AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I kissed a girl and I liked it ▬ William

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 1167
Date d'inscription : 15/10/2015
Crédits : Avatar Tag + Gif Tumblr
Double Compte : Enzo Ryans - Ismaelle L. Stoneheaven - Cameron S. Cassidy - Riley S. Jenkins - Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3424-elijah-boom-clap
MessageSujet: I kissed a girl and I liked it ▬ William   Jeu 15 Juin 2017 - 13:06

Mercredi 24 Juin 2015 – Fin de journée
I kissed a girl and I liked it



William & Elijah

The taste of her cherry chap stick …

Au petit déjeuner, avant l’épreuve du matin

Pif, paf, pouf ! Je n’arrive pas à m’en empêcher. C’est comme être accro au sucre, je crois que je suis bloquée sur cette comparaison mais elle a vraiment un goût qui me plait … Même si c’est peut-être un peu étrange dit comme ça ? Bof. C’est vrai, j’y peux rien.

« Allo, la planète Elijah ? »

Hein ?

« Oh pardon Caem ! »

J’éclate de rire, un peu hystérique sur les bords je crois mais il a l’habitude avec moi.

L’instant d’après la conversation reprend, je suis bien sur terre, et même si je suis en permanence un peu dans la lune je vois bien son sourire en coin et son regard suspicieux. Mais je ne dirai rien !!! Pourquoi ? J’en sais rien, je n’ai pas de raison valable et tôt ou tard je lui en parlerai parce que je lui parle de tout. Une seconde je me dis que dans pas si longtemps on va quitter le château pour les vacances, enfin je crois, et ça me fera bizarre de ne plus le voir tous les jours. Il va me manquer.

#

Au moment du déjeuner, entre deux épreuves

« Et toi Eli, qu’est-ce que tu as mis à la troisième question ? »
« Y avait trois questions ?! »

Lukas me regarde avec cette expression de merlan fris qu’il maitrise à merveille, Enzo se plaque la main sur le visage par dépit – ta patience serait-elle enfin arrivée à bout ? – Josh a l’air perplexe et Malie … Un peu agacée ? Je ne sais pas.

« Oh non … »

Se rendre compte qu’on vient probablement de crasher une épreuve parce qu’on a la tête en l’air : Check !

« Aller, c’est pas si grave, j’suis certain que les deux premières valaient plus de points. »

Ah ben non, il n’a pas perdu sa patience. Ni son sourire. Et Malie non plus. Même Josh me sourit et Lukas … On dirait qu’il est bloqué. Comme souvent en fait mais c’est pour ça qu’on l’aime bien non ? Quand je pense que j’ai craqué pour lui à une époque … En vérité je lui trouve toujours un petit charme mais depuis qu’il m’a oublié au bal … Et puis il y a eu Elias, et Cameron, et William, et …

« On ferait mieux d’arrêter de parler de l’épreuve de ce matin, on devrait juste manger tranquillement et laisser nos cerveaux se reposer. »
« D’accord avec la dame. »

Je hoche la tête, mon sourire semble parti pour rester. Enfin, jusqu’à ce que commence l’épreuve de l’après-midi. J’en ai tellement marre des examens … Mais heureusement les petits pièges un peu partout dans le château depuis le début de la semaine nous changent bien les idées.

C’est ainsi que la Hall se transforme en patinoire géante.

#

Fin d’après-midi, après l’épreuve

Encore une de faite ! Plus que deux jours, quatre épreuves et c’est les vacances. J’ai tellement hâte et en même temps je ne sais pas trop. Et puis j’appréhende l’épreuve de Botanique parce que même si tout ça n’est plus aussi pesant sur mes épaules, simplement parce que je n’ai pas trop l’occasion d’y penser, ça me refrappe de plein fouet chaque fois que je l’aperçois.
Tout ça sort de ma tête dès que je vois Charleen en bas, dans le Hall, et que je me précipite vers elle avec un sourire jusqu’aux oreilles. Elle est en train de discuter avec Rosalyn, sans doute de l’épreuve qu’elles viennent d’avoir ou peut-être d’autre chose alors je reste en retrait, comme si j’attendais mon tour sans trop savoir pourquoi. Elles sont amies toutes les deux, très proches ou en tout cas elles l’étaient, je ne sais pas trop. Tout comme avec Ethan. Je sens quelque chose se nouer dans mon ventre en les observant, quelque chose que je ne comprends pas très bien, qui me fait froncer les sourcils. Comme … une forme d’inquiétude ? Quelque chose de désagréable en tout cas.

Quelque chose qui éclate et disparait dès l’instant où Rosalyn s’en va et Charleen m’aperçoit.

Elle me sourit, je descends les marches à toute vitesse et la rejoint. Autant le dire, plus rien ni personne n’existe maintenant qu’on est toutes les deux. Plus aucune sensation non plus si ce n’est la joie d’être avec elle, de … l’avoir pour moi toute seule, aussi, j’ai l’impression. Peu importe.
On va s’assoir sous une arcade, sur un petit muret en pierre, un peu à l’écart, l’une en face de l’autre. On parle un peu des épreuves d’aujourd’hui puis de l’énorme gâteau au chocolat – sans trace de fruits à coque – qu’on compte bien dévorer plus tard. Elle fait toujours attention à moi, à ce que je mange, au fait qu’il n’y ait pas ou peu de poils de chat autour de moi. Sans elle et sans Caem je serai probablement morte étouffée au moins quinze fois ces dernières semaines … Je plaisante, évidemment, mais quand même.
Et puis c’est plus fort que moi, sa main dans la mienne sans que je ne m’en rende compte – ça ne me choque pas, notre relation est devenue très physique avec le temps – je me penche vers elle et goûte rapidement à ses lèvres. Je n’arrive pas à m’en empêcher et j’ai toujours la même réaction après coup : Un rire idiot et l’envie de recommencer aussitôt.

Ça n’est pas tellement qu’on se cache, ou peut-être que si je n’en sais trop rien. Je ne réfléchis pas dans ces moments-là mais je crois que c’est instinctif, comme une envie de garder ça dans une bulle peut-être ? Ou simplement le sentiment sous-jacent que Charleen est plus à l’aise comme ça. Moi, je ne me pose pas vraiment de question et quand on doit se séparer, quand on se retrouve dans un bout de couloir isolé, le dernier baiser qu’on échange me semble beaucoup plus intense. Je la regarde s’éloigner, un sourire intarissable sur le visage et deux doigts posés sur les lèvres comme pour en conserver encore un peu les effets.

Ces papillons …

Je me retourne finalement, sautille d’un pied sur l’autre pour partir dans l’autre direction et tombe nez à nez avec une magnifique paire d’yeux bleus accompagnée d’un sourire en coin.

Et j’en perds tous mes moyens …

« Bonjour William. »

… mais pas mon sourire. A voir le sien, je crois qu’il a vu ce qui vient de se passer et sans trop savoir pourquoi ça me fait glousser encore un peu plus. Des chatouilles me parcourent le corps comme une fourmilière, j’ai soudainement très chaud et je sais que pour une fois, ça ne vient pas de lui. C’est l’ambiance générale je crois. Ça ne m'empêche pas de piquer un far, quoi qu'il en soit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1150
Date d'inscription : 14/01/2015
Crédits : me
Double Compte : Kezabel & Charleen & Mateo & Ora & Dimitri & James & Leiv & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3081-william-liam-c-jackson
MessageSujet: Re: I kissed a girl and I liked it ▬ William   Mar 11 Juil 2017 - 1:06

► I kissed a girl and I liked it ◄
Elijah & Will


Mercredi 24 Juin 2015 – Fin de matinée

- Toi, j’te demande pas si tu penses avoir réussi.
- Ce sont des choses qui, effectivement, ne se demande pas aux personnes parfaites…
- Connard.

Clope derrière l’oreille, j’éclate de rire en esquivant le coup de Dean dans lequel il ne met aucune volonté pour vraiment me frapper. Je m’étire de tout mon long, fais craquer quelques cervicales en poussant un soupir de soulagement. Les examens se poursuivent tranquillement de mon côté, j’ai bucher un peu de temps en temps sur les choses qui me paraissaient le plus compliqué, avec Macy. Mais il est vrai que nous avons la chance tous les deux de plutôt bien nous en sortir… Pas besoin de plancher sur un sujet des heures, une seule lecture nous suffit. Et encore.

- Vous ne venez pas manger avec nous ?
- Non, on a un petit truc à faire avant.

« On » = Macy et moi. Ca fait une éternité que nous n’avons pas fait un truc ensemble. Un VRAI truc, j’entends. Et depuis quelques jours, je prends un malin plaisir de semer mille et une connerie au travers le château en compagnie de Mateo et parfois même de Julian. Mais celui-ci, c’est avec ma frangine que je veux le faire et personne d’autre. Bras dessus, bras dessous, on traverse le Hall sans expression sur le visage, sans l’ombre d’une malice ou de quoi que ce soit d’autres qui pourraient nous trahir. C’est au fin fond du Hall d’entrée, là où nous pouvons avoir une vue d’ensemble sur les aller et venue de la grande salle que nous nous positionnons.
Ce qu’on attend ? Que toute la population de ce château entre pour manger le repas du midi…

- Ca devrait être bon là, non ?
- Encore cinq petites minutes, je ne voudrais pas qu’on loupe les retardataires…

La décision de faire ce genre de connerie n’est pas dans le but de semer la zizanie en plein examen pour faire chier les enseignants mais plutôt pour mettre un peu de bonheur et de rire dans ces couloirs tristes. Après ce qu’on a tous vécu avec les Détraqueurs, ça ne fera de mal à personne d’avoir à faire quelques pièges de temps en temps. Encore moins à nous, fauteur de trouble, qui avons déjà le sourire aux lèvres alors que l’on s’approche des grandes portes entrouvertes.

- Tu les as ?
- Ouais, regarde. Macy ouvre grand un sachet avec un million de petites billes de couleurs. J’ai même créé des colorations arc-en-ciel.
- La vache ! T’en as combien là-dedans ?
- Franchement ? Assez pour pouvoir changer de couleurs de cheveux tous les jours …

Nos sourires s’élargissent et c’est baguette en main que nous formulons un sortilège à l’unisson. En l’espace de cinq minutes, des cris de surprises retentissent aux quatre coins de la salle et c’est avec des éclats de rire que nous constatons que notre farce fonctionne tout simplement à merveille lorsque nous observons un flot d’élèves sortirent de la salle en catastrophe, tous aux cheveux teintés d’un million de couleurs différentes…

¥

Fin de journée, après les épreuves.

- Je vais tellement te tuer Jackson. Te démembrer pour que tes bras de larves ne fassent plus jamais une seule connerie.
- Forcément, Miss Davis est exempté d’accusations.

Je lève les yeux au ciel en balayant l’air d’un geste de la main, faussement boudeur mais surtout trouvant l’excuse parfaite pour me tirer d’ici et vite avant que Jefferson-aux-couleurs-de-l’arc-en-ciel ne me fasse la pire fête de mon existence. Dommage, je lui trouve un charme supplémentaire avec la chevelure d’un Bisounours…
J’arpente les couloirs et croise exactement la personne que je voulais croiser… et que je coince dans un renfoncement de mur, sans crier garde.

- Bonjour. Sourire malicieux au coin des lèvres. Désolé, il me semble avoir subi la loi de l’attraction et j’en suis vraiment confus.

Dit-il en plaquant son bassin contre le sien… Eveillant un Enzo soudainement chaud bouillant. J’aime le surprendre et lui sortir ma science. Parfois les deux en même temps puisque si je comprends bien, ce garçon aime bien quand je viens faire mon intello, parait que j’ai l’air sexy quand j’fais ça.

- Est-ce que vous souhaitez que je vous fasse un petit cours sur le magnétisme… mes mains se posent là où elles veulent, sachant parfaitement où aller et de quelle façon pour l’éveiller vers un feu qui le consumera rapidement. A moins qu’une démonstration physique vous suffise…

Mes lèvres capturent les siennes dans un échange passionné et passionnelle où je mets tous ce qu’il peut m’éveiller. Ce mec me rend dingue et je ne m’en cache pas mais surtout, il éveille des parties de moi que je n’avais pas côtoyer depuis un moment. J’aime pouvoir le surprendre, le toucher, l’avoir à proximité de mes envies et de mes besoins. Je prends conscience que même en étant dans le même lieu de vie, il me manque parfois lorsque nos emplois du temps sont mutuellement chargés, que nous passons du temps chacun de notre côté avec nos proches… Alors, il m’arrive de m’imposer parfois, peut-être à tort, comme je le fais présentement pour le retrouver de la plus physique des manières.
Mon souffle s’écourte alors que l’élan de désir me prend à la gorge, enserre mon thorax, comme à chaque fois qu’il répond de cette façon aux perches que je lui tends avant de m’écarter. Difficilement, je dois bien l’admettre.

- T-t-t-t-t… Hors de question que je ne te déconcentre de tes examens. Je dépose un dernier baiser sur ses lèvres, mordant légèrement l’inférieur au passage. Mais promis, tu auras un petit bonus lorsque tout sera terminé.

Je me recule sans le quitter des yeux, provocateur, lui transmettant un million de chose par le regard avant de tourner les talons et de prendre la direction opposée. J’ai des fourmis au creux du ventre, les mains légèrement fébriles parce que j’ai beau parfois contrôler la situation, ça n’empêche en rien mes sens d’être au cœur d’un joyeux bordel et que, parfois, je me retrouve piégé par ses propres atouts à lui. Disons qu’Enzo semble savoir manier la manipulation et la tentation un peu plus chaque jours… à mon plus grand bonheur. Autant être honnête.

- … Oh bah merde alors.

Les mots sortent seuls, sans effort, sous l’effet de la surprise. D’une agréable surprise, d’ailleurs.
A moins que je ne rêve ? Je m’approche de quelques pas supplémentaires, plisse les yeux… Non, je ne rêve pas. C’est bien … Elijah que je viens de voir aux bras de … Charleen, entrain de l’embrasser. A la fois avec tendresse et passion.
Bordel de merde. Et je reste là, comme un con, complètement bloqué par ce que je viens de voir. Pas que ça m’choque, faut pas déconner non plus mais plutôt parce que j’étais vraiment très loin de m’attendre à ça. Que c’est le genre de couple que je n’aurai jamais imaginé voir se former dans ce château. Encore moins en connaissant Charleen…
… Mais peut-être que finalement, ça n’est pas si surprenant que ça ? J’en sais foutrement rien mais ça me file un putain de sourire qui ne fait que s’élargir quand je fais finalement face à Elijah qui, elle aussi, semble contaminer par une joie intense qui maintient ses zygomatiques bien dressés. C’est que le petit ange à l’air particulièrement heureuse…

- Bonjour William.
- Bonjour Elijah.

Il ne faut pas sortir de Harvard pour voir qu’elle a compris que je n’ai pas loupé un seul morceau de ce qu’il vient de se passer et de la voir piquer un fard comme elle le fait, ne fait que la rendre un peu plus attendrissante qu’elle ne l’est déjà. J’ai beaucoup d’affection pour cette fille. Je sais que pour certains, elle est casse-couille, qu’elle parle trop, qu’elle bouge trop mais je trouve qu’au contraire, c’est ce qui fait tout le charme de cette magnifique personne qui me fait sincèrement penser à Macy mais en beaucoup plus naïve.
Je la fixe avant de regarder derrière elle, comme pour appuyer que rien ne m’a échappé de cette scène.

- Est-ce que c’est moi ou je viens de te voir embrasser une jolie jeune fille blonde comme les blés ?

Je m’amuse de son rouge aux joues, de ses rires presque incontrôlables. Je ne sais pas ce qu’il se trame entre elles deux et j’admets n’avoir rien vu venir mais je n’peux pas m’empêcher de trouver ça adorable, mignon.
Putain, c’est que j’deviendrais presque gâteux !

- Moi qui pensais que tu n’avais d’yeux que pour mon charme fou de brioche bouclé et pour mon regard aussi bleu qu’est le ciel…

Je porte une main à mon cœur, faussement triste mais jouant un poil la comédie… Pour la taquiner et par plaisir de voir sa réaction, de m’en amuser gentiment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1167
Date d'inscription : 15/10/2015
Crédits : Avatar Tag + Gif Tumblr
Double Compte : Enzo Ryans - Ismaelle L. Stoneheaven - Cameron S. Cassidy - Riley S. Jenkins - Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3424-elijah-boom-clap
MessageSujet: Re: I kissed a girl and I liked it ▬ William   Jeu 13 Juil 2017 - 22:53

« Bonjour Elijah. »

Par Merlin qu'est ce qu'il est beau … Si j'étais un bonhomme de neige, il serait probablement le soleil et je serai entrain de fondre jusqu'à disparaître sous forme de flaque dans les interstices des pavés. On aurait des problèmes d'humidité après, ça serait nul et surtout je suis presque certaine que je dois être allergique à ça aussi.
Oui, il est beau, mais ce qui crépite dans mon ventre n'est pas seulement du à lui. J'ai encore le goût des lèvres de Charleen sur les mienne et surtout, sachant qu'il a tout vu j'en suis sûre, je me sens comme montée sur ressort, prête à exploser à tout moment, le cœur qui bat la chamade de quelque chose que je n'ai jamais ressenti jusqu'ici je crois.

« Est-ce que c’est moi ou je viens de te voir embrasser une jolie jeune fille blonde comme les blés ? »

Rouge pivoine bonjour. Je pique un far, regarde mes pieds sans pouvoir m'arrêter de sourire et de rire nerveusement. Si le ridicule m'atteignait j'aurai probablement disparu dans un coin mais je n'ai pas ces notions là. La preuve, je viens de glousser mais je ne me cache même pas, ou presque. Je me sens … comme une enfant prise en flagrant délit d'une bêtise.

Sauf que ça n'a rien d'une bêtise mais je me comprends.

« Moi qui pensais que tu n’avais d’yeux que pour mon charme fou de brioche bouclé et pour mon regard aussi bleu qu’est le ciel… »
« Oh ... »

C'est instantané, je perds mon sourire et relève le menton, presque piquée au vif. Sans faire attention je fais un pas vers lui, ouvre la bouche puis la referme. Il a l'air tellement triste … C'est pas ce que je voulais, je déteste faire de la peine aux gens et surtout aux gens que j'aime bien. Lui, je l'aime beaucoup. Et pas seulement parce qu'il a de beaux yeux, aussi parce qu'il est gentil. Très gentil. Brioche ? Je ne relève absolument pas.

« J'voulais pas te faire de peine William, je suis désolée ... »

En tout sincérité.

« J'adore tes yeux ! Je te trouve vraiment très beau et c'est sur que tu me fais craquer, ça oui. »

Je lève les yeux au ciel pour moi même et lâche un « anh ! » d'approbation.
Toujours pour moi-même.

« Mais j'ai pas envie de faire de peine à Enzo parce qu'il a vraiment l'air de bien t'aimer tu sais. Je le vois bien en cours des fois, il a la tête en l'air et il sourit dans le vide. J'suis sûre que c'est parce qu'il pense à toi et d'ailleurs il se fait rappeler à l'ordre parfois parce qu'il est parti dans ses pensées. Ça lui arrive souvent en Histoire de la Magie ça, et puis il s'est endormi en Métamorphose y a pas très longtemps. Ça lui arrive de temps en temps, je me demande s'il n'a pas des problèmes de sommeil … »

Pensive, je réfléchis et me dis que effectivement, il a souvent l'air fatigué, comme s'il ne récupérait pas la nuit. Avec la Pleine Lune je comprends mais c'est quand même pas toutes les semaines alors peut-être qu'il a vraiment des problèmes d'insomnie ou de mauvais sommeil. Il faudrait qu'il en parle à Monsieur Helland ou à Maxence, je suis sûre qu'ils pourraient l'aider.

« Ou alors c'est de ma faute parce que j'attire l'attention sur lui et là il se fait engueuler à cause de moi. J'ai de la chance parce qu'il ne m'en veut jamais. »

Bienvenue sur Radio Elijah, le programme qui ne s'arrête jamais.

« Et puis Charleen c'est … C'est différent, je crois. »

Encore un gloussement, je souris niaisement ça je peux le deviner mais mon sérieux revient vite et j'attrape le bras de William comme pour attirer son attention à 100%.

« Il faut pas répéter ce que tu as vu, d'accord ? Parce que je crois que ça la mettrait mal à l'aise et j'ai pas envie de lui faire de peine à elle non plus. »

Ah ça non !

Et mon sourire revient quand je repense à ce qu'il vient de se passer … Je me mords la lèvres inférieure et trépigne d'un pied sur l'autre comme si j'avais envie de faire pipi. Ça n'est pas du tout le cas.

« J'adore l'embrasser. Et puis c'est vrai qu'elle est jolie et blonde comme les blés. »

Charleen est vraiment très belle, je l'ai toujours trouvé merveilleuse avec ses longs cheveux blonds et ses beaux yeux bleus. Quand on la regarde on se sent bien je trouve, elle est jolie naturellement et la regarder ça met de bonne humeur. Elle est comme un baume de douceur.

« Je l'adore tout court, elle est vraiment géniale, je crois que c'est sûrement la meilleure amie que j'ai jamais eu parce que … enfin … avant qu'on se rapproche ces dernières semaines j'avais pas vraiment d'amis en fait. Je suis fatigante, très maladroite, les gens en ont vite marre ou me trouvent bizarre mais elle n'est pas comme ça. Je ne me sens jamais mal avec elle, c'est même tout le contraire. »

Je fanfaronne un peu parce que je me trouve encore coincée au pays des arc-en-ciel mais c'est bien plus que ça. Elle est sans doute la personne ici auprès de qui je me sens le mieux, le plus apaisé. Caem et elle m'offrent un équilibre qui me semble être devenu essentiel. Et aujourd'hui, avec elle, quelque chose a changé je crois.

« Et avec vous tous. Vous êtes vraiment des gens géniaux, je suis contente de vous avoir rencontrés et d'avoir ma petite place parmi vous de temps en temps. »

C'est vrai, je me suis tout de suite sentie acceptée parmi eux et même si on ne passe tout notre temps ensemble, même si je suis bien plus souvent avec Caem, avec mes camarades de classe ou seule avec Charleen, j'ai réellement découvert des gens formidables qui m'acceptent telles que je suis. Et me supportent en souriant.

« J'ai pas vraiment de point de comparaison parce que la seule personne que j'ai embrassé c'est Elias et c'était bien mais … pas comme ça. Et j'aurai adoré t'embrasser toi aussi mais non, hein hein, on peut pas ça ne serait pas bien. »

J'arbore un air très sérieux, presque sévère voir ferme, bras croisés sur la poitrine et sourcils froncés alors que je le regarde sans ciller. C'est un non définitif. Et mes bras retombent le long de mon corps, mon sourire revient une fois de plus. Un jour, peut-être, je tiendrai en place.

« Je trouve qu'elle a un goût de bonbon. Et puis c'est doux, parfois ça donne un peu chaud et puis surtout il y a les papillons ... »

Oh oui … ces papillons … Je voudrai les ressentir encore … Si je me perds dans mes pensées quelques instants, je reviens à nouveau à lui, toute mon attention pleine de curiosité tournée dans sa direction.

« Est ce que ça te fait ça à toi aussi quand tu embrasses Enzo ? Tu ressens les papillons ? Est ce que c'est comme ça avec tout le monde, peu importe qui on embrasse ? Tu sais, ça chatouille, c'est agréable … »

Et sans transition, sans lui laisser le temps d'en placer une – une fois n'est pas coutume :

« Tu as croisé un piège ? »

Je le regarde de la tête au pied et remarque sa dégaine un peu défaite, les cheveux légèrement en pétard, les vêtements pas vraiment droits. Comme s'il avait luté contre quelque chose ou un truc comme ça. Si c'est le cas je compatis, avec ma poisse légendaire il ne se passe pas un jour sans que je ne me fasse avoir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I kissed a girl and I liked it ▬ William   

Revenir en haut Aller en bas
 
I kissed a girl and I liked it ▬ William
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 3x07 | I Kissed A Girl
» London Stiller...she's a special girl
» Heartbreaker version girl [Finish]
» ♪ Who's that girl ♪
» A sweet girl and two bad boys [Kity & Jack]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Rez-de-Chaussée.-
Sauter vers: