AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 faites moi de la place, juste un peu de place pour ne pas qu'on m'efface feat caem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 104
Date d'inscription : 13/07/2017
Crédits : uc
Double Compte : AIDEN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3943-fiche-de-liens-yassen-uc
MessageSujet: faites moi de la place, juste un peu de place pour ne pas qu'on m'efface feat caem    Mer 30 Aoû 2017 - 17:49

J'avais passé une mauvaise nuit et j'étais donc par conséquent de mauvaise humeur. Ce n'était pas rare chez moi de me lever du mauvais pied. Je dormais mal en ce moment et j'étais toujours d'une humeur massacrante. Il ne fallait pas me faire chier. J'ai été déjeuner et même si on m'avait parlé je n'avais pas fait attention. J'avais fait un vieux cauchemar et ça me perturbais. C'était peut-être le fait que j'avais parlé de tout ça avec Enzo. J'avais revu l'année des supérieurs et ensuite tout était devenu un peu bizarre. Je m'étais retrouvé dans un cachot avec Danny et j'avais rêvé que je le torturais et que j'en venais même à la tuer. Je m'étais réveillé en sursaut pour me rendre compte que je n'avais jamais fait ça et que je n'aurais pas pu lui faire du mal, seulement j'en avais fait à d'autres personnes et c'était sûrement à cause de ça que je n'étais pas tranquille et que je me faisais des tas de films. Je n'avais pas forcément fait les bons choix et je le regrettais souvent mais je ne pouvais pas changer le passé. Je ne pouvais pas revenir en arrière, bon avec un retourneur de temps je le pourrais peut-être, mais ce n'était pas permis, alors il fallait que je fasse avec. Machinalement après manger je suis retourné dans la salle commune et j'ai été écrire une lettre pour mon petit que j'ai été lui envoyé directement. Je ne pouvais pas m'empêcher de m'inquiéter pour lui. En revenant de la volière je suis tombé sur des filles de ma promo et de ma maison. Je les connaissais parce qu'elles étaient amies avec Kayla … et c'était mon ex, c'était aussi la sœur de mon petit ami. J'ai levé les yeux au ciel en les voyant chuchoter et rire. Je savais qu'elles ne m'aimaient pas et sans doute qu'elles se moquaient de moi pensant que je ne les verrais pas. Je suis passé devant elle sans trop faire attention, du moins je ne voulais faire comme si je ne les entendais pas, mais pour le coup c'était raté. J'étais encore plus de mauvaise humeur et j'ai jeté un œil derrière moi en leur lançant un regard qui tue. Les filles je vous jure … Je me demande encore pourquoi je me fait autant de soucis à cause de tout ça. C'est ridicule. En fait, j'ai juste beaucoup de mal à accepter qu'on parle sur mon dos et qu'on ne vient pas me dire en face les choses et d'ailleurs j'ai fait demi-tour et je me suis dirigé vers elles et je leur ai fait comprendre que si elles avaient quelque chose à me dire il valait mieux qu'elles le fassent maintenant mais évidement elles ont fermés leur bouche. J'ai levé les yeux ciel. Tous les même. On parle derrière mais devant ce n'est plus la même chose.

J'ai continué mon chemin et je suis rentré dans quelqu'un. Je ne savais pas si c'était moi qui l'avait bousculé ou si c'était lui, j'étais tellement dans mes pensées que je n'avais pas regardé où je m'étais les pieds, mais comme j'étais de mauvaise humeur et que je n'étais pas connu pour être de bonne foi j'ai lancé d'abord une insulte en Russe. Je ne pouvais pas m'en empêcher, c'était ma langue maternelle, du moins ma mère me l'avait apprise en même temps que l'anglais et je parlais aussi bien anglais que Russe et quand je m'énervais c'était toujours dans cette langue. Je trouvais que ça sonnait mieux. Et puis j'ai ajouté en oubliant de repasser par l'anglais :

« Je ne suis pas invisible à ce que je sache. »

Je n'aimais pas admettre que j'étais en tort. C'était idiot parce que ça m'empêchais d'avoir de bonne relations avec mes camarades mais j'étais comme ça. On l'acceptait ou pas, mais je n'avais pas envie de changer. J'avais déjà vu ce type dans l'école, il me semblait que son nom était Caem, mais comme pour tous les autres je n'avais jamais cherché à apprendre à le connaître. Je n'étais pas de nature très sociale alors forcément ça n'aidait pas et puis mon passif avec les supérieurs faisaient qu'en générale les élèves s'écartaient sur mon passage et ne voulaient pas me parler, au moins j'étais tranquille même si je commençais à en avoir marre qu'on me juge pour ce que j'avais fais. C'était passé, il fallait tourner la page mais c'était plus facile à dire qu'à faire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1872
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: faites moi de la place, juste un peu de place pour ne pas qu'on m'efface feat caem    Jeu 31 Aoû 2017 - 21:08

~ Vendredi 26 juin – Avant les épreuves du matin ~

Il ne restait plus qu’une journée d’épreuves et Caem n’attendait qu’une chose : que ça se termine. Son mauvais pressentiment ne faisait que s’aggraver. Ou plutôt, il se rendait compte qu’il n’avait pas brillé sur les épreuves. Il craignait d’avoir des résultats vraiment peu satisfaisants et il fallait bien avouer que ça lui avait mis un petit coup au moral. Cependant, il faisait de son mieux pour ne pas y songer tout de suite. Il aviserait le moment présent, ça ne servait strictement à rien de se prendre la tête tout de suite. Au réveil, le Poufsouffle avait donc décidé de ne pas traîner pour ne pas remuer dans son coin. Il s’était donc levé en vitesse, avait avalé un petit déjeuner très léger et était parti courir. Il remangerait un peu s’il le fallait plus tard. Une fois dehors, il se sentit bien. Il n’avait pas un rythme de fou, sa foulée ne devait pas être impressionnante mais au moins, il décompressait. Courir lui faisait du bien et depuis le début des examens il le faisait encore plus. En voilà, un point positif !

Caem avait donc couru un petit moment avant de décider qu’il avait suffisamment les idées claires et qu’il était prêt à affronter la suite de sa journée. Il avait donc l’intention d’aller prendre une petite douche avant d’aller faire un bisou à Killian et de partir à son examen. Le soir, il irait voir Enzo pour faire un peu la fête. Sans alcool bien sûr mais juste histoire de célébrer la fin des examens. En attendant, il fallait tout de même affronter cette journée. Reprenant un rythme de marche normal, Caem entra finalement dans le Château. Il était en train de se demander s’il devait passer chez les Gryffondors ou en Grande Salle pour trouver Killian lorsque sa route croisa celle de quelqu’un. Il ne faisait que partiellement attention à où il marchait et il percuta un élève sans s’en rendre compte. Alors que Caem s’excusa immédiatement, il entendit un mot qui lui était étrangement familier. Il fronça alors les sourcils et regarda le jeune homme en face de lui qui avait repris la parole mais pas en anglais.

« Moi non plus. »

Caem avait répondu dans la même langue que son interlocuteur, en russe. Il avait parlé légèrement sèchement, ce qui n’était pas vraiment dans ses habitudes mais sur le coup il avait été un peu scié. Il n’appréciait pas particulièrement qu’on l’insulte et ce qui l’avait encore plus interpellé c’était que Yassen, puisque Caem le connaissait juste vaguement de vu, avait parlé en russe. Du genre à insulter quelqu’un dans une langue inconnue… Sauf que mauvaise pioche, Caem était bilingue.

« Je m’excuse une nouvelle fois, je ne t’avais pas vu. Mais c’est pas une raison pour m’insulter. »

Cette fois, le ton de voix de Caem s’était radouci. Sur le coup, il avait réagi un peu vivement mais il avait vite repris le contrôle de lui-même. Il n’était pas du genre à apprécier les conflits et espérait plutôt que Yassen se rendrait compte de son erreur et que tout finirait simplement. Par contre, sans s’en rendre compte, Caem avait continué de parler en russe. Elle restait la langue qu’il avait le plus parlé dans sa vie et face à quelqu’un qui la comprenait, instinctivement, il l’employait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 104
Date d'inscription : 13/07/2017
Crédits : uc
Double Compte : AIDEN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3943-fiche-de-liens-yassen-uc
MessageSujet: Re: faites moi de la place, juste un peu de place pour ne pas qu'on m'efface feat caem    Sam 9 Sep 2017 - 18:50

Je n'ai pas fait attention qu'il m'avait répondu dans la même langue que moi. C'était tellement naturel de parler en russe que parfois ça venait tout seul et je répondais aux gens de cette façon, et ils me redemandait ce que j'avais dit. Alors que là il avait répondu et c'était comme si on me parlais en Anglais. Il me disait que lui non plus, lui non plus n'était pas invisible. J'ai froncé les sourcils. Je n'étais pas du genre à m'excuser à mon tour. Il y avait peu de monde qui m'entendait dire « je suis désolé », même si ça commençait à arriver plus souvent. J'avais besoin de confiance avant de dire ces mots, j'avais besoin de connaître beaucoup de choses avant d'accorder mon pardon à quelqu'un. J'ai toujours été difficile, j'ai toujours été un peu asociale, surtout depuis l'épisode des supérieurs, parce que tout le monde me pensait vendu, tout le monde disait du mal dans mon dos et je ne faisais plus confiance à personne. Je n'avais jamais voulu tout ça. J'avais suivi le mouvement parce que je n'avais pas tellement pris conscience de ce que ça impliquait et quand je l'avais compris il était trop tard et je n'avais pas pu revenir en arrière il y aurait eu trop de conséquences dramatiques. Je me suis senti pourtant coupable cette fois. J'étais de mauvaise humeur et ça ne m'aidait pas à être un peu plus gentil.

« D'accord … tu ne l'es pas. »

J'admettais qu'il avait raison, c'était presque des excuses et c'était déjà beaucoup. Je me surprenais moi-même surtout que c'était tout à fait contradictoire. Ça ne me ressemblait pas, mais en ce moment je ne savais plus très bien qui j'étais. J'étais perdu. J'avais été quelqu'un qu'on me forçait d'être pendant tout ce temps et maintenant que je pouvais être moi-même je ne savais plus comment agir. Je ne savais plus avec qui je devais être gentil. On avait tiré des ficelles au-dessus de ma tête et je n'avais fait que ce qu'on me demandait. J'avais souvent réfléchit à ce que je devrais faire une fois que tout serait terminé et je n'avais jamais trouvé la réponse et aujourd'hui j'étais encore plus perdu.

« Autant pour moi … Je n'ai pas vraiment réfléchis quand j'ai dis ça. Je suis un peu sur les nerfs. »

Ces deux filles m'avait énervé et ça se sentait. Ce n'était en plus pas le moment pour ça. On avait encore des épreuves et j'avais besoin de me concentrer pas de penser à toute ces conneries et pourtant c'était mon lot quotidien et j'en avais assez.

« On s'est déjà vu non ? Tu as poufsouffle ?»


Je ne connaissais pas forcément son prénom mais je savais ça maison, ce n'était pas difficile à reconnaître en même temps. Ca commençait à faire un moment qu'on était dans le château et qu'on étudiait, on reconnaissait forcément des têtes même si on ne les connaissait pas personnellement de toute manière on n'avait pas le temps de parler à tout le monde, il y avait trop de monde et personnellement je n'étais pas particulièrement sociable et je savais que je n'étais pas le seul. Je n'avais pas cessé de parler en russe avec lui et je m'en suis aperçut alors j'ai dis :

«Attends ... tu es russe ? Tu viens de quelle ville?»


J'étais surpris qu'il puisse y avoir quelqu'un qui me comprenne. Je n'avais pas vécu en Russie mais j' ma mère m'avait emmené et j'avais appris la langue naturellement puisqu'elle me parlait souvent dans cette langue alors forcément j'étais bilingue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1872
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: faites moi de la place, juste un peu de place pour ne pas qu'on m'efface feat caem    Dim 17 Sep 2017 - 16:46

Eviter les conflits étaient une seconde nature pour Caem. Non pas parce qu’il en avait peur, simplement parce qu’il considérait que la majorité du temps, ça n’en valait pas la peine. Le russe n’était pas du genre à avoir des ennemis, à vouloir se braquer contre quelqu’un et faire monter la sauce. Il y avait des gens qui l’agaçaient pour des raisons très particulières et il n’irait pas leur mentir s’il était confronté à eux. Pour autant, une bousculade ne valait clairement pas à son avis de s’énerver. Ne pas se laisser marcher sur les pieds oui, mais pas faire un scandale pour autant. Voilà pourquoi malgré son premier instinct d’auto-défense, Caem avait décidé de redescendre d’un étage et d’essayer de garder un calme total face à la situation. Et cela sembla plutôt porter ces fruits ce qui ne fit que conforter le jeune homme dans l’idée que la douceur était bien souvent la meilleure des solutions. Yassen admit que Caem non plus n’était pas invisible ce qui amusa passablement le russe. Il s’excusa ensuite, expliquant qu’il était sur les nerfs ces derniers temps. Le jaune hocha alors doucement la tête. Il acceptait ça et même s’il considérait que chacun devait apprendre à garder sa colère pour ceux qui en étaient à l’origine, il n’allait pas lui faire la leçon. C’était oublié et il pouvait passer à autre chose sans souci. Yassen enchaîna ensuite par une accroche qui eut le mérite d’amuser beaucoup Caem.

« Oui on s’est déjà vus. En même temps ça aurait été difficile de faire autrement. Mais oui, je suis bien à Poufsouffle. Et toi ? Serpentard si je ne me trompe pas ? »

Caem avait dit cela, toujours en russe, avec un petit sourire aux lèvres. Il ne se moquait pas, ce n’était vraiment pas dans ses habitudes, simplement il s’amusait de la situation. Quant à ses connaissances sur son camarade, elles s’arrêtaient clairement là. Il n’avait aucune idée de l’année dans laquelle il se trouvait ni d’avec qui il pouvait bien traîner. Son rôle aux côtés des Supérieurs ? Oui, ça il l’avait remarqué, comme tout le monde mais à cette époque, Caem faisait partie de ceux qui préféraient presque ne rien voir pour mieux vivre alors il ne dirait rien sur le sujet. Sauf si l’autre cherchait encore à affirmer ce genre d’idées stupides mais ça, c’était une autre histoire. Mais de toute façon, ce fut encore une fois Yassen qui prit l’initiative de la conversation. Il venait apparemment de réaliser qu’ils échangeaient jusque-là en Russe et cela amusa beaucoup Caem qui se mit soudainement à rire.

« Oui, j’ai grandi dans les environs de Moscou. Et toi tu viens de là-bas aussi ? »

Caem n’avait pas entendu parler jusque-là d’un autre élève venant comme lui de Russie mais c’était tout à fait possible qu’il y en ait un autre. Il serait amusant en tout cas qu’ils aient mis tout ce temps avant de se croiser. La vie était ainsi faite. Mais en tout cas, qu’il vienne réellement de cet immense pays ou non, une chose était sûre, il parlait très bien sa langue. Couramment, c’était évident. Et malgré tout, Caem n’était pas indifférent au fait d’entendre de nouveau ces sonorités.

« En tout cas, ça me fait plaisir d’entendre et de parler un peu russe. »

Cette langue, il l’avait parlé exclusivement pendant des années, avec sa mère. Cela avait fait d’ailleurs qu’il avait complètement oublié le gaélique, c’était son père qui lui avait appris des années plus tard qu’enfant il le maîtrisait couramment. L’anglais il l’avait gardé en Russie et il le maîtrisait désormais de nouveau parfaitement, même si parfois il avait une pointe d’accent. Il aimait bien cette langue mais le russe lui rappelait de beaux souvenirs et s’il n’avait nullement envie de plonger dans la nostalgie, il appréciait cette petite madeleine de Proust.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 104
Date d'inscription : 13/07/2017
Crédits : uc
Double Compte : AIDEN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3943-fiche-de-liens-yassen-uc
MessageSujet: Re: faites moi de la place, juste un peu de place pour ne pas qu'on m'efface feat caem    Jeu 28 Sep 2017 - 16:34

J'ai acquiescé, évidement qu'on s'était déjà croisé. Il y avait beau avoir beaucoup de monde on se voyait sans vraiment se parler et puis on ne peut pas dire qu'il ait pu me manquer avec toutes ces histoires. On savait tous quels étaient les personnes qui avaient fréquentés les supérieurs et celles qui avaient étés du bon côté. J'avais été du mauvais.J'avais beau le regretter ça n'effaçait pas mes choix, même si au fond ça n'était pas vraiment les miens. Je l'avais fait seulement parce que je savais que ma mère l'aurait voulu et qu'elle avait toujours eu beaucoup d'influence sur moi, même à mon insu et même à des kilomètres. Elle avait toujours été fier de moi, du moins jusqu'à ce jour. Aujourd'hui rien n'était plus pareil à ses yeux je n'étais plus qu'un paria, un vendu et ce n'était pas tellement ce que j'avais espéré. Je lui ai répondu :

« Ouai, c'est pas faux, et oui vu les couleurs que je porte. Je ne ressemble pas à un gryffondor, encore moins à un serdaigle. »

Je n'étais pas assez courageux pour l'un, pas assez intelligent pour l'autre et il savait que je n'étais pas poufssouffle, il ne restait donc plus qu'une option. J'aimais ma maison, mais elle n'avait pas toujours eu la meilleure des réputations et en même temps j'avais aussi joué de cette image. Je continuais de parler russe, c'était naturel, même si je n'étais pas né là-bas, j'avais appris la langue facilement, ma mère me parlait tous les jours russe et mon père anglais. J'ai finalement fini par me rendre compte qu'on parlait Russe et j'ai été surpris qu'il comprenne. Il m'avoua donc qu'il avait grandi là-bas. J'ai fait non de la tête et j'ai répondu :

« Non, je suis né à Londres, mais ma mère vient de Saint-Pétersbourg. Elle me parlait constamment en Russe quand j'étais petit et on y allait régulièrement pendant les vacances. Elle a joué dans l'équipe de Russie comme poursuiveuse.»

C'était sans doute pour ça que j'avais toujours voulu être dans l'équipe des serpentards et que j'étais désormais poursuiveur aussi. J'avais suivi ses traces mais souvent je le regrettais. Je n'avais pas envie d'être comme elle. Elle était un peu folle sur les bords. Je m'en étais rendu compte quand elle m'avait frappée à mon retour. On venait juste de passer plusieurs années à être enfermés dans le château et j'avais été accueilli par une baffe, enfin pas tout de suite, mais quand je lui avais dit ce que j'avais fait ou plutôt pas fait. J'avais eu le droit à une bonne séance d'engueulade. C'était pour ça que mon père était parti et il m'avait emmené avec lui et d'ailleurs elle était repartie en Russie.

« Ça te manque là-bas ? »

Personnellement ça ne me manquait pas tant que ça, mes souvenirs de Russie n'étaient pas tous très bon. Je préférais nettement être Anglais, même si j'appréciais certaines chose de la Russie, comme la Vodka, même si le whisky pur feu était quand même mieux, mais même si je n'étais pas né là-bas, j'avais baigné dans cette culture avec ma mère. Je l'avais dans le sang, je ne pouvais pas faire autrement c'était malgré tout une partie de moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1872
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: faites moi de la place, juste un peu de place pour ne pas qu'on m'efface feat caem    Dim 1 Oct 2017 - 19:24

Un métis comme lui. Qui avait pourtant connu la situation inverse, celle que Caem aurait dû connaître en réalité. Vivre en Angleterre, ou en Irlande, avec une mère russe. Parler cette langue à la maison et appliquer l’anglais en dehors… La vie du russe aurait dû ressembler à celle de son camarade Yassen et pourtant, au final, ils s’étaient retrouvés à avoir vécu l’inverse. C’était ainsi, impossible à prévoir. Le jaune ne voyait pas ça avec tristesse, il avait accepté les faits il y avait bien longtemps et décidé de se construire autour de ça plutôt que d’en souffrir. Il se concentra donc plutôt sur un autre détail dans l’histoire de son camarade : sa mère avait joué dans l’équipe de Quidditch de Russie. Cette idée arracha un sourire à Caem. Quand il vivait en Russie il s’était retrouvé, par la force des choses, assez éloigné du monde magique et par conséquent, il n’était pas incollable sur l’équipe de son pays et ce genre de chose. Mais l’idée n’en demeurait pas moins amusante.

« Ah c’est marrant ça. Elle avait fait ses études à Durmstrang ou à Poudlard ? »

Ses parents aussi aimaient beaucoup le Quidditch. Son père à défaut de devenir joueur professionnel était devenu vendeur de balais. Sa mère elle avait pris un autre chemin même si elle pratiquait elle aussi ce sport à l’époque de sa scolarité. Le Quidditch et le fait de voler sur un balai avaient été des symboles très forts dans son enfance, rattachés à son père. Ce qui faisait qu’il ne découvrait que maintenant le plaisir de se laisser flotter dans les airs. Mais encore une fois, la phase de la rancœur était passée depuis longtemps. Caem avait décidé depuis un moment déjà d’avancer et de se dire qu’il n’aurait jamais été le même si tout s’était passé différemment. Un mal pour un bien. Ne pas vouloir refaire les choses, accepter que la vie avait pris une certaine direction. Accepter aussi qu’il avait dû quitter la Russie.

« Oui parfois, j’y ai passé la majeure partie de ma vie alors oui, certaines choses me manquent. Mais au final, je suis bien ici aussi. »

D’ici Caem voyait mieux les défauts du pays qu’il avait pourtant aimé pendant des années. Il comprenait aussi avec l’âge que les choses n’étaient pas toutes noires ou toutes blanches. La Russie avait des qualités indéniables, une beauté qu’il ne pouvait nier mais c’était aussi un pays marqué par des années de guerres civiles et de massacres. Un pays où la haine était encore bien trop présente. Il n’était pas sûr de vouloir retourner vivre là-bas. Mais oui, parfois, il se prenait à rêver aux paysages qu’il avait toujours connu. A un moment dans la neige. Tout cela lui manquerait toujours, c’était une part de lui et il n’avait aucunement envie de l’oublier.

« C’est une richesse en tout cas d’avoir pu grandir entre deux cultures, c’est chouette que tu puisses parler les deux langues. »

Le métissage était une force. S’il y avait bien une chose dont Caem était certain s’était bien cela. Il se rendait compte maintenant qu’il aurait dû se battre pour cette idée dès le début. Qu’il aurait dû comprendre qu’il ne pouvait pas rester silencieux lorsqu’on cherchait à nuire à ce principe et à le dresser en abomination. Maintenant il savait qu’il ne laisserait plus jamais de telles idées se dresser devant lui sans qu’il n’agisse. Encore une fois, il ne niait pas son passé mais plutôt que de se battre contre ce dernier, il avait décidé d’en tirer des enseignements. Cela lui permettait d’être en paix avec lui-même et d’avancer un peu plus sereinement chaque jour. Et oui, quelque part, il était fier et heureux d’avoir réussi cette transition.

« En tout cas, si parfois t’as envie de rafraîchir ton russe, hésite pas à venir me voir, ça me fera toujours plaisir. »

Caem adressa alors un sourire franc à son camarade. Sa proposition était sincère et même si Yassen avait un passé troublé, il était le premier à croire en la rédemption.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 104
Date d'inscription : 13/07/2017
Crédits : uc
Double Compte : AIDEN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3943-fiche-de-liens-yassen-uc
MessageSujet: Re: faites moi de la place, juste un peu de place pour ne pas qu'on m'efface feat caem    Dim 8 Oct 2017 - 20:30

J'ai acquiescé quand il me demande si elle a fait ses études à Durmstrang. J'aurais aimé y aller aussi, mais elle avait quitté la Russie pour être avec mon père. Il était anglais et journaliste pour la gazette du sorcier. Elle était dans l'équipe de quidditch. Elle pouvait déménager, lui préférait rester en Angleterre et elle l'avait accepté, mais elle avait gardé sa culture et me l'avait transmise. On est souvent allé en Russie pour les vacances. Je voyais mes grands-parents, qui pour le coup ne me manquent pas forcément. J'ai trouvé d'où elle tenait son côté autoritaire et eux ils étaient pire. Je leur ai souvent fait des misères d'ailleurs. Je n'ai pas toujours été facile à gérer, surtout quand j'étais gosse. Je n'y suis pas retourné l'an passé, ma mère leur aurait sûrement parlé de moi et je n'avais pas envie qu'ils me disent aussi à quel point je les décevais. De toute manière mes parents s'étaient séparés et je n'avais plus envie de les voir. J'ai répondu :

« Ouai, elle m'a souvent parlé de Durmstrang, mon père de Poudlard mais comme on était ici. Tes parents aussi sont allé à Durmstrang?»

C'était assez étonnant, peut-être que ma mère connaissait ses parents, où l'en des deux. Je ne sais pas s'il ses parents sont tous les deux sorciers. Il a passé la moitié de sa vie là-bas. C'est assez étonnant. Je me demande pourquoi il est venu en Angleterre, sans doute qu'il avait déménagé.

« Pourquoi tu es parti?»

Je lui ai posé la question honnêtement, je n'avais pas envie d'y aller par quatre chemins, ce n'était pas mon genre, j'ai toujours été très cash et peu importe avec qui c'était. Il n'était pas obligé de me répondre non plus, il pouvait très bien m'envoyer balader. C'est en tout cas ce que j'aurais fait si j'avais été à sa place, mais je n'étais pas lui.

J'ai acquiescé, ça me plaisait aussi d'avoir un côté anglais et russe, je préférais parfois l'un, parfois l'autre, mais ce n'était pas forcément facile d'avoir une mère comme la mienne. J'aurais préféré qu'elle soit un peu plus comme mon père, moins sur mon dos, moins dans l'excès aussi mais on ne peut pas tout à voir et puis ça reste ma mère, même si je l'ai déçu. Je sais que quoi qu'elle fasse j'aurais toujours de l'admiration pour elle, bien j'aimerais que tout soit plus simple. J'ai fini par répondre :

« Oui, toi aussi. Et du coup ça n'a pas du être facile non plus d'apprendre l'anglais ? »

J'avais eu la chance d'être mêlé tout jeune aux deux langues, mais ce n'était peut-être pas son cas. Il avait sûrement du apprendre sur le tas. C'est l'un des meilleurs moyen d'apprendre une langue d'être dans le pays. Finalement la discussion avait pris un nouveau tournant. Je ne m'attendais pas à trouver des points commun avec quelqu'un, surtout pas avec quelqu'un que j'ai engueulé au premier abord. Comme quoi on peut être surpris de la tournure des événements.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1872
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: faites moi de la place, juste un peu de place pour ne pas qu'on m'efface feat caem    Lun 9 Oct 2017 - 19:29


« Non, mes deux parents sont allés à Poudlard. »

Caem avait répondu cela avec un sourire tranquille. D’ailleurs, ils étaient même sur les photos des équipes de Quidditch, photos que le russe avait découvert avec une certaine nostalgie en arrivant ici. Désormais, cela lui arrivait d’aller les voir en toute simplicité, les associant plutôt à quelque chose de joyeux qu’à un souvenir difficile. Après tout, c’était plutôt amusant d’imaginer ses parents avant lui, dans cette école. Vivre une scolarité normale, découvrir la vie au fil des années… Parfois il se prenait à imaginer sa mère dans les couloirs, adolescente. Il était sûr que déjà à l’époque c’était une jeune femme douce et attentive. De fait, il ne connaissait que peu de choses sur l’école magique Durmstrang. Il avait vécu loin du monde magique en Russie et ne savait pas trop comment la magie était envisagée là-bas. Ce serait intéressant de se questionner là-dessus, à l’occasion il irait faire quelques recherches à la bibliothèque. Mais avant ça il fallait survivre aux épreuves et pour le moment, Caem n’avait pas spécialement envie de repenser à tout ce qui pouvait se rapprocher des révisions. Etrangement… En attendant, Yassen venait de lui poser une question.

« Après le décès de ma mère je n’avais plus trop de raison de rester en Russie. »

Caem évoquait rarement sa mère surtout au cours d’une discussion anodine au détour d’un couloir. Pourtant, il n’avait pas eu envie de mentir, de faire des détours. La mort de sa mère était la seule chose qui avait justifié son départ de Russie et il se voyait mal expliquer cela sans le dire. Alors il s’était contenté de dire la vérité avec plus de facilité qu’il ne l’aurait cru. Sa mère était partie et il ne pouvait plus rien y faire. Faire son deuil, avancer, c’était aussi être capable de l’évoquer en toute simplicité. Et il avait réussi alors que lui-même n’était à la base pas sûr d’en être capable. Au final, il avait peut-être fait bien plus de chemin que ce qu’il imaginait. Il était même capable de passer à autre chose et de poursuivre la conversation alors que Yassen le questionnait sur son apprentissage de l’anglais.

« Je le parlais étant petit du coup c’est revenu plus facilement que si j’avais dû tout apprendre mais oui, au début c’était un peu compliqué. »

Un sourire amusé se dessina alors sur les lèvres de Caem. Oui, quand il avait retrouvé son père, il lui avait fallu un peu de temps avant de reprendre ses marques avec cette langue qu’il avait pendant des années laissée dans un coin de sa mémoire. Mais désormais, son accent était beaucoup plus discret et il n’avait plus aucun mal à parler et à comprendre l’anglais. Parfois, il avait quelques lacunes sur des expressions mais il s’en sortait globalement très bien. Il regrettait simplement d’avoir perdu le gaélique. Cette langue était un véritable héritage et il aurait été heureux de pouvoir continuer à la faire vivre. Peut-être qu’un jour il se replongerait dedans ou encore il demanderait à son père de lui réapprendre. Ce serait après tout un bon moyen de tisser de nouveaux liens avec lui.

« Le meilleur moyen de progresser de toute façon, c’est d’échanger avec les gens. »

Et oser se mêler aux autres, ne pas craindre leurs regards, se donner une autre chance. Caem espérait que Yassen comprendrait le message et qu’il oserait plus aller vers les autres. Il y a toujours des gens fait pour nous, avec qui s’entendre même s’il n’est pas toujours évident de les trouver…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 104
Date d'inscription : 13/07/2017
Crédits : uc
Double Compte : AIDEN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3943-fiche-de-liens-yassen-uc
MessageSujet: Re: faites moi de la place, juste un peu de place pour ne pas qu'on m'efface feat caem    Ven 20 Oct 2017 - 14:41

J'ai haussé un sourcil, ses parents ont étés tous les deux à poudlard mais il est russe et il a vécu une partie de sa vie en Russie. Tout ça me semble bien étrange. J'aimerais comprendre ce qu'il me dit, je ne me rend compte que je ne le connais pas vraiment. Je vois pas mal de monde, je les côtoie et pourtant je ne ne les connais pas vraiment. Je suis passé à côté de beaucoup de choses avec toutes ces histoires. Je me suis renfermé sur moi-même et je me rends compte que j'aurais sans doute du prêter plus attention à toutes ces personnes que j'ai croisé. Je sais que j'ai fait beaucoup de mal et c'est aussi pour ça que je n'ai pas insisté. Je ne voulais pas qu'ils puissent me reparler de cette période. Je me suis en quelque sorte protégé en me renfermant, même si c'est loin d'être une solution. L'être humain n'est pas fait pour vivre seul. J'ai ouvert la bouche puis l'ai refermée quand il a évoqué le décès de sa mère. Oups, j'ai peut-être fait une boulette en lui posant toutes ces questions. Je me passe une main derrière la tête. Je comprends qu'il n'ai pas voulu rester là-bas.

« Je suis désolé pour ta mère. »

Je vais arrêter de l'emmerder avec mes questions à la con. Je ne sais pas comment je me sentirais si ma mère venait à mourir, enfin si. Je le sais. Je serais dévasté, même après tout ce qu'elle a fait, même après qu'elle m'ait crié que je n'étais plus son fils. Je ne peux pas m'empêcher de me dire qu'elle a voulu le meilleur, que j'aurais du penser comme elle, mais ce n'est pas le cas. C'est un concours de circonstances, tout simplement. Je ne la déteste pas, pas autant que je le devrais, parce qu'on a toujours été proche jusqu'alors. Je m'imagine mal lui en vouloir longtemps. On ne s'est en tout cas jamais disputé aussi longtemps. C'est dur de l'avoir entendu me crier dessus et d'être parti avec mon père. J'imagine donc que pour lui ça ne doit pas être facile non plus.

Je ne comprends toujours pas ce qui a poussé ses parents à aller en Russie. Peut-être le travail, où la famille ? Quoi qu'il en soit est-ce que c'est essentiel de le savoir ? Sans doute pas. On n'est pas tellement proche lui et moi. Je ne devrais même pas être au courant pour sa mère, mais il me l'a quand même dit, comme s'il me connaissait depuis longtemps où que ça ne lui faisait plus aussi mal, mais après tout je ne connais pas la nature de la relation avec ses parents. J'ai acquiescé quand il m'a dit que le meilleur moyen d'apprendre était en parlant avec les autres et je n'ai pas pu m'empêcher de penser à ce qu'il m'a dit avant. Je ne sais pas pourquoi j'ai un soudain intérêt pour lui et sa famille. Peut-être parce que chez moi c'est important.

« Et ton père ? Il est parti avec toi ? »

Je ne sais pas pourquoi je lui ai demandé ça. Je suis curieux tout simplement, mais j'espère ne pas regretter cette question. Je suis peut-être un peu trop intrusif.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1872
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: faites moi de la place, juste un peu de place pour ne pas qu'on m'efface feat caem    Sam 21 Oct 2017 - 10:24

« Merci, c’est gentil. »

Caem afficha alors un sourire tranquille. Sa mère lui manquait et ce serait toujours ainsi. Elle aurait toujours une place particulière dans son cœur et il était hors de question qu’il l’oubli. Pour autant, il devait faire face à l’évidence : il avait enfin réussi à faire son deuil. Il pouvait désormais parler d’elle et du fait qu’elle ait disparu sans sentir une ombre prendre place au-dessus de sa tête. La douleur n’était plus la même. Mieux, il pouvait même sourire franchement en se rappelant de bons souvenirs, de bons moments partagés. Il n’en voulait pas à Yassen de lui avoir posé la question et sentait bien qu’il était sincère. En même temps, cela devait faire un effet bizarre quand un camarade vous sortez ça de manière totalement naturelle. À sa place Caem aurait sans doute ressenti une sorte de malaise alors surtout, le Poufsouffle ne voulait pas exagérer ça, bien au contraire. Yassen pouvait être tranquille, le russe n’avait aucun ressentiment et continua même la discussion de manière tout à fait normal. Mine de rien, il était fier de lui-même. Fier de se rendre compte que ce qu’il pensait s’avérait vrai. Il avait réellement fait un long chemin, il pouvait réellement dire qu’il n’était plus coincé dans son passé, qu’il n’en était plus prisonnier. Peut-être que son entourage l’avait réalisé avant lui mais à ses yeux, c’était un peu la première fois que cela lui apparaissait de manière aussi claire.

Il semblait en tout cas que d’une certaine manière, Caem avait capturé l’attention de Yassen. Lui qui avait d’abord commencé la conversation en l’agressant limite semblait désormais avide d’en savoir plus sur son camarade. Caem ne pouvait pas le blâmer, c’était tout à son honneur. Et surtout, cela ne correspondait pas à l’image que l’ensemble du Château avait de lui. Pas de souci pour le russe, il n’était pas réellement du genre à écouter les bruits de couloirs ou plutôt, à y faire attention. Si Enzo avait raison de se moquer de lui en disant qu’il avait un côté commère, Caem n’accordait que peu de crédit à tout ça. En tout cas, cela ne l’empêchait jamais d’entamer une conversation avec quelqu’un et de se faire son propre avis. Et là, il devait bien avouer que la curiosité de Yassen l’amusait. Certes elle était portée sur des sujets pas nécessairement évidents pour le Poufsouffle mais son camarade ne pouvait pas savoir.

« Mes parents étaient séparés, il vivait encore en Angleterre alors je l’ai rejoint. »

Caem avait répondu cela sur un ton tranquille. Cela ne le dérangeait pas de dire ça, par contre, il avait gardé certains détails pour lui. Parce que pour le coup ça ne regardait que sa famille. Il voulait garder une part de secret pour lui mais pour son père aussi. Ce dernier s’était construit une nouvelle vie, il lui avait montré qu’il avait su avancer et faire de son mieux pour récupérer ce qu’il avait complètement loupé avec Caem et sa mère. Le russe respectait entièrement cela et faisait tout un cheminement pour ne plus avoir de colère envers lui. Alors non, il n’étalerait pas son passé devant tout le monde pour quelque part, ne pas lui porter préjudice. Il avait droit à sa seconde chance, Caem le pensait sincèrement même s’il n’oubliait en aucun cas ce qu’il avait fait par le passé.

« Tu vas pouvoir faire ma biographie avec tout ça ! »

Caem se mit alors à rire. Il taquinait Yassen, il n’y avait clairement rien de méchant dans sa remarque, c’était sa façon à lui de dédramatiser la situation. L’ensemble de ce qu’il venait de dire pouvait paraître assez sombre vu de l’extérieur et le russe ne voulait pas que son camarade se sente coupable d’avoir abordé ces sujets. Il ne voulait pas qu’il ait l’impression d’avoir plombé l’ambiance. Caem était plus fort que ça, il avait vaincu tout ça et faisait de son mieux pour désormais remplir sa vie de choses positives uniquement. C’était là à ses yeux la clé de la réussite, la clé du bonheur. Sans pour autant porter des œillères, faire de son mieux pour voir le positif avant tout.

« Faudra que tu m’en dises plus sur toi aussi, un de ces quatre si tu veux on pourra manger ensemble. »

Une invitation sans aucune arrière-pensée. Une simple perche tendue à Yassen pour lui montrer qu’il pouvait se faire une place dans l’école désormais, qu’il avait la possibilité de repartir de zéro et qu’il ne fallait pas qu’il se croit obligé de rester dans son coin. Caem affichait un sourire tranquille, il était le premier à croire en la rédemption.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 104
Date d'inscription : 13/07/2017
Crédits : uc
Double Compte : AIDEN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3943-fiche-de-liens-yassen-uc
MessageSujet: Re: faites moi de la place, juste un peu de place pour ne pas qu'on m'efface feat caem    Sam 11 Nov 2017 - 19:40

Ce n'était pas gentil, c'était sincère, je sais à quel point la famille est importante chez les russes, pas que chez nous d'ailleurs. Chez tout le monde en réalité, du moins dans toutes les familles normalement constituées. Cela dit énormément de familles restes en froid pour tel ou tel chose, il y a de tout au final, mais je sens que pour lui c'est important. .Ça l'est pour moi aussi, c'est bien pour ça que j'ai eu du mal à accepter le fait que ma mère me rejette. Il m'annonce alors que ses parents étaient séparé. Décidément je fais fort dans les boulettes. Je me pince la lèvre. Tout ça n'a pourtant pas l'air de le déranger, ça me surprends.

« Tu n'as pas l'air d'avoir du mal à en parler. Ca m'étonne assez je dois dire. Je ne l'ai pas forcément bien pris quand mes parents se sont séparés. »

Je m'en étais surtout voulu parce que c'était de ma faute. Je le savais et je n'en démordrais pas. C'était à cause de moi si mon père m'avait emmené, parce que j'avais déçu ma mère et qu'elle m'avait frappé, en soit c'était un peu de sa faute à elle aussi, mais je préférais me croire seul responsable parce que je n'avais pas été le fils idéal. Je l'avais déçu et je m'en voulais beaucoup de ne pas être à la hauteur de ses attentes. Je suis sensé la rendre fier pas le contraire. C'est comme ça que ça marche pour nous. Je lui fait un petit sourire quand il me dit que je vais pouvoir faire sa biographie. En effet, il m'a dit beaucoup de chose sur lui et je ne pensais pas poser toute ces questions mais ça m'intriguait.

« Ouai, bah il n'y a pas grand chose à dire sur moi, mais si tu veux tout savoir … j'ai un peu de temps devant moi. Je ne faisais rien de se spécial. »

J'ai haussé les épaules, je n'aime pas parler de moi, mais ça ne serait pas équitable de ne pas lui raconter. Il comprendra sans doute que je n'ai pas eu vraiment la même vie que lui et que ma mère était importante pour moi même après ce qu'elle avait fait.

« On peut aller se poser quelque part, je te raconterais l'histoire de ma vie du mois ce qu'il y en a à dire. »

Je ne sais jamais par où commencer. Je n'aime pas parler de moi comme je l'ai déjà dit et ça me met toujours mal à l'aise parce que je sais que je suis assez particulier et que ça ne peut pas plaire à tout le monde, la plupart des gens s’indignent quand je parle de ma mère, parce qu'elle est particulière, mais c'est elle qui m'a donné la vie. Je lui dois tout. Mon père aussi évidement, je l'adore mais elle a toujours eu plus d'impacts sur ma vie. C'est à cause d'elle si je suis allé du côté des supérieurs. Je savais très bien ce qu'elle voulait et elle aurait aimé que je sois avec eux, alors j'y ai été les yeux baissé, sans me poser de question et aussi parce que je suis dans une maison qui a a peu près le même genre de valeur qu'eux. Je me dis parfois que je n'ai pas atterrit dans la bonne maison, que le choipeau s'est planté, mais quand je vois ce que j'ai fait et quand je vois comment j'ai réussis à manipuler mon monde, je me dis que finalement il avait bien choisi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1872
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: faites moi de la place, juste un peu de place pour ne pas qu'on m'efface feat caem    Dim 12 Nov 2017 - 12:21

Effectivement Caem semblait avoir des facilités à parler de la séparation de ses parents. Il afficha un sourire tranquille à la remarque de Yassen mais ne rebondit pas. Il en parlait facilement parce qu’il savait que sa mère avait fait le bon choix. Elle était en danger à l’époque et en partant, elle s’était protégée. Son père lui avait fait de terribles erreurs. Ils s’étaient séparés et chacun avait tenté de redémarrer une nouvelle vie. Sa mère n’avait pas pu le faire et cette idée le tarauderait toujours. Mais c’était ainsi et il ne pouvait revenir en arrière. Le russe avait déjà passé trop de temps à vivre dans le remord, il essayait d’avancer et cela passait par le fait de ne pas toujours ressasser le passé. L’accepter, se dire que les choses étaient ainsi et se tourner vers le futur. Certes, lui aussi en un sens avait mal vécu la séparation de ses parents et il comprenait tout à fait que cela puisse être une source de souffrance pour un enfant même lorsque les raisons n’étaient pas dramatiques. Alors oui, il préférait s’abstenir de faire un commentaire là-dessus. Son cas n’était pas spécialement révélateur et surtout, si Yassen n’en était pas encore au même stade que lui il ne voulait pas l’accabler.

Caem avait donc enchaîné avec simplicité, apportant de la légèreté à cette discussion en faisant un petit trait d’humour. Il avait ensuite fait comprendre à Yassen qu’il était enclin à discuter avec lui à l’occasion si ce dernier le souhaitait. Ce dernier semblait apprécier l’idée puisqu’il proposa au russe d’aller s’installer quelque part. Caem sourit. Il ne s’attendait pas à ça mais tant mieux si son camarade se sentait prêt à discuter. Le russe leva alors les yeux, cherchant l’horloge du regard.

« Les épreuves commencent dans 45 minutes, si tu veux on peut boire un café ! »

Caem sourit. Il n’avait en aucun cas envie d’être en retard à ses examens mais discuter un peu avant d’aller en épreuve l’aiderait sans doute à se vider la tête et à ne pas trop angoisser. Il fit donc un signe de tête à Yassen et l’invita à le suivre. Les deux jeunes gens prirent alors la direction des cuisines. Les Elfes les accueillirent avec le sourire, comme toujours. Caem leur demanda poliment un peu de café et l’un des elfes revint avec deux tasses ensorcelées qui restaient chaudes et se remplissaient suivant l’envie du buveur. Caem les remercia chaleureusement puis il entraîna Yassen à sa suite. Ils s’assirent dans un couloir, sur un rebord de fenêtre, chacun sa tasse à la main.

« Tes parents se sont séparés il y a longtemps ? »

Caem n’avait pas voulu rebondir sur le coup et sur sa façon à lui de gérer la séparation de ses parents mais cela ne l’avait pas empêché de noter ce que son camarade avait dit. Il relançait donc la conversation sur ce sujet. Bien sûr, si Yassen cherchait à éviter la question, le russe l’aiderait. Il n’était pas du genre à pousser les gens à parler s’ils n’en avaient pas envie. Il lui adressa donc un sourire tranquille avant de prendre une gorgée de café.

« En espérant que ça nous booste pour les examens. »

Nouveau sourire amusé du côté de Caem. Au fond, il avait vraiment hâte que ces fichus examens se terminent, persuadé que cette année, il risquait grandement l’échec. En soit, ce n’était pas dramatique et il s’en remettrait mais il n’appréciait pas cette période, être tenu en échec en permanence, devant chaque copie, ce n’était pas spécialement agréable…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 104
Date d'inscription : 13/07/2017
Crédits : uc
Double Compte : AIDEN



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3943-fiche-de-liens-yassen-uc
MessageSujet: Re: faites moi de la place, juste un peu de place pour ne pas qu'on m'efface feat caem    Dim 19 Nov 2017 - 14:11

J'ai acquiescé, pourquoi pas ne pas tuer le temps autrement qu'en révisant. Les dernières épreuves passeraient peut-être mieux. Et pour une fois que je n'étais pas tout seul dans mon coin, je préférais autant parler avec lui, même si c'était des sujets pas forcément agréables.

« Allons-y. Je te suis. »

Je ne lui dit pas que je ne suis pas du tout café, ni thé d'ailleurs, l'un ou l'autre ce n'est pas vraiment ma boisson favorite. C'est plutôt l'alcool qui me plaît, mais chut, on va éviter de se retrouver bourrer avant une épreuve, ça ferait mauvais genre. Je fais déjà mauvais genre à moi tout seul, je ne vais pas en rajouter de trop. C'est vers les cuisines que l'on se dirige. Je connais bien le chemin, il le connaît aussi, ce n'est pas très loin de nos salles commune, ça aide un peu. J'ai toujours eu l'habitude de venir dans les cuisines quand j'avais un creux en dehors des repas. C'était tellement facile d'y aller et de se servir et les eflfes de maisons sont là pour ça. Ils sont toujours content de nous voir, ce que j'ai toujours eu du mal à comprendre d'ailleurs. On n'est pas vraiment un cadeau et ça ne doit pas être marrant de nous servir, mais ils ont l'habitude. Je me suis contenté d'un chocolat chaud et on est allé s'installer dans un couloir près des salles d'examens. Les questions ont alors commencés, je me demandais déjà pourquoi je lui avais dit que je lui parlerais. Je commençais déjà à le regretter un peu. J'ai toujours détesté parler de ma famille. On est loin d'être conventionnel, enfin surtout ma mère. J'ai soupiré et j'ai répondu :

« Non ça ne fait pas très longtemps, ça date de l'an passé en réalité ...»

Je n'ai jamais aimé parler de ça, parce que c'est encore dur à accepter. J'ai toujours vu mes parents ensemble, j'ai toujours été avec eux deux et me dire que rien n'est plus comme avant et en plus à cause de moi … ce n'est pas vraiment réjouissant. Ça pourrait lui sembler bizarre, mais ça collait au moment où l'on était revenu de nos années de séquestrations au château. Je n'avais pas envie d'expliquer pourquoi, mais je me suis quelque part senti forcé de le faire, parce qu'il s'était livré à moi et puis il était Russe, j'étais sur qu'il comprendrait. Je ne pensais déjà plus aux examens, pourtant ils étaient tout proche, mais ça serait les derniers et on serait tranquille, on pourrait passer à autre chose, profiter des vacances et j'avais hâte. Je lui ai dit :

« Ouai, ça sera bientôt fini, tant mieux. Tu es en quelle année toi déjà ?»

Je n'étais pas forcément content de revenir l'an prochain, ça commençait à faire long et je rêvais d'intégré une équipe de quidditch, mais ça ne risquait pas de m'arriver de sitôt. Peut-être que dans un an ou deux j'aurais encore plus de potentiel, mais pour le moment, ce n'était pas le cas. J'essaie de changer de sujet, même si au fond je sais qu'il va revenir sur mes parents, parce qu'au fond je lui ai dit que je lui raconterais un peu mon histoire, mais je ne me pas m'empêcher de tenté de ruser et de passer à autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: faites moi de la place, juste un peu de place pour ne pas qu'on m'efface feat caem    

Revenir en haut Aller en bas
 
faites moi de la place, juste un peu de place pour ne pas qu'on m'efface feat caem
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un p'tit tour, juste pour dire bonjour !
» places pour la finale du top 14 à vendre sur le site de la lnr ce vendredi 16h00
» Juste un peu de Vodka pour se réchauffer.
» Gérard Jean-Juste contre la désignation de Michèle Pierre-Louis
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Rez-de-Chaussée. :: ─ Hall d'entrée-
Sauter vers: