AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 le premier jour du reste de ma vie - libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 29
Date d'inscription : 09/04/2018
Crédits : moi
Double Compte : Aiden et yassen



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: le premier jour du reste de ma vie - libre    Mer 11 Avr 2018 - 19:24

pardon pour la longueur du premier poste :gla:
7/09 au soir
La rentrée, oh joie incommensurable. Je ne suis même pas totalement sur de ce que veut dire ce mot d'ailleurs. Depuis les vacances j'essaie d'avoir des mots classes parce que passer l'été avec Caitlyn et Rafael et Casey et ne pas avoir l'air d'un con m'a demandé pas mal d'efforts. Je sens que si elle est là ce n'est pas seulement en tant qu'amie. Heureusement qu'il y avait Casey, je me serais senti vraiment très bizarre et qu'elle ne soit pas revenue à Poudlard cette année me trou le cœur. Je ne me suis jamais sentie aussi seule. C'est ma meilleure amie. Je ne peux pas faire comme si j'étais joyeux de revenir surtout que c'est la première année où je n'ai plus de chez moi, ou je me rends vraiment compte que ma mère m'a trahi et ça me fait mal. Une douleur incommensurable, oui c'est mon mot du jour. Je ne cesserais pas de le répéter pour bien l'imprégner.

J'étais encore dans mon lit quand j'ai entendu les autres s'agiter. On est revenu en pensant être en sécurité, en pensant que c'était bel et bien fini, mais de voir ce qu'il s'est passé ce soir là tout à été remis en question jusqu'à ce qu'ils finissent par franchir les défenses, apparemment c'est ce qu'ils ont réussis à faire, puisqu'on me souffle à l'oreille qu'il y a du grabuge en bas. Je soupire, blasé. Je veux juste retourner dans à mon rêve. Je rêvais de quoi déjà ? A ouai un certain bleu. J'ai grogné quelque chose puis j'ai décidé à m'habiller rapidement, je ne vais pas aller voir ce qu'il se passe en pyjama quand même surtout si c'est pour se battre et visiblement c'est bien pour ça. Ils ont l'air d'avoir décidé de s'introduire et décidé à ne pas repartir sans laisser leur traces, où de ne pas repartir du tout.

C'est le moment de s'en aller. Je n'ai pas tellement envie de rester ici et visiblement les autres élèves ont l'air du même avis. Ça ressemble à l'apocalypse et sans réfléchir c'est vers la salle commune des bleus que je me dirige parce que je ne veux pas qu'il reste et même si on est un peu … je ne sais pas exactement ce qu'on est d'ailleurs enfin si plus ensemble ça s'est sur, mais je suppose qu'on est toujours ami et j'ai d'ailleurs sa bague qu'il m'a offerte avec la rose à l'intérieur. Elle est dans ma poche et elle restera toujours là parce que je sais que je ne peux pas recoller les morceaux. C'est trop tard. Il n'est pas là évidement mais je n'ai pas dit mon dernier mot je veux être sur qu'il s'en aille. Je sais qu'il ira chercher ses proches et je me rends compte que je ne connais même pas la moitié de ses amis. J'étais vraiment un piètre petit ami. Ah si Cait, trouver, cait et le chercher. Je me met à courir à vive allure, moi qui déteste le sport je me sens vite surmené et j'ai déjà un point de côté. Je m'arrête net quand je le vois avec Ethan. Au moins il n'est pas tout seul. Je décide de passer par un autre couloir histoire de leur laisser le temps, parce que je sais aussi qu'il y a quelque chose entre eux, c'est son frère je crois, il m'en avait parlé, mais comme d'habitude j'écoutais à moitié alors je ne sais plus très bien.

Je me remet à courir, trouver cait, où peut-elle être ? Je n'en ai pas la moindre fichtre idée. J'ai descendu les étages quatre à quatre, essoufflé par ces foutus escaliers, ils n'en font qu'à leur tête, ouai ben ce n'est pas le moment d'en faire qu'à votre tête je vous le dis tout de suite. Je saute les trois dernière marche qui me sépare du hall. C'est tout autant la course ici. Je n'ose même pas regarder à qui appartient le corps étendu un peu plus loin. Je serre les dents et une rage puissante refait surface. Pourquoi maintenant ? Pourquoi aujourd'hui juste à la rentrée ? Pourquoi ? Pourquoi ? Je crois que je n'aurais jamais de réponses. Et c'est une voix qui me fait me retourner. Une voix que je ne pensais pas entendre ici. C'est la femme de mon oncle, que je n'ai jamais appelé par son nom mais toujours ma tante. Merde qu'est-ce qu'elle là elle ? Comme si elle avait lu dans mes pensées elle me dit d'une voix mielleuse.

« Bonjour Doryan, je pensais venir te réveiller dans ton lit comme quand tu étais petit. J'aurais aimé que tu reste petit toute ta vie. »

Ok, je l'ai toujours trouvé étrange et très franchement j'aurais donné n'importe quoi pour ne pas appartenir à cette famille, ma famille de dingue.

« Qu'est-ce que tu fais là ? Laisse moi passer. Ce n'est pas que ces retrouvailles ne m'enchantent pas, mais tu vois tu n'es pas vraiment là au bon moment. »

Elle se met à rire, un rire diabolique qui me fait frissonner dans des endroit que je n'aurais jamais imaginé. Pour le coup la plupart des moldus diraient qu'elle a un rire diabolique de sorcière.

« Mais je suis là pour toi voyons. Pour renouer les liens mon cher. »

Renouer les liens. Tu parles. On n'a jamais eu de liens elle et moi. Notre seul lien c'est qu'elle est mariée à dingue d'oncle qui a au passage torturé et à cause duquel j'ai essayé de me suicider alors très franchement ce n'est pas le moment de parler de liens.

« Quels liens ? On en a jamais eu. Tu es juste la femme de mon oncle et laisse moi passer. Je ne reste pas ici. »

Je n'ai pas encore la lumière à tous les étages. J'ai du mal à comprendre. J'ai l'impression d'etre dans un foutu cauchemar.

« Ex-Mari. Ne me dis pas que tu n'étais pas au courant, il est mort. »

«... »

What the fuck ? Je la regarde et j'ai presque envie de me mettre à rire. Voyant qu'elle ne rigole pas je me contente de dire :

« Bien fait pour lui. Un con en moins sur terre, c'est pas encore assez. »

Petit sourire en coin. Je la vois se rapprocher et je commence à comprendre ce qu'elle fait ici. Elle est venue le remplacer et je suis dans la merde. Paix à mon âme, je ne sais pas si cette fois je m'en sortirais, mais j'ai des frissons à la fois de colère et de peur quand elle s'approche de moi et qu'elle me gifle avant qu'elle ne sorte sa baguette magique.

« Ok, je savais que vous étiez tous dingue, mais ce n'est pas une raison pour me le faire payer. Je ne vois pas ce que j'ai à voir avec sa mort. »

« Bien sur que si. Tu as juré de le tuer il me l'a dit. Étrangement tu n'es pas revenu chez toi cet été je l'ai retrouvé mort juste au début des vacances. Je sais que tu es passé par là. Sale petit morveux. »

Je ris franchement pour le coup. Non sérieusement c'est une blague ? Vu qu'elle ne rit pas je ne crois pas.

« Je n'ai rien fait. Je ne l'ai pas tué. Tu t'en prends à la mauvaise personne»

«Mauvaise personne ou pas quelqu'un doit payer et j'ai décidé que ça sera toi.»

Je lève les yeux au ciel, classique. Je soupire et sort ma baguette, prêt à me mettre en garde. Je ne la laisserait pas se mettre en travers de mon chemin, je n'ai pas envie de rester là. Je lui lance le premier sort qu'elle pare avec une aisance incroyable. J'en reste scié et elle en profite pour m'envoyer un sort qui m’envoie valser, jusqu'à côté du cadavre que j'ai vu un peu plus tôt. Erk. Je n'ai pas envie de mourir. Je n'ai pas envie de la voir gagner, de les voir gagner. Je me relève décidé à me battre pour ma vie. Je lance un sort qui n'a pas beaucoup plus de succès même si ça a le mérite de la faire reculer et du coup j'en profite pour double attaquer et elle se met à rire. Je ne vois pas ce qui a de drôle son sens de l'humour laisse à désirer. Elle m'envoie un autre sort que j'arrive à contrer , mais son troisième est plus puissant et m'envoie contre le mur. Je suis un peu sonné et je titube en me relevant mais elle lance sa dernière attaque du moins la dernière dont je me souvienne parce qu'après ça a été un flou total et je crois que je me suis évanoui parce que je ne me rappelle pas ce qu'il s'est passé. Je sais juste que c'était le premier jour et que ça ne risquait pas d'être le dernier.

**
Je me suis réveillé quelques heures plus-tard quand tout était fini. J'avais beau essayé de vouloir me lever les infirmières n'ont pas voulu et j'ai compris que c'était trop tard, que j'avais perdu et comme un idiot, je me suis mis à pleurer avec l'impression horrible d'avoir perdu une nouvelle fois ma liberté, certains de mes amis et tout ce qui faisait que j'aimais cette école. Je ne comprends pas comment ça a pu arriver de nouveau et le directeur est-ce qu'il est encore vivant ? Je me souviens de notre dernière discussion au sujet d'une certaine fille, il m'avait même fait boire du véritaserum ce jour-là. J'ai tout qui remonte et ça fait mal de me dire que ça va de nouveau être un enfer sur terre. Je me rends compte au final que ces larmes sont toutes celles que j'ai retenues, toutes celles que j'ai voulu laisser couler quand ils étaient là mais je ne voulais pas qu'on voit et il y en a tellement que je n'arrive plus à m'arrêter. J'ai mal comme si on venait de m'enlever un membre mais ça fait du bien à la fois de constater que je ne suis pas qu'un pauvre idiot et qu'au fond c'est juste que je ne veux pas qu'on pense que je suis faible, mais j'ai un cœur finalement et ça c'est déjà une grande victoire, parce que je n'étais plus certain d'en avoir un ces dernier temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 192
Date d'inscription : 11/03/2018
Crédits : gif tumblr



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4238-connor-oo-empty-chairs-at-empt
MessageSujet: Re: le premier jour du reste de ma vie - libre    Dim 15 Avr 2018 - 17:46


Il essayait de repérer qui était-là parmi ses amis, parmi ses connaissances. Il en avait repéré quelqu’uns, forcément la plupart étaient pro-supérieurs. Il apprit rapidement que Mily et Warren s’étaient barrés mais cela ne l’étonnait guère. Après avoir fait un tour chez les Verts, et dans sa propre Maison, il se décida à aller à l’infirmerie, pour voir s’il connaissait certains des blessés. Il se sentait toujours fébrile et indécis de tout ce qui venait de se passer ; D’un côté c’était vraiment une très bonne chose, il était heureux que les choses changent enfin, mais d’un autre… si c’était pour souper à la violence quotidienne, il n’était pas franchement certain d’être prêt à cela. Il se demandait comment les prochains mois allaient pouvoir se passer, comment allaient se dérouler les cours ? Est-ce que l’équipe de Quidditch allait changer ? Est-ce qu’il serait enfin débarrassé de la présence de Paley dans cette dernière ? Et surtout qu’est-ce qu’il allait faire pour continuer à emmerder Twain ? Il ne savait pas encore, mais il trouverait bien. Il essaya de se convaincre que dans les prochains jours, elle n’était de toute manière pas sa priorité ! Il fallait déjà qu’il arrive à régler un minimum son propre conflit intérieur avec ce retour.

Arrivé à l’infirmerie, il fut assez de voir une tête qu’il connaissait bien. Qu’est-ce qu’il foutait toujours-là ? Il pensait qu’il serait parti…c’était et bien, une bonne surprise pour lui, mais probablement beaucoup moins agréable pour Doryan. En s’approchant un peu de son camarade, il put s’apercevoir qu’il pleurait. Connor haussa un sourcil surprit, il s’y était pas attendu à ce genre de scène. C’était bien la première fois qu’il le voyait montrer ces sentiments de cette façon ! Comment est-ce qu’il devait réagir ? Do’ ne semblait pas encore l’avoir vu, il pouvait encore partir et éviter ainsi une discussion peut-être gênante et trop pleine de sentiments, chose qu’il détestait. D’un autre côté, il appréciait quand même le Rouge, le considérait comme un bon camarade, voire comme un m, et il se devait être-là pour ses amis. Tveit, inspira donc un bon coup avant de s’avancer un peu plus vers le « blessé ». Il ne semblait pas trop en mauvais état, c’était déjà ça !

- Hey Mckiddle, tu sais que ça ne te va pas de chouiner comme ça ? dit-il doucement, d’un ton qui se voulait absolument pas moqueur ; avec quelqu’un d’utre ça aurait pu être ironique, là, il essayait surtout de dédramatiser la situation. Il prit une chaise, et sans demander l’avis de rouge, s’installa sur cette dernière, à côté de lui. Qu’est-ce que tu fouts encore ici ? Je pensais pas te revoir de si tôt, je sais que ça doit être une minime consolation pour toi, mais j’suis content de voir ta tronche de fouine ! Si, si c’était un compliment Qu’est-ce qui te met dans cet état ?

Voilà, maintenant la première série de questions était posée, il allait pouvoir se taire et aviser de ce qu’il devait en fonction des réponses de Doryan. Il se doutait bien qu’il devait être une des dernières personnes que l’autre garçon avait envie de voir, mais s’il voulait qu’il dégage, le Rouge aurait qu’à le dire clairement et il s’en irait sans réellement faire d’histoire, il avait beaucoup mieux à faire ! Connor se contenta donc de le regarder sans dire un mot de plus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 29
Date d'inscription : 09/04/2018
Crédits : moi
Double Compte : Aiden et yassen



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: le premier jour du reste de ma vie - libre    Hier à 15:05

Je n'arrive pas à croire que je suis coincé ici. C'est tellement injuste, tellement que je me met à pleurer comme un môme et j'ai toujours détesté pleurer, même si je suis tout seul. Je ne veux pas qu'on pense que je suis faible, je ne veux pas avoir ce genre de sentiments mais là c'est beaucoup à encaisser. Je me redresse dans un sursaut quand j'entends une voix familière. Immédiatement je sèche mes larmes et je reprends une contenance plus acceptable. Je n'avais pas envie qu'il voit ça, surtout Connor et je ne suis pas tellement surpris qu'il soit là.

« Ouai, je sais et je ne chouinais pas. Tu sais bien que ce n'est pas mon genre.»

Oui il sait que je suis coincé des sentiments, il sait que je suis dur à cuire doublé d'une tête de mule. Je me redresse alors qu'il s'installe à mes côtés. Je ne sais pas si c'est une bonne idée vu nos antécédents, mais je suis content qu'il soit là. C'est toujours plus agréable de le voir lui que de voir ma tante. Je souris quand il me traite de fouine venant de lui c'est flatteur.

« Il semblerait que je me suis fait avoir. Je ne pensais pas non plus rester. J'ai essayé de partir. Je ne serais pas resté de mon plein grès. Tu sais aussi bien que moi que mon passif avec eux est tortueux. »

Je n'ai pas besoin de le lui rappeler. Il sait que je ne suis plus des leurs. Je ne l'ai d'ailleurs pas été très longtemps, comme beaucoup d'autres j'ai retourné ma veste, même si je comprends que lui ne l'ai pas fait et je comprends qu'il partage leur idées mais je ne pouvais rester et pourtant je suis là quand à ce qui me met dans cet état … je soupire et je lui réponds :

« Tu te souviens de mon oncle?»

Je suis sur que oui. On ne peut pas dire que Niels soit un homme facile à oublier et puis il était un supérieur alors forcément il s'en souvient, je n'attends pas sa réponse et je continue sur ma lancée :

«Eh bien il est mort et sa femme, ma tante … à pris sa place chez les supérieurs. Elle est persuadée que c'est de ma faute s'il est mort. Elle était là lors de la bataille. Je n'ai pas réussis à la battre. Elle m'a lancé un sort et je n'ai pas pu m'en aller.»

Je ne lui dis pas que je suis nul, parce que ce n'est pas mon genre de m'apitoyer, enfin un peu mais je n'ai pas envie de le faire devant lui, déjà qu'il m'a vu pleurer autant éviter une nouvelle humiliation même si ce que je dis en est une à mes yeux. Je n'étais pas assez fort pour la battre, c'est pitoyable.

« Ça ne m'étonne pas que tu sois là toi par contre. Je savais que tu resterais et ça me fait plaisir de te voir aussi. »

Tout ceux qui le connaisse devaient se douter qu'il resterait. Je ne suis pas surpris pour un gallion.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: le premier jour du reste de ma vie - libre    

Revenir en haut Aller en bas
 
le premier jour du reste de ma vie - libre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le premier jour du reste de notre vie
» [TERMINÉ] Premier jour, première drague ! [Paige]
» 01 . Premier jour de travail
» A l'aube du Premier Jour [Aniel]
» Premier jour [ Fini ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Septième Etage. :: ─ Infirmerie-
Sauter vers: