AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Balade nocturne... - Caitlyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 97
Date d'inscription : 13/04/2018
Crédits : Lysz/ante mortem de bazz'; & gifs de tumblr
Double Compte : Connor



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4299-warren-will-the-world-remember
MessageSujet: Balade nocturne... - Caitlyn   Dim 15 Avr 2018 - 12:16

Mardi 8 septembre, vers 1h00 du matin.

Il était rentré chez lui avec Mily. Il avait fui Poudlard comme un lâche, sans même aider les plus jeunes et tout ça pour quoi ? Pour cette pauvre greluche qu’il n’appréciait même pas. Qu’est-ce qui lui avait pris ? Et surtout, pourquoi était-il directement rentré chez lui avec la jeune femme alors qu’il y avait divers endroits où ils auraient pu atterrir ?! Il craignait ce que cela signifiait sur lui-même, sur ce qu’il était profondément… et si au final, il ressemblait plus qu’il ne le voudrait à sa famille ? Et si au final, il se mentait à lui-même et aux autres par ce que c’était une vérité qui lui faisait peur ? C’était une possibilité, une théorie, mais il y en avait d’autre. Après tout en situation de crise, on va toujours vers l’endroit où l’on se sent le plu chez soi, et au final, sa maison était quand même ce lieu, peut—être également qu’il voulait vérifier que ses parents étaient bien présent à la maison qu’ils n’avaient pas participé à ce massacre. Quant au « sauvetage » de Mily au péril de sa propre vie, il n’avait pas d’explication. La pitié ? Le fait qu’elle soit enceinte ? Ou alors par ce qu’au final elle était quand même encore un peu innocente et qu’il espérait qu’elle puisse changer d’avis sur les Supérieurs ?! Il y avait également cette théorie des sentiments, mais ça non ? Il le réfutait totalement… ce n’était pas possible, elle lui sortait par les trous de nez, ce n’était pas du tout le genre de femme qu’il appréciait. Non, il ne voulait pas en attendre parler, alors il se disait que peut-être qu’il était un peu, une miette attaché à elle, comme on est attaché à un chien un peu chiant. Ce n’était pas une glorieuse comparaison, il le savait pertinemment et pourtant il n’en avait pas d’autres en tête.

Et chez lui, ça avait gueulé, par ce qu’ils n’étaient pas restés là-bas pour aider les supérieurs. Son père était furieux, et pour une fois Warren avait préféré ne pas fanfaronner, probablement que le choc de ce qui venait de se passer et sa blessure n’aidait pas non plus. Il savait quand se taire et à ce moment-là, ça serait remettre de l’huile sur le feu. Mais il se tut, il ne dirait pas qu’il était désolé, il ne l’était absolument pas de s’être cassé de chez ces fous-furieux, son seul réel regret c’était de ne pas avoir aidé plus les autres. Pendant une longue minute, il avait laissé finalement le silence s’installer, une fois que son père avait fini d’hurler tout ce qu’l avait sur le « cœur ». Tu aurais peut-être que l’on finisse mort, tous les deux, c’est ça ? C’est très bien ce qui aurait pu se passer si je n’avais pas ramené Mily ici… Mais visiblement le déshonneur, est plus important que nos vies. Je ne suis pas le petit fils prodigue-soumis, avide de tes paroles et de tes idées que tu attendais. Il savait que pour l’instant il était plus un poids pour eux. Il savait que ses parents espéraient pouvoir lui faire retrouver le droit chemin. Tout comme il savait qu’il n’aurait pas dû dire cela, et la gifle monumentale qui suivit le cola au sol.

Il les haïssait.
Il les vomissait.
Il ne voulait plus avoir à faire à eux, et pourtant, une fois relevé, c’est bien dans sa chambre qu’il se dirigea avec Mily, histoire qu’ils se reposent et se soignent un peu.

Finalement dans la soirée Mily était retournée chez elle, probablement pour pouvoir se faire plaindre, soignée et chouchouter par ses parents, pour sa part Warren avait besoin de prendre l’air. Il se remit un peu d’onguent sur sa blessure qui n’était au final pas grave juste douloureuse et il décida d’aller faire un petit tour dans Londres. Il espérait pouvoir retrouver des têtes connues en prime, la ville était immense, ça serait probablement un miracle si ça arrivait, mais c’est un peu ce dont il avait besoin d’espoir, de miracle
Après avoir déambulé pendant une ou deux heures dans les rues de Londres, après avoir bu un verre ou deux dans un bar, il tomba nez à nez avec une silhouette connue ; Il écarquilla un peu les yeux, surtout sur la chance ait visiblement un peu tournée, il ne s’était pas attendu à ce que ce genre de chose arrive réellement. La première surprise passée, et maintenant qu’il observait un peu la silhouette à la lumière d’un réverbère, il lui trouvait un air légèrement hagard, mais ça, c’était peut-être lui qui l’imaginait !

- Cait… est-ce que ça va ?! Qu’est-ce que tu fais ici à une heure pareille, tu sais que ça pourrait être dangereux pour toi, on ne sait pas qui traine dans les parages.

Il parlait surtout du fait qu’elle était une fille et qu’elle ne pourrait pas utiliser la magie en pleine rue pour se défendre si des mecs voulaient l’agresser.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 7449
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Balade nocturne... - Caitlyn   Ven 27 Avr 2018 - 10:41

Lundi 07.09.2015
Vers 10h00

Scottish Higlands, United Kingdom

Depuis combien de temps volait-elle ? Combien de kilomètres avait-elle parcourus ? Son sac sur le dos, ses cheveux défaits fouettant son visage, elle fonçait à toute allure, droit devant elle. Le paysage défilait en-dessous d’elle sans qu’elle ne le voie, le vent et le soleil tapaient sans qu’elle ne les sente… Elle n’était plus capable de réfléchir, elle n’était plus capable d’être rationnelle. Et elle n’était plus capable de s’arrêter. Elle fuyait, à une hauteur vertigineuse, à une allure effrénée, et sans ralentir, sans se retourner, sans oser regarder en arrière.

Finalement, après ce qui lui sembla à la fois une éternité et un bref instant, elle commença à perdre en vitesse et en altitude, se rapprochant peu à peu du sol, avant de poser pied à terre. Entourée de montagnes, les landes s’étendant partout autour d’elle, elle était complètement submergée par la nature écossaise, insignifiante face à l’immensité imperturbable de ses Highlands. Et elle mit plusieurs minutes avant de réaliser qu’elle ne pouvait pas rester plantée là indéfiniment. Alors elle dégaina sa baguette, recruta toute sa volonté et sa concentration, et disparut.

Elle réapparut dans la cave de l’immeuble où elle avait vécu avec Casey et Rafael en juillet. L’obscurité y était presque totale, et elle mit quelques instants avant de s’y habituer mais finit par la quitter et se diriger vers l’entrée de l’appartement. Mais la porte était fermée et personne n’était là pour lui ouvrir, personne pour l’accueillir. Des larmes lui montèrent aux yeux. Des larmes de désespoir et d’épuisement, de dépit, de rage aussi. C’était son seul endroit où aller, son seul repère fixe, son seul espoir, et elle le trouvait vide. Elle avait juste envie de pleurer, de se laisser choir sur le perron comme une loque et d’attendre que quelqu’un, n’importe qui, passe et s’arrête pour la ramasser à la petite cuillère.

Elle se fit violence, pourtant, ravala ses sanglots, et, serrant les mâchoires, elle reconstitua ses traits défaits et rassembla les dernières forces qui lui restaient pour Transplaner dans un coin peu fréquenté du Chemin de Traverse. Une vive douleur au niveau du sourcil gauche lui arracha un petit cri. Elle avait Désattribué. Sentant ses larmes à nouveau prêtes à déborder de ses yeux, elle porta sa main à son visage et essuya le filet de sang qui coulait le long de sa joue, puis traversa en hâte la rue sorcière pour arriver, telle une naufragée, dans la boutique d’Apothicaire que Casey tenait avec Hel.

Les cheveux en bataille, les yeux bouffis, la peau meurtrie et crasseuse, son short et débardeur de pyjama couleur pastel maculés de boue et de sang, ses pieds nus chaussés de grosses baskets à moitié délacées, son balai de Quidditch toujours à la main et son sac toujours sur le dos… elle avait des airs de revenante, de survivante à une guerre terrible et c’était exactement ce qu’elle était - une rescapée. Mais les regards tournés vers elle n’avaient aucune importance, le risque potentiel qu’elle courait en s’exposant ainsi ne l’intéressait pas. La seule chose qu’elle cherchait était un peu de chaleur humaine, une présence à ses côtés, pour reprendre le flambeau.

Apercevant la blondinette dans un rayon, Caitlyn s’avança vers elle sans se préoccuper de savoir si elle l’interrompait dans l’interaction avec un client et se réfugia dans ses bras, la suppliant de rentrer. Elle la laissa l’emmener à l’écart dans l’atelier, s’accrocha à elle lorsqu’elle sortit sa baguette pour transplaner, et bientôt la voilà qui s’écroulait dans le canapé et laissait libre cours à ses pleurs sous son regard impuissant. La laissant la prendre dans ses bras et l’attirer contre elle, elle pleura toutes les larmes de son corps et finit par raconter ce qui s'était passé. Le meurtre du gamin, le siège, l'entrée et la bataille, les sorts, les explosions, les morts, l'évacuation. La chute de Poudlard.

Et puis vint la question de Rafael. Rafael qui était là dans la salle commune lorsque les Gardiens étaient arrivés pour les prendre en charge mais qu'elle avait perdu de vue. Rafael qui avait endossé son rôle de Préfet en prêtant main-forte aux défenses et à l’évacuation du château tandis qu’elle s’efforçait de jouer son rôle à elle, un rôle instinctif et contre-intuitif à la fois, celui de prendre soin des plus démunis au lieu de chercher et aider ses proches. Rafael avec qui elle croyait avoir cet accord tacite de se retrouver dehors quoi qu’il arrive, Rafael qu’elle avait espéré ne jamais exposer, ne jamais abandonner aux Supérieurs.

Peu à peu, ses larmes se tarirent et une détermination se dressa dans son esprit, une énergie qui lui redonna la force de réfléchir. Un espoir. Peut-être allait-il encore arriver ! Il n’était pas encore midi, peut-être les combats n’étaient-ils pas terminés, peut-être les victimes de l’attaque pouvaient-ils encore prendre la fuite. Ou peut-être avait-il aidé d’autres que lui à rentrer dans leurs familles, prenant le temps de s’assurer qu’ils seraient bien pris en charge avant de rejoindre ses propres proches. Il fallait qu’elle se ressaisisse, qu’elle se reprenne en main. Elle devait l’attendre. Elle devait se préparer, elle devait être là pour l’accueillir.

Mais les heures passèrent, à la fois trop vite et trop lentement, et toujours rien. Aucun signe, aucune nouvelle. Elle s’était lavée et changée, avait pansé ses blessures, puis mangé et essayé de regarder un film, Casey ne la quittant pas d’une semelle, aux petits soins pour elle et tout aussi inquiète qu’elle voire plus encore, mais rien n’avait réussi à les calmer vraiment, bien au contraire. Plus le temps avançait, plus la pression montait. Le regard attiré tantôt par l’écran de son téléphone tantôt par la poignée de la porte d’entrée ou encore la fenêtre, elle se forçait à rester assise au canapé mais cédait régulièrement au besoin de tourner en rond dans le salon comme un lion en cage.

Et puis d’un coup, elle quitta l’appartement. Enfilant les tongs de Casey qui trainaient à la porte, n’emportant que son portable qu’elle glissa dans sa poche arrière et sa baguette qu’elle coinça dans la ceinture de son short, elle sortit dans la rue en hâte et se mit à marcher. Elle n’en pouvait plus, la tension était trop forte, elle avait besoin d’air. La nuit était tombée, ça faisait bien dix heures qu’elle était restée à attendre, à espérer, les dix heures les plus longues de sa vie. Il fallait qu’elle souffle, qu’elle respire. Qu’elle accepte l’impensable qui s'imposait comme une évidence. Rafael ne reviendrait pas.

* * *

Mardi 08.09.2015
Vers 01h00

London, United Kingdom

Errant dans les rues de Londres, tantôt entre les terrasses des bars tantôt le long des immeubles, elle laissait ses pieds la guider sans faire attention au chemin qu’ils prenaient. Dans sa tête, un vide intégral. Elle écoutait son coeur battre, observait la lune dans le ciel, appréciait la fraîcheur de l’air. Dans un autre contexte, elle aurait presque pu paraître sereine. Mais sa posture, épaules affaissées, bras ballants, et sa démarche, épuisée, éreintée, témoignaient du contraire. Et en l’observant de plus près, il y avait des détails, les blessures dispersées un peu partout sur sa peau, les trois steristrips au niveau de son arcade sourcilière, le bandage autour de son bras droit, le pansement sur son genou, des détails qui faisaient qu'elle n'était pas une de ces ados qui flânaient, joyeusement enivrées, insouciantes et inconscientes, dans les quartiers de London By Night.

“Cait… est-ce que ça va ?! Qu’est-ce que tu fais ici à une heure pareille, tu sais que ça pourrait être dangereux pour toi, on ne sait pas qui traîne dans les parages.”

Elle se retourna vers la voix qui l’avait interpellée alors qu’elle passait sous un lampadaire et aperçut Warren un peu plus loin. Elle lui adressa un petit sourire tandis qu’il se rapprochait, l’air tout aussi mal en point qu’elle, une méchante trace de coup sur la joue, une vilaine plaie je-ne-sais-où-xD, les traits tirés par la fatigue et les épreuves... Il avait eu le même réflexe qu’elle de quitter les murs oppressants de son chez-soi pour trouver un semblant de liberté à l’extérieur, mais il avait manifestement été chercher un peu de réconfort dans les bars qu’elle avait pour sa part parfaitement ignorés.

“Warren !”

Sans réellement que ce soit très fort, elle s’était exclamée, et dans sa voix transparaissait la surprise ainsi que le plaisir de le croiser là. Et puis elle le serra dans ses bras un court instant, à la fois pour le saluer et pour s’assurer qu’il était bien là devant elle, vivant. Sa présence, absolument inattendue, lui faisait du bien. Par contre, sa question resta sans réponse, elle n’avait ni la force de le rassurer, ni la foi de succomber à nouveau aux émotions. Quant à sa mise en garde, elle ne savait pas vraiment comment le prendre, et prit donc le parti de l’éluder.

“Alors toi aussi t’as pu t’enfuir ?”

Dangereux. Se promener dans Londres seule en pleine nuit pouvait-il vraiment être dangereux pour elle ? Elle n’avait jamais été du genre à laisser l’idée d’être potentiellement en danger la tracasser au point de limiter sa liberté. Alors après avoir passé deux ans sous le joug des Supérieurs à Poudlard et un an à essayer de survivre à leurs tentatives de reprendre le dessus, cela lui paraissait d’autant plus futile et insensé. Ceci dit, il était vrai qu’elle n’était jamais à l’abri de croiser plus fort que soi, sa mésaventure de cet été en était d’ailleurs la preuve par excellence. Mais elle n’arrivait tout simplement pas à se résoudre à laisser des craintes entraver ses actions et ses choix.

“T’as des nouvelles des autres ?”

Elle ne connaissait même pas ses amis, ne savait pas à qui il tenait réellement, mais elle avait besoin de savoir qui d’autre avait réussi à s’échapper et qui était resté prisonnier au château. Elle avait juste besoin d’entendre des bonnes nouvelles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 97
Date d'inscription : 13/04/2018
Crédits : Lysz/ante mortem de bazz'; & gifs de tumblr
Double Compte : Connor



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4299-warren-will-the-world-remember
MessageSujet: Re: Balade nocturne... - Caitlyn   Sam 28 Avr 2018 - 21:00

Il était soulagé de voir une tête connue, quelqu’un qu’il appréciait quand même était à Londres, en assez bonne santé vu qu’elle avait pu se lever, qu’elle bougeait… Il n’avait pas pu s’empêcher de sauter sur cette occasion pour aller la voir, pour lui parler, pour prendre des nouvelles. Peut-être qu’elle savait des choses qu’il ignorait ? Enfin, fallait-il qu’elle s’arrête et qu’elle veuille bien lui répondre, peut-être qu’avec cette nouvelle attaque, elle s’imaginait qu’il était retourné dans le clan « Supérieur », il ne pourrait même pas lui en vouloir de penser cela, vu sa famille, les circonstances, ça serait presque normal. Malgré tout, cette possible perspective avait tendance à le rendre un peu triste ! Néanmoins, elle lui adressa un pâle sourire, il ne savait pas trop si elle était heureuse de le voir ou juste polie ? Il eut sa réponse lorsqu’elle le sera dans les bras et lui rendit doucement son étreinte un court instant, le geste lui réveillant un peu la douleur, mais cela valait bien le coup. A sa question suivante, il acquiesça doucement, ne sachant pas trop comment formuler la chose : il avait fui, certes, mais il était arrivé à se faire de nouveau «enfermer » dans son cercle familial. Stupide créature qu’il était. Il soupira doucement et préféra choisir d’être assez soft pour l’instant, il avait de la chance d’être-là, en vie. Ce n’était pas la peine de parler des choses qui fâchent dès le départ n’est-ce pas ? Ils auraient probablement le temps… ou pas… il ne savait pas trop, peut-être qu’elle attendait quelqu’un.

- Comme tu peux le voir, j’ai eu cette chance de m’en sortir.

Pourquoi est-ce qu’il avait essayé de se montrer protecteur envers elle ? Probablement par ce que cela correspondait à sa nature profonde, mais quand même ! Elle était grande et pouvait –normalement- se débrouiller seule. La nouvelle question le fit légèrement grimacer.

- Non pas vraiment, mes cousins sont forcément restés là-bas, ainsi que la plupart des gens qu’ils côtoient. Enfin, je ne le sais pas officiellement, sauf pour Melvin et Connor, qui ne sont pas revenus, mais c’est une simple déduction logique. Il se tut quelques instants avant de continuer J’ai eu une nouvelle de Cassie, elle et Mathew ont pu s’enfuir également… et pour la plupart des autres je n’ai pas encore de nouvelles, mais c’est peut-être tôt, entre les blessés et compagnie, c’est probablement normal. Il y eut un nouveau temps court de silence avant de continuer Et toi ? Ah si, Mily est sortie aussi vu que c’est moi qui ait sauvé son cul de dinde. ajouta-t-il amèrement.

Pas besoin de dire qu’il était retourné chez lui, c’était sous-entendu avec sa phrase sur Melvin & Connor… s’il n’avait pas été chez lui, il n’aurait probablement pas pu avoir ce genre de constatation.

Et tes blessures, tu as pu et les faire soigner ? Tu as bien un endroit où dormir ce soir ?

Certains ne devaient pas savoir où aller, où fuir ; alors il préférait s’assurer qu’après cette conversation, elle aurait de quoi se retourner, un toit où dormir et même à manger, et surtout qu’elle avait pu se faire soigner décemment. Ce n’était peut-être pas des plus intelligents d’insister sur ce point-là, mais il était réellement inquiet ; autant pour elle que pour tous ceux dont il n’avait pas de nouvelles.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 7449
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Balade nocturne... - Caitlyn   Dim 29 Avr 2018 - 10:16

Le monde magique était en guerre. Poudlard, dernier pilier de la résistance, seul obstacle à l’ascension des Supérieurs, était finalement tombé et l’humanité entière entrait dans une ère sombre où la crainte ferait bientôt parti du quotidien de tous. Le chaos régnait parmi les sorciers et personne n’était à l’abri du danger. Ils étaient partout, dans le ministère et dans les institutions, et s’affichaient désormais ouvertement, instaurant un ordre nouveau et maléfique, un ordre où moldus, cracmols, nés-moldus, sang-mêlés et tous leurs sympathisants étaient dénués de tous leurs droits.

Caitlyn avait réussi à éviter le pire, à fuir l’Enfer qui s’était déclenché à Poudlard, mais cela ne voulait pas pour autant dire qu’elle était en sécurité. Surtout en plein milieu de la nuit, dans une rue déserte. Et seule. N’importe qui pouvait l’aborder, l’importuner, l’agresser, la tuer. Moldu ou sorcier. Et même si elle avait des ressources et de l’entrainement, elle ne pouvait pas être sûre de faire le poids. Pourtant, lorsqu’elle reconnut Warren à la lumière blafarde du lampadaire, elle ne chercha pas à rester sur ses gardes mais le prit dans ses bras sans hésiter.

« Comme tu peux le voir, j’ai eu cette chance de m’en sortir. »

Oui, il avait eu de la chance, ils avaient tous les deux eu de la chance, et tous ceux qui avaient réussi à fuir avaient eu de la chance. Beaucoup de chance. Ceux qui n’en avaient pas eu étaient restés coincés là bas, dans les murs de cette école qui était redevenue prison. Et aussi heureuse qu’elle soit d’avoir pu rejoindre la liberté, Caitlyn ne pouvait s’empêcher de penser qu’elle aurait préféré y renoncer si ça avait pu la garantir à ses amis. Amis dont elle n’avait aucune nouvelle, qu’elle espérait toujours voir apparaître comme par miracle, mais qui probablement faisaient pour la plupart partie de ceux qui n’avaient pas eu de chance.

« Non pas vraiment, mes cousins sont forcément restés là-bas, ainsi que la plupart des gens qu’ils côtoient. Enfin, je ne le sais pas officiellement, sauf pour Melvin et Connor, qui ne sont pas revenus, mais c’est une simple déduction logique. »

Connor. C’était la dernière personne à qui elle avait parlé avant de prendre la fuite. Et elle avait presque oublié que lui et Warren étaient cousins. Elle comprit soudain la raison de sa présence ici, réalisa pourquoi il était là à errer de bar en bar, et eut un petit sourire. Qu’est-ce qui était mieux ? Avoir une famille de Supérieurs ? Ou bien, ne pas avoir de famille du tout ? Quelle vie de merde.

« J’ai eu une nouvelle de Cassie, elle et Matthew ont pu s’enfuir également… et pour la plupart des autres je n’ai pas encore de nouvelles, mais c’est peut-être tôt, entre les blessés et compagnie, c’est probablement normal.
- Oui, sûrement. »

Elle hocha la tête. C’était encore trop tôt. Peut-être étaient-ils blessés, peut-être n’étaient-ils pas en état de répondre à ses messages ou de donner de leurs nouvelles. Peut-être arriveraient-ils encore dans la journée à venir, encore plus mal en point qu’elle lorsqu’elle avait débarqué dans la boutique de Casey avec son pyjama plein de sang, son sac et son balai. Elle les avait attendus pendant des heures, interminables, mais il fallait qu’elle les attende encore.

« Et toi ? Ah si, Mily est sortie aussi vu que c’est moi qui ait sauvé son cul de dinde.
- Moi non plus. »

En temps normal, elle aurait rigolé du ton sur lequel il avait rajouté cette dernière remarque et surtout du vocabulaire qu’il avait choisir pour le faire. Mais en l’état, elle se contenta de hocher à nouveau la tête, presque absente. Elle entendait bien ce qu’il lui disait, et elle trouvait ça drôle dans sa tête, mais elle n’avait tout simplement pas la force ni la foi de rire. Quant à ses réponses, elle n’arrivait pas à faire mieux. Pourtant, des choses à dire, elle en avait. Mais il y avait comme une barrière qu'elle s’efforçait de maintenir fermée car elle savait pertinemment qu’elle ne contenait pas seulement les paroles mais aussi les émotions…

« Et tes blessures, tu as pu te les faire soigner ? Tu as bien un endroit où dormir ce soir ?
- Je… »

Stop. Arrêt sur image. Cette scène lui rappelait soudain furieusement la discussion qu’elle avait eue avec Enzo à la fin de l’année scolaire, alors qu’elle venait de réaliser qu’elle n’avait nulle part où aller en dehors de Poudlard. Réagirait-elle de la même manière cette fois-ci qu’alors ? Le souvenir de sa détresse était douloureux, presque plus douloureux que ne l’était la réalité sur son logement. Depuis les vacances d’été, elle avait deux nouveaux chez-soi, mais malgré tout, ni l’un ni l’autre n’étaient sa vraie maison. Elle prit une inspiration, néanmoins, et s’appliqua à ravaler ses émotions.

« Je n’avais pas grand chose, quelques égratignures. Plus de peur que de mal... Et ça c’est parce que j’ai Désattribué en Transplanant. »

Elle lui montra son sourcil où une croute de sang s’était formée sous les stéristrips et eut un petit sourire en hochant les épaules. Sa peau s’était ouverte à plusieurs autres endroits, oui, et tout son corps était douloureux, mais rien de grave en soi. Une bonne douche et quelques gouttes de désinfectant avaient suffi pour soigner la plupart de ses blessures, seul un bandage entourait son bras pour protéger une entaille plus profonde que les autres et un pansement couvrait une vilaine coupure sur son genou, le reste était à l’air.

« Et j’ai pas spécialement envie de dormir. »

Elle avait beau être épuisée, elle avait peur de ne pas arriver à s’endormir. Et peut-être qu’elle avait également peur d’y arriver. Elle savait qu’il y avait deux alternatives, soit elle restait éveillée pendant des heures à ruminer, soit elle sombrait dans un sommeil et y revivait ses terreurs. Ni l’un ni l’autre ne lui donnaient envie d’aller se coucher.

« Mais je vis chez Casey. C’est… par là-bas »

Elle se retourna et fit un geste vague de la main pour lui montrer la direction dans laquelle se trouvait l’appartement de Casey. Elle ne savait même plus la distance qu’elle avait parcourue, ni les détours qu’elle avait pris, depuis qu’elle était sortie. Et elle n’avait rien dit en quittant les lieux, mais elle savait que Casey comprenait et ne lui en voudrait pas, même si elle était sans doute inquiète pour elle.

« Et toi, ça va à la maison ? J’imagine que tes cousins passent pour les héros maintenant que la direction est à nouveau de leur côté… »

C’était d’un ridicule.

« Je l’ai croisé dans le parc, il a essayé de m’empêcher de partir. Connor je veux dire. J’ai réussi à le décoincer assez pour qu’il accepte d’utiliser sa baguette, j’crois que je peux être fière. Enfin, il m’a attaquée de dos mais c’est toujours mieux que rien non ? »

Elle lâcha un petit rire sec. Ça aussi c’était d’un ridicule.

« Et je lui ai un peu amoché sa p'tite gueule pour la route. »

Et cette fois-ci, son sourire, bien que discret, fut sincère, triomphant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 97
Date d'inscription : 13/04/2018
Crédits : Lysz/ante mortem de bazz'; & gifs de tumblr
Double Compte : Connor



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4299-warren-will-the-world-remember
MessageSujet: Re: Balade nocturne... - Caitlyn   Dim 29 Avr 2018 - 19:27

C’était toujours un peu compliqué ce genre de situation pour lui, il savait qu’il était franc, mais les autres pouvaient douter, et il y avait toujours cette petite voix dans sa tête qui lui rappelait cette réalité ! Il avait donc tenté de ne rien laisser paraitre de ce trouble. Il avait donc parlé et répondu aux questions le plus simplement qu’il le pouvait !  Et malheureusement, il n’avait pas beaucoup de nouvelles de gens qu’ils connaissaient, Warren tenta quand même de répondre à cette question au mieux tout en espérant qu’elle aurait un peu plus d’informations que lui à lui fournir ! Et, pour la rassurer – juste au cas où-, il avait essayé de la rassurer en lui disant que certains donneraient peut-être des nouvelles un peu plus tard, le temps de se reposer par exemple … Malheureusement tout ce qu’il disait même ses tentatives de la faire sourire avaient échoué, et elle lui confirma ce qu’il craignait, qu’elle non plus n’avait pas beaucoup de nouvelles des autres.
Il avait donc tenté autre chose, cette fois, rien pour la faire rire, mais juste pour vérifier que tout irait pour elle lorsqu’ils se quitteraient. Ah son « je » il avait failli enchainé sur un « tu » interrogatif, mais il s’était finalement arrêté au dernier moment, jugeant qu’au final ce n’était pas forcément une bonne chose, il ne devait pas la pousser à répondre, si elle voulait continuer sa phrase, elle pourrait très bien le faire toute seule ! Il n’eut qu’à attendre que quelques instants supplémentaires avant que la voix de sa camarade retentisse de nouveau :

Je n’avais pas grand chose, quelques égratignures. Plus de peur que de mal... Et ça c’est parce que j’ai Désattribué en Transplanant.

Il haussa un sourcil lorsqu’elle lui annonça ce qui était arrivé. Hum, cela restait quand même inquiétant mais visiblement elle s’en était mieux sortie que lui, c’était déjà pas mal ! Il ne fit aucun commentaire, préférant la laisser finir de parler. Lui couper l’herbe sous le pied serait tout sauf positif.

Et j’ai pas spécialement envie de dormir.

Ca c’était un argument de merde pour Warren, dans quelques heures elle ne dirait peut-être pas la même chose ! Il devait encore un peu se taire un peu, Elle était en train d‘ouvrir de nouveau la bouche. Qu’est-ce qu’elle allait encore dire comme conneries, ‘une certaine façon elle le faisait penser un peu à lui : butée, avec assez d’orgueil pour faire croire que tout va bien, pour ne pas demander d’aide. Twain reprit d’ailleurs rapidement la parole, disant cette fois qu’elle vivait chez Casey tout en lui indiquant une direction. Mouais.

- Et Casey est bien à son appartement ? Tu ne seras pas seule, genre si tu as besoin d’aide ou d‘autres ?

Promis, suivant la réponse après il essayerait de ne plus trop insister, mais il voulait être certain qu’elle ne le roulait pas dans la farine en omettant quelques détails importants, il connaissait bien l’astuce, alors ce n’était pas à lui qu’on la ferait ! Bon d’accord, c’était totalement possible qu’il se fasse avoir !
La jeune femme ne tarda d‘ailleurs pas à changer de sujet, en lui faisant parler de lui.

- Et toi, ça va à la maison ? J’imagine que tes cousins passent pour les héros maintenant que la direction est à nouveau de leur côté… Je l’ai croisé dans le parc, il a essayé de m’empêcher de partir. Connor je veux dire. J’ai réussi à le décoincer assez pour qu’il accepte d’utiliser sa baguette, j’crois que je peux être fière. Enfin, il m’a attaquée de dos mais c’est toujours mieux que rien non ? Et je lui ai un peu amoché sa p'tite gueule pour la route.
- Oh bien, je suis un vilain garçon par ce que je me suis cassé. Mily me voit comme un héro… et je ne sais pas pourquoi j’ai transplané chez moi, ce qui a bien pu me passer par la tête… ET j’avoue que ça m’inquiète un peu. M’enfin, certainement un réflexe. Et oui, Connor et Melvin sont géniaux. Il soupira doucement avant de continuer Il a utilisé sa baguette, vraiment ? C’est étrange, que tu sois arrivée à partir, ça ne lui ressemble pas vraiment. Je peux t’assurer qu’il s’en sort bien en combat, il aurait fait n’importe quoi pour te revenir, sans te faire mal… mais je suis content si tu lui as botté son petit cul. J’aimerai bien pouvoir me permettre ça.

Il eut un vague sourire qui était au final à la limite de la grimace.  Ouais, il ne pouvait pas toucher à un de ses cheveux de toute manière.

- Tu penses pouvoir faire quoi maintenant ? Tu vas te chercher un travail ?

Il fallait bien qu’elle gagne sa vie pour avoir de quoi vivre, mais elle avait peut-être ‘autres possibilités. Il soupira de nouveau avant de se passer une main dans les cheveux.

- Je ne sais pas comment je n’ai rien vu venir. Comment est-ce qu’on a pas pu se préparer à ça… c’était pourtant logique que ça arriverait…

A croire que les vacances les avaient tous ramollis ! Comment avec les gardiens, les adultes, tous les élèves ils n’avaient pas pu sauvegarder mieux Poudlard, où est-ce qu’ils avaient failli ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 7449
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Balade nocturne... - Caitlyn   Dim 29 Avr 2018 - 23:23

Caitlyn n’avait jamais été très proche de Warren, pourtant elle avait l’impression qu’ils se comprenaient, qu’ils étaient sur la même longueur d’onde. Que le courant passait bien entre les deux, spontanément, sans que l’un ou l’autre n’ait à faire trop d’efforts. Elle était à l’aise en sa présence, n’avait pas peur d’être sincère avec lui et elle sentait que c’était réciproque. Attentionné, amusant, il dégageait une aura agréable, une chaleur humaine qu’elle appréciait. Elle avait sa fierté, son caractère, mais elle ne voyait pas l’intérêt de s’appliquer à afficher un air faussement assuré. Non, elle n’avait pas la foi de construire des réponses plus élaborées que des monosyllabes lorsqu’il essayait de la rassurer ou lorsqu’il lui retournait ses questions, tout comme elle n’avait pas la foi de lui cacher sa situation. Elle banalisait, oui, mais elle n’enjolivait ni ne dramatisait rien.

« Et Casey est bien à son appartement ? Tu ne seras pas seule, genre si tu as besoin d’aide ou d‘autres ?
- Oui oui. Enfin non, elle n’y était pas quand je suis arrivée, j’ai dû aller la chercher dans sa boutique sur le Chemin de Traverse, mais elle est rentrée avec moi et elle m’a pas quitté depuis. Elle a même proposé prendre un jour de congé demain pour rester avec moi. »

Autant dire que Caitlyn avait bien vite arrêté Casey dans son élan. Mais ça pour le coup elle ne le dirait pas à Warren. Peut-être parce qu’elle acceptait un certain degré de bienveillance à son égard mais qu’elle se braquait dès qu’elle voyait un peu trop de pitié ou d’inquiétude dans le regard des autres. Elle s’empressa d’ailleurs de recentrer la conversation sur Warren qui n’était certainement pas moins à plaindre qu’elle.

« Oh bien, je suis un vilain garçon par ce que je me suis cassé. Mily me voit comme un héro… et je ne sais pas pourquoi j’ai transplané chez moi, ce qui a bien pu me passer par la tête… ET j’avoue que ça m’inquiète un peu. M’enfin, certainement un réflexe. Et oui, Connor et Melvin sont géniaux. »

Tout ça avait l’air bien compliqué. Un fils indigne aux yeux de ses parents, un prince charmant aux yeux de Mily, et une grosse remise en question par dessus le marché… Non, ce n’était certainement pas simple et elle pouvait parfaitement comprendre pourquoi il était sorti prendre l’air.

« Il a utilisé sa baguette, vraiment ? C’est étrange, que tu sois arrivée à partir, ça ne lui ressemble pas vraiment. Je peux t’assurer qu’il s’en sort bien en combat, il aurait fait n’importe quoi pour te retenir, sans te faire mal… mais je suis content si tu lui as botté son petit cul. J’aimerai bien pouvoir me permettre ça. »

Elle eut un petit sourire. Forcément, Warren n’avait pas le droit de s’en prendre à ses cousins, du moins physiquement, probablement sous peine de se voir puni. Il s’était déjà mis toute sa famille sur le dos, mais s’ils pouvaient éviter de s’entre-tuer et cohabiter relativement en paix, c’était toujours mieux. Quant au fait qu’il soit étonné qu’elle ait réussi à partir…

« Ouais, je sais pas. Il était un peu sonné par le coup de poing – j’crois que je lui ai pété le nez – et puis je suis partie sur mon balai de Quidditch, j’imagine qu’il s’y attendait pas. Il aurait pu essayer de me jeter un sortilège pour me faire tomber mais bon… »

Difficile de toucher une cible en mouvement dans les airs. Surtout victime d’un sort de confusion, mais ça Caitlyn ne le savait pas. Elle s’était contentée de partir sans se retourner, récupérant Rainbow dans la Volière au passage.

« Pourquoi ça t’inquiète ? C’est chez toi, c’est normal, et tu as sauvé Mily, c’est certainement pas une erreur. »

Si elle avait pu rentrer chez elle, si elle avait pu sauver Rafael… Si seulement. C’était plutôt elle qui devrait se poser des questions. Elle avait sauvé sa propre peau, sans chercher à savoir si ses amis seraient à même de faire pareil, et ça c’était une erreur. Elle déglutit difficilement. Ce n’était pas le moment de craquer. Pourtant, même si elle avait déjà passé une éternité à pleurer tantôt seule tantôt dans les bras de Casey, elle sentait qu’elle serait capable de recommencer de plus belle. Alors elle croisa ses bras sur son torse, comme pour se procurer un tant soit peu de chaleur, tandis que Warren reprenait la parole.

« Tu penses pouvoir faire quoi maintenant ? Tu vas te chercher un travail ?
- Heu… »

Encore un sujet tout aussi réjouissant que celui du logement.

« J’ai des plans, enfin j’en avais en quittant Poudlard, mais là tout de suite je crois que j’y arriverai pas. »

Elle n’arrivait même pas à y penser, c’était pour dire. Pourtant, c’était clair, logique, en soi. Retourner en Australie, retrouver la vie de nomade qu’elle avait commencé à mener en août, travaillant là où l’on voulait bien d’elle, profitant de la liberté que lui offrait sa tente. Il n’y avait pas grand chose pour la retenir ici, pourtant elle n’avait pas la force de faire le pas.

« Je ne sais pas comment je n’ai rien vu venir. Comment est-ce qu’on a pas pu se préparer à ça… c’était pourtant logique que ça arriverait… »

Elle eut un nouveau petit sourire sans joie. Comment avaient-ils pu ne pas gagner une fois de plus ? Non, ils ne s’étaient pas attendus à ce que les Supérieurs reviennent à la charge de si tôt, et non ils n’avaient pas envisagé l’éventualité d’essuyer une défaite face à eux. Pourtant, ils étaient prêts, entrainés comme de braves petits soldats, endurcis par une vie qu’ils n’auraient jamais dû avoir à vivre. Ils étaient protégés, par des barrières magiques qui entouraient tout le domaine, par les Gardiens qui veillaient au grain, par les professeurs qui avaient trop souvent repris le rôle de parents. Mais ils avaient perdu, Poudlard était tombé, et personne n’aurait pu y changer quoi que ce soit.

« La logique c’est une chose. Mais en pratique, on ne faisait pas le poids. On était préparés, on n’aurait pas pu l’être plus que ça. Ils étaient beaucoup trop nombreux, beaucoup trop forts. C’était déjà un exploit d’avoir su leur tenir tête pendant un an. Regarde le ministère, ça fait un bail qu’ils l’ont infiltré, même les adultes et les Aurors n’ont pas su les en empêcher. »

Ils étaient que des gamins après tout. Des gamins qui avaient grandi plus tôt qu’ils ne l’auraient dû et appris des choses que des adultes n’apprenaient pas en toute une vie, mais des gamins malgré tout. Qui s’en prenait à des gosses ainsi ? Qui s’abaissait à détruire des enfances et des familles ? Cette fois, ce ne furent pas des larmes de chagrin mais bien des larmes de rage et de dépit qui lui montèrent aux yeux et elle les essuya du revers de sa main.

« Désolée. J’crois que j’ai besoin d’être seule. »

Elle aurait voulu se détourner de lui et s’en aller, mais ça aussi elle en était incapable. Elle était juste complètement perdue dans l'immensité du champ de bataille que les événements avaient laissé dévasté dans son corps et dans son esprit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 97
Date d'inscription : 13/04/2018
Crédits : Lysz/ante mortem de bazz'; & gifs de tumblr
Double Compte : Connor



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4299-warren-will-the-world-remember
MessageSujet: Re: Balade nocturne... - Caitlyn   Mer 2 Mai 2018 - 21:50

Se renseigner tranquillement, vérifier qu’elle ne courrait aucun danger… enfin disons plutôt les « dangers » de la rue, se retrouver seule, la nuit alors que mentalement tout ne va pas pour le mieux pouvait être dangereux et il ne voulait pas la laisser dans cette situation. Lorsqu’elle répondit que Casey était bien là, enfin qu’elle n’était pas coincée à Poudlar ou ailleurs, il fut légèrement rassuré. C’était déjà un très bon point. Elle avait un point de repère !

- C’est gentil de sa part d’avoir pris un jour de congés, au moins tu as quelqu’un sur qui compter et avec qui passer le temps !

Il ne savait pas la réponse de ladite Casey, mais il se doutait que Cait avait refusé cette offre généreuse, il ne restait plus qu’à savoir laquelle des deux était la plus têtue, laquelle avait eu gain de cause ! Il se dit que poser la question n’était pas franchement une bonne idée, alors il se tut sur le sujet, il y reviendrait peut-être un peu plus tard si l’occasion se présentait ! De toute manière ce n’était pas quelque chose de bien important ! D’ailleurs, rapidement Twain avait repris la parole, et il tenta de répondre le plus franchement possible, et donc en étant à la fois sarcastique et agacé – et probablement beaucoup d’autres choses-. Les émotions perlaient un peu trop à son goût ! Il retint néanmoins un point qui l’amusa beaucoup dans une nouvelle réponse de la jeune femme : qu’elle avait non seulement frappé Connor mais que ce dernier avait utilisé sa baguette ! Rah, qu’est-ce qu’il rêvait pouvoir lui coller une bonne droite à son cousin, mais malheureusement, ça ne resterait probablement que très longtemps un rêve. La seule chose qui l’étonnait c’était qu’il l’ait laissé partir, cela ne lui ressemblait pas trop, même sonné il était certain que Connor aurait tenté quelque chose !

- Ouais, je sais pas. Il était un peu sonné par le coup de poing – j’crois que je lui ai pété le nez – et puis je suis partie sur mon balai de Quidditch, j’imagine qu’il s’y attendait pas. Il aurait pu essayer de me jeter un sortilège pour me faire tomber mais bon…

Warren haussa les épaules, au final, le plus important c’est qu’elle ait pu s’enfuir, le pourquoi du comment Connor ne l’avait pas fait tomber, on s’en contre-foutait ! Il savait que son cousin était en vie et allait visiblement bien, c’est qu’il ne lui était arrivé rien de grave ! Un coup de mou ? Un autre sort qui l’avait touché ? Beaucoup de solutions étaient envisageables ! La question qui suivit lui ft légèrement hausser les sourcils :

- Pourquoi ça t’inquiète ? C’est chez toi, c’est normal, et tu as sauvé Mily, c’est certainement pas une erreur.
- C’est chez moi… c’est surtout chez mes parents qui sont de leur côté… Ca veut en dire beaucoup… Peut-être que je suis plus endoctriner que je ne le croyais. J’ai des amis qui auraient u m’héberger avec plaisir… mais je suis retourné là-bas. Il soupira doucement tout en se passant une main dans les cheveux avant de continuer Quant à Mily… elle aurait été heureuse là-bas, si elle avait survécu… Je ne sais pas… Peut-être par ce qu’elle est enceinte, et que même si je ne veux pas de ce bébé… je… Non, vraiment, je ne sais pas.

Il était un peu perdu, il avait du mal à exprimer ce qu’il ressentait… par ce qu’il doutait. Par ce qu’il avait peur de ce qu’il avait fait par « instinct » et que cela le bouffait, et même si Twain avait l’air de trouver ça normal, lui n’était pas d‘accord avec ça.
Il tenta finalement de changer de sujet, s’intéressant à ce qu’elle allait devenir… et vu son « heu » elle n’avait pas l’air franchement décidée, ou alors peut-être qu’elle n’avait pas envie de lui répondre, tout était possible ! Mais là encore, il n’insisterait pas si elle ne voulait pas lui répondre !

- J’ai des plans, enfin j’en avais en quittant Poudlard, mais là tout de suite je crois que j’y arriverai pas.
- Tu as le temps, tu es jeune de toute manière ! Tu peux pendre quelques mois pour y penser, je t’aurais bien dit que je pourrais te conseiller, mais je ne sais pas si … si disons je serai de bon conseil !

Il avait dit cela en essayant en faire un petit sourire, un léger trait d’humour ! Mais finalement ce fut le sérieux qui reprit le dessus lorsqu’il lui dit qu’il ne comprenait pas comment est-ce qu’ils avaient pu laisser « ça » se produire… alors qu’ils se doutaient qu’une nouvelle attaque aurait lieu tôt ou tard. Est-ce qu’il y avait eu des signes chez lui pendant l’été qu’il n’avait pas su voir ? Est-ce qu’il aurait pu prévenir les gardiens, profs que quelque chose se préparait –peut-être ? Il avait beau essayer de se rappeler du mois passé, il fallait bien avouer qu’il ne voyait aucun indice dans sa mémoire, rien qui n’aurait pu le mettre sur la piste… mais la culpabilité demeurait !

- La logique c’est une chose. Mais en pratique, on ne faisait pas le poids. On était préparés, on n’aurait pas pu l’être plus que ça. Ils étaient beaucoup trop nombreux, beaucoup trop forts. C’était déjà un exploit d’avoir su leur tenir tête pendant un an. Regarde le ministère, ça fait un bail qu’ils l’ont infiltré, même les adultes et les Aurors n’ont pas su les en empêcher.

Il savait qu’elle avait raison, mais quand même, Poudlard était comme une forteresse… ils auraient û réussir à la protéger.

- Bien sûr, je sais que tu as raison… mais il y a ce « mais » qui reste dans ma tête ! Enfin de toute façon ce n’est pas avec un « mais » ou des « si » que l’on pourra changer quelque chose. C’est trop tard maintenant, mais on pourra changer la donne, non ? Il ne faut pas arrêter de se battre.

Il fallait peut-être qu’il arrête de monologuer, peut-être que cela gonflait la pauvre Caitlyn ses doutes et compagnie, elle n’avait pas à subir cela ! D’ailleurs, il dit un petit « pardon » pour s’excuser de son attitude. Et soudain, il remarqua ce petit geste qu’elle avait eu : essuyer ses yeux. Il fronça les sourcils tandis qu’elle lui disait qu’elle avait besoin d’être seule. Il hésita quelques secondes avant de finalement s’avancer vers elle et de lui tapotter doucement le dos.

- Tu es certaine que tu ne veux pas venir un peu chez moi en attendant Casey ? On bouffera je sais pas quoi, puis, si on transplane dans la chambre on ne sera pas emmerdé par mes parents. Il se tut quelques instant, avant de mettre doucement un doigt sous le menton de la jeune femme afin de lui relever la tête vers lui Je pense que ça serait mieux pour toi si tu n’étais pas seule ce soir, promis, j’essayerai d’être plus marrant ! Après, si tu veux vraiment que je m’en aille, je te laisse mon adresse et mon numéro de téléphone, tu pourras me joindre quand tu en auras envie, et besoin…

Il n’allait pas non plus la forcer à l’accompagner elle était assez grande pour savoir ce qu’elle voulait faire.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 7449
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Balade nocturne... - Caitlyn   Dim 6 Mai 2018 - 18:39

« C’est gentil de sa part d’avoir pris un jour de congé, au moins tu as quelqu’un sur qui compter et avec qui passer le temps. »

Warren semblait vraiment soulagé et Caitlyn ne s’aventura pas à le contredire, se contentant d’acquiescer en silence. En réalité, elle s’était empressée de rassurer Casey et de lui faire changer d’avis, lui demandant de ne pas modifier son emploi du temps pour elle. Elle appréciait sa présence et son soutien, bien sûr, mais elle ne se sentait pas capable de se soumettre à une surveillance H24. Elle avait besoin de liberté, de solitude aussi, de temps tout simplement. Mais, contrairement à Casey qui avait pris sur elle et arrêté d’insister, Warren n’avait pas l’air d’être en mesure de comprendre ou juste d’accepter cette attitude. Loin de Caitlyn l’idée de lui en vouloir pour ça, mais elle sentait qu’il valait mieux ne pas trop s’éterniser sur le sujet. Alors elle s’enquit de son état à lui, puisqu’après tout elle n’était pas la seule à souffrir des événements récents.

« C’est chez moi… c’est surtout chez mes parents qui sont de leur côté… Ca veut en dire beaucoup… Peut-être que je suis plus endoctriné que je ne le croyais. J’ai des amis qui auraient pu m’héberger avec plaisir… mais je suis retourné là-bas. »

Elle fronça les sourcils. Elle n’était pas sûre de le suivre sur ce point, mais elle ne savait pas trop comment le lui faire comprendre. Après tout, il était retourné chez lui pour s’y réfugier, et non pas pour s’engager dans leur cause. Il avait rejoint le domicile de ses parents, mais ça ne voulait pas encore dire qu’il adhérait à leurs idées. Ceci dit, il semblait remettre en question l’essence même de sa personne, et elle aurait beau s’efforcer de lui assurer qu’il n’y avait rien de mauvais en lui, elle sentait qu’il ne démordrait pas.

« Quant à Mily… elle aurait été heureuse là-bas, si elle avait survécu… Je ne sais pas… Peut-être par ce qu’elle est enceinte, et que même si je ne veux pas de ce bébé… je… Non, vraiment, je ne sais pas. »

Mily… enceinte ?

« Comment ça enceinte ? Enfin, je veux dire… Mily est enceinte ? Je savais pas ! »

Mily était enceinte. Mily était enceinte, et Warren ne voulait pas de l’enfant. Cette situation était vraiment… merdique. Pourtant, Caitlyn n’arrivait pas à être en colère. Un bébé n’était pas une mauvaise nouvelle, pas à ses yeux en tout cas. Qu’il serve de moyen de pression était révoltant, mais quelque part, elle avait juste envie de féliciter les futurs parents, comme ça aurait dû être le cas dans un monde meilleur que ne l’était le leur.

« Arrête de te torturer, Warren. Tu as fait ce qui t’as semblé être le mieux, le plus juste. Tu as sauvé Mily et le bébé, tu les as ramenés chez toi, moi je trouve ça vraiment bien. Tu ne l’aimes pas, tu ne veux pas de l’enfant, mais malgré tout tu les as aidés, parce que tu les connais et parce que quelque part tu ne voulais pas les abandonner, mais ça ne veut pas dire que tu es de leur côté ou que tu ça t’engage à quelque chose. »

Elle n’était pas sûre d’avoir utilisé les bons mots, mais elle n’arrivait pas à faire mieux. Tout ça était tellement ambigu, elle n’était pas sûre de s’être fait comprendre ni même de se comprendre soi-même. Et puis au fond, peut-être que Warren n’avait même pas envie d’entendre ce qu’elle avait à dire à ce sujet. Après tout, elle ne le connaissait pas énormément, et ses conseils de gamine ne l’intéressaient pas… D’ailleurs, le voilà qui recentrait la conversation sur elle et sur ce qu’elle prévoyait de faire par la suite. Et – comment dire… elle n’avait pas franchement la force de penser au futur dans l’immédiat.

« Tu as le temps, tu es jeune de toute manière ! Tu peux pendre quelques mois pour y penser, je t’aurais bien dit que je pourrais te conseiller, mais je ne sais pas si … si disons je serai de bon conseil ! »

Il lui sourit et elle fit de même, amusée malgré tout par la manière dont il lui avouait qu’il ne savait pas comment l’aider vraiment. De toute manière, tout comme lui n’attendait sans doute pas qu’elle l’ôte de ses doutes par rapport à sa place dans cette guerre, elle pour sa part n’attendait pas de lui qu’il lui dise quoi faire de sa vie. C’était son problème, c’était à elle de le résoudre, personne n’en avait les moyens. Il allait falloir qu’elle se débrouille seule, qu’elle trouve la force de se relever et d’avancer.

L’atmosphère ne semblait pas vouloir se détendre, ils enchaînaient des sujets aussi désespérants les uns que les autres. Lorsque Warren avait abordé le sujet de la chute de Poudlard, la réponse de Caitlyn avait été plus ferme, sa voix plus cinglante, acerbe. Elle était à la fois blasée et contrariée.

« Bien sûr, je sais que tu as raison… mais il y a ce « mais » qui reste dans ma tête ! Enfin de toute façon ce n’est pas avec un « mais » ou des « si » que l’on pourra changer quelque chose. C’est trop tard maintenant, mais on pourra changer la donne, non ? Il ne faut pas arrêter de se battre. »

Les mâchoires serrées, le regard dur, elle sentait la rage pulser dans ses veines et des larmes lui montèrent aux yeux sans qu’elle ne parvienne à les en empêcher. Elle était épuisée, à bout de forces… pourtant, en cet instant, elle aurait tout donné pour pouvoir les buter, tous autant qu’ils étaient. Du revers de sa main, elle essuya ses yeux, avant de lui demander de la laisser seule. Mais il s’approcha elle ne fit rien pour l’en empêcher, le laissant lui tapoter le dos avec douceur.

« Tu es certaine que tu ne veux pas venir un peu chez moi en attendant Casey ? On bouffera je sais pas quoi, puis, si on transplane dans la chambre on ne sera pas emmerdé par mes parents. »

Elle eut un mouvement de recul, détournant le regard, mais il plaça un doigt sous son menton et releva sa tête de sorte à pouvoir voir ses yeux bleus à nouveau emplis de larmes qui menaçaient de déborder d’un instant à l’autre.

« Je pense que ça serait mieux pour toi si tu n’étais pas seule ce soir, promis, j’essayerai d’être plus marrant ! Après, si tu veux vraiment que je m’en aille, je te laisse mon adresse et mon numéro de téléphone, tu pourras me joindre quand tu en auras envie, et besoin… »

Elle secoua la tête. Non, elle n’avait pas envie qu’il s’en aille. Se libérant de son emprise, elle détourna de nouveau la tête mais ne s’éloigna pas, au contraire, elle se blottit contre on torse et le serra dans ses bras quelques instants, puis s’écarta un peu et le laissa l’entrainer à l’écart pour Transplaner jusque chez lui. Essuyant à nouveau ses larmes qui cette fois avaient coulé sur ses joues, elle prit une profonde inspiration pour reprendre un tant soit peu le contrôle sur ses émotions.

« Désolée, je ne suis pas de très bonne compagnie ce soir. Et ne t’embête pas, je n’ai pas très faim. Mais je veux bien rester avec toi un moment… Promis je rentrerai chez Casey pour dormir. »

En attendant, elle inspectait les lieux dans la pénombre.

« Woaw, c'est vraiment énorme chez toi... T'es sûr que tes parents ne risquent pas de se rendre compte de ma présence ? »

Elle ne savait pas s'ils dormaient ou s'ils... regardaient la télé ? Non, ils ne regardaient sûrement pas la télé, ils ne savaient probablement même pas ce que c'était... mais alors, que faisaient les sorciers de leurs soirées ? Peu importait, elle espérait juste qu'ils n'allaient pas débarquer et la chasser de chez eux, ou pire, lui faire payer son intrusion.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 97
Date d'inscription : 13/04/2018
Crédits : Lysz/ante mortem de bazz'; & gifs de tumblr
Double Compte : Connor



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4299-warren-will-the-world-remember
MessageSujet: Re: Balade nocturne... - Caitlyn   Mar 8 Mai 2018 - 10:22

Il essaya d’expliquer au mieux sa façon de voir les choses mais ce n’était pas simple, elle ne connaissait pas ses parents, sa famille ou autre… à part Connor et Melvin bien sûr, mais c’étaient des gosses, des « jeunes gens ». Il ne savait pas comment emmener les choses, et au final, il préféra juste rester bref, concis ; C’était facile pour les autres de dire qu’il était gentil, qu’il n’était pas comme eux… mais est-ce que c’était réellement sa nature profonde ? Après tout, gosse il croyait bien ses parents, en arrivant à Poudlard, il avait dû être comme Connor avant de comprendre qu’il s’était trompé. Il se passa une main dans les cheveux tout en continuant à parler, cette fois sur Mily. Elle s’était peut-être plus simple, c’était juste d’être marié avec elle alors qu’il ne l’appréciait pas… mais au fond, elle était odieuse avec les nés-moldus mais elle n’avait pas forcément un mauvais fon. Comme Connor, comme d’autres, elle était juste endoctrinée. Il haussa un sourcil avant de soupirer doucement.

- Ouais, elle est enceinte… Mais épargne moi les félicitations, par ce que je n’ai pas du tout envie de ça. il secoua un peu la tête Je ne sais même pas si c’est le mien, mais bon, j’peux pas lui jeter la pierre sur ce point-là, ce n’est pas comme si j’étais blanc de ce côté-là… enfin moi j’me protège mais… pourquoi je te dis ça ?! Pardon, c’est totalement hors-sujet.

Oui… on s’en foutait bien de qui couchait avec qui, ce n’était même pas le problème pour lui. C’était de devoir élever un gamin à son âge et surtout dans une famille comme la sienne, ou comme celle de Mily, il y avait de fortes chance qu’il tourne mal, surtout les si Supérieurs restaient au « pouvoir » gardaient prises sur Poudlard. Il pourrait probablement supporter sa femme, s’il était certain que le gamin deviendrait quelqu’un d’ouvert esprit, ou au moins qu’il ait réellement le choix. Il était sang-pur, si jamais il voulait rejoindre les Supérieurs alors qu’il n’était pas endoctriné, ça serait son choix, cela terrifierait probablement le père qu’il serait mais ça aurait été un réel choix. Pas comme lui, pas comme Mily, pas comme Connor. S’il n’avait pas eu ce caractère de rébellion contre ses parents qui sait où il serait aujourd’hui ? Twain ne tarda pas à reprendre la parole, il soupira doucement en acquiesçant doucement, oui, il avait fait ce qui lui avait semblé le mieux, mais au final était-ce le bon choix.

- Et à la place de Mily, qui n’aurait rien subi avec les Supérieurs, qui aurait été dans son univers avec eux, j’aurais peut-être pu aider des gamins innocents qui sont à présents prisonniers. J’ai juste un abruti, égoïste qui n’a pas réfléchi… après tu as raison, je l’ai aidée par ce que je la connaissais et que j’avais peur pour elle, mais c’était un mauvais choix, j’en suis certain.

Ils changèrent finalement de sujet, mais l’ambiance n’était toujours pas au beau fixe. Il s’inquiétait pour elle, pour ce qu’elle allait devenir, mais il savait qu’il ne devait pas trop insister pour ne pas que ce soit contre-productif. La seule chose dont il était certain c’est qu’il fallait continuer à se battre pour le futur, pour les prochaines générations. Ça serait probablement long, très long, Ils avaient fait fort ! En attendant, elle devait se reposer, et surtout se changer un peu les idées … il ne voulait pas la laisser seule et c’est pour ça qu’il lui proposa de venir chez lui. Il se doutait de sa réponse, et c’est pour cela qu’il fit en sorte qu’elle le regarde bien dans les yeux …. Il ne voulait l’obliger à rien, juste qu’elle comprenne qu’il était là pour elle si le besoin s’en faisait ressentir. Probablement qu’il n’était pas la personne la mieux placée pour l’aider, mais ils n’étaient pas non plus très proche, elle pourrait peut-être se confier sur certaines choses plus facilement !
Ils s’étaient finalement mis un peu à l’écart pour transplaner en paix.

- Tu peux rester si tu veux, ce n’est pas la place qui manque dans la chambre… Je pourrais dormir par terre ou sur le canapé, même ce n’est pas un souci pour moi ! il lui fit un petit sourire Ouais, c’est grand, la chance de venir d’une famille fortunée.

Il jeta un sort pour que la lumière fut dans la chambre. Son énorme chien (qui tenait presque toute la place dans le lit) ouvrit un œil avant de le refermer.

- Tu montes bien la garde à ce que je vois mon gros. Il regarda la jeune femme avec sourire C’est un super repousse-Mily et parents ce chien. Et ne t’inquiètes pas, je ne sais pas ce qu’ils font mais ils sont probablement dans leur chambre ou dans le salon, ou alors chez les parents de Connor. Il se plaça à la fenêtre et lui désigna une énorme maison dans un quartier voisin. Là-bas. Et au pire, ils ne sauront pas qui tu es, il ne te feront rien ou je couvrirai tes arrières le temps que tu transplanes. Il se tut quelques instants avant de reprendre Tu peux t’installer sur le canapé, ou sur le lit, ou où tu veux, fais comme chez toi, tu es certaines que tu ne veux rien à manger ou boire ?

Bon, il n’allait pas lui dire que le plus dangereux ici pour lui, ça serait qu’un elfe de maison découvre la présence de Cait et qu’il en parle à Mily ou à ses parents… mais il ne voulait pas l’inquiéter. De toute manière, il savait les risques qu’il courrait en la faisant venir ici, et ils étaient normalement contrôlés. Il était certain qu’elle ne risquait rien et c’était le plus important pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 7449
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Balade nocturne... - Caitlyn   Aujourd'hui à 9:37

C’était un autre monde. C’était une autre planète, un autre univers. Caitlyn ne connaissait rien aux mœurs et coutumes des vielles familles de sorciers de sang pur. L’impression que ça lui donnait était qu’elles vivaient un peu comme la noblesse au Moyen Âge, avec des règles strictes, une étiquette. Qui sait, peut-être les Lords et Ladies avaient un mode de vie similaire ? La Reine Elizabeth, les Ducs et Duchesses, les Princes et Princesses… Elle n’arrivait pas à s’imaginer. Du côté moldu comme du côté sorcier, c’était une société à laquelle elle n’appartenait pas, et elle était incapable d’embrasser leur mentalité. D’où le décalage qu’elle sentait entre sa vision des choses, et celle de Warren, qui semblait complètement ravagé par son retour chez ses parents suite à la chute de Poudlard.

Elle n’était clairement pas la bonne interlocutrice dans cette situation. Elle qui aurait tout donné pour pouvoir rentrer chez elle en cet instant, elle qui regrettait chaque jour l’absence de sa famille et de sa maison, ne pouvait décemment pas conforter Warren dans ses regrets d’être revenu auprès de ses parents. Pour autant, elle concevait parfaitement que ce n’était pareil, qu’elle aurait probablement eu les mêmes réactions que lui si elle s’était retrouvée dans sa situation, mais, aussi difficile que soit cette dernière, elle était à deux doigts de la lui envier, et de lui rétorquer qu’il ne se rendait pas compte de la chance qu’il avait malgré tout.

Mais elle se retint. Et se contenta d’argumenter en simplifiant au maximum son discours, de rester logique en faisant ressortir ses actions concrètes sans se perdre dans les spéculations et les hypothèses un peu psychanalytiques au sujet de la signification de telle ou telle chose. Est-ce qu’il était endoctriné ? Est-ce qu’il était faible et aveugle ? Aux yeux de Caitlyn du moins, la réponse ne dépendait pas de l’instinct qu’avait eu Warren de rentrer chez lui en emportant Mily lors de la chute de Poudlard.

« Ouais, elle est enceinte… Mais épargne-moi les félicitations, par ce que je n’ai pas du tout envie de ça. Je ne sais même pas si c’est le mien, mais bon, j’peux pas lui jeter la pierre sur ce point-là, ce n’est pas comme si j’étais blanc de ce côté-là… enfin moi j’me protège mais… pourquoi je te dis ça ?! Pardon, c’est totalement hors-sujet. »

Elle eut un petit sourire, amusée non pas par la digression de Warren qui en soi n’avait rien de malvenu, mais plutôt par la manière dont il réalisait qu’il était hors sujet et s’en excusait.

« Et à la place de Mily, qui n’aurait rien subi avec les Supérieurs, qui aurait été dans son univers avec eux, j’aurais peut-être pu aider des gamins innocents qui sont à présents prisonniers. J’ai juste un abruti, égoïste qui n’a pas réfléchi… après tu as raison, je l’ai aidée par ce que je la connaissais et que j’avais peur pour elle, mais c’était un mauvais choix, j’en suis certain. »

Cette fois, elle haussa les épaules sans répondre. Elle lui avait donné son avis sur la situation, il ne semblait pas le prendre en compte, elle n’allait pas continuer indéfiniment, ce serait comme parler dans le vide à ce stade, tellement il était persuadé d’être dans le tort. Cela dit, la suite de la conversation ne fut pas beaucoup plus joyeuse. Il était encore bien trop tôt pour oublier ce qui s’était passé à Poudlard, et, automatiquement, le sujet de la guerre magique revenait sur le tapis, et avec lui toutes les émotions qui y étaient liées.

Caitlyn était trop fatiguée pour prendre sur elle, trop à fleur de peau pour les cacher, et Warren ne tarda pas à lui proposer de l’accueillir chez lui, l’air inquiet. Elle le laissa l’emmener un peu à l’écart puis s’accrocha à lui lorsqu’il transplana et ils se retrouvèrent dans une pièce plongée dans le noir et dont elle déduisit que c’était sa chambre. Elle essuya discrètement les larmes qui avaient coulé sur ses joues et s’empressa de lui assurer qu’elle ne resterait pas longtemps et qu’il n’avait pas à s’en faire pour elle.

« Tu peux rester si tu veux, ce n’est pas la place qui manque dans la chambre… Je pourrais dormir par terre ou sur le canapé, même ce n’est pas un souci pour moi ! »

Elle lui adressa un sourire affectueux. Ils avaient beau ne pas être très proches, elle savait qu’il était quelqu’un de bien et elle en avait là une parfaite confirmation. Et, si son premier instinct aurait été de répéter qu’elle rentrerait chez Casey pour dormir, elle n’en fit rien, ce qui, la connaissant, était presque étrange. Mais ça lui faisait tellement de bien, toute cette gentillesse de sa part, toute cette douceur, elle en avait besoin. Alors, même si elle savait qu’elle finissait toujours par fuir quand on lui proposait davantage d’aide qu’elle n’était en mesure d’accepter, elle ne voulait pas se braquer tout de suite cette fois-ci. De toute manière, elle n’en était pas capable, n’avait pas la force pour refuser quelque chose d’aussi agréable que la compagnie de Warren, alors elle changea de sujet, préférant commenter la taille de la pièce et s’assurer qu’ils ne risquaient rien à être là.

« Ouais, c’est grand, la chance de venir d’une famille fortunée. »

Nouveau sourire, amusé cette fois ci, tandis qu’il s’empressait d’allumer la lumière par un mouvement de baguette, éclairant la pièce qui lui parut alors encore plus grande qu’elle n’avait pu l’être dans la pénombre. Un énorme lit double trônait au centre, occupé presque entièrement par un chien qui se contenta de lever un sourcil avant de se rendormir tandis que Caitlyn réprimait un mouvement de recul en se rendant compte de sa présence.

« Tu montes bien la garde à ce que je vois mon gros. C’est un super repousse-Mily et parents ce chien. Et ne t’inquiètes pas, je ne sais pas ce qu’ils font mais ils sont probablement dans leur chambre ou dans le salon, ou alors chez les parents de Connor. Là-bas. Et au pire, ils ne sauront pas qui tu es, ils ne te feront rien ou je couvrirai tes arrières le temps que tu transplanes. »

Observant toujours les lieux, Caitlyn ingurgitait les informations que lui donnait Warren ainsi que celles que lui apportaient ses sens. En acceptant de rester un moment avec lui, elle était très loin de s’imaginer qu’elle se retrouverai dans un palais de la sorte, avec tout ce que ça impliquait. Et c’était très dépaysant.

« Tu peux t’installer sur le canapé, ou sur le lit, ou où tu veux, fais comme chez toi, tu es certaine que tu ne veux rien à manger ou boire ? »

Le canapé. Le lit. Les meubles, tables, chaises, tableaux. Et quelque chose lui disait qu’elle était loin d’avoir tout vu…

« Merci, c’est… vraiment, c’est super gentil. »

Déchaussant ses tongs, pieds nus sur la moquette, elle se dirigea vers le canapé et s’y assit précautionneusement. Elle était carrément intimidée.

« Mais ne t’embête pas, j’ai besoin de rien. »

Ce qui en soi ne l’empêchait pas d’ouvrir un paquet de biscuits ou de ramener une bouilloire et des sachets de thé. En tout cas, ce ne serait pas elle qui les lui demanderait, mais peut-être qu’elle se servirait si elle en avait devant elle.

« Je ne savais pas que la maison de Connor était si proche de la tienne… »

Et elle était énorme aussi, un véritable manoir, c’était impressionnant. Un autre monde, vraiment, un univers complètement différent du sien et qu’elle n’aurait jamais imaginé sans l’avoir vu de ses propres yeux. La chance de venir d’une famille fortunée, comme le disait si bien Warren.

« Il me tient pour responsable de la mort de Elinor. Je sais pas si t’es au courant… ou si les autres sont au courant. »

Ses parents, sa famille, ses proches. Elle n’avait aucune idée de l’extension de cette information. Elle ne s’en était jamais préoccupée, mais en y repensant, peut-être qu’il y avait lieu de s’inquiéter. La détestaient-ils tous désormais ? L’accusaient-ils d’avoir tué la fiancée de leur cadet, d’avoir détruit le bonheur de leur famille ? Et si c’était le cas, que risquait-elle ? Avoir des ennemis si haut placés dans la société n’était sûrement pas bon signe…

« C’était pas moi. Je l’ai pétrifiée, rien de plus. C’était elle ou moi, elle est apparue devant moi, elle était prête à me tuer, j’ai pas réfléchi, je l’ai pétrifiée et je suis partie, c’était tellement le bordel, des sorts qui fusaient partout, c’est sans doute à cause de ça qu’elle… »

Caitlyn s’interrompit, cachant son visage dans ses mains. Elle ne ressentait pas de culpabilité ni de regrets, mais elle avait peur et elle avait envie de pleurer en mentionnant les événements de juillet 2014. Oui, un sort perdu avait dû toucher Elinor, mais elle-même s’en était pris et pas qu’un seul ce jour-là, elle-même avait failli crever, ils avaient tous frôlé la mort et continuaient à la frôler chaque jour.

Ce n’était pas une vie, ça. Se réveiller chaque jour en se demandant si elle allait encore devoir se battre pour survivre, se faire enlever pour être torturée, attaquer pour se défendre. Elle n’en pouvait plus. Elle n’en pouvait plus de tout ça, de cette guerre. Elle n’en pouvait plus de se faire accuser d’avoir tué Elinor alors qu’elle-même avait failli mourir. Elle n’en pouvait plus de se sentir coupable de la torture de Elias alors qu’elle-même avait subi le martyr. Elle n’en pouvait plus de se considérer comme responsable du malheur de ses amis alors qu’elle-même le vivait au quotidien.

« Et là, je suis partie sans me retourner, j’ai attendu personne, j’ai aidé personne… J’ai juste fui comme une lâche. »

Bien sûr, rien de tout ça n’était vrai, elle avait aidé les gardiens à évacuer les plus jeunes, elle avait intercepté Ethan pour lui demander s’il avait vu Rafael, elle avait couvert les arrières de Sovahnn et Zachary, et elle était allée chercher Rainbow avant de partir. Mais en cet instant, elle se sentait comme une traitresse qui avait abandonné tous ses amis, comme une égoïste qui se retrouvait seule par sa propre faute. Et ça faisait mal.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Balade nocturne... - Caitlyn   

Revenir en haut Aller en bas
 
Balade nocturne... - Caitlyn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Londres :: Centre de Londres-
Sauter vers: