AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 it's a beautiful lie feat Carrie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 126
Date d'inscription : 24/09/2017
Crédits : uc
Double Compte : YASSEN / DORYAN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3978-aiden-terry-lance-liens
MessageSujet: it's a beautiful lie feat Carrie   Dim 13 Mai 2018 - 19:01

Vendredi 18 septembre

Je soupire et repasse ma tête sous la couette. Je n'ai pas tellement envie de retourner en cours après la catastrophe d'hier à la piscine. Le professeur m'a passé un savon parce que je ne lui ai pas dit que je ne savais pas nager et le type qui m'a poussé c'est aussi fait engueulé. Je ne crains pas tellement de représailles non, c'est juste que je n'ai pas envie qu'on me reparle de ça. Je ne suis pas retourné en cours l'après-midi après ça, j'ai passé l'après-midi avec Riley et c'est donc seulement ce matin que je retourne en classe. Je sens qu'on murmure déjà dans mon dos et qu'on doit bien se moquer, en tout cas les élèves de ma classe qui sont dans la cour. Je met ma capuche sachant que ce n'est pas ça qui me cachera de la honte d'hier mais au moins je me sens mieux dans ma bulle. J'avance dans les couloirs vers mon casier et y dépose mes affaires de la journée. Je remarque la fille à côté de moi, grande, elle est dans ma classe je crois. Je ne dis rien et vais en cours une fois que la sonnerie à retenti.

On a un cours très chiant de français, ce n'est pas ce que je préfère et comme je n'ai pas dormi beaucoup cette je m'endors sur ma table. C'est un claquement de livre sur la table qui me fait me réveiller et sursauté. Le professeur est devant ma table et me crie dessus. Ça commence bien encore cette journée, heureusement la sonnerie retenti et c'est la fin du cours. Je me sauve et me rends dans l'autre salle de classe. Cette fois c'est un cours de mathématique, bien plus passionnant que le français. Je lève la tête vers la fenêtre quand j'aperçois une petite chouette hulotte avec du courrier à sa patte. Et merde. J'aurais du lui dire qu'elle ne devait plus me déposer mes lettres à l'école, ce n'est plus poudlard. Je demande au professeur si je peux sortir prétextant que je ne me sens pas bien et je file dehors chercher ma chouette qui a attiré quelque regards des autres élèves.

Elle est encore sur la fenêtre du rez-de-chaussé et je me suis planqué derrière le mur pour ne pas qu'on me voit. Je la siffle pour qu'elle se pose sur mon bras. Il n'y a encore personne dans la cour e je caresse ma petite chouette qui me mordille les doigts. Je détache la lettre de sa patte et je suis entrain de lui expliquer qu'elle ne doit plus me rapporter de courrier, seulement à la maison, quand je sens quelqu'un derrière moi. Je sursaute et cache ma chouette derrière mon dos. C'est la fille de toute à l'heure, celle du casier. Carrie je crois, j'ai entendu son nom tout à l'heure.

« Qu'est-ce que tu fais là, les cours de maths ne t'emballe pas non plus ? »

Je suis un peu tendu, je n'ai pas très envie que qui se se soit commence à se poser des questions.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 109
Date d'inscription : 28/03/2018
Crédits : M. Collins, 2981 12289 0, gif by B. L. Burman
Double Compte : //



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4288-this-is-real-life-liens-de-car
MessageSujet: Re: it's a beautiful lie feat Carrie   Dim 13 Mai 2018 - 21:18


Aiden Terry-Lance
&
Carrie McNamara

« Bad day in a bad world »
It’s a beautiful lie

........................................................................................

-Centre de Londres-

J’suis juste crevée. Et le lycée n’aide en rien. Cependant je n’étais pas au centre des ragots sournois ce matin. Tant mieux ça change un peu. Encore ces petites blondes et ces mecs trop parfaits qui crachent une fois de plus sur une nouvelle victime. Mais faut pas non plus se leurrer, quand la tendance sera passée ce sera de nouveau mon tour. Je claque brusquement la porte de mon casier, sur les nerfs. J’en ai plus qu’assez de ces moqueries discrètes qui arpentent les couloirs du lycée. Ils n’ont pas mieux à faire ? J’bouscule un groupe de pétasses qui passent dans le coin avant de me diriger vers mon premier cours. Très clairement je ne vois pas l'intérêt d’y aller. J’ai un job, certe pas transcendant mais un job quand même. Ca paye mes clopes. J’vois même pas pourquoi je continue d’aller dans ce trou perdu avec tous ces gosses de riches. C’est à se demander si je me suis pas plantée de lycée.

J’arrive bien entendu en retard et je m’assois au fond de la classe sans écouter les remontrances du professeur. J’ai aucuns comptes à lui rendre, c’est pas mon père. Je l’ignore, tout comme son stupide cours. J’me fais soudainement tirer de mes rêveries au même instant que le dormeur devant moi lorsque cet idiot de professeur abat son bouquin sur la table. Une journée de cours habituel finalement. La sonnerie qui retentit pour nous annoncer une autre interminable heure de cours. On est de nouveau lâché dans ces couloirs bruyants où pullulent la plus grosse erreur du monde qui est en soit, la race humaine. Et on remet habituellement sur le tapis les derniers potins de la semaine, à commencer par la performance pitoyable d’un gars à la natation. Sérieusement ? Dire que je croyais qu’ils avaient touché le fond, je m’aperçois qu’ils sont encore plus bas que je ne le pensais.

Non pas que je m’amuse à défendre les plus démunis, loin de là mon idée mais qu’est-ce que Miss Blondasse en a à faire des malheurs des autres. J’écrase, comme d’habitude. Encore plus saoulée par le comportement futile de ces lycéens. Ils me donnent tous envie de vomir. C’est tellement affligeant de se dire que leur seul moyen de satisfaction se trouve dans le malheur d’autrui. Sans jouer les philosophes, j’trouve ça juste désespérant. Je décide d’échapper au cours de français, n’ayant franchement pas la tête à écouter tous ces ramassis de conneries. Je baisse la tête, juste pour pas croiser les regards des autres. Non pas que je les crains, c’est seulement pour me retenir de pas gerber quand je verrais leurs sales gueules. Trop de bruits. Trop de gens. Je me sens suffoquer tellement j’ai honte de côtoyer des abrutis pareils. Me frayant un chemin parmis les corps, je pousse sans grande attention la foule qui se presse pour ne pas être en retard.

Je me terre dans les toilettes du lycée et m’enferme dans l’une des cabines en quête d’un peu de solitude. Je soupire, enfin seule. L’appel des clopes se fait inévitablement ressentir et je décide de m’en griller une. Je semble enfin souffler un peu. Seulement, des pas discrets troublent ce moment de paix. Sans que j’ai le temps de réagir une chute d’eau s'abat sur ma tête. Les bouclettes ruisselantes, je sors lentement de ma cachette improvisée. Bien sûr les coupables se sont déjà enfuis en gloussant de rire.

Je déboule telle une furie dans la cour du lycée. J’veux pas forcément trouver les coupables car je garantis clairement pas leurs états après m’avoir croisée, j’ai seulement la forte envie de me barrer au plus vite de cette prison. Me sentant clairement à bout, exploser est la meilleure option actuellement. Trop. Trop d’emmerdes. Si seulement j’étais restée dans mon lit. Et encore, mon monstre de beau-père ne m’aurait pas laissé une seule seconde de répis. J’veux hurler une fois de plus pour faire disparaître toute cette pression. Avec mon comportement d’illuminée, je ne remarque pas de suite le blond au tournant. Il me faut bien quelques secondes pour reprendre mes esprits et me retrouver apte à lui répondre. Les cours de maths ?

-Nan.

Une réponse assez sèche. Comme la plupart de mes réponses en soit. Agressive, je lui crache ce mot, me protégeant de nouveau en repoussant. Je le reconnais. Le dormeur. Je n’ai absolument pas retenu son nom, du moins ça ne m'intéresse pas tant que ça. Je le dévisage avec dédain. Il semble vraiment bizarre celui-là. Bienvenue au club, apparemment on est tous frappés ici. Une main derrière son dos, le garçon donne franchement l’impression d’être totalement paniqué. Même sa question n’était pas naturel.  Tout le monde se fiche éperdument des cours de maths. Je fronce légèrement les sourcils, serrant les poings. Si ce gars là s'avère être le connard responsable de cette douche soudaine, il va passer un sale quart d’heure.

-Tu fous quoi ici ? dis-je, une pointe d’animosité dans la voix.

©️ 2981 12289 0 & M. Collins


Dernière édition par Carrie McNamara le Mar 22 Mai 2018 - 21:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 126
Date d'inscription : 24/09/2017
Crédits : uc
Double Compte : YASSEN / DORYAN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3978-aiden-terry-lance-liens
MessageSujet: Re: it's a beautiful lie feat Carrie   Lun 21 Mai 2018 - 21:30

En réalité les cours de maths m'emballent plutôt, mais je ne vais pas lui dire que je cache une chouette. On me trouve déjà très bizarre depuis hier et j'ai eu le droit à quelques commentaires ce matin sur le fait que je ne savais pas nager. Je n'ai pas envie qu'elle me trouve encore plus étrange, même si mon comportement l'est sans doute. Je hausse les sourcils et lui réponds :

« J'avais besoin d'air.»

Je ne sais pas toujours bien mentir, ça dépends des trucs, mais j'ai du mal en ce moment à mentir. J'en ai assez de devoir cacher qui je suis. Je n'ai pourtant pas le choix. C'est la règle si on veut être tranquilles, si on ne veut pas être pourchassé comme dans l'ancien temps. On n'est pas à Salem mais j'imagine qu'on aurait le même sort aujourd'hui, brûlé vif pour sorcellerie, ce n'est pas tellement le rêve d'une vie. Il vaut donc mieux mentir et j'ai plutôt intérêt à prendre des cours. J'ai déjà du mal avec Ivan, alors là avec mes camarades de classe je dois faire attention.

Je sens Athéna qui me pince les doigts, elle a sans doute fait et je grimace en ayant un geste plutôt brusque, n'ayant pas senti le coup venir. Et merde. Je n'ai pas pu m’empêcher de passer mon bras devant moi dans un réflexe rendant ma chouette visible. Elle s'envole pour se pose sur mon épaule. Je la regarde en lui lançant un air qui signifie «Tu me le paiera plus tard.» Je n'ai pas envie que tout le monde la vois alors je me décide à filer en douce faisant signe à la jeune femme de me suivre hors des murs de l'école. J'ai bien fait de récupéré mon sac avant. Je m'arrête de marcher seulement quand on arrive dans un parc non loin de l'école et que je suis sur que personne ne nous verra de trop.

« Mon père est vendeur animalier, il vends pas mal d'oiseaux. C'est ma chouette. Il m'a apprit à la dresser et depuis elle me suit. »

Ça sonne vrai parce que ça l'est, même si je ne lui parle pas de la magie, mon père est vraiment vendeur animalier, mais dans une boutique magique et pour le coup c'est lui qui m'a apprit à la dresser.

« Elle s'appelle Athéna et elle est capricieuse. »

Elle fait un bruit qui ressemble à un couinement, signe qu'elle n'est pas du tout d'accord. Je lève les yeux au ciel.

« Ca peut paraître dingue mais j'ai l'impression qu'elle comprends tout ce que je lui dis. C'est un peu ma confidente. Et vas-y tu peux te moquer si tu veux. »


Je sens que c'est de toute manière ce qu'elle va faire, n'importe quel moldu trouverait ça bizarre de se balader en plein jour avec une chouette, d'abord hier le coup de la piscine et puis maintenant le coup de la chouette. Elle va penser que je sors d'une autre planète.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 109
Date d'inscription : 28/03/2018
Crédits : M. Collins, 2981 12289 0, gif by B. L. Burman
Double Compte : //



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4288-this-is-real-life-liens-de-car
MessageSujet: Re: it's a beautiful lie feat Carrie   Mar 22 Mai 2018 - 21:52


Aiden Terry-Lance
&
Carrie McNamara

« Weirdos. »
It’s a beautiful lie

........................................................................................

-Centre de Londres-

La situation en devient presque comique devant sa capacité médiocre à mentir. Je me demande alors quelle est la cause de ce mensonge pathétique et qu’est-ce qu’il tient tant à cacher. Je hais les menteurs. D’un point de vue externe, l’on pencherait à croire que j’en suis pourtant le symbole. Mais à la surprise de ces aveugles ignorants, je prône dans un premier temps la vérité. C’est bien la seule qui finit par être révélée, bien la seule qui fait aussi mal qu’un coup de poignard. En plus de cette tentative lamentable, il se paye ma tête. Je commence à en avoir clairement assez des imbéciles qui me font perdre mon temps. Si je lui règle son compte maintenant, l’affaire serait close en moins de deux. Carrie McNamara, justicière des bas fonds de l’échelle humaine.

-J’ai pas de temps à perdre avec les gars de ton genre ... , je grogne.

Les paumés de ton genre. Sérieusement, s’est-il planté de chemin ? Je décide de laisser tomber l’affaire, voyant bien que ce garçon là n’est définitivement pas taillé dans le moule d’un caïde et soupire. Soudainement plus détendue, je cale mes mains dans mes poches avant de le jauger d’un oeil dépité. Sans mépris. On peut peut-être sauver la race humaine en cet instant. Je balance ma tête en arrière pour contempler un ciel aussi gris que cette journée. Prendre l’air n’est-ce pas ? Sourire railleur. J’aime pas les menteurs.

- « Tu mens mal.  

Il est peut-être trop bon pour le mensonge ? Vous savez, cet espèce de petit justicier intello qui passe son temps à se nourrir de BD et d’héroïsme en tout genre. Ou le blond parfait adepte de l’altruisme, partenaire d’une association quelconque pour l’écologie et la protection animale. Le scénario type du lycéen dopé aux rêves intouchables. Trop gentil pour bien mentir. En réalité ce n’est pas si sorcier, il faut juste savoir comment s’y prendre. Je lève les yeux au ciel. Arrivant à un point où la solitude m’appelle à l’aide, je décide de rompre le pas et de rentrer chez moi lorsque OH PUTAIN C’EST QUOI CETTE MERDE ?! J'écarquille des yeux abasourdie sous l’irréel de la situation actuelle. Face à l’animal plumé, je reste ébahie. C’était clairement la protection animale. Le jeune homme court se mettre à l’abris des regards avec sa chouette, suivi de près par ma personne totalement déboussolée.

- « Qu’est-ce que …  

-« Mon père est vendeur animalier, il vends pas mal d'oiseaux. C'est ma chouette. Il m'a apprit à la dresser et depuis elle me suit. »

Je fixe le piaf avant de secouer vivement la tête.

-« Elle s'appelle Athéna et elle est capricieuse. » continue-t-il, comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes.

- « Okay, okay … Tu sais quoi ? J’veux même pas poser de questions, juste, mec, c’est un putain d’oiseau que tu ramènes là … C’est … c’est ...  

-« Ca peut paraître dingue mais j'ai l'impression qu'elle comprends tout ce que je lui dis. C'est un peu ma confidente. Et vas-y tu peux te moquer si tu veux. »


- « Si peu qu’à peine ... » dis-je, une pointe d’ironie dans la voix.

Comme si cette après-midi me prouvait qu’elle pouvait se dérouler encore plus lamentablement au possible, je sentie les gouttes fraîche de pluie se mêler à mes cheveux déjà humide.

- « C’est le comble … »

On fonce tout droit vers une génération d'handicapés sociaux. ‘Fin, à preuve flagrante, on nage déjà en plein dedans. C’est le mur. Handicapés, handicapés, j’parle pas forcément de ce gars là qui va tout faire pour faire remarquer sa soit-disante différence.  Quand j'parle d'attardé, je m’inclue dans le lot. Pas dans le même panier que ces charognards, je veux pas côtoyer cette race foutue. Sans être supérieur, je ne suis pas semblable, ni même leur égal. Plus rien n’est vrai et bientôt les seuls gens censés seront ceux avec une chouette si ça se trouve. La plus grosse tare qui pullule comme une tumeur dans ce monde de merde, c’est bien le mensonge.

Cette fausse vérité qui nous illusionne. Cet handicap plus gros que le monde qui finit toujours par nous rattraper. J’avais visé juste lorsque j’avais certifié que la vérité finirait par éclater. Evidemment, j’extrapole. J’en dis un peu trop. Mais si le un peu trop ne fait toujours pas bouger le monde, qu’en sera-t-il du suffisant ?

- « J’parle à mon chat. »

J’ai souvent la forte impression de ne pas penser à 200% ce que je débite. En cet instant même, c’est plus une question de vouloir. La confession ? Non clairement je ne parle pas à mon chat de mes problèmes familiaux. C’est un chat. Quoique j’en viens à douter de la soit-disante supériorité de l’Homme face à sa stupidité grandissante. A croire que l’animal en deviendrait meilleure compagnie. Mais de là à ramener son piaffe au lycée, on peut observer une certaine marge. J’pense vivre à l’écart de la société. Effectivement, se faire passer pour le maître des bêtes sauvages est également un bon moyen de repoussement.

- « On s’en fou que j’parle à des animaux en fait. »

Pas forcément d’humeur jovial mais pas particulièrement agacée, je relève la tête, plus honnêtement.

- « Carrie. »

Je tends pas la main. J’en ai pas envie. Je le connais pas en même temps. Je fronce les sourcils avant de secouer la tête.

- « Sérieux, fait quelque chose pour ton piaf, tu vas pas te le trimballer toute la journée. »

Je fixe l’animal, incertaine, avant de reprendre.

- « On fait le mur ? Y a une aire de jeu abandonnée pas loin. »

Ou on va nulle part. S'enterrer dans des endroits glauques avec ta tête de mec paumé.

©️ 2981 12289 0 & M. Collins
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 126
Date d'inscription : 24/09/2017
Crédits : uc
Double Compte : YASSEN / DORYAN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3978-aiden-terry-lance-liens
MessageSujet: Re: it's a beautiful lie feat Carrie   Hier à 21:34

Je lui fais une grimace, je mens mal. Oui je sais merci, pas besoin de le rappeler sans compter que ça pourrait être vrai et que prendre l'air me fait finalement du bien et puis ma chouette se met à me pincer et je ne peux pas m'empêcher de remettre mon bras en avant alors qu'elle vole pour se poser sur mon épaule et que Carrie s'exclame. Je lui fis signe de se taire. Ce ne serait pas le moment qu'on soit découvert avec un volatile dans l'enceinte du lycée, je ne suis pas sur que ça soit autorisé, encore une chose très différente de Poudlard. Je lève les yeux au ciel, elle n'y connaît rien en chouette ça se voit. Elle ne l'appellerait pas comme ça sinon et d'ailleurs Athéna fait les gros yeux. Je lève de nouveau les yeux au ciel parce que je sens qu'elle se retient de me rire au nez. Je suis surpris quand elle me dit qu'elle parle à son chat et j'ai un souris et bien voilà, finalement je ne suis pas le seul à me confier aux animaux et je suis donc un peu rassuré parce que ça veut dire qu'elle ne me trouve pas forcément fou. Je lui dis :

«C'est une chouette hulotte, pas un piaf, elle n'aime pas qu'on lui dise ce genre de chose, elle est très susceptible. »

Je suis cela dit plutôt d'accord avec le fait qu'on doive s'en aller et c'est le moment que je choisi pour qu'on quitte le lycée et je fais oui de la tête quand elle me demande si on fait le mur. Carrément même, ce n'est pas une façon de bien commencer l'année, mais j'ai un peu de mal à m'adapter et vu ce qu'il s'est passé hier je ne suis pas d'humeur à retourner en cours pour le moment. Je lui demande alors :

« Carrie alors, tu sèches souvent les cours ? »

Je ne peux pas dire que c'est la première fois pour moi, ça m'arrivait au château de ne pas aller en cours, quand je n'aimais pas le cours et surtout quand les supérieurs étaient là et que leur cours n'étaient pas du tout des cours « normaux ». Je remarque qu'elle est toujours intriguée par ma chouette et d'ailleurs j'ai eu droit à quelques regards de certains passant et je ne sais pas pourquoi mais automatique je met ma capuche sur ma tête, pour ne pas qu'on me regarde sans doute, ou pour me donner un air de mauvais garçon. J'essaie un peu tout ces derniers temps, je suis un peu en quête d'identité, je ne sais plus très bien qui je suis.

Je la suis dans le parc dont elle a parlé. Je connais un peu le quartier, même si je n'étais là que pendant les vacances et ça me fait bizarre de me dire qu'en principe j'aurais du être au château et que j'aurais du commencer les entraînements de quidditch, ça me manque et je ne sais pas si finalement revenir dans un lycée moldu aussi vite était une bonne idée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: it's a beautiful lie feat Carrie   

Revenir en haut Aller en bas
 
it's a beautiful lie feat Carrie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Londres :: Centre de Londres-
Sauter vers: