AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 No matter what's around the corner, it's us, here and now ▬ Derek

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 17680
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: No matter what's around the corner, it's us, here and now ▬ Derek   Mer 4 Avr 2018 - 22:43

Mardi 25 aout 2015 – Fin de matinée (Heure Australienne)
No matter what's around the corner, it's us, here and now



Derek & Enzo

Avoir un homme dans sa vie c'est bien, en avoir deux c'est encore mieux. Ce truc sonne comme un vieux slogan merdique et en plus c'est complètement faux, dans le sens où j'ai bien plus d'hommes dans ma vie que ça. Garçon de petite vertu ? Non, garçon bien entouré. Et si je quitte mon petit ami après avoir passé un peu plus de 24h avec lui après deux semaines de séparation c'est pour retrouver mon frère, que je n'ai pas vu depuis autant de temps et que je suis tout aussi impatient de revoir.
Derek et moi ça n'a pas toujours été simple et c'est peu de le dire, cet été n'a pas vraiment fait exception dans le sens où ça a commencé assez violemment et on ne peut pas dire que les contacts avec … les autres hommes de ma vie, en l'occurrence, se soient très bien passés mais en dehors de ça, je crois qu'on a suffisamment évolué chacun de notre côté dernièrement pour arriver à composer et à bien s'entendre de manière un peu plus légère que ça n'était le cas avant. J'en sais rien, c'est différent j'ai l'impression et je ne cherche pas vraiment à intellectualiser tout ça. Tout ce que je veux c'est profiter de sa présence tant qu'il est encore dans les parages parce que maintenant que c'est moi qui rentre à la maison, et pour y rester, c'est lui qui s'en va. J'aimerai essayer de voir Caem avant la rentrée aussi, si possible, tant qu'on est dans les hommes de ma vie. Je vous rassure, y a aussi des femmes et pas des moindres.
Il est 18h à Los Angeles, le soleil tape encore fort et après avoir passé une partie de l'après-midi à lézarder sur la plage comme deux phoques échoués – oui, le coup des phoques c'est fait exprès – Liam me raccompagne jusqu'au Portoloin qui se trouve à proximité. J'ai débarqué hier sans le prévenir, pour lui faire une surprise et avec la complicité de Macy, alors autant dire qu'aujourd'hui, enfin cet après-midi, c'était récupération et non je ne ferais de dessin à personne. Ou peut-être que si, à lui, pour prouver encore une fois à quel point je suis un homme mature. Cette phrase est sponsorisée par Ironie 2015. A plus beau gosse. Si j'enlève ma main droite de sa fesse gauche c'est vraiment au dernier moment histoire de pas l'embarquer avec moi.

Sensation désagréable bonjour ! Passer d'un bisou à l'aspiration brutale du Portoloin y a plus sympa mais j'oublie rapidement tout ça dès que mes pieds touchent enfin le sable et que je retrouve les sons, les odeurs, le paysage … Mon sac sur le dos, les pieds nus, pas rasé depuis trop longtemps et les cheveux dans tous les sens, sans doute un peu trop long eux aussi, short troué, j'ai l'air d'un naufragé et je le vis bien. Ce petit trip de deux semaines – ce qui est à la fois trop long par certains côtés mais vraiment trop courts par d'autres – m'a fait énormément de bien. J'ai gagné beaucoup de choses à voyager comme ça, à l'arrache, par moi-même. Essentiellement de la marche le long des côtes, un peu de transplanage de temps en temps, j'ai même poussé le vice en faisant du stop pour continuer d'affronter mes vieilles angoisses liées aux véhicules motorisés. J'ai d'ailleurs rencontré un routier super sympa avec qui j'ai discuté pendant les deux heures de route durant lesquels il m'a trimballé avec lui – oui, je suis monté dans un camion … Même moi j'ai du mal à y croire. Camper sur la plage, surfer du levé du jour jusqu'à la tombée de la nuit et changer de spots tous les jours, squatter chez certaines personnes rencontrées au hasard du chemin ...
Des rencontres j'en ai fait quelques unes, une des dernières en date m'ayant valu le tatouage que je porte désormais sur l'intérieur de l'avant bras gauche. On ne change pas en deux semaines, je ne pense pas, mais je sens bien que je suis un peu différent de celui que j'étais en quittant Lakes il y a une quinzaine de jours. A présent, et même s'il fait clairement moins beau ici qu'en Californie, je suis content de rentrer chez moi. Je compte bien repartir pour continuer mon tour de l'île mais pour l'instant et après avoir parcouru le petit kilomètre qui me séparait encore de la maison, tout ce que je veux c'est retrouver mon cocon, mon frère ...

« Viens là toi. »

… et mon chat.

« Tu m'as manqué boule de poils. »

C'est comme si elle m'avait senti arriver parce que c'est assise sur les marches que je l'ai trouvé, figée, dans l'attente. Elle m'a sauté dans les bras et je passe en mode gaga parce que c'est ma Princesse et que ça aussi, je le vis bien. C'est parti pour le festival de ronrons et ça me plait de me dire que demain matin c'est sans doute ce que j'aurais dans les oreilles au réveil. Ça et le bruit de l'océan.

« Tonton a été gentil avec toi ? »

Ça c'est juste au cas où Derek entendrait mais quand j'entre dans la maison pas de trace de lui au rez de chaussée. Pas de malaise, je me suis pas barré en lui demandant de garder mon chat, j'ai ensorcelé ses gamelles pour qu'elles se remplissent toutes seules en mon absence et pour le reste, ça a simplement été de la cohabitation. Elle entre et sort comme elle le veut, quand elle le veut.
Un coup d'œil par l'escalier et j'aperçois la porte de sa chambre ouverte. Un sourire de sale gosse nait immédiatement sur mon visage. Je ne me précipite pas, non, je prends le temps et monte les marches en silence même si je pense qu'il m'a entendu entrer. Et avant qu'il n'est eu le temps de dire ouf j'entre dans son antre et me laisse tomber comme un sac en travers de son lit. A l'aise, mains croisés derrière la nuque, sourire ultra bright.

« Avoue, j't'ai manqué. »

En réalité je pense que ça n'est pas du tout le cas et je ne m'en formalise pas, il ne m'a pas manqué non plus. Sans que ça soit offensant pour qui que ce soit. On vit sous le même toit mais chacun à sa vie et ça n'est pas comme si on était fusionnels mais ça n'enlève rien au fait que je suis heureux de le retrouver.

« Cadeau. »

Ce que je viens de lui lancer n'est autre qu'un T-shirt que j'ai trouvé sur un marché un matin et sur lequel il y a écrit : Vous me trouvez beau ? Attendez d'avoir vu mon frère. Je ne pouvais décemment pas passer à côté de ça. Avec tout mon amour fraternel ! Si je suis fier de ma connerie ? Bien sûr. La vérité c'est que je lui ai ramené autre chose mais tout vient à point à qui sait attendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 341
Date d'inscription : 30/10/2017
Crédits : Aurelie, Tumblr
Double Compte : Lukas A. H., Adrianna R.-B., Cody Z. S.



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4030-derek-ryans
MessageSujet: Re: No matter what's around the corner, it's us, here and now ▬ Derek   Ven 13 Avr 2018 - 15:26

Ce matin-là, j’avais décidé de préparer mes valises en vue de mon départ pour Poudlard qui se rapprochait de plus en plus. Après avoir pris soin de nettoyer tous mes uniformes aux couleurs des Serpentards je les rangeai tous au fond de mon bagage. Je collectai les fournitures scolaires que j’avais fini par acheter avant de les placer minutieusement dans mon sac à dos à la place infinie. J’étais enfin prêt à débuter cette nouvelle année du bon pied et je comptais bien battre des records d’excellence et ce peu importe ce que l’avenir me réservait. Les supérieurs pouvaient revenir ou pas, j’allais quand même réussir cette année haut la main avec toutes les révisions que je m’étais tapées durant les derniers mois. De cette manière j’allais pouvoir me concentrer davantage sur les autres plans qui me tenaient à cœur en plus de me laisser plus de temps pour poursuivre mes entraînements seul.

Je continuais de m’affairer dans ma chambre lorsque j’entendis du mouvement au rez-de-chaussée. Dans mes souvenirs mon frère devait revenir à la maison à cette date précise, mais il me semblait trop tôt pour qu’il soit déjà là. Instinctivement, je ramassai ma baguette qui était restée sur ma commode avant de me foutre dans un coin de ma chambre à l’opposé de ma porte d’entrée. Que ce soit lui ou pas, je n’avais pas envie de me retrouver attaqué dans ma propre maison et je prenais donc les précautions nécessaires. Je n’étais pas nerveux ni stressé, mais avec la rentrée qui approchait je me disais que je pouvais recevoir de la visite non désirée à tout moment. Je tendis ma baguette en direction de l’entrée de ma chambre. Quelques secondes plus tard, je vis une masse se précipiter à l’intérieur de la pièce avant de finir sa course sur mon matelas.

Enzo.
Couché sur mon lit et tout sourire.
Enfoiré.

Je poussai un soupir en roulant des yeux avant d’abaisser ma baguette.

« Avoue, j't'ai manqué. »
- Tu m’as tellement manqué que j’ai failli t’envoyer un sort en pleine tronche.

Je me détendis peu à peu jusqu’à finalement lui offrir un sourire en coin. J’étais plutôt content de le retrouver à la maison en un seul morceau. Je n’aurais pas aimé recevoir un hibou disant que mon frère avait été kidnappé par je ne sais qui ou qu’il avait rejoint une secte quelconque. Pas que je le soupçonnais de vouloir rejoindre un culte, mais puisque la première option s’était déjà produite je me disais qu’il y avait des possibilités que ça se reproduise. Ce n’était pas qu’Enzo courait après les ennuis (enfin pas toujours, disons-le comme ça), mais il semblait attirer une telle admiration chez les gens que tout le monde voulait se l’arracher. Allez savoir pourquoi. Parce qu’entre vous et moi, on sait très bien que c’est moi le frangin le plus cool des Ryans *.

« Cadeau. »

Il me balança un truc mou que je chopai au vol. Ma baguette toujours entre les doigts, je dépliai le t-shirt sur lequel il était inscrit en grosses lettres « Vous me trouvez beau ? Attendez d'avoir vu mon frère ». Je secouai légèrement la tête avant d’abaisser le chandail pour mieux voir mon frère.

- Tu es certain que ce n’est pas le tien ?

Notre réputation n’était plus à faire. On ne se ressemblait pas tellement et pourtant nous avions le même succès chez les filles (et les mecs pour lui).

- Merci pour ce précieux souvenir que je garderai toute ma vie.

Je lui fis un nouveau sourire avant de le déposer sur ma commode en même temps que ma baguette.

- Alors ? Tu as fait un beau voyage ? Tu t’es bien éclaté ?

*:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17680
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: No matter what's around the corner, it's us, here and now ▬ Derek   Mar 17 Avr 2018 - 22:46

Combien de personne sur terre peuvent se targuer de frôler la mort en allant dire bonjour à leur frangin ? J'en sais rien mais c'est clairement ce qui vient de m'arriver et tout ce que ça provoque chez moi c'est une absence totale de stress – on pourrait qualifier ça d'inconscience, aussi, si vous voulez. Derek n'est pas du genre à rater sa cible … En attendant je suis un petit frère absolument parfait puisque je pense à ramener un cadeau à mon grand frère quand je reviens de vadrouille. Et le petit frère attend impatiemment la réaction de son ainé, comme un sale gosse fier de sa connerie.

« Tu es certain que ce n’est pas le tien ? »
« A 100%. Tu m'as bien regardé ? »

Bronzé, taillé dans le marbre, barbe de … trop de jours – c'est limite de se pointer devant les beaux-parents comme ça d'ailleurs – un petit côté négligé, vagabond, qui fait craquer la ménagère – et le californien, ce qui en soit est le plus important. Et le tatouage, on en parle du tatouage ? Je ne l'ai clairement pas fait pour ça mais faut le dire, ça rajoute un petit quelque chose. Bref, je suis canon et je le vis bien. Laissez mes chevilles tranquilles, mon égo-trip ne fait de mal à personne à ma connaissance.

« Merci pour ce précieux souvenir que je garderai toute ma vie. »
« J'espère que tu le porteras fièrement. »

Si je suis sérieux ? Disons conscient qu'on n'a clairement pas le même sens de l'humour donc je doute le voir avec ce T-shirt sur le dos un jour contrairement à moi qui porte sans gène ni honte le sweat que Cameron m'a offert et qui taille bien comme il faut dans mon égo parfois légèrement sur-dimensionné. Mais ça aussi je le vis bien. J'ai souvent été un gamin pas vraiment sûr de lui, angoissé, et c'est encore le cas parfois, alors je ne crache pas sur un peu confiance en soi et c'est précisément de ça que ma jauge est pleine actuellement donc je compte bien en profiter. L'auto-dérision fait partie intégrante de mes mœurs maintenant, heureusement d'ailleurs parce que vu certains pari que j'ai perdu ces derniers mois ou encore les supers blagues de mes potes je vous assure que faut avoir la virilité bien accrochée.

« Alors ? Tu as fait un beau voyage ? Tu t’es bien éclaté ? »

Le sourire qui se pointe à présent sur mon visage n'est plus du tout le même, je peux le deviner. Le p'tit mariole se transforme en garçon plus tranquille, serein, heureux de ce qu'il vécu ces dernières semaines. J'ai des images, des souvenirs, qui se baladent encore devant mes yeux grands ouverts et si je commence à ouvrir les vannes le pauvre en a pour deux jours. Toujours sur son lit, assis cette fois, je réceptionne Lune qui débarque et vient se poser sur mes épaules comme elle en a gardé l'habitude depuis toute petite. Je la grattouille distraitement alors qu'elle me ronronne dans les oreilles, mon attention focalisée sur Derek. T'inquiète, elle ne mettra pas de poils sur ton lit, promis. Et moi non plus.

« C'était vraiment génial, beaucoup trop court mais génial. Ça fait du bien de voir un peu le monde et de changer de décor, surtout que finalement, ce pays, on n'en connait pas le tiers. J'suis allé jusqu'à Ningaloo, donc il me reste tout le Nord et l'Est à faire. »

J'ai fait un sacré parcours et parfois je regrette un peu de ne pas avoir pris plus de temps dans certains endroits mais comme je le dis, je ne compte pas m'arrêter là. Faut pas croire, je me suis renseigné sur les débuts d'années scolaires un peu partout et je sais qu'il y a des sessions qui commencent en février. Alors je me dis que peut-être, en attendant, je vais en profiter un peu pour découvrir le monde et découvrir ce que je veux vraiment. En continuant à faire des planches, en me renseignant un peu plus sur l'écovolontariat dont certains missions m'intéressent beaucoup. Je sais que c'est pas un truc qu'il comprendra mais il acceptera, comme j'accepte ses décisions. A contre cœur, oui, mais je les accepte. De toute façon pour l'instant on n'en est pas là et le plus important c'est de se concentrer sur ces quelques jours qu'il nous reste.

« Et toi, t'as fait quoi de beau ? »

Je sais qu'il est très concentré sur le côté scolaire et qu'il a sans doute passé un paquet de temps là-dessus – chacun son truc, je respecte ça – mais quelque part au fond de moi, je l'admets, j'espère aussi qu'il a fait un peu autre chose. Je trouve ça juste un peu dommage qu'il reste comme ça dans son coin, même si je sais qu'il est comme ça, que c'est pas son truc d'arpenter le monde, de passer des soirées à rire avec des gens qu'il ne connait pas ou peu, etc … Oui je trouve ça triste parce que parfois j'ai le sentiment qu'on évolue dans le sens inverse tous les deux et j'ai du mal à visualiser comment on peut être heureux de cette façon mais là encore c'est moi dois qui arrêter d'attendre de mon frère qu'il soit comme j'aimerai qu'il soit. En attendant, je m'intéresse vraiment à ce qu'il a pu faire et ce même si c'est se plonger dans ses bouquins ou pratiquer ses sortilèges. Et puis je me dis que ça a du lui faire du bien d'être un peu tranquille, d'avoir la maison pour lui tout seul, sans son p'tit frère hyperactif dans les pattes ou du monde qui déboule tous les quatre matins. Incluant son beau-frère qui se balade en caleçon dans le salon juste pour le faire chier ... Désolé mais moi je m'en plains pas. Oops.

« T'as eu de la visite ? »

Dis moi oui ! J'veux des potins. S'il te plait !!! Dis moi qu'il y a une nana quelque part dans le décor … Ou un mec si tu veux hein, c'est pas moi qui vais juger … ça va, j'plaisante. Respire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: No matter what's around the corner, it's us, here and now ▬ Derek   

Revenir en haut Aller en bas
 
No matter what's around the corner, it's us, here and now ▬ Derek
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Michael CORNER
» DMITRI & JAYCEE ♒ What's the matter with you ?
» ★ Darkness will always be there, no matter what we do... ★
» James' corner
» Présentation de Autumn Sky Corner [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Autour du monde :: Autres Continents :: — Australie :: Logement de Derek et Enzo Ryans-
Sauter vers: