AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 There's A Time To Say Goodbye [Cameron]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 408
Date d'inscription : 30/10/2017
Crédits : Aurelie, Tumblr
Double Compte : Lukas A. H., Adrianna R.-B., Cody Z. S.



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4030-derek-ryans
MessageSujet: There's A Time To Say Goodbye [Cameron]   Mer 10 Jan 2018 - 17:20

THERE'S A TIME TO SAY GOODBYE
Vendredi le 31 juillet 2015, vers 6h00 p.m. (heure anglaise)

(ft. Cameron S. Cassidy)


La veille de ma visite à Little Marlow au Royaume-Uni, j’avais organisé toutes mes choses d’une manière méticuleuse comme si je me préparais pour un test. Pourtant, je ne m’apprêtais pas à subir un examen, mais plutôt une épreuve. Un challenge que j’avais déjà dû affronter à quelques reprises au cours de ma jeune vie. C’était un moment crucial, quelque chose que je désirais faire depuis un bon moment, mais où j’avais eu des instants de faiblesse qui m’avaient forcé à reculer ce grand défi. Maintenant, j’étais prêt à faire face à cette douloureuse réalité qui m’était si nécessaire pour m’aider à avancer même si j’avais déjà commencé. J’étais habitué à être entouré par la mort, mais à chaque fois c’était à recommencer. Peu importe le nombre de gens que j’avais perdu autour de moi, ça faisait toujours aussi mal.

Mais j’étais prêt à recommencer, j’étais prêt à me relever.
Encore une fois.

Durant la journée du jeudi, j’étais sorti en ville afin d’aller acheter une peluche à son effigie à elle. Un animal qui la représentait dans toute sa force et sa douceur à la fois. J’étais également passé chez le fleuriste afin de lui acheter une fleur simple et délicate à son image. Il s’agissait de présents banals, mais qui la représentait à mes yeux. Après avoir déposé ces objets dans mon sac, j’étais passé à travers les quelques photographies que j’avais de nous deux en me remémorant un bon nombre de souvenirs, tous positifs. Je tentai de reculer au maximum la dernière image que j’avais eue d’elle alors qu’elle s’était déjà éteinte. Je voulais la voir de nouveau pleine de vie et en santé et c’était exactement ce que les images me montraient. Puis, à l’exception d’une seule, je flambai les photographies non sans une once de tristesse au plus profond de mon cœur. Je désirais aller de l’avant et c’était ma manière à moi de faire les choses. C’était presque comme une cérémonie. Je m’exécutais dans le plus grand respect tout en regardant mes souvenirs s’enflammer.

Je m’étais couché tôt le jeudi soir afin d’être capable de me rendre au cimetière de Little Marlow à une heure respectable. Il y avait onze heures de décalage entre ma ville natale et la sienne, ce qui compliquait un peu les choses. Cependant, cette différence de temps n’allait pas m’empêcher d’aller la visiter. Absolument rien n’allait m’empêcher de le faire.

Je me levai aux aurores le vendredi afin de pouvoir m’habiller convenablement. Pour une fois depuis des mois, j’enfilai une chemise blanche et propre avant de mettre mon plus beau jean. Elle méritait toutes ces petites attentions. Je pris donc soin des détails en me rasant de près et en coiffant mes cheveux, chose que j’avais perdu l’habitude de faire depuis ces dernières semaines. Je mangeai mon petit déjeuner en silence, dans la grande demeure familiale vide. Peu de temps après, je transplanai avec mon sac à l’endroit désiré, c’est-à-dire au petit cimetière de Little Marlow, là où elle reposait depuis quelques mois déjà.

À mon arrivée, l’endroit était complètement vide. Un silence de mort régnait dans le cimetière, mais le soleil qui planait encore dans le ciel semblait apporter un peu de chaleur à cette triste scène. Je n’eus aucune difficulté à trouver sa pierre à elle : il s’agissait de la deuxième plus grosse du lieu. La plus majestueuse appartenait à sa mère qui était tout juste placée à côté. Des gerbes de fleurs reposaient sur les deux pierres tombales. Je pris quelques secondes pour observer la sépulture de la femme avant de revenir sur le pan de terre où elle se trouvait.

Dire qu’elle était là, à quelques mètres en dessous de mes pieds.

Je fis abstraction de cette pensée avec difficulté avant de me mettre à genoux pour observer tous les détails de sa pierre. Elle était magnifique. Soignée. Parfaite. Et puis elle aussi elle était là. Une photographie fixée dans le granit reposait tout juste en dessous de son nom. Ses yeux verts pétillaient de bonheur et son sourire était éclatant.

J’eus un raté et je baissai aussitôt la tête, incapable de la regarder plus longtemps. Une profonde tristesse m’envahit et je laissai tomber quelques larmes malgré moi. C’était difficile. Comme à chaque putain de fois.

- Je suis tellement désolé, si tu savais comment je m’en veux…

Je regardai mes larmes qui tombèrent sur le gazon qui avait commencé à pousser. Mes doigts se tendirent vers l’avant jusqu’à ce qu’ils puissent effleurer la pierre. Du revers de ma seconde main, j’essuyai mes yeux avant de relever la tête.

- Je t’ai amené de la compagnie.

J’ouvris mon sac avant de présenter la peluche en forme de panda à sa photographie éternelle.

- Il m’a tout de suite fait penser à toi. Je me suis dit que tu l’aimerais.

Je le déposai avec délicatesse au pied de la pierre avec un sourire.

- Il veillera sur toi. Oh et aussi…

Je plongeai de nouveau la main dans mon sac avant d’en sortir la fleur.

- Je sais que tu en as déjà, mais voilà une de plus pour la collection, fis-je en la déposant à côté de la peluche.

J’entendis un craquement non loin de moi et je tournai aussitôt la tête dans la direction d’où venait le bruit. Je reconnus aussitôt Cassidy qui se tenait à quelques mètres de là. J’ignorais depuis combien de temps il était là, mais étrangement, je n’eus aucune réaction : je retournai tout simplement mon attention vers elle.

- Tu as de la visite.

J’offris un dernier sourire à la photographie avant de me relever doucement et de me retourner vers le moldu.

- Cassidy, fis-je avec un signe de tête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8124
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo / Ismaelle / Riley



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: There's A Time To Say Goodbye [Cameron]   Mar 16 Jan 2018 - 21:09

Vendredi 31 juillet 2015 – Fin d'après-midi
There's a time to say goodbye



Derek & Cameron

Il y a des jours comme ça, tu le sens dès que tu te réveilles. C'est pas tellement que ça va pas, que la déprime se pointe, mais quelque chose flotte dans l'atmosphère, ton atmosphère, et tu sais pertinemment ce que c'est.
Margo a passé la nuit ici mais elle est partie avant même que le jour se lève, pour le boulot. Pas de p'tit dej, juste un fruit attrapé en sortant et un café de la veille réchauffé et versé dans un mug thermos dont elle renversera probablement le quart du contenu sur le sol de sa voiture – son bébé – dans la précipitation. Je pourrais presque l'entendre râler d'ici et cette pensée me fait sourire. En réalité elle est partie depuis des heures et c'est seul face à mon propre café que je me tiens, assis à la table de la cuisine, les yeux rivés par la fenêtre sans réellement voir l'extérieur pour autant.

Soupir.
Sourire.

J'entends une porte qui s'ouvre, des pas trainant dans le couloir et entre dans mon champ de vision le visage encore endormis de la frangine – difficile de ne pas sombrer dans une bouffée de tendresse en voyant ça. Pour autant le sourire que je lui adresse est moqueur, faut pas rêver. Je me prends une claque dans l'épaule, un bisou sur la joue et la voilà entrain de fouiner dans le frigo.
On s'y ait fait à ce chez-nous, on y est bien. On a déjà pris nos habitudes et ça ne me dérange aucunement d'avoir instauré une certaine forme de routine. C'est presque réconfortant, d'une certaine manière.

« Faut que j'y aille. M'attends pas ce soir, j'ai un truc à faire après le boulot et je sais pas vraiment pour combien de temps je vais en avoir. »
« D'accord. »

Elle ne pose pas de questions, se disant sans doute que j'ai un deal à faire ou quelque chose comme ça. D'ailleurs, parlant de ça, va falloir que j'appelle Will un de ces quatre parce que le stock commence à s'épuiser. On se verra chez les Ryans dans une semaine de toute façon, ça peut attendre, mais au delà du business il reste un pote, un ami même, et j'espère bien le recevoir ici rapidement.
Ce truc à faire, non, ça n'est pas un deal. C'est autre chose. Une chose que je n'ai pas encore faite depuis qu'on a quitté Poudlard sans trop savoir pourquoi. Peut-être parce que j'ai eu le sentiment de lui dire au revoir la dernière fois. Peu importe, aujourd'hui je ressens le besoin d'aller lui rendre visite. Je pense à elle, souvent, peut-être pas tous les jours mais même si je vais de l'avant, même si j'ai fait mon deuil, elle garde une place dans mon cœur et mon esprit. Comme toutes les personnes a qui j'ai tenu et qui ne sont plus là aujourd'hui. Plus physiquement en tout cas.
Le vendredi je finis plus tôt. Shannon m'a encore filé un coup de main et je bosse avec elle, plus ou moins. C'est un taf officiel, j'ai des fiches de paie pour la première fois de ma vie, et même si c'est pas grand chose ça me permet d'avoir déjà un pied dans le circuit et le secteur qui m'intéresse. Je m'estime chanceux, j'aurais été bosser à l'usine ou n'importe où s'il l'avait fallu – pas parce que j'ai besoin d'argent, soyons honnête parce que le deal rapporte toujours autant – mais l'opportunité s'est présenté alors j'ai sauté dessus. Ma formation, elle, commence dans un mois. D'ici là je prends toutes les infos que je peux prendre. Il est presque 16h quand je monte dans le train de banlieue qui va me permettre de faire la moitié du chemin en une heure, s'ajoute à ça une d'heure de plus pour le reste du trajet en bus. J'aurai pu demander à Jill de me faire transplaner avec elle, prendre un taxi, emprunter une voiture, etc … J'avais juste besoin de ces deux heures de trajets en solo je crois. Juste me poser et regarder par la fenêtre le paysage défiler jusqu'à arriver à destination puis marcher un peu jusqu'au cimetière. Et demain je proposerais à Kyle qu'on aille se balader tous les deux, parce que ça fait longtemps.

Mains dans les poches de mon jean, je ne regarde pas vraiment devant moi alors que j'avance dans les allées du cimetière. Lorsque je relève le menton je m'attends à voir apparaitre l'énorme pierre tombale qui m'a fait reculer de surprise la première fois tant je trouve que ça ne la représente pas mais c'est une paire d'yeux bleus que je croise. Et un visage familier que je reconnais.

« Cassidy. »
« Ryans. »

S'instaure une espèce de silence, un moment de flottement, durant lequel on se toise sans trop savoir comment réagir j'ai l'impression. Et puis je finis par secouer la tête comme pour me réveiller, sans pour autant faire un pas de plus. La surprise m'a un peu coupé tout réflexe et j'ai déconnecté l'espace de quelques secondes, je ne m'attendais pas à recroiser Derek alors que finalement, c'est presque logique vu l'endroit. Je ne sais pas trop ce que ça me procure comme sensation, ce que ça réveille chez moi comme émotion. A vrai dire, tout ce que je ressens c'est le calme plat.

« Désolé, j'voulais pas te déranger. J'avais pas vu que t'étais là. »

C'est la vérité. Jamais je n'aurais fait un pas de plus si j'avais vu qu'il était là pour la simple et bonne raison que je n'aurais pas interrompu son recueillement. Je l'observe rapidement, note l'effort, me re-familiarise avec ses traits que j'avais pour ainsi dire oublié. J'ai haït ce type, je l'ai méprisé, puis mis de côté. J'imagine qu'il en a fait autant.

« J'suis certain qu'elle l'adore. »

Je ne sais pas pourquoi je fais ça, pourquoi j'enclenche la conversation. Pourtant c'est bien ce que je fais, les yeux rivés sur le panda en peluche posé à côté d'une fleur. Le fin sourire qui flotte sur mes lèvres n'est pas moqueur, simplement sincère. Je ne sais pas si c'est lui qui a apporté cette peluche mais je reconnais le parallèle avec son patronus, à elle, dont le sourire est figé ou presque sur une photo ancrée dans le marbre.

Et mon regard se braque à nouveau lentement dans celui de l'Australien. Les questions commencent à fleurir dans mon esprit. Qu'est ce qu'il devient ? Comment il va ? Etc ... J'ignore si j'en arriverais à les poser, quoi qu'il en soit c'est une autre qui franchi la barrière de mes lèvres.

« C'est la première fois que tu viens ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 408
Date d'inscription : 30/10/2017
Crédits : Aurelie, Tumblr
Double Compte : Lukas A. H., Adrianna R.-B., Cody Z. S.



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4030-derek-ryans
MessageSujet: Re: There's A Time To Say Goodbye [Cameron]   Sam 20 Jan 2018 - 23:06

La mort avait toujours été omniprésente dans ma vie et ce n’était pas par choix. Si au départ je croyais que le malheur s’abattait sur ma famille pour une raison X, j’avais désormais l’impression que j’étais plutôt cet espèce d’aimant qui attirait la misère et pire encore : la mort. D’abord, mes parents. Ce n’était certainement pas très intelligent de leur part d’utiliser un gadget moldu pour s’amuser alors qu’ils auraient très bien pu faire leur balade à pieds ou sur leurs balais, mais ils avaient quand même opté pour cette voiture qui au final leur aura coûté la vie. Les circonstances de cet accident ont toujours été nébuleuses à mes yeux, mais quoi qu’il en soit, une partie de moi ne pouvait s’empêcher de croire qu’ils l’avaient un peu cherché. Je ne faisais pas confiance aux moldus et à leurs créations parce que je ne pensais pas qu’ils étaient aussi fiables que la magie. Un accident magique ne peut être attribué qu’à nous l’utilisateur tandis que la technologie moldue, souvent fabriquée par d’autres, pouvait contenir des défauts et des bris sur lesquels nous n’avions aucun contrôle. Ensuite, il y avait eu mon grand-père. L’humain que j’aimais le plus de toute la planète. Il avait été battu à mort par une bande de jeunes moldus sans scrupule qui avaient trouvés ça drôle de s’en prendre à un vieillard qui n’avait rien demandé. Je m’étais toujours demandé comment mon grand-père, grand fervent de la magie qui avait toujours méprisé les non-magiciens, avait fait pour se retrouver en face de ses futurs meurtriers. Encore là, les circonstances étaient nébuleuses et personne n’avait une réponse précise à fournir. Ensuite venait le tour d’Elle dont la mort avait également été la faute d’un moldu. Même s’il avait été envoyé par les supérieurs, cet individu avait réussi, dans un mystère le plus total, à non seulement la réduire à son égal, mais à lui ôter la vie avec une simple lame.

La mort était donc non seulement omniprésente dans ma vie de manière générale, mais elle était le plus souvent reliée à ces êtres que je considérais comme étant insipides et inutiles. Étais-je un mauvais grigri ou était-ce simplement le karma qui s’abattait sur moi ? Impossible de savoir, mais je savais que malgré toute cette souffrance et cette rancune que j’éprouvais face à cette race qui à mon sens n’avait pas lieu d’être, j’arrivais quand même à différencier les quelques exceptions qui pouvaient échapper à ma règle d’or.

Cassidy faisait certainement partie de ceux que j’arrivais à tolérer dans mon cercle. Malgré notre histoire le plus souvent conflictuelle, il s’était montré quelqu’un de respectable qui avait su attirer son attention à elle. Je n’avais pas toujours été d’accord sur cette décision, mais j’avais fini par m’y faire. J’avais rapidement vu que mon opinion ne comptait pas à ses yeux et qu’elle allait continuer de faire à sa tête en dépit du danger constant dans lequel elle se plaçait.

Tout ça, c’était loin derrière moi. Derrière nous.
Maintenant le présent s’offrait à nous avec cette donne changée.
Avec sa disparition à elle.

« Ryans. »

Celui qu’elle avait tant aimé et apprécié n’était qu’à quelques mètres de moi et je ne bronchai absolument pas face à sa présence. Il avait tous les droits de venir la visiter et je n’allais certainement pas l’empêcher de le faire. Je savais que de là-haut elle serait contente d’avoir de la compagnie supplémentaire.

Je restai de mon côté et lui du sien tandis que nous nous étudions l’un l’autre. Pour une fois, mes pensées étaient silencieuses. Je ne ressentais absolument rien. Aucune haine. Aucune envie de commencer une bataille avec mon interlocuteur. C’était le calme plat dans mon corps et dans mon esprit alors qu’elle continuait de reposer en dessous de mes pieds.

« Désolé, j'voulais pas te déranger. J'avais pas vu que t'étais là. »
- T’inquiète.

Sa présence ne me dérangeait absolument pas, en dépit de mes yeux légèrement rougis et de mon accoutrement de bachelor. J’étais tout à fait serein avec mon apparence et avec la situation. Ça aurait pu être étrange, mais je n’avais pas cette sensation. J’avais plutôt l’impression d’être en compagnie d’une personne de confiance qui ne jugeait pas facilement les autres. Peut-être que j’avais tort. Peut-être étais-je simplement un peu dans les vapes à cause des circonstances et de l’endroit.

« J'suis certain qu'elle l'adore. »

Du regard, je suivis ses yeux qui s’étaient posés sur la peluche qui reposait contre l’énorme pierre. J’eus aussitôt un nouveau sourire. Il savait probablement pourquoi j’avais choisi cet animal et pas un autre. Son patronus à elle. Un panda géant. À la fois inoffensif et destructeur, empreint d’une puissance sous-estimée. Ce symbole qui la représentait si bien et qui restait encore significatif jusque dans la mort.

- Je n’ai pas pu résister. Je l’ai acheté dès que je l’ai aperçu en boutique.

Ma réponse était naturelle et posée. C’était une tout autre facette que je démontrais à Cassidy et encore une fois, je ne me sentais pas mal de le faire. C’était sans doute nécessaire et quelque part, j’étais content de le savoir là tout près de moi dans cette épreuve.

« C'est la première fois que tu viens ? »

Je reportai mon attention sur lui avant d’hocher lentement la tête.

- Ouais. J’ai pas… Je n’avais pas vraiment la force tu vois… Juste d’être ici ça me fait tellement bizarre. Des fois j’ai l’impression qu’elle est encore là, qu’elle est juste partie en vacances et qu’elle va se présenter à Poudlard pour la nouvelle année…

Mes yeux s’étaient lentement baissés vers le sol. Je m’ouvrais comme une fleur à celui que j’avais longtemps considéré comme un ennemi, et ce, sans remords. C’était comme si une partie de moi avait besoin d’être exorcisée. J’aurais pu en parler à mon frère, mais le moment n’avait jamais été opportun.

- Je sais bien qu’elle ne sera pas là. Peut-être que retourner à Poudlard et voir son absence me fera davantage réaliser que je suis pas dans un rêve, mais que tout ça est réel. On verra bien.

J’haussai les épaules alors que les yeux commencèrent à me piquer.

- C’est dingue sa pierre, non ? fis-je en tournant brusquement la tête vers elle. Tu as déjà remarqué que celle à côté d’elle est celle de sa mère ? À moins que ce soit ta première fois à toi aussi…

Peut-être que je n’étais pas le seul dans ma situation. Peut-être que lui aussi avait eu besoin de temps avant de finalement tenter le saut pour faire face à du marbre qui la représentera éternellement.

Oui je détournais la conversation. Déjà. Je n’aimais pas me sentir vulnérable et j’aimais encore moins le montrer aux autres.

- Tu retourneras à Poudlard à l’automne prochain ?

Bien sûr que cette question était stupide et inutile.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8124
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo / Ismaelle / Riley



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: There's A Time To Say Goodbye [Cameron]   Jeu 25 Jan 2018 - 18:32

Question tabou ? Ordre du privé ? J’en sais rien et dans le fond ça n’a pas d’importance. Je comprendrais, quelque part, qu’il se braque et m’envoie chier ou me fasse comprendre qu’il n’a pas envie de répondre mais ça n’est pas ce qu’il se passe.

« Ouais. J’ai pas… Je n’avais pas vraiment la force tu vois… Juste d’être ici ça me fait tellement bizarre. Des fois j’ai l’impression qu’elle est encore là, qu’elle est juste partie en vacances et qu’elle va se présenter à Poudlard pour la nouvelle année… »

Je ne vais pas le nier, voir Derek comme ça c'est déstabilisant. Enfin, ça le serait en d'autres circonstances, si je n'étais pas moi-même ici pour les mêmes raisons. Je ne vais pas dire qu’il y a une connexion qui se fait entre lui et moi, mais on se comprend sans se parler et ça c’est certain. Parce qu’on est là tous les deux pour la même raison, effectivement, et surtout pour la même personne. Alors oui, ça me provoque un sentiment teinté d'étrange de le voir aussi fébrile, aussi calme aussi, mais quelque part je me sens presque touché par la situation. Par le fait qu'il s'ouvre à moi sans chercher à se cacher. Quelque part au fond de moi je me dis même que ça doit lui faire du bien parce que sans le connaître par cœur, je devine qu'il n'a jamais exorcisé tout ça, qu'il n'en a jamais parlé. A qui que ce soit.

« Je comprends. »

Mains dans les poches, toujours tranquille et sans bouger, il n'y a pas la moindre trace de jugement dans le ton que j'emploie.

« Je sais bien qu’elle ne sera pas là. Peut-être que retourner à Poudlard et voir son absence me fera davantage réaliser que je suis pas dans un rêve, mais que tout ça est réel. On verra bien. »

Sa vulnérabilité est déroutante, certes, mais ça n'est pas ce qui me secoue le plus. Je sais par Enzo que son frère a décidé de revenir à Poudlard mais c'est comme si je n'imprimais pas vraiment. En réalité, ça ne me touchait pas plus que ça. L'entendre le dire ici, face à moi, me fait prendre conscience qu'effectivement, c'est bien le choix qu'il a fait. J'ai sincèrement du mal à comprendre ceux qui choisissent de retourner dans un tel endroit après ce qu'on y a tous vécu, avec tous les souvenirs qu'on peut y avoir. Il a beau avoir été un putain de salopard, il n'échappe pas à la règle. De mon point de vue, de là où je me place, c'est du masochisme. Ni plus, ni moins. Mais là encore, qui je suis pour juger ? Je sais très bien qu'Emily elle-même a longtemps hésité et dire que je ne suis pas soulagée qu'elle ait enfin accepté qu'il puisse y avoir autre chose à l'extérieur serait mentir.

« C’est dingue sa pierre, non ? »

Il tourne la tête, l'humidité dans ses yeux ne m'a pas échappé ni même leur contour déjà rougi. Ça n'est pas moi qui le blâmerait pour ça. Personne n'aime être vulnérable, encore moins le montrer. S'il a besoin de changer de sujet je comprends parfaitement, surtout après s'être livré comme il vient de le faire. Si ça peut paraître simple, presque rien, pour certains, je sais que ça n'est pas le cas le concernant.

« Tu as déjà remarqué que celle à côté d’elle est celle de sa mère ? À moins que ce soit ta première fois à toi aussi… »

C'est d'abord un rire qui m'échappe, léger mais bien présent. Pourquoi ? A cause de la taille de ces deux pierres justement. Tellement ostentatoire, démesuré … Megan n'était pas comme ça, elle aimait passer inaperçue, alors ça … Mais on le sait, les cimetières, les pierres tombales, c'est pour ceux qui restent. Une seconde je pense à la tombe de Sullivan, d'un ridicule à côté de ces deux là, et pourtant loin, très loin d'être moins importante. Je ne sais pas si j'y repasserai un jour, je ne sais même pas si je repasserai ici un jour, mais ils restent tous les deux dans mon cœur quoi qu'il arrive et aucune pierre tombale qu'elle soit imposante ou quasi-inexistante n'y changera rien.

« J’suis venu une fois, pendant les dernières vacances. »

Pour dire au revoir.

« Tu retourneras à Poudlard à l’automne prochain ? »
« Non. »

Sa question me surprend tant la réponse me paraît évidente mais je lui réponds néanmoins du tac au tac, aucune once d'hésitation dans le son de ma voix. Puis un sourire qui s'étire lentement sur mon visage. Amusé, ce sourire.

« Faut bien que quelqu’un soit là pour empêcher ton frère de faire n’importe quoi. »

Des mots en l'air, évidemment, mais une façon peut-être de détendre un peu l'atmosphère un peu trop solennel qui règne dans cet endroit. Entre nous deux. Le gosse avance bien droit devant lui, je ne m'en fais pas tout comme je sais qu'il se relèvera s'il se casse la gueule. Comme il l'a toujours fait, avec un peu plus d'assurance aujourd'hui. Ça ne fait que trois ans que je le connais mais j'ai pourtant l'impression parfois de l'avoir vu grandir … Tu m'en voudras pas p'tit con, si j'me sers de toi comme « arme » pour donner du lest à ton frangin.

« Non Poudlard c’est terminé pour moi, j’ai plus rien à faire là-bas et d’autres projets pour l’extérieur. »

J'ai pas vraiment l'intention de lui raconter ma vie et d'entrer dans les détails, je ne crois pas que ça l'intéresse de toute façon, et si l'espace d'une seconde je me surprends à penser qu'il est de ceux à avoir penser haut et fort que les Moldus n'avaient pas leur place à Poudlard – à raison, pas pour autant que je suis d'accord avec la manière – je chasse tout ça de mon esprit et m'empêche de lui balancer une remarque un peu cynique sur le sujet. C'est du passé tout ça. Ça n'est ni le lieu ni l'endroit, de plus.

« Je comprends que tu tiennes à finir tes études mais pourquoi ne pas retourner dans votre ancienne école, chez vous ? »

La question est posé toujours calmement, presque innocemment je dirais. Il y a une réelle incompréhension de ma part bien qu'une petite voix dans ma tête commence à me souffler une potentielle évidence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 408
Date d'inscription : 30/10/2017
Crédits : Aurelie, Tumblr
Double Compte : Lukas A. H., Adrianna R.-B., Cody Z. S.



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4030-derek-ryans
MessageSujet: Re: There's A Time To Say Goodbye [Cameron]   Mar 6 Fév 2018 - 20:44

Les temps changeaient. Les gens aussi. Mon histoire avec Cassidy avait eu ses hauts comme ses bas. Il était sans aucun doute le deuxième moldu (le premier étant Johnson) avec qui j’avais eu le plus d’altercations au cours de ma vie. Notre relation avait cependant eu un point de départ ou plutôt une personne qui nous avait un peu forcés malgré elle à nous rencontrer. L’évidence des sentiments de Megan à l’égard de cet Américain n’avait pas toujours été facile à accepter. Elle avait même longtemps été un sujet qui était venu troubler notre amitié à plusieurs reprises, mais que j’avais fini par accepter. Elle en avait été amoureuse et absolument rien de ce que j’aurais pu dire ou faire n’aurait changé cela. C’était une fille de caractère qui savait ce qu’elle voulait, peu importe ce que les autres pensaient. J’avais finalement suivi son mouvement, préférant « endurer » cette relation que je n’approuvais pas plutôt que de la perdre définitivement elle. Aujourd’hui, ma perception de Cassidy avait changé. Il était probablement le seul moldu pour qui j’éprouvais un certain respect et dont la présence ne me dérangeait plus.

Contrairement à moi, ce n’était pas la première visite de Cassidy au cimetière. Il avait eu le courage de venir visiter cette pierre de marbre qui la représenterait désormais au fil du temps. Tout au fond de moi, j’étais content qu’il ait eu la force et le temps de venir la voir. J’étais persuadé qu’elle était très heureuse de savoir qu’elle n’avait pas été oubliée même si sa disparition définitive remontait à quelques mois seulement. Je n’avais pas l’intention de remettre les pieds dans cet endroit bientôt, mais je continuerais de la porter dans mon cœur comme je l’avais toujours fait même dans nos moments les plus sombres.

J’avais eu besoin de me changer les idées. Je n’avais pas prévu trouver de la compagnie dans cet endroit triste et solitaire, mais Cassidy était là et j’avais donc dû changer mes plans l’espace de quelques minutes. Discuter de Poudlard était la première chose qui m’était venue en tête puisque c’était l’endroit où l’on s’était rencontrés. Il s’agissait d’une question complètement stupide puisque je connaissais déjà sa réponse d’avance.

« Non. »

Bien sûr qu’il ne retournerait pas à Poudlard. N’importe quel moldu censé ne retournerait jamais là-bas. D’ailleurs, si ça se trouvait, les classes qu’ils avaient créées à leur intention allaient probablement disparaître en même temps qu’eux.

« Faut bien que quelqu’un soit là pour empêcher ton frère de faire n’importe quoi. »

Je roulai des yeux avant d’écraser un petit rire. Je savais que Cassidy plaisantait. Nous savions tous les deux que le petit frère n’était plus aussi solitaire et perdu qu’avant. Ce petit con était en train de me dépasser sur tous les plans, mais c’était aussi quelque chose que j’acceptais tout doucement. Nous étions deux êtres différents que je le veuille ou non. Il avait son chemin, j’avais le mien.

« Non Poudlard c’est terminé pour moi, j’ai plus rien à faire là-bas et d’autres projets pour l’extérieur. »

J’hochai doucement la tête. C’était une réponse qui sortait de la bouche de plusieurs. Pour Cassidy, cela ne me surprenait pas du tout. Si ça se trouvait, c’était peut-être la dernière fois que je le voyais. Ce ne serait pas forcément une perte, mais ne plus avoir de moldus dans mon existence allait sûrement me paraître un peu étrange au début. Après tout, ils étaient pratiquement arrivés en même temps que nous à Poudlard donc forcément ça changeait la donne.

« Je comprends que tu tiennes à finir tes études mais pourquoi ne pas retourner dans votre ancienne école, chez vous ? »

C’était une question à laquelle je m’étais entendu. Les gens devaient croire que j’étais devenu un grand malade de vouloir retourner dans cet endroit qui nous avait causé du tord à tous. Je me foutais de leur opinion. Ce qui comptait c’était ce que je voulais faire. Ils avaient des projets alors moi aussi.

- Disons simplement que j’ai des projets moi aussi.

Je n’avais pu m’empêcher de jeter un nouveau coup d’œil à la pierre. Cassidy savait parfaitement de quoi je parlais. Il me connaissait assez pour savoir que la vengeance coulait dans mes veines : il en avait eu un avant-goût quand je l’avais embarqué avec moi lors du retour de Megan après sa disparition en lien avec les supérieurs.

- Je pourrais obtenir ce que je veux, peu importe où je suis, mais je sens que les vraies racines se trouvent encore là-bas. En plus il me semble que Poudlard compte dans son personnel les professeurs les plus compétents dans leurs matières alors… Raison de plus pour moi de poursuivre mes études là-bas.

J’avais toutes les raisons du monde de choisir Poudlard plutôt qu’une autre école : je connaissais déjà les profs, le territoire, les étudiants… Retourner à mon ancienne école ne m’intéressait pas et ne m’avait même jamais frôlé l’esprit.

- N’essaie pas de me dissuader de ne pas y retourner Cassidy, parce que je sens que c’est ce que tu vas faire. Enzo a essayé et il n’a pas réussi. Personne ne réussira. Et me retrouver ici me pousse encore plus à vouloir retourner à Poudlard.

Mes lèvres s’étirèrent en un sourire énigmatique. Je retrouvais tout doucement cette force qui m’animait depuis quelques semaines. L’envie de tout briser et de tout recommencer à zéro à ma manière. Tant pis si moi aussi je finissais par pourrir dans cet endroit où l’on enterrait les corps morts. Au moins j’aurais essayé.

- Et toi tes projets ils ressemblent à quoi ?

Toi aussi tu vas étudier les stupides créatures ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8124
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo / Ismaelle / Riley



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: There's A Time To Say Goodbye [Cameron]   Ven 16 Fév 2018 - 22:17

« Disons simplement que j’ai des projets moi aussi. »

On veut se la jouer mystérieux ? Soit, ça le regarde, et même si d'une certaine manière son comportement « m'amuse » j'ai bien conscience de la gravité de la situation. Parce qu'étrangement, j'ai pas le sentiment que Derek Ryans va gentiment se pointer au bureau, devenir libraire ou je ne sais quoi encore. J'ai plutôt l'impression que ce type veut finir en machine de guerre et en buter le plus possible. Je ne suis pas là pour juger.
Mais je suis loin d'être con. Peu importe ses projets, sa volonté de retourner à l'école pour reprendre son apprentissage, le regard qu'il a jeté à la pierre tombal de Megan ne m'a pas échappé. J'ai fait partie d'une des expéditions punitives de Derek, pour elle, et j'ai vu comment ça se passait. Je regrette encore aujourd'hui d'avoir suivi ce cinglé – pardonnez moi le terme mais je pense que quelque part il l'est réellement – dans son délire. Chacun fait ses choix, j'ai fait le mien, je dois vivre avec. Ça n'est simplement plus une voix que j'emprunterais aujourd'hui, contrairement à lui.

Pas de regrets, jamais.
Juste des remords, éventuellement.

« Je pourrais obtenir ce que je veux, peu importe où je suis, mais je sens que les vraies racines se trouvent encore là-bas. En plus il me semble que Poudlard compte dans son personnel les professeurs les plus compétents dans leurs matières alors… Raison de plus pour moi de poursuivre mes études là-bas. »

Les vraies racines. Celles de la mort, de la violence, de la haine. Celles où tout à commencé pour nous. Lui, son frère, moi, Kyle, Emily, Megan et tous les autres. On a tous pris la décision – à mon sens plutôt saine – de foutre le camp et lui prend le chemin opposé. Il n'était pas là ces derniers mois, est-ce que ça pencherait dans la balance si c'était le cas ? S'il avait vécu les attaques, l'empoisonnement, ces saloperies de Détraqueurs … Mais là où il a raison, de manière on ne peut plus pragmatique, c'est qu'effectivement Poudlard compte en son sein des Professeurs, des sorciers expérimentés pour le moins, réellement compétents et malheureusement habitués à gérer ces crises à présent. Capables de le faire en tout cas. Est ce qu'ils seront tous là quand il reviendra ? Là c'est encore autre chose. Nombre d'entre eux ont également décidé de tourner la page il me semble. Reste probablement les plus ... intenses, finalement. Je crois qu'il s'y plaira.

« N’essaie pas de me dissuader de ne pas y retourner Cassidy, parce que je sens que c’est ce que tu vas faire. Enzo a essayé et il n’a pas réussi. Personne ne réussira. Et me retrouver ici me pousse encore plus à vouloir retourner à Poudlard. »
« Te donne pas trop d'importance à mes yeux Ryans. »

C'est dit avec flegme et sourire mais c'est pourtant la vérité. Ce que Derek Ryans va faire de lui ne m'importe pas vraiment, voir pas du tout. Il n'y a que deux personnes qui nous relient : L'une est morte, l'autre entrain de prendre sa vie en main comme un grand garçon. La seule raison qui pourrait me faire tiquer sur le fait qu'il décide de retourner à Poudlard c'est effectivement Enzo. Je me doute que ça n'a pas du lui faire plaisir d'apprendre ça et je sais que même s'il est bien entouré son frère reste son frère mais je crois que de toute façon rien ni personne ne pourra empêcher son ainé de foncer droit dans un mur s'il l'a décidé. Résigné ou pas, le cadet ? J'imagine que l'avenir nous le dira.

« Et toi tes projets ils ressemblent à quoi ? »
« A aller de l'avant j'imagine. »

Ça n'est pas une pique ni un jugement, juste un fait en ce qui me concerne. Il a sa manière d'aller de l'avant finalement, la mienne est simplement totalement différente. Un instant mon regard se perd sur ce qui nous entoure, se pose sur le marbre puis la photo de Megan à nouveau. Un sourire s'esquisse sur mon visage en retour au sien, c'est peut-être idiot mais j'ai l'impression qu'on communique en cet instant. Je sais que si elle était encore là elle m'encouragerait dans mes choix, soutien infaillible.

Retour sur terre.

« J'me suis pas mal occupé des gamins cette année, je vais continuer à l'extérieur mais d'une manière un peu différente et de mon côté de la barrière Magique. »

Cette année j'ai commencé par filer un coup de main à Dimitri, puis au prof de Self Defense de temps en temps. Je suis finalement retrouvé à endosser le rôle quasiment à temps plein de Prof d'EDM quand Dimitri a décidé de consacrer son temps pro à la protection du château. Et ça m'a plu, beaucoup, peu importe les petits malins et autres ... Derek Ryans en puissance. Bien sûr que non ça n'est pas du goût de tout le monde d'avoir un Moldu comme prof mais on peut dire clairement que ça me passe au dessus de la tête et ceux que ça dérangent l'ont rapidement compris.

Et puis sans transition mais avec intérêt, et toujours autant de tranquillité :

« Comment ça se passe la cohabitation entre frangins ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 408
Date d'inscription : 30/10/2017
Crédits : Aurelie, Tumblr
Double Compte : Lukas A. H., Adrianna R.-B., Cody Z. S.



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4030-derek-ryans
MessageSujet: Re: There's A Time To Say Goodbye [Cameron]   Mer 7 Mar 2018 - 19:58

Remettre les pieds à Poudlard était mon destin et ce peu importe les conséquences qu’allait entraîner mon choix. Je me doutais bien que l’école restait une cible pour les Supérieurs et cela ne faisait que renforcir mon envie d’y retourner. Je m’étais souvent demandé pourquoi ils avaient été attirés par ce château en particulier. Ils avaient réussi à faire d’autres victimes ailleurs, mais Poudlard semblait être leur point d’ancrage, leurs racines. Walters était l’un des piliers, mais il devait bien y avoir quelqu’un d’autre de plus haut qui manipulait les ficelles au loin. Je soupçonnais Walters de n’être pas autre chose qu’un pion tout comme je l’avais été. Quoi qu’il en soit, je n’allais plus me laisser faire et je comptais bien me faire entendre. Au diable tout le reste.

J’avais parlé de mes futurs plans à Cassidy sans détour et sans gêne. Non je n’avais pas peur et non je n’allais pas le regretter. L’endroit où nous étions me rappelait que je faisais le bon choix. Qu’en était-il de Cassidy ? Il avait moins l’esprit vengeur, mais je savais qu’il avait plus d’un tour dans son sac en dépit de son absence de magie.

« A aller de l'avant j'imagine. »

J’haussai un sourcil.

C’était une sage réponse qui se voulait peut-être être un clin d’œil. De mon point de vue, nous allions tous deux de l’avant à notre manière. Certains préféraient changer la couleur de leurs cheveux ou leur style de vêtements. Dans le cas de Cassidy, aller de l’avant signifiait de ne plus jamais remettre les pieds à Poudlard. De mon côté, il s’agissait de poursuivre mes études même si cela impliquait de me faire constamment pourchasser par des sorciers en quête de domination.

« J'me suis pas mal occupé des gamins cette année, je vais continuer à l'extérieur mais d'une manière un peu différente et de mon côté de la barrière Magique. »

Cassidy le grand Sage. Sérieusement, ce mec possédait une maturité dont je n’avais même pas idée. Il fallait croire que le prof d’études de moldu avait fait le bon choix en le choisissant lui comme assistant. Ce simple geste avait dû éveiller quelque chose en lui ou du moins lui donner une piqure pour un métier qu’il n’avait jamais essayé. Au final, Poudlard n’avait pas apporté que du mauvais pour ces moldus qui s’étaient retrouvés pris au piège. Cassidy avait désormais sa vocation et Johnson avait eu la chance de faire partie de ma famille. Bon ça lui avait apporter quelques souffrances (aheum), mais j’étais certain qu’il ne regrettait rien malgré tout. Les moldus qui avaient survécu aux années de souffrance avaient acquis bien des choses que les autres non-magiciens n’avaient pas : la connaissance de notre monde. Ils n’avaient pas seulement acquis ce savoir, mais ils avaient également tissé de puissants liens avec des sorciers. Ce n’était pas le cas entre nous deux, mais j’étais quasiment certain que Cassidy allait garder des sorciers dans son entourage. Mon frère par exemple pour n’en nommer qu’un seul.

- C’est bien. Je suis certain que tu auras beaucoup de succès.

Et je le pensais vraiment.
Bah oui, je peux être gentil des fois.
Quand ça me tente.

« Comment ça se passe la cohabitation entre frangins ? »

Mon premier réflexe à cette question fut d’hausser les épaules.

- Ça va.

C’était la vérité. La cohabitation avec Enzo se passait mieux que je ne l’avais espéré. C’était les gens qu’il ramenait à la maison qui me plaisaient moins.

- J’avais juste oublié à quel point il n’est plus sauvage. C’est moi maintenant qui ai ce rôle.

Après avoir passé quasiment tout l’été enfermé dans ma chambre à éviter les contacts avec les autres, ce titre me revenait de droit. Ce n’était pas une fierté et je ne m’en vantais pas non plus. C’était une réalité que j’acceptais totalement. Mes raisons d’agir ainsi n’étaient pas les mêmes que mon frère, mais elles avaient lieu d’être selon moi. La solitude était un sentiment qui m’habitait depuis ces derniers mois et qui ne me quitterait que lorsque je retournerais à Poudlard quand je parviendrais à constituer l’équipe que je souhaitais. Cela pouvait encore durer quelques semaines, mais j’avais bon espoir que je finirais par trouver ce que je cherchais.

- Le mec à bien plus d’amis que je n’ai de doigts. C’est pas un reproche c’est juste un constat. Bien entendu je ne lui en veux pas, mais bon… Disons qu’à la maison ça peut apporter quelques frictions. Pas entre nous deux, mais plutôt avec les autres.

J’haussai les épaules pour une seconde fois. Je n’avais pas eu de retour de la part de mon frère sur mes altercations avec les autres, preuve qu’ils avaient dû garder le silence sur nos scènes.

- Et toi tu es retourné vivre en Amérique ? Tu as dû faire un sacré voyage pour te rendre jusqu’ici…

Simple constat.
À moins qu’Enzo m’ait parlé de ce qu’avait fait Cassidy après les classes et que me soit totalement sorti de l’esprit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8124
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo / Ismaelle / Riley



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: There's A Time To Say Goodbye [Cameron]   Mar 13 Mar 2018 - 22:08

Haussement d'épaules suivi d'un :

« Ça va. »

Que je qualifierais de relativement neutre, mais sincère..

« J’avais juste oublié à quel point il n’est plus sauvage. C’est moi maintenant qui ai ce rôle. »

Cette fois c'est clairement un rire amusé qui m'échappe. Pas moqueur, vraiment pas, mais réellement amusé. Quand j'ai rencontré Enzo il était un sale môme désagréable, solitaire, qui rasait les murs. Un vrai rayon de soleil ! Puis il a grandi, a vécu, s'est ouvert aux autres. Le garçon qu'il est aujourd'hui n'a plus grand chose à voir avec celui qu'il a été c'est certain et Derek marque un point, c'est comme s'ils avaient suivi le chemin inverse tous les deux. Il a l'air en paix avec ça, c'est le principal.

« Le mec à bien plus d’amis que je n’ai de doigts. C’est pas un reproche c’est juste un constat. Bien entendu je ne lui en veux pas, mais bon… Disons qu’à la maison ça peut apporter quelques frictions. Pas entre nous deux, mais plutôt avec les autres. »

J'ai cru comprendre. William est un de mes meilleurs potes, bien sûr que j'ai entendu parler de leur rencontre … Et ça n'a rien de très étonnant que ça se soit passé comme ça étant donné les caractères réciproques de ces deux-là. Sans vouloir partir dans les comparaisons, c'est sur que Will n'est pas Kyle, alors j'imagine que ça a du faire bizarre à cet ours des cavernes de se retrouver confronter à mon comparse Californien qui n'hésite pas à l'ouvrir, provoquer, répondre, etc … S'il y a eu des accrocs avec d'autres personnes je l'ignore mais j'ai l'impression que c'est le cas.
Mais dans tout ça je suis content de voir que ça a l'air de bien se passer entre les deux frangins. Ils en ont bavé tous les deux, l'un avec l'autre certes mais pas seulement. Je sais qu'ils ont de la famille, qu'ils sont très proches de leur grand-mère, mais un frère ça ne se remplace pas. Je sais de quoi je parle.

« Et toi tu es retourné vivre en Amérique ? Tu as dû faire un sacré voyage pour te rendre jusqu’ici… »

Sourire amusé, tranquille. L'Amérique … ça me semble tellement loin tout ça, je crois que je ne ressens plus jamais l'envie d'y revenir. J'ai définitivement tourné la page, trouvé ma place au Royaume de la grisaille. Qui aurait pu croire ça ?

« Je vis à Londres. L'Amérique je lui ai dit au revoir y a un moment déjà, j'pense pas que j'y retournerais. »

Ça ne me rend pas triste, c'est ma vie aujourd'hui et elle me plait comme ça. Avec ceux qui en font partie.

« J'ai vécu quelques semaines en colloc chez Jill et Kyle avec Emily, maintenant je partage un appart avec la frangine pas très loin de chez eux. »

Je ne sais pas s'il fera le lien entre « la frangine » et Emily mais ça n'a pas tellement d'importance. Je crois que de toute façon le prénom Jill accapare toute son attention. Ou peut-être que je me fais des idées.

« J'ai pris le train pour venir ici, ça m'a pris deux petites heures mais c'est un choix, j'avais envie de prendre le temps. »

Avant d'arriver. Avant de faire face à cet endroit, ce qu'il représente, à cette énorme pierre tombale disproportionnée et presque indécente qui ne correspond pas du tout à la jeune femme qu'elle est censée représenter, honorer. Pas parce que j'appréhendais, juste … parce que je l'ai ressenti comme ça et c'est tout.
Quant à cette conversation, cette rencontre, je crois qu'elle touche à sa fin. Je ne compte pas faire demi-tour et repartir sans avoir pu passer un peu de temps avec Megan mais je respecte son temps à lui et attendrais mon tour.

« J'vais te laisser terminer, je repasserais plus tard. »

Il n'y a pas d'autre conclusion à avoir, pas de formule de politesse à employer, juste un signe de tête, un sourire neutre et mes pieds qui entament le chemin inverse à reculons. Je ne sais pas si on se reverra, peut-être qu'on se croisera avant qu'il retourne à Poudlard, si ça n'est pas le cas je crois que ça n'est un problème pour aucun d'entre nous mais sans trop savoir pourquoi, je suis satisfait de l'avoir croisé, d'avoir pu lui parler un peu. Là encore c'est une page qui se tourne.

▬ FINI POUR MOI ▬
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 408
Date d'inscription : 30/10/2017
Crédits : Aurelie, Tumblr
Double Compte : Lukas A. H., Adrianna R.-B., Cody Z. S.



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4030-derek-ryans
MessageSujet: Re: There's A Time To Say Goodbye [Cameron]   Mer 14 Mar 2018 - 17:42

Même si je ne l’avais pas démontré à Cassidy, j’étais surpris qu’il me pose des questions sur ma relation avec mon frère. J’ignorais qu’il s’intéressait autant à la famille Ryans. Il fallait dire que lui et Enzo étaient ce que l’on pouvait appeler des potes. Cassidy avait toujours été ami avec Johnson et donc ils ont dû se croiser souvent. J’avais répondu à ses questions le plus honnêtement possible puisque je n’avais rien à cacher. Pour une fois que les choses allaient comme sur des roulettes, je n’allais certainement pas prétendre le contraire. Cassidy avait eu un petit rire amusé lorsque j’avais mentionné qu’Enzo n’était plus l’être sauvage qu’il avait été autrefois. Sans doute qu’il savait exactement de quoi je parlais. À notre arrivée à Poudlard, mon frère était un étranger à lui-même. J’avais probablement contribué à le rendre ainsi, mais l’accident de nos parents et sa nouvelle condition ne l’avait pas aidé non plus. Aujourd’hui, il embrasait totalement ces deux éléments comme si rien n’était jamais arrivé. Soit c’était ça, soit il prenait sur lui en silence. Le fait qu’il soit aussi entouré de gens ne m’échappait pas et je me disais que c’était peut-être aussi là qu’il avait réussi à retrouver sa personnalité : à travers le support des autres.

Puisqu’il s’intéressait à moi de cette manière, je lui retournai la pareille. Je n’avais pas oublié que Cassidy était un Américain. De toute manière son accent ne trompait pas : même après tout ce temps passé en Europe il avait encore gardé son petit son distinctif.

« Je vis à Londres. L'Amérique je lui ai dit au revoir y a un moment déjà, j'pense pas que j'y retournerais. »

Je fus surpris d’apprendre une telle information, mais j’hochai lentement la tête. Il devait avoir ses raisons, mais encore une fois, Poudlard avait dû jouer un grand rôle dans cette décision. Comme beaucoup de personnes, Cassidy avait fait une croix sur son passé pour recommencer sa vie à zéro. S’il n’avait jamais été enlevé par les supérieurs, il n’aurait probablement jamais quitté son petit patelin et il aurait sans doute continué à mener sa petite vie sans histoire. C’était du moins ce que je croyais. Lui aussi avait été touché par les gens qu’il avait croisés sur sa route. Ils étaient devenus sa famille. Mine de rien, toute cette histoire nous avait rapprochés les uns des autres. Regardez-moi qui discute gentiment comme ça avec un moldu. Il y a trois ou quatre ans, il aurait eu un sortilège en pleine tronche avant même d’avoir pu lever le petit doigt.

Les temps changent. Les gens aussi.

« J'ai vécu quelques semaines en colloc chez Jill et Kyle avec Emily, maintenant je partage un appart avec la frangine pas très loin de chez eux. »

Tout naturellement je portai davantage d’attention au prénom de Jillian qu’à tous les autres qu’il avait pu nommer. J’ignorais qu’ils avaient habité ensemble et j’ignorais quoi faire de cette information. Jillian avec Johnson. Oui pourquoi pas.

« J'ai pris le train pour venir ici, ça m'a pris deux petites heures mais c'est un choix, j'avais envie de prendre le temps. »

J’hochai une fois de plus la tête d’un air tranquille. Venir au cimetière n’était jamais une activité qu’on avait hâte de faire, même si dans mon cas c’en était devenu vital. J’avais évité cette visite durant les derniers mois, attendant finalement d’être prêt à cette réalité. Maintenant c’était le cas.

« J'vais te laisser terminer, je repasserais plus tard. »

Cassidy m’offrit un sourire et un signe de tête poli. Doucement, il effectuait des pas à reculons, mettant ainsi de la distance entre nous. Je lui fis un sourire à mon tour.

- Merci. Bonne chance pour la suite Cassidy. J’espère que ta nouvelle vie t’apportera ce que tu souhaites.

Peu importe ce que c’est.
Encore une fois, c’était sincère. J’ignorais quand j’allais recroiser la route de Cassidy, mais je ne lui souhaitais que des bonnes choses. Peut-être était-ce Megan qui parlait à travers moi ou peut-être qu’au fond de moi j’appréciais réellement le non-magicien. Sans doute que je ne le saurais jamais vraiment.

Je continuai de l’observer jusqu’à tant qu’il disparaisse de mon champ de vision avant de retourner à mon recueillement auprès de la tombe de Megan.

THE END
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: There's A Time To Say Goodbye [Cameron]   

Revenir en haut Aller en bas
 
There's A Time To Say Goodbye [Cameron]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I think that it's time to say goodbye [Libre]
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Goodbye my old friend...
» Session time out...
» 08. I guess this is goodbye

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Autour du monde :: Grande Bretagne :: — Angleterre-
Sauter vers: