AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I never meant to do you wrong [Enzo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 1544
Date d'inscription : 25/03/2015
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Ems / Ju' / Caem / Ethan / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3179-zachary-disemba-let-s-dance
MessageSujet: I never meant to do you wrong [Enzo]   Dim 5 Nov 2017 - 19:24

~ Lundi 29 juin – Fin de matinée ~

Assis dans la Grande Salle en train de siroter son café, Zachary n’écoutait que d’une oreille les conversations de ses camarades de maison. Après une journée à vivre en ermite, il s’était finalement décidé à sortir de sa coquille et à reprendre une vie à peu près normale. De toute façon, il se doutait que les vacances allaient bientôt être synonyme d’ouverture vers l’extérieur. Quand, difficile à dire mais en tout cas, il était impatient. Zachary avait envie de rentrer chez lui, il en sentait le besoin viscéral. Besoin d’une pause, de sortir de l’ambiance de l’école, d’oublier toutes ces conneries. Il avait besoin de prendre une bouffée d’air. Mais en attendant, cela ne pouvait que lui faire du mal de rester dans son coin à se traîner. Il était donc assis là avec ceux qui s’étaient levés à peu près en même temps que lui. Un café et quelques tartines. Zach n’en restait pas moins distrait et à plusieurs reprises ses camarades durent le secouer pour avoir des réponses à leurs questions. M’enfin, c’était déjà ça. À la fin du petit déjeuner, Zachary prit la direction de la tour des Serdaigles. Il n’eut pas besoin de gravir toutes les marches puisqu’il croisa rapidement Layla, sa sœur. Il l’arrêta dans les couloirs et elle se posta devant lui sans rien dire, attendant sans doute qu’il parle en premier. Ce qu’il fit.

« Je voulais m’excuser pour mon comportement de la dernière fois. J’ai pas d’excuse, j’aurais jamais dû te parler comme ça.

- Je suis contente de te l’entendre dire… »

Zachary afficha alors un air penaud. Il ne pouvait rien répondre à cela et il sentait bien que dans le ton de Layla, il n’y avait pas de méchanceté mais de la peine. Il lui en avait fait c’était certain ce jour-là et si elle acceptait sans nul doute ses excuses, il sentait qu’elle avait besoin de lui faire comprendre qu’il avait fait du tort. Qu’il avait agi comme un crétin… Il ne remettrait nullement ça en cause.

« Qu’est-ce que tu attends pour me prendre dans tes bras ? »

Zachary afficha alors un sourire amusé et attira sa sœur contre lui. Il ferma les yeux alors qu’il la serrait dans ses bras. Elle avait souffert oui mais elle savait pardonner et passer à autre chose. Leur lien était plus fort que ça. Zach garda sa sœur contre lui quelques instants, profitant de ce moment de tendresse avant de la laisser retrouver sa liberté.

« Et sache que j’ai beau être ta petite sœur, je peux aussi être là pour toi.

- Je sais, merci. »

Zachary adressa un nouveau sourire à sa sœur. Il savait qu’il pouvait compter sur elle mais sur le coup, il ne savait pas quoi dire de plus. Il se sentait mal de l’intérieur et il avait besoin de s’affronter lui-même, de démêler ça un peu seul. Après une dernière étreinte ils se séparèrent finalement. Layla ne manqua pas de lui dire de préparer ses affaires et de se tenir prêt à rentrer à la maison ce qui amusa Zachary. Oui, il y penserait mais par superstition sans doute, il préférait ne pas faire son sac tant qu’aucune annonce officielle n’avait été faite.

Le Gryffondor dévala finalement les marches qu’il avait montées précédement pour prendre la direction de l’extérieur. Il avait besoin de prendre l’air un peu. Maintenant que les examens étaient passés, il pouvait se permettre de prendre son temps, de se laisser aller un peu. Il n’avait pas de tour de garde à prendre avant la fin de la journée et avait donc le temps de rêvasser. Zachary se promena donc sans réfléchir à où il allait dans le parc de l’école. Le regard porté vers le ciel, il manqua à plusieurs reprises de trébucher mais resta sur ses deux pattes jusqu’à ce qu’il se retrouve face au Saule Cogneur. Il se stoppa au bon moment, juste avant d’entrer dans le périmètre fatidique où il serrait à portée des branches de l’arbre. Zachary s’immobilisa alors pour prendre le temps de regarder cet arbre majestueux. Autant dire qu’il était fascinant, effrayant mais fascinant. Quand il jugea avoir vu ce qu’il voulait voir, il fit volte-face et s’apprêta à repartir dans l’autre sens. Sauf qu’encore une fois, il avait oublié de regarder devant lui et la collision fut inévitable.

« Pardon, je regardais pas où… »

Zachary se tut. Devant lui se tenait Enzo, c’était son épaule qu’il venait de heurter sans s’en rendre compte. Le Gryffondor, désormais silencieux, prit quelques secondes pour observer son camarade. Les mots qu’il avait prononcé deux jours auparavant tournaient encore dans sa tête. Régler les problèmes qu’il avait avec lui-même… Ça avait été violent et clairement, Enzo faisait partie des personnes qu’il n’avait en aucun cas envie de trouver sur sa route. Mais à croire que le destin aimait le mettre dans des situations délicates. Mais tant qu’il était là…

« … Je suis désolé que t’ais été mêlé à tout ça l’autre soir. »

Zachary poussa alors un long soupir. Ces mots lui arrachaient la gorge mais il les pensait sincèrement. Il ressentait toujours de la colère envers William et ça risquait fort de ne pas s’arranger tout de suite. Pour autant, il n’avait rien contre Enzo et il devait avouer qu’il s’était retrouvé dans une situation peu enviable. Alors oui, il était désolé. Par contre, il n’avait clairement pas l’intention de s’étendre là-dessus. C’était dit et il était prêt à passer son chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 18115
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: I never meant to do you wrong [Enzo]   Mar 7 Nov 2017 - 22:51

Lundi 29 Juin 2015 – Fin de matinée
I never meant to do you wrong



Zachary & Enzo

« Si c'était pour ce matin Macy aurait déjà débarquée comme une furie pour t'embarquer, non ? »
« Probablement. »

10h et toujours rien. Pas de branle-bas de combat , d'agitation, de bruit, d'effervescence ni de Macy - J'aime bien quand elle débarque parfois et je n'oublierai jamais la première fois où elle m'a trouvé dans le pieu de son frangin en pensant le trouver lui. Surprise ! Où est passé le drap ? C'était à mourir de rire. Même si sur le coup il y a eu un petit instant de gêne partagé il faut bien le dire.
Donc ça n'est pas encore le moment, pas ce matin en tout cas. Je dirai bien que ça tombe bien parce que ça permet de faire la grasse matinée et de passer encore un peu de temps dans le même lit que Will mais à vrai dire je crois qu'on arrive à un stade où on a tous envie de mettre les voiles une bonne fois pour toute et cet espèce de suspens quotidien à la con devient pénible.
Je grogne la tête enfouie dans l'oreiller, avachi sur le ventre comme un sac puis l'instant d'après me dresse sur les avants bras avec une envie de pisser et ce dans tous les sens du terme.

« J'vais aller courir. »
« Comme un cheval sauvage après ton destin ? »

Sourcil arqué, grimace d'incompréhension, je tourne la tête vers lui pour le voir lever les yeux au ciel.

« J'oublie que toute ton éducation cinématographique – et non magicienne – est à faire. »
« Si c'est un film de gonzesse je m'en passerai. »
« Espèce de Croc-Magnon, vas donc chasser le mammouth dans le parc. »

Il me pousse, j'éclate de rire en m'affalant sur le côté jusqu'à me laisser glisser … rouler ? Hors du lit. A poil, naturellement. On va être honnête deux secondes, depuis le temps que je passe la moitié des mes nuits dans ce dortoir qui n'est pas le mien aucun des gars ici présent n'a du échapper à la vision de mon fessard le matin au réveil. Ou le soir. Ou … n'importe quand en réalité.
Je me relève aussitôt et soulève le rideau pour finalement grimper sur le lit à nouveau et envahir l'espace vital de mon cher et tendre en me positionnant au dessus de lui, bras tendu en appui. Je suis en forme ce matin, visiblement. Le weekend a été assez costaud en terme d'émotions, on va dire que je décompense et ça se manifeste par une présence évidente d'une sacré dose d'énergie alors que j'ouvre à peine les yeux. Et je redeviens simplement le sale gosse que je suis la plus part du temps. Dans la joie et la bonne humeur, avec une envie évidente, irrépressible et irrésistible de faire chier ma moitié.

« J'te préviens, peu importe si t'es levé ou pas, où tu te trouves, quand je rentre j'te chope et tu m'accompagnes sous la douche. »
« Tu sais pas te laver tout seul ? »
« Certaines parties, non. J'ai besoin d'un coup de main. »

Amis de la subtilité, bonjour ! Je suis un obsédé, je le vis très bien, mon sourire de pervers en atteste. Et puis ça se saurait si ça lui posait le moindre problème. Ça se saurait surtout s'il n'était pas aussi obsédé que moi ! Et pour le coup là c'est moi qui ne m'en plains pas. Bisou rapide sur sa joue, nouvelle cascade pour dégager du lit, je ne suis plus là ! Je me dis que des fois je dois l'épuiser … Mais a priori ça ne lui donne pas envie de partir pour autant.

#

J'aurai aimé quitté Poudlard en ayant réussi à faire le tour du lac au moins une fois mais ce truc … En réalité c'est comme il n'avait pas de fin. Probablement encore un coup de la Magie. Ou pas. Peu importe. Ça ne m'a pas empêché de courir une bonne heure et demi et de me diriger tranquillement vers le château en marchant pour récupérer.
Je contourne le Saule Cogneur en faisant bien attention au fait d'être hors de portée, presque nostalgique quand je revois la bouille de Lune, environ deux mois, coincée au pied de cet arbre fou. Depuis ce jour-là elle ne m'a plus quitté et j'espère que Poudlard ne lui manquera pas trop parce que c'est ici qu'elle est née. Consolation : Il y a pleins de lapins à décimer en Australie … Je n'oublie pas non plus que cet arbre est source d'autres souvenirs.

J'avance les yeux rivé vers les nuages, perdu dans mes pensées, la tête levée vers le ciel et les branches hautes de l'arbre endormi. Collision. Choc. Dans tous les sens du terme.

« Pardon, je regardais pas où… »

Et des deux côtés, visiblement.

On ne s'est pas recroisés depuis samedi soir et autant être honnête j'avais presque oublié tout ça. Pas une seconde ou presque Zachary n'a effleuré mes pensées ces dernières heures pourtant à le voir là, devant moi, alors qu'on se regarde dans le blanc des yeux, je sens bien que je me tends et perds tout le bénéfice de mon réveil en fanfare et du footing que je viens de faire. Tous mes muscles sont tendus, pour autant je n'affiche aucune expression particulière. Karma, destin, hasard ? Rien à foutre mais c'est merdique.

« … Je suis désolé que t’ais été mêlé à tout ça l’autre soir. »

Je ne saurai pas dire si j'apprécie ou pas ces excuses. Est ce que je les attendais seulement ? Pas vraiment je crois. Je gardais en tête le fait qu'on ne se révérait probablement jamais ou pas avant un bail et je suis passé à autre chose. Il soupir, rien ne se passe parce que je ne réagis pas mais alors qu'il me dépasse pour reprendre son chemin cette question sortie de nulle part m'échappe.

« T'as des sentiments pour lui ? »

Je ne me retourne pas, regarde droit devant moi. Question stupide ? Ridicule ? Hors contexte ? Peut-être mais ma réaction a été impulsive et je n'ai pas cherché à me retenir. Est ce que ça changera quelque chose si c'est le cas ? Aucune idée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1544
Date d'inscription : 25/03/2015
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Ems / Ju' / Caem / Ethan / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3179-zachary-disemba-let-s-dance
MessageSujet: Re: I never meant to do you wrong [Enzo]   Sam 11 Nov 2017 - 12:14

« T'as des sentiments pour lui ?

- Pardon ? »

La question avait claqué dans l’air sans que Zachary ne la voit venir. Il était en route vers le Château, prêt à aller prendre une douche et oublier toute cette histoire. Enfin, autant qu’il le pouvait puisqu’il devait bien admettre que les récents événements avaient eu sur lui une influence bien plus grande que ce qu’il aurait souhaité. Mais soit. Il s’était excusé auprès d’Enzo, il avait fait sa part du marché, maintenant, il trouvait légitime de se dire qu’il pouvait poursuivre sa route sans demander son reste. Mais alors qu’il n’avait fait que quelques pas, Zach s’était stoppé net. Tournant la tête, il avait réagi du tac au tac, exprimant sa surprise. La question l’avait pris de court et à vrai dire, à aucun moment il ne se serait attendu à ça. Il s’était retourné rapidement, ses mots devançant sa pensée. Enzo lui n’avait même pas cherché à le regarder, toujours tourné vers le Saule Cogneur. C’était quoi ce délire. Le Gryffondor était tellement surpris qu’il n’arrivait même pas à mettre les mots dans l’ordre. Peut-être que sa première réaction aurait dû être de dire non tout simplement mais pour le coup, son camarade de maison avait réussi à le déstabiliser complètement.

« Attends, j’ai rêvé ou tu viens vraiment de me poser cette question ? »

Zachary resta le regard fixé sur Enzo qui lui tournait toujours le dos. Il décida alors de reprendre sa marche mais cette fois en sens inverse pour se trouver une fois de plus en face d’Enzo. Il le fixa quelques instants, cherchant un indice dans son regard. Est-ce qu’il était en train de se foutre de sa gueule ? Est-ce qu’il cherchait à le faire tourner en bourrique juste pour lui rendre la monnaie de sa pièce ? La partie blessée de Zach envisageait cette possibilité mais il devait bien avouer que ça n’avait pas de sens, c’était même plutôt ridicule comme raisonnement. Le rouge prit alors une grande inspiration, essayant de mettre de l’ordre dans cette idée. Il fallait bien avouer que pour deux personnes n’attachant aucune importance l’un à l’autre, leur conversation de la dernière fois avait pu paraître un peu trop houleuse… Ok. Rester calme surtout.

« La réponse est non. Définitivement non. »

Zachary regardait alors Enzo droit dans les yeux. Il n’y avait aucun doute dans ses paroles, aucun signe d’hésitation. Il était absolument sûr de lui pour le coup. Autant cette histoire avait remué pas mal de choses et créé de sacrés doutes en lui, autant là-dessus il n’y avait pas d’hésitation. Zachary n’avait aucun sentiment amoureux pour William et pire encore, plus le temps passait plus il sentait naître en lui une aversion. Il y avait peu de gens qu’il ne pouvait pas voir. Maxime par exemple. À croire que ces deux-là avaient de très bonnes raisons d’être amis. Mais bref, toujours était-il qu’il ne voyait pas comment Enzo pouvait se méprendre à ce sujet. Aucune raison. Aucun doute. Il n’avait pas de sentiments pour William et si ce dernier pouvait disparaître de son champ de vision à jamais, cela ne lui poserait aucun problème.

« Et si ça peut te rassurer, j’ai pas l’intention de lui adresser de nouveau la parole. »

Non, clairement pas. Zachary abandonnait ce combat déjà perdu. Il était blessé par ce que William avait dit de lui mais il arrêtait les frais. Cela ne servait plus à rien de chercher à s‘excuser de nouveau, d’arrondir les angles. William aurait toujours une image néfaste de lui, il devait s’y faire. Zachary ne devait pas toujours chercher à ce que tout le monde l’apprécie même s’il sentait bien qu’au fond de lui, c’était un véritable enjeu. Il fallait qu’il avance. Croiser le regard de William ne faisait que lui filer la nausée, lui rappelant à quel point il se sentait mal et perdu. Alors non, Enzo n’avait pas de souci à se faire, il était peu probable que ces deux-là se confrontent de nouveau à moins d’y être obligés. Et de toute façon, Zach restait sur sa position, il n’était pas attiré par les hommes et ce qu’il s’était passé avec William n’était qu’une expérience peu fructueuse, un truc qu’il avait tenté avant de se rendre compte que ce n’était pas pour lui. Point final.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 18115
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: I never meant to do you wrong [Enzo]   Ven 17 Nov 2017 - 13:26

« Pardon ? »

Réaction immédiate de sa part, l'impulsivité qu'il y met m'apporte déjà la réponse à cette question sortie de nulle part je l'admets. Moi-même je ne sais pas très bien pourquoi elle m'a échappé, j'aurais tout aussi bien pu le laisser partir et ça aurait sans doute été mieux comme ça mais c'est trop tard.

« Attends, j’ai rêvé ou tu viens vraiment de me poser cette question ? »
« T'as absolument pas rêvé, non. »

L’agacement peut se percevoir sans aucun problème dans le son de ma voix, dans le ton que j’emploie, simplement parce que je n’essaie pas de le cacher. Je me retourne lentement et plante mon regard dans le sien, autant dire qu’il n’a rien d’avenant. Ce type me dépasse, sa réaction me dépasse, le voir là en train de se comporter comme une victime après ce qu’il a fait samedi me fout hors de moi. C’est toi le malheureux dans l’histoire ? Sans doute, en partie, mais viens pas jouer le Caliméro alors que tu nous as foutu Will et moi dans une position délicate, à pas savoir comment se comporter l’un avec l’autre, à se demander ce qui se trame réellement, si l’autre a un truc inachevé avec une tiers personne. Ça s’est bien terminé, oui, parce qu’on se fait confiance et qu’on sait se parler mais ça aurait pu ne pas être le cas et peu importe, c’était vraiment pas agréable comme moment. Exactement comme le fait d’imaginer tes mains trainer sur lui et réciproquement, exactement comme le fait de pas comprendre sur le moment pourquoi vos réactions à tous les deux ont été aussi intenses.

J’avais pas besoin de le savoir, t’avais pas non plus à décider à sa place.

« La réponse est non. Définitivement non. »

Est-ce que ça me soulage ? J’en sais foutrement rien et je crois que je m’en cogne simplement parce que même si les mots ont franchis la barrière de mes lèvres je n’ai pas réellement imaginé une seule seconde que ça puisse être le cas. On fait tous des trucs stupides, j’échappe pas à la règle c’est tout. Si ça avait été le cas, s’il avait eu des sentiments pour lui, alors soit. Je ne l’aurais pas blâmé pour ça, sans pour autant que ça me fasse plaisir évidemment.

« Et si ça peut te rassurer, j’ai pas l’intention de lui adresser de nouveau la parole. »
« Là-dessus j'ai pas mon mot à dire. »

Ça sort impulsivement mais je le pense, de A jusqu’à Z. Non, je n’ai pas mon mot à dire, ça les regarde. Si un jour ils deviennent les meilleurs amis du monde, peu importe si ça réveille ma jalousie et me fait grimacer, j’aurai rien à dire sur la question. Maintenant, ne soyons pas non plus hypocrite, si c'est comme ça que ça doit se passer je ne vais pas m'en plaindre non plus.
En attendant je ne compte pas parler de William, pour William en tout cas, ni mettre le nez dans leur histoire sauf si Zach ne pèse pas ses mots, ou ses gestes, le concernant.

« Là où je l'ai par contre, mon mot à dire, c’est que tout ce merdier c’est toi qui l’a démarré samedi soir en venant me faire ta petite déclaration et en insinuant des choses qui auraient pu mettre le bordel entre Will et moi alors s'il te plait n'inverse pas les rôles en prenant un air offusqué parce que je te pose une question. »

Je considère avoir un crédit puisque c’est toi qui m’a embarqué là-dedans, c’est un peu ça que ça veut dire. Malgré tout ça j’ai l’impression que l’agacement se tasse, qu’il n’était que passager. Le ton est plus ou moins neutre et je pense que c’est la lassitude qui prime surtout, le fait de se dire que de toute façon c’est passé, que d’ici quelques jours on sera tous aux quatre coins du globe et que ça n’aura plus la moindre espèce d’importance. Ça n’en a déjà plus, à vrai dire. Encore une fois je ne parle que de ce qu’il s’est passé samedi, m’incluant moi, pas ce qui les regarde eux uniquement.

Soupir. Mains dans les poches.
On a l’air de deux cons, non ?

« Si ça peut te consoler, je ne serais pas là à la rentrée pour tourner autour de ta sœur. »

Humour ? Un poil de dérision et de sarcasme je ne peux pas le nier mais l’espèce de sourire que j’esquisse en levant les yeux au ciel n’est pas vraiment moqueur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1544
Date d'inscription : 25/03/2015
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Ems / Ju' / Caem / Ethan / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3179-zachary-disemba-let-s-dance
MessageSujet: Re: I never meant to do you wrong [Enzo]   Jeu 23 Nov 2017 - 13:04

Zachary avait réagi vivement à la question d’Enzo et il devait bien avouer que tout ça était étrange. Il n’aurait jamais dû se sentir aussi touché, être autant atteint par cette histoire. Peut-être était-ce juste une question du timing. Il était dans une mauvaise période, il ne cessait de se perdre et de se chercher, peut-être qu’à un autre moment il aurait su passer à autre chose plus vite. Mais là non. Et alors qu’Enzo se retournait, portant sur lui un regard peu avenant, Zach sentit son rythme cardiaque s’accélérer. La colère était toujours présente et si depuis le début de la journée il était plus dans un état apathique qu’autre chose, il se rendait compte qu’il restait encore des braises en lui. Des braises qui pouvaient s’embraser très vite. Il suffisait de souffler un peu dessus, d’y mettre le bon vent et tout pourrait repartir. Pourtant, il gardait encore le contrôle, il arrivait encore à maintenir la cloche en place, celle qui coupait l’oxygène à ses braises. Il ne fallait surtout pas qu’elle se brise.

Zachary parvint tout de même à rester calme, encore plus lassé qu’autre chose. Il voulait en finir avec cette conversation, Enzo pouvait être rassuré, il n’irait plus voir William et ils pourraient filer le parfait amour tranquillement. Son camarade rouge réagit d’ailleurs immédiatement à cette remarque, soulignant que cela ne le regardait pas. Il avait raison en un sens. Mais Zach était persuadé que de toute façon le principal intéressé serait bien content d’apprendre cette nouvelle. Enzo cependant ne s’arrêtait pas là, enchaînant. Si son ton était plutôt calme les mots étaient toujours aussi violents aux oreilles de Zachary. Une fois de plus son cœur décida de s’emballer et il commençait à sentir les pulsations dans ses tempes. Foutre le merdier entre eux ? Il n’avait rien insinué. S’il avait été con, il ne pouvait le nier, il ne comprenait pas qu’on puisse lui reprocher ça. S’ils avaient douté l’un de l’autre c’était leur problème, leur histoire de couple. Il n’avait fait qu’évoquer un fait, un fait passé et c’était pris une tornade dans la gueule parce que William semblait apparemment le détester de manière profonde. Zach prit donc une grande inspiration, regard rivé vers Enzo mais il ne répondit rien. Cela ne servait à rien. La veille il aurait argumenté mais maintenant qu’il avait désaoulé, il avait au moins la sagesse de se dire que rétorquer était stupide. Ils ne se comprenaient pas et ne se comprendraient sans doute jamais alors cela ne servait à rien qu’il souffle de lui-même sur les braises. Il était blessé mais il devait faire avec. D’autant qu’Enzo de son côté semblait avoir bien plus de recul sur la chose. S’il n’avait pas caché qu’il lui reprochait les événements d’hier, il enchaîna d’une manière assez surprenante. Zachary ouvrit de grands yeux sur le coup, autant surpris par le changement soudain de la forme que par le fond de ce que son camarade lui disait.

« Tu arrêtes tes études ? »

Zachary avait répondu par automatisme, se rendant compte que la petite déclaration d’Enzo avait eu au moins le mérite de calmer son rythme cardiaque et de le faire redescendre un peu sur terre. Il l‘avait sorti de son introspection pour l’inviter à se concentrer sur autre chose. Une fois de plus, Zach se rendait compte que sa relation avec son cadet était bien plus complexe que ce qu’il n’y paraissait. S’ils s’étaient beaucoup cherchés et avait sans doute voulu s’étriper un bon nombre de fois, il y avait au fond une sorte de respect cordial, quelque chose qui faisait qu’ils arrivaient en un sens à ne pas nourrir de rancœur.

« Je suis sûr que quelqu’un se proposera assez rapidement pour prendre ta relève auprès de Layla… »

Zachary poussa alors un soupir mais qui n’était pas complètement vidé d’humour et de malice. Oui Layla avait sans doute des tonnes de prétendants et si la majorité étaient suffisamment malins pour éviter de le montrer devant le grand frère protecteur qu’il était, il y en aurait forcément un pour faire le mariole. Comme l’avait fait Enzo sauf que lui, il n’était pas sérieux au fond mais bref.
Zachary passa alors une main sur son visage, comme s’il cherchait à se remettre les idées en place, à y voir plus clair. Il posa ensuite de nouveau ses yeux sur Enzo. Cette fois, il avait réussi à mettre réellement de côté l’histoire avec William et à ne voir devant lui qu’un sale gosse qui lui avait donné du fil à retordre mais pour qui, malgré tout, il avait une sorte d’affection. Même si ces derniers temps il avait pas mal déconné, Zachary n’en restait pas moins un des plus vieux élèves de cette école et depuis l’Occupation, il s’était toujours senti responsables de tous ses cadets. C’était quelque chose qui n’expliquait pas forcément mais qui était bien présent en lui.

« J’espère que tu trouveras ce que tu cherches à l’extérieur. »

Et malgré tout ce que les mauvaises langues pourraient dire, c’était sincère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 18115
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: I never meant to do you wrong [Enzo]   Ven 24 Nov 2017 - 21:31

Je surfe sur une vague de dérision, lui embrasse la surprise. On change complètement de registre, je pense sincèrement que c’est la meilleure chose à faire et ce pour tout le monde. Pas que j’envisage de rester des heures en sa présence pour tailler une bavette mais on n’est pas des sauvages. Pas toujours.

« Tu arrêtes tes études ? »
« Je les arrête ici en tout cas, oui. »

Je remarque que son langage corporel se modifie, s’apaise je dirais, et je crois que le mien en fait autant. J’ai rien contre ce type, il a supporté toutes les misères que j’ai pu lui faire parce que ça m’amusait mais je n’ai jamais eu de réels ressentiments envers lui et j'ai l'impression que c'est plutôt réciproque à vrai dire.
Ce qui s’est passé samedi ne restera pas gravé dans ma mémoire. J’ai clairement pas apprécié c’est vrai mais je ne suis pas du genre rancunier d’autant que j’ai dit ce que j’avais à dire. Le reste, je persiste, ça ne me regarde pas et il est révolu – ou presque – le temps où je regardais un type de travers parce qu’il a posé, un jour, ses mains sur la personne qui partage mon quotidien aujourd'hui alors que ça n'était pas le cas à l'époque. Ça s'est mal passé entre eux, un truc coince encore aujourd'hui manifestement et non ça ne me fait pas plaisir bien sûr mais c'est comme ça, on a tous un bagage, une histoire, alors j'accepte, je me tais et je reste en retrait. Point. Tant qu'il ne me parle pas de ça ni de Will, tout se passera bien. Disons que je saurais rester cordiale.

« Je suis sûr que quelqu’un se proposera assez rapidement pour prendre ta relève auprès de Layla… »

Il soupire mais je devine une trace de sarcasme, d'humour en tout cas, derrière son agacement et sa lassitude de grand frère protecteur.

« Alors ça c’est certain, faut pas rêver. »

Le rire que je laisse échapper est on ne peut plus spontané et amusé bien qu'il reste bref.

« Mais personne d'aussi insupportable, j'y mets un point d'honneur. »

Je laisse tomber le masque, la tension retombe et le malaise se brise. Je n'ai pas vraiment de mal à laisser ressurgir le petit con arrogant que j'ai souvent été avec lui, celui contre qui on n'arrive pas vraiment à s'énerver parce qu'il reste attachant bien qu'on ne sache jamais vraiment sur quel pied danser. Je vous assure, c'est tout un art et je le maitrise à la perfection. Dans tout ça c'est bien évidemment pour jouer au plus malin, le provoquer un peu et passer définitivement à autre chose je crois. Surtout ça. Le naturel qui revient, tout simplement.

« J’espère que tu trouveras ce que tu cherches à l’extérieur. »
« Merci, c’est gentil. »

Oui, ça l’est, je le pense sincèrement tout comme j’ai le sentiment que lui aussi a prononcé ces mots avec sincérité. Est ce que je sais réellement ce que je cherche ? Ça été très clair pendant un moment, pour l'heure je crois que j'ai juste hâte de rentrer, souffler, prendre les jours les uns après les autres et voir comment ça se profile. Au fil de mes envies, de mon instinct, du hasard aussi peut-être j'en sais trop rien. J'ai envie de foutre mes pieds dans le sable et ne rien faire, passer des heures sur mes planches, dans mon hamac, écouter et observer l'océan, me laisser vivre … Partager des moments avec les gens que j'aime, aussi, évidemment. L'avenir, les cours, tout ça … Je presse sur pause. Les examens viennent à peine de se terminer, on a tous besoin de débrancher.

« Tu restes toi ? »

Mains dans les poches de mon short, je sens mes épaules s'affaisser définitivement. Et dans ma question un réel intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1544
Date d'inscription : 25/03/2015
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Ems / Ju' / Caem / Ethan / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3179-zachary-disemba-let-s-dance
MessageSujet: Re: I never meant to do you wrong [Enzo]   Lun 27 Nov 2017 - 11:51

Accepter de ne pas réagir sur chaque mot et de laisser la conversation se poursuivre avait sans doute été la décision la plus sage que Zachary avait prise ces derniers jours. Enzo n’était pas au cœur de sa colère et si certains de ses mots le blessaient, il devait aussi faire la différence entre ce qui méritait d’être argumenté et ce qui devait être laissé tel quel. Pour une fois, son envie maladive de fuir les conflits avait peut-être été bénéfique. Enfin, toujours était-il que la pression était redescendue d’un cran entre les deux jeunes gens et qu’Enzo s’aventurait même à faire un peu d’humour en parlant de Layla. Zach fut surpris de l’entendre rire mais, instinctivement, cela fit naître un sourire sur son visage. Faible, mince, mais un sourire tout de même. Il se demandait si Layla était au courant de la décision d’Enzo. Ces deux-là n’étaient pas ultra proches mais ils avaient l’air de bien s’entendre et peut-être que ce choix pouvait avoir un impact sur elle, la pousser à réfléchir à certaines choses. Il lui en parlerait sans doute mais pas tout de suite. Il ne voulait surtout pas qu’elle prenne mal sa question surtout après le comportement qu’il avait eu avec elle.

« En même temps, t’as placé la barre très haut. »


Oh oui, ça c’était certain. Mais peut-être que cela finirait par lui manquer de n’avoir personne sur qui déverses son besoin viscéral d’être un grand-frère protecteur. Enfin, la décision d’Enzo l’interpellait et pas uniquement pour ça. Il se doutait que c’était un chemin que d’autres allaient peut-être suivre. Leur rapport au monde et à cet école avait changé c’était certain. Certains n’en pouvaient peut-être plus de voir ces murs et les souvenirs s’y rattachant. Ce serait parfaitement compréhensible… Pourtant, quand Enzo lui retourna la question, Zachary sentit bien que l’hésitation n’était nullement présente chez lui.

« Je peux pas partir. »

Zachary se rendait compte qu’à ses yeux, c’était une évidence. Ce n’étiat pas seulement lié à Layla, c’était plus vas que ça. Il le ressentait au fond de ses tripes, il n’avait pas le droit de partir maintenant.

« J’ai envie de poursuivre mes études bien sûr et j’ai un bon enseignement ici. Mais surtout, je peux pas abandonner l’école. Je fais partie des élèves les plus vieux et depuis le début j’aide le personnel, j’assure la sécurité des autres et je crois qu’il est important que je reste pour ça. »

Zachary ne disait pas cela pour se rendre important. Il avait conscience qu’il avait un statut particulier de part son âge. Son rôle de préfet en chef n’était à ses yeux pas seulement symbolique et lié au respect des règles de l’école. Dans un autre contexte il l’aurait sans doute pris ainsi mais pas là. La violence, la peur, étaient à chaque recoin de couloirs même si chacun faisait de son mieux pour qu’une vie normale reprenne entre les murs de l’école. Zachary n’aidait pas les gardiens et professeurs pour se donner bonne conscience. Il se sentait investi auprès des autres élèves. Il voyait en eux comme une multitude de petits frères et sœurs sur qui il devait veiller. Alors non, il ne pouvait décidément pas partir maintenant.

Zachary poussa alors un soupir et glissa ses mains dans ses poches. Il se rendait compte que parler de ça l’enflammait légèrement, lui redonner un peu de peps. Il fallait peut-être qu’il fouille dans cette direction si c’était au final ce qui l’aidait à sortir un peu la tête de l’eau et de ce flou qui commençait sincèrement à lui peser.

« Tu comptes poursuivre des études alors ? Dans le monde moldu ? »

Zachary savait que c’était une possibilité et lui-même aurait pu envisager de la suivre. Il ne s’interdisait d’ailleurs pas un jour de s’intéresser à la psychologie et à la psychiatrie chez les moldus. Il savait cependant que ce n’était pas un chemin que tous les sorciers admettaient, bien au contraire. Ils en payaient les conséquences tous les jours… Enzo se mettrait peut-être en danger en prenant cette route mais il était hors de question qu’ils arrêtent de vivre tous autant les uns que les autres. Avancer était la meilleure réponse à donner.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 18115
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: I never meant to do you wrong [Enzo]   Mer 29 Nov 2017 - 12:32

Un peu que j’ai placé la barre très haut et quelque part j’espère bien que personne ne réussira à la dépasser. C’est mon petit plaisir égocentrique, ma façon de marquer les esprits, chacun ses vices. En attendant il est clair pour moi – et pour lui aussi, je pense. De même que pour elle, je l’espère – que Layla n’a pas été qu’un jeu. Une amie ? Je ne sais pas. Une personne que j’apprécie beaucoup en tout cas et avec qui j’aime passer du temps même si c’est relativement « rare » au final. Elle a été ma comparse, ma complice même, durant tout le temps où on a pris notre pied à faire tourner son frère en bourrique mais l’affection que je lui porte ne tient pas seulement à Zachary. Elle fait sans doute partie des personnes avec qui je ne garderais pas spécialement contact une fois dehors mais si d’aventure on devait se croiser à nouveau ça serait avec grand plaisir. Pourquoi pas d’ailleurs. Et puis dans le fond, je suis certain que je vais finir par manquer à ce grand gaillard … Page définitivement tournée ? Je pense que oui, encore une fois dans la mesure où certains sujets ne reviennent pas sur le tapis mais je crois qu’on est d’accord tous les deux pour dire que c’est une bonne idée de passer à autre chose.

De Layla à l’avenir, donc.

« Je peux pas partir. »

Le moins que l’on puisse dire c’est que sans précipitation pour autant il n’y a pas la moindre trace d’hésitation dans le son de sa voix. Ses raisons ? J’en ai une petite idée, je crois.

« J’ai envie de poursuivre mes études bien sûr et j’ai un bon enseignement ici. Mais surtout, je peux pas abandonner l’école. Je fais partie des élèves les plus vieux et depuis le début j’aide le personnel, j’assure la sécurité des autres et je crois qu’il est important que je reste pour ça. »

Hochement de tête de ma part, rien de plus. Sans aller jusqu’à dire que je comprends pourquoi il fait ça, je comprends néanmoins qu’il ait ce cheminement de pensées. Si je me sens coupable de ne pas avoir le même ? Ça a pu m’effleurer l’esprit l’espace d’une seconde mais je suis au clair et en accord avec mes choix. Je ne suis ni un soldat, ni un héros, je ne l’ai jamais été. J’ai juste fait ce que j’ai pu, comme j’ai pu, pour survivre et pour protéger mes proches. Les autres, je l’admets, ont toujours été en arrière-plan, voir inexistants, et pas une seconde je n’envisage de prendre part à ce combat, pas de cette façon-là en tout cas.
Mais je reconnais le courage et l’implication de mon ainé, respecte son choix pour ce qu’il représente. Il se sent investi et c’est tout à son honneur j’espère simplement pour lui que tout ira sinon bien au moins pour le mieux. Je n’éprouve pas d’admiration pour lui face à son engagement mais je me dis qu’il en faut des comme lui, pour contrebalancer ceux qui comme moi décident qu’ils en ont trop bavé et que tout ça c’est terminé. Je pense qu’on n’a peut-être pas tous le même regard sur tout ça, pas le même vécu, pas le même tempérament non plus ça c’est certain et surtout aucun compte à rendre à qui que ce soit. Chacun ses choix. J’peux pas prétendre connaitre le gars par cœur ni même très bien dans le fond mais ça ne m’étonne pas tellement de lui et j’ai surtout pas vraiment de mal à le visualiser dans ce rôle, celui du gardien, du protecteur des plus jeunes.

« Tu comptes poursuivre des études alors ? Dans le monde moldu ? »
« Je pense que c’est effectivement comme ça que ça va se passer, oui. »

Détendu, toujours les mains dans les poches, je danse d’un pied sur l’autre sans réellement m’en rendre compte quand un rire bref mais amusé, un peu sarcastique néanmoins, m’échappe.

« J’vais sûrement pas faire l’unanimité chez moi mais … enfin ça ne sera pas la première fois que je suis en marge, ils doivent commencer à avoir l’habitude. »

Ironie. Autodérision.
Appréhension ? Pas tellement.

« J’veux bosser dans et pour le milieu marin, les animaux principalement. Les moyens d’y parvenir sont à mon avis assez nombreux et d’autant plus si on élargit au côté Non-Magique, à moi de voir celui qui me convient le mieux. »

Haussement d’épaules. Léger sourire. C’est vrai que pour le moment j’ai du mal à me visualiser retournant sur les bancs de l’école alors que j’ai buché comme un dingue ces derniers mois y compris dans cet optique là mais j’imagine que ça reviendra. Le mode vacances est simplement activé, tout ce que j’ai envie de faire, tout ce à quoi j’ai envie de penser, c’est clairement autre chose. Comme tout le monde à mon avis.

« Et très honnêtement, ça me soule de devoir attendre encore 5 ans avant de me lancer dans un truc qui me plait et m’intéresse réellement. Je m’ennuie en cours ici, autant être honnête là aussi. »

Nouveau haussement d’épaules. Oui, j’ai repiqué, mais pas parce que je suis un mauvais élève. Pas la peine d’entrer dans les détails, ça ne change de toute façon rien aux faits, mais je préfèrerais passer mes journées à analyser – entre autres – les mœurs des requins et surtout, à aller sur le terrain. Ça me démange de plus en plus. Je sais bien qu’il n’y aura pas que ça, que certains cours – si je suis cette voie-là effectivement – me fascineront autant que l’Histoire de la Magie ou l’Astronomie, que je vais en chier pour rattraper le cursus Non-Magique, mais j’aurais au moins commencé à me spécialiser. Et surtout j’aurais tenté. Pas de regret, même si je me casse la gueule ou réalise que finalement ça ne me plait pas. J’ai 18 ans, j’veux passer aux choses sérieuses et ne plus « perdre » de temps.

« Et toi Grand Sage, toujours branché Psychomagie ? »

C’est dit avec un sourire en coin mais sans la moindre trace de moquerie, je tiens à le préciser.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1544
Date d'inscription : 25/03/2015
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Ems / Ju' / Caem / Ethan / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3179-zachary-disemba-let-s-dance
MessageSujet: Re: I never meant to do you wrong [Enzo]   Mer 29 Nov 2017 - 19:59

Chacun sa direction, chacun son choix de vie. Si Zachary n’avait nullement hésité à la question d’Enzo, il n’attendait en aucun cas à ce que tout le monde pense que lui. Il se sentait investi d’une sorte de mission auprès des élèves de Poudlard, aussi mystique que cela puisse paraître. Il ressentait la nécessité de les aider, l’envie aussi. Mais tout le monde ne pouvait avoir la même envie, les mêmes besoins. Il fallait que certains partent et il le comprenait parfaitement. Cela faisait si longtemps qu’ils vivaient tous avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête… Si Layla lui disait qu’elle préférait quitter l’école il le comprendrait et sans doute même irait-il l’encourager. Voir autre chose, s’offrir un second souffle c’était humain, nécessaire parfois même. Enzo avait raison de suivre cette voie si c’était celle qui lui semblait être dessinée pour lui. Comme il pouvait s’en douter, il avait en plus un plan et l’intention de faire quelque chose dehors. Zachary était loin de penser qu’Enzo était un branleur bien que celui-ci ait parfois tenté, d’une certaine manière, de le lui faire croire. Il voulait étudier chez les moldus et ça risquait de ne pas passer dans sa famille ? Zach ne put réprimer un sourire.

« Et toi aussi. Je crois que tu as pas mal appris à assumer tes choix et à montrer aux autres qu’ils n’ont pas d’autre possibilité que d’accepter. C’est une force. »

Zachary disait cela avec amusement mais cela n’empêchait pas d’être sincère. Enzo était un jeune lycanthrope, ayant fréquenté un moldu puis un autre sorcier. Il n’avait pas le parcours atypique et classique et pourtant, il avait ces derniers temps s’afficher à la face du monde avec naturel, montrant qu’il assumait ce qu’il était et que si les autres avaient un souci avec ça, ça ne changeait rien. La famille c’était toujours particulier mais Zach espérait sincèrement qu’il ne changerait pas sa façon d’être pour eux. Le monde moldu était riche et le choix du Gryffondor s’expliquait d’autant plus par la vocation à laquelle il semblait se destiner.

« C’est un joli projet. »

Zachary hocha la tête. Il n’était pas surpris qu’Enzo soit intéressé par le monde aquatique et animalier. Pas surpris non plus qu’il s’ennuie en court. Zach avait laissé échapper un rire.

« Les longues études c’est clairement pas fait pour tout le monde. »

Et Zachary en savait quelque chose. Lui s’était engagé dans une voie qui lui prendrait du temps et il en avait conscience. Pour autant, cela ne le dérangeait pas. Il aimait étudier même s’il n’était pas le dernier à se plaindre quand il avait un peu trop de boulot. Il aimait l’exercice intellectuel, la réflexion, la construction lente de la pensée. Mais il comprenait aussi que certains en aient marre et veuillent plus de concret. Ça ne lui allait pas si mal au final, ce surnom de Grand Sage.

« J’adore sonder les âmes des jeunes en détresse… »

Zachary afficha alors un sourire carnassier, l’espace de quelques secondes avant de rire.

« Blague mise à part oui, je crois que j’ai trouvé quelque chose qui me correspondait bien. Et vu la tournure que prend notre monde, j’ai l’impression que je ne risque pas de manquer de boulot… »

Cette fois Zachary poussa un profond soupir. Il devait bien avouer que si la psychomagie l’intéressait sincèrement, l’idée que le nombre de traumatisés ne risquait que d’augmenter ne le mettait pas spécialement en joie. Ce serait intéressant sans nul doute mais c’était le signe d’un monde bien trop violent. Zach ne perdait pas espoir pour autant, il se concentrait sur la renconstruction, espérant sincèrement que les violences allaient s’arrêter bientôt. Etait-ce réaliste ? Difficile à dire mais s’il arrêtait de croire en ça, il était quasi certain de sombrer dans le désespoir alors autant garder ses croyances.

« Je vais aller retrouver ma sœur pour déjeuner, je te laisse. »

Zachary était content d’avoir renoué avec Layla et il était heureux de pouvoir passer un peu de temps avec elle. Elle aussi sans doute, elle râlerait pour la forme, il en était certain mais retrouver sa sœur après tout ça était sans doute la meilleure chose à faire. Elle était son ancrage sans qu’elle ne s’en rende nécessairement compte et sans doute aussi, un de pilier l’empêchant souvent de faire des conneries plus grosses que lui. Pas toujours malheureusement.

« Bonne route Ryans. Et si un jour t’as besoin d’une consultation… »

Zachary sourit alors avec amusement à son camarade avant de se retourner pour prendre la direction du Château. Savoir que la tension était redescendue avec Enzo l’allégeait malgré tout.

- Fini pour moi -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 18115
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: I never meant to do you wrong [Enzo]   Jeu 30 Nov 2017 - 18:58

« J’adore sonder les âmes des jeunes en détresse… »

C'est ça, fait le malin Disemba … Il se passe quoi si je vais sonder dans la tienne ? Je l'admets c'est un peu le message que transmet le sourire tout aussi carnassier que je lui rends. Je sais très bien qu'il plaisante, je ne suis pas là pour raviver la tension entre nous deux loin de là et son rire est de toute façon communicatif.
En attendant, discuter avec un mec comme lui vous filerait presque … pas des complexes mais un peu de culpabilité. Il a l'air de vouloir consacrer sa vie à aider les autres, moi tout ce que je veux c'est qu'on me foute la paix … Le don de soi, je l'ai pratiqué à l'extrême pas pour de bonnes raisons ou plutôt pas dans de bonnes conditions alors j'imagine que ça laisse des marques. Y a un juste milieu à trouver là-dedans je suppose, d'autant que même si effectivement je ne compte pas œuvrer pour l'humain, je compte le faire pour l'animal, la nature en général. Je me dis que ça compense ? Ça n'a pas d'importance de toute façon, chacun sa voie et c'est tout.

« Blague mise à part oui, je crois que j’ai trouvé quelque chose qui me correspondait bien. Et vu la tournure que prend notre monde, j’ai l’impression que je ne risque pas de manquer de boulot… »

Vague grimace de ma part. Ok j'ai tendance à volontairement porter des œillères mais certaines choses sont trop imposantes pour réellement les ignorer. J'ai longtemps vécu dans ma petite bulle tranquille, la vie m'en a sorti brutalement il y a trois ans et aujourd’hui encore je découvre le monde un peu jour après jour mais je constate. Qu'il soit Magique ou Non-Magique, le monde a l'air de marcher un peu travers. Je ne sais pas si c'est moi qui suis naïf, ou simplement optimiste, mais j'ai envie de me dire que ça peut encore s'arranger, qu'il reste encore pleins de belles choses à voir, à faire, à penser et à découvrir. Cela étant, ne serait-ce qu'entre les murs de ce château, il ne risque effectivement pas de manquer de boulot …
J'ai pas oublié le jour où Isma m'a clairement fait comprendre que ça serait peut-être une bonne idée que j'aille voir Kingsley et pourtant, j'ai jamais fait le moindre pas dans cette direction. J'en ai discuté avec Ora, ça m'a permis d'y voir un peu plus clair et je ne me sens pas fermé à ça mais je crois que j'ai juste enclenché le processus de guérison par moi-même, grâce à mon entourage également, et que pour l'instant en tout cas je ne ressens ni l'envie ni le besoin d'aller m'assoir dans le bureau d'un psy. Peut-être que ça me claquera à la gueule dans quelques années, pour tout un tas de raisons, mais d'ici là je préfère me concentrer sur l'instant présent, regarder vers l'avant et laisser le passé là où il est.

« Je vais aller retrouver ma sœur pour déjeuner, je te laisse. »
« Ça marche. »

Et même pas une vanne, une provocation, concernant sa frangine ne me vient. C'est triste. Je me sens presque vide … J'ai en revanche une pensée pour mon frangin, me disant que d'ici quelques jours, quelques heures peut-être même, je vais le retrouver. Partagé entre impatience et appréhension.

« Bonne route Ryans. Et si un jour t’as besoin d’une consultation… »

Il sourit, un rire bref m'échappe et j'ai le « connard » sur le bord des lèvres. Croyez-le ou non mais ce « connard » que je ne formulerais pas, il est presque affectueux. D'autant que je ne suis même pas sûr qu'il s'agisse là d'une provocation de sa part.
Je le suis du regard quelques secondes, un peu perdu dans mes pensées, puis tourne la tête vers le Saule Cogneur, un sourire absent sur les lèvres quand je revis le fil de certaines choses dans ma tête. Je laisse un paquet de souvenirs ici, des mauvais comme des bons, mais c'est sans aucun regret.

En attendant je suis toujours là et ce matin en me levant j'ai fait une promesse à quelqu'un, une promesse que je compte bien tenir et qui me revient en tête alors qu'un sourire sournois étire mes lèvres. La seconde suivante je reprends ma course, rentre à mon tour au château dans des foulées tranquilles jusqu'à ce que je trouve l'objet de mon attention ...

« Putain ! »

… Et que je le chope par surprise avant de le balancer sur mon épaule. Croc-magnon, hum ? Regarde, je te ramène à la grotte comme si t'étais un bon gibier appétissant.

« Je t’avais prévenu. »

C'est dit presque en chantonnant, large sourire sur le visage. Oui, je l'avais prévenu : La douche c'est tous les deux.

▬ FIN ▬
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I never meant to do you wrong [Enzo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
I never meant to do you wrong [Enzo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP] Entretien avec Enzo Blackney
» 03. What's wrong with you ?
» [1616] Right way to do Wrong.
» Keith Graham ~ Love all, Trust a few, do Wrong to none. [FINI]
» Léo ∆ I will show another me, I'll tell them what the smile on my face meant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Outside :: Le Parc de l'Ecole. :: ─ Environs du Saule Cogneur.-
Sauter vers: