AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Welcome - Aiyana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 56
Date d'inscription : 13/12/2017
Crédits : Me
Double Compte : Kezabel, Charleen, Mateo, Will, Ora, Margo, Leiv, James, Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4124-maggie-virginia-howard-i-m-a-p
MessageSujet: Welcome - Aiyana   Lun 12 Fév 2018 - 14:28

Welcome
EXORDIUM.
Elle profite du presque silence de cet endroit qu’elle considère comme étant son sanctuaire. Ce lieu où elle se recueille et joui d’une liberté que personne ne pourra lui arracher. Maggie occupe cette clairière depuis presque huit ans maintenant, venant s’y perdre au moins une petite heure par jours, lorsque son père s’absente pour elle en sait quoi. La jeune femme a mis du cœur à l’ouvrage, pour « aménager » ce petit coin de paradis. Sortilège et piège en tout genre l’entoure afin d’être certaine que personne ne viendrait le profaner ou même y découvrir ce qui ne les regarde pas.
Howard n’est pas stupide, préfère toujours avoir une longueur d’avance, privilégier la prudence à la précipitation. Et c’est clairement pour cette raison que tout est finement calculé. Elle a déjà entendu des histoires concernant des hommes – parfois des femmes – qui prenne un plaisir animal à tuer comme des… porcs. A foncer tête baisser, à répondre à leur besoin primaire que de voir le sang chaud coulé, de le voir éclaboussé les murs ou leur propre corps.
Mais Maggie n’est pas ce genre d’animal. Elle n’en est pas un tout court. Non, la jeune femme est bien plus raffinée, patiente et intelligente que ces primates laissant leurs traces partout où ils passent. Howard aime prendre son temps et même lorsque l’impatience et ces satanés fourmis viennent frapper à la porte de sa folie, elle se maitrise, se contient. Là réside tout son plaisir. Prendre le temps de toute organiser et de fantasmer les choses jusqu’à arriver au paroxysme de son plaisir : le passage à l’acte.

Et ce soir, elle se doit bien de l’admettre, le bout de ses doigts la démange, son esprit est en ébullition et pour cause. Beaucoup de changement, beaucoup de nouveaux éléments à prendre en compte, à ne pas délaisser.
La première : Riley.
Ou plutôt, sa sœur, Charleen. Ce petit bout de pureté qui semble aujourd’hui occuper une place bien trop importante dans la vie de Jenkins. Et ça, Maggie apprécie moyennement que cette petite tête blonde ne se soit immiscée dans leur retrouvaille à peine entamée. Alors, il faudra s’en charger. A un moment ou à un autre.
Le deuxième : Derek.
Cet abruti lui à ouvert une large fenêtre de possibilité, un champ des possibles incroyablement vaste qui lui permettra plus tard d’atteindre son objectif. Celui qui dort bien sagement depuis cette nuit d’été où tout à réellement commencée.

- Sssh. Tiens toi tranquille.

Ses doigts fins et parfaitement manucurés caresse en douceur le pelage du jeune chat qu’elle tient entre ses bras.
C’est incroyable à quel point ses saloperies peuvent aujourd’hui trainer absolument partout dans n’importe quel quartier. Agiter un sortilège parfumé au thon et ils sont une dizaine à rappliquer, affamer.
Ça n’est pas de gaieté de cœur qu’elle se trouve ici – quoi que … -, plantée au cœur de cette clairière. Mais les fourmis se font trop présentes et surtout trop pressente dans sa tête, elle les sent trop régulièrement cliquetés sous sa blondeur et Maggie sait pertinemment ce que cela signifie.
L’impatience. Le besoin. Vitale.
Mais encore une fois, parce qu’elle n’est pas l’un de ces saloperies de primates écervelés, elle ne se précipitera pas. Elle n’est pas encore prête et quand bien même l’envie palpite au creux de ses reins et de sa tête, elle ne laissera pas cette dernière lui dictée ses actes. Et pour taire ce sentiment qu’elle juge parfois un peu trop vicieux, elle se contentera d’un être plus petit et plus inoffensif mais qui suffira à apaiser ce besoin trop imposant.

/!\ âme sensible, s'abstenir. :
 

Maggie lâche un soupire de soulagement, de bien être, suivit d’un plus large sourire. Ça ne suffira pas à faire taire ce besoin brusque et vitale mais ça sera amplement suffisant pour calmer ses envies, pour les apaiser durant quelques semaines. Et au pire des cas, elle se contentera d’un nouvel animal d’ici là.
Et la suite est une sorte de rituel. Retourner un petit coin de terre, y enterrer le corps, l’ensevelir avant de cleaner le tout d’un coup de baguette. Du sol à ses vêtements, sans oublier ses mains qu’elle nettoie de toutes tâches de sang. Et ce n’est que lorsqu’elle se sent enfin sereine qu’elle laisse derrière elle cette clairière aux allures de cimetière où réside chacune de ses victimes. De la première à la dernière en date et Maggie se souvient de chacune d’elles. Sans exceptions.

¥

L’heure tourne et tout doit être prêt, propre, ordonné. Et cette fois, ça n’est pas son père qui lui met cette pression sur ses épaules mais sa mère qui n’est qu’excitation à l’idée de recevoir une invitée pour plusieurs mois. Même Maggie est en joie, le cœur désormais apaisé, presque prise d’allégresse. Et le sang n’est pas le seul responsable de cet état de joie.
Aiyana, sa cousine, vient élire domicile ici, dans ce manoir, pour quelques semaines. Voir pour les vacances d’été.
Si la famille Hopkins a longtemps été la honte de la famille – Grand-mère Howard ayant décidé de s’accoupler avec un sang-mêlé -, il semblerait que Aiyana soit toute disposée à rehausser le rang familial et à en redorer le blason. Et c’est cette unique raison qui lui donne le droit aujourd’hui de pouvoir mettre un pied dans le manoir des Howard. Bartholomey préfèrerait crever que d’accorder quelconque intérêt à un sang-impur pour peu que ce dernier soit en plus heureux de l’être. Mais Aiyana se démarque du lot, semble vouloir rattraper les erreurs de sa famille.
Pour Maggie, c’est un bonheur supplémentaire que de voir sa cousine venir vivre ici. Les deux jeunes femmes ont toujours été proches, un lien et une affection particulière qui les unit, presque aussi solide qu’une fraternité.

- Samuel n’est pas autorisé à descendre, mère ?
- Certainement pas.
- Aiyana le connait. Il sera ravi d…
- Jeune fille, je n’ai pas le souvenir de t’avoir donné autorisation de pouvoir ne serait-ce que donner ton avis.
- Milles excuses mère.
- Et par merlin, arrange-moi le col de ta robe !

La jeune femme s’exécute sans rien dire.
Tout vient à point à qui sait attendre, parait-il…

Le claquement sonore et caractéristique d’un transplanage se manifeste un peu plus loin derrière la porte et l’elfe de maison ne tarde pas à ouvrir la porte sous ordre de Mère Howard qui accueille sa petite nièce, sourire parfaitement lisse sur le visage.

- Ma chère Aiyana ! Bienvenue chez les Howard.

Elle se permet même une étreinte – chose qu’elle n’a jamais accordée à Maggie et encore moins à Samuel – avant de l’inviter à pénétrer dans le manoir où c’est autour de Maggie de l’accueillir d’un large sourire non feint et parfaitement sincère.

- Je suis si contente de te revoir.

Une énième étreinte, plus brève mais plus affectueuse qu’elle ne pourrait l’être avec n’importe qui.
Suzanne reprend les choses en main, discute quelques minutes avec Aiyana pour lui dire à quel point elle est heureuse de pouvoir l’accueillir dans l’une des demeures les plus côtés de leur milieu et prenant également des nouvelles de ses parents même si, pour cette dernière politesse, il était évident que Suzanne le faisait uniquement par manières et non par envie d’en savoir la réelle teneur.

- Maggie, va donc montrer à ta cousine où se trouvent ses quartiers et n’oublie pas de lui indiquer toutes pièces où elle pourra accéder.

Sous-entendu : surtout bien lui interdire toutes celles où elle a formellement interdiction d’y foutre les pieds.
La jeune Howard acquiesce et se déleste ainsi de la présence étouffante de sa mère qu’elle méprise un peu plus chaque jours. Maggie invite sa cousine à la suivre, empruntant le grand escalier du Hall qui les mèneront vers la partie du manoir où vit Maggie et où se trouvera les quartiers d’Ayiana.

- Alors dis-moi tout, comment vas-tu ? Tes parents n’ont pas été trop affecté par ton départ ?  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 499
Date d'inscription : 17/03/2016
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily, Julian, Caem, Keith, Ethan, Zachary



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3578-aiyana-hopkins-liens
MessageSujet: Re: Welcome - Aiyana   Mar 13 Fév 2018 - 10:24

Aiyana n’aimait pas ça. Voir de la tristesse sur le visage de son père. Cela ne la ferait pas revenir sur sa décision, cela ne la ferait pas changer d’avis et ce n’était même pas ce qu’il cherchait à faire, elle le savait bien. Pourtant, elle l’avait vu cette lueur dans son regard, elle avait bien remarqué que les muscles de son visage s’étaient légèrement affaissés et que quelque chose était éteint soudainement. Alors elle lui avait déposé un baiser sur la joue et elle s’était faufilée dans sa chambre, lui laissant le temps de reprendre ses esprits, se laissant le temps à elle de prendre une grande inspiration. Son père tenait à elle plus qu’à tout. Aiyana se souvenait qu’à chaque rentrée, il était triste à l’idée de la voir partir. Quand elle lui avait appris qu’elle poursuivrait sa scolarité à Poudlard, loin des Etats-Unis, il avait ressenti un pincement au cœur mais s’était raccroché à l’idée de la voir pendant les vacances. Et là, elle venait de lui annoncer qu’elle allait passer le reste de ses vacances loin de lui, en Angleterre chez la famille de sa cousine. Il était triste et déçu de ne plus voir sa fille tous les jours et pourtant, il n’avait rien dit d’autre que « d’accord ». Il savait bien qu’Aiyana avait pris sa décision, qu’elle était adulte et qu’il n’avait plus le pouvoir de s’y opposer. Mais il aurait aimé la garder un peu plus longtemps auprès de lui. Aiyana le savait et elle y pensait alors qu’elle faisait son sac, usant de la magie pour lui permettre de contenir bien plus de choses que ce qui n’y paraissait. Elle n’avait pas le choix. Elle ne pouvait pas mener à bien sa mission et rester ici. Elle avait fait un choix.

Alors qu’elle prenait la route du manoir d’Howard, Aiyana ne put s’empêcher de ressentir une pointe d’appréhension. Elle et ses parents n’avaient pas souvent été les bienvenus de ce côté-là de la famille. Si avec Maggie ses rapports avaient toujours été très bons et si les deux cousines étaient proches depuis leur plus jeune âge, avec le reste de la famille, c’était plus compliqué. La famille d’Aiyana était impure. Une personne avait décidé de jouer les originales, de trahir son sang et de créer le boxon dans la filiation. Pendant des années, Aiyana n’avait pas prêté attention à ce détail, se contentant de vouloir prouver à tous que cela ne l’empêchait nullement d’être une excellente sorcière. Pour autant, ses émotions à ce sujet avaient changé. Aiyana voulait désormais trouver sa place dans ce cercle restreint, aider ceux qui luttaient au quotidien pour que la magie cesse d’être saccagée, souillée par le sang des moldus. Elle ne pouvait pas revenir sur les erreurs de sa famille, elle ne pouvait pas effacer ce qui avait été fait mais elle comptait bien leur prouver qu’elle avait les épaules pour redresser sa famille. Les Howard avaient accepté qu’elle loge chez eux, ils devaient donc être convaincus par ses intentions mais cela ne l’empêchait pas d’appréhender un peu. Elle allait devoir être irréprochable mais ça, c’était dans ses cordes.

Aiyana avait transplané pour arriver juste devant la porte du manoir. Il ne lui faut attendre que quelques secondes avant de voir un elfe de maison lui ouvrir la porte. La jeune femme lui adressa alors un signe de tête en guise de remerciement et de salutation puis passa le pas de la porte. Elle fut alors immédiatement accueillie par sa tante. Cette dernière la serra dans ses bras, avec ce sourire toujours si… Parfait sur le visage.

« Merci de m’accueillir ma tante, je suis ravie d’être ici. »

Aiyana adressa alors un sourire tout aussi maîtrisé à sa tante. Avant de venir, elle avait pris soin de s’habiller de manière distinguée, une jupe, un chemisier, les cheveux parfaitement attachés. Elle savait qu’ici, le moindre détail comptait et qu’elle n’avait pas le droit à l’erreur. Mais rapidement, son regard fut attiré par une autre silhouette, celle de Maggie. Le sourire d’Aiyana se fit alors plus franc et sincère. Les deux cousines s’adonnèrent alors à une étreinte à leur tour.

« Moi aussi, Maggie. »

Et c’était plus que sincère cette fois. Aiyana se tourna ensuite vers sa tante, échangeant avec elle les banalités habituelles mais essentielles. Lorsqu’elle la questionna sur ses parents, la jeune femme répondit rapidement, sachant bien que le sujet n’intéressait pas plus que ça. D’autant qu’elle se doutait que l’excentricité de sa mère n’arrangeait rien à son cas. Une fois les phrases obligatoires dites, sa tante désigna Maggie comme guide, l’incitant à faire la visite à Aiyana. Cette dernière remercia encore chaleureusement sa tante pour son accueil et suivit ensuite sa cousine. Alors qu’elles se retrouvaient toutes les deux, l’atmosphère commençait à se détendre.

« Avec ma mère, on a l’habitude de ne se voir que rarement alors ce n’était pas compliqué. Mon père par contre était plus attristé. »

Une légère ombre passa sur le visage d’Aiyana avant qu’elle n’hausse les épaules et adresse un sourire à sa cousine.

« Il aimerait sans doute que je n’ai jamais grandi. »

C’était même certain. Aiyana connaissait son père par cœur et l’aimait énormément. Mais elle avait désormais une vie à mener d’elle-même, des projets, des objectifs. Il le savait, sa fille était plus ambitieuse et déterminée que qui que ce soit et il en faudrait beaucoup pour la freiner, pour l’empêcher de se donner corps et âme à ses objectifs.

« Et toi, comment vas-tu ? »

Derrière cette question d’apparence très simple, il y avait en fait beaucoup d’autres questions. Aiyana était attristé par le fait que sa famille ait souillé le sang des sorciers, ait fait les mauvais choix mais elle savait aussi que du côté de sa cousine, tout n’était pas parfait. Ce manoir était impressionnant, incroyable mais il recelait des aspects bien plus mornes.

« Avec Hyppolyte ? »

Le sujet était délicat et autant dire qu’Aiyana n’avait pas su cacher sa révolte lorsqu’elle avait appris que sa cousine avait été la victime d’un mariage arrangé. Cela la révoltait que ce genre de pratiques existe encore, elle qui se voyait en tant que femme indépendante et était révulsée à l’idée d’être réduite à la fonction d’objet de désir pour la gente masculine.
Revenir en haut Aller en bas
 
Welcome - Aiyana
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aiyana Summers [Gryffy]
» Parler soulage les coeurs mais apaise aussi les âmes en peine. [Pv Aiyana ]
» Aiyana ~ «Si cet amour existe seulement dans mes rêves, ne me réveille pas»

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Autour du monde :: Grande Bretagne-
Sauter vers: