m’empare de ma plume, celle que Riley m’a offerte il y a quelques temps déjà. Si je suis inutile de là où je suis, la meilleure chose à faire est d’au moins lui donner de mes nouvelles, de lui donner de quoi sourire, d’être apaisé. Si je peux servir à ça alors très bien. Chaque mot est une lutte, je tente de me rassurer en me disant que le bon côté des choses est qu’ils ne sont pas encore rentrés dans l’école, que Mr Rivers fera tout pour que ça n’arrive pas. Alors je laisse aller, j’écris des mots tendres, de quoi lui changer les idées, je le motive à m’écrire des chapitres d’histoire pour le divertir, m’engageant même à essayer de lui en écrire en retour si ça peut lui permettre d’imaginer des choses plus belles.

Plus j’écris, plus le sourire revient, spontanément, automatiquement. Sans me douter une seule seconde qu’à l’heure où je couche ces mots, les Supérieurs ont pénétrés dans l’enceinte du château.

#

Samedi 19 Septembre – Matin

-  Hellooooooooooo !
- Non pas d’la purée de carotte !

Je me réveille en sursaut, le visage à peine relevé de l’oreiller sans comprendre ce qu’il m’arrive. J’étais en plein cauchemar où une courge me forçait à manger de la purée de carotte… Je ne sais même pas d’où vient ce genre d’idée, ni à quel moment mon cerveau s’est dit qu’il serait bien de faire un mashup de légumes.
Je me redresse légèrement .. mais n’en ait pas vraiment le temps puisqu’une tornade saute sur mon lit, achève de me réveiller et m’envoie une salve de chatouille qui me font éclater de rire. Je suis très TRES sensible à ce genre de truc et je suis entrain de me tordre dans tous le sens, essayant vainement de m’échapper de l’emprise de mon adorable grande sœur. La dernière fois qu’elle m’a réveillée de cette façon c’était il y a quelques jours, pour mon anniversaire.

J’ai les larmes aux yeux, le souffle court et m’appuie sur les coudes, Riley debout au-dessus de moi, avec son air de conquérante.

- Qu’est-ce qu’il se passe ? Tu as une bonne nouvelle à m’annoncer ?
- Fais tes bagages Criquet, on déménage.
- Hein ?

Et elle disparait, comme elle est arrivée : Bruyamment et rapidement. Et l’euphorie redescend, brutalement. Mon sourire se fane, la fatigue s’abat sur mes épaules mais je secoue la tête brusquement et m’assoit sur le bord de mon lit, glissant mes pieds dans mes chaussons mauves. J’a un peu de mal à avoir le moral, à garder le cap, depuis que j’ai eu confirmation de l’arrivée des Supérieurs dans le château et qu’Ethan n’a pas réussit à s’échapper.
Je me focalise sur l’arrivée en fanfare de Riley, me demande ce qu’il lui a prit ce matin et c’est clairement les cheveux dans tous les sens que je descend mollement les escaliers, d’un pas trainant, écrasant un bâillement sur le dos de ma main.

- Wow.


Arrivée dans la cuisine, j’ouvre de grands yeux, impressionner de voir ce petit déjeuner de roi qui nous attends sur la table.

- Tout ça pour nous ?

Mon estomac s’exprime, grogne de famine rien qu’à sentir l’odeur du bacon et des œufs encore chauds dans notre assiette. En guise de réponse, je reçois un bisou sur la joue, un câlin qui m’émeut sans que je ne lâche pourtant de larmes – même si c’est compliqué, d’accord, je l’avoue ! – et la garde un peu contre moi.
Rien n’est plus rassurant et réconfortant que l’étreinte d’une grande sœur comme Riley. J’y puise un apaisement, en soupire de soulagement et quand elle s’écarte, c’est pour me dire de bien manger et d’ensuite aller me préparer parce qu’une grosse journée nous attend.

- Pourquoi ? On va où ?

Elle pique ma curiosité, refuse de dire ce qu’elle a prévu, où elle m’emmène et même si cela peut paraitre égoïste, chaque minute passer avec elle, à titiller ma curiosité, chasse les mauvais nuages qui embrume mes esprits depuis quelques jours. Je sautille, trépigne, me régale avec ce petit déjeuner bien chargé et mes questions n’arrêtent pas de fuser. Où, comment, avec qui, pourquoi ?
Non, pourquoi, je le devine. Mais où surtout.
Je termine mon petit déjeuner, cours (mais pas trop, sinon je vais tout vomir) jusqu’à ma chambre où je m’habille selon les indications que Riley m’envoie à la volée sans jamais rien me dévoiler qui pourrait m’aider à deviner…

Je suis fin prête, habillée, préparée, un petit sac à dos léger en cuir sur le dos pour finir d’habiller le tout et pour pouvoir mettre mes papiers, ma baguette – je ne sors jamais sans – et une bouteille d’eau, encore une fois sous les recommandations de ma grande sœur qui, cette fois, m’entraine à l’extérieur. Si je suis patiente ? Absolument pas. Je trépigne, j’ai les yeux qui brillent d’excitation face à cette surprise qu’elle me concocte, rien que toutes les deux visiblement puisque les parents ne sont pas là. J’ai l’impression d’avoir de nouveau 10 ans, que mon cœur menace d’exploser dans ma poitrine. Un portoloin plus tard, l’atmosphère change, l’air aussi et le silence de notre rue se mue en un brouhaha intense que je n’arrive pas à déchiffrer. Des nuances de couleur me sautent aux yeux. Du rouge, dorée, bleu, des néons, des lumières et plus j’avance la bouche entrouverte, plus mon cerveau capte. Et ce n’est que lorsque nous sommes devant les grilles…

- Joyeux anniversaire petite sœur.

En français s'il vous plait, de façon complètement adorable en plus de ça

- Oh mon dieu…

Et j’éclate de joie, pousse un petit cri d’enthousiasme et lui saute dans les bras. Disneyland, rien que nous deux, pour mon anniversaire… j’ai le cœur qui bat comme un fou, les larmes aux yeux de bonheur et je ne la lâche toujours pas, la gardant contre moi, complètement submerger d’émotions qui atteignent des sommets de positifs comme j’ai rarement connu.

- Merci merci merci ! Je sautille toujours dans ses bras, un pied sur l’autre et lui dépose un énorme bisou sur sa joue, les joues baignés de larmes qui glissent au travers mon large sourire. Je t’aime ! T’es la meilleure des grandes sœurs !

Mon anniversaire était il y a deux jours mais c’était sans joie et sans cœur que nous avions fait un petit gâteau à la fin du dîner, histoire de marquer le coup. Mes parents m’ont offert quelques cadeaux qui m’ont réchauffé le cœur même s’il n’y était pas, dont ce petit sac que je porte actuellement sur le dos. Mais celui que m’a réservé Riley vient de me lancer tête la première dans un nid de bonheur, d’excitation et je suis déjà à la prendre par la main de ma grande sœur et de l’entrainer vers la file d’attente adéquate. Et l’attente me parait interminable. Je me mets sur la pointe des pieds pour voir l’intérieur du parc où je ne perçois que quelques couleurs.

- On va faire quoi ? Tu sais déjà quel manège on va faire ? On est que toutes les deux, entre nous ? Par merlin j’ai trop hââââte !

Oui, j’ai l’air d’avoir dix ans, c’est vrai.
Mais je m’en fiche, parce que Riley me refait vivre un anniversaire au goût de merveilleux et qu’aujourd’hui, je veux tout oublier. Juste pour cette journée, mettre tout sur pause et me concentrer uniquement sur cette joie intense qui me consume.
Les billets sont payés, compostés et nous voilà à l’entrée avec une immense avenue qui donne vue sur le château emblématique de la firme et du parc sans compter tout ce décor qui m’éblouie, qui me jette littéralement de la poudre magique dans les yeux et dans la tête. Encore une fois, des larmes de bonheur me montent aux yeux sans que jamais mon sourire ne me lâche.

- OH REGARDE ! C’est Tic & Tac !

Et d’un geste rapide je me saisis de la main de Riley et l’entraine avec moi à la rencontre des deux écureuils géants qui nous tendent les bras.
©️ code par Nostaw.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8964
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar Moonlight + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: Just like fire, burning up the way, if I can light the world up for just one day ▬ Charleen   Mar 12 Juin 2018 - 14:01

On a tous besoin d'une petite éclairci quand il pleut pendant des jours, puis des semaines … On a beau être en septembre, le soleil est toujours présent, pourtant dans le cœur de beaucoup de mes proches c'est l'obscurité. J'ai moi aussi des amis coincés là-bas, je m'inquiète bien sûr pour Enzo sans être aussi proche de lui que peuvent l'être certains de nos amis communs, mais aujourd'hui mon attention est totalement focalisée sur ma petite sœur. C'est son jour, notre jour, et je compte bien faire tout mon possible pour lui mettre un sourire sur le visage et des paillettes dans les yeux – pas au sens propre pour les paillettes, je vous vois venir.

Quoi de mieux pour ça que de retomber en enfance l'espace d'une journée ? Et quoi de mieux pour ça que la magie de Disney ? Est-ce que j'ai fait mouche ? Je pense que l'étincelle dans ses yeux parle pour elle-même …

« Oh mon dieu… »

Mission accomplie. Il est vrai que je suis particulièrement … complètement hystéro d'être là autant dire les choses clairement – quand bien même je me retiens, pour le moment – mais mon but premier était de faire naitre chez elle exactement ce que je vois en cette seconde. Les larmes aux yeux, le bonheur évident sur les traits, elle me saute dans les bras et je la réceptionne en la serrant fort contre moi. On a eu des moments difficiles ces derniers mois, je suis terriblement fière de la jeune femme qu’elle devient et des démons qu’elle a su affronter pour s’en sortir. Aujourd’hui le sort s’acharne mais pour le moment, tout ça est relégué au second plan. Juste l’espace d’une journée.

« Merci merci merci ! »
« De rien, de rien, de rien ! »
« Je t’aime ! T’es la meilleure des grandes sœurs ! »
« Je sais, je sais ... »

Amie de la modestie, bonjour. Je plaisante, évidement, et la vérité c’est que j’ai les larmes aux yeux moi aussi même si je ne le montre pas trop. Je suis heureuse, tout simplement, que ça la touche autant.

« On va faire quoi ? Tu sais déjà quel manège on va faire ? On est que toutes les deux, entre nous ? Par merlin j’ai trop hââââte ! »

J’ai l’impression d’avoir une enfant sous les yeux et ça me fait éclater de rire. Il faut le dire, ça fait du bien de rire un peu, c’est bon même pour l’organisme. Je ne dis pas que ça ne m’arrive jamais ces temps-ci parce que c’est faux mais ce qui plane dans l’air en quasi permanence n’aide pas à se laisser aller c’est certain.

« On est juste toi et moi. Et on a toute la journée pour faire les deux parcs donc on va faire tout ce qu'on va pouvoir ! J'ai téléchargé l'appli, tu vas voir on va optimiser notre temps comme des pros. »

Et sans plus attendre j’attrape sa main et l’entraine avec moi vers l’entrée. D’abord le monde magique, on verra ensuite pour le côté plus sensationnel et moderne. Le fait d’être arrivées pour l’ouverture et d’avoir déjà les billets en poche permet d’entrer assez rapidement et la magie fait son œuvre immédiatement. Rien que le décor, la musique, suffisent à nous mettre des paillettes dans les yeux et c’est comme deux gamines qu’on regarde le château de la Belle au Bois Dormant se dessiner un peu plus loin. Aujourd’hui c’est notre journée rien qu’à nous, nos souvenirs rien qu’à nous, mais je me dis que quand tout sera rentré dans l’ordre – parce que ça sera le cas – ça serait super de revenir ici tous ensemble avec les copains. Et puis qui sait ? Peut-être bien qu’on y amènera nos enfants dans quelques années … Quedal, trainer dans Disney avec des mioches je suis certaine que c’est horrible alors ils feront comme nous et attendra d’être en âge d’y aller tous seuls ! Voilà.

« OH REGARDE ! C’est Tic & Tac ! »
« Wow ! »

Faut le savoir, je viens de manquer de me casser la figure sur le pave. Mais je suis le rythme et cavale auprès de ma sœur jusqu’à ce qu’on se jette toutes les deux chacune dans les bras de l’un des écureuils. J’ai beau savoir qu’il y a quelqu’un là-dessous, que ça n’est qu’un costume, pour moi en cet instant il s’agit uniquement d’un rongeur géant tout doux contre qui je me blottie sans honte.

« Vous êtes trop fluffy les gars, c'est génial. »

Et hop, un câlin à Tac maintenant ! A moins que ça soit Tic ? Aucune importance. Et puis le passage obligé par le selfie où trône les deux sourires figés des écureuils et les deux notre, radieux, émerveillés même.

« Je l'envoie aux parents ! »

Ils reprennent leur route, se laisse alpaguer par une horde d’enfants alors qu’on s’éloigne un peu dans l’allée centrale, plan du parc sur le téléphone, prête à dégainer.

« Bon ! Tu veux commencer par quoi ? On attaque plutôt en douceur et on y va crescendo ou YOLO on se tape le plus hard dès le départ ? »

A mon humble avis, c’est mieux de monter crescendo histoire de ne pas être « lassée » trop facilement niveau sensation. Je vous rappelle que j’ai fait du Quidditch pendant 9 ans, je te mets au défis de faire plus sensationnel que ça Mickey Mouse.

« Hum ! Faut absolument qu’on s’arrête prendre des photos débiles avec Excalibur, j’ai cru comprendre qu’il y avait une réplique quelque part. »

Je nous vois déjà faire les pires grimaces et graver ces souvenirs autant sur des photos que dans nos mémoires.

« Et si on peut choper Jack Sparrow … »

Ben quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1023
Date d'inscription : 30/10/2013
Crédits : me
Double Compte : Kezabel & Mateo & James & Leiv & Will & Margo & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2425-charleen-s-thomson-the-world-i
MessageSujet: Re: Just like fire, burning up the way, if I can light the world up for just one day ▬ Charleen   Mar 26 Juin 2018 - 12:40


just like fire, burning up the way, if i can light the world up for just one day
ft. Riley & Charleen

 Des câlins a des peluches géantes, sans honte, ni quoi que ce soit parce que j’ai l’impression que dans ce genre de parc, il n’y a plus d’âge, plus rien d’autre qui compte que l’enfance et cette insouciance qui m’a gagné à la seconde où je suis entrer dans ce parc.
Riley dégaine le téléphone portable et nous prend en selfie avec ces deux énormes peluches d’écureuil devant qui je suis complètement attendri. Si je commence comme ça, je n’ai clairement pas terminé la journée…

- Je l'envoie aux parents !
- OK ! Envoie là moi aussi s’il te plait !

Ca me fera un souvenir et à la seconde où je la reçois, la photo fini en fond d’écran de mon téléphone. Un moment capturé et figé dans le temps avec nos sourires lumineux, nos regards brillants. Un souvenir que je veux garder bien précieusement.
Je suis ma grande sœur dans l’allée centrale où affiche la carte du parc sur son téléphone et mes yeux s’arrondissent de surprise.

- Woaaa ! Il est immense !
- Bon ! Tu veux commencer par quoi ? On attaque plutôt en douceur et on y va crescendo ou YOLO on se tape le plus hard dès le départ ?

Je prends le temps de réfléchir parce que là tout de suite, j’ai envie de me dédoubler pour tout faire à la fois tellement je suis surexcité. J’essaie de calmer un peu mes ardeurs, de respirer à fond. On a toute la journée pour tout faire -enfin je crois, j’espère – alors je me dis qu’on a le temps pour en profiter de faire les choses petits à petits, en douceur pour ensuite atteindre le point culminant des sensations fortes où je vais certainement pleurer de peur à la fin. Ou pas. J’avoue que pour le moment je ne me pose pas la question, totalement focalisé sur le bonheur qui ne cesse de gonfler.

- Hum ! Faut absolument qu’on s’arrête prendre des photos débiles avec Excalibur, j’ai cru comprendre qu’il y avait une réplique quelque part.  Et si on peut choper Jack Sparrow …

J’éclate de rire avant d’enchainer.

- Et comme ça j’envoie une photo à Mateo pour lui dire que c’est trop tard et que tu es déjà partie avec un pirate. Je finis par hausser les épaules. Il a l’air tellement jaloux qu’il serait capable de traverser tout l’océan pour tuer le coupable.

De nouveau un rire m’échappe et même si je ne connais pas très bien son petit ami, j’ai déjà pu le voir à l’œuvre à l’école et c’est sans compter les confidences entre sœurs qui sont tombées depuis déjà bien longtemps.

- Bon ! On commence léger et on augmente petit à petit ? Comme ça, ça nous fait faire les attractions à sensations fortes bien après manger, du coup on aura moins de risque de vomir sur le voisin et de faire la photo de l’année.

Ca ferait désordre et je n’ai pas envie que l’on se retrouve à la une de je ne sais pas quel journal ou ailleurs sur youtube. On ne sait jamais, parfois ça va tellement vite qu’on n’a le temps de se rendre compte de rien que vous êtes déjà connu sur la toile ou ailleurs.

- Je sais pas trop si on fonctionne par monde ou pas. Par exemple commencer par celui de gauche avec « Frontièreland » et faire tout le tour en passant par Adventure Land etc… tu en penses quoi ?

J’ai presque envie de la laisser me guider mais je sais que Riley tient à ce que cette journée soit parfaite, je la connais. Je n’en reviens pas de tout le chemin que nous avons parcouru toutes les deux et que nous soyons aujourd’hui ici, ensembles, à vivre un vrai moment entre sœurs. Celle que j’ai toujours voulu depuis que je suis petite et qui est enfin là, à mes côtés. Et si je me suis souvent dis que je me sentais toujours en sécurité auprès d’Ethan, il en est de même avec Riley mais à une autre échelle. Comme si rien ne pourrait entacher ma vie ou ce moment rien qu’à nous. Je ne sais pas si elle sait combien elle fait une grande sœur merveilleuse.

- En plus il y a une maison hantée ! Je pointe du doigts la grosse maison tout à gauche de l’écran. Tu crois qu’on aura le temps de tout faire ?

Quand je vois la taille du parc, toutes les choses qu’il y a à faire… Je me dis qu’en réalité il faudrait au moins trois jours. Je n’arrive pas à m’en rendre compte mais je m’en fiche, tout ce qui compte c’est d’être là et d’en profiter.

- Oooh et on pourra regarder la parade s’il te plait ?


Et qu’on chante toute la journée le thème jusqu’à saouler nos parents.

©️ code par Nostaw.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8964
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar Moonlight + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: Just like fire, burning up the way, if I can light the world up for just one day ▬ Charleen   Dim 15 Juil 2018 - 12:13

« Et comme ça j’envoie une photo à Mateo pour lui dire que c’est trop tard et que tu es déjà partie avec un pirate. »
« Ouh la. »

Mauvaise idée.

« Il a l’air tellement jaloux qu’il serait capable de traverser tout l’océan pour tuer le coupable. »
« Ouais … Et on a dit que c’était une journée rien que pour nous deux ! Donc pas de photo envoyée à Mateo, on garde Jack pour nous. Ça sera notre petit secret. »

Non parce qu'elle dit ça sur le ton de l'humour, un peu de la moquerie – gentille la moquerie, je sais qu'elle aime bien Gaucho – mais dans le fond … En toute sincérité je pense qu'il en serait capable si c'est un jour où il est plus sur les nerfs qu'un autre. Parce que sinon, faut pas charrier, il est sanguin et impulsif mais il sait quand même faire la part des choses mon homme … Enfin, des fois … Mais là dessus j'ai clairement aucune leçon à lui donner. Ahem. Bref !

« Bon ! On commence léger et on augmente petit à petit ? Comme ça, ça nous fait faire les attractions à sensations fortes bien après manger, du coup on aura moins de risque de vomir sur le voisin et de faire la photo de l’année. »
« Tu me diras ça pourrait être drôle ! Mais je valide ce plan d’attaque ! »

Parce que, qu'on se le dise, je tiens pas à finir dans l'album souvenir de Mickey. En tout cas pas pour ça !

« Je sais pas trop si on fonctionne par monde ou pas. Par exemple commencer par celui de gauche avec « Frontièreland » et faire tout le tour en passant par Adventure Land etc… tu en penses quoi ? »
« Faut pas qu’on oublie l’autre parc aussi. »
« En plus il y a une maison hantée ! Tu crois qu’on aura le temps de tout faire ? »[/color]
« Au pire on sera obligées de revenir, quelle torture … »

C'est vrai, franchement, quelle torture d'être obligé de revenir dans un endroit aussi horrible ! D'un autre côté quand je vois la foule qui commence à s'amonceler, tous ces gamins qui braillent déjà alors que la journée commence à peine ... Ouais, ça me conforte dans l'idée que ce parc c'est entre amis ou en famille mais avec des adultes qu'il faut le faire. Et ça tombe bien parce que je suis là pour en profiter avec ma petite sœur, pour lui changer les idées entre autre ou c'est vrai mais surtout pour partager un moment privilégié et parce que j'ai envie de lui faire plaisir.

« Oooh et on pourra regarder la parade s’il te plait ? »
« Bien sûr ! J’ai toujours rêvé de voir défiler des Princesses Disney sous acide !!! »

Je me moque, évidemment, mais il n'y a aucune part d'ironie là dedans parce que je le sais très bien, je serais tout autant émerveillée. Faut pas croire, Charleen a l'air d'être la petite bulle sucrée de notre duo mais j'ai aussi une part de douceur ! Je vous assure. Et réciproquement, parce que n'allez pas croire que ma frangine n'a pas de caractère. Bref, on n'est pas là pour faire une analyse de nous-même mais pour bouffer des sensations jusqu'à en avoir le ventre retourné.

« Direction FrontierLand ! Je te propose qu’on commence par la maison hantée et ensuite on se fait le train de la mine. Ok ? »

Et nous voilà parties à l'aventure, les autres, le reste, ayant disparu de nos esprits l'espace d'une journée.

« Cet endroit est vraiment trop génial. »

Tout est nickel, rien ne dépasse, pas un seul déchet sur le sol … La future avocate en moi se demande si les conditions de travail des employés sont toutes légales, ce genre de truc, mais j'ai pas envie de penser à ça. Je veux simplement me laisser porter par le rêve que ce lieu imprime dans chaque regard et chaque cœur.
Et après une petite balade, quelques – longues – minutes d'attentes, nous voilà dans la fameuse maison hantée.
Autant le dire, avec ma peur du noir, c'était peut-être pas l'idée du siècle … J'ai la trouille, on ne va pas se mentir, parce que sans être noir il fait sombre et je ne connais pas cet endroit. Je sais qu'au moindre sursaut je pourrais réagir de manière un peu excessive mais sans y réfléchir j'ai attrapé la main de Charleen et sa présence me rassure.

« J’te promets d’essayer de me tenir et de frapper personne. Ça serait con qu’on se fasse virer du parc parce que j’ai des réflexes un peu trop affûtés … »

Parler, dédramatiser, ça me rassure aussi. Pour autant je ne me sens pas super fière, c'est certain. L'égo en prend un coup, même si c'est quelque chose que j'ai accepté depuis un moment. L'exposer aux yeux de tous c'est autre chose. Aucune importance, je sais que Charleen ne me jugera pas et qu'elle comprend ce qui se passe, je n'ai pas besoin de le formuler.

Mais quoi qu'il en soit hors de question que je sorte d'ici, je prends ça comme un défit personnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1023
Date d'inscription : 30/10/2013
Crédits : me
Double Compte : Kezabel & Mateo & James & Leiv & Will & Margo & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2425-charleen-s-thomson-the-world-i
MessageSujet: Re: Just like fire, burning up the way, if I can light the world up for just one day ▬ Charleen   Lun 23 Juil 2018 - 12:27


just like fire, burning up the way, if i can light the world up for just one day
ft. Riley & Charleen

- Bien sûr ! J’ai toujours rêvé de voir défiler des Princesses Disney sous acide !!!

J’éclate de rire mais c’est vrai que lorsque l’on regarde les vidéos de la parade… Les danseurs et acteurs ont l’air d’être sous l’emprise de quelque chose d’assez mystique quand même. Je sais aussi que c’est à cause de leurs sourires qu’ils sont obligés d’afficher en permanence pour l’allure du personnage mais ça reste malgré tout parfois angoissant.
Mais ça ne change pas que je tiens absolument assister à cette parade dont j’ai déjà hâte de voir l’envergure, la musique et tous les univers représentés.

- Direction FrontierLand ! Je te propose qu’on commence par la maison hantée et ensuite on se fait le train de la mine. Ok ?

Je claque dans mes mains, optant pour cette option.

- Ca m’va !

Et je n’en peux déjà plus, le cœur qui palpite encore plus vite d’excitation, avec une hâte que je ne dissimule plus de me retrouver dans ces manèges en compagnie de Riley.

- Cet endroit est vraiment trop génial.
- J’en suis déjà amoureuse. Je veux vivre ici au moins pour 15 jours !

Les lieux sont immersifs, du sol aux murs, traduisant les univers traversés et je vois même au loin ce qui ressemble à Agrabah, la ville d’Aladdin. Dire que nous avons un deuxième parc derrière… Mon cerveau va exploser de sensation. Il y a quand même pas mal de monde sans que ça en soit étouffant, je vois des enfants – ou même des parents – avec des coiffes de Mickey, Dingo ou des déguisements de Star Wars. J’ai l’impression que tout le monde ici oublie ses problèmes, son quotidien, pour se plonger dans un univers enfantin, sans honte et préjugé. Et ça ne pouvait pas me faire plus rêver. Ca n’est pas que je ne pense plus à Ethan ou même à Enzo que l’on a toujours pas retrouvé mais ça me fais du bien de débrancher. Au moins pour une journée. Et tout ça je le dois à Riley.

Nous profitons de la file d’attente pour regarder plus amplement le plan, s’attarder sur tout ce que l’on veut absolument voir - même si en soit, nous voulons TOUT voir – jusqu’à ce que nous pénétrions dans la maison hanté. Une grande salle aux murs étranges, voir angoissant, des tableaux horrifiants et une ambiance… pesante mais excitante. La main de Riley se saisit de la mienne et je sais à quel point c’est un défi pour elle d’être là. Mes doigts enroulent les siens pour la rassurer.

- J’te promets d’essayer de me tenir et de frapper personne. Ça serait con qu’on se fasse virer du parc parce que j’ai des réflexes un peu trop affûtés …

Un rire m’échappe et je me serre contre elle.

- Tu ne blesseras personnes et tout ira bien, promis. Si jamais quelqu’un essaie de te virer, je pleure et me roule par terre en hurlant qu’ils sont entrain de gâcher mon anniversaire.

Les gens commencent à entrer dans la salle et nous sommes de plus en plus, sans que ça n’en soit étouffant mais tout de même impressionnant. Nous entendons diverses langues, anglais, ce que je suppose être du français, il y a même de l’espagnol je crois.

- Et puis bon, il y a des enfants, c’est que ça ne doit pas être si terrible que c…

Nous sursautons tous quand les portes se ferment et que la lumière s’éteint brutalement. La pièce commence à descendre, les tableaux s’étendent et la voix grave du début qui nous accueillait s’assombrit pour nous lancer un speech qui fait froid dans le dos.
Ok, j’redire ce que j’ai dit. Mais la plus paniquée ici, ça n’est pas moi. Je serre un peu plus fort sa main et passe un bras autour de sa taille.

- Tout va bien, ok ? T’as affrontée une accromentule alors un truc comme ça, pour toi, c’est un jeu d’enfant !

La pièce ne cesse de descendre, certains s’amusent à faire peur à d’autres et je me dis que s’il y en a un qui se risque à faire ça près de ma sœur, il ne sortira pas vivant d’ici… Les tableaux se métamorphosent en représentation sanguinaire, glauque, parfaits pour nous mettre dans une ambiance oppressante alors que nous sommes plongés dans une pénombre épaisse. Je rassure Riley comme je peux, captant son visage même si je n’y vois pas grand-chose et lui affiche un large sourire tout en espérant qu’elle puisse le voir avec ce noir presque complet.

… Totalement complet.

Tout s’éteint, un orage éclate au plafond de la petite pièce et je lâche un petit cri de surprise, mon cœur palpitant contre ma poitrine. Nous n’en menons pas large toutes les deux et quand ENFIN une porte de sortie s’offre à nous et que nous trouvons la lumière – littéralement – je ne peux m’empêcher de lâcher un soupire de soulagement avant de rapidement me retourner vers ma sœur qui… est quand même livide.

- Ca va ? J’suis désolée, si j’avais su que c’était aussi flippant dès le début, on aurait fait autre chose à la place.
©️ code par Nostaw.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8964
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar Moonlight + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: Just like fire, burning up the way, if I can light the world up for just one day ▬ Charleen   Ven 10 Aoû 2018 - 18:56

« Tu ne blesseras personnes et tout ira bien, promis. Si jamais quelqu’un essaie de te virer, je pleure et me roule par terre en hurlant qu’ils sont entrain de gâcher mon anniversaire. »

Elle arrive à me tirer un sourire, même un rire, alors que je l’imagine en mode caprice sur le vieux tapis de la salle dans laquelle on vient d’entrer et où commence à s’agglutiner un paquet de personne. Le premier qui me touche risque d’avoir une surprise, je m’excuse par avance.

« Et puis bon, il y a des enfants, c’est que ça ne doit pas être si terrible que c… »

J’allais lui dire que les enfants ne sont qu’une bande d’inconscients et que mon égo se sent offensé mais pas le temps pour ça. Les portes se ferment, la lumière s’éteint, le sol s’ébranle et une voix grave prend la parole. Je me crispe instantanément dès le moment où l’on se trouve plongés dans le noir le plus total et même si je me détends un peu quand un peu de lumière nous permet de voir les tableaux se déroulant partout autour de nous, mon cœur s’affole dans ma cage thoracique. La main de Charleen serre la mienne, je dois lui broyer les doigts alors que son bras passe autour de ma taille et que je regarde partout autour de nous comme un animal pris au piège. Foutue phobie. J’ai appris à vivre avec mais c’est toujours un peu frustrant de se retrouver dans ce genre de situation.

« Tout va bien, ok ? T’as affrontée une accromentule alors un truc comme ça, pour toi, c’est un jeu d’enfant ! »
« Oui mais y avait un énorme Loup pour me sauver les miches ! »

Et Kezabel, même si à ce moment on ne se doutait pas encore du lien qui découlerait de cette nuit. L’énorme loup en question ne va pas débarquer cette fois – et heureusement d’une certaine manière même si d’un autre côté ça voudrait dire qu’on l’a retrouvé – et Kezabel n’est pas là mais la présence de Cha’ fait clairement son office - et je me dis que les gens doivent nous prendre pour des cinglées à nous entendre parler d'accromachin et de gros loup. J'admets que sur le moment je n'y pense pas trop.
Puis le noir à nouveau, c’est un cri de surprise et d’angoisse que j’étouffe en plaquant ma main libre sur ma bouche alors que je ferme les yeux. Ce soir-là, celui sous mes paupières, c’est différent. Et le premier qui s’amuse à me faire « bouh ! » je le défonce. Tétanisée de peur, oui, certes, mais ça ne m’empêchera pas d’avoir certains réflexes et j’en ressens d’ailleurs une légère satisfaction.

Enfin la lumière revient lorsqu’une porte s’ouvre, la foule s’éparpille un peu et je me détends imperceptiblement, retrouvant une respiration et un rythme cardiaque plus calme sans pour autant lâcher la main de ma sœur. A voir l’expression sur son visage quand elle se tourne vers moi j’imagine que j’ai dû perdre une partie de mon bronzage estivale d’un coup …

« Ça va ? J’suis désolée, si j’avais su que c’était aussi flippant dès le début, on aurait fait autre chose à la place. »
« Non. J’suis pas une flipette, t’as raison j’ai affronté bien pire que ça alors merde. »

Oui, merde. Parce que flute. Je relève le menton, prend une profonde inspiration et puise dans mon sale caractère pour retrouver un peu de superbe. On est dans un putain de parc d’attraction, ma vie n’est pas en jeu.
Et cette maison hantée est plutôt chouette, je me détends complètement au fur et à mesure du parcours pour sortir de là ravie du voyage, stimulée par les cris des uns et des autres, les décors, etc …

« Ma fierté en a pris un coup, mais ça en valait la peine. Merci p’tite sœur. »

Mon bras autour de son épaule, je lui claque un bisou sur la joue avant de projeter mon regard plus loin, notamment sur le bateau ambiance Tom Sawyer qui passe non loin de là.

« Enfin, petite … y a de quoi se demander qui est l’ainé là mais bon. »

C’est sûr qu’avoir peur du noir à 20 ans, bon … Mais on fait ce qu’on peut et je ne suis pas là pour me flageller. Je suis là pour profiter d’une journée rien qu’à nous.

« Un truc en plein air maintenant, ça serait pas mal. D’ailleurs viens, on va être à la bourre ! »

Pourquoi ? Parce que j’ai chopé des fast pass bien sûr ! Alors je lui chope la main et nous voilà en train de courir comme des folles jusqu’au train de la mine où au lieu de se coltiner une queue d’une heure ou plus, on passe au bout d’une vingtaine de minutes à peine.
Quelques heures plus tard et après avoir bien hurlé dans certaines attractions on est installées tranquillement dans FantasyLand pour pique-niquer. Un silence s’installe et s’il ne m’alarme pas, le regard de Charleen un peu perdu dans le vague ne m’échappe pas.

« J’ai demandé à Zach et Raf de garder un œil sur lui. »

Il ? Ethan bien sûr, parce que je ne pense pas me tromper en pensant que son esprit est actuellement tourné vers lui. Avec tout ce que ça implique.
C’est dit avec un sourire, sans en faire des caisses, juste … comme ça. Je ne sais pas si ça la rassurera mais si ça peut le faire un tant soit peu alors tant mieux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1023
Date d'inscription : 30/10/2013
Crédits : me
Double Compte : Kezabel & Mateo & James & Leiv & Will & Margo & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2425-charleen-s-thomson-the-world-i
MessageSujet: Re: Just like fire, burning up the way, if I can light the world up for just one day ▬ Charleen   Mar 28 Aoû 2018 - 15:42


just like fire, burning up the way, if i can light the world up for just one day
ft. Riley & Charleen

- Non. J’suis pas une flipette, t’as raison j’ai affronté bien pire que ça alors merde.
- Exactement !

Elle est certainement l’une des personnes les plus courageuses que je connaisse, même si je ne le lui dis pas forcément, Riley reste un modèle que je tâche de suivre dans certains choix, certaines actions. Je ne me calque bien évidemment pas sur tout car nous avons chacune notre propre caractère mais pour certaines choses je l’admire, plus qu’elle ne le pense à mon avis.
Nous continuons le trajet, montons dans les sièges qui nous font traverser plusieurs tableaux, l’une à côté de l’autre pour une ambiance bien moins terrifiante que tout à l’heure.

- Ma fierté en a pris un coup, mais ça en valait la peine. Merci p’tite sœur.  Enfin, petite … y a de quoi se demander qui est l’ainé là mais bon.
- Il parait qu’il faut inverser les rôles de temps en temps !

Il n’y a pas que Riley qui doit me protéger, nous devons veiller l’une sur l’autre quoi qu’il arrive et j’admets que ça me met du baume au cœur lorsque je réussis ma part. Nous revenons de loin toutes les deux et lorsque je regarde à quel point notre relation à évoluer aujourd’hui, je ne regrette absolument rien de ce qui s’est passé. Sauf peut-être de ne pas avoir pu vivre tout cela plus tôt avec elle ! Mais bref, nous avons encore de longues années qui nous attendent, pour rattraper tout ce temps perdu.

- Un truc en plein air maintenant, ça serait pas mal. D’ailleurs viens, on va être à la bourre !

Un cri de surprise m’échappe, suivit d’un rire, lorsque Riley me tire par la main, nous faisant galoper jusqu’au train de la mine un peu plus loin. Quand je nous vois passer dans une queue différente de celle qui s’étale sur je ne sais combien de mètre, Riley m’explique le concept du fast pass et lorsque je comprends qu’on aura ça toute la journée… Je me dis qu’à ce rythme, nous allons pouvoir faire les attractions au moins deux fois chacune !
Je ne compte plus le nombre d’attraction que nous faisons, le nombre de décibel atteint à hurler de peur ou de surprise dans les attractions que nous enchainons mais l’euphorie est complète, totale, le cœur absolument léger. J’ai des étoiles dans la tête, dans les yeux, avec l’impression de marcher sur un chemin nuageux. Je crois que c’est l’un de mes meilleurs cadeaux d’anniversaire que l’on m’ait fait jusqu’ici et je n’aurai pas pu rêver mieux que de le passer avec ma propre sœur.
L’heure du pique-nique, nous sommes tranquillement posée sur un petit coin d’herbe dans Fantasy-land.
La journée est parfaite, le bonheur est complet… mais pourtant ce dernier se dégrade. De pas grand-chose, il ne dégringole pas tous ces étages montés en quelques heures passées ici mais une pointe me pince le cœur. Un soupçon de culpabilité à l’idée de m’éclater ici, comme si plus rien ne comptait alors qu’Ethan est bloqué au château. L’inquiétude se manifeste peu à peu tout comme le manque.

- J’ai demandé à Zach et Raf de garder un œil sur lui.

La voix de Riley me ramène à la réalité et je prends conscience que je me suis perdue quelques secondes dans un silence, le regard dans le vague.

- Désolée.

Elle me connait par cœur, peut aujourd’hui deviner sans trop de problème ce qui me peut tracasser ou me tourmenter l’esprit. Aujourd’hui ne fait pas exception. J’affiche un sourire d’excuse en buvant une gorgée de mon jus. Le « pire » étant qu’elle a certainement mit à exécution ce qu’elle me dit là. C’est tout Riley.

- Et merci, aussi.

De prendre soin de moi de cette façon, de loin comme de près, de part de petites attentions qui ne sont peut-être rien pour les autres mais qui représentent beaucoup pour moi.

- Je culpabilise un peu d’être là, à profiter, comme si rien n’avait d’importance alors qu’il est coincé là-bas sans savoir ce qu’il sera demain. Et d’un autre côté, je me dis que j’ai aussi le droit de profiter, pour moi et parce qu’il préfèrerait sans doute plutôt que je me morfonde dans mon coin.

Je n’en fais pas des tonnes, n’exagères rien et malgré la gravité de la situation, je garde malgré tout un léger sourire aux lèvres. Je refuse de me laisser aller aujourd’hui, pas avec l’endroit où nous sommes, pas avec le moment que nous partageons toutes les deux. Je refuse de gâcher quoi que ce soit. Et c’est peut-être la première fois que je réussis réellement à en parler sans avoir trop la boule au ventre, sans être prise d’une panique intense.

- J’essaie de ne pas trop y penser, d’essayer de relativiser en me disant qu’il y a des gens comme toi qui font le nécessaire de près ou de loin, juste avec des petites attentions comme celle-ci.

Qui veille, là où ils sont, de la manière qu’ils peuvent. Une sorte d’ange gardien que l’on ne soupçonne parfois pas. Et peut-être que Riley est le mien, sans que je ne le sache. J’aime bien l’idée en tout cas et puis, après tout, pourquoi pas ? Les fantômes et la magie existent bien, eux.

- Et heureusement que je t’ai toi. Tu m’as rendu pleins de fois la vie plus facile, que ça soit au château ou aujourd’hui. Il y a un tas de choses que je n’aurai pas réussi sans toi, en réalité. Je marque une pause avant d’ajouter, sourire plus franc sur les lèvres. J’hésite à te dire que tu es la sœur la plus géniale parce que je suis sûre que tu vas me sortir que tu le sais déjà…

Cette fois c’est un rire qui m’échappe tandis que je mords sur la fin de mon sandwich.
La forme qu’à prit mon patronus parle de lui-même, je crois que je ne pourrais pas mieux expliquer mon attachement pour elle et tous les aspects bénéfiques que Riley m’a apportée que par cette preuve-là[/justify]



©️ code par Nostaw.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8964
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar Moonlight + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: Just like fire, burning up the way, if I can light the world up for just one day ▬ Charleen   Ven 31 Aoû 2018 - 12:37

« Désolée. »

De quoi ? D'être triste, inquiète, peut-être en colère, parce que le garçon qui fait battre ton cœur, ton ami, ton petit ami, est coincé dans un endroit hostile et que chaque jour qui passe tu te demandes ce qu'il advient de lui ? Des raisons pour lui dire qu'elle n'a pas à l'être, que c'est stupide de s'excuser, j'en ai des tas. Mais rien ne vient parce que mon instinct me dit de ne pas ouvrir la bouche. Il me dicte simplement d'être là, présente, oreille attentive si c'est ce dont elle a besoin.

« Et merci, aussi. »

Là encore, aucun mot, pas même un sourire ou simplement léger pour ne pas avoir le visage fermé. Elle n'a pas à me remercier, j'ai agis sans me poser la moindre question, c'était simplement la chose à faire et je crois qu'on a tous eu le même réflexe. Tous ceux qui sont là, dehors, et dont certains proches sont enfermés dans un enfer qu'on connait tous trop bien.
Mais maintenant parle petite sœur, prononce à voix hautes ces phrases qui tournent dans ta tête et te rendent pensive et silencieuse.

« Je culpabilise un peu d’être là, à profiter, comme si rien n’avait d’importance alors qu’il est coincé là-bas sans savoir ce qu’il sera demain. Et d’un autre côté, je me dis que j’ai aussi le droit de profiter, pour moi et parce qu’il préfèrerait sans doute plutôt que je me morfonde dans mon coin. »

A sa place, je le sais, je deviendrais folle. Par « chance » elle n’a pas le même caractère que moi et je crois que ça lui épargne quelques ennuis. J’ai failli perdre ma meilleure amie en étant aussi impulsive et démesurée que je peux l’être, je vous laisse imaginer ce que ça aurait pu donner si Mateo c’était retrouvé coincé là-bas. Mais il ne s’agit pas de moi, il s’agit de ma petite sœur qui n’a en revanche pas la chance que j’ai d’avoir mes proches loin de cette école maudite. Keza et Mateo n’y sont pas retournés, Lukas a pu s’enfuir … Reste Zach qui occupe mes pensées et à qui j’écris régulièrement, Rafael aussi. D’autres connaissances, comme tout le monde, mais ne soyons pas hypocrites ça n’a rien à voir.

« J’essaie de ne pas trop y penser, d’essayer de relativiser en me disant qu’il y a des gens comme toi qui font le nécessaire de près ou de loin, juste avec des petites attentions comme celle-ci. »

Est-ce que je fais réellement quelque chose ? Je n’en ai pas l’impression, en toute honnêteté. Je vais à l’école tous les jours, je vois mes amis, ma famille, etc … Je vis ma vie presque idéale pendant qu’eux sont enfermés alors c’est difficile à croire qu’une attention aussi mince puisse avoir un quelconque impact. Mais je ne suis pas en mesure de faire plus, je le sais, même si parfois je m’en veux tout comme elle. Je garde en tête l’espoir et le pressentiment que d’autres pourront faire quelque chose de plus conséquent, jusqu’à les sortir de là.

« Et heureusement que je t’ai toi. Tu m’as rendu pleins de fois la vie plus facile, que ça soit au château ou aujourd’hui. Il y a un tas de choses que je n’aurai pas réussi sans toi, en réalité. »

Ils font mal ces mots, dans le sens où ils nouent ma gorge d’émotions que je tente de ne pas trop afficher. Parce que ça me touche, parce que ça me ramène à la peur que j’ai ressentie il y a quelques mois quand elle s’est écroulée, empoisonnée, et tout ce qui a suivi après. J’ai fait ce que j’ai pu sans jamais m’arrêter pour réellement y faire attention, je n’ai pas analysé, c’est simplement l’instinct qui m’a poussé à tout faire pour ne pas la perdre. Je me souviens de ce jour où elle est arrivée vers moi, un sourire plus large que je n’en avais jamais vu sur son visage, pour m’annoncer que son patronus avait changé. Une biche. Comme le mien. Je ne pensais pas m’attacher autant à ce petit bout de bonne femme qui a débarqué un jour dans mon salon et que j’ai rejeté par caprice, je l’admets. Aujourd’hui je n’imagine pas mon quotidien sans elle, sans ma petite sœur et qu’importe qu’on ne partage pas le même sang.

« J’hésite à te dire que tu es la sœur la plus géniale parce que je suis sûre que tu vas me sortir que tu le sais déjà… »

Elle sourit, elle rit, moi j’arque un sourcil et lève le menton fièrement tel Napoléon planté sur sa colline au-dessus du champ de bataille. Qu’on m’apporte mon chapeau immédiatement ! Mais il y a toujours une part d’humilité en moi vis-à-vis de ça, de mon statut de grande-sœur, malgré le temps qui passe. Je n’agis pas avec elle parce que j’ai le sentiment d’avoir quelque chose à réparer, je le fais parce que j’en ai envie et que ça me vient naturellement, Mais ça reste là, quelque part dans ma tête. Toutes ces premières années durant lesquelles j’ai merdé.

« J'ai quelques années à rattraper. »

Malgré tout. Mais il ne faut pas croire, je ne reste pas bloquée dans le passée, mon regard est rivé vers l’avant et toutes ces choses qui nous attendent. Il y a déjà eu le mariage de nos parents, dans quelques années ce sera peut-être le sien, le mien, nos enfants si on doit en avoir … Tata Riley … Je n’y pense pas vraiment mais l’image me donne le sourire.

« Je comprends ce que tu ressens, surtout la culpabilité. »

Changement de décor, le sourire se fait plus timide et moins franc mais c’est important pour moi de formuler certaines choses aussi. Et c’est également une manière de lui faire comprendre que de tout ça, ses angoisses, de la colère peut-être, qu’importe, elle peut m’en parler à n’importe quelle heure du jour et de la nuit. Y compris pendant notre virée à Disneyland.

« Mais y a pas grand-chose d’autre qu’on puisse faire à notre niveau, en fonction de nos possibilités. Et je suis certaine qu’ils ne souhaitent qu’une chose : Qu’on continue à avancer en se disant que bientôt ils nous rattraperont et on se retrouvera. »

Le sourire que je lui adresse à présent se veut rassurant, et il l’est, parce qu’au fond de moi malgré mes propres angoisses, j’y crois. Ils ont été mis dehors une fois, même s’ils restent à Poudlard alors quelqu’un trouvera le moyen de faire sortir ceux qui ne sont pas là-bas de leur plein gré.

« Donc ce qu’on va faire c’est prendre un maximum de photo débiles dans des endroits improbables et quand on rentre, on les imprime, on en fait un album, et on se promet qu’on reviendra faire exactement les mêmes avec eux quand ils auront été libérés. »

Et ça aussi j’y crois. T’entends Zach ? Tu vas sortir tes petites miches de là-bas et venir taper la pose avec Blanche Neige et les Sept Nains. Toi aussi Enzo, t’es peut-être pas là-bas mais on va te retrouver toi aussi et tu viendras avec ton frère. On envahira ce parc tous ensemble et même ailleurs, peu importe le temps que ça prendra.

▬ FINI POUR MOI ▬
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1023
Date d'inscription : 30/10/2013
Crédits : me
Double Compte : Kezabel & Mateo & James & Leiv & Will & Margo & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2425-charleen-s-thomson-the-world-i
MessageSujet: Re: Just like fire, burning up the way, if I can light the world up for just one day ▬ Charleen   Jeu 6 Sep 2018 - 23:30


just like fire, burning up the way, if i can light the world up for just one day
ft. Riley & Charleen

Je souris avec tendresse lorsque Riley estime qu’elle a quelques années à rattraper. Pour moi, ça n’est pas le cas. Je ne lui en veux plus depuis longtemps maintenant et je préfère me concentrer sur le présent et le futur qui nous attend toutes les deux. Le plus important est que nous ayons maintenant apprit à nous connaitre, à s’apprivoiser aussi et que nous soyons aujourd’hui aussi proches que nous le sommes. J’ai trouvé en elle la grande sœur dont j’ai toujours rêvé et même si j’évite de lui dire histoire de ne pas lui faire peur, j’ai presque hâte de la voir maman un jour, d’être tata, de vivre toutes ces années qui nous attendent en famille, entre sœurs.

- Je comprends ce que tu ressens, surtout la culpabilité. Mais y a pas grand-chose d’autre qu’on puisse faire à notre niveau, en fonction de nos possibilités. Et je suis certaine qu’ils ne souhaitent qu’une chose : Qu’on continue à avancer en se disant que bientôt ils nous rattraperont et on se retrouvera.
- C’est vrai. Tu as raison.

Je lui souris avec sincérité, l’apaisement ne vient pas tout de suite mais je me sens déjà soulagée d’avoir posé quelques mots sur tout ça, d’avoir trouvé en Riley une confidente, avec qui je peux discuter de tout et de rien sans avoir craindre d’être jugée. Et même en cette journée idyllique, nous réussissons à aborder des sujets plus sérieux sans pour autant tomber dans le mélodrame. Au contraire, j’y trouve petit à petit, un réconfort de parler de tout ça. Il n’y a pas que moi qui doit être stressée, elle aussi peut l’être. Même si Keza et Mateo sont sains et saufs en dehors de l’école, il reste quand même des amis à elle coincés là-bas.

- Donc ce qu’on va faire c’est prendre un maximum de photo débiles dans des endroits improbables et quand on rentre, on les imprime, on en fait un album, et on se promet qu’on reviendra faire exactement les mêmes avec eux quand ils auront été libérés.
- Excellente idée. On pourrait organiser une grosse sortie ici, tous ensemble.

Avec tout le monde, nos amis les plus porches, ceux que l’on aime. J’imagine sans peine la main d’Ethan dans la mienne, à nous balader dans les allées colorées, à hurler et rire dans les manèges ici, prendre des photos souvenirs que l’on contemplera plus tard avec un sourire aux lèvres. Je relève mon regard vers Riley, pleine de reconnaissance et je n’ai pas envie de lui exprimer par les mots mais par les gestes. Mes bras frêles enroulent ma grande sœur en lui déposant un baiser sur la joue.
Merci pour cette journée parfaite, d’être là, d’être celle que tu es. Une sœur exemplaire, quoi que tu en penses. Une femme qui deviendra une excellente avocate, brillante et accomplie.
La journée s’étend sur plusieurs heures que je ne vois clairement pas passé. Je laisse mon téléphone et ma montre de côté, ne tenant pas à faire face au temps qui passe, préférant me concentrer sur ce que nous vivons toutes les deux. Nous passons par tous les manèges possibles, certains me fichant une bonne dose d’adrénaline dans les veines, d’autres plus tranquille comme le Labyrinthe d’Alice. Nous avons même pu accéder à la parade mais aussi au spectacle du soir, qui clouait la journée sur une apothéose de lumières et de chants qui illumineront mes rêves plus tard dans la nuit, sourire tranquille sur les lèvres.

[/justify]



©️ code par Nostaw.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Just like fire, burning up the way, if I can light the world up for just one day ▬ Charleen   

Revenir en haut Aller en bas
 
Just like fire, burning up the way, if I can light the world up for just one day ▬ Charleen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Blaze - Keep a little fire burning; however small, however hidden. || 14/07
» Ces vérités étranges qui parfois vous traversent l'esprit
» keep the fire burning #minri
» Legend of the burning sands
» Recherche open : Fire & Shadow

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Autour du monde :: Europe-
Sauter vers: