AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les enfants sont merveilleux [PV Cameron]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 399
Date d'inscription : 02/12/2012
Crédits : Lili
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/ Julian A. Neil /Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1807-keith-micheil-mcewen
MessageSujet: Les enfants sont merveilleux [PV Cameron]   Mar 8 Aoû 2017 - 16:51



~ Dimanche 28 juin – Dans la matinée ~

Les traits tirés, les yeux cernés, Keith faisait face à une tasse de café derrière son bureau à la bibliothèque. Elle était ouverte aux élèves en ce dimanche matin et c’était au tour de Keith d’assurer la surveillance même s’il était persuadé au fond de lui qu’il n’y aurait pas foule. Les examens étaient terminés et peu étaient déjà en train de se questionner sur la suite, se contenant de hurler de joie. Il y avait cependant quelques têtes studieuses et le bibliothécaire ne put s’empêcher de les maudire. Il serait bien resté enfermé dans sa chambre ce matin-là. Il avait un horrible mal de crâne et il était particulièrement ronchon, il fallait bien l’avouer. Il avait passé une sale nuit. Il avait entendu des élèves se promener dans les couloirs toute la nuit sans réussir à les attraper. Il savait qu’ils faisaient la fête mais n’avait pas réussi à mettre la main sur une preuve et ses collègues lui avaient fait comprendre que pour une fois, on pouvait aussi lâcher du lest. Clairement, il avait du mal avec cette idée mais n’avait eu d’autre choix que de se plier à l’avis général. De toute façon, il n’avait pas la force de se battre. Keith avait donc fini dans sa chambre à maugréer et à siroter du whisky en s’imaginant au calme dans le petit village de ses parents. Résultat, il s’était endormi tard et alcoolisé, d’où le mal de crâne et l’envie terrible d’être seul. Mais non. Il était assis à son bureau, avec un café et des registres de prêts sous les yeux.

Café terminé = Tête toujours aussi embrumée. Dans un soupir las, Keith avait fini par se lever. La bibliothèque s’était vidée et il avait donc décidé d’en profiter pour aller se chercher un autre café. Il fermerait la porte temporairement, le temps d’aller remplir sa tasse, ça ne tuerait personne. Son mug à la main, Keith était donc en train de verrouiller la porte de la bibliothèque avant de s’avancer dans les couloirs. Il fonctionnait au radar et la progression de la matinée ne semblait pas avoir réussi à le sortir de la brume. Il ne vit donc pas les gosses de deuxième année qui courraient à toute jambe dans sa direction. L’un d’eux le percuta de plein fouet et la tasse que Keith avait à la main se brisa sur le sol. Le gamin se figea sur place et se répandit en excuses tout en bredouillant. Le bibliothécaire le fixa avec froideur sans ouvrir la bouche pendant de longues secondes. Il prit une grande inspiration puis, fermant les yeux comme pour ne plus voir les visages des gamins, il se décida enfin à parler.

« Dégagez avant que je vous étripe. »

Pédagogie et douceur, bonjour ! Les gamins s’excusèrent de nouveau mais ne se firent pas prier et débarrassèrent le plancher en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Keith s’accroupit alors pour ramasser les morceaux de sa tasse. Mais alors qu’il avait un genou au sol à se demander si la magie pouvait faire quelque chose pour réparer l’objet, il se rendit compte que non loin de là se trouvait ce cher Cassidy. Il devait très certainement avoir assisté à la scène. Le bibliothécaire le regarda quelques instants.

« À croire qu’il n’y a pas que vous qui me faites perdre mon calme. »

Keith sortit alors sa baguette magique de sa poche. Non pas pour agresser Cassidy, il avait passé ce stade depuis un moment déjà et notamment depuis qu’il avait cru crever à ses côtés. Non, il se contenta de lancer un feu puissant sur les débris de sa tasse qui furent transformés en poussière et se dispersèrent dans l’air. Keith se redressa alors. Tant pis pour sa tasse mais il n’était pas sûr de pouvoir renoncer à son café.

« À votre place, je ne me serai jamais engagé en tant que professeur, les supporter pour le plaisir, c’est suicidaire. »

Keith était tellement grognon qu’il avait besoin de cracher un peu sa haine. Il n’avait eu personne avec qui râler contre les gamins depuis ce matin alors Cassidy se transformait soudainement en une sorte d’exutoire. C’était légèrement absurde et alors qu’il réalisait ce qu’il était en train de faire, Keith ne put s’empêcher de se demander s’il n’avait pas encore un peu de whisky dans le sang. Il poussa alors un long et profond soupir et marmonna cette fois quelques mots mais seulement pour lui-même.

« Vivement que cette journée se termine… »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7735
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: Les enfants sont merveilleux [PV Cameron]   Sam 12 Aoû 2017 - 19:56

Dimance 28 Juin 2015 – Dans la matinée
Les enfants sont merveilleux



Keith & Cameron

Nuit blanche. Si j'ai fait la fête avec les autres ? Un peu, après tout c'est probablement la dernière fois qu'on a l'occasion de se retrouver tous ensemble, ici, pour ça. Mais comme souvent j'ai passé la majorité de la soirée, et de la nuit, posé dans les canapés a fumer des pétards, discuter, garder un œil sur ces sales gosses parce que je ne peux pas m'en empêcher.
Le château est plutôt calme ce matin, une moitié dort, l'autre cuve, quand ça n'est pas les deux combinés. Je n'ai jamais été un gros dormeur alors une tasse de café dans la main je déambule dans les couloirs en remontant vers mon dortoir tranquillement pour aller m'y poser un peu, ranger mes affaires, y mettre un peu d'ordre même si je n'ai pas grand chose comme possession. Ce que j'ai de plus important et précieux ne me quitte jamais, à savoir mon zippo et la chaine de mon frère. Et ma came, aussi, éventuellement.

Sourire. Un des gamins me double en cavalant comme un beau diable suivi de quelques uns de ses camarades. Ils ont le sourire accroché au visage, c'est communicatif. Je reconnais des deuxième années ...

« Dégagez avant que je vous étripe. »

... et la voix douce et mélodieuse de McEwen qui s'élève un peu plus loin quelques secondes plus tard.

Pas besoin d'être Einstein pour comprendre ce qu'il s'est passé, j'arrive juste à temps pour voir les gosses déguerpir et l'homme élu rayon soleil de l'année entrain de ramasser des débris sur le sol. Débris que je devine être une tasse. Je m'arrête à quelques mètres, il ne me voit pas tout de suite mais lorsqu'il doit sentir qu'on l'observe, il relève le regard et le fige dans ma direction. Cet homme m'a torturé, m'a marqué comme du bétail, m'a haït et a souhaité ma mort, a probablement voulu me la donné. Je connais la loi du talion, je l'ai déjà appliqué et pour lui j'ai eu envie de réitérer l'expérience mais de l'eau a coulé sous les ponts. Et puis il faut le dire, depuis qu'on a failli crever ensemble dans un bout de couloir, tout ça s'est un peu essoufflé. De mon côté comme du sien.

« À croire qu’il n’y a pas que vous qui me faites perdre mon calme. »
« Ils apprennent de leurs ainés, qu'est c'que tu veux. »

Si je compte le vouvoyer ? Non. En ce qui me concerne ça, n'est pas une marque d'irrespect. S'il n'apprécie pas, tant pis pour lui. Je ne me moque pas de lui, je m'amuse simplement un peu de la situation mais lorsqu'il sort sa baguette, bien que je n'en montre rien, mon sang se glace. Ça n'est pas la peur, c'est autre chose. J'aurai toujours une réaction épidermique face à cette objet, c'est comme ça. Ne me demandez pas d'être tranquille face à un si petit objet capable de choses comme il vient de lui ordonner, entre autres. Du feu, un feu suffisamment puissant pour réduire en cendre les débris qu'il a vraisemblablement décidé de laisser tomber finalement.

« À votre place, je ne me serai jamais engagé en tant que professeur, les supporter pour le plaisir, c’est suicidaire. »
« J'aurai plutôt dit enrichissant mais chacun son point de vue j'imagine. »

Il se redresse, râle, lâche un long et profond soupir. Je retrouve ma sérénité et mon sourire en coin, amusé.

« Vivement que cette journée se termine… »

Elle vient à peine de commencer, ça risque d'être long pour toi l'ami. Je me décide finalement à franchir les quelques pas qui nous séparaient et lui tend ma tasse à laquelle je n'ai pas encore touchée, pleine de café bien chaud, encore fumant. Le réceptacle ne l'est pas lui, j'imagine qu'on doit ça à la magie.

« T'as l'air d'en avoir plus besoin que moi. »

Il en fera ce qu'il voudra, qu'il accepte ou non ne changera rien à ma vie.

« Pourquoi venir bosser dans une école si tu ne supportes pas les mômes ? »

La question est réelle, aucune trace de sarcasme ou d'ironie dans le ton que j'emploie.
Revenir en haut Aller en bas
 
Les enfants sont merveilleux [PV Cameron]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Noé A. Foster ; « Les Enfants sont les Gardiens de l'Âme »
» (F) Les enfants sont innocents et souriants car aucun passé ne les poursuit.
» Le mariage est un cercueil dont les enfants sont les clous [William]
» « Les Enfants sont les Gardiens de l'Âme » || PV Usiku ||
» LES DEUX DERNIERS BEBES DE PREVAL NE SONT PAS DES ENFANTS NATURELS......

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Deuxième Etage.-
Sauter vers: