AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Into the fire - Aiyanna & Caitlyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 787
Date d'inscription : 18/05/2014
Crédits : Nalex
Double Compte : Kezabel, Charleen, Mateo, William, Ora, Leiv, Dimitri & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2742-james-l-holt-o-you-can-run-but
MessageSujet: Into the fire - Aiyanna & Caitlyn   Lun 20 Nov 2017 - 19:50

Into the fire
EXORDIUM.
Début Juillet

- Enceinte ?
- Oui. Nous le savons depuis Mai.

James scrute Lou qui lui tourne dos, face à ce feu de cheminée qu’elle a décidée d’allumer plus par nervosité que par réel besoin. Ses mains glissées dans ses poches, il ne bouge pas d’un iota, sachant parfaitement que même un geste millimétré pourrait déclencher cette tempête qu’elle conserve au creux d’elle. Il connait Lou depuis des années, ils ont grandi et fait leur formation ensemble, ils se connaissent désormais par cœur ; Comme une obligation, pour savoir s’harmoniser en mission avec un seul et unique coup d’œil. Lou et James ont fait des ravages, faisant partie de l’élite des traceurs et des exterminateurs. Mais aujourd’hui, bien des chemins les séparent et l’un des obstacles porte le nom de Phaedre.

- Je suppose que tu l’épouseras ?
- Evidemment. Et à ce sujet, j’aimerais que tu sois l’un de mes témoins.
- Excuse-moi ? Elle se retourne brutalement, m’exposant son visage laiteux, furieux. « L’un »?
- Oui. Owen sera le second. Si il accepte.
- Non mais je rêve James ! Qu’es-tu devenu là-bas ? Leur foutu yorkshire ?

Il s’attendait à toutes ces réactions. Lou sait au fond d’elle que tout ça n’est qu’une question de stratégie mais il n’est pas nouveau de la voir réagir par excès, par jalousie. Elle déteste Phaedre, déteste toutes personnes qui pourraient l’approcher et s’enticher de lui, de toutes les manières qu’elles soient.
James pousse un soupire tranquille et s’approche de son amie d’enfance avec qui il a partagé bien plus qu’une amitié pendant tant d’années. Ils étaient destinés à se marier, fonder une famille, jusqu’à ce que Lou fasse preuve d’instabilité et que la famille Walker se rétracte sur leur choix, ne voulant pas que leur seul et unique fils s’unisse avec une folle furieuse. Et malgré tout l’amour que lui porte James, seule Phaedre occupe son cœur pourtant si sec.

- Ne me touche pas.
- Arrête de faire l’enfant. Viens là.

Il glisse ses mains sur ses avant-bras et l’attire contre lui pour une étreinte. James n’aime pas la contrarier, ni la blesser, il est bien des rares avec le frère de Lou à réussir à contenir cette tempête qu’elle peut devenir. Holt la garde dans ses bras, tendrement, jusqu’à ce qu’il sente les lèvres de cette dernière glisser dans son cou, embrassant chaudement sa peau. James ne niera pas ressentir un frisson d’envie, d’excitation. C’est Lou et elle a toujours su avoir un minimum d’emprise et de pouvoir sur lui. Il pourrait céder, lui offrir juste une dernière fois ces étreintes qu’il sait sulfureuse à ses côtés mais le visage de Phaedre et la naissance de leur futur enfant s’imposent et le ramène à sa réalité. Il l’écarte doucement quoi qu’un poil fermement.

- Non Lou. C’est terminé.

Lou le jauge, furieuse et quitte le grand salon familial d’un pas déterminé, claquant violemment la porte derrière elle. La rage qu’il lit dans le fond de son regard n’est que l’image de la destruction dont elle est capable. Et si à l’époque, il en aurait souri, voir ri, cette fois il ressent une pointe de crainte. Tous ceux qui connaissent un minimum cette femme savent qu’elle peut être mère de d’Apocalypse.

¥

Mercredi 22 Juillet - Fin d'après-midi

- Des recrues ?
- Quelques-unes.
- Noms ?
- Je préfèrerais taire leurs identités tant qu’ils n’ont pas fait leurs preuves mais j’ai bon espoir à ce qu’ils rallient notre cause et qu’ils soient d’excellents éléments.

L’homme devant lui acquiesce en guise de réponse, presque plus petit que James mais qui en impose bien plus que lui. Regard gris glaciale, crâne dégarni, le visage fermé, Seth Hamilton est l’un des chefs de James, celui qui le guide, lui donne certains ordres.

- J’ai lu ton rapport, tu n’as pas chômé là-bas. Félicitations.
- Merci Sir.

Il incline légèrement la tête devant son chef et se redresse pour lui refaire face.

- Je te ferais parvenir une nouvelle liste d’ici peu. En attendant, profite de ta future femme et de quelques jours de congés.

James acquiesce en guise de remerciement, échange quelques derniers mots avec Hamilton et se glisse hors de la demeure protégée de sortilèges et dissimulés à la vue de tous. Il réajuste son costume, toujours impeccable sur lui et ce n’est que suffisamment loin de son lieu de rendez-vous qu’il transplane pour rejoindre un lieu bien précis. Un autre rendez-vous d’ailleurs, mais d’une autre importance. Nous sommes en fin d’après-midi, le temps est bien plus que clément, leur offrant une température chaude sans être étouffante. James marche quelques pas dans une arrière-cours d’un vieux manoir abandonné. Les moldus n’y verront qu’un tas de débris irrécupérable, ne leur inspirant aucune envie d’y venir s’aventurer. Les sorciers eux feront face à une vieille bâtisse avec un panneau « déjà vendu » pour ne pas attirer plus de curieux. Sauf qu’il ne l’est pas et ne le sera jamais.
James pénètre dans ces lieux qu’il lui rappelle quelques souvenirs pour le moins agréable. Ici c’est achevé une traque qui lui a donné du fil à retorde puisque sa cible était dotée d’une intelligence rare. Lisbeth McConnery, rebelle de son temps, y avait subi plusieurs tortures psychologiques puis physiques avant de cracher le morceau. Une véritable dure à cuire.
Ses doigts effleurent la porcelaine abandonnée, faisant disparaitre la poussière entre ses doigts. Il jette un œil à sa montre, constate qu’il a un peu d’avance avant qu’Ayanna n’arrive. James prend alors le temps de revisiter les lieux, se souvenir des moindres images qu’il conserve précieusement au creux de sa tête. Les cris étouffer sous la douleur, sous l’envie furieuse de ne rien laisser échapper pour ne pas ployer devant lui. Le bruit de la chair que l’on brûle, des membres que l’on martyrise et l’esprit qui se fracture. Cette époque-là lui manque, bien qu’elle ne soit pas si lointaine. Peut-être profitera t-il de ces vacances d’été pour reprendre un peu du service.
Il se fait tirer de ses pensées par une porte que l’on ouvre et c’est baguette en main qu’il s’approche prudemment dans le couloir opposé pour vérifier la présence qui se présente en ces lieux. Aiyanna est là, pile à l’heure, certainement étonnée d’avoir été convoquée par son mentor dans ce lieux si étrange et atypique.

- Toujours aussi ponctuelle.

Il se présente à la jeune femme, baguette rangée, bien droit dans son costume élégant. Et surtout, pour la première fois, il se montre à visage découvert même si elle ne le sait probablement pas.

- T’es-tu assurée que personne ne t’a suivi ?

Il lui a enseigné deux trois choses à Poudlard alors que la jeune femme s’était montrée, petit à petit, être une élève assidue et surtout extrêmement talentueuse. Suffisamment pour retenir l’attention de James et de vouloir faire d’elle sa petite protégée.
James attend sa réponse et l’invite à le suivre dans le grand salon poussiéreux, suffisamment éclairé par les raies de soleil passant entre les planches brisées des fenêtres. D’un geste de la tête, il lui fait signe de s’asseoir dans un fauteuil préalablement dépoussiérer et s’assied à son tour en approchant un siège, juste en face d’elle, suffisamment proche pour n’avoir qu’à murmurer.

- Comment se déroulent tes vacances ? As-tu quelque chose de notable à me faire part ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 543
Date d'inscription : 17/03/2016
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily, Julian, Caem, Ethan, Zachary



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3578-aiyana-hopkins-liens
MessageSujet: Re: Into the fire - Aiyanna & Caitlyn   Ven 24 Nov 2017 - 16:32

~ 7 juillet – Boracay, Philippines ~

« Allez ma chérie, souris un peu, c’est ton anniversaire ! Faut vraiment que tu te décoinces !

- Maman… »

Assise sur un transat, Aiyana poussa un long soupir et leva les yeux au ciel alors que sa mère elle, semblait trouver la situation très amusante. Lani était allongée elle, un cocktail à la main, elle semblait profiter pleinement du soleil et du bruit de l’océan. Elle semblait aussi adorer sentir le regard des hommes sur elle ce qui avait le don d’agacer Aiyana. La jeune femme de son côté avait certes enfilé un maillot de bain mais ne cherchait nullement à se pavaner et surtout, elle se contentait d’un jus de fruit. Lani avait tenu à emmener sa fille aux Philippines pour ses 20 ans, pour qu’elle profite de la plage et de la fête. Sa fille semblait cependant être beaucoup moins coopérative qu’elle n’aurait imaginé. Aiyana sortit alors de son sac un livre et décida finalement de s’allonger pour bouquiner. Sa mère lui jeta un regard sous ses lunettes de soleil avant de pousser un long soupir. Elle ne comprendrait jamais sa fille et son besoin compulsif de travailler même lorsqu’elle était en vacances. Pour autant, elle n’en restait pas moins fière d’elle. Elle espérait juste réussir à la dévergonder un peu et à lui montrer qu’elle pouvait aussi profiter de la vie.

« Tu as eu des nouvelles de Lula ? »

Aiyana leva alors les yeux de son livre pour regarder l’océan qui se trouvait devant elle. Oui, elle avait eu quelques nouvelles de son amie mais leurs échanges avaient été au final assez brefs. Rapidement, Aiyana avait compris que Lula ne pouvait pas la comprendre. Elle aurait aimé lui parler de ce qu’il s’était passé dernièrement pour elle à Poudlard, de son mystérieux mentor mais non seulement elle ne pouvait pas au risque de compromettre sa mission mais surtout… Surtout elle avait senti que son amie n’était pas sur la même longueur d’ondes et que le décalage serait sans doute difficile à combler. Cela lui avait fait de la peine certes mais la jeune femme avait désormais des objectifs et elle était prête à de nombreux sacrifices pour y arriver.

« Oui, quelques-unes. »

Lani haussa alors un sourcil mais s’abstint de faire un commentaire. Elle connaissait sa fille et savait que cette réponse succincte n’appelait aucun commentaire ni aucune relance. Elle respectait ça mais en tant que mère, elle se devait de lui donner quelques conseils. Lani se redressa alors pour mieux voir sa fille. Aiyana sentit le coup venir et s’assit en face d’elle. Elle se retint de lever les yeux au ciel quand elle lui attrapa les mains pour lui parler d’un air solennel.

« C’est formidable que tu te concentres autant sur tes études et ton avenir ma chérie mais tu n’as que vingt ans et à cet âge-là, les amis sont essentiels. Il ne faut pas que tu te coupes du monde…

- Ne t’en fais pas pour moi. »

Sa mère non plus ne pouvait pas comprendre. Aiyana se leva alors de son transat et prit la direction de l’eau. Une baignade lui ferait du bien et lui permettrait aussi surtout de faire comprendre à sa mère que ce n’était pas la peine d’insister.

~ 22 juillet ~

Londres. Après être rentré aux Etats-Unis pour passer du temps avec son père, Aiyana avait effectué un nouveau voyage. Mais celui-ci avec un objectif bien précis qui lui redonnait le moral. Aiyana n’en pouvait plus de tourner en rond, de perdre du temps avec les vacances. Elle ne cessait de penser à sa mission, à ce que son mentor lui avait appris et à ce qu’elle pourrait faire par la suite. Elle s’était entraînée assidûment et discrètement. Quand il lui avait demandé de le retrouver à Londres, elle avait senti une montée d’adrénaline. Enfin il allait se passer quelque chose, enfin ça allait progresser.
Il ne lui fallut pas beaucoup de temps pour se repérer. Ce n’était pas la première fois qu’elle venait et surtout, elle avait pris toutes les précautions nécessaires pour arriver en temps et en heure à son rendez-vous. Très vite, la jeune femme se trouva devant la vieille maison. Déjà vendue… Intéressant. Aiyana attendit d’avoir poussé la porte d’entrée et d’être à l’abri des regards pour sortir sa baguette de sa poche. La tenant fermement dans sa main droite elle commença à avancer dans le couloir assez sombre. Un homme apparut alors devant elle. James Holt, gardien à Poudlard. C’était la première fois que son mentor s’affichait sous ce visage et il était difficile pour Aiyana de savoir s’il était le sien ou s’il s’agissait d’un déguisement de plus. Mais ça, elle avait du temps pour le découvrir, ce n’était au final pas du tout la priorité.

« Ponctuelle et prudente. J’ai bien évidemment fait en sorte de transplaner dans un endroit éloigné et d’avoir un itinéraire en apparence anarchique. »

Brouiller les pistes. Aiyana était arrivée en avance dans la ville, faisant croire qu’elle se promenait, qu’elle n’avait pas de but précis. En plus de cela, elle avait bien sûr vérifié régulièrement qu’elle ne voyait pas les mêmes visages. Personne ne l’avait suivie, elle en était certaine. Elle suivit alors son mentor, ne pouvant s’empêcher d’observer sa tenue ainsi que les lieux alentours. Il régnait ici une ambiance étrange qui contrastait avec son élégance. La jeune femme s’assit sur le fauteuil qu’il lui indiquait. Elle posa sa baguette juste à côté d’elle sur le fauteuil, toujours aux aguets. James Holt, enfin, l’homme qui était sous ses traits s’assit à son tour et approcha son siège jusqu’à être très proche d’elle. Aiyana ne savait trop ce qu’elle ressentait face à cette proximité mais décida de ne pas s’y attarder, se concentrant sur la question qui venait de lui être posée.

« Rien de notable non, je peux simplement vous affirmer que j’ai poursuivi mon entraînement avec assiduité. »

Aiyana était sérieuse et il était hors de question qu’elle déçoive son mentor. Elle avait donc poursuivi son entraînement, continué aussi à se renseigner sur quelques personnalités ennemies des Supérieurs. Bref, elle avait fait exactement ce qu’on lui avait demandé mais elle ne jugeait pas qu’il y ait quoi que ce soit dans tout cela de particulièrement notable. Quelque chose lui disait cependant que l’événement de ses vacances allait peut-être avoir lieu dans les minutes à venir.

« Je suppose cependant que la monotonie de mes vacances va prendre fin aujourd’hui. »

Aiyana respectait son mentor mais cela ne l’empêchait pas de garder son attitude audacieuse et fière. Elle n’avait pas envie de perdre trop de temps avec des petits chichis et avait hâte d’entrer dans le vif du sujet.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 787
Date d'inscription : 18/05/2014
Crédits : Nalex
Double Compte : Kezabel, Charleen, Mateo, William, Ora, Leiv, Dimitri & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2742-james-l-holt-o-you-can-run-but
MessageSujet: Re: Into the fire - Aiyanna & Caitlyn   Mar 5 Déc 2017 - 22:57

Into the fire
EXORDIUM.
Ponctuelle, prudente et intelligente. Plus le temps passe, plus James se dit qu’il a misé sur la bonne personne, sur le bon élève. Aiyana sait ce qu’elle veut et comment elle souhaite l’obtenir mais en plus de ça, elle sait user de multipples stratagèmes pour atteindre son but. Elle sait renouvelée, être originale et l’espace d’une seconde il se dit qu’un jour il pourrait bien l’emmener lors d’une traque avec lui. Pas tout de suite, certes, elle n’est pas prête mais bientôt il l’espère, afin de lui faire découvrir la joie intense et satisfaisante que l’on ressent une fois que nous avons capturé l’une de ses victimes et que nous avons enfin l’occasion de la piéger et de l’achever dans les règles de l’art. Parce que James tout comme Lou ne sont pas de simples Supérieurs, ils sont la crème des crèmes, de ceux à qui nous faisons appels pour effacer les traces, pour supprimer de la surface de cette planète les plus dérangeants et tout cela proprement, sans trace, sans indice. De véritable fantôme qui laisse planer derrière eux un nuage d’angoisse profonde, celle qui vous colle au train pour de multiples nuits de cauchemars.
Mais pour l’instant, il se concentre sur Aiyana assise face à lui, proximité réduite. Tentative d’intimidation, de la mettre mal à l’aise peut-être, il constate malgré tout que la jeune femme reste maitresse d’elle.

- Rien de notable non, je peux simplement vous affirmer que j’ai poursuivi mon entraînement avec assiduité.
- Je n’en attendais pas moins de toi.

Ceci dit, elle avait plutôt tout intérêt à suivre son entrainement si elle ne voulait pas que James lui tombe sur le poil et lui fasse passer un sale quart d’heure et pour ça, il n’hésiterait pas à user des méthodes de son père qui a été d’une terrible efficacité sur lui.
La jeune sorcière affiche un air sérieux tandis que James reste de son côté, impassible, froid.

-  Je suppose cependant que la monotonie de mes vacances va prendre fin aujourd’hui.

Cette fois il ne peut s’empêcher de lâcher un rire bref suivit d’un sourire.

- Te voilà bien impatiente.

Il peut détecter au fond de ses prunelles sombres l’image d’un espoir furtif qu’elle puisse visiblement agir durant ses vacances, se voir attribuer quelque chose qui la tirerait de l’ennui mortel qu’elle vivait. James se redresse et vient cette fois s’assoir au fond de son propre siège sans jamais la quitter du regard, sourire effacer.

- Il va être temps pour toi de me montrer à quel point tu as été aussi assidue que tu prétends l’être.

Ca fait déjà plusieurs jours qu’il a cette idée en tête et l’expression qu’il affiche n’a plus rien d’un sourire, ni d’une jovialité tranquille. Bien au contraire. Froideur implacable, presque sévère. Aujourd’hui c’est un peu son jour à elle, le moment de lui prouver qu’elle n’a pas chômée et qu’elle ne s’est pas foutue de sa gueule lorsqu’elle lui a dit avec fierté qu’elle a suivi cet entrainement avec assiduité.

- On va voir si tu as autant de cran que tu ne le laissais croire au château.

James se redresse et sort une photo prise il y a quelques jours d’une jeune femme qu’il connait bien et qui ne sera certainement pas non plus inconnue aux yeux d’Aiyana.

- Que sais-tu de cette personne ?

Première étape, établir le profil de la victime puisque oui, Caitlyn Louise Twain, est celle qui servira à Aiyana de faire ses preuves sur bien des points.
De nouveau, il se rassoit au fond de son siège et patiente, ses yeux clairs braqués sur le visage de la jeune femme, scrutant les moindres de ses réactions.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 543
Date d'inscription : 17/03/2016
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily, Julian, Caem, Ethan, Zachary



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3578-aiyana-hopkins-liens
MessageSujet: Re: Into the fire - Aiyanna & Caitlyn   Sam 9 Déc 2017 - 10:10

Aiyana ne pouvait nier la bouffée de fierté qui l’avait envahie alors que son mentor disait qu’il n’en attendait pas moins d’elle. Il avait mis de l’espoir en elle, il croyait en ses capacités et si elle ne savait toujours pas exactement quelle était sa véritable identité, une chose était sûre : c’était un sorcier puissant et rien que ça suffisait à attiser sa fierté, son envie de lui prouver qu’elle était même capable de plus. A aucun moment elle ne cherchait à éteindre cette voix en elle. Elle n’avait pas honte de tenir la tête bien haut, de regarder le monde avec fierté, bien au contraire. Pour autant, Aiyana savait très bien qu’elle ne devait pas se reposer sur ses acquis et que la satisfaction de son mentor, elle allait devoir la mériter jour après jour, épreuve après épreuve. Elle était prête pour ça. Le petit passage avec sa mère aux Philippines le lui avait bien montré : elle s’ennuyait, elle rongeait son frein. Elle avait besoin de passer à l’action, d’entrer dans le vif du sujet et de mettre un terme à cette mascarade. Alors oui, la jeune sorcière avait laissé filtrer son empressement dans ses paroles ce qui avait provoqué un rire bref chez son mentor. Elle ne le prit pas mal, restant impassible, le fixant intensément. Il déclara alors qu’elle était impatiente et cette fois, instinctivement, la jeune femme releva légèrement le menton. De multiples paroles lui brûlaient les lèvres mais elle resta silencieuse. Aiyana savait que ce n’était pas le moment d’agir comme une effrontée, qu’elle n’était pas. La jeune femme était réfléchie et ne ferait pas d’erreur aussi grossière.

Son mentor se redressa alors, augmentant la distance qu’il y avait entre eux. La jeune femme sentit alors ses muscles se détendre légèrement. Elle n’avait même pas remarqué la tension qui existait auparavant, elle n’aurait su en expliquer la nature. Mais ça n’avait pas d’importance, son attention n’était pas portée sur elle-même mais sur son mentor. Il lâcha enfin les mots qu’elle attendait d’entendre depuis des semaines : l’heure de faire ses preuves était arrivée. Aiyana laissa échapper alors un mince sourire. Un simple décollement du coin droit de ses lèvres. Elle était impatiente et avait un peu de mal à le cacher. Son mentor lui est devenu froid, impassible et elle comprend tout à fait la démarche. Alors au lieu de se précipiter, de poser de multiples questions, une fois de plus, la jeune sorcière reste parfaitement silencieuse. Elle le regarde, soutenant son regard sans ciller. Il la provoque, voir si elle avait autant de cran qu’elle le prétendait ? Aiyana se sentait honnêtement insultée par de telles paroles mais elle n’allait pas lâcher si facilement, ne pas être une stupide adolescente et réagir vivement. Non, elle allait lui prouver à son propre jeu qu’il avait misé sur le bon cheval jusqu’à retrouver la pointe de fierté dans son regard.

Aiyana attrapa alors la photographie que son mentor lui tendait. Il ne lui fallut que quelques secondes pour reconnaître la personne dessus. Il lui demanda ce qu’elle savait d’elle. La jeune femme prit juste quelques instants pour observer ce visage. Non pas pour réunir des informations perdues dans son esprit. Non, pour bien enregistrer ces traits. Il était presque sûr désormais que cette fille serait sa première victime, son épreuve. Elle voulait bien enregistrer ce visage dans son esprit.

« Caitlyn Louise Twain, élève de huitième année à Serdaigle. Elle faisait partie du groupe de musique qui a donné ce fameux concert. »

Aiyana n’était pas à Poudlard à cette époque là et à des milliers d’années d’imaginer ce qui s’y passait. Mais après sa première rencontre avec son mentor, elle n’avait pas chômé et s’était renseignée sur ce qu’il s’était passé y avait, sur qui avait causé des ennuis aux Supérieurs, pas difficile de le savoir puisque certains s’en vantaient presque désormais, se sentant en sécurité… Pensant qu’ils n’étaient plus parmi eux. Pathétiques.

« Ses parents étaient d’ascendance moldue et ont été éliminés. Mais elle ne semble pas avoir bien enregistré le message et fréquente d’ailleurs les moldus qui sont encore dans l’établissement. »

Aiyana avait, sans s’en rendre compte, gardé les yeux rivés sur la photo en même temps qu’elle parlait. Elle releva alors finalement la tête vers son mentor. Cette fille était typiquement dans la liste des troubles fête à qui il fallait donner une bonne leçon. La Serpentarde sentait son rythme cardiaque s’accélérait. Elle n’avait pas peur, elle refusait d’avoir peur. Mais oui, elle savait que ce qui allait se passer ici allait sceller sa nouvelle existence, après ça, elle ne pourrait plus jamais reculer. Mais il le fallait, il était temps. Elle était prête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 787
Date d'inscription : 18/05/2014
Crédits : Nalex
Double Compte : Kezabel, Charleen, Mateo, William, Ora, Leiv, Dimitri & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2742-james-l-holt-o-you-can-run-but
MessageSujet: Re: Into the fire - Aiyanna & Caitlyn   Lun 25 Déc 2017 - 23:56

Into the fire
EXORDIUM.
James patiente, l’observe alors qu’Aiyana contemple la photographie qu’il lui a tendu. Ce qu’il attend d’elle est très simple, finalement tout bête. Mais est-ce que ça le sera pour quelqu’un de son acabit, qui jusqu’ici, à toujours évolué dans un doux cocon de sécurité, de tranquillité et d’amour ? Cette fois, la jeune fille allait jouer sur un autre terrain pour un autre jeu. Le danger, la traque, la patience, la discrétion, tout sera au rendez-vous pour la mettre à l’épreuve. Et James veut être en première loge pour ça. La jeune femme a tout intérêt à ne pas se louper, auquel cas il se ferait un plaisir de lui faire comprendre ses erreurs de la façon la moins agréable possible.

- Caitlyn Louise Twain, élève de huitième année à Serdaigle. Elle faisait partie du groupe de musique qui a donné ce fameux concert.

Il continue de l’observer sans broncher. James peut au moins constater qu’elle connait cette femme, cette petite merde qu’il aurait certainement dû tuer dès qu’il en a eu l’occasion. Mais aujourd’hui, force est de constater qu’elle allait de nouveau lui être utile. Qui mieux que Twain pourrait servir de victime ? Elle n’a plus aucune famille, seulement quelques amis et un petit copain qui pourrait, avec un petit coup de main, très vite l’oublier. En somme, il ne serait vraiment pas compliqué de se débarrasser d’elle en usant des bons stratagèmes sur les bonnes personnes.
L’avantage de s’en prendre aux orphelins. Ils ne sont plus qu’un noyau libre et inutile de cette société, sans attache, sans aucune utilité.

-  Ses parents étaient d’ascendance moldue et ont été éliminés. Mais elle ne semble pas avoir bien enregistré le message et fréquente d’ailleurs les moldus qui sont encore dans l’établissement.

Aiyana semble plutôt bien renseigné et James en est satisfait, voir même ravi. Elle possède donc un coup d’avance, pourra gagner du temps dans ses recherches. Elle ne lui avait pas menti lorsqu’elle lui a dit qu’elle n’avait pas chômer depuis. Avait-il enfin trouvé la petite perle rare qui ferait honneur à son enseignement sans broncher ? Il a bon espoir que oui. Il est même persuadé que Lou apprécierait fortement cette gamine qu’elle se ferait un plaisir d’éduquer, de former.
Et ce qui le fait peut-être le plus sourire dans cette histoire, c’est qu’Aiyana semble sous-entendre que cette petite peste mériterait presque une correction histoire de lui faire comprendre une bonne fois pour toute que ses fréquentations ne sont pas les meilleurs et qu’elle risque d’en payer le prix le plus fort.

- Tu vas la traquer, la retrouver et lorsque se présentera le bon moment, je veux que tu l’amène ici-même.

Et ce qu’il se passera ensuite, il le sait déjà parfaitement. James est là pour la former, l’entrainer et lui inculquer deux trois trucs qu’il compte enfoncer dans sa petite tête brune quoi qu’il arrive. Ce moment est le SIEN, l’opportunité de faire ses preuves sur bien des tableaux. James pourra jauger sa capacité à se démerder mais aussi sa façon de réagir face à la possibilité de tuer un être humain puisqu’encore une fois, les paroles c’est une chose, les actions en sont une autre.
James se redresse un peu plus dans son siège, ses prunelles clairs toujours fixés sur Aiyana.

- Je vais t’assister pour la retrouver, t’enseigner deux trois choses. Après, à toi de te débrouiller. Pour le reste, nous en parlerons plus tard. Attendons de voir si tu réussiras la première étape.

Une simple provocation, un simple plaisir de la voir enrager ou fulminer derrière ses pupilles de braises.

- Ta mise à l’épreuve commence dès maintenant.

Sous-entendu qu’elle pouvait d’ors et déjà s’y mettre pour retrouver cette tête d’ange que James prendra plaisir à voir être détruit sous la fureur froide d’Aiyana.

- Des questions ?  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 543
Date d'inscription : 17/03/2016
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily, Julian, Caem, Ethan, Zachary



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3578-aiyana-hopkins-liens
MessageSujet: Re: Into the fire - Aiyanna & Caitlyn   Mar 9 Jan 2018 - 9:49

Aiyana sentait bien qu’ils arrivaient au cœur du sujet, que dans quelques instants, elle allait avoir sous les yeux les raisons de cette petite entrevue. Il ne s’agissait pas d’une simple discussion et si elle l’avait compris depuis le début, cela ne l’empêchait pas de ressentir mille émotions diverses au moment où l’instant fatidique se rapprochait. Mais alors qu’elle avait relevé les yeux vers son mentor, Aiyana se rendait compte qu’elle ressentait tout sauf de l’angoisse. Non, elle n’avait pas peur. Peut-être que cela la prendrait plus tard, peut-être qu’une fois la confrontation arrivée elle aurait peur. Mais là, elle avait juste hâte, envie de savoir, envie de pouvoir montrer ce dont elle était capable. La jeune femme n’en pouvait plus de s’enfermer dans le mensonge pour continuer à avancer. La vérité était là, sous ses yeux : les Supérieurs incarnaient tous ses espoirs, le monde pour lequel elle était prête à se battre. Son envie d’avenir. Son mentor lâcha alors enfin les mots qu’ils attendaient tous les deux. Traquer, enlever… Aiyana n’avait pu retenir un léger changement dans sa respiration à l’entente de ces mots même si son regard lui n’avait pas bougé, restant braqué sur l’homme en face d’elle. La jeune femme se contenta de hocher la tête pour signifier qu’elle avait compris. Son mentor reprit alors la parole, lui expliquant qu’il serait à ses côtés dans un premier temps. Cette idée faisait naître une sensation étrange chez Aiyana qu’elle était incapable d’analyser et de toute façon, elle se concentra surtout sur la seconde partie de ses propos. « Si » elle réussissait. Il en doutait donc ? Très bien. Elle allait lui prouver qu’il avait tord et devait même avoir honte d’avoir osé douter d’elle.

« Quand j’aurai réussi. »

Aiyana avait insisté sur le premier mot. Il ne s’agissait pas de savoir si elle allait réussir mais à quel moment elle aurait enfin accompli sa tâche, elle en était certaine. Mais cette affirmation de sa confiance n’entachait en rien sa concentration. Son mentor lui annonça alors que son premier test commençait dès à présent et lui demanda si elle avait des questions. Une multitude se bousculèrent dans sa tête mais il était hors de question qu’elle commence par montrer un esprit brouillon et désorganisé. Aiyana savait gérer ses émotions et elle devait le faire. Rester calme, mettre les choses dans l’autre et savoir demander des conseils sans pour autant montrer qu’elle était en difficulté.

« Pour la retrouver j’envisage plusieurs possibilités : utiliser le réseau du courrier mais j’ai cru comprendre que nombreux élèves utilisaient des systèmes moldus une fois sortis de l’école. »

Et cette idée dérangeait pas mal Aiyana. Elle avait elle-même un téléphone portable et il lui arrivait de l’utiliser pour des raisons très pratiques mais elle faisait au mieux pour rester fidèle aux hiboux et se rendait compte, en disant tout cela à voix haute, qu’elle aimerait le faire encore plus. Mais là n’était pas le sujet.

« Ou bien, ce que je pense être le plus avisé, surveiller les personnes qu’elle fréquente à Poudlard et dont la localisation n’est clairement pas un secret. Il est évident qu’elle va en retrouver certains dans des zones publiques pendant les vacances. »

En même temps qu’elle parlait, Aiyana mettait de l’ordre dans ses idées. Maintenant qu’elle avait posé ses deux principales idées à voix haute, la seconde lui semblait sincèrement être la plus effective d’autant qu’avec un peu de travestissement et d’habileté, elle était tout à fait capable d’agir dans la plus grande discrétion. Avant cependant d’aller plus loin dans son développement, Aiyana guettait les réactions de son mentor. Il avait dit qu’il serait là pour l’aider dans un premier temps. Loin d’elle l’idée de se montrer dépendante mais elle attendait de voir comment il souhaitait faire les choses, s’il voulait donner des conseils tout de suite ou la laisser élaborer quelque chose avant de lui dire si oui ou non c’était une bonne idée. Dans tous les cas, Aiyana comptait bien avoir un coup d’avance et était déjà en train de lister dans sa tête les personnes qui côtoyaient Caitlyn et qu’elle pourrait trouver facilement. Ils étaient plusieurs déjà à prendre forme dans sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 787
Date d'inscription : 18/05/2014
Crédits : Nalex
Double Compte : Kezabel, Charleen, Mateo, William, Ora, Leiv, Dimitri & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2742-james-l-holt-o-you-can-run-but
MessageSujet: Re: Into the fire - Aiyanna & Caitlyn   Mar 30 Jan 2018 - 13:08

Into the fire
EXORDIUM.
- Quand j’aurai réussi.

Une assurance qui n’a d’égale que son caractère. Ce genre de certitude lui plait, laisse entrevoir sa simple détermination d’arriver à ses fins, de réaliser cette première épreuve. Il se le répète mais cette jeune femme a un potentiel à ne pas gâcher et quand bien même son sang n’est pas aussi pur que nous l’aimerions, rien n’est perdu pour sa descendance qu’ils pourront améliorer de générations en générations.

-  Pour la retrouver j’envisage plusieurs possibilités : utiliser le réseau du courrier mais j’ai cru comprendre que nombreux élèves utilisaient des systèmes moldus une fois sortis de l’école.

Il l’écoute attentivement, tel un professeur face à son élève, acquiescent en douceur face à ses propos. James ne sait pas d’où leur vient cette fichue envie de se lier à la technologie même s’il a pu constater par lui-même que c’était d’une efficacité déconcertante mais incroyablement traitre. Traçables à souhait, James n’a pas encore trouvé la faille pour rendre toute cette communication discrète, fantomatique. Il préfère de loin son propre système de communication. Plus sûr, plus fiable.

-  Ou bien, ce que je pense être le plus avisé, surveiller les personnes qu’elle fréquente à Poudlard et dont la localisation n’est clairement pas un secret. Il est évident qu’elle va en retrouver certains dans des zones publiques pendant les vacances.

Logique et simple. La base d’une traque.
Il n’en attendait pas moins de la jeune femme, cela va s’en dire, même si ce cheminement de pensée était finalement la plus logique qu’elle puisse avoir.

- C’est un très bon début. Garde bien en tête que personne dans son entourage n’est négligeable. Amis/Ennemis, même les simples connaissances peuvent parfois apporter beaucoup.

Traquer une personne prend du temps mais aussi beaucoup de patience. James se souvient parfaitement de ses premières fois où les difficultés ont été immenses et nombreuses. Beaucoup de personnes à prendre en compte, beaucoup trop d’éléments, de lieux et ce n’est qu’avec l’apprentissage et le soutient de son père qu’il a pu au fur et à mesure aller au plus simple, quadriller spontanément les éléments qui en valaient la peine ou non.
Il pourrait sans problème donner quelques facilitées à Aiyana afin de lui simplifier la tâche mais là n’est pas le but. Si cette jeune femme doit faire une erreur alors elle la fera afin que cette dernière lui rentre une bonne fois pour toute dans le crâne et que jamais elle ne l’oublie. Le père de James avait une méthode bien à lui d’ancrer chez son fils les choses à ne pas refaire : Associer chaque faute à une douleur.

- Comment comptes-tu t’y prendre pour passer inaperçu auprès de chacun d’eux ? De chaque lieu ?

Elle se doit d’être un véritable fantôme, une brume impalpable qui se glisse autour des chevilles de ses victimes pour mieux les tirer vers le fond.

- Personne ne doit se souvenir de toi, de ta présence. Tu ne dois marquer aucun esprit.

Et pour cela elle a la possibilité d’utiliser un million de stratagème, de déguisement que ça soit par les vêtements, la couleur des cheveux ou même le polynectar… Un million de possibilités se présentes à elle.

- Il va également falloir penser aux ingrédients dont tu auras besoin. Je t’invite à faire une liste ce soir et que l’on se revoit pour que je t’indique comment te les procurer.

Parce que l’apprentissage passe aussi par ces « détails ». Savoir où se procurer certains ingrédients, objets importants et décisif selon les personnes visées. Les lieux à éviter et/ou à favoriser selon les besoins, les envies. Les personnes à cotoyer ou non. C’est tout un réseau discret qui soit ainsi se mettre en place et qu’Aiyana se construira au rythme de ses actions.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 543
Date d'inscription : 17/03/2016
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily, Julian, Caem, Ethan, Zachary



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3578-aiyana-hopkins-liens
MessageSujet: Re: Into the fire - Aiyanna & Caitlyn   Ven 2 Fév 2018 - 13:22

Entendre son mentor lui dire que son idée était un très bon départ apportait une certaine satisfaction à Aiyana. Elle savait que ce n’était qu’une question d’égo et qu’elle devrait sans doute apprendre à mettre ça de côté durant son apprentissage mais pour le moment, elle ne pouvait bouder son plaisir. Ce n’était pas pour autant qu’elle en perdait sa concentration. Un bon début oui mais il était certain qu’il avait encore bien des choses à lui apprendre et que l’énonciation de son plan avait dû faire résonner pas mal de choses. Il commença d’abord par lui rappeler qu’Aiyana ne devait en aucun cas négliger les personnes de l’entourage de Caitlyn, quelles qu’elles soient. Chacun pouvait avoir son importance. Cela pouvait paraître évident et pourtant la jeune femme avait conscience que le rappeler n’était pas anodin. On avait souvent tendance à se concentrer sur les liens forts, qu’ils soient haineux ou amicaux mais chaque petite relation pouvait être exploitée. La Serpentarde nota donc cela soigneusement dans un coin de sa tête, bien décidée à ne laisser passer aucun conseil.

Son mentor la poussa par la suite à aller jusqu’au bout de son plan et à n’en négliger aucun détail. Aiyana avait bien évidemment pensé à cette question-là : passer inaperçu. Ce serait un des enjeux principaux de sa mise à l’épreuve. Elle pouvait réussir à atteindre Caitlyn mais tout faire foirer parce qu’elle n’aurait pas su se montrer assez discrète, masquer ses traces correctement. Méticuleuse, elle l’était et comptait bien mettre ce côté de sa personnalité à profit. Elle refusait de louper une mission aussi importante sur des détails futiles. L’erreur n’était jamais envisageable à ses yeux.

« Je songeais au polynectar. Et pour brouiller encore plus les pistes, j’envisageais de prendre des cheveux appartenant à des personnes différentes pour être certaine que personne ne puisse constater la présence récurrente d’une personne, quelle que soit son apparence. »

Il aurait bien sûr été plus simple d’être métamorphomage mais cette compétence ne faisait par partie de l’arsenal d’Aiyana. Il en fallait cependant plus pour lui mettre le doute. Il n’en restait pas moins que le polynectar était une potion longue à préparer et qu’elle ne pouvait s’empêcher de se dire qu’il lui faudrait sans doute une autre option pour ne pas laisser traîner les choses. La jeune femme était donc en train de réfléchir à la question lorsque son mentor lui expliqua qu’elle pouvait dresser une liste des ingrédients dont elle aurait besoin afin de lui remettre le soir-même. Aiyana hocha la tête pour signifier qu’elle avait bien enregistré l’information, elle s’y mettrait aussitôt que cette entrevue tirerait à sa fin.

« Aurais-je un moyen de vous contacter au cours des semaines à venir où serez-vous le seul à pouvoir lier le contact ? »

Aiyana avait hésité à poser cette question mais elle avait mis de côté quelques instants sa fierté pour finalement lâcher ces quelques mots. Il fallait qu’elle sache, cela aurait sans doute une influence sur sa manière de procéder. Bien sûr, elle n’avait en aucun cas l’intention de contacter son mentor à la moindre hésitation ou sous n’importe quel prétexte, elle était bien trop indépendante et maline pour ça. Pour autant, l’idée de n’avoir aucune emprise sur cette partie là des événements créait quelque chose d’étrange en elle. Ce n’était pas non plus de l’angoisse mais une forme d’inconfort évident. Elle qui avait l’habitude de tout diriger d’une main de fer dans sa vie, n’était pas nécessairement à l’aise avec l’idée de remettre une partie de son destin et de ses choix dans les mains de quelqu’un d’autre. Elle savait pourtant qu’elle allait devoir en passer par là d’une manière ou d’une autre et serrer les dents le temps que ça passe.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 787
Date d'inscription : 18/05/2014
Crédits : Nalex
Double Compte : Kezabel, Charleen, Mateo, William, Ora, Leiv, Dimitri & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2742-james-l-holt-o-you-can-run-but
MessageSujet: Re: Into the fire - Aiyanna & Caitlyn   Lun 19 Fév 2018 - 11:21

One foot in front of the other
EXORDIUM.
- Je songeais au polynectar. Et pour brouiller encore plus les pistes, j’envisageais de prendre des cheveux appartenant à des personnes différentes pour être certaine que personne ne puisse constater la présence récurrente d’une personne, quelle que soit son apparence.

Solution la plus simple et la plus envisageable pour l’instant pour le niveau d’Aiyana. James ne doutait pas un seul instant que cette jeune fille était bourrée de capacités mais il préférait visualiser les choses une à une, ne rien précipiter. Voyons déjà comment elle se débrouille pour la traque, après, nous verrons le reste.
Concernant le polynectar, le sorcier avait déjà ce qu’il fallait. Il ne manquait plus qu’à rajouter les cheveux voulus et le tour était jouer. Toutes ces fois où il avait dû jouer d’autres rôles pour berner certaines élèves afin de partir en quête d’informations ne lui a donné d’autres choix que de prévoir une quantité suffisante de cette potion qu’il jugeait infâme au début. Le goût n’était plus si désagréable désormais, pas avec toute ces fois où il a dû en ingurgiter.

- Aurais-je un moyen de vous contacter au cours des semaines à venir où serez-vous le seul à pouvoir lier le contact ?

James ne bronche pas et se contente de la regarder, plantant ses iris claires dans ceux de la jeune femme.

- Donne-moi ton poignet. Le gauche.

Un ordre plus qu’une demande, qui ne souffre d’aucune résistance. Holt plonge la main dans la poche intérieure de sa veste, tirant de cette dernière un objet qu’il manipule précautionneusement.
Ou plutôt, un bijou.
L’homme attache le bracelet autour du poignet délicat d’Aiyana, la laissant ensuite contempler ce dernier. Fine chaine en argent, elle était parsemée de plusieurs perles noires de Polynésie qu’il s’était dégoté auprès de l’un de ses marchants favoris, en Nouvelle Zélande. Ce dernier était aussi gracieux que beau mais avait tout d’un bracelet banal.

- Es-tu à l’aise avec les sortilèges non formulés ? Il laisse planer un silence bref. Si ça n’est pas le cas, entraine-toi. Il te suffira de tenir l’une des perles entre le pouce et l’index et de prononcer « Adsum ». C’est du latin, « je suis ici ».

James se réinstalle au fond du fauteuil avant de poursuivre, sans lâcher Aiyana des yeux.

- Il me donnera ta position. Ne l’utilise qu’en cas d’extrême urgence ou si tu constates que tes investigations ne portent pas leurs fruits. La première fois ne sera peut-être pas la bonne et ce sont de nos erreurs que nous apprenons.

Il lui rappelle simplement que si la jeune femme se trouvait en position de néant, sans autre solution que de devoir faire appelle à son mentor pour pouvoir débloquer la situation, elle ne devrait pas hésiter. Il comptait bien évidemment sur elle pour se montrer raisonnable et de d’abord faire preuve d’un peu de persévérance et d’innovation avant de faire appel à lui.

- Le polynectar est une bonne idée pour débuter. J’ai ce qu’il faut en stock, je t’apprendrais la conception de cette potion une autre fois. Je te déposerais quelques fioles ici même demain, à 18 heures.

D’un geste de la main, il désigne le vase poussiéreux de la cheminée à leur droite.

- Tu devrais avoir de quo faire pour cinq changements. S’il t’en manque, dis le moi.

Il prend le temps d’être sûre qu’Aiyana ait bien tout assimilé.

- Tu as d’autres questions ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 543
Date d'inscription : 17/03/2016
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily, Julian, Caem, Ethan, Zachary



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3578-aiyana-hopkins-liens
MessageSujet: Re: Into the fire - Aiyanna & Caitlyn   Mer 21 Fév 2018 - 9:17

Lorsque son mentor lui demanda de tendre le poignet gauche, Aiyana le fit sans trop réfléchir, faisant confiance en cet homme, voulant aussi montrer qu’elle était dévouée et ne craignait pas de confier une partie d’elle à la cause. Pour autant, ce regard posé sur elle, il dégageait quelque chose qu’elle n’arrivait pas à analyser. Cela créait en elle une émotion qu’elle ne connaissait pas, une sensation étrange qui aurait pu la déstabiliser. Pourtant, Aiyana fit de son mieux pour mettre cela de son côté, pour que surtout cela n’ait pas trop d’influence sur elle. Même si, elle le sentait, ce regard risquait de la poursuivre longtemps… Son mentor sortit alors de sa poche un petit bijou qu’il vint attacher soigneusement autour de son poignet. Aiyana prit quelques secondes pour observer l’objet, ayant ramené son poignet près d’elle. Elle vit alors cette délicate chaîne en argent et les perles noires qui l’ornaient. L’objet était splendide mais la jeune femme se doutait bien que ce n’était pas son seul atout. Elle releva donc la tête vers son mentor qui ne tarda pas à lui donner plus d’explications. Lorsqu’il lui demanda si elle était à l’aise avec les sorts informulés, Aiyana se contenta de répondre un oui bref, ne voulant pas l’interrompre trop longtemps. A son niveau, cela faisait partie des compétences qu’on apprenait et la jeune femme avait toujours mis un point d’honneur à être excellente dans chaque chose qu’on lui apprenait. Alors oui, elle serait faire. Il n’était cependant pas temps de pêcher par orgueil et Aiyana se concentra sur les mots de son mentor qui ne la quittait pas du regard.

« Je saurai en faire un usage modéré et lucide. Merci. »

Non, Aiyana n’abuserait pas de ce moyen de communication. Elle n’aimait pas demander de l’aide, de voir dépendre de quelqu’un d’autre et ce serait donc sans doute dans l’autre sens qu’elle devrait faire un effort : se forcer à admettre ses difficultés. Pas évident quand on a toujours la tête haute et qu’on a coutume de surmonter les difficultés seule. Mais elle le savait, elle ne pouvait agir seule dans cette histoire. En s’associant à la cause, elle allait devoir faire partie d’une équipe, de tout un ensemble de personnes. Mais ça en valait la peine.

Son mentor enchaîna alors sur le sujet du polynectar. Effectivement, le seul désavantage de cette potion était son temps de préparation. Cela aurait retardé considérablement sa mission mais l’homme en face d’elle ne manquait jamais de ressources. Il lui expliqua alors qu’il allait lui fournir la potion pour cette fois et qu’elle aurait le nécessaire pour cinq transformations. Aiyana hocha la tête et enregistra les informations techniques sur le lieu précis et l’heure à laquelle elle pourrait trouver le polynectar. Soit. Elle avait donc jusqu’à demain pour affiner son plan et sa stratégie et ensuite, ensuite il serait temps de faire ses preuves.

« Non, j’ai toutes les informations nécessaires. »

Oui, elle avait toutes les clés en main. Aiyana sentit son rythme cardiaque s’accélérer légèrement. Non, elle n’avait pas peur. Ce qu’elle ressentait, c’était une bouffée d’adrénaline. Cette mission, c’était tout ce qu’elle espérait. L’occasion enfin de faire quelque chose, de ne plus être sur le bas-côté à attendre que les choses changent. Cela l’enthousiasmait, elle avait envie d’entrer en action. Bien sûr ce ne serait pas simple et Aiyana prenait la mesure des choses. Mais cela ne l’angoissait pas, non, au contraire, cela lui donnait encore plus de rage au ventre.

« Vous ne serez pas déçu. »

Tête haute, regard pétillant et fier. Aiyana était prête à entrer en action. Et non, personne ne serait déçu puisque sa première mission serait un franc succès. Il ne pouvait en être autrement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7333
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Into the fire - Aiyanna & Caitlyn   Lun 12 Mar 2018 - 20:52

Lundi 27.07.2015
Pendant la journée

Londres, Ouest

« Alors à ce soir ! »

Avec un dernier signe de la main, Lyn referma la porte d’entrée derrière elle, quittant l’appartement où elle vivait avec Casey et Rafael. Il était bientôt 10h du matin, le soleil commençait à devenir plus puissant et à chasser les nuages alors qu’elle descendait la rue presque déserte, appréciant la fraicheur du vent sur ses joues. Comptant passer la journée dehors, comme c’était de plus en plus le cas, elle avait mis dans son sac le tupperware contenant son repas de midi préparé la veille et rempli sa fidèle bouteille d’eau avant de partir, sans oublier sa baguette magique bien sûr. Elle avait également demandé s’ils voulaient qu’elle ramène quelque chose en rentrant, plus par automatisme qu’autre chose puisqu’elle avait été faire les courses deux jours plus tôt et qu’ils n’avaient besoin de rien depuis.

Elle arriva à la bibliothèque, adressa un sourire à la bonne femme qui se trouvait à l’accueil, et s’enfonça dans les rayons, en ressortant avec plusieurs livres au bras pour aller s’asseoir à sa place habituelle. S’emparant du premier, elle retrouva la page à laquelle elle s’était arrêtée la dernière fois et reprit sa lecture, concentrée, les yeux parcourant à une vitesse folle les paragraphes, avides de connaissances. Cela faisait depuis quelques jours que son répertoire était composé d’ouvrages tournant autour de deux thèmes principaux : la médecine d’une part, et d’autre part les voyages. Et plus elle en apprenait, plus elle avait envie d’en savoir plus.

Midi était passé depuis longtemps lorsqu’elle décida d’aller manger. Elle rassembla ses bouquins, les posa sur une étagère vide où elle savait qu’elle pourrait les retrouver plus tard, en garda un pour l’emprunter et prit la direction d’un des parcs qui se trouvaient dans les environs de la bibliothèque et dans lesquels elle aimait bien se rendre lorsqu’elle voulait changer d’environnement. Assise sur un banc un peu à l’écart du sentier principal, elle reprit sa lecture tout en mangeant les sandwiches qu’elle avait prévus, le soleil dorant la peau nue de ses bras et de ses jambes.

C’était devenu sa petite routine. Les bibliothèques et les parcs étaient commme sa maison finalement, son chez soi. Elle alternait, décidait en fonction de ses envies du moment, et y passait ses journées, attendait que le temps s’écoule. Seule. Le silence qui y régnait avait quelque chose d’apaisant, et elle était à l’aise, elle se sentait bien. Elle ne rentrait à l’appartement de Rafael et Casey que la nuit, finalement, mangeant le dîner et le petit déjeuner avec eux parfois mais veillant à ne pas prendre trop de place. Le reste du temps, elle se retirait et vivait sa vie, ou plutôt se laissait porter par la vie en attendant de pouvoir se l’approprier.

Lorsqu’elle finit le chapitre, elle resta quelques instants les yeux dans le vague, pensant à tout ce qu’elle venait de lire. C’était un carnet de voyage à travers le monde, et à chaque fois qu’elle se plongeait dans des descriptions de périples, elle en émergeait la tête pleine de rêves et d’envies. Elle pouvait tellement s’imaginer partir comme ça en sac à dos, dormir sous tente ou à la belle étoile, faire du porte à porte pour gagner sa vie, se fondre dans la nature et ne plus penser à rien d’autre qu’à l’instant présent. Ne dépendre de personne, ne compter pour personne. La liberté absolue.

Elle referma le livre et le rangea dans son sac de même que le tuperware et la bouteille d’eau, puis le passa en bandoulière et se leva pour retourner à la bibliothèque, d’un pas moins pressé qu’à l’aller, toujours perdue dans son imagination. Plus elle en lisait sur l’étranger et les voyages, plus elle avait envie de partir à son tour. Mais en aurait-elle le courage ? Aurait-elle le courage de faire ses affaires et s’en aller ? Aurait-elle le courage de l’annoncer à Rafael ? C’était encore si tôt, elle ne pouvait pas prendre ce genre de décisions sur un coup de tête.

Une fois revenue à la bibliothèque, elle rendit le livre et rejoignit sa place, récupérant la pile d’ouvrages qu’elle avait constituée dans la matinée. Bientôt, la voilà à nouveau absorbée par sa lecture, cette fois-ci au sujet des premiers secours. PLS, compression, réanimation cardio-pulmonaire… Elle voulait savoir dans les moindres détails comment gérer les urgences au quotidien, à défaut de pouvoir les prévenir. En fin d’après-midi, finalement, elle interrompit son auto-apprentissage et rangea tous les livres à leur place dans les rayons puis quitta la bibliothèque.

Le soleil était encore assez haut alors qu’elle rentrait à l’appartement. Les rues toujours aussi désertes, puisque les employés travaillaient encore et les vacanciers s’agglutinaient dans les piscines publiques et autres lieux de loisirs ou au contraire attendaient que les températures baissent pour sortir. Mais après avoir longé quelques immeubles, elle commença a avoir l’impression d’être suivie, et alors qu’elle tournait à l’angle d’une rue, elle crut nettement entrevoir l’ombre d’une silouhette derrière elle.

Quelque chose ne tournait pas rond, elle le sentait, et elle plongea sa main dans son sac pour la serrer autour de sa baguette, presque par automatisme. Puis elle bifurqua dans une ruelle perpendiculaire et fit volte face, tous ses sens aux aguets. Si son présentiment s’avérait justifié, le traqueur apparaitrait devant elle d’une minute à l’autre. Et lorsque ce serait le cas, elle serait prête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 543
Date d'inscription : 17/03/2016
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily, Julian, Caem, Ethan, Zachary



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3578-aiyana-hopkins-liens
MessageSujet: Re: Into the fire - Aiyanna & Caitlyn   Mer 21 Mar 2018 - 11:21

~Lundi 27 juillet ~

Mener la traque. Cela faisait plusieurs jours maintenant qu’Aiyana était sur le qui-vive. Chaque mouvement était important, chaque avancée avait un sens mais jamais, non jamais, il ne fallait se faire repérer. Le Polynectar était une potion merveilleuse et chaque jour, la jeune femme s’appliquait à revêtir un visage différent, glanant des cheveux dans la rue, discrètement, simplement. Mais si elle se montrait trop visible, trop insistante dans ses observations, la cible risquait d’être soupçonneuse. Si elle était sur ses gardes alors Aiyana se mettait dans une situation délicate. Et ça, c’était hors de question. La jeune femme n’avait jamais envisagé qu’elle puisse échouer à cette mission. Son mentor avait confiance en elle et elle sentait bien que son avenir allait se jouer sur cette traque. Elle pouvait tuer dans l’œuf toutes ces chances d’évoluer, d’avancer dans ce monde. Mais elle pouvait aussi montrer qu’elle valait la peine d’être suivie. Elle pouvait gagner sa propre place, sans la devoir à qui que ce soit d’autre qu’à elle-même. Cette idée renforçait sa détermination, la boostait autant que possible. Elle n’échouerait pas, elle ne resterait pas sur le bas-côté. Elle allait faire partie de cette révolution de leur monde, à ce retour de la magie au plus haut rang.

Les premiers jours, Aiyana avait utilisé les proches de Caitlyn pour la repérer. Emily Anthon, Casey Quiggley. D’anciennes membres du groupe de rebelles dont les adresses furent faciles à trouver. Ces deux là avaient des domiciles identifiables. Emily Anthon chez deux anciens élèves de l’école, installés depuis un moment dans Londres donc faciles à localiser. Casey Quiggley avait elle aussi sa propre adresse, avec un autre élève dont le nom n’avait aux yeux d’Aiyana aucun intérêt pour le moment. Pendant deux jours, la jeune femme s’approcha donc des deux domiciles, alternant ses surveillances. Jusqu’à ce qu’elle la repère. Qu’elle la voit sortir d’un des appartements. Aiyana ne put réprimer un sourire de satisfaction en la voyant. Le jeu était lancé désormais.

Patience, méthode. Aiyana faisait attention. Elle surveillait, analysait, guettant ce qui pourrait ressembler à une routine et l’aider à mener à bien sa mission. Celle-ci ne tarda pas à se dessiner. Elle sortait, allait à la bibliothèque. Elle s’attardait dans les parcs. Seule. C’était exactement ce qu’il fallait. Qu’elle s’isole sur des plages horaires suffisamment longues pour que la jeune femme puis passer à l’action.

Le plus dur fut sans doute de décider que le temps était venu. Le soir, quand Aiyana était seule, souvent après avoir passé du temps avec sa cousine Maggie, elle passait du temps dans sa chambre. Elle réfléchissait aux informations qu’elle avait collectées, elle les observait, cherchant à voir si elles étaient suffisantes. Jusqu’à ce que ce soit le cas. Le 26 au soir, assise sur son lit, Aiyana poussa un long et profond soupir. Elle devait se rendre à l’évidence, il était temps d’agir. Elle avait tout ce qu’il lui fallait et si elle retardait trop l’échéance, elle s’exposait à des changements, à un événement imprévu. Il fallait savoir prendre l’initiative. Alors, suivant les instructions qu’elle avait reçues, elle entra en contact avec son mentor, l’informant qu’elle passerait à l’action le lendemain et qu’elle transporterait leur victime à l’endroit prévu. Elle était prête.

Dernière dose de polynectar. Aucune erreur possible, Aiyana le savait. Elle sentit un léger papillonnement dans son ventre. Un peu d’appréhension oui mais de l’impatience surtout. L’envie d’en découdre, que le moment tant attendu soit arrivé. Comme à son habitude, Aiyana avait quitté le domicile de sa cousine habillé normalement, revêtant son véritable visage. Elle n’avait recourt au polynectar qu’une fois à l’extérieur, pour ne pas que sa famille devine ce qu’elle tramait. Ensuite, elle enfilait des vêtements correspondant à son apparence. Ce jour-là, elle ressemblait à une femme brune d’une trentaine d’années. Aiyana avait enfilé un jean simple, un T-shirt, un sac à main en bandoulière. Elle passait partout, elle se fondait dans le décor.

La jeune femme passa la majeure partie de sa journée assise sur un banc dans un parc d’où elle voyait l’entrée de la bibliothèque. Guettant les allers et venus de Caitlyn, elle décida de passer à l’action en fin de journée, quand la jeune femme prenait le chemin du domicile qu’elle occupait. Aiyana se mit à la suivre, respectant une certaine distance entre elle. Pourtant, sa proie n’agissait pas exactement comme toujours et bien vite, la Serpentarde comprit qu’elle était méfiante. Son souffle était-il trop agité ? Son impatience s’était-elle fait sentir dans ses pas ? Difficile à dire mais il était hors de question pour Aiyana que tout s’arrête maintenant. Elle se força donc à ralentir légèrement le pas. Elle vit Caitlyn bifurquer dans une ruelle, changer son itinéraire habituel. Elle se doutait de quelque chose. Alors, avant de s’engager dans la rue à sa suite, Aiyana s’arrêta contre le mur. Il était fort probable que la jeune femme attente de voir si on la suivait réellement ou si son esprit lui jouait des tours. Mais la jeune femme ne pouvait rester là éternellement. Alors, levant sa baguette devant elle, toujours sous les traits d’une autre, avançant lentement, Aiyana se montra dans la ruelle. Son air était calme et serein. Si Caitlyn cherchait à la lui mettre à l’envers, elle réagirait immédiatement. Mais d’abord, elle se montrait de manière presque innocente.

« Bonjour, Melle Twain. »

L’appeler ainsi n’était pas spécialement plaisant pour Aiyana. C’était lui montrer bien plus de respect que ce qu’elle méritait vraiment. Mais sans importance, pour atteindre son but elle saurait faire des sacrifices. D’autant qu’elle le savait, elle aurait tout le loisir de lui faire payer ça par la suite.

« Vous avez l’air fébrile, un souci ? »

Aiyana s’approcha alors lentement de Caitlyn, sa baguette toujours devant elle. Sans que cette dernière ne paraisse agressive, elle était là pour la protéger, hors de question que cette fille s’échappe. Après quelques pas, le sourire de la serpentarde changea légèrement, se déformant. Il ne fallait pas trop qu’elle traîne ici, les chances de se faire repérer étaient trop importantes. Une seule solution : la mettre hors d’état de nuire et la transporter tout de suite.

« Immobulus. »

D’un geste vif, d’une voix forte et soudaine, Aiyana avait lancé le sort en direction de Caitlyn, jouant sur l’effet de surprise. Plus elle attendait, plus elle s’exposait. Alors elle avait agi : immobiliser la jeune femme sans lui faire perdre conscience pour laisser la panique grandir en elle. Troubler ensuite ses sens pour qu’elle ne comprenne pas le voyage et par la suite, l’emmener là où tout allait commencer. Voilà le plan, simple, efficace. Aiyana était prête à sa nouvelle vie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7333
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Into the fire - Aiyanna & Caitlyn   Jeu 22 Mar 2018 - 8:08

Fuir ? Courir, transplaner ? Cette idée n’avait même pas traversé l’esprit de Caitlyn. Ça aurait été la chose la plus logique à faire, pourtant. La plus simple, la moins risquée. Mais dans la réponse "fight or flight" induite par l’adrénaline, son corps semblait choisir la première composante et occulter complètement la deuxième. Alors, les doigts enroulés autour du manche de sa baguette sans oser la sortir de son sac dans l’immédiat, les muscles tendus et les sens aux aguets, elle attendait, prête à tout et surtout au pire.

La première chose qu’elle vit fut sa baguette. Sa baguette levée, pointée sur elle, et il ne lui en fallut pas plus pour dégainer la sienne. C’était une femme, une dame d’une trentaine d’années, un jeans un t-shirt un sac en bandoulière tout ce qu’il y avait de plus commun, et arborant un sourire aux lèvres tandis qu’elle avançait vers elle d’une démarche parfaitement naturelle.

« Bonjour, Melle Twain. »

Pas de réponse. Caitlyn la toisait, sans broncher, sans baisser sa garde. Malgré son petit sourire, malgré ses gestes mesurés et sans aucune trace de violence, elle sentait que la situation n’avait rien d’anodin. Cette femme, elle ne l’avait jamais vue de sa vie, pourtant elle connaissait son nom. Et depuis bientôt un mois qu’elle vivait chez Rafael et Casey et qu’elle passait ses journées entre les bibliothèques et les parcs du coin, elle n’avait jamais croisé un sorcier. Alors non, cette rencontre n’était certainement pas une coincidence et quelque chose lui disait qu’elle avait tout intérêt à se méfier.

« Vous avez l’air fébrile, un souci ?
- Qui êtes vous ? »

Sa voix claqua comme un coup de fouet, dure et froide, déterminée. Toujours sans baisser sa garde, Caitlyn fixait l’inconnue dans les yeux, les paupières plissées et le regard perçant, sans ciller, tandis qu’elle s’avançait vers elle. Et avec chaque pas qu’elle faisait, l’intime conviction de Caitlyn se renforçait. Droite, bien campée sur ses deux pieds, il ne manquait pas grand chose pour qu’elle ne passe au niveau de vigilance supérieur.  

« Immobulus. »

Et quand l’inconnue lança le sortilège, d’une voix sans appel et d’un geste vif, Caitlyn déploya devant elle un bouclier par un Protego informulé, par pur réflexe mais sans être prise de court pour autant. Elle s’y attendait. Le danger planait partout autour d’elle, elle pouvait sentir la tension dans l’air qu’elle respirait, et elle savait très bien que cette rencontre n’était pas le fruit du hasard. Mais le temps n’était pas aux réflexions ni aux déductions. Le cœur battant la chamade, tous les sens aux aguets, elle surveillait tous les mouvements de son adversaire. Et lorsqu’une expression du visage trahit son intention de revenir à la charge, elle dévia à nouveau le sortilège qui fusa sur elle.

Et puis elle commença à attaquer. Des sortilège informulés, exercés depuis des mois dans le parc et dans les salles de Poudlard jusqu’à ce qu’ils deviennent intuitifs, naturels. Et puissants. Stupefix, Petrificus totalus, Everte statis, Electro… Elle était plus jeune que son adversaire, moins expérimentée, mais elle n’était de loin pas sans défense, et elle ne comptait certainement pas capituler sans opposer de résistance dans l’espoir d’être épargnée. Car elle savait pertinemment qu’elle ne le serait pas.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 543
Date d'inscription : 17/03/2016
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily, Julian, Caem, Ethan, Zachary



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3578-aiyana-hopkins-liens
MessageSujet: Re: Into the fire - Aiyanna & Caitlyn   Lun 26 Mar 2018 - 14:11

La voix de sa proie n’était pas encore emplie de peur. C’était dommage, Aiyana se rendait compte qu’elle avait hâte de l’entendre chevroter, de sentir le pouvoir qu’elle aurait sur elle. Et en même temps, l’entendre se débattre de la sorte, la voir si combattive rendrait sans doute sa victoire encore plus savoureuse. Oui, une fois qu’elle aurait réussi à la faire plier, elle pourrait voir le chemin accompli, voir comme elle avait su la réduire à l’état de victime. Car c’était sans doute ça que cette petite essayait désespérément d’éviter. Sa voix paraissait assurée, féroce, mais Aiyana savait que ça n’allait pas durer. Bientôt, elle ne serait rien d’autre qu’une victime, un animal blessé, incapable de rien d’autre que de tenter de survivre. Quand son mentor lui avait annoncé sa mission, la verte avait ressenti une légère pointe de doute. Etait-elle vraiment prête pour ça ? Faite pour ça ? Faire du mal physiquement aux gens, passer à l’étape d’au-dessus ce n’était pas anodin. Alors oui, l’espace de quelques instants, elle s’était demandé si elle en était vraiment capable et si cette étape n’était pas celle de trop. Pourtant, alors qu’elle se trouvait face à Twain, elle sentait qu’elle avait fait le bon choix. Toute cette rage qui bouillait en elle depuis des mois. Toute la colère accumulée après avoir vu ses amis tomber pour des êtres qui n’avaient pas leur place parmi eux… Tout ça pouvait enfin sortir d’elle. Quelqu’un allait enfin payer et cette idée lui donnait l’envie d’attaquer plus fort.

L’échange verbal ne dura cependant pas très longtemps entre les deux jeunes femmes. Aiyana, toujours sur les traits d’une autre, n’avait pas de temps à perdre avec tout ça et tenta de jouer de l’effet de surprise pour immobiliser son adversaire. Cette dernière fut cependant plus prompte qu’elle ne l’aurait voulu et contre-attaqua à son tour. Très bien, la lutte ne serait pas simple. Aiyana serra les doigts autour de sa baguette et se lança dans le combat sans hésitation. Elle avait confiance en ses capacités, elle savait qu’elle y arriverait. Et il était hors de question, absolument hors de question que son mentor soit déçu. Alors Aiyana bloqua les attaques, riposta avec rage. Il ne fallait pas que ce combat dure trop longtemps, elles risquaient d’alerter des passants et c’était tout ce que le mouvement devait éviter pour le moment. Son initiation ne devait en aucun cas être exposée sur la place publique ou la Serpentarde pourrait dire adieu à tout son avenir. Alors elle ne lâcherait pas. Jamais.

Twain résistait et s’acharnait. Mais plus elle la voyait ripostait, plus Aiyana sentait sa colère monter en elle. Elle grandissait de seconde en seconde, devenant plus forte, détruisant tout sur son passage. La jeune femme envoyait ses sorts avec de plus en plus de violence. Mobile, elle bougeait autant que possible, alliant les mouvements de son poignet à celui de son corps entier. Jusqu’à ce qu’enfin elle trouve la faille. Un enchaînement plus rapide que les autres, un détail, une petite faille et le corps de Twain tomba enfin, immobile dans la ruelle. Reprenant son souffle, Aiyana lança des regards rapides autour d’elle. Personne ne semblait avoir été alerté par le bruit mais autant ne pas tarder et ne pas tenter le diable. D’un pas vif, la verte se rapprocha donc de sa victime. Elle sortit de son sac un bandeau qu’elle noua autour de ses yeux puis, transplana avec elle.

Aiyana et Twain atterrirent dans le jardin d’une maison de campagne. Utilisant sa baguette magique, la jeune femme fit léviter sa victime au-dessus d’elle et la transporta ainsi à l’intérieur de la maison. Son mentor lui avait indiqué l’endroit, lui avait expliqué où elle devait installer la jeune femme et quelques détails supplémentaires. Aiyana avait tout bien mémorisé. Elle se rendit donc avec le corps de l’adolescente dans le sous-sol de la maison. Elle y trouva une pièce où ne trônait qu’une seule et unique chaise. Sans ménagement, Aiyana la fit tomber dessus. Elle l’assit correctement avant de lui attacher les mains et les pieds. Elle attacha aussi le haut de son buste pour qu’elle se maintienne sur la chaise tant que le sortilège ferait effet.

Bras croisés, adossée contre le mur, Aiyana observait le corps toujours immobile de Twain attaché à la chaise. Le polynectar faisait toujours effet sur elle et elle arborait des traits différents. Son mentor cependant saurait la reconnaître sans souci. C’était lui qu’elle attendait désormais. Elle avait suivi ses instructions à la lettre et était plutôt contente que cette partie de l’histoire soit terminée. Elle attendait désormais la suite avec une forme d’appréhension et d’excitation. Elle n’avait aucune idée de ce qui allait suivre même si au fond, des suppositions plus ou moins logiques faisaient surface. Elle attendait cependant confirmation avant de s’emballer pour quoi que ce soit. Elle l’attendait donc, tenant fermement sa baguette, prête pour la suite. Prête à intégrer le mouvement une bonne fois pour toute.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 787
Date d'inscription : 18/05/2014
Crédits : Nalex
Double Compte : Kezabel, Charleen, Mateo, William, Ora, Leiv, Dimitri & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2742-james-l-holt-o-you-can-run-but
MessageSujet: Re: Into the fire - Aiyanna & Caitlyn   Ven 13 Avr 2018 - 13:51

Into the fire
EXORDIUM.
Un bon mois c’était écoulé et malgré sa vie chargée, James n’en oubliait pas pour autant la mission qu’Aiyana s’évertuait d’effectuer. D’ici là, le Supérieur avait prit du temps pour lui mais aussi pour sa future femme et mère de son enfant : Phaedre. Un séjour d’une semaine loin de tout, loin de toutes responsabilités pour se déconnecter, prendre le large et oublier pour quelques instants toutes sources de stress. Aussi bien pour lui que pour cette femme qu’il a apprit à aimer. Peut-être pas de la même façon dont il a aimé Lou, peut-être pas de la « bonne » façon tout court mais c’est le cas et ses idées sont clairs à ce sujet : Quiconque touche un cheveu de cette femme mourra sur le champ.

James serre la main d’un de ses « frères », acquiesce et lui offre un sourire confiant. Ses dernières activités et son utilité à Poudlard lui ont valu le rang de Général des Informateurs. « Fier » est moindre comparé à ce qu’il a ressenti le jour où il a été promu. D’autant plus qu’aujourd’hui il se retrouve à la tête d’une petite équipe finement choisit. Des personnes de confiance, doué et surtout dévoué corps et âmes à leur cause. La moindre hésitation leur vaudra une mort lente et douloureuse, James n’étant pas pour la rapidité.
Holt sort de l’immense salle de réunion, celle où s’est tenu la discussion pour les prochains plans du groupe. Poudlard, de nouveau sur la table, en tête des sujets les plus importants à aborder. La question de savoir si James y retournera ou non reste en suspens, sûr de rien. Il pourrait, en réalité, mais tout dépendra de leur victoire ou de leur échec. Le plan qu’ils fomentent en douceur avec les meilleurs éléments se construit au fur et à mesure jusqu’à entrevoir les failles, toutes les possibilités et si certains semblent vouloir aller trop vite, James prime la patience, l’observation.
Même s’il y a très peu de chance pour que l’on suive cette façon de faire.

Le Supérieur s’apprête à quitter le QG jusqu’à ce que le signal se manifeste enfin.
Un sourire s’esquisse et ce n’est qu’une fois à l’extérieur du domaine qu’il finit par transplaner jusqu’au lieu de rendez-vous qu’il avait déjà convenu avec la jeune femme. Il ne tarde pas à entrer dans la vieille maison de campagne. Aucune habitation aux alentours, un endroit où ils pourront finaliser l’épreuve d’Aiyana, finaliser cette courte et rapide mise à l’épreuve afin de tester ses capacités et sa confiance. Et dès lors qu’il entre dans la pièce, il la sent. Cette magie presque palpable mais aussi cette supériorité qui imprègne presque les murs. Cette excitation. Sourire au coin des lèvres, il aperçoit une femme d’une trentaine d’année, vêtue d’un simple tee-shirt, d’un jean tout à fait banal. Madame tout le monde que l’on n’aurait jamais pu soupçonner.
Et sur la chaise : Miss Twain. Le présent.
Une pointe de fierté perce le mur de glace de son visage, sous la forme d’un léger sourire satisfait.

La jeune prisonnière raviva en lui un tas de souvenir à la fois jouissif et douloureux, se rappelant avec exactitude l’excitation faisant palpiter son cœur que de l’avoir pour lui, à l’abri des regards, de pouvoir se défouler sans l’ombre d’une inquiétude, pouvant maquiller cet acharnement comme l’expression simple d’une menace de la part des Supérieurs.

- Un mois pour parvenir à tes fins.

Ce qui pourrait ressembler à un reproche, ne l’est pas.
Il ne prononce pas son prénom, pas tout de suite. Il tient à garder la surprise pour la jeune femme qui ne le reconnaitra d’ailleurs pas non plus.

- Tu peux considérer le résultat comme très satisfaisant pour un début. Bravo.

Il est sincère. Il faut savoir punir en cas de défaite tout comme il faut savoir féliciter en cas de victoire.

- Je veux un rapport détaillé de la situation avant que nous nous occupions de Miss Twain.

Dont les yeux sont toujours bandés, lui réservant de nombreuses surprises pour la suite. La seule déception sera qu’elle ne se souviendra malheureusement de rien.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 543
Date d'inscription : 17/03/2016
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily, Julian, Caem, Ethan, Zachary



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3578-aiyana-hopkins-liens
MessageSujet: Re: Into the fire - Aiyanna & Caitlyn   Lun 16 Avr 2018 - 11:26

Il n’y eut qu’un claquement à l’extérieur, un bruit qui aurait facilement pu passer inaperçu. Mais Aiyana était tant aux aguets, elle attendait avec tant d’impatience l’arrivée de son mentor que cette simple déformation de l’air, ce bruit léger parvint jusqu’à ses oreilles. Le doute s’empara cependant quelques instants d’elle. Peut-être qu’à trop vouloir l’entendre elle l’avait imaginé ce bruit. Peut-être qu’à force d’espérer ce n’était en fait qu’un jeu de l’esprit. Pourtant, rapidement ce simple mouvement d’air fut accompagné par des bruits de pas et finalement, la porte de la pièce dans laquelle elle se trouvait en vint à s’ouvrir. Une silhouette se faufila et apparut finalement. Aiyana réprima un sourire, se contentant de se tourner vers son mentor qui venait d’apparaître. Il s’avança dans la pièce, vers elle et vers Caitlyn, toujours les yeux bandés et attachée sur la chaise. Aiyana sentit la pression monter d’un cran. Les premiers mots de son mentor claquèrent dans l’air comme un fouet. Etait-ce un reproche qu’il était en train de lui adresser ? Un mois était-ce trop long à ses yeux ? Ayant appris la patience très tôt, Aiyana fit au mieux pour ne pas se laisser gagner par ses émotions et attendre un complètement d’informations, un signe l’aidant à savoir dans quel sens elle devait interpréter les mots qui venaient d’être lâchés. Et finalement, ce fut un immense soulagement qui s’empara d’elle suivit d’une immense fierté. Son mentor la félicitait. Son mentor était fier de ce qu’elle venait de réaliser. C’était la plus belle des récompenses. Affichant un sourire pincé, Aiyana hocha la tête en sa direction.

« Merci. »

Ne pas s’emballer, ne pas trop en faire mais le remercier tout de même pour la distinction qui lui était accordée. Pour autant, Aiyana savait bien que sa mise à l’épreuve n’était pas terminée et que ce qui allait suivre serait d’une importance capitale. La jeune femme retrouva donc rapidement son sang froid et sa concentration alors que son mentor lui demandait désormais un rapport sur la situation. Aiyana hocha la tête une nouvelle fois. Rapidement, elle dressa dans son esprit un tableau des circonstances. Elle n’aimait pas s’éparpiller quand elle parlait, tourner en rond, dire des choses inutiles. Elle ne voulait pas non plus le faire attendre trop longtemps et finit par reprendre la parole d’une voix aussi assurée que possible.

« Lors de ma filature, j’ai pu constater qu’elle vivait dans le même appartement que Casey Quiggley et Rafael Paley. Je n’ai observé rien de particulièrement suspect jusque-là. Twain passait son temps dans les bibliothèques et les parcs, sont planning était assez répétitif et schématique. »

Aiyana jeta un alors un regard dédaigneux vers Caitlyn qui était toujours assise là, incapable de bouger, incapable de parler et privée de la vue. Plus elle en apprenait sur cette fille plus sa rage grandissait. Elle avait osé se croire plus forte que les Supérieurs, osé provoquer une rébellion qui avait coûté la vie à des sorciers tout ça pour défendre un droit qui n’avait pas lieu d’être celui des moldus à évoluer sereinement dans le monde sorcier. C’était une ineptie et lui faire payer pour tout ça avait quelque chose de jouissif. Oui, Aiyana la sentait bien, cette étrange énergie qui grandissait au creux de son ventre. Elle n’avait jamais vécu rien de tel auparavant, pas aussi puissant en tout cas. Elle sentit ses doigts se resserrer autour de sa baguette. Elle avait hâte qu’il lui en dise plus, qu’il lui ordonne de passer à l’action, quoi qu’il puisse lui demander. Elle sentait qu’elle était prête, que toute la colère qu’elle avait accumulée pendant des mois allait enfin pouvoir s’exprimer.

« J’ai pu la prendre par surprise dans une ruelle. Elle était méfiante et j’ai été dans l’obligation d’entamer un combat dans la rue. Heureusement, il n’y avait personne et ça n’a pas été bien long. Je suis certaine que personne ne nous a vues ni entendues. »

Ce point était le plus sensible de l’histoire mais Aiyana n’avait pas l’intention de mentir. Même si elle n’était pas fière de ne pas avoir pu l’immobiliser tout de suite, si elle avait conscience des défauts de son plan et de ce qu’elle devrait améliorer par la suite, elle assumait. Mentir n’arrangerait rien.

« Je l’ai immobilisée, elle nous entend mais ne peut pas bouger. J’ai bandé ses yeux pour qu’elle ne sache pas où nous nous trouvons. Et j’ai confisqué sa baguette. »

Aiyana sortir alors de sa poche la baguette magique de Caitlyn qu’elle tendit à son mentor. Elle avait admis ses faiblesses et ses failles mais elle ne tremblait pas et son regard était toujours aussi assuré. Elle était prête et personne ne la ferait douter de ça.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Into the fire - Aiyanna & Caitlyn   

Revenir en haut Aller en bas
 
Into the fire - Aiyanna & Caitlyn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recherche open : Fire & Shadow
» Un article intéressant de Régine Chassagne du groupe Arcade fire
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]
» MILLA ♣ set fire to the rain
» FIRE BURNS ~ ft. jackie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Londres :: Est de Londres-
Sauter vers: