AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I need somebody's help [PV Mateo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 827
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Keith / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: I need somebody's help [PV Mateo]   Lun 24 Juil 2017 - 12:16

~Samedi 27 juin – Dans l’après-midi~

Les examens étaient enfin terminés et Ethan devait bien avouer qu’il n’était pas mécontent que ce soit le cas. Les vacances allaient arriver et avec elles, peut être, la possibilité de sortir d’ici. Le jeune homme ne cessait de tourner cette possibilité dans sa tête. Si c’était bien le cas, qu’allait-il faire ? Aller chez lui ? Avec ses parents les relations étaient toujours tendues et pourtant, il sentait qu’ils lui manquaient. Ethan avait grandi ces derniers mois et il se rendait bien compte qu’il ne pourrait continuer ainsi éternellement. Il était toujours en colère contre son père, parce qu’il n’était plus l’homme parfait qu’il avait toujours vu. Mais il allait devoir faire avec et peut être, accepter enfin de lui parler. Est-ce qu’il devait aussi proposer à Rafael de passer chez eux, pour rencontrer son père et surtout, mettre au clair toute cette histoire ? C’était une possibilité qu’il envisageait et qui avait pris de plus en plus de place dans son esprit. Après tout, il fallait bien que ça arrive un jour ou l’autre. Ça lui foutait la trouille mais quelque chose en lui lui disait que c’était la meilleure chose à faire et que tout ça avait duré depuis bien trop longtemps. Seulement voilà, Ethan savait très bien que sans un coup de pouce, il n’arriverait jamais à prendre sa décision, il n’arriverait jamais à se lancer complètement. Il avait besoin qu’on l’aiguille, qu’on le pousse. Une seule personne était capable de faire et c’était elle qu’il était parti chercher.

Charleen avait déjeuné avec Riley et sa sœur et Ethan n’avait pas voulu s’imposer, de toute façon, il ne se voyait pas raconter tout ça devant les deux autres. Il avait donc mangé avec ses camarades de maison et s’était dit qu’il irait la retrouver plus tard. Après le déjeuner, il était donc passé dans sa salle commune, juste histoire de prendre un bouquin qu’il irait sans doute feuilleter dehors après avoir parlé avec Charleen mais aussi du parchemin, pour écrire potentiellement à ses parents. Il était ensuite descendu de sa tour pour se rendre tout en bas, dans la salle commune des Poufsouffle. Il n’eut même pas besoin d’aller jusque là. Il était arrivé dans le Hall quand il aperçu la silhouette de la jeune femme. Elle semblait se diriger vers le parc. Ethan accéléré alors le pas avec l’idée de la rattraper. Seulement, quelqu’un fut plus rapide que lui. Il n’eut rien le temps de comprendre. Ethan s’arrêta net, ouvrit grand les yeux et resta un long moment interdit, incapable de bouger. Il ne reprit ses esprits que lorsque quelqu’un le bouscula en lui disant de faire attention et de ne pas bloquer le passage ainsi. Ethan balbutia quelque chose de complètement incompréhensible avant de s’adosser contre le mur du couloir et de chercher à mettre de l’ordre dans son esprit.

Elijah avait débarqué de nulle part et embrassé Charleen. Naturellement, comme si de rien n’était. Et elles étaient parties dans la même direction. Charleen avait souri comme elle le faisait rarement. C’était pour ça qu’il sentait un truc différent ces derniers temps, c’est pour ça sans doute, qu’elle lui avait fait comprendre qu’il était trop tard. Le cœur du garçon se serra. Il avait accepté l’idée qu’elle le repousse mais qu’elle soit avec quelqu’un d’autre, c’était autre chose. Pourquoi est-ce qu’il avait attendu ? Pourquoi avait-il fallut qu’il ait si peur ?

Ethan, livide, se tenait désormais devant le portrait qui cachait l’entrée de la Salle commune des Gryffondors. Il ne connaissait pas le mot de passe et restait complètement sourd aux protestations de la grosse dame. Il était venu ici machinalement, sans trop comprendre ce qui le poussait à agir ainsi. Pourtant, il savait très bien ce qu’il avait l’intention de faire. Alors il attendit que quelqu’un se décide enfin à sortir de là et il se faufila à l’intérieur. Il n’y avait pas beaucoup de monde, la plupart des gens étaient dehors, en train de profiter du beau temps. Ethan n’était pas sûr de le trouver ici mais il fallait qu’il essaye. Et finalement, après une petite attente, il le vit arriver. Mateo. Ethan s’approcha et s’arrêta net juste en face de lui.

« Entraîne-moi. C’est plus possible, il faut que tu m’aides. »

Pas de bonjour, pas d’introduction, rien. Ethan s’était juste pointé devant lui et lui avait sorti cela comme une supplique. Lui-même n’aurait su expliquer son geste. Pourtant, après avoir vu Charleen embrasser Elijah c’était le premier truc qui lui était venu en tête. Il était trop faible. Il avait été faible avec elle. Lorsqu’ils avaient été attaqués, il n’avait jamais su la défendre, normal qu’elle ne veuille pas de lui. Il ne pouvait pas rester comme ça, il devait changer. Est-ce qu’il pensait que cela lui donnerait une seconde chance auprès de Charleen ? Difficile à dire. Mais en tout cas, il était persuadé que c’était un signe. Que toute cette situation était là pour lui dire qu’il ne pouvait plus rester ce gamin fragile et renfermé, incapable de défendre qui que ce soit, incapable de garder la tête haute. Il fallait que les choses changent et Mateo était sans doute celui qui pouvait l’aider. Il ne le connaissait au final que très peu mais il n’avait pas oublié leur échange. Et il était trop désespéré, trop perdu pour justifier clairement ses actions. Il agissait par instinct et de toute façon, il n’avait pas encore le cœur à réfléchir posément à ce qu’il avait vu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1008
Date d'inscription : 20/02/2014
Crédits : AILAHOZ
Double Compte : Kezabel, Charleen, William, Ora, Dimitri, James, Leiv & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2616-mateo-e-vargas-o-forget-your-r
MessageSujet: Re: I need somebody's help [PV Mateo]   Mar 8 Aoû 2017 - 13:10

► I need somebody's help◄
Ethan & Mateo


Samedi 27 Juin –Dans l’après-midi

Examen terminé = gueule de bois.
Légère, mais quand même.
Ce qui ne devait être qu’une petite soirée en attendant celle qui célèbrera réellement la fin de cette torture psychologique et le début des vacances s’est métamorphosé en concours à la con avec Maxime et Macy. Pas de William à l’horizon mais j’imagine sans peine où est-ce que cette baraque à frite était entrain de faire sa propre fête…
Allongé dans l’herbe, je profite de cette véritable délivrance, prenant tout juste conscience que l’année scolaire est terminée, que nous allons certainement avoir le droit à une petite intervention du dirlo pour nous annoncer que les vacances ne vont pas tarder à débuter et rien que la perspective de cette idée me fait sourire comme un demeuré. Vient avec ça tout ce dont j’ai parlé avec Riley, tout ce dont on a prévu, avec Maxime aussi et tout la clique, sans compter les terres Australiennes que je refoulerais pour rendre visite à Enzo.
Je pense également à mes parents que j’ai hâte de revoir même si j’en parles peu. Les choses ont changé depuis que je suis revenu les voir, m’excuser, m’expliquer et je n’aurai jamais pensé être aussi heureux de retrouver le cocon familial.

Je termine tranquillement ma clope avant de l’écraser dans mon cendrier portatif et de prendre le large vers le château, tout en remettant mon tee-shirt sur le dos après avoir profitez de ces rayons du soleil pour reprendre quelques couleurs perdues ici, dans ce pays à l’hiver assassin !
Direction le Hall puis les escaliers où je croise une gueule fatiguée, presque amorphe. Une tronche que je connais maintenant par cœur. Je m’approche d’Enzo, sourire aux lèvres et chantonne près de lui :

- Si toi aussi t'as forniqué toute la nuit tape dans tes mains !

J’ai toujours su faire preuve d’une grande classe.

- Ta gueule Vargas…
- Bah alors, on est chonchon ? T’as pas encore eu le droit à ton quatre he… Mierda !

Pas le temps de finir ma phrase que cet enfoiré me saute sur la tronche pour me faire un savon corsé sur le crâne alors que je tente de me débattre comme un beau diable de sa poigne lycanthrope. Bon, faut avouer qu’il est plutôt du genre baraque, bien plus épais que moi à la base mais nous ne pouvons pas nier qu’il a forcément un avantage sur moi. Enfoiré.
On chahute et se chamaille comme si on avait dix ans, dans les couloirs, faisant chier les plus prudes du genre, Aiyana qui marmonne quelque chose du genre « bande de gamins » et si je n’étais pas si occupé à essayer d’avoir le dessus sur ce bloc Australien, je me serais peut-être chargé de la suivre pour aller la faire chier un peu. Enzo m’a touché deux mots de leur échange qui s’est terminé en un merdier vu ce qu’elle lui a balancée à la gueule et rien que pour ça, je pense que je me ferais une joie de lui titiller un peu sa patience…

Enzo fini par admettre que je suis bien plus balèze que lui – tout le monde aura compris que c’est totalement faux – et je lève mon doigt bien haut pour ce petit con qui se tire avec un sourire satisfait sur les lèvres.
A charge de revanche.
Mains dans les poches, je prends la direction de ma salle commune. A peine arrivé à destination, j’entends la grosse dame grogner je ne sais quoi contre une silhouette que je commence tout juste à distinguer… et qui rapplique aussitôt vers moi.

- Entraîne-moi. C’est plus possible, il faut que tu m’aides.
- Wowowow. Il t’arrive quoi le moustique.

Mains dans les poches, toujours cet air nonchalant et passablement agaçant sur la gueule, je le toise, sourcils arqués.
Je me souviens parfaitement de ce visage juvénile mais aussi des souvenirs qui s’y rattachent. De cette baston à trois contre un à laquelle il a eu le droit par des branleurs qui pensent être tout puissant à s’attaquer à plus faible que soi. Je me souviens aussi qu’il a mis un temps fou à réagir et que même après s’être défendu, il a trouvé le moyen de me dire qu’ils finissent toujours par se lasser donc en gros, autant se laisser taper sur la gueule…
Ouais, bref, j’me souviens très bien d’Ethan. Ethan qui semble se réveiller des années plus tard.

- Je sais qu’on dit toujours mieux vaut tard que jamais mais je t’avoue que je ne m’attendais pas à ce que tu mettes presque quatre mois pour rappliquer.

J’ai essayé de lui sonner les cloches, de lui gueuler dessus, de le foutre face à une réalité qui semblait le dépasser, j’ai le souvenir qu’il s’était légèrement éveillé … mais visiblement pour mieux s’éteindre derrière. Je ne sais pas comment il a évolué depuis, j’le connais pas si bien que ça mais à le regarder comme ça, il semble avoir pris de la hargne.
Et mon petit doigt me dit que j’en connais peut-être la raison…

- Bon, raconte, qu’est-ce qu’il t’arrive ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 827
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Keith / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: I need somebody's help [PV Mateo]   Mer 9 Aoû 2017 - 17:47

Le moustique ? Ce n’était pas vraiment le surnom le plus sympathique qu’on lui ait donné et en temps normal, cela aurait suffi pour le vexer comme un pou et le faire partir. Mais pas cette fois. Ethan était trop perturbé, trop secoué pour se soucier de ça. Il n’était plus à ça prêt mais surtout, il avait décidé d’arrêter de prendre la fuite et clairement, ça n’aurait aucun sens si au premier petit pic verbal il prenait ses jambes à son cou. Oui il savait qu’il n’était qu’un gamin frêle, Mateo n’avait pas besoin de chercher de grande métaphore pour le lui faire comprendre. C’était ancré dans son esprit et c’était justement ça le problème. Ça qui l’avait empêché de regarder en face ses sentiments pour Charleen. Ça qui faisait désormais qu’elle était avec quelqu’un d’autre et qu’il avait l’impression que son cœur avait été passé au mixeur. Alors malgré l’air nonchalant de Mateo, Ethan ne bougea pas et attendit qu’il réagisse un peu mieux que ça à sa demande. Et effectivement, son aîné enchaîna en lui signalant qu’il avait mis un sacré bout de temps à se manifester. Ethan devait bien admettre qu’il n’avait pas été des plus rapides sur ce coup-là.

« Est-ce que ça veut dire que ta proposition ne tient plus ? »

Mais Ethan ne voulait pas s’appesantir sur ce qu’il avait raté comme occasion, il voulait savoir si oui ou non Mateo allait accepter de l’aider à se sortir de tout ça. Pour une fois dans son regard, on pouvait lire de la détermination. Derrière cet air perdu et hagard se trouvait une flamme, une envie d’en découdre qui n’était pas courante chez le jeune homme. Il était plus connu pour son côté tire au flanc que pour sa capacité à s’accrocher et à obtenir ce qu’il voulait… Mais il n’était jamais trop tard pour changer. Du moins c’était cette possibilité qui permettait à Ethan de se tenir là devant Mateo. C’était aussi cette sensation étrange qu’il ressentait au fond de ses tripes et cette image qui venait encore taper son esprit.


« Bon, raconte, qu’est-ce qu’il t’arrive ? »


Le regard d’Ethan qui était jusque-là posé sur Mateo se détourna pour croiser le sol. Ce qui lui arrivait ? Lui-même avait bien du mal à mettre des mots dessus. C’était comme si d’un coup, ça l’avait frappé en pleine figure. Comme si d’un coup il s’était rendu compte qu’avec son comportement il ne faisait que piétiner. Se piétiner. Qu’il n’avait cessé de tout gâcher simplement parce qu’il n’était pas capable de garder la tête haute, d’assumer qui il était, d’ouvrir la bouche et faire entendre sa voix. Que ce soit par les poings ou par les mots, il était temps qu’il arrête de se taire.


« J’en ai marre de passer à côté de ma vie. »


Cette fois Ethan avait relevé les yeux, soufflant cette réponse. Sa voix avait pris un peu plus d’assurance au fil des mots. En disant cela à voix haute c’était comme si cela lui permettait d’y voir plus clair. Oui c’était ça le problème.

« J’en ai marre que les autres décident à ma place qui je suis et ce que je fais. »

Parce que c’était ce qu’il s’était passé avec Charleen. Il avait pris peur, il avait fermé les yeux et alors, il avait perdu le contrôle sur leur amitié et sur cet amour qui aurait dû être pour lui. Il avait très trop faible avec elle comme il l’avait été face au Détraqueur. Ethan n’était même pas capable de diriger sa propre vie, il était plus un témoin. Un type qui ne pouvait rien faire d’autre que de regarder et parfois commenter. Mais jamais intervenir. Et ça, il n’en pouvait plus. Ça ne pouvait pas continuer ainsi. Il était temps qu’il accepte de se faire confiance pour prendre des décisions et pour enfin devenir acteur de sa vie. Voir Charleen avec Elijah ça l’avait blessé profondément mais pas parce qu’il se sentait trahi, non Charleen n’avait rien fait de mal. Simplement parce qu’il était en colère. Qu’il avait réalisé ce qu’il avait loupé, qu’il avait réalisé qu’il avait cru de manière stupide qu’elle finirait par revenir vers lui…

Les yeux posés sur Mateo, Ethan attendait désormais un signe. Quelque chose pour lui dire qu’il était encore temps, qu’il allait enfin pouvoir faire un pas en avant. Parce que si Mateo ne lui faisait pas ce signe tout de suite, alors il était possible que toute cette bonne volonté s’effondre et qu’il se contente de ressasser ce qu’il avait perdu au lieu de se dire que c’était l’occasion pour lui de gagner autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1008
Date d'inscription : 20/02/2014
Crédits : AILAHOZ
Double Compte : Kezabel, Charleen, William, Ora, Dimitri, James, Leiv & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2616-mateo-e-vargas-o-forget-your-r
MessageSujet: Re: I need somebody's help [PV Mateo]   Ven 18 Aoû 2017 - 23:39

Non ça n’veut pas dire que ma proposition n’tient plus mais plutôt que j’suis assez surpris de le voir débarquer avec une énorme longueur de retard. Enfin, si on peut appeler ça en retard si tant est que je lui ai déjà donné rendez-vous un jour… Ce que j’veux dire par là, c’est que je m’attendais à soi qu’il se manifeste très rapidement soit, pas du tout. Mais pas à ce qu’il le fasse des mois plus tard. Mais au fond, qu’est-ce que ça peut bien foutre ?
En plus de ça, j’ai jamais été tendre avec lui, loin de là. J’ai même été parfois un enfoiré d’emmerdeur ou même un enfoiré tout court mais aujourd’hui, il est là, présent, bien droit sur ses deux jambes de poulet pour me demander avec la plus grande détermination, de l’aide.
Mais pourquoi ?
Ou surtout, pour quoi ?

- J’en ai marre de passer à côté de ma vie.

Je bug en silence, le fixe. Au fond, ce gosse me ferait presque mal au cœur parce que j’suis pas non plus le dernier des enfoirés à me foutre de savoir comment il gère sa vie ou non. Enfin, en réalité, je m’fous de savoir comment il le fait mais là, ce qui m’attriste, c’est cette sincérité et cette profonde tristesse que n’importe qui pourrait lire au fond de ce regard brillant de colère et de volonté.

- J’en ai marre que les autres décident à ma place qui je suis et ce que je fais.

Ethan m’apporte un peu plus de précision et je continue de le regarder sans expression mais surtout, sans rien dire. Je le jauge, c’est vrai. Un peu. Ses mots ne m’échappent pas, m’atteignent quelque part parce que ce gamin est profondément gentil.
Bon, parfois un peu mou à faire l’escalope sur un coin du couloir comme il attendrait la mort mais, gentil. Et cette fois, quelque chose de suffisamment fort s’est produit pour le pousser brutalement au bord du vide, demandant ainsi de l’aide.

- Tu sais, ce n’sont pas tes poings et tes coups qui t’apprendront à savoir t’imposer face aux autres. Je marque une pause. Bon dans certains, peut-être que si mais ça n’est pas forcément la solution à tout.

J’dis pas que j’vais lui apprendre la violence, que j’suis entrain de lui dire que parfois, c’est nécessaire – même si, avouons-le… ça m’a servi dans quelques cas – mais peut-être que ce gosse devrait juste savoir parfois dire non, de renvoyer les autres qui abusent d’aller se faire foutre une bonne fois pour toute pour qu’on le lâche.

- Et dis pas que tu passes à côté de ta vie. Tu manques juste d'un peu de hargne et de répondant. Il va surtout falloir que tu apprennes à les envoyer se faire foutre. Pour de bon, pas derrière tes bouquins.

Je lui dis ça sur le ton de la conversation, sans pour autant l’agresser ou même remuer le couteau dans la plaie pour le plaisir, j’énonce juste des faits. J’le vois en permanence derrière ses livres, le nez dedans et j’ai déjà vu comment ces connards l’ont emmerdé sans qu’il ne bouge, se laissant faire en attendant que ça passe. Comme si c’était un putain de paillasson en libre service.

- Ma proposition tiens toujours, j’veux bien t’aider mais pour ça il va falloir que tu m’expliques un peu plus ce qu’il s’est passé pour que tu viennes du jour au lendemain me voir, que ça te prennes comme une envie de pisser.

Tout dans la délicatesse, encore une fois mais c’est pas comme si ce genre de truc était ma marque de fabrique.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 827
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Keith / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: I need somebody's help [PV Mateo]   Jeu 31 Aoû 2017 - 12:32

Ethan était tendu et cela se voyait sans doute comme le nez au milieu de la figure. Il n’avait jamais été particulièrement doué pour cacher ses émotions et surtout, il ne s’était jamais spécialement entraîné à le faire puisqu’il passait une bonne partie de son temps seul. Alors là, face à Mateo, il était quelque peu fébrile. Parce qu’il avait l’impression que son camarade avait une partie de son futur entre ses mains est que s’il le laissait tomber maintenant, il ne saurait pas quoi faire. Les premiers mots tombèrent, Mateo lui expliquant que ce n’était pas qu’une question de force physique. Ça, Ethan le savait très bien et il n’avait pas l’intention de devenir un crétin qui ne sait que frapper et rouler des mécaniques. Il savait très bien qu’il fallait qu’il apprenne à prendre sa place et il savait que s’endurcir l’aiderait dans cette voie-là. Il ne répondit rien à son aîné. Il n’avait pas les mots pour et surtout, il avait peur qu’en ouvrant la bouche, sa voix soit tremblante. Et alors, il passerait clairement pour un abruti. Il attendit donc un peu plus. Mateo enchaîna, lui donnant des paroles qui se voulaient peut-être rassurantes. Il ne passait pas à côté de sa vie ? Pourtant, c’était l’impression qu’il avait. En étant incapable d’assumer ses émotions, de se prendre en main, il avait laissé partir Charleen et ça, ça lui faisait comme un creux dans l’estomac, un poids lourd sur les épaules qui aurait pu lui donner envie de s’enfermer dans ses livres, une fois de plus. Une sorte de rire cynique s’échappa alors des lèvres d’Ethan.

« Même là je ne sais pas quoi répondre… »

C’était un murmure une fois de plus qui témoignait clairement de l’ironie de la chose. Mateo avait raison, il n’avait aucun répondant. Pourtant, Ethan n’était pas mauvais avec les mots, bien au contraire, il les aimait même toute particulièrement. Mais quand il s’agissait de les dire à l’oral, de s’exprimer face à quelqu’un en qui il n’avait pas confiance, c’était différent. Il perdait alors tous ses moyens et rien ne sortait. Comme en cet instant. C’était pathétique et Ethan était alors en train de se dire que Mateo n’avait peut-être pas envie de perdre son temps. Il essayait peut-être de le rassurer pour mieux lui dire de se débrouiller tout seul… Le bleu aurait été capable de partir soudainement à force de se monter la tête tout seul mais Mateo enchaîna. Une petite lueur s’alluma alors dans les yeux du plus jeune qui posa un regard reconnaissant sur son aîné.

« Merci. »

Ethan était sincère. Ses muscles auraient pu alors se détendre un peu, maintenant qu’il savait que Mateo n’allait pas le laisser sur le bord de la route sauf qu’il restait encore une épreuve à affronter. Expliquer son histoire. Et clairement, pour le jeune Serdaigle, c’était loin d’être une tâche facile. Pour lui, c’était même quelque chose de particulièrement difficile. Il jeta alors des regards autour de lui comme pour s’assurer que personne d’autre ne pourrait les entendre, qu’il n’allait pas jeter son histoire en pâture aux lions. Il lui fallut encore un peu de temps avant de réussir à se décider mais finalement, après quelques instants qui avaient dû paraître assez long à Mateo, Ethan se décida enfin à répondre.

« Je n’ai pas su la défendre face à un Détraqueur… J’ai pas su lui dire ce que je pensais et maintenant… »

Ethan se sentait ridicule et le rouge qui était en train de lui monter aux joues ne l’aidait clairement pas à se sentir mieux. Son regard était devenu fuyant. Il n’était plus capable de planter ses yeux dans ceux de Mateo tant il se sentait ridicule.

« Et maintenant c’est trop tard. »

Maintenant Charleen avait trouvé quelqu’un d’autre qui savait répondre à ce qu’elle ressentait, qui savait lui donner le sourire. Ils seraient toujours amis, Ethan le savait mais il avait continué à entretenir l’espoir qu’un jour elle revienne vers lui pour autre chose. Mais c’était trop tard et cette idée l’attristait bien plus qu’il n’aurait pu l’imaginer. C’était qu’une histoire de cœur pourtant mais il avait l’impression qu’une partie de son monde venait de s’écrouler. Lui montrant au passage ce dont il ne voulait plus, ce qu’il devait changer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1008
Date d'inscription : 20/02/2014
Crédits : AILAHOZ
Double Compte : Kezabel, Charleen, William, Ora, Dimitri, James, Leiv & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2616-mateo-e-vargas-o-forget-your-r
MessageSujet: Re: I need somebody's help [PV Mateo]   Sam 16 Sep 2017 - 17:48

Il n’a pas l’air franchement bien. Tendu, pas le moral, je dirais même un peu paumé entre la précipitation de devoir agir vite et la prise de conscience que tout ça est déjà peut-être trop tard. Tendu, pas tellement serein, je me demande même si des types ne l’ont pas encore fait chier, ce qui l’aurait poussé à se bouger le cul une bonne fois pour toute.
Je lui demande de m’expliquer, histoire d’y voir un peu plus clair dans tout ça, toujours avec mon flegme habituel. Il est sûr que je l’aiderai, je suis pas du genre à revenir sur ma parole – ou tout du moins, ne l’est plus – mais j’admets être curieux sur ses soudaines motivations. Il me remercie, avec une honnêteté déstabilisante, comme si je venais de réaliser un souhait qui lui était cher. Ou peut-être s’attendait-il simplement à ce que je ne le renvoi chier et qu’il se démerde seul. Option qui était sérieusement envisageable et pas un impossible, c’est vrai. Mais c’est Ethan, un gamin qui a juste besoin qu’on lui donne un coup de pouce, non ? Il mérite pas de vivre sa vie comme un clébard avec une ribambelle de connard qui s’amuse à l’humilier ou à se foutre de sa gueule.

Quoi qu’il en soit, j’attends toujours sa réponse qui commence à se faire sérieusement attendre. Ethan vérifie que personne ne peut nous entendre ou même nous regarder et je suis son regard, suspicieux.
Quoi, c’est si grave que ça ? Qu’est-ce qu’il a foutu ce con ?

- Je n’ai pas su la défendre face à un Détraqueur… J’ai pas su lui dire ce que je pensais et maintenant…

Il rougit, ses yeux représentent clairement son état d’esprit : La fuite.
Je n’suis pas sûr de tout comprendre à part peut-être le fait qu’il parle de Charleen. J’ai eu vent par Riley de ce qu’il s’était passé mais je n’en ai pas eu les détails.

- Et maintenant, c’est trop tard.

Sauf que quand il me dit ça, j’pourrais presque croire que la sœur de Riley avait eu un grave accident et si je n’étais pas certains par cette dernière qu’elle allait parfaitement, j’aurai pu même flipper ou avoir de sérieux doute sur ce qu’il s’était réellement passé.
Agacée de rien piger – j’suis pas connu pour être le plus patient -, je m’apprête à le bousculer un peu pour qu’il me raconte plus en détail ce qu’il essaie de me dire… Jusqu’à ce que je le regarde plus attentivement. Quand j’disais qu’il avait pas l’air bien, c’était un euphémisme. Ce gamin a l’air d’être complètement brisé, comme s’il venait de perdre une partie de lui. Est-ce que j’dois comprendre qu’il est passé à côté de sa chance avec Thomson ?
Pas sûr que ça soit à cause d’un détraqueur, j’ai du mal à imaginer la petite blonde entrain de renvoyer chier Ethan, son meilleur pote avant tout, parce qu’il n’a pas eu le réflexe ou le courage nécessaire pour faire fuir une de ces machines de la mort.

Je m’approche de lui avant de poser une main sur son épaule pour qu’il me regarde.

- Eh, tire pas cette tronche.

En plus de pas être patient, j’suis clairement pas le mec le plus doué du monde pour réconforter et avoir les mots qu’il faut. Quand j’lui ai proposé mon aide, c’était surtout pour l’entrainer et avoir un peu plus confiance en soi, pas pour me retrouver à jouer les grands frères qui se doit de savoir quoi dire. Pourtant, j’essaie. Parce qu’il mérite pas qu’on le laisse de côté comme ça, sans essayer de le réconforter un peu.

- J’ai pas très bien compris ce qu’il s’est passé mais si tu veux, on peut essayer d’en parler un peu en allant vers la salle ? Tu vas te défouler un peu, ça te fera du bien.

Et je l’invite à me suivre, ne lui laissant pas tellement le choix. D’un geste de la main, je le dirige vers un couloir, celui qui mène vers la salle sur demande, là où on pourra trouver l’espace nécessaire et le matériel qu’il faut pour se défouler un peu et surtout ne pas être dérangé.
Je suis tenté de rallumer une clope sur le chemin mais me ravise, me concentrant plutôt sur Ethan, qui n’est absolument pas dans son assiette. Putain, j’pensais pas qu’il était aussi accro à elle, pas au point de se rendre si mal.

- Bon vas-y, explique un peu ce qu’il s’est passé. T’as essayé de discuter avec elle ? J’pensais que tu avais déjà franchi le cap depuis un bail moi.

C’est pas tellement ce qu’il voulait entendre, c’est même certain mais ce sont les faits. Si j’avais été un peu plus observateur, j’aurais pu constater que non, qu’il ne se passait rien entre eux deux, pas dans ce sens là en tout cas. Mais depuis le temps, je m’étais dit qu’il s’était bouger le cul et qu’il avait au moins franchi un cap, qu’ils avaient fait un petit bout de chemin. Ce qui est con parce que si ça avait été le cas, j’en aurai FORCEMENT entendu parlé par Riley.
J’en sais rien en fait. Le mieux c’est de le laisser m’expliquer tout ça, histoire qu’il vide son sac avant que ce dernier ne se transforme en instrument à cogner pour qu’il puisse se défouler les nerfs et se détendre un peu l’esprit.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 827
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Keith / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: I need somebody's help [PV Mateo]   Lun 18 Sep 2017 - 18:01

Ethan devait avoir l’air pathétique et cette pensée ne l’aidait pas vraiment à regarder sereinement Mateo en face et à assumer ce qu’il était en train de dire. Mais il avait fui trop longtemps et la vie venait clairement de lui apprendre que cela avait plutôt tendance à lui porter préjudice qu’autre chose. Alors tant pis, il passait pour un naze mais ce n’était pas comme s’il n’était pas habitué… Mateo devait clairement se demander quel boulet il venait de récupérer. Il avait sans doute dû espérer que le jeune homme ne reviendrait plus et qu’il n’aurait pas à se le traîner. Du moins c’était ce que pensait Ethan. D’ailleurs, si quelqu’un avait accès à ses pensées en ce moment-même il aurait très certainement envie de le traiter de drama queen. Ce qui serait en quelque sorte assez mérité. Mais soit. Ethan était tellement tourné vers lui-même et sur ce qu’il pensait de sa petite personne qu’il n’avait même pas entendu Mateo s’approcher de lui. Il sursauta donc lorsqu’il sentit sa main sur son épaule et releva lentement la tête pour croiser un regard… Compatissant ? Vraiment ? Les mots du jeune homme n’était pas les plus délicats mais ce n’était pas important pour Ethan. Ce qui comptait, c’était qu’il avait presque l’impression d’avoir un peu d’importance pour son camarade et mine de rien, cela lui redonna un peu d’espoir. Il se sentit aussi honteux lorsque Mateo lui fit comprendre qu’il n’avait pas tout saisi à son histoire. Pas étonnant en même temps… Mais il se mit en route ce qui lui permit de prendre quelques secondes pour contrôler sa gêne et le rouge qui lui montait doucement aux joues. Il trottina donc d’abord derrière son aîné avant de venir finalement marcher à sa hauteur. Ce dernier revint à la charge une nouvelle fois pour lui demander des éclaircissements et clairement, ces mots furent un peu durs à encaisser pour Ethan mais sur ce coup, il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même. Mateo avait raison, en soit, il aurait dû lui parler depuis bien longtemps.


« Elle m’avait embrassé une fois… Et moi j’ai paniqué, du coup j’ai fait comme si de rien n’était… »


Ethan parlait à voix basse. Le regard tourné vers ses chaussures. Il se sentait profondément con de dire tout ça. Parce qu’en prononçant cela à voix haute, il se rendait compte d’à quel point il avait tout foiré, d’à quel point il s’était comporté comme une andouille et compromis tout seul ce qui lui était offert.

« On s’est fait attaquer par un Détraqueur y’a 10 jours… J’ai été naze clairement mais… Après, quand on était en sécurité, j’ai essayé de l’embrasser et elle m’a repoussé… Elle a dit que c’était trop tard. Et maintenant… »

Maintenant elle est avec Elijah. Oui tu peux le dire. Un frisson parcouru l’échine d’Ethan. Le pire c’était qu’il avait parlé de Charleen avec la demoiselle une fois à la fin d’un cours, il s’en souvenait très bien. Enfin, c’était plutôt elle qui lui en avait parlé parce que lui clairement, comme d’habitude, n’avait pas été très loquace. Le jeune homme poussa alors un long soupir. Cette histoire était vraiment ridicule. Il était ridicule. À force de toujours trop réfléchir, de vouloir toujours tout maîtriser, il avait laissé passer sa chance. Et Mateo devait trouver ça vachement drôle. Heureusement pour lui, après quelques aller-retours devant un couloir, la porte de la Salle sur Demande se profila devant eux. Ethan pour une fois prit une initiative et entra bien vite dedans, comme pour échapper à quelque chose. Du matériel de boxe était déjà présent. Il s’approcha alors du sac de frappe qui était au milieu de la salle et remarqua alors que son propre visage était imprimé dessus.

« Je crois que c’est un signe… »

Ethan avait cette fois levé la tête vers Mateo. Clairement c’était assez équivoque et le jeune homme n’avait aucun doute sur le fait que ce détail était lié à lui. Il avait tellement de haine et de colère envers sa personne que la salle avait jugé que l’idée de se frapper lui-même lui ferait du bien. C’était un peu triste tout de même mais étrangement, cette perspective motivait pas mal le jeune homme. Il regarda alors autour de lui et trouva rapidement des gants qu’il enfila sans rien demander à Mateo et se plaça finalement en face du sac. Et il se mit à frapper. Ses coups étaient mal assurés et clairement, s’il continuait ainsi il allait finir par se casser un poignet sur le sac. Il ne savait pas faire. Mais par contre, cela lui faisait un bien fou. Il déchargeait sa rage et frappait avec force cette image de lui-même. Ce gamin lâche qu’il ne pouvait plus voir en peinture, qu’il ne voulait plus être, qu’il voulait réduire en poussière pour enfin pouvoir avancer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1008
Date d'inscription : 20/02/2014
Crédits : AILAHOZ
Double Compte : Kezabel, Charleen, William, Ora, Dimitri, James, Leiv & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2616-mateo-e-vargas-o-forget-your-r
MessageSujet: Re: I need somebody's help [PV Mateo]   Ven 6 Oct 2017 - 0:53

J’aime pas trop jouer les psychologues de comptoir mais c’est pour la bonne cause. Et puis il me fait presque un peu de peine avec son air abattue de celui qui n’a aucune chance de rien. J’me dis que de le faire cogner sur un sac pendant une bonne demi-heure l’aidera peut-être à évacuer la pression, à y voir plus clair et arrêter de se prendre pour un gros naze.
Même si ça à l’air mal barré. Déjà, il faudrait que je comprenne ce qu’il s’est passé et c’est ce que je lui demande en revenant à la charge pour la deuxième fois.

- Elle m’avait embrassé une fois… Et moi j’ai paniqué, du coup j’ai fait comme si de rien n’était…

Mon regard se braque sur lui.

- Sérieusement Ethan ?

Putain, la nana qu’il aime l’embrasse, lui tend une perche de dix kilomètres et ce couillon fait comme si de rien n’était ? J’admets avoir du mal à le comprendre là, tout de suite. Parce que s’il avait du mal parce qu’il était trop timide et qu’il se sentait incapable de faire le premier pas, c’était une chose. Mais le fait qu’il joue les aveugles alors qu’elle lui a presque mâchée le travail… ? C’est presque ahurissant. Et j’en rajoute pas plus parce qu’encore une fois, je n’suis pas le roi du tact et que ça sert de lui rappeler que sur ce coup-là il a foiré, complètement même.

- On s’est fait attaquer par un Détraqueur y’a 10 jours… J’ai été naze clairement mais… Après, quand on était en sécurité, j’ai essayé de l’embrasser et elle m’a repoussé… Elle a dit que c’était trop tard. Et maintenant…

Je commence à mieux comprendre la situation et à entrevoir pourquoi il est comme ça, maintenant. Pourquoi il ressent le besoin d’avoir un peu plus de courage, d’ardeur. Parce qu’il a tout simplement loupé l’occasion parfaite pour pouvoir s’épanouir avec celle qu’il aime.
Sauf que la réciprocité n’est plus la même, je ne sais pas combien de temps s’est écoulé depuis que Charleen a tenté de lui faire comprendre ses sentiments mais visiblement, suffisamment longtemps pour qu’ils se fassent la malle.
Nous continuons d’avancer, moi en silence, lui jetant quelques coups d’œil pour voir ses réactions qui se suffisent à eux-même pour faire comprendre qu’il s’en mord très probablement les doigts.

Le couloir de la salle sur demande est là et il passe plusieurs fois devant le mur jusqu’à ce qu’une porte n’apparaisse… Où Ethan me devance d’un pas précipité, pénétrant dans la salle qui comporte déjà tout ce qu’il faut pour qu’il puisse se défouler un grand coup.
Mais c’que je n’avais absolument pas prévu, c’est son propre visage imprimé sur le sac de frappe.

- Je crois que c’est un signe…

Un regard et il part chercher ses gants pendant que moi, je reste comme un con à fixer ce portrait de lui-même. Choqué qu’il se déteste au point que la salle ait jugée préférable de mettre son propre visage en tant que sac de frappe. La réalité est profondément triste, autant être honnête et je ne m’attendais pas à autant de haine personnelle. Et ça traduit plusieurs choses pour moi : De un : sa haine dirigée vers lui-même et de deux : son amour pour Charleen au point de se prendre pour le pire des loosers.
Ethan s’arme de ses gants et se met aussitôt à cogner dans le sac. Maladroitement, certes, mais il y met du cœur et ça, j’peux pas le lui reprocher.
Du cœur à se taper sur la gueule, jusqu’à se réduire lui-même en miette.

Je l’observe quelques secondes, prenant conscience à quel point il a de la rage à revendre.

- Attends, stop. Je pose une main sur son avant-bras. Si tu continues, tu vas te péter le poignet donc quitte à cogner, autant le faire correctement.

Et pour commencer, je serre correctement ses gants qui étaient mal ajustés et me positionne à côté de lui.

- T’es quoi, droitier ? Alors mets ton pied gauche comme ça, un peu en avant. Je lui montre, lui donnant l’exemple. Ensuite, tu frappes bien du plat de ton poings mais en deux coups : Droite, gauche. Comme ça.

Encore une fois, je lui montre en cognant contre le sac mais avec moins de force que si j’avais les gants. J’suis pas le meilleur prof qu’il puisse avoir mais si j’peux l’aider à faire quelque chose alors c’est toujours ça.

- Ok ? J’attends son approbation avant de le laisser continuer de frapper, cette fois avec plus d’adresse même si ça n’est pas toujours ça. Au moins, il risque moins de se fouler quelque chose par rapport à tout à l’heure. Vas-y.

Je le laisse cogner un peu, je le laisse se défouler tant que la rage est là, avant qu’elle ne s’évapore au profit de l’abattement. Il cogne de tout son cœur, s’épuise à la tache et je me demande ce qu’il se passe sous son crâne en ce moment. Ce qu’il visualise, se dit, s’imagine. Plus les secondes passent, plus les coups se font de plus en plus fort, Ethan lâchant quelques petits cris au fur et à mesure qu’il frappe. Je retiens le sac entre mes mains pour le stabiliser afin qu’il ait un meilleur angle de frappe et ce n’est que lorsqu’il commence à faiblir que je reprends la parole.

- Faut pas te détester comme ça tu sais, ça résoudra rien du tout à ton histoire. Je marque une pause. On fait tous des boulettes, on loupe tous un coche et c’est vrai que t’as peut-être foiré l’autre jours mais dis toi que ça te servira de leçon pour les prochaines fois. Je désigne le sac de frappe d’un geste du regard. La preuve, regarde, t’es là à vouloir changer un peu la donne. Et ça, c’est bon signe.

Il aurait pu aller et continuer de se morfondre dans son coin, pleurant sur son malheur et sur sa maladresse. Au lieu de ça, il veut progresser. C’est déjà une bonne chose non ?

- J’sais que c’est plus facile à dire qu’à faire mais tu verras que ça ira mieux avec le temps et que c’est pas en ruminant tes échecs que t’avancera. Faut continuer de faire comme tu fais là, d’aller de l’avant, de plus t’laisser bouffer par des conneries comme le fait de jamais oser ne rien faire et ne rien tenter. T’es jeune, t’as encore pleins de choses à faire alors serais temps que tu te sortes les doigts du fion pour te bouger comme tu le fais là.

Je ne détourne pas mon regard et le fixe.

- Faut pas que ça dure une fois parce que t’es en pétard mais faut que ça soit constant. Donc si tu m’dis que t’es motivé, tant mieux parce que j’vais pas te lâcher. Ca marche ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 827
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Keith / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: I need somebody's help [PV Mateo]   Lun 9 Oct 2017 - 14:31

Oui sérieusement. Ethan avait réussi à passer à côté d’une telle occasion. Plus il y pensait et plus il se rendait compte de la terrible erreur qu’il avait faite. Même si la part la plus pessimiste de lui ne cessait de lui dire que même s’il avait répondu à ce baiser, il ne serait peut-être pas encore avec Charleen, il était certain que tout aurait été différent. Depuis qu’il l’avait rencontré, elle n’avait fait que tirer le bon de lui, l’aider à avancer, à assumer certaines parties de lui, à s’ouvrir un peu plus. Alors s’il avait répondu à ce baiser, il aurait connu quelque chose de différent. Il aurait pu être heureux, au moins pendant un moment. Oui, il avait complètement foiré sur ce coup et il s’en mordait encore les doigts. Chaque fois qu’il posait les yeux sur elle. Et encore plus depuis qu’il l’avait vue en compagnie d’Elijah. Parce qu’alors il avait compris que c’était définitif, qu’il n’y aurait pas de marche arrière. Il était en colère contre lui-même et cela expliquait pourquoi il frappait avec tant de détermination contre ce sac. Le sport, ça n’avait jamais été son truc et il ressortait souvent des séances épuisé et énervé. Sauf que là c’était différent. Il avait l’impression que l’effort physique lui faisait du bien. Qu’il l’aidait à purger son esprit. Pour une fois, il sentait que son corps et son esprit n’étaient pas en opposition. Alors oui, il aurait pu frapper ainsi encore un moment. La main de Mateo sur son bras l’arrêta cependant net. Il releva alors la tête vers son aîné, légèrement surpris. Il en avait presque oublié sa présence. Ethan se montra cependant bien plus docile qu’à l’habitude et il laissa Mateo remettre ses gants correctement sans rien dire. Il l’écouta ensuite avec attention, l’imitant en même temps pour mieux enregistrer les conseils qu’il était en train de lui donner. Ethan ne répondit pas verbalement lorsque Mateo lui demanda s’il avait bien retenu. Il se contente d’agir et se remit à frapper avec toute la rage qu’il avait en lui. C’était encore loin d’être parfait et réellement efficace mais c’était plus propre que ce qu’il faisait au début et cela lui faisait toujours autant de bien.

Frapper encore et encore. Ethan sentait la fatigue arriver dans ses muscles mais il ne voulait pas encore lâcher. Les sourcils froncés, il frappait dans ce sac comme si sa vie en dépendait alors que Mateo le stabilisait pour lui venir en aide. Il avait la rage et si les coups se faisaient moins fréquents, il n’était pas prêt à abandonner, pas cette fois. La voix de son aîné se fit alors entendre. Ethan fixait le sac et continuait à frapper mais il entendait bien chaque mot. Le discours de Mateo était plein d’espoir. Accepter ses erreurs sans se haïr. Ethan n’était pas certain d’en être capable… Il continuait. C’était la première fois qu’Ethan entendait qu’il était sur la bonne voie. On lui reprochait souvent son repli sur lui-même, son manque de confiance. Certains avec de bonnes intentions en plus. Mais jamais, il n’avait entendu aussi clairement qu’il était sur la bonne voie. Le gamin s’arrêta alors quelques secondes de frapper et osa planter son regard dans celui de Mateo.

« Faut pas que ça dure une fois parce que t’es en pétard mais faut que ça soit constant. Donc si tu m’dis que t’es motivé, tant mieux parce que j’vais pas te lâcher. Ça marche ? »

Le souffle court, Ethan hocha la tête. Les mots étaient coincés dans sa gorge autant par l’effort que par cet anneau qui semblait s’être enroulé autour. Cette colère qu’il avait en lui, ce n’était pas le fruit d’un seul échec. Elle était constante. Elle était là tous les jours. Elle pesait sur lui minute après minute et il n’avait jamais su comment s’en débarrasser. Il commençait enfin à entrevoir une réponse. Apprendre à vivre avec lui-même. Apprendre à cracher ses démons et à ne plus se détester. Seul il ne pouvait pas le faire. Charleen avait déjà fait plus que sa part dans ce domaine. Il devait s’en prendre en main et accepter l’aide de Mateo.

« Je ne prendrai pas la fuite… Pas cette fois. »

La fuite, ça avait été son mode de vie depuis trop longtemps. Il se souvenait ne plus être capable de regarder son père en face. Parce qu’il avait été incapable de faire quoi que ce soit pendant l’Occupation. Alors oui, il n’avait pas et n’aurait jamais l’étoffe d’un héros. Mais il aurait pu au moins garder une pensée forte, s’accrocher à des convictions et garder la tête haute. Sans parler de se rebeller, il aurait dû garder la tête haute parce que ces hommes auraient pu et pouvaient toujours massacrer son père. La fuite c’était l’histoire de sa vie jusque-là et il fallait que ça change. Alors bien que ces muscles peu expérimentés commençaient déjà à se plaindre, il se repositionna devant le sac et se remit à frapper avec rage. Et alors, petit à petit, l’image de lui était en train de se transformer, de disparaître. Bientôt, ce ne fut plus son visage sur ce sac mais une ombre noire, imprécise. On pouvait autant l’identifier à un Détraqueur qu’à un Supérieur. Et il continua à frapper.

« Je ne me laisserai plus faire. »

Les mots d’Ethan étaient saccadés. Son souffle était court et ses joues rougies par l’effort. Clairement, il n’avait pas encore l’attitude du fier guerrier. Il ne le serait sans doute jamais. Mais Mateo avait raison. Il ne pouvait plus être cet enfant malheureux et replié sur lui-même. Il fallait qu’il avance et peut être qu’un jour, il pourrait se prétendre à la hauteur de Charleen.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1008
Date d'inscription : 20/02/2014
Crédits : AILAHOZ
Double Compte : Kezabel, Charleen, William, Ora, Dimitri, James, Leiv & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2616-mateo-e-vargas-o-forget-your-r
MessageSujet: Re: I need somebody's help [PV Mateo]   Sam 28 Oct 2017 - 14:16

Il a de la rage à revendre, de la colère à laisser exploser violemment, comme pour se vider d’un trop plein qu’il n’arrive plus à gérer. Je doute que ça ne soit qu’à cause de cette histoire avec Charleen, il y a évidemment d’autres éléments qui entre en jeu, comme le fait qu’il s’écrase comme une merde à chaque fois qu’on l’emmerde, qu’il laisse passer les choses, la vie tout court, en regardant passer les opportunités sans jamais saisir sa chance. Ce gosse subit une remise en question, le nez en plein dans la merde et à trop encaisser, on en arrive à ça, à ce résultat de rage qui s’écrase à coup de phalange dans un sac.

J’vais pas le laisser tomber si ce gosse décide de VRAIMENT se bouger le cul et de ne pas fuir comme un lâche à chaque problème. C’est peut-être un peu dur mais s’il veut que les choses changent, il n’a pas d’autre choix que de prendre le taureau par les cornes et de faire face. C’est pas en chouinant et en ruminant dans son coin que tout bougera.

- Je ne prendrai pas la fuite… Pas cette fois.
- J’attends d’voir ça alors.

Souvent dans le feu de l’action nous sommes transportés, bourrés de confiance et de certitude en se disant que, oui, cette fois, c’est la bonne. Que la motivation et la persévérance est là. Jusqu’à ce que les émotions retombent comme un soufflet et que l’on prenne conscience que finalement, nous ne sommes pas si prêts que ça.
Je l’observe se remettre en place devant le sac avec conviction et de frapper de nouveau, avec le même cœur. Peut-être qu’effectivement, cette fois était la bonne.

- Je ne me laisserai plus faire.

Je ne dis rien, continue de l’observer en silence alors que je maintiens le sac pour lui offrir une certaine stabilité. Les coups sont maladroits, parfois bancales mais ces gestes eux, sont sûrs. Ses convictions se tissent à chaque frappe et je suis presque ravis de le voir enfin s’éveiller de la sorte. Parce que ouais, il était temps, j’comprends pas comment il a pu autant subir sans rien dire. J’suppose que j’peux pas vraiment comprendre, pas tant que j’ai été à sa place… D’autant plus que j’étais plutôt du genre comme ces mecs qui l’emmerdent, à le pousser au détour d’un couloir, me foutre de sa gueule, le victimiser.
Oui, j’étais un enfoiré, y a pas d’autres mots.

Je le laisse encore frapper toujours en silence, lui donnant quelques directives à certains moments pour alterner les coups, les positions, lui faire essayer autre chose mais je le laisse surtout se défouler. Pas sûr qu’il en ait quelque chose à foutre de la techniquement pour le moment. Je n’sais pas combien de temps s’écoule depuis sa première frappe mais quand je le vois faiblir, j’estime qu’il a suffisamment donné, pour aujourd’hui en tout cas.

- Allez stop, c’est bon. Il faut y aller molo, le but n’est pas que tu te blesse connement.


Je lâche le sac de frappe et récupère ma baguette que j’ai laissé un peu à l’écart pour nous faire apparaitre un grand pichet d’eau et deux verres dont un que je lui adresse après l’avoir servi.

- Hydrate toi bien.

Avant et après. Mais là encore, j’partirais pas sur des explications dont il se fout aujourd’hui ; Et à raisons. La prochaine fois je prendrais le temps de le faire, de lui donner deux trois astuces pour apprécier au mieux la séance etc mais pour l’instant je le laisse profiter de ce moment d’accalmie d’avoir autant frapper, de s’être autant défoulé.
Je m’assoie sur un vieux banc à disposition, buvant deux trois gorgées d’eau.

- Est-ce que t’as essayé d’aller lui parler ? Ca vaudrait peut-être le coup histoire que mettiez les choses à plat tous les deux. J’suis pas sûr qu’elle se sente tout aussi à l’aise.

Je n’suis pas proche de Charleen et ne la connait pas vraiment, finalement ce ne sont que des suppositions.

- T’es son meilleur pote, j’pense qu’elle comprendra si tu lui explique que t’as besoin de temps pour digérer la pilule.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 827
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Keith / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: I need somebody's help [PV Mateo]   Sam 4 Nov 2017 - 16:44

Frapper encore et encore. Ethan n’aurait jamais cru pouvoir tirer autant de choses d’un geste qui lui semblait pourtant aussi violent. Non seulement le sport n’avait jamais été son truc mais alors le combat c’était encore pire. Le jeune homme n’avait pas de véritables capacités athlétiques et il n’appréciait pas spécialement de suer comme un fou. En temps normal, un cours de sport, un effort trop violent c’était une torture pour lui. Il n’allait très certainement pas changer du tout au tout à ce sujet mais en cet instant, frapper lui faisait du bien. Il sentait son rythme cardiaque s’affoler, il commençait à avoir chaud et à transpirer mais ça ne le dérangeait pas. Son regard était rivé sur ce sac de frappe qu’il ne cessait de martyriser. Encore et encore. Les coups s’enchaînaient et Ethan était en train de perdre toute notion du temps. Au fur et à mesure pourtant, il sentait bien que son corps était en train de fatiguer. Il mettait toujours autant de hargne à l’ouvrage et n’avait en aucun cas envie d’abandonner mais le feu dans ses bras commençait à se faire sentir. Ils étaient lourds, les coups étaient moins rapides et moins forts. Pourtant, Ethan refusait de baisser les bras. Il l’avait trop fait et cette fois, il s’était juré de changer les choses. Il ne devait pas arrêter de lui-même. Aussi, il continua de s’acharner jusqu’à ce que Mateo lui signale qu’il pouvait prendre une pause. Qu’il avait bien frappé pour le moment. L’adolescent laissa alors retomber ses bras le long de son corps. Lorsque Mateo fit apparaître un pichet, il ne se fit pas prier. Il demanda à son aîné de l’aider à enlever les gants puis il se rua sur le verre d’eau et le vida d’une traite. Il s’en servit ensuite un second qu’il but plus tranquillement. Il vint ensuite s’asseoir à côté de Mateo qui avait repris la parole. Les yeux fixés dans le vide, Ethan prit quelques secondes pour reprendre son souffle et remettre ses idées en place.

« Je ne dois pas lui faire subir ce que je ressens. Elle m’a repoussée, je lui ai demandé une journée pour accepter et après ça, j’ai continué à être comme avant avec elle. »

Ethan bu alors une nouvelle gorgée d’eau. Il avait la bouche sèche et il sentait bien que ce n’était pas uniquement à cause de l’effort.

« J’ai rien à dire face au fait qu’elle se soit tournée vers quelqu’un d’autre. J’ai entretenu de l’espoir mais elle, elle était claire. »

Ethan sentait bien qu’il avait encore du mal à accepter ce qu’il avait vu mais que dire à Charleen ? Cette dernière n’avait rien fait de mal, comme toujours. Il ne pouvait rien lui reprocher et ne voulait surtout pas la mettre mal à l’aise à propos de tout ça. Il devait lui dire qu’il était au courant, il devait parler avec elle mais en aucun cas lui faire part du trouble que cela lui avait inspiré. Elle était sa meilleure amie et certes, il aurait aimé pouvoir partager ça avec elle mais il sentait que ce n’était pas une bonne idée. Que ce n’était pas juste.

« Je dois juste lui dire que je suis content si elle est heureuse… »

Le jeune homme termina alors le fond d’eau qui restait dans son verre et le posa au sol à côté de ses jambes. Oui, il allait devoir parler à Charleen à un moment ou un autre et lui dire qu’il était heureux pour elle. Il devait endosser son rôle d’ami et l’écouter parler de ce changement dans sa vie. Alors certes il était perturbé et encore plus par le fait que ce soit une fille même si ça, il avait trop honte de l’admettre. Mais sa peine, il la garderait pour lui. Il la combattrait, il en ferait autre chose mais il ne la ferait pas peser sur Charleen, ça c’était hors de question.

« Des instructions pour les vacances ? »

Rien n’était sûr encore pour le moment mais des rumeurs circulaient. Beaucoup avait l’espoir que les portes de l’école s’ouvrent de nouveau pour les vacances d’été sans réellement savoir quand ni pour combien de temps. Ethan faisait partie de ceux qui étaient convaincus qu’on les laisserait partir, d’une façon ou d’une autre. Dans ce cas, il allait falloir qu’il se prenne en main tout seul. Ethan attendait donc les recommandations de Mateo et pas nécessairement sur le physique. Sur tout. Tout ce qui pourrait l’aider à sortir petit à petit de sa coquille. Peut-être que la prochaine rentrée serait signe de renouveau pour lui. Après tout, il serait temps que les choses changent…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1008
Date d'inscription : 20/02/2014
Crédits : AILAHOZ
Double Compte : Kezabel, Charleen, William, Ora, Dimitri, James, Leiv & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2616-mateo-e-vargas-o-forget-your-r
MessageSujet: Re: I need somebody's help [PV Mateo]   Sam 11 Nov 2017 - 17:16

-  Je ne dois pas lui faire subir ce que je ressens. Elle m’a repoussée, je lui ai demandé une journée pour accepter et après ça, j’ai continué à être comme avant avec elle.

Wow. Une journée ? C’est pas genre un peu court pour se remettre d’un râteau ? Je ne l’interromps pas, un peu sur le cul quand même. C’est noble de sa part de ne pas lui faire subir ça même si pour moi, ça n’est pas subir mais écouter. D’autant que de ce que je comprends, ils n’ont pas vraiment eu de conversation clair et adulte tous les deux – ok, ce sont encore des ados mais presque de jeunes adultes malgré tout – et que je ne suis pas certains qu’Ethan ait été très loquace quand Charleen a dû lui faire comprendre que c’était trop tard.
Par contre, je sais pas si je salut son « courage » de continuer de faire comme si de rien n’était ou si je trouve ça stupide. Parce qu’il a le droit à plus d’une journée pour se remettre de ses émotions et qu’il serait normal – même si c’est clairement lui qui a chié dans la colle sur ce coup – qu’il ait besoin de plusieurs jours pour digérer la pilule. Après, s’il se sent de faire avec, c’est lui que ça regarde.

- J’ai rien à dire face au fait qu’elle se soit tournée vers quelqu’un d’autre. J’ai entretenu de l’espoir mais elle, elle était claire
- Clairement.

Clairement qu’il n’a rien à dire. Même si c’est rude, même si c’est certainement douloureux pour lui mais ça serait foutrement mal venu de ramener sa poire et de lui péter une crise de jalousie alors qu’il a eu sa chance. Charleen est visiblement passé à autre chose et ça, j’crois que personne ne peut le lui reprocher.
Mon regard ne lâche pas Ethan, je l’observe me parler et tout dans ses gestes expriment une certaine frustration, peut-être même une colère qu’il doit certainement diriger contre lui. Je n’en sais trop rien en réalité mais il n’est pas confortable avec ce qu’il se passe. Et si nous ne pouvons pas reprocher à Charleen de s’être tournée vers quelqu’un d’autre, nous ne pouvons pas lui reprocher à lui d’avoir encore du mal à passer à autre chose.

- Je dois juste lui dire que je suis content si elle est heureuse…

Aucun mot de ma part, juste un regard pour le moment.

- Des instructions pour les vacances ?

Je ricane, amusée.
Le mec fuit jusqu’au bout, clos le débat, la discussion. Tout du moins, de mon point de vue et j’ai jamais dit que le mien était universel et fiable. Loin de là putain, j’suis tellement pas le mec de bons conseils… C’était le rôle de ma frangine ça, pas le mien.

- Tu l’penses au moins quand tu dis que t’es heureux pour elle ?

Sourire en coin, ni condescendant ni moqueur. Je l’observe, haussant un sourcil.

- Parce que si c’est pas le cas, attends un peu avant de lui dire. Ne lui mens pas pour lui faire plaisir. T’as aussi le droit à quelques jours pour digérer la pilule, c’est humain.

Je réponds à l’instinct, à ce qui me parait le plus logique et le plus honnête.

- De toute façon, mentir t’aidera pas à passer à autre chose plus vite. Ca va juste te servir à refouler jusqu’au jour où ça va t’exploser à la gueule parce que ça ne sera plus supportable.

Si je parle en connaissance de cause ? A peine.
Combien de temps est-ce que j’ai joué aux cons à me voiler la face et à nier les évidences concernant Camélia ? Certes, c’est pas la même chose qu’Ethan, c’est un degré bien au-dessus mais le processus reste le même. Se voiler la face comme un lâche pour un jour faire face à ce que l’on a de pire en soi.

- Donc mes instructions pour cet été ? L’honnêteté envers toi-même. Accepter le fait de pas réussir à faire avec certaines choses n’est pas une faiblesse Ethan et tu ne perdras pas Charleen pour autant. C’est une fille suffisamment intelligente pour comprendre que tu as besoin de temps, si c’est vraiment le cas. Je marque une pause, mon regard toujours planté sur lui. Faire en fonction des autres, c’est bien mais pas au détriment de ce que tu as besoin toi.

J’en reviens pas de dire des choses comme ça putain… Si ça c’est pas une preuve que j’ai changé, j’sais plus quoi dire pour prouver le contraire.

- Voilà, séance de psychologie de comptoir terminée. Je hausse les épaules avant de reprendre. J’ai des trucs prévus pendant les vacances mais si tu veux on peut se voir de temps en temps si t’as besoin de te défouler, de faire un peu de boxe ou quoi.

Oui, j’suis vraiment entrain de lui proposer ça. Merde, j’suis entrain de me reconvertir en nounou ou quoi ? J’ai juste envie de lui filer un coup de main en réalité, de ne pas le laisser dans la merde. Je me suis engagé, j’ai qu’une parole… enfin, maintenant j’ai qu’une parole. Et puis au moins, j’hésiterais pas à lui claquer ses quatre vérités dans la gueule si jamais il a besoin un jour.

- En attendant, vois du monde, sors, explore. Je sais pas mais bouge. C’est cool les bouquins et tout ça mais si tu veux sortir un peu de ta coquille ouvres-toi à d’autres mondes, d’autres gens et d’autres personnalités.

Sauf si vraiment il n’en a rien à foutre des autres et peut-être même qu’il s’en tape la nouille de vouloir faire copain copain avec d’autres personnes. C’est lui que ça regarde mais puisqu’il me demande, je lui réponds. Tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 827
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Keith / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: I need somebody's help [PV Mateo]   Dim 12 Nov 2017 - 20:03

Le rire de Mateo avait légèrement surpris Ethan. Oui certes, il avait changé de sujet un peu brutalement mais il ne s’attendait pas à cette réaction. Il tourna alors le regard vers lui, arquant un sourcil. Non, il en chercherait pas à masquer son interrogation. De toute façon, le Gryffondor reprit la parole. Le contraire l’aurait étonné en même temps, il ne semblait pas du genre à ne pas dire ce qu’il pensait, contrairement à Ethan. Il lui demanda alors s’il était sincère lorsqu’il disait être heureux pour Charleen. Le Serdaigle sentit alors le rouge lui monter aux joues, heureusement, ces dernières étaient déjà colorées par l’effort et cela ne se verrait sans doute pas. Il baissa alors la tête, fixant le verre qui se trouvait à ses pieds. Mateo, qui de son côté avait affiché un air plutôt amusé, enchaîna. Ne pas lui dire s’il ne le pensait pas, attendre… Ethan serra les dents. Sa raison était heureuse pour Charleen. Parce qu’elle le méritait, parce qu’il avait vu comme elle avait l’air heureuse surtout en comparaison à ce qu’elle avait traversé après Pâques. Son cœur lui pourtant semblait vouloir porter un tout autre discours. Il y avait quelque chose qui lui pesait et qui l’empêchait d’être véritablement heureux comme il devait l’être pour son amie. Alors est-ce qu’il le pensait sincèrement ? Oui et non. Mateo conclut alors à la place d’Ethan qui, de son côté, laissa échapper un rire sec.

« J’y connais un rayon dans les trucs qui restent trop longtemps enfouis et qui finissent par nous péter à la gueule… »

Oh oui. De ce point de côté-là, il pouvait même s’appeler fin connaisseur. Il avait fait l’autruche tellement de fois dans sa vie. Il s’était temps renfermé sur lui-même, se persuadant si souvent de tout et n’importe quoi pour ne pas affronter les choses en face. Oui il savait que cela apportait souvent plus de souffrance que de bien. Mais c’était plus diffus. Alors que le fait de se prendre tout en une seule fois dans la tête demandait un minimum de courage. Courage que peut-être il commençait à apercevoir…
Mateo reprit finalement sur le sujet des consignes pour l’été sans pour autant réellement s’écarter de ce qu’il disait précédemment. Ethan avait relevé la tête vers lui et faisait de son mieux pour ne pas trop détourner le regard. Il ne regardait pas vraiment dans les yeux non plus, chose encore difficile pour lui mais il avait porté les yeux dans sa direction ce qui était déjà pas mal. Être honnête envers lui-même ? Ethan avait l’impression que c’était ce qu’il faisait. Il avait toujours admis être faible, toujours admis qu’il y avait un truc qui clochait chez lui. Mais oui, il fallait bien admettre qu’il ne se laissait pas beaucoup de marge de manœuvre et qu’il n’était pas nécessairement tolérant envers lui-même. Il essayerait. De toute façon, s’il voulait changer, il fallait bien qu’il explore de nouvelles pistes. Mateo mit finalement un terme à ce moment de psychologie ce qui ne fut pas pour déplaire à Ethan. Oui il faisait le fier mais en réalité, il n’était pas très à l’aise non plus avec tout ça.

« Merci pour la proposition. J’ai un téléphone portable chez moi, mon père étant moldu il aime bien pouvoir me joindre. Si tu connais et que t’en as un aussi, je pourrais t’envoyer un message. »

Ethan avait dit cela sur un ton détaché. Il ne voulait pas passer pour un mec chelou qui s’accrochait à la moindre occasion pour gratter une amitié. Il avait toujours peur, quand on lui faisait une proposition de la sorte, qu’il s’aventure trop loin, qu’il dépasse ce que l’autre pensait initialement. C’était tout simplement lié à son manque d’expérience en relations sociales. Dans ce domaine, il n’était encore clairement qu’un enfant. Avec Charleen il avait déjà pas mal progressé, elle avait réussi à lui montrer que parfois, il pouvait simplement agir naturellement. Mais c’était encore compliqué. Enfin, maintenant que les mots étaient sortis de toute façon, cela ne servait à rien de revenir en arrière. Détourner le regard par contre, Ethan ne put s’en empêcher. Mateo quant à lui, lui conseillait de sortir ce qui le fit sourire.

« Je crois que je me suis ouvert à bien plus de mondes que la majorité des gens via mes bouquins mais oui… Je vois ce que tu veux dire. »

Ethan avait dit cela en fixant le sol. Il s’amusait souvent quand on lui disait qu’il était trop renfermé, qu’il n’ouvrait pas les yeux sur le monde. Au contraire, il passait son temps à observer, à découvrir de nouveaux horizons. À se mettre à la place des autres aussi. Par les bouquins, il s’était ouvert des perspectives immenses mais ça, beaucoup refusaient de l’admettre. En général ça l’agaçait, il se renfrognait et coupait toute discussion. Mais cette fois, c’était différent. Il avait bien compris que Mateo disait ça surtout pour l’aider et sans arrière-pensées. Et puis, Ethan devait bien admettre qu’il était temps pour lui de s’ouvrir à plus de contacts humains.
Ethan se leva alors et tourna la tête vers Mateo.

« Merci. »

Oui, il lui devait bien un merci. Quand il réfléchissait, c’était assez fou que quelqu’un comme Mateo ait soudainement donné du temps pour lui alors qu’en plus il n’était pas venu lui parler en douceur. Non pas vraiment. Alors oui, il était reconnaissant et au fond de lui, il sentait quelque chose de nouveau naître. L’idée qu’il devait vraiment se bouger, que ça ne dépendait plus que de lui. Qu’il devait montrer à Mateo qu’il avait eu raison de perdre un peu de temps pour lui….

« Je crois qu’il faut que j’aille prendre une douche maintenant. »

Ethan afficha alors ce qui ressemblait à un sourire amusé, il avait même tenté de mettre une pointe d’humour dans son ton de voix.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I need somebody's help [PV Mateo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
I need somebody's help [PV Mateo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MATEO A. VALDES ♦ You see them girls in the club, They looking at me
» Présentation : Mateo Aëndal
» Rail Fantôme, le train n'est plus... [Pv: Mateo]
» Soothing, I'll make you feel pure. Trust me, you can be sur ♠ Mateo
» Je ne suis pas fou vous savez, bonsôir [PV Mateo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Les Tours. :: Tour des Gryffondors : Salle Commune-
Sauter vers: