AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un soir de pluie et de brouillard feat Ivan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 160
Date d'inscription : 24/09/2017
Crédits : uc
Double Compte : YASSEN / DORYAN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3978-aiden-terry-lance-liens
MessageSujet: Un soir de pluie et de brouillard feat Ivan    Sam 24 Mar 2018 - 23:46



21 septembre

Deux petites semaines que je suis revenu, deux semaines que poudlard à été envahi et qu'on a pu s'échapper. Deux semaines que j'ai repris les cours normaux dans une école moldue et en deux semaine j'ai me sens toujours aussi perdu, toujours aussi mal. Je fais des cauchemars sans arrêt, ce gars que j'ai tué pendant la bataille me hante. C'était peut-être un supérieurs, mais je n'arrive pas à me dire que c'est moi qui ai fait ça, que j'ai volontairement lancer ce sort. J'ai l'impression de ne plus être moi-même. Je refais aussi beaucoup de cauchemar dans lequel je me noie, depuis l'histoire de la piscine. C'est arrivé la première semaine où j'ai repris les cours et j'ai même croisé Riley, mais ça revient aussi pas mal dans mes rêves et du coup je développe des angoisses nocturnes, je ne veux pas dormir parce que j'ai constamment peur de ce que je vais y voir et ce sont toujours les mêmes choses. Ce n'est pas la première fois que je me réveille en hurlant et qu'au passage je réveille mon père qui voit bien que je ne lui dis pas tout.

La journée a été comme les autres, j'essaie de m'adapter mais certaines choses me manquent, beaucoup en réalité, même si je ne veux plus faire de magie et que j'ai laissé ma baguette dans un tiroir de ma chambre, me réadapter au monde moldu n'est pas simple. J'essaie d'oublier tout ça, d'oublie ce que je suis. Je m'ennuie souvent en cours, à part ceux d'histoire les autres ne me passionne pas énormément. L'après midi est souvent réservé au sport et j'ai abandonné l'idée de la natation. Je fais du foot, ce qui est moins sympa que le quidditch mais on s'adapte comme on peu et il paraît que je suis un bon défenseur. Un des joueurs m'a proposé de passer les essais pour entrer dans l'équipe du lycée. Je n'ai pas dis non, je n'ai pas dis oui non plus. Je ne sais pas très bien ce que je dois faire. Je suis rentré chez moi et j'ai posé mon sac dans ma chambre, mon père est parti à sa boutique. Lui aussi à abandonné la magie, même si au départ il avait une boutique sur le chemin de travers, aujourd'hui il tient une boutique d'antiquaire dans Londres. Je vais parfois le rejoindre mais pas aujourd'hui. Je suis épuisé, mais je refuse de fermer les yeux. Je passe l'après-midi à faire mes devoirs et à relire mes notes de la journée. Mon père rentre souvent après sept heures. Il aime bien ouvrir tard pour que les clients qui travaillent aussi en journée puissent passer après leur travail. Je me retrouve donc à faire le dîner quand il arrive. Je ne tarde pas vraiment après le repas, je n'ai pas envie qu'il me pose des questions. Je reste un moment dans le salon devant la télé et je fini malgré moi par m'endormir.

Je me retrouve au milieu du château, Rosalyn est à côté de moi, je peux presque sentir sa main dans la mienne. Je vois le type en face de moi et tout devient un peu bizarre. Il ressemble à un espèce de vampire que j'ai du voir dans un film où à une créature morbide assez effrayante. Je me retrouve seul dans le couloir, rosalyn à disparut et c'est comme si je savais qu'il fallait que je m'échappe alors je me met à courir. Je cours en perdre haleine, l'autre à sorti une hache et tout à coup un mur apparaît devant moi. Je suis coincé, je ne peux pas aller plus loin. Je le vois arriver juste devant moi sa hache à la main. Je le supplie, je me lamente, mais il a déjà levé sa hache pour l'abattre sur moi et me coupe la tête.

Je me réveil en sursaut et en sueur, la gorge noué les mains sur mon cou comme si j'avais ressenti la hache sur mon cou. Mon père me regarde avec un air qui signifie «  tu t'en sortira pas comme ça cette fois. » Mais je l'ignore et je me lève du canapé. J'ai du dormir une heure ou deux. La nuit est tombé mais j'ai besoin d'air. J'ignore les questions qu'il me pose et enfile un sweat à capuche et des baskets. Je lui dis que j'ai besoin d'air et je sors de la maison. Il me suit jusqu'à la porte en me demandant de revenir mais je ne l'écoute pas. Je n'ai pas envie de parler. Capuche sur la tête, je marche jusqu'au parc du quartier.  Je ne remarque pas tout de suite qu'il y a quelqu'un derrière moi. Je le sens seulement après quelques minutes. Je m'arrête brusquement et me tourne, j'ai le réflexe idiot de vouloir sortir ma baguette de ma poche et de menacer le type derrière moi, on ne sait pas sur qui on peut tomber après tout, mais je n'ai pas ma baguette et on est dans le monde moldu, je me retrouve donc la main tendue dans le vide devant ce gars que je reconnais tout de suite.

« Ivan! Je m'attendais pas à ce que ça soit toi. »

Je ne m'attendais pas à trouver quelqu'un aussi tard dans la rue, mais j'y suis bien alors tout est possible.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 146
Date d'inscription : 17/03/2018
Crédits : Azryel ( ou sur avatar, principalement )...
Double Compte : April M. Dixen



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4259-to-the-end-ivan-s-link#201858
MessageSujet: Re: Un soir de pluie et de brouillard feat Ivan    Dim 25 Mar 2018 - 14:05

« Take me to the wonderland... » - « … Endors – toi, p’tit frère, tout va bien, j’suis là.  »

Je te regarde t’endormir doucement, te bordant comme le ferait « Peter Pan », ton héros préféré. J’ai même pris le soin de décorer ma chambre à son effigie, pour toi. Tu ne dors plus dans ta chambre, depuis que l’autre vieux à déboulé un soir, trop éméché pour constater qu’il a défoncé la mauvaise porte. Il a cru bon de devoir démolir ta porte, te faire assez peur pour que tu fasses tes besoins dans ton lit, que tu te caches ensuite sous ce dernier, effrayé. Cette fois – là, j’me suis réveillé en sursaut sous le vacarme. J’ai fulminé en voyant le désastre et le carnage. Je l’ai assommé en le poussant aussi dans les escaliers. Puis, je t’ai donné un bain avant de te border dans mon lit. Hors de question que tu dormes ailleurs qu’avec moi, tant qu’on vivra avec ce sale type, sous ce toit. Pauvre petit ange, je suis tellement désolé de pas pouvoir t’offrir un monde meilleur pour l’instant.

Puis, j’attends sagement que tu t’endormes avant de passer par la fenêtre, ayant pris le soin de prendre mon sac au passage. Ensuite, je m’agrippe à la gouttière, descendant en rappel dans un silence absolu. Arrivé en bas, j’espérais que le simple fait d’avoir bloquer ma porte pour qu’il ne t’arrivera rien jusqu’à mon retour, te protègera un minimum, ce soir. Enfin, dans un souci de conscience, j’ouvre mon sac pour en vérifier son contenu. Dieu que j’étais fier de pouvoir faire un peu de grabuge, ce soir. Sortir en douce, ça m’connaissait et depuis tout ce temps, je n’avais pas changé non plus. Alors, au pas de course, je m’étais mis à courir vers le parc du quartier avant de ralentir la cadence en apercevant une personne qui marchait déjà devant moi. Naturellement, je restais sur mes gardes, n’étant pas sûr de qui était – ce avant que cette dernière ne se retourne vers moi, prêt à brandir un truc qui se trouvait dans sa poche. Sauf qu’à la place, il avait sa main tendue dans le vide contre moi. Moi, dans un réflexe habituel, je m’écarte avant de froncer des paupières, le regardant d’un air … surpris. Qu’est-ce qu’il lui prend, à Aiden… Il a pété les plombs ? … e ne voyais que ça comme excuse à ses agissements bizarre…

- « … Aiden ? … C’est toi ? Mais qu’est – ce que tu fou ici, surtout à cette heure tardive, t’es malade ?!  »

M’écriais – je avant de m’approcher doucement de lui, me jetant dans ses bras, non pas comme une groupie face à son idole, mais pour une fois, j’étais content de voir un ami dont la présence m’avait horriblement manqué. Une accolade fraternelle, un tapotement léger sur sa joue avant que je ne lui ébouriffe les cheveux et me voilà, beaucoup plus détendu, depuis que j’avais compris que j’étais pas en de si mauvaise compagnie. Ensuite, je me reculais à une distance respectable, enfonçant mes mains dans mon gilet, cachant une chose assez précieuse dans ma poche, en espérant qu’il n’avait pas vu ce que j’y cachais… Ou du moins, je gardais espoir qu’il n’avait pas à le faire, sinon, p’t’être que j’allais le faire flipper davantage.
© 2981 12289 0 & Azryel - RP PV with Aiden Terry-Lance  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 160
Date d'inscription : 24/09/2017
Crédits : uc
Double Compte : YASSEN / DORYAN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3978-aiden-terry-lance-liens
MessageSujet: Re: Un soir de pluie et de brouillard feat Ivan    Dim 25 Mar 2018 - 15:12

Je me sens ridicule d’être autant sur la défensive, comme si la menace était partout. Il faut vraiment que je me détende. Je baisse le bras, il va me prendre pour un dingue ça ne serait pas la première fois sans doute que je fais un truc étrange et sa question me fait sourire. Il est vrai que j'ai pas mal changé depuis un moment, plus musclé, merci le sport, les cheveux plus cours, j'ai grandi en somme. Je retire ma capuche pour qu'il me voit bien et je lui réponds :

«Ouai c'est moi.»

Je n'ai pas vraiment le temps de dire autre chose parce qu'il me sert dans ses bras et je fais pareil, content de voir un ami. Je secoue la tête et je souris. On ne s'est pas vu depuis un moment, je ne sais pas où il était lors du tremblement de terre, mais je suis rassuré de le voir. Je fais non de la tête quand il me demande si je suis malade et je lui dis :

« Non, je ne suis pas malade, je n'arrivais pas à dormir. J'avais envie de faire un tour. J'ai … J'ai changé d'école, je ne suis plus en internat. Je suis dans un lycée au centre de Londres, ça n'a pas forcément bien commencé … »

Je n'aime pas mentir, mais je ne peux pas lui dire que je suis un sorcier et qu'on s'est fait attaqué, ni même que la magie m'a bien aidé à plusieurs reprise, surtout lors du tremblement de terre où je me suis retrouvé enseveli sous un bâtiment. Je ne serais peut-être pas là s'il n'y avait pas eu Rosalyn. J'ai l'impression d'avoir côtoyé trop souvent la mort ces dernières années et je repense à tout ceux qui sont restés là-bas.

«Et toi alors? Tu allais où? Je peux venir ?»

Je n'ai pas envie de retourner chez moi et de dormir parce que je sais que je si je ferme les yeux ça sera toujours la même chose que je verrais et il est hors de question que ça continue de me torturer à ce point.

« Comment tu vas ? Ça faisait longtemps qu'on ne s'était pas vu. Je suis content d'être rentré. C'était … »

Je ne sais même pas comment expliquer comment c'était au château, c'est toujours délicat de parler à quelqu'un qui ne connaît pas la magie, parce que je ne sais jamais quoi dire.

« Bref, je suis de retour et je vais sans doute passer des essais pour jouer dans l'équipe de foot du lycée, il paraît que je me défens plutôt bien. »

Je hausse les épaules, ça me semble tellement banal de parler de sport et de parler de tout et de rien, tellement hors du temps mais ça fait aussi un bien fou d'avoir l'air normal. Peut-être même que je lui dirais que je suis tombé amoureux d'une fille génial, même si on n'est pas encore ensemble, je n'arrête pas de penser à Rosalyn.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 146
Date d'inscription : 17/03/2018
Crédits : Azryel ( ou sur avatar, principalement )...
Double Compte : April M. Dixen



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4259-to-the-end-ivan-s-link#201858
MessageSujet: Re: Un soir de pluie et de brouillard feat Ivan    Mer 28 Mar 2018 - 9:14

« Take me to the wonderland...  » Je ferme les paupières pendant que tu me parles, je prends sur moi, cette douleur qui ronge mon âme. J’ai l’impression de me consumer, vivant. Comme si cette chaleur qui anime mes sens, me rend dingue en permanence, me brûlait la chair, le sang, faisant bouillonner mon cerveau, déjà mis sous haute pression, vu mes excès de colère que j’arrive de moins à moins à contrôler, à retenir. J’ai cette rage qui vit en moi, cette volonté de survivre face à cette cruauté qui semble n’en avoir jamais assez. Si tu te sens ridicule d’être autant sur la défensive, mon frère, mon ami, qui suis – je pour prétendre que je le suis aussi. Je suis d’un pathétique, à vouloir partir en quête de liberté. Alors, pendant que tu me scénarises ton retour, par milles et une question, milles et une phrase en si peu de temps, je me laisse doucement me perdre dans mes souvenirs, dans mon passé.

Je me demande depuis quand tout ce cinéma à commencer, depuis combien de temps je me conduis comme un monstre, à me détacher ainsi du monde. Je sens mon cœur battre dans ma poitrine, sentant même mes pulsations de mon cœur, battre la mesure dans tout mon corps, dans chaque veine. Je sature, tu sais, tu ne le remarques pas, mais je suis à deux doigts de commettre l’irréparable. Est-ce que c’est ma tête que je vise, ce soir, ou dois – je encore m’amuser à tirer sur des conserves vides, comme si c’était la tête de mon beau – père ? J’essaye de tout mon corps, de tout mon cœur et de tout mon âme de pas flancher, de pas craquer. Mais cette haine, cet esprit de réclamer vengeance, grandit en moi comme le poison qui s’écoule dans mes veines.

Cette noirceur me consume, cette part de ténèbres me contamine et lentement, elle me fait disparaître aux yeux de la population. Je n’ai pas le luxe d’avoir un tel esprit de contradiction. Je n’ai pas la chance d’avoir vécu dans de meilleures conditions. Je ne suis qu’une abomination, un pur produit de consommation. Un être en voie d’extinction, celui – là même qui répète sans cesse, le même air, la même chanson. Alors, lentement, je reporte mon regard terne sur ta belle bouille d’ange, esquissant un simple sourire qui ne laisse rien transparaître. Pas même une larme à verser, pas même un geste de plus qui trahirait le font de mes pensées. Je ne bouge pas, je ne bouge plus. Je me contente de sécuriser l’objet que je sers dans ma main, coincée au fond de ma poche. Vais – je faire une connerie, ce soir ? … En vue de la situation, peut – être que j’doute encore un peu, finalement.

Tu veux me suivre ? L’idée même que tu m’accompagnes me fait sourire devant l’ironie de la situation. Qui donc est assez fou pour accompagner un animal de foire, un monstre prédestiné à vouloir se rendre à l’abattoir. Je ne suis et je n’étais que le vilain petit canard dans l’histoire. Mes grands – frères m’évitent comme la peste, ma mère se délègue sur moi, comme si elle en avait marre de son rôle de mère. Préférant même donner suite à son idylle avec ce fou, qui se plait à nous ruer de coups, moi d’abord, le gamin par après. En ne pensant qu’à lui, j’ai l’envie de vomir qui me reprends et je sers l’arme encore plus fort dans ma main. Qu’ai – je fais pour mériter un tel traitement. A partir de quel moment, j’ai merdé, pour que mon histoire tourne au vinaigre ? A partir de quel moment, ça a foiré parce que je déteste cette version de l’histoire. Je déteste les fins minables, où les héros finissent en martyre et que les vilains gagnent la bataille, haut la main.

Un dernier regard vers celui qui se dit, être mon ami et me voilà, à prendre sur moi, encore. Alors, lentement, je continue de jouer la comédie. Prenant une longue bouffée d’air, relevant mon visage vers le ciel étoilé, me permettant de rire comme si tout était foutu d’avance. Je lâche prise, j’en ai marre, j’ai besoin de souffler, de me changer les idées. Je deviens fou à ruminer comme ça, à rager intérieurement, à me sentir devenir de plus en plus vulnérable, fragile. Alors, même si je joue les gros durs, je sais que je n’encaisse plus les coups comme si ça m’atteignait pas. Je ne peux pas faire marche arrière, mais je peux juste me contenter d’avancer. Je te le jure, petit – frère, je vais faire ce que je peux pour ne pas baisser les bras, pour être le « Peter Pan » que tu te plais à voir en moi. Silencieusement, sans dire un mot, je rabats la capuche de mon gilet sur ma tête, laissant Aiden me faire la conversation pour deux.

Puis, je me remets à marcher parce que j’ai besoin de bouger. J’entre dans ce parc, le cœur lourd, avant de serrer si fort l’arme cachée au fond de ma poche. Je tombe à genoux par terre, devant la fontaine, quelques mètres plus loin. Que vais – je faire si ce soir, je craque, je l’ignore. Est-ce la solution ? Fais – je, le bon choix ? Je te sais en sécurité dans ma chambre, pourtant, je n’ai pas la force de continuer comme ça, ce soir. Je suis minable, je sors l’arme… La pointe contre ma tempe avant de me montrer irresponsable. Je verse des larmes, je sens mon cœur saigné, ma tête se craquelle et ma conscience me supplie d’arrêter. J’ai peur, j’ai mal, je suis perdu… Je n’ai personne sur qui compter, je suis foutu… Je suis piégé. … Et là, j’ouvre mes lèvres, jette l’arme dans l’eau avant d’hurler à plein poumons. J’ai plus la force de me cacher, plus la force de faire semblant que tout va bien, quand surtout, tout va mal.

Puis, je me penche vers l’avant, finissant à quatre pattes par terre, éclatant violemment en sanglot. Je déteste ce monde, je déteste cette vie. Je hais mon beau père, je hais cette famille. Le seul qui n’a rien fait, dans l’histoire, c’est Vassily. Et ce n’est pas une surprise, si, ta petite voix d’ange, se fait entendre, quelques parts, entre mes respirations difficiles, mes hoquets de sanglots, mes regards perdues, si je te vois, là-bas, au coin du parc avec ton regard apeuré, tu as fait un cauchemar, tu n’arrivais pas à dormir. T’es sortit en douce et tu sais toujours où je me cache quand je vais mal. Alors, de la main, je te fais signe d’approcher, te prends dans mes bras devant le regard d’Aiden, qui je supposes, me regarde. Puis, j’enfuis mon visage contre le cou de mon petit frère, le serrant si fort contre moi, me suppliant que ce n’était pas qu’un rêve. Ensuite, je tente de respirer pendant que tu me regardes l’air inquiet et t’assures que tout va bien. Que « Peter Pan » est là, qu’il va se débarrasser du Capitaine Crochet tôt ou tard. Et qu’ensemble, on réécrira l’histoire… Ensemble, encore, on avancera main dans la main, ce soir.
© 2981 12289 0 & Azryel - RP PV with Aiden Terry-Lance  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 160
Date d'inscription : 24/09/2017
Crédits : uc
Double Compte : YASSEN / DORYAN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3978-aiden-terry-lance-liens
MessageSujet: Re: Un soir de pluie et de brouillard feat Ivan    Mer 28 Mar 2018 - 16:42

On marche tous les deux après nos retrouvailles. Je lui raconte pourquoi je suis ici et je vois qu'il ne dit rien. Je sens qu'il y a quelque chose de bizarre. Il me fait le même coup de que Peter quand il me faisait la gueule parce qu'il m'avait vu avec Liz et qu'il a cru n'importe quoi. Je n'ai pas envie de revivre la même chose avec Ivan. Je n'ai pas été beaucoup là ces derniers temps, d'abord parce qu'on a été enfermé longtemps avant de pouvoir revenir et que j'ai inventé un gros bobard pour expliquer mon absence, ensuite parce que je suis retourné au château et qu'au final on ne s'est pas tellement vu depuis longtemps. Est-ce qu'il m'en veux ? Est-ce que c'est pour ça qu'il reste silencieux ? C'est un supplice ce silence.

« Tu ne dis rien ? Ne me dis pas que tu fais la tête. »

Je ne m'attendais pas à le voir se mettre à genou près de la fontaine et sortir une arme, mais qu'est-ce qu'il fou bordel de merde ? Je panique encore plus quand je le vois porter l'arme sur sa tempe, merde, merde, merde. Je cours vers lui et je vois qu'il ne va pas bien. Des larmes roulent sur ses joues.

« Merde Ivan qu'est-ce que tu fais, c'est quoi ce plan ? Ne fais pas n'importe quoi s'il te plaît. Lâche ça et regarde moi. Regarde moi.»

Je ne sais pas s'il entends ce que je lui dis, mais je vois son désespoir et ça me crève le cœur de le voir dans cet état là. Je suis surpris quand je vois son petit frère, je ne suis pas sur de tout comprendre et je le vois aller le réconforter. J'ai encore un peu de mal avec ce qu'il s'est passé et j'admets que la peur me tiraille l'estomac. Il n'y a pas que notre monde qui est atteint par le malheur. On a tendance à oublier que le monde moldus et tout aussi cruel. Je m'avance vers lui et je me sens un peu de trop dans ces retrouvailles familiales. Je m'agenouille aussi à ses côtés.

« Hey, qu'est-ce qui ne va pas, tu peux me le dire. Je serais toujours là pour toi. Tu es mon meilleur ami. Tu ne me dis jamais rien. Tu sais que tu peux tout me dire. »

J'ai envie de le prendre dans mes bras et de le rassurer, de lui dire que je suis là, qu'il n'est pas tout seul. J'ai vu tellement de fois des gens craquer au cours de ces dernières années refusant de me laisser aller, peut-être que s'est son cas aussi. Je le prend à mon tour dans les bras et je le serre fort pour qu'il sente que je suis bien là, qu'il peut se confier et que je ferais tout pour qu'il aille mieux.

« Vous voulez venir chez moi ? On sera peut-être mieux autour d'un chocolat chaud que là sous la pluie. »

Parce qu'il a commencé à pleuvoir, fichu pays. Je ne m'attendais pas à ce qu'il soit là ce soir, je ne m'attendais pas à voir cette scène et ça me rend encore nerveux. Je ne veux pas qu'il se braque où qu'il refuse de me parler même si j'en doute vu l'état dans lequel il est, il a besoin de parler.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 146
Date d'inscription : 17/03/2018
Crédits : Azryel ( ou sur avatar, principalement )...
Double Compte : April M. Dixen



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4259-to-the-end-ivan-s-link#201858
MessageSujet: Re: Un soir de pluie et de brouillard feat Ivan    Mer 4 Avr 2018 - 14:16

« Take me to the wonderland...  » Il me supplie de le regarder, de ne pas faire ça, mais toi, toi et ton regard d’enfant capte mon attention. Mon cœur entre tes mains, mon regard sur ton esprit serein. Je me perds dans mon silence, je m’abandonne auprès de ton « enfance ». Mon myocarde bat la mesure, en cadence avec ta respiration qui semble doucement s’apaiser, lorsque tu glisses tes petites mimines sur mon visage ; Tu essuies mes larmes qui roulent sur mes joues glacées, tu souris pour me changer les idées. Tu es mon rayon de soleil, l’oxygène qu’il manque à mon espace vital pour illuminer ma journée. Mon phare pour retrouver le chemin, dans mes sombres ténèbres, celles qui m’engloutissent dés que tu as le dos tourné.

Alors, c’est tout naturellement que je me redresse, essuyant le peu de larmes qui restent sur mes joues, venant mettre ma veste sur tes épaules, pour que tu puisses te réchauffer et empêcher que tu tombes malade, t’envoyant vers Aiden pendant que je ramasse l’arme, la sécurisant avant de la ranger dans mon sac. Puis, silencieusement, je me rapproche d’eux, mais fût couper dans mon élan en sentant déjà les bras d’Aiden autour de moi, me disant qu’il était là, qu’il y avait d’autre solutions, autre que celle que j’aspire à vouloir choisir pour changer un peu, ma vie. Silencieusement, je ferme mes paupières, le laissant faire sous le regard ébahi de mon petit-frère. Oh, je sais ce que tu vas dire, Vassily, je m’en doute comme si j’étais ton propre père, tu sais.

Vassily ; - « … Tu devrais pas faire ça… Peter pan, il n’aime pas les câlins… Sauf avec moi ! héhé  »

Ta si douce petite voix, m’arrachait un sourire. Lentement, je reporte mon regard sur ta bouille d’enfant avant de me détacher de mon vieil ami, pendant que je m’approchais de lui pour lui toucher le bout du nez, et enfin, m’occuper de lui ébouriffer les cheveux.

- « … Vassily, Aiden n’est pas n’importe qui… Lui, il peut faire ça… Enfin, pas trop longtemps quand même, mais là, ça va… Peter en avait besoin, tu comprends ?   »

C’est ainsi que je te regarde me faire un oui de la tête, venant ensuite te jeter contre moi, pour pouvoir m’enlacer par le cou. Sans surprise, je te soulève pour ensuite regarder le jeune homme et soupirer un peu… Préférant me changer rapidement les idées pour ne pas avoir à craquer une seconde fois.

- « … Pas besoin de me le proposer une seconde fois, je dis pas non et je suppose que Vassily, non plus, n’est-ce pas ? Ma p’tite crevette ? …  »

Au moment où tu fais encore oui de la tête, je sentais quelques gouttes de pluie s’abattre sur moi, m’arrachant un frisson avant que je ne me mette à rougir, éternuant loin de ton visage pour ensuite te serrer contre moi et te protéger de la pluie. Puis, mon regard se reposait sur Aiden, comme pour attendre son verdict ou peut – être nous indiquer la marche à suivre ou au moins, le chemin.
© 2981 12289 0 & Azryel - RP PV with Aiden Terry-Lance  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 160
Date d'inscription : 24/09/2017
Crédits : uc
Double Compte : YASSEN / DORYAN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3978-aiden-terry-lance-liens
MessageSujet: Re: Un soir de pluie et de brouillard feat Ivan    Ven 6 Avr 2018 - 13:50

Je ne m'attendais pas à ce que cette rencontre tourne de cette manière. Je le vois que quelque chose ne va pas et je m'en veux de ne pas l'avoir vu plutôt. Je le connaît pourtant, mais j'ai été absent longtemps et peut-être que ça ne serait pas arrivé si j'étais resté avec lui, s'il n'y avait pas eu la magie. Encore une fois j'ai l'impression qu'elle est la source de tout mes problèmes et je commence sérieusement à croire que ma vie aurait été différente si je n'avais pas été un sorcier, ma mère n'aurait pas essayé de me tuer alors que je venais de naître, je n'aurais pas été enfermé avec les autres élèves au château, mais d'un autre côté je n'aurais jamais connu Peter, Liz et surtout Rosalyn. Je hausse un sourcil quand son petit frère l'appel Peter Pan. Ça s'est bizarre. Ce n'est pas franchement la meilleure des comparaisons, même si je comprends qu'il puisse avoir l'impression d'être un enfant perdu. Je souris à son petit frère qui a l'air tout aussi perdu que le grand. La pluie commence à tomber.

Je lui propose naturellement de venir à la maison. Je ne veux pas qu'il rentre seul, ni qu'ils retournent tous les deux chez eux. Je sais qu'il ne s’entend pas avec son beau-père. Je n'ai pas besoin de comprendre ce qu'il se passe, même si je suis loin de me douter que c'est encore pire que ce que j'imagine. Je me lève et lui tend la main alors que la pluie tombe à grosse goûte comme si elle avait deviné qu'on allait mal tous les deux.

Je commence à marcher alors que je sens les goutte sur ma tête s'introduire sur mes vêtements. Je refais la route à l'inverse et je vois la lumière chez moi. Mon père m'attends sûrement, mais je n'ai pas envie de me reprendre la tête avec lui. Je sors les clés et ouvre la porte. Je l'entends venir jusqu'à nous. « Aiden! Par la barbe de Merlin, tu peux me dire ce qui t'a pris de partir en pleine nuit et en plus sans ta … Bagu ...»

Je le regarde et lui fait discrètement signe de se taire avec d'aller plus loin.

« Oh tu as des invités. Ils sont de ton école?»

« Non, enfin si mais de l'école primaire pour Ivan et c'est son petit frère. Ils peuvent rester dormir? Et si ce n'est pas trop te demander, tu peux nous faire trois chocolat chaud?»

Il acquiesce et s'en va dans la cuisine. Je ferme les yeux et soupire intérieurement. J'ai de la chance que mon père n'est pas trop difficile à vivre et qu'il me refuse rarement quoi que se soit.

« Vous pouvez aller dans le salon. J'ai juste un truc à faire à l'étage.»

Je n'attends pas leur accord et je monte quatre à quatre les escaliers de l'entrée. J'entre dans la chambre d'amis où il y a quelques affaires de magie, des vieux grimoires que je n'avais pas encore pris avec, un chaudron abîmé et mon vieux balais de course, l'autre étant resté à l'école avec toutes mes affaires. Merde, comme je vais cacher tout ça? Je décide de mettre le chaudron sous le lit et le balai dans le placard. Je prends les grimoire et les met aussi dans l'armoire que je ferme à clé. Je garde la clé dans ma poche et redescend espérant qu'ils ne trouvent pas ça trop bizarre. Je vais dans le salon et mon père a déposé les trois chocolats.

« Vous serez bien là haut. J'ai mis des draps et j'ai rangé un peu. La chambre est agréable et vous n’endenterez pas les voitures passer. »

J'ai conscience que tout ça peut être un peu bizarre mais j'essaie de faire comme si de rien était.

« Alors, est-ce que tu veux me raconter ce qu'il se passe ? »

Je regarde Ivan et son petit frère. Je ne sais pas s'il voudra parler devant lui mais j'ai envie de les aider tous les deux. Je ne le laisserait pas tomber jamais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 146
Date d'inscription : 17/03/2018
Crédits : Azryel ( ou sur avatar, principalement )...
Double Compte : April M. Dixen



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4259-to-the-end-ivan-s-link#201858
MessageSujet: Re: Un soir de pluie et de brouillard feat Ivan    Dim 8 Avr 2018 - 13:20

« Take me to the wonderland...  » Pluie déferlante, danse destructrice. Les éclairs se font entendre au loin et là, je commence à paniquer pour toi, petit bout. Tu sembles effrayé et tu te caches contre mon cou, sous la veste trois fois trop grande pour toi. Moi, cependant, je commence à avoir de la fièvre, vu l’eau qui se promène sur mon corps, quand on accélère malgré tout la marche. Mon cœur cogne dans ma poitrine, comme la foudre qui s’abat sur le sol à un pâté de maison plus loin. Mon corps se craquelle et s’affaisse lorsqu’on pénètre dans le couloir pendant que mon ami disparait quelques minutes. Nous laissant seuls, à notre merci. Je cache malicieusement la tempête monstrueuse qui se déchaine dans ma poitrine, comme l’ouragan de mes souvenirs qui continuent de me torturer silencieusement.

Fureur prodigieuse dont mes larmes n’ont de cesse de s’écouler sur mes joues, entre les gouttes de pluies qui s’y trouvent déjà. Alors, doucement, je m’agenouille au sol, après t’y avoir déposer, retirant la veste pour vérifier que tu n’as rien, ni même de la température pour ensuite embrasser ton front et te faire une grimace pour te faire rire quelques minutes. Puis, je remémore les paroles du père de mon ami. Parlant d’une certaine baguette avant qu’il ne soit interrompu. Je n’ai même pas eu la force de m’interdire de sourire en le prenant, sans doute pour un fou, qui voudrait sortir avec une baguette de pain, à moins que ça ne soit pour un sandwiche, mais vu l’heure, c’était même plutôt absurde.

- « … Aiden, att-   »

À peine, ai-je commencé à parler qu’il disparu dans le salon… Où je le suivais malgré moi tout en tenant mon petit – frère par la main. Puis, il continue de parler sans même que j’puisse terminer ma phrase. Sale habitude de ce dernier, quoi que moi, je n’étais déjà pas beaucoup bavard non plus, soyons franc. Ainsi, silencieusement, je m’assois sur le fauteuil mis à disposition pour nous, prenant Vassily sur mes jambes avant de lui tendre sa tasse de chocolat chaud. Soufflant d’abord dessus pour ensuite lui faire signe de boire doucement, surveillant qu’il tenait bien sa tasse. Ensuite, je reportais mon regard sur l’autre garçon… Soupirant à l’entendre me demander une telle chose.

- « … Est-ce que ça peut attendre qu’il dorme ? J’aimerais pas le mêler à ce genre d’histoire ? …  Et…est-ce qu’il y a une fenêtre d’ouverte, j’arrête pas de frissonner… Aiden…»

Pour finir, je me touchais le front avant de constater que j’étais encore plus fiévreux qu’auparavant, commençant même à avoir un peu froid, tant je grelottais, malgré la présence du chocolat chaud pour me réchauffer, avant de poser mon regard sur lui, un peu déboussolé…
© 2981 12289 0 & Azryel - RP PV with Aiden Terry-Lance  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 160
Date d'inscription : 24/09/2017
Crédits : uc
Double Compte : YASSEN / DORYAN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3978-aiden-terry-lance-liens
MessageSujet: Re: Un soir de pluie et de brouillard feat Ivan    Jeu 12 Avr 2018 - 16:36

Mon père est remonté dans sa chambre et nous laisse seul avec Ivan et son petit frère. Je ne pensais pas les héberger ce soir comme quoi la vie est parfois étrange, elle mets sur notre route des personnes qui ont besoin d'aide. Je ne suis pas sur de pouvoir l'aider énormément mais je ferais mon possible parce que c'est dans ma nature d'aider les gens et je comprends qu'il veuille qu'on ne parle pas de ce qui se passe devant son petit frère.

« Oui bien sur pas de soucis. D'ailleurs si tu veux un peu temps pour vous deux, je resterais là. Je t'entends. Je ne bouge pas. »

Il n'a pas l'air d'aller très bien et ce qu'il me dit me laisse un peu inquiet. Je n'ai pas allumé le chauffage, mais j'imagine qu'il a prit froid, sans doute depuis déjà quelques jours et je me doute qu'il doit couvrir une mauvaise grippe. Si seulement j'avais ce qu'il fallait pour lui faire une potion revigorante, il irait beaucoup mieux mais je suis pas très doué en potion, par contre mon père l'était.

« Ok je vais ouvrir la fenêtre. Je vais voir mon père cinq minutes, il s'y connaît plutôt bien en … peu importe, je reviens tout de suite avec un remède miracle tu verra tu te sentira mieux. »

Et je repars vers l'étage laissant les deux frères. Je me sens un peu honteux de les laisser tout seul surtout qu'il n'a pas l'air bien et que je ne voudrais pas qu'il s'évanouisse dans le canapé. Je n'ai pas envie de devoir appelé les urgences. Je monte les marches en vitesse et toc à la porte de la chambre de mon père. Je lui explique qu'Ivan est malade et que j'ai besoin d'une potion miracle. Il n'est pas trop pour en donner une à un moldu, mais je le supplie de le faire. Je sais qu'il ira mieux après ça. Leur corps est constitué exactement de la même façon que le notre. Il se lève et va dans la salle de bain et dans l'armoire à pharmacie très particulière où il n'y a que des fioles contrairement à celles des moldus qui doivent regorger de médicaments. Il m'en tends une contre la fièvre. Elle a une drôle de couleur verte et j'imagine que le goût doit être tout aussi horrible que la couleur, mais il me dit que non. J’attrape la fiole et descend de nouveau et la tend à Ivan.

« Tiens, le remède miracle. Je sais que ça n'a pas l'air ragoutant, mais tu ira beaucoup mieux après l'avoir bu. Je ne sais pas quel goût ça a, mais mon père dit que ce n'est pas mauvais. Est-ce que tu veux manger quelque chose, vous voulez? Comment est-ce que tu t'appelles ? Moi c'est Aiden. »


Je m’accroupis face à son petit frère autant que je lui parle aussi directement. Il est là aussi après tout et visiblement il a l'air aussi inquiet que moi et il y a un truc qui me tracasse depuis tout à l'heure. Il l'a appelé Peter Pan. Je n'ai pas encore demandé pourquoi mais je compte bien le faire bien que le moment ne soit pas vraiment approprié pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 146
Date d'inscription : 17/03/2018
Crédits : Azryel ( ou sur avatar, principalement )...
Double Compte : April M. Dixen



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4259-to-the-end-ivan-s-link#201858
MessageSujet: Re: Un soir de pluie et de brouillard feat Ivan    Ven 20 Avr 2018 - 14:34

« Take me to the wonderland...  » Pendant que je te serre contre moi, mon p’tit chat, je te berce silencieusement tout en essayant de te sécher les cheveux avec les moyens du bord, d’abord avec la bonnette de ma veste, puis avec un mouchoir propre en tissus qui traine au fin fond de l’une de mes poches. Par moment, je surveille que tu ne tombes pas malade, même si moi, je le crains, je suis bien partit pour le devenir, malgré moi. Alors, pendant que le père de Aiden s’éloigne sans un bruit, sans doute pour aller se coucher, je te serre contre moi, cherchant à te détendre un peu pour que tu puisses t’endormir dans mes bras.

- « …Pas de problème, merci Aiden…»

Aiden me semble un peu bizarre en y repensant. Son histoire de remède miracle, de baguette … Je commence à croire que mon cerveau déraille ou que ma fièvre me joue un sale tour. Lentement, je m’adosse au canapé, profitant un peu de la fraicheur de la fenêtre ouverte tandis que tu me regardes avec un petit sourire, montrant même que tu avais une dent qui bouge, l’une des canines, visiblement.

- «  Хо, она скоро упадет * ( Ho, elle va bientôt tombée. )»
- « …Oui, on l’a donnera à la petite souris… J’aurais une belle surprise à mon réveil comme ça… Pas vrai, grand – frère ? …»
- « …Tout à fait, mon p’tit ange…»

Alors, soudainement, je t’ébouriffe les cheveux pour ensuite t’accueillir en douceur lorsque tu te tournes vers moi. Je te recouvre à nouveau de la couverture, prenant le soin de poser l’une de mes mains sur ta nuque et l’autre sur ton dos. Même si je peux sentir que tu t’endors contre moi, moi, je reste planté là, à regarder l’ensemble de la pièce pendant qu’Aiden était partit faire je ne sais quoi avec son histoire de remèdes miracles. Ensuite, quelques minutes plus tard, en parlant du Loup, ce dernier pointe le bout de son nez tout en tenant dans sa main, une étrange fiole de couleurs verte. En y réfléchissant, son gout doit être absolument infecte. Puis, le voilà qu’il me tend l’étrange contenue que je ne m’empresse pas vrai de prendre tout de suite. Et enfin, je le regarde s’agenouiller pour se retrouver à hauteur de ta bouille.

- « …Honnêtement, moi, je n’ai pas faim, mais pour lui, il mange de tout, franchement, il n’est pas difficile, comme gamin. Crois – moi…»

Ensuite, je te regarde reculer ta tête pour faire face à Aiden. Tu lui adresses un petit sourire alors qu’il se présente à toi. Tout doucement, tu tends ta petite mimine vers sa joue, hôchant doucement ta tête pour ensuite te mettre à parler de ta petite voix.

- « …Moi, c’est Vassily, … Enchanté, Aiden …»

Et je ne peux me retenir de rire en te voyant bailler soudainement. Pauvre petit bout, tu en as vécu de ces choses, aujourd’hui. Dont une, par ma faute. Alors, calmement, je me dis que j’vais vraiment devoir faire attention à toi et à ce que je vais faire, à l’avenir… Je ne peux plus me permettre de choisir l’option de facilité et te laisser à la merci de ce monde qui s’auto – détruit, c’est inconcevable. Par la suite, j’ouvre la bouteille verdâtre d’un geste du pouce, me forçant à boire son contenu tout en me sentant aller mieux progressivement. Surpris, je fixe mon ami, le suspectant d’être un véritable magicien ou d’avoir des dons de guérisseurs qui relève du miracle… Qui est-il au juste … Ou plutôt, qu’est-ce qu’il est ou qu’est-ce qu’il me cache… Alors calmement, je soupire tout en passant une main sur mon visage, me disant que je donnerais n’importe quoi pour pouvoir profiter de passer une bonne nuit, rien qu’une seule, cette fois - ci.

© 2981 12289 0 & Azryel - RP PV with Aiden Terry-Lance  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 160
Date d'inscription : 24/09/2017
Crédits : uc
Double Compte : YASSEN / DORYAN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3978-aiden-terry-lance-liens
MessageSujet: Re: Un soir de pluie et de brouillard feat Ivan    Mar 24 Avr 2018 - 17:56

Ils sont adorables tous les deux, des frères … j'aurais aimé avoir un frère ou une sœur à protéger aussi mais je n'ai pas eu cette chance. Je suis enfant unique et après ce que ma mère a fait ça aurait été compliqué pour elle d'avoir d'autres enfants. Ce petit bonhomme à de la chance d'avoir Ivan comme frère. Je vais chercher la fiole pour Ivan et revient en lui tendant. J'ai conscience que ça peut sembler bizarre, mais je sais qu'il ira mieux après l'avoir bu. Je me suis penché vers son petit frère pour lui demander son nom même si je le connais vu qu'Ivan m'a déjà parlé de lui, mais les enfants aiment bien qu'on s'intéressent à eux. Ils ont l'air épuisés tous les deux. Je regarde Ivan boire le contenu de la fiole. J'espère qu'il n'est allergique à aucun des ingrédients qu'il y a dans ce machin. Je croise les doigts intérieurement et le regarde coucher son petit frère.

«On peut aller dans ma chambre si tu veux pour discuter … tu n'as qu'à me rejoindre quand ton frère est couché. »

Je les laisse tranquille un moment et vais dans ma chambre qui est juste à côté de la chambre d'amis. Je continue de ranger ce qui pourrait attirer son attention, je planque les photos des mes amis qui bougent et les mets dans le tiroir et retire les fanions à l'effigie de gryffondor, heureusement que je n'ai pas accroché trop de choses au mur. Je m'installe sur le lit en l'attendant, conscient qu'il doit sans doute parler avec son petit frère de toute manière on a le temps même si je suis épuisé et que finalement je m'endors le premier. Je ne sais pas s'il est venu entre temps, je n'ai rien entendu.

Évidement je savais que je ferais un nouveau cauchemar, c'est bien pour ça qu'en général j'évite de fermer les yeux mais je ne peux pas les avoir ouvert tout le temps, il y a forcément un moment où je dors, même si ce n'est pas longtemps. Je revois donc la même chose, les couloirs du château, la course poursuite, et tout ce qui s'en suit, mais le rêve change et je me retrouve dans un cachot sombre, cachot que je reconnais évidement et je préfère ne pas raconter la suite de toute manière c'est ce qui m'a fait me réveiller en hurlant, du moins c'est surtout mon père qui m'a réveillé parce que je n'arrivais pas à sortir de mon cauchemar et que je me débattais dans le vide comme à chaque fois. Quand j'ouvre les yeux il est assis et me tiens les bras parce que visiblement je frappais dans le vide. Je le regarde, je transpire comme si j'avais couru et je suis encore tétanisé par ce que j'ai vu. « Un jour il faudra que tu me raconte ce qu'il s'est passé dans cette foutue école, je déteste te voir comme ça. Ou au moins parle-en à quelqu'un, même si ce n'est pas moi, lui peut-être que tu lui parlera plus. » Je tourne la tête et me rend compte qu'Ivan est à la porte, sans doute qu'il a été réveillé par mes hurlements. « Je vais te chercher un verre de lait. » J'acquiesce et me redresse dans mon lit encore éprouvé par mon cauchemar. Je voudrais bien parler à quelqu'un mais la seul personne qui pourrait comprendre c'est Rosalyn et elle n'est pas là.

«Pardon, je ne voulais pas te réveiller, j'espère que ça n'a pas trop chamboulé ton petit frère. »

Je n'ai pas vraiment envie de parler de moi, alors je parle de son petit frère, même si je me doute qu'il n'en restera pas là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 146
Date d'inscription : 17/03/2018
Crédits : Azryel ( ou sur avatar, principalement )...
Double Compte : April M. Dixen



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4259-to-the-end-ivan-s-link#201858
MessageSujet: Re: Un soir de pluie et de brouillard feat Ivan    Sam 5 Mai 2018 - 11:46

« Take me to the wonderland...  » Tout est bien trop calme à mon goût, bien trop silencieux depuis que mon p’tit frère dort à point fermé, se faisant accueillir docilement dans les bras de Morphée dans ce lit qui ne nous appartient pas. J’sais même pourquoi on en est arrivé là, à ce point de non – retour qui nous entrainera dans un cercle vicieux et infernal qui nous stresse déjà pas mal, comme ça. J’pensais être assez fort pour encaisser le choc, assez grand pour faire comme les grands, prendre sur moi sans que ça ne m’affecte et pourtant. Cette bombe m’a détruit depuis l’intérieur, elle a explosé mon moral et mon âme aux quatre coins du vent aussi. Si j’en suis arrivé au point de vouloir, me tirer une balle dans le crâne, ce soir, c’est parce que tout m’est retombé dessus, entre le père, le frère, la mère et le beau – père. Je sature, je me sens mal et j’en avais marre de tout prendre en pleine poire de la sorte. Je n’ai pas signé pour ça, j’ai pas demandé à vivre ça et pourtant, même si j’endure tout depuis le début, silencieusement, que je cherche des solutions pour arranger les choses, psychologiquement, je craque, je ne tiens pas et c’est comme ça que j’en arrive à remercier Aiden, malgré son absence à répétition dans ma vie, de prendre soin de moi comme il le fait depuis que j’ai fais sa connaissance et qu’on s’est vite lié d’amitié.

- « …Bonne nuit, mon p’tit ange…»

Et puis, des cris que je perçois en pleine nuit, Aiden se sent mal, il cauchemarde et mon premier réflexe est de surveiller mon frère, tout va bien, il n’est pas réveillé. En revanche, je sors de la chambre et me poste à l’antre de celle de mon ami, le regardant d’un air inquiet pendant que son père lui parle et s’en va lui chercher un verre de lait. Pourtant, même s’il tente de fuir le sujet de ce réveil brutal, je ne laisse pas passer ça. Je viens lentement près de lui, touchant son front du dos de ma main avant de venir le prendre dans mes bras. Comme si j’ai ce besoin de lui montrer que j’suis là pour lui, autant que pour mon frère aussi.

- « …T’inquiète pas, Vassily va bien, toi, par contre, faut qu’on parle… Qu’est – ce qui te mets dans cet état, Teddy ? …»

Je n’ai pas pour habitude d’utiliser ce surnom avec lui, et pourtant, cette fois – ci, je l’utilise, parce qu’il sait que je le fais que quand c’est quelque chose de grave ou que j’ai la sensation qu’il a besoin de moi aussi. Et pourtant, je ne prends même pas le soin de le lâcher, de le laisser tomber. J’voulais qu’il sache aussi que j’suis là pour lui en cas de besoin, comme en ce moment aussi.
© 2981 12289 0 & Azryel - RP PV with Aiden Terry-Lance  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 160
Date d'inscription : 24/09/2017
Crédits : uc
Double Compte : YASSEN / DORYAN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3978-aiden-terry-lance-liens
MessageSujet: Re: Un soir de pluie et de brouillard feat Ivan    Dim 13 Mai 2018 - 16:24

Je me redresse dans mon lit me demandant ce que je vais bien pouvoir lui dire. Je ne peux pas tout le dire, je le sais et ça me fait tellement chier de ne pas pouvoir. J'ai l'impression de le trahir, mais ce n'est pas moi qui décide, ça fait parti de la loi. Je ne veux avoir de problèmes. Je pense qu'il aurait fait pareil si les choses avaient étés inversés. Je lève la tête quand il m'appelle Teddy, ça faisait longtemps que je n'avais pas entendu ce surnom et ça me fait sourire. Je lui fais de la place pour qu'il s'installe à côté de moi s'il a envie et je n'ose même pas le regarder parce que je ne sais pas encore ce que je vais lui dire. Mon père repasse et me dépose le verre de lait sur mon bureau avant de repartir se coucher. Je me frotte les yeux encore un peu bouleversé par ce que j'ai vu dans mon rêve.

« Ce n'est pas grand chose, enfin je ne sais pas, je suppose que le tremblement de terre m'a perturbé cet été. Je n'arrête pas de me revoir là-bas et de me voir … mort. »

Ce n'est pas tout à fait ce que j'ai vu, mais il y a une part de vérité dans ce que je lui dis. Je me vois mort dans pas mal de mes rêves, je me vois me faire tuer la plupart du temps par le type que j'ai tué moi, mais ça ne je peux pas tellement lui dire. Je sais au fond pourquoi je rêve de ça, j'angoisse et je culpabilise. Je n'ai pas besoin d'aller voir un psychomage pour ça, quoi que … peut-être que si. Je n'étais pas sensé vivre ce genre de choses, pas à dix-sept ans. Je voulais juste être un ado normal moi, je n'ai pas demandé à ce qu'il se passe tout ça et c'est sans doute un peu trop à encaisser d'un coup.

« Je ne sais pas si tu étais là quand ça s'est passé ? J'ai … j'ai cru que j'allais mourir ce jour-là quand l'immeuble s'est écroulé, j'ai … je ne sais pas, je me sens bizarre depuis ça. »

Je n'arrive pas vraiment à lui dire exactement ce que je ressens, ni pourquoi la mort me terrifie autant et je peux pas lui dire de toute manière. Je n'ai pas le droit et ça tombe plutôt bien parce que ce sont des mots que je n'arrive pas à dire et des images que je n'ai pas envie de revoir, alors c'est plutôt compliqué de parler de tout ça. Je me sens ridicule, je sais qu'un jour je n'aurais pas le choix et que je devrais y passer comme tout le monde, mais ça serait bien que ça soit le plus tard possible et on ne peut pas dire que ces dernières années ait étés sans danger, j'ai l'impression qu'il est constamment là et qu'on ne risque pas d'en sortir aussi facilement et 'est peut-être ça aussi qui m'angoisse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 146
Date d'inscription : 17/03/2018
Crédits : Azryel ( ou sur avatar, principalement )...
Double Compte : April M. Dixen



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4259-to-the-end-ivan-s-link#201858
MessageSujet: Re: Un soir de pluie et de brouillard feat Ivan    Mar 15 Mai 2018 - 19:21

« Take me to the wonderland...  » Pendant qu’il me parle du tremblement de terre de cet été, je me souviens lorsque j’étais gosse, que j’m’occupais déjà de mon petit – frère, à peine né. D’un détail qui me choque légèrement, désormais en y repensant. De la fratrie, j’étais le dernier du trio de frangins. Vassily n’est que le demi – frère de Cameron et Vassily. Forcé de constater que je suis le « cadet » de leurs soucis, je soupire avec un sale goût d’amertume en bouche. Si j’en suis venu à vouloir me suicider dans ce parc, c’est que les mots de Cam’ m’ont littéralement abattu de l’intérieur. Je n’ai jamais montré ce que je ressens à part à la « famille ». Seul les liens du sang avaient une réelle importance pour moi. Et là, j’ai les mains qui tremblent encore en repensant à ses hostiles paroles. Soi-disant, je ne pense qu’à moi, que je suis qu’un égocentrique… Je me sens mal et sale avec ces injures infondées. J’ai une forte envie de prendre une douche bien chaude, quitte à me marquer la peau aux fers rouges… Ou même laisser mon beau – père me frapper, lever la main sur moi comme il sait si bien faire depuis ces derniers années. Avant d’être venu à Londres, j’avais qu’une seule ligne directive, trouver la force nécessaire de prendre encore sur moi, dans l’espoir de renouer avec la famille toute entière. De trouver là, peut – être une épaule amicale, qui m’accueillerait et qui me montrerait ce que c’est, d’avoir un peu de chaleur humaine. Mais qu’elle n’a pas été ma déception en me retrouvant face à un monstre aussi semblable que celui qui détruit mon corps jours après jours. Cameron n’a pratiquement pas lever sa main pour me percuter, mais il m’a blessé de ses mots, de sa voix si froide que là, j’ai plus aucune envie de me battre. Alors, silencieusement, je regarde Teddy avec ce regard larmoyant, j’ai peur… Mon vieil ami, j’ai peur de me montrer vulnérable, de paraître pour un être faible et pourtant, je continue de me taire, je continue de sentir mon sang bouillonné dans mes veines. J’ai mal au cœur, celui – ci se serre dans ma poitrine et l’air se fait rare pendant que je m’empêche de sangloter devant lui. Ai – je tort de ne rien dire ? Ai – je tort de m’empêcher de craquer et ce, même devant mon plus fidèle de mes meilleurs amis, même si lui, il me cache autant de secrets que moi. J’imagine bien que nous sommes différents, en tout point, j’ai des soupçons, mais je ne dis rien… Je garde ma parole pour laisser place au silence…

- « …Teddy… Je…. Je crois que j’vais prendre l’air…»

Et puis, de toute manière, je ne suis qu’un mineur aux yeux des adultes et, à vrai dire, je ne sais même pas vraiment quoi lui dire. Tout ce que je sais, c’est que durant l’été, j’me souviens de l’avoir passé à l’hôpital à cause de mon avant – bras. Mon beau – père l’avait cassé lorsque j’ai cherché à défendre Vassily parce qu’il ne voulait pas terminer son assiette et que j’avais osé lui répondre de le laisser tranquille. De toute façon, il n’était même pas mon vrai – père, il n’avait aucun droit sur moi, contrairement à ce môme, je sais que chaque soir, je flippe parce qu’il viendra le récupérer tôt ou tard, mais tant que je serais en vie et capable de l’assumer, je prends soin de lui comme un adulte devrait le faire. Alors, lentement, je me redresse tout en allant chercher mon briquet et ma boite de clope dans mon sac avant de fixer Aiden d’un air mi – triste, mi – confiant…

- « …Si le p’tit se réveille, dis – lui que j’suis dans les escaliers dans l’entrée, sinon il va paniquer s’il me voit pas, tu le connais après tout, depuis tout ce temps, n’est – ce pas ? … »

Et dieu sait que j’suis désolé d’être aussi peu intéressé par son cas, ce soir. Pourtant, je fais bonne figure et je lutte contre mes démons pour me montrer fort devant tout le monde. Une fois dehors, assis sur ses escaliers, je me bats avec mon briquet pendant que je coince ma clope un peu plus spéciale entre mes lèvres. Je l’ai assez bien chargée, suffisamment pour ne pas avoir à presser la détente contre ma tempe, une seconde fois. Alors, lentement, je reporte mon regard vers le ciel et je soupire tout en levant ma main, signant de mon doigt d’honneur, un message bien particulier à la lune, lui faisant bien comprendre que ma bonne étoile peut aller se faire foutre et se rhabiller, parce que la chance n’a, visiblement, jamais été de mon côté.
© 2981 12289 0 & Azryel - RP PV with Aiden Terry-Lance  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 160
Date d'inscription : 24/09/2017
Crédits : uc
Double Compte : YASSEN / DORYAN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3978-aiden-terry-lance-liens
MessageSujet: Re: Un soir de pluie et de brouillard feat Ivan    Sam 26 Mai 2018 - 20:48

Je lui raconte un peu ce qu'il s'est passé et je vois qu'il est ailleurs, qu'il n'est pas vraiment attentif. Il a trop de problèmes pour en plus écouter les miens. Je comprends qu'il veuille prendre l'air, même si ça me vexe un peu et que j'enrage parce que je ne peux pas lui dire la vérité. Je me vois mal lui dire «hé je suis un sorcier, mon école a été envie par des types qui se prenne pour des super puissants et j'ai tué quelqu'un. » Je ne peux pas glisser ça dans la conversation, pas comme ça en tout cas, mais ça me fait chier de ne pas pouvoir lui dire. J'ai confiance en lui pourtant et je suis sur qu'il ne dirait rien, mais ça ne tient pas qu'à moi. Je soupire et fini par descendre pour le rejoindre. Je n'ai pas envie qu'il tente à nouveau de se flinguer. Il a cela dit peut-être envie d'être seul, mais moi aussi je veux savoir ce qui se passe dans sa vie. Je le rejoins et je le une clope dans la bouche et je lui lance :

« Tu m'en file une ? »

Je n'ai jamais fumé de ma vie, mais peut-être que ça pourrait me détendre. Il paraît en tout cas que ça fait du bien et que ça calme les nerfs, c'est toujours ce que j'ai entendu dire. Il vaut mieux que mon père ne sache pas ça, mais il doit déjà dormir ou faire semblant ou m'observer de loin. Non je sais qu'il n'est pas comme ça, il n'est pas du genre à espionner, mais je suis sur que si il apprends que je veux me mettre à fumer je ne suis pas sur qu'il voudrait encore que Ivan reste dormir.

« Tu sais que tu n'es pas obligé de garder tout pour toi. Je veux dire … je sais qu'on a été un moment plus aussi proche qu'avant, mais je suis toujours-là et j'aimerai bien comprendre ce qu'il s'est passé tout à l'heure … »

Je ne sais pas s'il me répondra parce que je ne lui ai pas vraiment tout dit de mon côté et je crois qu'il a comprit que je n'avais pas dit la vérité, du moins pas celle que je devrais lui dire. Je voudrais juste qu'il comprenne que ce n'est pas de ma volonté si je ne peux pas lui en parler et avant qu'il n'ajoute quelque chose je lui dis :

« Écoute je … je ne peux pas dire exactement tout ce qui s'est passé dans mon ancienne école. Je te fais confiance ce n'est pas le problème. Le problème c'est que je ne peux pas trop en parler et même rien qu'en disant ça je risque d'avoir des ennuis, tu comprends ? »


Non bien sur que non il ne comprendra pas, comment est-ce qu'il pourrait comprendre vu que je ne lui ai pas donné vraiment plus d'explications, mais j'imagine qu'il a déjà du être confronté à un secret et que malgré tout il pourrait comprendre ou au contraire il se posera plus de questions et dans ce cas je suis plutôt mal barré.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 146
Date d'inscription : 17/03/2018
Crédits : Azryel ( ou sur avatar, principalement )...
Double Compte : April M. Dixen



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4259-to-the-end-ivan-s-link#201858
MessageSujet: Re: Un soir de pluie et de brouillard feat Ivan    Ven 22 Juin 2018 - 19:12

« Take me to the wonderland...  » Je n’ai pas le temps de souffler que tu me rejoins. J’embrasse ma clope, l’embrase et me voilà qui repart vers le ciel, accordant ma principale attention à la pleine lune qui gît au-dessus de nos têtes. Lune qui dans sa course folle, tira bientôt sa révérence à son conjoint, le Soleil. Je suis pris entre deux hémisphères, au nord, mon p’tit frère qui dort à l’étage et au sud, mon ami qui continue encore de me mentir, mais j’ignore pourquoi il fait ça et surtout qu’il se cherche des excuses en clamant haut et fort que c’est pour mon bien et pour sa propre sécurité aussi.

Cette endroit ne fait pas que puer le tabac, ce mélange de nicotine et de menthe, mais aussi le mensonge, une douce et cruelle trahison à plein nez. J’suis fatigué de fournir des efforts et de voir qu’aucun d’eux n’est récompensé. Ce soir, j’ai eu l’un des pires moments de faiblesse de toute ma vie. Et c’est encore à mon frère, mon petit frère de jouer les super-héros du haut de ses presque 10 ans. Quoi que j’suis plus en mesure de compter ou de savoir l’âge qu’il a, j’suis flingué, exténué. Je tombe presque de fatigue, mais je lutte contre moi – même pour pas faire des terreurs nocturnes, j’ai passé le stade des cauchemars inoffensifs depuis longtemps, tu sais.

 
« Que veux – tu que j’te dis, Aiden. J’suis fatigué de servir de sac de frappe à mon connard de beau – père, que j’sais pas comment j’vais faire pour arranger mes emmerdes qui me bouffe tellement que j’ai l’impression que mon crâne est sur le point d’exploser. Et puis, pour ce soir, j’ai agis égoïstement, j’ai pensé qu’à ma gueule, résultat, je me sens encore plus coupable d’avoir voulu le faire… J’espère que tu me pardonnes, d’ailleurs…. Pour ce qui est du reste, à vrai dire, j’m’en fou. T’es assez grand pour choisir quoi faire, j’ai pas mon mot à dire, à part sur le gosse, là – bas en haut. Lui, je le laisserais jamais faire les mêmes conneries que moi… J’crois que j’vais juste apprendre à devenir le grand – frère modèle que j’ai pas la « chance » de connaitre, vu comment c’est entre lui et moi… Fais chier. »

Je suis comme le courant électrique, ce soir, je fonce à milles à l’heure dans ma tête, mon regard se perds au loin et j’décroche facilement quand on commence un discours qui dure des heures pour mes oreilles malades. Aide – moi à reprendre mon souffle, Teddy, parce qu’actuellement, je me perds, je me noie et bientôt, je repartirais à la dérive. Ce n’est pas faute d’essayer de me barricader derrière une armure, un gilet par balle ou une carapace de tortue pour empêcher les autres de m’atteindre.

Mais jamais, j’avais prévu que mon grand – frère agirait de la sorte, que mon beau – père pèterait autant les plombs. Puis, je m’efforce de sortir une autre clope de mon paquet, ainsi que mon briquet avant de te tendre le tout, mon vieil ami. Tout en attendant que tu me rendes mon zippo, je finis par tirer une longue bouffée sur ma barrette nocive, relâchant ensuite la fumée par mes narines avant de masser l’arrête de mon nez tout en fermant les paupières.
© 2981 12289 0 & Azryel - RP PV with Aiden Terry-Lance  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un soir de pluie et de brouillard feat Ivan    

Revenir en haut Aller en bas
 
Un soir de pluie et de brouillard feat Ivan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan.
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Londres :: Sud de Londres :: ─ Brixton.-
Sauter vers: