AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [EVENT 13.06.15] You're my strength [PV Cameron]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 2724
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: [EVENT 13.06.15] You're my strength [PV Cameron]   Jeu 23 Fév 2017 - 22:41

~Samedi 13 juin – Fin de soirée ~

C’était sûr que ça finirait par arriver. Cela faisait des jours qu’Emily nageait en plein cauchemar. Le premier jour, la première fois qu’elle les avait vus contre la barrière magique, elle s’était enfermée dans sa chambre. Enfin son dortoir, mais comme elle était seule dedans. Elle s’était glissée sous sa couverture et avait décidé de ne pas en sortir. Jusqu’à ce qu’elle se calme un peu. Jusqu’à ce qu’elle arrive à reprendre une respiration normale. Les Détraqueurs ? Elle en avait toujours eu peur. Depuis que son père avait décidé de la terroriser avec. Depuis qu’il lui avait fait miroiter que si un jour, elle ne filait pas assez droit, elle finirait à Azkaban. Bien sûr c’était absurde, illogique et son père n’aurait sans doute jamais pu faire ça. Mais indéniablement, Emily l’avait cru sur le coup et les images étaient restées gravées dans sa tête. Toute la terreur que sa famille lui inspirait à l’époque. Mais ce sentiment d’impuissance aussi, cette impression que la vie cherchait à la lui mettre à l’envers… Tous ses démons étaient incarnés par cette peur. Les Détraqueurs étaient ce qu’elle craignait le plus au monde. Peut-être aussi parce que, face à eux, elle était de nouveau devant une évidence : aucune magie en elle, aucun moyen de se défendre. Un petit être fragile, tout juste bon à se faire détruire. Voilà ce qu’elle était face à eux. Voilà ce qu’elle était face à ce monde. Les voir ainsi tous les jours avait été une terrible épreuve pour Emily. Mais elle avait dû se forcer. Elle avait dû apprendre à sortir de son lit et à affronter les jours. Elle avait fini par le faire, cachant maladroitement sa peur. Elle avait évité de regarder le ciel, elle était restée à l’intérieur plus longtemps que d’habitude. Et elle avait supplié pour que ça s’arrête vite.

Emily était assise dans le Grand Escalier. Sur les marches, le regard perdu. Elle laissait ses pensées vagabonder. Ce jour-là, ça allait plutôt bien. Elle finissait par vivre avec la présence des Détraqueurs, elle avait même réussi à faire ses tours de garde sans paniquer. Elle était donc assise, à réfléchir à tout et à rien. Puis elle avait entendu un cri. Un cri d’effroi. Elle s’était levé, d’un coup sec. Puis des gens s’étaient mis à courir. De nouveau cri. Et tout avait basculé.

Des attaques, ils en avaient tous vécu. Mais celle-là… Emily n’avait pas réussi à l’affronter. Elle aurait dû aller s’assurer que les autres moldus étaient en sécurité. Il était là son rôle de préfète. Mais elle n’avait pas réussi, elle en avait été tout simplement incapable. Debout dans les escaliers, elle les avait vu entrer. Parce qu’elle était là sa malédiction, incapable de les combattre mais tout à fait capable de les voir. La jeune femme était restée bloquée. Elle n’avait pas bougé et si Zachary n’avait pas surgi de nulle part, elle aurait sans doute subi des dommages. Mais heureusement, l’un des doyens de l’école l’avait protégé.

« Cours Emily, va te mettre en sécurité, dépêche-toi ! »

Incapable de parler, elle s’était contentée de hocher la tête. Et elle avait couru, aussi vite que possible. Fendant la foule, bousculant comme elle était bousculée. Elle avait couru aussi vite que possible et s’était enfermée dans la première pièce qu’elle avait trouvée. Une sorte de réserve. Emily s’était enfermée là, recroquevillée sur elle-même. Et elle avait pleuré. Comme une gamine, comme une petite fille abandonnée. Pendant des heures elle avait pleuré. Morte de trouille, pétrifiée. Elle entendait les cris dehors, les sorts qui ricochaient… Elle entendait tout ça et elle ne bougeait pas. C’était trop. Ça elle n’y arrivait pas. C’était sa plus grande peur qui se dessinait là devant ses yeux et elle n’arrivait tout simplement pas à la combattre.

Epuisée par le stress, Emily avait dû dormir quelques instants. Finalement, après de longues heures enfermée, elle avait constaté qu’il n’y avait presque plus de bruit dans le Château. Elle avait fini par se lever et ouvrir doucement la porte de sa cachette. Quelques membres du personnel passaient, l’air sur leurs gardes mais plus calmes qu’auparavant. Alors la demoiselle était sortie. Un gardien l’avait repéré et l’avait raccompagné jusqu’à l’aile des moldus. Ems l’avait remercié puis avait avancé, doucement. Son regard avoir croisé la porte de son dortoir mais elle n’était pas rentrée. Elle s’était contenté de la salle commune. Leur salle commune. Pendant quelques instants, Emily avait balayé la salle du regard. Elle se souvenait parfaitement de la fête qu’il y avait fait… Son regard se baissa alors sur l’insigne accroché à son vêtement. Elle le serra fort dans sa main avant de l’arracher brutalement. Son regard se posa dessus. Elle leva le bras pour le jeter mais se ravisa. Emily se laissa alors glisser contre le mur, l’insigne dans sa main. Elle ramena ses genoux contre son torse. Elle tremblait de nouveau. Ils étaient là, dans les murs. Ils pouvaient la trouver à tout moment. Elle ne survivrait jamais à ça, elle n’en avait pas la force.

« Cameron… »

C’était un appel au secours, un murmure. Emily avait besoin de son frère en cet instant. Elle avait besoin de se lover dans ses bras, de s’accrocher à lui de toutes ses forces. Elle était terrorisée et elle détestait ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7695
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: [EVENT 13.06.15] You're my strength [PV Cameron]   Sam 4 Mar 2017 - 10:08

Samedi 13 Juin 2015 – Fin de soirée
You're my strength



Emily & Cameron

« Ah … Salut Isma. »

Ou comment te retrouver nez à nez avec une personne que tu ne t'attendais pas à voir en sortant d'une chambre qui n'est pas la tienne, au petit jour, alors que la personne en question allait frapper à la porte que tu viens d'ouvrir. Elle scotche, passée les premières secondes d'accélération cardiaque je décide d'en rire et disparaît dans le couloir sans me retourner, sans un mot de plus, réellement amusé. Je sais que Margo le sera aussi, de toute façon, parce qu'en soit ça n'a rien de grave. Et ça ne s'arrête pas là, tant qu'à faire. En descendant vers le 4ème je croise Enzo qui remonte, probablement après avoir fait un footing et sa réaction ne tarde pas quand on s'arrête tous les deux pour se saluer.

« Hum. »
« Quoi ? »
« Tu sens la femme. »
« J'ai changé de sexe pendant la nuit. »
« Ouais. J'ai plutôt l'impression que c'est le sexe pendant la nuit qui t'a changé. »

P'tit con. Il n'en rate absolument jamais une, bien évidemment. Si je m'insurge ? Non, ça me fait lever les yeux au ciel mais dans le fond ça m'amuse et mon sourire le traduit très bien. Je le répète, ça n'a rien de grave.

« Foutu Lycan. »

Il trace sa route, se barre avec son éternel sourire en coin et moi j'allume ma clope dès l'instant où j'arrive dehors parce que finalement, c'est la destination que j'ai décidé de rejoindre avant d'aller manger un morceau, probablement avec la p'tite sœur parce que j'aime pas la laisser trop longtemps en ce moment.

Il est encore tôt, tout est calme. Quand on ne les voit pas, c'est facile de les oublier ...

#

« Hey ! Qu'est ce qui se passe ? »
« Ils sont rentrés ! »

Un instant je reste immobile, presque en état de choc, jusqu'à ce que l'information me frappe de plein fouet et me réveille en sursaut. Pas besoin de plus de précision, j'ai parfaitement compris à qui ou plutôt à quoi il faisait attention.

« Merde. Merde ! »

Frustration en première ligne, rage et colère en seconde. Frustration parce que j'ai beau regarder partout autour de moi je ne les vois pas et croyez-moi, ne pas voir la raison de cette panique générale, le danger tout simplement, ça n'a rien de confortable. Je ne me fais pas prier, je rentre à l'intérieur comme tout le monde, je suis la masse sans discuter alors que j'étais ressorti juste histoire de prendre un peu l'air avant le déjeuner et parce que j'ai passé une partie de la matinée enfermé, à bosser. Premier réflexe : Trouver un visage familier ce qui est rapidement chose faite.

« Riley ! »

Elle capte mon regard et me rejoins tout de suite.

« Faut pas que tu restes tout seul Cameron. »
« Je sais. »

Et je n'ai pas l'intention de hurler à l'égo malmené parce que j'en ai rien à foutre. Je veux juste survivre et ne jamais ressentir à nouveau ce qu'ils appellent le Baiser du Détraqueur. Pour ça j'ai besoin d'être avec ceux qui les voient et sont en mesure de les éloigner, magiquement parce qu'il n'y a pas d'autre moyen. C'est aussi simple que ça.

« Je sais pas où est Emily. »

Le voilà mon plus gros problème à l'heure actuelle. Emily peut les voir mais elle n'a aucun moyen de se défendre contre eux puisqu'elle est Cracmolle. Si encore ça n'était que ça … Ils la traumatisent, ces derniers jours ont été un véritable calvaire pour elle et ça me tue de la voir dans cet état mais ce qui me tue encore plus c'est de ne pas la voir du tout et j'ai beau chercher du regard partout autour de moi, c'est un échec. Je veux l'avoir sous les yeux, c'est pas négociable. Les autres, ça viendra après sans vouloir offenser qui que ce soit.

#

On a cherché, pendant de longues et interminables minutes. Riley m'a sauvé les miches à deux reprises avec sa biche argentée, j'ai croisé les visages les plus familiers auquel je pensais en m'inquiétant mais aucune trace d'Emily. Il y a eu une accalmie en début d'après-midi puis une nouvelle attaque en masse vers 17h. Les choses ont commencé à se calmer au fil des heures mais toujours pas de Tigresse à l'horizon malgré l'aide de la Serpentard et d'autres. L'angoisse est à haute dose et moi je perds mon calme ...

« Putain, Ems merde ! »

Ça ne m'arrive pas souvent de débloquer, de perdre mon sang froid mais cette fois c'est trop me demander. Heureusement, il n'y a personne derrière la porte que je viens de forcer d'un coup de pied. Petite pensée pour mon associé, en d'autres circonstances je pourrais presque en rire. Et puis l'éclaircit après l'orage, enfin, quand un des Gardiens que je croise – Matthews – me dit qu'il vient de la raccompagner jusqu'à notre salle commune. Je prends à peine le temps de le remercier, à peine le temps de l'écouter et deux minutes plus tard je déboule dans la pièce comme un forcené.

Elle est là, mon cœur s'arrête l'espace d'une seconde et la suivante je sors de cette torpeur qui n'aura duré que le temps d'un souffle. Celui du soulagement.

« Emily ! »

Il ne me faut pas plus longtemps pour me précipiter vers elle, me laisser tomber au sol contre elle et la prendre dans mes bras au risque de la serrer trop fort. Je ne peux pas faire autrement, pas quand la peur de l'avoir perdu m'a percuté les côtes pendant des heures.

Pas toi, s'il te plait.

« Me refais plus jamais ça. J'ai cru que j'allais devenir dingue, disparais plus jamais comme ça s'il te plait. »

Je m'écarte, la relâche un peu et essaie de capter son regard. Je n'essaie pas de cacher ce que je ressens, pas une seule seconde. Toute l'adrénaline est entrain d'exploser pour mieux retomber, je pourrais presque sentir mes nerfs se relâcher les uns après les autres.

« Ça va ?! T'étais où ? »

Et je la regarde, de haut en bas, de bas en haut, comme pour m'assurer qu'elle est bien là, devant moi. Bien vivante, bien entière, bien elle-même aussi. J'ai déjà perdu un frère, j'ai perdu Megan, aujourd'hui - et ça n'est pas la première fois mais elle sonne comme différente - j'ai eu peur de perdre ma sœur et plus jamais je ne veux revivre ça. Plus jamais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2724
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: [EVENT 13.06.15] You're my strength [PV Cameron]   Lun 6 Mar 2017 - 11:07

Le temps ? Emily en avait perdu toute notion et encore maintenant. Alors qu'elle était entrée dans la salle commune elle était incapable de dire depuis combien de temps elle était assise au sol. Depuis combien de temps cette horrible nausée lui vrillait l'estomac. Le seul indiquer aurait pu être l'insigne qu'elle tenait dans la main. L'insigne qu'à force de serrer était en train de laisser des marques dans sa paume. Mais cette douleur était salvatrice. Elle lui permettait de garder contact avec la réalité, juste un peu. Emily sentait bien qu'elle était sur la brèche, en équilibre précaire. Tout en elle était complètement en train de dérailler et si elle ne faisait rien, elle allait être dévoré par tout ça. Il fallait qu'elle tienne, qu'elle résiste. Mais elle n'en avait pas la force, pas toute seule. Ems était redevenue la petite fille que son père avait réussi à terrifier. Elle était redevenue cette gamine impuissante face au monde magique, ne comprenant pas ce qui lui arrivait. Et c'était frustrant. Elle qui croyait avoir tant avancé. Mais sa peur était toujours la même. Emily était terrorisée comme une enfant et elle avait besoin de ses repères pour relever la tête. Elle avait besoin de celui qui l'avait accompagnée depuis son arrivée ici et qui lui avait sorti la tête de l'eau de si nombreuses fois... Avec lui, Ems ne comptait plus. Autant elle avait dû mal à montrer ses faiblesses aux autres, autant elle pouvait simuler des sourires pour que personne ne se doute de rien, autant avec lui... Il était sa soupape, son pilier. Il était le seul à la voir en permanence s'effondrer et peut être qu'il en avait marre parfois d'avoir toujours droit aux larmes et aux crises... Mais Emily était très loin de penser à ça. Elle sentait viscéralement qu'elle avait besoin de lui et murmurer son prénom, c'était comme une façon de l'appeler, de le faire venir...

Les mains toujours aussi crispées, tous les muscles tendus, Emily attendait là, incapable de relâcher la pression, incapable de respirer normalement. Elle avait l'impression qu'un énorme poids pesait sur sa poitrine. C'était désagréable, c'était glaçant. Et puis elle l'avait entendu. Au son de sa voix, la jeune femme avait relevé la tête et son regard s'était posé sur lui. En d'autres circonstances elle aurait sans doute souri mais là, elle n'en avait pas la force. Elle voulait juste... Ça. Il avait foncé vers elle pour la prendre dans ses bras et Ems s'était complètement abandonnée contre lui. Ses muscles s'étaient détendus d'un coup sec et si le traumatisme était toujours là, elle sentait qu'elle pouvait relâcher un peu. Sa tête enfouie dans son cou, elle respirait cette odeur rassurante, familière. La main qui ne tenait pas son insigne était venu s'accrocher à son haut, au niveau de son torse, comme pour s'assurer qu'il n'allait pas s'envoler. Il la serrait avec force mais c'était exactement ce dont elle avait besoin. Qu'il la serre aussi fort que possible. Elle entendit alors sa peur. Oui elle avait disparu longtemps mais elle n'en avait pas eu conscience. Elle aurait dû s'excuser mais au lieu de ça, elle se serra encore plus contre lui. Elle savait ce qu'il avait pu ressentir et s'excuserait sans doute plus tard. Mais pas tout de suite...

Emily eut presque froid alors que Cameron s'éloignait légèrement d'elle. Elle se laissa pourtant faire sans opposer de résistance et leurs regards se croisèrent. Celui d'Emily était presque éteint alors que celui de Cameron témoignait de toute l'agitation qu'il avait ressenti. La jeune femme détourna finalement le regard, incapable de le regarder dans les yeux trop longtemps, sentant bien qu'il pourrait lire à travers elle avec une facilité déconcertante. Est-ce qu'elle allait bien ? Où était-elle ? Ems avait douté au début d'être capable de raconter. Pourtant, son regard fixé sur sa main fermée qui contenait son insigne, ses lèvres s'étaient déliées presque facilement.

« J'étais dans le Hall... Quand ils sont rentrés. J'arrivais pas à bouger... C'était comme s'ils m'avaient clouée sur place. Zachary est arrivé, c'est là que j'ai reconnecté. J'ai couru, j'ai poussé des gens j'ai agi comme un animal terrifié. »

Oui comme un animal. Les images lui revenaient petit à petit en tête. Emily qui était vue comme si courageuse, comme si forte... Cette fois elle avait bousculé les autres, courant pour sa vie, poussée par la peur. Tout avait débranché dans son cerveau et elle avait agi loin de ce qu'elle connaissait habituellement. Parce que la peur avait été plus forte que tout le reste. Et cette idée la rendait malade. Non seulement elle était terrifiée, non seulement elle était à leur merci mais en plus elle avait fait leur jeu, écrasant ses camarades pour sauver sa peau.

« Je me suis enfermée dans une pièce... Je crois même que j'ai dormi après des heures enfermée. Et je suis sortie quand il n'y avait plus de bruit... Matthews m'a raccompagnée ici. »

La voix d'Emily était basse, presque absente. Mais en réalité, c'était la culpabilité, le choc qui ressortaient de ses propos. Elle tourna alors la tête vers Cameron, osant de nouveau observer son visage. A quoi s'attendait-elle ? De la colère, du dégoût ? Sans doute même si au fond d'elle elle savait très bien qu'elle trouverait totalement autre chose. Elle se laissa alors tomber sur le côté pour être de nouveau dans ses bras. Recroquevillée sur elle-même, elle avait toujours aussi froid. Elle avait besoin de le sentir, de son contact, de cette chaleur qui agissait sur son corps mais aussi sur son cœur.

« Ça a pas changé, depuis que je suis petite. Ils ont toujours le dessus sur moi. »

Emily ouvrit alors la main qui contenait son insigne de préfère. Sa paume était rouge, gardant les marques de ce dernier. Sans importance. Elle le fixait, partagée entre l'envie de fondre en larmes et de le jeter avec rage sur le sol. Elle détestait ce sentiment d'impuissance et de défaite.

« Je suis terrifiée. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7695
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: [EVENT 13.06.15] You're my strength [PV Cameron]   Ven 17 Mar 2017 - 19:06

Je déteste la voir comme ça mais qui de censé aime voir les gens qu'il aime au bord du gouffre ? Pourtant, au fond de moi et bien avant qu'elle ne m'explique, sans même savoir si elle pourra le faire, je sais très bien que je ne pourrais pas y faire grand chose. Et c'est frustrant, très, mais l'adrénaline qui retombe un peu plus à chaque battement de cœur et le soulagement qui m'envahit petit à petit m'empêche de me focaliser sur ce genre de perceptions. Tout ce qui compte c'est d'être là, de m'assurer qu'elle va bien autant qu'il est possible de faire et … Oui, juste être là. On a tous les deux peur aujourd'hui, peut-être pas totalement pour les mêmes raisons mais pour moi en cette seconde, le plus important, c'est de l'avoir contre moi.
Elle fuit mon regard mais à aucun moment je ne l'en blâme et maintenant que la pression retombe, un peu, je peux observer. Ce poing qu'elle serre si fort, qu'est ce qu'il cache ? Est ce qu'il cache seulement quelque chose ? Pour le moment ça n'est pas ce qui m'intéresse le plus et mon attention revient sur son visage.

Attentif.
Attentiste.
Mais patient.
Toujours.

« J'étais dans le Hall... Quand ils sont rentrés. J'arrivais pas à bouger... C'était comme s'ils m'avaient clouée sur place. Zachary est arrivé, c'est là que j'ai reconnecté. J'ai couru, j'ai poussé des gens j'ai agi comme un animal terrifié. »

Cette fois c'est moi qui serre le poing mais je m'arrange pour le faire là où elle ne le verra pas, pour peu que son regard dévie de ce qu'il fixe, c'est à dire toujours le sien. Passée la peur c'est la colère qui se manifeste comme un vieux refrain un peu trop familier, mais à aucun moment elle n'est dirigé contre elle. Qu'est ce que j'en ai à foutre des autres ? Rien, absolument rien. A quelques rares exceptions. Qu'importe ce qu'elle a eu à faire pour sauver sa peau, qu'importe si pour ça elle trahit sa façon d'être pour agir de manière irrationnelle, il n'y a que le résultat qui m'intéresse. Je sais, je devine, qu'elle ne partage pas mon point de vue. Je devine que c'est en partie ce qui la met dans cet état. Moi, ça ne m'atteint pas. Il n'y a qu'elle qui compte.

« Je me suis enfermée dans une pièce... Je crois même que j'ai dormi après des heures enfermée. Et je suis sortie quand il n'y avait plus de bruit... Matthews m'a raccompagnée ici. »

La neutralité, voilà ce qu'elle peut voir sur mon visage quand elle tourne enfin la tête vers moi. Pas une neutralité dénuée d'émotion et surtout pas de tendresse mais ça n'est ni de la pitié, ni de la colère – bien qu'elle soit toujours présente en moi – et surtout pas de l'indifférence. Je suis là mais on ne peut pas être deux à craquer. C'est instinctif. Et pas une seconde je ne recule lorsqu'elle se laisse à nouveau tomber dans mes bras, bien au contraire. Les miens l'enroulent en douceur et je pose ma tête sur la sienne tout en gardant le silence. Le temps qu'elle vide son sac. Je sais que ça n'est pas terminé, je le sens. Je la connais par cœur.

« Ça a pas changé, depuis que je suis petite. Ils ont toujours le dessus sur moi. »

Mon regard dévie de son visage à sa main quand je perçois le mouvement et enfin je constate ce qu'elle y tenait avec autant d'intensité : Son insigne de Préfète.

« Je suis terrifiée. »
« C’est pas grave. »

Les mots sortent d'eux même et le plus calmement du monde. Non, ça n'a rien de grave d'être terrifié, dans le sens où c'est humain. Je ne me réjouis bien évidemment pas qu'elle soit soumise à cette peur irrationnelle, ça n'est pas dans ce sens là que je lui réponds mais je suis certain qu'elle le comprendra.

« Même sans les voir ils me foutent la trouille, toi c’est encore un degré au-dessus et c’est pas de ta faute alors je t’interdis de t’en vouloir, d’accord ? »

Calme mais ferme. Et j'attrape son menton entre mes doigts pour lui faire lever le visage vers moi alors que je cherche son regard.

« J’peux pas te promettre qu’ils ont tous été repoussés mais c’est le cas de la plus part d’entre eux en tout cas et la faille a été consolidée, les protections renforcées. »

Ils sont entrés une fois, ils pourront sans doute recommencer c'est un fait. Tout ça c'est l'œuvre des autres connards, pas la peine de tergiverser. C'est déjà arrivé, tout porte à croire que ça arrivera encore. Reste à savoir combien de temps on pourra encore supporter ça.

« J’ai pas de recette miracle à t’apporter petite sœur, malheureusement, et je ne te serai pas d’une grande aide contre eux … Mais je suis là, quoi qu’il arrive. Et je suis sûr que le bélier de Lukas sera toujours prêt à nous aider. »

Oui, c'est une tentative d'humour pour essayer de lui arracher un sourire. Maladroit ou pas, l'intention est là et bien sur que je n'oublierai sans doute jamais les sensations que j'ai ressenti ce jour là quand un Détraqueur a essayé d'aspirer ma vie sans que je ne puisse rien y faire. Si Lukas n'avait pas été là, s'il n'avait pas lâché son Patronus sur cette horreur, je ne serai plus là aujourd'hui et ça non plus je ne l'oublierai pas. Je lui dois la vie, ni plus, ni moins. Aujourd'hui j'ai eu la chance d'y échapper et je sais que Riley y est pour beaucoup. Elle, les autres, ceux qui sont en mesure de me protéger contre ce mal que je ne vois pas.

Mais il ne s'agit pas de moi.

« Même les Tigresses ont le droit d'être des chatons effrayés parfois, d'accord ? »

J'attrape sa main en douceur et lui fait refermer son poing autour de son insigne, dans un geste suffisamment éloquent pour qu'elle comprenne.

« Même les Préfets ont le droit d'avoir des faiblesses. »

N'abandonne pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2724
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: [EVENT 13.06.15] You're my strength [PV Cameron]   Lun 20 Mar 2017 - 14:13

Sentir ses bras autour d'elle, sa tête sur la sienne... Ce contact avait quelque chose de magique et Emily savait depuis le début que c'était ce dont elle avait besoin. La peur, la honte et le traumatisme seraient toujours là, elle le savait. Mais ce contact l'aidait à reprendre son souffle, à remettre de l'ordre dans ses idées et à lever un peu du voile qui s'était abattu sur elle. Cameron était sa force depuis le début. Depuis leur première rencontre, il lui donnait de quoi avancer, de quoi se battre. Elle lui devait la majeure partie de ce qu'elle avait été capable de faire. Et à cet instant, blottie dans ses bras, elle retrouvait un peu de hargne et surtout, elle osait mettre des mots, dire les choses. Il n'y avait qu'avec lui que ça marchait aussi bien qu'elle parvenait avec autant de facilité à montrer ses pires facettes. Elle était terrifiée et même si le dire ne changeait rien, ça faisait un bien fou. Surtout alors qu'il lui disait que ce n'était pas grave. Emily se serra alors un peu plus contre lui. Une part d'elle voulait se noyer dans ses paroles, les accepter tout simplement. L'autre était plus coriace mais c'était déjà ça. Il comprenait. Lui aussi, il pouvait avoir peur. Ems esquissa ce qui se voulait être un sourire mais qui demeurait encore bien faible. Cameron aussi avait peur. Ems se laissa faire sans broncher quand son frère attrapa son menton entre ses doigts et elle laissa son regard se poser dans le sien. Ils avaient été repoussés... La jeune femme chercha à imprimer cette information dans son cerveau. A se convaincre que le plus gros du danger était parti. Mais son cœur continuait à battre trop vite, ses intestins étaient encore noués. Elle le savait bien, la peur ne s'en irait pas aussi vite. Elle risquait de les voir encore dans son sommeil. Mais peut-être qu'elle arriverait à marcher dans les couloirs ? Pour l'instant, elle n'était sûre de rien. Sauf de la présence de Cameron, sauf du fait que son frère était encore une fois là pour elle. Emily parvint cette fois à laisser échapper un petit rire.

« On devrait en embaucher quelques uns comme gardes du corps. »

C'était de l'humour même si au fond, ils savaient bien tous les deux que ce n'était pas absurde. Cameron et Emily se ressemblaient beaucoup sur ce point, ils aimaient se défendre eux-mêmes, ne pas se cacher derrière les autres. Mais dans ce cas précis, ils avaient beau montrer les griffes, ils étaient complètement impuissants. Les sorciers étaient leur seule protection. Ils devaient s'en remettre aux autres et pour des caractères comme les leurs, ce n'était pas toujours évident. Mais ils apprenaient, petit à petit...
Le regard d'Emily s'était porté une fois de plus sur son insigne de Préfète. Cela n'avait pas échappé à Cameron. Si Ems ne put s'empêcher de sourire face à ses paroles, elle avait très bien saisi ce qu'il voulait dire. Elle posa son regard sur la main de son frère qui venait de recouvrir la sienne. Ne pas abandonner... Il avait raison, elle n'avait pas fait tout ce chemin pour s'en détourner maintenant, pour abandonner maintenant. Le regard d'Emily se perdit alors dans la contemplation de leurs mains serrées.

« J'avais 13 ans. J'étais montée sur un pont à côté de chez moi. Je crois que je n'aurais jamais eu la force de sauter mais ce devait être ma façon d'appeler au secours. Ce sont mes camarades de classe qui m'ont trouvée. Le personnel de l'école a convoqué mes parents. Imagine la honte pour des sorciers, convoqués par l'école moldue. »

Emily dégage alors doucement sa main de celle de Cameron pour placer de nouveau son insigne de préfète devant ses yeux tout en restant contre lui.

« Mon père était fou de rage. C'est ce qui l'a poussé à m'emmener à Azkaban, la prison gardée par les Détraqueurs. Pas assez magique pour pouvoir me défendre, suffisamment pour les voir... Ils représentent ma situation, ils symbolisent mon incapacité à me défendre. Et l'ascendant que ma famille a encore et toujours sur moi, quoi que je fasse. Je sais qu'une partie de mon destin est encore entre leurs mains. »

Emily avait envisagé cette possibilité plusieurs fois. Si les Supérieurs revenaient, s'ils parvenaient à reprendre le Château... Elle ne survivrait peut être pas. Elle s'était exposée, elle s'était rebellé. Sa famille était folle de rage, Stephen avait lui-même essayé de l'éliminer... Oui, Emily le savait bien. Elle était en sursis et elle avait beau tout faire pour diriger sa vie comme elle le souhaitait, il y avait une part qu'elle ne maîtrisait pas. Quelques éléments qui faisaient que, d'un jour à l'autre, elle pourrait perdre. S'incliner face à cette magie et disparaître, parce qu'elle avait eu l'audace de vouloir vivre.

« J'aurais dû venir vous chercher, vous protéger, vaincre ma peur. Cet insigne, c'est ma plus belle revanche, j'ai pas le droit de le piétiner. »

Quelques larmes coulaient des yeux d'Emily. Mais ils n'illustraient pas de détresse. C'étaient ses nerfs qui relâchaient, ses muscles qui se détendaient qui la faisait pleurer. Et ces larmes étaient une sorte de soulagement alors elle les laissait couler. Mais dans son regard, une nouvelle lueur s'était allumée. Elle avait peur, elle aurait toujours peur. Elle avait appris ce jour-là qu'elle n'était pas encore assez forte. Plusieurs fois elle avait pensé à arrêter de se battre, notamment lorsque Cameron avait été gravement blessé, lorsque Megan... Mais avec cet insigne elle ne pouvait pas arrêter de protéger Cameron, Matthew, Dakota... Elle ne pouvait pas renoncer alors qu'on avait confiance en elle. Alors qu'elle s'était fait une place dans un monde qui l'avait rejetée depuis si longtemps. Ems tendit alors son insigne à Cameron, esquissant un sourire.

« Tu peux me le remettre? »

Encore une fois, c'était lui par ses quelques mots, par sa présence qui lui avait fait ouvrir les yeux. Lui il avait réussi à vaincre sa peur, lui il n'avait pas fuit. Il fallait qu'elle apprenne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7695
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: [EVENT 13.06.15] You're my strength [PV Cameron]   Lun 3 Avr 2017 - 19:18

Non, n'abandonne pas, jamais. J'ai eu le tort de le faire il y a de ça quelques mois et sans Dimitri et Helland je ne serai probablement plus là aujourd'hui. C'était peut-être différent, plus radical, mais en rejetant cette insigne c'est une partie d'elle-même qu'elle rejette et je ne resterai pas à la regarder baisser les bras sans rien dire et sans rien faire. Ça m'est impossible.
Ce silence qui s'installe ne me dérange pas, je sais aussi ce qu'elle regarde même si je ne vois pas ses yeux en cet instant : Nos mains. La mienne par dessus la sienne. Ce qu'il se passe dans sa tête ? Je sais que tôt ou tard elle me livrera ce secret. De la patience j'en ai à revendre, elle est illimitée ou presque quand il s'agit d'elle alors peu importe le temps qu'il durera ce silence, je le respecterai.

En étant là, silencieux mais bien présent.

« J'avais 13 ans. J'étais montée sur un pont à côté de chez moi. Je crois que je n'aurais jamais eu la force de sauter mais ce devait être ma façon d'appeler au secours. Ce sont mes camarades de classe qui m'ont trouvée. Le personnel de l'école a convoqué mes parents. Imagine la honte pour des sorciers, convoqués par l'école moldue. »

Le silence est donc bridé, vient l'heure des confidences et je la laisse dégager sa main. Elle regarde son insigne, moi c'est elle que je regarde, l'estomac un peu noué de l'imaginer sur ce pont je dois bien l'admettre. Pourtant, je garde un calme olympien, pas même l'ombre d'une trace de colère. Pour le moment en tout cas et pas envers elle bien évidemment. Un appel à l'aide, un appel au secours. L'adolescence est un cap difficile, on se cherche, mêlée à sa propre situation … Je ne dirai pas que ça ne me choque pas mais je l'entends parfaitement. Mon enfance et la sienne ont été bien différente, j'ai peut-être grandi dans la rue et d'une manière discutable mais personne ne m'a jamais rejeté et surtout pas ma propre famille. Ma mère m'a abandonné, certes, mais je n'ai quasiment pas de souvenirs d'elle alors même si ça a pu m'atteindre un moment et même si je ne me sors pas spécialement de la tête l'idée de la retrouver un jour, ça n'a rien à voir. J'ai eu la chance de grandir dans une communauté où on s'est toujours serré les coudes. Une famille, une vraie, au delà des liens du sang à l'exception bien sur de Sullivan qui lui non plus ne m'a jamais fait défaut.

Pourquoi est ce qu'elle me parle de ça maintenant ? J'ai bien ma petite idée sur la question.

« Mon père était fou de rage. C'est ce qui l'a poussé à m'emmener à Azkaban, la prison gardée par les Détraqueurs. Pas assez magique pour pouvoir me défendre, suffisamment pour les voir... Ils représentent ma situation, ils symbolisent mon incapacité à me défendre. Et l'ascendant que ma famille a encore et toujours sur moi, quoi que je fasse. Je sais qu'une partie de mon destin est encore entre leurs mains. »

Cette fois je serre le poing du côté où elle ne peut pas le voir, je serre aussi les mâchoires et lève les yeux vers le plafond quelques secondes comme pour m'échapper de ces sensations. Qui fait ça à un enfant ? Malheureusement encore trop de monde et c'est ce genre de situation qui me poussent à avoir envie d'aider les gosses. Là c'est encore autre chose, il s'agit d'Emily et je sais pertinemment que si j'avais son père face à moi je lui enverrai mon crochet du droit en plein visage. Ce traumatisme elle ne me l'avait jusqu'ici jamais expliqué en détail, pas étonnant qu'elle soit restée marquée par cette horreur qu'il lui a fait subir. Qui emmène sa fille de 13 ans dans une prison, déjà, et d'autant plus dans une prison dont les gardiens sont des Spectres qui aspirent toute force de joie de vivre jusqu'à ce que vous deveniez l'un d'entre eux ?
Beaucoup de choses me dérangent dans ce qu'elle me confit mais je crois que ce qui me marque le plus est sa dernière phrase. Elle me choque, je crois qu'on peut le dire. Elle me choque et je ne suis pas d'accord avec elle. J'ai envie de lui dire qu'elle a tort, qu'elle n'a rien à voir avec ces gens et que sa famille c'est moi, c'est nous tous ici, mais qui je suis pour juger de ça ?  Ils restent ses parents, son frère … J'ai oublié les miens sans aucun problème, ils ne m'ont jamais manqué, mais pour elle c'est visiblement différent. Est ce que quelque part elle reste attachée à eux ? J'ai énormément de mal à le concevoir mais je le sais, je dois rester à ma place et respecter ce qu'elle ressent.

« J'aurais dû venir vous chercher, vous protéger, vaincre ma peur. Cet insigne, c'est ma plus belle revanche, j'ai pas le droit de le piétiner. »

Son ton a changé, je le perçois et ça me ramène sur terre. Quand elle tourne son visage vers moi je regarde les larmes rouler de ses yeux sur ses joues quelques secondes mais elles ne m'inspirent plus de détresse, presque comme de la délivrance au contraire. Elle me sourit, sourire que je lui rends plus par automatisme et instinct qu'autre chose parce que je le sais, quelque chose tourne dans ma tête.

« Tu peux me le remettre? »

Je ne triche pas quand j'attrape son insigne, insigne que j'observe là encore quelques secondes avant de l'épingler à sa place, une place que je considère légitime, un léger sourire sur le visage.

« T'avise plus de l'enlever, délinquante. C'est quoi cet exemple ? »

Je la taquine mais le cœur n'y est pas comme il devrait l'être et elle me connait, même si je parviens souvent à cacher ce que je ressens simplement parce que c'est une habitude que je gère très bien la plus part du temps, je sais que ça ne lui échappera pas. Peut-être simplement parce que je ne cherche pas à cacher quoi que ce soit, en réalité. Alors je laisse m'échapper un profond soupir et appuie mon dos contre le mur en étendant une jambe devant moi comme pour chercher un peu de confort. J'ai les yeux rivé sur le plafond à nouveau mais je ne le regarde pas vraiment.

« Va falloir qu'on aille de l'avant un jour ou l'autre. »

Nous y voilà. Le jour où j'arrêterai d'être sincère avec elle, je me trahirai moi-même. La protéger, la préserver, c'est une chose mais Emily n'est pas une petite chose fragile. Elle est jeune mais émotionnellement bien plus âgée qu'une gosse de son âge ne devrait l'être. Ce qui est le cas de beaucoup d'entre nous entre ces murs, de toute façon. Néanmoins, et je le sais, elle reste par certains côté une enfant. La jeune femme qu'elle devient ne m'échappe pas mais je vois toujours la petite fille qui se balade sous la surface. Je veux qu'elle sache ce qui me passe par la tête en cet instant. Et je veux l'exprimer en la regardant droit dans les yeux.

« Je sais que quelque part c'est sans doute plus simple pour moi que pour toi parce que je n'ai jamais réellement considéré ce monde comme étant le mien mais ...  J'pourrai pas rester là éternellement. »

Ici, dans ce château qui à ce rythme va finir devenir notre tombe à tous. On a déjà bien trop perdu entre ces murs, pourquoi s'acharner ? C'est pas une fatalité.

« C'est un cercle sans fin, une répétition incessante d'attaques et d'accalmies mais plus le temps passe, plus j'me dis qu'on n'est pas forcément plus en sécurité ici qu'à l'extérieur. »

Ici, on est une cible. C'est peut-être une grossière erreur de ma part mais on a réussi à se balader deux semaines dehors sans qu'il ne nous arrive quoi que ce soit, ça n'est pas la première fois, le globe est immense, on n'est finalement que des visages parmi d'autres même si dans le collimateur de ces cinglés en partie – je pense – parce qu'on est encore ici. Si on se barre et qu'on disparaît dans la nature, on arrêtera d'exister pour eux. Ils ne pourront jamais exterminer tous les Non-Magiciens, c'est impossible. C'est peut-être pas une vie de la passer à regarder sans cesse derrière soi mais ça ne l'est pas plus de rester enfermés derrière des murs, des grilles et des protections magiques en attendant … que ça passe ? Mourir ici ou mourir dehors … Je crois que j'ai fait mon choix. On y passera tous de toute façon alors autant prendre le risque de vivre avant de claquer. C'est ma façon de ressentir les choses, je ne l'impose à personne mais je sais que je ne suis pas le seul à les voir comme ça.

« J'ai pas envie de passer mes jours à attendre qu'ils se finissent. J'ai pas envie que qui que ce soit d'autre que moi décide de mon destin. »

Je ne suis pas montré froid en exposant ces faits, en laissant sortir ces mots, mais ça n'est pas exactement le grand frère qui s'est exprimé jusqu'ici. Il entre en scène maintenant, en me décalant légèrement pour pouvoir la regarder, lui prendre la main et lui parler d'une voix plus douce.

« Ton destin n'est pas entre les mains de tes parents Ems, ni entre celles de Stephen ou de quoi que ce soit d'autre. Il est entre les tiennes. C'est à toi de décider, à personne d'autre. Surtout pas à eux. Je t'aime et j'ai pas envie que tu te contentes de survivre en trouvant ça normal. J'veux que tu vives. Qu'on vive tous. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2724
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: [EVENT 13.06.15] You're my strength [PV Cameron]   Mar 4 Avr 2017 - 14:00

Avec Cameron, il n'y avait pas besoin de rajouter des mots, de combler les silence. Ils étaient importants, ils étaient significatifs ou reposants. Mais en tout cas, ils n'étaient jamais de trop. Et surtout, ils savaient se placer quand il le fallait. Cameron savait respecter ces silences et Emily lui en était toujours reconnaissante. Il savait l'écouter avec une facilité déconcertante. Pourtant, elle savait très bien tout ce que pouvait provoquer ses paroles. Ils se connaissaient l'un et l'autre parfaitement désormais même sans se le dire. Ils étaient frères et sœurs et pas simplement parce que ça les amusait. Le lien qu'il y avait entre eux était plus fort que tout. Emily savait qu'il faisait tout pour la protéger, pour être là pour elle. Elle savait qu'il haïssait sa famille biologique pour tout ce qu'ils lui avaient fait subir. Alors lui parler de ça c'était sans doute éveiller cette colère. Mais Ems en avait besoin. Il fallait que ces mots sortent même si elle savait pertinemment ce que cela pouvait provoquer chez lui. Et encore une fois, il su ne rien dire, ne rien montrer. Emily était trop aspirée par ses propres souvenirs pour voir ses muscles se contracter. Tout ce qu'elle retenait c'était qu'une fois encore il avait su accueillir ses mots et ses maux. Ems avait pu sortir ses vieux démons et retrouver de la force. Grâce à son étreinte, grâce à cette oreille tendue. Grâce à ce silence qui lui permettait de mieux se comprendre elle-même. Il était son pilier et il le serait toujours.

Leurs regards se croisèrent et Ems laissa son sourire flotter alors que Cameron lui remettait son insigne de préfète. C'était symoblique que ce soit lui qui l'attache et non elle. C'était lui qui faisait d'elle une préfète, il le savait pertinemment. Il la taquina et sur le coup, elle répondit par un léger coup d'épaule.

« C'est toi le délinquant ! »

Sourire du côté d'Emily. Pourtant, ce dernier s'atténua en quelques secondes alors que son regard s'était posé sur Cameron. Il y avait quelque chose, c'était indéniable. Quoi ? Elle était encore incapable de le dire mais quelque chose la poussa à ne pas demander. Elle sentait qu'il allait lui expliquer. Elle l'observa étendre sa jambe, souffler... Ce regard vers le plafond, loin du sien, il n'annonçait rien de bon. Les premiers mots tombèrent et Ems fronça légèrement les sourcils. Elle n'était pas sûre de ce qu'il voulait dire par aller de l'avant. Ou plutôt, une partie d'elle le savait mais refusait de l'accepter. Cette conversation, elle n'avait pas envie de l'avoir. Elle n'avait jamais envie de l'avoir et elle aurait presque eu envie de fuir. Mais elle en était incapable. Les yeux de Cameron retrouvèrent bientôt les siens et Emily ne chercha même pas à cacher son trouble. Avec lui ce n'était pas la peine. Surtout alors qu'il crachait ce qu'elle redoutait tant.

« Je sais que quelque part c'est sans doute plus simple pour moi que pour toi parce que je n'ai jamais réellement considéré ce monde comme étant le mien mais ...  J'pourrai pas rester là éternellement.
C'est un cercle sans fin, une répétition incessante d'attaques et d'accalmies mais plus le temps passe, plus j'me dis qu'on n'est pas forcément plus en sécurité ici qu'à l'extérieur. »


La respiration d'Emily se bloqua nette. Elle eut l'impression d'avoir reçu un coup dans le thorax. Un coup sec et précis. Ces mots, elle s'attendait à les entendre depuis bien longtemps. Pourtant, elle avait refusé de voir. Elle avait fermé les yeux aussi forts que possible, comme les enfants face à un cauchemar. Dans l'espoir que lorsqu'elle les rouvrirait, cette idée aurait disparu. Mais c'était stupide et elle le savait très bien. Il fallait bien qu'un jour ils en parlent. Il fallait bien qu'un jour ils passent à l'action. Parce qu'au delà de la conversation, c'étaient les conséquences qu'Emily craignait. Parce que s'ils en étaient à en parler, cela signifiait que le moment de l'action approchait. Bien plus vite qu'elle ne l'aurait cru. Emily n'était pas prête et son regard en témoignait parfaitement. Elle n'avait pas les mots et elle laissa son frère continuer, cherchant quelque chose à quoi se raccrocher.

Choisir son destin... La gorge d'Emily se serra à nouveau. Ses yeux se baissèrent sur la main de Cameron qui venait rejoindre la sienne. Quand il reprit la parole, sa voix était plus douce et cette fois il s'adressait directement à elle. Mais c'était tout aussi violent. Choisir un destin, choisir de vivre. Loin d'ici ? On ne pouvait pas dire qu'Emily n'y avait jamais songé. Quand ils étaient encore là, elle s'était dit qu'à la première ouverture elle partirait, elle prendrait la fuite. Mais elle était revenue. Et si la raison première était le danger que représentait sa famille, que représentaient ses parents, elle se rendait compte qu'il y avait autre chose. Quelque chose de bien plus fort que ça.

« Je... Je sais pas, Cameron. »

Emily détourna le regard. Puis elle se leva et commença à marcher nerveusement dans la pièce. Son regard passait de mur en mur. Cet endroit, c'était le leur. Leur salle commune. C'était à eux. Ils s'étaient fait une place ici. Emily se rattachait encore et toujours à ça, à cette idée que désormais, ils étaient aussi chez eux. Pourtant, elle savait que dans le fond, Cameron avait raison. Les attaques ne cessaient pas. A chaque fois qu'ils se croyaient en sécurité, ça recommençait. Et ça continuerait. Jusqu'à ce qu'ils reprennent le pouvoir ou qu'ils soient anéantis. Mais la première solution paraissait être la plus logique.

« On a fini par construire quelque chose ici, on a des amis, on a... »

La voix d'Emily s'arrêta en même temps que ses mouvements. Elle ferma alors les yeux quelques instants, respirant profondément. C'était un bordel sans nom dans sa tête. Des informations et des émotions contradictoires s'y mêlaient. Elle savait qu'à un moment ou un autre elle allait devoir faire un choix. Elle savait qu'elle ne pourrait pas éternellement fuir la conversation, fuir la réalité. Elle s'était convaincue qu'ils n'avaient nulle part où aller, que tout se jouait ici. Mais était-ce vrai ? Kyle était parti et il n'était pas le seul. Pourquoi eux étaient restés ? À quoi bon ?

« Je suis pas prête. »

Cette fois, Emily avait posé son regard sur Cameron. Tout était là. Elle n'était pas prête à ouvrir les yeux, pas prête à accepter de prendre une décision. Partir ça signifiait abandonner ses amis, abandonner ses repères. Et en même temps, elle ne pouvait pas imaginer Cameron partir sans elle. Elle voulait tout. Rester ici c'était la facilité, c'était garder tout auprès d'elle dans un espèce de cocon factice. Elle vivait en pleine utopie et au fond elle le savait très bien. Elle voulait que ça dure encore un peu...

« Je suis pas prête à choisir. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7695
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: [EVENT 13.06.15] You're my strength [PV Cameron]   Dim 9 Avr 2017 - 22:13

Sa réaction ne se fait pas attendre et je n'ai absolument pas besoin de mot pour en comprendre la teneur. C'est un choc, elle ne s'y attendait pas ou se voilait la face peut-être et j'aurai pu y mettre plus de pincettes mais à quoi bon ? Le résultat aurait été le même et ça n'est pas l'aider que d'y aller par quatre chemins. Ça n'est pas moi, de toute façon. Je n'ai pas besoin d'être dans sa tête pour savoir ce qu'il s'y passe, je la connais par cœur et je sais parfaitement pourquoi elle ferme les yeux comme elle le fait. Je n'ai pas réfléchi à la meilleure manière d'amener le sujet sur le tapis, ça ne fait pas des lustres que je me demande comment lui en parler, c'est venu de manière naturel parce que ça m'a traverser l'esprit sur le moment, parce que c'était pour moi la suite logique de cette discussion. Voilà où on en est.

« Je... Je sais pas, Cameron. »

Elle détourne le regard et se lève, je ne cherche pas à la retenir une seule seconde. Et puis c'est nerveusement que je la vois arpenter la pièce tandis que je reste assis sur le sol, appuyé contre le mur, les avant-bras posés sur mes genoux pliés et les mains jointes dans le prolongement. Silencieux. Je l'observe, elle c'est cet endroit qu'elle observe et je peux deviner, je pense, qu'elle en scrute le moindre mètre carré comme pour s'en imprégner. Parce que ce château, c'est sa maison. Ça n'a jamais été la mienne, je n'ai simplement jamais apporté cette évidence au regard des autres. Ce qui aujourd'hui se rapproche le plus pour moi d'un foyer, une maison, un chez-moi, c'est chez Jillian. Voilà l'endroit où je me suis senti le mieux à l'extérieur ces dernières années. Ici, Poudlard, non ça n'est pas ma maison mais j'aime pourtant cet endroit et ce que j'y ai construit, ce que j'y vis aujourd'hui, seulement je sais que ça ne pourra pas durer éternellement. Rester ici … Je n'entrevois qu'une seule issus et elle ne me plait pas.

« On a fini par construire quelque chose ici, on a des amis, on a... »

Elle a raison, bien sur qu'elle a raison et contrairement aux apparences je ne rejette pas tout ça mais est ce que c'est une raison suffisamment valable pour … se figer ? Cette idée de prendre les jours les uns après les autres j'y ai adhéré toute ma vie mais aujourd'hui j'ai besoin de plus et je sais que ce plus ne se passe pas ici. Paradoxalement, c'est ce château qui m'y a poussé, la vie que j'ai vécu ici ces dernières années, parce que si j'étais resté à San Francisco ma vie n'aurait jamais évolué, je serai resté membre d'un gang qu'entre nous on appelle une famille et n'aurais probablement jamais dépassé la trentaine. Pas d'étude, pas de bagage, j'aurai continué à vivre de larcins, d'illégale. Ma vie était tracée comme ça, aujourd'hui j'entrevois autre chose et j'ai cette chance qu'il ne soit pas trop tard. Il paraît que ça ne l'est jamais mais ça n'est pas la question. Ici, si, tout peut-être trop tard du jour au lendemain. Megan avait des projets, des envies, des ambitions et elle ne pourra jamais les mettre en pratique. Elle n'est pas la seule dans ce cas là. Ça ne sont pas des choses que je ressasse pas plus que je n'envisage de lâcher ça au visage d'Emily, je suis pas là pour lui faire du mal ni lui mettre la pression. C'est ce que j'ai fait malgré moi mais je n'irai pas contre ce que je ressens et je pense qu'elle le sait.

« Je suis pas prête. »

Je le sais.

« Je suis pas prête à choisir. »

J'ai envie de lui dire que ça n'est pas ce que je lui demande, que je ne lui demande rien d'ailleurs, mais dans les faits elle sera quoi qu'il en soit amené à en faire un, de choix. La seule chose que je pourrais lui demander c'est de penser à elle, tout simplement, et pas seulement en se projetant jusqu'à demain. Ça fait des mois que je me construis un avenir, j'aurai peut-être – sans doute – du la pousser à en faire autant, à s'ouvrir des perspectives.

« Tu l'as dit, on a construit quelque chose ici, on pourra construire autre chose ailleurs. Et oui on a des amis ici, crois-moi je sais très bien que pour ça aussi c'est plus simple pour moi parce qu'on ne peut pas dire que je me sois beaucoup attaché à qui que ce soit ces derniers temps mais tôt ou tard, ces amis, ils devront prendre une décision eux aussi. »

Certains jours je me demande réellement pourquoi est ce que cette école reste ouverte, jusqu'à ce que je me souvienne que comme elle l'a été et l'est encore pour moi, elle est un refuge pour certains, le seul endroit qui leur reste. Malgré tout, peut-être que c'était le temps de se réadapter, se faire à l'idée, encaisser ces années de tortures et de captivité mais … Kyle est parti, Derek est parti … Pourquoi pas nous ? De ce que j'en sais Derek reprend sa vie en main, Kyle réalise un de ses rêves, et ils ne sont pas les seuls sur la liste alors oui, pourquoi pas nous ? Je comprends qu'elle ait peur mais quelque part ça me tue de la voir bloquée de cette façon.

« J'vais pas me barrer du jour au lendemain, j'ai des engagements ici et je m'y tiendrai. »

Le remplacement de Dim, les gosses qui comptent sur moi, le Prof de SD aussi … Je ne vais pas planter tout ce monde là du jour au lendemain mais tôt ou tard, probablement quand et si les portes s'ouvrent à nouveau, je ne reviendrai pas.
Lentement, calmement, je me lève et avance vers elle. Ma main attrape la sienne en douceur, un soupir m'échappe alors que je regarde nos doigts sans trop les voir.

« Et je ne t'abandonnerai pas Ems, jamais, mais faudra pas m'en vouloir si je te pousse à envisager d'autres possibilités. Si je le fais c'est aussi pour toi. »

Ma vie sans elle ? Non. Elle est ma famille. Si j'ai abandonné mes frères c'est uniquement parce qu'on ne m'en a pas laissé le choix et qu'ensuite c'était trop tard mais cette fois, le choix, je l'ai et jamais je n'envisage de poursuivre ma vie sans elle.

« Je sais que tu as besoin de temps. »

La seule chose que je pourrais te demander c'est « simplement » d'essayer d'accepter de voir plus loin. Accepter d'essayer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2724
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: [EVENT 13.06.15] You're my strength [PV Cameron]   Mar 11 Avr 2017 - 9:27

Si Emily avait cessé de marcher, son cerveau lui continuait à tourner à plein régime. Il était embarqué dans une sorte de course folle, cherchant désespérément à emmagasiner le plus d'informations en moins de temps possible. Mais plus il s'affolait, pire c'était. Il devenait comme privé d'oxygène, les idées devenaient de plus en plus floues et tout ce qui sortait alors n'était que vaporeux. Ems n'arrivait pas à conceptualiser, à comprendre, à calmer toutes les questions et toutes les peurs qui refaisaient finalement surface. Elle n'avait arrêté de marcher que pour regarder Cameron mais elle devait se forcer pour ne pas se remettre en mouvement. Rester immobile c'était affronter plus clairement la réalité des choses. Accepter qu'il n'y avait pas de voie d'issue face à cette situation et qu'elle serait bel et bien obligée de l'affronter un jour ou l'autre. Elle n'était pas prête à ça. Emily s'était toujours battue pour être considérée comme une adulte, être prise au sérieux et que personne ne remette en doute sa capacité à se diriger toute seule. Sauf que là, elle aurait aimé ne pas avoir ce rôle. Elle aurait aimé pouvoir être attentiste face à sa propre vie. Elle était perdue et la terreur qui l'avait vidée de son énergie quelques moments auparavant ne l'aidait pas à se calmer. Cette journée était un cauchemar et elle avait juste envie de la balayer de sa mémoire rapidement. La voix de Cameron ne fit que rappeler à Emily qu'elle n'était pas seule dans sa tête et que cette discussion était bien en cours. Les autres aussi allaient devoir prendre une décision ? Certainement. Mais elle était persuadée que beaucoup voulaient poursuivre leurs études. Ils s'aveuglaient sans doute comme elle.... Mais s'ils prenaient tous une décision, ils iraient chacun de leur côté. Comment on survis loin de ceux qui ont formé notre quotidien après tout ça ?

« J'vais pas me barrer du jour au lendemain, j'ai des engagements ici et je m'y tiendrai. »

Un mince sourire se dessina sur le visage d'Emily. Elle savait que Cameron était un homme de parole. C'était rassurant avec lui, parfois effrayant mais au moins, elle savait toujours à quoi s'en tenir. Il ne sortait pas de paroles en l'air. Il avait le sens de l'engagement et ça elle le respectait fortement. Elle savait qu'il ne partirait pas soudainement, qu'il ne partirait pas sans lui dire au revoir. Mais le fait qu'il évoque la possibilité de partir signifiait clairement que l'idée avait déjà fait un sacré chemin dans sa tête. Et ça c'était terrifiant. Il était plus adulte qu'elle, plus posé aussi. Il savait ne pas se laisser guider que par ses émotions. Ems était une instinctive et elle pensait jusque là que ça suffirait. Suivre le fil de sa vie au fil de ses coups de sang, de ses instincts. Mais il avait raison. Ils grandissaient, des portes s'ouvraient devant eux et ils ne pourraient pas prétendre éternellement qu'elles étaient toujours verrouillées.

Emily se rendit compte seulement lorsqu'elle vit la main de Cameron dans la sienne qu'elle avait baissé les yeux. Un homme de parole, il ne l'abandonnerait jamais. Emily laissa échapper un petit rire. Pour son bien... Non elle ne se moquait pas. Mais c'était peut être la première fois depuis longtemps qu'elle entendait quelqu'un dire ça avec sincérité. Cameron avait toujours agi pour son bien. Comme une famille se devait de le faire. Elle savait qu'il avait raison.

« C'est plus difficile que je croyais d'être adulte. »

Un sourire passa sur les lèvres d'Emily alors qu'elle relevait la tête vers Cameron. Elle prit quelques instants pour le regarder. Elle ne pouvait pas le contredire. Il avait raison de A à Z et en plus il était bienveillant, comme toujours avec elle. Non, elle ne pouvait que constater qu'elle n'était pas prête. Qu'elle refusait elle même de voir les choses en face et qu'il lui faudrait sans doute du temps avant d'accepter la situation telle qu'elle était vraiment. Elle avait voulu être grande trop tôt. Le destin l'avait forcé à l'être trop tôt. Mais ce besoin de sécurité ressortait toujours en elle. Ce besoin parfois d'être guidée par quelqu'un d'autre, qu'on la prenne par la main et qu'on ne lui demande rien d'autre que de suivre et de vivre.

« Je suis épuisée... »

Emily avait alors laisser sa tête tomber en avant, contre le torse de Cameron. Fermant les yeux, elle s'accordait quelques instants pour faire le point. Les paroles de son frère la remuaient toujours mais elle sentait que le pic d'adrénaline était passer. Elle pouvait reculer un peu l'échéance. La conversation était lancée mais elle savait qu'il ne s'acharnerait pas ce soir. C'était remettre l'évidence à plus tard mais elle avait besoin de souffler un peu. Trop de choses s'étaient produites en une seule journée.

« Je sais que t'aimes pas parler de ça mais tu me dois bien ça après cette journée... »

Emily releva alors la tête pour croiser le regard de son frère. Malgré la fatigue qui marquait terriblement ses traits, un petit éclat de malice était encore visible dans ses yeux.

« Tu crois que mes parents seraient horrifiés d'apprendre qu'en plus je couche avec des filles ? Ou ils se diraient qu'au moins j'ai moins de chance de me reproduire ? »

Quelques instants de sérieux, de regard calme, posé, comme si cette question était vraiment destinée à Cameron et qu'elle attendait une réponse sincère. Puis, un fou rire. Un digne de ce nom, qui provoque des larmes, qui plie en deux. Un fou rire qui vous fait vous demander si vous n'allez pas éclater en sanglots la seconde d'après. Emily sentait qu'elle était sur la corde raide, à fleur de peau. Mais ce rire, même incertain, lui faisait du bien. Quoi qu'il pouvait se passer, il était là. Son frère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7695
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: [EVENT 13.06.15] You're my strength [PV Cameron]   Jeu 13 Avr 2017 - 19:56

« C'est plus difficile que je croyais d'être adulte. »

Elle sourit, moi aussi. J’ai seulement quelques années de plus qu’elle, à mon âge la plus part des gens sont encore en études ou commencent tout juste à bosser éventuellement. Moi, j’ai fait le chemin inverse. L’école, je l’ai côtoyé pendant une dizaine d’années entre le moment où j’y suis entré parce que j’avais l’âge et le moment où j’en suis sorti définitivement parce que ça ne m’intéressait pas et qu’aucun cours ni cursus ne m’apprendrait jamais ce que m’a appris la rue et les autres. Pas besoin de cours de math pour savoir parfaitement équilibrer une dose. La géographie ? Pourquoi faire quand mes limites s’arrêtaient au Golden Gate et au Twin Peaks ? L’histoire … Les gars en avaient toujours des supers à raconter. Je ne me projetai pas, ma vie était déjà toute tracée. Sullivan était avec moi, je n’avais aucun points communs avec les autres gosses de ma classe alors j’ai commencé à sécher de plus en plus régulièrement, à me faire exclure de plus en plus régulièrement, jusqu’à ne plus y aller du tout. Je n’y trouvai pas d’intérêt, vous comprenez, j’étais un caïd … Cette scolarité je l’ai retrouvé ici mais soyons honnête, je n’ai pas vraiment été très assidu. J’ai trouvé ma place en aidant les gosses et aujourd’hui le chemin me parait clair. Je les adore, je veux leur apporter ce que trop n’ont pas, j’ai trouvé un but et je sais pertinemment que ça n’est pas ici que ça se passe. Des gamins à qui tendre la main il y en a partout, incluant cette école bien sûr, mais … Je dois penser à moi, une chose que je n’ai pas tellement fait depuis des années à vrai dire. Tout ça pour dire que je me sens adulte – si on considère ça comme ça – depuis très longtemps. J’ai même à peine souvenir d’avoir déjà été un enfant. Le passé est ce qu’il est, on ne le changera pas. Le présent m’intéresse mais aujourd’hui j’ai envie de regarder vers le futur. Juste un peu, pas trop loin.

« Je suis épuisée... »

Sa tête se pose contre mon torse, je l’enroule de mes bras sans réfléchir. Je connais Emily, je sais que sous ses airs de Tigresse se cache un chaton qui ne veut pas toujours voir la réalité telle qu’elle est mais … Pas ce soir. C’est fini. On a tous besoin de souffler.

« Je sais que t'aimes pas parler de ça mais tu me dois bien ça après cette journée... »
« J’aime pas ce regard. »

Ce regard plein de malice qui contraste avec celui qu’elle avait jusqu’ici mais qui annonce, je le sais, une suite interminable de grimace de ma part. Evidemment que je préfère la voir comme ça et évidemment qu’un sourire commence à s’esquisser lentement mais surement sur mon visage alors que nos regards ne se quittent pas.

« Tu crois que mes parents seraient horrifiés d'apprendre qu'en plus je couche avec des filles ? Ou ils se diraient qu'au moins j'ai moins de chance de me reproduire ? »

Je la regarde, très sérieusement, elle ne me quitte pas des yeux non plus mais je le sais, je le sens, elle est au bord du fou rire et chaque frissonnement de sa peau au coin de ses lèvres me le fait savoir. Et voilà, c’est parti, elle part complètement en vrille et si je la lâche, je ne peux pas m’empêcher de sourire de la voir comme ça. Sourire qui se transforme en rire, difficile de faire autrement en la voyant comme ça, laissant sortir toutes les émotions de la journée sous le coup de l’épuisement. Son rire est communicatif et je fini par m’affaler dans un des fauteuils, clairement épuisé moi aussi. Un long et profond soupir s’en suit tandis que je regarde le plafond. Puis le silence, quelques secondes, une minute peut-être, avant de sourire à nouveau.

« Écoute, j’te propose de faire un groupe de parole avec Enzo, il est plutôt calé dans le domaine. »

Il les a cumulé, faut le dire. S’enticher d’un garçon sans pouvoir alors qu’il a le Sang Pur et vient d’une famille très traditionaliste, c’était le jackpot. Aujourd’hui, c’est un Né-Moldu ! Y a du mieux, au moins c’est un sorcier. Mais toujours un garçon. Et pourtant … Il en a fait du chemin et réussi à amadouer quasiment sa famille entière avec ça … Ok il en a bavé c’est sûr mais aujourd’hui, clairement, j’ai plus l’impression que ça soit réellement un problème. De toute façon, ils n’ont pas le choix, il a joué carte sur table et leur a tenu tête, il s’est imposé. Il est comme ça, il ne changera pas qui il est ni ce qu’il fait de sa vie pour leur faire plaisir. Ce qui est relativement courageux, il faut le dire, parce qu’ils sont nombreux et j'imagine que ce genre de choses ça n'est jamais simple à gérer.

« Il s’en sort pas si mal d’ailleurs, il devrait faire de la politique ce gosse en fait. »

Enzo Ryans, Président ? Non, hors de question. Il rendrait le short à fleurs obligatoire, c’est juste pas envisageable ça les gars.

Quant à Emily, fille ou garçon, en ce qui me concerne c’est la même chose : Je ne veux pas y penser. Désolé, peut-être qu’un jour je m’y ferai et je comprends que parfois elle ressente l’envie ou le besoin de m’en parler mais … C’est difficile, clairement. Je sais que là elle plaisantait mais ça aurait pu ne pas être le cas. Je m’y ferai, promis ! Un jour on pourra en parler sans que je n’ai envie de fuir et puis de toute façon j’exagère, tant qu’elle ne me raconte pas les détails je suis tout à fait capable d’avoir ce genre de discussion. De mon côté, je ne parle pas de tout ça. Ça n’a jamais été dans mes habitudes et je doute que ça change. Je n’en ressens pas le besoin, c’est aussi simple que ça.

« Ça compte vraiment ? Ce que tes parents pensent de toi. »

Là, je sais pertinemment que je prends le risque de casser l’ambiance mais je l’assume totalement. J’ai du mal à percevoir ce qu’elle ressent réellement vis-à-vis d’eux. Pour moi ils ne sont que deux monstres sans cœur … mais pour elle … Ils restent ses parents, envers et contre tout. Cette question n’est pas de la provocation, je ne cherche pas à la braquer ou essayer de lui imposer ma façon de les voir, loin de là. J’ai réellement envie, besoin, de savoir ce qu’il se passe dans sa tête les concernant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2724
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: [EVENT 13.06.15] You're my strength [PV Cameron]   Mer 19 Avr 2017 - 11:44

Rire avec lui, c'était exactement ce dont elle avait besoin. Emily savait bien que ce sujet était difficile pour Cameron et elle avait bien vu l'inquiétude passer dans son regard. Ce n'était peut être pas très gentil de le faire tourner en bourrique comme ça mais clairement, ce n'était pas méchant. Ils avaient tous les deux besoin de rire un bon coup, de tout lâcher et de se détendre. Ce sujet était une aubaine parfaite pour faire ça. Oh, elle n'avait pas réellement l'intention d'insister et de lui donner des détails croustillants. En soit, Ems ressentait le besoin de le tenir un peu au courant de tout ça. De lui faire savoir ce qu'il se passait dans sa vie même si ce n'était que dans les grandes lignes. Le faire en rigolant c'était un petit bonus. Emily s'était donc complètement laissée aller à ce fou rire. Même si c'était fragile, même si à tout moment elle pouvait fondre en larmes, ce rire lui faisait du bien. Mais ce qui la réconforta encore plus ce fut de voir Cameron se laisser aller à son tour. C'était leur moment. Ca n'avait pas d'explication rationnelle, il n'y avait pas de logique à trouver. Elle n'avait pas fait la blague du siècle. Mais ils riaient à s'en exploser les poumons et ça faisait un bien fou.

Leur hilarité finit par se calmer et Emily observa son frère aller s'écrouler dans un fauteuil. Elle fit de même, dans l'un en face du sien. Il poussa un soupir et elle lui adressa un sourire doux, essuyant au passage l'humidité qui avait décidé de s'inviter dans son regard. Cameron de son côté évoqua Enzo et son talent lorsqu'il s'agissait de faire accepter des choses complètement inattendues à une famille. Ems afficha un sourire franc.

« Ah tiens c'est une bonne idée ça, j'y avais pas pensé ! »

Emily ne connaissait que peu Enzo au final. Suffisamment pour l'apprécier et se dire qu'elle pourrait balancer le sujet avec lui comme ça, au hasard, juste pour voir. Peut être qu'elle essayerait après tout. Elle avait confiance en lui et même s'ils n'avaient pas vraiment donné dans la discussion sérieuse, ça pourrait être intéressant. Emily n'avait pas envie de convaincre ses parents, ça n'avait pas d'importance et ce serait inutile. Non, elle voulait juste savoir comment il avait fait. Surtout alors que Cameron vantait ses mérites. Elle lâcha un petit rire quand il évoqua l'idée que le jeune homme devrait faire de la politique.

« À ta place, je me méfierais des idées qu'il pourrait avoir... »

Petit sourire du côté de la cracmolle. Enzo était un sale gosse, un peu pervers aussi. Et même si Emily savait que son frère n'était pas aussi puritain avec les autres que lorsqu'il s'agissait d'elle, elle imaginait déjà les grimaces qu'elle pourrait lui arracher. Et quelque part, c'était plutôt amusant ! Mais soit. Cameron avait soudainement recentré la conversation sur quelque chose d'un peu plus sérieux. Le sourire d'Emily s'effaça alors qu'elle haussait simplement les épaules, par réflexe. Son regard se perdit quelques instants dans le vide. C'était une bonne question et elle n'était pas si sûre que ça d'avoir la réponse. Ou plutôt... Elle savait qu'elle n'avait peut être pas complètement tout réglé avec eux.

« Je ne pense pas que ça compte vraiment. Je crois juste... Qu'une partie de moi à encore l'espoir qu'un jour ils se rappellent que je suis leur fille et que c'est plus important que le reste. »

Emily haussa les épaules de nouveau. Elle savait très bien que c'était stupide et que Cameron en devait clairement pas être de cet avis. Et elle-même n'attachait pas trop d'importance à tout ça. Elle ne nourrissait pas tant d'espoir que ça, elle n'y pensait même pas très souvent. Mais c'était quand même présent. L'espoir qu'un jour sa famille réalise son erreur et accepte qu'elle pouvait être autre chose qu'un déchet, qu'une déception... Cela n'arriverait sans doute jamais. Mais pourquoi pas y croire ? Malgré tout ce qu'elle avait vécu, Emily conservait une forme de confiance en l'être humain qui lui donnait l'espoir que des sentiments plus nobles finissaient toujours pas gagner. Peut être pas pour longtemps encore...

« Mais t'inquiète pas, ça m'empêchera pas d'embrasser Kezabel quand j'en ai envie ! »

Un grand sourire s'était dessiné sur le visage d'Emily alors qu'elle guettait la réaction de Cameron. En soit, elle n'était pas si à l'aise que ça avec ce qu'il se passait avec Kezabel. Ou plutôt, elle même n'était pas sûre de ce que c'était vraiment, de ce que ça voulait dire. Mais les deux jeunes femmes n'avaient pas l'intention de se cacher. Et puis, afficher de l'assurance comme ça face à Cameron c'était vraiment drôle. D'autant qu'il connaissait bien la demoiselle et Ems ne put s'empêcher de se dire qu'elle risquait de mettre le bazar dans sa tête. Le pauvre...

« J'arrête promis ! »

Petit rire et nouveau sourire. La blague avait assez duré. Emily était très fière d'elle et ça la faisait beaucoup rire mais il ne fallait pas non plus qu'elle l'embête trop, ce ne serait pas très juste surtout après le réconfort qu'il venait de lui apporter. Parce que oui, Ems respirait de nouveau normalement et ça faisait du bien. Le lendemain serait sans doute encore difficile mais elle avait déjà franchi une étape.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7695
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: [EVENT 13.06.15] You're my strength [PV Cameron]   Ven 21 Avr 2017 - 17:06

Comme quoi je n'invente rien, même Emily se méfie de lui … Vous savez ce qu'on dit : Qui aime bien, châtie bien. Il se trouve que j'adore ce gosse et je sais que le courant passe bien entre lui et ma Tigresse donc ni elle ni moi ne somme là pour lui casser du sucre sur le dos. On fait juste ressortir la réalité, nuance. Tout ça pour dire que j'ai balancé ça avec le sourire et sur le ton de la plaisanterie mais dans le fond, c'est pourtant la réalité. La forme n'est pas exactement la même mais le fond est similaire. Lui a le Sang-Pur et a du faire avec l'intolérance de sa famille concernant la personne de qui il est tombé amoureux à l'époque. On rajoute à ça le fait que cette personne en question est du même sexe que lui et n'a pas de pouvoir, sachant qu'en plus de ça, si j'ai bien compris, il a de toute façon toujours été un peu en marge de manière personnelle. C'est vrai que quand on le connait, on n'a pas tellement l'impression d'avoir face à soit un fils de bonne famille élevé dans la Tradition la plus pure, contrairement à Derek qui est lui en revanche un peu plus comme ça. Pour ce qui est d'Emily, elle est née dans une famille de sorciers mais n'a jamais déclarée aucune magie. Voilà où le bas blesse. Ils l'ont rejeté à cause de ça et je ne les connais pas mais étant donné leur manque de tolérance à ce niveau-là – croyez-moi je reste poli et calme – je doute qu'il prendrait très bien le fait que leur fille, ou sœur, s'affiche avec une personne du même sexe. Sincèrement, je ne comprendrai jamais pourquoi certains font une fixette là-dessus. Qu'est ce que ça peut bien leur foutre ? J'ai grandi avec une majorité d'hommes et tous n'étaient pas super ouverts sur le sujet ça c'est sûr mais en ce qui me concerne, j'ai pas le souvenir d'avoir trouvé ça … anormal ou quelque chose comme ça. Je m'en fous, c'est aussi simple que ça. Je sais où j'en suis avec moi-même, je sais que les hommes ça n'est pas mon truc et je doute que ça change un jour même s'ils sont quelques-uns autour de moi à m'avoir fait comprendre qu'on ne peut jamais savoir mais pour moi ça ne fait aucune différence. Homme, femme, tant que tout le monde est consentant, je ne vois vraiment pas où encore trop d'entre nous y trouvent à redire. Ni pourquoi ils donnent un avis qu'on ne leur demande pas et qu'ils ne devraient d'ailleurs simplement pas avoir.

Bref, passons, on n'est pas là pour faire un débat sur le sujet mais ça n'est pas pour ça que je le change, ce sujet. C'est simplement parce que ce qu'elle a dit sur le ton de la plaisanterie elle aussi ne m'a pas échappé et que j'ai envie de savoir ce qu'il se passe dans sa tête. Elle perd son sourire mais son haussement d'épaules fausse un peu les cartes, je ne suis pas vraiment certain de capter son état d'esprit pour le moment. J'imagine que ça sera plus simple avec des mots et je sais qu'ils ne vont pas tarder.

« Je ne pense pas que ça compte vraiment. Je crois juste... Qu'une partie de moi à encore l'espoir qu'un jour ils se rappellent que je suis leur fille et que c'est plus important que le reste. »

Pour seul réaction, je hoche la tête. J'ai entendu ce qu'elle vient de me dire, voilà un peu ce que signifie ce geste. J'ai entendu et je ne juge pas. J'aimerai lui dire que je comprends, que c'est … tout le mal que je lui souhaite mais je ne le ferai pas. D'une parce que non, je ne comprends pas, simplement parce que la notion de parents est enterrée pour moi depuis longtemps et que je n'ai jamais rien attendu d'eux. Littéralement, je ne peux pas comprendre ce qu'elle ressent. Elle a partagé plus de temps avec eux que je ne l'ai jamais fait et ne le ferais jamais avec mes propres parents. Néanmoins, instinctivement, je comprends qu'elle espère encore un peu, justement parce qu'elle a vécu plus longtemps avec eux, qu'ils l'ont surement aimé et l'ont montré jusqu'à ce qu'ils se rendent compte qu'elle n'est pas comme eux et dévoilent leur véritable visage. Je ne pourrais pas pardonner à des êtres qui sont capables d'abandonner et pire encore, de martyriser leur propre sang de cette façon, mais comme toujours, je vais garder ça pour moi, me contenter d'être là et de respecter ses choix si un jour elle en fait les concernant, la soutenir quoi qu'il arrive. Je ne promets simplement pas de réussir à rester poli, et calme, si jamais ce connard qui lui sert de frère bouge ne serait-ce que le petit doigt. Je n'ai pas besoin de formuler quoi que ce soit pour qu'elle sache ce qui se passe dans ma tête les concernant, elle le sait très bien. Et elle ne m'en veut pas, je crois. Je ne peux pas faire autrement de toute façon, pas en l'état, pas après l'avoir ramassé à la petite cuillère trop de fois par leur faute. Oui, par leur faute, je le pense dur comme fer. Maintenant, je suis aussi de ceux qui pensent qu'on peut changer, je l'ai vu de mes propres yeux, mais même si ça se produit je sais pertinemment que je garderai toujours un regard méfiant vis à vis d'eux. En attendant, si une part d'elle a envie d'y croire et de l'espérer, je respecte totalement. Quoi de plus normal d'avoir besoin de pouvoir compter sur ses parents, sur sa famille ?

« Mais t'inquiète pas, ça m'empêchera pas d'embrasser Kezabel quand j'en ai envie ! »

Elle sourit, comme une petite branleuse pleinement satisfaite, espérant me faire grimacer et bien évidemment elle y arrive mais je la fusille du regard plus qu'autre chose, sourire en coin bien évidemment.

« J'arrête promis ! »
« Oh tu sais, elle était un peu mon seul espoir pour me débarrasser un peu de toi alors ... »

Retour à l'envoyeur. Il y a malgré tout une part de vérité là dedans, pas dans le sens où j'espère me débarrasser d'elle évidemment mais je sais que Emily souffre parfois du manque d'autre personne dans son entourage proche et notamment d'amie. Elle et Kezabel le sont devenues ces derniers temps et d'après ce que je comprends, plus que ça ou alors d'une manière un peu différente d'une amitié classique et ne comptez pas sur moi pour demander des détails sur cette relation. Je tiens juste à dire que étrangement, ça passe beaucoup plus facilement que lorsqu'il s'agissait de Ricardo. Désolé vieux !

« Tout ce que je vois c'est que ça te donne le sourire de parler d'elle. »

Maintenant tu peux rougir. Si je suis satisfait ? Je ne répondrai pas à cette question. Bien sur que je suis satisfait.

« Tu sais, je serai jamais le meilleur confident du monde à ce sujet mais j'suis content pour toi, sincèrement, quoi qu'il se passe entre vous. »

Je commence à bien connaître Kezabel, c'est une personne que j'apprécie beaucoup et en qui j'ai confiance, voilà pourquoi ça passe bien plus facilement. Peut-être aussi malgré moi parce qu'elle est une fille et que je me méfie moins mais ça tient surtout à la personne, je le sais. C'est instinctif, c'est tout.

« Et si t'as envie d'en parler, ou besoin, aller, vas-y, tant que tu ne me donnes pas trop de détails par pitié. »

J'suis ton frère ! Pas ta meilleure amie. Épargne la vision pleine d'innocence que j'ai de toi s'il te plait. J'en fais des caisses mais bien évidemment que ce qui se passe dans sa vie m'intéresse. J'ai pas besoin de le prouver et je ne fais pas ça pour ça. Je le fais … parce que je suis son frère mais aussi son ami, d'une certaine façon. Probablement la personne la plus importante pour elle à ce stade et ça n'a rien de présomptueux quand je dis ça. C'est la vérité, c'est comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2724
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: [EVENT 13.06.15] You're my strength [PV Cameron]   Lun 24 Avr 2017 - 19:04

Un coussin venait de voler et d'atterrir en plein dans la tête de Cameron. Violence ? Mais non, rien d'autre que de l'amour fraternel voyons ! Tout le monde le savait, les frères et sœurs avaient ce besoin de se chamailler, parfois de se battre un peu. Gentiment. Et clairement, Emily n'avait pas besoin de prouver à quel point elle tenait à son frère, et inversement. Ce n'était pas pour autant qu'elle ne devait pas répondre à ses provocations, sinon il allait finir par se croire intouchable. Alors non, il n'avait pas le droit de dire avec son petit sourire tout content que Kezabel était son seul espoir de se débarrasser d'elle. Ems avait donc dégainé à une vitesse hallucinante, avec sa bande en Ecosse elle avait l'habitude de répondre aux petites vannes dans le genre. Certaines choses ne se perdent pas. Mais bien sûr, si en lançant le coussin elle avait ouvert grand la bouche pour montrer qu'elle était choquée, cela ne l'empêchait pas de rire. Elle aimait bien quand Cameron faisait des blagues. Son petit humour pince sans rire était clairement agréable, Ems était sa plus grande fan. Mais pareil, il ne fallait pas lui dire. Il avait eu sa dose de compliment pour aujourd'hui, si elle en ajoutait trop, ça allait mal finir. Elle pensait à sa santé mentale, c'était ça la famille !

Emily était contente de son réflexe en tout cas. Cameron de son côté avait décidé de revenir à une remarque un peu plus sérieuse. Ems rougit légèrement avant de tirer la langue à son frère. Un réflexe d'auto-défense, se cacher dans la gaminerie, dans la connerie pour ne pas devoir affronter l'évidence. Ses sentiments brutes. Clairement, Kezabel ne la laissait pas indifférente et ce qui se passait entre eux provoquait divers retournements chez elle. Après, difficile de savoir ce que c'était exactement et elle n'avait pas envie de se poser la question. Mais oui, penser à elle la faisait sourire, elle le savait très bien et elle se sentait déjà assez nouille, pas la peine d'insister ! Elle était une Tigresse à la base, non ? Sauf que là, Cameron semblait être bien décidé à la transformer en petit chaton inoffensif. Il en remettait une couche en lui disant qu'il était content pour elle. C'était stupide mais cela n'avait fait que raviver le feu qui était déjà bien présent sur ses joues.

« Merci. »

Malgré la gêne, elle n'avait pas envie de dire ou de faire une connerie, pas cette fois. Avoir le soutien de Cameron c'était important. Elle ne savait pas ce qui allait se passer avec Kezabel mais se dire qu'elle pouvait en parler librement sans voir des gros yeux, ça lui faisait du bien. Elle n'en avait jamais douté certes mais elle sentait bien que la situation était plus simple à gérer pour lui que sa relation avec Ricardo. Fierté masculine ? Peut être, méfiance envers ses compères aussi. Emily n'avait jamais vraiment cherché à savoir, il ne l'avait jamais empêché de vivre son histoire et c'était la seule chose qui comptait.

Cameron faisait apparemment ressortir son côté sensible ce soir-là. Voilà qu'il disait maintenant clairement à Emily qu'elle pouvait lui parler de ce qui se passait entre elle et Kezabel. La jeune femme releva alors la tête vers son frère et ne cacha en aucun cas sa surprise. Et bah ça, si c'était pas une preuve d'amour inconditionnel, elle ne savait pas ce que c'était !

« Avoue tu t'es engagé dans le concours du meilleur grand frère de l'école? »

Petit sourire du côté d'Emily. C'était une petite provocation certes mais pleine de tendresse. Elle se moquait gentiment de lui. Parce que oui, ça la faisait rire de voir comme ça pouvait le traumatiser de l'imaginer avoir une relation physique avec quelqu'un. Après tout, même quand il l'avait connue, elle n'était pas une innocente gamine. Clairement pas. Mais elle était dans une autre phase de sa vie et clairement, elle ne s'intéressait plus trop à tout ça. Il avait été mal habitué !

« Tu sais, je crois que pour l'instant y'a pas grand chose à dire. On cherche pas à comprendre ou à intellectualiser. On passe du temps ensemble, on s'entend bien et on profite simplement. Sans prise de tête et je crois, que ça me fait du bien. »

Cette fois, le sourire qui s'affichait sur le visage d'Emily n'avait plus rien à voir avec de la provocation ou l'envie d'embêter un peu Cameron. C'était un sourire lié à tout ce qu'elle ressentait en disant cela. Après ce qu'il s'était passé avec Ricardo, après le départ précipité d'Ora, cette histoire avec Kezabel lui donnait l'impression qu'elle pouvait s'épanouir en tant que femme sans chercher compliqué. Emily se sentait bien, en accord avec elle-même et elle était animée par cette idée que, quelle que soit la tournure que pouvait prendre les événements, tout irait pour le mieux. Qu'elle irait pour le mieux et qu'elle en sortirait plus épanouie.

« Je suis en train de devenir une vraie femme, c'est fou non ? »

Le rire d'Emily se fit entendre une fois de plus. Même elle ça l'amusait de dire ça. C'était vrai, en un sens. Elle sentait qu'elle était en train de changer et d'acquérir une certaine maturité par rapport à elle-même, à sa sexualité, à son image. Mais le sortir là comme ça, au milieu d'une conversation... Impossible pour elle de le dire complètement sérieusement à Cameron. Signe qu'elle était encore un peu un enfant. Pas de panique Cameron, elle garderait toujours cette petite partie d'elle pour toi.

« Trop d'émotions aujourd'hui, un petit pétard et au lit ! »

Nouveau rire du côté d'Ems. Elle était un peu sérieuse, en soit, ça lui ferait plaisir mais elle savait que c'était dans les coutumes de son frère et c'était pour ça qu'elle avait sorti ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7695
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: [EVENT 13.06.15] You're my strength [PV Cameron]   Sam 29 Avr 2017 - 15:57

Oh non, la surprise sur son visage ne m’échappe pas et elle me fait largement sourire. Tout ça m’amuse, ça fait juste du bien d’en arriver à avoir ce genre de discussions – façon de parler – toutes simples après avoir vécu une de ces journées qu’on espère à chaque fois naïvement ne jamais revivre. Une parmi tant d’autres.

« Avoue tu t'es engagé dans le concours du meilleur grand frère de l'école? »
« Aucun challenge, je gagne haut la main et avec dix longueurs d’avance minimum. »

Elle sourit, moqueuse, moi j’affiche un air tout ce qu’il y a de plus sérieux et détaché, mon zippo désormais dans les mains, bien installé dans le fauteuil. Puis un sourire se manifeste sur le coin de mes lèvres sans que je ne relève le regard vers elle. Il est tout aussi moqueur et satisfait. Si je suis sérieux ? Allez savoir.

« Tu sais, je crois que pour l'instant y'a pas grand chose à dire. On cherche pas à comprendre ou à intellectualiser. On passe du temps ensemble, on s'entend bien et on profite simplement. Sans prise de tête et je crois, que ça me fait du bien. »

Et ça se voit, que ça lui fait du bien. On se connait depuis des années maintenant, j'ai appris à comprendre, cerner, chacune de ses réactions, chacun de ses sourires, et oui je le sens, elle me paraît plus … légère, ces derniers temps, sans doute plus épanouie aussi. Pas aujourd'hui, évidemment, mais le simple fait de parler de Kezabel, de ce qu'il se passe entre elle, je vois bien qu'elle en oublie un peu tout le reste. Je n'ai jamais été un grand fan de ce type de discussions, je le répète, simplement parce que … je ne trouve pas ça intéressant, ça ne me touche pas, la plus part du temps. Les coups de cœur, les sentiments, les relations ou simplement le sexe … C'est autant de choses pour lesquels je me sens rarement concerné. Je trouve que ce sont des choses qu'on partage avec l'autre alors pourquoi en parler à ceux qui ne le vivent pas, ceux avec qui on ne partage pas ces instants et ressentis ? Mais je sais pertinemment que c'est moi qui suis à contre courant, pas les autres. Ça ne me dérange pas, ça ne les dérange pas plus. Je crois. Pour autant je ne suis pas un monstre, ce qu'il se passe dans la vie de mes proches m'intéresse, m'interpelle, me concerne. Le sourire qu'elle affiche à présent vaut tous les trésors du monde, simplement parce que ça la rend heureuse et c'est là le plus important. Pas le fait d'en parler, non, mais le fait de le vivre, de le ressentir.

Bon, ok, peut-être un peu d'en parler aussi.

« Alors c’est le principal. »

Le « pire » dans tout ça c'est que que contrairement à elle, je ne me servirai probablement jamais de ça pour l'emmerder comme on se chamaille entre frère et sœur, comme on emmerde gentiment les gens à qui on tient. Je trouverai autre chose, ne vous en faites pas pour ça.

« Je suis en train de devenir une vraie femme, c'est fou non ? »

Je la regarde, j'écrase un rire réellement amusé alors qu'elle me semble … presque fière d'elle même si elle tourne tout ça en dérision. Elle peut l'être, fière d'elle, bien sur qu'elle le peut. Moi je le suis en tout cas … même si ça me fera probablement toujours grimacer et que c'est bien plus simple de la voir comme un p'tit truc asexué.

« Trop d'émotions aujourd'hui, un petit pétard et au lit ! »
« Mauvaise graine. »

Bizarrement, pour ça, j'ai moins de mal.

« Mais je valide. »

Et alliant le geste à la parole je me relève et vais fouiller derrière le cadre où j'ai planqué le Saint Graal en cas d'envie inopinée. Avec Will, on a passé du temps à en rouler des tas, pour nous-même, pour en vendre, et c'est donc un joint tout fait que je sors de là pour l'allumer une fois de retour dans le fauteuil. Non sans avoir ouvert les fenêtres avant.

« Tu restes avec nous cette nuit ? »

Oui, nous. Matthew et moi. Les derniers des Mohicans mais peut-être plus pour très longtemps. D’ici là, vous savez ce qu’on dit ? A chaque jour suffit sa peine.

▬ FIN ▬
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [EVENT 13.06.15] You're my strength [PV Cameron]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[EVENT 13.06.15] You're my strength [PV Cameron]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi
» Event 5 : Ecriture & Dessin
» Halloween event !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Quatrième Etage. :: ─ Aile réservée aux Moldus :: Salle Commune des Non-Magiciens-
Sauter vers: