AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Let’s get the party started ▬ Zachary

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 8184
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar JunkieMouse + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron - Elijah - Chiara



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Let’s get the party started ▬ Zachary   Jeu 10 Aoû 2017 - 14:18

Samedi 27 Juin 2015 – Dans la soirée
Let’s get the party started



Zachary & Riley

« What a feeliiiiing !!! »

Elle va le garder. Kezabel va garder l’enfant qu’elle porte dans son ventre depuis maintenant presque trois mois. Elle m’a annoncé ça tout à l’heure et … Ouais, c’est une sacré claque. C’était déjà une claque de savoir qu’elle était enceinte, s’en est une nouvelle, un peu plus forte de savoir qu’elle … Ma meilleure amie va avoir un bébé. On va avoir un bébé. Oui, on, parce que je ne compte pas l’abandonner. Tata Riley sera présente ! Du premier cri, en passant par la première rentrée scolaire, le premier chagrin d’amour jusqu’au mariage et plus encore. Dans les bons comme les mauvais moments. Bref, un bébé. Un truc qui pleure, fait dans ses couches, ne dort pas la nuit et réclame toute l’attention … Un truc qui peut aussi être mignon parfois, j’imagine. En réalité je suis partagée entre la joie, l’excitation et le choc, l’appréhension alors voilà pourquoi ce soir, en partie, je débranche. J’en ai besoin. On en a tous besoin.
Bref. Je danse, je chante, je ne tiens pas en place et je bois. Beaucoup. On est tous là, ou presque, et du coup ça fait beaucoup de monde mais on poussera les murs s’il le faut. Salle sur Demande, bien sûr, donc non pas besoin de pousser les murs puisqu’ils le font tout seul. Un coin cosy avec des fauteuils et des canapés, même une cheminée, on se croirait dans une Salle Commune si ce n’est qu’aucune couleur d’aucune maison ne ressort plus qu’une autre. Un coin bar, évidemment, parce qu’on se débrouille toujours pour avoir des munitions – y compris à manger. Et un coin piste de danse ! Que je compte bien enflammer toute la nuit au rythme de la musique qui envahi déjà l’espace.

« Nah nah nah ! Toi tu prends un jus de pomme et moi je bois pour deux. »

J’ai déjà un verre dans la main, je chope à la volée celui de Kezabel et le bois cul sec après avoir joué les mamans responsables. Ou presque. Je ne suis pas saoule ! Juste enivrée par l’ambiance. Un peu pompette quoi. Tel un électron je me balade. Je m’arrête un moment près de Charleen et Elijah puis reprends mon chemin. Nouvel arrêt. Mon bras passe autour des hanches de Mateo, dans son dos, ma main se pose sur une de ses fesses. Il lève les yeux au ciel, sourire en coin, son bras passe enroule mes épaules. Bisou.

« Tu vas venir danser avec moi après, t’as pas le choix ! »

Parce que monsieur danse très bien, il a le rythme dans la peau et que toutes les occasions d’être collée-serrée contre lui sont bonnes à prendre. Je le laisse à ses copains et ses occupations mais alors que je me dirige vers Enzo et Cameron qui discutent non loin de là, je m’interromps. L’attention attirée par quelqu’un d’autre …

« Zach, Zach, Zach … »

Je ne vais pas le lâcher, je le lui ai promis ! Il a encore eu le droit à un petit rappel cet après-midi avant le Quidditch. Sourire aux lèvres, je le grille en train d’essayer de se barrer en douce mais je doute qu’il y croit lui-même. Ou qu’il en ait réellement envie. Ni une, ni deux, je le prends en chasse et braque mon index dans sa direction.

« Pas la peine de te planquer ! Je t’ai vu. Viens ici sinon je t’attrape par le caleçon ! »

Et je le ferai, sans complexe, il le sait. Ou s’en doute. En attendant je viens m’avachir à côté de lui sur l’accoudoir du fauteuil dans lequel il vient de se laisser tomber. Par dépit, certainement. De là où on se trouve, on a une parfaite vision sur l’ensemble du lieu.

« Si je suis ton regard, est-ce que je vais finir par tomber sur elle ? »

Haussement de sourcils frénétiques. Puis je commence à jeter un œil aux personnes présentes, m’attardant sur la gent féminine.

« Ne me dis pas que c’est June … D’ailleurs qui l’a laissé entrer cette pétasse ? »

Riley !


Dernière édition par Riley S. Jenkins le Jeu 5 Oct 2017 - 20:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1273
Date d'inscription : 25/03/2015
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Ems / Ju' / Caem / Keith / Ethan / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3179-zachary-disemba-let-s-dance
MessageSujet: Re: Let’s get the party started ▬ Zachary   Ven 11 Aoû 2017 - 16:31

« Putain de bordel de merde, ça fait du bien ! »

Tels avaient été les premiers mots de Zachary alors qu’il venait d’engloutir son premier shot de la soirée. Il avait fait claquer son verre vide sur une table sous le regard atterré de Layla. Elle poussa ensuite un soupir de désespoir ce qui amusa beaucoup le Gryffondor. Elle faisait trop sa sérieuse quand elle s’y mettait. En tant que grand-frère digne de ce nom, il titilla donc un peu sa fierté et finit par lui faire accepter de boire un petit shot avec lui. S’en suivit un fou rire entre frère et sœur bien mérité. Layla n’était pas une grosse fêtarde comme son frère mais elle savait aussi s’amuser et aimer beaucoup jouer de ce présumé décalage entre elle et son aîné. Ils burent un autre verre plus tranquillement ensemble, discutant des examens, de leurs vies en général. Zach ne se confiait pas tant que ça à sa sœur mais il lui parla quand même de quelques petites choses comme son aventure avec Ismaelle ce qui la fit beaucoup rire. De son côté, elle lui parla de ses amis et cela lui fit plus que plaisir. Il adorait ce genre de petits moments échangés avec elle et était content de voir que, malgré tout ce qu’il pouvait faire, elle aimait toujours passer du temps avec lui. Au bout d’un moment cependant Layla décida d’aller rejoindre ses copines. Zachary lui adressa alors un sourire et déposer un baiser sur son front, bien qu’elle se débatte, et la laissa finalement filer. Il resta quelques secondes comme un con à la regarder puis décida de partir à la recherche de boisson et de compagnons de beuverie.

La boisson ne fut pas difficile à trouver et en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, Zachary arpentait les rues avec une bouteille remplie de gin tonic. Ça passait tout seul et il buvait des gorgées à intervalles réguliers. Il alla danser un peu, discuta avec quelques personnes mais demeura électron libre, n’ayant trouvé aucune personne en particulier avec qui faire les quatre cents coups. Pas grave, il était tellement content de faire la fête après cette semaine d’examens qu’il profiterait quoi qu’il puisse arriver. Zachary déambulait donc la pièce avec sa bouteille quand son regard croisa celui d’une personne qu’il connaissait bien… Riley ! À peine avait-il vu ses yeux qu’il s’était détourné, faisant mine de prendre la fuite alors qu’elle l’appelait. Oups, grillé. Elle lui avait promis que ce soir, elle s’occuperait de lui et quelque part, il sentait que ça allait être folklorique. Et même s’il n’avait pas envie de prendre la fuite il se devait de le faire, pour la forme. Riley le suivait, le menaçant même de l’attraper par le caleçon. Tout en se laissant tomber dans un fauteuil, il lui lança un regard entendu. Clairement, qu’elle l’attrape par le caleçon, lui il ne verrait rien de mal à ça… Ahem. Riley vint finalement se poser sur l’accoudoir à côté de lui et n’attendit pas une seconde de plus pour rentrer dans le vif du sujet.


« On peut dire que quand t’as une idée dans la tête, tu l’as pas ailleurs ! »


Sur ces mots, Zachary écrasa un rire puis avala une bonne grosse gorgée de gin tonic. Chiara était dans la pièce et il savait qu’un moment où un autre il allait finir par poser le regard sur elle. Il l’avait déjà fait d’ailleurs et il la trouvait toujours aussi belle… Et il commençait à être bien heureux grâce à l’alcool. Mais pas encore suffisamment pour envisager une seule seconde de flasher sur June.


« Je croyais que t’avais une meilleure estime de moi, enfin voyons ! »


Et il rit de bon cœur face au regard légèrement hargneux de Riley. La voir traiter comme ça une fille de pétasse c’était assez drôle. Il aurait presque eu envie de lui proposer un combat dans la boue mais il n’était pas sûr que ça l’amuse plus que ça. Bref. Il se tourna vers sa comparse de la soirée, avalant une nouvelle gorgée de ce merveilleux gin tonic qui risquait de lui mettre la tête à l’envers assez rapidement. En même temps, c’était clairement ce qu’il cherchait alors non, il n’avait en aucun cas l’intention de s’en plaindre ou d’arrêter de boire.

« Tu m’avais promis qu’on se déchaînerait sur la piste de danse et qu’on boirait comme des trous… J’te préviens, j’suis en pleine forme. Et toi ? »

Comme pour appuyer ses dires, Zachary se leva, avala une nouvelle gorgée de son merveilleux breuvage et commença à se déhancher sur la musique qui tournait à plein régime depuis le début de la soirée. Il y mit tout son cœur, sortant ses plus beaux mouvements.


« Peut-être que tu pourras repérer la fille en question sur la piste de danse… »


Ou comment amadouer Riley et peut être se foutre un peu dans la merde en même temps. Mais il commençait à avoir suffisamment bu pour trouver le jeu bien assez amusant pour que les éventuelles conséquences ne le dérangent pas plus que ça. Il avait envie de s’amuser, de se déchaîner et qu’importe s’il prenait quelques risques. Il avait été trop morose ces derniers temps, ça ne lui ressemblait pas !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8184
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar JunkieMouse + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron - Elijah - Chiara



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: Let’s get the party started ▬ Zachary   Mar 15 Aoû 2017 - 22:10

« On peut dire que quand t’as une idée dans la tête, tu l’as pas ailleurs ! »

Bornée de mère en fille depuis des générations !

Et encore, t'as rien vu mon pote ! Tant qu'il ne montrera aucun signe d'agacement ou de gêne, de peine, non, je n'arrêterai pas jusqu'à avoir le fin mot de l'histoire. Encore moins s'il s'agit de June Crétine Jackson ! Par pitié William, jure moi que cette fille n'est pas ta cousine ou n'importe quel membre de ta famille. Enfin bref, je préfère m'assurer que Zach n'est pas soumis à quelconque sortilège lui faisant péter les plombs et craquer sur l'autre pétasse sponsorisé par la stupidité elle-même.

« Je croyais que t’avais une meilleure estime de moi, enfin voyons ! »
« Bof, tu sais, vous êtes tous pareils. Une mini-jupe et vous perdez tout sens commun. »

Et hop ! Oui, c'est gratos, et non, je n'en pense pas un mot. Zachary est un homme à femmes, il enchaine les conquêtes ou en tout cas le faisait mais jusqu'à preuve du contraire je n'ai jamais entendu l'une d'elle se plaindre qu'il ait été un gougeât ou quoi que ce soit dans ce goût-là. Et puis de toute façon Layla le tient à l'œil, prête à lui tirer les oreilles s'il déconne. Je sais très bien que dans leur petit jeu pas franchement très classe, Mateo a été pire que lui. Je devrai détester ce type, et je l'ai fait ! Pendant des mois. Il s'est pris des tartes, des insultes, des sales coups … Mais que voulez-vous, il m'a finalement tapé dans l'œil et aujourd'hui j'en suis folle amoureuse.
Pauvre de moi … J'espère qu'il ne s'est pas tapé June Jackson … Putain ça me ferait mal d'être passé après elle ! Je sais, c'est stupide d'avoir ce genre de réflexion. Pardon. Mais quand même … On parle de June Jackson là ! Barbie Pouffe ! Celle qui a autant de centimètres à ses talons que de neurones dans le cerveau ! Trop de talons, pas assez de neurones.

« Tu m’avais promis qu’on se déchaînerait sur la piste de danse et qu’on boirait comme des trous… J’te préviens, j’suis en pleine forme. Et toi ? »
« Mais je ne t'ai pas attendu mon cher. »

Dit-elle en levant son verre avec un large, très large sourire, se dandinant sur ses fesses bien posées sur l'accoudoir. Danser, j'adore. Picoler, j'adore. Cette soirée s'annonce absolument géniale, sûrement en partie parce que c'est probablement la dernière qu'on passe ici tous ensemble.
Lui non plus ne m'a pas attendu, j'ignore ce qu'il est entrain de boire mais vraisemblablement il a l'air d'aimer ça. Tout comme danser, soit dit en passant, puisqu'il est déjà debout et expose avec fierté ses mouvements de bassin qui ont du en faire tomber plus d'une. Je le regarde faire sans aucune trace de gêne, lève les yeux au ciel en souriant, amusée par son attitude. Il aurait tort de s'en priver, il faut avouer que la nature est plutôt sympa avec lui.

« Peut-être que tu pourras repérer la fille en question sur la piste de danse… »
« Ouais … Essaie pas de me la faire à l'envers Don Juan ... »

Je pointe un index accusateur dans sa direction et plisse les yeux, inquisitrice et suspicieuse, puis me lève sans hésiter une seconde de plus, le chope par le T-shirt, fini mon verre d'une traite, le pose sur le premier support que je trouve et nous dirige vers la piste de danse où se déhanchent déjà un bon paquet de personnes. La musique, l'ambiance, l'alcool qui fait déjà son petit effet, les rires, j'en oublierai presque ma « mission » … Parce qu'on rigole, on chahute, on danse comme des fous et c'est facile de se laisser prendre au jeu. Ceci dit l'un n'empêche pas l'autre et au bout de quelques minutes j'observe autour de nous, essayant de trouver la fameuse jeune femme qui fait battre le cœur de notre Préfet en chef préféré …

« Hum … Julian ? »

J'y crois pas vraiment, ils sont potes tous les deux, mais parfois l'amitié peut se transformer en autre chose après tout. C'est un premier essai ! Non, je ne compte pas June.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1273
Date d'inscription : 25/03/2015
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Ems / Ju' / Caem / Keith / Ethan / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3179-zachary-disemba-let-s-dance
MessageSujet: Re: Let’s get the party started ▬ Zachary   Ven 18 Aoû 2017 - 12:46

Ce qui était bien avec Riley, c’était qu’elle n’hésitait jamais à lui renvoyer la balle, exactement comme Ora. C’était le genre de filles qui n’avait pas peur de lui rentrer dedans et de lui faire comprendre qu’il pouvait aussi être un idiot. Ou juste lui lancer une pique pour l’embêter. Et clairement, Zachary adorait ça et c’était pour ça qu’il s’entendait très bien avec ce genre de filles. Quelque part, il aimait bien être secoué, il trouvait ça plutôt drôle. Alors quand elle lui sortit qu’il était de toute façon qu’un mec qui frétillait à la vue d’une mini-jupe, il prit un air outré avant d’éclater de rire. C’était bien envoyé et quelque part, il la méritait bien celle-là. Zach aimait les femmes et il ne s’en était jamais caché alors il ne pouvait pas se plaindre qu’on le lui fasse remarquer. Donc loin de se vexer, il enchaîna en se mettant sur ses pieds et en attirant Riley avec un superbe déhanché. Elle l’imita à son tour en levant son verre et en se remuant sur le fauteuil ce qui fit beaucoup rire le métis. En même temps, avec le taux d’alcool qu’il commençait à avoir dans le sang, le monde était étrangement beaucoup plus drôle.

« Ouh, j’adore quand tu fais ça ! »

Riley venait de se lever et d’attraper Zachary par le T-shirt pour l’entraîner sur la piste de danse. Et loin de se plaindre le jeune homme avait signifié à son amie qu’il trouvait ça plutôt plaisant. Contrairement à elle, il garda sa bouteille à la main, n’ayant pas l’intention de se débarrasser de son précieux breuvage. En plus, danser, ça donne soif. Les deux compères se retrouvèrent donc bien vite au milieu de leur camarade à danser. Zachary alternait les mouvements sexy et les trucs complètement dingues. Oui il aimait bien faire le clown aussi. Il riait comme une nouille avec Riley et l’espace de quelques instants, son cerveau fut complètement vide. Il enchaînait les gorgées, en proposant régulièrement à son amie de Serpentard. Tout ce petit manège ne suffit cependant pas à faire sortir de Riley son idée première. Le premier nom ne tarda pas à sortir et Zachary la regarda amusé.


« Non, loupé. J’adore Julian mais entre nous, c’est que de l’amitié. »


Zachary se sentait donc confiant en cet instant sauf qu’un petit détail attira son attention. Pas loin de Julian se trouvait Chiara. Ces deux-là étaient souvent ensemble ces derniers temps et il craignait que le regard de Riley finisse par tomber sur la bonne personne. Il fit donc de son mieux pour agir comme si de rien n’était même si c’est toujours dans ce genre de cas qu’on fait un truc bizarre. Il continua cependant de se déhancher, avalant ensuite une nouvelle gorgée, peut-être un peu plus conséquente que les précédentes.

« Mais pourquoi tu tiens tant à savoir qui c’est ? Tu veux jouer les marieuses ? »

Zachary avait dit cela sur un ton amusé. C’était surtout un moyen de détourner un peu l’attention de Riley de sa quête. Si elle trouvait, ce ne serait pas la fin du monde, après tout, il avait accepté les règles du jeu et n’avait pas refusé catégoriquement. Mais une petite voix en lui s’éveillait tout de même à chaque fois. Un truc appelé fierté qu’il faisait qu’il n’avait pas non plus envie d’être vu sous ce jour-là. Celui du mec sensible qui s’est pris un joli râteau et qui n’arrive en aucun cas à oublier la personne pour qui il a craqué. Pire qu’un ado… Et dire qu’il était censé faire partie des mecs responsables de cette école.

« Qu’est-ce que je peux deviner sur toi pour que le jeu soit plus rigolo. Oh tiens, toutes tes conquêtes ? »

Bah quoi ? D’une tous les moyens étaient bons pour détourner un peu l’attention de Riley et reculer l’échéance et de deux, Zachary avait vraiment envie de s’amuser un peu. Et il était sûr que Riley avant sa relation avec Mateo, n’était pas une jeune fille toute sage. Surtout avec cette magnifique façon de bouger sur la piste de danse.


« Alec ? »


Facile celle-là, vu le nombre de filles qu’il s’était enchaîné lui aussi…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8184
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar JunkieMouse + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron - Elijah - Chiara



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: Let’s get the party started ▬ Zachary   Lun 21 Aoû 2017 - 12:30

« Non, loupé. J’adore Julian mais entre nous, c’est que de l’amitié. »
« Je n’y croyais pas moi-même mais il faut bien commencer quelque part ! »

Comme pour le jeu « Qui est-ce ? » !

Mentalement j’essaie de visualiser un portrait du style de filles de Zachary, en fonction de celle avec qui il a déjà flirté, etc … En réalité je ne saurai même pas dire s’il préfère les blondes, les brunes ou les rousses, les petites, les grandes, les rondes ou les fines, les anglaises ou les autres, … Je ne crois pas qu’il soit du genre à faire ce genre de distinctions de toute façon et puis, autant le dire, ça n’est pas comme si je surveillais ses faits et gestes DONC ses fréquentations.
Julian, on exclue. Lui ça l’amuse, moi je reste concentrée et alterne entre observation du jeune homme et observation des jeunes femmes. Sur la piste et en dehors. Est-ce que ça pourrait être un mec ? Il ne faut jamais dire jamais mais là quand même … On parle de Zachary … Donc non, je prends le partie d’exclure de ma recherche ces messieurs d’autant qu’il m’a bien spécifié qu’il s’agissait d’une fille. Femme. Un être de sexe féminin quoi.

« Mais pourquoi tu tiens tant à savoir qui c’est ? Tu veux jouer les marieuses ? »
« Absolument ! Je trouve que tu serais merveilleuse en robe blanche. »

Ma spécialité ? Attaquer à la virilité. Y en a c’est direct dans la carotide, moi je vise un peu plus bas … Mais c’est en tout amicalité, évidemment, et il le sait très bien. J’apprécie vraiment ce garçon, si ça n’était pas le cas il le sentirait à des kilomètres à la ronde. Je crois qu’il ne m’en veut pas, pire – ou mieux – il adore ça quand je le malmène un peu de cette façon.

« Je suis une Serpentard mon grand, j’aime le challenge ! C’est uniquement pour ça. »

Dit-elle en tournant sur elle-même et en sautant comme une folle.

« Et aussi par pure commérage ! »

Mais on en revient toujours au même point, et je pense qu’il le sait : Ce « jeu » peut prendre fin à tout moment, dès qu’il me fera sentir que c’est trop pour lui, parce que j’ai bien compris l’autre fois que c’était différent. Pour l’instant ça ne semble pas être le cas mais vu la vitesse à laquelle il descend l’alcool qui est contenu dans la bouteille qu’il ne semble pas vouloir lâcher … Possible qu’il oublie de dire stop. Je veillerai au grain … Tant que j’en serai moi-même capable …

« Qu’est-ce que je peux deviner sur toi pour que le jeu soit plus rigolo. Oh tiens, toutes tes conquêtes ? »
« Quelles conquêtes ? »

Je suis une fille sage, innocente, je me réservai pour le grand amour, mon futur mari, le père de mes enfants … Non mais reviens Mateo ! La vérité, c’est qu’il n’y en a pas eu tant que ça et que mes relations avec la gent masculine n’ont pas toujours été un truc que j’ai bien vécu mais ça, il n’a aucun moyen de le savoir.

« Alec ? »

Allez savoir pourquoi, moi-même je n’en sais rien, ça me vexe. Ça me vexe qu’il pense que je fais partie du fan club d’Alec Rivers. Ça m’énerverait presque, à vrai dire.

« Et bien non mon coco ! Raté. Je fais partie de la minorité qui ne frétille pas de la culotte dès qu’il entre quelque part. »

Désolée pour cette magnifique image, c’est sorti tout seul. Sincèrement, ok le garçon a du charme, il est beau gosse même si c'est subjectif, il a sûrement plus que ça mais il ne m’a jamais attiré. Je suis Attrapeuse, je préfère courir après le Vif d'Or pendant que les autres essaient d'avoir le Souaffle ... Celle-là les gars, elle est à mettre dans les anales ! Tout ça pour dire que non, pas d'Alec Rivers pour moi et je suis curieuse d'entendre le prochain prénom qu'il me proposera.

Bref, à mon tour, nouveau tour de périscope et là, c’est l’illumination. Ou presque.

« Hey mais attends ! Si ça se trouve c’est une Prof ! »

Moins fort Riley ! Moins fort.
Ah oui, pardon.

Donc bref, si c’est une Prof elle n’est pas là en théorie. Bordel de merde, je trouverai ça tellement évident que ça soit une Prof maintenant que j’y pense ! Il faut le dire, je le comprendrai vu le vivier de bombes atomiques qu’on a ici … Monsieur Andrews me manque … Mais entre la Prof de Potion, Ismaelle, Mlle Hunt, la flippante Mlle Hoswell … Oui je suis déjà entrain de le visualiser à côté de chacune d’elle pour voir si ça matche.

« Dis-moi au moins si c’est une Prof ou une élève. Ou Gardienne. Membre du personnel quoi. »

Non parce que sinon, autant chercher une aiguille dans une botte de foin mais c’est pas grave, on a toute la nuit devant nous et je suis bornée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1273
Date d'inscription : 25/03/2015
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Ems / Ju' / Caem / Keith / Ethan / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3179-zachary-disemba-let-s-dance
MessageSujet: Re: Let’s get the party started ▬ Zachary   Dim 27 Aoû 2017 - 10:08

Zachary en robe blanche ? Alors que Riley avait émis l’idée, l’image avait traversé l’esprit du Gryffondor qui avait fini par pouffer et boire une gorgée pour oublier ça. Elle était complètement folle celle-là. Et même si Zach voulait bien admettre qu’il y avait une part de féminité en chacun, il ne se voyait pas du tout avec une robe blanche, mais alors pas du tout. Enfin, de toute façon, Riley avait déjà oublié cette idée farfelue, du moins en apparence, pour lui expliquer ses véritables intentions. Le challenge hein ? Bah oui c’était évident, il aurait dû y penser plus tôt. Un sourire amusé se dessina alors sur son visage qui se transforma rapidement en rire lorsque Riley finit par dévoiler la vraie raison de tout ça, le commérage. Très bien, lui aussi pouvait jouer à ce petit jeu-là. Et il avait très envie de le faire parce qu’il allait bien avouer que le commérage, ça l’amusait aussi. Il s’était donc lancé dans la recherche de l’identité des anciennes conquêtes de Riley. Cette dernière fit la mijaurée ce qui ne fit que rire Zachary davantage.

« Riley l’angelot ! »

Oui, ça lui allait très bien ! Et hop, un petit déhanché et un petit clin d’œil pour souligner cela. Et maintenant, une proposition, Alec. C’était le premier nom qui lui était venu à l’esprit parce que Mateo était son mec actuel et que lui était de fait hors course donc forcément. Il avait pris l’hypothèse la plus probable mais apparemment cela ne plut pas vraiment à Riley. Oh elle n’était pas fâchée mais il comprit qu’elle mettait un point d’honneur à ne pas être une de ces filles parmi tant d’autres et il trouvait cela vachement mignon. En même temps, elle avait raison mais Zachary ne considérait pas une fille comme une pimbêche juste parce qu’elle couchait avec un coureur de jupons. Elles avaient raison d’en profiter ! Mais bref, toujours était-il qu’il la trouvait chou cette Riley et drôle en plus.

« Pardon. Et comme je suis suffisamment éméché, je vais oser dire que j’espère faire partie des mecs qui t’ont fait un jour frétiller de la culotte. »

Sourire de con.

« Désolé c’était plus fort que moi. »

Et Zachary se prépara à recevoir un coup bien mérité. Ok, ce qu’il venait de dire était carrément osé et certainement pas digne d’un gentleman. Mais non seulement il était déjà bien alcoolisé mais en plus, il se marrait bien avec Riley. Il l’appréciait sincèrement et de fait, se permettait plus de choses, osait être plus naturel en se disant qu’elle comprendrait bien ce que c’était juste pour rire. Enfin, aussi con qu’il avait pu être, Riley était toujours décidé à trouver l’identité de celle qui le perturbait. Et voilà qu’elle se mettait à envisager les professeures. Zach fit de son mieux pour retenir le sourire qui cherchait désespérément à poindre sur son visage. Il s’amusa de voir Riley lui demander plus de renseignements et une partie de lui avait clairement envie de la faire un peu tourner en bourrique. Cependant, il resta fair-play, par miracle peut-être.

« Si ça avait été quelqu’un du personnel, clairement, Katherine avait mes faveurs. Mais non, désolé de te décevoir, c’est une élève. »

Et à peine avait-il dit cela que son regard avait glissé en direction de Julian qui était désormais en train de faire la folle avec Chiara. Il observa la jeune femme quelques instants. Il ne savait pas pourquoi. Il n’avait rien compris. Mais Chiara n’était pas comme les autres et chaque fois qu’il la voyait, il avait une furieuse envie de l’embrasser. Pas juste pour coucher avec elle, non, c’était différent. Le truc, c’était qu’elle avait sans doute autant de conquêtes que lui et ça le rendait dingue. D’ailleurs, il ne pouvait s’empêcher de se dire qu’il valait mieux qu’il ne sache pas avec qui elle avait couché ces derniers temps. Se rendant compte de son égarement, il revint alors rapidement sur Riley, espérant qu’elle n’ait pas capté son regard.


« Bon si t’es plus gentils garçons… Lukas ? Rafael ? »


Zachary n’avait pas sorti ces deux noms complétement au hasard. Il avait déjà vu Riley discuter avec les deux et il semblait qu’elle s’entendait bien avec eux alors pourquoi pas, c’était une première piste. Et surtout, il s’était empressé de sortir deux noms le plus vite possible de peur qu’elle ait remarqué quelque chose. C’était étrange parce qu’il se plaisait clairement dans ce jeu et pourtant, il redoutait qu’elle devine qu’il s’agisse de Chiara. Peut-être avait-il envie qu’elle le sache mais peur de ce qu’elle lui dirait par la suite ? De l’avis qu’elle pourrait avoir ? Difficile à savoir et surtout avec la quantité d’alcool qu’il avait dans le sang. Jusque-là il maitrisait encore, il avait l’habitude mais clairement, il était euphorique et ce n’était pas maintenant qu’il allait montrer ses talents en psychomagie…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8184
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar JunkieMouse + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron - Elijah - Chiara



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: Let’s get the party started ▬ Zachary   Jeu 31 Aoû 2017 - 13:45

Une part de moi aurait aimé être un garçon, je crois que ça n’est plus vraiment un scoop aujourd’hui. Etre une femme n’est pas toujours évident, surtout pas quand la société s’acharne à vous coller des tas de pression sur le dos. Je ne dis pas que les hommes n’en souffrent pas, on a tous notre lots de clichés et ce genre de trucs mais … Oui, j’aime l’insouciance dont ils font preuve parfois, la camaraderie qui émane d’eux quand ils sont entre mecs et redeviennent des gosses, etc … Regardez-le à se pavaner, il s’éclate ! Je ne dis pas que je ne m’éclate pas, la preuve c’est précisément ce que je suis entrain de faire mais oui, parfois, j’aimerai être un mec. Là où j’ai de la chance c’est que ma meilleure amie – qui est aussi quasiment la seule fille que je côtoie régulièrement en dehors de ma sœur – est calé sur les mêmes délires et la même longueur d’onde que moi. Bref, c’est pas le sujet, parce que lorsqu’il s’agit de certaines choses …

« Si ça avait été quelqu’un du personnel, clairement, Katherine avait mes faveurs. Mais non, désolé de te décevoir, c’est une élève. »

… je redeviens une fille immédiatement ! Même si c’est entretenir moi-même certains clichés que de dire et penser ça.

Katherine … Au fond je n’ai absolument rien contre elle et je n’arrive même pas à la « détester » réellement parce qu’elle est vraiment foncièrement gentille mais je ne peux pas m’empêcher de grimacer quand il l’évoque. Pourquoi ? Oh, la réponse est assez simple …

« Évidemment. »

Dit-elle en levant les yeux au ciel. Moi, jalouse ? Mais non … Si. Terriblement même. Pas jalouse en ce qui concerne Zachary bien sûr mais simplement parce que Mateo l’aurait bien mise dans son lit lui aussi. Qu’est-ce qu’il peut bien lui trouver sincèrement ? Oui, ça va, je sais très bien ce qu’il a pu lui trouver ! Chut. De toute façon elle n’est plus là, point, dont il ne pourra jamais réaliser son pari à la con.
Et puis je pense à Kezabel, j’ai envie de sourire, fière de ma meilleure amie et pas mécontente qu’elle ait réussi à choper la bombasse du bahut devant laquelle ces deux lascars – et un tas d’autres encore – bavaient sans succès – enfin je crois. Ils ne le savent pas, personne ne le sait, mais ça me fait jubiler intérieurement. Merci Boulette !

Donc, bref ! C’est une élève et si je suis son regard … Si elle est là il va forcément craquer à un moment ou un autre je le sais !

« Bon si t’es plus gentils garçons… Lukas ? Rafael ? »
« Lukas ?! C’est mon p’tit frère ! »

J’oscille entre éclat de rire et grimace parce que … C’est vraiment trop bizarre là.

« Enfin façon de parler, on a aucun lien de sang mais … Ouais, c’est mon p’tit frère donc non. Mais Rafael, oui. Bien joué. »

C’est vrai que pour le coup, dans la catégorie gentil garçon je crois que Raf pourrait clairement en être le représentant et ça n’a rien de péjoratif. Ce qui m’amuse c’est qu’il dise ça alors que je sors aujourd’hui avec l’archétype de ce qu’on pourrait qualifier de « gentil garçon » …

« On est sortis ensemble il y a quelques années. Ça n’a pas duré parce qu’on s’est rendus compte qu’on était seulement amis et on l’est encore aujourd’hui d’ailleurs mais c’était pas juste comme ça quoi. »

Parce que je crois que je ne suis pas du genre à pratiquer le « juste comme ça » apparemment. Il y a bien eu Matthew mais à vrai dire je regrette aujourd’hui quand on voit comment ça s’est « terminé » amicalement parlant entre lui et moi. Sincèrement ça m’a fait beaucoup de mal, on a essayé d’arranger les choses tous les deux mais je crois que c’est peine perdue.
Et puis Derek, dans un autre registre … Je pense à lui parce que j’aperçois Enzo et que mon regard s’attarde un peu sur lui. Ils ne se ressemblent pas vraiment tous les deux, ni physiquement ni mentalement, je ne sais pas trop pourquoi je pense à ça. Sauf que voilà, Derek c’était … un peu plus compliqué dans le sens où effectivement j’ai eu des sentiments pour lui, sentiment non partagés. Bref, tout ça ne fait pas remonter que des bons souvenirs et puis je m’en moque de toute façon. Le seul qui a de l’intérêt pour moi aujourd’hui me le rend au centuple. Ce qui en ressort c’est que je ne suis pas une fille qui enchaine les conquêtes mais que je reste curieuse de voir qui il va me proposer au prochain coup.

Et d’ailleurs, en parlant de ça, alors que je quitte le « petit » Gryffondor des yeux pour revenir sur le plus âgé :

« Sovahnn. Ah oui Sovahnn ça pourrait coller je pense ! »

Hum ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1273
Date d'inscription : 25/03/2015
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Ems / Ju' / Caem / Keith / Ethan / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3179-zachary-disemba-let-s-dance
MessageSujet: Re: Let’s get the party started ▬ Zachary   Jeu 31 Aoû 2017 - 21:50

Est-ce que Riley était déçue à l’idée que Katherine était sa favorite dans les adultes de cette école ? C’était en tout cas l’impression que Zachary avait eu face à sa réaction. Elle aurait aimé qu’il soit plus original ? Peut-être. Enfin, il n’allait pas s’en formaliser et surtout, il était trop éméché pour mettre en application ses connaissances en psychomagie. Mais il avait tout de même vu les yeux levés au ciel. Cela ne l’empêcha pas pour autant de passer à autre chose et de se mettre à chercher qui pouvait avoir eu les faveurs de Riley à une certaine époque. Apparemment, avec le premier nom, il avait dit une connerie. Lukas, son petit frère ? Autant dire que pour le coup, les deux jeunes gens avait eu exactement la même réaction. Zachary avait ri de bon cœur face à cette révélation avant de grimacer à son tour. Oui l’image de Layla avait traversé son esprit et forcément, ça devenait vraiment bizarre. Lien de sang ou pas lien de sang, c’était pareil. Hum, oublions ce moment gênant dans une gorgée d’alcool… Et une bonne trouvaille ! Loupé avec Lukas mais réussi avec Rafael. Zachary leva alors un poing au ciel, célébrant sa victoire. Oui il était fier de lui, parfaitement.

« Je savais que t’aimais les mecs sensibles ! »

Zachary lui fit alors son petit sourire de branleur avant d’afficher un air plus doux et de lever sa bouteille dans sa direction, comme pour trinquer à sa santé. C’était cool qu’ils aient pu rester amis après cela. Vraiment. Et au-delà de la blague, Rafael était vraiment quelqu’un de bien alors il trouvait cela mignon qu’ils aient eu une histoire ensemble. Mais en attendant, ce n’était pas le moment de rêvasser sur de jolies petites histoires ! Il fallait qu’il continue à trouver de nouvelles identités. Sauf que Riley aussi était au taquer dans le jeu et voilà qu’elle proposait un nouveau nom. Joli, bien tenté. Zach afficha un petit sourire amusé.

« Ah c’est pas mal. Ça aurait peut-être pu. Avec Sovahnn on s’entend super bien et on s’amuse aussi bien au lit. »

Merci Zachary pour cette finesse. En même temps, il était sincère. Avec Sovahnn il s’éclatait au lit mais aussi en dehors. Il avait énormément d’affection pour la jeune femme et quand il y réfléchissait, elle aurait pu avoir tout pour lui plaire. Sauf qu’il avait craqué pour quelqu’un d’autre. Un mystère inexplicable, un truc qui se passait de théorie, qui se vivait, tout simplement.


« C’est vraiment quelqu’un que j’adore, mais non, ce n’est pas elle. »


Zachary sourit et bu une autre gorgée. Sa bouteille allait bientôt être terminée, ce serait sans doute le moment pour faire une petite pause niveau alcool parce que sinon il risquait fort de ne plus se souvenir de la totalité de la soirée. Et ce n’était pas le but. Enfin, pas pour le moment. Pour l’instant, il voulait continuer son petit jeu avec Riley et trouver l’identité de d’autres de ses conquêtes. Oui, il continuerait à les appeler comme ça, quoi qu’elle puisse dire.


« Takuma ? Corey ? »


Il changeait complètement de registre, il en avait conscience. Il était passé des gentils garçons aux joyeux lurons. Mais clairement, il se rendait compte que pour le coup, il n’avait aucune idée de qui elle avait pu fréquenter. Ils ne se parlaient vraiment que depuis peu et il l’avait toujours connu avec Mateo. Il avait eu de la chance avec Rafael mais là, il tirait clairement au hasard. Sauf que rien ne semblait vraiment se faire au hasard. Corey. Corey = Chiara. C’était évident pour beaucoup de gens ici. Et Zach était alors en train de se demander s’il venait pas de se tirer une balle dans le pied. A croire que c’était sa spécialité. En parlant de ça, alors qu’il balayait la salle du regard, ses yeux se posèrent tour à tour sur William et Enzo. AHAHAHA. Grosse blague. Là, il avait bien mérité cette énorme gorgée qui lui fit terminer sa bouteille.

« Et d’ailleurs… T’as jamais craqué sur moi ? »

Zachary Disemba… Pour se vider la tête, il avait sorti la première connerie qui lui avait traversé l’esprit avec un immense sourire aux lèvres. Il s’était même rapproché de Riley en se déhanchant comme une andouille. Il acceptait de s’en prendre une pour cette réflexion lourde au possible, c’était le jeu !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8184
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar JunkieMouse + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron - Elijah - Chiara



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: Let’s get the party started ▬ Zachary   Jeu 31 Aoû 2017 - 22:44

J'aime les mecs sensibles … Non mais qu'est ce que c'est que ce cliché ?! Rafael n'a rien d'un mec sensible, c'est juste … le total opposé de toi, gros malin. Si je me vexe ou m'énerve ? Mais non, absolument pas, à vrai dire Zach me fait rire et je ne sais pas pourquoi mais je pense qu'il y en a un qui va avoir mal à la tête demain matin … Quoi qu'il en soit il se marre comme un sale gosse et honnêtement ça fait plaisir de le voir comme ça. On a eu quelques discussions sérieuses récemment, je sais qu'il a parfois eu des coups de blues alors même si le sujet peut-être un peu « dangereux » qu'il en profite. Et j'en profite aussi.

Alors ? Est ce que c'est la bonne pioche ?

« Ah c’est pas mal. Ça aurait peut-être pu. Avec Sovahnn on s’entend super bien et on s’amuse aussi bien au lit. »
« Ce détail était effectivement essentiel ! »

Je ne traîne quasiment qu'avec des mecs, j'ai l'habitude ne vous en fait pas pour moi. Je pourrai facilement monter au créneau si je ne connaissais pas Zach, si je pensais une seule seconde qu'une telle réflexion est irrespectueuse ou dégradante mais ça n'est absolument pas le cas. Et puis tant mieux pour eux s'ils s'amusent bien au pieu comme ailleurs ! Entre deux jeunes adultes consentants. Et ça me rappelle cette soirée arrosée où Sovahnn et moi avons mis Alec et Enzo en PLS parce qu'ils nous ont « surpris » entrain de nous embrasser. Cameron n'a pas moufté, les deux autres par contre … Bandes d'obsédés va.

« C’est vraiment quelqu’un que j’adore, mais non, ce n’est pas elle. »

Enfin bref, nouvelle grimace pour moi parce que j'ai raté mon coup. Ça n'est pas les filles qui manquent dans ce bahut mais je le sais, je vais finir par trouver ! Et lui c'est la cuvette des toilettes qu'il va trouver s'il continue à descendre cette bouteille aussi rapidement. Je devrai peut-être le stopper … ? Quoi de plus efficace pour ça que de la lui prendre des mains et boire dedans à mon tour ? Je vais envisager cette option.

« Takuma ? Corey ? »
« Raté ! »

Virage a 90° pour Monsieur Disemba et ses suppositions. Je le regarde, amusée, me disant qu'il n'a pas la moindre idée d'avec qui j'ai pu vivre quelque chose entre ces murs, ce qui en soit n'a rien d'anormal. C'est pas comme si on passait notre temps à s'épier et même en vivant au même endroit depuis des années, même en étant amené à se côtoyer par le Quidditch, on s'est finalement rapproché au point d'avoir ce genre de conversations il y a peu de temps.
Bref ! Takuma ? Non. Je ne sais même pas si on s'est déjà adressé la parole une seule fois à vrai dire … Quant à Corey, non plus, même si je l'admets, il est clairement très charmant. Corey … Et Chiara. Je crois que personne dans ce château n'arrive à cerner la nature de leur relation à ces deux là mais j'ai envie de dire, ils font bien ce qu'ils veulent, tant qu'elle n'approche pas de mon Gaucho. C'est déjà fait alors ça va ! Pas besoin de retenter le coup. Chacun chez soi et les Gryffondors sont bien gardés. Quand je pense que Keza la trouve sexy … Oui, bon, ok, elle est sexy. Hey mais attends une minute …

« Et d’ailleurs… T’as jamais craqué sur moi ? »

Je bloque, le fixe, … et éclate de rire alors que fier de son coup il se déhanche devant moi. L'instant d'après je lui chope la bouteille et boit directement dedans avant d'envoyer un baiser soufflé en direction de William qui passe pas très loin : Detective Jackson, un de mes futurs maris ! Mais revenons-en à nos moutons.

« Ton égo aurait aimé hein ? »

Je le regarde en haussant frénétiquement les sourcils et me dandine d'un pied sur l'autre, grand sourire sur les lèvres.

« Et bien désolée de t'apprendre mon cher que malgré ton physique photoshoppé, ton sourire ultra bright et ton déhanché de toréador, non, je n'ai jamais craqué sur toi. J'dis pas que j'ai pas maté, j'veux dire le paysage est sympa, mais mon petit cœur n'a jamais battu pour toi. Et ma p'tite culotte non plus. »

Et comme si je voulais me faire pardonner – on s'entend – je lui rend sa bouteille et lui claque un bisou sur la joue.

« Et t'en fais pas, t'es pas juste une bombe atomique, finalement toi aussi t'es un garçon sensible ... »

Si je me moque ? Oui, mais gentiment, comme toujours.

« Si tu veux tout savoir je n'ai couché qu'avec quatre mecs : Raf, le premier. Matthew Lorence, ce qui était une grosse erreur parce que ça a foutu en l'air notre amitié. »

Je ne rentre pas dans les détails, je me contente de compter sur mes doigts et me rends compte que je commence à ne plus y voir très clair. C'est peut-être pour ça d'ailleurs que je balance ma vie sexuelle comme ça mais passons.

« Oh putain ! Non ! Cinq ! Merde ... »

Main sur la bouche je pouffe comme une gamine.

« Dimitri, l'ancien prof d'EDM. »

Grand sourire innocent et index sur les lèvres.

« Tu gardes ça pour toi ! C'était avant qu'il soit Prof, on s'est rendu compte à la rentrée qu'on était tous les deux là et oh surprise, je suis une élève. Ahem. »

J'ai plus de filtre. Et si j'ai oublié Dim c'est simplement parce que tout ça me semble surréaliste quand je vois la relation quasiment fraternelle qu'on a aujourd'hui.

« Et puis y a eu Derek Ryans pendant quelques mois ... »

La la la.

« OUI ! Je sais. Chut. J'ai pas d’explication rationnelle et c'est pas la peine de le rappeler à Mateo parce qu'il va s'énerver. Il peut pas le blairer. »

C'est un poil plus complexe mais peu importe, je balais ça d'un geste de la main comme si c'était rien. Dans le fond, aujourd'hui, c'est effectivement rien.

« Et puis bah Mateo bien sur. »

Dit-elle des étoiles et des petits cœurs pleins les yeux.

« Mais lui c'est pas du tout comme les autres. Lui c'est mon Gaucho. »

D'ailleurs il est où ? La première qui le touche je la démonte, okay ?! C'est moi où je tangue un peu ? Bah ! On s'en fout.

« Je suis super nulle à ce jeu, je viens de tout gâcher en te balançant mon CV ! Mais enfin moi je me demande si tu craques pas pour une certaine Madame de ta maison qui a une grande gueule et des seins qui font deux fois les miens. »

Au moins.

« Genre elle. »

Suivez mon regard … vers Julian qui est entrain de danser comme une folle avec … roulement de tambour … Chiara! La fameuse.

« J'ai raison ?! »

Hop ! Une gamine le soir de Noël. Hein dis dis dis !!! J'ai raison ? Instinct féminin, je sais que j'ai raison.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1273
Date d'inscription : 25/03/2015
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Ems / Ju' / Caem / Keith / Ethan / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3179-zachary-disemba-let-s-dance
MessageSujet: Re: Let’s get the party started ▬ Zachary   Ven 1 Sep 2017 - 12:25

La musique, la danse, l’alcool… Zachary était dans son élément et il retrouvait cette bonne humeur qui lui était si propre. Depuis qu’Ora était partie de l’école, les fêtes étaient un peu différentes et il avait connu pas mal de coups de blues. Avoir rencontré Riley, même si au final il la connaissait déjà, lui faisait le plus grand bien. Pas d’amalgame, il ne prendrait jamais Riley pour Ora et vice versa. Il n’aurait sans doute jamais exactement les mêmes liens avec les deux mais plus le temps passé plus il se prenait d’affection pour la Serpentarde et se disait qu’il pouvait vraiment compter sur elle. Pour lâcher les vannes ou pour s’amuser un bon coup. Bref, elle l’aidait à se reprendre en main et c’était tout ce dont il avait besoin. Alors du coup, forcément, il se permettait de faire l’andouille. Il était clair que dans son esprit Riley était une amie, qu’il ne tenterait rien parce qu’elle était maquée. De fait, il s’amusait à faire des sous-entendus justement parce qu’il savait très bien que ça n’irait pas plus loin. Il fallait juste espérer que Mateo ne s’y méprenne pas. Bon, il irait lui expliquer au pire. Mais là, il était trop éméché et trop content pour penser à cela. Il était concentré sur leur petit jeu et il venait d’ailleurs de subir un échec cuisant. Ni de Takuma, ni de Corey dans la liste, grosse déception pour Zach. Mais cela ne l’empêcha pas de poursuivre dans sa connerie, bien au contraire. Il passa même à la vitesse supérieure. Bug chez Riley puis rire qu’il accompagna. Bon, il devait prendre ça pour un non, tant pis. Il aurait pu continuer à rire avec elle un moment sauf qu’un truc capta son attention. Elle venait d’envoyer un baiser à William. Oui parfaitement. William.

« Et bien désolée de t'apprendre mon cher que malgré ton physique photoshoppé, ton sourire ultra bright et ton déhanché de toréador, non, je n'ai jamais craqué sur toi. J'dis pas que j'ai pas maté, j'veux dire le paysage est sympa, mais mon petit cœur n'a jamais battu pour toi. Et ma p'tite culotte non plus. »

Reconnexion à la réalité. Sans s’en rendre compte, Zachary avait débranché quelques secondes en fixant William. Un étrange frisson l’avait parcouru et heureusement, Riley l’avait aidé à reprendre contact avec la réalité. Le moment présent. Et de la plus belle des manières en plus. Le Gryffondor qui se reprit immédiatement la regarda avec un petit sourire. Ok, elle disait au moins qu’il était beau, c’était déjà ça. Il rit en l’entendant reprendre cette histoire de petite culotte. Ça allait devenir un running gag à force, mais ça risquait d’être dangereux. Oh, un petit bisou sur la joue ! Zach fit un sourire con en réceptionnant sa bouteille.

« T’as tout compris… C’est dur d’être beau comme moi, les gens oublient que je ne suis pas qu’un corps… »

Et il nous fit un magnifique petit regard de chat potté… Merci Zachary pour ce moment. Bon, sauf qu’il fut incapable de rester sérieux et se remit à rire. Elle se foutait de sa gueule oui clairement mais il le prenait plutôt bien. Et pour le coup, il avait toujours assumé être un mec sensible, même si ce n’était pas forcément le premier truc qu’il disait sur lui. Mais garçon sensible ou pas, il aimait toujours autant les potins et surtout lorsque Riley se décidait finalement à tout lui dire. Que quatre ? Il fit une petite moue mais ne dit rien, il ne fallait surtout pas l’interrompre. Alors, Rafael et Matthew pour commencer. Zachary hocha la tête. Pas mal, bon sauf l’aspect amitié foutue en l’air, ça c’était dommage…

« Oh putain ! Non ! Cinq ! Merde ... »

Fou rire incontrôlable de la part de Zachary. Elle venait vraiment d’en oublier un ? Putain, pauvre mec, Zach n’aurait pas aimé être sa place. Bon, sauf qu’il eut à peine le temps de se remettre de ça qu’elle lâcha une énorme bombe.

« Quoiiiii ? »

Il vit alors son index sur sa bouche.


« Oups… Sérieusement ?? »


Dit-il en chuchotant. Riley s’était tapé un prof. Alors là, elle le clouait sur place, clairement, il ne se serait jamais attendu à ça. Alors qu’elle lui expliquait le pourquoi du comment, le Gryffondor lui fit une petite courbette. Non là franchement, elle le méritait.

« Bravo championne ! Un prof au tableau de chasse, ça c’est du talent ! »

Zachary avait dit ça sur un ton amusé et pas trop fort. Certes il était complètement saoul désormais mais il avait conscience que ce ne serait bon pour personne que cette histoire se sache. Alors Riley pouvait se rassurer, Zach serait une tombe ! Une tombe qui titubait vachement d’ailleurs. Mais ce n’était pas terminé. La jeune femme avait encore un nom à sortir, autre que Mateo. BAM. Derek Ryans. Un immense sourire se dessina alors sur le visage du rouge qui la regardait se débattre pour donner une explication.

« J’suis déçu que t’aies préféré Derek à moi. »

Non parce que bon on parlait de lui, mais Ryans grand modèle dans le genre, il était pas mal. En mode vachement plus salaud à une période aussi de ce qu’il avait compris. Elle était pleine de surprise cette Riley, il adorait ça ! Et elle était absolument trop craquante quand elle parlait de Mateo avec des petites étoiles dans les yeux. Zachary afficha un grand sourire et lui fit un clin d’œil. Pas de commentaire, leur histoire était jolie, il allait se retenir de l’entacher avec une remarque bien lourde de mec bourré. Et puis, il avait du souci à se faire maintenant. Parce qu’au milieu de tout ça, Riley semblait avoir eu une révélation. Alors qu’elle avançait dans son discours, son sourire débile se ternit légèrement. Il finit par suivre son regard et ses yeux se posèrent sur Chiara. Ok.

« Touché, coulé. »

Une balle en plein cœur pour Zachary. Il regarda quelques instants Chiara qui semblait bien s’amuser avec Julian jusqu’à ce qu’elle bouge la tête. Il ne savait pas si elle avait senti son regard ou pas mais en tout cas, il était hors de question qu’il croise le sien, il se recadra alors sur Riley qui se trouvait en face de lui.


« Tu comprends maintenant pourquoi je te dis que je sais que c’est mort ? »


Zach poussa alors un léger soupir. Oui, ça lui foutait toujours un coup de voir Chiara. Surtout qu’éméché comme il était, il avait encore plus envie de lui bondir dessus. Ahem. On se détend l’ami. Il regarda alors sa bouteille vide et la posa sur une table avant de revenir vers Riley. Tout l’alcool qu’il avait bu était en train de mener un sérieux assaut sur sa tête. Et cela se voyait clairement à sa démarche et à son regard brillant.

« Mais bon faut pas se laisser abattre hein. Va juste falloir que je trouve quelqu’un pour me réconforter ce soir. Promis je te ferai pas d’avances. »

Zachary eut alors un léger rire puis, sans prévenir, il s’approcha de Riley et l’attira contre lui. Pas de panique Mateo, je te vois venir. Il s’agissait là d’un simple câlin. D’ami à ami. Il ferma les yeux quelques instants, comme pour profiter de contact qui au final lui faisait du bien avant de rendre sa liberté à la jeune femme et de se remettre à danser comme si de rien n’était.


« Tu crois que je devrais aller vers qui pour me consoler ? »


Et hop, on passe à autre chose. Enfin, en apparence…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8184
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar JunkieMouse + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron - Elijah - Chiara



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: Let’s get the party started ▬ Zachary   Sam 2 Sep 2017 - 11:54

Je crois que Mateo n'est pas au courant pour Dimitri … Ni pour Matthew d'ailleurs … Raf ? J'en sais rien. Derek … No comment. Il se doute bien que j'ai eu une vie avant lui mais inutile d'aller lui parler de ça, le passé n'a pas d'importance. D'ailleurs je n'ai absolument aucune envie de savoir combien de filles sont passées dans son lit – ou ailleurs – avant moi ! Ça risquerait de me mettre de mauvais poil, on n'est pas là pour ça hum ? Parlons de Zachary, c'est mieux.

Zachary … qui ne sourit plus vraiment et là, je l'admets, je me sens un peu mal.

« Touché, coulé. »

Aïe. Et merde. Oui, je m'en veux. Je m'en veux de l'avoir poussé à y penser alors qu'il était bien parti … Ou peut-être pas justement d'ailleurs, maintenant que j'y repense. Cette descente relativement rapide, est ce qu'elle n'est pas là pour le faire oublier ? Je vois bien qu'il est triste, quelque part ça me fend le cœur de le voir comme ça et je culpabilise.
Je suis son regard, c'est elle qu'il observe sans trop rien dire et même si je ne suis pas une des plus grandes fan de cette fille, dans le fond j'ai rien à lui reprocher. Je me retourne, Zach n'est plus là. Je fronce les sourcils, m'inquiète l'espace de quelques secondes jusqu'à l'apercevoir un peu plus loin : Parti poser sa bouteille – vide – sur une table. A sa démarche je me rends compte qu'il est sans doute un peu plus attaqué que je ne le pensais. J'ai vraiment fait n'importe quoi.

« Tu comprends maintenant pourquoi je te dis que je sais que c’est mort ? »

Grimace. Je ne connais pas bien Chiara, tout ce que je peux dire c'est qu'elle n'est pas réputée pour s'attacher ou en tout cas pas à une personne en particulier. J'aimerai lui dire qu'il ne faut pas penser de cette façon, après tout … Regardez Mateo, qui aurait pu croire qu'il se caserait ? Et pourtant, je vous assure qu'il l'est et plutôt deux fois qu'une ! Mais enfin c'est pas le sujet et je n'ai pas envie d'encourager Zachary, de le pousser à … essayer de faire bouger les choses, pas si ça doit lui enfoncer une lame dans le cœur. Il a déjà l'air suffisamment mal comme ça.

« Mais bon faut pas se laisser abattre hein. Va juste falloir que je trouve quelqu’un pour me réconforter ce soir. Promis je te ferai pas d’avances. »

Il rit, je n'y crois pas une seconde mais n'ai pas le temps de réagir qu'il me prend dans ses bras. D'abord surprise, c'est rapidement un sourire qui étire mes lèvres alors que je l'entoure de mes bras et lui rend son étreinte. Je sais qu'elle n'a rien d’ambiguë, il a juste besoin de réconfort et quelque part ça me touche qu'il le trouve avec moi.

« Moh. Viens là grand fou. »

Je le laisse prendre le temps dont il a besoin, passant ma main dans son dos presque comme une mère le ferait avec son enfant. Et puis lentement il se détache, je le laisse faire sans en faire des tonnes, sans démontrer la moindre forme de pitié à son égard. Simplement une forme de tendresse, accompagnée d'un réel intérêt. J'aime pas le voir comme ça.

« Tu crois que je devrais aller vers qui pour me consoler ? »

Une pirouette ? Soit, c'est lui le patron. Façon de parler, évidemment ! Mais on s'entend. S'il n'a pas envie d'en parler plus que ça c'est quelque chose que je respecte totalement alors c'est partie, dédramatisons un peu la situation, passons à autre chose – temporairement ou non – parce que le but c'est quand même de passer une bonne soirée, autant que faire se peut.

« Tu peux toujours tenter avec Enzo. »

Dit-elle en éclatant de rire, absolument pas sérieuse voir totalement ironique.

Pourquoi je dis ça ? Simplement parce que le « petit » Gryffondor vient de passer devant nous sans s'arrêter, qu'il ne m'a absolument pas calculé trop occupé à adresser un regard inqualifiable à Zachary … avant de rejoindre William un peu plus loin. Probablement encore des trucs de testostérone qui me dépassent et surtout ne m’intéressent pas le moins du monde.

« Ma petite sœur et Kezabel t'oublies direct, ok ? »

C'est dit avec le sourire, un peu sur le ton de la plaisanterie, mais je le pense. Et il le sait. Ramasse donc tes griffes la mère poule, laisse sortir la douceur à nouveau.

« J'vais pas te dire de foncer tête baissée histoire d'en avoir le cœur net, pour pas avoir de regret, je pense que t'es un grand garçon et tu sais ce que tu as affaire, ce qui est le mieux pour toi. »

Oui, je parle à nouveau de Chiara. Une part de moi pense qu'il devrait le faire, foncer, oser, tenter le coup parce qu'on peut toujours être surpris par l'autre et surtout comment connaître la réponse tant qu'on ne l'a pas posé ? Mais c'est toujours plus facile à dire qu'à faire et surtout toujours plus facile de sortir des grands discours quand il ne s'agit pas de soi.

« J'te conseille par contre de te consoler avec modération pour ce qui est de la boisson. En tant que future avocate je suis obligée de te guider vers la voie la plus sage. »

Main sur le cœur à défaut du code pénal.

« Excuse moi, j'aurai pas du insister comme ça. Qu'est ce que je peux faire pour me faire pardonner ? »

Et là, c'est l'illumination.

« Hum ! Je sais ! Ne bouge pas ! »

Je n'attends pas une seconde de plus et m'éloigne, slalome dans la foule et disparaît de la vision du Gryffondor. Quand je reviens quelques secondes plus tard – me frayant un passage dans la foule tel Moïse dans la Mer Rouge – c'est avec un grand carton dans les mains. Un carton ? Hey, on est dans la salle sur demande je vous rappelle, il m'a suffit d'ouvrir le premier « placard » croisé pour avoir ce que je cherchais – bien que ça ne soit en aucun cas une question de vie ou de mort on est d'accord. Ça n'est pas un carton ordinaire, pas un carton dans lequel on range des choses. Non, c'est ...

« Tadaaaaam ! »

… une silhouette grandeur nature à l’effigie de Rina.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1273
Date d'inscription : 25/03/2015
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Ems / Ju' / Caem / Keith / Ethan / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3179-zachary-disemba-let-s-dance
MessageSujet: Re: Let’s get the party started ▬ Zachary   Ven 8 Sep 2017 - 12:32

Grand fou, au final, ça ne lui allait pas si mal. Sous ses airs de grand garçon, il était un sale gosse parfois un peu dépassé par les événements et ses propres sentiments. Redevenir l’espace de quelques instants un gamin qui se fait consoler était assez appréciable. Riley avait les gestes et le regard juste. Elle ne le regardait pas comme s’il vivait un drame horrible, ce qui n’était pas le cas, comme s’il était un pauvre être fragile. Non, simplement comme un ami qui a de la peine et qui a juste besoin d’un peu de réconfort. Cela lui fit le plus grand bien et si bien sûr il n’en avait pas pour autant oublié Chiara et l’idée qu’il avait tout foiré avec elle, il avait envie de passer un peu à autre chose. Aussi, il embraya immédiatement, espérant que ce petit moment de confidence avec Riley l’aiderait à profiter au mieux du reste de sa soirée. C’était ce qu’il avait en tête mais il fut légèrement refroidi par le regard que lui lança petit Ryans. Entre eux d’eux il y avait toujours eu un peu d’affrontement mais Zachary avait eu l’impression que ça c’était calmé ces derniers temps et surtout depuis qu’il était sûr qu’il ne ferait rien avec Layla. Sauf que là clairement, le regard qu’il venait de lui lancer n’était clairement pas avenant et en le voyant se rapprocher de William une lumière rouge s’alluma dans son esprit. Est-ce qu’il pouvait être au courant ?


« Tu peux toujours tenter avec Enzo. »


Zachary reprit contact avec Riley qui se trouvait en face de lui et tenta du mieux qu’il put de faire une grimace naturelle pour lui dire qu’elle racontait n’importe quoi. Mais clairement, le regard qu’Enzo lui avait lancé était toujours bien présent dans son esprit et plus les secondes s’écoulaient, plus de multiples lanternes s’allumaient en lui. Il n’était clairement pas aider par l’alcool mais c’était aussi elle qui pourrait le sauver puisqu’elle lui donnait la capacité de passer du coq à l’âne en quelques secondes seulement. Genre de cette situation préoccupante à Riley qui lui faisait comprendre qu’il n’aviat pas intérêt à s’approcher de Charleen et de Keza.

« Je ne touche pas aux petites sœurs. Et Keza m’a déjà rembarré, j’admets ma défaite. »

Et cette fois, ce fut à son tour de rire. Il adorait Kezabel et n’avait pas mal pris le fait qu’elle ne veuille pas de lui. Surtout qu’il n’y était pas allé de la manière la plus délicate et discrète du monde. Enfin bref, pas de souci, ces deux-là étaient hors course. Un regard rapide dans la salle à la recherche de bras avenants et hop, retour sur Riley qui revint sur le dossier Chiara. Zach lui adressa un sourire mais ne répondit rien. Sur ce coup, il fuyait et il en avait parfaitement conscience. Sans doute Riley avait-elle raison mais il n’avait clairement pas le cœur à entrer dans une confrontation frontale même si l’alcool était un bon anti-douleur.

« Regardez madame l’avocate, j’ai posé ma bouteille, j’ai les mains vides ! »

Nouveau sourire du côté du Gryffondor qui se remit à danser, les mains effectivement vides. De toute façon, avec ce qu’il avait déjà bu, ça aurait été un peu crétin de renchaîner tout de suite. Ce qui ne voulait pas dire qu’il en avait terminé avec l’alcool pour toute la soirée mais chut, il ne fallait pas le dire. Enfin, bourré ou pas, toujours était-il qu’il n’en voulait en aucun cas à Riley, elle n’avait rien fait de mal et c’était ce qu’il voulait lui dire face à ses excuses. Sauf qu’il n’en eut pas le temps. Il resta donc comme un con, la bouche à moitié ouverte à vouloir lui dire qu’elle pouvait se contenter de danser avec lui et que tout était ok. Riley avait disparu telle une tornade et quand elle revint, Zachary explosa de rire. Un vrai fou rire qui le plia en deux et l’empêcha d’articuler quelques mots pendant un bon moment.


« T’as vraiment fait ça ? »


Et hop c’était reparti. Devant lui, Riley tenait triomphalement une silhouette à l’effigie de Katherine. Autant dire qu’il ne se serait jamais attendu à ça. Quand le rouge parvint à reprendre une respiration à peu près normale, il s’approcha du cadeau de Riley et l’attrapa pour le détailler.

« Je vais le mettre dans mon dortoir, sous mon lit, en cas de coup dur… »

Euh Zachary…

« Non, enlève tout de suite cette image de ta tête, je ne pensais à rien de sale en plus ! »

Il parlait juste d’admirer la beauté de la jeune femme, voilà tout. Juste admirer. Ahem. Ok, valait sans doute mieux qu’il ne rajoute rien de plus parce qu’il risquait fort de s’enfoncer encore plus. Finalement, il décida de faire le pitre comme à son habitude et d’entamer un petit slow avec cette silhouette. Il vit quelques regards sur lui et il y répondit par des clins d’œil. Oui il était très fier de sa connerie et s’amusait beaucoup. Merci Riley ! Quand il eut fini son petit numéro il retourna auprès de sa camarade de soirée.

« Je crois qu’il faut mettre mon beau cadeau à l’abri, j’ai vu des petits pervers le regarder avec avidité ! »

Zachary sorti alors sa baguette magique de sa poche et lança un sort de réduction sur la silhouette qui se retrouva bientôt suffisamment petite pour entrer dans sa poche. Il l’y glissa avec amusement puis recommença son exploration visuelle de la salle tout en restant près de Riley. Son regard se porta une nouvelle fois sur Enzo et William qui ne se trouvaient pas si loin et les lumières qui s’étaient éteintes se rallumèrent brusquement. Il posa alors ses yeux sur Riley.


« Je crois qu’il faut que je m’occupe d’un truc avant toute chose ! »


Si Riley avait su, elle aurait sans doute pu lui dire que c’était une mauvaise idée, qu’il s’apprêtait à faire la plus grosse connerie du siècle et qu’il avait plutôt intérêt à rester là bien sagement à danser avec elle. Sauf que non. Le rouge se dirigea vers William et Enzo. Au passage il engloutit un shot qui traînait par là ce qui finit de l’achever. Il n’était pas suffisamment lucide, il était beaucoup trop alcoolisé et pensait que ce qu’il fallait faire était une bonne idée.

« Salut les gars ! »

Sans prévenir, Zachary s’était incrusté entre les deux amoureux. Il ne pouvait se décrocher ce regard de la tête alors il se tourna vers Enzo, absolument persuadé d’avoir tout compris…

« Écoute mec, oui j’ai couché avec ton copain mais c’était bien avant que vous sortiez ensemble et ça voulait rien dire. J’avais juste un peu trop bu, tu vois. Et j'suis même pas gay en plus alors bon.»

Oups.

@Enzo Ryans @William C. Jackson
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8184
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar JunkieMouse + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron - Elijah - Chiara



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: Let’s get the party started ▬ Zachary   Mar 19 Sep 2017 - 22:35

Cet éclat de rire … C'est carrément une explosion et autant dire que ça me colle le sourire jusqu'aux oreilles. Je suis extrêmement fière de ma petite idée et d'autant plus quand je vois l'effet qu'elle a sur lui. Méfait accompli ! Mission accomplie surtout. C'est avec panache, le menton bien haut, que je tiens la silhouette à côté de moi alors qu'il continue de se tordre de rire. Zachary ri – c'est dur à dire – et l'espace d'au moins quelques secondes il oublie son coup de blues, en espérant que ça le mette sur ce chemin pour le reste de la soirée même si l'objet de son tourment se trouve dans la même pièce. Désolée Rina d'utiliser ton image de la sorte, c'est pour la bonne cause !

Et le voilà qui retrouve son souffle, mon sourire s'élargit et ma fierté avec.

« T’as vraiment fait ça ? »
« Bah ouais ! »

Il est reparti pour un tour, je l'admets c'est largement communicatif et quand je vois le regard de certains autour de nous, je craque à mon tour, à m'en faire perler les larmes sur le coins des yeux. Passez votre chemin manant ! Je ne laisserai cette créature de rêve qu'aux mains de Sir Disemba. C'est son cadeau. Joyeux non-anniversaire !
Son fou-rire semble se calmer, le mien avec même si j'ai beaucoup moins de mal que lui à revenir à un semblant de sérieux – pas trop quand même, manquerait plus que ça. Enfin, il prend possession de son Saint Graal. Oui, rien que ça.

« Je vais le mettre dans mon dortoir, sous mon lit, en cas de coup dur… »
« Oh mon dieu ... »
« Non, enlève tout de suite cette image de ta tête, je ne pensais à rien de sale en plus ! »
« Ah mais ne te justifie pas ! Je ne veux rien savoir de … tes coups dur. »

Le pire c'est que je sais pertinemment, en tout cas je le devine, qu'il n'avait effectivement aucune idée salace en tête en disant ça mais j'aime trop le taquiner, voir le mettre mal à l'aise, pour lui dire que j'ai compris. Même si je suis persuadé qu'il le sait de toute façon. Le laisser patauger comme ça développe mon côté amicalement sadique, j'y peux rien.
Loin de le déstabiliser, le voilà entrain de danser un slow avec son bout de carton. Autour de lui se mêlent éclat de rire et regard un peu perplexe, moi je danse à côté de lui en rythme avec la musique qui n'est pas du tout un slow. Passée la fierté liée à cette idée brillante – j'aime me lancer des fleurs – je suis réellement heureuse de le voir comme ça, de retour dans la fête, sans doute légèrement aidé par l'alcool mais je pense pouvoir affirmer qu'il aurait de toute façon eu la même réaction en étant sobre.

« Je crois qu’il faut mettre mon beau cadeau à l’abri, j’ai vu des petits pervers le regarder avec avidité ! »
« Le premier qui essaie de te la prendre je lui montre l'étendue de mes capacités et habiletés gagnées grâce au Quidditch. »

S'il faut péter des genoux, j'en suis ! Atttrapeuse, d'accord, mais ça ne veut pas dire que je ne sais pas cogner dans un cognar avec une batte. Loin de là même. Amusée, je le regarde réduire la silhouette qui tient désormais aisément dans sa poche où il vient de la mettre au chaud et sans réellement se concerter ou s'en rendre compte, on recommence à danser sans se préoccuper de quoi que ce soit d'autre. Enfin, c'est mon cas. Je me rends compte que ça n'est pas celui de Zachary quand il me regarde et attire ainsi mon attention.

« Je crois qu’il faut que je m’occupe d’un truc avant toute chose ! »

Et pouf, plus de Zach.

« Euh … ok. »

Je viens de me faire planter en bonne et due forme. Si je m'en formalise ? Non, pas une seule seconde. A vrai dire je suis surtout intriguée de le voir se diriger vers Will et Enzo, me rendant compte au passage qu'il ne marche vraiment plus droit, mais soit. Haussement d'épaules. Je me retourne et continue de danser en me concentrant uniquement sur la musique, laissant à mon corps la liberté de faire ce qui lui plait. Je débranche et ça fait du bien, ça défoule. Les yeux fermés je me laisse porter, un sourire qui flotte sans cesse sur mes lèvres.

▬ FINI POUR RILEY ▬

Sauf si besoin d'elle plus tard, on verra bien
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1264
Date d'inscription : 14/01/2015
Crédits : Avatar + Signature : Me
Double Compte : Kezabel & Charleen & Mateo & Ora & Dimitri & James & Leiv & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3081-william-liam-c-jackson
MessageSujet: Re: Let’s get the party started ▬ Zachary   Mar 3 Oct 2017 - 17:26

Je sursaute violemment, me cognant la main dans la table de chevet à côté du lit, m’arrachant un râle douloureux et grognon. La gueule dans le cul, les yeux collés par la fatigue et surtout par la courte nuit que j’ai – nous … - eu, je relève difficilement la tête de cet oreiller si douillet.

- Keskispass…

Un murmure à peine audible et articulé. Si j’dis ça c’est parce que j’ai brutalement été tiré d’un sommeil profond par un bruit sourd dont je ne connais toujours pas la cause. Je me redresse sur les coudes et prend conscience qu’Enzo n’est plus là, dans le lit…
… Mais par terre, tout juste assit, les cheveux en bataille et la gueule dans le cul lui aussi. Visiblement contrarié.

- Mais qu’est-ce que tu fous par terre toi ?
- Demande à ta fille.
- … Ma… Hein ?

Ma fille ? Moi, papa ? Impossible.
Si si j’vous assure. A moins d’avoir fait preuve d’une fourberie incroyablement glauque et malsaine, je ne peux pas être père. Ceci dit, ça a le don de me réveiller alors que je fixe son air grognon du matin. Tu sais que t’es adorable avec cette tronche ?

- Rien, laisse tomber.

Il remonte dans le lit et je lui laisse la place, sans vraiment comprendre ce qu’il se passe, ni ce qu’il lui arrive. Je le fixe, sans rien dire et je n’ai visiblement pas besoin de le faire puisqu’il finit enfin par lâcher le morceau.

- C’est à cause de tes conneries d’adoption avec Elijah. J’ai rêvé qu’elle se pointait dans notre pieu entre toi et moi et que tu étais en mode Super Papa Gâteau qui n’a d’yeux que pour son adorable fille. Et…
- Et… ?

Enzo lève les yeux au ciel et se passe une main dans les cheveux, comme à son habitude. Il continue son récit, me racontant que j’étais visiblement passer en statut : Père comblé complètement fou de sa gamine et qu’en plus de ça, Elijah et moi-même nous l’ignorions complètement. Jusqu’à le faire tomber du lit.
Ce qui explique la situation de ce matin.
Et j’ai vraiment… vraiment énormément de mal à me retenir de rire.
C’est bien pour ça que je n’y arrive pas et qu’un éclat de rire franc s’échappe d’entre mes lèvres.

- Moooh… Ma peluche a déjà peur d’être remplacé par une jeune fille fraiche comme la rosée du matin ?

Je le charrie, passant une main sur sa hanche et lui pinçant gentiment la joue, large sourire aux lèvres.

- T’as vite oublié notre discussion d’hier ou quoi ?

Celle où nous avons complètement lâché prise dans le lac, choppant par la même occasion une pneumonie.

- Tu as vite oublié ce que ça a donné cette nuit aussi, visiblement.

Discussion qui nous a conduit à un sommeil très court pour être honnête mais ça en valait la peine. Mille fois, même. J’ai le sourire, je me sens léger. Ses aveux, les miens, m’ont tout simplement fait du bien, même si je ne m’y attendais pas forcément. Mais il est bon d’avoir mis les choses à plat.
Je n’ai pas le temps de finir ma phrase qu’Enzo inverse les rôles, me plaque au matelas, regard brûlant. Exactement comme je l’aime. Il me murmure quelques mots qui me tirent un sourire carnassier avant de rejoindre ses lèvres dans une fougue nouvelle, mes mains se positionnant aussitôt autour de sa nuque et de ses épaules, faisant face à un besoin clair de marquer son territoire si j’en juge les morsures qu’il m’inflige au creux du cou, me poussant à exprimer déjà bien des choses.
Mais pas ce matin.
Je bascule mon poids sur le sien, à califourchon sur ses hanches et surtout je maintiens ses poignets au-dessus de sa tête, le regard suffisamment éloquent sur ce qui l’attends.

- T-t-t… Ce matin, t’es à moi.

Tu as déjà eu toute la nuit pour marquer ton territoire, comme tu le dis si bien. A mon tour, maintenant.

¥

- Cuuuul seeeeeec  à trois, t’es prêt ?
- Vas-y ! Le dernier doit en reprendre un autre juste derrière.

Macy me fixe de ses yeux brûlants de défi alors que Maxime nous regard, désappointé. Quand à Dean… il observe. C’est tout.

- Ok ! 3, 2…1 …. GO !

Et je descends cul sec la moitié d’un verre d’alcool pur, grimaçant en silence et j’entends le choc d’un verre sur une table alors que je finis tout juste mon verre…

- YOUUUUHOUUUU J’AI GAGNEEEEE !
- Fais chier… La vache, ça arrache ce truc !
- Bah alors, t’as perdu l’habitude petite nature ?
- Ooh ferme là Juliette du monde de Tim Burton. Va donc danser une valse avec ton Roméo au crâne rasé.

Dean esquisse un sourire derrière son verre qu’il boit sans rien dire.

- Tiens ? Ton chirurgien esthétique a eu la main moins lourde cette fois ? J’ai presque pu voir l’esquisse d’un sourire.

Et moi je vois l’esquisse d’un majeur orné d’une chevalière se pointer devant ma gueule.
Macy éclate de rire et me tends le verre à moitié plein.

- N’crois pas que j’ai oublié le pari.
- Forcément que t’as pas oublié. Donne moi ça. Je prends le verre en plastique et regarde l’intérieur en haussant les sourcils avant d’en boire le contenue d’une traite et de grimacer. Bordel de merde. T’as raison Juliette Burton, j’ai peut-être perdu l’habitude.

Et je vais finir par m’en prendre une dans la gueule si ça continue.

- Bon vous permettez… Je m’en vais rejoindre mon ours.

Macy me claque les fesses – normal – et je les saluts d’un geste de la main, me promettant de venir les rejoindre un peu plus tard dans la soirée. Soirée qui, d’ailleurs, bat son plein. Genre, celle qui entrera dans l’histoire de Poudlard. Presque tout le monde est là, dansant, buvant, riant, s’embrassant, bref un condensé de vie où tout le monde s’abandonne pour au moins la soirée et profiter de la fin de l’année. Nous avons tous extrêmement hâte de retrouver la liberté, nos proches, notre quotidien… mais en attendant, c’est de cette fête que nous profitons.

- Bonsoir beau brun.

Hop, une main sur le cul c’était gratuit.

- Tu m’offres un verre ou on passe directement par la case hôtel ?

C’est ce qui s’appelle faire du rentre dedans. Merci bonsoir. Je lui offre un sourire amusé, voir gourmand avant de venir capturer ses lèvres, un poil enivré par l’alcool qui décuple mes sentiments vis-à-vis de lui. Je lui offre un baiser passionné que je finis par rompre, toujours ce même sourire aux lèvres. J’aime me jouer de lui, c’est pas une nouvelle.

- Tu passes une bonne soirée ?

C’est aussi l’occasion de tous nous retrouver, de passer du temps avec certains que nous n’avons pas pu voir ces derniers temps à cause des révisions notamment. Enzo a l’air de passé une aussi agréable soirée que moi et c’est tout ce qui compte. J’ai envie de passer du temps avec, de profiter, de ne pas me poser de question sur les futures vacances. Juste boire, danser – même si j’sais pas faire -, rire, faire chier le monde..

- Salut les gars !

Mais j’avais sincèrement pas prévu l’intervention de Zachary dans notre échange.
J’arque un sourcil, un peu étonné de le voir débarquer comme ça, comme un cheveu sur la soupe. Je l’ai vu tout à l’heure, dansant et discutant avec Riley mais ne m’en suis pas plus soucié que ça. Disons que vu notre passif, j’évite d’ajouter de l’huile sur le feu d’autant plus que la situation s’est plus ou moins calmé avec cette histoire de chocolat empoisonnés.

- Salut.

Je suis un peu étonné puisque nous n’avons jamais tenu de très grande conversation depuis mais après tout, pourquoi pas ? C’est la soirée de tous les possibles non ? Autant en profiter.
Zachary se tourne vers Enzo et je les regarde, sourire au coin des lèvres.

- Écoute mec, oui j’ai couché avec ton copain mais c’était bien avant que vous sortiez ensemble et ça voulait rien dire. J’avais juste un peu trop bu, tu vois. Et j'suis même pas gay en plus alors bon.

Je manque de cracher une gorgée d’alcool ou d’avaler de travers tant ses mots me font l’effet d’une grande claque dans la gueule. Je me tourne lentement vers lui, les yeux ronds avec une gueule de « j’comprends pas ». Ni son délire, ni pourquoi d’un coup il nous sort ça de la plus tranquille des façons. Et puis pourquoi venir raconter ça à Enzo ? C’est quoi son délire putain.

- Ouais alors par contre si t’es venu ici pour foutre la merde, tu peux retourner te bouger le cul sur la piste de danse et fissa, ok ?

Parce qu’il est hors de question qu’il ne vienne foutre sa merde entre mon mec et moi. Parce que oui il n’est pas au courant et je n’avais peut-être pas envie de lui dire ou d’étaler ma vie sexuelle parce qu’en soit, on s’en fout. J’comprends pas où il veut ne venir, ce qu’il cherche et ce que ça lui apporte de déposer ça là, sans pression.
Une vengeance de ce que je lui ai claqué il y a plusieurs mois ?

- Mais puisque tu tiens tant à raconter la petite histoire autant le faire jusqu’au bout. Je me tourne vers Enzo puis vers Zachary. Il a oublié de te dire qu’il m’avait accessoirement prit pour sa pute, qu’après avoir tiré son coup, il s’est tiré comme un joyeux salaud.

Je réagis au quart de tour mais d’une voix calme, presque posée. Voir légère. Pourtant, j’ai bien envie de lui en coller une en pleine gueule pour jouer un coup pareil, sans raison et sans prévenir.

- Et aux dernières nouvelles, l’alcool ne rend pas aveugle. Mec. Serait peut-être temps d’assumer.

Alors pour un type qui n’est ni gay ni bi, j’trouve que t’as malgré tout bien prit ton pieds mon salaud.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1273
Date d'inscription : 25/03/2015
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Ems / Ju' / Caem / Keith / Ethan / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3179-zachary-disemba-let-s-dance
MessageSujet: Re: Let’s get the party started ▬ Zachary   Mer 4 Oct 2017 - 13:19

L’alcool, c’est mal. Zachary savait bien que sous ses effets, on n’était plus soi-même, on pouvait faire des conneries, qu’on oubliait de se résonner… Zach avait fait un sacré paquet de soirées et ce n’était pas la première fois qu’il se retrouvait avec un taux d’alcoolémie un peu trop élevé. Sauf que cette fois, tout n’était pas clair dans son esprit. Il était perturbé depuis un moment déjà et c’était sans doute ce qui avait fait sauter les verrous dans son cerveau. Il allait faire n’importe quoi. Il était en train de faire n’importe quoi. Jamais sobre il ne serait venu voir William et Enzo de la sorte. Sauf que sur le coup, il était persuadé de bien faire. Il croyait pouvoir faire ainsi comprendre à Enzo qu’il n’avait pas besoin de le fusiller du regard à chaque fois qu’ils se croisaient. Que c’était juste une petite erreur de parcours et que ça s’arrêtait là. Oui, le pire dans tout ça c’était sans doute que Zachary ne comprenait absolument pas la portée de ses mots et qu’il ne se rendait pas compte qu’il était en train de faire une immense connerie. La réaction de William l’aiderait peut-être à remettre les pieds sur terre même si au début, elle eut plutôt tendance à lui faire froncer les sourcils. Pourquoi il s’énervait ? Pourquoi est-ce qu’il le voyait systématiquement comme le démon ?

« Euh… Waouh doucement, j’voulais juste dire à Enzo que ce n’était pas la peine de se faire de bile et d’me regarder comme ça. Je ne veux pas foutre la merde dans votre couple, grâce à ça, Enzo oublie ma sœur. »

Les mots étaient sortis tout seuls de la bouche de Zachary, en tout simplicité. On entendait dans son ton de voix qu’il avait trop bu. Mais il était encore suffisamment lucide pour réaliser ce qu’il était en train de dire. Il s’en souviendrait même parfaitement le lendemain, c’était une certitude. Et William aussi. Apparemment, il ne semblait pas décidé à laisser passer les choses. Une nouvelle fois il revint sur cette histoire avec amertume. Cette fois, le visage de Zachary se ferma immédiatement. Une sorte de colère sourde était en train de grandir en lui. Il n’en pouvait plus qu’il le traite ainsi. Qu’il lui parle ainsi.

« T’as vraiment un problème mec. Je me suis excusé mille fois. Je ne t’ai jamais pris pour ma pute. Alors tu vas arrêter de faire comme si j’étais un connard fini. »

Zachary avait alors levé un doigt accusateur vers William. La colère ne cessait de monter en lui, mêlée à un profond sentiment d’injustice. Zach savait qu’il avait un problème avec ça, incapable d’assumer complètement ce qu’il s’était passé. Il en avait conscience et ok, c’était mal. Ok, il s’était mal comporté. Mais en attendant, il s’était excusé encore et encore et à chaque fois, William le traitait de la même façon. Et ça le rendait fou. Zachary était et serait toujours un homme orgueilleux et il se sentait blessé dans son amour propre à chaque nouvelle remarque. Il avait toujours mis un point d’honneur à bien traiter ses conquêtes et si là il avait dérapé, il n’en pouvait plus de voir cette erreur lui être rappelé en permanence.

« Mais si ça t’aide à te sentir mieux, vas-y, hurle à tout le monde que je suis le plus grand des salauds qui t’as fait tellement mal que tu refuses de tourner la page. »

Zachary s’était un peu approché de William. Quelque chose d’étrange brillait dans son regard. Le métis n’avait jamais été violent et la baguarre n’était pas spécialement son truc. Mais là il était en colère. Et qu’importe s’il n’était pas cohérent. Il en avait marre. Il craquait. Il n’en pouvait plus de toujours garder le sourire. Merde, pourquoi est-ce que lui n’avait jamais le droit à l’erreur ? Pourquoi chacun de ses faux pas devait forcément être inscrit au fer blanc sur sa peau ?

« Tu peux même me frapper, vas-y si ça te détend. Ou demande à ton mec tiens, ça fait des années qu’il attend ça, profites-en ! »

Zachary exagérait clairement. Oui la situation entre lui et Enzo avait toujours été un peu tendue mais au fond, il savait très bien que le jeune homme n’avait jusque-là pas de réelle animosité envers lui. C’était plus un jeu. Sauf que là, Zach n’était plus en état d’être raisonnable et sensé. Il était en colère, il était fatigué et il était prêt à dire et à faire n’importe quoi. Son regard soutenait celui de William. Il ne fit pas d’autres mouvements vers lui. Il sentait son cœur battre à tout rompre dans ses tempes. Il aurait aimé qu’Ora soit là. Il avait besoin d’elle. Il avait besoin qu’on lui rappelle qu’il pouvait garder la tête haute. Il avait aussi besoin de mettre cette histoire derrière lui. Il croyait que c’était déjà fait mais apparemment non…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17328
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Let’s get the party started ▬ Zachary   Mer 4 Oct 2017 - 21:23

Samedi 27 Juin 2015 – Dans la soirée
Let’s get the party started



Zachary, William & Enzo

Mon visage contre sa nuque, un bras autour de sa taille et sa main sur la mienne, mon torse contre son dos, nos deux corps imbriqués l'un dans l'autre comme s'ils étaient fait pour ça, peu importe le sens. Je me laisse aller au sommeil en le serrant plus fort. Je ne veux pas le lâcher. Ni maintenant, ni demain, ni dans trois jours ou une semaine et pourtant je le sais, je n'aurai pas d'autre choix que de m'y résoudre. Alors je profite de chaque seconde, je profite de son odeur, le grain de sa peau sous mes doigts, sa chaleur, les battements de son cœur, j'en prends ma dose avant d'avoir à m'en passer, m'en priver. Pas indéfiniment, juste temporairement, mais ne plus le voir tous les jours, ne plus passer toutes mes nuits avec lui, non, ça ne m'enchante pas plus que ça même si je l'accepte. Quoi de plus normal d'avoir envie de tenir chaque jour et chaque nuit l'homme qu'on aime dans ses bras ou de se loger dans les siens ?
Et puis il y a ce mouvement, cette présence, étrangère. Ce corps qui escalade le sien et vient se glisser entre nous deux, nous sépare. Je ne comprends pas, fronce les sourcils puis m'écarte par la force des choses, sous l'effet de la surprise, pour laisser la place. Et je la reconnais. Elijah. Lui se retourne, il lui fait face et lui sourit. Elle me tourne le dos. Aucun des deux n'a le moindre regard pour moi, la moindre marque d'attention, comme si je n'existai tout simplement plus. Ils se parlent, ils rient, il a l'air complètement attendri, presque fasciné. Elle se blottit contre lui, l'appelle papa … puis me pousse hors du lit. Je tombe.

J'étouffe un grognement mêlé d'un magnifique « putain » qui peine à sortir entre mes mâchoires et mes dents serrés. Un rêve, rien qu'un putain de rêve, un rêve qui m'a foutu par terre parce que je viens littéralement de tomber du lit et que je me retrouve à poil, sur le tapis, entre le lit et le rideau, encore complètement sonné et paumé. Juste un foutu rêve qui me colle de mauvais poil instantanément. La voix de William parvient jusqu'à mes oreilles, je ne comprends pas ce qu'il dit. Les choses se remettent en place lentement alors que je grimace, endormi et légèrement endoloris. Surtout très agacé. Ronchon, autant le dire. Un gros bébé pas content qu'on a sorti brutalement de son sommeil profond et de son nid douillet.

« Mais qu’est-ce que tu fous par terre toi ? »
« Demande à ta fille. »
« … Ma… Hein ? »

Bonjour, appelez-moi Jean-Michel Bonne Humeur.
JMBH pour les intimes.

« Rien, laisse tomber. »

Ça me soule. Y a pas d'autres mots je crois, ça me soule. J'étais dans mon petit cocon de douceur et de chaleur, ça me soule d'en être sorti et surtout de cette manière là. C'était pas possible de faire un rêve érotique plutôt ? Du genre un replay de cette nuit, ça aurait été parfait. Pas de rêve du tout à la limite, juste Morphée c'était très bien. Et puis il est quelle heure au juste ? On s'en fout.
Je me redresse péniblement, agacé par le simple fait d'avoir à dérouler autant de hauteur pour me mettre debout alors je me contente de me hisser plus ou moins efficacement dans le lit où je retrouve ma place … et un William qui ne comprend rien à ce qu'il se passe. C'est ça ouais ! Si tu me regardais un peu plus au lieu de ne voir que ta fille tu saurais ce qui cloche. Il me fixe, je ne dis rien, coincé dans mon envie de bouder, marmonner et ronchonner. Sauf qu'il n'y est pour rien le pauvre. Alors je finis par arrêter de faire ma gonzesse – oouuuuuh ! – et je lâche le morceau.

« C’est à cause de tes conneries d’adoption avec Elijah. J’ai rêvé qu’elle se pointait dans notre pieu entre toi et moi et que tu étais en mode Super Papa Gâteau qui n’a d’yeux que pour son adorable fille. Et… »
« Et… ? »

Je lui balance tout … et cet enfoiré éclate de rire. En même temps, comment le blâmer ? J'ai moi même le coin des lèvres qui se manifeste, l'envie de sourire qui se pointe face au ridicule de cette situation et de ma réaction surtout. J'y peux rien, je suis du matin mais pas trop, disons qu'il faut y aller en douceur et ce genre de réveil … Bof.

« Moooh… Ma peluche a déjà peur d’être remplacé par une jeune fille fraiche comme la rosée du matin ? »
« Rah la ferme, sale con. »

Il se moque ouvertement de moi, allant même jusqu'à me pincer la joue avant que je ne me saisisse de sa main et la porte à ma bouche pour lui en mordre le tranchant. Peinant à retenir mon sourire là encore. Et on passera sur le fait que je ronronne toujours autant quand il m'appelle comme ça.

« T’as vite oublié notre discussion d’hier ou quoi ? »
« Ça, ça ne risque pas non. »

Cette fois je lui embrasse la paume machinalement et lui rend sa main tout en le poussant légèrement. Je vais te faire tomber du pieu, on va voir si tu trouves toujours ça aussi drôle. Tu verras que le tapis n'est pas aussi doux, chaud et confortable que moi, mon Doudou.

« Tu as vite oublié ce que ça a donné cette nuit aussi, visiblement. »

Pas un mot mais une réaction rapide, spontanée, impulsive, soudainement bien éveillé. En un éclair et sans avoir le temps de réagir il se retrouve plaqué contre le matelas, mon corps par-dessus le sien, mes mains de chaque côté de son visage alors que je me maintiens en appuie à bout de bras et mon regard brulant directement planté dans ses yeux. Il n'aura suffit que d'une seconde pour rallumer les braises et l'incendie se déclare à nouveau.

« Aucune jeune fille fraiche comme la rosée ni qui que ce soit de me dégagera de notre plumard, c'est clair ? »

Oui, notre plumard.

« Tu voudrais quand même pas t'extraire de ça, hum ? »

Ça ? Mon bassin qui ondule contre le sien alors que je me fraie un chemin entre ses jambes sans jamais le lâcher des yeux.

« Je n'ai absolument rien oublié de cette nuit, surtout pas que tu m'appartiens. »

A moi et rien qu'à moi. L'instant d'après ses lèvres percutent les miennes et s'en suis un baiser plein de fougue. Il s'accroche à moi et je ne me retiens pas, mon visage glisse dans son cou, j'effleure sa peau, l'embrasse puis le mords, plusieurs fois, me nourrissant de ses réactions tout en marquant mon territoire. Oui, c'est exactement ce que je suis entrain de faire, je reprends ce qui m'appartient laissant libre cour à mes pulsions les plus animales même si  l'homme n'est pas en reste.

A moi.

Mais Monsieur ne semble pas du même avis, je m'en rends rapidement compte quand il bascule son poids de manière à me faire glisser contre lui puis sur le matelas, me retrouvant ainsi allongé sur le dos à mon tour, lui par dessus moi, mes poignets maintenu au dessus de ma tête par ses mains et son regard planté dans le mien. Le message est très clair et si je me débats pour la forme je n'essaie pas vraiment de me défaire de ça. Je pourrais, sans trop de mal, reprendre le dessus et me libérer de ses entraves. Je n'en ai pas envie. J'ai envie de toutes les promesses qu'il me transmet en silence, envie de le laisser prendre le contrôle.

« T-t-t… Ce matin, t’es à moi. »

J'étouffe un soupir, me mords la lèvre, déjà attisé au maximum de le voir et le sentir là, par dessus moi.

« Profites en bien petit humain parce que la pleine lune est dans 5 jours. »

Sous-entendu ? Oh non, c'est clair comme de l'eau de roche pour lui comme pour moi. Il sait très bien qu'à l'approche d'une pleine lune certaines choses ne sont plus envisageables et que j'aurai toujours le besoin irrépressible d'avoir le dessus, de le posséder et de marquer mon territoire plus encore que d'habitude. Ce matin les effets de la lune sont encore suffisamment lointain pour que ça ne soit pas encore le cas même si j'en ressens déjà certains picotements.
Et je lui lance un regard plus qu'éloquent, sourire carnassier sur le coin des lèvres, agitant mon bassin sous le sien dans des gestes explicites et familiers, sans essayer de me défaire de son emprise, lutant toujours juste un peu pour la forme. Pour le jeu.

« Viens. Maintenant. »

Avant que le grand méchant loup se réveille. Oui, viens, de toutes les façons possibles et imaginables. Fais de moi ce que tu veux mais fais le tout de suite.

#

A l'heure du déjeuner

« C'est quoi ça ? »
« De quoi ? »
« Là, dans ton cou ? »
« Hein ? Ma tache de naissance ? »
« Non, plus bas. »

Intrigué, sans paniquer pour autant, je passe la main sur mon cou et sens ce qui doit effectivement être une marque. La lumière se rallume à l'étage, je fais le rapprochement.

« Ah, ça. C'est Liam qui m'a mordu. »

Sans filtre, sans tabou, j'ai même un sacré sourire sur la face. Sourire qui se transforme en éclat de rire quand je vois le visage de Caem se décomposer et sa main se plaquer sur son front dans un geste totalement navré. Avoue, t'as l'image et t'es ravi de savoir tout ça.

« Bah pose pas de question si tu ne veux pas la réponse. »
« Je ne veux même pas savoir dans quel état il est. »
« Plutôt très en forme. »

La preuve j'en garde encore les traces … Et effectivement, lui aussi. Désolé ! Ou pas. Je continue de manger comme si de rien n'était. Faim ! Le sexe ça ouvre l'appétit alors autant dire que je pourrais avaler un bœuf entier. S'en suis une avalanche de conneries et de provocations, comme d'habitude quand on se retrouve tous les deux et ce peu importe s'il y a du monde avec nous ou pas. Après le repas je vais faire un tour au stade pour … faire une sieste, et regarder un peu ceux qui volent mais surtout faire une sieste, puis croise Mateo en rentrant au château. Copain ! Ouais, j'ai tellement la tête dans le cul que je réagis à peine. Mais ça ne m'empêche pas de sourire.

« Si toi aussi t'as forniqué toute la nuit tape dans tes mains ! »
« Ta gueule Vargas… »
« Bah alors, on est chonchon ? T’as pas encore eu le droit à ton quatre he… Mierda ! »

Sourire en coin, je le chope sans prévenir et compte bien lui montrer qu'il pourra toujours avoir la plus grande gueule d'entre nous deux, le plus grand âge aussi, j'aurai toujours plus de force. Et je sais que ça l'agace ! Bien sur que je le sais. En toute fraternité, évidemment.

« C'est toi mon quatre heure, Walker Texas Ranger. »

Quand je vous disais qu'il ne fallait pas me laisser trainer près d'une télé ou d'un écran en règle générale. On se chamaille comme des gosses, en bousculant certains au passage sans s'en rendre compte et je finis par le lâcher.

« Aller, c'est bon, j'abdique. C'est toi le plus fort. »

Paumes en avant en signe de reddition, j'ai l'air super sérieux … mais il sait que je ne le suis pas du tout et ça m'éclate.

« A ce soir ! Mets ta plus belle robe pour me faire rêver. »

Son majeur me fait coucou, je me barre comme le petit branleur satisfait que je suis et reprends ma route, mon objectif premier : Passer voir Helland pour lui demander ce dont j'ai discuté brièvement avec Will hier soir et Ismaelle ce matin c'est à dire l'éventualité de faire enlever, retirer, masquer, peu importe … Mes cicatrices. Apparemment ça sera faisable, il m'a même donné les coordonnées d'un de ses confrères à l'extérieur et même si j'angoisse un peu, j'ai hâte. Je me pose un peu avec Caitlyn et Leah chez les Bleus et la journée se passe comme ça, plus ou moins tranquillement, jusqu'à la fameuse soirée qu'on attendait tous et qui semble bien partie pour être un moment mémorable. On va fêter la fin de ces putains d'examens et le début de – je l'espère – la liberté comme il se doit.

#

« N’oublie pas que tu me dois un verre. »
« Quand tu veux ma poule ! Hésite pas à venir me voir, je t’attends ! »

Julian, qui m'a tout l'air de bien se marrer avec sa grande copine Chiara. Ces deux là sont devenues – redevenues ? – inséparables j'ai l'impression et autant le dire, ça fait du bruit. Ça fout le bordel surtout mais ça fait du bien et j'apprécie réellement cette rousse survoltée. Je connais moins Chiara, je sais juste qu'elle est entrain de me mater le cul. Ça serait mentir si je disais que ça ne gonfle pas un peu mon égo.

« Bonsoir beau brun. »

Ego qui va finir par exploser ! Mais tu peux continuer.

« Tu m’offres un verre ou on passe directement par la case hôtel ? »
« Je t'offre un verre et après on passe par la case hôtel, espèce de chaudière, mais en attendant laisse ta main là où elle est. »

C'est à dire sur mon cul, je la trouve très bien là. Je le regarde et j'ai envie de rire, ses mimiques m'amusent, il a l'air déjà bien parti au pays de l'enivrement et je le trouve … atrocement sexy mais à la fois hyper mignon. Faut pas m'en vouloir mais réaliser que j'aime ce garçon fait ressortir toute ma niaiserie. Promis je n'en abuserai pas trop. Et il me sort de mes pensées en me volant un baiser passionné, du genre à vous donner envie de larguer tout le monde ici pour remettre le couvert encore une fois ou carrément virer tout ce qu'il y a sur la table pour ne pas perdre de temps. Il stoppe notre échange néanmoins, me laissant avec un petit goût de trop peu sur les lèvres. Encore une fois je croise son sourire et lâche un rire amusé avant de lui embrasser le front.

« T'as les yeux qui brillent toi ... »

Et l'alcool amoureux, j'ai bien l'impression. Ça tombe bien, moi aussi. Laisse moi juste le temps de boire encore quelques verres et on sera aussi amoureux l'un que l'autre. Je me sens terriblement léger, avec l'envie de sourire en permanence accrochée au visage.

« Tu passes une bonne soirée ? »

C'est pas aussi cool qu'être entre tes cuisses mais ça le fait. Oops ! Pardon. Pas du tout pardon en fait.
Je me décide finalement à lui servir un verre puisque c'est à côté du bar que je me trouve et répond tranquillement à sa question.

« Carrément. L'ambiance est vraiment cool. Ah au fait, j'ai fait un pari avec Caem et si je perds je vais devoir me déguiser en princesse alors t'étonne pas si tu me vois débarquer un jour avec une belle robe et un diadème. »

Normal. Tu me diras, après le tutu rose à paillettes … Le pire c'est que je lui raconte ça sur le ton de la conversation mais il a pris l'habitude, à vrai dire.

« Ça ne m'empêchera pas de te faire grimper au rideau, garde ça en tête bébé. »

Et je lui colle son verre dans les mains, un sourcil arqué et le sourire en coin, mode branleur activé dans un éclat de rire.

« Même si de toute façon tu ne t'en rendras probablement même pas compte, trop occupé à te réjouir des premiers pas d'Elijah ou un truc dans le genre. Son premier dessin de fleur tiens ! »
« Salut les gars ! »

Surprise et étonnement. Oui, c'est la suite de stupeur et tremblement. Zach, que j'avais complètement oublié, alors que je l'ai surpris il n'y a pas 3 minutes entrain de poser un regard un peu trop insistant sur Will et ça ne m'a pas plu. Non, j'ai pas aimé, y a  un truc qui m'a clairement dérangé dans ce regard mais je suis passé à autre chose. Qu'est ce qu'il vient foutre là au juste ?

« Salut. »

Visiblement je ne suis pas le seul à me poser la question. Il faut aussi savoir qu'en cet instant je lute – plus ou moins – contre le réflexe de poser ma main dans le dos de Will histoire de faire passer un certain message. Réflexe à la con, j'en conviens, c'est bien pour ça que je m'abstiens. Peut-être qu'il a juste envie de parler. Pourquoi pas après tout, nos rapports sont plutôt cordiaux même si j'aime le faire chier régulièrement. Ça m'est un peu passé, je crois. A la façon dont il sourit, dont il tangue un peu aussi, et cette manière qu'il a de me regarder, je dirai que le garçon est déjà pas mal imbibé lui aussi. Non ? Tu vas me sortir quoi là au juste ?

« Écoute mec, oui j’ai couché avec ton copain mais c’était bien avant que vous sortiez ensemble et ça voulait rien dire. J’avais juste un peu trop bu, tu vois. Et j'suis même pas gay en plus alors bon. »

Je me fige, c'est instantané. Plus de sourire, plus d'étonnement, juste un mur de glace silencieux alors que je me suis redressé de toute ma hauteur sans même m'en rendre compte.

« Ouais alors par contre si t’es venu ici pour foutre la merde, tu peux retourner te bouger le cul sur la piste de danse et fissa, ok ? »
« Euh… Waouh doucement, j’voulais juste dire à Enzo que ce n’était pas la peine de se faire de bile et d’me regarder comme ça. Je ne veux pas foutre la merde dans votre couple, grâce à ça, Enzo oublie ma sœur. »

Verre dans la main, je ne bouge toujours pas, comme si j'étais réellement figé. A l'intérieur c'est tout autre chose et les émotions qui se dégagent de William commencent à me percuter de pleins fouet. Il est en colère. Moi ? Pour l'instant je ne ressens rien, comme si j'avais figé mes émotions en même temps que mon corps. Oublier ta sœur ? Qu'est ce qu'elle vient foutre là dedans ? A quoi tu joues Disemba ? Et pourquoi j'ai la sale impression d'être piégé dans un règlement de compte ? J'aime pas ce que je vois, j'aime pas ce que je commence à ressentir. J'aime pas non plus ce que mon inconscient commence à me balancer comme image. Comment dire que je ne tiens pas tellement à visualiser ce type entrain de toucher mon mec, je ne tiens pas à les imaginer entrain de faire l'amour comme on le fait lui et moi, même si c'était avant qu'on soit ensemble, même si je sais bien que je ne suis pas le premier. Il a eu une vie sexuelle avant moi, j'en ai eu une aussi, ok, mais j'avais pas envie de savoir ça, ça ne me regarde pas. Et mon rythme cardiaque commence à battre sourdement dans mes tempes. Non, j'aime pas ce qui se dégage de tout ça. J'aime pas ce que ça réveille chez moi.

« Mais puisque tu tiens tant à raconter la petite histoire autant le faire jusqu’au bout. Il a oublié de te dire qu’il m’avait accessoirement prit pour sa pute, qu’après avoir tiré son coup, il s’est tiré comme un joyeux salaud. » 

J'entends comme un truc qui craque à l'intérieur de moi, comme une fissure dans un mur ou dans la glace, qui se répand de plus en plus vite. Encore une fois ces putains d'images. Je veux que ça sorte de ma tête.

« Et aux dernières nouvelles, l’alcool ne rend pas aveugle. Mec. Serait peut-être temps d’assumer. »

Cette fois ça tambourine, presque violemment. La voix de Will est posé, presque légère dans le ton qu'il emploi mais je ressens toute la tension qui émane de lui. Je ressens celle de Zach, aussi, puis la mienne. La pression est entrain de grimper et les images qui circulent dans ma tête ne disparaissent pas, pire, elles deviennent plus claires à mesure que mes émotions et ressentis se mélangent. J'ai pas envie d'entendre ça, vraiment pas, mais quand le métisse braque un doigt accusateur vers William un grondement sourd prend naissance dans le fond de ma gorge. Ne l'approche pas. Ne le touche pas. Ne le touche plus jamais. Ne pause plus jamais la main sur lui. Je le sens, je commence à ne plus avoir les idées claires. C'est comme si tout devenait flou devant mes yeux alors que je suis incapable de lâcher le Gryffondor du regard. Un regard qui se teinte d'obscurité au fil des secondes, je peux le deviner. Tout comme je devine la présence de plus en plus évidente et violente du Loup dans mes veines. Pleine Lune dans 5 jours, autant dire que ma possessivité commence déjà à se décupler lentement mais sûrement alors ça … Non … mauvaise idée. Ça et ce besoin presque viscérale de m'interposer bien que tout soit confus dans ma tête. Les idées de l'animal sont on ne peut plus claires, simples, nettes et précises, elles vont droit au but. Celles de l'humain s'engouffrent dans des endroits où elles ne devraient pas aller.

« T’as vraiment un problème mec. Je me suis excusé mille fois. Je ne t’ai jamais pris pour ma pute. Alors tu vas arrêter de faire comme si j’étais un connard fini. »

J'y arrive pas. Je n'arrive pas à garder suffisamment de rationalité pour réellement prendre la véritable teneur de ce qui est entrain de se tramer. Une chose dont je suis sûr : J'aime pas qu'il lui parle comme ça. Mon esprit fait des raccourcis, ma respiration accélère mais mes lèvres de ne descellent pas. Pas plus que je ne bouge, toujours figé comme une statut de glace, les doigts serrés autour du verre sans qu'il ne flanche parce que je me contrôle mais l'autre poings serré jusqu'à m'en rendre les jointures totalement blanches. En moi, un combat interne. Entre la raison et les émotions, entre l'homme et l'animal. J'aime pas ce que j'entends, j'aime pas le fait que ce type ait touché William, spécialement lui oui je l'admets et pour des raisons d'égo à la con mais surtout je n'aime pas le fait qu'il l'ait traité comme ça. L'hôpital qui se fout de la charité, j'ai pas toujours été un saint, mais c'est de l'homme que j'aime dont il s'agit alors ne me demandez pas de faire tri. Et je vois bien que ça l'affecte. Ce qui l'affecte lui m'affecte moi. En cet instant j'en ai rien à foutre des ressentis de Zachary, c'est comme ça. Rien à foutre qu'il soit perturbé parce qu'il a couché avec un mec et qu'il n'assume pas, même si je peux le comprendre puisque comme beaucoup j'en suis moi aussi passé par là. J'ai pas envie de faire d'effort, pas maintenant.

« Mais si ça t’aide à te sentir mieux, vas-y, hurle à tout le monde que je suis le plus grand des salauds qui t’as fait tellement mal que tu refuses de tourner la page. »
« Recule. »

Cette fois le grondement sourd m'échappe, je ne cherche pas à la retenir, il s'évade en même temps que ce mot unique. S'il lève la main sur lui ou essaie de le faire je vais péter les plombs, je le sais, même si je sais que Will n'est pas en sucre et qu'il est parfaitement capable de se défendre tout seul. J'peux pas aller contre ça, contre cet instinct protecteur que seuls les personnes à qui je tiens réellement font naitre en moi et s'éveiller dès que quelque chose ou quelqu'un les menace.
Et putain ces mots me percutent en plein thorax, il me font mal. Et si c'était vrai ? En cet instant je hais ce type de réussir à semer le doute dans mon esprit, ne serait-ce qu'un centième de seconde. Pourtant c'est là, je ne peux pas aller contre, même si les émotions continuent de se mélanger en moi pour former un cocktail explosif près à relâcher sa déflagration.

« Tu peux même me frapper, vas-y si ça te détend. Ou demande à ton mec tiens, ça fait des années qu’il attend ça, profites-en ! »

Je devrai temporiser, essayer de calmer le jeu et les esprits … J'en suis foutrement incapable et ça me met hors de moi. Pris à partie, comme si je n'étais pas vraiment là, c'est trop. Je m'interpose et repousse Zachary en arrivant néanmoins encore a peu près à me retenir. Je n'y mets pas toute ma force mais c'est au prix d'un véritable effort. Je ne veux pas perdre mon sang froid, mon calme, cette maitrise que j'ai mis des années à acquérir. Je ne veux pas. J'te laisserai pas faire ça.

« Je t'ai dis de reculer. »

Ma voix est rauque, caverneuse, le ton est glacial. J'entends et sens mon cœur accélérer encore, de manière très irrégulière. Je ne me sens ni homme, ni loup, je me sens harmonie parfaite entre les deux, mélange des deux entités. Confusion totale. La chute a été brutale, l'équivalent d'une claque en plein visage alors qu'on n'a rien vu venir. Un instant je riais, celui d'après j'ai envie de tout démolir à commencer par lui. Un putain d'ascenseur émotionnel, c'est comme ça qu'on appelle ça non ? Il ne suffirait que d'une étincelle, j'en ai parfaitement conscience.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1264
Date d'inscription : 14/01/2015
Crédits : Avatar + Signature : Me
Double Compte : Kezabel & Charleen & Mateo & Ora & Dimitri & James & Leiv & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3081-william-liam-c-jackson
MessageSujet: Re: Let’s get the party started ▬ Zachary   Sam 14 Oct 2017 - 20:31

Je comprends ni ce qu’il est en train de faire ni ce qu’il cherche. J’pensais avoir régler tout ce qu’il y avait à régler avec Zach alors pourquoi venir exposer cette petite histoire devant Enzo ? J’avais peut-être pas forcément envie de l’étaler et qu’il le sache comme ça. J’aurai préféré le lui dire moi-même ou… je sais pas mais pas comme ça comme on balancerait que Ok on veut bien se dévouer d’aller chercher une baguette à la boulangerie, même s’il se fait tard.
Mais je ne monte pas en pression, ne hausse pas le ton parce qu’il m’en faut plus pour me faire sortir de mes gonds même si, j’dois l’admettre, ça me les brise déjà.

-  Euh… Waouh doucement, j’voulais juste dire à Enzo que ce n’était pas la peine de se faire de bile et d’me regarder comme ça. Je ne veux pas foutre la merde dans votre couple, grâce à ça, Enzo oublie ma sœur.

… What the fuck.

- …. Sa sœur ?

Je me retourne vers Enzo, pas sûr de très bien comprendre ce qu’il se passe. Il est là, silencieux, figé comme un roc sans quitter Disemba des yeux. Impossible de savoir ce qu’il se passe dans sa tête mais j’imagine suffisamment vu ce qu’il vient d’entendre.
Et moi ? De la colère ou plutôt de l’agacement. Parce que j’avais pas envie de péter cette soirée pour une partie de règlement de compte ni d’apprendre comme ça que mon mec avait visiblement des vues sur la sœur de Disemba. Avant ou après l’Australie ? Je n’veux pas le savoir et ce n’est de toute façon pas la priorité de cette discussion, puisque si Zachary veut venir jouer les fouteurs de merde, aucun problème pour qu’il trouve face à lui quelqu’un avec qui répliquer.
Certes il a trop bu mais à ce stade, j’en ai comme qui dirait rien à foutre.

- T’as vraiment un problème mec. Je me suis excusé mille fois. Je ne t’ai jamais pris pour ma pute. Alors tu vas arrêter de faire comme si j’étais un connard fini.
- Attends, moi j’ai un problème ? C’est pas moi qui viens étaler mes histoires de cul comme on étalerait un jeu de cartes Zach.

Aucun filtre, aucune raison d’en avoir. S’il veut jouer cartes sur table justement, aucun problème pour moi. Mais encore une fois, mon ton reste calme presque froid. Je ne le lâche pas des yeux, le défiant presque du regard puisqu’il s’apprête visiblement à faire quelques pas vers moi.

- Mais si ça t’aide à te sentir mieux, vas-y, hurle à tout le monde que je suis le plus grand des salauds qui t’as fait tellement mal que tu refuses de tourner la page.
- Recule.

Je fulmine pour deux choses.
La première parce qu’il vient foutre la merde alors qu’on est tous censé profiter de cette soirée avant de partir ici pour de bon.
La deuxième est qu’il est en train d’insinuer des choses qui ne me plaise pas. J’ai tourné la page, aucun problème pour ça mais Enzo ne le comprend peut-être pas forcément de cette façon et j’ai pas besoin qu’un merdeux ayant trop bu vienne semer le doute là où il n’y a pas à en avoir.
Et ce grondement sourd, je l’ai parfaitement entendu et dire que je ne crains pas que ça parte en couille dans deux secondes serait mentir. Puisque maintenant ce qui m’inquiète, ça n’est plus que Zachary enfonce le couteau dans la plaie mais plutôt que tout ça se termine en une grosse baston dont personne n’a besoin ce soir.

- Tu peux même me frapper, vas-y si ça te détend. Ou demande à ton mec tiens, ça fait des années qu’il attend ça, profites-en !
- Je t'ai dis de reculer.

La situation est entrain de tous nous échapper et je ne manque pas les regards de certains curieux qui commencent à se demander ce qu’il se passe de notre côté.
Ca y est, c’est officiel, je suis saoulée pour de bon.
Il fait chier, putain.

- C’est bon, on se calme. Personne ne cognera personne, j’vous rappelle qu’on est là pour faire la fête et non foutre la merde.

Et mon regard se braque dans celui de Zachary, appuyant mes mots alors que je pose ma main sur le torse d’Enzo, pour l’inciter en douceur de reculer, ne voulant pas trop empiéter sur son espace vitale vu la colère noire dans laquelle il est plongée mais je n’ai pas non plus envie que tout ça parte en une baston.
Je ne décroche pas mon regard de celui de Zach, froid mais calme.

- Je vais mettre toute cette merde que tu dis sur le compte de l’alcool parce que t’es visiblement bien bourré.

Je ne dirais pas que je m’interpose entre lui et Enzo parce que c’est faux mais je fais malgré tout un pas en avant à mon tour pour lui faire face et non pour le défier.

- Mais un conseil, fais demi-tour et reviens quand tu auras les idées plus claires parce que j’ose espérer que t’es pas ici uniquement pour foutre la merde. Donc sois raisonnable et un poil responsable, va te coucher, décuve et on reparlera de tout ça quand tu seras redescendu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1273
Date d'inscription : 25/03/2015
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Ems / Ju' / Caem / Keith / Ethan / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3179-zachary-disemba-let-s-dance
MessageSujet: Re: Let’s get the party started ▬ Zachary   Dim 15 Oct 2017 - 13:00

L’ambiance était en train de se tendre au fur et à mesure et Zachary se rendait aussi compte que la situation lui échappait complètement. Le premier exemple en fut la réaction de William quand Zach évoqua Layla. Ce dernier lança un regard étrange à Enzo et bien que le rouge fut passablement alcoolisé il ne le manqua pas. Attendez les gars, on se détend ! C’était une putain de blague… Le Gryffondor avait vraiment cru au début que son cadet tournait autour de sa sœur et ça l’avait vite agacé. Avec le temps, il avait compris que ces deux-là avaient plutôt tendance à en jouer pour le faire tourner en bourrique et qu’il n’y avait pas grand-chose derrière. Aussi, en l’évoquant ainsi, il n’avait pas voulu créer une scène. Mais apparemment il avait semé un doute. Soit. Zachary ouvrit de grands yeux ne sachant que trop ce que cela lui inspirait. Les gars, on se détend et on se fait confiance un peu. En d’autres circonstances, peut-être qu’il aurait fini par leur faire un petit laïus là-dessus et essayer d’arrondir les angles. Mais là, c’était au-dessus de ses forces. Au fur et à mesure des minutes, les mots de William lui faisaient perdre son calme. Ce type le rendait complètement dingue. Il se donnait l’image du mec cool, détendu, qui s’entend bien avec tout le monde sauf qu’à chaque fois c’était la même rengaine. C’était lui qui venait étaler sa vie sexuelle ? Non mais la grosse blague. Ce mec lui crachait cette histoire à la gueule chaque fois qu’ils avaient le malheur de se croiser et maintenant c’était lui qui en parlait trop ? Epique. Vraiment épique. La colère ne faisait que grimper en Zachary et s’il n’était pas encore prêt à frapper qui que ce soit, ses mots étaient rudes. Et à vrai dire, seulement dirigés vers William. Sauf qu’Enzo était dans le coin. Premier avertissement. Le rouge tourna rapidement la tête vers lui mais l’ignora royalement. Il lui fallut quelques secondes pour comprendre que le grondement qu’il avait entendu venait d’Enzo. Ok. La situation pouvait vraiment dégénérer mais c’était comme si une force plus grande poussait Zachary à continuer. La colère, la rage presque.

« Je t'ai dit de reculer. »

Ce fut plus le geste que les mots qui firent reculer Zachary. Son regard croisa celui d’Enzo et ce fut seulement à ce moment-là qu’il prit la mesure des choses. Enzo était dans un état de colère intense sauf que chez lui, ça pouvait être bien plus dangereux. Pour autant, Zach n’avait pas l’intention d’arrêter. Non. Il en avait marre de devoir toujours se taire, arrondir les angles, se plier pour ne pas faire de vagues. Lui il n’avait jamais le droit à l’erreur, jamais le droit d’exploser. Par contre il devait subir. Mais cette fois c’était fini. Il était épuisé par tout ça et lui aussi avait une rage sourde à faire sortir de ses entrailles. Qu’importe s’il se prenait une belle raclée, après tout, il avait déjà survécu à un empoisonnement, alors ça de plus ou de moins ?

William s’interposa alors. Endossant ce rôle qu’il semblait adorer, celui du pacificateur. Mais aussi du moralisateur. Il commença alors à expliquer à Zach qu’il lui faisait l’honneur de mettre ça sur le dos de l’alcool. Un sourire mauvais se dessina sur le visage du métis. Mais il n’était pas au bout de ses surprises. William enfonça le clou en lui donnant des petits conseils et en lui expliquant quoi faire. En lui demandant d’être responsable. Cette fois, Zach lâcha un rire sec, mauvais. Quelque chose qui ne lui ressemblait pas et pourtant.

« Tu me demandes d’être raisonnable et responsable c’est bien ça ? Alors là franchement, c’est génial. Ouais, vraiment génial. »

Zachary serra les dents. Il avait envie de crier, de tout détruire autour de lui. C’était comme s’il y avait quelque chose en lui qui le bouffait et qui ne demandait qu’à sortir. Pourtant, il se retourna soudainement comme pour passer son chemin. Il fit quelques pas pour s’éloigner des garçons avant de finalement s’arrêter. Quelques instants en suspens avant qu’il ne fasse volte-face.

« Je ne suis pas venu foutre la merde William. Je suis venu parce que ton mec m’a regardé bizarrement et que je voulais tirer les choses au clair. Parce que moi, cette histoire, je l’ai laissée derrière. J’essaye d’avancer. Mais crois-moi, c’est pas facile quand un mec comme toi qui se donne des airs de gentil garçon est toujours là pour te rabaisser et t’en foutre plein la gueule, encore et encore. »

La voix de Zachary tremblait de rage. Son poing s’était fermé mais il ne le lèverait pas. Il n’avait pas avancé, il ne faisait aucun geste provocateur. Non, il sortait juste cette chose qui le bouffait. Il était en colère contre William et avait très envie qu’il comprenne. Qu’il se rende compte de ce qu’il faisait. Oui Zach avait fait une erreur mais que pouvait-il faire de plus que s’excuser ? Remonter le temps ? Un poil compliqué. Il ne pouvait rien faire d’autre et ça le rendait fou. Parce qu’on refusait de le pardonner. Il avait l’impression de ne pas avoir le droit de se planter. Mais c’était aussi lui qui se mettait cette pression, qui refusait de rester sur un échec. Il voulait à tout prix lisser cette situation et le fait de ne pas y arriver, le fait d’en être incapable ça le rendait malade.

« Alors tant mieux pour toi si t’es si à l’aise avec toi-même que tu considères que les autres n’ont pas le droit de se planter. »

Sa voix tremblait encore mais il ne s’en rendait pas vraiment compte. En temps normal il aurait pris la fuite. Parce qu’il était ainsi, parce que les conflits ce n’était pas son truc. Layla en faisait les frais, il ne parlait jamais frontalement, il prenait des détours. Mais là, l’alcool avait fait sauter des verrous.

« Je suis sûr que toute ton armée de potes se fera un plaisir de venir me pourrir la vie parce que tu es incapable d’accepter mes excuses. Soit. Si pour toi c’est normal qu’est-ce que je peux faire de plus après tout ? »

Zachary avait alors levé les bras, en signe de reddition. La colère sourde en lui c’était transformée au fur et à mesure qu’il avait craché ses mots. Quelque chose de plus lourd, de plus pesant. Il savait qu’en cet instant il aurait eu besoin d’Ora. Il aurait eu besoin qu’elle soit là pour intervenir, qu’elle lui foute des claques ou le défende, qu’importe. Il aurait eu besoin d’elle mais elle n’était pas là. Il était seul et ça le bouffait. Peut-être que c’était ça aussi, qui l’énervait tant chez William. C’était que non seulement il ne lui laissait aucune marge d’erreur mais qu’en plus, il se sentait renforcé dans ses choix par ses potes qui n’attendaient qu’une excuse de plus pour le détester. Macy. Maxime. Maintenant Enzo. John aurait bien des choses à dire sur cette histoire….

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17328
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Let’s get the party started ▬ Zachary   Lun 16 Oct 2017 - 21:17

Je suis une allumette qui ne demande qu'à craquer, mais un feu que je tente de maitriser à l'intérieur. Pour éviter le drame. Pour éviter de tout foutre en l'air. Parti loin dans les limbes d'un esprit en pleine dualité je redescends brutalement sur terre. Si Zachary a effectivement reculé, cette fois c'est William qui se trouve entre nous deux. Sans un regard pour moi. Et je me demande ce que je fous là.

« C’est bon, on se calme. Personne ne cognera personne, j’vous rappelle qu’on est là pour faire la fête et non foutre la merde. »

Vous ? T’es sérieux là ? Oui, ça fait mal, ça fait mal d’entendre sortir ça de sa bouche même si la part la plus raisonnable de mon être se dit que ça ne m’est pas vraiment adressé. Il n’empêche qu’il les a prononcé ses mots et que ça me fait chier. Ça me rend amer, presque en colère, blessé quoi qu’il en soit. J’ai pas demandé à ce que toute cette merde me tombe dessus comme ça, encore moins à ce qu’on me tienne responsable de la moindre parcelle de ce fiasco alors que j’ai pas ouvert la bouche une seule fois pour envenimer la situation contrairement à tous les deux. J'me suis pris ça dans la gueule et démerde toi avec, je me suis retrouvé pris à parti et maintenant c'est à moi de me détendre parce qu'on est là pour faire la fête ?
Je ne vais pas m’excuser d’avoir ressenti le besoin de m’interposer, presque de le protéger, et en ça, ça ferait presque encore plus mal. Le point positif c’est que ça me ramène sur terre, ça fait taire la violence et j'encaisse sans rien dire. Déçu. Heurté. C’est quoi le délire ? Je suis une putain de bête sauvage qui ne sait pas se tenir ? C’est l’impression que j’ai quand sa main se pose sur mon torse comme ça, qu'il s'interpose pour éviter que ça dérape et j’aime pas ça, même s’il y a peut-être une infime part de vérité là-dedans. Je le sais bien que je peux être dangereux, je le sais mieux que personne dans cette pièce et j’aime pas avoir ce sentiment vis-à-vis de lui. J’aurai presque le réflexe de me reculer pour ne pas que ce contact persiste. Autant dire que j’ai plus vraiment la tête à faire la fête, là, maintenant, tout de suite. Juste celle de foutre le camp et d’aller prendre l’air avant de finir dans mon lit ou passer le reste de la nuit sur les toits, n’importe où, loin de tout le monde. Dans le silence.

« Je vais mettre toute cette merde que tu dis sur le compte de l’alcool parce que t’es visiblement bien bourré. Mais un conseil, fais demi-tour et reviens quand tu auras les idées plus claires parce que j’ose espérer que t’es pas ici uniquement pour foutre la merde. Donc sois raisonnable et un poil responsable, va te coucher, décuve et on reparlera de tout ça quand tu seras redescendu. »

Sages paroles. Il a raison, l'amertume a néanmoins du mal à passer et je ne le nierai pas. Ça et les questions qui se baladent dans ma tête, comme l'impression qu'un truc m'échappe. Il se passe quoi si effectivement il reste un truc inachevé entre eux ? Ce sont des choses qui arrivent mais si c'est le cas j'aurai juste aimé l'apprendre autrement, moins brutalement. On ne refera pas l'histoire, j'encaisse et je fais avec, j'ai bien compris.
Ça pourrait se terminer comme ça, on pourrait en rester là, Zach tracer sa route mais j'ai pas l'impression que ça va se passer comme ça. Ce rire bref, sec, tout aussi mauvais que son sourire, il est annonciateur d'un nouveau round et là il ne s'agit plus de moi. Instinctivement je fais un pas en avant, une sale sensation dans le creux du ventre. A quoi tu joues Disemba ? Laisse tomber. C'est mieux pour tout le monde. On sait tous très bien de quoi est capable un mec bourré, on sait tous très bien que ça peut faire ressortir le pire, les choses qu'on n'ose pas dire ou pas faire le reste du temps, et là j'ai peur de ce qui va se passer.

« Tu me demandes d’être raisonnable et responsable c’est bien ça ? Alors là franchement, c’est génial. Ouais, vraiment génial. »

La rage s'imprime dans chacune de ses expressions, dans tout son langage corporel, c'est peut-être pour ça que je n'y crois pas quand il se retourne et commence à se barrer. Mes yeux ne le quittent pas, je suis à l'affut du moindre geste, du moindre mots, sans trop savoir où me situer dans tout ça. Ça ne me regarde pas non et j'en ai suffisamment pris plein la gueule comme ça, j'aime pas du tout la position dans laquelle ils m'ont tous les deux balancé mais je passe au dessus de ça parce que mon instinct protecteur me pousse à le faire. Et je ne cherche pas à luter. Quand il se retourne et revient à la charge ça ne m'étonne pas, je fais juste un pas de plus en avant.

« Je ne suis pas venu foutre la merde William. Je suis venu parce que ton mec m’a regardé bizarrement et que je voulais tirer les choses au clair. Parce que moi, cette histoire, je l’ai laissée derrière. J’essaye d’avancer. Mais crois-moi, c’est pas facile quand un mec comme toi qui se donne des airs de gentil garçon est toujours là pour te rabaisser et t’en foutre plein la gueule, encore et encore. »

« Ton mec » … Si je l'entends encore une fois dire ça je perds mon calme. Je suis là, j'ai un putain de prénom alors quand tu parles de moi aies au moins la décence de me regarder. Quitte à me prendre à parti encore une fois fais ça bien s'il te plait. Si son poing se serre le mien en fait autant, je garde un œil sur Will, incapable de déchiffrer ses ressentis entre les miens et ceux de Zachary. Un truc me saute à la gueule, le fait qu'il me balance la responsabilité de ce foirage sur le dos parce que j'ai eu le malheur de le regarder. C'est une putain de blague ou quoi ? Le reste m'échappe, j'essaie de recoller les morceaux mais c'est facile de laisser s'insinuer pleins de choses dans le cerveau, des trucs qui font douter, des trucs qui ne font pas plaisir. Il est entrain de régler ses comptes, William en a fait autant, ça sent clairement le truc pas résolu et moi dans tout ça ? Qu'est ce que je suis censé faire ? Le prendre avec le sourire ? Les tempérer ? En cet instant j'ai juste envie de détruire un truc pour me défouler et ne plus penser à rien l'espace d'une seconde. Je ne comprends pas. Je ne comprends ce que ça implique, ce qu'il se passe réellement, je suis perdu mais une chose dont je suis certain c'est que je n'aime pas la façon dont ça se passe, la façon dont il étale ça à la vue et aux oreilles de tous. Et surtout, par dessus tout, je n'aime pas ce que je suis entrain de ressentir émaner du Californien. Une émotion parmi tant d'autres. Il est blessé. Je réfléchirais au fait que ça ait autant d'impact sur lui plus tard, je lui poserai la question parce que tôt ou tard j'aurai besoin de savoir maintenant que je suis trempé là dedans mais pour l'instant j'ai juste envie que cette mascarade cesse, que Zach dégage. Et ce portrait de lui qu'il peint … Non, ça n'est pas le garçon que je connais, de ça je n'ai aucun doute. Tout comme je ne doute pas que mon camarade de maison est vraiment atteint par tout ça et que la colère semble laisser place à une forme de lassitude.

Qu'est ce que je suis censé faire quand un truc aussi intense les met tous les deux dans cet état ? L'alcool aidant sûrement, certes, mais qu'est ce que je suis censé penser ?

« Alors tant mieux pour toi si t’es si à l’aise avec toi-même que tu considères que les autres n’ont pas le droit de se planter. Je suis sûr que toute ton armée de potes se fera un plaisir de venir me pourrir la vie parce que tu es incapable d’accepter mes excuses. Soit. Si pour toi c’est normal qu’est-ce que je peux faire de plus après tout ? »

Il est là, l'instant de flottement avant l'explosion. Juste une seconde, un battement de cœur, tout s'immobilise puis tout éclate. J'ai juste le temps de passer mon bras autour de William pour le retenir avant qu'il ne se jette sur Zach, le plaquant contre moi en reculant avant de le lâcher pour m'interposer mais cette fois pas dans les mêmes intentions. Un regard pour chacun et le cœur qui bat à 100 à l'heure. Pour plusieurs raisons.

« Ça suffit ! »

Je déteste ça. Je déteste cette impression d'être le centre de l'attention de trop de monde, l'impression de participer à un putain de lavage de linge sale en public. Je m'en fous de ce que peuvent penser les autres, c'est clairement pas ce qui me préoccupe, j'ai juste pas envie que qui que ce soit d'autre vienne y foutre son nez. Je pense que le regard que je lance aux plus curieux et relativement éloquent.

Je me tourne finalement vers Zachary et pointe un index accusateur dans sa direction.

« Toi t'es gonflé de balancer que tout ce sketch c'est à cause d'un regard que je t'ai lancé. »

Un rire bref m'échappe, inutile de dire qu'il n'est absolument pas amusé.

« Ça t'es pas venu à l'idée de venir me demander pourquoi j'te regardai comme ça avant de te pointer comme une fleur et de balancer ta bombe, avec le sourire en prime ? T'es peut-être pas venu dans l'optique de foutre la merde mais j'ai un scoop pour toi, avec une connerie pareille et tout ce que t'as pu lâcher avec c'était mal engagé. Et la prochaine fois que tu me prends à parti comme ça, que tu parles de moi comme si j'étais pas là, j'te jure que ça va pas le faire. »

Je n'ai pas haussé le ton, les mâchoires serrés tout comme mes poings je l'admets. Je suis en colère, je n'essaie pas de le cacher. Contre lui, contre William aussi d'une certaine façon parce qu'il n'était pas obligé de nourrir tout ça et de me mettre dans cette situation plus qu'inconfortable. Presque humiliante même si ce genre de trucs ne m'effleurent pas vraiment l'esprit. Qui plus est ça aurait pu très mal se finir, j'aurai pu péter les plombs, ne pas réussir à me contrôler. Le simple fait d'avoir été confronté à ça, de me rappeler que même si je fais des efforts monstrueux, que je bosse sur moi depuis des années, il y aura toujours une possible étincelle pour tout foutre en l'air en un éclair, ça me fait chier. Cette soirée n'était pas censée se passer comme ça mais on va tous faire avec. Si j'avais ma part de responsabilité dans ce qui vient de se passer ça me frustrerait peut-être un peu moins mais tout ce que j'ai pu faire c'est me prendre claque sur claque dans la gueule, accepter d'être coincé entre eux et pris à parti. Claquer la porte ? J'y ai pensé. Laisser William ? Non. Il y a même une part de moi qui « comprend » Zachary. Samaritain, encore et toujours. Le premier qui me traite de Saint Bernard je le passe par la fenêtre. J'suis pas tellement d'humeur là tout de suite.

J'essaie juste de faire le tri et ne pas en rajouter une couche même si moi aussi j'ai envie d'exploser. Plus tard, pour évacuer. Seul. Si j'en ressens encore le besoin.

« J'suis peut-être complètement à côté de mes pompes mais en 5 mois et même si j'passe pas mon temps à surveiller les faits et gestes de qui que ce soit j'vous ai pas vu ensemble une seule fois. Alors sans vouloir juger de quoi que ce soit j'ai pas l'impression que ça soit un véritable enjeu d'arriver à vous comprendre l'un l'autre. »

Parce que clairement c'est pas le cas actuellement et ce depuis je ne sais combien de temps mais j'ai pas l'intention de m'en mêler plus. Là où je veux en venir c'est que d'ici quelques jours, si tout se passe bien, on aura tous mis les voiles. Ils n'auront plus à se croiser s'ils n'en ont pas envie. Est-ce qu'ils sont potes, trainent ensemble ou même ont des amis communs ? Je pense que je le saurai, non ? Mateo, Riley, peut-être. Je ne faisais peut-être pas attention au départ mais ça fait maintenant plus de deux mois que j'ai le Californien dans la tête, qu'on se côtoie plus que régulièrement, alors je ne pense pas que ça m'aurait échappé mais peut-être que je me plante.
En attendant j'ai dans le ventre un insecte qui me ronge tout l'intérieur, je prends sur moi parce que la seule personne à qui je compte en parler, avec qui j'ai besoin d'en parler, se trouve à ma droite et que ça ne regarde personne d'autre. Surtout pas Zachary. Un truc qui fait mal, un truc qui brûle, qui ne s'apaisera que quand j'aurai compris ce qu'implique tout ça, la virulence qu'ils ont tous les deux mis à se cracher leur haine réciproque au visage. Un truc qu'on fait que quand on est véritablement touché, que la brèche n'est pas colmatée. Je me dis que Liam se pose peut-être lui aussi des questions, qu'il ne doit pas comprendre pourquoi Layla a été incluse dans cette équation tordue et j'ai pas envie qu'il se fasse de fausses idées. J'aimerai au moins les prendre à racine et les couper avant qu'elles ne se propagent si c'est ce qui est entrain de se passer.

Un soupir las, fatigué, s'échappe entre mes lèvres alors que je baisse le regard, toujours de biais entre eux. L'instant d'après je relève la tête et me passe les mains sur le visage avant de loger mes doigts dans mes cheveux où ils restent quelques secondes alors que je regarde le mur droit devant moi sans même le voir.

« Retourne d'où tu viens Zach. Et s'il te plait la prochaine fois qu'il te prend l'envie de régler un problème comme ça, essaie de viser ceux que t'as avec toi-même en priorité. »

Le ton est calme, plus vraiment accusateur, tout aussi las que mes gestes, que mon regard qui ne se pose ni sur l'un ni sur l'autre alors que mes bras retombent lâchement le long de mon corps. Je tourne finalement la tête vers lui, lui adresse un dernier regard avant de me tourner vers William et de le rejoindre. Je m'arrête à côté de lui, dos à Zachary, ma main vient chercher la sienne et je noue mes doigts aux siens avant de fermer les yeux et poser mon front contre sa tempe. Pas de mot. La suite dépendra de lui mais je sais qu'il comprend. Et je crois que c'est aussi une manière pour moi de lui démontrer par les gestes que je suis là, que je ne vais pas fuir comme j'aurai pu le faire par le passé, que même si j'ai du ressentiment vis-à-vis de tout ça je suis là pour lui. Pour nous. J'ai besoin de comprendre mais ça ne change rien à ce que je ressens et je ne compte pas laisser qui que ce soit se mettre nous, de quelconque manière que ce soit.

Tout ce que j'espère c'est que ni l'un ni l'autre ne relancera les hostilités.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1264
Date d'inscription : 14/01/2015
Crédits : Avatar + Signature : Me
Double Compte : Kezabel & Charleen & Mateo & Ora & Dimitri & James & Leiv & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3081-william-liam-c-jackson
MessageSujet: Re: Let’s get the party started ▬ Zachary   Mar 24 Oct 2017 - 17:39

Les nerfs me montent à la tête et je commence à perdre patience envers Zachary. Certes, il est bourré mais là, j’ai sincèrement du mal à lui trouver d’autres excuses et surtout à me dire que tout ça n’est que l’alcool. Mais je prends sur moi parce que j’suis là pour profiter de mes potes, de mon mec qui n’a rien demandé et qui se retrouve plongé jusqu’au cou dans cette histoire à la con où ce connard a réussi à me foutre le doute avec son histoire de frangine.
Non, j’ai pas envie qu’il sème la merde comme il est entrain de le faire alors tu permets Disemba, on arrête la culture des emmerdes et on retourne chez soi.

- Tu me demandes d’être raisonnable et responsable c’est bien ça ? Alors là franchement, c’est génial. Ouais, vraiment génial.
- C’est bien t’arrives encore à peu près à comprendre ce qu’on te dit.

C’est sortie tout seul, comme un venin.
Je sais que je suis le mec qui, en général, tempère, calme et qui soit même mets un bon moment avant de s’emporter mais cette fois, j’en ai ras le cul et j’ai pas envie de le prendre avec des pincettes pour ne pas trop le bousculer puisque ce con ne cherche que ça, qu’on le bouscule. Je n’comprends pas ce qu’il cherche, ni pourquoi il est venu avec sa gueule enfarinée et son air de rien pour venir chercher les emmerdes mais il les a trouvés, comme un grand et moi comme un con, je commence à rentrer dans ce manège.
Et Enzo dans tout ça ? Silencieux, tendu. Ne crois pas que je ne te vois pas, parce que c’est faux. Et je n’aime pas la tournure que prend les choses.

- Je ne suis pas venu foutre la merde William. Je suis venu parce que ton mec m’a regardé bizarrement et que je voulais tirer les choses au clair. Parce que moi, cette histoire, je l’ai laissée derrière. J’essaye d’avancer. Mais crois-moi, c’est pas facile quand un mec comme toi qui se donne des airs de gentil garçon est toujours là pour te rabaisser et t’en foutre plein la gueule, encore et encore.

Je me redresse, de toute ma hauteur. Et même si je suis le plus petit des trois, ça ne change rien au fait que dans chacun de mes gestes, nous pouvons sentir toute la colère froide qui commence à s’imprégner dans chacune de mes cellules. Je serre les dents, je vois rouge et je m’imagine déjà lui exploser la gueule sous mes phalanges quitte à m’en prendre en retour. Rien à foutre à ce stade.

- Ecoute moi bien espèce de connard : « Mon mec » a un prénom, pour commencer. Ensuite, remballe ta putain de couronne de Drama Queen avant que j’te la fasse moi-même bouffer parce que j’te jure Zachary que tu vas l’sentir passer si tu fermes pas ta grande gueule de Calimero fissa.

Chaque mot est articulé à voix basse, d’un ton froid que seul les plus proches peuvent entendre tant je prends sur moi pour ne pas exploser et lui en coller une. Cette fois, je ne cherche plus à être doux, compréhensif, sympa. J’en ai plus rien à foutre de savoir comment il se sent et comment l’alcool le rend, par contre ce qui est certain, c’est qu’il va s’en manger une. Le bout des doigts me démange, j’ai le cœur qui bat bien trop vite à mon goût et je ne vois pas d’autres options que celle-ci s’il ne ferme pas sa gueule et qu’il ne dégage pas rapidement.
Le tableau qu’il peint de moi ? J’en ai rien à foutre, je l’emmerde, il me connait pas. Mais qu’il le fasse devant Enzo, quand bien même nous nous connaissons un minimum ? J’sais pas, j’aime pas.

- Alors tant mieux pour toi si t’es si à l’aise avec toi-même que tu considères que les autres n’ont pas le droit de se planter. Je suis sûr que toute ton armée de potes se fera un plaisir de venir me pourrir la vie parce que tu es incapable d’accepter mes excuses. Soit. Si pour toi c’est normal qu’est-ce que je peux faire de plus après tout ?

C’est la phrase de trop, le mot de trop. L’allumette sur la flaque d’essence qui s’embrase. La bombe qui s’enclenche. Le monde autour de moi explose et je me jette sur lui, furieux, enragé, avec l’intime conviction que je vais lui démolir sa petite gueule de Drama Queen qui ne cesse de chouiner à chaque occasion sur ces petits malheurs.
Les malheurs de Zachary. Nouveau roman, des éditions Caliméro.

Deux bras me ceinture à la taille alors que mon poing partait déjà pour rencontrer son visage qui m’est d’un coup détestable. Un corps contre le mien que je ne capte pas tout de suite puisque la seule chose que je vois c’est sa gueule à lui que je veux détruire. Je me débats férocement avant d’être écarté suffisamment loin de Disemba. Ma respiration s’écourte, j’ai le cœur qui va exploser et mes poings sont serrés à m’en blanchir les jointures. Mon regard fou se pose sur celui qui a éviter un probable carnage et je ne suis pas étonné de voir Enzo qui s’interpose entre nous deux.

- Ça suffit !

Je ne bronche pas et me contente de serrer les dents pour ne pas laisser exploser ma rage sur ce sale con, me contenant pour ne pas foutre la merde et régler ça une bonne fois pour toute.
Forcément une grosse partie des personnes présentes braquent leur regard sur nous, intriguées par ce qu’il se passe, pour savoir qui frappera le premier. Curiosité morbide mais tellement humaine.
Enzo qui jusqu’ici n’avait pas ouvert la bouche commence à s’activer, pointant un doigt accusateur sur Zachary que je ne lâche pas des yeux. Je perçois le regard de Maxime au loin qui s’apprête à intervenir et un geste de ma part suffit pour qu’elle n’intervienne pas… Et pourtant, c’est pas l’envie qui lui manque.

- Toi t'es gonflé de balancer que tout ce sketch c'est à cause d'un regard que je t'ai lancé. Ça t'es pas venu à l'idée de venir me demander pourquoi j'te regardai comme ça avant de te pointer comme une fleur et de balancer ta bombe, avec le sourire en prime ? T'es peut-être pas venu dans l'optique de foutre la merde mais j'ai un scoop pour toi, avec une connerie pareille et tout ce que t'as pu lâcher avec c'était mal engagé. Et la prochaine fois que tu me prends à parti comme ça, que tu parles de moi comme si j'étais pas là, j'te jure que ça va pas le faire.

Je ne bouge pas, observe, me tais. Me contiens. J’inspire et expire, tente à retrouver un calme serein, olympien, me temporisant en me disant que tout ça ne sert à rien, que Zachary ne vaut pas la peine de monter dans les tours comme je l’ai fait. Même s’il a presque réussi à me vexer, voir me blesser. Parce que j’suis pas le type qu’il décrit et j’le sais… Mais j’avais pas forcément envie qu’il peine cette caricature devant mon mec. Mec qui est passablement en colère et qui adopte un comportement distant. C’est con mais j’ai pas l’impression que tout ça va se terminer avec des je t’aime et des étreintes et ça m’fout le feu au ventre.

- J'suis peut-être complètement à côté de mes pompes mais en 5 mois et même si j'passe pas mon temps à surveiller les faits et gestes de qui que ce soit j'vous ai pas vu ensemble une seule fois. Alors sans vouloir juger de quoi que ce soit j'ai pas l'impression que ça soit un véritable enjeu d'arriver à vous comprendre l'un l'autre.

La blessure s’imprime au fer chaud et ça à au moins le mérite de me faire redescendre direct. Mon regard glisse sur Enzo… Tu n’peux pas me dire ç a comme ça sans savoir ce qu’il s’est passé. Mes phalanges se compriment un peu plus et je digère en silence, serrant un peu plus les dents.
Ok, c’est génial. Cette situation prend des proportions merdiques qui va tout simplement nous amener à tous nous bouffer la gueule. Et non, ça n’est pas un enjeu, c’est vrai mais j’ai peut-être pas envie d’essayer de le comprendre pour la deuxième ou troisième fois de ma vie si c’est pour que Zachary vienne à chaque fois étaler sa merde sur ce qu’il s’est passé entre nous.
Depuis quand je prends tout ça autant à cœur, sincèrement ? C’est ridicule et surtout, ça n’est pas moi. J’ai l’impression brutale de ne pas avoir ma place sur cette scène improvisée.

- Retourne d'où tu viens Zach. Et s'il te plait la prochaine fois qu'il te prend l'envie de régler un problème comme ça, essaie de viser ceux que t'as avec toi-même en priorité.

Dans d’autres circonstances j’aurai presque pu sortir une clope de ma poche et de ricaner en lançant moqueusement un « Ouuuh ! Vainqueur par K.O ». Au lieu de ça je me contente de fermer ma gueule, encore, essayant de ne pas détruire en pièce détaché tout le monde qu’Enzo à mit à calmer les esprits et à nous séparer pour éviter une baston générale.
La fureur s’apaise et finit par presque disparaitre à la seconde où Enzo prend ma main dans la sienne et la noue autour de ses doigts, déposant son front contre ma tempe. Je ferme les yeux, inspire, avec l’impression d’avoir assisté à un sketch. Tout ça était d’un ridicule sans nom. Ma main serre un peu plus la sienne tandis que de l’autre je frotte mon visage comme pour essuyer quelconque contrariété ou trace de fatigue avant de me tourner vers Enzo, regard las.

- Je vais prendre un peu l’air, si tu veux venir.

C’est une demande qu’il comprendra puisqu’il faut de toute évidence que nous nous expliquions. Moi sur Zachary et lui sur cette histoire avec la sœur Disemba qui a réussi ne serait-ce qu’un quart de seconde à me foutre le doute. Mon ton est largement descendu, m’adressant à lui de façon plus tendre, déposant rapidement un baiser sur ses lèvres sans adresser un seul regard à Zachary, l’ignorant royalement puisque je ne veux plus avoir à faire à lui. Je jette un coup d’œil à Maxime pour lui assurer que tout va bien, de toute façon je viendrais lui expliquer ce cirque un peu plus tard.
La colère est toujours présente, plus froide, plus sourde aussi et principalement dirigé vers Zachary et vers moi-même d’avoir eu la connerie de me laisser embarquer là-dedans, d’avoir réagi à ses propos comme je l’ai stupidement fait.

Je prends la direction de la sortie suivit par Enzo et franchit la porte, sans un regard à cette soirée qui se déroulera sans moi ce soir.


- FIN POUR WILL –

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1273
Date d'inscription : 25/03/2015
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Ems / Ju' / Caem / Keith / Ethan / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3179-zachary-disemba-let-s-dance
MessageSujet: Re: Let’s get the party started ▬ Zachary   Mer 1 Nov 2017 - 18:29

Se faire traiter de connard, ce n’est jamais agréable. Zachary n’était pas spécialement habitué à être confronté à ce genre d’insultes. Il avait bien conscience qu’il n’était pas aimé de tout le monde mais avait plutôt tendance à fuir les conflits. De fait, il était rare qu’on lui explose à la figure pour lui cracher ce qu’on pouvait penser de plus abject de lui. Sauf que là, clairement, c’était le cas. William était en train de lui balancer toute sa haine à la figure et Zach n’était pas prêt à recevoir ça. Ce connard, il le sentait encore en travers de sa gorge. Cela faisait des mois que cette histoire s’était déroulée et il avait l’impression de ne pas réussir à s’en sortir. Chaque fois qu’il croyait pouvoir faire un pas en avant, chaque fois qu’il avait cru que les choses s’étaient tassées, tout avait explosé. William était d’une violence qu’il n’avait jamais remarquée chez lui et il se la prenait en pleine face. Zachary n’était pas du genre à rester bouche bée mais face à l’insulte, il n’avait rien trouvé à dire. Aucune réponse si ce n’est cette impression de se faire frapper une fois de plus. Il était en colère mais au fond de lui, c’était autre chose qui était en train de se jouer, un truc qui se fendillait, qui était en train de craqueler. Un truc qui allait bientôt lui faire terriblement mal. Mais pour le moment, ce qu’il retenait, c’était cette insulte. Zachary s’était éloigné, crachant son dernier dédain, s’attendant à partir sur ces mots. Sauf que William ne l’entendait pas de ses oreilles. Le rouge eut juste le temps de faire un pas en arrière. Si Enzo n’avait pas été là, il était certain qu’il s’en serait pris une. William s’était jeté à corps perdu pour venir le frapper et la rage qui bouillait en lui était visible à des kilomètres. Une fois de plus, le Gryffondor fut saisi par la violence de l’instant, sans réussir à comprendre. Immobile, il fixait la scène avec l’impression, au fil des secondes, de s’en éloigner de plus en plus.

C’est Enzo qui reprend la parole en premier et Zachary était quant à lui incapable de dire ce qu’il entendait le mieux, la voix de son camarade ou son propre cœur qui battait étrangement vite et fort dans sa poitrine. Il commença par le charger une fois de plus mais cette fois, le rouge ne dit rien. Oui il aurait pu aller demander à Enzo en premier lieu ce qui lui arrivait. C’était un fait. Pourtant, sa proximité avec William avait clairement changé la donne et l’avait poussé à agir comme il ne l’aurait jamais fait auparavant. Ses oreilles se mirent à bourdonner. Etait-ce l’alcool ? Sans doute n’aidait-il pas mais il y avait autre chose. Zachary avait comme l’impression d’être dans une sorte de caisson. Il voyait et entendait encore Enzo et William mais par contre, il ne sentait même plus les regards des autres sur eux.

Enzo enchaîne et une fois de plus, il met le doigt sur quelque chose de vrai. Zachary, inconsciemment, baissa le regard. La colère en lui était peu à peu en train de fondre. Après la tempête, la mer finissait finalement par se retirer mais ce qui restait derrière était tout aussi violent. Oui, William et lui n’avaient plus cherché à se comprendre. Zach plongé dans sa honte, William dans sa colère. C’était un fait. Enzo avait raison et le nier n’aurait servi à rien. Le Gryffondor faisait la tête basse et ce n’était clairement pas dans ses habitudes pourtant, il n’avait rien de plus à dire là-dessus. Il préférait d’ailleurs ne pas croiser le regard de William. Il était certain que ce dernier n’était pas dans le même état d’esprit que lui, qu’il le jugerait encore et toujours responsable et clairement, il n’avait pas la force d’affronter ça. Le bourdonnement dans ses oreilles se faisait plus vif, plus sourd alors qu’une terrible nausée était en train de l’envahir. Mais cette fois, elle n’avait vraiment rien à voir avec l’alcool.

« Retourne d'où tu viens Zach. Et s'il te plait la prochaine fois qu'il te prend l'envie de régler un problème comme ça, essaie de viser ceux que t'as avec toi-même en priorité. »

Mais ça, ce fut le coup de trop. Le bourdonnement avait cessé net, Zachary avait relevé la tête et d’un coup, il avait tout vu de manière plus nette. Les regards posés sur eux, l’incompréhension, la moquerie, mais surtout, la violence des mots d’Enzo. Ils résonnaient encore dans sa tête alors qu’il le voyait se tourner vers William, leur main se serrer. Il allait vraiment vomir s’il restait une minute de plus à les regarder. Sans prononcer un mot, Zachary fit alors volte-face. Il marcha d’abord d’un pas mesuré alors qu’il sentait qu’on l’observait. Il détestait ça mais clairement, il savait qu’il pourrait s’en remettre. La brèche par contre qui venait de se faire en lui, c’était autre chose. Il avait mal, terriblement mal sans comprendre comment ni pourquoi. Quelque chose venait de lui sauter à la figure mais il n’arrivait pas à le comprendre. Quand enfin il fut en dehors de la salle, il accéléra le pas jusqu’au premier angle avant de se stopper net. Une main sur le mur, il prit appui, cherchant son souffle qu’il avait retenu pendant un temps sans s’en rendre compte.

« Zach, attends ! »

Zachary releva lentement la tête pour se retourner et croiser le regard de Layla. Cette dernière avait apparemment couru pour le rattraper. Elle avait les sourcils froncés mais aucune colère dans son regard. De l’inquiétude, c’était tout ce qui transparaissait. Pourtant, elle avait dû tout entendre et cette idée vrillait l’estomac du Gryffondor.

« Retourne avec tes amis Layla…

- Zach arrête tes conneries, je vais pas te laisser comme ça, je vois bien que…

- VA T’EN ! »

Brutalement, Zachary s’était mis à crier, sans même laisser le temps à sa sœur de finir sa phrase. Cette dernière resta figée, interdite, fixant son frère comme si elle ne pouvait plus le reconnaître. Zachary ne lui avait jamais crié dessus. Une fois, après l’attaque des Supérieurs mais ça n’avait rien à voir. Là, il venait clairement de décharger sa haine sur elle sans raison et ça, ça n’aurait jamais dû arriver. Incapable pourtant de revenir sur ses mots, Zachary lui lança un dernier regard avant de reprendre son chemin et de filer vers son dortoir. Layla resta quelques instants dans le couloir à se demander que faire avant de retourner dans la salle. Le métis lui gravit rapidement les marches qui menaient à sa tour, n’adressant la parole à personne. Il fila dans son dortoir et s’isola sur son lit à l’aide des rideaux et de différents sorts. Il resta de longues heures assis à fixer le vide, cherchant à calmer le cri à l’intérieur de lui, ce cri qu’il était incapable de décrypter.

- FIN -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Let’s get the party started ▬ Zachary   

Revenir en haut Aller en bas
 
Let’s get the party started ▬ Zachary
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Let's get the party started > ouvert à tous
» Let's get the party started
» 01. let's get the party started - Shane & Lynn app'.
» 4Th X Let's get the party started
» Let's Get This Party Started! [event]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Septième Etage. :: ─ Salle sur demande-
Sauter vers: