AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Don't hide from me [PV Elijah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 1782
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Don't hide from me [PV Elijah]   Lun 3 Avr 2017 - 17:03

~Dimanche 14 juin – Dans la matinée ~

La nuit avait été compliquée. Mais Caem savait bien qu'il n'avait pas été le seul à avoir du mal à trouver le sommeil. L'aube se dessinait à peine et le jeune russe regardait déjà le plafond. Étendu sur le dos, la tête de Killian posée sur son torse, il caressait distraitement ses cheveux. Il avait invité la jeune femme à dormir dans son dortoir ce soir là. Ou plutôt, il lui avait demandé de venir. Il ne pouvait pas avoir l'esprit tranquille en la sachant loin. Avec l'entrée des Détraqueurs et même si la situation était plus ou moins maîtrisée, il préférait la savoir à ses côtés. Inconsciemment, il l'avait donc serré un peu plus fort que d'habitude pendant la nuit, lorsque le sommeil parvenait enfin à l'attraper. Elle non plus l'avait pas beaucoup dormi. D'ailleurs dormait-elle encore ? Caem ne le savait pas vraiment mais dans le doute, il préférait ne pas bouger. Simplement cette main dans ses cheveux, témoin de sa tendresse. Dans le dortoir, il entendait des respirations régulières mais d'autres plus dissipées. Peut être qu'il n'était pas le seul à être éveillé. Mais en aucun cas il n'avait envie de troubler le calme qui s'était instauré dans cette pièce. Ce calme était agréable, salvateur. Il permettait à chacun de se ressourcer avant de devoir quitter ces murs rassurants. Avant de devoir retourner dans les couloirs du Château et s'exposait à une rnecontre fâcheuse. Caem ne voulait pas se laisser envahir par la crainte, il avait la magie avec lui et s'en sortait assez bien avec le sort du patronus. Mais tout de même. Les Détraqueurs avaient réveillés en chacun de vieux démons et il n'était pas facile de faire avec. Après les avoir vus s'acharner contre la barrière magique, les avoir vus entrer ça avait été comme l'aveu de leur faiblesse.

« Je vais aller courir un peu, on se retrouve pour le déjeuner ? »

Caem se tenait face à Killian, devant la Grande Salle. Ils venaient de prendre un petit déjeuner ensemble, ils ne s'étaient pas encore quittés depuis le début de la matinée mais là le jeune homme sentait le besoin de se défouler un peu. Il avait eu du mal à manger ce matin là et il n'aimait pas que ses vieux travers reviennent. Il avait besoin de courir pour se vider la tête et reprendre le dessus. Killian le comprenait très bien. Elle déposa alors un baiser tendre sur ses lèvres et ils se séparèrent avec un sourire, sachant qu'ils se retrouveraient plus tard dans la journée. Caem prit alors la direction de son dortoir pour aller se changer. Il enfila alors rapidement une tenue de sport. En passant dans la salle commune, il croisa Zora qui était assise près du feu, les traits marqués par la fatigue. Elle n'ont plus n'avait pas passé une bonne nuit. Caem s'approcha alors d'elle et sans prévenir, vint déposer un baiser sur sa joue.

« Rendez-vous à 12h30 dans la Grande Salle, tu déjeunes avec Killian et moi. »

Et il disparut aussi vite qu'il était arrivé. Il eut juste le temps de voir Zora afficher un faible sourire en le voyant partir. Il n'aimait pas la voir ainsi, perdre son sourire. Il ne lui avait donc pas laissé le choix de son programme du jour. Un repas entre amis, c'était toujours une bonne solution. Et Caem avait bien l'intention de manger normalement le midi. Il avait donc une mission, courir, se vider la tête, chasser ses vieux démons. Il savait qu'il en était capable, il savait qu'il allait y arriver. Une petite faiblesse oui, mais hors de question de se laisser dévorer !

C'était donc la tête pleine de bonnes volontés que Caem était sorti de sa salle commune, près à aller courir et à reprendre le dessus sur sa propre personne. Il entendait déjà des rythmes endiablés résonner dans sa tête pour l'aider à trouver la bonne cadence de course. Sauf que bientôt, d'autres bruits vinrent parasiter cette mélodie et ceux-ci bien réels. Caem n'avait même pas eu le temps d'atteindre le Grand Hall que des éclats de voix attirèrent son attention. Son cœur se serra et il commença la course plus vite que prévu. Il y avait quelque chose de bizarre dans ces voix. Caem avait sa baguette à la main quand il arriva au niveau d'un petit attroupement. Pas de Détraqueur à l'horizon et surtout, pas de froid inhabituel. Alors pourquoi toute cette agitation. Caem s'approcha alors, bousculant un peu fermement quelques élèves pour se faire une place. Et là, son cerveau bloqua, l'espace de quelques micro secondes. Là, par terre, on pouvait distinguer deux personnes, un garçon et une fille en train de se battre. Oui de se mettre des gros coups. Et les autres qui regardaient, rigolaient et encourageaient. C'était hallucinant. Mais le pire, c'était que Caem venait de reconnaître très clairement une des protagonistes. Son sang ne fit qu'un tour. Il glissa sa baguette dans sa poche puis, attrapa fermement Elijah. Il l'entoura au niveau de la taille, la souleva et la tira en arrière pour l'arracher à son adversaire.

« Toi, là, emmène-le à l'infirmerie.  Et vous, déguerpissez avant qu'un professeur ne rapplique et vous mette tous en retenue. »

La voix de Caem était sans appel. Certains élèves avaient peut être son âge mais il s'en fichait. Pourquoi personne n'était intervenu ? Ça le rendait fou. Il savait aussi ce qu'on ressentait après l'adrénaline du combat, quand on comprend qu'on vient d'exploser... Oh oui. Alors il tenait jusque là fermement Elijah contre lui, pour l'empêcher de fuir, quitte à se prendre quelques coups. Lorsque le couloir se fut vidé, il se décida enfin à lâcher la jeune femme. Il put enfin voir son visage.

« Est-ce que ça va ? Tu n'es pas blessée ? »

Il était inquiet, clairement. Il était complètement atterré à l'idée d'avoir vu Elijah se battre de la sorte. Ça ne lui ressemblait clairement pas. Et oui une partie de lui avait envie de lui remonter les bretelles. Mais avant, il voulait être sûr qu'elle allait bien physiquement. Mentalement ? Il était presque sûr que quelque chose clochait. Elle n'en serait pas venu au mains sinon, il en était presque sûr. Il la détailla alors, à la recherche d'un indice, de quelque chose, ne cherchant en aucun cas à cacher l'inquiétude qui naissait en lui. Elijah, c'était un peu comme sa petite sœur et il était hors de question qu'il la laisse filer sans être sûr qu'elle allait bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1198
Date d'inscription : 15/10/2015
Crédits : Avatar TexasFlood + Gif Tumblr
Double Compte : Enzo Ryans - Ismaelle L. Stoneheaven - Cameron S. Cassidy - Riley S. Jenkins - Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3424-elijah-boom-clap
MessageSujet: Re: Don't hide from me [PV Elijah]   Lun 17 Avr 2017 - 20:36

Dimanche 14 Juin 2015 – Dans la matinée
Don't hide from me



Caem & Elijah

J'ai pas dormi. Comment est-ce que j'aurai pu dormir après ce qui s'est passé hier ? J'ai l'impression que c'est désormais hors de mes possibilités, comme si je n'allais plus jamais fermé l'œil de toute ma vie. J'ai sans arrêt les oreilles qui bourdonnent, comme si un insecte infatigable s'y était logé. Le mal de tête ne m'a pas quitté depuis hier après-midi, quand j'ai ouvert les yeux à l'infirmerie et qu'il m'a fallu un temps fou pour redescendre sur terre. J'aurai préféré ne pas le faire. J'aurai préféré garder la sensation que tout ça n'a été qu'un rêve. Les Détraqueurs ? Je l'admets, tout ça m'est passé complètement au dessus de la tête. Je les ai vu, je les ai ressenti, je sais qu'ils sont encore là pour certains et que ça met l'école dans tous ces émois mais … Je n'arrive pas à penser à autre chose et chaque fois que je ferme les yeux c'est pour voir son visage, comme si elle était coincée sous mes paupières. Alors j'ai envie de hurler, de tout casser et je me force à les garder ouverts, ces yeux. Tout ça n'est qu'un mauvais rêve et je vais bientôt en sortir.

« Elijah, ça va ? »

Rideaux tirés, allongée sur le côté, je n'ai pas bougé depuis ce qui me semble être une éternité. Si je compte répondre ? Non. Tout comme je ne compte pas adresser la parole à qui que ce soit. Je ne veux voir personne. Je ne peux voir personne.

« Laisse-là. »

Oui, c'est ça, laissez-moi. Le dédain dans la voix de Milena ne m'échappe pas. Elle fait partie de ce petit groupe qui prend un malin plaisir à ce moquer des autres et si parfois ça me blesse, si en général j'y suis relativement indifférente, cette fois je sens naitre en moi une rage envahissante s'emparer de tous mes sens. Je me fais violence pour ne pas y céder, serrant les poings pour éviter qu'ils n'aillent s'abattre sur elle.

Je ne sais plus qui je suis, à nouveau.

#

« Hey, tu peux pas regarder où tu vas demi-portion. »

J'ai fini par quitter le dortoir, je le savais que c'était une erreur. J'avance comme un zombie dans les couloirs, j'essaie de fuir ceux qui au fil du temps sont devenus des amis ou en tout cas des personnes que j'apprécie et qui m'apprécient en retour. Un instant j'ai hésité à m'approcher de Charleen quand je l'ai vu dans la Salle Commune mais j'ai senti que dès l'instant où elle croiserait mon regard, elle comprendrait que quelque chose ne va pas et à ce moment là, je m'effondrerai. J'ai esquivé Caem aussi, puis Lukas même si lui … L'évidence ça n'est pas son truc, il n'aurait probablement rien remarqué.

« Oh ben alors, qu'est ce qu'il y a ? »

Voilà où j'en suis, les yeux braqués dans ceux de ce garçon que je viens de percuter alors qu'il déambulait avec ses copains. Les poings serrés, l'humidité sous chaque paupière, c'est un regard noir que je lui lance et la vague de rage revient de plus belle … Je ne comprends pas ce qui m'arrive, d'où cette violence provient alors qu'elle n'était pas là jusqu'à il y a encore peu de temps. La première fois que je l'ai ressenti, c'était avec Keane pendant les dernières vacances, quand un commerçant nous a empêché d'écouter de la musique. Je ne sais pas d'où c'est venu, personne à la maison n'a jamais réagit comme ça. Et bien sur, cette idée m'effleure l'esprit : Si ça venait d'elle ? Très mauvaise idée que de penser cela.

« Tu vas aller le dire à ta Maman ? Maman ! Y a un méchant garçon qui m'embête ! »

Très mauvaise idée que de dire cela. Tout me semble se passer au ralentis, j'ai l'impression d'entendre mon sang battre dans mes tempes et mon cœur menacer de faire exploser ma cage thoracique mais la seconde qui suit, je saute au visage de ce garçon qui sous le coup de la surprise bascule en arrière et tombe sur le sol, moi par dessus lui. Et les coups partent, ils pleuvent, avec une force dont je ne me serai jamais cru capable, probablement nourris par l'adrénaline et cette colère qui bouillonne en moi depuis la veille.

« Mais lâche moi espèce de folle ! »

Il se débat mais plus il le fait plus j'ai l'impression qu'il nourrit la bête qui a pris forme à l'intérieur de moi, déjà galvanisée par cet entourage qui semble lui aussi se nourrir de ce qu'il se passe, décuplant ainsi sa force et ce peu importe les coups qu'elle peut se prendre … Jusqu'à ce qu'une paire de bras me ceinture par derrière et m'éloigne de cette frénésie.

« LACHE-MOI ! »

Et je me débats, farouchement, hystérique, tellement partie que je ne reconnais pas la personne qui m'a attrapé. Il parle, je n'écoute pas, l'attention totalement focalisée sur mon objectif, ce garçon que j'ai littéralement agressé et qui fini par sortir de mon champ de vision. Puis enfin, je retrouve ma liberté de mouvement, me dégage brutalement et lui fais finalement face en me retournant vivement.

« Est-ce que ça va ? Tu n'es pas blessée ? »
« Pourquoi t'as fait ça ?! J'suis pas blessée. J'vais très bien. »

Rongée par cette rage, cette colère, je ne ressens pas encore la douleur. Pas plus que les larmes qui ne cessent pas de couler de mes yeux pour rouler sur mes joues sans discontinuer. Et je le sais, quand tout ça sera retombé, je m'en voudrai de m'être adressé à lui de cette façon. Parce qu'il s'agit de Caem, et même s'il ne remplacera jamais Dani, il est ici comme un deuxième grand-frère pour moi. Une de ces personnes qui me rendent heureuse par leur simple présence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1782
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Don't hide from me [PV Elijah]   Lun 24 Avr 2017 - 12:00

Elijah, c'était la folie douce. Oui cette fille était complètement dans son monde, pleine d'énergie et parfois surprenante. Mais c'était toujours agréable de la voir ainsi. Caem appréciait cette jeune femme telle qu'elle était, il aimait cette folle rage de vivre avec le sourire qui se dégageait d'elle. Avec tant de naturel pourtant, tant de douceur... Mais là, ce qu'il venait de voir, ce n'était pas la même chose. Ça n'avait même strictement rien à voir. Elijah s'était jetée dans une sorte de folie furieuse, destructrice. Elle frappait ce type avec une violence qu'il ne lui connaissait pas. Quand il 'lavait saisie par la taille, Caem avait mobilisé toute sa force. Lui aussi avait senti l'adrénaline monter en lui mais clairement pas la même que celle que devait ressentir sa cadette. Elle se débattait avec une force qu'il n'avait jamais vu. Pourtant, le russe ne lâcha pas. Malgré les coups, malgré la violence, il était hors de question qu'il la laisse partir. Il l'entendait crier. Ça lui arrachait le cœur et les tripes de la voir comme ça mais il ne lâcha pas. Il ne le fit que lorsqu'il fut certain que les autres étaient bel et bien partis et que dans un sens, même si elle pétait encore les plombs, il serait le seul en présence, le seul à pouvoir subir ses foudres.

Voir son visage ce fut comme un second électrochoc pour Caem. Il n'était plus le même, déformé par la rage mais aussi par la peine. Il en était sûr maintenant. Elijah était en colère parce qu'elle était profondément blessée. Et cela ne se voyait pas seulement parce que les larmes étaient en train de ruisseler sur ses joues. Mais parce que tout son corps, tous ses gestes étaient à ses yeux des appels à l'aide. Elle allait très bien ? Caem poussa un long soupir. Il ne connaissait que trop bien ce qu'il voyait devant lui.

« Non tu ne vas pas bien, Elijah. Et tu peux crier, me frapper, je ne te laisserai pas partir comme ça. Je suis bien plus têtu que ce que tu crois. »

Caem n'avait pas décollé son regard d'Elijah. Son ton était ferme et n'appelait aucune négociation. Il s'attendait à ce qu'Elijah résiste, qu'elle le rejette. Mais ça, ce n'était même pas négociable. Il n'attendait pas forcément à ce qu'elle lui dise ce qui n'allait pas. Ça, ça ne faisait toujours pas partie de son caractère. Par contre, tant qu'elle n'admettrait pas qu'elle avait un problème, qu'elle était pleine de rage parce que quelque chose était en train de la dévorer de l'intérieur, il ne la laisserait pas partir.

« Ça ne te ressemble pas. Et crois-moi, tu ne t'en tiras pas comme ça. »

Caem, le grand-frère moralisateur. Oui il l'était. Il avait des principes et ça l'énervait profondément qu'Elijah en soit venu à la violence physique. Sauf qu'il était aussi tout à fait capable de prioriser les choses. Et il était certain que faire un sermon n'aiderait pas la situation, bien au contraire. Lui n'avait clairement pas eu envie d'entendre ce genre de choses quand il s'en était pris à ce type sans aucune raison. Il avait eu besoin qu'Enzo soit de son côté et l'aide à renouer avec une partie de lui qu'il croyait éteinte. L'aide à surmonter les choses différemment.

« Mais l'important maintenant, c'est que tu acceptes que quelque chose ne va pas et que c'est pour ça que tu as agis comme ça... »

Caem regardait toujours attentivement Elijah. Il était prêt à réagir aussi. Si elle cherchait à s'échapper, il avait sa baguette à porter. Il n'avait clairement pas envie de la forcer à rester mais il était certain que dans l'état actuel, elle était un danger pour elle-même. Clairement, Elijah semblait être dans un état second, ravagée et il ne pouvait tolérer l'idée qu'elle puisse se faire du mal, même indirectement, parce qu'elle n'arrivait plus à contrôler ses émotions. Caem était en réalité un peu effrayée à l'idée de ce qui avait pu lui arriver pour qu'elle fasse exploser une telle rage. Mais il gardait son calme, comme toujours. Et surtout, il gardait une distance entre Elijah et lui. Il n'allait pas la prendre dans ses bras, la forcer à un contact qu'elle pourrait ne surtout pas avoir envie de subir. Il cherchait le bon comportement mais se trompait peut être totalement. Il aurait pu être dû ne surtout pas évoquer le fait qu'il était en colère à l'idée qu'elle se soit battue de la sorte. Mais c'était fait. Maintenant il devait juste lui montrer qu'il était à l'écoute et que, même s'il blâmait son comportement, il comprenait profondément...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1198
Date d'inscription : 15/10/2015
Crédits : Avatar TexasFlood + Gif Tumblr
Double Compte : Enzo Ryans - Ismaelle L. Stoneheaven - Cameron S. Cassidy - Riley S. Jenkins - Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3424-elijah-boom-clap
MessageSujet: Re: Don't hide from me [PV Elijah]   Jeu 27 Avr 2017 - 21:59

Je pense qu'on peut le dire, j'ai littéralement perdu le contrôle. Il m'a dégagé de ça, de cette violence, mais je ne sors pas de ma transe pour autant. Je me sens … comme si je ne pouvais plus jamais en sortir. Irrationnelle et dépassée, je ne me rends compte de rien, incapable de me focaliser sur autre chose que mes ressentis. Son langage corporel ? Impossible pour moi de me concentrer dessus.

« Non tu ne vas pas bien, Elijah. Et tu peux crier, me frapper, je ne te laisserai pas partir comme ça. Je suis bien plus têtu que ce que tu crois. »

Ses mots ? Aucun impact. Ou presque. C'est comme une sorte de petite fissure, comme de la glace qui se craquèle. On n'y fait jamais attention à ce premier craquèlement, d'ailleurs on ne l'entend pas vraiment et pourtant, la plus part du temps, c'est déjà trop tard. Parce que la fissure n'aura de cesse de grandir, lancinante, sinuante … fatale pour ce pauvre petit être qui ne se doute pas une seconde qu'il risque de passer à travers et sombrer avant même d'avoir compris le sort qui l'attendait. Crier, frapper, partir. J'ai la rage au corps, je m'en sens tout à fait capable. Illusion. S'il ne me quitte pas des yeux, je n'ai pas l'intention de baisser les miens non plus. Son ton est ferme, c'est la première fois qu'il s'adresse à moi de cette façon mais j'ai beau être dans un état second, une part de moi est tout de même consciente qu'il ne s'agit pas là d'un ennemi. C'est même tout le contraire.

« Ça ne te ressemble pas. Et crois-moi, tu ne t'en tiras pas comme ça. »

Si j'avais été un animal, je crois qu'en cet instant j'aurai pu grogner. Sauvage, l'animal. Inapprivoisable, imprévisible et dangereux. Surtout pour lui-même. Mon corps entier hurler de douleur mais je ne l'écoute pas, continuant de serrer les poings à m'en faire entrer les ongles dans mes paumes quitte à ce que j'en arrive au sang. Ça ne m'importe pas une seule seconde, je ne ressens absolument rien si ce n'est cette rage qui continue de circuler dans mes veines. Comment est-ce qu'il peut affirmer que ça ne me ressemble pas ? Comme s'il me connaissait ! Comment le pourrait-il alors que j'en suis moi-même incapable. Plus de racines, plus rien. Tout a volé en éclat. Un craquement, encore un, et la glace se fissure un peu plus ...

« Mais l'important maintenant, c'est que tu acceptes que quelque chose ne va pas et que c'est pour ça que tu as agis comme ça... »

Nouveau masque. Celui-ci comporte un sourire, pire, un rire sarcastique. Là je détourne le regard mais c'est simplement pour lever les yeux au plafond. Yeux qui me font atrocement mal tant ils rougissent, totalement embués par ces larmes qui n'en finissent pas. Je ne me rends pas compte de leur présence, voilà pourquoi je ne cherche pas à les essuyer ou les atténuer.

« J'vois pas pourquoi ça irait pas. »

Mon souffle est court, mon cœur bat comme un forcené si bien qu'on pourrait presque croire qu'il va lâcher d'un instant à l'autre mais mon sourire ne s'estompe pas, toujours aussi sarcastique, cynique, quand je plante à nouveau mon regard dans le sien. Si j'étais immobile jusqu'ici je suis à présent très agitée, danse d'un pied sur l'autre, me passe une main nerveuse dans les cheveux, balance un bras en avant et en arrière. Autant de signe qui prouvent que la carapaces se brise lentement mais surement, telle un lac gelé retrouve le soleil. Ce soleil là ne réchauffe pas, non, il brûle et il fait mal.

« C'est génial ce château ! Y a que des gens géniaux ici. Des gens qui ne se supportent pas les uns et les autres parce qu'ils sont différents. Des gens qui jugent et méprisent sans savoir, sans connaître, sans essayer de le faire une seule seconde. »

Comme Melina et sa clique, comme Kelly et son harem, toutes ces personnes à qui je ne prête en général pas attention. Je sais qu'ils se moquent de moi et en temps normal je me concentre tout simplement sur les personnes qui ne sont pas comme ça, qui sont même tous le contraire, mais actuellement c'est comme si je ne voyais qu'eux. Je parle vite, de manière saccadée, la voix coincée par les sanglots. J'en étoufferai presque et le nœud que j'ai dans la gorge se renforce soudain brutalement. Cette fois le sourire n'est plus là, il est bien loin, tout comme mon regard se fait fuyant, incapable de le regarder alors que les mots m'échappent de manière abrupte mains lente.

« Même des gens qui abandonnent leur enfant. »

Et de nouveau mon corps entier se crispent, mes poings se serrent, je me mords la lèvre inférieure à m'en faire saigner.

« Et se comportent comme si tout allait bien, comme si c'était normal. »

Comme si je n'étais pas une personne mais un … objet dont on n'a jamais voulu et qui se trouve là par hasard, alors qu'on pensait ne jamais le revoir. Je crois que c'est à ce moment là que j'explose finalement, laissant les émotions m'envahir à en faire affluer les larmes plus encore. Sous moi, mes jambes se dérobent. Je tombe, presque au ralentis ... accompagnée par un sentiment étrange et inapproprié de soulagement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1782
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Don't hide from me [PV Elijah]   Mer 3 Mai 2017 - 10:20

La détresse transpirait dans chaque mouvement d'Elijah, dans chacun de ses gestes. Caem savait bien reconnaître toutes ces émotions qu'il voyait face à lui, parce qu'il les avait connus. Quand la rage se fait entendre, quand la douleur est si forte qu'il ne reste plus que la colère pour la supporter. Quand on a l'impression que tout s'écroule et qu'il faut qu'on participe à la destruction pour ne pas disparaître à son tour. Ça vous prend aux tripes, ça déchire vos dernières protection et vous laisse nu face à une réalité qui brûle chaque parcelle de votre peau. Il n'existe alors qu'en vous cet appel à la violence. Pour ne pas partir seul, pour marquer au moins le monde de votre souffrance. Pour qu'ils comprennent enfin, tous ceux qui vivent dans trop de bonheur, tous ceux que vous admiriez tant avant et qui désormais ne font que vous renvoyer votre propre image qui se défait. Seconde après seconde vous tombez en lambeaux, vous sentez que votre propre corps s'échappe et que, si vous ne faites rien, vous allez vous évanouir aussi brusquement que vous êtes venus au monde. Frapper et hurler. Instinct de survie, retour de l'animal.

Caem sentait sa gorge se serrer alors qu'un sourire cynique se dessinait sur le visage d'Elijah. Ça ne lui allait pas. C'était comme si quelque chose avait pris possession d'elle, faisant ressortir toute la rage qu'elle n'avait jamais osé exprimer, faisant ressortir tout ce qu'il y avait plus marqué en elle. Elijah avait ses parts d'ombre comme tout le monde mais ce qui se montrait là ce n'était pas quelque chose de foncièrement mauvais. Non, c'était cet animal blessé qui montre les dents pour sauver sa peau, dans l'espoir qu'ainsi il pourra panser ses plaies dans le silence. Mais le russe était persuadé qu'elle n'arriverait pas à se soigner seule, pas tout de suite en tout cas, pas tant que la première rage ne serait pas totalement expiée. Alors il affrontait ce sourire sans le prendre pour lui, sans s'en formaliser. Il lui faisait mal mais simplement parce qu'il était le témoin de ce qui était en train de ronger la jeune femme, quoi que cela puisse être. Il attendait, que ce sourire se transforme en paroles. Elles seraient sans doute acerbes... Oui elles étaient cinglantes mais pourtant, Caem ne cilla pas, ne bougea pas d'un centimètre. Pourquoi ça n'irait pas ? Il entendait « il y a mille raisons de s'écrouler. ». Attendre, doucement, ne pas précipiter les choses, résister à l'envie de la prendre dans ses bras, de lui dire qu'il ne la lâcherait jamais. Parce que ce ne ferait qu'attiser sa rage sourde. Attendre.

« C'est génial ce château ! Y a que des gens géniaux ici. Des gens qui ne se supportent pas les uns et les autres parce qu'ils sont différents. Des gens qui jugent et méprisent sans savoir, sans connaître, sans essayer de le faire une seule seconde. 
Même des gens qui abandonnent leur enfant. » 


Caem avait serré les dents pour ne surtout rien montrer, rien laisser entrevoir de ce que lui pouvait ressentir en entendant ce genre de propos. Il ne devait en aucun cas laisser ses propres émotions prendre le dessus, sinon, il serait incapable d'aider Elijah, sinon il serait embarqué dans des réponses égoïstes, apportant plus de bien à sa propre personne qu'à la jeune femme. Le sourire de cette dernière avait d'ailleurs disparu. Le jeu était peu à peu en train de s'achever. Les morceaux d'elle touchaient finalement le sol et il devait rester sur ses gardes. C'était maintenant que les mots prenaient tout leur sens.

« Et se comportent comme si tout allait bien, comme si c'était normal. »

De qui et de quoi Elijah parlait ? Caem avait encore bien du mal à le comprendre. A moins que ce soit quelque chose en lui qui refuse l'évidence. Mais il n'eut pas le temps de cogiter trop longtemps. Ses réflexes le poussèrent à se ruer en avant et à rattraper de justesse le corps d'Elijah qui semblait s'effondrer sous son propre poids. Sous le poids de cette vérité qui était peu à peu en train de prendre de la place en elle. Caem avait pu rattraper Elijah de justesse, passant les bras sous ses épaules. Il l'avait ensuite accompagné en douceur jusqu'au sol pour qu'elle puisse s'asseoir contre le mur sans se faire mal. Il s'accroupit alors en face d'elle tout en la relâchant. Il y avait une petite distance entre eux. Il avait très envie de la serrer dans ses bras, de lui dire que tout irait bien. Mais ce serait contre-productif pour elle, ce n'était peut être pas ce dont elle avait envie, besoin. Alors il resta à cette distance sans pour autant la quitter des yeux. Pendant ce temps, son cerveau tournait à plein régime alors qu'il remettait peu à peu les pièces du puzzle en place.

« Elijah, tu as appris quelque chose sur ton adoption ? »

La voix de Caem était douce et calme. Dans sa tête, tout se bousculait alors qu'il était peu à peu en train d'imaginer le trouble qui pouvait agiter la jeune femme. Mais il se devait de rester impassible et avec le temps, c'était presque devenu sa spécialité. Son visage ne laissait donc rien paraître si ce n'était ce petit air rassurant, ce regard sincère et presque transperçant. Il fallait qu'Elijah mette des mots sur les choses mais il sentait bien que ce qu'elle avait vécu était véritablement un séisme et qu'il ne suffirait pas de quelques paroles gentilles pour l'aider à retoucher terre.

« Un de tes parents biologiques est ici ? »

Caem se doutait que le terme de parent risquait de réveiller la colère d'Elijah s'il avait visé juste mais il fallait qu'il pose la question. L'adoption de la jeune femme n'était pas un secret pour lui mais surtout, elle n'avait jamais semblé l'empêcher de se construire. Elijah aimait ses parents, sa famille et c'était le plus important. Mais il est toujours difficile d'admettre qu'on a pu être laissé de côté même quand on est parfaitement heureux... Caem était incapable d'émettre des hypothèses sur qui pouvait bien être lié à la jeune femme. Il n'était même pas sûr à cent pour cent d'avoir bien interprété ses propos même s'il avait moins de doute là-dessus. De toute façon, il n'avait pas envie de jouer aux devinettes. Il allait attendre, sans la lâcher du regard, sans bouger.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1198
Date d'inscription : 15/10/2015
Crédits : Avatar TexasFlood + Gif Tumblr
Double Compte : Enzo Ryans - Ismaelle L. Stoneheaven - Cameron S. Cassidy - Riley S. Jenkins - Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3424-elijah-boom-clap
MessageSujet: Re: Don't hide from me [PV Elijah]   Mar 9 Mai 2017 - 23:35

Elle sombre, dégringole de toute sa hauteur et cède sous son propre poids, sous le poids de cette vérité qu'elle ne peut pas appréhender, apprivoiser, qu'elle ne peut pas supporter. C'est trop lourd pour ses frêles épaules encore fragilisées par le poids du dernier secret qu'elle a vu éclater il y a de ça quelques semaines. Adoptée. Son père, sa mère, son frère, ils n'ont pas le même sang qu'elle. Aujourd'hui elle a su se faire une raison, a su accepter cette idée en se disant que le sang ça ne compte pas vraiment. Non, ce qui compte ce sont tous ces instants partagés, du plus petit au plus grand, du plus insignifiant au plus important. Les premiers pas, le premier mot, la première dent et les premières disputes avec Daniel lorsqu'il ne voulait pas prêter ses jouets à cette petite sœur envahissante et bien trop vive. Il l'a toujours aimé cette petite sœur, toujours, peu importe si elle ne vient pas du même ventre que lui. Ce sont ses parents à lui, ils sont également ses parents à elle, deux êtres qui l'aiment sans conditions. Et elle le leur rend bien, oh ça oui elle le leur rend bien. Elle a pardonné, elle aimerait les prendre dans ses bras pour officialiser ce pardon parce qu'ils n'ont pas eu le temps ni l'occasion de le faire mais ça viendra, patience, elle le sait.
Hier, cette petite bulle d'équilibre et de bonheur retrouvés a explosé à nouveau sous le poids d'un autre secret révélé. Par le plus grand des hasards, juste une supposition dans le fond, rien d'avoué, d'affirmé par des mots. Aucun prénom prononcé et pourtant elle le sait, elle le sent au plus profond d'elle, cette femme … Elle lui a donné la vie.

Alors elle cède, elle sombre et si ça n'était ses deux bras qui la soutiennent comme auraient pu le faire ceux de Daniel, elle se serait écroulée sur le sol sans tenter une seconde d'amortir cette chute. Elle se laisse accompagner dans ce mouvement jusqu'à toucher la pierre froide, celle du sol, celle du mur là derrière elle, sans jamais croiser le regard inquiet du jeune homme qui se tient face à elle, gardant une certaine distance entre eux, lutant pour ne pas se rapprocher, alors que les larmes noient ces beaux yeux bleus d'habitude si rieurs et pleins de vie. Ce regard si innocent qui ne voit la vie que par une suite de choses plus belles les unes que les autres. Il s'est fané ce regard, il s'est éteint, la colère l'a enveloppé et désormais il n'est plus que le réceptacle d'un torrent de larmes. A bout de nerfs, à bout de force, elle n'y arrive plus.

« Elijah, tu as appris quelque chose sur ton adoption ? »

Une voix douce, calme, presque comme une caresse. Elle aimerait s'y accrocher, elle en a besoin, mais lui répondre ? Elle en est incapable. Ça rendrait les choses bien trop réelles … Trop réelles. Il ne comprend pas mais il comprend tout. Le message a été suffisamment clair, malgré le cynisme dont elle a fait preuve en laissant parler l'ironie dans le ton de sa voix. Tout ça, cette rage, cette haine, ça l'aidait à tenir.

« Un de tes parents biologiques est ici ? »

Parents ? Non. Jamais. Un nouveau soupçon de colère point son nez mais elle n'a plus la force pour ça alors elle ferme les yeux plus fort encore, comme si ça pouvait changer quoi que ce soit, comme si ça pouvait empêcher la réalité de la frapper violemment comme elle est en train de le faire. Pourtant … Biologique … Oui, c'est le terme, elle le sait très bien et le dénis dans lequel elle aimerait s'enfermer n'est pas assez fort pour continuer à la préserver. Ses lèvres s'entrouvrent, elle tremble, aucun son ne sort si ce n'est un sanglot étouffé. Deuxième essai, plus concluant celui-ci.

« Mademoiselle ... Wisting ... hausen. »

Ses poings se serrent, tout comme ses paupières à nouveau, plus fort encore, de même que ses mâchoires l'espace d'un instant.

« Elle est … »

Les trémolos dans sa voix l'empêchent de parler, la boule qui s'est formé dans sa gorge il y a 24h et qui vient pourtant d'exploser l'empêche toujours de respirer convenablement mais maintenant que le pansement a été retiré sur la plaie alors le sang ne peut s'arrêter de couler.

« C’est elle. »

La tête lui tourne, elle serre encore plus fort. Tout ce qu'elle peut. Et elle cherche la colère, la rage, tout ce qu'elle ressenti ces dernières heures et qui l'ont aidé à tenir debout jusqu'à l'explosion. Un geste de trop, un mot de trop, la bombe a explosé. C'est ça qu'elle veut, qu'elle cherche désespérément sans succès.

« C’est pas ma mère, elle ne le sera jamais. Je la déteste. »

Oh elle le pense, sincèrement, mais ces émotions tant désirée l'ont totalement lâchée elles aussi. Que lui reste t-il alors ? La vérité, elle ne peut pas. Elle ne veut pas. Si elle ferme les yeux, est ce que tout peut recommencer ? Elle restera avec le beau Serdaigle, elle se perdra dans ses yeux bleus et en oubliera totalement de monter voir la Professeur de Divination, ne surprendra jamais cette conversation, rejoindra Charleen, puis ce garçon qui est devant elle en cet instant. Ils riront, peut-être que Enzo se joindra à eux et lui dira que ça n'est pas grave si elle craque pour son petit ami, qu'il comprend, et ils riront encore. Kezabel et Riley passeront par là, elle les regardera avec admiration puis percutera Lukas de plein fouet parce que ni l'un ni l'autre ne regarde jamais où ils vont. Elle finira par terre, peut-être qu'Elias l'aidera à se relever sans être capable de faire une phrase sans bégayer, ça la fera sourire avec une pointe d'attendrissement et d'amusement dans le regard … Et tout sera comme avant. Juste de la joie de vivre. Les Détraqueurs ? Elle n'y pense pas une seule seconde ...

« Je veux ma Maman. »

… Et se jette dans les bras de cet ami toujours présent, toujours inquiet, peut-être un peu secoué parce qu'elle vient de lui avouer. Elle en a besoin, besoin de réconfort, d'une présence rassurante, pour se vider de toutes les larmes de son corps et oublier le monde tant qu'elle le peut. Avec un peu de chance tout ça n'aura été qu'un mauvais rêve et c'est dans un écrin de douceur qu'elle ouvrira les yeux. Loin de tout ça. Loin d'une réalité qu'elle refuse catégoriquement.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1782
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Don't hide from me [PV Elijah]   Mer 17 Mai 2017 - 11:58

Savoir rester à sa place, ce n'est pas toujours évident. Et en cet instant, Caem sentait comme il était difficile de ne pas agir, de rester et attendre. Lui qui était habitué à ce genre de comportements, qui ne fonçait quasiment jamais dans le tas, se sentait soudainement entravé. Il aurait tant aimé pouvoir faire plus. Agir, ne pas rester immobile à attendre comme il le faisait toujours. La détresse d'Elijah lui arrachait le cœur mais il n'avait pas le choix. Rester à sa place pour elle. Parce que quoi qu'il pouvait ressentir ce n'était rien face au trouble qui agitait la jeune femme, qui déformait ses traits et faisait ressortir toutes ces choses qu'elle n'était pas habituée à montrer. Face à elle il devait non seulement rester à sa place mais disparaître. Se laisser de côté pour ne pas agir en fonction de ses pulsions mais de son bien à elle. Alors il restait immobile bien que ce soit difficile et il l'observait. Il espérait sincèrement qu'elle parviendrait à lui en dire plus. Parler, mettre des mots sur quelque chose c'était accepté que c'était bien réel. Et même si ça pouvait être très dur c'était un pas en avant. Accepter les choses telles qu'elles sont c'est pouvoir aller de l'avant, les affronter. C'est pouvoir grandir.

Caem avait bien vu ce mouvement de ses lèvres. Elle s'apprêtait à parler mais les sons devaient être bloqués dans sa gorge. Il avait l'impression que le temps arrêtait de s'écouler pourtant, il ne bougea pas jusqu'à ce que les premières syllabes se fassent entendre. Un nom a été lâché. La nouvelle professeure de botanique. Autant dire qu'il faut quelques instants à Caem pour conceptualiser, pour accepter à son tour cette nouvelle vérité. Elle n'a pas besoin de le dire pour qu'il comprenne pourtant elle essaye. Mais une nouvelle fois les mots ne viennent pas. Comment l'appeler sa mère alors qu'elle ne l'a pas élevée ? Après la détresse c'est la colère qui ressort, plus forte, plus destructrice. Caem ne peut rien dire face à ça. Bien sûr qu'une partie de lui a envie de lui dire d'être mesurée mais c'est stupide et inutile. Elijah a le droit d'être en colère, personne ne peut en cet instant lui demander d'être rationnelle, d'être compréhensive. Après tout, qui avait cherché à la comprendre jusque là ? Mme Wistinghausen s'était elle mise à sa place ? Impossible à dire, impossible à savoir. Elle avait sans doute fait ça pour le meilleur, pour qu'Elijah ait une belle vie, ce qui était le cas. Mais cette colère, elle était plus animale, plus instinctive que tout ça.

Maman... Ce n'est pas un mot creux et Caem était bien placé pour le savoir. Il accueillit Elijah dans ses bras et la serra tendrement contre lui, passant ses mains dans son dos.

« Ça va aller... »

En était-il convaincu ? En un sens oui mais il savait que ça n'irait pas tout de suite. Qu'il faudrait du temps. Pourtant, Caem avait murmuré ces mots à Elijah tout en la gardant contre lui. Elle avait besoin de voir ses parents, ceux qui l'avaient élevé, de parler avec eux, de comprendre. Etre sans réponse serait sans doute pour elle la pire des choses. Mais surtout, elle avait besoin de se rappeler que cette famille était bien la sienne, quels que soient les liens du sang. C'était évident. Caem la garda contre lui, une main dans ses cheveux, gardant sa tête dans son cou. Il ne la lâcherait pas, il ne la laisserait pas. Ce n'était pas de lui dont elle avait besoin maintenant mais à défaut de sa famille, il la tiendrait à bout de bras, aussi longtemps qu'il le faudrait.

Combien de temps Caem était-il resté là, à murmurer des mots rassurants à Elijah ? Il ne le savait pas. Il avait simplement écouté, guetté ses réactions, attendu de sentir qu'elle se calmait un peu. La douleur, la détresse n'allaient pas disparaître si vite. Mais au bout d'un moment le corps et le cerveau s'épuisent et on passe dans une phase plus calme, en apparence du moins. Il attendait qu'elle ait pu sortir ce qui la dévorait, reprendre son souffle et se laisser un peu à la douceur de cette étreinte. Il attendait qu'elle soit prête pour la relâcher légèrement et la regarder en face, replaçant une mèche de cheveux derrière son oreille.

« Est-ce que tu veux que je te ramène dans notre Salle Commune ? Tu pourras écrire à tes parents là-bas. Et je resterai avec toi aussi longtemps que tu le voudras. »

Chez les Poufsouffle certes il y aurait des regards mais pas plus qu'au milieu de ce couloir. Et puis, Elijah serait dans un univers familier. Elle pourrait toujours se réfugier dans son dortoir si elle avait besoin d'être seule. Charleen pourrait veiller sur elle le cas échéant. Lui resterait aux aguets bien sûr mais l'accès au dortoir lui était interdit.

« Et même si j'ai l'air frêle comme ça, je peux même te porter jusqu'à un fauteuil bien moelleux. »

Un sourire s'était dessiné sur les lèvres de Caem alors qu'il ne lâchait pas Elijah du regard. Il n'allait pas faire de grosse blague vaseuse mais un peu de légèreté ne pouvait pas faire de mal. La situation était suffisamment difficile pour elle, pas besoin qu'il rajoute une touche de gravité dans tout ça. Il gardait donc ce mince sourire alors qu'il l'observait toujours, bienveillant, à l'écoute de ses réactions. Il réfléchirait plus tard à tout ce qu'impliquait ce qu'elle lui avait appris. Pour le moment, c'était elle le centre de l'attention.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1198
Date d'inscription : 15/10/2015
Crédits : Avatar TexasFlood + Gif Tumblr
Double Compte : Enzo Ryans - Ismaelle L. Stoneheaven - Cameron S. Cassidy - Riley S. Jenkins - Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3424-elijah-boom-clap
MessageSujet: Re: Don't hide from me [PV Elijah]   Lun 22 Mai 2017 - 22:19

« Ça va aller... »

Ces mots, je m'y accroche comme je m'accroche à lui, aussi bien physiquement que psychologiquement. Je m'y accroche comme un naufragée à la coque de son navire, comme un enfant perdu qui a besoin d'un repère alors que tout s'écroule autour de lui. Oui, c'est la sensation que j'ai, que tout s'écroule, sans savoir à quoi me raccrocher ni comment. Heureusement Caem et là, il m'a empêché de faire une bêtise et à présent, il prend soin de moi, me parle calmement et me serre contre lui pendant que je me vide de toutes les larmes de mon corps, toutes ces larmes qui étaient coincées depuis la veille tout comme ma gorge obstruée par une énorme boule. Et je ne parle pas du nœud que j'ai à l'estomac, qui m'empêche de manger quoi que ce soit.
Je ne sais pas si ça va aller, je n'arrive de toute façon pas à penser, je n'y arrive plus. J'aimerai juste … arrêter de faire tourner tout ça dans ma tête à m'en donner le tournis et l'impression que je tombe dans le vide. Je voudrai que mes émotions exacerbées s'éteignent, qu'elles me laissent tranquilles. Je voudrai juste … souffler un peu, et rentrer chez moi pour retrouver ma famille. Ma vraie famille.

Je n'ai pas essayé de compter le temps passé contre lui, je crois que j'aurai presque pu m'endormir, là, comme ça, dans ses bras où je me sens en sécurité. Une pause, juste une pause. C'est ce dont j'avais besoin même si je sais que tôt ou tard la réalité reviendra frapper à ma porte. Je me laisse porter, bercer, par ses gestes, par sa voix douce. Les larmes finissent par arrêter de couler pour me laisser complètement épuisée, migraineuse et totalement vide d'énergie.
Je ne sais pas vraiment si c'est moi qui me suis  écartée ou bien si c'est lui qui m'a légèrement repoussée pour pouvoir me regarder mais je le laisse faire, je me laisse manipuler sans protester parce que c'est exactement ce dont j'ai besoin : Me reposer entièrement sur quelqu'un en qui j'ai confiance. Je ne cherche même pas à fuir son regard, j'ai l'impression d'être totalement à l'ouest mais cet état me soulage.

« Est-ce que tu veux que je te ramène dans notre Salle Commune ? Tu pourras écrire à tes parents là-bas. Et je resterai avec toi aussi longtemps que tu le voudras. »

Je ne le quitte pas des yeux, ne réponds rien néanmoins, me contentant de m’essuyer les joues, les yeux et le nez d’un revers de manche où j’ai caché mes mains sans même m’en rendre compte avant de ramener mes genoux contre moi et de les enserrer de mes bras. Puis pose mon menton sur mes rotules.
Salle Commune ? Ça sonne à mes oreilles comme Refuge. Écrire à mes parents ? Je ne sais pas … Qu’est-ce que je pourrais bien leur dire ? J'ai pas envie d'affronter la réalité de toute façon.

« Et même si j'ai l'air frêle comme ça, je peux même te porter jusqu'à un fauteuil bien moelleux. »

Sourire. Vague esquisse de rire, même. En cet instant j'ai l'impression qu'il n'y a que lui capable de ça. Quoi qu'il en soit, ça me permet de débrancher un peu, de me dire qu'il existe autre chose dans ce monde que … ça.

« J'suis sûre qu'il y aura des poils de chats dessus. Y en a partout de toute façon. »

Je grommèle, plisse le nez d'un faux mécontentement puisque tout ça n'est que comédie. Je rentre dans son jeu. Ça n'est pas encore très franc mais c'est déjà énorme pour moi. Ça ne dure pas très longtemps de toute façon. Je ne suis pour l'instant pas capable de plus.

« Je veux bien rentrer chez les Jaunes. Mais je ne crois pas que je vais écrire à mes parents. Je ... Je peux pas. Pas maintenant. »

C'est trop tôt, bien trop tôt, sans même savoir si je serai capable un jour de le leur dire. Est ce qu'ils savent qui est la personne qui a donné la vie à leur fille ? D'après ce que j'ai compris des accouchements sous X, personne en dehors du corps médical ne connait l'identité des … géniteurs. De toute façon je me connais, je sais que je serai probablement incapable de me retenir, je vais probablement fondre en larme dès l'instant où je les retrouverai et ils n'auront pas à me poser un milliard de questions pour que je leur raconte tout. Et si je leur faisais du mal ? Si je leur faisais peur ? Si jamais ils pensaient que je vais les abandonner ou … Stop. Elijah, stop. Arrête. Ça ne sert à rien. Pause. Il faut que tu te détaches un peu de ça, que tu souffles et que tu prennes du recul alors repose toi sur Caem, il te propose son aide pour y parvenir. Laisse le être là pour toi, tu en as besoin.

« Est-ce que ça t'ennuierais de rester avec moi un peu ? Peut-être qu'on peut faire une bataille explosive ou un autre jeu. »

A vrai dire je ne sais pas vraiment si j'en serai capable mais ...

« J'aimerai bien penser un peu à autre chose. »

Ou ne plus penser du tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1782
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Don't hide from me [PV Elijah]   Lun 29 Mai 2017 - 18:14

Bien sûr, une petite pointe d'anxiété avait vu le jour chez Caem alors qu'il tentait de faire rire un peu Elijah. Le gros de la tempête semblait être passé mais les apparences peuvent souvent être trompeuses. Parfois, c'est lorsqu'on semble retrouver le calme que l'on devient le plus dangereux pour soi-même. Lorsqu'on se replie sur soi qu'on se fait le plus mal. Et il était hors de question pour le russe de voir la jeune femme sombrer ainsi face à lui. Alors oui, tandis qu'il essayait de détendre l'atmosphère, il l'observait, espérant que cela allait fonctionner ou du moins qu'il verrait un signe rassurant. Il fut agréable surpris de voir un sourire, de deviner un rire et même de l'entendre parler des foutus poils de chat avec beaucoup de distance. Elijah était bien là, malgré tout, elle tenait toujours le cap, elle restait elle-même. Elle était forte et Caem allait l'aider à garder la tête hors de l'eau, autant qu'il le pourrait.

« Décidément, ces chats cherchent toujours à nous pourrir la vie ! »

Sourire du côté du russe. Lui n'avait rien contre ces petites bêtes, contrairement à la demoiselle. Mais il comprenait son aversion, surtout avec son énergie et puis, il fallait bien avouer que c'était devenu une sorte de running gag entre eux. Et puis, surtout, ce qui était important pour lui, c'était de voir qu'elle s'accrochait à ses bonnes vieilles habitudes. Quelque part, c'était plutôt bon signe. Il reprit ensuite son sérieux quand elle lui fit comprendre que le mot aux parents, ce n'était pas pour tout de suite. Il comprenait et n'irait en aucun cas la forcer. Oui il allait falloir qu'elle le fasse, il jugeait cela important, essentiel même. Elle en aurait besoin pour pouvoir avancer, pour être sûre de sa construction personnelle. Sauf que là, maintenant, elle avait déjà suffisamment de choses à gérer. Pas besoin de se rajouter ça. Les choses devaient se faire avec le temps.

« Prends ton temps. Déjà, tu vas profiter du confort et du réconfort de notre salle commune ! »

Un des avantages indéniables d'être un Poufsouffle : la convivialité et la douceur. Leur salle commune était à l'image de leur maison, sans doute la plus accueillante de l'école. Celle qui ne vous donne pas forcément envie de faire la fête mais plus de vous réfugier dans un bon fauteuil. Exactement ce dont Elijah avait besoin en cet instant, ce serait donc parfait. Caem venait de se lever, s'époussetant au passage. Il tendit sa main vers la jeune femme pour l'aider à se lever à son tour alors qu'elle lui demandait de rester avec elle.

« Avec grand plaisir. Bataille explosive, échec ensorcelés, tout ce que tu veux. Je suis un adversaire redoutable ! »

Ou pas. Pour être honnête, Caem n'avait pas beaucoup joué aux jeux magiques et si, depuis son arrivée, il s'y était confronté, il était loin d'être un expert. Mais il aimait bien jouer aussi et puis, loin d'être mauvais joueur, l'idée qu'il puisse perdre ne le hantait pas plus que ça. Il aida donc Elijah à se remettre sur pied et passa alors un bras autour de ses épaules, l'attirant contre lui tout en se mettant en marche vers leur refuge. Les soucis de la jeune femme n'allaient certainement pas disparaître avec une partie de bataille ou un claquement de doigt. Mais au moins, elle pourrait accorder à son esprit un peu de répit, un peu de repos. Elle pourrait prendre le temps d'oublier et de se rappeler que le monde pouvait continuer à tourner. Que malgré tout, malgré la souffrance qu'elle pouvait ressentir, elle pourrait toujours sourire.

« Je suis sûr qu'on pourrait accompagner notre partie d'un bon gâteau ou de n'importe quelle gourmandise. Rien de mieux pour se booster le moral ! »

Le chocolat, c'est bon pour le moral, pas pour rien qu'on le conseille après une confrontation avec les Détraqueurs. Revenir aux choses simples, c'est parfois le meilleur moyen d'aller de l'avant et de fermer les parenthèses douloureuses, l'espace de quelques instants. Caem ne voulait pas lui faire complètement oublier cette histoire, simplement l'aider à la mettre de côté, le temps de respirer un bon coup. Après tout, il avait prouvé à maintes reprises qu'il était aussi capable d'être un parfait rigolo, autant que ça serve. En tout cas, il n'avait pas l'intention de lâcher Elijah qu'il tenait toujours contre lui dans un geste qui révélait clairement les sentiments qu'il avait pour elle, ce besoin de la protéger, de ne pas la laisser seule face à ses démons.

« Faudra que tu m'encourages ensuite, quand j'irais faire mon footing, à moins que tu veuilles courir avec moi, promis je suis un coach très doux. »

Sourire, légèreté, voilà tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1198
Date d'inscription : 15/10/2015
Crédits : Avatar TexasFlood + Gif Tumblr
Double Compte : Enzo Ryans - Ismaelle L. Stoneheaven - Cameron S. Cassidy - Riley S. Jenkins - Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3424-elijah-boom-clap
MessageSujet: Re: Don't hide from me [PV Elijah]   Ven 2 Juin 2017 - 19:40

Confort et réconfort … Oui, là, tout de suite, je crois que c'est sans doute ce qui me fait le plus envie et il a raison, je le trouverai dans notre Salle Commune. Tout comme je sais que je vais le trouver avec lui. Caem il est comme Kezabel, c'est une personne avec qui on se sent bien, un Poufsouffle dans la plus belle définition. Charleen est peut-être un peu plus « timide » mais elle l'est aussi, tout comme Elias. Même Lukas, à sa façon bien à lui. Et puis Keane bien sur. On est tous à notre place et maintenant que j'y pense, j'ai vraiment envie de retrouver le cocon rassurant de cet endroit. J'y ai passé plus de temps que dans le salon de la maison ces six dernières années, c'est un repaire – et un repère – important pour moi. Je me suis apaisée, je me suis surtout vidée de toute mon énergie et n'aspire plus qu'à ça : Le calme dans un endroit où je me sens bien, avec une personne qui m'apporte tout autant.

« Avec grand plaisir. Bataille explosive, échec ensorcelés, tout ce que tu veux. Je suis un adversaire redoutable ! »

J'attrape la main qu'il me tend, dans tous les sens du terme je crois, et me relève avant d'épousseter mon jean dans un geste plus réflexe qu'autre chose. Je me sens un peu perdue … Comment est-ce qu'ils disent déjà ? En roue libre ? J'en sais trop rien mais je me sens légèrement à côté de mes pompes. Différemment de d'habitude. Son enthousiasme me fait du bien en tout cas et même si une part de moi a envie de retourner se planquer sous la couette, l'autre n'a pas l'intention de quitter le Caem de si tôt.

« Je suis sûr qu'on pourrait accompagner notre partie d'un bon gâteau ou de n'importe quelle gourmandise. Rien de mieux pour se booster le moral ! »

Les petits plaisirs simples de la vie … C'est ce que Papa répète souvent et Maman le regarde en levant les yeux au plafond comme s'il venait de dire une bêtise plus grosse que lui avant de sourire en secouant la tête. Ils me manquent tellement, j'aimerai qu'ils soient là ou plutôt j'aimerai être avec eux. Et avec Dani.
Pour le moment c'est impossible et je le sais, je ne compte pas faire de caprice mais bien accepter la main amicale, presque fraternelle, que me tend mon camarade. Et avec le sourire en prime ! Il n'est peut-être pas très large mais il est présent et sincèrement. Tout comme mon ventre qui se met à grogner et me fait lâcher un rire cristallin et amusé.

« Je crois qu’il est d’accord avec toi. »

Après tout, ça n'a rien d'étonnant : Je n'ai pas mangé depuis la veille au matin ou presque.

« Faudra que tu m'encourages ensuite, quand j'irais faire mon footing, à moins que tu veuilles courir avec moi, promis je suis un coach très doux. »
« Je veux bien t’encourager mais courir avec toi ? Non, c’est pas une bonne idée. Tu sais bien que je ne suis pas capable de mettre un pied devant l’autre sans me les emmêler. En plus j’ai zéro endurance. »

Poisse ou inattention ? Je pense qu'il y a un peu des deux et je sais que certains estiment que ça tient du miracle si je suis toujours entière aujourd'hui. Je suis extrêmement maladroite, tête en l'air, et si l'espace d'une seconde je me surprends à me demander si je tiens ça d'un de mes … géniteurs, je chasse cette pensée de mon esprit et me concentre sur l'instant présent où je retrouve mon sourire immédiatement. Caem a réussi un tour de maitre, il me change les idées et j'accepte ça avec un profond soulagement alors qu'on commence à marcher vers notre Salle Commune. La vérité du jour : Je suis totalement nulle en sport et ça n'est pas parce que je suis épaisse comme une brindille que ça change quoi que ce soit.

« C’est à Enzo que tu devrais demander ça. Il adore courir lui ! »

Un matin alors qu'il revenait du parc on a fait un bout de chemin ensemble et il m'a dit qu'il courait tous les matins ou presque. Quelle drôle d'idée. Enfin en tout cas ces deux là sont très amis alors je me dis que c'est peut-être ce qu'ils font déjà ?

« Même s'il arrive souvent « en retard » en cours ces derniers temps, en donnant un peu l'impression qu'il vient de se lever. C'est peut-être à cause des Détraqueurs, vu qu'on n'a plus trop le droit de sortir tout seul et tout ça pis vu que c'est la fin de l'année il est peut-être plus fatigué avec les révisions, etc ... »

Et alors que je visualise dans ma tête un superbe et alléchant gâteau au chocolat, autre chose me vient à l'esprit alors que lèvres pincées par la réflexion, je lève le menton et pose mon index dessus. Le gâteau en chocolat s'est transformé en quelque chose d'autre, ou plutôt en quelqu'un.

« Ou alors c'est parce qu'il est avec William ... »

Mon bras retombent le long de mon corps, je hausse les épaules et enchaine le plus spontanément, le plus naturellement du monde comme toujours. Sur le ton de la conversation.

« Bah si c'est ça je le comprends, moi aussi je crois que je trainerai le matin si c'est pour passer du temps avec le Serdaigle. »

Pas de filtre ! Et je pique un far en regardant mes pieds quand je réalise ce que je viens d'exprimer à voix haute, sentant la chaleur poindre son nez aux extrémités de mes oreilles et sur mes joues.

« Killian elle ne coure pas avec toi ? Elle est très sportive, non ? »

Si je cherche à changer de sujet ? Non, pas du tout. Le pire c'est que oui c'est un peu le cas mais la réponse à ces questions m'intéresse vraiment et dans ma tête je suis déjà passée à autre chose. A Caem et Killian, en l'occurrence. Volontairement ou pas, Mlle Winstinghausen et tout ce qui la concerne a totalement disparu de mon esprit, et ça fait du bien. Pour la première fois depuis 24h j'ai l'impression de réellement pouvoir respirer et même si je me doute que ça n'est que temporaire, je compte bien en profiter tout comme je compte profiter de mon ami et sa présence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1782
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Don't hide from me [PV Elijah]   Lun 12 Juin 2017 - 12:41

Le corps et l'esprit sont difficilement dissociables et souvent, ils nous le rappellent de manière assez surprenante. Le gargouillement de ventre d'Elijah surprit d'abord Caem avant de le faire rire, accompagnant la jeune femme. C'était un bon signe. Un très bon signe même. Si son estomac témoignait enfin le sentiment de faim, c'était qu'il avait un peu relâché la pression, qu'il était moins noué par le stress, la tristesse, et toutes ces émotions négatives qui peuvent tout chambouler en quelques secondes seulement. Non vraiment, que le ventre d'Elijah gargouille était une bonne nouvelle accueillie par un pouce en l'air du côté de Caem. Bien sûr qu'il avait raison et il était déjà en train de réfléchir à ce que lui aurait envie de grignoter en jouant dans la salle commune. Bah quoi, autant se faire plaisir aussi, ça ne fait jamais de mal ! De toute façon, comme il l'évoquait avec Eliah, il irait courir et puis c'était pas comme s'il avait des problèmes de kilos en trop. Ce serait même plutôt l'inverse...

« Un jour je devrais essayer de te lancer un sort de jambes en coton, si ça se trouve, tu deviendrais adroite du coup. Comme un système d'effet inverse ! »

Merci Caem pour cette réflexion absolument... Recherché. Oui oui, expert en sortilèges depuis des années. Caem se mit à rire de sa connerie alors qu'ils continuaient leur progression vers la salle commune. Elle évoqua alors Enzo et le russe sourit. C'est vrai qu'ils faisaient pas mal de sport tous les deux mais jamais ils n'avaient fait leur footing ensemble. En même temps, avec ses grandes jambes et ses gros muscles, il irait peut être trop vite pour le frêle Poufsouffle... Blague. Une autre était en train de se profiler d'ailleurs. Elijah qui avait retrouvé sa capacité à parler sans le moindre filtre était parti dans une réflexion sur les fréquents retards d'Enzo ces derniers temps. Un sourire était apparu sur le visage de Caem qui avait bien du mal à le retenir malgré tous ses efforts. Elijah... Cette naïveté dont elle faisait preuve parfois était absolument à croquer. Bon, elle finit tout de même par connecter que la fatigue et les examens n'étaient pas les seuls en cause. Caem hocha la tête mais s'arrêta net de marcher en entendant la phrase d'après.

« Bah si c'est ça je le comprends, moi aussi je crois que je traînerai le matin si c'est pour passer du temps avec le Serdaigle. »

Elle rougit et le russe quant à lui met quelques secondes avant de refermer la bouche et de se remettre en route. Ça clairement, il ne l'avait pas vu venir. Alors comme ça, la petite avait un faible pour William ? Mignon. La suite l'était encore plus. Voilà qu'elle changeait de sujet comme si de rien n'était. Caem n'arrivait pas à savoir si c'était normal, elle était tout le temps comme ça après tout, ou si le sujet l'avait un peu mise mal à l'aise. Il décida de couper la poire en deux et d'y faire juste une petite allusion.

« T'as plutôt des bons goûts dis moi ! »

Sourire taquin du côté de Caem. Bah quoi ? William était un garçon sympathique, sociable, intelligent et intègre. Oui c'était bien de voir qu'elle avait des coups de cœur plutôt pour ce genre de personnes. Mais il n'allait pas s’appesantir sur le sujet si elle n'en avait pas envie et, comme si de rien n'était, Caem revint à la question qu'elle lui avait posé quelques secondes plus tôt.

« Oui on court de temps en temps ensemble avec Killie. Elle est très sportive et physiquement, elle me bat à plate coutures dans pas mal de domaines ! »

Un sourire tendre était apparu sur le visage de Caem. Il l'avait prouvé maintes fois, il n'avait aucun souci avec sa virilité et reconnaître que sa petite amie pouvait lui mettre des raclées ne lui posait pas le moindre problème. Il était même fier quelque part, d'avoir attiré le regard d'une femme aussi forte qu'elle. Et oui, il pouvait être un peu mielleux aussi parfois...Mais bref. Les deux comparses étaient alors arrivés au niveau de la porte de la salle commune, juste à côté des cuisines. Le russe en profita pour attirer Elijah vers un elfe qui se trouvait là.

« Bonjour ! Est-ce qu'on pourrait avoir deux parts de gâteau au chocolat avec du jus de fruits s'il vous plait ? »

Caem avait tourné la tête vers Elijah pour être sûr que le parfum lui plaisait. L'elfe s'était incliné et avait filé vers les cuisines. Quelques instants plus tard, Caem et Elijah entrain dans la salle commune avec chacun une assiette contenant une très belle part de gâteau. Le russe tenait aussi dans son autre main une petite bouteille de jus de fruit. Ils posèrent le tout sur une petite table et approchèrent des fauteuils confortables. En s'asseyant, Caem lâcha un soupir de satisfaction. On était bien là, y'avait pas à dire.

« Bon alors, à quel jeu je te donne une leçon en premier ? Je te laisse choisir, j'suis sympa quand même ! »

Caem en compétiteur vantard et féroce ? Ok, ce n'était pas forcément crédible d'autant plus qu'il ne pouvait s'empêcher d'afficher un sourire et de regarder la jeune femme avec beaucoup de douceur. Mais bon, il faisait au mieux et cela ne l'empêcherait pas de jouer vraiment. Ce n'était pas une gamine, elle n'avait pas besoin qu'on la laisse gagner, juste de passer un bon moment et de se vider la tête. En parlant de ça, Caem mordit dans son gâteau pour en manger un bout et il ferma les yeux, l'espace de quelques secondes.

« C'est incroyablement délicieux... Dire que j'allais manquer ça et courir comme une nouille, non mais franchement ! »

Petit rire du côté du russe.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1198
Date d'inscription : 15/10/2015
Crédits : Avatar TexasFlood + Gif Tumblr
Double Compte : Enzo Ryans - Ismaelle L. Stoneheaven - Cameron S. Cassidy - Riley S. Jenkins - Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3424-elijah-boom-clap
MessageSujet: Re: Don't hide from me [PV Elijah]   Lun 12 Juin 2017 - 19:32

« T'as plutôt des bons goûts dis moi ! »

Il est amusé, je le sais, je connais bien Caem et je reconnais les signes sur son visage alors que je le regarde en biais, incapable de ne pas sourire, les joues en feu.

« Merci ... »

Je regarde mes pieds l'espace d'un instant puis relève la tête et la tourne vers lui alors qu'on continue d'avancer tous les deux en direction du rez-de-chaussée.

« C'est que j'adore ses yeux, un peu comme ceux de Cameron. Ou même les tiens mais toi c'est différent. Enfin bref, c'est quand même le petit ami d'Enzo alors bon, même si ça le fait sourire plus qu'autre chose je crois, c'est quand même pas très chouette de ma part. »

C'est vrai, à sa place je ne sais pas si je le prendrai très bien qu'une fille craque ouvertement sur mon petit ami sans parvenir à s'en cacher – parce que je suis incapable de camoufler quoi que ce soit, y compris ça – mais lui garde le sourire et me taquine même de temps en temps sur le sujet. Je ne fais rien de mal, mais quand même. Un instant je me demande comment réagirait Killian si je craquai sur Caem, par exemple, et quand on parle d'eux d'ailleurs ...

« Oui on court de temps en temps ensemble avec Killie. Elle est très sportive et physiquement, elle me bat à plate coutures dans pas mal de domaines ! »

Il sourit, moi je lâche un petit rire amusé, les imaginant entrain de courir tous les deux dans le Parc, elle bien loin devant lui. Ça n'a pas l'air de lui poser le moindre problème, je crois même que ça l'amuse et c'est très bien comme ça. Cette jeune femme m'a toujours un peu impressionnée, comme Riley, et toutes les deux sont des sacrés sportives ça c'est certain. Les voir évoluer dans les airs sur leur balai à quelque chose de vraiment puissant et même si je n'ai jamais réellement compris les règles du Quidditch, j'aime bien aller voir les match quand il y en a. En tout cas tout le monde n'est pas sportif, je ne le suis pas, Caem l'est un peu, chacun est comme il est et c'est très bien comme ça.

Et sans que je ne m'en sois réellement aperçu, nous sommes déjà en bas, près de la porte de notre Salle Commune, alors que mon camarade m'entraine vers je ne sais trop où … Ah ! Si. Vers un Elfe de Maison près de la Cuisine.

« Bonjour ! Est-ce qu'on pourrait avoir deux parts de gâteau au chocolat avec du jus de fruits s'il vous plait ? »

Caem m'interroge du regard, j'acquiesce d'un signe de tête, des étoiles déjà pleins les yeux à l'idée de manger du chocolat. Et puis je me souviens que je ne peux pas faire n'importe quoi alimentairement parlant je m'apprête à demander à l'Elfe si son gâteau est compatible avec mes allergies mais ...

« Sans fruits à coques pour la demoiselle. »

… il me devance et me laisse pantoise, en réalité très émue. Il s'incline et disparaît sans plus de cérémonie alors que je scotche toujours sur l'espace où il se tenait quelques secondes plus tôt. J'imagine qu'ils connaissent par cœur toutes les particularités de chacun par nécessité mais une simple petite attention comme celle-ci me rappelle que je suis émotionnellement un peu fébrile ces jours-ci.

Quelques instants plus tard, on se retrouve assis face à face, chacun dans un fauteuil confortable – et sans poils de chats – la boisson et nos parts de gâteau posées sur une table entre nous.

« Bon alors, à quel jeu je te donne une leçon en premier ? Je te laisse choisir, j'suis sympa quand même ! »
« Hum … Bataille explosive ! »

Et l'un comme l'autre, nous voilà entrain de mordre dans cette part de gâteau qui a sur lui comme sur moi le même effet : Un soupir de satisfaction avant de s'enfoncer dans le moelleux du fauteuil.

« C'est incroyablement délicieux... Dire que j'allais manquer ça et courir comme une nouille, non mais franchement ! »

Et hop ! Un gloussement de ma part. Naturellement je manque de m'étouffer en avalant une gorgée de citrouille qui passe un peu de travers sinon je ne serai pas fidèle à moi-même.

« Je suis entrain d'imaginer une nouille qui courre et c'est très amusant. »

Caem déguisé en nouille ? C'est encore mieux.

« Heureusement que je suis là pour t'empêcher de faire n'importe quoi. »

C'est vrai, quelle drôle d'idée d'aller se fatiguer alors qu'on peut être là, assis confortablement dans un fauteuil, entrain de traiter notre estomac avec amour. Le sourire que je lui adresse est un merci silencieux. Pour … tout ça et principalement pour avoir réussi à me changer les idées au moins l'espace de quelques instants pendant lesquels je respire à nouveau normalement.

▬ FINI POUR MOI ▬
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1782
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Don't hide from me [PV Elijah]   Lun 19 Juin 2017 - 11:05

« T'en fais pas, ça se contrôle pas ce genre de choses et Enzo comprend très bien ! »

Caem adressa un sourire tranquille à Elijah. Les coups de cœur, ça ne se contrôle pas. On a tous le droit de craquer pour quelqu'un, même si c'est l'ami d'une personne qu'on côtoie. Simplement, il y a une différence entre les sentiments et les actions. Elijah pouvait bien craquer pour les beaux yeux de William, elle ne faisait rien de mal. Alors elle n'avait pas à s'en vouloir. Et puis, le russe était persuadé qu'Enzo comprendrait. Au pire, il lui ferait comprendre, pas de souci là-dessus ! Non vraiment, il ne fallait pas qu'elle se ronge pour ça. Le russe espérait juste secrètement qu'elle jetterait bientôt son dévolu sur quelqu'un d'autre, quelqu'un qui pourrait lui apporter un peu de douceur et de soutien. Les relations amoureuses n'étaient pas essentielles mais il était certain que cela pourrait faire du bien à la jeune femme, regonfler son estime de soi et l'aider à se sentir accompagnée dans les moments difficiles. Enfin bref, il verrait bien de toute façon et ne chercherait en aucun cas à provoquer quoi que ce soit. Laisser la vie faire, c'était aussi bien, se presser n'avait aucun intérêt. Avec Killian par exemple, il n'avait rien prévu, c'était arrivé, tout simplement.

Les deux compères étaient finalement arrivés dans la salle commune, armés de superbes gâteaux au chocolat. La petite attention de l'elfe de maison face aux allergies d'Elijah n'avait pas échappé au russe, de même que le regard reconnaissait que lui avait adressé la demoiselle. Caem avait sourit et remercié encore et encore l'elfe avant qu'ils ne s'installent dans leurs fauteuils. Le gâteau était tout aussi délicieux qu'il en avait l'air et la bataille explosive qui se préparait n'en serait que plus agréable surtout avec une Elijah qui semblait avoir retrouvé le sourire.

« Me dis pas que tu m'imagines déguisé en nouille... ? »

Caem avait pris un air faussement sévère pour déclarer cela avant de se mettre à rire à son tour. Parce qu'indéniablement, maintenant qu'il avait formulé la chose, son cerveau n'avait pu se retenir de le figurer déguisé en nouille. Et oui, il fallait bien l'admettre, c'était quand même très drôle. On se serait cru dans une publicité japonaise. Oui eux étaient clairement capables de faire courir une nouille.

« Heureusement que je suis là pour t'empêcher de faire n'importe quoi. »

Le russe s'arrêta alors de manger et pendant quelques instants, son regard se fit tendre et sérieux. Est-ce qu'elle avait idée de la vérité de ce qu'elle disait ? Savait-elle qu'au-delà de la plaisanterie, elle avait bien plus raison que ce que cela pouvait paraître. Si Caem était toujours sobre, s'il n'avait levé la main sur personne, c'était grâce à elle, grâce à eux tous. Ceux qui l'entouraient jour après jour et qui l'aidaient à voir ce qu'il y avait de bien en lui. Qui l'aidaient distinguer ce dont il avait hérité et ce qu'il pouvait combattre. Elijah, Enzo, Zora, Killian, Mateo, Kezabel... Tous ces gens l'empêchaient de faire n'importe quoi jour après jour et il se rendait compte que ça n'avait pas de prix. Qu'il ferait tout pour les aider, pour les garder près de lui, pour les protéger. Elle était là, sa famille.

« Tu as raison, heureusement que tu es là. »

Un sourire s'était dessiné sur le visage du russe. Il prit quelques secondes pour observer Elijah, pour laisser ce sentiment de plénitude prendre possession de lui. Il aimait ce rôle de grand-frère, il aimait se sentir entouré et ne troquerait ça contre rien au monde. Juste quelques secondes pour se le rappeler. Et puis, sans prévenir, il s'était levé rapidement pour aller s'emparer d'un jeu de bataille explosive qui se trouvait sur une des commodes de la salle commune. Il l'apporta et le posa entre eux deux, grand sourire aux lèvres.

« Prête à perdre ? »

Et une épreuve de plus qu'ils allaient surmonter, ensemble.

- Fini -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Don't hide from me [PV Elijah]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Don't hide from me [PV Elijah]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bonne fête, Hide-hime. [Pv]
» [Mai] Taeyang Hide Doubt Version
» ELIJAH ■ Il fut un jour où 69 était un simple chiffre et il fut un temps où tu pouvais manger une banane tranquillement…
» {Flashback} Back From The Dead [Klaus, Kol & Elijah]
» Elijah Mikaelson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Rez-de-Chaussée.-
Sauter vers: