AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 This is it ! [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 1717
Date d'inscription : 01/05/2011
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1114-julian-alexus-neil#69918
MessageSujet: This is it ! [Libre]   Ven 30 Juin 2017 - 11:21

~ Vendredi 26 juin - Fin d'après-midi ~

Situation : Tous les robinets sont ensorcelés pour balancer de la flotte (ou autre...) dès que quelqu'un arrive.


Dernière édition par Julian A. Neil le Ven 30 Juin 2017 - 11:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1717
Date d'inscription : 01/05/2011
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1114-julian-alexus-neil#69918
MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   Ven 30 Juin 2017 - 11:21

Lancer de dé
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 447
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Beaucoup



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr
MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   Ven 30 Juin 2017 - 11:21

Le membre 'Julian A. Neil' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé piège' : 7
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1717
Date d'inscription : 01/05/2011
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1114-julian-alexus-neil#69918
MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   Ven 30 Juin 2017 - 11:38

La fin des examens… Enfin ! Julian avait passé la fin de sa dernière épreuve dans un état étrange. Sa jambe ne cessait pas de bouger, elle était impatiente. Enfin, ils allaient pouvoir tout balancer au feu et peut être penser aux vacances. Aucune annonce officielle n’avait été faite mais comme tous les autres, Ju’ était pleine d’espoir. Elle voulait pouvoir partir avec Jeroen, faire la folle, se reposer, faire l’amour tous les jours. Oui elle pensait à ça, et alors ? En tout cas, ça ne l’aidait pas à se concentrer sur ce dernier examen. De toute façon, elle avait terminé et elle voulait juste pouvoir sortir. Quand enfin ce fut le cas, elle se rua dans les couloirs et poussa un cri de joie. On la regarda de manière étrange mais autant dire qu’il en fallait plus pour mettre la belle Julian mal à l’aise. Elle assumait chacun de ses actes et elle était prête à tout en cet instant. Elle voyait déjà la magnifique soirée qui allait avoir lieu ce soir. Et le lendemain soir. Et tous les soirs à venir. Une fête perpétuelle. Nom de dieu, elle était vraiment de très bonne humeur.

Julian était passé dans la salle commune des Gryffondors pour faire un petit coucou à Zachary et voir avec lui ce qu’ils pouvaient organiser. En tant que préfet en chef, il avait refusé de lui donner des infos ce qui avait beaucoup fait rire la rousse. Elle avait passé un peu de temps à discuter avec lui puis elle avait redescendu les escaliers en trombe. Cependant, au quatrième étage, un petit détail la poussa à arrêter sa course. Cette semaine, elle s’était bien amusée avec ses camarades à foutre des pièges un peu partout dans le Château. Et elle se souvenait que l’un d’eux se trouvait juste ici. La jeune femme entra dans la salle de bain, ayant pris soin de désactiver temporairement le piège. Elle vérifia à l’aide de sa baguette que tout était encore bien en marche et un grand sourire s’afficha sur son visage. Aller, une petite pause s’imposait. Julian ouvrit alors les portes des salles de bain en grand et alla se planquer un peu plus loin dans le couloir. De là où elle était, dans un angle, elle avait une vue parfaite sur les portes et les premiers robinets. La première personne qui passerait par là allait se prendre une sacrée vague dans la tête et elle avait plutôt hâte de voir ça. A priori, seule de l’eau devait sortir, sauf si un de ses compères de connerie était repassé par là pour complexifier le truc. En tout cas, la rousse mourrait d’envie de voir quelqu’un tomber dans son piège. Le cœur battant, elle tenait son poste.

Il fallait par contre bien avouer que la patience n’était pas toujours la plus grande qualité de Julian. Elle commençait à trépigner et se dire qu’elle devrait abandonner l’idée de voir ça en live lorsque des bruits de pas se firent entendre. Un grand sourire se dessina sur le visage de Ju’ qui fit de son mieux pour ne pas bouger et ne pas signifier sa présence. Quelqu’un approchait et, tel un diable dans sa boîte, elle attendait le bon moment pour sortir triomphante de sa cachette et rire aux éclats.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7757
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   Mar 4 Juil 2017 - 14:13

Vendredi 26 juin – Fin d’après-midi
This is it



Julian & Cameron & …

Vendredi matin, au petit jour

Une main sous la tête, l’autre posée sur l’épaule de Margo alors que mon bras l’entour, je regarde le plafond. Elle dort encore, je peux le sentir à sa respiration, et même si le réveil va bientôt sonner pour elle comme pour moi, je la laisse profiter de ces derniers instants chez Morphée. Je ferme les yeux, un soupir m’échappe, mon corps complètement relâché.
Puis le réveil sonne, elle bouge, marmonne, grogne même et ça me fait sourire. Pourtant je sais pertinemment que dans moins d’une minute elle sera totalement en forme, totalement réveillée, prête à affronter cette journée sur le pied de guerre comme toutes les autres. Cette femme regorge d’une énergie intarissable, il n’y a que lorsqu’elle dort que tout son être semble en veille, et c’est quelque chose que j’apprécie vraiment. Je la regarde, un nouveau sourire amusé, presque tendre, nait sur mes lèvres.

L’instant d’après, elle me fait prisonnier sous les draps et ses éclats de rire deviennent soupirs. Des soupirs mêlés aux miens.

Quelques dizaines de minutes plus tard, je suis debout dans la salle de bain, torse nu devant le miroir dans lequel j’observe mon reflet. Ce que je regarde ? Mes tatouages et mes cicatrices, un peu partout sur ma peau. La dernière en date est dans mon dos, souvenir d’une des dernières entrées des autres connards et sans doute la plus douloureuse. Dans tous les sens du terme, parce qu’elle évoque des souvenirs encore frais malgré les mois qui s’écoulent.
Puis Heïdi est là, derrière moi, ses bras autour de mon torse et son sourire en reflet dans le miroir.

« Ça te donne un côté gangster très sexy toutes ces cicatrices et ces tatouages. »

Je ne réponds pas, si ce n’est par un sourire que je devine un peu absent, alors que je baisse les yeux l’espace d’une seconde.

« A quoi tu penses ? »

Nos regards se croisent dans la glace, elle comprend instantanément quels fantômes planent dans mon esprit ce matin. Un sourire mince étire ses lèvres, compréhensif, elle dépose un baiser sur ma joue …

« J’te laisse. »

… et s’évade.

Margo respecte mes silences, ça aussi c’est quelque chose que j’apprécie. Je ne parle pas beaucoup, c’est vrai, mais elle sait pourtant énormément de choses sur moi. Simplement parce que j’ai choisi de les lui confier. Megan, entre autres, et le fait que parfois elle me manque même si j’ai accepté sa mort depuis longtemps malgré les circonstances.

« Margo, attends. »

Je ne réfléchis pas, quitte la salle de bain sans me précipiter et la rattrape avant qu’elle ne sorte. Ma main se pose sur son bras, l’autre sur sa joue, et je dépose un baiser tendre sur ses lèvres.

« Bonne journée. »

Elle me sourit puis s’en va. Nul besoin de mot, on se comprend souvent sans les utiliser. On ne les utilise pas non plus pour décrire notre relation. On la vit, c’est tout, et c’est très bien comme ça. Je me sens bien avec elle, comme avec une amie envers qui j’ai développé de la confiance au fil du temps, une femme pour qui j’ai de l’affection et dont la légèreté et le sens de l’humour un peu douteux – si, si – me font perdre un peu de la maturité qui me colle trop souvent à la peau ces dernières années.

Je quitte sa chambre peu de temps après elle, me dirige vers le Quatrième pour récupérer quelques affaires chez moi en vue de cette dernière journée d’examen et en chemin croise Enzo qui descend les marches tranquillement, les mains dans les poches, mais un sourire qu’il n’arrive pas à retenir sur le visage.

Ce gosse, je le connais par cœur …

« Toi t’as la tête du branleur qui vient de faire une connerie et qui est fier de son coup. »

Il ne s’arrête pas, se contente de sourire en haussant les épaules et disparait dans les escaliers alors que je m’arrête donc au Quatrième et qu’il continue vers le Rez-De-Chaussée.
J’attends encore quelques instants après être passé par mon dortoir, jusqu’à ce qu’Ems sorte du sien et qu’on fasse un bout de chemin ensemble. On papote un peu, comme un frère et une sœur le ferait, jusqu’à ce qu’elle rejoigne Kezabel, Charleen et Riley pour aller petit-déjeuner.

De mon côté je retrouve Mateo au milieu du hall et quand je me retourne, c’est William qui apparait.

« Yo, associé. Bien dormi ? »
« Laisse tomber, j’viens de croiser Ryans et son air satisfait, t’obtiendra rien de Jackson ce matin il a perdu ses neurones. »
« La ferme le Latin Lover. »

Je les laisse se chamailler quelques secondes, légèrement en retrait comme à mon habitude, non sans rire de la situation. Et puis mon attention se focalise sur l’Argentin-Texan de ses dames. Enfin, de sa dame plutôt … Je viens de me prendre une claque mentale de la part de Riley, cette fille est folle. Sors de ma tête Jenkins ! Je plaisantais.

« J’ai un truc pour toi Frangin Sudiste. Un nouveau test, cultivé avec amour et amélioré par les soins de notre petit chimiste de compet ici présent, à l’époque où il avait encore ses neurones. »

Qui a dit que je ne charriais jamais les potes ?
Et je lui adresse un très large sourire en plus de ça.

« Tu nous en diras des nouvelles. »

Est-ce qu’on fait du trafic impunément au milieu du Hall d’une école, en pleine période d’examen ? Non, on discute entre compères, on s’offre des cadeaux, on fait de la botanique, etc … Même si ces sales gosses ne le méritent pas après tout le bordel qu’ils ont foutu toute la semaine dans cette baraque.

#

Vendredi fin d’après-midi, après les dernières épreuves

J’aimerai dire que c’est terminé comme j’aimerai dire que je n’ai pas failli caner il y a de ça quelques jours ou semaines à cause d’un putain de Détraqueurs que je ne pouvais pas voir et d’une allumée en pleine croisade anti-Moldus, mais non. C’est terminé pour ceux qui passent les examens – en ce qui me concerne j’ai séché tout comme j’ai séché tous les cours ces derniers mois – mais pas pour ceux qui les corrige et ont organisé les épreuves. Dimitri m’a aidé pour la première partie, la seconde repose entièrement sur moi.
Mais pour l’instant je fais comme tout le monde : Je souffle. Enfin … J’essaie, parce qu’il y a une des gamines de Première Année qui me colle au train pour me parler de ce qu’elle a mis sur ces copies, la façon dont elle a réussi telle potion et tel sortilège, etc ... Je trouve ça touchant, je l’écoute, j’adore les gosses mais comme tout le monde parfois j’ai besoin d’être tranquille alors quand elle continue à me suivre alors que je pousse la porte des toilettes au Quatrième …

« Kemmie … »
« Quoi ? »

… Elle réalise, confuse et les joues roses.

« Oh pardon ! »

Elle file en vitesse, je lâche un rire amusé et me dirige vers les lavabos pour me passer un peu d’eau sur le visage. Sans trop savoir pourquoi j’ai une pensée pour Kyle. Hâte de te revoir p’tit frère, c’est que tu me manquerais presque.

Et là, c’est le drame. Je tourne le robinet, m’attendant à un léger filet d’eau que je pourrais moduler à ma convenance quand un véritable Tsunami s’en échappe et me submerge de la tête aux pieds, envahissant une bonne partie de la pièce au passage. Ça ne m’a pas projeté en arrière, je suis simplement trempé du haut jusqu’en bas, un peu sonné par l’effet de surprise et surtout un léger coup d’œil sur mes vêtements – et pire – sur ma peau, m’apprend que je viens de me colorer entièrement aux couleurs du drapeau des Etats-Unis D’Amérique.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1717
Date d'inscription : 01/05/2011
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1114-julian-alexus-neil#69918
MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   Jeu 6 Juil 2017 - 21:54

L’impatience de Julian commençait à se faire sentir. Son enthousiasme était peu à peu en train de redescendre ce qui était tout de même très dommage quand on savait quelle était cette journée. La fin des examens, l’apothéose de leur semaine de conneries ! Mais voilà, personne ne semblait vouloir lui donner la satisfaction de contempler son œuvre. Personne ? Des voix se firent bientôt entendre. De nouvelles personnes dans le couloir. Elles n’étaient pas les premières à passer mais Ju’ avait l’espoir que cette fois, elles se rendraient aux toilettes. Elle reconnut alors rapidement Cameron Cassidy, le nouveau professeur d’étude des non-magiciens et surtout, un des moldus de l’école, l’ami d’Emily. Bref, elle savait qui c’était. À côté de lui, une élève de première année qui semblait le suivre partout. Même aux toilettes ? Non apparemment elle avait compris que ce n’était pas une bonne chose à faire et commençait donc à s’éloigner. Mais autant dire que Julian le lui prêta aucune attention. Non, ce qui l’attirait à l’instant c’était Cameron qui venait d’entrer dans la salle maudite. Julian sortit alors sa baguette et à l’aide d’un sort, fit s’ouvrir très lentement la porte. Pas en entière, sinon Cassidy risquait de se rendre compte de quelque chose. Juste suffisamment pour qu’elle puisse voir la scène. Et là…

« OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII »

Bon, pour la discrétion, on repassera mais autant dire que ce n’était nullement ce que recherchait Julian. Quand elle avait vu l’eau jaillir sur Cameron qui n’avait pas bougé d’un millimètre, elle était sortie en bondissant de sa cachette, ouvrant la porte en grand au passage avec la magie et levant les bras au ciel, signe de victoire. Elle s’était ensuite approchée de sa victime mais sans entrer dans la pièce dont le sol était tapissé d’eau. Mais ce n’était pas tout, Cameron qui semblait encore scotché par ce qui venait de lui arriver, était désormais aux couleurs du drapeau américain.

« Alors là, je sais pas qui a modifié le piège, mais c’est un génie ! »

Et le rire de la rousse se fit entendre de manière forte et sans aucune retenue. Toujours à l’entrée de la salle, pliée en deux par le rire, Julian jetait des regards entre deux éclats de rire à Cameron. Il en tirait une de ces tronches ! Mais il fallait avouer que ces couleurs ça lui allait très bien. Ça lui donnait un petit air de mascotte, c’était franchement pas mal. Qui avait pu trafiquer tout ça. Takuma ? William ? Mateo ? Impossible à dire mais en tout cas, qui que ce soit, c’était un petit génie. Elle irait les questionner plus tard. Mais pour l’instant, elle savourait ce moment qui venait clairement de faire remonter son baromètre de bonne humeur.

« Sois pas fâché, je te jure que ça te va vraiment bien. Et puis, ce soir, c’est jour de fête, au moins t’auras pas à chercher de déguisement. »

Merci Julian. À noter que le fait que Cameron soit désormais un professeur ne semblait en aucun cas influencer son comportement. Elle lui parlait comme à n’importe quel élève et continuait à rire comme une dinde. Elle était comme ça, une sale gosse jusqu’au bout des ongles… Enfin, quand son euphorie se fut un peu dissipée, la jeune femme utilisa sa baguette magique pour envoyer dans les lavabos l’eau qui se trouvait au sol. Elle s’approcha alors de Cameron comme pour l’observer de plus près. Bien sûr, elle n’avait aucunement l’intention de l’aider à retrouver une apparence normale. Bah quoi ? Elle n’allait tout de même pas arrêter de si tôt une si bonne blague. Surtout, ce serait dommage qu’elle soit la seule à profiter de ce magnifique spectacle !

« Oh, say, can you see, by the dawn's early light,
What so proudly we hail'd at the twilight's last gleaming ? »


Main sur le cœur, Julian venait vraiment d’entonner les premières notes de l’hymne américain. Bon, elle s’était vite arrêtée parce que d’une, elle n’était pas sûre de la suite et de deux, le fou rire avait reprit le dessus. Pauvre Cameron, il était tombé sur elle dans son meilleur jour, et ça pouvait faire très mal…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7757
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   Jeu 13 Juil 2017 - 21:08

« OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII »

Ceci est un cri de joie ou je ne m'y connais pas. Pire encore, un cri de victoire, et la personne qui le pousse ne tarde pas à se montrer. Je devine qu'elle était planquée dans son coin depuis un moment en attendant telle une araignée sur sa toile qu'une malheureuse victime tombe dans son piège … Et la victime c'est moi. Cameron Sylas Cassidy, enchanté. Enchanté ? C'est pas tellement le terme que je comptais employer mais ça n'est pas là où je veux en venir, plutôt au fait que les présentations sont inutiles puisque je n'ai aucun mal à reconnaître Julian alors qu'elle se matérialise devant moi, conquérante et surtout victorieuse.

« Alors là, je sais pas qui a modifié le piège, mais c’est un génie ! »
« Mouais. »

En réalité, si, un peu, mais ne comptez pas sur moi pour le prononcer à voix haute. Manquerait plus d'encourager ces sales mômes ! Je dois bien admettre néanmoins que son rire est communicatif et je me surprends à sourire sans même m'en rendre compte. Pourquoi s'en priver après tout ? Il n'y a pas mort d'homme, je suis juste trempé et je pourrais presque entendre Enzo dans ma tête, me dire que je suis effectivement, vraiment, Oncle Sam.

Manque plus que le chapeau et on est bons ...

« Sois pas fâché, je te jure que ça te va vraiment bien. Et puis, ce soir, c’est jour de fête, au moins t’auras pas à chercher de déguisement. »
« Bah tiens. »

Je secoue la tête, un léger sourire en coin toujours présent alors que je baisse les yeux pour observer une nouvelle fois l'étendue des dégâts. Mes fringues me collent à la peau, c'est pas vraiment agréable comme sensation mais on a vu pire. Je secoue les bras comme si ça pouvait décoller un peu le tissus de ma peau et surtout faire s'en aller un peu d'eau. C'est peine perdue je sais mais ce sont des gestes plus réflexe qu'autre chose, comme celui de me frotter le visage pour en enlever la fine pellicule humide qui semble s'y trouver à son aise. Mes mains glissent dans mes cheveux par le prolongement du geste et je laisse mes bras retomber le long de mes côtes, secouant cette fois les mains.
Quand elle sort sa baguette je ne recule pas mais en moi s'opère toujours la même réaction : Méfiance et répulsion. Ça ne passera jamais, je le sais mais ça n'est pas un problème en ce qui me concerne. Je la regarde débarrasser le sol de l'eau dont il est jonché puis hausse un sourcil quand elle s'approche de moi. Si j'imagine qu'elle va m'aider ? Je ne suis pas naïf, on n'apprend pas au vieux singe à faire la grimace et même si on ne se connait pas très bien, même si notre première réelle conversation m'a montré une toute autre partie d'elle, sa réputation n'est plus à faire dans l'école. Même moi qui ne prête pas attention à tout ça, aux autres, je le sais.

Et ça n'a rien de péjoratif.

Je crois que j'aurai pu m'attendre à tout et n'importe quoi mais ce qu'il se passe, là, tout de suite, je ne l'ai clairement pas vu venir. Main sur le cœur, elle entame l'hymne national des États Unis d'Amérique.

« Oh, say, can you see, by the dawn's early light,
What so proudly we hail'd at the twilight's last gleaming ? »


Et elle éclate de rire, part même carrément en fou rire, je me contente d'un rire bref mais réellement amusé.

« J'vois que tu connais tes classiques. J'suis juste un peu déçu, mes origines Russes ont été honteusement laissées de côté. »

Et oui les gars, et la fille, c'est bien de faire les malins mais vous faites le taf qu'à moitié là. Je la provoque gentiment, mes origines j'en ai pas grand chose à faire tout comme le fait d'être citoyen Américain ne m'a jamais apporté l'immense fierté que ça procure à beaucoup d'entre nous. Pour moi, c'était San Francisco. Point barre. Un monde à part entière.

« Tiens d'ailleurs, tu voudrais pas me changer l'hymne nationale Russe pour remédier à ça ? »

Interro surprise de culture générale.
Le petit Caem est demandé en caisse centrale pour la correction.

« En tout cas, pour ce qui est du « génie » je vote pour Will ou Mateo. Ou les deux. Patriotisme oblige. »

Parce qu'il est fier de son sang chaud de latin, le Vargas, mais mec tu viens du Texas, t'es de chez nous compatriote. C'est pas la Californie mais ça passe, on t'aime bien alors on t'accepte quand dans la confrérie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1717
Date d'inscription : 01/05/2011
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1114-julian-alexus-neil#69918
MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   Sam 15 Juil 2017 - 11:54

La tornade était de sortie et il était légitime de se demander si quelque chose allait pouvoir l’arrêter. Julian n’avait jamais fait les choses à moitié, que ce soit dans la connerie ou dans le sérieux. Et là on était dans la première option, qui était il fallait bien le dire, sa préférée. La jeune femme savait que son comportement pouvait intriguer voire effrayer mais elle s’en fichait. La preuve, elle se comportait avec Cameron comme si de rien n’était. Pourtant, la seule et unique fois où ils avaient réellement discuté, tout ne s’était pas fini dans la joie et la bonne humeur. Rien de profondément grave, simplement, la jeune femme avait révélé ce qu’elle avait été, le camp qu’elle avait choisi et indéniablement, ça avait provoqué chez le moldu un moment de recul. Est-ce qu’elle le blâmait pour ça ? Pas le moins du monde, quelque part, c’était ce qu’elle avait cherché. Mais désormais, c’était derrière et en cet instant, Julian n’y pensait absolument pas. Non, elle était juste concentrée sur la prochaine connerie qu’elle allait pouvoir sortir, ce qui était déjà pas mal.

L’hymne américain… Elle n’avait pas trouvé mieux comme connerie. Mais le pire, c’était qu’elle en était plutôt fière. Oui, même carrément fière de s’être mis à entonner la chanson à la manière de tous ces patriotes. Julian avait donc ri comme une folle de sa bêtise. Si Cameron ne semblait pas aussi expressif qu’elle dans l’hilarité, il s’était tout de même laisser aller un peu, ce qui n’avait fait qu’encourager Julian. Elle avait ri à en avoir mal aux abdos et les larmes aux yeux.

« J'vois que tu connais tes classiques. J'suis juste un peu déçu, mes origines Russes ont été honteusement laissées de côté.

- Ah merde, en tant qu’Anglaise souche, j’ai oublié la question du multiculturalisme. »

T’as fini de dire des conneries ? Non ? D’accord. Julian avait adressé un grand sourire à Cameron avant de rire légèrement et de se reprendre. Elle essuya les quelques larmes qu’elle avait encore au coin des yeux et adressa au jeune homme un immense sourire. Elle devait tout de même se concentrer pour ne pas exploser de rire encore et encore parce qu’à chaque fois qu’elle posait le regard sur ses fringues, ça revenait. Et comme il n’avait pas l’air en colère du tout, une partie d’elle semblait même vouloir ne pas la convaincre de calmer ses ardeurs. Bon sauf que là, elle était en train de se faire piéger.

« Je me déclare vaincue. J’avoue, très honnêtement, que j’ai pas la moindre idée d’à quoi ressemble l’hymne russe. »

En disant cela, Julian avait ouvert de grands yeux, cherchant en même temps dans sa mémoire. C’était fou ça quand même, mais elle avait beau réfléchir, fouiller, c’était le trou noir. Elle n’avait réellement aucune idée de ce à quoi pouvez ressembler ce fichu hymne. C’était assez dingue quand même. Elle l’avait forcément entendu un jour dans sa vie mais pas assez apparemment. Enfin, elle avait fini par hausser les épaules, ce n’était pas grave, Cameron n’avait pas l’air d’être si outré que ça. Autant se concentrer sur les instigateurs de cette magnifique modification de piège.

« C’est vrai que vous, les américains, vous avez un vrai problème avec le patriotisme. »

Julian tira alors la langue à Cameron, signe qu’elle disait ça sur le ton de la rigolade. Même s’il fallait bien avouer qu’elle avait toujours trouvé ça intriguant. Elle n’était pas une grande connaisseuse de ces questions parce qu’elle ne s’y intéressait pas vraiment, mais elle n’avait jamais senti ce besoin de revendiquer son appartenance à son pays. Aux Etats-Unis c’était différent et il fallait bien avouer aussi qu’en Europe, ils grossissaient souvent le trait là-dessus. Mais bref.

« On devrait peut être remettre en route le piège avec d’autres drapeaux, histoire que tu te sentes moins seule et de prôner la diversité ! »

C’était très ironique d’entendre Julian dire ça. Oui, qu’elle parle de prôner la diversité après la cause qu’elle avait embrassé, c’était très drôle. Mais elle avait changé et surtout, quand elle était dans son mode connerie, elle ne voyait aucune barrière. Aucune limite et clairement, elle n’avait pas envie de réfléchir de manière posée et intelligente sur ce qu’elle disait. Non, elle voulait juste s’amuser et qu’importe si cela lui faisait dire des énormités.

« Allez, quel drapeau tu aimerais voir se promener dans les couloirs ? »

Bah oui, parce qu’elle avait beau dire des conneries, ce n’était pas pour autant qu’elle ne voulait pas les appliquer. Julian s’était donc dirigée vers le lavabo pour lancer quelques sorts et voir comment le tout avait été trafiqué.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7757
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   Jeu 27 Juil 2017 - 20:03

« Ah merde, en tant qu’Anglaise souche, j’ai oublié la question du multiculturalisme. »

Elle ne s'arrête jamais, ne se laisse pas démonter, c'est l'impression qu'elle me donne en cet instant alors que je la regarde en secouant la tête. Amusé. Sincèrement, même si le fait d'être mouillé et de prendre l'apparence évidente d'Oncle Sam je m'en serai bien passé, ce moment fait du bien. Un peu. Je ne débranche plus autant qu'avant de cette façon, malheureusement, et parfois oui ça me manque. J'ai de la chance d'avoir des proches qui se chargent de me faire descendre de mon nuage de temps en temps mais à 23 ans, je me comporte bien souvent comme … un adulte responsable face à tout un tas de sales gosses.

Si on fait abstraction du business qu'on a monté avec William, certes.
Ahem.

« Je me déclare vaincue. J’avoue, très honnêtement, que j’ai pas la moindre idée d’à quoi ressemble l’hymne russe. »
« Si ça peut te rassurer, moi non plus. »

Mes seules notions de Russes résident dans quelques insultes que Tallulah m'a apprises et de vagues souvenirs phonétiques qui remontent à ma petite enfance quand ma mère me chantait des berceuses dans cette langue qui était la sienne. J'ai parfois eu envie de creuser, j'ai même essayer de la chercher, de la retrouver et puis une chose en entrainant une autre tout ça m'est un peu sorti de la tête. J'étais citoyen Américain, aujourd'hui je ne sais plus trop. Je ne me vois pas retourner là-bas, à vrai dire je pense plutôt m'installer à Londres avec Jill et Kyle.

Sans oublier la frangine en fonction de ce qu'elle voudra faire.

« C’est vrai que vous, les américains, vous avez un vrai problème avec le patriotisme. »

Cette fois je lâche un rire un peu plus franc et ne peux qu'acquiescer puisqu'elle a réellement raison. Beaucoup de Ricains sont très portés sur le patriotisme, en soi je ne crois pas que ça soit une mauvaise chose mais je ne me sens pas vraiment concerné. A vrai dire, je ne sais pas si les gars le sont réellement, on n'a jamais réellement abordé le sujet même si ça nous arrive souvent de parler du pays. Surtout avec Will, comme je le faisais avec Drew, ou même Kyle bien qu'on ne vienne pas du même bord.

Sans vouloir faire de mauvais jeu de mots.

Je sais qu'elle ironise, la façon dont elle me tire la langue comme une gamine de quatre ans en atteste et me fait sourire, rire même, à nouveau. Je commence à avoir un peu froid, autant le dire, mais ça n'a pas d'importance. On va dire que les étés ici n'ont rien à voir avec les étés Californiens … C'est peu de le dire. Alors à être trempé comme ça entre ces vieilles pierres froides, oui, j'ai vu plus confortable. Et beaucoup moins, aussi.

« On devrait peut être remettre en route le piège avec d’autres drapeaux, histoire que tu te sentes moins seule et de prôner la diversité ! Allez, quel drapeau tu aimerais voir se promener dans les couloirs ? »

Sans trop savoir pourquoi j'observe l'endroit d'un coup d'œil circulaire tout en réfléchissant alors qu'elle trafique et analyse le truc. Sans doute pour capter comment a été mis en place ce sort.

« Instinctivement je t'aurai demandé le drapeau Australien mais il y a peu de chance que l'autre loostik de Ryans passe par là. Et puis je crois qu'il a déjà pas mal donné question mode ces derniers temps. »

Entre le tutu rose de l'autre jour et les effets multicolores hier, y a pas à dire, une vraie fashionista ce môme. Et je me rends compte que Caem est toujours dans le coup, de près ou de loin. Hum. Simple réflexion comme ça, à la volée.

« J'aurai voté pour le drapeau Écossais mais on est dans les mauvaises toilettes c'est dommage. »

Si je pense à Riley ? Absolument pas. Sans offense, c'est à une autre Écossaise que je pense en cet instant.

« Remarque … Tu saurais placer ce sort dans les toilettes des femmes ? Parce que je t'avoue que ça me ferait bien plaisir de voir Emily dans le même état que moi. Et pour Matthew, ici, le drapeau Anglais. »

Je suis un faux frère, je le vis très bien. Ça me fait même jubiler d'avance à la simple idée de les imaginer avec les couleurs de leur pays respectif sur eux, trempés jusqu'aux os. Je suis sympa, j'aime partager. Et je sais surtout parfaitement qu'ils s'en donneraient à cœur joie s'ils me voyaient comme ça ces sales gosses.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1717
Date d'inscription : 01/05/2011
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1114-julian-alexus-neil#69918
MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   Mar 1 Aoû 2017 - 12:12

Julian n’avait envisagé Cameron comme un déconneur potentiel, comme le genre de mec qui est capable d’une minute à l’autre de faire des petites blagues, de se laisser aller. A vrai dire elle ne le connaissait quasiment pas et par conséquent, elle l’avait rangé dans la case du type normal, banal, pas spécialement fun. Au final, elle se rendait compte que sous son air d’adulte responsable, il était aussi capable d’ouvrir un peu les vannes et de dire des conneries. Lorsqu’il déclara qu’il n’avait lui non plus pas la moindre idée de à quoi pouvait ressembler l’hymne russe, elle éclata de rire. Ah ouais ? Donc il lui lançait des défis comme ça alors qu’il n’avait même pas la solution ? Elle aurait presque dû se mettre à chanter du charabia, il n’y aurait vu que du feu. Enfin, tant pis, elle avait loupé l’occasion d’en faire une belle, elle se rattraperait bien vite ! Même immédiatement en sortant une réflexion sur le patriotisme qui fit rire l’américain. Julian rit de bon cœur avec lui, fière mais aussi étrangement contente. C’était difficile à décrire mais c’était comme si elle était contente de le voir se lâcher un peu, de se dire qu’elle avait réussi à le faire rire. Pourtant, elle n’avait aucune attache particulière avec lui et ne pouvait prétendre s’intéresser à son bonheur mais voir qu’elle était parvenue à lui apporter un peu de bonne humeur lui procurait une étrange satisfaction.

Mais bref, aussitôt la première passée, il était temps de se concentrer sur la prochaine connerie. Julian ne voulait pas s’arrêter en si bon chemin. Elle avait donc mis Cameron à contribution et fut surprise de voir qu’il était tout à fait prêt à lui trouver des victimes. Lorsqu’il évoqua Enzo, la jeune femme afficha un grand sourire.

« Oh ne t’inquiète pas, pour lui on trouvera quelque chose d’autre ! »

Bien sûr que Julian trouverait une petite blague à faire à Enzo. Si Cameron ne voulait pas s’en prendre à ses vêtements, elle changerait de registre, pas grave ! Mais l’important, c’était de trouver une nouvelle cible. Cameron enchaîna alors en parlant du drapeau écossais. Il fallut quelques secondes à Julian pour saisir de qui il parlait. Riley, ce serait peu probable. Ah, Emily ! Ju’ connaissait ses origines, Ricardo les lui avait déjà évoquées. Elle eut alors la confirmation par Cameron qui lui demanda si elle pouvait réaliser le même sort dans les salles de bain des filles.

« Tu me prends pour qui ? Bien sûr que je peux faire ça ! »

Julian avait alors un sourire jusqu’aux oreilles. Deux nouvelles victimes de prévues, c’était parfait. La jeune femme s’approcha alors du piège avec sa baguette. Il lui fallait quelques minutes pour analyser le sortilège et faire changer le drapeau mais elle y arriva plutôt bien. Elle fit jaillir un tout petit peu d’eau pour faire un test, tout était opérationnel. La jeune femme nettoya alors les environs, pour que personne ne se doute de rien.

« Ça, c’est fait ! Maintenant, on va chez les filles pour le deuxième piège. Si tu veux rajouter des choses au passage, hésite pas ! Et ce qui serait top ce serait de les voir se faire arroser, je te jure, c’est un spectacle qui vaut le détour. »

Pour le coup, Julian parlait en connaissance de cause. D’ailleurs, un léger rire s’échappa de sa gorge alors qu’elle repensait à la tronche de Cameron lorsqu’il s’était fait asperger. Non, vraiment, c’était mythique et voir les réactions de Matthew et d’Emily en direct live ça pourrait être un bon divertissement. Ju’ était persuadée que Cameron découvrirait une nouvelle partie de lui, un amour pour les bonnes blagues. Elle lui fit signe de le suivre en direction des toilettes des filles.

« Bon par contre si t’es dans les toilettes et qu’un fantôme se pointe, faudra que je te travestisse en fille. Je peux empêcher les humains de rentrer mais les fantômes c’est plus compliqué. »

Oui, elle lui disait sur un ton tout naturel. Il était hors de question qu’il reste dehors pendant qu’elle préparait le piège, c’était leur connerie à tous les deux ! Alors elle le préparait à toutes les éventualités. Normal.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7757
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   Mar 8 Aoû 2017 - 22:56

« Tu me prends pour qui ? Bien sûr que je peux faire ça ! »

Une gosse, c’est une gosse que j’ai devant les yeux et ça me fait secouer la tête, lever les yeux au ciel mais sourire. Je le sais que je ne suis pas le mec le plus funky de cette baraque mais j’ai été un sale gosse moi aussi, avant de me prendre une avalanche de maturité, de sérieux et de détachement dans la gueule. Si je regrette ce temps-là ? Pas vraiment, je sais bien que ça ne fait pas de moi un vieux avant l’heure pour autant, simplement un mec qui ne fait pas vraiment de bruit. Je ne les sermonne pas, ne les encourage pas non plus certes, en réalité je suis plutôt indifférent à tout ça même s’ils arrivent à me tirer des sourires. Chacun est comme il est, on n’est pas là pour juger ou comparer de toute façon.
Fière d’elle, presque conquérante, elle se met donc au travail et j’en profite pour essorer mes sapes comme je peux. Autant dire que ça n’est pas vraiment un succès. Je baisse les bras, ça n’a rien de grave. Si je chope la crève alors soit, je resterai au pieu à boire de la soupe chaude … Non, certainement pas. Je ne suis pas très épais mais mon système immunitaire devrait gérer ça très bien, c’est juste légèrement inconfortable. Lui demander de me sécher magiquement ? Fierté mal placée ou principe à la con, peut-être, mais je ne le ferais pas. Je suis à deux pas de ma piaule, j'irai me changer quand j'en aurai assez d'être coincé dans un remake de 20 mile lieues sous les mers.

« Ça, c’est fait ! »

Je ne sursaute pas mais me rends compte que parti dans mes gestes plus automatique qu'autre chose j'ai légèrement déconnecté. Elle a quoi qu'il en soit de nouveau totalement mon attention.

« Maintenant, on va chez les filles pour le deuxième piège. Si tu veux rajouter des choses au passage, hésite pas ! Et ce qui serait top ce serait de les voir se faire arroser, je te jure, c’est un spectacle qui vaut le détour. »

Elle se marre, je lâche un rire faussement jaune et ironique accompagné d'une grimace tout aussi dénuée de véracité quant à mon agacement. Je ne suis pas du genre à m'énerver et perdre mon calme pour ce genre de choses. Ça n'est rien d'autre qu'une blague, même si je ne suis plus vraiment du genre à faire ce genre de trucs je comprends l'attrait.
Elle me signe, je lui emboite le pas en laissant malgré moi des empreintes de pas sur le sol à cause de l'eau que contient encore mes chaussures. On repassera pour la discrétion.

« Bon par contre si t’es dans les toilettes et qu’un fantôme se pointe, faudra que je te travestisse en fille. Je peux empêcher les humains de rentrer mais les fantômes c’est plus compliqué. »
« Parce que tu t'es travestie en mec toi peut-être ? C’est quoi ce sexisme ? »

L'expression que j'affiche est clairement amusée, absolument pas outrée. Je crois qu'elle ne sait pas bien à qui elle à affaire, la petite. Peut-être que ça fonctionne avec les autres mais elle n'arrivera pas à me faire entrer dans ce genre de jeux là. Je ne suis pas dénué d'humour, mon truc à moi est simplement différent. Ça ne dérange pas les gars de se balader en tutu ou bariolés de toutes les couleurs, en ce qui me concerne ça n'est pas mon délire – même si je me balade depuis tout à l'heure avec les couleurs des USA sur moi – et ça ne fait pas pour autant de moi un rabat-joie. Ça n'est pas non plus une question de fierté mal placée, d'égo et de virilité baffoués, juste le fait que je sais ce que je veux et ne veux pas. Tout ça, dans la bonne humeur et sans braquer qui que ce soit y compris moi-même. Et puis il y a des choses que je pourrais éventuellement – je dis bien éventuellement – accepter de la part d'Emily, d'Enzo voir de Will ou Mateo, que je n'accepterai pas de la part de quelqu'un d'autre.

« Oncle Sam c'est une chose. N'envisage pas une seule seconde me transformer en Première Dame en revanche. J'dirais que je me suis égaré. »

Et comme pour appuyer mes dires j'entre avant elle dans les toilettes des filles, non sans avoir une pensée pour Jill avec qui j'ai eu ma première conversation sérieuse en ce lieu il y a de ça plus de deux ans maintenant. Et ça me fait sourire.
Je laisse Julian vaquer à ses occupations, l'observe quand elle s'applique parce que ma curiosité m'y pousse malgré mon inimitié envers la Magie. Au bout de quelques secondes, une minute ou peut-être deux ...

« Quitte à « enfreindre » les règles. »

… Je sors de ma poche une petite boite qui contient un peu de notre culture à Will et moi, mes feuilles et du tabac. S'il y a bien un truc dont je n'ai jamais manqué ici c'est bien ça, sans doute très paradoxalement étant donné qu'il s'agit d'une école. On trouve toujours quelqu'un pour dépanner de toute façon, en cas de besoin, mais depuis qu'on a lancé notre business avec mon comparse Californien la disette n'est plus qu'un lointain souvenir. Et puis l'avantage ici, dans cette pièce, c'est qu'en cas d'intrusion « à risque » je peux tout balancer directement dans les chiottes. Oui, je sais, c'est pas terrible comme exemple pour un prof … mais je ne suis que remplaçant après tout.
Adressant un sourire satisfait à Julian, je m'installe sur un rebord de fenêtre et commence à rouler mon joint pénard. Avec l'intention plus qu'évidente pour moi de lui en proposer quelques taffes dès qu'il sera allumé. Je ne suis pas du genre radin, loin de là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1717
Date d'inscription : 01/05/2011
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1114-julian-alexus-neil#69918
MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   Ven 11 Aoû 2017 - 15:28

La mission avançait plutôt bien et Julian était toute contente à l’idée de pouvoir faire des conneries sous couvert d’un professeur. Ça rendait le tout encore plus excitant ! Pour autant, il fallait faire attention à quelques petits détails et Julian savait que si on surprenait un garçon dans les toilettes des filles ça pouvait créer des cris hystériques. Oh, elle personnellement, elle trouvait ça plutôt amusant mais étrangement dans cette école tout le monde n’était pas de son avis… Alors elle avait proposé une solution à Cameron sur un ton complètement désinvolte. Comme si l’éventualité qu’il se travestisse était absolument naturelle. Mais apparemment il n’était pas de son avis et cria même au sexisme. Julian se tourna alors vers lui et le regarda amusé. Il avait du répondant en fait !

« Oh je veux bien me travestir s’il y a que ça pour te faire plaisir. »

Et elle lui adressa un clin d’œil amusé. Clairement, Julian s’en fichait de s’habiller en garçon et elle s’amusait toujours de cette fierté masculine qui les empêchait souvent d’être aussi à l’aise avec ce genre de choses. Enfin, Cameron ne semblait pas réellement outré et il enchaîna en disant qu’il répondrait simplement qu’il s’était perdu. Ju’ rit en le voyant entrer dans les toilettes le plus naturellement du monde et prit finalement sa suite.

« Dommage, tu ferais une super première dame je pense. »

Les cheveux peut-être, en tout cas, elle était sûre qu’il serait très mignon comme ça. Enfin, elle n’insista pas et se dirigea vers les robinets parce qu’elle avait tout de même quelques petites choses à faire. La jeune femme se concentra pour faire des sorts corrects et efficaces. En quelques minutes elle parvint à mettre le tout en place. Elle avait bien vu que Cameron l’observait ce qui la rendait fière mais elle ne fit aucun commentaire. Lui de son côté, avait apparemment décider de faire le rebelle jusqu’au bout et de ne pas se contenter d’une petite règle à enfreindre. Elle se tourna vers lui alors qu’il s’installait sur le rebord de la fenêtre avec un matériel peu légal.

« Ohoh, monsieur le professeur, c’est mal ce que vous faites. »

Un large sourire flottait sur le visage de Julian. Elle n’était vraiment pas du genre à s’outrer de ce genre de chose ou à aller rapporter ça aux autres professeurs. Mais ça l’amusait de voir quelqu’un censé représenter l’autre sortir ça en toute simplicité devant elle. Elle trouvait ça plutôt cool. Ju’ décida donc de s’approcher de Cameron pour finalement s’asseoir en face de lui sur le rebord de fenêtre et l’observer rouler son joint. Clairement, elle avait bien envie de fumer avec lui et de s’éclater comme il le fallait. Elle était plutôt du genre à boire mais il fallait bien avouer que la fumette la rendait souvent joyeuse et encore plus encline à faire des conneries qu’elle ne l’était déjà… Cameron devrait peut-être se méfier en fait.

« Blague mise à part, ce serait vachement plus sympa si tous les profs de cette école étaient comme toi. »

Et elle le pensait sincèrement. Julian avait toujours eu un peu de mal avec l’autorité. Elle ne cherchait pas les ennuis pour rien et savait très bien comment agir pour être tranquille mais parfois, elle aurait aimé que tout soit plus souple. Qu’on ne les traite pas comme des délinquants en puissance et qu’on leur fasse confiance. Bon, avec tout ce qu’il s’était passé ici, il était évident que les règles habituelles étaient difficiles à projeter. Mais elle parlait en général. Parce que si elle devait continuer à arpenter les bancs de l’école, il était hors de question qu’on la traite comme une gamine idiote parce que sinon, elle risquait fort de faire un carnage.

« Dis, en vrai, t’as quel âge ? »

Oui parce qu’aussi idiot que cela puisse paraître, cette question lui trottait dans la tête depuis un petit bout de temps. Il avait l’air assez jeune pour les responsabilités qu’il avait désormais, alors elle se posait quelques questions. Et puis, Julian aimait bien en apprendre plus sur les personnes avec qui elle discutait, son petit côté commère peut être.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7757
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   Lun 14 Aoû 2017 - 18:46

« Ohoh, monsieur le professeur, c’est mal ce que vous faites. »
« Tu vas me dénoncer ? »

Dit-il en relevant juste le regard, un sourire en coin, alors qu’elle s’assoie juste en face.

Non, s'il te plait ! Ne dis rien à la police ! J'veux pas aller en taule ... Quelle blague, ça serait un putain de karma merdique si je finissais en zonzon à cause de la came vu l'ardoise que je me traine de l'époque où je trainais les rues de San Francisco. Entre vols de voiture, deal et homicide ... Tomber pour un joint ça me ferait mal mais on ne peut rien contre le destin ... Je connais mes droits, je sais que je ne risque rien pour ça.
Qu’est-ce qu’il se passerait si elle le fait ? Elle ne le fera pas, je le sais parfaitement, mais dans les pires des cas on me dit de foutre le camp ? On prend des risques avec Will, c’est clair que notre petit commerce n’a rien de très opportun et adéquate dans l’enceinte d’une école et que c’est surtout très illégal, illicite comme ils disent, mais d’une on est très discrets sur notre activité, de deux on ne vend pas à des gosses et uniquement à des personnes à qui en a confiance – ou sous la menace – et de trois, ça n’est pas de ça dont il est question ici. Oui, c’est mal de fumer un pétard en douce dans les chiottes mais qui n’a jamais fait ça ? Ok, c’est d’autant plus mal quand on est un « Professeur » mais demandez à Dimitri ce qu’il en pense et ne me faites pas croire que Monsieur le Directeur lui-même n’en fait pas autant. Ici personne ne me voit, je n’ai de mauvaise influence sur personne si ce n’est Julian … Et je doute qu’elle m’ait attendu pour ça.

Donc concrètement, là où je veux en venir, c’est que je n’en ai pas grand-chose à faire de me faire surprendre ou non. Si une gamine entre, je peux à tout moment planquer mon bien ou le jeter dans une cuvette – dans le pire des cas.

« Blague mise à part, ce serait vachement plus sympa si tous les profs de cette école étaient comme toi. »
« Y en a quand même des plutôt cool j’trouve. »

Opération terminée. Joint coincé entre les lèvres je sors mon zippo et l’allume avant de regarder Julian et lui sourire à nouveau. Quelques secondes plus tard la fumée s’échappe au-dessus de nous. Sincèrement, je trouve que le corps professoral de cette école est plutôt relativement cool. Je n’ai pas beaucoup de souvenirs de l’époque où j’étais moi-même sur les bancs de l’école parce que je l’ai quitté très tôt par total désintérêt mais il me semble qu’ici, les profs sont tous ou presque jeunes, dans un premier temps, et détendus, ouverts d’esprit, dans un deuxième temps. Dimitri, même s’il n’est plus enseignant ou peu, Benjamin, Ismaelle, etc … Je pense réellement que les élèves de ce bahut n’ont pas à se plaindre mais j’imagine que je ne connais pas leurs profs comme eux les connaissent. Et c’était peut-être moins détendu avant que cet endroit ne devienne un refuge, soit dit en passant. Certaines choses cessent d’être des priorités quand on manque d’y passer régulièrement.

« Dis, en vrai, t’as quel âge ? »

Nouvelle taffe puis je lui tends le pétard, ramenant une jambe contre moi en pliant le genou pendant que l’autre pend tranquillement dans le vide. Je laisse planer un léger silence, un sourire sur le coin des lèvres. J’ai bien envie de jouer un peu, après tout ces sales gosses n’ont pas le monopole et je serai curieux de voir où elle me situe. Physiquement je fais plus jeune que mon âge, malgré les marques laissées par la vie au fil des ans et des évènements. Mentalement, on m’appelle suffisamment l’Ancêtre ou Papy pour semer le doute. Alors, d’après toi :

« Tu me donnes combien ? »

On parle d'âge là, hum, j'suis pas entrain de te racketter. En terme de truc qui sont mal, je vais m'en tenir au pétard si ça ne dérange personne. Et évidement que je me doute qu'elle a parfaitement compris.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1717
Date d'inscription : 01/05/2011
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1114-julian-alexus-neil#69918
MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   Mer 23 Aoû 2017 - 17:06

Julian dénoncer quelqu’un ? Clairement ce n’était pas dans ses habitudes et surtout pas quand la personne faisait un truc qu’elle jugeait cool et agréable. Non vraiment, Cameron n’avait aucun risque à se faire là-dessus. Ju’ appréciait que les gens sachent parfois enfreindre les règles et ne pas suivre tout à la lettre simplement parce qu’un être obscur avait décidé ce qui était autorisé ou interdit. Donc non, elle ne le dénoncerait pas. Sauf s’il lui faisait une crasse. Dans ce cas-là, elle ne pourrait rien promettre. Julian était du genre à avoir la vengeance tenace et à utiliser tout ce qu’elle avait en sa possession pour faire payer un affront. Sauf qu’il n’y avait aucune raison pour que de la tension s’installe entre eux alors non, pas de risque pour le moment. La rousse s’était donc installée en face de Cameron, les deux jambes pliées, genoux ramenés vers elle qu’elle tenait de ses bras. Posant sa tête sur ses genoux, elle sourit en l’entendant dire qu’il trouvait que les professeurs n’étaient pas trop mal dans le coin. Ju’ haussa les épaules. Il n’avait pas tort, certains étaient vraiment sympas et elle aurait même apprécié pouvoir s’amuser plus avec d’autre. T’inquiète Benjamin, elle t’oublie pas. Pour autant, c’était sans doute la fonction qui lui inspirait ça mais elle se trouvait toujours un peu méfiante envers ceux qui pouvaient à tout moment la mettre dans une situation d’infériorité. Enfin, sauf ceux qui se montraient vraiment cool dès le début, comme Cameron.

Julian sourit lorsque le jeune homme lui tendit son joint et elle le saisit de sa main droite, gardant la gauche pour tenir ses jambes. Elle tira une latte en attendant qu’il lui dise quel âge il avait. Rejetant la tête en arrière, elle regarda la fumée s’élever en l’air alors que Cameron semblait décidé à jouer aux devinettes. Ju’ tourna alors le regard vers lui, affichant un sourire clairement amusé.

« Difficile à dire… Une tête de minet mais un comportement de vieux. »

Merci Julian. Elle exagérait légèrement les traits et le faisait clairement volontairement. D’ailleurs, il n’était pas difficile de distinguer le petit sourire narquois qu’elle affichait. Elle prit ensuite une seconde bouffée avant de rendre son pétard à Cameron. Elle le regardait attentivement, toujours en train de réfléchir à une réponse plus sérieuse que celle qu’elle venait de donner. Finalement, elle relâcha la fumée doucement et se décida à lâcher un chiffre.

« Je dirais autour des 25-26. »

Julian avait désormais le regard fixé sur Cameron. Il était vraiment compliqué de lui donner un âge. Mais elle trouvait que sa réponse lui collait bien. Elle avait hésité à dire trente ans, juste pour l’emmerder un peu mais elle était certaine que ce n’était pas la bonne réponse. Elle aurait bien tenté de lui faire deviner son âge aussi mais il risquait de connaître facilement la réponse s’il se souvenait à peu près dans quel cours elle était. Pas drôle !

« Mais rassure-toi, j’adore les vieux ! »

Et sur ce, Julian éclata de rire. C’était gratuit et vilain. Il était loin d’être vieux mais c’était tellement facile d’attaquer les aînés là-dessus. Elle détestait qu’on la traite de gamine et donc, en guise de système de défense, elle s’en prenait toujours aux plus âgés. Ce n’était pas très gentil mais ça correspondait totalement à la jeune femme. Toujours dans la dérision, l’humour et aussi, l’emmerdement. Cela ne servait à rien d’être trop sage, de faire des blagues trop gentilles et bien pensées. Elle trouvait cela profondément ennuyant. Ce qu’elle aimait, c’était ce qui était mordant, qui avait du répondant. Jeroen pouvait en témoigner d’ailleurs.

« L’important c’est l’âge qu’on décide d’avoir de toute façon. Et je trouve qu’alterner entre la gamine de huit ans et l’adulte qui peut faire d’autres conneries, c’est plutôt chouette. »

Nouveau sourire du côté de Julian. Difficile de savoir à quel point elle était sérieuse dans ce qu’elle disait même s’il fallait bien avouer, au fond, que cette description lui correspondait plutôt bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7757
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   Sam 26 Aoû 2017 - 17:06

« Difficile à dire… Une tête de minet mais un comportement de vieux. »

BAM ! Attaque personnelle. Si je me vexe ou prend la mouche ? Je crois que ça se saurait si j’étais ce genre de personne mais ça, elle ne le sait pas. Après tout, elle ne me connait pas. Pourtant son sourire en coin trouve le mien en écho, il faut dire qu’entre Emily et Enzo j’ai de l’entrainement pour ce genre de trucs.

Et que dans le fond, elle n’a pas tout à fait tort.

« Touché. »

Pas vraiment mais tout le monde a saisi l’idée. J’ai une gueule de minet, c’est vrai, mais quand on y regarde de plus près le poids des années se voit néanmoins. J’ai toujours été comme ça, j’ai toujours paru plus jeune que je ne le suis physiquement mais depuis quelques années, pour ce qui est du mental, c’est plutôt l’inverse. Difficile de croire que j’ai moi aussi été un sale gosse, hum ? Et pourtant si, c’est bien le cas.

Aller, dis-moi toi qui m’observe avec attention : Quel âge j’ai d’après toi ?

« Je dirais autour des 25-26. »

Sourire. Rien de plus. Ni affirmation, ni contestation. Et une pensée pour Margo qui a été légèrement surprise d’apprendre que j’avais quelques années de moins qu’elle. Elle est passée au-dessus de ça rapidement et je ne me prive pas de la traiter de cougar de temps à autre. Six ans c’est pas grand-chose, d’autant moins quand on se sent sur un pied d’égalité niveau maturité. A vrai dire, elle est bien moins « sérieuse » que moi. Quant à Julian, peu ou pas de suspens, je sais dans quelle classe elle est. La vingtaine. On a peu d’années d’écart à mon avis.

« Mais rassure-toi, j’adore les vieux ! »

Elle éclate de rire, fière d’elle, je tire une taffe et laisse planer le même sourire que j’affiche depuis le début ou presque : Fin. Présent mais fin. Presque indéchiffrable sans réellement le vouloir. Je l’observe sans l’analyser pour autant, sans essayer de sonder son âme. Elle est comme elle est, ça la regarde totalement, je ne cherche pas à savoir si on est compatible ou non. Rare sont les fois où je me projette dans ce genre de préoccupations depuis quelques années.

« L’important c’est l’âge qu’on décide d’avoir de toute façon. Et je trouve qu’alterner entre la gamine de huit ans et l’adulte qui peut faire d’autres conneries, c’est plutôt chouette. »

Nouvelle taffe, je la regarde en silence. J’ignore si elle est convaincu parce qu’elle dit ou cherche simplement à plaisanter encore une fois. J’imagine qu’elle a sûrement raison même si aucun profil ne se vaut. Je ne sais pas ce qu’elle a vécu, si c’est son tempérament naturel ou si quelque chose, quelqu’un l’a poussé à devenir comme elle est, ni même s’il s’agit d’un mélange des deux. Probablement, en réalité, puisque je pense qu’il s’agit du lot de chacun. La vie et ce qu’on y affronte nous forge, nous façonne, tous autant qu’on est. Je serai sans doute totalement différent si j’étais resté à San Francisco, peut-être même mort, vous m’accorderez l’ironie de la chose.

J’ai l’impression que tout ça, cette vie-là, c’était il y a une éternité.

« J’ai eu 23 ans en début d’année. »

Fin du suspens. T’étais pas tellement loin.

« Et j’ai pas un comportement de vieux, juste un comportement d’adulte plus ou moins responsable au milieu d’une horde d’ado attardés. Nuance. »

Cette fois mon sourire s’élargit un peu mais je garde cette nonchalance qui me caractérise, laissant parfois mes vis-à-vis légèrement circonspect. Est-ce que je plaisante ? Est-ce que je ne plaisante pas ? Allez savoir.

« Faut croire que j’ai vécu l’insouciance plus tôt que vous. »

Haussement d’épaule, encore une taffe et je lui redonne le joins. Il y a de ça encore quelques années j’étais un véritable branleur, provocateur, infernal dirait certain, je n’avais peur de rien et surtout pas de mourir, je prenais des risques inconsidérés, avaient une vie totalement hors du système. Je ne me retrouve pas spécialement dans tous ces gosses que je côtoie aujourd’hui, ils sont différents de ceux que j’ai pu côtoyer dans le passé, se rapprochant même d’ailleurs plus des clients à qui je vendais ma came qu’autre chose donc des personnes que j’aurai facilement pu mépriser dans un autre contexte et que je n’aurai surtout jamais réellement calculé.

La vie est ainsi faite.

« Et j’me les caille là, tu veux pas faire un geste pour mon arthrose ? »

Ouais, j’abdique, je laisse la fierté mal placée à mes collègues proche de leur virilité et accepte les effets de la Magie sur moi. Parce que quitte à rester là, autant éviter de choper la crève. Et comme pour nous rappeler notre mission première, la porte s’ouvre …
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1717
Date d'inscription : 01/05/2011
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1114-julian-alexus-neil#69918
MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   Jeu 31 Aoû 2017 - 20:50

Cameron fait partie de ceux qui sont intéressants à regarder. Il faut bien avouer que Julian avait du mal à être dans la contemplation en cet instant. D’humeur fofolle, elle était plutôt en mode pipelette, à sortir connerie sur connerie et faire des blagues. Mais cela ne l’empêchait pas complètement d’ouvrir les yeux. Quand on est habituée aux joutes verbales, on sait qu’il est essentiel d’observer autant que d’écouter. Et le visage du jeune homme était plus qu’intéressant. Il avait toujours ce petit sourire, très fin, presque invisible mais bien présent. Ce sourire, il donnait l’impression qu’il prenait de la distance avec tout, comme s’il était en train d’observer la scène depuis des hauteurs. Mais il fallait aussi avouer que cela lui donnait énormément de charme. Pas de panique, Julian n’avait d’yeux que pour Jeroen et ce n’était pas encore prêt de changer. Pour autant, elle savait reconnaître un homme beau, charmant ou attirant quand elle en voyait un. Et lui, avec ce petit sourire, cet air à la fois sage et sale gosse, il avait beaucoup de charme. Cela n’empêchait pas Julian de continuer à dire des conneries. Elle ne cherchait même pas à jouer au jeu de la séduction. Avec lui, elle sentait que ce n’était pas du tout un truc à faire.

« J’ai eu 23 ans en début d’année.

-Ah oui, tu pourrais être étudiant en fait ! »

Julian n’avait pas été très loin de la réalité, il n’empêchait que cela le surprenait qu’il soit encore plus jeune que ce qu’elle avait estimé. En fait, quand elle y réfléchissait, il avait le même âge voir était même plus jeune que Zachary. Et là, ça devenait vachement perturbant… Non pas qu’elle considérait Zach comme un gamin immature, juste, elle n’avait pas le même rapport avec lui et ça l’amusait qu’il soit plus vieux qu’un prof. Tiens, elle avait trouvé un nouveau moyen de l’emmerder un peu ! Mais avant de faire des plans sur la comète, il fallait qu’elle se concentre un peu sur Cameron. Parce que derrière son petit sourire, voilà qu’il venait de lui asséner un tacle bien senti. Ju’ resta bouche bée quelques secondes, elle ne s’y attendait clairement pas, avant d’éclater de rire.

« Je suis outrée. »

Oui parce que même si c’était très drôle de le voir sortir un petit pic comme ça, elle n’était pas une ado attardée ! Nan mais oh. Bon, elle n’était pas vraiment fâchée non plus et heureusement pour Cameron parce que sinon, il l’aurait senti passé. Non elle était de bonne humeur et il n’avait pas encore trop attaqué sa fierté. Elle finit donc par lui sourire avec presque de la douceur alors qu’il reprenait la parole. Tout en attrapant le joint qu’il lui tendait, elle laissa quelques secondes aux mots qu’il avait prononcé pour résonner dans son esprit avant d’hausser les épaules à son tour.

« Ou peut-être qu’on a choisi de replonger dedans alors que toi tu en as profité pour avancer. »

Julian tira alors une taffe sur le joint et regarda une nouvelle fois la fumée s’élever devant elle. Elle aurait pu grandir un peu après tout ce qu’ils avaient vécu. Mais en apprenant qui elle était, en se retrouvant plongée dans ce flou total, elle avait pris une décision radicale. Plutôt que de grandir, d’avancer, elle était redevenue celle qu’elle avait été pendant des années. Se replonger dans ce qu’elle connaissait, c’était bien plus facile. Un jour, il faudrait qu’elle change. Oh, ce n’était pas pour autant qu’elle allait arrêter complètement de faire des conneries, non mais peut être regarder certaines choses en face…. Enfin, elle verrait bien. Ju’ tirait une nouvelle taffe, son sourire commençant à se faire tout naturel lorsque Cameron finit par mettre sa fierté de côté et admettre qu’il avait froid. Elle rit alors, c’était plus fort qu’elle.

« D’acc papy ! »

Pour le coup, c’est lui qui avait commencé en parlant d’arthrose ! Julian sauta alors de son perchoir, le joint une main, elle sortit sa baguette de l’autre et la tendit vers Cameron. Sauf qu’alors qu’elle allait lancer une formule pour le sécher un peu le bruit de la porte se fit entendre. Julian lança alors un regard rapide vers la porte puis vers Cameron. Alors, sans trop réfléchir et les neurones un peu embrumés, il fallait bien l’avouer, elle glissa le joint entre ses lèvres, attrapa la main de Cameron et l’entraîna sans lui demander son avis. Elle l’entraîna alors se cacher avec elle derrière, accroupie un battant de porte de toilettes tandis qu’il entendait les pas de quelqu’un se rapprochant.

« Désolée, je te sèche après, promis ! »

Cette phrase hors contexte était super étrange… Julian l’avait murmuré, tirant une dernière latte sur le joint avant de le tendre à Cameron. Elle ne voyait pas encore la personne qui venait d’entrer. Elle se pencha alors pour voir un peu mieux mais elle perdit l’équilibre et sa tête heurta la porte dans un bruit sourd.

« Aïe… Oups… »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7757
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   Mer 6 Sep 2017 - 22:27

« Ou peut-être qu’on a choisi de replonger dedans alors que toi tu en as profité pour avancer. »

Je considère réellement sa supposition, non pas parce qu'elle me pose réellement question mais plutôt parce que je trouve sa théorie intéressante. Personne n'a tort ou raison, chacun est comme il est, gère comme il peut, fait comme il le sent. Je ne sais pas si j'avance plus qu'eux en étant moins « sale gosse », je me dis que c'est simplement différent. L'important c'est d'être en phase avec soi-même, c'est ça ? Peut-être que ça sonne comme un magnifique cliché, un truc tout fait, facile, mais je crois bien que c'est pourtant la vérité. Je suis en phase avec celui que je suis, j'ai bien l'impression que c'est également le cas pour Julian. On est différent, certes, et alors ? Ça ne nous empêche pas de communiquer, je crois qu'il est là le principal.

En attendant je commence à sérieusement me les cailler, naturellement ça la fait rire.

« D’acc papy ! »

Sale gosse.

Je l'admets, je bloque ma respiration l'espace d'une seconde et réprime un mouvement de recul quand elle braque sa baguette dans ma direction. Vieux réflexes, qui ne disparaitront probablement jamais. Je me tranquillise en me disant qu'elle accède juste à ma requête mais quand la porte s'ouvre et annonce l'arrivée d'une nouvelle venue – ou d'un égaré – je n'ai pas le temps de réfléchir plus que ça. Je ne peux pas nier la surprise quand elle attrape ma main et m'entraine avec elle mais pas une seconde je ne tente de luter et la laisse nous guider tous les deux. Jusqu'à l'intérieur d'une cabine de toilettes … dans laquelle on se retrouve planqués comme deux clandestins contrains à la proximité. Mon premier réflexe ? M'assurer qu'on a pas perdu le joins en cours de route sans réellement me soucier du reste, malgré l'incongruité de la situation.

« Désolée, je te sèche après, promis ! »
« Vous êtes bien urbaine. »

Elle me rend mon bien, j'en tire aussitôt une latte tout en m'adossant comme je peux contre le mur, tendant l'oreille pour essayer de savoir ce qu'il se passe, s'il s'agit d'une ou plusieurs personnes, habitué à ce type de planque – c'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas. Manifestement j'ai à ma disposition plus de patience que ma camarade puisqu'elle se penche, sans doute pour mieux voir, mais perd l'équilibre et vient rencontrer directement la porte avec sa tête dans un bruit sourd.

« Aïe… Oups… »

Je ris, oui je me décoince et ris réellement. L'effet du joins ? Non, simplement la situation. Elle se masse le front, on est probablement repérés mais le fait est que je m'amuse.

« Je pense qu'on peut te décerner la palme de la discrétion. »

Et l'instant d'après, la porte s'ouvre à la volée. Je sursaute, me plaque contre le mur alors qu'un doigt accusateur se pointe vers nous malgré le sourire plus que large sur le visage de la jeune femme qui nous désormais face.

« Non mais dis donc Mademoiselle Neil ! Qu'est ce que c'est que ça ?! Flagrant délit ! J'vais le dire à Monsieur Pupuce. »

Je n'y comprends rien si ce n'est qu'elles sont visiblement amies toutes les deux. C'est une brune aux grands yeux qui semble beaucoup s'amuser de la situation : Chiara, si je ne me trompe pas. Un sacré personnage. Julian sort de la cabine, j'en fais finalement autant sans réellement me soucier des apparences. Peu importe si elle pense réellement que la situation est ambigu, ça n'est pas le genre de choses auxquelles je fais attention. Je me dis simplement qu'il est temps pour moi de tracer ma route alors j'amorce mon départ.

« Je vais vous laisser voir ça entre v... »
« Pezzo di merda ! »

Tsunami, à nouveau. Tout se fige l'espace d'une seconde, Chiara est trempée des pieds à la tête mais surtout arbore désormais les couleurs du drapeaux écossais. Julian éclate de lire, un sourire étire mes lèvres ...

« Affront ! Je suis Galloise ! Change-moi ça tout de suite ! »

Réflexe typique du mâle : Fuir. C'est ce que j'entreprends de faire alors que la brune saute sur la rousse et qu'elles commencent à se courir après dans les toilettes. Le joins entre les lèvres, un sourire amusé sur le visage, je franchis les derniers pas à reculons et m'enfuie … presque comme un lâche. Encore trempé. Revêtant toujours les couleurs des USA même si celles ci commencent à s'estomper tranquillement.

▬ FINI POUR MOI ▬
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1717
Date d'inscription : 01/05/2011
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1114-julian-alexus-neil#69918
MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   Ven 8 Sep 2017 - 17:33

Ah Julian… Un jour elle se questionnerait sur la possible maladresse dont elle était victime. Parce que là franchement, elle avait fait fort. Elle venait de tout faire foirer simplement en se penchant en avant, ce qui était tout de même assez impressionnant. Et elle aurait sans doute droit à une belle bosse aussi mais ça par contre, ça ne lui posait aucun problème. Ça lui donnerait un petit air de guerrière et elle était sûr que Jeroen trouverait ça sexy. Enfin, elle ferait en sorte qu’il voit ça sous cet angle, tout simplement. Et puis malgré sa cascade, il y eut une chose qui fit particulièrement plaisir à Julian : entendre le rire de Cameron. Alors qu’elle se redressait en se frottant la tête, elle lui lança d’abord un regard hostile, juste pour la forme, pour faire genre elle était vexée. Après celle, elle se contenta de sourire en le regardant rire. C’était cool de le voir se décoincer un peu. En plus, ça lui allait vachement bien de rire. Bah quoi ? Elle avait le droit de dire les choses quand même ! Alors quand il déclara qu’il voulait lui décerner la palme de la discrétion, elle lui tira la langue avant de rire à son tour. Sauf que dans tout ça elle avait oublié que quelqu’un était entré dans la pièce.

« OH PUTAIN ! »

Julian, toujours aussi polie. Un langage fin et raffiné… En même temps, cette porte s’ouvrant à la volée l’avait légèrement surprise et elle n’était clairement pas la seule puisque Cameron lui aussi avait reculé vivement. La première chose que la rousse eut dans son champ de vision fut ce doigt accusateur. Elle remonta alors le regard et reconnu immédiatement Chiara qui bien sûr, devait trouver la situation très drôle.

« Pfeu, il ne te croira pas ! »

Julian fit la mine fière en se relevant. Elle entrait dans le jeu en sachant très bien que de toute façon, ce n’était qu’une blague de la part de Chiara. Entre les deux demoiselles il y avait trop de complicité pour qu’il y ait un doute. Julian de nouveau sur ses jambes tourna alors son attention sur Cameron pendant que Chiara était partie faire on ne savait trop quoi faire les lavabos. Cameron semblait apparemment décidé à ne pas se retrouver au milieu des deux furies. Compréhensible en même temps. Mais avant qu’il ne puisse exprimer clairement sa volonté, un juron en italien se fit entendre. Julian fit alors vote face, le visage soudainement illuminé.

« OUIIIIIIIIII »

Son piège avait marché une deuxième fois et Chiara était alors recouverte par le drapeau écossais. La rousse éclata de rire et elle aperçut même le petit sourire sur le visage de Cameron. Seulement, avant même qu’elle puisse faire avec lui le check de la victoire une furie lui tomba dessus en lui expliquant que ce n’était pas son drapeau et qu’elle portait réclamation.

« Comment tu sais que c’est de ma faute ? »

Défense assez facile du côté de Julian. Et inutile aussi. La rousse eut à peine le temps d’articuler ces mots avant de se mettre à courir, très vite. Elle avait à ses trousses une furie bien décidé à lui faire payer sa petite blague. Enfin, en toute amitié bien sûre. Et ça amusait beaucoup Julian, autant ne pas se mentir. Alors elle entama une course folle dans les toilettes, zigzaguant, faisant des petits sauts plus par plaisir que par nécessité jusqu’à ce que le souffle lui manque et qu’elle freine devant les lavabos. Elle remarqua alors que Cameron en avait profité pour filer à l’anglaiser.

« Oh bah merde il est parti… Tant pis ! »

Haussement d’épaules du côté de Julian. Elle avait passé un bon moment avec Cameron et elle n’avait même pas eu le temps de le sécher mais tant pis. Elle aurait l’occasion de le recroiser et puis, maintenant qu’elle était avec Chiara, la perspective des conneries à faire était encore plus grande. Son enthousiasme était donc parfaitement intact et elle gardait simplement un bon souvenir de son entrevue avec ce professeur d’un nouveau genre.

« Bon ma chérie, si je te remets sous les bonnes couleurs, tu fais quoi pour moi ? »

Sourire aux lèvres, Julian avait passé un bras autour des épaules de Chiara. Cette journée était exactement comme elle le voulait.


- Fini -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: This is it ! [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
This is it ! [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Quatrième Etage. :: ─ Toilettes & salles des bains :: ─ Garçons-
Sauter vers: