AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 All hail the underdogs ▬ Ethan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 8260
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo / Ismaelle / Riley



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: All hail the underdogs ▬ Ethan   Lun 27 Nov 2017 - 21:21

Mercredi 15 juillet 2015 – Fin de matinée
All hail the underdogs



Ethan & Cameron

« J'ai besoin du premier mois de loyer et de la caution et j'te laisse disons … 6 mois pour régulariser ta situation ? D'ici là, officiellement, je rends service à un ami en l’hébergeant. »
« C'est parfait. Merci mec. »

Poignée de mains, sourire, le deal est passé.

« Tiens. »

Je dépose une enveloppe pleine de billets dans sa main et fouille dans la poche arrière de mon jean pour en sortir un petit sachet opaque que je lui tends.

« Et ça c'est cadeau de la maison. »

Son sourire s'élargit, bien plus à la vue de ce que je lui offre qu'à celle de ce que je lui paie. Je le comprends, d'autant plus en connaissant la qualité du produit. Il me reste encore de l'herbe que j'ai commencé à cultiver à Poudlard, en douce dans une serre abandonnée, et que Will m'a aidé à améliorer après l'avoir associé à la combine. Autant le dire, nos poches se sont rapidement remplie et je n'ai pas tardé à me faire un réseau là-dehors. Ce type a qui je loue cet appartement dans le Nord de Londres est un … jeune cadre dynamique comme on les appelle, et surtout un de mes clients réguliers. Le genre de gars pété d'oseille qui bosse plus qu'il ne vit et qui a surtout besoin de se relaxer après une journée de 20h non stop. Il possède déjà deux appartement en plus du sien et celui-ci s'est libéré il y a une semaine. Il accepte que je le paie en cash pendant 6 mois, le temps de me faire, ça me va parfaitement. C'est pas immense mais il est bien fait, bien situé, pas très loin de chez Jill et Kyle en prime. Deux chambres, une pour Ems, une pour moi,  un grand séjour avec cuisine ouverte. Bref, tout ce qu'il faut pour être bien et je n'ai aucun problème à nous y visualiser. Je fais ça dans mon coin mais j'avais envie de lui faire la surprise. Et puis l'occasion s'est présentée, le genre d'occasion qu'on ne rate pas.

« Tu veux toujours pas me dire d'où elle vient ? »

Pour seule réponse il n'obtient qu'un sourire en coin alors que mes yeux se promènent autour de nous et observe ce qui est désormais mon chez moi. J'ai pas l'habitude, clairement, mais je me rends compte que les sensations que ça me provoque sont plutôt agréable et j'en suis le premier surpris. Il est partiellement meublé, y aura juste quelques trucs à acheter mais je sens que je vais m'y sentir bien. J'en sais rien, une intuition.

« J'aurais tenté. »

Et il a raison, j'en ferais autant, mais aucune chance pour que je ne crache le morceau.

« Tu comptes emménager quand ? »
« Ce weekend j'pense. J'attends que ma frangine rentre de vacances. »

#

Clés dans la poche, clope à la main et sourire sur le visage. Premiers réflexes ? Prévenir Jill qu'est bon, j'ai l'appart et qu'il déchire, qu'elle a intérêt à venir le voir dès qu'elle peut. Proposer à Kyle de passer le prendre à la sortie de son boulot pour trainer un peu tous les deux. Et envoyer un message à Margo pour lui dire que la prochaine fois on pourra se faire la revanche sauce piquante et piments/téquila entre mes murs.
Je me rends compte que le fait d'être à l'extérieur me fait énormément de bien, je me sens clairement plus éveillé que lorsque j'étais à Poudlard où le pilote automatique a souvent été enclenché ces derniers mois. J'en suis pas non plus à danser et chantonner dans la rue, faut pas déconner, je reste moi, mais je me sens vraiment de bonne humeur et quand je passe les grilles du cimetière, cette bonne humeur ne s'évapore pas pour autant. Je ne viens visiter personne, je viens visiter tout le monde. Mains dans les poches, la clope dans le cendrier à l'entrée, mon pas à ralenti et j'avance calmement dans les allées, observe les noms gravés dans le marbre. Une pensée pour mon frère, une autre pour Megan, comme souvent, mais mon cœur ne se serre pas. Je me demande simplement quelle histoire ont pu avoir tous ces gens gisant ici depuis plus ou moins longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1100
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: All hail the underdogs ▬ Ethan   Mar 28 Nov 2017 - 21:43

~Mercredi 15 juillet – Fin de matinée ~

Cours Ethan. Cours aussi vite que tu le peux. Le souffle court, les joues rouges, Ethan était en train de filer à toute allure dans les rues de Londres. Il entendait encore des éclats de voix derrière lui qui lui ordonnaient d’accélérer le pas, de ne surtout pas fléchir. Le jeune homme sentait que ses cuisses étaient en train de brûler, que ses mollets avaient juste envie de s’arrêter net pourtant, il continuait de courir aussi vite qu’il le pouvait. Il ne connaissait pas bien Londres et virait à droite et à gauche au hasard de son instinct. Il n’avait pas le temps de réfléchir ou d’analyser et de toute façon, son cerveau n’avait pas assez d’oxygène pour ça. Il n’arrivait qu’à enregistrer une seule et unique information : il devait courir.

Tout avait commencé de manière pourtant complètement anodine. Ethan était venu à Londres en début de matinée pour se rendre dans une librairie. Il avait repéré un livre de contes très ancien qu’il aurait aimé avoir et qui était introuvable à Liverpool. Le jeune homme avait donc décidé de se rendre dans la ville pour se le procurer. Il avait prévu de revenir dans la capitale avec Charleen le lendemain et se disait qu’ainsi il pourrait en profiter pour repérer la ville et voir s’il y avait des endroits sympas où ils pourraient aller. Ethan avait donc commencé par se rendre dans la librairie et après un long moment à errer et à profiter de l’odeur du papier, il avait fini par trouver son bonheur. Glissant l’ouvrage dans son sac à dos, Ethan avait ensuite décidé de marcher un peu dans les rues et de se promener au hasard. Il n’était pas vraiment à l’aise avec l’idée de se retrouver dans un endroit qu’il connaissait pas mais il se disait que cela lui ferait du bien de sortir de sa zone de confort. Superbe idée…

Ethan marchait tranquillement dans les rues, le nez en l’air, observant ce qu’il se passait autour de lui plutôt que ses pieds, pour une fois. Il s’était finalement retrouvé dans une impasse et s’apprêtait à en ressortir aussi sec lorsqu’un groupe de jeunes gens lui barra la route. L’adolescent sentit son cœur s’affoler immédiatement. Les trois types en face de lui n’avait clairement par l’air avenant. Ethan tenta tout de même d’avancer comme si de rien n’était, de se faufiler entre eux et de poursuivre son chemin, tête basse. Cependant, lorsqu’il arriva au niveau des trois inconnus, ces derniers resserrèrent les rangs pour l’empêcher d’avancer.

« Dites donc le minot, tu t’es perdu ? »

Ethan déglutit. Son intuition ne lui avait pas menti. Instinctivement, il serra les mains sur les bretelles de son sac à dos. Il tenta une nouvelle fois d’avancer après avoir marmonné un non peu sonore. Cela ne fit que provoquer l’hilarité des trois jeunes gens. Il sentit alors une main se poser sur son épaule et le pousser en arrière. Ethan recula de quelques pas et releva alors enfin la tête. Sourcils froncés, visage fermé, il jeta un regard glacial aux trois types en face de lui. Ces derniers rirent alors de plus belle.

« Oh pitchoune, t’es vexé ? »

Ethan, dents serrées, lâcha alors les bretelles de son sac, laissant ses bras descendre le long de son corps. Poings serrés, regard toujours fixé sur les trois inconnus en face de lui.

« Allez, arrête de te faire du mal en jouant les gros durs et file nous ton téléphone portable qu’on n’en parle plus.

- Non. »

Cette fois, la voix d’Ethan ferme et audible. Non, pas cette fois.

« Allez gamin, fais pas le fier, ça pourrait mal finir. »

Ethan vit alors un des trois inconnus bouger et il sentit que sa chance était là. Ses entraînements avec Mateo lui avait au moins appris ça, saisir la moindre ouverture. Une brèche s’était faite dans leur barrière et il était temps de s’y faufiler. Sans attendre, Ethan se rua en avant, il donna un violent coup de coude dans les côtes du type le plus à droite pour agrandir la brèche et sortir de l’impasse. Il entendit un grognement de rage et des éclats de voix. Apparemment, ils n’avaient pas apprécié et ne comptaient pas le laisser s’en sortir comme ça.

Et voilà qu’Ethan se trouvait dans les rues de Londres à courir comme un fou, poursuivit par une bande de voyous dont l’orgueil avait été profondément blessé par un coup de coude. Il savait qu’il n’était ni très rapide ni endurant et qu’il ne trouvait pas un moyen autre de les semer, ça risquait fort d’être sa fête. Pourtant, il n’arrivait pas à réfléchir. Alors il courait. Son sac était en train de lui taper dans le dos de la même manière que son sang dans les tempes. Une fois à droite, une fois à gauche. Ethan jetait de temps à autre des regards nerveux en arrière mais il n’arrivait pas à voir.

Ethan ne remarqua pas qu’il venait de passer un portail avec une étrange attitude. Alors que ses jambes commençaient à le lâcher, il se rendit compte que le bruit derrière lui s’était atténué. Il commença alors à ralentir légèrement l’allure ce qui lui permit de retrouver un peu de vision périphérique. Il remarqua alors les fleurs posées un peu partout, les plaques… Un cimetière ? Alors que la connexion se faisait enfin dans son esprit, Ethan en oublia de regarder où il posait les pieds et alors qu’il courrait encore, à allure modérée, il se prit les pieds dans le coin d’une tombe et s’étala de tout son long dans l’allée. Sa jambe glissa alors sur la tombe en question. Non seulement le choc entre son tibia et le marbre lui arracha un cri de douleur mais en plus, il fit tomber un vase contenant des fleurs qui se brisa sur le sol avec fracas. Ethan se redressa alors en vitesse, boitillant. Son tibia le lançait affreusement. Son regard se posa alors sur le vase brisé mais il releva aussi les yeux vers l’entrée du cimetière. Des silhouettes qu’il connaissait. Il fit alors volte-face, prêt à repartir en boitillant mais il se retrouva alors nez à nez avec un visage familier.

« Monsieur Cassidy ?? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8260
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo / Ismaelle / Riley



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: All hail the underdogs ▬ Ethan   Ven 15 Déc 2017 - 13:23

J'ai toujours « aimé » les cimetières, l'ambiance qui s'en dégage et ce principalement en dehors des jours d'enterrement. Il y règne un calme olympien, un silence imposé par le lieu en lui-même et ce qu'il représente. Le respect de ses occupants, de leur dépouille en tout cas, peu importe les croyances pour ce qui est du reste. J'ai toujours eu l'habitude de parler au marbre, ça m'arrive aussi de lever les yeux vers le ciel … En soi ça n'a pas tellement d'importance je pense. Je ne suis ici pour personne effectivement mais je crois que quelque part je me recueille quand même, jusqu'à ce que cette quasi méditation soit brisée par fracas et agitation.

C'est légèrement agacé, je l'admets, que je me dirige machinalement vers la source du bordel en question et si je ne le reconnais pas tout de suite ...

« Monsieur Cassidy ?? »

… ma première réaction est immédiate. Main dans les poches, sourcil arqué, grimace :

« J'ai l'impression que tu parles à mon père là. »

L'inestimé et inestimable John Cassidy, flic de son état, mari et père aimant, ayant eu la main un peu trop leste et le levé de coude pas suffisamment occasionnel. Rien à faire, même après toutes ces années, ça me fait toujours autant chier de faire le lien entre lui et moi. Quand bien même je l'ai à peine connu.
Je comprends en tout cas qu'il y a quelque chose qui ne tourne pas rond et qu'on n'est pas tellement pas là pour parler de feu mon daron, gentiment assassiné par son propre fils, feu mon frère.

« Qu'est ce qui t'arrive Ethan ? »

Il a la peur au ventre, l'urgence dans les veines et un mélange de tout ça peint sur le visage ...

« Ok, je vois. »

… je comprends rapidement pourquoi quand je vois arriver trois types en courant droit vers nous. Vers le gamin, en l'occurrence. Instinctivement j'avance d'un pas, garde mes mains dans mes poches et la tête bien droite. Ils ne me font pas peur, j'ai côtoyé des lascars bien plus impressionnants qu'eux, mais sous-estimer « l'adversaire » n'est jamais une bonne idée, pas une chose que je me sors de la tête en tout cas. Donc non, je n'ai pas peur, mais si c'était le cas je ne le montrerais pas puisque c'est précisément ce qui les nourrit et les attire, les excite. Comme une goute de sang au milieu d'un banc de requins. Et l'effet de meute les pousse à se sentir plus fort.

S'ils s'arrêtent, c'est pourtant avec un large sourire. Je n'ai aucun mal à déterminer qui est le leader dans l'histoire puisqu'il se tient en avant et que ces deux comparses restent en retrait. Ce truc est ancestral, comme un instinct, à de très rares exceptions et la plus part du temps pour bluffer, feinter, mais je ne crois pas que ça soit le cas ici.

« Un problème messieurs ? »
« Avec toi non, enfin ça dépend de si tu te mêles de ce qui te regarde ou pas. »

Un rire bref m'échappe, je suis à présent légèrement en avant par rapport à Ethan mais sans le cacher pour autant. Pas une seule seconde l'idée qu'il ait pu faire quelque chose ne m'effleure l'esprit, peut-être à tort, mais c'est comme ça. Je choisis mon camp.

« C'est la maison des morts ici, vous devriez démontrer un peu plus de respect. »
« Ah mais on est très respectueux des morts ! A ma connaissance il est bien vivant l'oisillon. »

C'est bien entendu le jeune Serdaigle qu'il désigne d'un geste du menton, sourire carnassier sur le visage. Je le connais ce sourire, je les arboré bien des fois.

« Pour l'instant en tout cas. »

L'air détaché que j'affiche depuis tout à l'heure n'est pas feint et sans avoir la prétention de maitriser la situation, disons que je ne suis pas hors de ma zone de confort. Je pourrais néanmoins presque entendre le gamin déglutir à côté de moi mais ses poings serrés ne m'échappent pas.

« Admettons que je décide de me mêler de ce qui ne me regarde pas, qu'est ce qui se passe ? »

Stratégiquement j'avance mes pions tout en laissant à Ethan la possibilité d'agir s'il en a envie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1100
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: All hail the underdogs ▬ Ethan   Dim 17 Déc 2017 - 20:28

Autant dire qu’Ethan ne s’était pas attendu une seule seconde à tomber sur un visage familier. Et si la première réaction du professeur d’études des moldus le surprit et se manifesta chez Ethan par un bégaiement, la suite fut plutôt rassurante. Non il ne voulait pas lui faire penser à son père mais il aurait été incapable de l’appeler par son prénom. Si Cameron avait longtemps été éloigné du personnel du Château, maintenant qu’il en faisait partie, le Serdaigle était incapable de ne pas lui parler comme à chacun des autres professeurs. Mais ce n’était pas bien important et surtout, ils auraient tout le temps d’en discuter plus tard parce que là, la situation les rappelait à l’ordre. En effet, Cameron venait d’interroger le Serdaigle sur la raison de son agitation mais celui-ci n’eut pas le loisir de répondre. Alors qu’il s’apprêtait à lui expliquer grossièrement ses mésaventures, le moldu remarqua quelque chose derrière son épaule qui l’aida apparemment à mieux envisager les choses. Boitillant toujours sur son tibia endoloris, Ethan se retourna et vit les trois types qui l’avaient pris en chasse entrer en courant dans le cimetière et venir s’arrêter juste devant eux. Il ne chercha pas à protester quand il vit Cameron instinctivement venir se placer devant lui, faisant un léger pas en avant. Le jeune garçon était encore loin de ce genre de considérations liées à la fierté. Son aîné fut d’ailleurs le premier à prendre la parole, questionnant les trois lascars sur leur présence ici et visiblement, ils n’étaient pas impressionnés et ne comptaient pas nier qu’Ethan était leur problème du jour. Le jeune homme, toujours derrière Cameron ne bougeait pas, les poings serrés, le regard fixé sur ces types. Non, il ne baisserait pas les yeux, pas aujourd’hui. Alors que M. Cassidy les intimait au respect des lieux, ce qui mit le Serdaigle mal à l’aise puisqu’il venait de mettre un sacré bazar sur une tombe mais bon, il se rattraperait plus tard, les trois voyous eux continuaient leur jeu de menaces. Ils le traitèrent d’oisillon puis firent clairement allusion au fait qu’ils avaient l’intention de lui donner une bonne leçon. Si Ethan doutait qu’ils aillent jusqu’à le tuer, il n’avait aucune interrogation sur le fait qu’ils étaient prêts à lui mettre une sacrée rouste et non, il n’avait pas envie de ça. Le jeune homme parvint cependant à maintenant son regard bien droit même si son bras tremblait légèrement.

« Admettons que je décide de me mêler de ce qui ne me regarde pas, qu'est ce qui se passe ? »

Ethan avait lancé un regard surpris à Cameron. Certes, il avait rapidement compris que son aîné n’avait pas l’intention de le laisser comme ça, dans la merde, livré à ses agresseurs mais cette façon de répondre, cet air tranquille… Oui, M. Cassidy dégageait une sérénité face à la situation clairement impressionnante. Autant dire que si Ethan cherchait un modèle il l’avait sous les yeux. Il réagissait exactement comme il aurait été capable de le faire et ça le boostait tout autant que ça lui mettait un peu de paume au cœur de voir qu’il était prêt à le protéger. Après tout, ils ne se connaissaient que peu et le gamin n’aurait pas pensé qu’une telle chose puisse arriver. Ça le chamboulait oui, mais dans le bon sens.

« Tu tiens vraiment à te faire amocher pour protéger ce gosse ? C’est mignon franchement, mais t’es en train de faire une terrible erreur. »

L’homme qui se trouvait le plus proche venait de prendre la parole et il avança une fois de plus, fixant cette fois son regard sur Cameron, comme s’il cherchait à l’impressionner. Ethan repensa à la fois où ils avaient été emmerdés dans les couloirs avec Charleen. Sauf que cette fois-là, il avait la magie et surtout, il savait au fond de lui que la situation ne dépasserait pas un certain stade. Alors que là, il n’avait aucune idée de ce dont ces types étaient capables. Son cœur battait très vite, sa respiration était affolée et il sentait que ses mains tremblaient légèrement pourtant…. Pourtant il s’était fait une promesse et il ne pouvait pas la trahir, pas encore. Il voulait pouvoir enfin croiser son reflet dans le miroir sans se sentir ridicule.

« Vous n’avez pas mieux à faire ? »

C’était bien la voix d’Ethan qui venait cette fois de s’élever. Il vit les trois hommes se regarder les uns les autres avant de rire.

« Oh, le petit se révolte.

- C’est marrant parce que vous ne cessez de m’affubler de surnoms ridicules, de rappeler que je ne suis qu’un gamin mais vous êtes obligés de vous y mettre à trois pour chercher à me mater. Et vous n’avez même pas réussi à m’attraper jusque-là. »

Ethan avait alors fait un pas en avant, se plaçant à côté de Cameron. L’audace dont il faisait soudainement preuve avait empourpré ses joues et pourtant, il ne détourna pas le regard. Les poings toujours serrés, il assumait chacun de ses mots. Oui, il n’était qu’un gosse frêle, il le savait, mais cela ne devait pas le rabaisser lui, non, cela ne faisait que rendre les trois lascars encore plus ridicules.

« On peut savoir ce que tu insinues le gosse ?

- Oui, que vous êtes faibles. »

Enfin. Enfin Ethan n’avait pas hésité avant de répondre, n’avait pas laissé les mots tourner plusieurs fois dans sa tête avant d’oser les prononcer. Non, il les avait fait sortir de manière nette et brutale. Le regard droit, un air fier sur son visage rougi. Il avait peur, c’était un fait, mais il ne s’écraserait pas.
Sa petite bravade n’était cependant pas du goût de tout le monde. A peine les derniers mots étaient-ils sortis de sa bouche qu’il vit les trois hommes se ruer vers eux. Là, y’avait pas à dire, il était sacrément dans la merde. Mais au moins, il ne s’était pas tu.

Se rappelant les conseils de Mateo, Ethan leva alors ses poings devant son visage, prêt à se protéger des coups et à en donner. Il était terrorisé mais son corps ne l’abandonnait pas, il était prêt à se battre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8260
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo / Ismaelle / Riley



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: All hail the underdogs ▬ Ethan   Jeu 21 Déc 2017 - 18:54

Je sens le regard plein de surprise du gamin se poser sur moi mais ne tourne pas la tête dans sa direction, ne lui adresse aucune attention, les yeux braqués sur les trois types aux airs teigneux qui se tiennent face à nous. Je ne perds pas mon calme, je n'en ai aucunement l'intention mais c'est bien un sourire en coin qui flotte sur mon visage et je sais pertinemment que ce genre d'attitude agace. Ça n'est pourtant pas de la provocation … Ou peut-être bien que si. J'aime pas qu'on s'en prenne aux gosses, surtout pas à trois contre un, alors pas une seconde ça ne m'a traversé l'esprit de rester impassible, de ne pas intervenir et le laisser se démerder tout seul avec ces trois gangsters londoniens en plastique.

« Tu tiens vraiment à te faire amocher pour protéger ce gosse ? C’est mignon franchement, mais t’es en train de faire une terrible erreur. »
« Paraît que c'est comme ça qu'on apprend. »

Le ton n'est pas agressif, simplement celui de la conversations si je puis dire. Celui que je devine être le chef de ce petit escadron de guignols se sent pousser des ailes et s'approche de moi, je ne le lâche pas du regard mais mon sourire s'élargit alors que je sens bouillonner dans mes veines une sensation que je n'ai pas côtoyé depuis des lustres : L'adrénaline. C'est comme une sorte de retour en arrière que je n'avais pas senti venir, je n'essaie pas de la chasser mais garde en tête que je ne suis pas seul. Et qu'il est hors de question que je sorte ma lame de ma poche.

Parce que non, cette habitude là ne m'a jamais quitté.

« Vous n’avez pas mieux à faire ? »

Surprise. En réalité, je l'admets, l'espace d'une seconde j'avais oublié la présence du p'tit. Si les trois autres se regardent et rigolent entre eux, je tourne vaguement la tête en direction d'Ethan. Sans la moindre trace de jugement.

« Oh, le petit se révolte.
« C’est marrant parce que vous ne cessez de m’affubler de surnoms ridicules, de rappeler que je ne suis qu’un gamin mais vous êtes obligés de vous y mettre à trois pour chercher à me mater. Et vous n’avez même pas réussi à m’attraper jusque-là. »

L'émotion qui me traverse en cet instant où mon sourire s'élargit encore un peu plus n'est ni plus ni moins que de la satisfaction. Ce qu'il vient de leur mettre en pleine face est terriblement bien envoyé, et très juste qui plus est. Alors je reste en stand by, prêt à intervenir néanmoins, mais ce « combat » n'est finalement pas le mien. Poings serrés, désormais à mon niveau, il les toise et les confronte sans reculer. Sans trop savoir pourquoi je ressens une certaine forme de fierté à l'égard de ce gamin. Je n'ai jamais vraiment fait attention à lui mais j'observe, je vois bien par sa posture qu'il n'est pas très à l'aise et le mot victime pourrait être tatoué sur ses épaules tendue mais aujourd'hui il a visiblement décidé de dire merde. Et moi j'ai décidé de le soutenir et l'encourager.

« On peut savoir ce que tu insinues le gosse ?
« Oui, que vous êtes faibles. »

Se battre dans un cimetière, personnellement, je ne suis pas pour. Totalement contre, en réalité. On respecte les morts, on n'use pas de violence en ces lieux, on ne sort pas d'arme et retient ses mots. Ces trois abrutis ne semblent pas le voir de cette façon et Ethan n'est pas en mesure de penser à autre chose que la peur qui lui tiraille sûrement les entrailles mais qu'il affronte néanmoins comme il affronte ses trois agresseurs. Je l'admets, j'ai levé les yeux au ciel. Ça m'emmerde vraiment d'en arriver à ça dans un lieu sacré. Pourtant, pas vraiment le choix, alors je sors les mains de mes poches et ne compte pas me laisser faire pour autant. Le premier est accueilli avec une droite qui le surprend, à l'en faire reculer et vaciller par dessus une tombe, le deuxième se prend une clé de bras non sans m'en avoir collé une juste avant. Le troisième, il est pour Ethan.

« Lâche moi connard ! »
« Arrête de bouger où j'te pète le bras. »

Murmure dans son oreille alors que je serre ma prise, m'écartant légèrement pour ne pas avoir l'autre dans le dos.

« Même si vous n'avez apparemment aucun respect pour les lieux, est ce que quelqu'un a quelque chose contre le fait de continuer cette petite sauterie à l'extérieur du cimetière ? J'suis pas certain que Monsieur Mason soit super ravi que t'aies bousillé son épitaphe. »

C'est bien à celui qui se relève que je m'adresse tout en renforçant encore une fois ma prise autour de celui que je tiens sans avoir aucune intention de le lâcher pour l'instant. J'ai toujours su me battre, on me l'a appris dès mon plus jeune âge et même si je détestais ça étant petit, même si j'étais un gosse chétif, j'ai plongé dedans sans me poser de question. Par instinct de survie. J'ai passé ces derniers mois à pratiquer le self-defense quasiment tous les jours, autant dire que j'ai de bonnes bases. Et surtout absolument pas peur de prendre des coups et de les encaisser. Pour autant, si j'avais les mains libres, je me masserai la mâchoire parce que cet enfoiré n'y a pas été de main morte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1100
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: All hail the underdogs ▬ Ethan   Mar 2 Jan 2018 - 13:16

Même si Ethan avait commencé à prendre des leçons de boxe auprès de Mateo, la violence n’était clairement pas son truc. Il ne pensait pas que régler un conflit par les poings était la meilleure solution et ne comprenait certainement pas pourquoi cela plaisait tant à certaines personnes de se taper dessus. Besoin de prouver quelque chose ? Sans doute. Les trois imbéciles en face d’eux semblaient avoir désespérément besoin de montrer qu’ils n’étaient pas faibles. Soit. Ethan aurait préféré passer son chemin, régler ça vite fait et ne pas se prendre la tête. Sauf qu’ils refusaient et que lui avait décidé d’arrêter d’être un paillasson. Non, il n’avait rien fait de mal et ne voyait pas pourquoi il devrait se laisser frapper sans rien dire. Pas cette fois. Pas encore. Il avait assez donné pour ça. Il s’était fait une promesse, il devait la tenir. Ethan devait montrer au monde mais surtout à lui-même qu’il avait décidément tourné une page de sa vie et qu’il était prêt pour autre chose. Prêt à grandir, à s’accepter dans son entièreté. Ça passait par les propos tenus à Charleen, ça passait par la paix avec lui-même et ça passait par la fin de cette lâcheté systématique.

Poings levés devant lui, il était prêt. La peur lui vrillait l’estomac, son cœur battait beaucoup trop vite et il sentait sa respiration s’accélérer de seconde en seconde. Pourtant, il faisait tout pour retenir les tremblements dans ses bras. Pourtant, il se refusait l’idée de fuir. Tout se passa en l’espace de quelques secondes et il vit un homme bondir vers lui. Il aperçut du coin de l’œil un type attaquer M. Cassidy et voler par-dessus une tombe. L’autre ? Il ne parvint pas à voir, son regard rivé vers l’homme qui était désormais tout proche. Il envoya d’abord son poing et, avec un réflexe sorti de nulle part, Ethan leva le bras et parât le premier coup. Il manquait cependant de rapidité et se prit un violent coup de poing dans l’estomac. L’adolescent recula alors de deux pas, le souffle court. Le type en face de lui semblait trouver cela très drôle, il riait. Ethan lui cherchait son souffle. Pourtant, il se rua sur lui. Ce rire, il résonnait dans sa tête encore plus fort que le coup qu’il venait de prendre.

Lâchant un cri de rage alors qu’il retrouvait son souffle, Ethan attaqua avec rage. Il enchaîna les coups aussi vite qu’il le pouvait. Si son adversaire était sans aucun doute plus habile que lui, il ne s’attendait visiblement pas à une telle hargne du gamin et ce dernier parvint à lui placer un coup dans le visage. Ethan sentit une douleur lui traverser les phalanges alors qu’un mince filet de sang coulait sur le visage de son opposant : il lui avait ouvert l’arcade.

A quelques pas l’un de l’autre, les deux adversaires se jaugeaient, le regard féroce. Ce fut la voix de M. Cassidy qui tira Ethan de cet affrontement visuel. Effectivement, le lieu n’était pas le plus approprié. Ethan balada alors ses yeux autour de lui et il vit le premier qu’il avait vu voler se relever, l’autre être tenu fermement par son professeur. Autant dire que ce dernier semblait plutôt très habile au copain. Celui qui restait, face à Ethan semblait hésiter, passant une main rageuse sur son visage pour essuyer le sang qui en coulait. Ce fut finalement celui qui s’était montré comme le chef, qui avait effectivement amoché une tombe qui se décida à rompre le lourd silence qui s’était installé.


« C’est bon, lâche-le, on se casse. »


Les paroles étaient directement adressées à M. Cassidy. Ethan ne relâcha cependant pas sa garde, fixant toujours avec colère le type en face de lui. Il avait oublié la douleur dans son tibia, la douleur dans son estomac et dans les jambes et les bras où il avait reçu plusieurs coups moindres. L’adrénaline battait à plein régime en lui et il n’abaissa ses poings qu’alors que son adversaire en faisait de même. Ce dernier recula non sans lui lancer un regard mauvais.


« Tu perds rien pour attendre le gosse. »


Les dents serrés, Ethan ne répondit rien. M. Cassidy sembla lâcher l’homme qu’il tenait et ce dernier se releva, se massant l’épaule mais restant silencieux malgré un regard toujours aussi agressif. Les trois voyous, firent quelques pas en reculant, sans quitter leurs adversaires du regard avant de se décider à se retourner et à filer. Ethan les observa partir. Ce ne fut que lorsqu’il les vit franchir les portes du cimetière qu’il lâcha un profond soupir, se rendant compte qu’il avait retenu son souffle jusque-là. Observant les dégâts causés par la bataille, il se décida à sortir sa baguette de sa poche.

« Normalement, je suis encore trop jeune pour utiliser la magie en dehors de l’école mais je crois pas que le ministère s’occupe encore de ce genre de choses… »

Ces paroles, Ethan les avait prononcées autant pour M.Cassidy que pour lui-même. Transgresser les règles, ce n’était pas vraiment son truc. Pour autant, il se sentait coupable et il aurait 17 ans dans un mois seulement, il n’y avait en plus personne aux alentours… Tenant fermement sa baguette, Ethan s’approcha du vase qu’il avait abîmé en chutant à son arrivée.


« Reparo. »


Les morceaux brisés s’agitèrent et vinrent finalement se replacer sur la tombe, réparés. Il s’approcha ensuite de la tombe abîmée par la chute du voyou et utilisa le même sort avant de ranger rapidement sa baguette dans sa poche, il se tourna alors vers son professeur.

« Merci. »

Il ne souriait pas, parce que ce n’était pas sincère mais son ton n’en demeurait pas moins sincère et plus joyeux qu’à l’accoutumé. Alors que l’adrénaline redescendait doucement, il commençait à sentir des douleurs lancinantes à différents endroits et il laissa filtrer une grimace.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8260
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo / Ismaelle / Riley



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: All hail the underdogs ▬ Ethan   Lun 8 Jan 2018 - 22:27

Y en avait bien un dans le lot qui se devait de prendre le rôle du vieux con moralisateur, je me suis sacrifié pour l'équipe. Plus sérieusement, je ne le montre pas mais ça me rend réellement nerveux et en colère de voir ce bordel dans un lieu qui se veut paisible, un lieu que l'on respecte. La dernière demeure des morts. Qu'on soit croyant ou pas n'y change rien.
Les choses s'immobilisent, ça se toise. L'un par terre, l'autre contre moi qui s'agite de temps en temps mais écrase un cri de douleur à chaque mouvement et fini par s'arrêter, le dernier, l'arcade éclatée, debout devant Ethan qui ne semble pas prêt de quitter cette espèce de transe dans laquelle la situation semble l'avoir projeté. Je ne juge pas, je constate.

Et l'instant de flottement éclate, l'immobilité et le silence se brisent.

« C’est bon, lâche-le, on se casse. »

Hésitation. De mon côté, du côté de celui qui se tient debout devant le gosse qui se décide finalement à reculer de quelques pas. Fairplay, méfiant néanmoins, je rends sa liberté à celui que je tenais.

« Tu perds rien pour attendre le gosse. »

Je jette un coup d'oeil à Ethan, jauge sa réaction pour réagir en conséquence. Je ne connais pas ce gamin, ou très peu, impossible pour moi donc de prévoir ses impulsions alors j'observe, le laisse maitre de la situation. C'est en quelque sorte son combat, pas le mien.
Les trois lascars tracent finalement leur route, je les regarde brièvement mais mon attention reste globalement focalisée sur le jeune Serdaigle qui reste silencieux. S'en suit un soupir, long et profond, puis c'est sa baguette que je le vois sortir de sa poche. Je ne vois pas vraiment ça d'un bon œil, ai le réflexe de regarder autour de nous pour vérifier que personne n'est là pour voir ça.

« Normalement, je suis encore trop jeune pour utiliser la magie en dehors de l’école mais je crois pas que le ministère s’occupe encore de ce genre de choses… »

Je n'ai pas vraiment l'impression qu'il s'adresse réellement à moi, c'est plutôt comme s'il se parlait à lui-même. Soit. Une main dans une poche, je me masse la mâchoire de l'autre en laissant échapper un grognement et claque mon palais de ma langue dans un réflexe d'agacement. Pas envers Ethan, envers la situation dans sa globalité.

« Reparo. »

Sciemment ou pas, je ne regarde pas vraiment ce qu'il fait. Je devine, pour autant, connaissant la plus part de leur formules ou sortilèges à présent, sans réellement le chercher ou le vouloir. C'est sans doute la meilleure chose à faire, la plus rapide disons, mais ça me fera toujours grimacer. D'autant plus quand il existe une possibilité pour qu'on le repère et que certaines autres personnes mal intentionnées débarquent ici comme il l'a implicitement formulé d'ailleurs.

« Merci. »

Juste un signe de tête et j'enchaine, pas la peine d'en faire une affaire.

« Ça va aller pour marcher ? »

Cette question n'est pas là pour le diminuer mais réellement pour tâter son état dans un but précis : Foutre le camp d'ici au plus vite. Et ce pour plusieurs raisons.

« Mieux vaut ne pas s'éterniser ici, viens. J'te paie un café ou c'que tu veux. »

C'est sincère, d'autant que je ne compte pas le laisser repartir comme ça. Pas après ce qu'il vient de se passer. Il s'est pris des sales coups, moi aussi, l'adrénaline va redescendre et ça risque de lui faire bizarre. Peut-être qu'il connait déjà ces sensations, j'en sais rien, mais ça ne change rien pour moi.

« On va prendre une autre sortie. »

Je ne tiens pas à retomber sur les trois autres abrutis, c'est complètement ça que je veux dire. Pour peu qu'ils aient été chercher du renfort. Pas que j'ai peur, j'ai simplement pas envie de ça. Ni pour moi ni pour Ethan. Alors je l'invite à me suivre d'un signe de tête et alors qu'on franchit les grilles du cimetière :

« T'as de bons réflexes. Et surtout une sacré rage dans le ventre. »

Je lui souris, d'un sourire tranquille et sincère avec totale absente de condescendance. Je ne compte pas lui demander ce qu'il s'est passé avec ces trois types, ça ne m'intéresse pas. Je ne dis pas que lui ne m'intéresse pas, simplement le pourquoi du comment. Qu'est ce que ça changerait que je sois au courant ? A mon sens rien du tout, je n'ai pas l'intention de le juger, l'incriminer ou le plaindre.

« Je ne sais pas si tu en es à ton coup d'essai mais tu risques d'avoir mal quand la tension va retomber. Enfin, on risque d'avoir mal. D'ailleurs en ce qui me concerne c'est déjà le cas. »

Et c'est dans un rire réellement amusé que je me masse à nouveau la mâchoire.

« T'as pas trouvé plus reposant pour démarrer les vacances ? »

Je moque, gentiment, je pense qu'il le devinera.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1100
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: All hail the underdogs ▬ Ethan   Sam 13 Jan 2018 - 11:22

Ethan avait hoché la tête en guise de réponse à M. Cassidy alors que celui-ci lui demandait s’il allait réussir à marcher. Son tibia était vraiment douloureux et il était certain qu’il aurait un joli hématome mais il pensait qu’il n’aurait pas de mal à mettre un pied devant l’autre. Sans doute était-ce lié au fait qu’il n’était encore qu’en cours de redescente et que le contre-coup, après un moment de pause, serait plus violent. Pour le moment en tout cas, après quelques pas d’essai, il trouvait que c’était supportable. Il allait sans doute grimacer au cours de sa route mais ça restait raisonnable. Son professeur ne semblait en tout cas pas avoir posé cette question au hasard puisqu’il l’invita à le suivre pour boire un café. Ethan était un peu surpris et sa timidité naturelle le poussait à vouloir dire non, craignant de se retrouver face à lui, de n’avoir rien à dire, d’être dans une situation de malaise… Pour autant, il n’était pas idiot et comprenait bien qu’il y avait d’autres enjeux derrière cette invitation. Cette impression lui fut d’ailleurs confirmé alors que M. Cassidy lui signifiait qu’ils allaient sortir par un autre endroit. Il semblait craindre un retour de flemme et si Ethan avait fait preuve de bravoure jusque-là, il n’avait pas non plus un stock infini de courage. Préférant donc le malaise à la raclée, il hocha la tête et emboîta le pas de son aîné.

Ils traversèrent le cimetière et en sortirent finalement. Ethan arrivait à marcher mais il se rendait bien compte qu’il ne se taperait pas un sprint tout de suite. En même temps, ce n’était pas comme s’il en avait une envie fulgurante, courir était loin d’être son activité favorite. M. Cassidy quant à lui revint sur ce qui s’était passé entre les tombes, évoquant les réflexes et la rage du plus jeune. Celui-ci haussa les épaules, tête basse, sans nul doute pour cacher le léger rouge qui s’était invité sur ses joues. Heureusement, M. Cassidy lui offrit une porte de sortie en lui expliquant que la douleur allait s’installer au fur et à mesure. Ethan releva alors la tête vers lui et ne chercha pas à dissimuler la grimace qui se dessinait sur son visage.

« Idem. J’ai l’impression qu’on est en train de me redonner des coups. »

Dans le feu de l’action, Ethan n’avait pas prêté attention à tous les coups reçus. Mais ses côtes se plaignaient de même que ses bras et ses cuisses. Les petits coups indirects ou qu’il avait paré commençaient à le faire souffrir. Ses parents allaient devenir fous s’ils voyaient les bleus, il allait devoir prendre garde à bien les dissimuler. M. Cassidy le tira cependant de ses pensées en lançant un trait d’humour. Ethan, comme à son habitude, ne put s’empêcher de rougir mais il concentra toutes ses forces pour ne pas fuir et se murer dans le silence.

« D’habitude, les aventures je les vis plutôt dans mes bouquins… »

Ethan releva alors finalement la tête vers son professeur, lui adressant ce qui ressemblait à un sourire maladroit. Oui, le gosse venait clairement d’essayer de faire un peu d’humour. Ça pouvait être surprenant, sans doute étaient-ce les restes d’adrénaline qui le poussaient à sortir des sentiers battus. Charleen serait sans doute très fière de lui. Enfin, peut-être pas tant que ça concernant l’épisode baston mais il lui raconterait tout de même. Il avait retrouvé sa meilleure amie et il se rendait compte qu’il était toujours impatient de lui raconter ce qui lui arrivait. Comme si les choses n’étaient pas terminées tant qu’elle n’en avait pas eu le résumé.

« Je ne suis vraiment pas du genre à me battre… Mais ces types voulaient me piquer mon téléphone et j’ai dit non. »

Dire non, s’affirmer, faire entendre sa voix par-dessus celle des autres, voilà ce qui était réellement au cœur de cette histoire. Le passage à la baston n’était au final qu’anecdotique d’autant qu’il fallait bien reconnaître que si M. Cassidy n’avait pas été dans le coin, l’issue aurait sans doute été différente pour Ethan. Il avait eu de la chance. C’était une bonne chose, cela lui permettait de faire un bilan positif et de se dire qu’au final, la prochaine fois, il pourrait retenter l’expérience, dire non, ne plus se laisser dévorer.

Ethan s’arrêta alors de marcher et se pencha en avant, relevant le bas de son pantalon pour observer son tibia. Ce dernier était devenu largement bleu et on pouvait même y voir une bosse. Il commençait à avoir sérieusement mal et chaque pas lui donnait l’impression de tirer un peu plus dessus. Entre ça et les autres douleurs, il n’était clairement pas contre une pause. Oui, il craignait toujours de se retrouver assis face à son professeur et de voir un silence lourd et gênant s’installer mais là clairement, il ne pouvait plus continuer à gambader dans les rues de Londres sans prendre le temps de respirer un coup.

« Je suis désolé mais je crois qu’il faut que je m’arrête un peu... »

Renouant avec ses vieilles habitudes, Ethan avait ressenti cette impression si familière d’embêter le monde, d’être un peu de trop et ses yeux avaient fixé le sol. Il avait beau faire de son mieux, il arrivait que ses vieilles angoisses soient plus fortes et tentent de reprendre le dessus sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8260
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo / Ismaelle / Riley



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: All hail the underdogs ▬ Ethan   Mar 23 Jan 2018 - 18:33

« D’habitude, les aventures je les vis plutôt dans mes bouquins… »

Il sourit, d’un sourire pas très assuré certes mais ça reste un sourire et je le lui rends, amusé par sa remarque, décrivant légèrement dans mon esprit les contours de la personne que j’ai à côté de moi. Par réflexe et en toute discrétion je continue de surveiller nos arrières mais m’arrange pour qu’il ne s’en rende pas compte.

« Je ne suis vraiment pas du genre à me battre… Mais ces types voulaient me piquer mon téléphone et j’ai dit non. »

Pas de commentaire. J’irai pas lui dire qu’il a bien fait de s’affirmer, ni même que ça n’avait rien de futé et qu’il aurait dû leur donner son putain de téléphone sans chercher plus loin pour éviter de se faire tabasser. Je vais juste me contenter de respecter son choix sans y porter le moindre jugement, parce qu’après tout, c’est à lui de voir.
Il n’y a pas besoin de creuser bien loin pour comprendre que ce gamin n’est pas une terreur des rues mais plutôt le genre qui rase les murs pour éviter qu’on ne le voit – et l’espace d’une seconde je revois la carcasse furtive et sauvage d’un jeune loup à une certaine époque. Parce que oui, je l’ai connu comme ça celui-là. Pour autant je ne m’avancerais pas à penser avoir cerné ce gosse qui baisse les yeux comme si j’étais … Je sais pas … Une figure d’autorité ou quelque chose dans le genre. J’observe, c’est tout, et ce que je vois c’est qu’au fur et à mesure qu’on avance son état ne s’arrange pas. Il faut le dire, ça été rapide effectivement mais pour autant pas moins violent et maintenant que l’adrénaline se fait la malle …

« Je suis désolé mais je crois qu’il faut que je m’arrête un peu... »

Il s’est arrêté, j’en ai fait autant et l’observe faire un rapide état des lieux de sa propre condition. Et quand je vois l’état de son tibia …

« Assis-toi. »

Ma main se pose doucement mais fermement sur son épaule et je le pousse à rejoindre un muret qui borde la route jusqu’à qu’il soit effectivement assis. Et je m’accroupis devant lui pour me mettre à sa hauteur sans pour autant emprunter une attitude paternaliste ou trop envahissante.

« T’as de l’aspirine sur toi ? Ça peut aider. »

J’ai bien autre chose à te proposer si c’est pas le cas mais … non, trop jeune. A son âge je fumais déjà depuis longtemps mais c’est pas une raison et j’ai des principes.

« C’est l’adrénaline qui t’a permis d’avancer jusque-là, maintenant t’accuse le coup. Les coups même. Pas de choc à la tête ? »

Juste au cas où, je me renseigne, ça serait con qu’il nous tape un trauma crânien qu’on n’est pas vu venir.

« Est-ce que t’as quelqu’un dans le coin, ou pas d’ailleurs, qui pourrait venir te chercher ? »

Pas que je compte le larguer là mais je pense qu’on sera tous d’accord pour dire qu’il serait mieux au calme, dans un environnement familier, à se reposer le temps que ça passe même s’il risque de douiller encore ces prochains jours. Ceci dit, la Magie a peut-être des ressources à ce niveau-là. Une potion, que sais-je.

« Autrement je peux te ramener chez moi, le temps que ça passe et que tu reprennes un peu de poil de la bête. »

Parce que quelque part je me doute, suppose, qu’il n’a peut-être pas envie d’inquiéter ses parents ou qui que ce soit dont il est proche. Au moins, il a des alternatives.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1100
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: All hail the underdogs ▬ Ethan   Mer 31 Jan 2018 - 12:31

Ethan ne chercha nullement à résister quand M. Cassidy posa sa main sur l’épaule pour joindre le geste à la parole lui intimant de s’asseoir. Il n’avait nullement envie de résister et en plus, il trouvait quelque chose de réconfortant dans cette action. Dans le fait qu’on le guide dans ce qu’il devait faire. Le jeune homme s’assit donc sur le muret, grimaçant alors que son aîné s’accroupissait en face de lui. Il lui demanda alors s’il avait de l’aspirine pour aider. Par réflexe Ethan tâta ses poches mais il savait bien qu’il n’y trouverait rien. Il vérifia tout de même dans son sac mais rien non plus. Il secoua alors négativement la tête. Tant pis, il attendrait d’être rentré chez lui pour prendre quelque chose. Même s’il n’osait pas imaginer la tête que ses parents allaient tirer si leur expliquait pourquoi il en avait besoin… Ils venaient à peine de renouer, le garçon n’avait nullement envie de leur attirer des angoisses supplémentaires et cette situation le gênait vraiment pourtant il n’était nullement certain de réussir à leur cacher. Mais avant de se projeter dans ce qui allait suivre, se concentrer sur l’instant présent était le plus important. M. Cassidy lui demanda alors s’il n’avait pas reçu un choc à la tête. Ethan prit quelques secondes pour réfléchir, histoire de ne rien rater, il savait très bien qu’un coup sur le crâne pouvait avoir de terribles conséquences et n’avait nullement envie de s’évanouir pour ne pas se réveiller. Ce serait tout de même terriblement stupide…

« Non… Non je crois pas. »

Grimaçant toujours, Ethan reprenait doucement son souffle enfin assis. Il évitait cependant soigneusement le regard de Cameron. Celui-ci n’avait rien fait de mal mais le jeune homme n’était toujours pas à l’aise avec la notion de proximité. Son professeur souleva alors un point complexe. Ethan releva la tête et se sentit soudainement terriblement perdu. Non il n’avait personne à contacter, enfin, il pourrait très bien joindre ses parents mais il était hors de question qu’il les affole. Charleen ? Non plus, il lui raconterait sa mésaventure sans nul doute mais il ne voulait pas qu’elle ait une fois de plus à porter les conséquences de ses actes. Pourtant, l’autre solution, évoquée par M. Cassidy, bien que sympathique le terrifiait. Se retrouver chez lui ? Il ne saurait pas quoi dire, il serait mal à l’aise… Matéo ? Il n’avait aucune idée d’où il était et n’arrivait plus à se souvenir de quand il lui avait dit être disponible. Sa tête était en train de se transformer en sac de nœuds.

« Euh… Je… Faut que je vois… »

Ethan avait alors sorti son téléphone de sa poche, de manière un peu trop brusque d’ailleurs. Il commença à regarder son répertoire, ses messages comme s’il cherchait quelque chose. Mais en réalité il connaissait la réponse. Il cherchait juste à gagner du temps, à dompter sa propre angoisse. Mais c’était peine perdue, plus il attendait et plus il se montait la tête, plus il se faisait une montagne de cette situation. Au bout d’un moment, le jeune homme finit par fermer les yeux et pousser un long et profond soupir.

« Non… J’ai personne à joindre, je veux pas affoler mes parents, je leur en ai assez fait baver comme ça. »

Ethan ouvrit alors les yeux et posa son regard sur son professeur en face de lui. Il ne cessait de se répéter qu’il était plus fort que sa timidité, que cette putain de peur du monde et des autres qui le paralysait sans cesse. Il devait faire un choix et ne pouvait pas se contenter de balbutier, de rougir et d’attendre que tout se fasse pour lui. Se crispant sur son téléphone, il enchaîna finalement.

« Je ne veux pas vous déranger mais… Je crois que je vais avoir besoin de venir avec vous le temps d’avoir assez de forces pour rentrer chez moi. »

La voix était encore légèrement tremblante mais Ethan avait fait de son mieux pour ne pas y laisser voir trop d’hésitation, trop de doute. C’était ridicule, il ne faisait que répondre positivement à une proposition qu’on venait de lui faire, ce n’était pas comme s’il s’invitait chez quelqu’un. Et de toute façon, il n’avait pas le choix. Ethan rangea alors son téléphone dans sa poche et prit une profonde inspiration avant de se relever doucement. Sa jambe était douloureuse et il sentait bien que ça n’allait pas aller en s’arrangeant.

« Où est-ce que vous avez appris à vous battre comme ça ? »

Maintenant qu’il avait fait son choix, Ethan n’avait pas pu retenir sa curiosité grandissante. Il aimait tant chercher à comprendre les gens autour de lui, inventer leur histoire que ce point l’intriguait tout particulièrement. Et étrangement, il avait retrouvé un peu d’assurance dans la voix même si cette question pouvait en soit être vue comme une intrusion.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8260
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo / Ismaelle / Riley



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: All hail the underdogs ▬ Ethan   Jeu 1 Fév 2018 - 13:52

J’ai l’impression que ce gosse est entrain de se liquéfier là devant moi, complètement perdu, comme s’il faisait face à un choix réellement difficile. Respire mon grand, ta vie n’est pas en jeu. Je ne juge pourtant pas, ce qu’il vient de vivre n’est pas évident et même s’il a affronté ça avec courage il n’y a rien d’étonnant au fait que tout retombe à présent et le laisse complètement paumé, désemparé, face à une figure qu’il l’air de considérer comme d’autorité. Je vois bien la panique dans son regard alors qu’il sort son téléphone d’un geste trop rapide pour être tranquille et ça en serait presque déstabilisant.

« Euh… Je… Faut que je vois… »

Je le laisse faire, ne dis rien, n’interrompt pas son manège alors qu’il est très clair pour moi : Il ne prête pas la moindre attention à ce qui défile sous ses yeux, incapable de se concentrer. Une part de moi à envie d’abréger ses souffrances, pas en le tuant non évidemment mais en interrompant la spirale dans laquelle il s’enfonce. L’autre décide de lui laisser un peu de temps, de silence et d’espace. Et il finit par se calmer de lui-même, laissant échapper un profond soupir qui semble sinon le soulager réellement, au moins lui permettre de presser sur pause.

« Non… J’ai personne à joindre, je veux pas affoler mes parents, je leur en ai assez fait baver comme ça. »

Il me regarde et je hoche la tête, sans expression particulière, m’attachant à garder un air neutre pour ne pas le mettre plus mal à l’aise qu’il ne l’est déjà. Il ne veut pas prévenir ses parents, ni personne, c’est son choix et je le respecte. Ce gosse n’est peut-être pas majeur mais il me semble suffisamment mature pour prendre ses propres décisions et ça n’est pas comme si être avec moi représentait un quelconque danger.

« Je ne veux pas vous déranger mais… Je crois que je vais avoir besoin de venir avec vous le temps d’avoir assez de forces pour rentrer chez moi. »
« Pas de problème. »

Qu’est ce qui a bien pu arriver à ce gamin pour qu’il soit aussi terrorisé ? Parce que c’est bien ça que j’ai cru percevoir dans son attitude depuis le début même si je n’ai pas la prétention de l’avoir cerné à 100%. C’est peut-être … simplement dans son tempérament.

« Par contre désolé mais va falloir marcher jusque là-bas. »

Pas de pitié, juste un ton neutre et factuel. Je ne l’aide pas non plus à se relever. Je doute qu’il me le demande s’il en a besoin mais je reste attentif, prêt à réagir au cas où sans empiéter sur son espace vital. Ni sur sa fierté, éventuellement.

« Où est-ce que vous avez appris à vous battre comme ça ? »
« J’te le dis si t’arrête avec tes « vous ». »

Sourire amusé de ma part. L’atmosphère se détend et on se met en route. Je constate qu’il s’ouvre un peu, engage la communication, loin de moi l’idée de l’ignorer.

« Et par pitié, plus de Monsieur Cassidy. »

Parce que sincèrement, je ne m’en suis toujours pas remis.

« Cameron. »

Traduction : Tu me dis tu et tu m’appelles par mon prénom. D’autant que je ne suis officiellement plus son prof. Il ne le sais peut-être pas mais en soi, ça ne change rien. Y a pas de Monsieur Cassidy qui tienne.

« C’est mon frère qui m’a appris à me battre quand j’étais gosse. Lui et un de mes meilleurs amis aussi. »

Là d’où je viens on n’avait pas trop le choix, fallait savoir se défendre. Sans trop savoir pourquoi, cette réflexion je la garde pour moi.

Le ton reste neutre, j’avance mains dans les poches d’un pas tranquille, me calant sur son rythme à lui tout en le précédent d’un pas seulement pour tracer le chemin. L’appartement n’est pas très loin, aucun des trois autres lascars n’y est aujourd’hui. En tout cas pas à cette heure-là. Je sais qu’ils ne m’en voudront pas d’avoir ramené Ethan avec moi-même si ça n’est pas vraiment chez moi contrairement à ce que j’ai laissé entendre au jeune homme.
Mes pensées s’égarent vers Carlos, je me demande comment il va, envahit par une sorte de nostalgie bien que j’accepte le fait d’avoir coupé les ponts. Ça ne veut pas dire qu’il ne me manque pas. Les autres aussi, certes, mais lui plus que les autres. Il était bien plus que mon meilleur ami, il était mon frère lui aussi.

Il nous fait environ un petit quart d’heure pour arriver jusqu’à bon port et j’ouvre la porte pour laisser Ethan entrer. Je vois bien qu’il n’est pas super à l’aise mais je crois qu’il a accepté son choix néanmoins.

« Vas-y entre. Installe-toi sur le canapé, j’vais te chercher une aspirine. »

Je l’abandonne dans l’entrée et file dans la cuisine, quand je le rejoins il n’est toujours pas assis, hésitant sans doute, mais un regard dans sa direction et un signe de tête qui ne laisse pas place à la discussion le font abdiquer.

« Tiens. »

Je lui tends donc le verre rempli d’eau et un cachet, retourne dans la cuisine pour en ramener un truc à manger cette fois. Il a clairement besoin de se retaper.

« Reste le temps que t’as besoin, c’est pas un problème. »

Je finis par m’assoir dans le fauteuil à côté et allume la télé sans trop réfléchir, lui laissant ainsi le choix de discuter ou non. Je ne serais pas étonné de le voir s’endormir d’ici cinq minutes. Je n'en suis pas à ce stade mais je l'admets, me poser me fait du bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1100
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: All hail the underdogs ▬ Ethan   Dim 4 Fév 2018 - 19:21

Autant dire que M. Cassidy avait nécessairement dû remarquer l’embarras d’Ethan. Passer à côté aurait réellement tenu de l’exploit. Pour autant, au grand soulagement du jeune homme, il ne le souligna pas, n’en fit pas état de cause et répondit à sa demande avec un naturel désarmant. C’était exactement ce qu’il fallait à Ethan. Il n’y avait rien de pire que ceux qui pointaient du doigt sa timidité, se joues rougies ou ce genre de choses… Les petites répliques, il les connaissait par cœur et si, en général, elles ne cachaient pas de mauvaise intention, le résultat était le même : le Serdaigle s’empêtrait encore plus dans sa gêne et il se renfrognait sur lui-même. La simplicité de son professeur l’avait donc rassuré, le poussant même à se lever et à engager lui-même la conversation sur un tout autre sujet. Une audace qui le surprenait presque lui-même mais il se l’était promis, il était temps pour lui de changer les choses.

Cependant, avant d’accepter de répondre à sa question, M. Cassidy semblait vouloir mettre un point au clair. Tout d’abord, il demanda à Ethan d’arrêter de le vouvoyer. Ce dernier le regarda surpris mais il hocha la tête. A vrai dire, il n’était pas sûr d’y arriver mais voulait bien essayer de faire un effort. Mais ce n’était pas la seule chose sur laquelle il allait devoir travailler ! Son aîné lui demandait en plus de renoncer à son appellation polie et de l’appeler par son prénom. Cette fois, Ethan rougit légèrement.

« Je vais essayer… Mais je ne promets rien. »

Une sorte de sourire gêné se dessina alors sur le visage du gamin. Le vouvoiement, les formules de politesse c’était aussi une mise à distance qui l’aidait à garder la contenance. Sentir la proximité était quelque chose de compliqué pour lui. Il avait l’impression d’être alors vulnérable, à la merci de ses interlocuteurs et ça éveillait en lui tous les signaux d’alerte. Pour autant, il fallait qu’il apprenne à faire des progrès là-dessus. M. Cassidy… Ou plutôt Cameron voulut en tout cas croire qu’il arriverait à suivre sa bonne résolution puisqu’il lui expliqua où il avait appris à se battre. En l’entendant dire, Ethan ne put s’empêcher de se demander à quoi aurait ressemblé sa vie s’il avait eu un grand-frère. Aurait-il été le même ? Certainement que non mais ce n’était pas pour autant qu’il serait forcément devenu un grand bagarreur. En tout cas, mille autres questions lui étaient venus en tête au sujet de son professeur alors qu’il s’imaginait déjà de multiples scenarii possibles sur son enfance et sa vie antérieure. Il se retint cependant de le harceler de question et se contenta de parler de choses simples sur le trajet alors que la douleur à son tibia le ramenait régulièrement à la réalité.

Les deux compères arrivèrent finalement au niveau de l’appartement et Ethan entra timidement. Cameron lui indiqua alors le salon, lui disant de s’installer sur le canapé pendant qu’il allait lui chercher une aspirine. A la fois impressionné et curieux, Ethan laissa son regard se promener dans la pièce. Clairement, ils étaient plusieurs à vivre dans cet appartement mais il n’aurait su dire qui. Emily peut-être ? Le lien qui unissait Cameron et l’autre jeune femme n’était un secret pour personne, pas même pour le timide Ethan. Son enquête fut cependant interrompue par Cameron qui était de retour dans le salon et lui intime à nouveau de s’asseoir sur le canapé. N’ayant pas le courage de résister et la souffrance étant toujours là, le jeune homme se laissa finalement tomber sur le canapé et attrapa sans ciller le cachet et le verre d’eau que lui tendait son aîné. Il but l’ensemble du verre d’une traite, se rendant compte qu’il avait en réalité très soif.

Ethan posa alors le verre au niveau de la table basse, n’osant pas en demander un autre. Cameron de son côté s’était installé dans un fauteuil et allumait la télé. Ethan le remercia intérieurement pour ce geste qui permettait d’éviter le silence. Assis, adossé au fond du canapé, Ethan fixa l’écran quelques instants. Il sentait tous ses muscles entrain de se détendre. La douleur venait avec mais aussi une forme de soulagement d’être enfin arrivé quelque part où il pouvait laisser son corps au repos.

« Il faudra que je vous… Que je te remercie pour tout ça. Je peux t’offrir un livre, il paraît que pour ça, je me débrouille bien. »

Ethan afficha alors un sourire. Encore timide mais un peu plus osé que précédemment. L’auto-dérision, c’était un domaine dans lequel il progressait assez vite. Il avait cependant gardé le regard rivé sur la télé alors qu’il parlait, comme si cela l’aidait à laisser les mots sortir. Mais alors qu’il observait l’écran, Ethan se rendait compte que ses yeux fatiguaient et avaient de plus en plus de mal à rester ouverts. Un peu gêné par l’idée de s’endormir sur le canapé de Cameron et d’abuser encore de son hospitalité, Ethan résistait du mieux qu’il pouvait mais plus les minutes s’écoulaient et plus ses yeux se fermaient longtemps. Sa tête commençait à balloter sur le côté et il ne comprenait plus bien ce qui se passait sur l’écran. Son corps réclamait fermement un repos bien mérité après toutes ces émotions.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8260
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo / Ismaelle / Riley



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: All hail the underdogs ▬ Ethan   Lun 12 Fév 2018 - 12:30

Je ne le regarde pas, ne l'observe pas, garde les yeux rivés sur l'écran de la télé sans réellement prêter attention au programme, zappant sans réfléchir jusqu'à m'arrêter sur une chaine qui n'a pas plus d'intérêt qu'une autre. Je n'ai jamais été un grand consommateur de ce genre de trucs, avant Poudlard je passais ma vie dehors peu importe le temps qu'il faisait ou simplement à faire autre chose. Si la télé me captive tellement aujourd'hui c'est simplement pour lâcher du lest au gamin, qu'il se sente libre de communiquer ou non. Et pas besoin de le regarder pour comprendre que lentement mais sûrement son corps est entrain de céder.

Puis le silence se brise, parce qu'il choisi de le faire.

« Il faudra que je vous… Que je te remercie pour tout ça. Je peux t’offrir un livre, il paraît que pour ça, je me débrouille bien. »

Je réponds à son sourire, le visage tourné vers lui cette fois. Une note d'auto-dérision mais pas seulement, voilà ce que j'ai le sentiment de percevoir dans son attitude et ses mots. La baston ça n'est pas son truc, en soit ça n'est pas une mauvaise chose d'ailleurs, mais pour les bouquins c'est autre chose si je comprends ce qu'il me dit. Est ce que sa proposition me surprend ? Je n'irai pas jusque là mais une chose est certaine, il ne me doit rien.

« J'suis pas un grand liseur, mais justement pourquoi pas. Avec plaisir. »

A vrai dire j'ignore si on se recroisera mais peu importe, je trouve l'idée plutôt sympa. Et bien vite l'écran de la télé devient à nouveau l'objet de notre attention à tous les deux. Je crois qu'aucun de nous ne le voit réellement, à vrai dire j'ai l'impression de me sentir doucement partir et quand je l'observe rapidement du coin de l'œil je constate que je ne suis pas le seul. Je vois bien qu'il lute, sans doute pour ne pas s'endormir par instinct, mais son corps comme sa tête en ont sûrement besoin.
Dans des mouvements lents, accompagnés d'une légère grimace quand je me lève et que mes muscles me tirent, je retourne dans la cuisine en silence pour en revenir avec une bouteille d'eau et un deuxième verre pour moi. Une fois le tout sur la table basse je me serre, le serre, bois et retrouve ma position confortable dans le fauteuil, les deux mains posées sur les accoudoirs.

« Le canapé est très confortable, tu verras. »

Traduction : T'es en sécurité ici, tu peux lâcher prise.

Je ne le regarde pas alors que les mots sortent de ma bouche et lui sont bien évidemment adressé. Peut-être qu'il a simplement besoin de ça, d'une « autorisation formelle » ou simplement quelque chose pour le rassurer. Je conçois que ça doit être étrange pour lui de se retrouver sur le canapé d'un type qu'il ne connait à peine et considère comme un de ses profs de surcroît. En ce qui me concerne je me laisse doucement glisser dans une certaine forme de torpeur apaisante qui ne sera sans doute pas brisée avant que l'un des autres habitants de cet appartement n'en franchisse la porte ou qu'Ethan décide qu'il est temps pour lui de partir.

▬ FINI POUR MOI ▬
Enfin je pense ! Sourire normal
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: All hail the underdogs ▬ Ethan   

Revenir en haut Aller en bas
 
All hail the underdogs ▬ Ethan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hail Mary Pass !
» La parabole des ténèbres - partie 3 [Ethan]
» Ethan Fever - La folie est un art {OK}
» Mélodies du soir, alchimie des passions [Ethan]
» Ethan Hudson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Londres :: Nord de Londres :: ─ Cimetière de Highgate.-
Sauter vers: