AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Here we are again [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 2161
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily / Ethan / Zachary / Aiyana / Bethany



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Here we are again [Libre]   Mar 17 Avr 2018 - 11:57

~Mardi 15 septembre – Dans la nuit ~

Chercher l’anonymat. Chercher le calme profond, l’absence de regard pesant sur lui. Disparaître dans la foule, ne plus être reconnu, ne plus être vu. Pouvoir se perdre quelques instants, faire taire le cri permanent dans sa tête. Ce cri déchirant qui l’empêchait de réfléchir, de dormir la nuit. Ce cri qui peuplait ses cauchemars. Enzo, sa mère se mêlaient dans un ballet sombre. Deux disparitions, deux fautes, deux regrets profondément ancrés. Assis au comptoir d’un bar au cœur de Londres, Caem se noie dans la foule. Devant lui, un verre de vodka qu’il n’a pas touché jusque-là, qu’il regarde depuis une bonne heure déjà. Le gérant l’a remarqué mais ne dit rien. Il n’est pas le premier qu’il voit agir de la sorte et sait très bien ce qui peut se cacher derrière. Il a hésité à lui demander s’il avait son jeton sur lui, à lui demander depuis combien de temps il est sobre, pour l’aider. Mais le jeune visage le déstabilise et il a préféré ne rien dire. Caem fixe ce verre depuis trop longtemps déjà. Ses doigts s’enroulent finalement autour de lui. Et d’un coup sec, il fait glisser le contenu dans sa gorge.

Une semaine. Cela faisait déjà une semaine que Caem avait appris pour Enzo et qu’il cherchait désespérément à le retrouver. Chaque jour était un combat. Le russe vivait temporairement chez son père, en Irlande mais passait le plus clair de son temps ailleurs. Après Ismaelle, ce fut avec Leiv qu’il s’était entretenu. L’homme, ayant constaté son intérêt pour les affaires médicales, comme lors de l’arrivée des élèves de Salem, lui avait proposé de le former en la matière. Caem avait accepté et quand il ne cherchait pas Enzo, il étudiant avec acharnement. Sauf que cela ne suffisait pas à faire taire les voix en lui. Cela n’apaisait pas sa colère, cela n’apaisait pas sa souffrance. Il ne s’était pas remis de l’attaque, il n’avait pas eu le temps de faire son deuil, d’accepter ce qu’il avait vu. Il s’était retrouvé projeté dans une autre crise. Une fois de plus on l’avait privé de tout contrôle. On lui avait retiré son repère et il ne pouvait rien faire d’autre que d’imaginer la souffrance de son ami. C’était en train de le ronger, de l’intérieur.

Caem est adossé contre le mur, à l’entrée du bar. Après avoir bu son verre, il a acheté une bouteille et est sorti. Cette dernière se trouve toujours entre ses doigts. De l’autre main, il a sorti son téléphone. Il fixe l’écran comme s’il attendait un message. Un signe. Appeler Killian ? Mais pour lui dire quoi ? Qu’il sombre, qu’il perd prise, qu’il a fait une connerie ? Non, pas encore. Pas comme ça, pas alors qu’il ne peut même pas lui expliquer pourquoi. Killian croit qu’il digère encore l’attaque, que ses moments de silence ne sont liés qu’à ça. Et il continue de la bercer dans cette illusion. Il lui avait promis de ne plus mentir mais les règles ne sont pas les siennes. Appeler Mateo ? Caem sait au fond de lui que c’est ce qu’il est censé faire. Il affiche son contact sur l’écran. Il fixe son numéro.

Téléphone dans la poche, Caem déambule dans les rues de Londres. La bouteille de vodka qui pend au bout de son bras n’est toujours pas entamé même s’il sent encore le verre qu’il a fait glisser dans sa gorge dans le bar. Les gens ne le regardent pas. Alors qu’il a glissé une capuche sur sa tête, il ressemble à une de ses silhouettes qui effraie les bonnes familles. Drôle quand on connait le garçon. Caem avance dans les rues où personne ne le reconnait. Jusqu’à s’arrêter dans un petit parc. Il se laisse tomber sur un banc. La lumière des lampadaires est encore là, il ne sait pas pour combien de temps.

La vodka coule lentement dans sa gorge. Caem vient juste d’ouvrir la bouteille. Il prend une première et longue gorgée. Lorsqu’il repose la bouteille sur le banc à côté de lui, il ferme les yeux. L’alcool lui brûle la gorge. Il n’est plus habitué à la violence du liquide. Et pourtant, il sent une étrange plénitude l’envahir. Il sait que s’il continue, il attendra bientôt cet état d’oubli. Il pourra bientôt se laisser glisser, faire disparaître toutes ces ombres qui le suivent. Caem prend une nouvelle gorgée.

Un bruit de verre rompt le silence qui s’était installé dans la nuit. La bouteille qui se trouvait dans la main de Caem git désormais au pied d’un arbre. Après la seconde gorgée, il l’a jeté avec rage contre un arbre. Il n’a pas le droit de céder. Pour Killian. Pour Enzo. Et pourtant il sent déjà les effluves lui monter à la tête et un semblant de paix qu’il cherchait déjà depuis des jours.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 7682
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Here we are again [Libre]   Ven 27 Avr 2018 - 16:17

Mardi 15.09.2015
Dans la nuit

Soho, London, United Kingdom

Une semaine. Ça faisait une semaine que Poudlard était tombé et que Caitlyn avait fui, sans attendre, sans se retourner, sans réfléchir à ce qu’elle allait faire par la suite. Fui la guerre qui s’était déclenchée au château, fui la prison que l’école était redevenue. Seule. Ils étaient nombreux, pourtant, à avoir pris la fuite. Les gardiens et les professeurs avaient fait en sorte d’évacuer le plus de monde possible lorsque les barrières magiques avaient cédé à l’assaillant. Comme s’ils avaient prévu le coup. Ce qui en soit serait tout à fait logique et même attendu de leur part. Mais une fois dehors, Caitlyn s’était retrouvée seule. Aucun de ses amis n’avait réussi à la rejoindre. Aucun de ses amis n’avait réussi à s’échapper comme elle. Rafael, Elias, Adrianna, Sovahnn… De toutes les personnes à qui elle avait envoyé des messages, seuls Rosalyn et Ricardo avaient répondu, ayant pu rentrer et trouver refuge dans leur famille respective. Les autres étaient tous restés coincés à Poudlard, et Caitlyn se sentait seule, abandonnée. Trahie, comme s’ils s’étaient promis de faire tout ce qui serait en leur pouvoir pour se retrouver à l’extérieur et qu’ils n’avaient pas tenu leur promesse.

Qu’allait-elle faire ? Elle avait réussi à rassembler toutes ses affaires dans son sac avant de quitter son dortoir, comme si ses projets étaient clairs, comme si son chemin était tracé. Retourner en Australie pour reprendre sa vie de nomade et continuer à voyager comme en Août, voilà ce qu’elle s’imaginait faire. Pourtant, une fois arrivée à Londres, elle n’avait pas su mettre son plan à exécution. Une semaine venait de s’écouler et elle était toujours là, incapable de prendre la décision, incapable d’avancer. Comme si quelque chose la retenait là, dans cette ville dans laquelle elle n’avait pourtant aucune attache. Un espoir fou, un désespoir profond. Le sentiment de culpabilité aussi… C’était comme si elle ne pouvait pas partir, comme si elle ne se sentait pas la légitimité de vraiment tout abandonner, encore plus qu’elle ne l’avait déjà fait en quittant Poudlard. Elle n’arrivait pas à se détacher, à prendre du recul. Alors elle restait, passait ses journées à ruminer et à attendre qu’elles passent affalée dans le canapé du salon et ses nuits à errer dans les rues sans aucun but.

Un vieux t-shirt unisexe noir délavé, un short de plage, des tongs aux pieds et les cheveux attachés en un chignon depuis deux jours, Caitlyn n’accordait aucune importance à son apparence lorsqu’elle sortait, le soir, trouver la fraicheur et le calme de la nuit. Elle arpentait les rues du voisinage ou des quartiers adjacents, essayant d’éviter celles où les bars restaient ouverts jusqu’au petit matin, s’arrêtant dans les aires de jeux parfois pour s’asseoir sur les balançoires et réfléchir… Elle sentait qu’il allait falloir qu’elle se reprenne en mains, qu’elle laisse derrière elle tout ce qu’elle avait vécu et s’émancipe de son passé pour repartir à zéro, mais elle ne s’en sentait pas encore la force. Chaque jour, une vague de détermination un peu plus puissante se formait dans son esprit. Un jour, elle le serait assez pour lui permettre de prendre ses affaires et partir. Mais en attendant, elle se laissait porter par la vie.

Soudain, dans le silence du parc où elle s’était installée, retentit un bruit de verre qui s’écrasait par terre et se brisait en mille morceaux. Les sens en alerte mais les mouvements quelque peu ralentis, comme pâteux, Caitlyn se redressa et se retourna vers la source du bruit et aperçut une silhouette sombre avachie sur un banc, capuche sur la tête, seule. Réprimant le réflexe de sortir sa baguette magique ou juste de s'en aller en hâte, elle se rassit sur sa balançoire, tournant à nouveau le dos au jeune qui n’avait pas bougé. L’avait-il vue ? Était-il bourré ? Était-il seulement conscient ? Elle repensa à Warren qu’elle avait croisé plus ou moins dans le même contexte la semaine passée et à sa mise en garde des dangers qu’elle courait en sortant ainsi seule dans la nuit. Le jeune ne semblait pas particulièrement agité ou agressif, mais elle resterait attentive, méfiante, au cas où il s’avérait vouloir entrer en contact avec elle de quelle manière que ce soit…


Dernière édition par Caitlyn Louise Twain le Ven 11 Mai 2018 - 11:38, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2161
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily / Ethan / Zachary / Aiyana / Bethany



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Here we are again [Libre]   Sam 5 Mai 2018 - 12:55

Comment en était-il arrivé là ? Avec l’aide d’Enzo, avec le soutien de Killian il avait réussi à se remettre sur pied, à vaincre ses démons et à enfin accepter ses blessures. L’alcool n’était plus son exutoire, il avait su l’oublier, la laisser de côté sans difficulté. Les premiers temps avaient été sombres, difficiles mais il avait réussi. Et il en avait été fier. La période qui avait précédé cette renaissance n’avait pas franchement était très joyeuse. Ni belle à voir. Caem s’était laisser submerger, s’était noyé dans l’alcool pour s’oublier, pour ne pas affronter sa peine. Il lui avait fallu du temps pour accepter le problème, pour se rendre compte que ce n’était plus possible et avancer. Sans Enzo il n’aurait sans doute jamais pu le faire. Mais il y était arrivé. Et voilà qu’à la première grosse crise, il replongeait. L’attaque de Poudlard avait été traumatisante, personne ne chercherait à lui faire croire le contraire. La disparation d’Enzo était un coup violent, une attaque frontale. Et pourtant, pourtant cela ne justifiait pas qu’il craque si vite. Il n’avait pas le droit de flancher au premier coup dur. Il n’avait pas le droit de réduire à néant tous les efforts de ses proches, tout ce qu’ils avaient enduré pour qu’il retrouve une vie digne de ce nom. S’il avait bu une gorgée dans un moment festif, ça aurait été différent. Sauf que là, il remettait l’alcool dans le rôle de son sauveur. De son aide face aux difficultés. Et c’était piégeux, il le savait, tout son corps s’en souvenait. Pourtant il avait bu, il avait acheté cette bouteille et l’avait ouverte comme si elle pouvait régler ses problèmes. Mais Enzo n’était pas de retour pour autant. Et les images de l’attaques étaient toujours dans son esprit.

Un soupir, une main passée sur son visage. Caem releva finalement la tête. Il remarqua alors une silhouette qui venait juste de se détourner. Une jeune femme qu’il ne pouvait distinguer convenablement dans l’obscurité. Elle était assise sur une balançoire. Elle avait dû être alertée par le bruit de la bouteille brisée. Le russe n’avait aucun mal à se figurer que d’un œil extérieur son attitude ne devait rien avoir de rassurante. S’éclaircissant la gorge, craignant que sa voix ne soit sinon trop rauque, Caem se redressa sur le banc et leva son bras dans un geste calme et qui se voulait rassurant.

« Désolé. »

Caem avait parlé suffisamment fort pour que sa voix porte jusqu’à la jeune femme. Il avait sans doute troublé sa balade et surtout, il avait pu lui faire peur ce qui n’était clairement pas son but. Il n’avait pas remarqué sa présence et sans doute aurait-il était incapable d’en tenir compte. C’était comme si, jusqu’à ce que cette bouteille se fracasse contre l’arbre, tout avait été flou autour de lui. Il était à l’extérieur, en plein dans les rues de la ville et pourtant il avait eu l’impression de nager à l’intérieur de lui-même. Caem tourna finalement la tête vers la bouteille explosée par terre et poussa un long soupir. Il ne pouvait pas laisser ça comme ça. Il aurait pu utiliser la magie mais ce n’était clairement pas la bonne période pour jouer de la baguette en pleine ville. Et puis il y avait cette demoiselle sur sa balançoire qui pouvait se retourner à tout moment. Bien. Pause. Le russe ferma les yeux quelques secondes et passa ses mains sur son visage. Il fallait qu’il se réveille, qu’il sorte de cette transe. Qu’il reprenne le dessus. D’un geste un peu trop vif, qui faillit le faire tituber, il se leva du banc. Sa capuche tomba alors sur ses épaules. Son visage était cerné, marqué par l’angoisse.

Caem fit quelques pas avant de venir s’accroupir au niveau des débris. Il y avait du verre partout, la bouteille avait bien explosé. La vodka quant à elle ne tarderait pas à être complètement aspirée par la terre. Le russe n’était pas certain que les plantes adorent cette substance mais bon, il pouvait difficilement la rattraper. Il commença donc à ramasser les bouts de verre. C’était fastidieux et il en aurait sans doute pour un bon moment. Mais ce n’était pas plus mal au final. Se concentrer sur cette tâche aussi répétitive et simpliste soit-elle l‘aidait à ne penser à rien d’autre. Il laissait de côté quelques instants les pensées qui le rendaient fou depuis des jours. Même s’il pouvait encore sentir la brûlure de la vodka dans son estomac presque vide. Même s’il avait toujours cette impression qu’il ne pouvait pas respirer librement.

Les petits bouts de verres commençaient à s’amasser dans la main de Caem et il allait bientôt falloir qu’il songe à aller vider ce stock dans une poubelle avant de recommencer sa chasse aux morceaux brisés. Sauf que bien évidemment, alors qu’il cherchait du regard une poubelle, il se déconcentra quelques instants et un morceau de verre vint entailler son doigt. Rien de méchant mais avec les résidus de vodka, ça piquait méchamment et surtout ça saignait pas mal.

« Et merde, fait chier… »

Pour la politesse, on pouvait repasser…
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 7682
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Here we are again [Libre]   Jeu 17 Mai 2018 - 21:43

Comment en était-elle arrivée là ? Comment s’était-elle retrouvée à errer dans les rues de Londres la nuit, sans but, sans vie ou presque ? Des ressources, elle en avait… ici ou ailleurs, dans ses amis ou en elle ; elle n’était pas démunie. Pourtant, elle était plus perdue que jamais. Incapable d’avancer, incapable de se relever. Que s’était-il passé en elle ? Dans sa tête, les pensées se bousculaient sans cesse, mais il y avait comme un vide intersidéral qui séparait son cerveau de son visage, et elle n’arrivait pas à exprimer toutes les émotions qu’elle ressentait. Tristesse, colère, peur, culpabilité… tout se mélangeait, mais à la surface ne transparaissait rien d’autre que l’épuisement. Elle n’en pouvait plus, elle n’en pouvait plus de cette situation, elle n’en pouvait plus d’être bloquée là, comme paralysée, sidérée par ce choc qu’elle n’était pas en mesure d’encaisser. La chute de Poudlard.

Elle aurait pu s’y attendre, pourtant. C’était inévitable et ils ne étaient tous bien conscients. Mais… pas maintenant. Pas comme ça. C’était trop tôt, trop violent. La première semaine n’était même pas passée que les Supérieurs se tenaient déjà aux portes du Château, un otage en main. Ce garçon, Caitlyn l’avait croisé maintes fois dans les couloirs, il avait un an de moins qu’elle, Adam ou Evan ou quelque chose comme ça, Gryffindor ou Hufflepuff probablement, mais ça aurait pu être n’importe qui d’autre, ça aurait pu être Adrianna ou Marlone, ça aurait pu être Elias ou Rafael, ça aurait pu être elle-même – et quelque part, vu l’état dans lequel elle s’était retrouvée à Sainte Mangouste après son enlèvement, elle pouvait s’estimer heureuse que ce ne soit pas le cas – mais sa mort n’avait servi qu’à retarder de quelques jours le moment fatidique où les barrières magiques avaient lâché. Une semaine. Une petite semaine, et, comme Salem, comme le Ministère, comme Azkaban probablement, et comme d’autres structures sans doute, Poudlard était finalement tombé.

Et ses amis y étaient restés. Bloqués, coincés, prisonniers à nouveau dans les murs de cette école qui n’en était plus vraiment une depuis bien longtemps. Une fois de plus, elle s’en tirait tandis que ses proches payaient pour elle. Une fois de plus, elle était épargnée et ses amis souffraient à sa place. Rafael n’avait jamais rien demandé à personne, Elias non plus, pas plus que Marlone ou Adrianna, pourtant ils s’étaient retrouvés enfermés dans l’enceinte du château, à la merci de ces illuminés qui n’avaient pas trouvé mieux à faire de leur vie que de pourrir celle des autres. Et elle, ayant réussi à fuir sans se retourner, était là, elle était là avec sa liberté mais sans savoir quoi en faire, elle avait son avenir à portée de main mais était incapable de tendre le bras, incapable de faire le pas.

Un bruit de verre la tira de ses pensées et elle sentit son âme sursauter dans sa poitrine en lui coupant le souffle tandis que son corps se redressait lentement de la balançoire sur laquelle elle était assise en se retournant. Elle distingua vaguement la silhouette d’un garçon assis sur un banc, prostré, replié sur lui-même, capuche sur la tête et mains sur son visage. Depuis combien de temps était-il là ? Etait-elle arrivée avant ou après lui ? Elle n’était pas en mesure de répondre à ces questions qui lui venaient à l’esprit tandis qu’elle se rasseyait, lui tournant à nouveau le dos comme si de rien n’était, mais le cœur battant plus vite et plus fort qu’avant. Il n’avait pas l’air spécialement dangereux, mais se savoir seule avec un homme dans une aire de jeu du centre-ville en plein milieu de la nuit n’était pas rassurant.

« Désolé. »

Cette fois-ci, elle se crispa légèrement en guise de sursaut. Il y avait toujours ce décalage entre la force de ses émotions et celle de ses expressions, ce vide entre son esprit et son visage, mais il était un peu plus fin qu’avant. Entendre la voix du jeune homme, forte et un peu enrouée, semblait la sortir de sa torpeur. Comme si sentir son cœur se serrer et son ventre se nouer lui rappelait qu’elle était là, physiquement, malgré son absence apparente ces derniers jours. Comme si se savoir potentiellement en danger lui redonnait un semblant de réactivité, de lucidité. Elle ne répondit rien, cependant, mais resta attentive et finit par l’entendre soupirer puis se relever et faire quelques pas. Alors, doucement, précautionneusement, elle tourna sur elle-même avec un grincement qu’elle tenta en vain d’éviter, croisant les chaines de la balançoire au dessus de sa tête pour observer en silence le jeune homme accroupi au pied d’un arbre ramasser les débris de verre.

Au bout de quelques instants, il releva la tête et parcourut le parc du regard, et elle distingua ses traits tirés, ses yeux sombres entourés de cernes, sa barbe datant de plusieurs jours. L’espace d’une fraction de seconde, elle eut l’impression d’être comme frappée par la puissance de sa détresse. Et puis, aussi brutalement qu’elle était venue, cette impression repartit, la laissant un peu effarée. Se pouvait-il que le jeune homme soit en proie à un mal-être similaire au sien ? Ou avait-elle simplement rêvé, s’était-elle laissée submerger par la profondeur de son désespoir à nouveau ? Elle ne savait pas, elle n’était sûre de rien. Elle aurait aimé lui demander si ça allait, mais elle se retint. Ça ne la regardait pas, il ne lui avait rien demandé Mais soudain, elle le vit se raidir et l’entendit lâcher un juron.

« Et merde, fait chier… »

Elle fronça les sourcils, ne comprenant pas tout de suite ce qui s’était passé.

« Ça va ? »

La question lui avait échappé, c’était presque un réflexe. Et là voilà qui se levait de la balançoire, la laissant se dérouler tandis qu’elle s’approchait du jeune homme sans plus se poser de questions. Elle n’était pas totalement sereine pour autant, mais quitte à être ensemble dans ce parc désert, autant arrêter de faire comme si l’autre n’existait pas. Elle arriva à son niveau et s’accroupit en face de lui. En temps normal, elle aurait fouillé dans son sac pour en sortir un mouchoir ou un pansement, mais pour le coup, ses poches ne contenaient que son portable et sa baguette magique. Elle fit d’ailleurs attention à bien dissimuler cette dernière, et sortit l’autre pour allumer l’application lampe torche. Son doigt saignait assez profusément, dans son autre main se trouvait un tas de débris et à leurs pieds était éparpillé le reste. Elle releva alors le regard vers lui, et ce fut à ce moment là qu’elle le reconnut.

« Caem ? Je t’avais pas reconnu. Tu vas bien ? T’as besoin d’aide ? »

Caem, le copain de Killian et un bon pote à Enzo. Il était dans son année, arrivée en début de cinquième, et sans doute qu’ils avaient encore d’autres amis en commun, mais malgré ça, ils ne se connaissaient pas tellement. Plutôt discret, taciturne, toujours au fond de la classe, ne parlant que lorsqu’on l’y incitait, toujours avec un petit accent russe, il n’avait pas cherché à l’aborder et elle non plus n’avait rien fait pour se rapprocher de lui. La seule chose qu’elle savait de lui, finalement, était qu’il s’intéressait à la médicomagie. Il devait donc sûrement être capable de soigner sa blessure. Sauf s’il n’était pas en possession de tous ses moyens, ce qui ne serait pas impossible, au vu de l’odeur d’alcool qui planait autour d’eux...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2161
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily / Ethan / Zachary / Aiyana / Bethany



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Here we are again [Libre]   Ven 25 Mai 2018 - 10:43

Cette situation avait quelque chose de risible, de ridicule. Alors qu’il voyait le sang commencer à couler de son doigt, Caem avait presque l’impression d’être dans une mauvaise comédie. Il était là, dans ce parc, face aux débris d’une bouteille qu’il avait achetée sans trop savoir pourquoi alors qu’il était sobre depuis des mois. Il avait été en colère, profondément triste et avait fini par la faire éclater. Et maintenant ? Il se sentait coupable, idiot, et complètement vidé. Il avait comme l’impression que plus une once d’énergie ne se trouvait en lui et qu’il n’avait plus qu’à ramassé mécaniquement les morceaux de verre pour ensuite errer jusqu’à rentrer quelque part. Chez lui ? Mais où ? Chez son père ? Chez Killian ? Qu’il aille chez l’un ou chez l’autre, ils sentiraient immédiatement qu’il avait bu, même si ce n’était qu’une petite quantité et clairement, il n’était pas encore prêt à cette discussion. Caem se sentait embourbé, pris au piège par sa propre faiblesse, sa propre bêtise. Et voilà qu’il bloquait sur son doigt entaillé, qu’il fixait le sang sans autre réaction qu’un juron.

Une voix poussa cependant Caem à sortir de son état de torpeur. Il releva la tête et vit que la jeune femme dont il avait deviné la silhouette sur la balançoire un peu plus loin venait de se lever en lui demandait si ça allait. Il était surpris oui, de cette attitude. Se grattant la gorge, il marmonna une réponse mais fut incapable de parler très fort, ce qui lui causa un doute sur le fait qu’elle l’ait vraiment entendu répondre.

« Oui, oui, c’est rien, pas d’inquiétude… »

Non pas d’inquiétude. Surtout que Caem réalisait que s’il s’était fait discret, il aurait pu se lever, aller vers une poubelle et choisir un moment de solitude pour sortir sa baguette et faire disparaître rapidement la plaie. Mais maintenant qu’il avait signifié sa présence et que la jeune femme s’approchait indéniablement de lui, il était coincé. Fatigué et n’ayant pas l’envie d’ajouter quoi que ce soit de plus, il demeura dans la même position, attendant que la silhouette soit finalement à son niveau. Sans bouger, ne voulant pas l’effrayer et qu’elle pense qu’il était totalement bourré et dangereux, Caem attendit sagement que la jeune femme mène l’échange. Elle fouilla alors dans ses affaires et finit par en sortir un téléphone portable duquel elle alluma la lampe de poche. Leurs regards se croisèrent alors et ce ne fut qu’à cet instant que les neurones du russe décidèrent de se connecter. Caitlyn. Poudlard. Quelle était la probabilité pour qu’un truc pareil arrive ? En tout cas, elle aussi l’avait reconnu assez rapidement et commença à s’enquérir de son état. Normal, il était loin de donner une image très reluisante de sa personne.

« C’est rien, juste une petit coupure… Mais comme je savais pas qui était là, j’ai pas trop osé sortir ma baguette. »

Tentative d’humour, Caem esquissa ce qui pouvait ressembler à un sourire. L’avantage étant que l’obscurité ambiante déformait déjà ses expressions, l’étrangeté de son sourire pouvait donc être placé exclusivement sur le compte de la luminosité. Parfait. Toujours était-il qu’avec les débris de verre dans une main et l’autre qui saignait, il était un peu coincé et ne pouvait pas rester éternellement comme ça. Poussant un soupir, il reprit la parole à l’attention de Caitlyn.

« Je vais déjà aller jeter ça… »

Caem avait légèrement soulevé sa main contenant les débris de verre avant d’entreprendre de se redresser. Il n’allait tout de même pas reposer tout ça sagement sur le sol du parc ou rester deux heures avec dans la main, il risquait tout simplement de se couper de nouveau. Profitant de la nouvelle lumière apportée par le téléphone de Caitlyn, il repéra plus facilement une poubelle non loin de là. Il alla y déposer les morceaux de verre avant de revenir vers la zone sinistrée. Il voyait bien qu’il restait encore pas mal de morceaux à ramasser. Debout, il baissa la tête vers son doigt qui saignait toujours. Il allait s’en mettre partout à ce rythme. Puis il posa le regard sur Caitlyn.

« Si ça peut te rassurer je ne suis pas complètement ivre. La bouteille a explosé après la première gorgée. »

La bouteille a explosé ? Moyen doux et délicat de dire qu’il l’avait jeté avec rage contre un arbre, fou de colère face à sa propre faiblesse. Mais clairement, il n’avait pas envie de rentrer dans les détails et s’il présentait l’information ainsi, il risquait au contraire de rendre son comportement encore plus inquiétant et plus suspect aux yeux de son ancienne camarade de classe. Ce qui n’était pas franchement le but de la manœuvre. Il fallait plus d’alcool pour qu’il perde le contrôle de lui-même. Pas beaucoup plus de peine en revanche.
Caem commença alors à jeter des regards autour d’eux. Il semblait n’y avoir personne et pourtant, il n’avait pas du tout confiance en l’idée de sortir sa baguette pour soigner sa plaie. La tension qui pesait actuellement sur le monde magique était bien trop forte. Tout le monde était tendu, à cran et les anciens de Poudlard étaient très bien placés pour savoir que le danger pouvait se planquer n’importe où. Résigné, le russe plongea sa main libre dans ses poches à la recherche d’un mouchoir ou autre qu’il pourrait compresser contre la coupure pour arrêter le saignement.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 7682
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Here we are again [Libre]   Dim 27 Mai 2018 - 19:16

Caem. Poudlard. Quelle était la probabilité pour qu’un truc pareil arrive ? Caitlyn avait imaginé beaucoup de visages différents à la silhouette sombre qu’elle avait distinguée dans la nuit, mais elle ne s’était certainement pas attendue à ce que l’inconnu s’avère être un de ses camarades de classe. Pourtant, en soi, ça n’avait pas grand-chose d’étonnant. Ils devaient être plusieurs, parmi ceux qui avaient réussi à fuir Poudlard, à errer dans les rues de Londres sans savoir quoi faire de leurs vies. Petits face à l’immensité du monde qui s’ouvrait à eux, perdus dans cette guerre qui faisait rage autour d’eux. Mais de ses proches, personne n’était dans ce cas, et c’était bien là la raison de son désespoir. Caem était-il dans la même situation ?

« C’est rien, juste une petite coupure. Mais comme je savais pas qui était là, j’ai pas trop osé sortir ma baguette. »

Un sourire forcé étira les lèvres du jeune homme et Caitlyn lâcha un petit rire sans joie. Oui, une petite coupure, juste. Une petite coupure sur son doigt alors qu’il ramassait les débris d’une bouteille d’alcool qu’il avait jetée pour la briser alors qu’elle était manifestement loin d’être vide. Mais à part ça, tout allait bien, n’est-ce pas ? C’était ridicule. Tout dans l’attitude du Russe témoignait de son mal-être. Et c’était juste ridicule de voir à quel point ils étaient finalement tous dans le même bateau, tous dans la même merde.

« Je vais déjà aller jeter ça… »

Elle hocha la tête et releva la lumière de sorte à ce qu’il puisse plus facilement rejoindre une poubelle dans laquelle il vida sa main valide pleine d’éclats de verre avant de revenir sur le lieu du crime. Il ne s’accroupit pas, cependant, et resta debout à contempler son doigt au bout duquel le sang continuait à couler. Elle se redressa à son tour, calmement, toujours un peu ralentie sur le plan moteur, avec toujours ce contraste entre ses pensées et ses actions.

« Si ça peut te rassurer je ne suis pas complètement ivre. La bouteille a explosé après la première gorgée. »

Elle le regarda. Ivre ? Non, il n’avait pas l’air complètement ivre. En tout cas, il était encore assez lucide pour savoir ce qu’il disait et faisait. Malgré tout, elle était inquiète, pour lui, pour ce que ça signifiait, pour ce que ça impliquait. Errer dans les rues de Londres en pleine nuit était déjà signe de peine, alors à quel point souffrait-il pour qu’il envisage de noyer son chagrin dans l’alcool ? Elle se souvint de Warren, de sa compagnie, de ses soins. Il avait été là pour elle quand personne d’autre n’avait pu l’être. Était-ce à son tour de l’être pour d’autres ?

« Dommage, j’aurais bien bu un verre avec toi si j’avais su que c’était toi. »

Elle n’était pas au courant de ses problèmes d’alcool, et rien dans son comportement actuel ne les trahissait. Jeter une bouteille de d’alcool contre un arbre sous l’effet de la colère n’avait rien de réellement étonnant à ses yeux, du moins elle pouvait tout à fait s’imaginer avoir la même attitude que Caem si elle avait acheté du rhum ou du whisky pour se saouler dans ce parc puis réalisé que boire ne résoudrait aucun de ses soucis. Ce n’était cependant pas une tentative d’humour qu’elle venait de faire là, non, c’était tout à fait sérieux, comme la majorité de ce qu’elle disait, n’ayant pas la force de chercher à plaisanter.

« Toi non plus t’arrives pas à rester tranquillement chez toi ? »

Elle ne savait rien sur sa vie, était incapable de dire s’il avait un endroit où aller, et elle doutait qu’il soit au courant de sa situation à elle, mais au fond, peu importait, ils étaient tous les deux là, seuls, et ça voulait bien dire ce que ça voulait dire. Incapables de trouver le sommeil, incapable de rester enfermés entre quatre murs, ils cherchaient dans la nuit une forme de sérénité, d’apaisement, ou au contraire de stimulus, de revivifiant.

« Attends, laisse-moi. »

Plus une offre qu’un ordre, une proposition qu’elle lui faisait, alors qu’il fouillait ses poches, probablement à la recherche d’un mouchoir. Elle tendit sa main pour qu’il puisse poser la sienne dessus et l’illumina à l’aide de son portable. La plaie n’était pas très grande mais assez profonde et pas prête à cicatriser spontanément dans l’immédiat.

Coinçant son portable dans la ceinture élastique de son short de bain au niveau de son bas-ventre de sorte à ce que le flash allumé en mode lampe torche éclaire devant elle, elle s’apprêta à sortir sa baguette magique qu’elle avait également coincée de la même manière au niveau de sa hanche gauche, mais elle remarqua qu’il regardait autour d’eux, comme inquiet qu’ils ne soient pas seuls. Elle en fit de même, scrutant les environs.

« Il n’y a personne. Mais on peut se cacher derrière l’arbre si tu préfères. »

Si, plus jeune, elle avait tendance à ne pas trop se servir de la magie, elle était aujourd’hui assez encline à le faire. Surtout lorsqu’elle le pouvait et que ça pouvait lui être utile et lui faciliter la vie. Bien sûr, elle n’allait pas forcer Caem mais, voyant qu’il ne semblait pas réticent outre mesure, elle l’emmena derrière l’arbre contre lequel il avait jeté sa bouteille, sortit sa baguette, et la pointa sur sa blessure en murmurant trois fois d'une voix douce.

« Vulnera Sanentur. »

Après la première incantation, le sang cessa d’affluer à la surface de sa peau. Après la deuxième, la plaie se nettoya. Après la troisième, les berges se rapprochèrent jusqu’à se refermer.

« Voilà. »

Et maintenant… maintenant quoi ?

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2161
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily / Ethan / Zachary / Aiyana / Bethany



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Here we are again [Libre]   Mar 29 Mai 2018 - 22:00

Caem avait lâché un rire sec, affichant un léger sourire alors que Caitlyn déclarait qu’elle aurait bien bu un verre avec lui. Entendre ça d’un coup le renvoyait à sa propre faiblesse. A ce qu’il venait de faire, à cette promesse qu’il avait rompue. Il allait devoir recommencer, repartir de zéro pour ce simple verre. S’il ne faisait pas partie des alcooliques anonymes, il avait son parrain en quelque sorte. Enzo. C’était à lui qu’il parlait de ses problèmes de sobriété, à lui qu’il pouvait confier ses doutes vis-à-vis de cela aussi. Il avait parfaitement confiance en Killian mais il avait besoin de quelqu’un d’extérieur à son couple pour parler de ça. Et Enzo était son homme dans ce domaine. C’était lui qui avait créé l’électrochoc pour qu’il arrête. Sauf qu’il n’était pas là et que sans lui, il n’avait rien trouvé de mieux à faire que de replonger, le trahissant du même coup. Cette idée le crispait alors il s’accrochait à ce qu’il avait, en cet instant, un visage familier. La présence de Caitlyn pouvait l’aider à reprendre ses esprits et pour ça, il devait accepter un peu de légèreté. Accepter de ne pas tiquer alors qu’on parlait d’alcool. Il avait pas mal d’entraînement en la matière de toute façon. Et puis, au-delà des mots, il y avait autre chose dans la voix de sa camarade. Il ne la connaissait pas plus que ça mais savait qui elle était. Elle avait fait partie du groupe qui avait lancé la résistance par la musique, elle se remarquait par sa pugnacité. Et là, elle semblait empreinte d’une sorte de mélancolie… Cette idée se confirma par la question qu’elle lui posa juste après même s’il fallut du temps à Caem pour percuter ce qu’il y avait derrière ces mots.

« On peut dire ça comme ça, oui. »

Il avait répondu sans trop réfléchir, presque par automatisme. Un sourire doux s’était dessiné sur son visage. C’était une belle façon de décrire ce qui lui passait par l’esprit en ce moment. Non il n’arrivait plus à rester enfermé chez lui. Il tournait en rond. Comme un loup en cage oui, la métaphore, aussi ironique que cela puisse paraitre, était complètement appropriée.
Le russe commença alors à fouiller ses poches pour trouver de quoi calmer le saignement de son dos. Mais Caitlyn prit les choses en main et il se laissa faire sans rechigner. Il posa sa main dans la sienne alors qu’elle examinait la plaie à la lumière. Rien de méchant mais s’il ne voulait pas mettre du sang partout, il fallait envisager de panser tout ça. Elle semblait avoir envisagé d’utiliser la magie et lui proposa d’aller se cacher, ayant sans doute capté ses regards. Caem acquiesça d’un simple mouvement de tête. Il ne voulait pas tomber dans la paranoïa mais la prudence était pour lui une indéniable qualité. Ne pas fuir les conflits mais ne pas non plus se jeter gratuitement dedans. Il se laissa donc entraîner par sa camarade. Ancienne camarade. Après trois incantations habilement menées, elle vint à bout de la légère blessure. Caem regarda sa main avant de relever la tête vers la jeune femme.

« Merci beaucoup. »

Il bougea alors son doigt, comme pour vérifier. Non pas qu’il doutait de Caitlyn, il s’agissait plus là d’un réflexe qu’autre chose. Il lui aurait bien proposé un verre pour la remercier mais clairement, l’idée de s’exposer une fois de plus à la tentation lui donnait la nausée. Se tenir loin des bars quelques minutes au moins lui ferait du bien. Il ne se confronterait pas alors gratuitement à ses erreurs ni à ses peines. Il fit cependant un signe de tête à la jeune femme et commença à avancer vers le banc qu’il occupait quelques instants auparavant. Dans son mouvement, il finit par lâcher une question qui tournait dans sa tête depuis quelques minutes déjà.

« Qu’est-ce qui t’empêche de rester chez toi ? »

Parce que c’était ça qui l’avait intrigué une fois de plus dans les paroles de Caitlyn. Il était évident que lui cherchait à fuir quelque chose, tout dans son comportement semblait l’indiquer. La jeune femme n’en avait laissé paraître que peu jusque-là. Mais dans ces mots c’était en fait évident : elle aussi avait un démon à combattre. Il n’était pas suffisamment proche d’elle pour la pousser à la confession, de toute façon, cela n’avait jamais été sa manière de faire. Il ouvrait des sujets, laissant toujours la possibilité aux gens de répondre ou simplement de prendre la tangente. Dans ces cas-là, il prolongeait dans ce sens et ne revenait pas en arrière. Respectant les silences de chacun autant que leurs paroles.
Les deux jeunes gens approchaient du banc et Caem s’y assit de nouveau. Il n’y serait sans doute pas retourné s’il s’était retrouvé tout seul. Il aurait fini de ramasser les bouts de verre et aurait fuit ce parc. Mais avec une présence c’était différent. Il se sentait poussé, forcé à se tirer de lui-même, à sortir de son introspection. Peut-être que ce dont il avait besoin dès le début était tout simplement ce qu’il fuyait : une compagnie neutre, un visage vaguement connu.

« Pas que faire de la balançoire en pleine nuit ça n’ait pas l’air sympa hein… »

Un nouveau sourire, un peu plus franc, se dessina sur le visage de Caem. Certes, il n’était pas empli d’autant de cœur, d’autant de joie qu’à l’accoutumée. Mais au moins, il lui permettait d’arrêter quatre secondes de penser à tout ce qui tournait en boucle dans son esprit depuis quelques jours. La pause serait peut-être de courte durée mais pour le moment, il se laissait porter.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 7682
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Here we are again [Libre]   Ven 6 Juil 2018 - 18:57

Un rire, rien d’autre. Pourtant Caitlyn n’avait pas spécialement cherché à être drôle. Mais le rire de Caem était bien loin d’être amusé ; au contraire, c’était un rire sans joie, un rire vide, même si plein d’amertume. Elle ne releva pas, cependant, et pinca légèrement les lèvres, les yeux dans le vague, presque blasée. Elle était loin de s’imaginer les véritables raisons de cette morosité, l’attribuant simplement à ce contexte de guerre qu’ils vivaient tous, sans se douter que Caem était en proie à des démons qui lui étaient propres. Et puis surtout, elle n’avait pas la force de chercher plus loin. C’était un peu comme avec Warren, finalement – elle était incapable de concevoir qu’il puisse exister d’autres problèmes que les siens, que ceux qui devaient sûrement être les leurs à tous. Le danger, l’insécurité, la peur, la culpabilité… N’était-ce pas déjà assez ? Que pouvait-il y avoir d’autre, de plus important, de pire ? Obnubilée par ses états d’âme, elle s’isolait dans son égoïsme, se perdait dans sa cécité. Et elle n’en pouvait plus de rester cloîtrée, seule avec soi-même, entre les quatre murs de sa chambre, à la merci des pensées qui se bousculaient dans son esprit. Manifestement, elle n’était pas la seule…

« On peut dire ça comme ça, oui. »

Elle n’attendait pas forcément de réponse de sa part là non plus, c’était presque une question rhétorique finalement qu’elle venait de poser, mais la réaction de Caem l’interpella davantage cette fois-ci, paradoxalement. Il souriait faiblement, répliquait du tac au tac, à peu près aussi absent qu’elle, avec le même abattement, la même résignation… ce qui en soi n’avait rien d’étonnant, justement. Comment aurait-elle pu savoir que l’état dans lequel se trouvait son camarade de classe n’était pas autant dû à la guerre qu’ils avaient fui tous deux mais à la disparition de son meilleur ami dans des circonstances tout à fait différentes, sans lien apparent avec la chute de Poudlard, et surtout particulièrement inquiétantes ? Rien, dans l’attitude du jeune homme, ne trahissait la véritable nature des épreuves qu’il était en train de traverser.

Et puis il y avait cette plaie. Cette petite coupure qu’il avait au doigt, rien de grave ni même de dangereux en soi, mais bel et bien là, physique, tangible, et, surtout, facile à soigner. En temps normal, à la place de Caem, Caitlyn se serait contentée de porter son doigt à la bouche ou de l’essuyer dans un pan de son t-shirt et d’attendre que le saignement se tarisse. D’ailleurs, le jeune homme ne semblait pas non plus accorder énormément d’importance à sa blessure et entreprendre quoi que ce soit de très sophistiqué pour la traiter, s’affairant simplement à chercher un mouchoir dans sa poche pour sécher le sang qui coulait le long de ses phalanges. Pourtant, quelque chose la poussa à vouloir le prendre en charge, et elle l’inspecta puis l’attira derrière l’arbre avant de sortir sa baguette. Elle avait besoin d’agir, de faire et non plus d’attendre.

« Merci beaucoup. »

Elle lui adressa un sourire, puis cacha sa baguette sous son t-shirt, la coinçant dans la ceinture élastique de son short. Il bougeait son doigt, vérifiant sa mobilité plus par automatisme qu’autre chose, et semblait relativement satisfait. En tout cas, il n’avait pas l’air sceptique ni mécontent, et il lui fit un signe de tête avant de se diriger vers le banc où il était assis auparavant, lui intimant de le suivre, puis reprit la parole.

« Qu’est-ce qui t’empêche de rester chez toi ? »

Elle aurait pu s’y attendre. Pourtant, cette question la frappa de plein fouet, et elle resta interdite pendant quelques instants, prise de court, l’imitant sans réfléchir tandis qu’il s’asseyait sur le banc en béton. Qu’est-ce qui l’empêchait de rester chez elle ? Rien du tout, en soi ; mais elle était mieux dehors. Elle n’avait tout simplement pas envie d’être chez elle. Elle n’en pouvait plus de ne rien faire, cloitrée dans les murs de l’appartement, prostrée dans son lit ou avachie sur le canapé, à attendre que ça se passe. Pourtant, elle n’avait pas la force de réellement faire quoi que ce soit, de prendre les choses en main. Mais quitte à rester passive, elle aimait autant l’être à l’extérieur où le calme était plus apaisant, moins oppressant, qu’à l’intérieur.

« Pas que faire de la balançoire en pleine nuit ça n’ait pas l’air sympa hein… »

Cette fois-ci, elle sourit, lâchant même un rire amusé, sincère. Un jour, elle aurait l’énergie pour accomplir plus que simplement faire de la balançoire en pleine nuit. Un jour, elle aurait assez de force pour se relever, assez de volonté pour s’extraire de cette léthargie dans laquelle elle s’était enlisée depuis une semaine. Elle le savait. Elle le sentait, elle voyait son avenir à portée de sa main, chaque jour un peu plus. Et quand elle l’atteindrait enfin, elle savait exactement ce qu’elle allait faire. Mais en attendant, elle était là, avec Caem, et quelque part, c’était peut-être exactement ce dont elle avait besoin.

« C’est ça, moque-toi de moi ! En vrai c’est même très sympa, d’abord. »

Elle n’avait pas envie de revenir sur toutes ces pensées qu’elle s’efforçait de fuir. Elle n’avait pas envie de replonger dans cette mer d’émotions négatives qui la submergeaient à intervalles réguliers. Elle voulait s’accrocher à cette légèreté, rester dans ce registre jovial qui lui faisait tant de bien. Une autre stratégie pour oublier ses tracas aurait été de s’intéresser à ceux de l’autre, mais elle se doutait que c’était exactement ce qu’il cherchait à éviter. Alors elle détourna le regard, le fixant au loin à l’horizon, tandis que des mèches de ses cheveux tombaient devant ses yeux comme des lianes dans la jungle. Elle devait avoir l’air d’une loque, avec son chignon à moitié défait et ses vêtements ternes… mais Caem avait à peu près la même mine qu’elle, et puis de toute façon, ça n’avait aucune espèce d’importance.

« Je sais pas, c’est pas que ça m’empêche, c’est juste que… j’ai l’impression d’étouffer à la maison, j’ai besoin d’air. »

Rien contre Casey, bien au contraire, le soutien de la blondinette était vraiment très important pour Caitlyn, et c’était sans parler de son hospitalité. Mais elle ne pouvait pas rester enfermée tout le temps, elle n’y arrivait pas, c’était impossible. Et puis, elle n’avait pas envie de lui imposer sa présence au quotidien, de lui infliger tantôt ses humeurs, tantôt ses silences. Elle ne l’évitait pas systématiquement pour autant, mais elle avait besoin de ces moments de solitude, de ces instants où elle n’avait pas l’impression d’être un poids sur les épaules de son amie.

« À la base, je prévoyais de retourner en Australie avec mon sac à dos… Enfin, prévoyais, c’est un grand mot. J’avais fait ça cet été, après l’anniversaire de Enzo, et c’était vraiment cool, du coup, en voyant les Supérieurs gagner, j’ai rassemblé mes affaires en me disant que je ferais pareil. Sauf qu’il semblerait que j’ai un peu perdu la motivation en cours de route, mais du coup là j’attends qu’elle revienne, et ensuite on verra, mais je pense bien me casser une fois pour toutes. »

Dit comme ça, c’était assez optimiste, et ce n’était pas pour lui déplaire. Elle avait beau ne pas avoir de véritables racines, de réel chez soi, elle n’était pas sans ressources pour autant. Il allait falloir qu’elle mène seule sa barque, et les eaux ne promettaient pas d’être calmes tout le temps, mais elle y arriverait, un jour, elle en était convaincue.

« Tu as des nouvelles de tes amis ? »

La question lui avait échappé sans qu’elle ne puisse la retenir, comme un automatisme. Comme si elle était finalement incapable de ne pas évoquer les sujets qui fâchent, en dépit des efforts qu’elle faisait pour les éviter. Comme si elle ne pouvait pas se résoudre à arrêter d’espérer un miracle, un retournement de situation, aussi improbable que ce soit. Parfois, elle se surprenait à s’imaginer que tout ça n’était qu’un interminable mauvais rêve, un cauchemar dont elle finirait par se réveiller en sueurs dans son lit, entourée des autres Ravenclaw de son dortoir. C’était stupide, elle le savait, mais elle n’arrivait pas à faire autrement, n’arrivait pas à éteindre cette petite lueur d’espoir, cette petite flammèche qui continuait à danser en elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2161
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily / Ethan / Zachary / Aiyana / Bethany



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Here we are again [Libre]   Dim 8 Juil 2018 - 21:28

Même si l’énergie n’y était pas complètement, même s’il y avait encore des hésitations et des maladresses palpables dans sa voix, Caem fut content de l’effet provoqué par sa petite plaisanterie. Caitlyn laissa échapper un rire, léger mais sincère et le sourire du jeune homme s’accentua immédiatement. Il se laissa même aller à rire lui aussi, quelques secondes seulement lorsqu’elle se mit à protester, semblant vouloir défendre l’activité balançoire nocturne. Elle avait bien raison, il fallait défendre ses passions, même les plus absurdes. Après tout, si le monde est aussi vaste, c’est aussi pour accueillir toutes les lubies possibles, non ? Le rire du russe avait fini par s’éteindre, comme celui de Caitlyn et le silence s’était peu à peu installé entre eux. La tension était palpable. Pas alimentée par le fait qu’ils se croisent non, c’était quelque chose qu’ils portaient chacun au fond d’eux. Un truc qui les bouffait, qui les étouffait. Pourtant, ils semblaient tous les deux réticents à l’idée de parler, de mettre des mots, de partager toutes ces émotions sombres. Le russe ne bougea pas, le silence ne le dérangeait pas, au contraire, il l’avait toujours apprécié. Pour lui, il n’était pas difficile de rester en compagnie de quelqu’un sans rien dire, en se contentant simplement de profiter d’une présence. Il fixait l’obscurité qui s’étalait devant eux. Son regard avait fini par s’y habituer, il distinguait des ombres et y trouvait quelques choses de poétiques. Malheureusement, les étoiles étaient cachées par les lumières trop importantes de la ville de Londres. Tiens, il aurait bien envie de se perdre à la campagne, de s’allonger dans l’herbe et de fixer les étoiles. Oui, il irait peut-être faire ça chez Ismaelle et Leiv.

La voix de Caitlyn avait fini par rompre le silence et plus par instinct que pour lire quoi que ce soit sur son visage, Caem avait légèrement tourné la tête. Elle avait lâché quelques mots, sur cette impression d’étouffer, d’être trop à l’étroit. Il comprenait parfaitement. Son regard se porta de nouveau sur l’obscurité. Caitlyn reprit alors d’elle-même et le russe était content de voir qu’elle arrivait à s’exprimer un peu. Il ne la pousserait pas, respectant autant ses paroles que ses silences. Elle parla de son envie d’aller en Australie. Elle évoqua Enzo. Caem sentit son cœur se serrer, une violente nausée l’envahir mais il ne bougea pas. Rien dire, il l’avait promis. Il avait même gardé le silence face à Killian, il ne romprait pas cette promesse. Mais entendre son prénom au détour d’une conversation, avec autant de simplicité, de facilité. Putain Enzo, t’es où ?

« J’espère que tu trouveras ce que tu cherches, là-bas, sur les routes. »

Caem tourna alors légèrement la tête pour adresser un sourire timide à Caitlyn. Voyager, partir sans rien d’autre qu’un sac, il y avait pensé à plusieurs reprises. Cela aurait pu lui plaire oui, mais pas tout de suite. Lui qui avait tant connu la solitude, qui avait su la dompter et en faire une véritable amie ressentait l’envie, le besoin viscéral de partir avec ses proches. De les emmener avec lui, de ne pas les lâcher. Pas maintenant. Mais si Caitlyn en avait besoin, il fallait qu’elle le fasse. Qu’elle se referme sans doute pour mieux s’ouvrir après. Les voyageurs le disent, c’est toujours quand on part seul qu’on fait le plus de rencontres.

Caem avait perdu toute notion du temps et il aurait été bien incapable de dire combien de secondes, de minutes s’écoulaient entre chaque prise de parole. Il avait l’impression d’être plongé dans un autre monde, un autre univers. Il se sentait loin de tout et pourtant, connecté à son histoire par la présence de Caitlyn. Caitlyn dont la voix se fit entendre de nouveau. Des nouvelles de ses amis. Caem resta immobile. Il eut envie de rire, de lâcher un rire cynique et mauvais, de ceux qu’il gardait habituellement bien enfouis en lui, qui le répugnaient plus qu’ils ne le chatouillaient. Mais il ne pouvait pas. Il n’en avait pas le droit. Le regard toujours perdu devant lui, il esquissa un mince sourire, presque pour se donner du courage.

« Oui, mes amis les plus proches ne sont soit pas retournés à Poudlard ou ont pu s’en échapper. Un coup de chance il faut croire même si je pense encore à ceux restés là-bas. »

Car bien que ceux qui comptaient le plus pour lui n’étaient plus entre les murs de l’école, il ne pouvait s’empêcher de penser à ces connaissances à qui il n’aurait jamais souhaité le moindre malheur. Il y avait ces images, de ceux qui étaient restés sur le sol de l’école. Caem ferma les yeux quelques instants. Il se battait pour que le visage d’Enzo ne s’impose pas. Pour que les yeux éteints de certains élèves ne se mélangent pas aux siens. Pas maintenant.

« Et de ton côté ? »

Caem s’était de nouveau tourné vers Caitlyn, prêt cette fois à la regarder, ravalant ses démons, ces mauvaises images qui s’imposaient dans son esprit, qui lui dévoraient le cerveau jusqu’au dernier neurones. Comme pour en enlever tous les bons souvenirs. Comme pour n’y laisser qu’un océan de noirceur. Il ne voulait pas de ça. Il s’était battu contre ça. Il n’était pas le seul. Ils s’étaient tous battus pour continuer à sourire, pour se sentir plus forts, plus heureux. Ils s’étaient révoltés, passant par la musique, par la force du collectif. Ils avaient construit des familles là où on avait cherché à les séparer. Et pourtant, c’était comme si chaque défaite venait faire oublier la victoire précédente. Etait-ce vraiment ainsi qu’on se souviendrait de tout ça ? Comme des victoires éphémères et des défaites toujours plus féroces, toujours plus intenses.

« Enfin si tu veux en parler bien sûr, j’ai l’impression d’oublier toute ma délicatesse… »

Nouveau sourire, partagé entre l’amusement et la sincérité. Tout ça était tellement absurde, tellement improbable. Caem s’en rendait un peu plus compte à chaque seconde. C’était le sens qui s’était perdu dans toutes ces batailles.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 7682
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Here we are again [Libre]   Mar 7 Aoû 2018 - 8:33

« J’espère que tu trouveras ce que tu cherches, là-bas, sur les routes. »

Pour accompagner ce vœu, Caem esquissa un léger sourire, que Caitlyn lui rendit, le remerciant des yeux. En réalité, elle n’était pas spécialement à la recherche de quoi que ce soit, elle ne partait pas pour trouver quelque chose en particulier. La tranquillité, à la rigueur… la liberté, le sentiment de ne dépendre que de soi-même… et puis le détachement, aussi, la distance, le recul. Rien de concret, donc, de simples ressentis, mais elle en avait besoin, et elle ne pourrait les atteindre autrement qu’en quittant le pays, elle le savait. Elle avait besoin de couper les ponts, de briser ses attaches, et de recommencer, de repartir à zéro. Seule, avec son bagage personnel, son sac à dos et ses expériences, rien de plus. Elle n’en avait pas la force dans l’immédiat, mais un jour, bientôt, elle y arriverait, elle en était certaine.

« Oui, mes amis les plus proches ne sont soit pas retournés à Poudlard ou ont pu s’en échapper. Un coup de chance il faut croire même si je pense encore à ceux restés là-bas. »

Caitlyn hocha la tête, le regard perdu au loin devant eux, dans la nuit qui les entourait, à moitié absente, comme perdue dans ses pensées. Un sourire étira ses lèvres, elle était heureuse pour lui, pour ses amis qui avaient pu échapper à l’Enfer qui s’était déclenché à Poudlard. Comment aurait-elle pu se douter qu’il cachait un terrible secret, et que sa situation n’avait rien d’enviable ? Dans son esprit, elle revoyait les images de la guerre qu’elle avait fui, les sorts qui fusaient et les corps qui tombaient, ceux qui jonchaient le sol et ceux qui le foulaient, les cris, les pleurs, la panique générale… Et puis les visages de ses proches, Elias, Rafael, Adrianna, Alec… Elle n’avait jamais eu énormément d’amis, mais jamais ne s’était-elle sentie si seule qu’à ce jour.

« Et de ton côté ? Enfin si tu veux en parler bien sûr, j’ai l’impression d’oublier toute ma délicatesse… »

Caem se tourna vers elle et elle s’appliqua à ne pas trop baisser la tête, l’inclinant simplement de quelques millimètres comme pour lui montrer une certaine attention, bien que ne le regardant pas, les yeux toujours au vague. Elle déglutit, puis lâcha un petit rire, hocha les épaules. Que dire ? Elle n’avait pas spécialement envie de lui faire part de son sentiment de solitude, d’abandon, de culpabilité. Elle n’avait pas envie d’être ce disque rouillé qui répétait toujours le même contenu. Elle avait envie d’oublier, de tirer un trait et passer à autre chose, d’avancer. Mais elle n’y arrivait pas. Comme si elle n’était pas prête, comme si elle n’avait pas assimilé, digéré.

« Boh, c’est pas comme si c’était un secret. »

Jouer la carte de la désinvolture.

« Ricardo et Rosalyn ont réussi à s’enfuir. Les autres y sont restés. Et globalement, j’ai pas eu beaucoup de nouvelles. Mais j’en ai pas énormément donné non plus donc bon. »

Elle devait avouer que cette solitude qui lui pesait tant était en bonne partie de son propre fait. Elle cherchait à s’isoler, à s’éloigner, de tout, alors elle n’avait pas franchement le droit de reprocher quoi que ce soit à qui que ce soit. Elle secoua la tête, comme pour en chasser les pensées parasites, lâchant un nouveau rire sec, plein d’amertume. C’était ridicule, complètement tiré par les cheveux, comme dans un livre ou un film dramatique, bien américain comme il le faut. Soudain animée d’une énergie nouvelle, elle se releva.

« Tu veux pas marcher un peu ? Genre vers la tamise, ou j’sais pas… »

Elle irait bien s’y baigner, tiens. Ou alors faire un tour au London Eye. Ou juste se promener, sortir de sa torpeur. Et, toujours sans se douter des démons qui hantaient le jeune homme, elle rajouta une petite pique pour la route, en miroir à sa propre boutade – chacun son tour.

« Pas que picoler dans un parc en pleine nuit n’ait pas l’air sympa, hein… »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2161
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily / Ethan / Zachary / Aiyana / Bethany



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Here we are again [Libre]   Mar 28 Aoû 2018 - 11:27

C’était étrange cette sensation, de voir assis à côté de soi quelqu’un qui connaissait sans doute des souffrances similaires aux siennes, qui avait vu le même enfer et qui s’en était sorti, vivant avec cette impression de culpabilité face à ceux encore là-bas. C’était étrange de se dire que dans le calme total de cette nuit londonienne, de ce parc, ces deux êtres qui semblaient discuter avec douceur se retrouvaient aux prises avec des démons intérieurs violents et ne leur laissant pas le moindre répit. Tout cela n’avait pas de sens et Caem avait dû accepter depuis longtemps de ne plus en chercher. Il avait appris enfant qu’il n’y avait pas d’âge pour se confronter à l’horreur et que quand le destin avait décidé de jouer des mauvais tours, il n’y avait rien d’autre à faire que d’encaisser. Accepter que la vie était ainsi faite et, plutôt que de chercher une réponse ou une explication, se battre pour avancer. Toujours se battre. Mais quand on perd ses repères, quand on perd ses piliers, on fait comment pour avancer ?

Il y avait quelque chose dans l’attitude de Caitlyn qui montrait que la réponse à la question de Caem n’allait pas être joyeuse. Elle s’appliquait à ne pas trop baisser la tête, à ne pas trop détourner le regard mais il semblait évident que les mots étaient difficiles. Un rire, un hochement d’épaules. Le russe ne bougea pas, l’observant avec toute la douceur dont il était incapable, attendant patiemment. Elle pouvait refuser la réponse ou laisser quelques mots filtrer. Il espérait que dans tous les cas, cela pourrait au moins la soulager un peu même s’il n’avait pas la moindre certitude à ce sujet. Les lèvres de Caitlyn finirent par bouger, laisser échapper quelques bribes de sa vérité, de son histoire. Un sourire doux et compréhensif se dessina sur les lèvres de Caem. Ne pas donner de nouvelles… Il comprenait et ne la jugerait certainement pas là-dessus. Parce qu’écrire une lettre à quelqu’un que l’on sait emprisonné était loin d’être facile.

« Il parait que le courrier est moins contrôlé qu’avant. »

Caem avait lâché cette simple information, il avait entendu Ismaelle en parler, ou quelqu’un d’autre peut-être. Et ce n’était pas un appel pour pousser Caitlyn à leur écrire car lui aussi pourrait le faire. Un simple constat. Il laissa ensuite le silence s’installer entre eux. Ce fut sa camarade qui le rompit en exprimant un nouveau rire avant de se lever brusquement. Le russe la regarda, presque amusé de la voir soudainement animée de cette énergie. Elle lui proposa alors une balade. Et cette fois, il afficha un sourire plus franc.

« Oui pourquoi pas, je ne connais pas bien Londres en plus. »

Caem s’apprêta alors à se lever mais se laissa finalement retomber lourdement en arrière sur le banc après les paroles de Caitlyn. Aoutch.

« Touché, coulé. »

Il afficha alors un sourire légèrement crispé et mima quelques secondes le mort sur le banc avant de se lever. Picoler dans un parc… C’était moche… Intolérable. Il n’aurait jamais dû faire ce faux pas. Alors, quand il fut finalement de nouveau sur ses pieds, il adressa un sourire à Caitlyn.

« Me laisse surtout pas boire. »

Il n’était plus dans une phase où il en avait envie mais Caem avait conscience que son équilibre mental était assez précaire. Il avait fauté une fois, il avait réussi à s’arrêter à temps mais ne voulait surtout pas recommencer. Pas besoin de s’étaler sur sa vie mais s’assurer le soutien de sa camarade de balade nocturne ne pouvait de toute façon pas être une bonne idée. Il adressa donc un signe de tête à cette dernière, lui faisant alors signe de prendre le lead et qu’il la suivrait. Tout en effectuant les premiers pas, il s’étira lentement. Il se rendit compte qu’il n’avait aucune idée de l’heure qu’il était. Il ne ressentait pas spécialement de fatigue, comme si son horloge biologique était tout aussi perdue que son esprit. Pas étonnant en même temps.

« Tu connais bien le coin ? »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 7682
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Here we are again [Libre]   Ven 31 Aoû 2018 - 18:33

C’était étrange, ce lien qui existait entre Caem et Caitlyn, invisible mais puissant, presque palpable, incontestable, les unissant alors qu’ils ne se connaissaient pas autrement que de vue bien qu’ils se soient côtoyés pendant des années. C’était étrange, cette sérénité déconcertante dont ils faisaient preuve tous deux, à discuter presque trop tranquillement dans un parc urbain au beau milieu de la nuit, à aborder des sujets qui n’avaient rien de réjouissant avec un calme et un contrôle tout à fait étonnants. Leurs silhouettes assises sur un banc en pierres dégageaient une sorte de paix, de bien-être, donnant un goût particulier au silence qui régnait autour d’eux.

En réalité, les deux jeunes gens étaient épuisés. Physiquement, mentalement, ils étaient à bout, l’un comme l’autre, et n’avaient tout simplement plus la force de se battre. Qui aurait pu imaginer qu’ils avaient vu plus d’horreurs en quelques années que des vétérans en toute une vie ? Qui aurait pu se douter qu’ils revivaient chaque nuit toutes les batailles auxquelles ils avaient participé, priant pour survivre jusqu’au lendemain et pour ne pas voir leurs proches tomber, ou auxquelles ils s’étaient soustraits, fuyant les pires vices de l’espèce humaine, la peur au ventre, des larmes de rage roulant sur leurs joues ? Côte à côte dans le noir, vaguement éclairés par la lueur blafarde d’un lampadaire au loin, ils n’étaient que deux ados parmi tant d’autres.

Caitlyn n’était pas partie de chez Casey dans le but de trouver quelqu’un à qui elle pourrait vider son sac. Elle n’était pas à la recherche d’un psy à qui se confier ou d’un prêtre à qui se confesser. Pourtant, face à la douceur et à la patience de Caem, elle ne put s’empêcher de laisser filtrer une partie de son désarroi, comme si elle pouvait lui rendre service en lui racontant ses peines. Après tout, il était parfois plus facile d’écouter que de parler, et elle n’avait pas la force pour tenter d’inverser les rôles même si elle sentait que son interlocuteur avait le cœur tout aussi lourd qu’elle.

« Il paraît que le courrier est moins contrôlé qu’avant. »

À cette information, Caitlyn fronça d’abord légèrement les sourcils le temps de l’analyser, puis sourit et hocha la tête en guise de réponse, prenant soin de la noter quelque part dans son esprit. En soi, ça n’avait rien d’étonnant que les lettres ne soient pas autant interceptées que lorsque les Supérieurs avaient pris Poudlard pour la première fois, puisque cette fois-ci, leur existence n’était un secret pour personne. De là à s’étendre sur sa vie privée et à écrire des détails cruciaux dans une lettre… mieux valait ne pas tenter le diable.

Elle laissa un silence planer autour d’eux, s’y complaisant, s’y ressourçant presque, y puisant quelques forces avant de se relever, animée d’une énergie nouvelle. Elle n’avait plus envie de ressasser ses pensées. Cette petite discussion avec Caem l’avait aidée à remettre de l’ordre dans son esprit, probablement que s’il n’avait pas été là elle serait restée sur sa balançoire indéfiniment, mais maintenant qu’elle avait retrouvé une certaine contenance, elle avait envie de passer à autre chose.

« Oui pourquoi pas, je ne connais pas bien Londres en plus. »

Un sourire étira les lèvres de Caitlyn lorsqu’il accepta sa proposition. Peut-être que lui aussi, si elle n’avait pas été là, serait resté avec sa bouteille indéfiniment…

« Touché, coulé.
- Hein ? Comment ça ? »

Cette fois-ci, un froncement de sourcils franc barra le visage de la jeune femme tandis que Caem se laissait retomber en arrière sur le banc et restait un moment immobile. Elle ne comprenait pas. Que lui arrivait-il ? Qu’avait-elle dit de mal ? Elle lui avait simplement rendu la monnaie de sa pièce, elle ne s’attendait pas du tout à une telle réaction de sa part et resta interdite tandis qu’il se relevait finalement et lui adressait un sourire.

« Me laisse surtout pas boire.
- Heu d’accord… Désolée. Enfin, c’est pas – je veux dire, c’était pas un reproche. »

Elle se sentait incroyablement stupide en cet instant, et surtout complètement dépourvue de tact. Mais, lentement, les connexions commençaient à se faire dans son cerveau, même si elle n’était sûre de rien et tout restait assez flou. Il fallait qu’elle change de sujet, avant de faire d’autres gaffes tout aussi monumentales que celle qu’elle venait de faire.

« Okay, heu, du coup je sais pas par où tu veux aller ?
- Tu connais bien le coin ?
- Hm, pas vraiment, à vrai dire je ne sais même pas où on est précisément. Mais je dirais que la tamise est par là-bas. Ça me dirait bien de faire un tour au bord de l’eau, qu’en dis-tu ? »

Ils s’étaient mis en marche et, après s’être assuré que son idée plaisait à Caem, Caitlyn s’engagea donc dans la direction indiquée, et se positionna de sorte à être au même niveau que le Russe. À nouveau, elle laissa le silence s’installer entre eux, quelque peu tendu cette fois-ci, du moins pour elle, mais néanmoins relativement apaisant, reposant. Il devait être bientôt 1h du matin, voire plus. La rue était vide. Accrochant ses mains à ses épaules, croisant ses bras en W sur sa poitrine, respirant l’air frais de la nuit, Caitlyn s’abandonna à sa douleur, l’acceptant en elle, l’accueillant presque, tandis que ses jambes avançaient d’elles-mêmes jusqu’à déboucher sur la rue qui longeait le fleuve.

« Voilà. »

Elle se tourna vers le jeune homme et lui adressa un sourire, sans décroiser ses bras qui la réchauffaient.

« À part ça, Caem, si tu veux rentrer tu peux hein, je te retiens pas. Enfin, j’ai pas envie que tu te sentes obligé à rester avec moi, tu es peut-être fatigué ou peut-être que tu as juste envie de rester seul… Je ne t’en voudrai pas, promis. »

Non parce qu’il était tout à fait capable de ne rester avec elle que par gentillesse.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2161
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily / Ethan / Zachary / Aiyana / Bethany



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Here we are again [Libre]   Lun 10 Sep 2018 - 13:29

« Ne t’en fais, tu n’as rien fait de mal. »

Caem afficha un sourire rassurant et sympathique à Caitlyn. Elle ne pouvait pas connaître ses soucis avec l’alcool et ces derniers n’étaient liés qu’à ses propres faiblesses, ses propres erreurs. La jeune femme n’avait donc rien fait de mal en le taquinant à ce sujet. Simplement, le russe préférait avoir un chaperon en plus. Il ne lui donnerait pas les détails, ce n’était ni important ni utile. Mais s’il avait l’impression que la crise de craquage était derrière lui, Caem ne voulait pas prendre de risque à ce sujet. Mais qu’importe, il ne fallait pas non plus s’éterniser là-dessus et le russe fut bien content de voir le sujet se déplacer sur la destination de leur petite promenade. Caitlyn lui proposa alors de rejoindre le fleuve pour marcher au bord de l’eau. L’idée lui semblait tout à fait appropriée et de nouveau, un mince sourire avenant se dessina sur le visage du jeune homme.

« C’est parfait, je te suis. »

Les deux adolescents se mirent alors en route. La ville était parfaitement calme. La nuit était désormais suffisamment avancée et alors qu’ils quittaient les zones remplies de bar, les habitants se faisaient de plus en plus rares. Caem appréciait ce calme apparent. Il aimait lever la tête vers les fenêtres et voir les lumières éteintes, s’imagines des personnes dormir sensiblement, se sentant à l’abri, en sécurité au creux d’un lit. Etrangement, il se sentait lui aussi apaisé en cet instant. Caitlyn marchait à ses côtés et le silence entre eux ne le dérangeait pas. Il avait quelque chose de réconfortant, de tourments partagés sans un mot.

Au bout d’un moment, Caitlyn et Caem débouchèrent sur la Tamise comme prévu. L’eau était sombre à cette heure avancée. La voix de la jeune femme brisa le silence, d’un simple mot d’abord auquel il répondit par un hochement de tête. Il se mit alors à avancer pour voir le fleuve de plus près alors que la jeune femme lui expliquait qu’il pouvait partir s’il le souhaitait. De nouveau, un sourire se dessina sur le visage du russe. Partir mais pour aller où ? Il n’avait sur le moment l’impression de ne devoir être nulle part ailleurs que là où il était.

« Ne t’en fais pas, je ne me sens pas obligé de rester. »

Avançant encore un peu jusqu’à pouvoir s’appuyer quelques instants contre la rambarde qui séparait le quai de la surface de l’eau. Il aurait presque eu envie de se baigner, de sauter dans l’eau pour remettre ses idées en place mais il avait bien conscience que cette idée était plutôt idiote. Il aurait été tout de même assez crétin d’être embarqué par le courant…

« De même, si ma présence te dérange dis-le surtout. »

Si Caem se rendait compte qu’en cet instant la présence de Caitlyn lui semblait tout à fait logique et naturel, il ne voulait pas présager de ce que pouvait penser la jeune femme. Alors autant s’assurer qu’elle ne se sentait pas obligée d’être avec lui, qu’elle ne subissait pas sa présence. Le russe poussa alors un léger soupir et se tourna pour s’adosser contre la barrière et faire finalement dos au fleuve. Il y avait autour d’eux de beaux bâtiments et il ne pouvait s’empêcher de se demander quelle était la vie de ceux qui se trouvaient là. Avait-il la vie parfaite qu’on pouvait imaginer ou leurs esprits étaient-ils aussi tourmentés que les leurs ?

« J’aime bien imaginer la vie des gens. Je me demande quelles sont les préoccupations de ceux qui sont derrière cette fenêtre ? Ou encore celle-là où on peut voir une petite lumière ? Tu crois que quelqu’un s’est levé à cause d’une petite faim nocturne ? D’un enfant qui pleure ? Ou d’un boulot en retard ? »

Caem affiche un sourire presque rêveur alors qu’il fixe une fenêtre, au quatrième étage d’un immeuble où une petite lumière brille. De là où ils sont, impossible de voir autre chose que cette lumière filtrant à travers la vitre. Et c’était peut-être ça qu’il aimait tout particulièrement, pouvoir imaginer une histoire de toute pièce, pour le simple plaisir de se détacher quelques instants de la réalité et se concentrer sur autre chose que cette douleur brûlante dans sa poitrine.

« Ou alors c’est un couple amoureux, après tout. »

Un léger rire passa alors la barrière des lèvres de Caem.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 7682
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Here we are again [Libre]   Dim 16 Sep 2018 - 21:57

« Ne t’en fais, tu n’as rien fait de mal. »

En d’autres circonstances, peut-être aurait-elle voulu comprendre – et, se connaissant, elle allait surement y repenser plus tard et chercher une explication – mais pour le coup, elle n’avait pas envie de savoir. Elle avait touché une corde sensible, elle voyait que Caem ne souhaitait pas en parler plus en détail, et elle sentait que la meilleure chose à faire était changer de sujet. Elle s’empressa donc de revenir sur son idée initiale, à savoir celle de bouger un peu, de quitter ce parc où ils s’étaient rencontrés et se promener un peu. Elle proposa donc la tamise, dans l’optique de faire un tour au bord de l’eau.

« C’est parfait, je te suis. »

Ils prirent donc la direction voulue, avançant côte à côte, perdus dans leurs pensées. Deux silhouettes se fondant dans la nuit, ne s’en détachant qu’à la lumière des lampadaires. Ils auraient pu être des potes rentrant d’une soirée bien arrosée ou trainant simplement en racontant des bêtises. Ils auraient pu être un couple à la recherche d’un instant ou d’un coin romantique. Autour d’eux, le silence et le vide ; personne n’était là pour voir qu’ils n’étaient que deux âmes en peine, deux êtres en proie à leurs tourments.

Lorsqu’ils arrivèrent sur la rive, elle brisa le silence d’une voix douce. Ils s’avancèrent vers l’eau qui semblait encore plus sombre que le ciel. Elle aurait volontiers été s’y baigner. Peut-être s’assiéraient-ils et laisseraient leurs pieds effleurer la surface. Mais elle ne voulait pas qu’il se sente obligé de rester avec elle, et elle s’empressa de le lui signifier, lui assurant qu’elle ne lui en tiendrait pas rigueur s’il décidait de se retirer.

« Ne t’en fais pas, je ne me sens pas obligé de rester. »

Elle lui adressa un sourire, l’observant s’approcher de la rambarde qui bordait la fleuve, et en fit de même, s’y adossant.

« De même, si ma présence te dérange dis-le surtout. »

Elle secoua la tête.

« Pas du tout. »

Caem et elle ne se connaissaient pas vraiment, malgré les années passées dans une même classe, mais Caitlyn découvrait en lui une personne au calme communicateur, comme s’il le répandait autour de lui sur son chemin. Et quelque part, c’était ce dont elle avait besoin. Une stabilité, une sécurité. Alors qu’il observait la lumière d’une fenêtre, Caitlyn se surprit en train de penser à Rafael et son cœur se serra. Il avait ce côté paisible et tolérant et profondément gentil qu’avait également Caem. Que n’aurait-elle pas donné pour qu’il soit là, pour qu’il soit sa stabilité et sa sécurité

« J’aime bien imaginer la vie des gens. Je me demande quelles sont les préoccupations de ceux qui sont derrière cette fenêtre ? Ou encore celle-là où on peut voir une petite lumière ? Tu crois que quelqu’un s’est levé à cause d’une petite faim nocturne ? D’un enfant qui pleure ? Ou d’un boulot en retard ? »

La voix à l’accent chantant du russe la tira de ses réflexions et elle eut un sourire amusé. Imaginer la vie des gens n’était pas dans ses habitudes, mais il fallait admettre que Caem avait le mérite de l’intéresser avec ses hypothèses dont la banalité faisait le charme.

« Ou alors c’est un couple amoureux, après tout. »

Il eut un petit rire, et elle l’imita. Au-delà du dessin qu’elle voyait dans son esprit, évoquer les activités de la vie ordinaire était si étrange que c’en était presque drôle. La gourmandise, la famille, le travail… c’était des notions dont elle avait tendance à oublier l’existence. À force de vivre au jour le jour, elle réalisait qu’elle était incapable de se projeter et d’entrevoir un futur autre que son présent. Et quelque part, c’était drôle.

« C’est marrant, on a l’impression que c’est l’apocalypse mais en vrai pas du tout. »

La vie continuait, et une écrasante majorité de la population mondiale ignorait tout de l’enfer que vivait une petite partie d’entre eux. Et la petite partie en question, en retour, ignorait tout de l’insouciance de ladite majorité. C’était comme deux mondes séparés par une barrière invisible. Pour les uns, le quotidien se résumait aux préoccupations familiales et professionnelles, et ils assumaient que c’était le cas pour tous. Pour les autres, la vie était remplie de dangers et ils n’arrivaient plus à l’imaginer autrement.

« C’est sûrement pour ça, aussi, que je veux partir. Vivre ma vie, oublier tout ça ou au moins passer à autre chose. Tirer un trait dessus et tourner la page. »

C’était peut-être lâche et égoïste, mais elle n’avait pas la force de retourner se battre contre le mal. La Caitlyn que tout le monde connaissait, celle qui était là pour ses amis, protégeait les plus faibles, et défendait ses idéaux n’était plus. En cet instant, elle n’aspirait plus qu’à retrouver une vie normale, tranquille, exempte de toute forme de violence.

« Toi tu restes dans le coin ? Tu sais déjà un peu ce que tu vas faire ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2161
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily / Ethan / Zachary / Aiyana / Bethany



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Here we are again [Libre]   Mar 18 Sep 2018 - 14:24

Rire un peu, accepter de faire preuve d’un peu de légèreté même alors que tout semble pousser vers le contraire. La soirée avait été difficile et Caem ne s’en cachait pas. Il avait cédé une promesse longtemps tenue, il avait craqué et laissé sa peine prendre le dessus. Mais il avait eu un sursaut. S’il n’effaçait pas ce qu’il avait pu faire, il lui redonnait un peu d’élan, la possibilité de se soulager les épaules au moins pour une soirée. La présence de Caitlyn avait été un heureux hasard. Parler avec elle, se confronter à quelqu’un qui connaissait une part de son histoire de manière indirecte l’avait aidé à refaire surface. Il le savait bien, le lendemain, il faudrait panser les blessures et observer les dégâts bien en face. Mais pour ce soir, il avait quelques minutes de répit, quelques minutes de respiration et une envie de rire. Rien qu’un peu. Rire face au monde, face à son imagination un peu farfelue. Caitlyn s’était laissée porter à son tour et c’était tant mieux. Le russe lui avait lancé un rapide regard, pour voir son visage changer sous cette impulsion. Imprimer ce visage joyeux dans sa mémoire. Se faire un stock de bruits de rire et de visages souriants pour les moments difficiles. Se rappeler qu’on peut toujours trouver un peu de lumière…

Petit à petit, leurs rires s’éteignirent dans la nuit. La voix de Caitlyn se fit alors entendre. Oui, ils vivaient eux en permanence dans un monde en train de s’écrouler mais alors qu’ils atterrissaient brutalement chez les moldus, ils se rendaient compte qu’ici rien n’était pareil. Ici, les gens continuaient de se préoccuper de ce qu’ils allaient faire à manger le soir, de construire leur avenir, de rêver… C’était comme s’il y avait une faille entre eux. Si Caem n’avait jamais senti de vraie séparation entre le monde sorcier et le monde magique, ayant toujours vécu entre les deux, il se rendait compte soudain comme certaines choses ne pouvaient être partagées… Sa camarade reprit alors la parole et Caem garda son regard fixé sur la fenêtre illuminée.

« Et personne ne pourra te le reprocher. Il n’y a rien de plus humain que d’aspirer à une vie normale et au fond, on y a tous droit. »

Caem avait cherché ça lui aussi. En arrivant à Poudlard, il avait cru pouvoir redémarrer. Il avait cru que sa chance était là et pendant de longs mois il avait fermé les yeux sur ce qu’il se passait autour de lui. Il avait refusé de voir la haine, la torture et la violence. Il s’était contenté d’avancer, de construire sa route. Jusqu’à ce que ce ne soit plus possible. Jusqu’à ce qu’on lui ouvre les yeux de force. Et maintenant ? Maintenant il n’avait plus envie de poursuivre le même objectif, parce qu’il avait l’impression qu’il n’arriverait jamais à se construire en oubliant tout ça. Mais jamais, non jamais il ne reprocherait son choix à Caitlyn.

« J’ai toujours voulu travailler dans la médecine. Je vais tâcher de continuer à étudier ici et voir si je ne peux pas commencer un apprentissage pour me rendre utile. »

Avec la disparition d’Enzo, Caem avait perdu pied et il avait eu du mal à se concentrer sur ses objectifs, régulièrement happé par des pensées sombres et l’envie de tout envoyer valser. Mais il le sentait au fond de lui, que ça, cette volonté ne s’était pas effacée. Le fait de s’être rapproché de Leiv était un bon atout pour lui, cela lui permettrait sans doute d’avancer vers son objectif. Et s’il avait conscience qu’il ne pourrait pas étudier conventionnellement et donc peut-être pas atteindre les sommets de la médecine, il pourrait peut-être aider. Aider en apprenant les gestes essentiels dans un conflit comme celui qui grondait au-dessus de leurs têtes. Il avait trouvé comment aider sans renier son pacifisme et son profond respect pour la vie humaine. Il avait compris qu’il pouvait défendre ses convictions à sa manière.

« J’espère sincèrement que tu arriveras à te reconstruire et que prendre tes distances te permettra de repartir. »

Caem adressa alors un sourire à Caitlyn. Oui, il voulait croire que sa camarade aurait droit à une seconde chance et qu’elle pourrait trouver la paix loin de tout ça. Elle comme tous ces gosses qui avaient vu trop d’horreurs avaient le droit d’aspirer à un peu de simplicité. Il fallait bien avouer qu’une part de lui était légèrement défaitiste malgré tout. Lui avait cru que Poudlard pouvait être sa respiration, sa seconde chance. Il y avait en effet découvert une nouvelle famille, il avait grandi là-bas et était devenu presque un autre, plus fort encore, plus serein. Mais il avait aussi dû accepter que la fuite n’existait jamais vraiment et qu’on était toujours rattrapé par ses démons. Sa mère l’avait rattrapé là-bas et il n’avait été en paix que lorsqu’il avait accepté de la regarder en face.

« Mais si tu veux repartir, je crois que tu devras avant combattre tes démons. Affronter ce qui t’a fait du mal ici pour ne pas l’emmener avec toi. »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 7682
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Here we are again [Libre]   Jeu 27 Sep 2018 - 13:36

Métro-boulot-dodo. Corvées, loisirs, sorties, finances. Combien d'autres notions avait-elle oubliées ? Combien d’autres concepts avait-elle remplacés, combien d’habitudes avait-elle perdues ? À force de vivre la guerre, Caitlyn ne savait plus vivre rien d'autre. Ce n’était pas faute d’avoir essayé, pourtant. Elle s’était accrochée comme elle avait pu, refusant de renoncer à son mode de vie. Mais, peu à peu, inexorablement, les préoccupations liées à sa survie et celle de ses proches avaient pris la place des autres dans son esprit, chaque jour un peu plus, et ce n’était que maintenant qu’elle se rendait compte du fossé qu’il y avait entre elle et "eux". Ainsi que de sa volonté de le franchir.

« Et personne ne pourra te le reprocher. Il n’y a rien de plus humain que d’aspirer à une vie normale et au fond, on y a tous droit. »

Elle hocha la tête. Elle avait tendance à culpabiliser, à s’en vouloir de partir ainsi sans se retourner, abandonnant derrière elle son existence révolue et ceux qui en faisaient partie. Rien que repenser à tous ceux qui étaient restés à Poudlard alors qu’elle avait fui lui donnait envie de pleurer et de vomir. Mais elle n’était plus capable de continuer comme ça. Elle avait l’impression d’étouffer, de devenir folle. Non, vraiment, elle ne pouvait pas. Elle avait besoin d’avancer. Telle un fauve élevé en captivité qu’on rendait à sa brousse, il allait falloir qu’elle réapprenne tout, qu’elle réapprivoise le quotidien, et rien ne lui garantissait que ce serait facile, mais elle en avait besoin.

Elle se demandait parfois ce que prévoyaient les autres. Comment ses pairs envisageaient-ils le futur ? Étaient-ils perdus comme elle, désorientés, ou parvenaient-ils à discerner leur chemin, leur destination ? Se former, travailler, s’installer, fonder une famille… Qu’auraient fait Rafael ou Elias ou Adri s’ils avaient réussi à sortir ? Auraient-ils entamé des études, trouvé des collocations ? Que faisaient Jeroen, Marlone, Enzo, Alec, maintenant qu’ils étaient dehors ? Avaient-ils décroché un emploi, rejoint leur moitié ? Et Caem, qu’allait-il faire de sa nouvelle liberté ?

« J’ai toujours voulu travailler dans la médecine. Je vais tâcher de continuer à étudier ici et voir si je ne peux pas commencer un apprentissage pour me rendre utile. »

Alors qu’il parlait, elle avait tourné ses yeux vers lui, le détaillant du regard. Quelque chose s’était allumé dans les prunelles du jeune homme. Ses traits restaient tirés, fatigués, son visage toujours comme recouvert d’une chappe lourde et sombre, mais ses iris renfermaient une flamme de résolution et une force que son caractère autrement doux et posé ne laissait que rarement entrevoir. Elle le voyait bien dans le rôle de soignant. Sa douceur, justement, et sa passion, feraient de lui un bon thérapeute, dans quelle branche que ce soit.

« Ah oui c’est vrai, tu avais beaucoup aidé Wargrave et Helland à l’infirmerie, je me souviens. Ça te va bien. »

Médecine. Une ambition qui aurait pu être la sienne, qui l’avait été pendant un temps d’ailleurs… Elle avait les capacités intellectuelles, elle avait la motivation et la curiosité qu’il fallait, l’envie d’apprendre, l’envie d’aider. Mais les choses avaient changé. Les temps avaient changé. Et si, pour certains, ces changements étaient à l’origine de leur motivation, leur avenir se dessinant plus clairement à leurs yeux, Caitlyn de son côté n’arrivait plus à se projeter. Elle vivait au jour le jour, et était incapable de voir un lendemain, de savoir où la mèneraient les pas qu’elle faisait.

« J’espère sincèrement que tu arriveras à te reconstruire et que prendre tes distances te permettra de repartir. »

Plus elle discutait avec Caem, plus elle comprenait que ce recul dont il était question était presque vital pour elle. Dans les paroles du Russe, elle puisait l’énergie qu’il lui faudrait pour faire le pas qu’elle n’avait pour l’instant pas réussi à faire, et se promettait de ne pas la gaspiller. Cette conversation lui faisait un bien fou, complètement inattendu mais probablement décisif, crucial. Oui, son avenir était à portée de main, aussi flou et incertain qu’il soit, et son camarade l’aidait à tendre le bras pour l’atteindre.

« Mais si tu veux repartir, je crois que tu devras avant combattre tes démons. Affronter ce qui t’a fait du mal ici pour ne pas l’emmener avec toi. »

Alors qu’elle sentait une boule de chaleur se former dans le creux de son ventre et l’emplir de détermination, il lui sembla soudain la sentir se dissiper alors que les mots du Hufflepuff parvenaient à sa conscience. Sa voix était d’un coup devenue plus grave, son regard s’était fait plus sombre et plus insistant, plus soutenu, et Caitlyn sentit son cœur manquer un battement et se serrer à nouveau, comme pris dans un étau. Elle déglutit. Affronter ce qui lui avait fait mal ? Elle ne s’en sentait pas le courage. En tout cas pas dans l’immédiat.

« Tu me vois vraiment combattre mes démons, comme ça, là maintenant tout de suite ? »

Elle avait répondu d’une voix pleine de sarcasme, bien qu’un peu coincée quelque part dans sa gorge, et finit par lâcher un petit rire moqueur, s’imaginant se dresser contre ses tourments comme un naufragé tout juste échoué sur une île se jetant à nouveau à la mer encore déchaînée. Autant dire qu’elle ne ferait pas très long feu. Peut-être que, de loin, elle pouvait dégager une aura de désinvolture et d’aplomb, avec ses vieux habits de plage, son chignon à moitié défait et son allure nonchalante. Peut-être que son histoire, son vécu, lui conféraient des airs de battante. Mais en réalité, elle avait surtout l’impression que le mot FRAGILE était collé sur son front et qu’il suffirait d’un seul coup pour la broyer.

« Non, en vrai c’est juste que… Je sais pas, je crois que j’ai besoin d’une pause. Je me doute bien que je ne pourrai jamais réellement oublier ni fuir ce qui s’est passé et qu’il faudra bien que je fasse face à mes problèmes un jour, mais pour l’instant, j’ai juste envie d’arrêter d’y penser. »

Si elle avait commencé à parler en regardant dans le vide, elle avait fini sa réponse les yeux ancrés dans ceux du jeune homme, sans ciller. Sa voix avait perdu toute trace d’ironie et d’autodérision, et était assurée, ferme. Oui, Caitlyn était consciente de sa situation, de ses limites, et elle était à l’écoute de son corps, des signaux qu’il lui envoyait. Elle était le soldat blessé, exténué, ce n’était pas dans cet état-là qu’elle allait pouvoir vaincre l’ennemi, elle le savait. Il fallait qu’elle panse ses plaies, qu’elle se repose, et qu’elle se prépare, avant de prétendre pouvoir passer à l’attaque.

« Bien sûr, j’ai pas envie d’emmener ce qui m’a fait du mal avec moi comme tu dis. Je vais essayer de le laisser derrière moi, avec tout le reste, mais si ça me rattrape, alors c’est à ce moment-là que je l’affronterai. »

Le regard à nouveau dans le vague, elle corps entier tourné vers cet immeuble qu'ils observaient, elle laissa planer un petit silence, comme embrassant l'ampleur de cette perspective. C'était effrayant de se dire qu'elle allait devoir confronter ses peurs pour pouvoir vraiment avancer. Mais si hier encore cette pensée l'aurait paniquée, aujourd'hui elle l'acceptait sans broncher. Elle savait que ses démons ne disparaitraient pas comme ça d’eux-mêmes, et qu’ils finiraient forcément par revenir. Elle savait qu’il allait falloir qu’elle les défie, et que ça ne serait pas facile, qu’il se pourrait qu’elle ne soit pas à la hauteur malgré le recul, qu’elle flanche à nouveau et qu’elle ait besoin d’aide. Mais en attendant, elle avait besoin de lâcher prise.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2161
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily / Ethan / Zachary / Aiyana / Bethany



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Here we are again [Libre]   Ven 28 Sep 2018 - 10:22

« Merci, ça me fait plaisir. »

Caem avait adressé un sourire sincère à Caitlyn alors qu’elle exprimait le fait que la médecine lui aille bien. Il savait qu’il était facile pour lui d’être à l’écoute des autres et que c’était une qualité qui lui servirait indéniablement dans le domaine médical. Mais il savait aussi qu’il n’était pas le meilleur des étudiants et que ce ne serait pas simple. Il lui faudrait du temps, de la patience et peut-être aussi accepter d’adapter ses ambitions. Mais ça, cela faisait longtemps que ça tournait dans sa tête. Qu’importe, du moment qu’il pouvait aider les autres et faire de la magie quelque chose de bénéfique, cela lui convenait. Il n’avait pas besoin d’être en haut de l’échelle, l’ambition n’était pas son moteur principal. Il se rendait cependant compte qu’il était de plus en plus impatient. Il avait envie d’agir, de voir les choses se mettre en place et de ne pas toujours être dans l’attente de ce que le destin réservait. Il voulait faire un bond dans le temps, en être enfin au moment où sa vie serait stabilisée. Pourtant, il était le premier à dire que cette impatience pouvait être nocive, qu’il fallait savoir faire preuve de tempérance et attendre. Il y arriverait bien au bout d’un moment.

La conversation était ensuite revenue, doucement, sur Caitlyn et sa fuite. Caem ne pouvait que l’encourager à chercher le calme, le repos, à chercher à se retrouver avant toute chose même si cela nécessitait de prendre ses distances. Ils n’étaient pas tous des super-héros, ils ne pouvaient pas tous sauver le monde et garder en prime le sourire aux lèvres. Ils étaient jeunes, humains et terriblement imparfaits. Parfois, comme tous les autres, ils manquaient d’air. Alors aller le chercher était sans doute la meilleure chose à faire même si aux yeux de Caem, cela devait s’accompagner en même temps d’un affrontement. Qu’importe la pureté de l’air autour de soi, si on est remplis de noirceur, ce dernier se teintera à son tour. Mais visiblement, Caitlyn n’était pas de cet avis et elle lui répondit pour la première fois avec sarcasme. Caem tourna la tête vers elle mais ne dit rien. Elle était amère et il n’avait nullement le droit de la blâmer pour ça. Elle ne se contenta en plus pas simplement de cette remarque. Elle tourna à son tour le regard vers lui pour planter son regard dans le sien. Caem le soutint avec toute la douceur dont il pouvait faire preuve, il ne voulait surtout pas qu’elle se sente jugée.

Caitlyn lui expliqua alors que si elle avait conscience de tout ça, elle avait besoin de respirer un coup. Caem esquissa alors un mince sourire.

« Oui, je comprends. »

Besoin d’oublier au moins pendant quelques semaines, se perdre dans autre chose et faire comme si rien ne s’était produit pour reprendre des forces. Caem n’était pas persuadé que ce soit la bonne technique, du moins, ce n’était pas celle qu’il conseillait mais Caitlyn se connaissait mieux qu’il ne la connaissait. Elle seule pouvait savoir ce dont elle avait besoin et si elle sentait qu’elle devait agir de la sorte alors, autant qu’elle le fasse. Au pire, elle se tromperait et changerait ses plans. Au mieux, elle arriverait à ressourcer et ensuite à affronter ses parts sombres avec plus de rage que jamais. Et c’était sincèrement tout ce qu’il lui souhaitait. Il se fichait d’avoir tort.

Caitlyn enchaîna, lui expliquant qu’elle voulait laisser les lourdes valises derrière elle pour ne les affronter qu’au moment où elles viendraient la retrouver. Caem la regarda quelques secondes encore avant de tourner son regard vers la ville. Il connaissait bien cette façon de faire et il en gardait un souvenir lourd et amer. A force de trop attendre, il avait pris un retour de flammes très violent et avait faillit faire beaucoup de mal autour de lui. Il espérait que Caitlyn ne serait pas confrontée à la même chose.

« Je vais encore passer pour le relou de service… Mais sincèrement Caitlyn, tu as tout à y gagner à prendre les devants. Pas tout de suite, si tu as besoin de temps, tu te connais mieux que personne alors prends le temps qu’il te faut. »

Le regard de Caem était toujours rivé sur la fenêtre éclairée de l’immeuble d’en face. Il y vit passer une silhouette ce qui faillit lui arracher un sourire mais il était trop concentré sur Caitlyn en cet instant.

« Mais si tu attends que tout ça te rattrape… Ça voudra dire que ça aura atteint d’énormes proportions, que ce sera plus fort que tout le positif que tu auras réussi à construire et ça peut tout détruire sur son passage. Je pense que tu devrais toi-même te retourner vers toutes choses pour les affronter quand tu auras décidé de le faire et non quand elles tenteront de te mettre à terre. »

Garder le contrôle en un sens. C’était bien évidemment plus facile à dire qu’à faire, comme chaque chose dans la vie. Mais c’était ainsi que Caem voyait les choses et s’il accepterait sans ciller que Caitlyn ne partage pas son avis, il avait trouvé important de lui partager. De lui donner son point de vue sur les choses sans pour autant vouloir la convaincre à tout prix. C’était ainsi, qu’à son sens, se construisait la conversation. Il ne voulait pas établir de rapport de force mais voir des points de vue se confronter dans le respect et la douceur. Sans doute encore une fois son idéalisme et son côté bisounours qui ressortaient. Mais comment lui en vouloir d’avoir su garder un peu de ça en lui ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 7682
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Here we are again [Libre]   Sam 6 Oct 2018 - 11:07

« Merci, ça me fait plaisir. »

Il lui adressa un sourire et elle le lui rendit. Fallait-il être médecin pour soigner des gens ? Était-il nécessaire d'avoir le titre de docteur pour prendre en charge les patients et leurs maladies ? Non, bien sûr que non. Les infirmiers, les aides aux soins, les psychologues... y avait tellement de professions différentes dans le milieu médical et paramédical. Et la santé d'une personne ne se résumait pas qu'à la prescription de médicaments ou aux opérations, loin de là. Les patients avaient besoin de soutien, d'écoute, d'accompagnement, et ça, pas besoin d'être médecin pour le leur procurer. Au contraire, les infirmiers et soignants étaient souvent bien plus proches, bien plus disponibles également. Caitlyn ne savait pas quelles étaient les ambitions de Caem, mais une chose était sûre, le domaine de la santé lui correspondait parfaitement et il n'aurait aucune difficulté à s'y faire sa place.

Elle, par contre, c'était une toute autre histoire. Ayant quitté Poudlard, et n'ayant nulle part où rentrer, aucune famille à rejoindre, elle avait l'impression d'être complètement perdue, lâchée dans la nature. Alors qu'elle parlait avec son ancien camarade de classe, elle réalisait pour la première fois depuis des mois que Poudlard n’était pas la seule école qui existait au monde, et qu'elle avait la possibilité d’en trouver une autre si elle voulait poursuivre sa formation. Mais, bien qu'elle ait pourtant longtemps été à l'école moldue, fréquentant même pendant deux ans le collège public de Liverpool tandis que ses pairs étaient en première puis deuxième année à Poudlard, il lui semblait soudain tout à fait improbable de reprendre sa scolarité ailleurs qu'au château. Et surtout, elle avait besoin de dire stop.

« Oui, je comprends. »

Comprenait-il vraiment ? Caitlyn se sentait tellement abandonnée que cela lui semblait presque improbable. Pourtant, elle savait qu’elle n’était pas la seule à vivre ce qu’elle vivait, que de nombreux autres avaient vécu pire encore, mais en cet instant, elle se sentait terriblement seule et livrée à elle-même. Et elle savait que Caem avait raison en lui intimant d’affronter ce qui lui avait fait du mal pour ne pas l’emmener avec elle, mais dans l’immédiat, elle ne s’en sentait pas capable, et elle lâcha un rire plein d’amertume, non pas pour se moquer du conseil de son ami, mais parce que s’imaginer combattre ses démons, comme il disait, dans son état actuel lui semblait complètement ridicule.

« Je vais encore passer pour le relou de service… Mais sincèrement Caitlyn, tu as tout à y gagner à prendre les devants. Pas tout de suite, si tu as besoin de temps, tu te connais mieux que personne alors prends le temps qu’il te faut. Mais si tu attends que tout ça te rattrape… Ça voudra dire que ça aura atteint d’énormes proportions, que ce sera plus fort que tout le positif que tu auras réussi à construire et ça peut tout détruire sur son passage. Je pense que tu devrais toi-même te retourner vers toutes choses pour les affronter quand tu auras décidé de le faire et non quand elles tenteront de te mettre à terre. »

C’était exactement ça : elle avait besoin de temps. De repos, de recul, de distance… Elle avait besoin de souffler, de respirer, de prendre soin d’elle, loin de tout et de tout le monde, et surtout de ses problèmes. Elle n’avait pas envie de prendre les devants, pas alors qu’elle se sentait flancher au moindre souvenir difficile, à la moindre pensée fâcheuse. Elle secoua la tête. Faites ce que je dis, pas ce que je fais. Si la situation avait été inversée, Caitlyn aurait certainement eu le même discours que Caem. Refouler des idées noires ne faisait que retarder le moment où il fallait les confronter, c’était se mentir à soi-même et risquer une désillusion brutale, elle le savait pertinemment. Mais comme d’habitude, elle était incapable de respecter ses propres recommandations.

« Je sais… Je vais essayer, vraiment. C’est juste que là tout de suite, non, j’y arriverais pas. »

La défaite était encore trop cuisante pour retourner au combat. Il fallait qu’elle panse ses blessures, qu’elle reprenne ses forces, et qu’elle se prépare si elle voulait pouvoir prétendre à une victoire.

« Mais c’est sûr que ça fait peur de me dire que ça aura atteint des proportions énormes entre-temps. »

Elle avait juste envie d’enfermer ses idées noires dans un coin reculé de son esprit et de les forcer à se faire petites et sages en attendant qu’elle retrouve une certaine contenance. Mais qu’est-ce qui lui garantissait qu’elles le resteraient, qu’elles ne grandiraient et ne se répandraient pas progressivement au reste de son esprit alors qu’elle aurait le dos tourné ? Et qu’est ce qui lui garantissait qu’elle aurait le courage de se retourner pour leur faire face, les affronter, une fois stabilisée ? C’était toujours plus facile de rester dans sa zone de confort, plus simple de fermer les yeux sur ce qui posait problème. Elle n’était pas sûre qu’elle voudrait replonger volontairement dans les eaux troubles alors qu’elle aurait enfin fini par trouver une île ensoleillée – mais mieux vaudrait s’y jeter volontairement en profitant d’une accalmie, plutôt que se faire balayer par surprise par une tempête.

« En tout cas, non t’es pas le relou de service, Caem, au contraire. C’est plutôt moi qui suis chiante à me plaindre et à m’apitoyer sur mon sort depuis tout à l'heure. Surtout que c'est pas la joie pour toi non plus... Pour personne, en fait. Mais on va s'en sortir. »

Et elle lui adressa un sourire. Elle n'était pas sûre de vouloir continuer à parler d'elle indéfiniment. Elle n'était déjà pas sûre d'avoir voulu parler d'elle depuis le début. Mais Caem lui avait donné l'impression d'être encore moins enclin qu'elle à se confier, alors elle le lui avait épargné. D'autant plus que, manifestement, elle en avait eu besoin, et ça lui avait fait du bien. Il n'empêche qu'elle aurait aimé pouvoir aider son camarade en retour, ne serait-ce qu'un petit peu...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2161
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily / Ethan / Zachary / Aiyana / Bethany



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Here we are again [Libre]   Mer 10 Oct 2018 - 9:26

Parler de l’avenir c’était aussi le rendre plus réel, plus proche. C’était se donner l’impression qu’il pouvait le toucher du bout des doigts, l’effleurer voire l’attirer à lui. En ces temps sombres, cette pensée de nouvelles possibilités, d’un nouvel espoir apportait un peu de douceur à son cœur. Alors qu’il avait sombré quelques minutes auparavant, que plusieurs heures avant il se sentait happé par les ténèbres, il avait soudain envie de croire. Est-ce que ça allait durer plus que cette soirée ? Que ce moment avec Caitlyn ? Il ne le savait pas, il ne pouvait avoir de certitudes. Mais il voulait profiter un peu de tout cela et en partager autant qu’il le pouvait avec la jeune femme. Même s’il fallait bien être honnête, il risquait de passer pour le donneur de leçons à force. Ce n’était pas ce qu’il voulait faire mais il préférait dire ce qu’il pensait, du moins avec elle. Caitlyn était une femme forte et fière, elle était capable d’entendre un avis contraire au sien. Est-ce qu’elle changerait sa manière de faire ? Il n’en savait rien et après tout, était-ce réellement le but de sa prise de parole ? Il cherchait surtout à la faire réfléchir. Il n’avait pas la science infuse, il lui transmettait son point de vue pour qu’elle le modèle à sa situation et voit s’il pouvait convenir. Il espérait en tout cas, qu’elle irait bien.

Le regard de Caem était attiré par la lumière qui émanait de la fenêtre, comme un simple insecte. Ou peut-être comme quelqu’un qui cherchait à sortir un temps de l’obscurité qui lui paraissait réconfortante, capable de masquer bien des choses. Il tourna cependant le regard en entendant la voix de Caitlyn. Elle promit de faire des efforts et il lui sourit avec tendresse. Oui, il fallait bien avouer que son discours avait presque quelque chose d’alarmiste, qu’il faisait un peu peur même si ce n’était pas totalement le but. Alors Caem lâcha un léger rire qui n’avait d’autre cible que lui-même et ses formulations effrayantes.

Un léger silence s’installa alors entre les deux adolescents. Il n’avait rien de lourd ou de pesant, il laissait flotter les derniers mots prononcés, il leur laissait le temps de résonner dans les esprits, de se nicher au creux d’une réflexion. Il aidait chacun à se retrouver avec sa propre pensée, quelques instants seulement, avant de pouvoir reprendre l’échange. Et ce fut Caitlyn qui lança les premiers mots cette fois. Caem rit doucement en l’entendant dire. C’était gentil de sa part de ne pas le traiter de relou ! Puis, elle sembla s’excuser ou du moins blâmer son propre comportement. Un mince sourire sur le visage de Caem.

« Je crois qu’il y a une différence importante entre se confier et se plaindre. »

Caem glissa alors un clin d’œil à Caitlyn avant de se retourner vers la fenêtre. Toujours allumée pourtant, le russe sentait que la lumière allait bientôt disparaître. Ce réveil nocturne allait s’éteindre, retourner dans son sommeil, retourner à des activités plus logiques à cette heure.

« Je suis comme tout le monde, ce qu’il s’est passé m’a secoué. Mais si on ne peut plus en parler les uns les autres alors on est foutus. Et parler avec toi m’a fait du bien, plus que tu sembles le croire. »

Le sourire ne s’effaçait pas de son visage. Parler avec Caitlyn lui avait permis d’abandonner sa bouteille, de sortir de ce repli sur lui-même qui n’avait fait que creuser sa peine, qu’enfoncer les lames dans les blessures. Il pouvait désormais respirer, sourire et regarder la lumière bien en face. Alors non il n’avait pas mis de mots sur ce qu’il ressentait mais il se sentait mieux et c’était tout ce qui comptait. Et puis, voir le sourire de Caitlyn, la touche d’espoir dans ses paroles était aussi une forme de réconfort. Se dire qu’ils pouvaient tous y arriver, qu’ils finiraient tous par se relever de tout ça, regarder en arrière et se dire qu’ils avaient su surmonter chaque épreuve. Qu’ils étaient plus forts que jamais. C’était se dire qu’il y avait de l’espoir pour Enzo aussi. Penser à son meilleur ami était toujours douloureux pour Caem mais pour la fin de cette longue nuit, il ne voulait voir que son visage souriant, il voulait le voir comme un guerrier qui reviendrait d’on ne sait où avec toujours la même force.

« On va s’en sortir. »

Comme une sentence, comme une promesse faite à la nuit. La lumière dans l’appartement s’éteint et Caem prend quelques secondes pour fixer la fenêtre. Pour s’imaginer le corps retourner se glisser dans ses draps pour chercher un sommeil bien mérité. Quelques secondes pour laisser la promesse s’immiscer dans tout son corps. Ils allaient s’en sortir cette fois encore. Il fallait y croire, il fallait se répéter cette phrase encore et encore pour qu’elle ne devienne la seule vérité acceptable. Caem se décolla alors de la barrière sur laquelle il était adossée jusque-là.

« Je peux te raccompagner quelque part ? »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 7682
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Here we are again [Libre]   Dim 28 Oct 2018 - 21:50

Caitlyn aurait tellement voulu pouvoir aider Caem. Elle le savait, elle l’avait bien vu, il n’en menait pas large de son côté non plus, et semblait en proie à des idées tout aussi noires que les siennes. Il avait besoin d’aide tout autant qu’elle, tout autant que chacun d’entre eux. Rien qu’à le revoir dans son esprit, sa capuche sur la tête, sa démarche mal assurée, elle percevait encore toute la détresse qui le submergeait, et elle s’en voulait de ne pas y avoir accordé d’importance. Oui, elle s’en voulait d’avoir fait tourner la discussion autour d’elle, d’avoir déversé ses propres peines et craintes sans écouter celles de son camarade de classe. Ou peut-être l’avait-elle trop bien écouté, justement, respectant son souhait de ne pas parler de ce qui le tracassait tant alors que tout en lui ne cherchait qu’à s’exprimer.

« Je crois qu’il y a une différence importante entre se confier et se plaindre. »

Il lui adressa un petit sourire puis un clin d’œil bienveillants et elle baissa la tête. Elle était tellement en confiance qu’elle ne pouvait s’empêcher de se sentir gênée. Trop de gentillesse. Quelques secondes auparavant, elle aurait pu se mettre à pleurer, se décomposant, baissant ses gardes, face à cette empathie dont elle avait tant besoin. Désormais, elle était moins vulnérable, moins à fleur de peau, mais le pincement au cœur qu’elle éprouva en cet instant fut bien douloureux.

« Je suis comme tout le monde, ce qu’il s’est passé m’a secoué. Mais si on ne peut plus en parler les uns les autres alors on est foutus. Et parler avec toi m’a fait du bien, plus que tu sembles le croire. »

Relevant légèrement la tête, elle lui adressa un regard en biais, incertaine de l’attitude à adopter. Il semblait presque la remercier, alors qu’il n’avait fait que lui rendre service, et ça la mettait mal à l’aise. Elle ne voulait pas de ses remerciements, elle ne voulait pas de sa gratitude. Pas maintenant, pas ainsi. Elle voyait bien qu’il semblait aller mieux qu’au départ, qu’il souriait et regardait droit devant lui avec dans les yeux cette lueur de détermination et d’espoir propre aux nouveaux départs… Mais il lui attribuait le mérite de sa transformation comme pour la rassurer sur sa propre utilité, et elle n’avait pas besoin de ça.

« On va s’en sortir. »

Alors, Caitlyn finit de se redresser et fixa le large.

« Oui. »

Oui, ils allaient s’en sortir, tous autant qu’ils étaient. Ils avaient des ressources, malgré les apparences, et ils avaient du ressort. Ils n’étaient pas que des victimes, quoi qu’en disent leurs bourreaux. Ils étaient des battants, des survivants, et ils allaient s’en sortir. La lumière qui s’était allumée derrière une fenêtre s’éteignit alors, et avec elle, la conversation. C’était comme un signe, un message leur intimant d’aller se coucher et de laisser les sujets qu’ils venaient d’aborder faire leur chemin dans leur esprit.

« Je peux te raccompagner quelque part ? »

Caem s’était décollé de la barrière à laquelle il était adossé, et Caitlyn en fit de même, secouant la tête.

« Non t’en fais pas, je vais transplaner je pense. Mais merci. »

Elle lui sourit doucement.

« Bonne nuit, Caem. Rentre bien. »

Elle le regarda s’éloigner en marchant, puis en fit de même, longeant la tamise pendant plusieurs mètres, rejouant dans sa tête la discussion qu’elle venait d’avoir avec lui, laissant les mots planer autour d’elle. Et puis elle s’arrêta, regarda autour d’elle, et sortit sa baguette de sous son t-shirt. D’un mouvement de poignet, elle disparut et se matérialisa dans la cave de l’appartement de Casey, où elle avait déjà Transplané une semaine auparavant, alors qu’elle venait de fuir Poudlard. Quelques minutes plus tard, elle poussait la porte de la collocation et s’y introduisait à l’intérieur en silence. Passant devant la chambre de Casey, elle jeta un coup d’œil à l'intérieur par l’entrebâillement de la porte, s’assurant que la blondinette dormait sereinement, puis rejoignit son propre lit et se glissa sous sa couette.

Ils allaient s'en sortir. Elle allait s'en sortir.

The End
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2161
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily / Ethan / Zachary / Aiyana / Bethany



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Here we are again [Libre]   Lun 29 Oct 2018 - 10:55

Le Oui de Caitlyn fit chaud au cœur de Caem. Elle semblait convaincue par ça, par l’idée qu’ils allaient s’en sortir, que tout n’était pas fini pour eux. Certes, l’un comme l’autre savait qu’il faudrait du temps, qu’ils allaient souffrir encore, qu’ils avaient encore des combats à mener. Contre le monde, contre eux-mêmes aussi. Mais qu’importe, ils allaient y arriver. Le russe avait juste envie que cette phrase se répète dans son esprit, qu’elle résonne comme un mantra et qu’il ne s’en détache jamais. Ils allaient s’en sortir, ils allaient réussi à avancer dans la vie. Quand bien même on avait cherché à leur cacher cet avenir, à leur faire croire qu’il n’y avait aucune possibilité pour eux. Il ne pouvait imaginer ce qui allait suivre pour Caitlyn, il savait que de son côté, il y aurait des rechutes. Tant qu’ils n’auraient pas retrouvé Enzo, la bouteille continuerait à le guetter, l’envie de hurler, de baisser les bras serait toujours là. Mais la petite victoire de cette soirée resterait gravée dans sa tête. Il avait réussi à relever la tête une fois, il fallait espérer que cela lui donnerait la force de continuer dans cette voie. Il fallait y croire. Ils allaient s’en sortir.

Caem s’était décollé de la barricade, quittant finalement le fleuve du regard et se tournant vers Caitlyn, lui proposant de la raccompagner quelque part. Oh elle savait se défendre toute seule et Caem n’était pas certain que s’ils cheminaient ensemble, ce serait lui le garde du corps… Il était même certain que ce serait l’inverse. Mais c’était surtout pour marcher avec elle, poursuivre un peu ce moment si besoin. La jeune femme lui expliqua cependant qu’elle avait l’intention de transplaner. Caem sourit alors doucement.

« Ah oui c’est sûr que comme ça, le trajet du retour ne sera pas trop long. »

Ayant grandi presque comme un moldu, Caem se rendait compte qu’il y avait des réflexes qu’il n’avait pas encore complètement. En même temps, dans son cas, rentrer à pied était sans nul doute le plus logique mais tout de même. Il aurait pu penser tout de suite à transplaner, comme Caitlyn. Cela viendrait sans doute, maintenant qu’il était à l’extérieur, qu’il devait faire des allers-retours en Norvège et il l’espérait, bientôt, en Australie.
Caitlyn lui souhaita alors bonne nuit et Caem lui sourit avec douceur. Il se demandait s’il allait la revoir bientôt, si cette rencontre nocturne serait une parenthèse dans leur vie à chacun où s’ils allaient nouer petit à petit une amitié. Il n’en savait trop rien à vrai dire, cela dépendrait sans doute des circonstances, de ce que la vie décidait de leur réserver. Elle était amie avec Enzo, il le savait alors quand il referait surface, sans doute se recroiseraient-ils.

« Bonne nuit, prends soin de toi. Et à bientôt j’espère. »

Caem lui adressa un dernier sourire avant de se mettre en route à son tour. Il se rendait compte qu’il n’avait pas encore envie de rentrer dans un appartement, de s’enfermer. Il avait envie de continuer à profiter de la nuit, du calme qui régnait soudainement dans la ville. Londres était en temps normal si agitée, si pressée… Tout d’un coup, tout était calme. Il pouvait observer les lumières s’allumer et s’éteindre. Il pouvait voir quelques silhouettes passer rapidement, tête baissée, pressée, cherchant sans doute à éviter le regard des autres. Ayant peur. Lui n’y arrivait pas. Il avait eu trop peur, au Château, pendant trop longtemps. Il n’avait plus la force d’être effrayé. Il marchait presque de manière nonchalante dans les rues de Londres. Il avait cette lueur d’espoir au creux de la poitrine et il espérait sincèrement qu’elle ne s’éteindrait pas au lever du soleil…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Here we are again [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Here we are again [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Londres :: Centre de Londres :: ─ Soho. :: • Quartiers « Underground »-
Sauter vers: