AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 This is it ! [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 1701
Date d'inscription : 01/05/2011
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1114-julian-alexus-neil#69918
MessageSujet: This is it ! [Libre]   Ven 30 Juin 2017 - 11:21

~ Vendredi 26 juin - Fin d'après-midi ~

Situation : Tous les robinets sont ensorcelés pour balancer de la flotte (ou autre...) dès que quelqu'un arrive.


Dernière édition par Julian A. Neil le Ven 30 Juin 2017 - 11:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1701
Date d'inscription : 01/05/2011
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1114-julian-alexus-neil#69918
MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   Ven 30 Juin 2017 - 11:21

Lancer de dé
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 433
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Beaucoup



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr
MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   Ven 30 Juin 2017 - 11:21

Le membre 'Julian A. Neil' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé piège' : 7
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1701
Date d'inscription : 01/05/2011
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1114-julian-alexus-neil#69918
MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   Ven 30 Juin 2017 - 11:38

La fin des examens… Enfin ! Julian avait passé la fin de sa dernière épreuve dans un état étrange. Sa jambe ne cessait pas de bouger, elle était impatiente. Enfin, ils allaient pouvoir tout balancer au feu et peut être penser aux vacances. Aucune annonce officielle n’avait été faite mais comme tous les autres, Ju’ était pleine d’espoir. Elle voulait pouvoir partir avec Jeroen, faire la folle, se reposer, faire l’amour tous les jours. Oui elle pensait à ça, et alors ? En tout cas, ça ne l’aidait pas à se concentrer sur ce dernier examen. De toute façon, elle avait terminé et elle voulait juste pouvoir sortir. Quand enfin ce fut le cas, elle se rua dans les couloirs et poussa un cri de joie. On la regarda de manière étrange mais autant dire qu’il en fallait plus pour mettre la belle Julian mal à l’aise. Elle assumait chacun de ses actes et elle était prête à tout en cet instant. Elle voyait déjà la magnifique soirée qui allait avoir lieu ce soir. Et le lendemain soir. Et tous les soirs à venir. Une fête perpétuelle. Nom de dieu, elle était vraiment de très bonne humeur.

Julian était passé dans la salle commune des Gryffondors pour faire un petit coucou à Zachary et voir avec lui ce qu’ils pouvaient organiser. En tant que préfet en chef, il avait refusé de lui donner des infos ce qui avait beaucoup fait rire la rousse. Elle avait passé un peu de temps à discuter avec lui puis elle avait redescendu les escaliers en trombe. Cependant, au quatrième étage, un petit détail la poussa à arrêter sa course. Cette semaine, elle s’était bien amusée avec ses camarades à foutre des pièges un peu partout dans le Château. Et elle se souvenait que l’un d’eux se trouvait juste ici. La jeune femme entra dans la salle de bain, ayant pris soin de désactiver temporairement le piège. Elle vérifia à l’aide de sa baguette que tout était encore bien en marche et un grand sourire s’afficha sur son visage. Aller, une petite pause s’imposait. Julian ouvrit alors les portes des salles de bain en grand et alla se planquer un peu plus loin dans le couloir. De là où elle était, dans un angle, elle avait une vue parfaite sur les portes et les premiers robinets. La première personne qui passerait par là allait se prendre une sacrée vague dans la tête et elle avait plutôt hâte de voir ça. A priori, seule de l’eau devait sortir, sauf si un de ses compères de connerie était repassé par là pour complexifier le truc. En tout cas, la rousse mourrait d’envie de voir quelqu’un tomber dans son piège. Le cœur battant, elle tenait son poste.

Il fallait par contre bien avouer que la patience n’était pas toujours la plus grande qualité de Julian. Elle commençait à trépigner et se dire qu’elle devrait abandonner l’idée de voir ça en live lorsque des bruits de pas se firent entendre. Un grand sourire se dessina sur le visage de Ju’ qui fit de son mieux pour ne pas bouger et ne pas signifier sa présence. Quelqu’un approchait et, tel un diable dans sa boîte, elle attendait le bon moment pour sortir triomphante de sa cachette et rire aux éclats.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7710
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   Mar 4 Juil 2017 - 14:13

Vendredi 26 juin – Fin d’après-midi
This is it



Julian & Cameron & …

Vendredi matin, au petit jour

Une main sous la tête, l’autre posée sur l’épaule de Margo alors que mon bras l’entour, je regarde le plafond. Elle dort encore, je peux le sentir à sa respiration, et même si le réveil va bientôt sonner pour elle comme pour moi, je la laisse profiter de ces derniers instants chez Morphée. Je ferme les yeux, un soupir m’échappe, mon corps complètement relâché.
Puis le réveil sonne, elle bouge, marmonne, grogne même et ça me fait sourire. Pourtant je sais pertinemment que dans moins d’une minute elle sera totalement en forme, totalement réveillée, prête à affronter cette journée sur le pied de guerre comme toutes les autres. Cette femme regorge d’une énergie intarissable, il n’y a que lorsqu’elle dort que tout son être semble en veille, et c’est quelque chose que j’apprécie vraiment. Je la regarde, un nouveau sourire amusé, presque tendre, nait sur mes lèvres.

L’instant d’après, elle me fait prisonnier sous les draps et ses éclats de rire deviennent soupirs. Des soupirs mêlés aux miens.

Quelques dizaines de minutes plus tard, je suis debout dans la salle de bain, torse nu devant le miroir dans lequel j’observe mon reflet. Ce que je regarde ? Mes tatouages et mes cicatrices, un peu partout sur ma peau. La dernière en date est dans mon dos, souvenir d’une des dernières entrées des autres connards et sans doute la plus douloureuse. Dans tous les sens du terme, parce qu’elle évoque des souvenirs encore frais malgré les mois qui s’écoulent.
Puis Heïdi est là, derrière moi, ses bras autour de mon torse et son sourire en reflet dans le miroir.

« Ça te donne un côté gangster très sexy toutes ces cicatrices et ces tatouages. »

Je ne réponds pas, si ce n’est par un sourire que je devine un peu absent, alors que je baisse les yeux l’espace d’une seconde.

« A quoi tu penses ? »

Nos regards se croisent dans la glace, elle comprend instantanément quels fantômes planent dans mon esprit ce matin. Un sourire mince étire ses lèvres, compréhensif, elle dépose un baiser sur ma joue …

« J’te laisse. »

… et s’évade.

Margo respecte mes silences, ça aussi c’est quelque chose que j’apprécie. Je ne parle pas beaucoup, c’est vrai, mais elle sait pourtant énormément de choses sur moi. Simplement parce que j’ai choisi de les lui confier. Megan, entre autres, et le fait que parfois elle me manque même si j’ai accepté sa mort depuis longtemps malgré les circonstances.

« Margo, attends. »

Je ne réfléchis pas, quitte la salle de bain sans me précipiter et la rattrape avant qu’elle ne sorte. Ma main se pose sur son bras, l’autre sur sa joue, et je dépose un baiser tendre sur ses lèvres.

« Bonne journée. »

Elle me sourit puis s’en va. Nul besoin de mot, on se comprend souvent sans les utiliser. On ne les utilise pas non plus pour décrire notre relation. On la vit, c’est tout, et c’est très bien comme ça. Je me sens bien avec elle, comme avec une amie envers qui j’ai développé de la confiance au fil du temps, une femme pour qui j’ai de l’affection et dont la légèreté et le sens de l’humour un peu douteux – si, si – me font perdre un peu de la maturité qui me colle trop souvent à la peau ces dernières années.

Je quitte sa chambre peu de temps après elle, me dirige vers le Quatrième pour récupérer quelques affaires chez moi en vue de cette dernière journée d’examen et en chemin croise Enzo qui descend les marches tranquillement, les mains dans les poches, mais un sourire qu’il n’arrive pas à retenir sur le visage.

Ce gosse, je le connais par cœur …

« Toi t’as la tête du branleur qui vient de faire une connerie et qui est fier de son coup. »

Il ne s’arrête pas, se contente de sourire en haussant les épaules et disparait dans les escaliers alors que je m’arrête donc au Quatrième et qu’il continue vers le Rez-De-Chaussée.
J’attends encore quelques instants après être passé par mon dortoir, jusqu’à ce qu’Ems sorte du sien et qu’on fasse un bout de chemin ensemble. On papote un peu, comme un frère et une sœur le ferait, jusqu’à ce qu’elle rejoigne Kezabel, Charleen et Riley pour aller petit-déjeuner.

De mon côté je retrouve Mateo au milieu du hall et quand je me retourne, c’est William qui apparait.

« Yo, associé. Bien dormi ? »
« Laisse tomber, j’viens de croiser Ryans et son air satisfait, t’obtiendra rien de Jackson ce matin il a perdu ses neurones. »
« La ferme le Latin Lover. »

Je les laisse se chamailler quelques secondes, légèrement en retrait comme à mon habitude, non sans rire de la situation. Et puis mon attention se focalise sur l’Argentin-Texan de ses dames. Enfin, de sa dame plutôt … Je viens de me prendre une claque mentale de la part de Riley, cette fille est folle. Sors de ma tête Jenkins ! Je plaisantais.

« J’ai un truc pour toi Frangin Sudiste. Un nouveau test, cultivé avec amour et amélioré par les soins de notre petit chimiste de compet ici présent, à l’époque où il avait encore ses neurones. »

Qui a dit que je ne charriais jamais les potes ?
Et je lui adresse un très large sourire en plus de ça.

« Tu nous en diras des nouvelles. »

Est-ce qu’on fait du trafic impunément au milieu du Hall d’une école, en pleine période d’examen ? Non, on discute entre compères, on s’offre des cadeaux, on fait de la botanique, etc … Même si ces sales gosses ne le méritent pas après tout le bordel qu’ils ont foutu toute la semaine dans cette baraque.

#

Vendredi fin d’après-midi, après les dernières épreuves

J’aimerai dire que c’est terminé comme j’aimerai dire que je n’ai pas failli caner il y a de ça quelques jours ou semaines à cause d’un putain de Détraqueurs que je ne pouvais pas voir et d’une allumée en pleine croisade anti-Moldus, mais non. C’est terminé pour ceux qui passent les examens – en ce qui me concerne j’ai séché tout comme j’ai séché tous les cours ces derniers mois – mais pas pour ceux qui les corrige et ont organisé les épreuves. Dimitri m’a aidé pour la première partie, la seconde repose entièrement sur moi.
Mais pour l’instant je fais comme tout le monde : Je souffle. Enfin … J’essaie, parce qu’il y a une des gamines de Première Année qui me colle au train pour me parler de ce qu’elle a mis sur ces copies, la façon dont elle a réussi telle potion et tel sortilège, etc ... Je trouve ça touchant, je l’écoute, j’adore les gosses mais comme tout le monde parfois j’ai besoin d’être tranquille alors quand elle continue à me suivre alors que je pousse la porte des toilettes au Quatrième …

« Kemmie … »
« Quoi ? »

… Elle réalise, confuse et les joues roses.

« Oh pardon ! »

Elle file en vitesse, je lâche un rire amusé et me dirige vers les lavabos pour me passer un peu d’eau sur le visage. Sans trop savoir pourquoi j’ai une pensée pour Kyle. Hâte de te revoir p’tit frère, c’est que tu me manquerais presque.

Et là, c’est le drame. Je tourne le robinet, m’attendant à un léger filet d’eau que je pourrais moduler à ma convenance quand un véritable Tsunami s’en échappe et me submerge de la tête aux pieds, envahissant une bonne partie de la pièce au passage. Ça ne m’a pas projeté en arrière, je suis simplement trempé du haut jusqu’en bas, un peu sonné par l’effet de surprise et surtout un léger coup d’œil sur mes vêtements – et pire – sur ma peau, m’apprend que je viens de me colorer entièrement aux couleurs du drapeau des Etats-Unis D’Amérique.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1701
Date d'inscription : 01/05/2011
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1114-julian-alexus-neil#69918
MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   Jeu 6 Juil 2017 - 21:54

L’impatience de Julian commençait à se faire sentir. Son enthousiasme était peu à peu en train de redescendre ce qui était tout de même très dommage quand on savait quelle était cette journée. La fin des examens, l’apothéose de leur semaine de conneries ! Mais voilà, personne ne semblait vouloir lui donner la satisfaction de contempler son œuvre. Personne ? Des voix se firent bientôt entendre. De nouvelles personnes dans le couloir. Elles n’étaient pas les premières à passer mais Ju’ avait l’espoir que cette fois, elles se rendraient aux toilettes. Elle reconnut alors rapidement Cameron Cassidy, le nouveau professeur d’étude des non-magiciens et surtout, un des moldus de l’école, l’ami d’Emily. Bref, elle savait qui c’était. À côté de lui, une élève de première année qui semblait le suivre partout. Même aux toilettes ? Non apparemment elle avait compris que ce n’était pas une bonne chose à faire et commençait donc à s’éloigner. Mais autant dire que Julian le lui prêta aucune attention. Non, ce qui l’attirait à l’instant c’était Cameron qui venait d’entrer dans la salle maudite. Julian sortit alors sa baguette et à l’aide d’un sort, fit s’ouvrir très lentement la porte. Pas en entière, sinon Cassidy risquait de se rendre compte de quelque chose. Juste suffisamment pour qu’elle puisse voir la scène. Et là…

« OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII »

Bon, pour la discrétion, on repassera mais autant dire que ce n’était nullement ce que recherchait Julian. Quand elle avait vu l’eau jaillir sur Cameron qui n’avait pas bougé d’un millimètre, elle était sortie en bondissant de sa cachette, ouvrant la porte en grand au passage avec la magie et levant les bras au ciel, signe de victoire. Elle s’était ensuite approchée de sa victime mais sans entrer dans la pièce dont le sol était tapissé d’eau. Mais ce n’était pas tout, Cameron qui semblait encore scotché par ce qui venait de lui arriver, était désormais aux couleurs du drapeau américain.

« Alors là, je sais pas qui a modifié le piège, mais c’est un génie ! »

Et le rire de la rousse se fit entendre de manière forte et sans aucune retenue. Toujours à l’entrée de la salle, pliée en deux par le rire, Julian jetait des regards entre deux éclats de rire à Cameron. Il en tirait une de ces tronches ! Mais il fallait avouer que ces couleurs ça lui allait très bien. Ça lui donnait un petit air de mascotte, c’était franchement pas mal. Qui avait pu trafiquer tout ça. Takuma ? William ? Mateo ? Impossible à dire mais en tout cas, qui que ce soit, c’était un petit génie. Elle irait les questionner plus tard. Mais pour l’instant, elle savourait ce moment qui venait clairement de faire remonter son baromètre de bonne humeur.

« Sois pas fâché, je te jure que ça te va vraiment bien. Et puis, ce soir, c’est jour de fête, au moins t’auras pas à chercher de déguisement. »

Merci Julian. À noter que le fait que Cameron soit désormais un professeur ne semblait en aucun cas influencer son comportement. Elle lui parlait comme à n’importe quel élève et continuait à rire comme une dinde. Elle était comme ça, une sale gosse jusqu’au bout des ongles… Enfin, quand son euphorie se fut un peu dissipée, la jeune femme utilisa sa baguette magique pour envoyer dans les lavabos l’eau qui se trouvait au sol. Elle s’approcha alors de Cameron comme pour l’observer de plus près. Bien sûr, elle n’avait aucunement l’intention de l’aider à retrouver une apparence normale. Bah quoi ? Elle n’allait tout de même pas arrêter de si tôt une si bonne blague. Surtout, ce serait dommage qu’elle soit la seule à profiter de ce magnifique spectacle !

« Oh, say, can you see, by the dawn's early light,
What so proudly we hail'd at the twilight's last gleaming ? »


Main sur le cœur, Julian venait vraiment d’entonner les premières notes de l’hymne américain. Bon, elle s’était vite arrêtée parce que d’une, elle n’était pas sûre de la suite et de deux, le fou rire avait reprit le dessus. Pauvre Cameron, il était tombé sur elle dans son meilleur jour, et ça pouvait faire très mal…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7710
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   Jeu 13 Juil 2017 - 21:08

« OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII »

Ceci est un cri de joie ou je ne m'y connais pas. Pire encore, un cri de victoire, et la personne qui le pousse ne tarde pas à se montrer. Je devine qu'elle était planquée dans son coin depuis un moment en attendant telle une araignée sur sa toile qu'une malheureuse victime tombe dans son piège … Et la victime c'est moi. Cameron Sylas Cassidy, enchanté. Enchanté ? C'est pas tellement le terme que je comptais employer mais ça n'est pas là où je veux en venir, plutôt au fait que les présentations sont inutiles puisque je n'ai aucun mal à reconnaître Julian alors qu'elle se matérialise devant moi, conquérante et surtout victorieuse.

« Alors là, je sais pas qui a modifié le piège, mais c’est un génie ! »
« Mouais. »

En réalité, si, un peu, mais ne comptez pas sur moi pour le prononcer à voix haute. Manquerait plus d'encourager ces sales mômes ! Je dois bien admettre néanmoins que son rire est communicatif et je me surprends à sourire sans même m'en rendre compte. Pourquoi s'en priver après tout ? Il n'y a pas mort d'homme, je suis juste trempé et je pourrais presque entendre Enzo dans ma tête, me dire que je suis effectivement, vraiment, Oncle Sam.

Manque plus que le chapeau et on est bons ...

« Sois pas fâché, je te jure que ça te va vraiment bien. Et puis, ce soir, c’est jour de fête, au moins t’auras pas à chercher de déguisement. »
« Bah tiens. »

Je secoue la tête, un léger sourire en coin toujours présent alors que je baisse les yeux pour observer une nouvelle fois l'étendue des dégâts. Mes fringues me collent à la peau, c'est pas vraiment agréable comme sensation mais on a vu pire. Je secoue les bras comme si ça pouvait décoller un peu le tissus de ma peau et surtout faire s'en aller un peu d'eau. C'est peine perdue je sais mais ce sont des gestes plus réflexe qu'autre chose, comme celui de me frotter le visage pour en enlever la fine pellicule humide qui semble s'y trouver à son aise. Mes mains glissent dans mes cheveux par le prolongement du geste et je laisse mes bras retomber le long de mes côtes, secouant cette fois les mains.
Quand elle sort sa baguette je ne recule pas mais en moi s'opère toujours la même réaction : Méfiance et répulsion. Ça ne passera jamais, je le sais mais ça n'est pas un problème en ce qui me concerne. Je la regarde débarrasser le sol de l'eau dont il est jonché puis hausse un sourcil quand elle s'approche de moi. Si j'imagine qu'elle va m'aider ? Je ne suis pas naïf, on n'apprend pas au vieux singe à faire la grimace et même si on ne se connait pas très bien, même si notre première réelle conversation m'a montré une toute autre partie d'elle, sa réputation n'est plus à faire dans l'école. Même moi qui ne prête pas attention à tout ça, aux autres, je le sais.

Et ça n'a rien de péjoratif.

Je crois que j'aurai pu m'attendre à tout et n'importe quoi mais ce qu'il se passe, là, tout de suite, je ne l'ai clairement pas vu venir. Main sur le cœur, elle entame l'hymne national des États Unis d'Amérique.

« Oh, say, can you see, by the dawn's early light,
What so proudly we hail'd at the twilight's last gleaming ? »


Et elle éclate de rire, part même carrément en fou rire, je me contente d'un rire bref mais réellement amusé.

« J'vois que tu connais tes classiques. J'suis juste un peu déçu, mes origines Russes ont été honteusement laissées de côté. »

Et oui les gars, et la fille, c'est bien de faire les malins mais vous faites le taf qu'à moitié là. Je la provoque gentiment, mes origines j'en ai pas grand chose à faire tout comme le fait d'être citoyen Américain ne m'a jamais apporté l'immense fierté que ça procure à beaucoup d'entre nous. Pour moi, c'était San Francisco. Point barre. Un monde à part entière.

« Tiens d'ailleurs, tu voudrais pas me changer l'hymne nationale Russe pour remédier à ça ? »

Interro surprise de culture générale.
Le petit Caem est demandé en caisse centrale pour la correction.

« En tout cas, pour ce qui est du « génie » je vote pour Will ou Mateo. Ou les deux. Patriotisme oblige. »

Parce qu'il est fier de son sang chaud de latin, le Vargas, mais mec tu viens du Texas, t'es de chez nous compatriote. C'est pas la Californie mais ça passe, on t'aime bien alors on t'accepte quand dans la confrérie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1701
Date d'inscription : 01/05/2011
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1114-julian-alexus-neil#69918
MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   Sam 15 Juil 2017 - 11:54

La tornade était de sortie et il était légitime de se demander si quelque chose allait pouvoir l’arrêter. Julian n’avait jamais fait les choses à moitié, que ce soit dans la connerie ou dans le sérieux. Et là on était dans la première option, qui était il fallait bien le dire, sa préférée. La jeune femme savait que son comportement pouvait intriguer voire effrayer mais elle s’en fichait. La preuve, elle se comportait avec Cameron comme si de rien n’était. Pourtant, la seule et unique fois où ils avaient réellement discuté, tout ne s’était pas fini dans la joie et la bonne humeur. Rien de profondément grave, simplement, la jeune femme avait révélé ce qu’elle avait été, le camp qu’elle avait choisi et indéniablement, ça avait provoqué chez le moldu un moment de recul. Est-ce qu’elle le blâmait pour ça ? Pas le moins du monde, quelque part, c’était ce qu’elle avait cherché. Mais désormais, c’était derrière et en cet instant, Julian n’y pensait absolument pas. Non, elle était juste concentrée sur la prochaine connerie qu’elle allait pouvoir sortir, ce qui était déjà pas mal.

L’hymne américain… Elle n’avait pas trouvé mieux comme connerie. Mais le pire, c’était qu’elle en était plutôt fière. Oui, même carrément fière de s’être mis à entonner la chanson à la manière de tous ces patriotes. Julian avait donc ri comme une folle de sa bêtise. Si Cameron ne semblait pas aussi expressif qu’elle dans l’hilarité, il s’était tout de même laisser aller un peu, ce qui n’avait fait qu’encourager Julian. Elle avait ri à en avoir mal aux abdos et les larmes aux yeux.

« J'vois que tu connais tes classiques. J'suis juste un peu déçu, mes origines Russes ont été honteusement laissées de côté.

- Ah merde, en tant qu’Anglaise souche, j’ai oublié la question du multiculturalisme. »

T’as fini de dire des conneries ? Non ? D’accord. Julian avait adressé un grand sourire à Cameron avant de rire légèrement et de se reprendre. Elle essuya les quelques larmes qu’elle avait encore au coin des yeux et adressa au jeune homme un immense sourire. Elle devait tout de même se concentrer pour ne pas exploser de rire encore et encore parce qu’à chaque fois qu’elle posait le regard sur ses fringues, ça revenait. Et comme il n’avait pas l’air en colère du tout, une partie d’elle semblait même vouloir ne pas la convaincre de calmer ses ardeurs. Bon sauf que là, elle était en train de se faire piéger.

« Je me déclare vaincue. J’avoue, très honnêtement, que j’ai pas la moindre idée d’à quoi ressemble l’hymne russe. »

En disant cela, Julian avait ouvert de grands yeux, cherchant en même temps dans sa mémoire. C’était fou ça quand même, mais elle avait beau réfléchir, fouiller, c’était le trou noir. Elle n’avait réellement aucune idée de ce à quoi pouvez ressembler ce fichu hymne. C’était assez dingue quand même. Elle l’avait forcément entendu un jour dans sa vie mais pas assez apparemment. Enfin, elle avait fini par hausser les épaules, ce n’était pas grave, Cameron n’avait pas l’air d’être si outré que ça. Autant se concentrer sur les instigateurs de cette magnifique modification de piège.

« C’est vrai que vous, les américains, vous avez un vrai problème avec le patriotisme. »

Julian tira alors la langue à Cameron, signe qu’elle disait ça sur le ton de la rigolade. Même s’il fallait bien avouer qu’elle avait toujours trouvé ça intriguant. Elle n’était pas une grande connaisseuse de ces questions parce qu’elle ne s’y intéressait pas vraiment, mais elle n’avait jamais senti ce besoin de revendiquer son appartenance à son pays. Aux Etats-Unis c’était différent et il fallait bien avouer aussi qu’en Europe, ils grossissaient souvent le trait là-dessus. Mais bref.

« On devrait peut être remettre en route le piège avec d’autres drapeaux, histoire que tu te sentes moins seule et de prôner la diversité ! »

C’était très ironique d’entendre Julian dire ça. Oui, qu’elle parle de prôner la diversité après la cause qu’elle avait embrassé, c’était très drôle. Mais elle avait changé et surtout, quand elle était dans son mode connerie, elle ne voyait aucune barrière. Aucune limite et clairement, elle n’avait pas envie de réfléchir de manière posée et intelligente sur ce qu’elle disait. Non, elle voulait juste s’amuser et qu’importe si cela lui faisait dire des énormités.

« Allez, quel drapeau tu aimerais voir se promener dans les couloirs ? »

Bah oui, parce qu’elle avait beau dire des conneries, ce n’était pas pour autant qu’elle ne voulait pas les appliquer. Julian s’était donc dirigée vers le lavabo pour lancer quelques sorts et voir comment le tout avait été trafiqué.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
This is it ! [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Quatrième Etage. :: ─ Toilettes & salles des bains :: ─ Garçons-
Sauter vers: