AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Stranger Things [Caem]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 464
Date d'inscription : 30/10/2017
Crédits : JMIF ♥, Tumblr
Double Compte : Lukas A. H., Adrianna R.-B., Cody Z. S.



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4030-derek-ryans
MessageSujet: Stranger Things [Caem]   Mer 20 Déc 2017 - 22:10

STRANGER THINGS
Lundi le 20 juillet 2015, vers 10h00 a.m. (heure australienne)

(ft. Caem Kaliayev)


La maison n’était plus aussi vide qu’elle l’avait été durant le printemps. Avec Enzo dans les parages, nous avions déjà reçu la visite Jackson, son nouveau petit copain. Il fallait dire que les choses étaient rapidement parties en live entre nous, mais je ne m’attendais pas à moins. Après l’avoir enduré durant quelques jours il était finalement parti, mais depuis le 17 juillet, il y avait un nouvel invité à la maison : Caem Kaliayev, un mec avec qui je n’avais pas particulièrement d’affinités, mais qui était supposément l’un des meilleurs amis de mon frère. Je tentais simplement de les éviter comme je le pouvais et ce n’était pas quelque chose de très difficile. Ils passaient la grande majorité de leur temps à l’extérieur de la maison, sans doute à passer leur temps sur le sable chaud ou encore à se balader en porte-au-loin un peu partout sur la planète. En ce qui me concernait, j’allais quelques fois flâner à l’extérieur, mais sans jamais vraiment m’y attarder. Je m’étais davantage plongé dans mes études tout en me donnant un horaire plutôt strict. Il était hors de question que je laisse cette dernière année scolaire me pourrir la vie et j’avais bien l’intention d’obtenir des notes exemplaires afin de pouvoir remonter la pente et ainsi prouver à tous ce dont j’étais capable.

Et dans les moments où j’étais le plus concentré et le plus déterminé, je m’imaginais Megan. Je la voyais fière de moi et je pouvais presque entendre ces encouragements de là-haut.
C’était dans ces moments-là que je redoublais d’efforts.

En ce lundi matin, je décidai de prendre les choses un peu plus doucement. J’avais étudié comme un forcené la veille afin de pouvoir terminer le cours sur les créatures magiques. Cette matière ne m’avait jamais attiré, mais je souhaitais tout de même la passer en revue afin d’être au même niveau partout. Enfin bref, j’avais terminé ma lecture aux petites heures du matin et j’en avais donc profiter pour faire la grasse matinée au lit en guise de récompense. Je restai donc sous les draps malgré la chaleur qui planait déjà dans ma chambre tout en observant la même photographie de Megan que je gardais toujours sur moi. Il s’agissait d’une photo qui datait un peu avant sa première disparition et sur laquelle nous apparaissions tous les deux. Elle avait passé un bras par-dessus mes épaules avant d’offrir un sourire à l’appareil et de me donner un baiser sur la joue. À chaque fois que ses lèvres touchaient ma peau, je faisais une expression de surprise exagérée qui se répétait sans fin. Sauf que je ne prêtais nullement attention à ma grimace répétée : c’était plutôt elle que je regardais. Elle avait l’air si heureuse et si sereine, encore innocente de toutes les horreurs qu’elle s’apprêtait à subir.

Avant qu’elle ne…
Non Derek. Non.

Je fermai les yeux avant de prendre une grande inspiration. D’un geste machinal, je posai la photographie animée sur ma table de chevet avant de me redresser sur mon matelas. Je n’avais pas envie de me pourrir cette journée qui venait à peine de commencer. J’avais besoin de changer d’air.

J’avais besoin d’une bonne douche.

J’ouvris de nouveau les yeux avant de m’extirper d’en-dessous des draps. Je marchai les quelques pas qui me séparaient de ma commode avant de choisir un t-shirt et des shorts au hasard. Je n’avais rien de prévu pour cette nouvelle journée ensoleillée, si ce n’était que d’aller un peu plus loin dans mon étude des potions. Ça sentait le bourrage de crâne.

Je sortis de ma chambre en ne prêtant pas attention aux bruits environnants. Sans doute que le frangin et Kaliayev étaient déjà debout, prêts à partir pour une aventure quelconque, mais leurs projets ne m’intéressaient pas. Tout ce que je voulais, c’était de me rafraichir au plus vite. Je m’enfermai donc dans la salle de bain, mais sans verrouiller la porte. Après tout, j’étais chez moi et je n’allais certainement pas prendre des précautions non nécessaires. Sans perdre une seconde de plus, je me déshabillai avant d’ouvrir l’eau et de la régler de manière à ce qu’elle soit plus fraîche que la normale. Je m’engouffrai sous le jet d’eau avec un frisson non dissimulé et une grimace qui exprimait mon inconfort immédiat. Je restai immobile plusieurs secondes le temps que mon épiderme parvienne à accepter ce changement drastique de température que je lui imposais avant de finalement relâcher mes muscles.

Je commençai ma petite routine habituelle sous la douche. Je débutai par mes cheveux que je shampooinai généreusement avant de rincer le tout et je me lavai le corps avec un gel douche à l’odeur très masculine. Par la suite, je profitai un peu plus du jet d’eau en restant parfaitement immobile sous le pommeau de douche pour finalement couper le tout.

Au moment où je poussai le rideau de douche, la porte de la salle de bain s’ouvrit tout grand, laissant apparaître Kaliayev. Surpris, j’attrapai instinctivement un pan du rideau afin de couvrir mes bijoux de famille avant d’hurler :

- Mais t’es malade ou quoi ?! Fermes la porte putain, FERME LÀ MAINTENANT !!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2087
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Stranger Things [Caem]   Jeu 21 Déc 2017 - 13:09

« Tu m’expliques pourquoi même quand c’est l’hiver ici, il fait plus chaud qu’à Londres en été ? »

Allongé sur le sable, les mains derrière la tête, Caem tourna le visage pour lancer un regard amusé à Enzo qui se trouvait lui aussi étendu, à ses côtés. Cela faisait maintenant deux jours que le russe avait débarqué en terre australienne et il profitait de chaque instant en compagnie de son ami. Changer d’air lui faisait le plus grand bien, il s’en rendait compte maintenant. Il n’était pas malheureux à Poudlard ou chez son père mais voir autre chose, se déconnecter, s’en mettre plein les yeux… Oui, ça avait une saveur toute particulière et il sentait que son esprit arrivait enfin à trouver un véritable repos. Les deux compères avaient passé l’après-midi à surfer ou plutôt, Enzo avait passé l’après-midi à poursuivre ses leçons auprès de Caem ce qui s’était soldé par un bon nombre de fous rire. Le russe n’était pas forcément le plus doué dans ce domaine mais il s’amusait bien et il ne craignait pas de finir dans l’eau même si en cette saison, elle n’était pas si chaude que ça. Heureusement, le Gryffondor lui avait prêté une combinaison et les rires à répétition l’empêchaient d’avoir froid. Désormais secs, ils profitaient de l’air frais du début de soirée sur la plage. Ils avaient parlé un peu de tout depuis que le jeune homme était arrivé mais il y avait un point qu’il n’avait pas évoqué, étrangement. Sans trop savoir pourquoi, jusque-là il n’avait rien dit.

« Au fait, je t’ai pas dit… J’ai décidé de rester en huitième année. »

Un sourire se dessina alors sur les lèvres de Caem qui se redressa finalement pour se retrouver assis, les bras autour de ses genoux, les gardant contre son torse. Il se tourna alors de nouveau vers Enzo.

« J’ai pas vraiment réussi les examens, en même temps, je m’en doutais un peu. Mais après tout, ça devait arriver, j’ai tellement de retard que je me demande même parfois comment j’ai fait pour valider certaines matières. »

Caem poussa alors un profond soupir. Redoubler ce n’était pas une catastrophe et Caem pensait sincèrement que l’échec faisait aussi partie de l’apprentissage. Simplement, se dire qu’il avait encore une année de plus à ajouter avant de pouvoir enfin se lancer dans des études de médecine et être utile, ça le gênait un peu. D’autant qu’il ne cessait de se demander s’il arriverait à avoir le niveau scolaire suffisant pour qu’on l’accepte en université. C’était peut-être justement à cause de toutes ces interrogations qui lui tournaient en tête qu’il n’avait pas voulu aborder le sujet avec Enzo, ne voulant pas gâcher leurs vacances. D’autant qu’il savait que le Gryffondor ne serait plus là à la rentrée et que s’il ne doutait pas de leur amitié, ils auraient moins souvent l’occasion de faire les couillons ensemble à partir de septembre.

« Le dernier dans l’eau doit passer doit manger 15 dragées surprises. »

En espérant qu’elles tombent sur des goûts délicieux… Caem s’était levé d’un bond pour courir vers l’eau.

~ Lundi 20 juillet – Dans la matinée ~

A force de faire les couillons dans l’eau, Caem avait attrapé un léger rhume. Rien de bien méchant mais il s’imaginait déjà expliquer ça en rentrant dans l’hémisphère nord où l’été était censé battre son plein. Ça promettait. En tout cas, ça n’avait pas atteint son enthousiasme et son envie de faire les quatre cents coups avec Enzo. Ce matin-là, il s’était réveillé en douceur et avait discuté un temps avant de se décider à se bouger. Le russe était sorti de son lit et il s’était rendu compte que cela faisiat un moment qu’il n’avait pas dormi aussi longtemps. A croire que son organisme était enfin en train de reprendre des repères sains. C’était peut-être aussi le signe que dans son esprit, les choses étaient enfin revenues à leur place et qu’il pouvait définitivement dire que sa période dépressive était derrière-lui. Après avoir lancé un oreiller à la tête d’Enzo, juste pour la forme, le jeune homme avait attrapé une serviette propre et des vêtements de rechange, il avait décidé d’aller prendre une bonne douche. La veille, il n’avait pas eu le courage de bien se rincer en rentrant de la plage et il sentait encore le sel sur sa peau.

Tout en se dirigeant vers la salle de bain, Caem avait sorti son téléphone portable pour écrire un message à Killian. A chaque fois, un petit sourire venait se dessiner sur son visage quand il lui écrivait ou qu’il lisait de ses nouvelles. S’il avait bien l’intention de profiter de chaque instant ici, il serait aussi content de la retrouver après cette parenthèse. Glissant son téléphone dans sa poche une fois le message envoyé, Caem posa la main sur la poignée de la porte de la salle de bain et la poussa, sans trop réfléchir. Erreur fatale.

« Mais t’es malade ou quoi ?! Ferme la porte putain, FERME LA MAINTENANT !! »

Caem, qui avait ouvert la porte en fixant plus ou moins le sol releva alors vivement la tête et aperçut juste devant lui, Derek, nu, n’ayant pour se cacher qu’un morceau de rideau qu’il tenait fermement et nerveusement devant son entrejambe. Il le regarda avec de grands yeux, venant à peine de réaliser d’une ce qu’il avait sous les yeux et de deux ce que l’aîné de la fratrie Ryans venait de lui crier. Caem n’avait jamais eu d’affection particulière pour Derek sans pour autant avoir d’ennuis avec lui. Mais autant dire que le russe n’avait jamais spécialement apprécié qu’on lui parle de la sorte. Poussant alors un soupir, il entreprit de répondre à Derek de manière parfaitement calme et maîtrisée.

« Pas de panique Derek, c’était pas volontaire, la porte était pas verrouillée, j’ai cru qu’il n’y avait personne. »

Caem avait bien conscience que le meilleur moyen de calmer Derek aurait été de partir sur le champ et d’attendre pour les explications et les excuses. Simplement, si le russe n’était pas du genre à chercher le conflit et qu’il n’avait nullement l’intention de mettre Derek hors de ses gonds, il y avait quelque chose de très amusant à le voir s’exciter et se sentir aussi gêné à l’idée que le russe puisse apercevoir un peu de sa nudité. Parce que bon franchement, c’était loin d’être dramatique, il en avait vu d’autres. Alors oui, Caem jouait un peu de la situation mais chut, il ne fallait pas le dire trop fort.

« T’en fais pas, je garderai bien sûr tout ça pour moi. »

Caem afficha alors un sourire amusé, devant retenir le fou rire qui était en train de naître en lui. Non parce que franchement, la tête de Derek était tout simplement… Magique. En attendant, il se tenait toujours là, dans l’encadrement de la porte, la main sur la poignée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 464
Date d'inscription : 30/10/2017
Crédits : JMIF ♥, Tumblr
Double Compte : Lukas A. H., Adrianna R.-B., Cody Z. S.



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4030-derek-ryans
MessageSujet: Re: Stranger Things [Caem]   Sam 23 Déc 2017 - 21:24

J’avais toujours été fier. C’était quelque chose qui faisait partie de ma nature. Montrer de quoi j’étais capable n’avait jamais été un problème pour moi, que ce soit au niveau de mon savoir-faire intellectuel ou magique, mais montrer mon corps était autre chose. Je n’étais pas complexé par mon physique : loin de là. La génétique de ma famille et la nature m’avaient certainement gâté sur cet aspect. Je n’avais jamais eu de problème à m’exhiber torse nu sur la plage avec un maillot de bain et si j’avais fait partie d’une équipe de Quidditch, le coin des vestiaires ne m’aurait certainement pas dérangé. Je n’avais jamais eu de souci à me dévêtir lors d’un moment plus intime avec une fille ou à la laisser me détailler des yeux si elle le souhaitait. Cependant, se faire surprendre dans mon plus simple appareil était autre chose. Déjà, il y avait la surprise d’avoir été pris en flagrant délit. Je ne faisais que prendre ma douche donc je ne faisais rien de mal, mais le fait était que je me sentais vulnérable. Eh oui, même le King Ryans avait le droit de se sentir dépassé par les situations, surtout les plus gênantes.

Dans une autre situation et avec une autre personne, ça aurait pu être moins dramatique voir peut-être même drôle. Si Enzo avait ouvert la porte, ça aurait été étrange étant donné notre relation consanguine, mais ça aurait été une bonne blague à raconter à grand-mère (ou pas). Mais là il s’agissait de Kaliayev, un mec que je connaissais à peine, voir même pas du tout. Avais-je peur de son jugement ? Pas vraiment. Je n’aimais simplement pas le fait de me faire voir par un autre mec pour l’allusion homoérotique de la chose. Bien sûr notre situation n’avait absolument rien d’érotique, mais ça me rendait davantage inconfortable. Mes bijoux de famille étaient couverts, ce qui était déjà un début, mais ce con de Poufsouffle ne semblait pas comprendre l’ordre que je lui avais donné alors que j’avais été parfaitement explicite. Il se contentait de me regarder avec des yeux ronds, sans doute surpris lui aussi par cette situation loufoque. Il demeurait cependant calme en dépit de tout.

« Pas de panique Derek, c’était pas volontaire, la porte était pas verrouillée, j’ai cru qu’il n’y avait personne. »

Ma mâchoire se serra tout comme mes doigts qui continuaient d’agripper fermement le pan du rideau que je maintenais devant mes parties intimes.

Il était en train de rire de moi ou quoi ?

- Je me fiche complètement de ce que tu pensais ! Tu sors et tu fermes la putain de porte !

Il pouvait se les foutre au c*l ses explications à la con. Je n’avais pas à me justifier sur le fait que la porte n’était pas verrouillée. J’étais chez moi et il n’était qu’un invité et pas le mien en plus. Il pouvait aller se faire foutre.

Sauf qu’au lieu de ça, Kaliayev restait calmement dans l’entrée de la salle de bain sans broncher. Visiblement il se réjouissait de mon malheur tandis que j’étais sérieusement en train de perdre patience.

« T’en fais pas, je garderai bien sûr tout ça pour moi. »

Il afficha un sourire et je fronçai les sourcils d’une manière incrédule. Pourquoi Enzo ramenait-il des putains de bizarroïdes à la maison ?

Je baissai les yeux sur les divers objets qui se trouvaient près de moi. Naturellement, ma baguette n’était pas à portée de main. Elle était restée sagement dans ma chambre. Je l’avais rarement sur moi lorsque j’étais à la maison, tout comme je ne verrouillai pratiquement jamais la porte de la salle de bain. Bordel.

Sans vraiment réfléchir, j’attrapai ma bouteille de shampoing grâce à ma main libre avant de jeter un nouveau regard à Kaliayev qui ne bougeait toujours pas d’un poil. J’avais l’impression que cette scène durait des heures alors qu’il n’y avait que quelques secondes d’écoulées depuis qu’il avait ouvert la porte. Des gouttes d’eau continuaient de couler lentement sur ma peau tandis que mes cheveux étaient encore collés contre mes joues et ma nuque. Je n’avais rien de gracieux, mais cela ne m’empêchait pas d’avoir encore de mon mordant.

- Écoute sale con. Je ne sais pas comment ça se passe dans ton putain de pays, mais ici en Australie on est des gens civilisés qui frappent avant d’entrer quand une porte est fermée et qui partent aussitôt qu’ils voient que la pièce est occupée, tu comprends ce que je veux dire ? Alors soi tu sors, tu fermes la porte et on en fait pas d’histoire, soi tu continues de rester là à me fixer comme une putain de tapette et je peux te garantir que tu vas le regretter.

Ma voix était grave et n’entendait pas à la rigolade. J’en avais marre de ce petit jeu.

- Et je me fiche complètement que tu sois l’ami de mon frère : tu n’es pas le mien. Tu es chez moi ici et j’ai le droit de te traiter comme bon me semble, t’as compris ? Fiche le camp. C’est ton dernier avertissement.

Mes doigts se serraient autour de la bouteille de shampoing, prête à être lancé en cas de besoin. Je devais être très glamour comme ça, mais ça me passait complètement par-dessus la tête. Tout ce que je souhaitais, c’était de retrouver mon intimité et mon calme. J’avais d’abord pris cette douche pour me rafraîchir et me changer les idées et non pas pour me retrouver dans une situation complètement débile.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2087
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Stranger Things [Caem]   Mar 2 Jan 2018 - 15:47

Si Caem était faisait partie de ceux qui ne se révélaient jamais complètement et savaient cacher une partie de leurs émotions, son calme n’en était pas moins naturel. Le jeune homme avait la capacité de prendre les choses avec du recul, de ne pas réagir au quart de tour et de prendre le temps de laisser les choses se poser avant de s’enflammer. Il en fallait beaucoup pour le sortir de ses gonds et il était rare qu’il ne parvienne pas à se sortir d’une situation conflictuelle avec le sourire en usant simplement des mots. Il était fier de ça mais surtout, cela lui apportait beaucoup de satisfaction. Il trouvait ridicule de s’écharper pour tout et n’importe quoi et appréciait fortement de réussir à maintenir un environnement paisible autour de lui. A ses yeux, le petit incident avec Derek n’était donc en rien dramatique et s’il comprenait que la surprise devait être forte pour son vis-à-vis, il pensait très honnêtement que rien n’empêcherait la situation de s’apaiser. Avec le recul, il se serait sans doute retenu de sa petite réflexion, voyant bien que Derek n’avait pas envie de rire. Mais de là à ce que ça dégénère à ce point…

Caem affichait toujours le même sourire tranquille, le même air complètement détaché quand Derek attrapa de sa main libre une bouteille de shampoing qui traînait par là. Caem fronça d’abord légèrement les sourcils, trouvant ce geste un peu hostile mais après tout, ça pouvait aussi être plus drôle qu’autre chose. Le russe ne voulait cependant pas faire d’histoire et comprit à ce geste qu’il ne fallait pas qu’il insiste. Il était donc prêt à repartir et à raconter tout ça à Enzo histoire de rire un coup lorsque la voix de Derek raisonna de nouveau. Ses mots clouèrent Caem sur place. Se faire traiter de sale con, déjà, il n’appréciait pas spécialement mais soit, il pouvait passer au-dessus. Sous-entendre qu’il venait d’un pays non-civilisé ? Ça commençait sérieusement à le démanger mais alors si en plus on saupoudrait ça d’une remarque homophobe… Là clairement, Caem n’avait plus du tout envie de rire. Derek lui ne semblait pas se préoccuper de ce qu’il pouvait bien ressentir ou penser, rajoutant que de toute façon, il était chez lui et qu’il pouvait le traiter comme une merde à sa convenance, ne considérant pas que comme il était l’ami de son frère, il se devait de l’apprécier. La main du russe se crispa alors sur la poignée de la porte et sans un mot, il sortit de la pièce et referma la porte derrière lui. Caem resta alors quelque secondes devant la porte de la salle de bain, à fixer le mur en face de lui. Dans sa tête, les mots qu’il avait entendus quelques secondes auparavant se bousculaient mais lui, il ne bougeait pas d’un centimètre. L’expression sur son visage était figée. On aurait pu croire qu’il était plongé dans ses réflexions ou qu’il méditait. Il était certain que quelqu’un le connaissant bien comme Enzo par exemple aurait tout de suite compris que ce n’était pas habituel et surtout, pas très bon signe.

Quand Caem se décida enfin à bouger ce fut pour se décaler de la porte et venir s’adosser contre le mur qui la jouxtait. Il posa alors ses affaires au sol à côté de lui et croisa les bras sur sa poitrine. Dans un premier temps, il avait songé à retourner dans la chambre, respirer un grand coup et attendre que la salle de bain soit libérée. Mais il avait été incapable de bouger. Une force incontrôlable le retenait là, à l’entrée de cette pièce et il s’en était fallu de peu pour qu’il n’ouvre pas de nouveau cette fichue porte à la volée. Il demeurait pourtant statique, bras croisés, regard fixe.

Le russe ne bougea pour la seconde fois que lorsqu’il entendit la porte de la salle de bain s’ouvrir. D’un mouvement sec il se décolla alors du mur pour venir se placer en face de Derek qui venait juste de sortir de la salle de bain. Il ne souriait plus, il n’avait plus collé sur le visage cet air amusé et détaché. Il n’avait pas l’air fou de rage non plus, il était simplement fermé, presque de glace.

« J’ai beaucoup de respect pour Enzo et c’est pour ça que je suis sorti. »

Le ton était calme et maîtrisé mais n’avait rien de cordial. Caem avait envisagé de revenir voir Derek histoire de lui cracher à la figure qu’il était ridicule et de le mettre encore plus mal à l’aise. Mais vu le tempérament complètement furibond de l’aîné de la fratrie, un scandale aurait nécessairement éclaté et le russe ne voulait pas de ça. Il était venu ici en vacances et ne voulait pas que son meilleur ami se retrouve au milieu d’un conflit entre lui et son frère. Ce serait sans nul doute inconfortable et énervant. Alors oui, Caem, par amitié, par respect, s’était retenu d’enfoncer Derek dans sa propre humiliation. Pour autant, il y avait des choses qu’il ne pouvait pas laisser passer malgré sa philosophie pacifiste.

« Tu n’as aucune obligation de m’apprécier ni même de m’adresser la parole j’en conviens bien. Et en tant qu’invité, je compte bien faire en sorte de respecter les règles du domicile et de ne déranger personne. »

Toujours ce même ton maîtrisé, presque monocorde tant le russe devait se concentrer pour ne pas perdre de vu son idée de dire les choses sans s’emporter. Il n’était pas certain que Derek allait garder son calme lui alors il fallait bien qu’il équilibre la balance même s’il fallait bien avouer qu’il aurait bien lancé des fléchettes sur une cible à son effigie.

« Mais que tu te permettes de m’insulter en raison de mes origines, de mes choix personnels ou de quoi que ce soit d’autre, ça j’ai bien du mal à l’accepter. »

Derek n’avait sans doute aucune idée de l’orientation sexuelle de Caem et ce n’était même pas le débat. Il aurait pu se savoir profondément hétérosexuel, l’insulte de Derek ne lui avait pas échappé et l’idée qu’il puisse dire cela alors que son frère, qui fréquentait un homme, pouvait l’entendre lui hérissait le poil. Oh oui, il avait bien envie de lui apprendre la vie à cet imbécile mais non, il restait toujours aussi zen. Pas un mot n’avait pas été prononcé plus haut que l’autre.

« Je te prierai donc à l’avenir de mesurer tes propos. »

Merci. Au revoir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 464
Date d'inscription : 30/10/2017
Crédits : JMIF ♥, Tumblr
Double Compte : Lukas A. H., Adrianna R.-B., Cody Z. S.



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4030-derek-ryans
MessageSujet: Re: Stranger Things [Caem]   Sam 6 Jan 2018 - 21:14

Lorsqu’une situation ne me faisait pas plaisir, je ne passais pas par quatre chemins pour le démontrer à mon interlocuteur. Que ce soit verbalement ou physiquement, je tentais de m’extirper de ce moment fâcheux comme je le pouvais. Dans ce cas-ci, à défaut de pouvoir bouger de la douche, j’avais utilisé la parole pour faire voir à ce Kaliayev que je n’entendais pas à la rigolade. S’il prenait le tout très légèrement, ce n’était pas mon cas. En plus d’être une situation gênante, elle était humiliante. Mon sang bouillait à l’intérieur de mes veines tant je sentais la colère monter en moi. Mes vannes envoyées n’arrivaient même pas à satisfaire mon envie de lui balancer un sortilège en pleine tronche. Pourtant, elles avaient clairement eu un effet sur Kaliayev dont l’expression avait complètement changé. Je l’avais atteint en plein cœur, comme je le faisais toujours. Il m’était si facile de dire tout haut ce que je pensais tout bas. Rares étaient les gens qui osaient crier ce qui leur passait par la tête probablement par peur de contrarier l’autre ou encore de commettre une bêtise quelconque. Ça devait paraître comme un défaut aux yeux de la majorité du monde, mais pour moi, c’était une qualité exceptionnelle. La franchise n’était pas quelque chose qui se trouvait facilement et moi, je l’offrais sur un plateau d’argent sans avoir peur des représailles.

Kaliayev aurait très bien pu me balancer un truc à son tour, que ce soit une vanne ou un sortilège. Il aurait très bien pu me sauter à la gorge, me forçant ainsi à m’exhiber dans ma propre salle de bain. Sauf qu’au lieu de toutes ces situations désastreuses, il opta pour la meilleure solution : il se retira. Lentement, je le vis disparaître de l’entrée avant qu’il ne referme la porte derrière lui.

Je restai stoïque durant quelques instants, tandis que mes iris étaient toujours posés sur la porte. Je ne l’avais pas entendue s’éloigner et je savais pertinemment qu’il pourrait l’ouvrir une seconde fois s’il le souhaitait. Lentement, je déposai la bouteille de shampoing contre le rebord du bain avant de mettre un pied sur le tapis, puis un autre. J’avançai doucement vers l’avant tout en maintenant le pan du rideau de douche devant mes bijoux de famille jusqu’à ce que ma seconde main soit capable d’atteindre la serviette qui traînait près du lavabo. La seconde d’ensuite, je lâchai définitivement le rideau et j’enroulai le bout de tissu autour de ma taille. L’instant d’après, je barrais la porte de la salle de bain histoire de ne plus être dérangé pour le temps que j’allais être là.

Je terminai ma toilette tout en prêtant une certaine attention à ce qu’il se déroulait à l’extérieur de la petite pièce. Kaliayev n’avait toujours pas bougé. Soit il ne faisait qu’attendre son tour, soit il tenait absolument à me recroiser à ma sortie. Je penchais davantage pour la deuxième option tandis que je tentais de replacer mes cheveux humides après avoir terminé de m’habiller. J’étais devenu plus calme et ma frustration laissait désormais place à une certaine excitation. J’étais prêt à accueillir toutes les paroles cinglantes ou toute sa violence sans soucis. Ça faisait un bon moment déjà que je n’avais pas eu l’opportunité d’avoir une petite conversation avec une personne ne partageant pas mes idées et ma manière de voir les choses (sauf mon frère, bien sûr) et il me ferait plaisir d’échanger avec Kaliayev.

Après en avoir terminé avec la salle de bain, j’ouvris la porte et j’eus à peine le temps de mettre un pied devant l’autre qu’il se trouva devant moi, aussi droit qu’un I. Aussitôt, mes lèvres s’étirèrent dans leur éternel sourire en coin.

« J’ai beaucoup de respect pour Enzo et c’est pour ça que je suis sorti. »

Apprendre qu’il respectait mon frère me passait complètement par-dessus la tête.
Complètement.

« Tu n’as aucune obligation de m’apprécier ni même de m’adresser la parole j’en conviens bien. Et en tant qu’invité, je compte bien faire en sorte de respecter les règles du domicile et de ne déranger personne. »

Tiens donc.
Les Russes étaient-ils finalement civilisés ?
Putain de pays à la con. Tous des emmerdeurs de première. J’en avais la preuve vivante ici devant moi.

« Mais que tu te permettes de m’insulter en raison de mes origines, de mes choix personnels ou de quoi que ce soit d’autre, ça j’ai bien du mal à l’accepter. »

Mon sourire en coin s’élargit davantage, jusqu’à devenir une espèce de grimace étirée. Il me tendait une perche sans même s’en rendre compte et j’avais bien l’intention de la saisir. Ça manquait un peu d’action dans cette maison.

« Je te prierai donc à l’avenir de mesurer tes propos. »

J’haussai les sourcils devant cet ordre. S’il connaissait le ptit frère plus docile, il n’avait vraiment aucune idée de qui j’étais.

- Tu n’as pas l’air de te rendre compte à qui tu t’adresses Kaliayev. Tu sais qui je suis, moi ? Bien sûr que tu le sais. Tout le monde me connaît. Tout le monde sait à quel point je suis irritable, détestable, et tout le tralala. Et toi tu es là, chez moi, à non seulement te comporter comme un putain d’abruti comme tous les putains de Russes de ce monde, mais en plus tu oses me donner un ordre. Comme ça, sous mon toit.

Je croisai les bras contre mon torse tandis que je continuais de pratiquer ce rictus étrange sur mes lèvres. Bien sûr que je le faisais exprès, n’importe qui aurait pu s’en rendre compte. Je voulais simplement qu’il morde à l’hameçon. Qu’il me foute une baffe, qu’il me crie dessus, qu’il me menace de sa baguette. Pas parce que je voulais être en froid avec mon frère, mais seulement parce que j’en avais besoin. Je m’apercevais que tout cet enfermement me rendait plus irritable que jamais et que c’était devenu un besoin vital de sortir le King du placard.

Un petit affrontement. C’était tout ce que je demandais.

- Ça doit être normal en Russie* de vous mater sous la douche, tout comme ça doit être normal de donner des ordres aux autres. C’est pas parce que vous êtes le plus gros pays du monde que tu es le roi partout. Ici, c’est moi qui domine, c’est ma maison, mon terrain et tu n’es absolument rien à mes yeux Kaliayev. T’es juste une petite merde de plus à écraser, c’est tout.

J’eus un petit rire cinglant.

- Vas s’y, va courir à Enzo comme un gros pleurnichard lâche pour lui demander qu’il parle à son grand méchant frère pour qu’il arrête d’agir en connard. Va s’y, va frapper à la porte du grand méchant loup.

Envoie-moi une droite. Sors ta baguette.
Si tu ne le fais pas, c’est moi qui le ferai.
Peu importe ce que pense mon frère.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2087
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Stranger Things [Caem]   Sam 13 Jan 2018 - 10:18

Caem avait saisi depuis le début que Derek était du genre à s’emporter pour rien et qu’il fallait faire attention à chaque mot pour ne pas provoquer une tornade. Soit. Ce n’était pas spécialement agréable mais le russe était habitué à ça. Si avec Enzo ou Mateo il laissait aller ses pensées et était capable de parler sans se retenir, il avait coutume de filtrer le moindre de ses propos. De toujours faire attention pour ne provoquer personne, pour ne déranger personne et ne surtout pas se retrouver embarqué dans un débat houleux. Oui, on pouvait dire qu’il avait tendance à fuir les situations conflictuelles non pas parce qu’il en avait peur, simplement parce qu’il trouvait inutile d’en provoquer sur des sujets de seconde zone. A ses yeux, le conflit qui l’opposait actuellement à Derek était clairement secondaire et ne méritait pas une page dans le journal. Pour autant, il avait été poussé à mettre deux trois choses au clair, agacé par le ton de l’aîné des Ryans. Cette façon de l’insulter sans raison était inacceptable. Le russe avait donc maîtrisé ses paroles et mis les choses à plat. Cependant, il ne se serait pas attendu à ce que le vice de Derek soit aussi profond. Il avait vu ce sourire se transformer en rictus qui n’avait rien d’avenant et instinctivement il avait froncé les sourcils. Il sentait bien ce que n’était pas spécialement bon signe. De manière tout à fait inconsciente, Caem s’était alors barricadé mentalement, se préparant à un coup bas de la part de l’australien.

Il eut raison. La réaction de Derek ne se fit pas attendre. Il commença par un laïus sur sa personne et une nouvelle insulte xénophobe. Caem se contenta de le regarder sans rien dire, attendant la suite puisqu’il avait bien compris que Derek n’avait pas l’intention de s’arrêter là. Bingo. Il enchaîna, sortant des phrases qui n’avait aucun sens. Normal de se mâter sous la douche en Russie ? Viens foutre les pieds là-bas imbécile et tu sauras que les homosexuels sont traqués et souvent tabassés froidement voire pire. Quant au reste ? Caem trouvait ça simplement atterrant. On pouvait lui reprocher bien des choses mais de chercher à s’imposer, à prendre le pouvoir ou quoi que ce soit d’autre ? Non c’était ridicule. Cela lui soufflait que ce que disait l’aîné des Ryans n’avait au final rien à voir avec lui. Il s’énervait pour le principe, pour foutre la merdre et c’était à ses yeux d’un ridicule sans nom. Alors, quand Derek cracha ses dernières gouttes de venin en lui proposant d’aller tout raconter à Enzo, Caem poussa un long et profond soupir.

« C’est bon, t’as fini ? »

Caem prit alors quelques secondes pour toiser Derek. Tout ce que dégageait ce type l’énervait. Il était son exact opposé, intolérant, bruyant, m’as-tu-vu… Autant dire que ces deux-là avaient très peu de chance de discuter un jour tranquillement. Mais encore une fois, le russe refusait de faire un esclandre pour un truc pareil et il était hors de question qu’il entre dans le petit jeu de l’aîné des Ryans. Dommage pour toi, t’as pas parié sur le bon cheval.

« Je suis désolé de te dire que tu peux continuer, je ne te mettrai pas mon poing dans la figure. »

Même s’il est évident que c’est ce que tu cherches. Argumenter face à ce qu’il avait dit précédemment ? Caem jugeait que ce n’était même pas nécessaire. Cela ne changerait rien à la situation, Derek ne cherchait pas à exposer des idées juste à cracher de la haine et de la colère. C’était triste, profondément triste mais Caem n’avait pas de temps à perdre avec lui. Il préférait être à l’écoute de ceux qui avaient un fond de gentillesse plutôt que de ceux qui pensaient qu’écraser les autres était une façon de vivre.

Caem quitta alors Derek du regard et se pencha pour attraper ses affaires de douche qu’il avait posé avant de lancer ces quelques remarques. Il était en train de se dire qu’au final, il aurait mieux fait de ne rien dire, qu’il n’avait fait qu’alimenter le feu. Il était cependant trop tard et le mieux qu’il avait désormais à faire c’était de passer son chemin. En l’occurrence d’aller sous la douche. Une fois ses affaires en main, Caem ouvrit donc la porte de la pièce que Derek venait de quitter, posa ses affaires dans un coin puis retourna vers cette dernière. Alors qu’il posait la main sur la poignée, une phrase lui vint en tête. Des mots qui lui chatouillait les lèvres, qui n’attendaient que de sortir. Il savait que ce n’était pas malin, que le mieux qu’il avait à faire c’était de fermer cette porte à clé et de laisser l’autre Ryans filer et d’enterrer cette histoire. Il n’aurait plus par la suite qu’à faire en sorte de ne pas le croiser trop souvent et de se contenter du minimum de cordialité. Cependant, s’il n’avait pas envie de rentrer dans le jeu de Derek, il avait bien envie de lui renvoyer un peu la pareille. Caem n’était plus aussi sage qu’avant, dans les bons, comme dans les mauvais moments…

« Si tu veux, je peux laisser la porte ouverte. »

Et un sourire, juste un très léger sourire. Lui aussi, pouvait afficher cet air provocant et désinvolte si on cherchait vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 464
Date d'inscription : 30/10/2017
Crédits : JMIF ♥, Tumblr
Double Compte : Lukas A. H., Adrianna R.-B., Cody Z. S.



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4030-derek-ryans
MessageSujet: Re: Stranger Things [Caem]   Mer 17 Jan 2018 - 21:21

Les choses avaient pris une tournure dramatique. Je savais que j’étais l’investigateur de ces changements, mais je ne me sentais nullement coupable. Il était rare que je regrette mes faits et gestes bien que la majorité du temps ils aient été dit ou fait d’une manière irréfléchie. J’étais facilement irritable et je ne m’en cachais pas : Kaliayev l’avait appris à ses dépens. Je l’avais insulté sans aucune pudeur, ni aucune limite, comme à mes bonnes habitudes. Encore une fois, je n’avais pas peur de dire tout haut ce que je pensais tout bas, bien que j’eusse légèrement exagéré mes propos. Je me contre fichais bien de ce qu’ils faisaient en Russie et de la manière dont ils vivaient leur vie, mais je n’avais pas oublié l’effet de douche froide sur le visage de Kaliayev. Il avait déjà sûrement deviné mes intentions et la balle se trouvait désormais dans son camp. J’avais ouvert le bal sur ce qui pouvait se transformer en véritable confrontation s’il acceptait mon invitation. Je savais qu’Enzo n’approuverait pas mon comportement, mais au diable le petit frère. Il savait comment j’étais. Inviter des gens ici était à ses risques et périls. J’étais chez moi ici et il était hors de question que les autres me fassent chier sous mon toit.

Je n’avais pas à me justifier sur mon envie d’action, mais je demandais tout de même subtilement la permission à mon interlocuteur plutôt que de commencer à l’attaquer sans son consentement.

Alors Kaliayev, tu décides quoi ?

« C’est bon, t’as fini ? »

Non et toi ?

Il me toisa durant quelques secondes. Je restai parfaitement immobile, les bras toujours croisés sur mon torse comme un gamin fâché. Pourtant, la colère était plus ou moins disparue, laissant place à ma nouvelle envie d’avoir un peu d’action. Quant à Kaliayev impossible de savoir. Je ne le connaissais pas assez pour pouvoir le déchiffrer, mais quelque chose me disait qu’il était légèrement énervé. N’importe qui l’aurait été après les mots cinglants que je lui avais craché à la figure.

« Je suis désolé de te dire que tu peux continuer, je ne te mettrai pas mon poing dans la figure. »

Je tâchai de ne pas laisser ma déception transparaître dans mes expressions. Cependant, je repris mon sérieux devant cette réponse qui n’était pas celle que j’attendais. Je n’avais pas envie de respecter son choix, mais je le fis malgré tout. Il était sans doute inutile de commencer une guerre entre nous si les parties n’étaient pas d’accord pour la faire. Attaquer quelqu’un dans le dos n’était pas mon genre, à moins de l’avoir vraiment cherché, comme ces foutus supérieurs.

J’observai Kaliayev s’activer alors qu’il reprit son sac qu’il avait déposé sur le sol. J’aurais pu partir, abandonner complètement la chose, mais je restai pourtant là. Un fond d’espoir rayonnait en moi et j’attendais encore l’instant où il ferait un faux pas pour me relancer une invitation. Je ne connaissais pas vraiment le mec, mais tout chez lui indiquait qu’il n’était pas du genre à se laisser faire ou à refuser une petite bagarre une fois de temps en temps. Après, peut-être que je me trompais royalement sur son compte.

Je continuai de l’observer lorsqu’il entra dans la salle de bain à son tour. Je poussai un soupir, me résignant finalement à sa décision finale : soit celle de passer l’éponge sur notre petite altercation. Je tournai finalement le dos à Kaliayev afin de pouvoir aller prendre le petit déjeuner tranquillement.

Sauf qu’il me balança un truc auquel je ne m’attendis pas du tout et qui me fit aussitôt stopper net.

« Si tu veux, je peux laisser la porte ouverte. »

Foudroyé par la vanne (parce que oui ça en était une à mes oreilles), je m’étais aussitôt retourné vers le Russe qui avait retrouvé son petit sourire. Encore une fois, il se trouvait drôle. À mes oreilles, ça n’avait absolument rien de drôle. La phrase pouvait être interprétée de différentes manières, mais je la déchiffrai à ma façon, c’est-à-dire qu’il laisserait délibérément la porte ouverte afin que je puisse le mater.

La simple image me donna un haut le cœur, mais je me contins face à Kaliayev. Cependant, mes poings me démangeaient à lui arracher son horrible sourire que je soupçonnai comme étant désormais pervers et je les serrai afin de me contenir encore un peu. Grâce à quelques pas rapides, je rejoignis mon adversaire en peu de temps, me retrouvant ainsi face à lui. Il pouvait me claquer la porte au nez s’il le souhaitait, mais il n’allait certainement pas s’en tirer aussi facilement. Je n’avais pas baguette, mais cela ne voulait pas dire que je n’étais pas capable d’en faire voir toutes les couleurs au Russe qui ne m’intimidait absolument pas.

- Tu ne veux pas m’envoyer ton poing dans la figure, mais tu t’arranges pour recevoir le mien par contre.

Ma voix était revenue grave et guttural. J’ignorais ce qui me retenait encore de lui refaire le portrait, là comme ça, tout près de la salle de bain.

- Fais gaffe Kaliayev. Si tu me dis encore une connerie de ce genre, je ne te promets pas que je resterai aussi sage que je le suis présentement. Tu risques d’avoir soit un nez cassé, soit une dent en moins.

Mon visage était à quelques centimètres à peine du sien. Mes yeux détaillaient ses traits tandis que je m’imaginais déjà lui foutre mon poing sur la gueule. L’envie était plus présente que jamais, mais je la contenais encore, me contentant simplement de serrer les poings dont les jointures étaient devenues blanches. Je restai stoïque durant quelques secondes, avant de reculer d’un pas.

- Prend une bonne douche. Fais gaffe à l’eau chaude.

Je lui jetai un dernier regard rempli de mépris alors que je lui tournai une fois de plus le dos afin de me rendre dans la cuisine.

J’ignorais combien de temps Kaliayev allait être avec nous à la maison, mais il connaissait désormais mes intentions. S’il se maintenait tranquille, j’allais faire la même chose de mon côté. Si ce n’était pas le cas eh bien je n’allais pas me gêner.

Il avait du respect pour Enzo ? Bah moi aussi.
Mais j’avais encore plus de respect pour moi-même.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2087
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Stranger Things [Caem]   Lun 22 Jan 2018 - 14:37

Voir Derek se stopper net dans sa lancée avait procuré une certaine satisfaction à Caem, c’était indéniable. Ce type était intolérant et violent et si son amitié pour Enzo le retenait de faire une scène, il ne pouvait nier que le voir perdre son sang froid de la sorte avait quelque chose d’assez jouissif. L’aîné des Ryans vit alors volte-face, se rapprochant rapidement de l’encadrement de la porte. Ses poings serrés n’avaient nullement échappé à Caem mais il ne dit rien. A vrai dire, il ne fit aucun mouvement, son attitude ne changea en aucun cas. Toujours dans l’encadrement de la porte, accroché à la porte, ce même sourire sur les lèvres, il le laissa venir à lui sans bouger. Il se demandait bien ce qui allait suivre et oui, indéniablement, il avait ressenti une montée d’adrénaline. Elle n’était très certainement pas saine et il n’y avait pas de quoi en être fier mais c’était là, au fond de lui. Derek s’arrêta finalement juste devant lui. Il n’y avait que quelques centimètres entre eux et une idée stupide avait traversé l’esprit du russe. Il ne lui aurait suffit que d’un mouvement pour rompre la distance entre eux et soumettre le si fier aîné des Ryans à un contact physique. Il ne le ferait cependant pas, imposer ça à quelqu’un cela restait une forme d’agression même si c’était pour une bonne leçon. Caem le regarda donc sans ciller et il accueillit les mots de Derek le plus simplement du monde. Son sourire s’étira juste légèrement. Est-ce qu’il cherchait réellement à se prendre le poing de Derek en pleine tête ? Jamais il n’aurait avoué une chose pareille mais peut-être qu’au fond, l’idée de le voir perdre ses nerfs lui aurait apporté une certaine satisfaction…

Derek ne s’arrêta cependant pas à cette phrase, à ce constat. Il ajouta purement et simplement des menaces et cette fois, Caem lâcha un léger rire, très court, ne tenant que dans un souffle. Mais cela reflétait clairement ce qu’il pensait de ces menaces : elles n’avaient pas de prises sur lui. Pire encore, le russe se rendait compte qu’une partie de lui avait alors envie de le provoquer. Derek recula alors d’un pas et Caem ne put s’empêcher de baisser rapidement le regard pour poser ses yeux sur ses poings. Il voyait bien que ses jointures avaient changé de couleur sous l’effet de la pression qu’il exerçait dessus. Mille répliques se bousculaient alors dans la tête de Caem tandis qu’il relevait la tête vers son vis-à-vis. Il avait en tête tant de possibilités, tant de gestes ou de mots qui auraient pu le faire partir au quart de tour. Et il se surprenait à avoir envie d’en user. Pourtant, il ne dit rien, ne bougea pas. Ce n’était pas malin, loin de là. Alors, quand Derek lui souhaita une bonne douche, il sourit de nouveau.

« Merci du conseil. »

Le ton était calme, cordial mais oui, il puait l’ironie. Caem poussa alors la porte et la referma derrière lui. Au lieu de filer immédiatement sous la douche, il s’adossa quelques instants contre la porte. Il avait du mal à comprendre ce qui venait réellement de se passer. Au début, il avait ressenti de la colère par rapport aux propos de Derek et au fait qu’il soit le frère d’Enzo. Oui, c’était d’abord pour son ami qu’il avait ressenti cette colère. Mais ensuite… Ensuite, il s’était passé autre chose. Comme s’il avait jubilé de la situation, comme s’il avait apprécié de voir l’aîné des Ryans perdre son sang froid et être sur le point de lui en mettre une. Comme s’il aurait aimé qu’il le fasse…

Poussant un long soupir, Caem verrouilla finalement la porte derrière lui et reprit son programme là où il l’avait laissé. Après une bonne douche, qui lui permit de se remettre un peu les idées en place, il se rendit finalement dans la chambre d’Enzo. Il ne fit aucune allusion à la petite scène à son ami et lui proposa finalement d’aller faire un tour. Il oublia tout ça rapidement, préférant se concentrer sur ce pays dans lequel il venait de débarquer et qu’il avait hâte de découvrir. Sur son meilleur pote qui était là avec lui et avec qui il pouvait enfin s’éclater en dehors des murs du château.

- Fin -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Stranger Things [Caem]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Stranger Things [Caem]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» eurydice&basile ❝ all these little things ❞
» Flavia Albina ¤ Real things in the darkness seem no realer than dreams...
» Help seems to always come late when it comes at all. We are in deep trouble
» Le Patronat Haitien aux Travailleurs “C’est à Prendre ou à Laisser”

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Autour du monde :: Autres Continents :: — Australie :: Logement de Derek et Enzo Ryans-
Sauter vers: