AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A rocket to the moon [Charleen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 1116
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: A rocket to the moon [Charleen]   Ven 9 Mar 2018 - 10:51

~ Lundi 10 août – Milieu d’après-midi ~

Devant l’entrée des Drury Lane Gardens, Ethan regardait nerveusement autour de lui. Régulièrement, il sortait son téléphone portable de sa poche pour voir s’il n’avait pas reçu un appel ou un texto de la part de Charleen. Il en profitait aussi pour jeter un regard à l’heure s’affichant sur l’écran. Elle n’était pas en retard, non pas du tout même. Pourtant, le jeune homme ne tenait plus en place. Lui était sans doute bien trop en avance. En même temps, depuis qu’il avait conclu ce rendez-vous avec la jeune femme, il se sentait agité, nerveux. Des souvenirs flous lui revenaient en mémoire. Ceux de la soirée chez Enzo. Il avait trop bu là-bas, beaucoup trop et heureusement que Riley avait été là pour l’accompagner et lui éviter des situations bien trop embarrassantes. Cependant, si Ethan n’oublierait sans doute jamais cette partie de la soirée, ce n’était pas elle qui concentrait toute son attention. Pourtant, pour un gamin comme lui qui avait tant de difficultés avec le monde extérieur, les conventions sociales, l’image qu’il reflétait ça aurait pu. Mais non. Il s’était passé autre chose ce soir-là. Ou plutôt, il pensait qu’il s’était passé autre chose sans en être certain. Chaque fois qu’il fermait les yeux, un long frisson lui parcourait l’échine. Il pouvait encore sentir les lèvres de Charleen contre le sienne. Mais pas comme les deux fois précédentes où à chaque fois, l’un deux avait pris la fuite. Non, ce baiser là il était fougueux, partagé. Leurs corps s’étaient même effleurés. Ethan ressentait encore chaque sensation. Mais il n’arrivait tout de même pas à être sûr. Et si tout cela n’avait été qu’un rêve ?

Après une attente qu’il aurait été incapable de quantifier, Ethan aperçut finalement la silhouette de Charleen qui s’approchait de lui. Son cœur se mit à battre bien trop vite et il eut presque envie de faire demi-tour. De s’enfuir avant qu’elle ne le remarque. Heureusement, l’idée n’eut pas le temps de faire trop de chemin dans son esprit. Leurs regards se croisèrent. Un sourire se dessina sur le visage du jeune homme, un peu idiot, un peu maladroit. Il ne bougea pas. Il lui fallut même quelques secondes, quand elle fut enfin à sa hauteur pour se reprendre.

« Salut ! … Je te rassure, t’es pas en retard, j’ai toujours tendance à être trop en avance. »

Un sourire maladroit, une légère coloration des joues. Ethan se crispait intérieurement. Jusque-là, il avait réussi à être de nouveau parfaitement à l’aise avec Charleen mais les images de la soirée chez Enzo ne cessaient de se répéter dans sa tête et de semer le trouble. Ne pas se laisser envahir. Agir normalement. Profiter de sa présence et arrêter de prendre ses rêves pour des réalités.

« Suis-moi. »

Le ton était un peu plus directif que ce qu’il aurait voulu mais au lieu de réfléchir trop longtemps sur ce qu’il venait de dire et la manière qu’il avait eu de le faire, Ethan se mit en marche, entraînant Charleen à sa suite à l’intérieur du parc. Il avait tout préparé et il se demandait maintenant s’il n’allait pas passer pour un idiot avec tout ça. Non Ethan, ne panique pas. Tu viens juste passer un bon moment avec ta meilleure amie. Voilà tout. Simplement. Simplement ? Les souvenirs, les sensations revenaient encore et il évitait soigneusement de croiser le regard de Charleen pour le moment. Il le savait, sinon, il aurait sans doute envie de l’embrasser. Retrouver cette sensation si douce, cette impression de devenir terriblement vivant.

Finalement, Ethan décida enfin d’arrêter sa marche frénétique. Au niveau d’une pelouse, pas loin d’un arbre pour qu’ils puissent bénéficier de l’ombre ou du soleil selon leur préférence. Il s’assit alors à même le sol et sortit enfin ce qui se trouvait dans le petit sac en papier qu’il tenait à la main depuis le début. Concentré sur les éléments qu’il sortait, fuyant légèrement le regard de la jeune femme, il parvint enfin à parler normalement.

« Je suis passé à la pâtisserie dont je t’ai parlé, je me suis dit que ce serait sympa de profiter de tout ça dans le parc… J’espère que j’ai fait les bons choix. »

Ethan ouvrit alors entre Charleen et lui deux petites boîtes. Elles contenaient de jolies parts de tartes au chocolat et au citron. A côté, il déposa deux grands gobelets avec des pailles qui contenaient des smoothies à la fraise et à la pêche. Il espérait que cela plairait à la jeune femme. Oui, il voulait lui faire plaisir. Ethan releva alors la tête vers la jeune femme, affichant un petit sourire timide. Et puis, avant même qu’il n’ait le temps de contrôler ou d’analyser les mots, ils sortirent naturellement de sa bouche.

« Tu t’es bien remise de la soirée ? »

Il avait besoin de parler de ce moment-là, c’était indéniable. Pourtant, alors qu’il venait de lâcher ces quelques mots, ses pensées se mirent à courir. Il imaginait le pire dans tout ce que pouvait interpréter Charleen alors qu’au fond, ce n’était qu’une question… Ethan serra légèrement le poing. Il avait progressé ces derniers temps, il ne voulait pas redevenir le gosse incapable de tenir une conversation, toujours angoissé, toujours mal à l’aise. Pas avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1023
Date d'inscription : 30/10/2013
Crédits : me
Double Compte : Kezabel & Mateo & James & Leiv & Will & Margo & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2425-charleen-s-thomson-the-world-i
MessageSujet: Re: A rocket to the moon [Charleen]   Jeu 15 Mar 2018 - 12:12

A rocket to the moon
EXORDIUM.
Je suis stressée nerveuse. J’ai beau jeter un œil toutes les cinq minutes à mon téléphone, Ethan ne me répond toujours pas au texto d’hier. Et je déteste l’impression que ça me donne, celle d’un « déjà-vu ».
Ma question n’aurait pas dû en être une puisque je me souviens parfaitement - … ou presque ? – de ce qu’il s’est passé à la soirée d’Enzo. J’ai plusieurs black-out, plusieurs moments de flou. Mais cet instant où nous nous sommes éloignés, touchés, embrassés ? Non. Les images me reviennent par flashs, clairs et précises, me mettant parfois le feu aux joues rien que d’y repenser mais aussi de me rappeler à quel point j’avais envie de … plus. De le toucher. Le sentir.
Par merlin.
Et lui qui ne me répond pas ?
Je suis dans le métro après avoir transplané dans un endroit que je connaissais de Londres, au plus proche du lieu de rendez-vous pour ensuite rejoindre la station la plus proche et c’est avec un soupire de soulagement que je rejoins l’extérieur. Il fait bon, le soleil caresse doucement la peau de mon cou dénudé par un chignon un peu défait. Robe légère, petit gilet que je ne vais certainement pas tarder à retirer vu la douce chaleur de cette après-midi.

Et s’il n’assumait pas ? Comme la dernière fois ? Qu’il faisait comme si de rien n’était, restant amis comme on l’a toujours fait ? Je ne sais pas si je le supporterais une deuxième fois.
Et arrête de faire des fichus raccourcis, Charleen !
Je ne peux pas m’en empêcher et parce que je me stress à me dire qu’il fera peut-être semblant de rien, je ne sais plus ce que je veux moi, mon inconscient craignant de se laisser aller à quelque chose qui n’arrivera peut-être pas.
J’essaie de ne plus me poser de questions, me contentant d’avancer. Je revois encore le regard de Riley qui, bien évidemment, se doute de quelque chose parce que je ne sais par quel pouvoir magique qui doit être propre aux sœurs aînées, elle sent que je lui cache un truc, de ceux que je ne veux pour l’instant pas admettre.

Je le vois au loin et mon cœur manque un battement. J’essaie de me calmer, de rester sur mes réserves, mes gardes. Je n’ai pas envie de me prendre le même mur que l’autre fois, pas envie de me manger une seconde claque… mais une partie de moi me dit que s’il m’a demandé à ce que l’on se voie dans un délai si court, c’est qu’il doit y avoir une raison, non ?
Encore beaucoup trop de question.
Nos regards se croisent et je ne peux décidément pas m’empêcher d’afficher un grand sourire parce que je suis contente de le voir et parce qu’il soulève chez moi un tas d’émotions positives.

J’arrive à sa hauteur avant de me demander ce que je suis censée faire… l’embrasser ? Lui déposer un baiser sur la joue ? Je ne sais même pas s’il se souvient de quoi que ce soit…

- Hey… T’es là depuis longtemps ?

Toujours en avance. Ou alors c’est moi qui suis en retard ?

-  Salut ! … Je te rassure, t’es pas en retard, j’ai toujours tendance à être trop en avance.
- Je vais finir par me demander si tu ne fais pas partie de la famille royale avec leur pendule qui avance de cinq minutes.

Pour ne jamais être en retard mais toujours en avance.

- Suis moi.
- … Okay.

Intriguée, je ne me fais pas prier pour le suivre mais surtout, je reste surprise par le ton employé. Rien de froid, ni de sec, juste plus directif de ce qu’il a l’habitude d’être. Presque comme sûr de lui.
Je ne sais pas ce qui la poussé à changer durant ces derniers mois mais plus le temps passe et plus j’apprécie l’évolution qu’il a, la direction qu’il prend. Je le sens plus à l’aise, plus sûr, plus… libre. Et ça lui donne un petit quelque chose en plus, quelque chose de rassurant.
Nous pénétrons à l’intérieur du parc jusqu’à ce qu’Ethan cesse sa marche en plein milieu d’un morceau de pelouse, non loin d’un arbre avec, étrangement, peu de personnes aux alentours. Ils sont tous certainement partie pour des parcs plus grands, plus vastes…
Je m’installe à mon tour, à droite d’Ethan, alors qu’il commence à ouvrir le sac en papier qu’il tenait depuis tout à l’heure.

- Je suis passé à la pâtisserie dont je t’ai parlé, je me suis dit que ce serait sympa de profiter de tout ça dans le parc… J’espère que j’ai fait les bons choix.  

Je reste bloquée sur ce qu’il me présente. De magnifiques part de tartes de ce qui semble être du chocolat et en vu de l’odeur parfumé, de citron. Sans manquer deux boissons fraiches – smoothies ? – qu’il sort également et qu’il dépose devant nous.
Un véritable goûter, établit à la perfection. Par ses propres soins.
Mon cœur s’accélère, mon sourire s’élargit, sincèrement touchée par cette attention que je n’ai pas vu venir, que je n’avais pas vraiment imaginé. Il me surprend et je ne prends pas conscience à quel point j’apprécie ce genre de sensation, de constatation.
Je m’apprête à lui dire à quel point ça me touche, sourire ébahit aux lèvres alors que je croise le regard d’Ethan qui me coupe un peu l’herbe sous le pied.

- Tu t’es bien remise de la soirée ?

Ca non plus, je ne l’ai pas vu venir et mon cœur non plus qui s’emballe, qui commence à battre à tout rompre. Je sens mes joues rosirent légèrement et me maudis pour être blonde et avoir la peau si laiteuse…

- Oui, j’ai longtemps été barbouillée mais ça aurait pu être pire
. Léger sourire. J’aurai pu me retrouver dans le même état que toi…

Un rire m’échappe. Bien évidemment que Riley m’en a parlé et je ne dis pas ça pour le mettre mal à l’aise mais pour parler de cette soirée comme deux amis le feraient, à se moquer de l’autre pour avoir fini dans un état plus que limite. Ca aurait pu être moi si je n’avais pas eu le réflexe de manger et de m’arrêter au moment le plus critique.

- Rassures-toi, je tiens aussi mal l’alcool que toi. Si je n’avais pas bien mangé, je pense que je n'aurai pas été mieux, voir pire…

Grimace suivit d’un sourire.
Je finis par me concentrer de nouveau sur les pâtisseries ainsi que les smoothies avant de reporter mon regard sur lui, attendri mais surtout touchée par ce geste.

- Merci pour tout ça, c’est vraiment parfait.

Plus que je ne pourrais le dire. Je n’ai pas besoin de grand-chose pour être… émue ou touchée et ce simple geste vaut pour moi tous les restaurants ou tout autre chose de plus marquant. Un simple goûter pensé et fait par ses soins me suffit amplement.
Je veux pour le laisser choisir son smoothie mais, il fallait s’en douter, il insiste pour que je fasse le premier choix… Et ce dernier se porte sur la pêche dont l’odeur fruité me parvient déjà. Non, vraiment… tout est parfait.

Ou presque ? Mon cerveau tourne à plein régime et je sens bien que je ne réussirais pas à me détendre tant que je n’aurai pas posé la question, tant que je n’aurai pas mis les choses aux clairs avec lui. Ca me travaille depuis trop longtemps pour que je reste une minute de plus avec toutes ces questions sans réponses, avec tous mes doutes et mes craintes. C’est peut-être un peu égoïste, peut-être que lui n’a pas envie d’en parler du tout mais si c’est le cas, alors il me le dira et je ne chercherais pas plus loin…
Je prends une première gorgée, étonnée devant la saveur agréable de pêche, comme si je croquais à même le fruit avant de me lancer.

- En parlant de la soirée… J’hésite une petite seconde, regard rivé sur l’herbe avant de le détourner vers Ethan. Désolée d’y aller un peu franchement mais j’ai vraiment besoin de savoir de quoi tu te souviens exactement.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 1116
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: A rocket to the moon [Charleen]   Ven 16 Mar 2018 - 11:59

Ethan avait remarqué le sourire sur les lèvres de Charleen alors qu’il sortait de son sac les éléments de son petit goût. Il était content de voir son visage s’illuminer de la sorte, de se rendre compte que cela lui plaisait vraiment. Certes, d’un point de vue objectif, il y avait peu de doutes à avoir sur le fait que cela lui plaise mais tout de même. Le Serdaigle était et serait toujours dans le doute, peu sûr de lui et il avait craint que tout ne soit pas aussi parfait qu’il l’aurait voulu. Pourtant, ça l’été. Charleen était toujours aussi belle, le soleil d’été était là pour les réchauffer doucement, le parc était calme, semblait leur appartenir. Et le goûter qu’il venait de ramener avait fait naître des petites étoiles dans les yeux de Charleen. Oui, tout était comme il l’avait imaginé jusque là pourtant il savait bien que c’était la suite qui risquait de pêcher. La suite qui pouvait prendre des tournures très différentes. Il allait bientôt perdre le contrôle de la situation et ce saut dans le vide lui faisait des nœuds dans le ventre. Pourtant, il ne pouvait pas reculer, pas cette fois. Alors, il avait lancé le sujet de la soirée, peu sûr de lui, maladroit. Charleen rougit légèrement, baissant la tête et il se demanda s’il n’avait pas eu tord de commencer comme ça. Il n’eut cependant pas le temps de réfléchir plus longtemps dans ce sens puisque ce fut à son tour de rougir comme une pivoine et de fixer la pelouse comme si c’était la chose la plus intéressante au monde. Son cœur battait trop vite. Il avait imaginé que Riley n’aurait pas donné les détails à Charleen mais quand on y réfléchissait, c’était purement naïf. Elle était sa grande sœur et savait le lien qui les unissait, forcément qu’elle lui avait raconté. Ethan se sentait idiot, honteux. Il avait été ridicule ce soir-là, incapable de gérer sa consommation d’alcool. Ce qui n’était pas très respectueux pour Enzo, heureusement que Riley avait été là… Charleen enchaîna alors, cherchant sans doute à diminuer la gêne de son ami, lui expliquant qu’elle aussi avait du mal à gérer l’alcool. Le jeune homme releva alors légèrement la tête.

« Je manque d’entraînement faut croire… Je note de mieux manger la prochaine fois… »

Ethan afficha alors une légère grimace mais le sourire de Charleen le rassura. Elle n’avait pas l’air de trop lui en vouloir ou d’être dégouté par lui, ce qui le rassurait un peu… Elle ne s’attarda d’ailleurs pas plus sur le sujet, posant son regard sur le goûter devant elle. Ces remerciements firent naître un sourire franc sur le visage d’Ethan. Il était heureux d’entendre ça. Il l’encouragea alors à choisir le smoothie qu’elle voulait. Il l’observa face aux boissons, appréciant la douceur de son visage. Il s’empara ensuite de l’autre boisson et but une gorgée. C’était bon et frais, il adorait ça. Boire un bon smoothie, une pâtisserie, un bouquin, c’était quelque chose de parfait pour lui. Là, c’était différent et encore plus doux parce que Charleen était juste-là, à côté de lui. La voix de la jeune femme se fit de nouveau entendre. Ethan s’immobilisa quelques instants. Il déglutit et posa finalement son smoothie devant lui. Il le fixa quelques instants puis, lentement, il releva les yeux vers Charleen.

« Je… Tu sais, j’ai beaucoup bu, c’est flou tout ça… Je… Je crois que j’ai même des trous de mémoire. »

Ethan rougissait. Sa main se serra. Les images étaient nettes dans son esprit. Bien distinctes. Il ressentait encore chaque sensation, chaque parcelle de sa peau s’éveiller au contact des lèvres de Charleen. Il se souvenait de cette intense envie de la serrer contre lui qui l’avait envahi. Il y pensait encore et encore, chaque jour, chaque minute. Mais était-ce la réalité ? Ça avait été si parfait, si intense qu’il en arrivait parfois à croire que ce n’était qu’une illusion… Le rêve d’un gamin trop éméché.

« Et peut-être que… Que mon esprit a inventé des choses. »

Ethan avala difficilement sa salive. Il ferma les yeux quelques instants. Les souvenirs étaient si intenses, si forts… Il s’était convaincu que c’était faux. Parce que lors de leur premier baiser, il n’avait pas su faire. Lors du second, elle lui avait fait comprendre qu’il était trop tard. Et il y avait Elijah aussi, et cette histoire naissante entre elles. Toutes ces choses, toutes choses qui faisaient qu’il ne pouvait pas y croire. Qu’il ne pouvait pas se persuader que c’était vrai. Parce que si ce n’était pas le cas, la chute serait trop douloureuse. Ethan rouvrit les yeux et son regard se posa dans celui de Charleen. Il se perdit dans ses yeux quelques instants et sans qu’il ne puisse réfléchir, calculer ou interrompre les mots, une part de lui décida de rompre le flou.

« Je me souviens qu’on s’est embrassés. Je me souviens que c’était la chose la plus douce qui me soit jamais arrivé. Et j’arrête pas de revivre ça encore et encore mais… Mais j’ai dû rêver parce que tu me l’as dit, c’est trop tard. »

La mâchoire crispée, Ethan attendait le verdict. Comme si soudainement, tout son rêve allait s’écrouler. Il regrettait d’un coup son audace. Parce qu’il aurait aimé rester bercé dans cette douce illusion. Parce qu’imaginer Charleen l’embrasser était la plus belle chose à ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1023
Date d'inscription : 30/10/2013
Crédits : me
Double Compte : Kezabel & Mateo & James & Leiv & Will & Margo & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2425-charleen-s-thomson-the-world-i
MessageSujet: Re: A rocket to the moon [Charleen]   Mer 4 Avr 2018 - 22:56

A rocket to the moon
EXORDIUM.
J’aurai aimé que cette après midi se passe sans l’ombre d’un stress ou de quelconque question mais il faut croire que nous sommes lui et moi condamné à faire face à ce genre de situation qui se trouve être gênante. Je m’attends à tout et à la fois, à rien. J’ai peur qu’il se défile tout comme j’ai peur de ce que je pourrais entendre. Parce que je le sens bien, j’attends presque quelque chose. J’ai le cœur qui bat, je me sens intimidée avec les pommettes qui chauffent légèrement et j’ai cette appréhension qui me titille le ventre, me pèse aussi, un peu.
Je tente de garder une façade, de ne pas paraitre plus stressée que ça.

- Je… Tu sais, j’ai beaucoup bu, c’est flou tout ça… Je… Je crois que j’ai même des trous de mémoire.

Nous y sommes et je ne le lâche pas des yeux, essayant de garder le cap, de ne pas me dérober sous son regard. Je veux qu’il me dise en face qu’il s’en souvient et qu’il regrette un peu ou l’inverse, ou je n’sais pas. Je suis entrain de me faire bêtement des nœuds au cerveau alors j’attends, patiente qu’il se reprenne un peu.

- Et peut-être que… Que mon esprit a inventé des choses.
- Comme quoi ?

Ma question fuse. Ca n’est pas de l’impatience mais plus de la crainte… Et si c’était moi qui avait tout inventé ? Si c’était moi qui m’étais imaginé des choses tout en me persuadant que tout cela était vrai ? Dans mes questions et craintes, je n’avais pas réfléchi à cette perspective car si tout me semble réel, ça ne veut pas forcément dire que ça l’est réellement. L’idée est à la fois gênante et décevante. Parce que je crois que malgré moi, je m’imaginais des choses qui ne sont pas forcément vraies, réelles.
Assise sur l’herbe, le soleil me chauffe agréablement le dos et je me concentre sur le moment unique et apaisant de ce moment. Je le vois hésité, attendre quelques secondes qui me paraissent être une éternité avant qu’Ethan n’ouvre de nouveau les yeux et les posent sur moi, nos regards se croisant et ne se détachant plus.

- Je me souviens qu’on s’est embrassés. Je me souviens que c’était la chose la plus douce qui me soit jamais arrivé. Et j’arrête pas de revivre ça encore et encore mais… Mais j’ai dû rêver parce que tu me l’as dit, c’est trop tard.

Je ne sais pas si ce sont ses mots ou sa confirmation qui me provoque cette puissante vague de chaleur au creux du ventre mais j’ai l’impression que le monde entier devient plus léger. Mes épaules se relâchent, mon cœur s’affole brusquement dans ma poitrine, tambourinant avec force contre mes côtes. S’en est presque agréablement douloureux. Mes yeux ne quittent pas un seul instant Ethan alors que le rouge me monte un peu plus aux joues face à ses paroles.
Toujours aussi doux, tendre et… incroyablement charmant en cette seconde où cette vulnérabilité me touche en plein cœur. J’ai envie de rire, sourire bêtement comme si le monde entier s’éteint peint de couleurs vives et chaudes, à la hauteur de cette journée d’été qui fait honneur à ce mois d’Août.

Mon corps parle pour moi, spontanément. Je n’ai plus envie de réfléchir, je n’ai plus envie de perdre de temps comme je l’ai déjà fais auparavant avec des questions stupides, à me faire du mal seule, bêtement. Je me pose sur les genoux, face à lui et l’embrasse, ni plus ni moins. Un baiser tout d’abord maladroit, que je finis par réajuster avec un deuxième impacte sur ses lèvres. Plus chaud mais tout aussi fébrile. Mon corps entier se réveiller, le sang en fusion, le cœur au rythme anarchique. Une de mes mains s’est posée sur son épaule, tandis que l’autre se glisse sur sa nuque où mes doigts rencontrent la surface de sa peau. Un électrochoc me transperce jusqu’au creux du ventre et j’ai envie de faire perdurer cet instant encore une éternité tant c’est plaisant. Je fini pourtant par m’écarter, les joues clairement rougies, les yeux brillants, instaurant de nouveau un espace mais cette fois, léger, toujours face à lui.

- Tu n’as rien imaginé du tout et moi aussi je n’arrête pas de revivre ça. En boucle.

Un aveu murmurer d’un souffle court. Cette fois mon regard se fait moins téméraire, prenant conscience du geste effectué avec peut-être un peu trop d’assurance mais ses mots m’ont suffi pour comprendre que cette fois, lui et moi étions sur la même longueur d’onde. Les mêmes envies…
Un sourire étire mes lèvres, assise sur mes talons.

- Beaucoup de choses ont changés depuis la dernière fois et ça fait quelques temps que je me posais des questions. Sur toi, sur nous.

Depuis quelques jours, voir semaines. Où passé du temps avec lui était de plus en plus agréable, où chaque contact devenait une source.. d’obsession ? A me provoquer des vagues de chaleur, de léger frisson que je n’identifiais pas forcément. Jusqu’à cette soirée chez Enzo.

- Je n’ai plus envie de me poser de questions, ni de me faire inutilement du mal à m’imaginer des choses dans mon coin. Et je suis sûre d’une chose, c’est que je veux passer du temps avec toi Ethan. J’ai envie d’être avec toi.

Simple, un peu dit de manière maladroite avec un cran que je ne me connaissais pas. Mais aussi intimidant que soit ces mots, ils me sont également libérateurs.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 1116
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: A rocket to the moon [Charleen]   Dim 8 Avr 2018 - 11:07

Les mots étaient sortis. Ethan ne pouvait plus les reprendre, les rattraper pour les enfouir au fond de lui comme s’ils n’avaient jamais existé. Les mots avaient été prononcé et il savait ce que cela signifiait : les choses allaient forcément changer. Ethan était le premier à croire en le pouvoir des mots et de la parole. Il savait qu’un simple terme lâché dans une discussion pouvait tout bouleverser. Là, il ne s’était pas contenté de raconter ce dont il se souvenait de manière très objective et simple. Non, il en avait rajouté, expliquant à Charleen ce qu’il ressentait face à tout ça. Est-ce qu’il le regrettait ? En temps normal oui, il regrettait toujours lorsqu’il s’avançait un peu trop en parlant, lorsqu’il s’éloignait de la simplicité protectrice. Mais ce jour-là, tout semblait différent, comme si les mots avaient besoin de sortir. Comme si lui n’en pouvait plus de ce silence, de ce doute autour de ses souvenirs. Alors il avait parlé et le silence qui s’installa, très court certes, mais présent entre eux, finit d’emballer son rythme cardiaque. Les joues rougies, le cœur tapant contre sa poitrine à une vitesse folle, Ethan avait l’impression qu’il allait se consumer sur place. Puis il entendit un faible bruit, celui du froissement des vêtements dans l’air. Il releva la tête. Il eut juste le temps de voir le visage de Charleen s’avancer, s’approcher du sien… Leurs lèvres se rencontrèrent une première fois. Trop vite pour qu’Ethan ait le temps de réagir, de comprendre. Il ne répondit pas à ce baiser parce que la surprise l’avait cloué sur place. Etait-il encore une fois en train de rêver ? Mais elle revint, s’approchant de nouveau pour l’embrasser avec une conviction certaine. Alors les yeux d’Ethan se fermèrent, une de ses mains vint se poser naturellement sur la joue de Charleen et il répondit à ce baiser avec envie. Il ne s’analysait pas, n’était pas en train de se regarder d’un œil externe, de se juger. Non, il suivait ses instincts, ses envies. Tout son corps en tremblait et pourtant, il ne s’était jamais senti aussi bien de toute sa vie.

Leurs lèvres se séparèrent et Ethan hésita quelques secondes avant d’ouvrir les yeux. Parce qu’il craignait toujours le retour de flamme, le rêve. Comment tout ça pouvait être vrai ? Mais lorsqu’enfin il se décida à déverrouiller ses paupières, son regard se posa dans celui de Charleen. Brillant, tendre et rassurant. La voix de la jeune femme brisa le silence et Ethan se sentit embarquer dans un tourbillon. Elle aussi ne pensait qu’à ça. Charleen, plus hésitante cette fois, continua sur sa lancée, lui expliquant que les choses avaient changé pour elle. Elijah sans doute ? Qu’elle se posait des questions sur eux. Ethan sentit son cœur se serrer d’une étrange manière. En la voyant ainsi face à lui, il était persuadé d’avoir les réponses. Déglutissant, il faisait tourner les mots dans sa tête, cherchant à les faire sortir. Mais Charleen prit les devants. Et ce fut comme si tout explosait soudainement à l’intérieur d’Ethan. Tremblant et ne pouvant le cacher, il avança sa main pour la poser sur celle de la jeune femme et la serrer, avec peut être plus de force et de maladresse qu’il n’aurait aimé.

« Moi aussi je… »

Ethan tremblait toujours. Il ferma alors les yeux quelques secondes, cherchant à reprendre le dessus sur son corps qui le trahissait, sur cette émotion violente qui était en train de le rebasculer plusieurs mois en arrière. Mais il ne voulait pas de ça. Il ne voulait pas de ça pour Charleen. Se posant sur ses genoux à son tour, il se redressa légèrement, face à la jeune femme. Fixant leurs mains nouées, il recommença à parler.

« Je t’aime Charleen… Et je crois que je t’ai toujours aimée. Et je suis désolé de t’avoir fait souffrir. »

Timidement mais sûrement, Ethan releva alors le visage pour regarder Charleen dans les yeux. Parce qu’il assumait pleinement ce qu’il venait de dire. Parce qu’il le pensait du plus profond de son être et qu’il n’avait aucun scrupule à le dire. Parce que s’il hésitait, c’était simplement parce que se livrer ainsi, c’était aussi s’exposer à une blessure. Mais Charleen méritait qu’il prenne ce risque. Elle méritait qu’il passe au-dessus de toutes ses terreurs, de toutes ses craintes. Se mordant légèrement la lèvre, il laissa son regard se perdre dans celui de la jolie blonde avant d’articuler de nouveau quelques mots.

« Je peux t’embrasser ? »

Il en mourrait d’envie. Il voulait de nouveau sentir son corps s’embraser, avoir l’impression d’être exactement à sa place, loin du monde et des autres. D’être juste avec elle, dans une bulle. Il le voulait plus que tout mais tout ne pouvait pas changer du jour au lendemain. Toujours les mêmes craintes, toujours la même peur de ses propres maladresses alors il demandait l’autorisation, comme un enfant pris en faute. Mais déjà, quelque chose qu’il ne maîtrisait pas poussait son visage à se rapprocher de celui de Charleen.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1023
Date d'inscription : 30/10/2013
Crédits : me
Double Compte : Kezabel & Mateo & James & Leiv & Will & Margo & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2425-charleen-s-thomson-the-world-i
MessageSujet: Re: A rocket to the moon [Charleen]   Mar 24 Avr 2018 - 23:23

A rocket to the moon
EXORDIUM.
- Moi aussi je…

Il tremble et moi aussi. Je me sens fébrile, à la fois sûre de ce que je veux et presque un peu intimidé par la situation qui s’ouvre à nous. Je ne regrette ni mon geste, ni ce que je viens de lui dire. Je sais ce que je veux, avec lui, avec nous et ce que je veux vivre désormais. Je ne veux plus perdre de temps à me poser trop de question au risque de le voir s’échapper, au risque de passer à côté de bons moments. Tout ça, c’est terminé.
Sa main sur la mienne, je reste immobile à le regarder, à attendre qu’il retrouve ses esprits.

- Je t’aime Charleen… Et je crois que je t’ai toujours aimée. Et je suis désolé de t’avoir fait souffrir.

Je ne m’attendais pas à ces mots, à ce cœur ouvert qui cette fois, me déstabilise complètement. Il me touche, plus que je ne pourrais l’exprimer. Tout ça est né d’une belle amitié, d’une relation que je chéri encore aujourd’hui et je ne pensais pas que nous en serions là, à cet instant précis, à s’avouer des sentiments si intimes, si précieux. Les mots d’Ethan me gonflent le cœur, me donne une impression de légèreté dont je m’abreuve en silence, d’un sourire quelque peu timide sans le lâcher du regard. Je sais combien ça lui coûte de se livrer de cette façon, de me lâcher cet aveu que je n’attendais pas, que je voyais pas venir.

- Je peux t’embrasser ?

J’arque les sourcils, surprise. Un rire m’échappe. Il n’est en rien moqueur mais plutôt amusé de le voir si intimidé, si peu sûr de lui en cette seconde. Ethan a énormément changé depuis la première fois où l’on s’est parlé mais il garde quelques incertitudes que je trouve ici touchantes.
Sa main dans la mienne, je la conserve au creux de ma paume et la serre légèrement.

- Si ça peut te rassurer, tu me fais plus de bien que de mal aujourd’hui et c’est le plus important.

Je rebondis sur ses excuses, n’oubliant pas sa demande, ni son aveu. Je prend le temps de lui répondre, de le regarder, d’imprégner ce moment dans mes souvenirs pour ne jamais m’en défaire tant tout ça est plaisant. Presque idyllique. Il fait bon, le soleil chauffe doucement nos épaules et nos joues déjà rougies par les émotions, nous sommes en vacances autour d’un goûter somptueux et en plus je suis en compagnie du garçon qui éveille mes sens et qui me donne l’envie de m’abandonner contre lui, de vivre toute ces choses de plein fouet, pleinement, sans retenu et hésitation.

- Je t’aime, moi aussi.

Un aveu simple mais qui est malgré tout intimidant bien que je le pense honnêtement. Je me suis toujours dis que c’est le genre de chose que nous ne disons pas tout de suite, que même si nous sortons avec une personne, ça ne veut pas pour autant dire que nous ressentons un amour pur… Pourtant avec Ethan, c’est différent, un degré au-dessus qu’une simple attirance. Nous avons des antécédents qui font que, un passif déjà un peu trouble en terme de sentiment mais aujourd’hui les choses me semblent simples, clairs. Agréablement clairs.

- Je veux qu’on profite, qu’on ne se pose plus de question comme avant.

Ces moments où nous sommes passés à côté de tellement de choses. Je ne regrette pas, loin de là. Tout cela a été un nœud de circonstance qui nous ont poussé chacun de notre côté à vivre autre chose, nous liés à d’autres personnes et je pense notamment à Elijah qui reste pour moi une amie qui m’est précieuse.
Toutes ces circonstances nous ont poussé jusqu’à ce moment et jamais je ne le regretterais.

- Et oui, tu peux m’embrasser mais à une condition. Je relève mon regard vers lui alors qu’il s’était égaré par réflexe. Ne pose plus jamais la question, contente-toi seulement de le faire.

Mon sourire se relève un peu, ma main se serre un peu plus sur la sienne, attendant qu’Ethan prenne les devants.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 1116
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: A rocket to the moon [Charleen]   Sam 5 Mai 2018 - 11:16

Ethan avait perdu le fil des événements, le sens du temps et pour une fois, il s’en fichait. Ses repères étaient chamboulés, complètement et il sentait bien qu’il n’avait pas le contrôle total de la situation. Quelque chose lui échappait irrémédiablement, quelque chose qui se trouvait même au fond de lui. C’était en train de l’envahir, de prendre le contrôle. Il perdait pied et pourtant, il ne fuyait pas. Angoissé, peu assuré, Ethan passait pour le contrôle pour garder la tête haute. En s’isolant dans son coin, en refusant de s’attacher aux autres il avait refusé de laisser ses émotions dans les mains des autres. Mais cette fois, il n’avait plus envie de cette certitude, de ce contrôle absolu. Il avait laissé Charleen entrer dans sa vie et depuis ce jour-là, il le savait, plus rien ne pouvait être pareil. Un nouveau pas allait être franchi sur la pelouse de ce parc, il allait lui céder bien plus. Un contrôle immense sur lui-même. Il sentait son cœur battre vite, de l’appréhension peut être mais surtout de l’excitation. Impossible de dire qu’il n’avait absolument pas peur, mais quand bien même, il n’hésitait pas. Il savait ce qu’il voulait faire, ce qu’il devait faire. Et il le ferait. Alors, hésitant mais volontaire, il avait timidement demandé à Charleen l’autorisation de l’embrasser de nouveau. Comme pour être sûr, comme s’il restait encore une chance que tout cela ne soit qu’un rêve, une hallucination. C’était le rire de Charleen qui s’était imposé en première réponse et une ombre de doute s’était glissée sur le visage d’Ethan. Mais elle avait serré sa main et vite repris la parole. Commençant par lui dire qu’aujourd’hui il lui faisait plus de bien et que c’était ce qui comptait. Le jeune homme se sentit rougir et resserra doucement son emprise sur la main de la demoiselle. Et puis, elle lâche les quelques mots. Le souffle d’Ethan se coupa alors qu’il relevait le regard vers elle. Elle l’aimait, elle l’avait dit.

C’était presque comme un vertige qui avait saisi Ethan. Il y avait eu des indices, des signes mais entendre ces quelques mots prononcés par Charleen… Il chavirait mais c’était agréable, doux. Il ferma les yeux quelques secondes. Elle voulait qu’ils profitent. Ethan sourit timidement. Oui, ils s’étaient posés de trop de questions. IL s’était posé trop de questions. Il avait rejeté Charleen par peur, parce qu’il n’était pas prêt. Mais il ne referait plus jamais la même erreur. Non, parce qu’il ne s’était jamais senti aussi vivant.

« Promis… »

Ethan avait chuchoté ces quelques mots, voix faible mais ton assuré. Oui, il allait tout faire pour profiter de cette chance que Charleen lui offrait. Il allait tout faire pour donner une seconde chance aux émotions et arrêter de vivre enfermé dans sa carapace. Leurs regards se croisent de nouveau. Une condition pour pouvoir l’embrasser ? Cette fois, Ethan laissa échapper un léger rire. Un rire qu’elle était l’une des rares à connaître. Et puis, lentement, il avait approché son visage de celui de Charleen. Leurs lèvres s’étaient rencontrées, avec douceur. Il les avait d’abord effleurées avant de les presser un peu plus contre les siennes. Son pouce caressa doucement le dessus de la main de Charleen. Un baiser plein de tendresse qui semblait éveiller chaque centimètre de sa peau. Il recula alors son visage quelques secondes seulement.

« Si je m’y prends pas bien… Tu me le dis hein ? »

La naïveté d’Ethan n’était jamais très loin. En même temps, il n’avait jamais réellement embrassé de fille et en cet instant, il craignait d’être trop maladroit. Il ne voulait pas mal s’y prendre. Il voulait embrasser Charleen comme elle le méritait, elle voulait qu’elle ait envie de se serrer contre lui à chaque baiser comme lui en avait envie. Mais malgré cette crainte, il n’avait pas envie d’arrêter tout de suite et une nouvelle fois, il vint poser ses lèvres contre celle de Charleen. Sa main vint cette fois se poser sur la joue de la jolie blonde. Il sentait son souffle sur lui, sa peau, ses lèvres, tout était doux en elle. Les yeux clos, il oublia le temps dans ce baiser, profitant de chaque instant. Jusqu’à ce qu’il se recule finalement et la regarde avec un sourire fragile.

« Si mon goûter ne te plaisait pas, y’avait d’autres façons de détourner mon attention… »

Et son sourire se fit plus assuré.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1023
Date d'inscription : 30/10/2013
Crédits : me
Double Compte : Kezabel & Mateo & James & Leiv & Will & Margo & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2425-charleen-s-thomson-the-world-i
MessageSujet: Re: A rocket to the moon [Charleen]   Jeu 17 Mai 2018 - 19:18

A rocket to the moon
EXORDIUM.
C’est un moment hors du temps et je crois que nous sommes tous les deux surpris et un peu sonnés par la tournure des choses, de la situation. Nous savions que c’était là, quelque part, sans vraiment savoir ce qui finirait par tout déclencher et nous pousser à enfin franchir le pas. Et maintenant que c’est fait, je me sens plus légère encore. Plus apaisée. Le monde n’existe plus, les autres non plus. Il n’y a qu’Ethan, sa façon de me regarder qui me fait un peu rougir et ses lèvres que j’apprécie découvrir.
L’impacte de ses dernières se fait douce et je me concentre sur chaque sensation qu’il me procure, des baisers à ses doigts qui caressent tendrement ma main.

- Si je m’y prends pas bien… Tu me le dis hein ?
- Shhht.

Je veux juste qu’il continue, qu’il cesse d’être si stressé de mal faire les choses alors que tout est parfait. Du lieu au goûter, à ce qu’il se passe en cette seconde. Et j’appuie mon propos en lui offrant un sourire qui, je pense, traduit mes pensées bien mieux que mes mots.
Et comme s’il comprenait, lisait en moi, Ethan revient à la charge de manière plus assurée. Je me laisse faire, n’offre aucune résistance, me rapprochant inconsciemment de lui. Sa main sur ma joue me tire un long et doux frisson qui part du bas de mon dos à ma nuque, pour venir s’étendre sur mes avant-bras. J’ai la sensation que mon corps s’éveille en douceur, qu’un florilège de feux d’artifice explose au creux de mon ventre un peu plus à chaque seconde. Mes doigts viennent s’enrouler autour de sa nuque pour le garder tout près de moi, nos corps presque coller l’un à l’autre et on se cherche, sans vraiment en prendre conscience, se laissant aller à ce feu qui se déclare en nous. Ou en tout cas, en moi.

Je ne sais pas combien de temps dure ce baiser, l’échange en lui-même, Ethan finit par se reculer, planter son regard clair dans le mien.

- Si mon goûter ne te plaisait pas, y’avait d’autres façons de détourner mon attention…

Je ris, secouant la tête de voir qu’il se prête même à l’humour. Je le sens plus détendu, plus léger peut-être. A moins que je ne me trompe mais malgré ce sourire fragile qu’il me donne, je le sens un peu plus sûr de lui.

- Ah oui, comment par exemple ?

J’hausse un sourcil, un poil provocatrice, c’est vrai, tout en restant gentillet. Une nouvelle complicité s’installe et j’en apprécie sincèrement la saveur. Je l’ai rarement été mais cette fois, je suis confiante, voir sereine sur la suite, sur le déroulement des prochains jours.
Je me redresse légèrement et déguste le smoothie qu’il nous a ramener, appréciant cette saveur fruitée mais surtout fraiche.

- On devrait faire honneur à la pâtisserie que nous a ramené d’ailleurs. J’ai peur qu’elles ne tiennent pas le coup avec cette chaleur !

Mon regard glisse vers les concernées…

- Et non, ça n’est pas une excuse pour les manger plus vite.

Même s’il faut avoué qu’elles font sacrément envie. De toute façon, Ethan est un pro en matière de pâtisserie et de bouquins. Je sais que si j’ai un conseil à lui demander pour avoir de la lecture, il sera le plus à même de me donner les meilleures indications tant il lit énormément.
Et en parlant de bouquin…

- Oh au fait, j’allais oublier. Je fouille dans mon sac et en sort un paquet rectangulaire que j’ai soigneusement emballé. Aucun pli, rien ne dépasse. L’avantage d’avoir un père strict et carré. J’ai trouvé ça dans une boutique pendant quelques jours de vacances avec les parents, j’ai pensé à toi.

Je le laisse découvrir ce que cache le paquet mais il y trouvera une édition spéciale d'un roman basé sur les légendes et mythologies nordiques. Une couverture bleu glace avec un dragon en relief dessus. Le plus amusant est certainement que je l’ai trouvé par hasard, dans une vieille boutique que papa tenait absolument à visiter. Ca faisait une éternité que je n’avais d’ailleurs pas partager un moment comme ça avec lui, juste lui et moi. Jamais je ne regretterais de vivre en famille, encore moins quand je vois le lien fraternel que j’y ai gagné avec Riley, mais des moments entre lui et moi sont aussi importants à mes yeux comme ma sœur aime avoir des moments privilégiés avec sa propre mère.

- Il n’y a pas d’occasion spéciale. Je me suis simplement dit que ça serait un crime de passer à côté de ça.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 1116
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: A rocket to the moon [Charleen]   Ven 18 Mai 2018 - 12:05

Cette façon qu’elle avait eu de lui demander de se taire… Ethan avait senti son cœur chavirer et il ne lui en fallait pas plus pour qu’il retourne l’embrasser. Oui il était hésitant et maladroit mais il était porté par quelque chose. Une envie profonde qui agitait son ventre, qui lui donnait l’impression qu’il savait, au fond de lui, ce qu’il devait faire. Que ce n’était pas si difficile. Et puis, cette chaleur qu’il ressentait à chaque baiser, cette impression que le monde leur appartenait. C’était doux et c’était sans doute tout ce qu’il lui fallait pour retrouver la surface. Charleen… Elle était tout, elle avait toujours été tout. Il lui avait fallu du temps pour comprendre, pour accepter et ne pas se dire que la fuite était la meilleure solution. Mais maintenant, il en était convaincu : il avait été idiot. Il ne perdrait plus de temps comme il avait pu le faire. Non, il profiterait de chaque instant avec elle, il grandirait à ses côtés et il deviendrait un homme accompli. Pour elle. Pour qu’elle ne perde jamais son sourire. Et il était même prêt à se tester à l’humour. Ethan avait fait une blague et Charleen l’avait saisie au vol, affichant un air malin, taquin… Qui lui allait à merveille. Et le jeune homme se perdit quelques secondes à l’observer. Avant de se rendre compte qu’il n’avait rien à répondre.

« Bon moi je sais pas, mais je suis sûre que toi, tu aurais eu pu trouver une idée ! »

Ethan sourit alors doucement. Sous sa main se trouvait toujours celle de Charleen. Il ne voulait pas se soustraire à ce contact. Non, il voulait toujours sentir sa peau contre la sienne. Il voulait qu’elle soit toujours là, tout prêt de lui. Parce qu’il se sentait parfaitement bien à ses côtés. Heureux, léger et à sa place. Et il en était certain que les pâtisseries seraient encore meilleur dans ce cadre-là. Charleen avait d’ailleurs baissé les yeux sur ces dernières, expliquant qu’elle craignait qu’elles ne souffrent de la chaleur. Ethan sourit, amusé.

« Au pire, la pâtisserie est pas très loin. »

Oui, il pourrait en racheter. Autant qu’elle le voudrait. Tout ce qu’elle voudrait, tant qu’elle restait là… Soudain, Charleen s’agita et malgré lui, Ethan fronça légèrement les sourcils alors qu’elle fouillait dans son sac. Elle lui tendit finalement un paquet soigneusement emballé, sans un accroc.

« Je ne savais pas que tu étais experte en papier cadeau. »

Ethan attrapa alors le paquet et le fit tourner entre ses mains. Vu la forme du paquet, le poids, il était presque certain que c’était un livre à l’intérieur. En même temps, Charleen le connaissait parfaitement. Il ouvrit alors lentement le papier, comme pour faire durer le suspense. Finalement, le papier laissa place à la couverture d’un magnifique bouquin. Ethan ouvrit de grands yeux alors que ses doigts glissaient lentement sur la couverture. Il l’ouvrit et commença à parcourir les premières lignes. C’était un livre merveilleux. Il était prêt à s’y plonger à l’instant même mais… Ethan releva la tête vers Charleen, les yeux brillants.

« C’est… Ce livre est incroyable ! Je l’ai jamais lu en plus mais vu le sujet, je suis certain que je vais le dévorer. »

Ethan était comme un enfant, n’arrêtant pas de reposer son regard sur le livre qu’il venait de recevoir. Il le referma lentement et fit de nouveau glisser ses doigts sur la couverture. Il le posa ensuite soigneusement sur ses genoux. Il se pencha ensuite en avant et vint déposer un baiser chaste et tendre sur les lèvres des Charleen.

« Merci… Beaucoup. »

Ethan prit alors quelques secondes pour regarder Charleen et se perdre dans son regard. Il se sentait si bien que ça semblait presque irréel. Alors il lui fallut un temps, pour observer ses yeux, observer les traits fins de son visage… Comme pour l’imprimer dans son esprit, comme pour s’assurer que c’était bien réel et surtout, que ça durerait le plus longtemps possible. Et puis, après un temps qu’il ne parvint pas à mesurer, il porta son regard sur les parts de tarte.

« Tu préfères citron ou chocolat ? Ou un peu des deux ? »

Ethan releva finalement le regard vers Charleen.

« Tu es magnifique. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1023
Date d'inscription : 30/10/2013
Crédits : me
Double Compte : Kezabel & Mateo & James & Leiv & Will & Margo & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2425-charleen-s-thomson-the-world-i
MessageSujet: Re: A rocket to the moon [Charleen]   Mar 5 Juin 2018 - 15:45

A rocket to the moon
EXORDIUM.
- Au pire, la pâtisserie est pas très loin.

Un point pour lui. J’aime ce regard qu’il a, ce sourire qui illumine ce visage et cette soudaine et légère assurance qu’il a. Ethan reste Ethan mais il a ce petit quelque chose en plus au fond des yeux, dans ses gestes, qui me charme, qui me donne l’impression d’avoir le cœur qui ne cesse d’accélérer.
En attendant, je lui tends le cadeau que je lui ai fait. Un petit rien mais qui m’a tout de suite fait pensé à lui.

- Je ne savais pas que tu étais experte en papier cadeau.
- J’ai des talents cachés, je ne vais pas tout révéler tout de suite !

Je le regarde faire, un sourire aux lèvres, entrain de déballer avec précaution le cadeau que je lui ai offert et le laisse découvrir la couverture en relief, l’ouvrir et lire quelques lignes. Son visage est expressif tout comme ses yeux qui brillent comme rarement. Mon sourire lui, s’élargit de voir à quel point le livre semble déjà l’émerveiller et qu’il semble visiblement heureux de l’avoir entre les mains.

- C’est… Ce livre est incroyable ! Je l’ai jamais lu en plus mais vu le sujet, je suis certain que je vais le dévorer.
- Je l’ai trouvé avec mon père dans une boutique. Il m’a tout de suite tapé dans l’œil et je me suis dis que légendes nordiques pourraient t’intéresser. J’ai essayé de changer un peu.

En somme j’ai pris un risque qui n’en est pas vraiment en lorsque l’on connait l’amour d’Ethan pour les légendes, les mythologies et tout ce qui touche de près ou de loin au merveilleux, fantaisie et j’en passe.
J’hausse les épaules, sourire en coin.

- Comme ça tu pourras me raconter.

J’aime quand il fait ça. Il nous est déjà arrivé de passer des heures entières allongés dans une de nos salles communes, alors qu’il me racontait toute sorte d’histoire sur des dieux grecs, sur des héros qu’il a découvert au fil de ses lectures. Ethan s’est chargé de remplir mon quotidien de légende de tout horizon.
J’accueille son baiser dans un sourire, heureuse.

- Merci… Beaucoup.
- De rien.

Son regard capte le mien et je me perds dans ses deux océans bleus, brillants, qui invitent à bien des voyages. Je suis persuadée qu’Ethan ferait un bon compteur et un bon écrivain. Comme s’il possédait ça dans le sang, quelque chose d’innée, de naturel pour lui. Ma main s’égare sur sa joue, puis dans ses cheveux avant de revenir sur sa nuque que je caresse du bout des doigts, sans me défaire de mon sourire. Un moment de pause, le temps s’arrête, plus rien d’autre n’existe que nous deux.
Ethan glisse son regard vers les tartes sans que je ne le suive, continuant de l’observer en silence.

- Tu préfères citron ou chocolat ? Ou un peu des deux ?

Nos regards se croisent de nouveau.

- Tu es magnifique.

Mon cœur chavire, je me sens presque bête, comme une adolescente de 14 ans intimidée face à son crush de collègue. Et c’est peut-être un peu ce que je suis avec mes airs naïfs. Je baisse légèrement les yeux, sentant mes joues s’empourprer.

- Tu n’en as pas marre de me faire rougir comme ça ?

Non, bien sûr que non.
Un nouveau baiser sur ses lèvres, furtif et un merci murmurer contre sa joue. Ce qu’il ne sait pas, c’est que c’est certainement grâce à ce même regard qu’il me porte que je me sens « jolie », presque précieuse, importante. Je ne savais pas à quel point cela pouvait faire du bien. J’ai l’impression d’avoir le cœur gonflé de tout un tas d’émotions positives, de bonheur.

- On n’a qu’à faire moitié moitié ? Comme ça on peut goûter aux deux.

Et comme d’habitude, les pâtisseries sont incroyables, délicieuses, mènent nos papilles vers l’apothéoses accompagné des smoothies qu’il nous a ramené. On discute, on rigole, se charrie, se perds parfois dans le temps entre deux baisers plus passionnés que les autres, me mettant le feu aux joues, au ventre, au cœur. Ethan taille ce moment dans une perfection que j’accueille à cœur ouvert, m’y perdant les yeux fermés jusqu’à ce que je finisse par rentrer à la maison en fin début de soirée, sourire béat aux lèvres.

#

Vendredi 21 Août

Je prépare un petit sac à dos ensorcelé où j’y glisse pyjama, produit de toilettes, un bouquin qu’Ethan m’a prêté et que je dois lui rendre, sans oublier ma baguette qui ne me quitte jamais. J’en profites pour également nettoyer la litière de Circée, de lui glisser un supplément de croquettes, changer son eau et… je crois que je suis prête.
Je ne suis pas sûre.
Je suis un peu nerveuse, intimidée, sans vraiment savoir comprendre et surtout sans jamais me défaire de ce sourire qui m’habite depuis que j’ai commencé à me préparer.
C’est la première fois que je vais chez lui alors que ses parents ne sont pas là, que l’on a un weekend tous les deux, seuls... Et surtout, avant qu’il ne reparte à Poudlard. J’ai le cœur lourd mais j’essaie de ne pas y penser, de ne me pas me focaliser là-dessus. Pour le moment, Ethan est encore là et je veux en profiter, de chaque moment que l’on passe ensemble. Ce weekend est une véritable chance et je ne veux pas me gâcher l’esprit avec cette tristesse qui, je sais, me pèsera sur les épaules le jour où il retournera là-bas.

Je glisse également quelques films dans mon sac et même deux jeux de sociétés. Je réfléchis à deux fois pour voir si je n’ai rien oublié et repasse par la salle de bain pour réajuster mes cheveux détachés et vérifier que … Je suis jolie. Je suis entrain de m’apprêter comme à un rendez-vous alors que ça n’est pas le cas mais j’ai envie de l’être, jolie. Un maquillage très léger qui ne se résume qu’à un gloss et un fard à joue.

- Oui, tu es superbe Charleen.

Je sursaute et me retourne pour faire face à mon père dans l’encadrement de la porte. Il éclate de rire de me voir piquer un fard parce que c’est exactement ce qu’il se passe : mes joues s’empourprent brutalement.

- Arrête, te moque pas !

Il éclate de rire de plus belle et s’approche de moi pour me prendre dans ses bras.

- Rah. Tu grandis si vite bon sang.
- Comme toi, tu vieillis.
- Eh ! Je ne te permets pas de parler comme ça de ton vieux père !

Il s’écarte et je le trouve beau moi, avec ses petites ridules au coin des yeux. Il a longtemps eu un visage sévère pour beaucoup, durant toutes ses années où nous avons vécus seul mais il n’a jamais été cet homme froid avec moi. Certes, il avait ses exigences en particulier pour mes études mais je n’ai jamais manqué de rien. Encore moins en affection.

- Tu ressembles de plus en plus à ta mère.
- Ah bon, tu trouves ?
- Même yeux, même sourire. Je comprends pourquoi ce jeune homme en pince pour toi.
- N’importe quoi !

Ca le fait rire, moi aussi même si je rougis un peu plus. Papa me dépose un baiser sur le front avant de quitter la salle de bain, non sans se retourner.

- Tu n’oublies pas d’envoyer un message lorsque tu es arrivée, d’accord ?
- Oui, promis !

Un a lui, un a Riley pour que personne ne s’inquiète en vu des temps qui court.
En vingt minutes je suis partie de la maison et le portoloin me conduit directement dans la ville d’Ethan, dans un coin reculé et surtout à l’abri des regards. Et quand on parle du loup …

- Hey !

Je m’approche de lui et le prend dans mes bras, lui dépose un baiser sur les lèvres, heureuse de le revoir. Je reste ainsi, à profiter de ce contact encore quelques secondes avant de me reculer et de le regarder. Ca fait maintenant quelques semaines que nous avons débuté toute cette histoire et pourtant j’ai l’impression que c’est une continuité de quelque chose, comme si ça faisait des mois que nous en sommes là.

- Mais tu te laisses pousser la barbe !

Une de mes mains caresse doucement cette pilosité naissante.

- Ca te va bien.

Ca lui donne un petit quelque chose de plus… un quelque chose de sexy, je l’admet.


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 1116
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: A rocket to the moon [Charleen]   Mar 5 Juin 2018 - 22:36

Cette après-midi-là, Ethan l’avait vécu encore et encore. Lorsqu’il était rentré chez lui, ses parents s’étaient échangé un regard entendu en le voyant s’enfermer dans sa chambre mais sans colère, juste avec cet air complètement absent. Ils avaient compris tout de suite, eux. Ils avaient bien vite remarqué que Charleen occupait une place particulière dans la vie de leur fils et au fond, ils n’attendaient qu’une chose, que leur histoire se concrétise. Alors quand il était rentré, rêveur mais le visage illuminé, ils avaient sorti une bouteille de vin des placards et décidé de faire de ce soir-là une fête. Parce qu’ils avaient renoué avec leur fils, parce qu’Ethan semblait enfin sortir de cette terrible crise de malêtre qui lui avait bouffé la vie pendant des années et rien n’était plus dur pour des parents que de voir leur enfant se détruire. Alors pour Mr et Mrs Llewellyn étaient heureux ce soir-là. Ethan lui, n’avait cessé de repenser à ce qu’il s’était passé. Parfois, sa main se perdait sur ses lèvres, comme s’il sentait encore celles de Charleen. Il avait dévoré le livre qu’elle lui avait offert en un temps record. Il trônait désormais sur une étagère juste au-dessus de son lit. Il le reprenait souvent pour en lire des passages. Il l’avait appelé dès le lendemain pour lui en parler, pour lui dire comme il était exceptionnel. Et puis, ils s’étaient revus à plusieurs reprises et Ethan avait fini par accepter. Accepter que tout ça était bien réel, que ça lui arrivait bien à lui, l’éternel looser, l’éternel timide… Qu’il pouvait tenir la main de la plus belle fille qui soit, qu’il pouvait avoir ses rires rien que pour lui. Il était heureux et il ne voulait penser à rien d’autre. La rentrée sonnerait une première séparation pour eux mais il laissait ça dans un coin bien secret de sa tête. Il ne voulait penser qu’à cette joie intense qui lui vrillait l’estomac chaque fois que son regard se posait sur Charleen. Charleen, Charleen… Elle était sa drogue et il n’avait jamais pensé qu’une addiction puisse être si douce…

« Ethan, tu peux venir deux minutes s’il te plait ? »

Ethan pose alors le livre qu’il était en train de parcourir sur son lit et sort de sa chambre pour retrouver son père qui est assis dans le salon. Sa mère n’est pas là, sans doute dans la chambre en train de préparer les valises. Ils ne vont pas tarder à partir pour leur week-end en amoureux. Sur indication de son père, Ethan tire une chaise de la table du salon et s’installe en face de lui, son père a un air sérieux sur le visage.

« Tu sais pour ce weekend, on t’a dit que tu pouvais inviter qui tu voulais…

-Oui, j’ai proposé à Charleen de venir, elle a déjà préparé toutes ses affaires. Me dis pas que vous ne voulez plus qu’elle vienne ?

-Non non mon garçon, pas de panique, c’est pas ça.

-Euh… Ok… Alors quoi ? »

Ethan arque légèrement un sourcil ? Après la panique fulgurante qu’il avait ressenti à l’idée de devoir dire à Charleen qu’elle ne pouvait pas venir, un autre type d’angoisse s’était emparé de lui. Il y avait quelque chose dans le regard de son père qui ne lui inspirait pas confiance. Et alors que ce dernier allait ouvrir la bouche, il eut comme un éclair. Ethan se leva alors précipitamment de sa chaise.

« Non, non non, je refuse cette conversation ! C’est mort !

-Ethan s’il te plait, ne le prend pas comme ça, c’est important…

-J’ai dit non ! Je sais ce que tu vas me dire, c’est bon, le message est passé, t’embête pas à faire des phrases, ça ira très bien. »

Ethan avait rougi sans pouvoir s’en empêcher. Il savait que son père attendait le bon moment pour lui parler de ça. Sauf qu’aux yeux de l’adolescent ce n’était pas nécessaire et surtout pas le bon moment. Non non non, il ne voulait pas parler de ça avec lui !

« Avec ta mère on a jugé bon de t’acheter de quoi vous protéger, c’est l’âge tu sais, on comprend mais il faut faire ça en sécurité…

-PAPA ! STOP ! »

Cette fois, le rouge de la honte se mélange au rouge de la colère. Ethan lève les yeux au ciel, pousse un juron et sort de la pièce en trombe pour se ruer dans sa chambre. Là, il s’approche de la fenêtre qu’il ouvre en grand et inspire une grande bouffée d’air frais. Pendant ce temps, dans le salon, sa mère ayant entendu toute la conversation a rejoint son père. Elle lui tapote l’épaule pour le rassurer face à l’échec de sa conversation père-fils mais a bien du mal à calmer son fou rire…

Ethan trépigne dans la ruelle magique de Liverpool. C’est un coin un peu reculé, à une quinzaine de minutes à pied de chez lui où les sorciers peuvent arriver avec un portoloin qui ressemble à un vieil harmonica. Il regarde sa montre avec nervosité et quand enfin, un bruit familier se fait entendre, un sourire étire la barrière de ses lèvres. Charleen apparaît devant lui. Toujours aussi belle, toujours aussi rayonnante. Elle s’approche de lui et comme si c’était la chose la plus naturelle au monde, ils s’embrassent. Ils se serrent l’un contre l’autre. Ethan la garde jalousement contre son torse quelques instants, respirant cette odeur qui le fait chavirer chaque fois. Elle se recule légèrement et passe une main dans sa barbe ce qui le fait presque frissonner.

« J’avoue que c’était un peu par manque de courage… Mais ma mère m’a dit la même chose alors bon… »

Ethan sourit alors légèrement et vint déposer un baiser sur le front de Charleen. Il était heureux qu’elle soit là. Il glissa sa main dans la sienne puis l’entraîna dans les rues de Liverpool. Il n’était pas très tard, il faisait encore jour et une fois qu’ils eurent quitté la partie sorcière secrète, un peu d’animation se fit entendre autour d’eux.

« Y’a un super traiteur chinois à côté de chez moi, je me disais qu’on pourrait prendre à manger là-bas pour ce soir ? »

Ethan s’était tourné vers elle. Chaque fois qu’il la regardait, c’était pareil. Il avait l’impression d’être l’homme le plus heureux au monde. Pouvoir marcher avec elle ainsi dans la rue, tenir sa main, la serrer avec douceur, passer son pouce sur sa paume… Il marchait la tête haute avec elle, le regard droit, devant lui et non sur ses chaussures qu’il avait tant usées à force de les fixer.

« Comme promis j’ai fait une sélection de films, j’ai hâte de voir ceux que tu as choisis ! »

Regarder des films, manger de bonnes choses, se promener, discuter… Voilà ce qu’ils avaient prévu pour ce weekend et Ethan ne tenait plus en place depuis trois jours déjà.

« Ma mère nous a acheté des pots de glace, elle a dit que c’était essentiel pour regarder des films. »

Ethan sourit alors légèrement. Ses parents avaient aussi pensé à autre chose mais ça il n’en parlerait pas. D’ailleurs il n’y pensait pas. Non non, une barrière mentale s’était créée toute seule et c’était très bien ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1023
Date d'inscription : 30/10/2013
Crédits : me
Double Compte : Kezabel & Mateo & James & Leiv & Will & Margo & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2425-charleen-s-thomson-the-world-i
MessageSujet: Re: A rocket to the moon [Charleen]   Lun 25 Juin 2018 - 22:52

A rocket to the moon
EXORDIUM.
- J’avoue que c’était un peu par manque de courage… Mais ma mère m’a dit la même chose alors bon…
- Tu as bien fait. Je passe une main sur sa joue. Même si tu piques un peu.

Je lâche un rire, heureuse d’être là, dans ses bras, réceptionnant son baiser sur le front en me calant légèrement contre son torse. Un instant de paix et de sécurité dont je me délecte en silence, même s’il ne dure qu’une seconde ou deux. Cette idée de weekend est excellente et j’ai à la fois hâte tout en ressentant une légère appréhension sans réellement savoir pourquoi. Ethan glisse sa main dans la mienne que je serre tendrement, le suivant hors de la partie magique pour rejoindre les rues de Liverpool dont l’ambiance nous parvient petit à petit. Il fait bon, beau, j’ai envie de prendre mon temps, de profiter avec lui.

- Y’a un super traiteur chinois à côté de chez moi, je me disais qu’on pourrait prendre à manger là-bas pour ce soir ?
- Excellente idée ! De toute façon, ce weekend c’est toi qui mène la barque alors surprend moi.

Un nouveau rire, je me hisse sur la pointe des pieds – parce qu’il est quand même bien plus grand que moi – et lui dépose un baiser sur la joue. J’ai hâte de tout. De me balader dans Liverpool que je commence un peu à connaitre à force de venir le voir, de goûter son traiteur chinois, de me caler contre lui pendant un film, discuter de tout, de rien, partager des moments qui nous appartiennent dans une intimité que nous partagerons pour la première fois. Ça m’intimide autant que ça me gonfle de bonheur.

- Comme promis j’ai fait une sélection de films, j’ai hâte de voir ceux que tu as choisis ! Ma mère nous a acheté des pots de glace, elle a dit que c’était essentiel pour regarder des films.
- Ne me dis pas des choses comme ça sinon je vais finir par vouloir sauter les étapes et qu’on aille manger tout ça devant un film tout de suite.

J’admets que je commence à avoir un petit creux mais je préfère me préserver pour le repas copieux qui nous attend et encore une fois, j’ai hâte de me retrouver seule avec lui. Mais chaque chose en son temps.
Toujours sourire aux lèvres, j’enchaine.

- J’en ai ramené plusieurs même si je doute que l’on réussisse à tout regarder entre les tiens et les miens ! J’ai hâte de voir ce que ta sélection. Oh et j’ai aussi ramené deux ou trois jeux de société si jamais !

Je me suis dis que ça pourrait nous changer des films, histoire de changer d’activités, d’occupation entre deux films et une balade. Ma main toujours logée dans la sienne, nous flânons dans les rues de Liverpool bondé de touristes sans que ça ne soit pour autant étouffant. L’artère principale est bien occupée mais je ne suis pas surprise de voir Ethan nous guider vers des ruelles bien plus tranquilles, isolées mais tout autant magnifiques, me donnant l’occasion de visiter ce que je n’ai pas encore vu de chez lui.

Je sors mon portable de mon petit sac à dos pour envoyer un message à Riley et à nos parents et ainsi les prévenir que tout va bien, que je suis bien arrivée et surtout que je suis bien en compagnie d’Ethan. Ca n’est pas qu’ils s’inquiètent outre mesure mais ce qu’ils voient défilés dans la gazette du sorcier ne les rassure pas… et je crois que depuis l’épisode du poison, papa est devenue beaucoup plus protecteur qu’il ne l’était, malgré lui. Il n’en est pas étouffant pour autant mais il fonctionne … parfois à l’excès selon les situations.
Bref, le plus important est que tout se passe bien et je le leur fait savoir.

- Désolée, je prévenais mes parents et Riley que j’étais bien avec toi.
Je me tourne de nouveau vers lui avant de me planter face à mon petit ami. Une bulle de bonheur éclate au creux de mes reins rien qu’à cette évocation… je me sens un peu bête parfois. Alors, quel est le programme Mr Llewellyn ?

Je passe mes bras autour de ses épaules, plante un regard brillant, expressif de tout le bonheur que me procure sa présence.

- Je ne blaguais pas tout à l’heure, c’est toi qui décide de tout ce weekend. Moi je me contente de suivre.

Parce que j’aime lorsqu’il me surprend, Ethan ne manque jamais d’imagination. Sourire aux lèvres, je lui vole un baiser chaste, avant de percuter de nouveau ses lèvres de façon plus appuyée, au rythme des secondes. Les mêmes sensations dévalent au galop dans mes veines, me font palpiter le cœur.



Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 1116
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: A rocket to the moon [Charleen]   Mar 26 Juin 2018 - 11:39

La suite est ici : A rocket to the moon Part. II
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: A rocket to the moon [Charleen]   

Revenir en haut Aller en bas
 
A rocket to the moon [Charleen]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AN OPEN LETTER TO BAN KI-MOON
» bad moon à 1500pts
» La Waaagh Kassos, les Bad Moon's Killa
» Orks: Bad Moon
» armée bad moon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Londres :: Centre de Londres :: ─ Soho. :: • Covent Garden.-
Sauter vers: