AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Event juin 2015] « The great escape. » | Jeroen & Caitlyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 6587
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : ~
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: [Event juin 2015] « The great escape. » | Jeroen & Caitlyn   Ven 7 Avr 2017 - 17:48

Dimanche 07.06.2015
En fin d’après-midi

« Je n’avais jamais vu de vrais Détraqueurs avant. »

Lyn détacha son regard du livre de potions et le releva vers Leah qui semblait ne plus être très concentrée sur ses devoirs depuis un certain temps déjà. Les yeux de la belle australienne la fixaient et elle sentit que Leah était en train d’essayer maladroitement d’aborder un sujet bien moins léger que ceux autours desquels tournaient leurs conversations en général.

« Moi non plus… »

Un silence s’installa autour d’elles mais ni l’une ni l’autre ne retourna à ses révisions. Lyn sentait bien que Leah voulait développer, approfondir, la thématique qu’elle venait de soulever, et elle lui laissa le temps de trouver les bons mots, ou juste le courage, pour le faire. Cela faisait plusieurs jours que le château était entouré par des Détraqueurs qui tapaient encore et encore contre la barrière magique, et l’atmosphère au sein de l’école était devenue bien plus froide et oppressante. Combien de temps tiendraient-ils encore avant de craquer, les uns après les autres, cédant à la pression croissante des ondes négatives qui se répandaient autour d’eux ? Et combien de temps tiendraient les barrières avant de céder, laissant libre cours aux Détraqueurs pour s’introduire dans les murs de l’école ?

« Tu penses qu’ils vont réussir à rentrer ? »

Leah baissa la tête, détournant son regard, et Lyn eut un pincement au cœur. Elle n’avait jamais vu la cousine d’Enzo dans cet état, et elle se rendait compte à quel point tout ça était difficile pour elle. Débarquée d’Australie à peine quelques mois plus tôt, elle ne savait rien de ce qu’ils avaient vécu à Poudlard, ne connaissait rien des horreurs qu’ils avaient vu se dérouler devant leurs yeux ni de la souffrance qu’ils avaient pu éprouver au quotidien pendant deux ans. C’était comme un autre monde, pour elle, et si Caitlyn en était consciente de manière implicite, cette réalité la frappait aujourd’hui avec une force nouvelle.

« Je… j’espère que non. »

Comment ne pas lui mentir sans pour autant attiser ses craintes ? Quelque part, Caitlyn savait que les Détraqueurs n’abandonneraient pas si facilement, et que les barrières ne dureraient sans doute pas éternellement. C’était toujours comme ça, et c’était moche mais elle avait appris à s’attendre au pire. Mais comment l’expliquer à Leah sans l’affoler outre mesure ?

« Moi aussi. »

Elle se mordit la langue. Leah parlait peu mais il n’était pas difficile de deviner à quel point elle pensait profondément tout ce qu’elle disait. L’espoir, le doute, la peur… Elle semblait submergée par tous ces sentiments. Comment la préparer à la possibilité d’une attaque sans la plonger dans le désespoir ?

« Tu sais faire ton Patronus ? »

La voilà qui relevait les yeux vers elle à nouveau et Lyn hésita un instant, un peu prise au dépourvu par ce changement de sujet qui n’en était pas vraiment un.

« Heu… normalement oui. »

Bien sûr, la première chose qu’elle avait faite une fois seule suite à l’arrivée des Détraqueurs était essayer si elle y arrivait toujours et voir que c’était le cas l’avait rassurée, mais elle savait qu’il allait falloir le roder car elle n’était certainement pas aux 100% de succès. Elle dégaina sa baguette et la pointa en l’air devant elles. Elle n’avait pas de souvenir heureux précis qu’elle mobiliserait à chaque fois qu’elle lançait ce sortilège, elle prenait tout simplement le premier qui lui venait à l’esprit et en l’occurrence ce fut celui du jour où elle avait reçu Rainbow de la part d’Aelie pour Noël.

« Expecto Patronum. »

Et un petit écureuil argenté bondit hors de sa baguette pour se mettre à sautiller autour d’elles. Sourire aux lèvres, Caitlyn le suivit des yeux quelques instant avant de se tourner à nouveau vers Leah.

« Il est adorable… »

Elle avait l’air sincère, mais son sourire n’était pas aussi rayonnant que d’habitude, ses yeux n’avaient pas le même éclat.

« Je me suis entraînée. Enfin, j’ai jamais essayé en situation, mais je m’en suis déjà servie pour faire passer des messages par exemple. »

Notamment la fois où elle l’avait envoyé chercher de l’aide alors qu’elle était poursuivie par un Supérieur dans les sous-sols. C’était l’ancien professeur de Potions qui avait reçu son appel au secours ce jour-là, et qui était venu à sa rescousse. Clairement, c’était un sort qu’elle classait parmi les plus importants, et elle l’avait souvent entraîné à une époque. Un peu comme le Vulnera Sanentur, finalement. C’était sa manière à elle d’assurer ses arrières. Bien sûr, mieux valait prévenir que guérir, mais parfois… parfois guérir était la seule solution et elle voulait être capable de le faire.

« Je t’envie un peu. Je ne sais même pas quelle forme prendrait le mien. »

Le regard de Lyn s’assombrit légèrement, comprenant finalement où Leah voulait en venir.

« Je n’ai jamais réussi ce sortilège. J’ai essayé mais je n’y arrive pas. »

La conversation prenait une toute autre tournure, une toute autre dimension. Ce que Leah était en train de lui dire, ce n’était pas qu’elle avait peur, c’était qu’elle était en danger.

« Je peux t’assurer que t’es pas la seule. C’est pas facile, je suis sûre que même certains adultes n’y arrivent pas. »

D’ailleurs, elle avait un peu l’impression que les personnes épargnées par les malheurs avaient parfois plus de mal avec ce sortilège. Bien sûr, il y avait de nombreux contre-exemples, et elle n’allait probablement pas demander à une personne en dépression de réussir parfaitement son Patronus, mais il ne fallait pas forcément être déprimé pour éprouver des difficultés avec ce sortilège. Au fond, elle-même n’était pas sûre d’y arriver à tous les coups, et, même si elle s’en savait capable, elle savait aussi qu’elle n’avait pas de souvenir heureux unique et dont l’efficacité serait garantie.

« Enzo y arrive. »

Ça par contre, elle ne le savait pas. Mais ça ne l’étonnait pas plus que ça au final. Elle sourit.

« Il est doué. »

Et elle aurait bien voulu savoir quelle en était la forme mais là n’était pas le sujet.

« Tu verras, ça viendra pour toi aussi, un jour. Ne t’en fais pas pour ça, laisse-toi en le temps. En attendant, promis on est tous là pour se serrer les coudes. »

* * *

Jeudi 11.06.2015
Dans la soirée

Les entrainements avec Leah étaient plutôt rares, finalement. Elle avait été assez motivée au départ, mais voir qu’elle ne progressait pas autant qu’elle ne l’aurait voulu ne devait pas être franchement très encourageant et Lyn pouvait parfaitement le comprendre. Du coup, elle n’insistait pas, préférant divertir l’Australienne plutôt que la déprimer davantage, et s’entraînait toute seule dans son coin quand elle en avait l’occasion. Elle profita donc d’avoir fini plus tôt, n’ayant pas cours de divination, pour faire apparaître le petit écureuil quelques fois avant de s’atteler à ses devoirs avec Lucy, lui réexpliquant au besoin les concepts qu’elle avait eu du mal à comprendre depuis la semaine précédente. Puis elles descendirent manger, rejoignant Leah et les autres autour d’une table.

L’atmosphère était de plus en plus lourde au château, et c’était particulièrement flagrant lors des repas dans la Grande Salle qui se passaient dans un silence inhabituel et d’autant plus oppressant. Les élèves ne s’y attardaient donc pas autant qu’ils le faisaient auparavant, et remontaient dans leurs Salles Communes respectives dès qu’ils finissaient leurs assiettes. Rien de très nouveau pour Caitlyn, si ce n’était qu’elle n’était donc plus la seule à sortir de table au bout d’une demi-heure puisque ses amies en faisaient de même. Mais cette fois-ci, elle les laissa rejoindre les dortoirs sans elle. En effet, elle venait d’apercevoir Jeroen, seul, quelques mètres devant elles et sur leur droite, et l’interpella.

« Hey, Jer’, attends ! »

Elle se tourna vers ses amies, s’éloignant déjà à reculons mais leur adressant un signe de la main pour prendre congé.

« On se retrouve tout à l’heure ! »

Puis elle pressa le pas pour rejoindre le Slytherin.

« Tu vas bien ? »

Elle lui sourit, plongeant ses yeux dans les siens. Ca faisait longtemps qu’ils ne s’étaient pas croisés en dehors de leurs séances d’entrainement, et ne lui imposait pas trop sa présence en général, mais ce soir, elle en avait envie.

« Tu voudrais pas sortir un peu ? J’en peux plus de rester enfermée. »

Depuis que les Détraqueurs rodaient autour du château, elle passait beaucoup moins de temps dehors qu’avant. Ne pas sortir seul, la consigne était claire en plus d’être intuitive, du moins à ses yeux, si bien qu’elle s’y pliait sans rechigner. Mais elle commençait ressentir de plus en plus le besoin de prendre l’air, et si elle évitait de proposer des expéditions sous toit de Détraqueurs à Leah ou à ses autres amies, elle espérait bien que Jeroen accepterait de l’accompagner. Après avoir assuré au Gardien de faction à la porte d’entrée qu’ils feraient attention et qu’ils rentreraient avant minuit, puisque Jeroen avait Astronomie à cette heure-là de toute manière, ils s’engagèrent donc dans le parc côte à côte.

« Alors, pas trop meurtri après hier soir ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 4203
Date d'inscription : 19/02/2012
Crédits : Tumblr & moi
Double Compte : Drew A. Parker & Gwen Roberts-Moore



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1415-jeroen-van-saade
MessageSujet: Re: [Event juin 2015] « The great escape. » | Jeroen & Caitlyn   Mer 12 Avr 2017 - 20:21

Le nez plongé dans le grimoire étalé devant lui, Jeroen finissait sa part de cake. Il s’était installé un peu à l’écart pour lire. Ce bouquin, il fallait qu’il le rende bientôt à sa propriétaire ; il n’avait pas encore lu le moindre chapitre, jusqu'à ce qu'un soudain élan de motivation vienne le trouver, quelques heures plus tôt. À la base, il n’aurait jamais cru pouvoir avoir ce livre de la Réserve entre ses mains ; miss Roberts-Moore avait vraiment la méfiance d’un chien se promenant sur une route départementale. C’était étonnant qu’elle soit toujours là, avec ses manières de fille de la haute et ce visage que tous les mecs du château – lui compris – avaient au moins fixé une fois pendant un temps bien trop long pour être innocent. Elle attisait beaucoup trop de passions dans son sillage. Mais elle avait quelque de très digne qu’il aimait bien, et elle était experte dans son domaine. Faire exploser des choses pour apprendre à se protéger, c’était du génie.

Bref, une fois n’est pas coutume, il lisait un livre conseillé par une prof, mais dans un état d’esprit différent de l’élève studieux et « curieux mais sans plus ». Il annota quelque chose sur un bout de parchemin posé à côté de lui, enfourna une nouvelle bouchée de gâteau dans sa bouche et reprit sa lecture en mâchant consciencieusement. Il l’avait oubliée, la loi de Golpalott, ou peut-être qu’il ne l’avait pas écoutée. Que ce soit Roberts-Moore, Hammerschmitt ou n'importe quel autre prof d'une autre matière, il avait toujours eu une attention relativement limitée en classe, ne se concentrant que sur ce qui l’intéressait vraiment et se contentant de redemander les informations à un voisin serdaigle quand il avait loupé un wagon. Donc, "l’antidote d’un poison doit être égal à plus que la somme des antidotes de chacun de ses composants", information qu’il schématisa tellement qu’un regard extérieur aurait été infoutu d’y comprendre quoi que ce soit.

Au-dessus de son gribouillis illisible, il avait pris des notes sur des formules d’anti-poisons connus mais qui, préparés à partir des livres d’étude de leur niveau, n’atteignaient pas tout leur potentiel. Et en face, des infos sur les poisons… Créer un sérum discret, efficace et vraiment mortel n’était pas si aisé que ça, quoi qu'on en dise. Normal que l’espion se soit planté en empoisonnant de vulgaires chocolats éparpillés au hasard. Le poison avait laissé suffisamment de temps aux enseignants pour faire un contrepoison efficace. Jeroen savait que le but premier de cette manœuvre était d’alimenter le climat de peur ambiant - toujours bien d'actualité, en plus - mais si ça avait été lui, il aurait quand même cherché à faire quelques morts un peu spectaculaires pour que plus personne ne soit à l’aise avec la nourriture, élément essentiel dont personne ne pouvait se passer. De quoi filer des angoisses à n'importe qui.

Il posa sa cuillère, regarda l’assiette vide, soupira. Il aurait eu l’air bien con, tiens, si sa nourriture avait été empoisonnée. Raison de plus pour bosser les antidotes. Par contre, il avait mal au crâne et l’impression que les mots devenaient flous. Fatigue visuelle assez malvenue et récurrente ces derniers jours. Il ferma le livre d’une main après avoir laissé son parchemin entre les pages qu’il était en train de lire, sortit de table et partit en direction de la salle commune. Des lunettes. Il fallait qu’il se choppe des lunettes de repos. Tant pis pour l’air ténébreux : entre l’amour qui le rendait couillon la moitié du temps et l’espion qui le rendait chèvre l’autre moitié, il n’était plus à ça près. (Maintenant, je vous laisse imaginer Jeroen avec des yeux de chèvre et un air d'amoureux transi. Cadeau.)

- Hey, Jer’, attends !

Léger sursaut, il ne s'y attendait pas. Voix familière. Il s’arrêta et se retourna pour voir Caitlyn qui faisait signe à ses amies qu’elle les rejoindrait plus tard. Il attendit qu’elle arrive à sa hauteur, son livre sous le bras, sortit sa main de sa poche pour se masser l’arête du nez.

- Tu vas bien ?
- Ouais, ça va. Et toi ?

Le degré de crédibilité était à calculer en fonction de l’attente que l’on a d’une réponse sérieuse à une question aussi couramment posée, et à laquelle tout le monde répond « ouais, et toi ? » sans se demander s'il ne vaudrait pas mieux dire la vérité. Il avait les yeux cernés, comme la moitié des gens du château, le sommeil s’était fait la malle. Maître Morphée s’était certainement retrouvé coincé de l’autre côté de la barrière protectrice qui enfermait le château sous sa chape.

- Tu voudrais pas sortir un peu ? J’en peux plus de rester enfermée.

Il hocha la tête. Pour sa part, il sortait toujours autant voire plus depuis que les détraqueurs se promenaient autour. D’une part, le parc était beaucoup plus calme et il était beaucoup plus simple de s’isoler en pleine nature, même si cela allait à l'encontre des directives. D’autre part… ça le fascinait. La barrière, les formes sombres qui rôdaient autour, cherchaient une faille et se ravisaient pour se fondre dans les cimes des arbres de la Forêt Interdite dès que le soleil pointait le bout de son nez à l'horizon... Comme si un peu de lumière suffisait à éloigner l'incarnation même de la peur. Un détraqueur, en soi, ce n'était pas grand-chose. Mais ce qu'ils inspiraient...

Par exemple, depuis qu'ils rôdaient autour du château, la baguette de Jeroen avait refusé de produire un patronus lorsqu'il s'y était essayé. Pas moyen. Même en pensant aussi fort que possible aux temps heureux où sa famille était au complet, ou encore à ces moments intenses avec Julian, son protecteur était resté enfermé dans le bout de bois inerte. En pleine bataille, il serait un des premiers à avoir droit au baiser. Ou peut-être pas ? Une croyance voulait que les gens moins heureux que leur voisin faisaient de moins bonnes victimes pour ces créatures. Lui, à force de creuser à pleines mains dans ce que l'humain fait de plus mauvais, il avait perdu quelque chose, un bout de bonheur ou d'innocence, peut-être un bout d'âme, il se demandait s'il aurait autant de saveur qu'avant. Et puis, simplement, il avait cédé à la peur en s'y complaisant ; sa baguette ne faisait que réagir à son état d'esprit. Trop faible, ne mérite pas de patronus. Ça le frustrait profondément mais il savait qu'il ne pouvait s'en vouloir qu'à lui-même – et puis, dans l'immédiat, il n'y avait pas de danger.

Mais contre toute attente, rien de toute cette frustration ne paraissait sur son visage. Il avait continué de vivre comme d'habitude, avec un détachement inouï par rapport aux autres, et ça ne lui avait coûté quasiment aucun effort. Il avait l'air à la masse, en fait, mais personne ne semblait lui en vouloir pour ça. Quant à la proposition de Caitlyn ? Non, sortir, s'exposer, ça ne lui faisait ni chaud ni froid tant que les bestioles étaient maintenues derrière la barrière magique. Il laissa à son amie le soin de rassurer le gardien en faction sur leur petite virée, sans soulever le fait qu'en cas d'attaque, elle était la seule qui pourrait réagir.

Il faisait encore bon, dehors. C'était un temps à rêvasser en regardant les nuages.

- Alors, pas trop meurtri après hier soir ?
- Quelques courbatures, dit-il en haussant les épaules avant de lever les yeux vers le ciel assombri.

Il avait aussi un bleu douloureux aussi large que sa main sur le flanc, ainsi que quelques égratignures, qui n'étaient toutefois pas toutes dues à leur entrainement au duel de la veille. Mais se dépenser ainsi en frôlant ses limites lui faisait un bien fou. Même s'ils commençaient à se cerner de mieux en mieux et à se laisser aller à des raccourcis pour avoir l'avantage, il sentait qu'ils progressaient. D'ailleurs...

- Tu te défends de mieux en mieux. Bientôt je n'aurai plus besoin de faire semblant d'être mauvais.

Il avait dit ça d'un ton neutre mais elle comprendrait qu'il rigolait. Pendant les entraînements, il lui arrivait de ne plus pouvoir la suivre. Elle jouait beaucoup sur la vitesse et la fluidité, ses points forts. Et puis, dès le début, ils avaient établi qu'ils n'abaisseraient pas leur niveau pour l'autre. Il s'y tenait, même s'il devait malgré tout retenir certains sorts problématiques contre elle. De mauvais réflexes commençaient à rentrer à cause de sa vie cachée de toutou des Supérieurs, et il ne voulait pas qu'elle voie qu'il maîtrisait des maléfices qu'il n'aurait pas dû connaître. C'était dangereux pour sa couverture, et dangereux pour elle. Malgré tout, ces temps d'hésitation lui avaient valu quelques défaites bien sèches, comme la veille.

- Et toi ? Faut que j'y aille plus doucement ?

Cette fois-ci, un petit sourire cynique étira ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 6587
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : ~
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: [Event juin 2015] « The great escape. » | Jeroen & Caitlyn   Mar 18 Avr 2017 - 9:22

Un livre sous le bras, les mains dans les poches, Jeroen avait sursauté et s’était retourné vers Caitlyn quand elle l’avait interpellé et ça la fit sourire. Il était mignon quand il était surpris. Un peu moins quand il était fatigué, par contre, ce qui était visiblement le cas. Des cernes creusant des poches sous ses yeux, un teint pâle… ce n’était en passant une main sur son visage et en se massant l’arête du nez qu’il parviendrait à y changer quoi que ce soit. Sans perdre son sourire et sa bonne humeur, elle lui demanda s’il allait bien, plus par automatisme qu’autre chose. Et la réponse du Slytherin fut tout aussi automatique.

« Ouais, ça va. Et toi ? »

Elle l’accepta sans relever, notant tout de même son air fatigué dans un coin de son esprit, et hocha la tête plusieurs fois en lui souriant à nouveau, sans aucune trace de moquerie cette fois. Elle savait qu’il dormait peu, ou du moins s’en doutait – qui ne dormait pas peu, dans cette école, aussi ? – mais elle ne le voyait que rarement dans cet état. Peut-être parce qu’elle le voyait rarement tout court, en dehors de leurs entraînements s’entend. Invitée surprise, donc. Content ? Il n’en avait pas tellement l’air… Elle aurait pu le laisser tranquille, hésita d’ailleurs à le faire, mais se risqua finalement à lui proposer de faire un tour dehors avec elle. Au pire, s’il voulait retourner vaquer à ses propres occupations, il refuserait et ce serait la fin de l’histoire.

Mais il ne refusa pas, acquiesça, même, et, après avoir obtenu l’autorisation de la part du gardien en faction à la porte, ils s’aventurèrent dans le parc. Au-dessus d’eux, des centaines d’énormes silhouettes noires planaient, à la recherche d’une brèche des sortilèges de protection, comme des vautours autour d’une proie dans l’attente de sa mort. Il ne faisait aucun doute que ces Détraqueurs n’était pas là par hasard, et que ceux qui les avaient envoyés était ni plus ni moins que ceux qui depuis bientôt un an cherchaient à reprendre le dessus sur eux. Il ne suffirait que d’un infime point faible pour qu’ils entrent et aspirent toute la joie dont étaient encore capables les habitants de Poudlard malgré tout ce qu’ils avaient vécu entre ces murs. L’idée même d’une attaque de Détraqueurs suffisait pour lui donner la chair de poule, mais elle se força à se ressaisir bien vite et opta pour une boutade pour détendre l’atmosphère.

« Quelques courbatures. »

Elle sourit. Exagérait-il ? Ou au contraire, minimisait ? Comment savoir s’il disait la vérité ? Au fond, la réponse de Jeroen n’avait pas tellement d’importance, elle était simplement contente de pouvoir discuter avec lui, sans raison particulière. C’était presque naïf et puéril, mais il en fallait peu pour la rendre heureuse, c’était le cas de le dire. Au-delà de son rôle de mentor lors de leurs entraînements qui l’aidaient à s’améliorer en duels et pour lesquels elle lui était reconnaissante, Jeroen était une personne qu’elle aimait énormément et dont elle se sentait proche. Aucun des deux n’en savait beaucoup sur la vie privée de l’autre, et ils ne se côtoyaient pas très souvent au fond, mais ça ne les empêchait pas de se comprendre et de s’apprécier.

« Tu te défends de mieux en mieux. Bientôt je n'aurai plus besoin de faire semblant d'être mauvais. »

Cette fois-ci, elle rit. Un rire clair, cristallin, pas très long mais extrêmement bienvenu et surtout bienfaiteur. La preuve, finalement, qu’ils étaient encore capables d’émotions positives, malgré le poids de l’obscurité qui les oppressait au quotidien. Oui, ça faisait du bien de rire, surtout pour une blague sortie de la bouche de Jeroen. Parfaitement neutre, stoïque, il restait fidèle à son image et c’était magique.

« Et toi ? Faut que j’y aille plus doucement ? »

Et le voilà qui lui adressait un sourire cynique. Elle leva les yeux au ciel, faussement vexée, trahie par son sourire en coin qu’elle ne cherchait pas à retenir. C’était de bonne guerre.

« C’est ça, moque-toi de moi ! »

En réalité, elle sortait complètement lessivée de leurs entraînements, baignée de sueurs à force d’avoir couru ou sauté un peu partout, parsemée de bleus à force d’être tombée ou de s’être cognée un peu partout aussi, et les courbatures ne tardaient pas à apparaître, généralement le lendemain. Mais ça lui faisait un bien fou, à n’en pas douter. Et puis, voir qu’elle progressait, qu’elle arrivait de plus en plus à atteindre son adversaire, et surtout l’entendre le lui confirmer, ne la laissait pas de marbre. Alors non, pour rien au monde elle ne lui demanderait d’y aller plus doucement.

« Mais merci pour le compliment. Tu te débrouilles pas trop mal, toi aussi. »

À son tour de le taquiner, même si sa pique était bien moins pointue que celles du Slytherin. Plus sérieusement, même si elle arrivait à avoir le dessus sur lui parfois, il restait bien plus expérimenté qu’elle et elle le savait très bien. Ceci dit, elle commençait à le connaitre, à force, et à savoir ses points faibles, tout comme elle commençait à connaitre ses propres points forts. Elle pouvait donc jouer avec ces deux variables pour essayer d’en tirer profit et de les tourner contre lui, et elle ne s’en privait pas. Tricherie ?  Peut-être, mais pas interdite pour autant, d’autant plus qu’il y avait droit tout aussi bien qu’elle, donc tricherie fairplay. Et tricherie instructive, aussi, puisque cela ne rendait en aucune manière le combat plus facile, bien au contraire.

« Je parie que même courbaturée, je reste plus rapide que toi. »

Et elle lui lança un regard plein de défi. Elle sortait certes essoufflée de leurs entraînements, mais lui aussi et parfois même plus qu’elle. C’était lui qui, le premier, avait mis le doigt sur sa principale qualité : oui, elle était rapide, plus rapide que lui, même s’il compensait par la puissance et la maîtrise de ses sortilèges qui devançaient de loin celles de la Ravenclaw. Elle était rapide, agile, fluide, et avait des bons réflexes, alors elle en profitait, le forçant à progresser dans cet aspect-là des duels, tout comme il la forçait à travailler sur la puissance et sur la maîtrise de ses sortilèges. Oui, plus elle misait sur ses points forts et jouait avec les points faibles du Slytherin, plus elle le sentait faire la même chose de son côté, alors elle progressait, ils progressaient tous les deux.

« C’est quoi ce livre ? »

Complètement hors-sujet, mais ça l’intriguait. Quand elle y repensait, elle ne l’avait que rarement vu avec un bouquin sous le bras. Non pas que cela l’étonne, elle arrivait assez facilement à l’imaginer en train de lire pour s’instruire, mais elle était curieuse de savoir sur quels sujets il s’instruisait. Pour sa part, ses virées à la bibliothèque autres que pour réviser s’étaient faites plus rares avec la fin d’année qui approchait. Lorsqu’elle avait ne serait-ce que quelques instants de temps libre, elle en profitait pour relire ses notes de cours en vue des examens. Elle se souvenait encore de son entrevue avec le bibliothécaire dans la réserve interdite, la nuit de la chute de Salem. Oui, il lui arrivait de s’infiltrer à l’étage de la bibliothèque pour satisfaire sa curiosité et sa soif de connaissances. Mais depuis quelques temps, ses petites excursions nocturnes s’étaient raréfiées et elles lui manquaient presque.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Event juin 2015] « The great escape. » | Jeroen & Caitlyn   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Event juin 2015] « The great escape. » | Jeroen & Caitlyn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» jeudi 18 juin 2015
» News du mois de Juin 2015
» Event Juin 2015 | Groupe V | Les conquistadors
» Convention Day le 07 juin 2015
» Raw du 01/06/2015

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Outside :: Le Parc de l'Ecole.-
Sauter vers: