AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Here we are again [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 1982
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Here we are again [Libre]   Mar 17 Avr 2018 - 11:57

~Mardi 15 septembre – Dans la nuit ~

Chercher l’anonymat. Chercher le calme profond, l’absence de regard pesant sur lui. Disparaître dans la foule, ne plus être reconnu, ne plus être vu. Pouvoir se perdre quelques instants, faire taire le cri permanent dans sa tête. Ce cri déchirant qui l’empêchait de réfléchir, de dormir la nuit. Ce cri qui peuplait ses cauchemars. Enzo, sa mère se mêlaient dans un ballet sombre. Deux disparitions, deux fautes, deux regrets profondément ancrés. Assis au comptoir d’un bar au cœur de Londres, Caem se noie dans la foule. Devant lui, un verre de vodka qu’il n’a pas touché jusque-là, qu’il regarde depuis une bonne heure déjà. Le gérant l’a remarqué mais ne dit rien. Il n’est pas le premier qu’il voit agir de la sorte et sait très bien ce qui peut se cacher derrière. Il a hésité à lui demander s’il avait son jeton sur lui, à lui demander depuis combien de temps il est sobre, pour l’aider. Mais le jeune visage le déstabilise et il a préféré ne rien dire. Caem fixe ce verre depuis trop longtemps déjà. Ses doigts s’enroulent finalement autour de lui. Et d’un coup sec, il fait glisser le contenu dans sa gorge.

Une semaine. Cela faisait déjà une semaine que Caem avait appris pour Enzo et qu’il cherchait désespérément à le retrouver. Chaque jour était un combat. Le russe vivait temporairement chez son père, en Irlande mais passait le plus clair de son temps ailleurs. Après Ismaelle, ce fut avec Leiv qu’il s’était entretenu. L’homme, ayant constaté son intérêt pour les affaires médicales, comme lors de l’arrivée des élèves de Salem, lui avait proposé de le former en la matière. Caem avait accepté et quand il ne cherchait pas Enzo, il étudiant avec acharnement. Sauf que cela ne suffisait pas à faire taire les voix en lui. Cela n’apaisait pas sa colère, cela n’apaisait pas sa souffrance. Il ne s’était pas remis de l’attaque, il n’avait pas eu le temps de faire son deuil, d’accepter ce qu’il avait vu. Il s’était retrouvé projeté dans une autre crise. Une fois de plus on l’avait privé de tout contrôle. On lui avait retiré son repère et il ne pouvait rien faire d’autre que d’imaginer la souffrance de son ami. C’était en train de le ronger, de l’intérieur.

Caem est adossé contre le mur, à l’entrée du bar. Après avoir bu son verre, il a acheté une bouteille et est sorti. Cette dernière se trouve toujours entre ses doigts. De l’autre main, il a sorti son téléphone. Il fixe l’écran comme s’il attendait un message. Un signe. Appeler Killian ? Mais pour lui dire quoi ? Qu’il sombre, qu’il perd prise, qu’il a fait une connerie ? Non, pas encore. Pas comme ça, pas alors qu’il ne peut même pas lui expliquer pourquoi. Killian croit qu’il digère encore l’attaque, que ses moments de silence ne sont liés qu’à ça. Et il continue de la bercer dans cette illusion. Il lui avait promis de ne plus mentir mais les règles ne sont pas les siennes. Appeler Mateo ? Caem sait au fond de lui que c’est ce qu’il est censé faire. Il affiche son contact sur l’écran. Il fixe son numéro.

Téléphone dans la poche, Caem déambule dans les rues de Londres. La bouteille de vodka qui pend au bout de son bras n’est toujours pas entamé même s’il sent encore le verre qu’il a fait glisser dans sa gorge dans le bar. Les gens ne le regardent pas. Alors qu’il a glissé une capuche sur sa tête, il ressemble à une de ses silhouettes qui effraie les bonnes familles. Drôle quand on connait le garçon. Caem avance dans les rues où personne ne le reconnait. Jusqu’à s’arrêter dans un petit parc. Il se laisse tomber sur un banc. La lumière des lampadaires est encore là, il ne sait pas pour combien de temps.

La vodka coule lentement dans sa gorge. Caem vient juste d’ouvrir la bouteille. Il prend une première et longue gorgée. Lorsqu’il repose la bouteille sur le banc à côté de lui, il ferme les yeux. L’alcool lui brûle la gorge. Il n’est plus habitué à la violence du liquide. Et pourtant, il sent une étrange plénitude l’envahir. Il sait que s’il continue, il attendra bientôt cet état d’oubli. Il pourra bientôt se laisser glisser, faire disparaître toutes ces ombres qui le suivent. Caem prend une nouvelle gorgée.

Un bruit de verre rompt le silence qui s’était installé dans la nuit. La bouteille qui se trouvait dans la main de Caem git désormais au pied d’un arbre. Après la seconde gorgée, il l’a jeté avec rage contre un arbre. Il n’a pas le droit de céder. Pour Killian. Pour Enzo. Et pourtant il sent déjà les effluves lui monter à la tête et un semblant de paix qu’il cherchait déjà depuis des jours.
Revenir en haut Aller en bas
 
Here we are again [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Londres :: Centre de Londres :: ─ Soho. :: • Quartiers « Underground »-
Sauter vers: