AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I'm not ready to give up - Emily

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 2259
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: I'm not ready to give up - Emily   Lun 7 Aoû 2017 - 17:43

► I'm not ready to give up◄
Emily & Kezabel


Vendredi 26 Juin  – Avant le petit déjeuner

- Vos examens sont parfait si ce n’est qu’un petit manque de vitamines. Il va falloir penser à vous ménager. Vous faites beaucoup de sport ces derniers temps ?
- Pas plus que d’habitude, seulement du self défense le samedi.
- En plus de vos gardes et de vos examens ?

J’acquiesce, omettant volontairement mes séances d’entrainements en DFCM que je prends certaines fois avec Warren lorsque le temps nous le permet. Je sais que j’ai certainement un emploi du temps trop chargé mais il me permet de me sentir utile, vive et ne pas avoir l’impression de tourner en rond. Encore plus depuis une semaine où j’ai le besoin presque brûlant de ne pas avoir un moment à moi, préférant plonger tête la première dans les révisions des examens, dans les gardes lorsque j’en ai l’occasion en plus des moments passés avec Riley où là encore, mon cerveau se met en off pour ne se concentrer que sur le positif, rire avec elle, envisager des vacances, l’entendre me raconter à quel point tel ou tel examen l’a profondément saoulé.
Mais aujourd’hui, je n’ai pas d’autres choix que de mettre tout ça en parenthèse pour tout simplement faire face à mes responsabilités car je ne pourrais pas jouer l’autruche éternellement.

Monsieur Helland s’installe sur un tabouret en face de moi, regardant une dernière fois mon dossier médicale avant de plonger ses yeux bleus profonds dans les miens.

- Je sais qu’il n’est pas évident de prendre une décision mais vous entamez votre 9ème semaine. Le délai est dépassé pour un avortement par voie médicamenteuse mais il vous reste encore un peu de temps pour une IVG chirurgicale.

Accrochée au bord de la table d’auscultation, mon ventre se tord dans tous les sens à la simple évocation des mots avortement et IVG. J’ai l’impression que mon cœur tombe un peu plus à chaque seconde à mes pieds et que je n’arriverais jamais à prendre une décision. Je ne sais tout simplement pas quoi faire, quel choix faire bien que le plus logique serait d’y mettre un terme. Mais cette décision n’appartient pas qu’à moi.

- Je dois d’abord en parler à Noah. Je lui ai envoyé un courrier tôt ce matin. Je ne peux pas décider seule.
- Je comprends. Il prend un petit paquet en papier kraft que je n’avais pas vu jusqu’ici et me le tend. En attendant, prenez ces vitamines. J’ai inscrit les prises sur chaque boite. Il faut également que vous interrompiez vos entrainements en self-défense pour le moment, en attendant l’échographie. Vous pouvez continuer vos gardes mais limitez les et reposez-vous.
- D’accord.
- Vous avez pensez à consulter Mr Kingsley ? Il pourrait peut-être vous aider à y voir plus clair.
- J’y ai songé oui mais … J’irai peut-être le voir dans la semaine.

Il acquiesce à son tour, me donne quelques dernières indications avant que je ne le quitte avec un sourire pour rejoindre la salle commune des jaunes d’un pas rapide et vider le contenu de mon petit déjeuner dans les toilettes de notre dortoir.

¥

Samedi 27 Juin  – Milieu d’après midi.

- Hum… Je suis pas un humain, je suis pas un animal, ni un végétal.
- Nop !

Je galère sincèrement pour cette dernière partie du « qui suis-je » à la sorcier. Même principe que pour le jeu moldu avec une carte collée sur le front – histoire d’avoir l’air un peu plus con – avec inscrit qui nous sommes dessus. Le but étant de le deviner, les questions défilent une à une sans que ni l’une ni l’autre ne réussisse à trouver notre nouvelle identité.
Ah et si on perd, la carte « explose » en une surprise que je n’suis pas certaine de vouloir savoir.

- Est-ce que je suis physique au moins ?
- Hum… Non !

J’arque un sourcil et tente encore de deviner qui suis-je sans réussir à trouver.

- Alors ?
- Rah… j’abandonne.
- Sûre ?
- Je sais pas… je ferme les yeux. Oui, j’abandonne la partie.

A peine mes mots se sont achevés qu’un petit bruit de pétard se fait entendre et Riley éclate de rire. Je n’ose même pas ouvrir les yeux…

- QUOI ?!

Je me lève précipitamment pour faire face au miroir le plus proche, ma meilleure étant littéralement roulée sur l’herbe, pleurant de rire. La cause ? Cette espèce de duvet vert fluorescent qui me recouvre tout le visage !

- Non mais regarde-moi ça ! On dirait une pelouse vivante, je pourrais même me camoufler dans le parc ! Dis-moi que les effets ne durent pas longtemps…
- Hum… Riley reprend difficilement son souffle en essuyant quelques larmes pour regarder au dos du paquet. Ouuuh… tu vas être contente, ils mettent que l’effet est temporaire mais peut durer jusqu’à 3 heures selon la personne…
- Tu déconnes ?! Je me retourne vivement et me précipite vers elle pour lui prendre le paquet de cartes dans les mains… et lui jeter sur le front. HAHA ! Très drôle !

Dix minutes d’effets assurer, de la première à la dernière seconde où Riley n’arrête pas de me charrier en voulant glisser mes doigts dans cette nouvelle fourrure qui orne ma peau, me scandant qu’elle a l’air si soyeuse et bien évidemment, comme si ça ne suffisait pas, elle réussit à attraper mon vieil appareil photo magique pour immortaliser ça.
Je me prends finalement au jeu, lui courant après en grognant que je suis le nouveau Shrek venu dévorer les humains qui ont squattés mon marais et ce, jusqu’à ce que les effets s’estompent. J’ai l’impression de ne pas avoir autant ris depuis tellement longtemps, mon sourire refusant de s’estomper, bien trop heureuse et apaisée en cet instant, allongé sur le sol pour profiter de cette magnifique après-midi où l’été est bien présent, nous offrant la chance de recevoir ces rayons de soleil qui nous réchauffe la peau.
Je pourrais presque m’endormir aux côtés de ma meilleure amie, tête posée sur ses cuisses, simplement fermer les yeux et me laisser bercer par la douceur du temps. Il ne manquerait plus que le bruit des vagues et l’instant serait encore plus parfait qu’il ne l’est.
Mais la vie me rattrape, littéralement et alors que je jette un œil à ma montre je finis par me relever.

- Je dois retrouver Emily, je lui ai promis que l’on passerait une partie de l’après-midi ensemble.

La jeune femme est venue me trouver juste après les examens pour me proposer de passer un moment, toutes les deux, un peu plus loin dans le parc, dans un coin reculé près du lac. A aucun moment je n’ai envisagé refuser puisque chaque moment passé avec elle est d’une simplicité purement agréable. Depuis notre discussion dans la salle de bain des préfets, depuis l’intervention de cette sirène, j’ai la sensation que notre relation a pris un tout autre sens, assumant sans l’ombre d’une hésitation de n’avoir besoin que d’Emily et de personne d’autre. Elle est d’une légèreté qui vous fait du bien, me fait rire, sourire et me donne la sensation que tout n’est plus si compliqué que ça. Elle m’apporte énormément et mon affection pour elle ne cesse de grossir de jours en jours…

… Mais cette fois, c’est la boule au ventre que je me présente au lieu de rendez-vous, sous les arbres à quelques dizaines de mètres du lac.
Je ne peux pas continuer de lui mentir, de passer ces journées avec elle, m’attacher, la laisser s’attacher, sans lui dire ce qu’il se passe chez moi. Et si j’ai pris cette décision, c’est parce que j’ai également fait un choix qui sera certainement lourd de conséquence, même si la réponse de Noah ne m’est pas encore parvenu.
Riley est au courant depuis seulement ce matin et si je tiens à le dire aussi rapidement à Emily, c’est tout simplement parce que j’ai la sensation de lui mentir, d’être sournoise à nous laisser vivre toutes ces sensations, nous laisser nous attacher alors que la finalité sera peut-être bien moins merveilleuse que je ne pouvais l’imaginer.

En parlant d’Emily, je la vois au loin arrivé en même temps que moi. Je lui fais un signe de la main et la rejoint rapidement, sourire aux lèvres mais toujours ce nœud douloureux au creux du ventre.

- Hey. Je réceptionne sa venue dans mes bras, en douceur, entourant ses hanches et surtout appréciant la douce saveur de ses lèvres qui, encore une fois, me fait naitre un florilège de feu d’artifice au creux du cœur. Ca va ?

Sa main dans la mienne, mes doigts s’y entourent alors que je suis Emily vers les arbres où l’on s’y installe. Et comme à son habitude… elle est rayonnante. Un sourire jusqu’aux oreilles, les yeux brillants, elle ne semble jamais souffrir de l’ombre d’une mauvaise humeur ou de quoi que ce soit d’autre. Je sais que c’est faux, quelle sait tout simplement très bien dissimulé ses états-d ’âmes mais aujourd’hui elle semble sincèrement… heureuse.
Un bonheur que je vais lui soutirer, égoïstement.

- Heureuse d’être enfin en vacances ? Nouveau sourire, crispé, que je réussi malgré tout à afficher avec un naturel désarmant. Tu as des trucs de prévus ? Des roadtrips avec Cameron le grand frère ?

Malgré moi, je profite de ce moment d’allégresse, de plénitude qu’Emily dégage. Je profite de sa présence, aussi bien physique que moral, allant jusqu’à me loger contre elle, mes doigts venant effleurer son avant-bras tendrement.
La peur au ventre de ne plus avoir l’occasion d’y goûter, à partir d'aujourd’hui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2932
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: I'm not ready to give up - Emily   Mar 8 Aoû 2017 - 17:19

~ Samedi 27 juin – Fin d’après-midi ~

Allo la terre ? Est-ce qu’il y a quelqu’un en mesure de répondre ? … Apparemment, non. Allongée dans l’herbe à l’abri des arbres près du lac, Emily n’arrivait pas à faire disparaître le sourire béat qui flottait sur son visage. Elle fumait tranquillement sa cigarette tout en regardant les morceaux de ciel qui filtrait entre les feuilles. Cette journée ressemblait clairement à un rêve éveillé. Les examens terminés, la pression était retombée dans le Château et c’était comme si tout était désormais sur les rails. Depuis qu’elle était réveillée, Ems avait complètement oublié se soucis. Elle savait que c’était dangereux et qu’en tant que lunatique, elle risquait de connaître un contre-coup à un moment mais elle refusait d’y penser. Pour le moment, elle se sentait bien, heureuse, détendue, comblée. Elle venait de réaliser un rêve de gosse, voler sur un balai. Les images ne cessaient de tourner dans sa tête et quand son regard se portait sur le ciel, elle pouvait sentir de nouveau le vent lui fouetter le visage, elle pouvait se rappeler cette impression de liberté qu’elle avait ressentie… Et le mieux dans tout ça ? C’était qu’elle allait bientôt pouvoir raconter tout cela avec Kezabel avec qui elle avait rendez-vous. Leur relation ? Elle était simple et parfaite aux yeux d’Emily. Elle se sentait bien aux côtés de la jeune femme, elle était elle-même, elle arrivait à lui parler de ses peurs et de fait, tout était plus simple. Chaque fois qu’elle la voyait, Ems se sentait plus légère et la prendre dans ses bras avait toujours une saveur particulière. Alors oui, l’idée que la jolie blonde allait bientôt faire irruption et qu’elle allait pouvoir partager avec elle son enthousiasme ne faisait qu’agrandit son sourire. C’était une magnifique journée et elle était persuadée que rien ne pourrait la gâcher.

Bon, sauf qu’Emily était un peu en avance, elle était venue se poser là directement après avoir remercié mille fois Riley et quitté le stade. Aussi, après être restée béate quelques instants sous les arbres, elle avait décidé de faire un tour pour revenir au point de rendez-vous à l’heure dite. Pile à l’heure d’ailleurs puisqu’alors qu’elle revenait là où elle s’était allongée plus tôt elle aperçut Kezabel qui arrivait elle aussi. Ems s’approcha d’elle presque en sautillant et alla directement dans ses bras pour l’embrasser avec enthousiasme. Sa bonne humeur transparaissait même dans ce baiser. Alors quand Keza lui demanda si ça allait…

« À merveille ! Et toi ? »

Emily attrapa alors la main de Kezabel et l’entraîna à l’abri des arbres. Elle s’y assit et invita la jeune femme à faire de même avant de tourner son visage vers elle. Visage toujours décoré par ce même sourire. Celui de Kezabel pour le coup semblait un peu étrange mais Ems n’était sûre de rien surtout que Keza embraya tout de suite en la questionnant sur les vacances imminentes.

« Oh tu sais moi ça fait une semaine déjà que je suis plus ou moins en vacances… »

Elle adressa alors un petit sourire taquin à Kezabel qui elle, la pauvre, avait dû s’acharner sur les examens avant de pouvoir enfin se reposer. Comme pour se faire pardonner Emily lui déposa un chaste baiser sur la joue avant de reprendre la parole.

« Si on nous laisse sortir je pense qu’on ira forcément en vadrouille avec Cameron, on ne tient pas en place dans la famille. »

Et non, Emily se refusa à penser à la conversation qui risquait fort de surgir. Cameron lui avait fait comprendre qu’il envisageait de partir. Et si les portes de l’école s’ouvraient, oui, il risquait de lui dire qu’il était temps pour lui de partir et qu’elle pouvait elle aussi venir, démarrer une nouvelle vie… Non, non non. Emily ne voulait pas penser à ça maintenant, cette journée était trop parfaite. Cette conversation la terrorisait parce qu’elle était incapable de savoir ce qu’elle voulait vraiment, quelle décision prendre. La jeune femme décida donc de changer tout de suite de sujet pour être sûre que la tristesse ne l’envahisse pas.

« Et toi alors ? Tu as déjà un planning de prévu ? »

Petit sourire timide.

« Tu aurais encore une petite place pour moi ? »

Emily regarda alors Kezabel avec un sourire enfantin. Elles n’en avaient pas encore parlé et rien n’était officiel mais s’ils avaient effectivement le droit de sortir, Emily serait ravie de pouvoir passer un peu de temps avec elle, sans négliger son frère bien sûr. Mais après tout, cela pourrait leur faire de beaux souvenirs que d’être ensemble dehors, visiter, aller boire un verre sur une terrasse, simplement, être libres ensembles. Imaginer tout cela ne faisait qu’agrandit le sourire d’Ems. Elle était dans un état d’euphorie total et pour quelqu’un ne la connaissant pas ça pourrait presque être effrayant. Mais elle était comme ça et on finissait par s’y habituer, non ?

« T’as l’air un peu fatiguée, il va falloir que je te force à faire la grasse matinée ! »

Toujours aussi enthousiaste, Emily avait passé sa main sur la joue de Kezabel tout en disant cela, lui souriant toujours. Oui, Keza avait l’air moins en forme qu’elle mais pour Ems, il semblait évident que la fatigue, la pression qui retombe étaient à l’origine de tout ça. Elle s’approcha alors d’elle et entoura ses épaules d’un bras, l’invitant ainsi à reposer son épaule sur sa tête et à se laisser aller. À se détendre et voir que ce moment était juste ce qui lui fallait. Ems elle leva les yeux une nouvelle fois vers le ciel en souriant. Oui, tout était absolument parfait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2259
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: I'm not ready to give up - Emily   Mer 9 Aoû 2017 - 13:03

- Si on nous laisse sortir je pense qu’on ira forcément en vadrouille avec Cameron, on ne tient pas en place dans la famille.

Je lui souris, lâche même un rire amusé. Autant j’ai du mal à imaginer Cameron hyper actif, autant pour Emily je n’ai pas la moindre difficulté à la voir s’agiter dans tous les sens pour visiter un million de lieux, toujours avec ce regard d’enfant qu’elle retrouve parfois devant l’émerveillement. L’entendre parler, me raconter des choses quelle qu’elles soient m’aide à oublier ce qui me pèse, m’évade ne serait-ce qu’une seconde.

- Et toi alors ? Tu as déjà un planning de prévu ?

Je retrouve brutalement la réalité et tourne mon regard vers Emily, contemplant sa jovialité avec une pointe de culpabilité qui me creuse l’estomac.
Un planning de prévu, j’en avais un. Un tas de projets, d’idées qui ont germées au fur et à mesure de l’année, du tour du monde avec Riley au retour aux sources avec mon frère, rien que tous les deux comme nous ne l’avions pas fait depuis des années. Sans compter revoir Enzo, Maxime, Lucy. Le mariage des parents de Riley et Charleen… J’ai l’impression de voir partir en fumée chaque instant au profit de ce qui germe au creux de mon ventre. Une vie.

- Tu aurais encore une petite place pour moi ?

Je cligne des yeux, reviens à la réalité. Je ne percute pas tout de suite sa demande mais à la seconde où elle a fait son chemin jusqu’à moi…

- Il y aura toujours une place pour toi.

Ses mots me touchent, plus que je ne saurais lui dire. Je glisse une main sur sa joue, tendrement et dépose un baiser sur ses lèvres en douceur, lui traduisant bien des mots et des émotions que je ne saurais formuler, cœur serré face à ce que je viens de lui dire. Je ne regrette pas mes mots, ils sont terriblement sincères mais comment puis-je lui dire un truc pareil avec ce que je vais lui annoncer d’ici peu ? Parce que ce sourire, cette jovialité va la quitter aussi vite qu’elle a pu naitre au creux d’elle pour lui donner ces yeux brillants de malice et de joie de vivre. J’ai honte, coupable, de devoir briser ça. Le cœur serré de devoir … possiblement mettre fin à ce qui est né entre nous, avec naturel et évidence. Quelque chose que je n’aurai pourtant pas imaginé il y a quelques mois et qui pourtant aujourd’hui me parais si simple.
Je n’ai pas envie de lui dire au revoir tout comme je n’ai pas envie de la voir partir et pourtant, ça me parait inéluctable.

- T’as l’air un peu fatiguée, il va falloir que je te force à faire la grasse matinée !

Sa main sur ma joue, je n’ai que la force de lui adresser un pauvre sourire qui ne paie pas de mine mais présent malgré tout. J’ai toujours su montrer une facette rassurante, apaisante mais cette fois je peine réellement à me démerder avec mes émotions et avec mes décisions. Est-ce que je ne devrais plutôt pas attendre un peu avant de lui dire ? Attendre d’avoir pris une VRAIE décision même si cette dernière me semble la .. « meilleure ». Sûre à 80%.
Je n’sais plus, merde.
Je laisse quelques secondes se dissipées, profitant ce que je pense être une dernière fois de cette plénitude, de ce contacte doux, chaud et rassurant mais surtout de cette tendresse qu’Emily sait m’offrir.
Je n’ai pas le droit de lui mentir plus longtemps, plus les jours passeront, plus je m’y attacherais tout elle le fera de son côté. Ça ne serait pas juste et pas loyale de ma part que de la laisser dans l’ignorance.

- J’ai plusieurs projets de prévu notamment un « petit » tour du monde avec Riley, le mariage de sa mère avec le père de Charleen et une excursion avec mon frère. J’avais prévu d’énormément bouger en réalité, de voir un peu le monde, de voir autre chose.

Le mariage. En d’autres circonstances, j’aurai demandé à Emily de… m’accompagner. Mais encore une fois, les circonstances risquent de tout foutre en l’air.
J’inspire profondément avant de me redresser légèrement.

- J’aimerai aussi passer du temps avec toi, quelques jours, loin de tout ça.

Je ferme une seconde les yeux avant de lui faire face, sa main dans la mienne.

- Mais il faut d’abord que je te parle de quelque chose. Je ne sais clairement pas comment m’y prendre mais je pense qu’il n’y a de toute façon aucune bonne manière pour dire ça.

Mon ventre se crispe, mon cœur s’emballe et ma voix n’est plus assurée qu’elle n’a pu l’être tout à l’heure. Elle tremblote, tout comme ma main qui s’agrippe un peu plus à ses doigts.

- Avant que l’on commence à se fréquenter et que l’on se mette ensemble, j’ai revu un ami d’enfance pendant les vacances d’avril. Je n’étais pas dans une … bonne période, ceci dit ça n’a aucune importance puisque ça n’excuse rien. C’était une soirée assez arrosée, les choses ont dérapées et il s’est passé ce qu’il s’est passé.

Inutile de rentrer dans les détails et je ne sais même pas pourquoi je m’emmerde à lui raconter tout ça puisque d’ici deux minutes elle va se foutre royalement de savoir comment s’est arrivé et avec qui puisqu’il y a une seule chose qu’elle retiendra dans l’histoire. Mais j’ai l’impression que c’est presque rassurant de le faire… avant que l’angoisse ne m’enserre de nouveau la gorge, me donnant la sensation de manquer d’air.

- Je … je me mords la lèvre, me pinçant l’arête du nez entre le pouce et l’index, luttant pour ne pas déjà pleurer. La semaine d’avant les examens, j’ai appris que j’étais enceinte de bientôt trois mois.

La première bombe est larguée et j’ai envie de fuir, de me prostrée dans un coin pour évacuer tout ce qui est entrain de grimper dangereusement chez moi. Alors j’enchaine, rapidement.

- Il y a de fortes chances pour que je le garde mais je ne t’obligerais à rien Emily. Ce que je veux dire par là c’est que jamais je ne te forcerai à quoi que ce soit parce que je sais que ça n’est pas ce que l’on s’imagine à l’âge de 20 ans mais je tiens à toi. Énormément. Je te dois la vérité et je ne m’imaginais pas te mentir un jour de plus et encore moins de te donner l’impression d’un guet-apens à la dernière minute. Je marque une pause, brève. Je suis désolée.

J’ai envie de lui dire que jamais je ne lui demanderais d’assumer, que jamais je ne lui demanderais quoi que ce soit en rapport à cette… grossesse, à cette vie. Que je me chargerais moi-même d’en assumer pleinement les conséquences et la responsabilité sans que ça n’impacte notre relation mais les mots ne franchissent pas mes lèvres, incapable d’articuler autre chose, trop occupé à me concentrer sur mes larmes que je me refuse de laisser échapper, malgré cette traitresse qui roule sur ma joue et que j’efface presque rageusement.
Je ne veux pas tout foutre en l’air, je ne veux pas la voir partir mais si là est sa décision, je ne pourrais lui en vouloir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2932
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: I'm not ready to give up - Emily   Ven 11 Aoû 2017 - 12:38

Alerte rouge ! Sourire niais et joues en feux chez Emily, faites quelque chose ! Toujours une place pour elle… C’était peut-être idiot mais les mots de Kezabel avaient eu l’effet d’une bombe sur Ems qui avait rougi une fois de plus et accueilli son baiser avec beaucoup de tendresse. C’était une simple petite phrase et pourtant, elle la chamboulait complètement de l’intérieur. Bien sûr, il aurait été étonnant que Keza réponde autre chose mais il est toujours différent de soupçonner et d’entendre. Son cœur s’était accéléré et en cet instant, elle avait compris à quel point elle était bien. À quel point tout ce mal-être, toute cette colère qu’elle avait pu ressentir étaient peu à peu en train de s’effacer. Tout ne s’oublierait pas mais elle commençait à trouver la paix. Kezabel savait l’apaiser et surtout, elle savait faire ressortir ses plus beaux côtés. Alors oui, qu’il y ait toujours une place pour elle, ça n’avait pas de prix. Même si du côté de Kezabel, le sourire était plus timide. Emily mettait ça sur le compte de la fatigue. Après tout, les derniers jours avaient été assez mouvementés pour elle et forcément, ses nerfs devaient commençaient à lâcher un peu. C’était normal. Et avec Ems elle avait le droit de lâcher la pression, d’arrêter de sourire par obligation et de se détendre complètement. La jeune femme ne le prendrait pas mal, bien au contraire. C’était un signe de confiance. Kezabel ne souhaitait apparemment pas s’étaler sur ça et préféra parler de son programme de vacances. Emily l’écouta avec le sourire, comme toujours.

« Un tour du monde ça c’est super cool ! »

Clairement, faire le tour du monde faisait partie des choses qu’Emily aimerait faire un jour dans sa vie. Mais pas de panique, jamais elle n’irait s’imposer dans le projet de Riley et Kezabel, elle ne disait pas ça pour cela. Ces deux-là avaient une relation fusionnelle qui ressemblait quelque part à celle qu’Ems avait avec Cameron, pas sur tout certes mais sur la force des sentiments oui très certainement. Elles avaient besoin d’être ensemble parfois, loin des autres et Ems respectait totalement cela. Elle espérait seulement qu’elle aurait droit à de jolies photos de ce voyage ! Et du reste des vacances de Keza puisqu’elle prévoyait de partir en excursion avec son frère et qu’elle devait aussi se rendre au mariage des parents de Charleen et Riley.

« Je suis sûre que tu seras magnifique à ce mariage ! »

Petit sourire du côté d’Emily qui vint déposer un nouveau baiser sur les lèvres de Kezabel. Cette dernière de son côté conclut son programme en lui déclarant qu’elle voudrait passer quelques jours avec elle. Ems afficha ce petit air à la fois enfantin et coquin qui lui collait à la peau.

« Mh… Ça doit pouvoir se faire… »

Et elle se mit à rire avec un naturel déconcertant. Kezabel allait devoir s’habituer à ses phases d’euphorie. Un jour elle connaîtrait sans doute le revers de la médaille mais Emily avait confiance, une fois en elle lui disait que la jeune femme l’appréciait toute entière et qu’elle ne la rejetterait pas dans ses moments de faiblesses. Mais de toute façon, Ems n’eut pas le temps de penser à ça puisque le ton de voix de Kezabel changea soudainement.

« Tu peux tout me dire tu sais… »

Les mains de Kezabel sont tremblantes ce qui fait naître une boule dans l’estomac d’Emily, une inquiétude sincère. Elle resserre alors ses mains autour des siennes, les caresse doucement et pose sur elle un regard plein de douceur. Son sourire n’est plus le même mais il reste là. Pour montrer qu’elle est forte et que Keza peut se laisser aller, cracher ce qui semble lui faire tant de mal. Les premiers mots commencent à sortir, Emily ne bouge pas. Que Kezabel ait eu un coup d’un soir avant qu’elles ne commencent à se fréquenter ne la dérangeait en aucun cas. Certes elle avait un côté possessif mais c’était avant, elle ne pouvait pas le lui reprocher. Et surtout, elle n’était pas du genre à faire la moralisatrice sur ce genre de choses. Alors, elle ne voyait pas trop où Keza voulait en venir. Quelques idées pourtant se faisaient dans son esprit qu’elle occultait de manière complètement inconsciente. Comme si elle ne voulait surtout envisager aucune de ces solutions tant que les mots n’étaient pas prononcés. Et puis…

« Je … La semaine d’avant les examens, j’ai appris que j’étais enceinte de bientôt trois mois. »

Emily ne bouge pas. Pas d’un centimètre. Elle continue de serrer la main de Kezabel dans la sienne, elle la regarde, elle voit qu’elle lutte contre les larmes. Ems n’arrive pas à ouvrir la bouche, ne sait pas quoi répondre puisqu’indéniablement, elle ne saura réagir que lorsqu’elle aura la réponse à une seule et unique question. Et cette réponse finit par arriver.

« Tu n’as pas à être désolée vis-à-vis de moi. »

Emily avait lâché ces mots avec un faible sourire puis, elle avait fermé les yeux. Parce qu’elle ne voulait pas voir le visage de Kezabel, elle ne voulait pas voir cette détresse. Elle n’avait pas à s’excuser, elle n’avait rien fait de mal. Elle était honnête, elle faisait ses propres choix, c’était son corps et Ems n’avait en aucun cas le droit d’exprimer son avis sur ça, c’était certain. Pourtant, elle avait soudainement envie d’hurler. Des sentiments contradictoires étaient en train de l’agiter de l’intérieur et c’était comme si soudainement, il n’y avait plus assez d’air autour d’elle pour respirer. Elle se leva alors, un peu plus brusquement qu’elle ne l’aurait voulu et se mit à marcher. Ses mains virent frotter son visage à plusieurs reprises, comme pour l’aider à réaliser ce qu’elle venait d’entendre, à mieux comprendre. Tout s’agitait en elle mais il fallait qu’elle parle. Elle n’avait pas le droit de laisser Kezabel comme ça. Alors, après quelques instants, elle parvint enfin à mettre des mots sur ce qui lui retournait l’estomac sans pour autant regarder Kezabel ou s’arrêter de marcher.

« Je suis une étrangère dans ce monde. Ma tête est mise à prix par mes propres parents… Je n’ai actuellement aucun avenir précis… Alors comment est-ce que je pourrais envisager prendre soin d’un bébé ? »

Inspiration.

« Et je sais que tu ne m’imposeras jamais rien Keza. Mais si je reste à tes côtés, je m’impliquerai c’est certain. Cet enfant, il fait partie de toi, il va complètement changer ta vie et que tu le veuilles ou non, ça aura un impact sur nous. »

Emily ferma les yeux quelques instants puis revint près de Kezabel. Elle s’agenouilla en face d’elle, posa une main sur sa joue qu’elle caressa avec douceur.

« Je suis pas prête à te dire au revoir… J’arrive enfin à me sentir bien et c’est grâce à toi… »

Ems attira alors Kezabel contre elle et la serra avec force. Elle était complètement perdue, complètement terrorisée. En colère aussi. Pourquoi fallait-il toujours que les choses se compliquent ? Elle croyait qu’elle allait enfin avoir le droit de vivre comme une jeune femme de son âge, de manière insouciante et voilà que d’un coup tout s’emballait. Alors elle s’agrippait à Keza dans l’espoir que tout ça disparaisse, que ce ne soit qu’un mauvais rêve. Pourtant, il n’y avait rien de plus réel….
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2259
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: I'm not ready to give up - Emily   Sam 19 Aoû 2017 - 0:31

Son sourire s’estompe, son regard se terni légèrement et le malaise s’intensifie de mon côté, presque coupable de lui infliger ça même si je sais que ça n’est la faute de personne. Plus j’égrène mes paroles comme de multiples graines de poison chez elle, plus je la regarde se décomposer en silence, sans broncher. Seule sa main qui serre un peu plus fort la mienne est l’unique indicatif de ses émotions.
Les larmes remontent le long de ma gorge et je lutte pour n’en verser aucune, par fierté peut-être. Par pudeur, certainement.
Et maintenant que les bombes sont larguées, je n’ai plus qu’à attendre ses réactions, ses désirs. Parce que je les vois déjà venir de loin, étant pour la première fois ‘d’un pessimisme que je ne me connais pas, suivant une logique qui me parait implacable et inévitable.

- Tu n’as pas à être désolée vis-à-vis de moi.

Si, je le suis. Je le dois. Même si c’est complètement stupide, même si là encore, ça n’est la faute de personne. J’attends avec angoisse les réactions qui vont suivre, cherchant le moindre indice dans son regard, sur son visage mais rien. Jusqu’à ce qu’Emily brusquement, presque rageusement.
Mon estomac se noue, se tord comme un linge humide que l’on essaierait d’essorer violemment et je n’sais même pas par quel miracle je réussis à retenir mes larmes en cette seconde où je me rétracte sur moi-même, ramenant ma main sur mon genou. Sa réaction à elle seule me suffit pour avoir un aperçu de ce que à quoi je m’attendais, la seule chose que je n’avais pas prévue c’est cette douleur qui me comprime la poitrine.
Mes sentiments pour Emily sont véritables et aujourd’hui plus que maintenant, je prends conscience à quel point je me suis attachée à elle, que je tiens à sa personne, ce qu’elle est. Que cette vie que nous menions passionnément et à la fois, tranquillement de notre côté, me permettais de trouver un certain équilibre.
Equilibre qui se mange le mur.

- Je suis une étrangère dans ce monde. Ma tête est mise à prix par mes propres parents… Je n’ai actuellement aucun avenir précis… Alors comment est-ce que je pourrais envisager prendre soin d’un bébé ?

J’ouvre la bouche pour lui rappeler que ça n’est en aucun cas ce que je lui demande, au contraire. Cet enfant, j’en assumerai seule la charge, avec Noah si celui-ci est d’accord mais jamais je n’imposerais quoi que ce soit à Emily.
Mais pas le temps de répondre, pas le temps de réagir.

- Et je sais que tu ne m’imposeras jamais rien Keza. Mais si je reste à tes côtés, je m’impliquerai c’est certain. Cet enfant, il fait partie de toi, il va complètement changer ta vie et que tu le veuilles ou non, ça aura un impact sur nous.

Et c’est bien parce qu’elle a raison sur toute la ligne que je lui en ai parlé, sachant pertinemment que la nouvelle passerait ou non. Sachant également que tout cela impliquerait de faire une croix sur Emily, sur nous.
Je ne trouve ni la force de la regarder, ni la force de parler pour l’instant. Cherchant des mots qui ne veulent pas se présenter.

Emily revient s’agenouiller devant moi, sa main sur ma joue, accompagnant son geste de la mienne.

- Je suis pas prête à te dire au revoir… J’arrive enfin à me sentir bien et c’est grâce à toi…

Coup de poignard en plein cœur. Une goutte d’acide sur ce dernier, le rongeant lentement mais sûrement, propageant une intenable brûlure le long du muscle jusque dans mes veines. Ses mots ont à la fois un impact violent et apaisant, dans un autre contexte ils m’auraient faire sourire, m’auraient poussé à la prendre contre moi, l’embrassant avec cette même passion qui nous anime parfois.
Mais cette fois, il n’en fut rien. Emily me serre dans ses bras et j’en fais de même, glissant mon visage dans son cou, lâchant malgré moi quelques larmes. Je n’sais même plus quoi faire, quoi lui dire, pas quand elle a raison sur toute la ligne, que sa réflexion est d’une pure logique.
Je ne sais pas combien de temps s’écoule alors que l’on reste ainsi, dans les bras l’une de l’autre mais je finis par murmurer des mots qui ne lui reviennent qu’à elle.

- Moi non plus je ne suis pas prête à te dire au revoir… Je la serre un peu plus fort, fermant les yeux un instant avant de m’écarter, de lui faire de nouveau face, une de mes mains dans son cou. Je tiens à toi Emily, vraiment. Tu m’apportes plus que tu ne peux le croire et je n’suis même pas certaine que tu en sois véritablement consciente.

Elle m’apporte un équilibre mais aussi une part de bonheur facile et naturel. Il suffit de la regarder pour se sentir plus léger, plus serein. Elle m’apaise, sincèrement.

- Jamais je ne t’imposerais quoi que ce soit, ni un enfant, ni sa charge. C’est… ma responsabilité.

Parce qu’elle n’est liée en aucun cas avec cette histoire, qu’elle n’y a aucune responsabilité.

- Et même si ça ne t’engages à rien,  je comprends. Je me redresse légèrement, plongeant mon regard humide dans le sien. Je comprends que tu aies l’instinct de t’impliquer puisque si les rôles avaient été inversés, j’aurais certainement eu le même réflexe.

Certainement parce que nos personnalités sont faites du même bois. Parce que nous sommes le genre de nana à se dévouer et surtout, à se donner corps et âmes, sans réfléchir, naturellement.
Mais les faits sont là, ses mots sont clairs. Tout du moins, à mon sens. L’éventualité même d’une séparation me donne l’impression d’avoir jeté mon cœur dans un brasier pour une lente agonie. Et c’est ici que je prends conscience à quel point je me suis attachée à Emily.

- Je comprends aussi que tu ne sois absolument pas prête à tout ça. Parce que même si on ne l’est jamais vraiment, ça n’est certainement pas la vie que l’on s’imagine à notre âge alors qu’on ne sait même pas ce que l’on veut poursuivre comme étude pour un avenir qu’on aperçoit à peine.

Ma main reste agrippée à sa nuque, comme par peur à ce qu’elle ne m’échappe d’un coup, d’un claquement de doigts. Je ne veux PAS la voir partir. Égoïstement.

- Je ne dis pas que l’idée de devoir arrêter ce que l’on a commencé ne me briserais pas le cœur parce que c’est faux. Je n’ai ni l’envie de te voir partir, ni l’envie de te laisser faire mais jamais je ne t’y obligerais tout comme jamais je ne t’en voudrais de ce choix.

Et ce fameux choix, je n’ai pas non plus à le lui imposer, à décider à sa place. Toutes les cartes sont entre ses paumes et il ne lui appartient qu’à elle seule d’abattre celles qu’elle souhaite sur le tapis.
Le souffle me manque, mon coeur tambourine comme un fou dans ma poitrine, déchirée par la douleur de toute cette discussion qui part en vrille, qui finira certainement en un million de débris au sol.

- Tu mérites tellement d’être heureuse Emily.  

Mes mots se meurent sur ses lèvres, retenant ainsi un nouveau flot de larmes que je dissimule derrière ce geste simple mais tendre, chaud, qui lui est exclusivement réservé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2932
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: I'm not ready to give up - Emily   Ven 25 Aoû 2017 - 12:32

Il avait suffi de quelques minutes seulement pour que tout bascule. Pour que ce moment qui devait être celui d’un échange tendre et simple entre les deux jeunes femmes leur tordent les intestins. Emily n’arrivait pas encore à réaliser ce qu’elle avait entendu pourtant, il y avait une chose qu’elle avait très bien compris : rien ne serait plus pareil. Des sentiments variés étaient en train de naître en elle et ce qui était certain, c’était qu’il lui faudrait du temps pour y voir plus clair. Pour démêler tout ça et analyser clairement ce qu’elle ressentait. Pour autant, elle n’avait pas voulu s’échapper pour se plonger dans ses pensées. Non, son premier geste ça avait été de mettre quelques mots sur tout ça mais surtout, de venir prendre Kezabel dans ses bras. Elle la sentit répondre à son étreinte, elle sentit ses larmes aussi ce qui ne la poussa qu’à resserrer son emprise sur elle. Elle n’osait même pas imaginer tout ce qui avait pu passer par la tête de la jeune femme et elle avait des tonnes de questions à lui poser. Mais cela ne ferait que l’aider elle et non pas Keza. Alors elle resta silencieuse, se contentant de la serrer aussi fort qu’elle pouvait. Emily aurait pu rester des heures entières à la tenir ainsi dans ses bras. Les mots que la jeune femme lui adressa alors lui firent crisper les mains. Kezabel tenait à elle oui et plus elles avançaient, plus Ems comprenait que cette histoire avait sans doute un véritable avenir. Sans pour autant avoir envie de se prendre la tête, de mettre des mots sur les choses… Elle se rendait compte que ce qu’il y avait entre elles n’était pas qu’une petite histoire futile. Et c’était sans doute aussi pour ça, que la situation devenait si compliquée. Elle ne lui imposerait jamais rien ? Emily garda le silence, se réfugiant contre elle et espérant presque, ne pas avoir tout de suite à croiser son regard.

Mais bientôt, Kezabel se redressa et leurs regards se croisèrent. Emily était silencieuse mais il était certain que son visage et son regard étaient les premiers témoins du trouble qui l’agitait. Elle laissa son amie parler, la regarder sans réussir à calmer la tempête qui sévissait en elle. Bien sûr qu’Ems ne pourrait pas la regarder devenir maman sans jamais s’impliquer. Bien sûr qu’elle ne s’imaginait pas se retrouver dans une telle situation si vite et certainement pas avec la vie qu’elle menait ici… Peut-être que si elle avait été dans les rues d’Edimbourg ça aurait été différent. Mais là… Emily sentait cette main sur sa nuque. Elle ne bougeait pas, incapable de le faire en un sens alors que de minute en minute elle se rendait compte que la réalité était bien là et qu’il serait impossible de la fuir.

« Je ne dis pas que l’idée de devoir arrêter ce que l’on a commencé ne me briserais pas le cœur parce que c’est faux. Je n’ai ni l’envie de te voir partir, ni l’envie de te laisser faire mais jamais je ne t’y obligerais tout comme jamais je ne t’en voudrais de ce choix. »

Emily fronça les sourcils face à ces mots, incapables pourtant pour le moment de dire quoi que ce soit. Elle ne s’imaginait pas arrêter ce qu’il y avait entre elle et Kezabel, c’était la première chose qu’elle avait ressenti en entendant la jeune femme évoquer cela. Non, elle n’était pas prête. Ems se rendait compte qu’elle était déjà trop attachée pour lui dire au revoir comme ça, soudainement, en sachant en plus qu’aucune des deux ne souhaitaient cela. Ce n’était pas comme si Keza ne voulait plus d’elle… Ems sentit son cœur rater un battement lorsque Kezabel déclara qu’elle méritait simplement d’être heureuse et qu’elle vint l’embrasser. La jeune femme s’accrocha au bras qui tenait sa nuque, répondant au baiser avec une fougue venue peut-être d’une certaine forme de désespoir. Quand leurs lèvres finirent par se séparer, Ems recula et prit le temps de regarder la jeune femme avant de réussir à parler.

« Tu le mérites tout autant que moi… »

Kezabel était une belle personne. Celle qui maintient ses amis à bout de bras quoi qu’il arrive, qui ne laisse jamais personne dans le besoin, qui est toujours là… Emily l’admirait beaucoup et c’était aussi parce qu’elle était aussi douce et dévouée qu’elle avait ressentie l’envie d’être avec elle. Kezabel ne devait pas voir sa vie s’envoler, elle devait être heureuse. Ems ne pouvait s’empêcher de se demander ce qui la poussait à vouloir garder cet enfant car il semblait évident qu’elle n’avait pas envisagé de le laisser. Pour autant, elle n’osait pas poser la question tout de suite. Elle craignait ce que chacun de ses mots pouvait déclencher.

« Je veux pas qu’on s’arrête là… »

Pour le moment, c’était tout ce qu’Emily arrivait à comprendre du flot d’émotions qui était en train de l’envahir. Elle était à la fois effrayée et en colère. Perturbée, décontenancée, incrédule… Il était impossible pour elle d’y voir clair, de vraiment saisir les implications de ce que Kezabel venait de lui apprendre et donc, de prendre une véritable décision face à tout ça. Pourtant, elle ressentait juste cet appel au fond de ses entrailles. Cet appel qui lui disait qu’elle ne pouvait pas arrêter cette histoire comme ça avec Keza. Elle avait besoin de plus, elle avait besoin d’autre chose. Elle n’était pas prête à abandonner ce qui l’aidait de jour en jour à s’assumer, à renouer avec elle-même. Tremblant presque, la jeune femme posa son regard dans celui de Kezabel.

« Est-ce que tu veux bien nous laisser le temps de prendre les choses une par une, de voir comment tout évolue ? »

Emily avait mis du temps à cracher ces mots et elle était terrorisée en les disant. Kezabel n’avait sans doute pas envie de se faire des illusions en se disant que peut être, la cracmolle pourrait un jour finalement décider de prendre la fuite. Mais Ems n’arrivait pas à savoir ce qu’elle était prête ou non à assumer, ce qu’elle voulait. Elle avait besoin de temps et espérait juste que Keza serait en mesure de lui en donner un peu…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2259
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: I'm not ready to give up - Emily   Jeu 14 Sep 2017 - 12:50

Ses lèvres si délicieuses sur les miennes me font toujours cette même envolée de papillons, insufflant une douce chaleur au creux du ventre et quand bien même mon cœur semble lourd aujourd’hui, ça ne l’empêche en rien d’accélérer la cadence. Je profite de ce contact, comme si c’était l’une des dernières fois qu’il m’était donner de la douceur de ses lèvres.
Je n’ai pas envie de la laisser partir, ni de la voir faire. Tout ce que je veux c’est de continuer cette relation qui nous fait tant de bien à toutes les deux, trouvant notre épanouissement dans l’autre, à notre rythme. Mais je ne peux pas lui imposer la charge qui m’attend, ce changement de vie radicale. Pas comme ça, pas à nos âges où l’insouciance devrait être notre principale préoccupation.
La fougue qu’Emily manifeste me fait oublier l’espace de quelques secondes ce poids qui m’écrase le thorax, me laissant transporter par la chaleur qu’elle me procure, y répondant avec la même passion du désespoir. On s’égare, l’une contre l’autre, pour quelques secondes avant que nos lèvres se séparent.

- Tu le mérites tout autant que moi…

Je lui souris, presque tristement mais touchée par ses propres paroles. Nous avons raisons, toutes les deux. Nous méritons d’être heureuses et il aurait été bien plus agréable de pouvoir l’être ensemble parce que j’en ai l’intime conviction, nous pourrions l’être. En prenant notre temps comme nous le faisions jusqu’à aujourd’hui, à profiter simplement de la présence de l’autre, prenant les jours un par un, comme ils venaient sans se prendre la tête. Ça nous allait parfaitement. Emily est le genre de personne qui vous apaise, qui égaie votre journée, qui sait où est sa place tout en étant compréhensive si nous avons besoin d’un peu d’espace.

- Je veux pas qu’on s’arrête là…

Ses mots ont l’effet d’une lame chauffée à blanc entre les côtes. Mon estomac se crispe douloureusement alors que je serre les dents pour ne pas pleurer comme une enfant.

- Je ne le veux pas non plus.

Tellement pas.
Je m’en veux d’autant compliquer les choses, de la mettre à mal et de lui infliger ça mais encore une fois, je ne me voyais pas le lui cacher. Et de toute façon, viendra un moment où je ne pourrais plus le faire.
Et je dois admettre que j’ai du mal à y voir clair, à savoir comment nous allons nous dépêtrer de cette situation qui nous dépasse désormais toutes les deux. J’ai beau avoir l’air sûre de moi la plupart du temps, d’être confiante pour gérer les situations de crises, cette fois je ne sais tout simplement pas comment réagir, ni quoi dire de plus à part que je ne veux pas me séparer d’elle, que je veux pas la voir partir, la voir aux bras d’un ou d’une autre, que je ne veux pas rompre cette histoire aussi vite.
Alors comment gérer une situation où l’une et l’autre nous ne voulons pas nous séparer alors qu’elle semble être la seule issue possible au problème que j’expose ?
Un choix doit être fait et contrairement à ce que je pensais, je ne suis absolument pas prête à l’encaisser.
J’inspire profondément, gardant ma main dans le cou d’Emily, ne voulant me séparer de sa  peau sous aucun prétexte. Je croise son regard, le soutient.

- Est-ce que tu veux bien nous laisser le temps de prendre les choses une par une, de voir comment tout évolue ?

Et c’est bien là tout ce que je redoutais : L’attente.
La peur, l’angoisse me saisit à la gorge… Parce que je suis parfaitement consciente que plus nous attendrons, plus nous aurons du mal à en finir si jamais nous en arrivons là. Pourtant, ça me semble être la plus sage des décisions vu nos états à toutes les deux. Et je ne peux décemment pas infliger à Emily de prendre une décision dans l’immédiat, pas avec ce que je veux de lui dire et le choix qu’elle doit désormais faire.
Je suis partagé entre le soulagement et l’appréhension. Car si attendre signifie s’attacher plus, il veut également dire que nous pouvons profiter de quelques jours d’accalmie, afin de profiter l’une de l’autre, de vivres les jours qui suivront comme potentiellement les derniers.

- Je nous laisse le temps qu’il faudra, le temps dont tu auras besoin.

Mes mots ne sont qu’un murmure que j’articule d’une voix tremblante.
Je me dis que nous pourrons profiter de ces jours … mais est-ce que Emily sera seulement d’accord avec ça ? Peut-être qu’elle souhaite surtout prendre du recul, être seule quelques jours pour se recentrer, réfléchir à ce qu’elle veut pour la suite.

- Est-ce que tu préfères prendre du recul et que je te laisse quelques jours seule ? Pour que tu puisses réfléchir au mieux à tout ça ?


Pas que c’est ce que je souhaite et je pense le lui avoir fait suffisamment comprendre mais je comprendrais qu’elle veuille pouvoir avoir l’espace suffisant pour réfléchir, se poser les bonnes questions et y répondre. Je ne l’obligerai à rien et ça aussi, elle le sait. Tout du moins, j’espère le lui avoir fait suffisamment comprendre.
Ma main glisse le long de son cou pour retrouver sa main que je serre doucement entre mes doigts, baissant un instant le regard.
Comment est-ce qu’une chose aussi simple peut se retrouver aujourd’hui d’une complexité qui nous dépasse ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2932
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: I'm not ready to give up - Emily   Dim 17 Sep 2017 - 18:49

Pourquoi ? Cette question allait très certainement tourner en boucle dans l’esprit d’Emily pendant des jours. Il était clair que Kezabel et elle voulaient la même chose. Etre ensemble, ne pas se poser trop de questions, profiter de ce qu’elles s’apportaient l’une l’autre et vivre simplement. Elles voulaient la même chose, chaque mot ne faisait qu’en apporter une nouvelle preuve et pourtant, tout semblait soudainement être en équilibre précaire. Pourquoi ? Emily avait fait des erreurs, elle acceptait d’avoir des retours de karma pour ça. Ce qu’elle avait fait à Ricardo par exemple n’était clairement pas exemplaire, elle avait été horrible avec lui et même si elle s’était excusée, elle devait admettre que sur ce coup, elle s’était trompée. Mais était-ce pour cela que ça ne devait pas marcher avec Kezabel ? Etait-ce pour cela que leur situation devait soudainement se compliquer ? Ems aurait presque pu croire qu’elle était condamnée à ne pas avoir droit à une relation amoureuse simple. Elle avait accepté d’y retourner, elle se croyait forte maintenant qu’elle avait fait son deuil et cette nouvelle épreuve… Elle ne pouvait pas non plus se plaindre. Kezabel allait bien, elle aussi. Il ne se passait rien de grave et c’était surtout pour la jolie blonde que la situation était complexe. Elle se retrouvait soudainement à passer du rôle de jeune femme à future mère… Pour autant, Emily n’arrivait pas à y voir clair et dans son esprit, c’était un amas de questions. Ce qui dominait pourtant, c’était ce sentiment d’injustice. Elles étaient bien ensemble, elles étaient heureuses et regardaient jusque-là dans la même direction. Alors, pourquoi ?

Emily était une jeune femme courageuse qui, malgré ses faiblesses, avait su à de nombreuses reprises affronter ses peurs. Pourtant, cette fois-là, elle choisit presque la facilité, demandant un délai pour réfléchir. C’était égoïste elle le savait. Kezabel devait avoir besoin d’être fixée, elle devait avoir besoin de savoir à quoi s’attendre. Pourtant, Ems était incapable de prendre une décision tout de suite et si elle n’était pas sûre de réussir avec le temps à y voir réellement clair, elle voulait au moins essayer de retarder un peu l’échéance. Alors en demandant cela, elle eut un peu honte mais elle le fit tout de même. La réponse de Kezabel ne fut qu’un murmure et Emily sentit son cœur se serrer.

« Merci… »

Un baiser sur la joue de Keza. Emily aurait aimé avoir la force de lui dire qu’elle resterait avec elle quoi qu’il arrive. Qu’elle serait là pour l’aider, pour veiller sur elle et surtout, pour l’aimer parce qu’elle sentait bien que c’était ce sentiment qui s’était peu à peu installé en elle. Pourtant, les mots ne parvenaient pas à sortir. Son esprit était embrumé et elle ne savait pas quel chemin elle serait capable de prendre. Regarder ces yeux perdus. Comprendre qu’il était impossible de revenir en arrière et qu’il allait falloir accepter d’avancer. Cette main qui vient se glisser dans la sienne… Ems la serre doucement.

« Non surtout pas. Ne t’éloigne pas… »

Emily était au moins sûre de ça. Elle voulait profiter de chaque instant avec Kezabel. Elle ne voulait pas la voir s’éloigner pour la laisser réfléchir, ça n’aiderait pas. Elle avait besoin qu’elle reste auprès d’elle pour se sentir bien, se sentir vivante… Emily sentit alors une immense fatigue s’abattre sur ses épaules, sans qu’elle ne comprenne réellement pourquoi. Le visage de Cameron s’imposa aussi dans son esprit. Elle allait avoir besoin de lui parler, c’était certain. Il était son frère et elle aurait besoin de son avis, de ses conseils. Pour autant, c’était la grossesse de Keza et elle n’avait peut-être pas envie que tout le Château apprenne la nouvelle autrement que par elle-même. Quand bien même ça finirait par se savoir…

« Je… J’imagine que tu ne veux pas en parler à tout le monde mais… Je crois que je vais avoir besoin d’en discuter avec Cameron. Si tu ne veux pas qu’il sache, je tiendrai ma langue mais… »

Mais j’en ai besoin. Emily avait besoin de son grand-frère. Elle se tairait pour Kezabel, si vraiment elle le lui demandait mais ce serait particulièrement difficile. En disant cela, elle espérait presque avoir sa bénédiction. C’était un peu tordu quelque part… Ems poussa alors un long soupir. Elle avait l’impression d’être dans un brouillard épais. Elle n’arrivait pas à se concentrer, elle avait juste besoin de tout lâcher. Elle fouilla dans ses poches et sortit alors son paquet de cigarettes. Elle sortit une clope et la glissa entre ses lèvres mais avant de l’allumer elle s’arrêta. Et là, sans prévenir, elle se mit à rire.

« Pardon… C’est crétin, je crois que c’est les nerfs. »

En reprenant son calme, Emily s’était excusée auprès de Kezabel et était même venu déposer un baiser sur ses lèvres. Elle s’était ensuite levée et éloignée de quelques pas de la jeune femme avant d’allumer sa cigarette. Non elle ne fumerait clairement pas à la tête d’une femme enceinte. Déjà qu’elle faisait attention à ne pas trop emmerder ses proches avec ça, là clairement, c’était plus qu’une question de principe. La bouffée de nicotine lui fit le plus grand bien et Emily avala quelques bouffées en silence, le regard perdu vers le ciel et la fumée qui faisait des volutes. Elle revint ensuite vers Kezabel.

« Aujourd’hui, j’ai volé ! »

Et un sourire se dessina doucement sur les lèvres d’Emily. Elle n’avait clairement pas oublié ce que venait de lui dire Kezabel et cette conversation allait occuper longuement son esprit. Mais elle restait elle-même et gardait cette capacité à changer d’humeur en un clin d’œil. Elle était incapable de réfléchir normalement à ce que Keza venait de lui dire alors elle voulait passer temporairement à autre chose. La jolie blonde ne le voudrait peut-être pas, ce qu’Ems comprendrait. Elle espérait juste qu’elle ne prenne pas mal son changement soudain. C’était plus une manière de se défendre qu’autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2259
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: I'm not ready to give up - Emily   Mer 4 Oct 2017 - 23:22

- Merci…

Je secoue la tête jusqu’à recevoir ce baiser sur ma joue.
J’ai le moral dans les chaussettes, l’envie de pleurer, de me rouler en boule sous ma couette comme lorsque j’avais dix ans et même se baiser peine à rehausser le peu de chaleur que je conserve. Pour la simple et bonne raison qu’à la seconde où j’en profites, je me rappelle qu’éventuellement, je n’en ressentirais plus la saveur.

- Non surtout pas. Ne t’éloigne pas…

Un profond soulagement. C’est tout ce que j’espérais même si, à l’inverse, j’aurai douloureusement respecté son choix. J’imagine sans peine dans quelle situation je suis entrain de la mettre et encore une fois, je me sens terriblement coupable de lui infliger une telle pression même si, en soi, elle ne sera responsable de rien, que cet enfant, elle n’en aura pas la charge. Mais je comprends parfaitement sa manière de voir les choses, de raisonner. Et je ne pouvais pas ne rien lui dire. Pas à elle. Pas alors que mes sentiments pour elle se précise un peu plus chaque jour et qu’en cette seconde, ils prennent une nouvelle ampleur à l’idée de la voir m’échapper.
J’ai tellement besoin de toi, Emily. Besoin et envie que tu restes là, avec moi.

Je serre un peu plus fort sa main dans la mienne, me mordant l’intérieur de la joue pour ne pas pleurer de nouveau, bien trop sensible en cette seconde. Ca me fait émotionnellement beaucoup de chose à encaisser et je me dis que finalement, je n’étais peut-être pas prête à prendre tout ça en charge sur mes épaules.

- Je… J’imagine que tu ne veux pas en parler à tout le monde mais… Je crois que je vais avoir besoin d’en discuter avec Cameron. Si tu ne veux pas qu’il sache, je tiendrai ma langue mais

- Non non, tu peux lui en parler. Et même si effectivement je ne veux pas que ça se sache, je lui fais entièrement confiance. Tout comme à toi.

Je sais que ça ne lui viendrait pas à l’idée de raconter ce que je viens de lui avouer à qui que ce soit et si Emily a besoin d’en parler et de se confier à quelqu’un, jamais je ne l’y empêcherais. Encore moins avec Cameron. Je sais à quel point ils peuvent être proche tous les deux et je crois que dans la situation inverse, j’aurai eu le besoin urgent d’aller voir Riley pour lui en toucher deux mots, pour qu’elle m’aide à y voir plus clair sur ma prise de décision à venir.

Je reste assise sur le sol, incapable de me lever, jambes trop cotonneuses et l’observe se sortir une cigarette qu’elle glisse entre ses lèvres… Avant d’éclater de rire.

- Pardon… C’est crétin, je crois que c’est les nerfs.

Je secoue la tête, balayant ses excuses d’un geste de la main.

- Si ça peut te rassurer, la réaction de Riley a été de tomber dans les pommes.

Après coup et c’est ça qui a été le plus surprenant. De prendre le temps de me rassurer, que nous en discutions toutes les deux où Riley a fait preuve d’un sang-froid et d’un contrôle absolue. Jusqu’à ce que je reprenne pieds où elle a vu là, le moment parfait pour lâcher prise. Et me tomber dans les bras aussi sec.
Et quand j’y repense, j’esquisse un sourire. La scène était … à la fois comique et surréaliste. Je crois qu’elle nous restera encore un très long moment à l’esprit.

Le silence revient, Emily a distance que j’ai déjà envie de toucher, retrouver mais je me tiens tranquille de mon côté, toujours assise, assise en tailleur. Mes doigts triturent l’herbe, observant les alentours sans vraiment regarder ce qu’il s’y passe, bien plus concentrée sur la suite qu’autre chose. A envisager les possibilités d’une séparation alors que tout se passait bien, préférant presque ne pas oser imaginer qu’elle puisse accepter la situation, de peur d’en souffrir deux fois plus. L’angoisse me serre la gorge et c’est Emily et sa bonne humeur qui la balaie en quelques mots et en un sourire ce sentiment oppressant.

- Aujourd’hui, j’ai volé !

Je sursaute presque face à sa réaction, étonnée … avant de sourire à mon tour.

- Ah oui ? T’as volé quoi à qui Miss Cleptomane ?

Je ne laisse pas durer le suspense plus d’une seconde avant de rire, en légèreté. Il est claire que je ne suis absolument pas sérieuse et que jamais je ne me permettrais d’insinuer ce genre de chose. D’autant que je sais à quel point certaines personnes peuvent être d’un jugement facile et que Emily a déjà dû en faire les frais ne serait-ce qu’avec sa façon de s’habiller.
Toujours les perpétuels clichés, les perpétuelles étiquettes.

- Plus sérieusement, je ne savais pas que tu étais une adepte des airs. Bras posés sur les genoux. C’était ta première fois ? Tu as fait ça avec qui ?

Ca n’était pas plus mal d’embrayer sur un autre sujet, de parler d’autre chose que ce qui nous faisait respectivement souffrir toutes les deux. Et quand bien même l’attente d’une réponse pourrait me mettre une certaine pression, je crois que j’ai aussi besoin d’aborder d’autres sujet que cette grossesse inattendue.
J’attends patiemment qu’Emily finisse de fumer sa cigarette avant de lui faire signe de me rejoindre. Arrivée à ma hauteur, je dépose un baiser sur ses lèvres, entre passion et tendresse avant de l’inviter à s’allonger, tête sur mes cuisses. Mes doigts glissent dans ses cheveux fins et noirs corbeaux, profitant de ce moment d’accalmie.

- Est-ce que ça te dirait que l’on passe un weekend, juste… toutes les deux ?

J’hésite, je l’avoue, peut-être parce que c’est trop tôt pour elle mais vu les circonstances, je crois que je n’ai plus tellement envie de me prendre plus la tête que ça, de chercher plus loin et d’hésiter au risque d’éprouver des regrets ; Puisque notre relation risque peut-être d’apercevoir sa fin, autant en profiter. Jusqu’au bout.
Je me mords la lèvre inférieure avant de glisser mon regard vers Emily.

- Peut-être à la mer, dans le sud de la France ? On passait beaucoup de vacances là-bas avec mon frère et mes parents. Ou même ailleurs, l’Espagne par exemple.

Pays que je connais bien moins mais que je ne vais pas tarder à explorer avec Riley pour notre tour du monde que je ferais, enceinte ou non.
Toujours concentrée sur Emily, j’esquisse un sourire tranquille.

- Comme tu veux, tu n’es pas obligée d’accepter mais j’aimerais partager un peu de temps avec toi hors de l’école, dans un autre contexte. Sans pression et sans question.

Juste… nous. Pour profiter même si ça ne dure que 72 heures d’évasion dans un état d’esprit complètement différent. Je connais Emily depuis maintenant plusieurs mois et avant qu’elle ne devienne amante, elle était l’une de mes plus proches amies alors il me parait presque naturelle de lui proposer l’idée d’un weekend hors du temps.
Peut-être parce que mes sentiments sont plus proche d’un amour sincère que de la pure affection…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2932
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: I'm not ready to give up - Emily   Sam 7 Oct 2017 - 11:37

Le fait que Kezabel déclare avoir confiance en Cameron enleva un poids de la poitrine d’Emily. Elle ne voulait pas la trahir mais elle savait qu’elle aurait besoin de son frère. Il était son roc depuis qu’elle était arrivée ici. Il était celui qui faisait qu’elle était encore en vie, qu’elle n’avait jamais lâché prise, qu’elle avait repris goût à la vie. Elle l’aimait d’une manière qu’elle ne pourrait jamais expliquer. Elle avait besoin de lui à chaque étape de sa vie, et ça, elle ne pouvait envisager de ne pas lui en parler. Et le fait que Keza le comprenne, ne faisait qu’accentuer l’affection qu’elle avait pour elle. Elle savait toujours la comprendre, elle avait toujours su l’écouter, faire attention à ses envies et ses névroses. Comment pouvait-elle décemment abandonner ça ?

Se réfugiant dans la nicotine, Emily n’avait pas prévu de se mettre soudainement à rire. Mais elle n’avait pas pu s’en empêcher. Sauf qu’encore une fois, Kezabel fut compréhensive. Elle ne se braqua, elle ne se sentit pas offensée. Au contraire, elle s’en amusa avant de lui dire que Riley était-elle tombée dans les pommes. Ems rit alors de plus belle. Elle imaginait très bien la scène et pouvait comprendre le choc que ça avait fait aussi à Riley. Est-ce qu’elle était offensée que la verte l’ait su avant elle ? Non. Elle aurait sans doute annoncé une telle nouvelle à Cameron avant n’importe qui d’autre. Alors non, elle ne fit même pas attention à ce détail-là. Elle se reconcentra finalement sur sa cigarette. Un moment de silence, un moment de calme. L’absence de paroles ne l’avait jamais dérangé avec Kezabel, parce qu’entre elles, les choses avaient toujours été simples. Alors la cracmolle laissa simplement le silence l’imprégner, des images se mélanger dans sa tête. Elle en avait besoin aussi, malgré les apparences, de ces moments de respiration. Même si elle paraissait toujours survoltée, Emily comme tout le monde devait parfois se plonger seule dans ses pensées. Sauf que bien sûr, ça ne pouvait jamais durer très longtemps. Alors aussi soudainement qu’elle s’était plongée dans le silence, Ems lâcha qu’elle avait volé. Kezabel saisit l’occasion de se moquer gentiment d’elle en lui demandant ce qu’elle avait subtilisé et à qui. Ems lui tira alors la langue avant de rire avec elle.

« Quand j’ai appris que je n’irai pas à Poudlard comme le reste de ma famille, je pensais toujours au fait que je ne pourrai pas voler sur un balai… »

Ce rêve, elle le traînait depuis des années. Il avait d’abord été synonyme de souffrance et puis, un jour, c’était devenu le symbole d’une sorte de combat. De sa rage de vivre et de crier haut et fort qu’elle avait le droit comme tout le monde d’exister et de faire partie de ce monde.

« Mais aujourd’hui c’est fait ! C’est Riley qui m’a fait monter sur son balai et m’a fait voler. C’était génial, je lui en serai toujours reconnaissante. »

Oui. Parce qu’elle avait filé une énergie incroyable à Emily. Et si avec la nouvelle qu’elle venait d’apprendre, tout était soudainement retombé, elle sentait que c’était encore en elle. Que ce souvenir, les sensations qu’elle avait ressenties, elle les garderait toujours dans un coin de sa tête. Ems écrasa alors sa cigarette et la rangea dans son cendrier portable. Elle se rapprocha alors de Kezabel et leurs lèvres se rencontrèrent une fois de plus, comme si de rien n’était. La cracmolle s’allongea alors sur le sol, sa tête sur les jambes de Kezabel. Elle ferma les yeux en sentant ses doigts dans ses cheveux. C’était ça qu’elle voulait. Ce genre de moments simples et tendres. Elle en voulait encore et encore et ne pouvait concevoir que ça s’arrête brutalement. Ems sentait des pensées plus sombres toquer aux frontières de son esprit mais elle les refoulait. Elle n’en voulait pas. Pas maintenant. Elle voulait profiter de ce sentiment de plénitude qui était en train de l’envahir et surtout, ne penser à rien d’autre. Absolument rien.

« Est-ce que ça te dirait que l’on passe un weekend, juste… toutes les deux ? »

Les yeux d’Emily s’étaient rouverts soudainement pour croiser le regard de Kezabel. Son cœur avait raté un battement. Elle avait bien entendu ? Apparemment oui puisque la jeune femme enchaîna en lui parlant de la France et de l’Espagne. Le regard de la cracmolle brillait. Au moment où elle avait entendu la proposition de la jeune femme, de nombreuses images s’étaient imposées dans sa tête. Un sentiment de joie intense aussi. Elle n’avait aucun mal à se projeter dans cette idée, bien au contraire. Et ce qu’il en ressortait, c’était du bonheur tout simplement. Alors oui, cette idée lui plaisait terriblement… Mais sans doute s’était-elle absentée un peu trop longtemps dans son esprit puisque Kezabel s’empressa d’ajouter qu’elle n’était pas obligée d’accepter.

« Ah non mais non ! Bien sûr que je veux ! »

Un grand sourire se dessina alors sur les lèvres d’Emily qui se redressa. Son visage à hauteur de celui de Kezabel, elle prit quelques secondes pour la regarder dans les yeux. Un air tranquille se trouvait sur son visage comme si elle avait complètement oublié ce qui s’était dit plus tôt. Bien sûr ce n’était pas le cas mais son lunatisme avait frappé une fois de plus. Elle venait de compartimenter peut-être de refuser aussi des pensées trop douloureuses. Mais ce qui était sûr, c’était que ce qu’elle venait de lui proposer lui filait la pêche.

« Je ne connais ni la France ni l’Espagne alors… Je suis prête à suivre le guide. »

Emily avait parlé à voix basse. Elle approcha alors son visage de celui de Kezabel et vint l’embrasser avec douceur et tendresse. Elle sentit un frisson la parcourir. Ce baiser ne faisait que lui rappeler pourquoi elle se sentait si bien avec elle. Pourquoi elle ne voulait surtout pas tirer un trait sur une histoire qui la faisait se sentir de mieux en mieux, de jour en jour. Ems avait l’impression d’avancer vers plus de sérénité et de bonheur aux côtés de Kezabel. En aucun cas, elle ne pouvait abandonner cela sans se sentir déchirée.

« On part quand tu veux… »

Entre deux souffles, entre deux baisers, Emily avait articulé ces quelques mots.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2259
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: I'm not ready to give up - Emily   Dim 15 Oct 2017 - 16:56

Je l’écoute me parler de son expérience de vol et ne peux m’empêcher de sourire en apprenant que la personne qui s’était dévouée pour réaliser ce rêve d’enfant n’est autre que ma meilleure amie. Je ne suis même pas surprise que Riley lui ait proposée cette opportunité et la perspective que ma meilleure amie et Emily aient passer du temps ensemble et qu’en plus de ça, elles semblent parfaitement bien s’entendre.
Qu’aurais-je pu rêver de mieux ? Tout est fait pour que tout se passe dans le meilleur des mondes, sans problèmes, sans freins. Alors… pourquoi nous infliger à tous, à moi, un nouvel obstacle ? Est-ce que je suis seulement prête à dire au revoir à toute cette bulle de bonheur qui germe enfin autour de moi ?
L’espace d’une seconde, le doute s’insinue, brutale. La confusion suit de près. De trop près. Mon cœur s’emballe, mon estomac se tord. J’aimerai stopper le temps, l’espace d’une journée et ne plus penser à rien d’autre qu’à celle qui me ramène à la réalité de ces grands yeux surprit.
Oui je suis bien entrain de te proposer un long weekend, juste toi et moi. Après est-ce qu’elle acceptera, je n’en sais rien, encore moins maintenant avec ce qu’elle sait. Si Emily refusait, je ne pourrais que comprendre même si une part de moi en serait affecté.

Et son silence me laisse en suspens malgré son regard brillant…

- Ah non mais non ! Bien sûr que je veux !

Une vague de soulagement se diffuse et je ne peux m’empêcher de soupirer dans un rire plutôt représentatif. Le plus impressionnant est peut-être le fait que je nous imagine sans la moindre difficulté sur une plage ou n’importe où ailleurs tant que nous sommes toutes les deux, loin de tous les problèmes que nous avons pu cumulés ici.
Raison de plus pour cette remise en question survenue de nulle part. Je songe à ces deux mois de vacances et à tous ces projets qui se profilent…

Emily se redresse et je lui fais face dans un silence complice, la contemplant autant qu’elle le fait. Je ne saurais pas dire ce qu’il se passe en cette seconde mais quelque chose se tisse, quelque chose de palpable qui emballe mon rythme cardiaque, une intimité silencieuse.

- Je ne connais ni la France ni l’Espagne alors… Je suis prête à suivre le guide.

Elle me captive suffisamment pour que je n’ai rien à répondre, rien à dire. Emily prononce ces quelques mots à voix basse, renforçant cette intimité qui se créer autour de nous pour nous envelopper d’une bulle, nous éloignant de tout problème. J’accueille son baiser dans un soupir silencieux de soulagement, un baiser tendre et doux, qui me provoque des bulles de bonheur au creux de l’estomac et un long frisson de bien-être le long des bras. Je me perds dans la seconde dans cet échange, ne pense plus à rien qu’à Emily et ces baisers qu’elle m’offre, presque différent de ce que nous avons vécu jusqu’ici.

- On part quand tu veux…

Des mots murmurés entre deux baisers que j’accueille et dont je ne peux plus me détacher. Je me laisse aller, une de mes mains glissant sur son épaule, puis le creux de son cou dont j’effleure tendrement cette peau dont je raffole. Je ne me lasserais jamais de ce genre d’échange avec elle, apprenant à apprivoiser ce qu’elle, ce qu’elle me provoque et ce qu’elle souhaite.
Le baiser s’intensifie légèrement, me rendant un peu plus déboussolée que je ne le suis déjà.

- Ne dis pas ça. Si tout ne tenait qu’à moi nous partirions tout de suite.

Je capture de nouveau ses lèvres ou peut-être est-ce elle qui le fait, j’en sais rien et je m’en fou, préférant me perdre dans cette spirale de bonheur simple et profonde, ces simples gestes qui me donnent la sensation que rien ne pourrait être plus facile à partir d’aujourd’hui.
Emily me fait tout simplement sentir bien, en paix et apaisée. Alors pourquoi devrais-je tout gâcher, sincèrement ? L’idée ne m’effleure pas, pas pour l’instant, bien trop confortable dans cette bulle de bonheur qu’elle a fait naitre autour de nous.

- Et je crois que je me fous de savoir où si tu me suis.

Je crois ? Non, j’en suis sûre. Et l’espace d’une seconde je me dis que si Riley m’écoutait, cette biatch serait entrain de se foutre de moi. Mais pour l’instant, ça n’est pas ce qui compte. J’ai le souffle qui s’écourte et le cœur qui bat à mille à l’heure.

- De toute façon, tu me rends folle alors difficile de te refuser quoi que ce soit.

Ces mots m’échappent dans un murmure que seule Emily peut entendre alors que j’effleure ses lèvres, sentant son souffle sur ma peau. Une main sur sa joue, l’autre contre son épaule, je pose mon front contre le sien le temps de reprendre une respiration correcte, cherchant de nouveau tendrement ses lèvres pour un baiser qui, à défaut de nous emmener dans un pays étranger, me permet de m’évader de l’instant présent où chaque problème s'évapore.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I'm not ready to give up - Emily   

Revenir en haut Aller en bas
 
I'm not ready to give up - Emily
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aristide Says He Is Ready to Return to Haiti, Too
» Combat #1: Emily vs Kim
» I'LL GIVE YOU ANYYYYYYYYYTHING, I'LL GIVE YOU ANY RING.
» Get up and never give up... [PV Raphaël]
» Si tu m'touches, j'te bouffe. (Emily) - terminé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Outside :: Le Parc de l'Ecole. :: ─ Le lac.-
Sauter vers: