AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You cry a little, so do I. - Emily

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 2469
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: You cry a little, so do I. - Emily   Lun 12 Mar 2018 - 11:41

You cry a little, so do I.
EXORDIUM.
Lundi 24 Août – Soir.  

Devant le miroir de la salle de bain, j’applique le tube de rouge sur mes lèvres d’un geste assuré, presque habituée même si j’en ai pas l’air. J’opte pour une couleur rosée après avoir agrémenté mes yeux d’un peu de maquillage tirant sur les bruns mais sans trop forcé. Je ne veux pas en faire des tonnes non plus, tenant à rester celle que je suis, sans trop d’artifice. Mais j’ai envie d’être jolie, apprêtée et si j’aurai pu faire ça pour mon propre plaisir, ce soir ce sont pour une paire d’yeux que j’aime à croiser lors de nos longues conversations ou dans ces silences partagés.
Je me recule, prend un peu de distance quant à mon reflet, réajuste une mèche de cheveux que j’ai retenu en un chignon un peu lâche, laissant quelques mèches tombées, pour un « effet décoiffée comme dirait les Messieurs de la Môôôôde ». J’entends Riley d’ici, l’imagine entrain d’exagérer le ton, faire des manières… Je repense à notre discussion d’hier et mon cœur se serre. Elle va me manquer, terriblement. Et le plus dur n’est même pas encore fait puisque c’est au tour d’Emily ce soir.

Je prends une inspiration, ajoute une touche de mascara avant de ranger le tout dans ma pochette et de réajuster la robe que je porte. Quelque chose de simple encore une fois mais d’un peu habillée, dans les tons bordeaux avec quelques touches de noirs, légère.
Tout me semble prêt, presque parfait et la nervosité me gagne. J’ai peur de ce qui pourra résulter de cette soirée, de la discussion que nous aurons mais encore une fois, tout est en bloc dans mon esprit, un véritable mur prêt à encaisser ce que je devrais encaisser. La déception, le mécontentement, les reproches. Je suis prête à tout entendre parce que je ne pourrais le lui reprocher. Tout comme je pourrais le lui reprocher de vouloir mettre un terme à notre relation. L’idée même m’attriste profondément, bien plus que je ne pourrais l’admettre.
J’ai une chance sur deux qu’avec mon retour à l’école, que je ne perde ma meilleure amie et ma petite amie. Un prix fort et dur à payer pour réussir un jour ce que vous entreprenez pour votre avenir. Je tente de me rassurer, de m’apaiser en me disant que nous réussirons à passer ces épreuves, cette distance mais l’angoisse se fait parfois tenace.

Je secoue légèrement la tête et déglutis alors que je sors de la salle de bain pour rejoindre ma chambre. Je rassemble mes affaires dans ma petite pochette à bandoulière que j’ai agrandit par la magie et y glisse mon portefeuille, de quoi retoucher mon make up si besoin, mes clés de la maison mais aussi de la voiture sans oublier ma précieuse baguette, prolongement de mon bras. J’ajoute une touche de parfum sur mes poignets, un peu dans mon cou et je suis fin prête. Je me glisse dans une veste de tailleur noire, enfile mes ballerines et descends les escaliers, accélérant un peu le rythme pour être certaine de ne pas être en retard.

Papa n’est pas là – Poker … - mais Shannon et Adam sont dans le salon devant un film à la tv. Une histoire de supers héros avec un capitaine américain habillé en bleu et un type dans une armure de robot rouge. Les Avengers, forcément.

- J’y vais, je ne sais pas trop à quelle heure je rentre.
- Ok ! … Shannon laisse échapper un sifflement lorsqu’elle se retourne et me voit. Eh bien, vous êtes toute en beauté ce soir, Miss Hasting.
- Merci.
- Heyyyy vous n’auriez pas un 07 ?
- Toi, continues de manger ta glace devant les Avengers et après va mettre ta grenouillère.

Il éclate de rire, je lui dépose un bisou sur la joue, prenant soin de bien appuyé…

- Tant de tendres…. AH NON PUTAIN !
- Allez ciao !

Il râle parce que même si le bisou était bien évidemment par amour, c’était aussi surtout pour lui laisser une belle marque. A mon tour de rire, branleur.
Je prends mes clés de voiture et me glisse derrière le volant. Musique enclenchée, moteur démarré, je m’engage dans l’allée pour rejoindre le quartier de Covent Garden, là où nous sommes censés nous rejoindre. Je l’avoue, j’ai « tout » prévu. Ou en tout cas, au moins la réservation dans ce petit restaurant italien que j’ai trouvé sur un site, le "Da Mario". J’ai appelé pour réserver une table en terrasse, un peu à l’écart pour être tranquille et avoir une discussion paisible mais aussi pour obtenir une intimité pour cette soirée. Je n’ai aucune idée de ce que l’on fera ensuite, me refusant de tout prévoir, préférant laisser une petite part d’imprévu puisque je ne sais même pas quelles seront ses envies après cette discussion qui commence à me stresser en silence. L’idée même de la blesser m’attriste tout comme d’imaginer l’éventualité d’un possible échec.
Je me concentre sur la route jusqu’à arriver à destination, me gare dans un parking pas très loin d’ici et fais donc le reste du chemin à pieds.

Et elle est là, non loin du restaurant. Je prends le temps de la regarder avant qu’elle ne m’ait vu, de l’observer. Juste quelques secondes parce que je la trouve superbe en cet instant. Et je me décide enfin à me manifester, me glissant derrière elle.

- Hey, c’est que tu es plus en avance que moi !

Elle se retourne et son sourire apaise bien des choses, glissant sur vous comme une caresse tendre et tiède. Je n’hésite pas à glisser mes bras autour de son cou pour tendrement rejoindre ses lèvres, offrant un baiser tranquille pour ensuite m’écarter.

- Promis, tu n’as aucune marque.

Clin d’œil, je ne me permettrais pas de lui barbouiller le visage.

- Ca va ? Tu attends depuis longtemps ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3146
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins / Bethany M. Gatling



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: You cry a little, so do I. - Emily   Lun 12 Mar 2018 - 13:56

~Lundi 24 août – Soirée ~

Assise sur son lit, Emily regarde l’heure de manière frénétique, toutes les trente secondes environ. Elle ne tient plus en place et guette le moment où elle pourra quitter son appartement sans arriver vraiment trop en avance. Il y a de fortes chances de toute façon qu’elle arrive avant Kezabel alors autant ne pas prolonger l’attente. Mais elle n’en peut plus d’être à sur son lit à patienter. Elle pourrait être dans le salon, discuter avec Cameron pour faire passer le temps mais elle en est incapable. Elle est impatiente, excitée et en même temps légèrement anxieuse. La fin de l’été approche et lorsque sa petite amie lui avait proposé ce rendez-vous, Ems n’avait pu s’empêcher de se poser des questions. Il y avait une ombre qui planait au-dessus de leurs têtes depuis des semaines et qu’elles n’avaient jamais abordée jusque-là. Par peur des réponses peut-être. Elles avaient vécu un été parfait. Emily avait renoué avec la vie, avec le bonheur, tout simplement. Dans les bras de Kezabel ou simplement dans cet appartement partagé avec Cameron, elle avait empli ses poumons d’un air nouveau. Mais elle le savait, l’été ne durait jamais éternellement et la fin de ce mois d’août annoncerait nécessairement des changements. Même si elle aurait aimé que tout dure ainsi, éternellement…

Ne tenant plus, Emily se leva finalement de son lit. Elle attrapa sa veste en cuir qu’elle enfila rapidement et vérifia que tout était dans ses poches : un peu d’argent, des cigarettes, son téléphone. Le nécessaire pour tenir. Elle se regarda alors dans la glace. Elle était tout en noir, une jupe courte, un débardeur, des chaussures simples. Un peu de noir sur les yeux. Elle avait longuement réfléchi à sa tenue avant de trancher pour un truc simple. De toute façon, ce n’était pas comme si ses placards étaient plein à craquer… Emily sortit finalement de sa chambre et trouva Cameron dans le salon. Elle déposa un baiser sur sa joue avant de se diriger vers la porte. Avant de sortir, elle se tourna vers lui, sourire aux lèvres.

« T’as le droit de ramener ton rencard à la maison mais interdiction de faire des cochonneries dans ma chambre ! »

Ne lui laissant même pas le temps de répondre, ne laissant planer que son rire dans la pièce, Emily referma la porte de l’appartement et prit la direction du restaurant que Kezabel lui avait indiqué. Une fois dehors, elle alluma une cigarette et la bouffée de nicotine lui fit un bien fou. Elle oublia rapidement ses angoisses sur ce que cette soirée pouvait peut-être signifier. Elle avait juste envie de la voir, de l’embrasser, de tenir sa main, de se perdre dans son regard…

Comme prévu, Emily arriva en avance devant le restaurant. Elle se posta donc devant l’entrée, guettant l’arrivée de Kezabel. Il faisait encore bon bien que le mois d’août touche à sa fin. Ems se retint pour ne pas enchaîner les clopes alors qu’elle attendait sa petite-amie. De temps en temps, elle jetait un regard vers le restaurant, se disant que jamais, elle n’aurait cru avoir un rencard dans un tel endroit. La vie lui avait réservé un sacré paquet de surprises mais sur ce coup, elle devait bien avouer que c’était pour le meilleur.
Kezabel ne tarda pas à se montrer et Emily l’accueillit avec un immense sourire. En avance ? Si elle savait comme elle avait lutté pour retarder son départ… Ems accueillit la jeune femme contre elle, appréciant ce simple baiser qu’elle lui offrit et rit quand elle tenta de la rassurer en lui disant qu’elle n’avait pas de marque de rouge à lèvres.

« Je suis sûre que ça m’irait super bien pourtant ! »

Emily n’avait pas tenté le rouge à lèvres depuis longtemps. Comme si, pendant un temps, ces artifices ne pouvaient plus lui convenir. Mais ce n’était pas important. Non, parce qu’en cet instant elle était avec une femme magnifique et elle se sentait bien, dans sa tête, dans son corps.

« Non t’inquiète ! J’ai toujours tendance à être en avance. »

Emily sourit alors gentiment avant de glisser son bras le long de celui de Kezabel et de nouer ses doigts au sien. Elle se tourna alors pour faire face au restaurant et, après avoir demandé son accord à la demoiselle d’un regard, elle s’avança pour entrer. Un serveur s’approcha d’elles, souriant et elles donnèrent le nom de Kezabel. Elles furent alors installées sur la terrasse, sur une petite table. Le sourire d’Emily semblait s’être figé.

« C’est magnifique… Tu me sors le grand jeu ! »

Emily se mit à rire avec légèreté. Elle ne pouvait s’empêcher de se dire pourtant que ce n’était peut-être pas anodin. Mais ça n’avait pas d’importance. Non, parce que Kezabel était là, avec elle, et que cela lui suffisait.

« Avoue que c’est parce que tu en as marre de manger ma cuisine approximative. »

Sourire amusé du côté d’Ems. Elle n’était clairement pas experte en cuisine mais elle avait pris du plaisir à en mettre partout dans son nouvel appartement, à tenter de régaler les papilles de Kezabel et de Cameron. Pas toujours avec réussite certes… Au moins ce soir, les deux jeunes femmes étaient sûres de se régaler !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2469
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: You cry a little, so do I. - Emily   Mer 28 Mar 2018 - 18:30

I love you.
EXORDIUM.
- Je suis sûre que ça m’irait super bien pourtant !

C’est même une certitude. A mon sens en tout cas. Et lorsque j’y pense, j’ai pas le souvenir de l’avoir déjà vu « vraiment » maquillée. Ceci dit, je m’en fout, je la trouve tout aussi superbe au naturel et c’est comme ça que je l’aime.

- Non t’inquiète ! J’ai toujours tendance à être en avance.

Si je me pensais déjà très ponctuel, je crois qu’Emily me bat définitivement sur le sujet.
Sourire aux lèvres, je profite de ce moment de calme, de plénitude, bien trop heureuse de la revoir ce soir pour un moment à nous même si ce dernier risque de solver en quelque chose de plus négatif. J’ai la boule au ventre rien que d’y penser, j’essaie au mieux de me focaliser sur autre chose, sur le bonheur d’être avec elle, du moment qui nous attend mais surtout à ses doigts noués autour des miens, ceux que je ne lâche plus.
Un regard échangé et nous pénétrons à l’intérieur presque aussitôt accueillit par un serveur.

- Bonjour, nous avons réservé une table.
- A quel nom s’il vous plait ?
- Hasting.

Il vérifie sur l’ordinateur de réservation et revient à nous, sourire aux lèvres.

- Suivez-moi.

Direction la terrasse où il nous installe à une table un peu à l’écart, de quoi être tranquille et d’avoir l’occasion de faire ce repas dans une ambiance presque intimiste, un peu coupé du monde. Il nous distribue les cartes, nous fait savoir qu’il reviendra un peu plus tard avant de nous laisser.

- C’est magnifique… Tu me sors le grand jeu !
- J’essaie de t’impressionner c’est pour ça.

Il n’en n’est rien et elle le sait. Je crois que nous sommes toutes les deux tellement pour la simplicité que ni l’une ni l’autre ne cherche à vouloir impressionner avec de grand restaurant, d’énorme cadeau exorbitant. Je sais qu’un rien lui fait plaisir et si nous sommes ici ce soir c’est parce que je veux simplement marquer le coup, passer un « vrai » moment avec elle, même si je suis consciente qu’un pique-nique dans un parc lui aurait suffi.

- Avoue que c’est parce que tu en as marre de manger ma cuisine approximative.
- Mince… C’était si évident ?

J’éclate de rire, exagérant bien évidemment la vérité. Certes Emily ne réussissait pas à tous les coups les plat qu’elle entreprenait pour me faire plaisir à moi ou même à Cameron – ou à nous deux… – mais la plupart du temp c’était une réussite. On ne peut clairement pas ignorer ses efforts qui, plus ça va, plus nous offre de plats de plus en plus savoureux.

- C’est faux, tu le sais. Je dirais même que si tu continues comme ça, tu pourras peut-être devenir une véritable chef, qui sait ! Après tu auras ton propre restau et je pourrais venir y manger à l’œil.

Quoi ? Il est toujours beau de rêver alors je ne vais certainement pas m’en priver !
D’ailleurs, je me demande si elle a une petite idée de ce qu’elle veut faire pour la suite ? A moins qu’elle ne veuille simplement se laisser une année de césure pour souffler, respirer ? Avec tout ce que nous avons vécus là-bas, ça serait plus que normal que de vouloir s’accorder plusieurs mois de liberté avant de se voir dans de nouvelles études ou même un nouveau job.
Je me saisis de ma carte, opte pour les tagliatelles aux cèpes, me réservant le droit à un dessert pour l’après. Je laisse Emily faire son propre choix et le serveur vient récupérer les commandes, toujours sourire aux lèvres. Nous optons toutes les deux pour une bouteille de vin pour l’ensemble du repas et ce n’est que lorsqu’il est reparti que je me concentre de nouveau sur Emily.
Je l’observe ce qui semble être une seconde ou deux, ressentant de nouveau cette boule de stress au fond de la gorge, au fond de l’estomac. Peut-être que c’est une sale idée d’avoir voulu nous réserver cette soirée avec l’annonce que j’ai à lui faire… Peut-être que je suis même complètement entrain de tout foirer. D’un air distrait, je capture sa main, en effleure le dos du bout des doigts.

- D’ailleurs, en parlant d’être cuistot, tu as des projets pour la suite ? Ou tu veux t’accorder quelques mois de pause après tout ça ?

J’y vais en douceur, m’enquiert d’abord de ce qu’elle compte faire, de ce qu’elle veut décider pour son propre avenir.
Peut-être par soucis d’y aller molo… ou parce que je ne suis qu’une lâche qui ne sait pas comment formuler son départ.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3146
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins / Bethany M. Gatling



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: You cry a little, so do I. - Emily   Mer 4 Avr 2018 - 12:25

Kezabel pouvait essayer de l’impressionner, cela convenait parfaitement à Emily. Oui, la jeune femme avait des étoiles dans les yeux en cet instant. Elle n’avait pas besoin de ça, pas besoin d’un grand restaurant pour se sentir bien auprès de la demoiselle mais oui, ce moment avait quelque chose de magique. Elle n’étiat pas habituée à ça, sa vie n’avait jamais ressemblé à ça. Pour elle, c’était le genre de scène que l’on voyait dans les films mais qu’elle n’aurait jamais l’occasion de vivre. Cette fois c’était différent. Elle était bien là, avec Kezabel qui annonçait au serveur leur réservation, avec Kezabel toujours aussi magnifique assise en face d’elle. Tout ça était réel, incroyable, impensable et pourtant bien réel. Ems n’aurait échangé ça contre rien au monde. D’humeur joyeuse, elle avait donc lancé une petite plaisanterie sur sa cuisine à laquelle Keza avait immédiatement réagi. Le rire de la cracmolle s’était fait entendre. Pourtant, sa petite-amie était revenue sur ses propos, déclarant finalement que la cuisine d’Emily n’était pas si terrible que ça et même, qu’elle pourrait devenir une grande chef et avoir son restaurant. La jeune femme rit alors à son tour. Autant dire que ça, elle n’y croyait pas vraiment même si elle prenait un véritable plaisir à expérimenter derrière les fourneaux.

« Et on ferait appel à Riley au bout de six mois pour qu’elle nous aide dans les procès pour intoxication volontaire ? »

Sourire aux lèvres, Emily posa finalement son regard sur la carte devant elle. Elle sentit son estomac se manifester alors qu’elle ne faisait que lire les intitulés des plats. Difficile de faire un choix. Emily demanda à Kezabel le sien, comme si cela allait l’aider à choisir. Finalement, elle opta pour un morceau de viande rouge accompagné d’une poêlée de légumes. Elle en salivait d’avance. Le serveur prit leur commande, accompagnée d’une essentielle bouteille de vin et Emily le remercia chaleureusement avant de reconcentrer son attention sur Kezabel. Cette dernière posa sa main sur la sienne, qui était sur la table et la caressa doucement. Emily aimait ce genre de contact simple, elle en ressentait toujours des frissons, doux, agréables. Sa petite-amie relança alors la conversation, l’interrogeant sur ses plans pour l’avenir. Ems haussa les épaules alors qu’on pouvait voir dans son regard qu’elle réfléchissait sincèrement à la question.

« C’est encore flou pour le moment… Mais en tout cas, je vais trouver un premier boulot rapidement parce qu’il est hors de question que Cameron ait à tout payer tout seul. »

Ce n’était pas comme si Emily avait de l’argent de côté sur lequel se reposer en attendant. Elle n’avait rien, ses parents ne lui avaient bien évidemment pas donné la chance d’avoir de quoi s’en sortir. Elle vivait donc complètement aux crochets de son frère. Si elle savait bien que ce dernier n’allait pas se plaindre et comprenait tout à fait qu’elle n’avait pas spécialement le choix, elle ne pouvait pas laisser ça traîner encore longtemps. Question de fierté mais aussi de reconnaissance pour tout ce que Cameron avait déjà fait pour elle.

« Je pense commencer en tant que serveuse dans un bar ou un truc comme ça. »

A vrai dire, Emily avait déjà commencé à préparer des CVs et fait une liste d’adresses pas trop loin de chez eux où elle pourrait tenter sa chance. Elle savait que ce ne serait pas simple. Sa scolarité avait été chaotique et non aboutie. Elle avait un trou de deux ans qu’elle ne pouvait en aucun cas justifier. Bref, ce monde risquait peut-être d’avoir du mal à l’accepter. Mais elle allait faire au mieux pour poser la première pierre avec ce premier travail. Elle était certaine qu’elle pouvait y arriver, de toute façon, elle n’avait pas le choix. Ems plaça alors sa main au-dessus de Kezabel, la caressant à son tour.

« Pour la suite je sais pas par contre… J’ai encore du mal à savoir ce que j’ai vraiment envie de faire. J’crois que j’accepte pas encore l’idée de toutes les possibilités qui s’ouvre. »

Emily lâcha alors un rire sec. Oui, c’était difficile de passer d’une vie au jour le jour à une où elle avait le choix. Car malgré les difficultés, Ems savait au fond qu’elle pouvait de nouveau avoir des rêves et des envies. Mais faire le tri dans tout ça n’était pas simple, elle aurait besoin d’encore un peu de temps.
Le serveur arriva alors à leur hauteur, débouchant devant elles la bouteille de vin. Il versa un fond dans le verre de Kezabel pour qu’elle le goute avant de les servir toutes les deux et de s’éclipser. Emily lâcha alors la main de sa petite-amie pour s’emparer de son verre et le lever devant elle.

« A notre avenir alors ? »

Sourire aux lèvres, Emily fit tinter son verre contre celui de Kezabel avant de le porter à ses lèvres et d’en boire une gorgée. Elle sourit. Elle n’était pas habituée à boire l’alcool comme ça, de manière raffinée mais ce changement lui allait bien. Elle avait grandi après tout, il était loin le temps des canettes de bières dans les rues d’Edimbourg.

« Et toi alors, tu comptes aller où à la rentrée ? »

Emily avait posé cette question tout en reposant son verre devant elle, sourire aux lèvres, l’air détendu. Parce que la réponse à cette question était censée être simple, Kezabel allait rejoindre une école moldue pour continuer des études brillantes. Non ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2469
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: You cry a little, so do I. - Emily   Mar 10 Avr 2018 - 18:41

I love you.
EXORDIUM.
- C’est encore flou pour le moment… Mais en tout cas, je vais trouver un premier boulot rapidement parce qu’il est hors de question que Cameron ait à tout payer tout seul.

J’ai déjà eu l’occasion de pouvoir admirer leur colocation et il va de soit qu’ils se sont parfaitement trouvés tous les deux, un peu comme Riley et moi finalement. Sauf que de notre côté, cette histoire de colocation n’aura pas lieu tout de suite et l’idée me tord le ventre, mon cœur se serre. Je m’en veux autant que je suis déterminée et ça n’est malheureusement pas terminé.

- Je pense commencer en tant que serveuse dans un bar ou un truc comme ça.
- Ouuuuh ! Tenue correcte exigée Mlle !

Je la taquine sans la lâcher des yeux. J’aimerai immortaliser cet instant, le garder inscrit et figé dans mes souvenirs pour être sûre que jamais il ne m’échappe. Elle a l’air motivée, presque sûre de ce qu’elle va faire, de la façon dont elle va procédée et je ne l’ai jamais vu aussi bien que ces derniers temps, depuis qu’elle a quitté le château.
Sa main sur la mienne cette fois, j’apprécie plus que je ne pourrais l’exprimer ce simple contact, un léger frisson remontant le long de mes bras jusqu’à ma nuque. Emily a toujours cette étincelle au fond du regard, ce geste, qui me provoque cette lente montée de chaleur, cette petite impression d’électricité au creux du ventre.

- Pour la suite je sais pas par contre… J’ai encore du mal à savoir ce que j’ai vraiment envie de faire. J’crois que j’accepte pas encore l’idée de toutes les possibilités qui s’ouvre.

- C’est normal. Après autant de temps là-bas à y être enfermé, on oublie bien vite qu’à l’extérieur, il y a la liberté.

Celle-là même que je vais consciemment fuir. Ironie du sort.
Emily prendra rapidement conscience de tout ce qui l’entoure, de tout ce qu’elle a la possibilité de faire, de la diversité des métiers, des études, des voyages… Elle mérite ce repos, elle mérite cette tranquillité. Je n’ai jamais vraiment su ce qu’à pu lui faire subir les Supérieurs lorsqu’ils étaient encore là mais rien que par son statut, elle en a suffisamment bavé. A elle d’être heureuse et de vivre. Même si je risque tout simplement de foutre un coup de poing au carreau de cette édifice qu’elle tente de construire lentement mais sûrement.

- Il y a un tas de cursus à exploiter ou même de filière de métier. Je suis sûre que tu trouveras ton bonheur. D’ici là, prend aussi le temps de te faire plaisir.

De prendre du recul, de prendre du repos. Comme Enzo qui a apparemment prit ses cliques et ses claques pour partir plusieurs jours le long des côtes, seul, pour respirer, se retrouver.
Le serveur arrive, débouchonne la bouteille et m’en fait goûter un fond de verre que je valide d’un sourire pour ensuite se faire servir. Royal. Je ne pensais pas que l’on aurait le droit à un service si… pointilleux.

- A notre avenir alors ?

Les quelques mots me donnent l’impression que le monde s’écroule, tout simplement. J’ai une boule dans la gorge, un sourire crispé lorsque je fais tinter mon verre contre le sien alors qu’elle semble si radieuse. Pourquoi faire durer la torture ? Pourquoi ne pas lâcher la bombe tout de suite ? Que l’on en finisse. Je n’en peux plus de rester dans cette incertitude, à me demander comment elle réagira mais surtout à me persuader que la finalité sera aussi simple que le mot « rupture ».
C’est probablement du gâchis que de ne pas le déguster mais c’est une grande gorgée de vin que je prend avant de déposer mon verre sur la table, parce que la question suit sonne le glas.

- Et toi alors, tu comptes aller où à la rentrée ?

Nous y sommes et c’est sans la regarder que je dépose mon verre.

- C’est aussi pour ça que je voulais que l’on se voie. Je lève mon regard vers celui d’Emily avant d’enchainer. Parce que j’avais terriblement envie de te voir en premier lieux mais aussi parce que je dois te parler de quelque chose.

Je ne fais pas durer le système malgré mon cœur qui commence sérieusement à s’emballer et mon ventre se crisper de douleur, de stress. J’appréhende, peut-être pas aussi violemment que Riley hier mais quand même. Suffisamment fort pour me sentir terriblement mal à l’aise.

- Je me suis réinscrite à Poudlard. J’y retourne à la rentrée.

La bombe est larguée mais sans surprise, je me sens pas plus à l’aise pour autant. Bien au contraire.

- Il n’était pas prévu que j’y retourne mais beaucoup de choses ont changées. J’ai des objectifs à atteindre et il n’y a que là-bas que je peux le faire, malgré tous les risque que cela comporte.


Comme de finir mes études, de me perfectionner pour devenir Auror en aidant les gardiens par exemple et d’autres encore. Je glisse ma main vers celle d’Emily, espérant qu’elle ne la repousse pas même si je comprendrais la réaction de cette dernière. Mais il y a autre chose qui me travaille, qui m’angoisse en silence : sa décision à elle. Car qui dit Poudlard, dit relation à distance. C’est à peine sûr si nous nous revoyions pendant les vacances, tout dépendra de comment se profile la sécurité au château et c’est quelque chose qu’il faut bien évidemment prendre en compte mais pour moi, il est hors de question de rompre. C’est égoïste mais … pas maintenant que j’ai trouvé cette part de bonheur avec elle.
J’attends une réaction, n’importe laquelle. Du meilleur au pire.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3146
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins / Bethany M. Gatling



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: You cry a little, so do I. - Emily   Mar 10 Avr 2018 - 21:58

Emily avait tiré la langue avant de rire doucement alors que Kezabel lui rappelait que pour travailler dans le service, elle allait devoir faire attention à sa tenue. Effectivement, ce n’était pas forcément le fort de la demoiselle, elle qui aimait s’habiller comme bon lui semblait et surtout, ne pas suivre les codes à la lettre. Mais elle avait grandi et acceptait désormais de faire des concessions. Parce que ce n’était plus aussi important qu’avant tout ça… Non, maintenant elle avait de nouveau la possibilité d’avoir un avenir et elle voulait rester concentrée là-dessus. Elle saurait faire des concessions, elle saurait accepter des contraintes parce que la vie qui pourrait en ressortir serait bien plus douce. Mais en attendant, comme le soulignait si bien Kezabel, elle pouvait prendre un peu de temps. Le temps de trouver sa voie, de réfléchir à tout ça.

« Oui tu as raison, je vais nous réserver plein de soirées comme celle-ci ! »

Emily sourit, d’un air légèrement taquin alors que le serveur venait remplir leurs verres. Elle attrapa ensuite le sien pour le faire tinter avec celui de Kezabel, un sourire radieux planté sur le visage. Tout ça était incroyable, presque surréaliste. Jamais elle n’aurait imaginé une telle chose. Elle but alors une gorgée de vin, qui était d’ailleurs très doux et reposa son verre, toujours sourire aux lèvres. Emily relança ensuite la conversation, interrogeant Kezabel sur ses ambitions. Elle fut surprise de la voir prendre une grande gorgée de vin, si soudainement. Mais elle fut incapable d’attribuer ça à quoi que ce soit et attendit donc sa réponse comme si de rien n’était. Sauf que dès les premiers mots, Ems sentit bien quelque chose clochait. Son sourire disparut lentement sans pour autant qu’elle ne prenne une expression sombre. Simplement, elle ne pouvait s’empêcher de se demander ce qui allait suivre.

« Je me suis réinscrite à Poudlard. J’y retourne à la rentrée. »

Stop. Tout s’arrête dans l’esprit d’Emily. Elle ne bouge plus, son regard reste fixé sur Kezabel alors que les mots se répètent dans son esprit, prenant peu à peu du sens. Sa petite-amie elle, reprend le fil des mots. Lui expliquant les raisons de sa décision. Emily sentit alors la main de Kezabel se poser sur la sienne. Encore abasourdie, elle resta quelques instants sans bouger. Puis, ce fut comme si elle retrouvait enfin sa capacité de mouvement. Elle baissa la tête, prit une profonde inspiration avant de reprendre la parole.

« Je t’avoue que je ne m’attendais pas à ça… »

Emily dégagea alors doucement sa main de celle de Kezabel pour attraper son verre de vin et prendre une gorgée. Elle reposa ensuite le verre sur la table et commença à faire tourner le vin à l’intérieur. Son regard était fixé sur le liquide pourtant, elle ne le voyait pas vraiment. Il y avait bien d’autres choses dans son esprit.

« C’est ta décision et même si j’aurais aimé qu’elle soit différente… Je ferai rien pour t’empêcher d’y retourner. Si tu es sûre de toi alors je peux que te soutenir dans ce choix. »

Parce qu’elle-même n’avait pas supporté qu’on décide à sa place. Lorsque Ricardo avait décidé de la tenir à l’écart du concert, elle s’était sentie trahie. Cela avait fait naître une colère sourde en elle et si cette dernière avait été légèrement disproportionnée, une chose était sûre : elle refusait qu’on dirige sa vie pour elle. Elle ne pouvait donc pas faire la même chose avec Kezabel. Même si, l’idée de l’imaginer de nouveau là-bas, exposée et loin d’elle lui vrillait l’estomac. Emily décolla alors enfin le regard de son verre pour poser ses yeux sur le visage de Keza. Une question lui brûlait les lèvres mais elle craignait terriblement de la poser. Ou plutôt, elle avait horriblement peur de la réponse.

« Mais je dois savoir… »

Emily serra les dents. Elle n’était pas douée pour ça. Elle avait envie de disparaître, de prendre la fuite, de ne pas affronter cette situation qui lui donnait l’impression que tout autour d’elle pouvait s’effondrer d’une minute à l’autre. Mais si elle voulait d’une nouvelle vie, elle devait aussi accepter ça. De prendre les choses à bras le corps, d’assumer, d’affronter.

« Qu’est-ce que… enfin… Et nous ? »

Emily déglutit. Son regard se perdait dans celui de Kezabel et soudainement, elle se sentait terriblement fébrile. Accepter que Kezabel parte à Poudlard c’était une chose, peut-être ne mesurait-elle pas tous les tenants et les aboutissants sur le moment d’ailleurs. Mais une autre question la taraudait actuellement, l’empêcher de voir les choses avec discernement : quelle place y avait-il pour elle, pour leur vie de couple là-dedans ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2469
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: You cry a little, so do I. - Emily   Jeu 10 Mai 2018 - 0:16

I love you.
EXORDIUM.
- Je t’avoue que je ne m’attendais pas à ça…
- Désolée.

Mauvais moment ? Mauvais timing ? J’me rend compte que oui, tout ça était peut-être une erreur de ma part, mais j’voulais rendre les choses plus « faciles », profiter d’un moment avec elle avant que je ne parte. Et ça n’est pas mon départ en soi qui pose problème mais plutôt les risques que cela engendre. La réaction de Riley me reste encore sur l’estomac, le cœur, d’autant plus que je dois me confronter un silence radio de sa part. Ca ne fait que 24 heures et pourtant elle me manque déjà. Involontairement, je m’attends presque à la même réaction de la part d’Emily, que je trouverais presque justifiable. D’autant plus lorsqu’elle dégage sa main de la mienne, me laissant une incroyable impression de vide, de creux au fond des tripes.

- C’est ta décision et même si j’aurais aimé qu’elle soit différente… Je ferai rien pour t’empêcher d’y retourner. Si tu es sûre de toi alors je peux que te soutenir dans ce choix.

Une vague de chaleur se diffuse au creux de moi, comme une sorte de soulagement. Et j’me rends compte que ce sont les mots que j’aurai aimé entendre de la bouche de Riley. Je ne lui en veux pas, ne lui reproche pas, je ne me le permettrais pas mais je crois qu’égoïstement ça m’aurait aidé à rendre toute la démarche moins difficile et douloureuse. J’ai l’impression de risquer de la perdre tout comme je risque de perdre Emily ce soir.
Nos regards se croisent de nouveau. Je n’ai plus faim, plus envie de profiter de ces repas qui me faisaient envie il y a quelques minutes, l’estomac complètement noué. Je savais que ça serait difficile mais il faut croire que je n’étais pas entière préparé.

- Mais je dois savoir…

J’attends en silence qu’elle achève sa phrase qui m’achèvera peut-être par la même occasion.

- Qu’est-ce que… enfin… Et nous ?

Question légitime que je me suis moi-même posée même si tout, de mon côté, tout est clair. Mes envies, mes besoins, ma décision. Ces derniers mois ont été durs en émotions entre la grossesse, l’avortement, cette décision. J’en assumerais les conséquences mais sans dommages même si je n’en dis rien. Mais je n’ai pas le droit de flancher.

- Je n’ai pas envie que notre relation s’arrête, si ça ne tenait qu’à moi je continuerais sans me poser de question. Je t’aime et je n’ai pas envie que ma décision n’interfère dans notre couple.

Je marque une pause sans lâcher ma petite amie du regard. Encore une fois, je n’ai pas le droit de lui imposer quoi que ce soi et c’est ce que je m’apprête à dire avant que le serveur ne vienne nous interrompre pour nous servir les plats choisit. Je me recule légèrement, le laisse mettre en place l’assiette fumante devant nous. Bien que l’odeur est alléchante, je n’ai plus l’envie d’y toucher. Je le remercie d’un sourire et le laisse s’éloigner avant de me reconcentrer sur Emily.

- Je comprendrais que tu ne veuilles pas continuer, que tu ne préfères pas te lancer dans une relation à distance même si je reviendrais pour les vacances.

S’il y en a…

- Je ne te l’imposerais pas.

Même si malheureusement, c’est un peu ce que je fais en prenant cette option de retourner à Poudlard, la poussant à une décision qu’elle aurait certainement préféré ne jamais avoir à faire, à prendre.
Je jette un regard à la bouteille de vin, à nos deux repas et secoue légèrement la tête, lâchant un soupire.

- Je suis désolée, c’était peut-être ni l’endroit, ni le moment de t’annoncer ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3146
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins / Bethany M. Gatling



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: You cry a little, so do I. - Emily   Jeu 10 Mai 2018 - 21:33

La question avait été posée et Emily n’attendait qu’une chose : que les lèvres de Kezabel se mettent à bouger et qu’enfin elle mette fin au suspense. C’était l’attente qui lui tordait actuellement les entrailles, qui lui donnait l’impression que le temps s’était soudainement suspendu autour d’elles. Kezabel allait retourner à Poudlard et sans doute qu’au fond, Emily ne se rendait pas réellement compte de ce que cela impliquait réellement. Bien sûr, elle avait peur, bien sûr elle savait qu’en retournant là-bas, sa petite amie s’exposait à un certain nombre de danger. Mais la cracmolle ne pouvait pas tout réaliser encore, l’attente, le fait d’être séparées, de se sentir seule, de se languir, d’avoir juste envie de la sentir contre elle… Oui, tout cela, elle en prendrait conscience plus tard. Mais pour l’instant, il y avait autre chose dans son esprit. Une réalité bien plus importante en cet instant à ses yeux.

Lorsque les premiers mots de Kezabel tombèrent enfin, Emily eut presque envie de lui demander de répéter. Elle avait peur d’avoir imaginé, de s’être trompé, d’avoir entendu ça parce que c’était ce qu’elle souhaitait. Son cœur s’était affolé, son souffle était plus court qu’elle ne l’aurait vu. Le serveur interrompit alors leur échange et si Emily aurait aimé pouvoir entendre la suite vite, cela lui permit de prendre une bouffée d’air. Elle remercia maladroitement le serveur qui s’éclipsa. Son regard se perdit de nouveau dans celui de Kezabel. La belle blonde reprit rapidement la parole et Emily la fixa, sans ciller. Acceptant chaque mot, l’enregistrant dans sa mémoire, imprimant le visage de sa petite-amie avec une rage folle. Comme si elle pouvait disparaître… Parce qu’en un sens, c’était ce qui allait se passer. Kezabel baissa le regard sur son assiette, poussa un soupir et Emily reconnecta soudainement avec la réalité.

« Il faut qu’on se dépêche de finir cette conversation avant que ce ne soit froid… »

C’était une blague, maladroite comme en témoignait le sourire peu assuré d’Emily. C’était sa manière de gérer ce genre de situations. Elle n’était pas toujours à l’aise avec ces moments plein d’émotions. Elle était toujours dans les extrêmes, passant de la peur profonde, de la tristesse intense au soulagement le plus profond. C’était toujours ainsi. Et là, elle était entre deux phases.

« Je veux pas qu’on se sépare Kezabel… Je me sens bien avec toi. J’ai jamais été aussi bien dans ma vie et je sais que je te le dois en partie. »

La main d’Emily se faufila alors de nouveau sur la table pour venir chercher celle de Kezabel qu’elle avait abandonné quelques instants auparavant. Elle avait envie de la sentir de nouveau dans la sienne. Mais elle avait aussi envie de la rassurer et de lui faire comprendre qu’elle ne partirait pas tout de suite. Non, elle n’en avait aucunement l’intention.

« Tu vas me manquer… Chaque jour… Mais j’ai envie d’essayer. J’arrive pas à imaginer laisser passer cette chance que j’ai de vivre cette histoire avec toi. Et tant pis si Cameron doit subir mes états d’âmes, mes pleurnicheries, je suis sûre que ça vaut le coup. »

Un nouveau sourire se dessina sur le visage d’Emily. Il n’était pas encore aussi lumineux et plein que ceux qu’elle avait adressés à Kezabel en arrivant mais il y avait un changement. La nouvelle était arrivée jusqu’à son cerveau et maintenant qu’elle savait que Keza était prête à leur laisser une chance, qu’elle le voulait malgré tout… Elle sentait de nouveau la douceur et la plénitude l’envahir. Oh bien sûr, elle cogiterait de nouveau le lendemain, aurait sans doute un méchant coup de blues. Mais pour une fois, son caractère lunatique et extrême lui rendait service. Elle arrivait à se concentrer sur ce soulagement intense qu’elle ressentait désormais. Parce que Kezabel lui avait confirmé une fois de plus qu’elle croyait en elles, en leur histoire. En leur avenir aussi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2469
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: You cry a little, so do I. - Emily   Ven 25 Mai 2018 - 22:48

I love you.
EXORDIUM.
- Il faut qu’on se dépêche de finir cette conversation avant que ce ne soit froid…

J’ai du mal à rire même si je réussis à lui donner au moins un sourire. Je sais qu’elle essaie de détendre l’atmosphère mais je ne veux pas qu’elle se force à une bonne humeur, qu’elle se force à sourire. Mais d’un autre côté, je commence à la connaitre par cœur, c’est aussi sa manière à elle de gérer la situation, de réussir à y faire face. Et je ne veux pas lui enlever ça.

- Je veux pas qu’on se sépare Kezabel… Je me sens bien avec toi. J’ai jamais été aussi bien dans ma vie et je sais que je te le dois en partie.

Mon cœur loupe un battement alors que je redresse mon regard vers celui de ma petite amie. Ses mots me prennent au dépourvue, me touchent, me bouleversent. J’ai du mal à retenir mon émotion déjà fragile depuis hier après le départ de Riley et j’ai toutes les peines du monde à ne pas pleurer, ravalant difficilement mes larmes alors que la main d’Emily rejoint la mienne. Je la serre entre mes doigts, la serre, la garde.
J’ai du mal à concevoir faire partie d’un bonheur, que je puisse jouer un rôle majeur dans le bien être de quelqu’un … pourtant, je pourrais retourner ce discours à Emily. Les relations amoureuses ne sont pas tellement quelque chose que j’ai bien gérer durant mon année scolaire, ni là où j’ai eu le plus de chance. Et si j’ai commencé à me demander si ça n’était pas moi le problème, Emily m’a rapidement fait comprendre que non, c’était loin d’être le cas. Je redécouvrir les plaisirs d’être à deux tout en ayant accès à une liberté.

- Tu vas me manquer… Chaque jour… Mais j’ai envie d’essayer. J’arrive pas à imaginer laisser passer cette chance que j’ai de vivre cette histoire avec toi. Et tant pis si Cameron doit subir mes états d’âmes, mes pleurnicheries, je suis sûre que ça vaut le coup.

Cette fois mon sourire se fait plus rassurer alors que je chasse une larme rapidement du bout du doigts, gardant sa main dans a mienne. Une vague de chaleur m’apaise le cœur, l’esprit, alors que je me sens soulagé, presque plus tranquille. Et encore une fois, égoïstement, je prends conscience que c’est ce que j’aurai voulu entendre de la bouche de Riley. Mais comment lui reprocher ? Je sais comment elle est. C’est une sanguine, une tornade. Peu importe le temps que ça lui prendra mais je dois lui laisser l’espace nécessaire pour qu’elle digère, même si ça me crève le cœur.
Mais pour l’instant, je me concentre sur Emily, cette soirée et notre couple.

Mes doigts se nouent aux siens, s’y agrippent sans que je ne la lâche des yeux.

- Toi aussi tu vas me manquer. Terriblement.

Et je ne peux pas faire plus sincère. Plus qu’elle ne peut l’imaginer, plus que moi-même je ne peux l’imaginer.
Nos mains finissent par se séparer et c’est presque par réflexe que nous commençons à entamer notre assiette. Emily a raison, il serait dommage de laisser refroidir un repas qui a l’air aussi bon.

- Cameron m’en doit une alors il peut bien supporter des plaintes jusqu’à au moins la fin de l’année scolaire.

Je lâche un rire plus franc, sur le ton de la blague. Bien évidemment que je ne vais pas lui faire « payer » l’aide que je lui ai fourni en le mettant en contact avec Shannon. C’était de bon cœur et je suis ravis de voir à quel point ils ont matchés tous les deux et surtout à quel point cette rencontre lui sert encore aujourd’hui. Shannon a l’air aux anges de pouvoir guider et prendre sous son aile une sorte de nouvelle recrue.
Je prends une gorgée de vin avant de revenir à la discussion.

- Merci de comprendre, de rester. C’est égoïste mais les choses seront plus faciles de savoir que tu seras là. J’esquisse un sourire désolé, bien consciente que ça parait égocentré dit comme ça. J’essaierais de te donner un maximum de nouvelle, promis.

Autant que je le peux. Et qu’elle le veut également. Loin de moi l’idée de l’étouffer avec des courriers incessants.

- D’ailleurs… Ça te dirais de faire un tour au chemin de traverse demain ? Je me disais que ça serait plus pratique si tu avais ton propre hibou. Ou une chouette, comme tu veux.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3146
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins / Bethany M. Gatling



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: You cry a little, so do I. - Emily   Sam 26 Mai 2018 - 15:54

Emily esquisse un sourire. Elles allaient se manquer, penser chacune l’une à l’autre jusqu’à user leurs souvenirs. Mais au moins, elles pourraient se réconforter en se disant qu’elles s’aimaient, qu’elles pensaient autant l’une qu’à l’autre. Elles y arriveraient, Ems en était persuadée. Bien sûr, elle risquait d’être un peu insupportable par moment. Mais elle savait aussi qu’elle finirait par trouver l’énergie pour garder la tête haute, pour continuer à sourire en pensant au moment de leur retrouvailles. Elle pleurerait sans doute parfois, serait inquiète aussi. Mais elle avait confiance en Kezabel et elle s’en rendait compte en cet instant. Elle avait confiance en elle pour se défendre, pour se protéger. Mais aussi elle avait confiance en elle par rapport à leur histoire. Leurs mains se séparent lentement et elles commencent à manger. Le repas est délicieux tout comme le rire de Kezabel qui s’élève soudain alors qu’elle parle d’une dette que Cameron a envers elle. Emily rit de bon cœur à son tour.

« Je lui dirai ça quand il se plaindra ! »

Elle rit, elle attrape son verre de vin et boit délicatement une gorgée. Cet instant est incroyable, elle ne se serait jamais imaginée là. Elle sent qu’elle maîtrise certains de ses gestes et pourtant, elle se sent bien. Ems plante sa fourchette quand Kezabel reprend la parole. Elle lui sourit avec toute la douceur dont elle est capable.

« J’espère bien que tu me donneras des nouvelles, de toute façon je te laisserai pas le choix ! Tu sais que je peux être vachement persuasive… »

Un nouveau sourire se dessine sur le visage d’Emily, plus coquin. Oui bien sûr elle a entendu les remerciements de Kezabel et ils lui ont chauffé le cœur mais elle a préféré ne pas insister dessus. Elle le prend, les accueille mais pense au fond d’elle-même qu’ils n’auraient pas dû être formulés. Elle fait ça pour Kezabel mais aussi pour elle-même. Elle ne supporterait pas d’avorter leur histoire, d’y mettre un terme par peur. Elle ne veut pas perdre cette flamme qui lui réchauffe le cœur depuis des semaines maintenant. C’est bien trop précieux, bien trop fort. Comme ce sourire qui illumine son visage, prend soudainement toute la place.

« Oh ce serait génial ! J’ai toujours rêvé d’avoir une chouette !! J’te préviens, je vais être super chiante, on va galérer à la choisir… Bon sauf si j’ai un coup de cœur direct. »

Et la machine était lancée. Non elle n’avait pas oublié la terrible nouvelle, celle qui venait de chambouler les plans qu’elle avait pu élaborer. Mais elle devait l’accepter et avancer avec. Et cette chouette était une bonne transition. D’autant qu’Emily en avait réellement toujours rêvé, en tant qu’enfant née dans une famille de sorciers, elle avait attendu ses 11 ans sagement pour avoir elle aussi son petit animal volant…

~31 août – Dans l’après-midi ~

Emily est en train de se battre avec le mixeur de sa cuisine. Elle y a plongé un certain nombre de fruits pour préparer un jus plein d’énergie pour elle et Kezabel. Elle va bientôt partir. Ce sont leurs derniers moments ensemble et elle a décidé de faire un jus de fruits, sans trop savoir pourquoi. Dans sa chambre, où Kezabel l’attend, on peut entendre les pépiements de Janis. Janis, c’est la petite chouette qu’elles ont acheté ensemble le lendemain de leur rendez-vous au restaurant. Le repas s’était prolongé avec légèreté, la cuisine était délicieuse, le vin aussi et légèrement enivrée, Emily avait invité Kezabel à dormir chez elle. Le lendemain, elles s’étaient rendues au chemin de traverse et finalement, ça avait été assez rapide. Ems avait flashé tout de suite. Une petite chouette blanche et brune, aux grands yeux jaunes. Encore bien jeune mais Ems avait fondu et personne n’avait pu lui faire changer d’avis. Bon par contre, elle avait demandé un coup de main aux sorciers, achetant un drap insonorisant pour la nuit, histoire que Cameron ne pète pas les plombs trop vite.

Eclaboussée de jus d’orange, Emily entrait finalement dans sa chambre, deux verres à la main. Elle avait eu quelques peines mais les jus avaient l’air bons. Elle en tendit un à Kezabel avant de s’asseoir auprès d’elle.

« C’est bon, tu as tout dans tes affaires ? Je suis pas sûre que Janis soit encore prête à t’envoyer un gros colis de chaussettes oubliées. »

Et elle lâcha un léger rire même si elle sentait son estomac se nouer.

Janis !:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2469
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: You cry a little, so do I. - Emily   Sam 9 Juin 2018 - 18:14

I love you.
EXORDIUM.
- J’espère bien que tu me donneras des nouvelles, de toute façon je te laisserai pas le choix ! Tu sais que je peux être vachement persuasive…
- C’est vrai… mais peut-être qu’une petite piqûre de rappel ne ferait pas de mal.

L’ambiance se détend, se délie pour laisser place à une taquinerie qui lui va si bien. Je pensais faire voler en éclat toute cette soirée mais la réaction d’Emily aide à ce que le moment se déroule tranquillement, paisiblement malgré ce poids qui pèse sur les épaules et sur les cœurs. Mais ça me pousse à en profiter, à la regarder dans les moindres détails, m’imprégner de son sourire, son rire, ce toucher qui effleure le dos de ma main pour me le ressortir chaque jour où la distance pèsera.
La discussion se poursuit sur un ton plus léger, plus insouciant en plus proposant un petit tour au chemin de traverse pour lui choisir une chouette que je lui offrirais. Parce que j’y tiens, parce que j’ai envie de lui faire plaisir et que le contact se maintienne entre nous.

- Oh ce serait génial ! J’ai toujours rêvé d’avoir une chouette !! J’te préviens, je vais être super chiante, on va galérer à la choisir… Bon sauf si j’ai un coup de cœur direct.

J’éclate de rire, sincèrement heureuse de la voir si enthousiasme à l’idée d’y aller.

- Ca me va et si jamais tu es aussi chiante que ça, tu n’auras plus qu’à te faire pardonner après.

A mon tour de lui lancer un sourire coquin, suivit d’un clin d’œil, poursuivant le repas qui s’offre à nous. Et cette fois, plus de tristesse, plus de discussion lourde ou triste, juste la joie d’être là, toutes les deux et de ne penser à rien d’autres que des choses positives qui nous maintienne ce même sourire sur nos visages. Je ne vois pas l’heure défilé, me concentrant uniquement sur le bonheur qu’Emily me procure et tout l’amour que je ressens pour cette femme qui me colle ces feux d’artifice au creux du ventre.

#


31 Août – Après-midi

- Bon sang que tu es bavarde…

Janis piaille de plus belle, comme si elle était bien trop heureuse d’avoir quelqu’un avec qui discuté, qu’elle tentait de me répondre quoi que ce soit. Je m’approche de la cage, lui tend une petite friandise après m’être assurée qu’Emily n’arrivait pas au même moment.

- Tu as de la chance d’être mignonne… Tiens. Je lui tends son morceau de friandise qu’elle saisit en picorant avec énergie. Mais tu ne dis rien à ta mère !

Elle s’exprime avec joie, bats des ailes en sautant d’un perchoir à l’autre.

- C’est Cameron qui doit être content tiens…

J’éclate de rire, lui gratouille le sommet du crâne avant de me reculer et de retourner à mes affaires. Emily avait fait un parfait choix de chouette, Janis lui ressemblait sur bien des points a toujours avoir l’air vive, pleine d’énergie, de joie.
Je reviens à mon sac, ramasse les dernières affaires que j’ai laissé éparse dans la chambre d’Emily et vérifie que je n’oublie rien, déposant ma baguette sur la table de chevet.

Sa petite amie finit par entrée et lorsque je lève les yeux vers elle, ce n’est pas les jus qu’elle tient en mains que je regarde en premier mais son tee-shirt qui en est tacheté. Assise sur le lit, je prends le verre qu’elle me tend alors qu’elle s’assoit à côté de moi.

- Merci.
- C’est bon, tu as tout dans tes affaires ? Je suis pas sûre que Janis soit encore prête à t’envoyer un gros colis de chaussettes oubliées.
- Non, t’en fais pas. Normalement, j’ai tout. Et dans le pire des cas, ça me fera une très bonne excuse pour revenir.

Je dépose un baiser sur ses lèvres habillé d’un sourire, tout en essayant de ne pas trop pensé que ce moment est le dernier que nous passons avant un bon moment.

- Mais toi, fais-moi penser à te prendre un tablier la prochaine fois.

J’éclate de rire devant son tee-shirt, gentiment moqueuse tout en prenant une gorgée du jus bien frais qu’elle nous a préparé.

- Délicieux ! Une vraie championne.

Un pur jus frais, revitalisant, je peux être certaines que je vais clairement tenir toute la soirée avec Riley avec ce truc. Assise sur son lit, de biais, je prends le temps de la regarder tout en sirotant cette boisson qui fait du bien, qui rafraichit l’esprit.
Emily va me manquer et pour ainsi dire, elle me manque déjà même si je n’en dis rien pour ne pas rajouter du sel sur la plaie. Je sais que je n’ai pas tellement le droit de me plaindre, après tout j’ai choisi de repartir là-bas mais je ne peux pas nier qu’un creux se forme dans ma poitrine à l’idée de partir sans Emily. Mais aussi sans Riley.
Sa main dans la mienne, j’en caresse le dos du pouce avant de finalement me lancer.

- Dis moi… Est-ce que tu serais d’accord pour passer à la gare demain ? Je comprendrais que tu ne veuilles pas mais ça me ferait vraiment plaisir de t’y voir.

Juste une dernière fois, une dernière étreinte, un dernier baiser avant de rejoindre les bancs de l’école. Certains ne préfère pas s’épancher sur des aux-revoir mais je crois que ça me permettrait de partir le cœur plus léger, sur une note positif en espérant que la soirée avec Riley se passe bien, sans anicroche et que la situation ne s’envenimera pas. J’ai bon espoir que non, je ne pourrais jamais partir sereine d’ici sans avoir pu renouer avec ma meilleure amie.

- Tu vas terriblement me manquer, tu sais ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3146
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins / Bethany M. Gatling



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: You cry a little, so do I. - Emily   Dim 10 Juin 2018 - 13:30

Si seulement Kezabel pouvait avoir un moyen de revenir régulièrement, même juste pour récupérer des chaussettes… Ce serait merveilleux mais Emily savait comment fonctionnait Poudlard. Elle savait qu’elle devrait chaque fois attendre les vacances scolaires. Ce serait long. Mais elle y arriverait. Parce qu’elles deux ce n’était pas juste une petite histoire comme ça. C’était plus fort que ça, plus poignant, plus intense… Et c’était simple aussi à la fois. Leurs rires se firent entendre une fois de plus, à l’unisson, alors que Kezabel faisait une réflexion sur son T-shirt tâchait de jus. Il était vrai que si elle continuait à vouloir faire des expérimentations en cuisine, il allait lui falloir un équipement approprié parce qu’à ce rythme, toute sa garde-robe allait finir par être tâchée. Le principal en tout cas, c’était que son jus de fruits était bon. Elle accueillit le compliment de Kezabel avec un grand sourire, signe de sa fierté. Elle se redressa même sur le lit, la poitrine en avant puis se mit à rire de nouveau et profita à son tour d’une longue gorgée de jus. Elle posa ensuite son verre à côté d’elle alors que Kezabel tenait sa main, la caressant doucement du pouce. Elle lui posa finalement une question qui semblait lui brûler les lèvres depuis un moment déjà. Ems lui adressa un sourire doux.

« Bien sûr que je viendrai. J’ai bien l’intention de profiter de chaque seconde qu’il me reste avec toi. »

Emily déposa alors un baiser chaste sur la joue de Kezabel. Sa petite-amie avait décidé de passer du temps avec Riley avant de partir et elle le comprenait tout à fait. Bien sûr qu’une part d’elle était un peu jalouse, elle aurait aimé la garder rien que pour elle, jusqu’au bout. Mais Riley et Kezabel avaient une relation fusionnelle et Ems n’avait pas le droit de se mettre entre elles. Si cependant elle avait l’occasion de la revoir encore une dernière fois avant son départ, elle ne cracherait pas dessus, bien au contraire… La voix de la jolie blonde se fit de nouveau entendre. Emily avait attrapé son verre pour boire une nouvelle gorgée avant de le reposer.

« Toi aussi, tu vas me manquer. A chaque seconde. »

Emily se leva alors pour se tenir debout devant Kezabel, tenant toujours sa main dans la sienne. De l’autre, elle vint caresser son visage avec une douceur extrême. Son regard était rivé dans le sien. Ses doigts glissaient lentement sur sa peau, redessinant les contours de son visage, ses traits. Comme il elle cherchait à les mémoriser. Sa main glissa finalement dans la nuque de Kezabel, sur son épaule, avant que son bras ne retombe lentement le long de son corps. Elle vint alors placer son genou à côté de Kezabel, puis l’autre. Posée comme ça, son visage était plus haut que celui de Keza, comme si elle était plus grande ce qui était plutôt rare. Un sourire amusé aux lèvres, elle vint l’embrasser avec douceur. Mais aussi avec une certaine fougue qu’elle était incapable de retenir.

« Ça aussi ça va terriblement me manquer… »

Emily revint alors embrasser Kezabel, ses mains entourant son visage avec douceur. Et puis, ses lèvres glissèrent le long de sa mâchoire, embrassant chaque parcelle de sa peau. Elle glissa finalement son visage dans son cou, réservant le même sort à la peau qui s’offrait soudainement à elle. Les lèvres d’Emily remontèrent finalement jusqu’à l’oreille de Kezabel. Elle sentait le souffle de sa petite-amie contre son visage.

« Et ça aussi… »

Emily s’immobilisa alors quelques instants, fermant les yeux. Elle s’imprégnait de l’odeur de Kezabel, de son corps qu’elle sentait si proche, de cette impression qu’elles étaient liées par quelque chose de si fort que rien au monde ne pourrait les séparer. Kezabel allait retourner à Poudlard, faire sa route et elle allait commencer sa nouvelle vie. Mais elles seraient toujours l’une avec l’autre. Parce que personne ne pouvait se dresser contre ça, personne ne pouvait les empêcher de s’aimer. Emily était de nouveau vivante, de nouveau entière. La vie s’offrait enfin à elle. Alors qu’importe les obstacles, elle les dompterait tous les uns après les autres. Surtout en sachant que Kezabel serait toujours là…

Sans prévenir, Emily se leva finalement, reculant de quelques pas et glissa ses mains dans son doigt. Elle afficha alors une petite moue enfantine. Elle adorait faire ça, allumer le feu et ensuite faire semblant d’être une petite gamine innocente. Ouip, c’était définitivement sa spécialité et elle en était très fière.

« Fini ton jus, faudrait pas que tu sois en retard ! »

Un sourire coquin pointait sur le regard d’Emily alors qu’elle attrapait son verre de jus. Elle se mit à le siroter, affichant toujours ce petit air d’enfant. Elle savait qu’à la minute où Kezabel franchirait cette porte, l’envie de pleurer lui serrerait la gorge. Mais elle était encore euphorique alors autant en profiter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2469
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: You cry a little, so do I. - Emily   Mar 26 Juin 2018 - 11:42

I love you.
EXORDIUM.
- Bien sûr que je viendrai. J’ai bien l’intention de profiter de chaque seconde qu’il me reste avec toi.

Un sourire étire mes lèvres et je déglutis en silence. Ses simples mots m’émeuvent, me touchent et je baisse les yeux une seconde pour voler un instant de répit et me reprendre. Je ne pleurerais pas, je me le refuse. Je veux profiter de chaque instant avec Emily avant mon départ et je veux faire ça avec le sourire et cette même tendresse que cette femme évoque chez moi.
Les mots m’échappent, ceux qui annoncent cette vérité. Qu’elle me manquera. Même si finalement, deux mois avant les vacances ça n’est rien. Nous allons être toutes les deux certainement occupés au point de ne pas se rendre compte du temps qui passe… mais lorsque nous avons eu l’habitude d’être au même endroit avec la possibilité de se voir quand on le voulait, difficile de se dire que d’ici 48 heures ça ne sera plus le cas. On s’y habituera, je le sais mais pour l’instant, je me focalise sur sa présence.

- Toi aussi, tu vas me manquer. A chaque seconde.

Je la regarde se lever, mon verre désormais sur la table de chevet. Face à moi, Emily vient caresser mon visage du bout des doigts, tandis que son autre main serre toujours la mienne, en douceur. Je me laisse faire et apprécie ce contact à sa juste valeur. Je les sens parcourir les traits de mon visage, comme une ultime mémorisation. Alors, je ferme les yeux. Car si elle cherche à graver mes traits, je veux de mon côté me souvenir de ce doux contact, celui de la pulpe de ses doigts sur ma peau pour me le remémorer les jours où son absence se fera plus lourde.
Ma respiration se fait lente, puis subit une légère accélération lorsqu’Emily glisse vers ma nuque, me déclenchant un long frisson délicieux le long des avant-bras. Je m’en délecte en silence, ses doigts poursuivant leur course jusqu’à mon épaule avant de s’évaporer.
Mes yeux s’ouvrent, je cligne des paupières alors qu’Emily se rapproche, venant à califourchon au-dessus de mes cuisses. Ses lèvres sur les miennes et un nouveau frisson se déclenche le long de mes bras qui se propage cette fois le long de ma colonne vertébrale. L’échange est doux et fougueux à la fois. Chaud. Presque brûlant. Suffisamment pour accélérer les battements de mon cœur tandis que mes mains se glissent sur ses hanches, puis dans son dos pour la maintenir là, contre moi.

- Ça aussi ça va terriblement me manquer…

Je ne bronche pas, me laisse faire, totalement à sa merci. Notre relation n’a pas cessé d’évoluer et j’ai la sensation que plus les jours passent, plus cette vie fait prendre une certaine assurance à Emily. Je la sens plus confiante, plus décisionnaire tout comme je la sens plus épanouie. Elle évolue, trouve sa voie et je suis heureuse de la voir presque en phase avec elle-même, de la voir franchir toutes ces étapes sans jamais broncher, sans jamais fléchir. Elle représente une force de caractère que peu soupçonne, à tort.
Mais en attendant, c’est un léger soupir mêlé d’un gémissement de bien être qui s’échappe de mes lèvres lorsque les siennes dérivent vers mon cou après un énième baiser. J’y sens l’impact, les frissons qui se succèdent et mon souffle qui s’accélère. Emily sait toujours viser là où ça fait le plus de bien, là où elle peut me rendre fébrile en quelques gestes, quelques intentions bien choisit, bien placés, comme en cette seconde où je lui offre la peau de mon cou, tendant légèrement la tête sur le côté. Mes mains glissent dans son dos, reviennent sur ses hanches.

- Et ça aussi…

Mes doigts se crispent sur son vêtement, mon sourire s’élargit en silence alors que mon ventre se creuse d’une myriade d’émotions aussi positives les unes que les autres. J’inspire son odeur, garde les yeux fermés pour profiter plus amplement de ce contact, de la chaleur de sa peau qui traverse les tissus, de la présence de son corps contre le mien… et le charme se brise brusquement, creusant un vide presque trop brutal pour être apprécié. Emily s’est relevée avant même que je n’ai eu le temps de la retenir. Elle est là, avec sa moue enfantine, espiègle, bien trop contente d’avoir attisé un feu qu’elle laisse présent dans le creux de mon ventre et de mes prunelles. Elle qui était si… timide au départ se trouve être aujourd’hui une excellente joueuse du chat et la souris et dire que ça ne me convient pas serait un des plus gros mensonges.

- Fini ton jus, faudrait pas que tu sois en retard !
- Tu sais que ça n’est pas fairplay de jouer à ça ?

Je reprends mon jus, en bois une gorgée et le dépose de nouveau sur la petite table. Je me relève et me dirige vers elle, un air tranquille sur le visage. Elle va me manquer, cruellement et chaque seconde qui s’écoule me parait précieuse, unique. Où vous n’avez pas envie d’en gâcher une seule. Je m’approche d’un pas lent, sourire en coin, déboutonne le premier bouton de ma chemise blanche.

- Et donc, tu comptes me laisser partir comme ça ?

Deuxième bouton où elle peut désormais voir une partie de mon sous-vêtement.

- Sans vouloir toucher une dernière fois ?

Moi aussi je joue même si Emily en est la première coupable. Eh, c’est pas moi qui suis venu l’allumer la première l’air de rien.
Je suis déjà face à elle, la repoussant légèrement contre le bureau et me cale entre ses jambes. Mes lèvres embrassent en douceur les siennes et dérivent vers son cou que je mordille, caresse toujours en douceur, comme pour me remémorer le goût de sa peau encore et encore. Et lorsque je reviens à ses yeux brillants, sourire en coin…

- J’ai un petit souvenir à te laisser, love.

Mon regard en dit long, tout comme le chemin de mes lèvres qui descendent le long de sa trachée jusqu’à son sternum.

#

- Là, j’vais vraiment finir par être en retard.

Sourire en coin, l’extase d’une passion partagée dans les yeux, j’ai encore les membres fébriles alors que je garde Emily contre moi, complètement débrailler mais un sourire béat sur les lèvres. La tristesse ne m’écrase pour le moment pas. Je la sens présente, qui plane autour de nous sans vraiment prendre totalement possession de nos émotions. Je sais que ça va nous tomber sur le coin du nez tôt ou tard mais pour le moment c’est un baiser tranquille que j’échange avec ma petite amie, ma main sur sa joue.

- Il faut que j’y aille maintenant.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3146
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins / Bethany M. Gatling



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: You cry a little, so do I. - Emily   Sam 30 Juin 2018 - 19:48

Non, l’attitude d’Emily n’était vraiment pas fair-play et c’était justement ce qui lui arrachait ce sourire si coquin. Alors que Kezabel reprenait une gorgée de jus de fruits, sous les conseils de sa petite-amie, cette dernière ne pouvait s’empêcher de la dévisager. Elle était belle, incroyablement belle. Elle avait tout pour elle et Ems avait encore du mal parfois à se dire qu’elle était là, assise sur son lit, à partager des moments aussi doux avec elle. A partager son intimité à se laisser aller contre son corps avec tant de facilité. Pourtant c’était la réalité et c’était ce qui rendait ce petit jeu si excitant. C’était ce qui faisait vibrer son corps, lui provoquant des frissons sur toute la surface de la peau. Kezabel se lève et fait un pas vers elle. Emily recule en se mordant la lèvre, comme si elle n’était qu’un animal traqué. Et au fond, elle a envie de l’être. Kezabel déboutonne le premier bouton de sa chemise et Emily frissonne. Elle ne bouge pas, elle l’observe. Partir comme ça ? La jeune femme déglutit mais ne répond rien. Un second bouton saute et Emily peut désormais apercevoir le haut de la poitrine de Keza, dissimulée sous son soutien-gorge. Toucher une dernière fois cette peau si douce… Emily se retrouve bientôt coincée contre le bureau et sa main glisse sur la hanche de sa petite-amie.

« Ce serait terrible… »

Ce n’est qu’un souffle qu’elle laisse échapper, filtrer entre ses lèvres. Leurs lèvres se rencontrent et Emily sent son cœur s’emballer immédiatement. Ses bras passent autour du cou de Kezabel qu’elle embrasse lentement mais avidement. Avec toute la passion, toute l’envie qu’elle provoque en elle. Elle sent ses lèvres glisser dans son cou et elle pousse un soupir d’aise. Elle ne ferme pas les yeux, elle veut la voir, elle veut imprimer chacun de ses traits une dernière fois dans son esprit. Comme un souvenir, pour aller avec l’autre… Emily lâche un faible rire.

« Je ne sais pas dire non. »

~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Emily est allongée sur son lit, blottie contre Kezabel. Son souffle devint tranquille au fur et à mesure des minutes. L’odeur de Kezabel imprègne petit à petit les draps, son corps… Elle pourrait rester ici éternellement. La voix de sa petite-amie s’élève finalement et Ems se met à rire. Son rire est sincère même si elle sent quelque chose d’autre monter en elle. S’insinuer lentement dans ses veines. Un baiser doux, sa main sur sa joue. Emily ferme les yeux quelques secondes.

« Oui, il est temps… »

Mais le geste ne se joint pas aux mots. Emily ne veut pas se soustraire à cette étreinte, elle ne veut pas la laisser filer et lancer le compte à rebours. Se mettre à compter les heures et les jours pensant au moment où elle pourrait enfin la retrouver, enfin s’abandonner dans ses bras comme elle venait de le faire. Quelques secondes supplémentaires de volées. Juste le temps de coller son nez contre le sien, de savourer encore quelques instants cette proximité. Et puis, Emily se lève finalement, adresse un sourire à sa petite amie et s’extrait du lit. Elle se rhabille convenablement tout en sirotant encore un peu de jus.

« Il va falloir mettre de l’ordre dans vos cheveux jeune fille, vous ne pouvez pas sortir comme ça ! »

Emily sourit. Elle est responsable de la coiffure un peu atypique de sa petite-amie. En repensant à la manière dont ses mains se sont perdues dans ses cheveux, elle rougit légèrement. Ems se tourna alors et regarde autour d’elle. Les affaires de Kezabel sont prêtes. Elle attend qu’elle aussi le soit et l’entraîne lentement vers la porte d’entrée de l’appartement. Son pas est lourd, son cœur commence à appuyer sur sa poitrine. Respirer est plus difficile et pourtant, elle se force à garder ce sourire sur son visage. Sa main serre celle de Kezabel.

« Profite bien avec Riley. »

Nouveau sourire, un baiser volé devant la porte d’entrée qu’elle ouvre finalement. Elle se force à le faire sinon, elle le sent bien, elle n’arrivera jamais à la laisser partir. Elle n’en a pas envie. Non mais elle le doit. Respecter son choix, croire en elle, en leur amour. Se dire que tout ira bien et que la peine qui commence déjà à la prendre à la gorge la rendra plus forte. Les rendra plus fortes. Se dire que ce n’était qu’un simple au revoir.

« Je t’aime Keza. »

- Fin -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: You cry a little, so do I. - Emily   

Revenir en haut Aller en bas
 
You cry a little, so do I. - Emily
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Si tu m'touches, j'te bouffe. (Emily) - terminé
» Emily Wong
» [terminé] Summer et Emily: entraînement de natation ensemble
» Présentation d'Emily Lowhell
» [terminé] Lilly, Hanna et Emily: mais qui est cette fille?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Londres :: Centre de Londres :: ─ Soho. :: • Covent Garden.-
Sauter vers: