AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Morosité, mère de tous les vices - Aiyana & Logan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 483
Date d'inscription : 02/10/2011
Crédits : Stela
Double Compte : Marek, Takuma, Sovahnn, Alec, Maxence, Yusuke, Kazuo



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1393-jordane-s-links#79754
MessageSujet: Morosité, mère de tous les vices - Aiyana & Logan   Mer 15 Fév 2017 - 19:28

A grands éclats de rire, Jordane était posée contre le mur, devant la salle de cours, à discuter avec Emily. Les deux jeunes femmes s’étaient à peine vues ces derniers mois alors le bal avait été l’occasion de renouer le lien. Ainsi, alors qu’elles s’étaient croisées dans les couloirs, les deux miss s’étaient mises à discuter, assez pour se laisser embarquer dans leur conversation et, alors que tout le monde rentrait, Jordane était restée encore un moment à discuter, pas tout à fait consciente qu’elle riait un peu fort, pas tout à fait consciente qu’elle tardait un peu trop. Adossée au mur, elle n’avait pas prêté l’oreille aux sons qui s’apaisaient dans la salle à l’entrée de Logan. En revanche, ce qu’elle n’avait pu louper, c’était la porte s’ouvrant à la volée dans un grand fracas à côté d’elle. Le regard dur du directeur braqué droit sur elle.

« J’t’emmerde peut-être ?! Parce qu’il faut le dire si c’est le cas. »

Glacial, pour changer. Grimaçant nettement, la rousse s’était décollée du mur, entrant finalement par la porte ouverte, lâchant un bref « désolé », un peu souriant (mais caché par ses cheveux lâchés, ‘toujours songer à l’intérêt pratique d’une crinière épaisse). Est-ce qu’il lui faisait peur ? Non. Elle l’avait connu en dehors du rôle de directeur qu’il jouait ici et connaissait trop de choses pour réellement se laisser impressionner. En revanche, ce qu’elle n’oubliait pas, c’était qu’il restait quelqu’un d’irritable, voire de dangereux, et si elle se permettait des choses auxquelles d’autres ne pouvaient prétendre, elle savait également qu’il convenait de se méfier de cet homme. Homme qui avait décelé son petit sourire d’ailleurs.

Se sentant saisie par l’épaule, la jeune femme fut plaquée dans la seconde contre le mur, Logan se penchant sur elle instantanément.

« Il y a un problème ? »

Son ton était glacé, comme le regard qu’il braquait dans le sien. Là, derrière, un silence de mort régnait et la jeune femme savait que toute l’attention était focalisée sur eux.
Ses yeux bleus plongés dans les siens, d’un noir d’encre, la belle n’avait pas baissé le regard. Tous deux savaient qu’elle n’avait pas le statut d’une élève lambda, ne serais-ce que par sa position auprès d’Aileen. Mais le fait que Logan ait habité chez elle un temps – chose que personne d’autre que son cercle d’amis restreint ne savait – et qu’ils aient été amants …. Disons que ça changeait forcément les choses. Comme par exemple l’usage d’une certaine proximité dérangeante et de la force pour si peu. La rousse était ce qu’elle était, Logan le savait et agissait en conséquence.

« Ça va. Logan. C’est bon, j’ai compris. Désolée. »

Droit dans les yeux. Un instant encore, ils étaient restés ainsi et autour, on n’entendait pas une mouche volée. Puis, finalement, il la lâcha, lui intimant d’aller s’assoir. La tension dans la salle redescendit d’un cran, comme si tout le monde, jusque là, avait retenu son souffle. Docile, Jordane vint s’assoir à sa place et le cours put commencer – sans oublier de faire perdre quelques points à sa maison, bien évidemment.

Un cours normal (débutant sur tables) ? C’était sans compter l’intervention d’Aiyana, non loin d’elle. Ce qu’elle avait fait ou dit ? L’histoire nous le dira. Toujours était-il que les petites réflexions de la verte sortaient par les yeux de la bleue depuis un moment déjà. Assez pour que ses petites manies, globalement, ne l’agace. Est-ce qu’elle aurait réagit comme ça s’il n’y avait pas eu l’altercation avec Logan ? Elle n’en savait rien. Toujours était-il que  la réaction de Jordane ne s’était pas fait attendre. Lâchant un soupire d’agacement un poil plus fort que ce qu’elle imaginait, la belle rousse avait roulé des yeux, les levant au ciel dans une expression claire de mépris.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 364
Date d'inscription : 17/03/2016
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily, Julian, Caem, Keith, Ethan, Zachary



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3578-aiyana-hopkins-liens
MessageSujet: Re: Morosité, mère de tous les vices - Aiyana & Logan   Jeu 16 Fév 2017 - 11:52

~Samedi 6 juin – Dans la matinée ~

Les samedis matins, Aiyana les passait en général dans la bibliothèque, à travailler tranquillement. Parfois aussi en extérieur. Avec la belle saison qui arrivait, elle prenait parfois la décision de réviser au soleil, quand elle n’avait pas de devoir écrit à faire. Mais cette fois là, c’était un peu différent. La jeune femme était toujours dans la même optique : réussir coûte que coûte. Alors, pour mettre toutes les chances de son côté, d’autant plus à l’approche des examens, elle avait fait une demande un peu spéciale à leur professeur de défense contre les forces du mal : assister à un cours avancé. La jeune femme avait envie de savoir où elle en était vraiment et ce qui l’attendait par la suite. Aussi, à force de persuasion et d’arguments, elle avait réussi à convaincre M. Rivers, qui était aussi au passage le directeur, à assister à un cours de 11ème année. Une fois. La jeune femme avait donc choisi celui du samedi qui lui permettait de ne louper aucun des cours de son année. Aiyana s’était donc levée suffisamment tôt pour réviser un peu et à onze heures moins le quart, elle était déjà devant la salle, à attendre de pouvoir entrer pour suivre le cours. Elle n’avait pas oublié de remercier une fois de plus M. Rivers pour l’opportunité même si celui-ci ne semblait pas aussi concerné qu’elle par toute cette histoire. Enfin, ça n’avait pas d’importance. Elle s’était installée discrètement, dans le calme, s’effaçant et se concentrant comme il le fallait.

Sauf qu’apparemment tous les élèves n’étaient pas aussi attentifs qu’elle et surtout certains semblaient bien trop désinvoltes. Alors que le cours était censé commencer dans le calme, une élève décida de se faire remarquer. Aiyana ne connaissait pas son prénom, elle s’en fichait. Elle l’avait cependant déjà aperçue à plusieurs reprises dans les couloirs. Cette dernière avait apparemment décidé de papoter devant la porte de la salle au lieu de se rendre au cours. C’était stupide mais son choix. Sauf que bien sûr, son bavardage était bruyant et dérangeait le cours. De fait, M. Rivers s’était légèrement énervé. Sa réaction était peut être disproportionnée mais elle le comprenait. Aussi, quand la coupable était venue s’asseoir non loin d’elle, Aiyana n’avait pu s’empêcher de lui lancer un regard légèrement méprisant. Clairement, elle la trouvait ridicule. Mais elle retourna finalement au cours.

Et ce dernier aurait pu se dérouler à merveille. Aiyana sentait bien qu’il lui manquait quelques références, quelques bases mais dans l’ensemble, elle s’accrochait et aimait le côté défi d’un cours plus élevé que son niveau. Sauf que tout le monde n’était pas aussi attentif. Un garçon et une fille un peu plus loin étaient visiblement en train de se chercher, de se chamailler. Enfin, de tout faire sauf suivre le cours.

« S’ils ne sont pas capables de se tenir, ils feraient mieux de retourner en première année. »

Aiyana n’avait pas parlé très fort. Une élève à côté d’elle, apparemment aussi concentrée qu’elle sourit à sa remarque. Sauf qu’apparemment la rebelle de service l’avait apparemment aussi entendu et se permit un profond soupir. Aiyana tourna alors la tête vers elle et la vit rouler des yeux. Un mépris affiché, un manque de retenue qui lui tapait clairement sur le système. Aiyana leva les sourcils avant de lui lancer un regard assassin.


« Si tu as tant de mépris pour les profs, les études et ceux qui sont capables d’un minimum de sérieux tu ferais mieux de quitter cette salle. Ton petit jeu de rebelle est profondément ridicule. »


Aiyana avait parlé calmement. De cette colère froide dont elle avait le secret. Clairement elle faisait un peu peur et ce qu’elle venait de dire n’était vraiment pas sympa. Mais elle était fatiguée de voir des gens incapables de se tenir. Surtout avec les temps qu’ils vivaient, écouter un cours comme celui-ci était plutôt important. Aiyana essayait au mieux de faire abstraction des détraqueurs pour se concentrer sur les examens mais ils étaient là et elle ne pouvait pas le nier. La désinvolture des autres la rendait clairement malade.

« Insupportable... »

Cette réflexion était pour elle-même, prononcée dans un soupir alors qu’elle retournait son attention de nouveau sur le cours. Elle n’avait pas plus de temps à perdre avec tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 483
Date d'inscription : 02/10/2011
Crédits : Stela
Double Compte : Marek, Takuma, Sovahnn, Alec, Maxence, Yusuke, Kazuo



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1393-jordane-s-links#79754
MessageSujet: Re: Morosité, mère de tous les vices - Aiyana & Logan   Jeu 23 Fév 2017 - 23:55

Est-ce qu’elle était réellement irrespectueuse ? Peut-être. Est-ce qu’elle jouait son ado rebelle ? Ça n’était pas totalement à écarter puisque la jeune femme avait une certaine tendance à se laisser aller à ce genre de dérives depuis la mort de sa mère. Elle avait été remplie de haine et c’était en bouillonnant de rage qu’elle s’était reconstruite, coups après coups, désespoirs après déceptions. Coups de sangs après coups de blues. Alors non, elle n’était plus cette jeune fille calme, la belle blondinette, toujours studieuse, toujours apaisée. Elle s’était ternie avant de devenir celle qu’elle était à présent. En effet, elle était parfois égoïste, parfois renfermée ou impatiente, et elle avait cessé de prendre à cœur ce que les autres pouvaient penser d’elle. Et oui, elle prenait des libertés. D’ailleurs, elle s’était mise à prendre des libertés avec toutes ces règles qu’elle avait eu tant à cœur de suivre plus jeune. Est-ce qu’elle était toujours scolaire ? Non. Non, elle ne supportait plus rester assise et les seuls cours auxquels elle participait étaient justement majoritairement les enseignements qui s’apprenaient en partie loin des pages qu’elle affectionnait tant pourtant autrefois. Il lui fallait de l’air, du mouvement et surtout pas d’inactivité, la rousse avait passé trop de temps loin des bancs de l’école pour ça. En cherchant à se reconstruire, après être restée enfermée trop longtemps pour prendre soin de sa petite sœur, elle avait fuit. Tout, toute sa vie, tout ce qui avait fait d’elle celle qu’elle avait été à l’époque, tout pour repartir de zéro. C’était dans cette démarche qu’elle avait rencontré Logan d’ailleurs. Une chance que ça n’ait pas été au tout début de son tour du monde réparateur, il l’aurait probablement brisé si ça avait été le cas. Mais non. Il y avait finalement des similarités chez eux. Et un certain passif à présent.

La jeune femme s’était donc posée sans vraiment prêter attention à ce qui pouvait bien se dire autour d’elle. Franchement, elle n’en était plus là. Et puis, paraissait-il qu’elle était sa pute aux yeux de beaucoup, et même pour ça, elle ne perdait pas son énergie à démentir quoi que ce soit. Lui non plus d’ailleurs. Il avait embrassé Aileen le jour du match, quand elle était tombée, blessée mortellement. Ça avait probablement fait le taf.
Logan avait commencé son cours et là, elle était attentive. Ses enseignements, elle les appréciait, tout comme les cours de magie noire. Ses jambes ne cessaient d’avoir la bougeotte, pourtant, elle écoutait. Ça lui servirait. De toute manière, pour tout ce qui touchait de près ou de loin au fait d’apprendre à se défendre : elle était attentive.
C’était bien les seules choses qu’elle avait appris alors qu’elle se trouvait loin de tout cadre scolaire. Le problème, c’était surtout qu’elle en connaissait beaucoup et qu’elle s’ennuyait parfois, auquel cas, l’impatiente qu’elle était peinait à se tenir. Mais avec Logan : pas de problèmes, il lui trouverait de quoi faire, elle en avait déjà fait moult fois l’expérience.

« S’ils ne sont pas capables de se tenir, ils feraient mieux de retourner en première année. »

Si elle les avait remarqués ? Oui. Mais elle n’y avait prêté qu’une attention très modérée, attendant surtout le moment où Logan leur tomberait dessus. Avec elle, il agissait un peu particulièrement, elle le savait. Tout comme elle savait qu’il serait plus dur et violent qu’avec d’autres. Mais globalement, se tourner autour dans un de ses cours…. C’était voué au suicide. Faire des remarques également. D’ailleurs Jordane ne savait pas trop quelle attitude l’agaçait. Celle du couple était idiote et elle s’amusait un peu de voir comment ça allait se terminer. Celle d’Aiyana … ? Non mais qu’elle se mêle de ses fesses celle-là encore. Qu’est-ce qu’elle foutait là déjà ?!
Non, Jordane ne l’appréciait pas outre mesure (notez l’ironie ?), essentiellement du fait de ses fréquentations. Elle et Connor se voyaient, elle le savait, tout comme elle l’avait déjà entendue avoir des propos qui lui sortaient par les trous de nez.

Bref : yeux au ciel et profond soupire.

Pitié, prends ton pied un bon coup tu verras ça ira mieux.


« Si tu as tant de mépris pour les profs, les études et ceux qui sont capables d’un minimum de sérieux tu ferais mieux de quitter cette salle. Ton petit jeu de rebelle est profondément ridicule. »


Changement d’air : un sourcil levé d’un air totalement sceptique. Elle est sérieuse ? Un petit sourire moqueur n’avait pu s’empêcher de glisser sur ses lèvres tandis qu’elle voyait avec énormément d’humour le regard glacial que la verte lui envoyait.

« Insupportable... »

Grand sourire cette fois.

« Oouh elle mord ! »


Madame répond avec rébellion ! Ironique non ?

Jordane l’avait regardé avec une dérision non dissimulée. Non, elle ne répliquait pas plus, même si certaines répliques lui brûlaient la langue, celle-ci désignait bien assez le fond de sa pensée. A vrai dire, c’était plus son regard si moqueur, qui en disait long, avec ce demi-sourire qu’elle empruntait de plus en plus à Alec. Mauvaise influence le petit gars. Et qui de plus proche qu’un Rivers qu’un autre Rivers ?

Logan s’était planté devant Aiyana, et son regard glacial la transperçait. Quand il eu obtenu la réaction attendue – qu’elle baisse les yeux et se taise – il fit quelques pas vers Jordane, d’un geste brusque, s’appuyant sur son bureau, il braqua à son tour ses yeux de glace sur elle. Ce ne fut qu’à cet instant que la jeune femme se rendit compte que le petit couple avait cessé de s’amuser. Les deux étaient immobilisés, les mains collées à leur bureau, le regard braqué vers Logan – un sort informulé – qui dardait toujours sur elle ses prunelles de glaces. Elle le connaissait. Elle en savait trop sur lui. Elle avait aussi qu’alors qu’il avait cet air là, il savait faire taire n’importe qui, elle y comprit. Réprimant un frisson, elle leva d’un geste discret la main, s’excusant sans prononcer un mot.

« Bien. »

Mouvement de recul, l’enseignant jaugeait sa salle.

« Le charmant petit couple au fond à droite, les commères puériles là bas à gauche. Tu voulais venir jouer la grande Aiyana ? Conduis- toi en adulte. Tout le monde debout. »

Ils avaient l’habitude et tous se levèrent rapidement. L’instant suivant, tout le mobilier volait à grands fracas au fond de la pièce. S’ils n’avaient pas été assez rapides ? Ils risquaient de prendre un coup de table au passage, et ce ne serait pas Logan qui viendrait les en plaindre.

« Face à face les marmots, et en garde. »

L’instant suivant, la jeune femme sentis ses lèvres se sceller et au regard que les autres lancèrent, elle n’était pas la seule.

« Vous avez écouté bien sûr tous les quatre ? »

Son regard se planta sur chacun d’entre eux.

« Bien. Ça risque d’être divertissant dans ce cas. »

L’instant suivant, sa vue se brouillait et ses oreilles bourdonnaient. Bientôt, elle sentit sa manche s’embraser et si son premier réflexe fut de l’éteindre, elle sentit en elle la panique monter.
Calme. De quoi parlait-t-il avant tout ça ?!

Les sortilèges informulés, l’utilisation des sorts pour s’approprier son environnement, notamment lorsque l’on est en mauvaise position. Des toiles, des sortilèges particulièrement aboutis, d’un niveau extrêmement élevé, du moins à ses yeux, et ce malgré tous les entraînements qu’elle avait pu s’imposer et qui lui donnaient un niveau plus que confortable au vu de son année d’étude.
Ces toiles, elle ne savait pas les lancer, les sortilèges informulés, en revanche, oui. De l’eau coulait déjà sur sa manche, soulageant la brûlure. C’était Aiyana qui avait fait ça ?! Ou Logan qui les poussait, les désorientant un peu plus en les mettant dans un état d’urgence et de danger ?!

Elle n’avait pas fini de se poser la question qu’un coup de poing vint la saisir au plexus, coupant sa respiration et l’envoyant valser au sol. Serrant les dents, la jeune femme se releva immédiatement tout en balançant un stupefix informulé.

Devant elle, Aiyana était projetée par le sort. Mais ça, ses sens inutiles, elle ne le savait pas. Impossible de voir, d’entendre, de prononcer. D’où l’intérêt très net des sorts informulés.
Nouveau coup, celui-ci la prit à l’épaule.
Pivotant sur le côté, elle réussi à saisir un poignet et, déjà, sa victime se trouvait bloquée, le bras tourné dans un sens peu naturel. Aiyana passa par-dessus son épaule pour atterrir sur le dos, le souffle coupé, la seconde suivante.

Logan les avait tous montés les uns contre les autres. Les toiles dont il avait parlé étaient bien au dessus du niveau des jeunes gens et il en avait parfaitement conscience. Cela dit, être privé de ses sens et se battre à l’aveuglette était une expérience intéressante, lui permettant au passage d’évaluer la capacité de chacun à gérer ses peurs et à utiliser les sortilèges informulés. Il avait titillé chacun des élèves avec des sorts offensifs, attendant seul que la suite arrive : ils se débattraient, fuiraient ou choisiraient l’attaque. Peut-être frapperaient-ils dans tous les sens, oubliant où ils se trouvaient. Ça n’avait pas manqué d’arriver pour l’un d’eux, bien sûr, mais l’enseignant avait évidemment sécurisé la zone.

Grimaçant nettement, comme beaucoup d’élèves, alors que Jordane envoyait Aiyana au tapis, il se dit qu’elle n’était vraiment pas la candidate la plus safe pour ce genre de choses. Grasham serait content de sa pouliche.

Bloquant la verte, Jordane la désarma par magie, toujours à l’aveugle, pas tout à fait sûre de qui elle tenait. Toujours était-il que cette personne avait eu le malheur d’approcher et que le corps à corps, ça lui connaissait.

L’instant suivant, elle était projeté de nouveau au sol, plaqué par une force qui l’étouffait. Dans la seconde, elle retrouva ses sens et découvrit Aiyana étendue là, à ses côtés.
Les deux jeunes femmes toussèrent un instant lorsque Logan relâcha le sort et leur fit signe de se taire et d’observer le couple qui balançait des sorts à tirelarigot. Quelques minutes plus tard, l a femme fini par atteindre sa cible et, bientôt, Logan les libérait également.

« Bien. Aiyana, fait nous part de tes ressentis s’il te plait. »

Dingue comme cette marque de politesse entre ses lèvres pouvait sonner ironique.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 364
Date d'inscription : 17/03/2016
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily, Julian, Caem, Keith, Ethan, Zachary



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3578-aiyana-hopkins-liens
MessageSujet: Re: Morosité, mère de tous les vices - Aiyana & Logan   Lun 27 Fév 2017 - 12:25

Est-ce qu'Aiyana mordait ? Oh oui peut être un peu quand c'était nécessaire et clairement cette saleté ne méritait que ça. La jeune femme était désespérée de voir un tel comportement, une telle incapacité à se comporter en adulte. Aussi, face à la réplique moqueuse de sa camarade, la verte s'était contentée d'un regard noir, glacial. Elle n'irait pas plus loin dans la polémique, clairement, elle n'avait pas plus de temps que ça à perdre. Ce cours était important à ses yeux. Elle avait fait le choix d'y assister, pour progresser, pour pouvoir se rendre compte du niveau qu'elle avait réellement. Alors non, elle n'avait aucunement l'intention de se laisser déconcentrer par une bande d'abrutis immatures. Aiyana avait donc l'intention de se reconcentrer sur le cours et tournait déjà la tête vers l'autre bout de la salle. Sauf qu'alors qu'elle se retournait, prête à continuer de suivre le cours, elle vit M. Rivers planté juste devant elle. Et apparemment, il avait l'air plutôt en colère. La demoiselle ne chercha pas plus à comprendre et baissa la tête en s'excusant. Mais au fond, elle bouillait. Parce qu'elle n'avait rien fait de mal, elle avait juste demandé à des gens de se taire et c'était la seule fois où elle avait ouvert la bouche. Le reste du temps, elle avait suivi le cours avec attention. Alors oui, elle était en colère et déçue mais elle ne dit rien alors que le professeur s'approchait désormais de sa camarade turbulente qui eut droit au même regard glacial. M. Rivers reprit finalement la parole, leur demandant de se lever. Au passage, il avait glissé une remarque à Aiyana qui l'avait clairement blessée. Jouer à la grande ? Non ce n'était pas ça, elle était loin de tout ça. Mais une fois de plus, elle eut la retenue de ne rien dire et d'obéir. Une fois debout, elle vit les tables voler à travers la pièce. Les événements prenaient une tournure bizarre. Encore plus alors qu'elle se retrouvait face à la casse-pieds de service et qu'elle réalisait que ses lèvres étaient scellées.

Aiyana sentit son rythme cardiaque accélérer légèrement, pourtant, elle tenait fermement sa baguette dans sa main droite et son regard était plus que déterminé. Est-ce qu'elle avait bien écouté le cours ? Oui, elle savait exactement de quoi il s'agissait et comprenait bien que la situation allait être complexe. La magie évoquée en cours était d'un niveau trop élevé pour elle et elle en avait conscience. Alors elle allait devoir ruser et surtout se défendre. Un combat allait avoir lieu et il était hors de question qu'Aiyana se laisse déstabiliser. Alors, quand sa manche prit feu, elle réagit avec calme et rapidité. Elle éteignit ce dernier avec un long jet d'eau. Sauf que la suite allait complètement échapper à son contrôle et ça, c'était dangereux. Une force qu'elle ne contrôlait en aucun cas la poussa à se ruer sur son adversaire et à lui donner un coup de poing dans le plexus. Ce n'était pas elle, Aiyana détestait le combat au corps à corps. Elle se battait s'il le fallait comme une vraie sorcière avec sa baguette. Et ça, ça ne lui ressemblait pas. Et alors qu'elle protestait contre ce corps qui lui échappait à moitié, elle vola à travers la pièce et se retrouva brutalement au sol. Le souffle court, Aiyana était désorientée et perdue. Elle se releva et sentit la panique monter en elle. Ne pas céder. Elle savait que la crise pouvait être violente si elle se laissait envahir, alors elle devait résister.

Aiyana se mit alors à réfléchir. Elle était en partie sous le contrôle de Rivers et complètement désorientée. Elle ne pouvait pas prévoir ce qui allait se passer. Alors quoi ? Alors pour parer à toute éventualité, la jeune femme se concentra et déclencha un sort informulé de protection. Contre les sorts seulement, elle ne pouvait se défendre des poings et des sorts majeurs certes. Mais cela lui éviterait d'être projetée de nouveau avec force et d'être blessée trop gravement. C'était déjà ça. Mais elle n'eut pas le temps d'anticiper plus puisque de nouveau, son corps échappa à son contrôle et son poing vint s'abattre sur l'épaule de son adversaire. Cette dernière par contre semblait apprécier les combats moldus et la vit valdinguer au sol. Contre ça, son sort de protection ne pouvait rien alors Aiyana serra les dents. La suite ? Elle sentit un sort ricocher sur sa protection magique et se rassura d'y avoir pensé. Il n'en restait pas moins qu'elle se retrouvait au sol, à moitié immobilisée et le corps endolori. Finalement, l'atmosphère lourde se leva, Aiyana sentit qu'elle reprenait complètement contrôle de son corps. Elle prit alors quelques secondes pour reprendre son souffle. La tête lui tournait mais elle ne voulait surtout pas faire de crise de panique ici. Elle se releva tant bien que mal et vit que le couple était encore en plein combat. Aiyana n'était pas habituée à se battre et la douleur d'avoir été projetée au sol était vive, surtout avec la torsion qu'avait fait son bras et son épaule. Mais il y avait tant de fierté en elle qu'elle retint autant qu'elle le pouvait ses petits couinements de douleur.

Finalement, le combat entre le couple s'arrêta et Rivers se tourna vers elle, lui demandant ses ressentis. Aiyana resta interdite quelques instants. Elle détestait être prise de haut comme ça. Elle n'avait rien fait de mal à la base et ça la rendait dingue d'avoir été traitée ainsi. Mais elle resta silencieuse à ce sujet, comme toujours. Trop bien éduquée. Même si elle avait clairement envie de faire une réflexion concernant ce tutoiement et ce ton désinvolte mais bref.

« Il est difficile de gérer une attaque quand on perd ses repères habituels. Du coup, je pense qu'on fait ressortir notre nature profonde, on attaque tête baissée, on cherche à fuir ou on cherche à renforcer sa défense. »

A vrai dire, Aiyana n'avait pas grand chose à dire et elle n'avait même pas envie de parler. Non vraiment pas. Elle avait donc prononcé ces quelques mots pour satisfaire son professeur mais elle avait surtout envie que cette situation s'arrête. Elle la mettait mal à l'aise et surtout, elle avait dû mal à comprendre, à assimiler ce qui venait réellement de se passer. La jeune femme sentait d'ailleurs que ses muscles se décontractaient un peu et elle craignait que la fatigue ne l'assomme d'un coup. Garder sa dignité, c'était tout ce qui lui restait en cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 483
Date d'inscription : 02/10/2011
Crédits : Stela
Double Compte : Marek, Takuma, Sovahnn, Alec, Maxence, Yusuke, Kazuo



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1393-jordane-s-links#79754
MessageSujet: Re: Morosité, mère de tous les vices - Aiyana & Logan   Dim 5 Mar 2017 - 14:18

On ne s’ennuie jamais aux cours de Logan. Ça, on ne pouvait dire le contraire. Jordane qui ne supportait plus de rester le cul sur une chaise était toujours servie en cours de défense contre les forces du mal. Et cette fois n’avait pas fait exception. Bon, d’accords, ils s’étaient faits remarqués au moment où il ne le fallait pas, et il serait difficile de l’oublier. Enfin, de toute manière, Logan avait tendance à souvent la choisir pour ce type de démonstrations. La jeune femme appréciait ça, d’ailleurs s’il y avait bien des matières dans lesquelles elle était sérieuse, celle-ci en faisait partie et ce, quoi que pense miss l’inflexible. Elle n’avait cessé de chercher à apprendre à se défendre depuis le décès de sa mère. Ainsi, Jordane participait aux cours de DCFM, de sortilèges, de potions avec un peu de chance, et de magie noire. Le reste, ça posait plus facilement problème. D’ailleurs, elle n’y assistait que rarement. Alors que là… elle le sentait passer !

Très rapidement, la jeune femme s’était pris des coups, avait encaissé, puis, dès qu’elle l’avait pu, s’était mise à contre-attaquer, consciente qu’elle ne savait rien de la situation et qu’elle pouvait très bien maltraiter quelqu’un qui ne lui avait finalement rien fait volontairement. Mais c’était comme ça, elle agissait à l’instinct, cherchant en premier lieu à se protéger, sans pour autant réellement blesser qui que ce soit, consciente qu’il devait s’agir d’Aiyana en face d’elle. Elle ne l’appréciait pas, et inversement, mais ça n’était pas pour ça qu’elle comptait lui déboiter l’épaule. Cela dit, connaissant Logan, elle savait aussi qu’il devait s’amuser à empirer la situation et que la majorité de ce qu’ils prenaient devaient venir de lui. D’ailleurs, si elle l’avait pu, la belle rousse n’aurait pas manqué de l’attaquer lui, mais pour ça, il aurait fallu savoir où il se trouvait. Et jeter des sorts comme ça, au petit bonheur la chance, ça n’était pas la meilleure idée qui soit.

Finalement, le voile s’était levé, les laissant toutes les deux cassées, allongées au sol mais avec des sens de nouveau fonctionnels. Se faisant craquer le coup, la Serdaigle se demanda un instant s’il était possible de se décaler des vertèbres en se faisant balancer elle ne savait trop où plusieurs fois de suite. Probablement. Le combat d’à côté avait également fini par s’achever et Logan était passé à la suite : l’analyse.

« Il est difficile de gérer une attaque quand on perd ses repères habituels. Du coup, je pense qu'on fait ressortir notre nature profonde, on attaque tête baissée, on cherche à fuir ou on cherche à renforcer sa défense. »
« Bien. C’est une bonne remarque. Tu as en effet eu le bon reflexe de te protéger, chose que Jordane a totalement négligé : tu sais encaisser, on l’a tous vu. Mais imagines que les coups d’Aiyana s’étaient faits à l’arme blanche. Tes intestins saliraient le sol en ce moment. Il ne faut pas penser uniquement en sorcier, et ça pour le coup, Aiyana tu as dû t’en rendre compte. Te protéger, c’était bien, mais tu n’as pas pensé à tous les risques que tu encourais. La prochaine fois, tu y penseras. »

Vu le coup qu’elle avait sans doute pris, c’était probable en effet.

L’analyse s’était poursuivie avec le comportement du second duo, également un peu fracassé.
Jordane, debout à présent, avait eu le réflex de vérifié qu’aucune de ses côtes n’avait trop souffert, notamment avec les coups qu’elle s’était pris au torse. Elle frappait plus fort que prévu la maigrelette là ! Peut-être un sort avait-il aidé.

« Bien, vous restez dans ces duos là, vous vous répartissez dans la salle, et je veux vous voir vous affronter en jouant sur les sens de votre adversaire. C’est parti. »

Oui, la prise de notes, ça n’était pas tout à fait le crédo de leur enseignant.

Et arrivait ce moment gênant où elle se trouvait de nouveau face à Aiyana. Petite grimace. Elle aurait réellement dû se taire, ça ne pouvait que s’envenimer plus encore. A croire qu’il ne se rendait pas compte de ce type de relations humaines.
Réflexion faite : il s’en foutait.

Les jeunes femmes s’étaient donc retrouvées dans le coin gauche de la pièce, un peu isolées.

« Bon ben définitivement… »

Ce serait entre elle, ce cours.

« Ça va le bras ? »

Oui ben on n’est pas des bêtes hein ! Toute agacée du comportement de l’acariâtre, elle avait aussi qu’une clé de bras, comme ça, à froid et sans l’avoir vu venir – en la regardant on ne se doutait pas forcément de ses passions – ça peut surprendre, et ça fait rarement du bien.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 364
Date d'inscription : 17/03/2016
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily, Julian, Caem, Keith, Ethan, Zachary



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3578-aiyana-hopkins-liens
MessageSujet: Re: Morosité, mère de tous les vices - Aiyana & Logan   Lun 6 Mar 2017 - 16:17

Cette journée était finalement moins rayonnante que ce qu'elle avait prévu. Aiyana l'avait vu comme une aubaine, comme un bon moment. Oui bon certes, ça ce n'était pas compréhensible par tout le monde. Mais pour elle, l'idée de pouvoir apprendre plus, d'avoir la chance d'assister à des cours plus élevés, c'était vraiment formidable. Sauf qu'elle ce serait attendu à tout sauf à ce scénario. Jusque là, ça ressemblait plus à un cauchemar pour elle et clairement, elle ne savait plus trop où donner de la tête. Elle était dépassée par les événements, complètement anesthésiée. Pour autant, lorsque M. Rivers lui avait posé une question, elle avait répondu, ravalant sa colère, ravalant sa déception aussi. Mais elle avait eu raison car elle fut plus que surprise par la réaction de son professeur. S'il la tutoyait toujours, s'il semblait toujours aussi détendu, il ne la méprisa pas. Il souligna même qu'elle avait plutôt bien réagi. Alors, Aiyana retourna dans son rôle habituel d'élève studieuse et hocha la tête quand il lui fit remarquer qu'elle avait négligé un aspect. M. Rivers n'était pas conventionnel mais il reconnaissait toujours le bon travail et c'était le plus important. La jeune femme nota alors tout ça dans son esprit. Elle s'apprêtait même à retrouver ses affaires pour noter cela sur papier mais elle fut coupé dans son élan par son professeur qui donnait la suite des consignes. Si le moral d'Aiyana était un peu remonté, il venait de redescendre en flèche. Nouvel exercice pratique et toujours avec la même... Autant dire qu'elle n'avait nullement envie de ça. Aiyana aurait aimé pratiquer avec quelqu'un de confiance. Là, elle avait juste envie d'écharper la nana qui l'avait mise dans une situation délicate vis à vis de l'autorité. Pour autant, elle ne fit aucune réflexion. Elle ravala sa hargne une fois de plus et suivit sa camarade jusqu'à un coin de la pièce. Son corps était endolori par les coups qu'elle avait reçu mais elle n'avait pas envie de montrer ça à son adversaire. Bien trop fière.

Aiyana avait donc pris place en face de sa camarade, pas plus motivée que ça. L'autre semblait... Résignée. Oui c'était ce qui ressortait de ses mots. La verte gardait un visage fermé et fut surprise qu'elle lui demande comment allait son bras. Sans trop réfléchir, elle répondit de manière impulsive et... Un peu abrupte il fallait bien le dire.

« Je ne suis pas en sucre, je vais survivre même si ce n'était clairement pas agréable. »

Autant dire que ce n'était pas ultra cordial. Aiyana en avait conscience mais c'était plus fort qu'elle. Elle n'avait pas envie d'être gentille avec cette fille qui représentait de bien trop de manières ce qu'elle avait dû mal à supporter. Pour autant, elle se rendait bien compte que l'énerver alors qu'elles allaient une fois encore devoir s’affronter, ce n'était peut être pas la meilleure des choses à faire. La verte se racla alors la gorge et, bien que ça lui arrachait un peu la bouche de dire ça, elle reprit.

« Sache que je ne suis pas adepte de la violence physique et que je n'ai aucunement voulu te blesser. »

Oh bien sûr, dans son esprit, Aiyana avait fait subir les pires supplices à Jordane mais ça, c'était simplement dans sa tête. Dans les faits, elle ne l'avait tout de même pas assez poussé à bout pour qu'elle ait réellement envie de lui faire du mal. C'était l'exercice, c'était Rivers. Alors oui, elle avait lâché ces quelques mots. Ils n'avaient rien d'excuses dans les règles de l'art mais c'était la façon de faire de la jeune femme. C'était déjà un pas en avant. Enfin... Elles n'avaient pas le temps de discuter le bout de gras puisque Rivers n'était pas loin et qu'il n'avait certainement aucune envie de les voir rêvasser. Aiyana tendit donc sa baguette, pour signifier qu'elle se mettait en garde et qu'elle était prête à démarrer l'exercice.

« Prête ? »

Pas d'attaque en traître, ce n'était pas le genre d'Aiyana. Aussi, elle attendit d'avoir la confirmation de Jordane avant de lancer son premier sort. Elle avait eu le temps de réfléchir et décida de tester un sort qu'elle n'avait encore jamais utilisé. Ce dernier avait pour fonction de déstabiliser l'oreille internet de son adversaire. Ce dernier perdait donc l'équilibre et se retrouvait dans une situation où trouver ses repères n'était pas évident. Aiyana fut plutôt satisfaite du résultat. Le sort ne fut pas parfait et ne tint pas longtemps mais elle constata que faire perdre ses repères à quelqu'un, jouer sur ses sens était en fait une excellente tactique. Bon par contre, elle n'avait clairement pas le temps de rêvasser puisque Jordane n'allait pas se laisser faire. Hors de question qu'Aiyana voit sa fierté piétinée une fois de plus. Avec que de la magie, elle se devait d'assurer. Comment ce n'était qu'un exercice ? Oui certes, mais à ses yeux, c'était déjà très important.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 483
Date d'inscription : 02/10/2011
Crédits : Stela
Double Compte : Marek, Takuma, Sovahnn, Alec, Maxence, Yusuke, Kazuo



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1393-jordane-s-links#79754
MessageSujet: Re: Morosité, mère de tous les vices - Aiyana & Logan   Dim 19 Mar 2017 - 13:04

Retour à la normale, ils avaient cessé d’être mis en avant et à présent, tout le monde était logé à la même enseigne. Les duos s’étaient vite formés, chacun se plaçant face à l’autre, en joue la majorité du temps, en pleine réflexion pour la plupart. Que faire ? Comment commencer ? Ils s’étaient tous habitués à ce type d’affrontement. Logan avait toujours été pour la pratique et c’était d’autant plus vrai depuis l’arrivée des Supérieurs (et depuis qu’ils s’en étaient pris à lui surtout). Etirant ses muscles douloureux, la rousse avait contourné sa camarade, s’enquillant tout de même de sa santé. C’était légèrement à contrecœur et presque par réflex et la réponse de celle qu’elle avait un peu violenté fut plus sèche qu’elle ne l’attendait.

« Je ne suis pas en sucre, je vais survivre même si ce n'était clairement pas agréable. »

Un sourcil levé : scepticisme face à la dureté de cette réponse.

« Au temps pour moi ! J’te ménagerais pas alors ! »

Son ton était moqueur, encore et toujours. Cette hargne l’amusait parce qu’elle ne la trouvait pas assez justifiée pour qu’elle soit légitime.

« Sache que je ne suis pas adepte de la violence physique et que je n'ai aucunement voulu te blesser. »
« Dit ça à mes abdos.. »

Comme quoi ma chérie, tu peux forcer un peu plus, tu te relâche avec les examens là, ça se ressent choupette.
Alors est-ce qu’elle avait vraiment ressentit cette intervention de la verte comme une forme d’excuse et de pas en avant ? Pas forcément. Jordane avait ressentit son ton baisser en niveau d’aigreur. A vrai dire, ça pouvait même être interprète comme un autre reproche puisqu’elle était plutôt de l’autre côté du miroir : la violence, ça lui connaissait. Elle avait même trouvé là dedans une porte de sortie, une voie vers la rédemption. Jordane en avait eu besoin pour exprimer la rage qui brûlait en elle et pour se prémunir de cette peur dévastatrice qui avait pu la détruire un jour, à partir du départ de sa mère.

« Prête ? »

Baguette brandie, elle s’était préparée à encaisser. Un sort de défense ? Oui. Mais pas assez rapide ni assez ciblé. Merde, elle n’avait pas misé sur cette attaque-ci. Elle avait pourtant protégé tous ses sens… mais la proprioception…. Elle ne l’avait pas anticipé. De toute manière, le but c’était justement de ressentir cet état dans lequel ce type de sorts pouvait nous mettre. Comprendre ce désarçonnement, apprendre à gérer ses émotions pour éviter de paniquer le jour J. à quand le travail sur l’art de résister à un Impero ?! A vrai dire, la Serdaigle s’étonnait toujours que leur directeur n’ait pas encore lancé cette idée.
Toujours était-il qu’elle s’était rapidement retrouvée incapable de rester debout, de gérer ses appuis. Se raccrochant à ce qu’elle avait pu, Jordane avait géré comme elle pouvait, balançant un certain nombre de sorts d’attaque, tous différents, vers Aiyana qui devait donc gérer ces attaques. En attendant, elle ne pouvait pas empirer la situation de la rousse, c’était déjà ça de gagné.

Rapidement, la sensation s’était estompée et, toujours instable, le regard braqué au sol, cherchant à ne pas s’écrouler, et jouant un peu la comédie, elle avait lancé un premier sort : un leurre, auquel suivait un sort bloquant les sensations de toucher. Aiyana ne sentirait plus sa baguette, elle serait incapable de savoir si elle l’avait toujours. A celui-ci, avait suivi un sort affectant sa vue… et un expeliarmus.

Plus de sensation : besoin de la vue pour savoir où est la baguette. Plus de vue. Et pour finir, la baguette arrachée.

Lorsque le sort s’estompa, la baguette de la verte était dans la main de la bleue qui la fixait avec un grand sourire.

Derrière elles, Logan levait les yeux au ciel devant cet excès de gaminerie.
Cela dit, ces deux idées étaient bonnes. Tout comme d’autres, il les reprendrait dans le bilan de la séance. Celle-ci avait plusieurs buts : le fait de leur apprendre à gérer ces sensations très troublantes de se retrouver privé d’un sens, d’une sensation sur laquelle on se base tous chaque jour, à chaque instant. En être privé peut paniquer, il est possible de se retrouver totalement déboussolé et démunie : en danger de mort. Ça, c’était l’aspect défense, et il travaillerait bientôt des sorts particuliers pour leur permettre de se protéger réellement.
Ensuite, instinctivement, les élèves trouvaient des idées, parfois particulièrement ingénieuses, pour attaquer les autres. L’idée était de les recenser ensuite. Cela faisait des idées de tactiques en cas d’attaque.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 364
Date d'inscription : 17/03/2016
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily, Julian, Caem, Keith, Ethan, Zachary



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3578-aiyana-hopkins-liens
MessageSujet: Re: Morosité, mère de tous les vices - Aiyana & Logan   Lun 20 Mar 2017 - 17:14

Qu'elle la ménage ? Clairement, c'était hors de question. Aiyana était certes plus jeune et avait donc moins de connaissances (bien que ce ne soit pas toujours le cas, mais bref), mais ce n'était pas pour autant qu'elle voulait subir un traitement de faveur. Être ménagée et traitée comme une petite chose fragile, cela ne faisait clairement pas partie de ses habitudes. Aiyana était une femme forte et fière et elle avait bien l’intention de se battre comme tout le monde. Bon bien sûr, cela restait un cours et elle ne voulait pas se battre au sens propre du terme. Elle avait donc mâchouillé quelque chose qui ressemblait à peu près à des excuses. Du moins, dans son langage, elle n'était en réalité pas certaine que Jordane l'ait perçu de cette manière, en raison de sa façon de lui répondre. Mais soit, tant pis. Elle avait dit ce qu'elle avait à dire, si ce n'était pas perçu comme elle le souhaitait à la base, elle n'irait pas en faire un drame. De toute façon, les deux jeunes femmes avaient déjà largement assez parlé comme ça. Il était temps de passer à l'exercice pratique imposé par M. Rivers.

Aiyana avait donc attendu que Jordane soit prête et avait lancé le premier sort. Le résultat fut assez satisfaisant. Jordane ne put rester très longtemps debout et elle chercha à se défendre au mieux. Mais les sorts qu'elle envoyait, la Serpentarde arrivait assez aisément à les bloquer. Par contre, il fallait bien avouer que la technique était logique. Même si elle attaquait de manière à peu près approximative, Aiyana n'avait pas réellement le temps de contre-attaquer. Mais plutôt que de s'énerver et d'agir n'importe quoi, la jeune femme se contenta d'analyser la situation et d'en tirer des leçons. Elle était dans sa tête en train de lister les sorts qu'elle aurait dû lancer immédiatement après le premier. Maintenant elle savait et aurait un plan d'attaque tout prêt pour les prochaines fois. Alors quand sa camarade retrouva ses esprits, la jeune femme était plutôt fière d'elle. Même si à la base, elle redoutait cet exercice pratique, il s'avérait en fait plus productif qu'en apparence. Bon, sauf qu'il était loin d'être terminé... Et bien sûr, ce fut au tour de Jordane de lui lancer un sort et de la désorientée. Sauf que pour le coup, Aiyana ne s'attendait pas à la doublette. D'abord elle assimila qu'elle n'avait plus conscience du toucher et autant dire que c'était déjà passablement perturbant. Mais apparemment, sa camarade avait décidé de la perturber complètement. Lorsqu'un voile noir apparut devant ses yeux, Aiyana sentit la panique monter. Mais ce n'était clairement pas ce qu'il fallait. Sans vue et sans toucher, incapable de dire si elle tenait encore sa baguette. Elle chercha à lancer un sort. Rien, elle comprit donc qu'elle était désarmée. Que lui restait-il ? L'odorat ? Non ce sens n'était pas assez développé pour l'aider dans un environnement relativement neutre. L'ouïe ? C'était tout ce qu'il lui restait alors autant compter avec. La jeune femme chercha donc à se calmer et à se concentrer sur ce qu'elle entendait. Il y avait beaucoup de bruit dans la salle avec les différents combats et ce n'était clairement pas évident de se concentrer. Aiyana décida tout de même d'essayer de se représenter la pièce grâce à ses souvenirs et aux sons. Quand le tout s'estompa, elle se rendit compte qu'elle s'était dirigé vers les bureaux mais n'avait pas réussi à vraiment se mettre à l'abri. Jordane en face d'elle, tenait sa baguette.

« Il faut avouer que c'était malin. »

Oubliant deux secondes la compétition et l'antipathie qu'elle avait pour Jordane, Aiyana se devait de souligner que son idée était très bonne. Clairement, face à quelqu'un lui voulant du mal, la jeune femme aurait été dans une situation très délicate. Un point à travailler pour cette matière. Et pour son avenir aussi ? Ça elle avait encore un peu de mal à l'accepter. La verte se dirigea donc vers sa camarade pour récupérer sa baguette. Elle acceptait certes d'avoir été battue sur ce coup mais ce n'était pas pour autant qu'elle allait se laisser être narguée trop longtemps. Sa fierté ne pouvait pas non plus disparaître aussi facilement. Mais pour une fois, elle avait décidé d'ignorer le sourire de sa camarade qui devait clairement cacher un peu de raillerie.

« À croire que... »

Aiyana allait partir dans une réflexion sur l'importance des sens et le fait qu'on se repose entièrement sur eux. Elle aimait bien analyser, comme toujours. Sauf qu'elle fut interrompu dans sa démarche. Elle avait à peine ouvert la bouche qu'elle vit un élève passer juste devant elle. Il avait apparemment été projeté par son adversaire, ou plutôt son camarade qui passa alors à vive allure à sa suite devant eux, apparemment paniqué par le sort qu'il venait de lancer. Désespérant... La jeune femme leva les yeux au ciel. Ça lui paraissait tout de même assez dingue que des élèves de ce niveau soient encore en difficulté lorsqu'il s'agissait de doser leurs sortilèges.

« Heureusement qu'on utilise pas des maléfices plus violent sinon certains s'entre-tueraient... »

Cette réflexion était surtout destinée à elle-même puisqu'Aiyana avait cru comprendre que Jordane semblait plutôt être du genre à défendre les pauvres malheureux. En attendant, elle ne pouvait s'empêcher d'être désespéré en voyant le premier élève se relever avec difficulté et son camarade s'excuser mille fois. Oui elle était intolérante quand elle s'y mettait, mais ses nerfs avaient été trop de fois attaqués en une même journée pour qu'elle se montre gentille.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 483
Date d'inscription : 02/10/2011
Crédits : Stela
Double Compte : Marek, Takuma, Sovahnn, Alec, Maxence, Yusuke, Kazuo



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1393-jordane-s-links#79754
MessageSujet: Re: Morosité, mère de tous les vices - Aiyana & Logan   Jeu 23 Mar 2017 - 17:48

Un grand sourire et un peu de raillerie ? Peut-être en effet. Ce type d’exercices, elle les appréciait et ce, même si elle devait parfois se retrouver dans des positions assez peu confortables pour sa fierté personnelle. Il était d’ailleurs assez logique qu’elle soit plus à l’’aise dans ce cours là particulièrement que la verte puisque celle-ci venait d’une autre année et qu’elle avait par conséquent nécessairement un niveau plus bas. Rien d’insultant là dedans, il s’agissait de faits, ni plus ni moins. Et Jordane n’irait évidemment pas faire de commentaires là-dessus. C’était tout à son honneur de venir s’entraîner ici et de se donner des défis… ça n’était pas pour cela qu’elle irait la féliciter ou quoi que ce soit d’autre au vu de la tension qui existait entre elles. Et puis, elle ne la portait déjà pas dans son cœur avant cette petite confrontation. La rousse était née moldue, assez libérée et très peu prise de tête. Alors le comportement de la brune avait régulièrement tendance à l’agacer. Mais là, elles avaient tout intérêt à laisser couler, sinon Logan leur tomberait dessus et ça risquait d’être autrement plus douloureux que les quelques coups qu’elles avaient pu se prendre un peu plus tôt. Toujours était-il que, oui, elle avait un grand sourire de gamine fière de sa connerie, et probablement un peu caustique sur les bords. Déjà parce qu’elle s’était fait avoir juste avant que que ça fait plaisir d’avoir sa revanche. Et probablement également pour des raisons assez basses. Contrairement à sa camarade, Jordane n’était pas contre tout ce qui relevait de la violence.

Spoiler:
 

Elle s’y était finalement trouvée, alors oui, elle était à sa place dans des duels, bien plus que lorsqu’elle devait attendre sagement le cul sur une chaise qu’on lui verse dans la gueule toutes les infos qu’elle était censée apprendre. Là, ça lui parlait. C’était ainsi qu’elle s’était construite, ainsi qu’elle avait trouvé son équilibre et ainsi qu’elle se sentait bien, y compris face à quelqu’un qui pouvait avoir une certaine rancune envers les moldus, ou qui d’une manière générale se trouvait au dessus des autres parce qu’elle a des manières. Face à un coup, avec ou sans tes grands principes à deux balles, tu ne vaux pas mieux que moi.

« Il faut avouer que c'était malin. »

Holly crap, quelle phrase étrange !
Jordane n’avait pu que lever les sourcils, étonnée d’un tel… quoi ? Compliment ? Merde alors ! Qui l’eut cru ?!

Elle lui avait tendu sa baguette, la laissant reprendre son bien. Quoi ? Oui, se barrer en courant avec…. Elle y avait pensé ! Mais vu le manque certain d’humour de la demoiselle, elle allait éviter car celle-ci ne le prendrait jamais bien, c’était couru d’avance !

« À croire que... »

Deux élèves l’avaient interrompue, un premier passant entre elle, projeté par le second qui avait  accouru pour l’aider. Quelque part, heureusement, car Jordane ne savait ce qu’elle comptait dire en fin de phrase mais elle n’était pas sûre de l’apprécier.

Quoi ? À croire que je sais utiliser mon cerveau ? Ou quelque chose dans ce goût-là ?! Si c’est le cas : très spirituel !

Spoiler:
 

Allé, on ne présume pas des pensées des autres ! Si ça se trouve, c’était « à croire que …. La vue et le toucher sont complémentaires » ! Captain obvious merci.
Bref, Jordane ne réagirait pas, elle avait failli mais s’était finalement contenue, se disant que ça ne servait à rien de mettre de l’huile sur le feu, surtout face à quelque chose qui n’existait probablement pas.

« Heureusement qu'on utilise pas des maléfices plus violent sinon certains s'entre-tueraient... »

Et… non, là, non. Elle lâcha un petit soupire agacé.

« C’est dingue ça ! Il n’y a vraiment aucune possibilité de se planter avec toi ? Que de jugement ! »

Il lui semblait qu’elle ne faisait que ça : juger les autres, les rabaisser, souligner tel ou tel truc. Ne voyait-elle vraiment que ça chez les gens qui pouvaient l’entourer ?! Faut-il être toujours parfaitement bien comme il faut, carré, attentif, efficace, impeccable, infaillible et adéquat ? Dieu que c’est triste !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 364
Date d'inscription : 17/03/2016
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily, Julian, Caem, Keith, Ethan, Zachary



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3578-aiyana-hopkins-liens
MessageSujet: Re: Morosité, mère de tous les vices - Aiyana & Logan   Ven 31 Mar 2017 - 11:08

Le regard d'Aiyana n'était certainement pas engageant. D'ailleurs l'un des élèves à l'origine du petit accident l'avait croisé et c'était comme s'il s'était soudainement... Arrêté. Pendant quelques instants, les deux jeunes gens s'étaient observés. Aiyana était certes un peu plus jeune mais de part sa façon de se tenir, son air parfois hautain aussi, elle faisait souvent plus âgée. Et surtout, elle n'allait pas se démonter pour ça, pas face à quelqu'un qu'elle trouvait inférieur. Alors la jeune femme maintint son regard, sans ciller, fière. L'autre finit par pousser un soupir et détourner les yeux, comme si ça n'en valait pas la peine. Aiyana elle resta immobile quelques secondes avant de se décider enfin à regarder ailleurs. Ce fut à cet instant que le soupir et la voix de Jordane lui parvinrent aux oreilles. La Serpentarde se tourna alors vers sa camarade et une fois de plus, elle prit le temps de l'observer avant de répondre. Cela vallait-il la peine qu'elle s'explique ? Qu'elle s'embarque dans un discours qui tomberait sans nul doute dans l'oreille d'une sourde ? À première vue pas forcément mais Aiyana décida tout de même de franchir le cap. Peut être était elle trop fatiguée pour résister à cette petite voix en elle qui lui disait de donner la réplique.

« L'erreur est humaine et ce serait stupide et prétentieux de ma part de prétendre que je n'accepte que ceux qui n'en commettent jamais puisque moi-même cela m'arrive. »

Aiyana était exigeante, elle en avait parfaitement conscience mais dieu que les gens étaient simplistes ! À chaque fois c'était pareil, à chaque fois qu'elle se permettait de faire comprendre cela, les gens pensaient tout de suite qu'elle ne voyait pas la réalité humaine. Elle avait des amis aussi, elle était imparfaite aussi. Mais contrairement à la majorité de ces gens elle faisait en sorte de s'améliorer, elle travaillait pour compenser ses faiblesses au lieu de se complaire dedans et de se cacher derrière pour justifier tout et n'importe quoi. C'était ça qui semblait éternellement leur échapper.

« Il y a simplement une différence entre se satisfaire de la médiocrité et décider de faire au mieux pour exploiter ses forces et atténuer ses faiblesses. »

Le travail, l'ambition. Ces valeurs étaient essentiels aux yeux d'Aiyana. C'était devenu un leitmotiv des années auparavant déjà. Elle s'y accrochait avec force puisqu'au final, l'ensemble de sa vie était bâtie autour de ça. Est-ce qu'elle en était malheureuse ? Absoluement pas. Du moins à Salem cela ne lui posait aucun souci. Elle avait réussi à trouver un équilibre entre des études acharnées et une vie sociale. Encore une fois, les clichés avaient la vie dure et oui, on pouvait être un bourreau de travail et savoir profiter de quelques moments simples faits de rires et de douceur. Ici, la donne était légèrement différente. Parce qu'elle n'arrivait pas à se faire une place mais sur le principe cela ne changeait rien. Aiyana n'était pas parfaite, n'était pas infaillible mais elle avait un sens des priorités et elle refusait de se complaire dans l'échec.

« Enfin bref, de toute façon, quoi que je dise, quoi que tu dises, nous ne serons pas d'accords alors autant ne pas gâcher trop d'énergie inutilement, non ? »

Cette fois le regard d'Aiyana s'était planté dans celui de Jordane. Elle avait légèrement haussé les sourcils. Cette question était purement rhétorique, elle savait très bien pour le coup qu'elle avait raison et voyait mal comment Jordane pourrait prétendre le contraire. Ces deux femmes étaient clairement sur des planètes très éloignées et cela n'affolait en aucun cas la Serpentarde. Loin de là. C'était un fait et elle ne voyait aucune raison de se battre avec, de chercher à tout prix à le changer. Cela ne lui apporterait rien en particulier, rien de fortement gratifiant. Alors autant se concentrer sur ce qui était important : les enseignements dispensés dans ce cours. Ce dernier était certes moins idyllique que ce qu'elle avait pu imaginer à la base mais elle en tirerait tout de mêmes certaines choses. Le sujet demeurait intéressant et la pratique, bien que ce ne soit pas sa partie préférée, demeurait intéressante. Aiyana laissa alors son regard se promener sur le reste de la salle pour savoir où en était les autres. Puis, elle chercha du regard M. Rivers pour voir ce qu'il en était de la suite du cours, si les exercices devait encore se prolonger ou s'il souhaitait passer à une phase différente.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 483
Date d'inscription : 02/10/2011
Crédits : Stela
Double Compte : Marek, Takuma, Sovahnn, Alec, Maxence, Yusuke, Kazuo



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1393-jordane-s-links#79754
MessageSujet: Re: Morosité, mère de tous les vices - Aiyana & Logan   Mer 7 Juin 2017 - 13:16

« L'erreur est humaine et ce serait stupide et prétentieux de ma part de prétendre que je n'accepte que ceux qui n'en commettent jamais puisque moi-même cela m'arrive. »
« Stupide et prétentieux, tout à fait. »

Totalement d’accord. Pour sûr, elle n’irait pas dire le contraire. La voir avouer qu’elle n’était pas un robot, ça, en revanche, ç’en était presque bizarre. Quoi que les robots font parti du monde moldu et ça, elle ne risquait pas de s’y inclure.

« Il y a simplement une différence entre se satisfaire de la médiocrité et décider de faire au mieux pour exploiter ses forces et atténuer ses faiblesses. »

Elle était sérieuse ? Apparemment oui. D’ailleurs, son sérieux, elle ne s’en détachait jamais. Ou du moins pas devant le commun des mortels dont la rousse (oui, elle l’était encore à ce moment là) faisait parti.

« Est-ce que tu es vraiment toujours aussi… »

Pète-couille ? Chiante ? Affreusement coincée ? Constipée par le balai qui te sert de…

« ...Rigide ? »

Sérieusement ? Et pourtant, c’était bien Jordane qui disait ça. La fille qui avait passé des années à s’entraîner comme une dingue, justement pour « exploiter ses forces et atténuer ses faiblesses ». Celle qui à la mort de sa mère avait cherché à devenir un roc, à ne pas s’écrouler, à se prouver à elle-même qu’elle était solide et forte et que la vie ne la boufferait pas. Que personne ne le ferait d’ailleurs. Oui, c’était elle qui disait ça, alors que celle philosophie de vie, elle pouvait la comprendre. Mais elle et les carcans, ça faisait deux. Peut-être que cette fille reflétait celle qu’elle aurait pu être, elle n’en savait rien. Mais elle évoluait souvent entre asocialité totale et desinhibition complète. Autre chose, cette réplique avait aussi une certaine tendance à lui faire comprendre qu’elle faisait partie de la catégorie qui se complait dans sa médiocrité, chose qu’elle n’appréciait pas particulièrement.

« Enfin bref, de toute façon, quoi que je dise, quoi que tu dises, nous ne serons pas d'accords alors autant ne pas gâcher trop d'énergie inutilement, non ? »
« C’est probablement le seul point sur lequel on sera d’accords. »

Les deux jeunes femmes se fixaient avec une animosité bien présente lorsqu’Aiyana fit le tour de la salle du regard. Mais Rivers n’était pas loin. Il n’était pas en train de lancer une nouvelle activité. A vrai dire, il était au coin de la porte à discuter avec Grasham et ce, sans les quitter du regard.

« Bien ! Mettez vous en cercle, Grasham va prendre la relève. Et les deux furies là, j’veux vous voir dans mon bureau dans moins de 10min. »

« Tous par binômes, on va continuer la séance ! »

La suite, elle n’y avait pas réellement prêté attention. Le regard rivé dans l’abîme sombre des prunelles de Logan, elle l’avait vu faire un signe de tête vers l’extérieur de la pièce. Elles devaient se diriger vers le bureau du directeur tandis qu’il d’occupait de deux trois détails dans la salle avant de les rejoindre.

« O-kay. Génial. »

Eh bien direction l’antre du directeur dans ce cas.

La porte de la salle se referma bientôt sur les deux jeunes femmes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 364
Date d'inscription : 17/03/2016
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily, Julian, Caem, Keith, Ethan, Zachary



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3578-aiyana-hopkins-liens
MessageSujet: Re: Morosité, mère de tous les vices - Aiyana & Logan   Lun 12 Juin 2017 - 15:00

Aiyana avait comme l'impression que Jordane avait décidé d'appuyer volontairement là où ça pouvait faire mal. Genre bien comme il faut. Non parce que reprendre les termes « stupide et prétentieux » de la sorte ce n'était clairement pas anodin. Non vraiment pas. La Serpentard avait bien compris qu'elle cherchait à lui faire passer un message. Qu'elle se rassure, il avait été parfaitement compris. Pour autant, Aiyana fit de son mieux pour ne pas s'attacher trop à ce petit détail. Elle s'était déjà attiré assez d'ennuis comme ça, ce n'était pas la peine d'en rajoute. Autant rester aussi calme que possible. Oui aussi calme que possible, ce serait son mot d'ordre. Cela ne l'empêcherait pas pour autant de faire quelques réflexions au passage et d'expliquer clairement son point de vue. Ne pas s'énerver mais au moins mettre les choses au clair. Jordane de son côté ne semblait pas avoir envie de lâcher complètement l'affaire. Alors qu'elle lui demandait si elle était vraiment toujours aussi rigide, Aiyana poussa un long profond et soupir. Elle se doutait qu'elle avait hésité sur le mot mais là n'était pas la question. À quoi bon brasser du vent de la sorte. Les deux jeunes femmes étaient différentes, voyaient la vie sous un autre angle. Elles pourraient débattre des heures sans que cela ne soit productif.

La verte avait donc décidé de répondre à la question de Jordane par un simple regard, parfaitement éloquent, avant d'enchaîner en lui faisait comprendre le fond de sa pensée sur leur conversation. Au moins, Jordane ne se braqua pas sur ce point et accepta le fait qu'elle avait raison. Elles ne seraient jamais d'accord et ce courant électrique qui semblait s'être installé entre elles serait sans doute là à jamais. Du moins, à chaque fois qu'elles seraient obligés de se tenir proches l'une de l'autre. En espérant que ça n'arrive pas trop souvent parce qu'un jour ou l'autre, ça allait faire des dégâts... L'attention d'Aiyana fut cependant détourné par la voix de M. Rivers. Alors qu'il annonçait qu'il laissait la séance à Grasham, il demandait aux deux jeunes femmes, en les dénommant d'un terme peu reluisant, d'aller dans son bureau. Aiyana se raidit complètement à cette annonce. Un séjour chez le Directeur, c'était clairement pas ce qu'elle avait envisagé en venant à ce cours...

« Respire... »

Aiyana avait murmuré ces mots à destination d'elle-même. Il fallait vraiment qu'elle respire et qu'elle reste calme parce que sinon elle risquait fort d'atomiser Jordane. On ne retirerait pas de la tête l'idée que tout était de la faute de sa camarade. Mais cela ne servirait à rien de l'exprimer haut et fort tout de suite. Respirer et attendre, voir de quoi il s'agissait réellement avant de s'emballer. La verte ramassa donc rapidement ses affaires et, avec Jordane, elle se rendirent dans le bureau du Directeur. Il était encore dans la salle, à régler quelques affaires pendant qu'elles attendaient. Aiyana faisait de son mieux pour ne pas bouger, pour ne pas trahir le méli mélo étrange de sentiments qui venait de s'installer en elle.

« Je te jure qu'après ça on se tiendra à distance respectable. »

Aiyana avait rapidement tourné la tête vers Jordane pour lâcher ces mots.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 483
Date d'inscription : 02/10/2011
Crédits : Stela
Double Compte : Marek, Takuma, Sovahnn, Alec, Maxence, Yusuke, Kazuo



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1393-jordane-s-links#79754
MessageSujet: Re: Morosité, mère de tous les vices - Aiyana & Logan   Dim 18 Juin 2017 - 10:55

Est-ce qu’elle la cherchait ? Non, pas particulièrement. Elle réagissait simplement sans filtre ou presque. Non, elle ne cherchait pas à la blesser mais s’agaçait singulièrement d’être face à quelqu’un capable de juger son prochain sans vergogne. Elles n’étaient pas sur la même longueur d’onde, c’était le moins qu’on puisse dire et Jordane s’était arrêtée là. Mais, oui, elle était atterrée de certains comportements de la jeune femme. Toujours était-il que ça les avait amenées en dehors de la salle, expulsées par Logan, direction le bureau du directeur. Car oui, s’il resterait pour elle le mec avec qui elle avait vécu pendant quelques mois, oscillant entre haine et attachement presque malsain, elle était consciente que pour les autres il était surtout le directeur lunatique, dangereux et lointain qu’il s’acharnait à rester. D’un autre côté, c’était chez lui un naturel assez impressionnant et il lui en avait fallu beaucoup pour apercevoir chez lui quelqu’un d’autre que ce type là. Pas qu’elle aurait réellement eu la force de gratter la carapace comme le faisait Aileen mais disons qu’elle savait que derrière le type antipathique qui lui sortait souvent par les yeux, il y avait un homme plein de failles, plutôt intéressant dans son genre. Mais destructeur.

Ô combien destructeur.

Et d’ailleurs, c’était bien ce qu’il faisait sur Aileen en ce moment. Il la détruisait, par sa distance. Elle ne savait pas pourquoi il faisait ça mais était consciente qu’il y avait quelque chose là-dessous. Déjà, il était incapable de gérer la douleur et la peur de la jeune femme, ça, il ne fallait pas avoir fait bac+12 en Riversologie pour le comprendre. Mais à voir les messes basses que Takuma et Dakota faisaient dans leur coin, elle avait vite compris qu’ils le soupçonnaient de quelque chose. Quoi ? Maintenant, ça l’intriguait. Surtout que, le connaissant, il s’était encore mis dans une situation inextricable et ça la foutait dans une rage noire de voir son amie au plus bas parfois quand lui restait indéfiniment scellé.

Bref, la porte avait claqué dans leur dos et Aiyana sentait manifestement son calme vaciller.

« Respire... »

C’est un bon début en effet. Ça peut aider dans certaines circonstances. Genre pour rester en vie.

« Je te jure qu'après ça on se tiendra à distance respectable. »
« Je valide. »

Surtout qu’elle risquait de la détester encore plus d’ici peu. En effet les jeunes femmes s’étaient dirigées vers le bureau du directeur, Jordane en tête, qui marchait peut-être un peu plus vite que de raison. Et pour cause ! Lorsqu’elles étaient arrivées et comme prévu, la porte s’ouvrit pour les laisser passer puisqu’elles devaient attendre Logan dans son bureau. Oui, mais son bureau, c’est justement le lieu où Monsieur le directeur gardait tous ses documents, ses projets, ses secrets.

« « D’autant que tu risques de me détester encore plus dans trois secondes. »


Elle avait grimpé quatre à quatre l’escalier avant de débouler dans la grande pièce qui constituait ce lieu de légendes. Personne.

L’instant suivant, la belle rousse passait de l’autre côté du bureau et ouvrait frénétiquement les tiroirs. Ce qu’elle cherchait ? Elle n’en savait rien mais il y avait quelque chose. Il y avait forcément quelque chose qui puisse l’aider à comprendre son comportement actuel. D’autant que si Takuma estimait qu’il se tramait quelque chose dans leur dos : il se tramait quelque chose dans leur dos. Les papiers se suivaient devant ses yeux, les informations auxquelles elle n’avait pas la moindre légitimité passaient les unes après les autres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 364
Date d'inscription : 17/03/2016
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily, Julian, Caem, Keith, Ethan, Zachary



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3578-aiyana-hopkins-liens
MessageSujet: Re: Morosité, mère de tous les vices - Aiyana & Logan   Lun 19 Juin 2017 - 11:57

Au moins, Jordane était d'accord pour qu'après ce petit épisodes, elles ne se croisent plus. Parfait. Aiyana n'en demandait pas plus. Avoir la paix, être tranquille dans son coin sans être parasitée par ce genre de personnes, c’était parfait. Oui elle se sentait seule et oui elle aurait aimé avoir ses amis auprès d'elle mais la solitude valait toujours mieux que cet enchaînement d’événements. Elle ne comprenait toujours pas comment tout avait pu basculer aussi vite. Il allait falloir qu'elle travaille sa capacité à garder son calme. En même temps, comment aurait-elle pu imaginer qu'une nana lui tape autant sur le système et surtout qu'elle se retrouve obligée de bosser avec elle ? Bref. Aiyana avait monté les marches menant au bureau de M. Rivers en silence. Elle ne s'était jamais rendue dans cet endroit et aurait aimé y atterrir en d'autres circonstances. Mais soit. Elle ne pouvait pas revenir en arrière alors autant être rationnelle et agir en tant que jeune femme réfléchie. Bien. Sauf que c'était sans compter sur Jordane qui apparemment était en liste pour obtenir la médaille de la nana la plus reloue de tout Poudlard.

« D’autant que tu risques de me détester encore plus dans trois secondes. »

Aiyana avait immédiatement tiqué sur ses paroles. Cela n’annonçait clairement rien de bon. Elle qui était partie sur un pas tranquille et calme l'avait soudainement accéléré. Ça sentait pas bon et clairement, la jeune femme préférait savoir ce qui l'attendait plutôt que d'être surprise. Elle avait donc suivi Jordane mais lorsqu'elle entra à son tour dans le bureau, il était déjà trop tard. Bien trop tard. Jordane était littéralement en train de fouiller les tiroirs du bureau de Rivers. Aiyana resta quelques secondes interdite, n'arrivant clairement pas à croire ce qu'elle était en train de voir.

« Mais qu'est-ce que tu fabriques ? »

Cette question était inutile et Aiyana en avait conscience. Pourtant, elle l'avait grondée à destination de Jordane, le regard noir. La serpentarde ne savait pas ce qu'elle était en train de chercher et clairement, elle s'en fichait royalement. Ça n'avait pas d'importance. Ce qui en avait par contre c'était que cette insupportable nana était très certainement en train de les mettre dans une situation plus que délicate. Et ça, c'était hors de question. Elle lui avait déjà attiré assez d'ennuis comme ça, Aiyana ne serait pas complice de sa connerie. Non vraiment pas. Elle ne réfléchit donc pas plus et dégaina sa baguette.

« Petrificus Totalus »

Sa voix était assurée, elle n'avait pas tremblée une seule seconde et avait lancé le maléfice en plein sur Jordane. Elle se justifierait sans souci auprès de son professeur. Il ne s'agissait pas de dénoncer pour dénoncer mais simplement de rester dans la ligne droite de ses principes. Aiyana n'avait aucunement envie d'être mêlé aux intrigues de Jordane et si pour empêcher tout cela elle devait la rendre parfaitement immobile cela ne lui posait aucun problème. Immobile, elle observait donc Jordane tomber au sol avec la ferme intention de ne pas bouger et de la garder en joug jusqu'à ce que M. Rivers arrive. C'était sans doute le seul moyen de s'assurer qu'elle n'allait pas encore faire une connerie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2472
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Morosité, mère de tous les vices - Aiyana & Logan   Dim 25 Juin 2017 - 0:30

De son côté, comme à son habitude, Logan était aux prises avec ses démons, ses obligations, ses épées de Damoclès. Comment faisait-il pour se trouver toujours bloqué dans des situations inextricables ?! La rage au ventre, il sentait qu’il arrivait à bout de patience à voir Jordane dans son coin à jouer la provocation auprès de la Verte qui lui avait demandé d’assister à ce cours tout spécialement. Une demande qu’il avait acceptée. Tout ça pour découvrir la petite fille parfaite qui se mettait à entrer dans le jeu de la rousse incendiaire. Cette fille avait le don de chercher la merde, sérieusement. Etait-elle comme ça lorsqu’il l’avait connue la première fois ? Lorsqu’elle s’était présentée à sa porte, un peu plus renfermée, bouillonnant de ce liquide sombre  qu’est l’amertume refoulée, lorsqu’elle avait annoncé avoir de quoi payer tous les loyers et qu’elle ne ferait pas chier ? Première partie : check. Seconde : … on ne pouvait pas dire ça comme ça. Peut-être l’avait-il empirée ? Disons qu’il y avait un terrain. Sauf que le terrain, là, il commençait à le chauffer sérieusement. Et pas comme ça avait été le cas, contrairement à ce que pouvaient avoir dit les rumeurs sur lui à priori. Il ne savait pas ce qui l’avait rendue comme ça, et, clairement, il s’en foutait. La rage, elle l’avait et il la comprenait puisqu’elle coulait dans ses veines depuis des années. Elle était son moteur et, pour ça, les deux se ressemblaient. Peut-être était-ce pour cela qu’elle le faisait à ce point sortir de ses gongs parfois. Peut-être était-ce pour ça qu’il était rassuré de la voir lier une amitié avec Alec.

Mais pour être insupportable, elle était. Et s’il avait espéré de prime abord qu’Aiyana ait une tendance nette à calmer le jeu et à se comporter, elle, en adulte apaisée et responsable, il avait bien vite compris qu’il était à côté. Du moins jusqu’ici car en arrivant dans son bureau, il avait vite compris que son ancienne colocataire un peu trop jeune pour être si teigneuse avait encore fait des siennes. La porte qu’il venait d’ouvrir à la volée cognait sur le mur tandis qu’il fixait la scène. Aiyana, baguette à la main et Jordane… Jordane ? Hé ho ?! Elle, hors de vue. Son délit, en revanche, lui, était bien là. Les papiers de son bureau avaient été déplacés, fouillés, violés, tandis que certains tiroirs étaient encore ouverts.
Son regard glacial se posa sur Aiyana dont il fit sauter la baguette d’un sort informulé.

« Putain mais c’est une plaie cette fille ! T’es tu approchée de mes papiers toi ?! »

Il la désignait de sa baguette (celle de la Serpentard), la braquant de ses prunelles sombres tout en se déplaçant de sortie à voir Jordane, figée par un sort basique mais efficace.

« Ça fait longtemps qu’elle fouille la fouine ?! »

La réponse s’était fait entendre et ses mâchoires s’étaient crispées. Le directeur contourna le bureau avant de rendre sa mobilité à Jordane en levant le sortilège.

« Merde ! »

Comme tu dis.

« Debout ! »

La jeune femme se redressa, le regard passant d’Aiyana dépossédée de sa baguette à Logan, sa main volant à sa baguette qui s’envola immédiatement à l’autre bout de la pièce. La beauté des sorts informulés. Cela dit, il savait d’expérience qu’elle savait les utiliser, mais l’attaquer, lui, comme ça ? Elle n’en était pas là. Elle aurait peut-être dû au su de la rage qui bouillait en lui.

« Tu t’expliques ? »

Regard vers Aiyana.

« Non. »

Il s’était à son tour tourné vers la brune, l’interrogeant du regard.
Quelle qu’elle fut, la réponse ne fut pas assez constructive pour lui.

« Je dois prendre ça comment Jordane ? Tu te rends compte d’à quel point c’est suspect ? »
« Logan c’est toi qui est suspect, sinon je ne serais pas là. »

Ç’en était trop. Trop parce qu’elle avait raison ? Parce qu’elle touchait juste ? Parce qu’il doutait d’elle ? Parce qu’il doutait d’Aiyana ? Parce qu’il avait peur que cette conversation ne mette en danger autrui ? Un peu de tout ça. Un peu parce qu’il avait passé un mois harcelé de remords, d’angoisse, d’impuissance. Un peu parce qu’il savait que cette situation était sur le point d’imploser.
La rousse s’était trouvée projetée sur le mur du fond et, déjà, il fondait sur elle, son bras s’écrasant sur sa gorge. Ses pupilles dilatées braquées dans les siennes, ils étaient tous restés un moment silencieux tandis que Jordane étouffait, tentant quelques coups infructueux.

« Tu devrais cesser de fouiller Jordane, tu feras plus de mal qu’autre chose. »

Un bruit avait attiré son attention derrière lui.
Cette fois Jordane réussi à faire passer un genou entre leurs deux corps et l’expulser une seconde. La suivante, elle prenait un coup sur la tempe et finissait au sol en crachant sa rage. Regard noir vers Aiyana à l’origine du bruit.

« Putain tu caches quoi ?! »

Trop tard.

Nouveau silence tendu lors duquel elle se redressait.

« Bien. On va s’arrêter là sur ce sujet. Jordane, tu gagnes. Je t’en parle tout à l’heure. »

D’un nouveau sort, il avait fait voler la baguette de Jordane (qu’elle n’ait pas bougé ou soit arrivée en possession d’Aiyana, d’où le bruit, voire une éventuelle menace) jusqu’à lui, s’octroyant les trois baguettes de la pièce.

« Aiyana, à nous. Tu m’expliques ce qu’il s’est passé ? »

Et Jordane ? Elle avait eu ce qu’elle voulait et redescendait en pression. De la violence d’un adulte, un homme qui plus est, gradé, sur une élève subordonnée, ça semblait choquant mais il en avait souvent été ainsi entre eux. Surtout lorsqu’elle faisait la conne comme ça. Il n’était pas homme patient. Et elle savait encaisser.
Quelque part, il n’y avait que ceux qui lui étaient le plus proche qu’il traitait si durement. Sauf Ismaelle. Sujet à creuser.
Et en attendant ? Ma réponse ?

« Aiyana ? Une réponse ! Pourquoi t’être comporté comme ça après avoir eu ce que tu voulais. Le cours n’était pas à ton gout ?»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 364
Date d'inscription : 17/03/2016
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily, Julian, Caem, Keith, Ethan, Zachary



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3578-aiyana-hopkins-liens
MessageSujet: Re: Morosité, mère de tous les vices - Aiyana & Logan   Sam 1 Juil 2017 - 18:36

Qu’avait-elle fait pour mériter ça ? Aiyana n’était pas du genre superstitieuse mais pour le coup, elle avait vraiment l’impression de se prendre un retour de karma en plein visage ou quelque chose du style. Parce que franchement, cette journée était un vrai désastre. Elle voulait juste étudier, progresser pour atteindre son objectif et tout était parti en vrille. C’était si mal que ça d’avoir de l’ambition dans cette école ? Apparemment oui parce que quelqu’un semblait avoir décidé de lui mettre des bâtons dans les roues. Une chose était sûre, après ça, Aiyana ne s’approcherait plus de Jordane à moins que ce soit pour lui en coller une. Ce n’était pas son genre mais pour une fois, elle sentait clairement ses doigts la chatouiller. Cette fille était une catastrophe ambulante. Elle avait tout foutu en l’air et la verte sentait la colère monter en elle alors qu’elle la contemplait immobile derrière le bureau. Que ce serait-il passé si Rivers n’était pas arrivé ? Difficile à dire mais alors que la rage bouillait chez la jeune femme, elle avait fait un pas en avant, stoppée net par le claquement de la porte. Aiyana avait tourné la tête rapidement, juste à temps pour voir sa baguette s’envoler et filer dans les mains du directeur qui la menaçait presque avec en lui demandant si elle avait touché à ses affaires.

« Bien sûr que non. »

Malgré la crainte que lui inspirait l’homme, Aiyana avait répondu de manière ferme et clairement outrée. Elle ne comprenait pas pourquoi elle se retrouvait soudain sur le banc des accusés alors qu’au contraire elle venait d’interrompre sa camarade…

« Non je l’ai arrêtée à temps. »

Le regard d’Aiyana était froid et la colère qu’elle avait ressenti envers Jordane quelques instants plus tôt ne faisait que grandir. Ce n’était pas pour rien que la carrière d’avocate l’attirait. Elle avait un sacré problème avec la notion de justice et là, autant dire que c’était l’injustice qui prenait le dessus. Alors que Jordane retrouvait sa capacité de mouvement, voilà que les regards se tournaient une fois de plus vers la verte qui semblait apparemment devoir expliquer pourquoi l’autre furie avait décidé de fouiller dans les affaires de Rivers.

« Je n’ai aucune idée de ce qu’elle cherchait. »

Aiyana avait répondu sur un ton sec. C’était hallucinant. On lui demandait des comptes alors qu’elle venait de l’arrêter mais mince alors c’était quoi ce délire ! Elle fulminait, serrant ses poings. C’était n’importe quoi et le directeur devrait avoir honte de s’en prendre ainsi à elle. Sauf qu’apparemment, il avait un peu du mal avec le comportement habituel d’un directeur d’école. Lorsqu’elle vit Jordane se retrouver plaquée contre le mur, Aiyana eut un mouvement de recul. Cette voix glaciale, cette violence… C’était insensée et si une voix au fond d’elle se réjouissait de ce qui arrivait à Jordane, elle ne pouvait s’empêcher de se dire que Rivers était en train de perdre complètement les pédales. En reculant en tout cas, elle avait percuté un oojet qui était tombé ce qui avait détourné l’attention du directeur. Ce dernier s’était alors pris un coup de lapart de Jordane qu’il lui avait rendu avec force. Aiyana contemplait la scène, médusée. Elle le fut encore plus lorsque Rivers finit par lâcher qu’il dirait ce qu’elle voulait entendre à Jordane. Non mais sérieusement ? C’était quoi ce monde de fous ? Il n’y avait aucune logique dans tout ça, aucune justice. Pire encore, voilà qu’on lui demandait une nouvelle fois des comptes !

« Pardon ? »

Cette fois, Aiyana n’avait pas pu retenir sa surprise mais aussi, sa colère. Sa voix était un peu plus sifflante qu’elle ne l’aurait voulu mais il fallait bien avouer que là, ça dépassait tout ce qu’elle avait pu imaginer. Jordane avait fouillé le bureau du directeur, elle l’avait frappé et il lui pardonnait. Par contre, elle, elle se faisait une fois de plus accusée pour une histoire puérile dans laquelle elle n’était pas vraiment coupable en plus ! C’en était trop pour elle et elle avait très envie de claquer la porte et d’aller parler avec sa directrice de maison, qui, elle l’espérait serait plus juste. Sauf qu’avant ça elle devait apparemment dire quelque chose à Rivers qui semblait une nouvelle fois sur le point de perdre ses nerfs. Fronçant les sourcils, Aiyana se décida à parler, faisant de son mieux pour que sa voix ne tremble pas trop sous l’effet de la colère.

« Le cours était aussi intéressant que je l’espérait et je vous suis reconnaissante de m’avoir laissée y assister. Il y a simplement eu un léger accrochage entre ma camarade et moi mais cela ne se reproduira plus. »

La diplomatie… Aiyana n’avait clairement pas envie de subir plus de conséquences de cette situation. Rivers était fou, tout autant que Jordane et tant mieux si ces deux là pouvaient s’entendre comme larrons en foire après s’être tapés dessus. Mais une chose était sûre, Aiyana ne voulait rien à avoir avec eux. Et désormais, elle savait qu’elle ne placerait plus sa confiance en Rivers.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 483
Date d'inscription : 02/10/2011
Crédits : Stela
Double Compte : Marek, Takuma, Sovahnn, Alec, Maxence, Yusuke, Kazuo



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1393-jordane-s-links#79754
MessageSujet: Re: Morosité, mère de tous les vices - Aiyana & Logan   Mar 18 Juil 2017 - 12:01

« Bien sûr que non. »

Elle l’avait arrêtée à temps, ne savait pas ce qu’elle cherchait. Blablabla.

Elle était offusquée et il y avait de quoi, Jordane pouvait le comprendre. Elle la mettait dans la merde avec ses histoires depuis qu’elle était entrée dans ce bureau, et Logan la prenait à parti elle, ça, elle pouvait le comprendre, ça avait de quoi agacer. Sauf qu’elle n’avait pas toutes les données pour comprendre ce qui se passait dans cette pièce. Voir qu’il ne lui posait pas la question à elle, et ce même une fois libérée de ce PUTAIN DE SORTILEGE - QU’ELLE AURAIT DÛ ANTICIPER BORDEL JORDANE TU ME DECOIS - ne pouvait vouloir dire qu’une chose : Logan n’était pas tout à fait sûr de pouvoir lui faire à nouveau confiance en cet instant. Et ça ? Ça craignait sévère. On ne se met pas à dos un type comme lui ou du moins il faut être prêt à en subir les conséquences. L’avantage, c’était que justement, ils se connaissaient tous les deux. Ils savaient plus ou moins comment ils réagissaient l’un l’autre et, heureusement, elle savait encaisser. Heureusement d’ailleurs au vu de ce qui avait suivi. C’était d’un regard furieux qu’elle affrontait le sien, consciente qu’il ne savait s’il avait face à lui la taupe ou simplement une gamine cherchant à protéger de manière un peu maladroite les intérêts d’une amie proche. Et pour le coup, ce type de comportement, ça devait bien étonner la miss parfaite dans le fond qui semblait tellement loin de ses considérations actuelles. Respirer, déjà, en premier lieu, mais surtout comprendre tout ce qu’on leur cachait. Parce qu’avoir des ambitions, miss, c’est plutôt cool comme but dans la vie… mais survivre pour avoir un avenir, ça pouvait être bien pour démarrer. Jordane, tout comme tous les autres membres de la bande entourant Aileen – ou Alec - était intégrée plus ou moins malgré elle à des sujets qui n’étaient pas censés concerner directement les élèves. Ils n’avaient pas à y prendre part, elle le savait bien. Oui mais voilà, elle était impliquée, qu’il le veuille ou non, à partir du moment où Aileen (ou…. moins, beaucoup moins, Alec) l’était.

Considération un brin immature ? Probablement.

Toujours était-il qu’un bruit avait fini par distraire Logan qui l’avait finalement lâchée – quelque peu aidé par les coups quelle lui avait donné non sans un brin de jouissance malsaine – qui avait fini par s’apaiser. Ils se fusillaient encore du regard et pourtant, le directeur avait fini par céder, lui annonçant qu’il lui dirait ce qu’elle voulait savoir. Redescendant elle-même un peu en pression elle l’avait vu avec soulagement reporter son attention vers Aiyana qui, décidément, n’en croyait pas ses yeux.

« Pardon ? »

Eh oui, pas d’bol, ce qu’elle avait foutu, elle, il le savait, il la connaissait trop pour ça. Et puis, il fallait bien l’avouer, elle avait un certain passe droit auprès de lui, comme certains autres. Elle était entrée dans son cercle sans trop lui donner le choix, comme Sovahnn capable de l’engueuler s’il s’agissait d’Alec ou bien Enzo qui en savait un peu trop. La team des élèves pas chiants du tout. Et Alec bien entendu, mais étant son cousin, son statut était encore un peu particulier et son passe-droit… franchement discutable.

Un instant, Jordane cru vraiment que la verte allait exploser et, la fixant, elle attendait avec une certaine curiosité sa réaction finale. Oui, il était injuste, probablement. A vrai dire il cherchait sans doute une version différente et probablement plus réaliste que celle totalement décomplexée que Jordane allait lui sortir.

« Le cours était aussi intéressant que je l’espérait et je vous suis reconnaissante de m’avoir laissée y assister. Il y a simplement eu un léger accrochage entre ma camarade et moi mais cela ne se reproduira plus. »
« Ah ouais, carrément… »

Le pire, c’était qu’entre ses lèvres, c’était probablement complètement vrai. Elle souhaitait sûrement surtout ne faire aucune vague et apprendre le plus le plus académiquement possible. Logan était resté immobile, la transperçant du regard un instant qui sembla une éternité.

« Bien. Ça me va. J’apprécie ton comportement, tu pourras revenir, tant que je n’ai plus aucun problème. Au moindre faux pas tu dégages. Mais si ton but c’est d’apprendre ; c’est d’accord. Maintenant sort et attends 10min, je veux que tu accompagnes l’ingérable à l’infirmerie. »

A… l’infirmerie ? Pourquoi à l’infirmerie ? Oui, l’ingérable, ça ne pouvait être qu’elle.

Et, en effet, quand la jeune femme ressortis des lieux quelques minutes plus tard, elle avait l’air hagard, une migraine carabinée et fixa la Serpentard sans comprendre.

« Qu’est-ce que j’fous là moi ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 364
Date d'inscription : 17/03/2016
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily, Julian, Caem, Keith, Ethan, Zachary



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3578-aiyana-hopkins-liens
MessageSujet: Re: Morosité, mère de tous les vices - Aiyana & Logan   Mer 19 Juil 2017 - 21:28

Le commentaire de Jordane face à sa réponse à Rivers ? C’était comme si Aiyana ne l’avait pas entendu. Elle avait décidé de faire abstraction de tout ce qui pouvait sortir de la bouche de cette jeune femme pour le moment. Rivers s’adressait à elle et même s’il ne lui inspirait plus la moindre confiance, elle ne pouvait pas se permettre de se le mettre à dos. Contrôlant au mieux sa colère quand elle lui avait répondu, ce n’était pas pour perdre ses nerfs juste après parce que l’autre folle était incapable de la laisser parler sans ramener son grain de sel. Alors oui, Aiyana ne l’avait comme pas entendu, se concentrant sur les réactions du Directeur. Pour une fois, elle s’avouait vaincue, la jeune femme ne savait pas du tout à quoi s’attendre. Il avait prouvé qu’il était capable de tout et surtout, de passer d’une humeur à l’autre en un claquement de doigt. La jeune femme se parait donc à toute éventualité tout en essayant de se ne pas laisser la colère trop monter. Chaque seconde d’attente était propice à une perte de contrôle et clairement, ce serait le pire scenario possible. D’autant que ce regard posé sur elle… Il était déstabilisant, transperçant mais Aiyana décida de l’affronter. Elle était fière et bien plus forte que ça. Elle n’allait pas craquer, pas se laisser dévorer. Cependant, quand Rivers se décida enfin à parler, elle se rendit compte qu’elle avait en partie retenu son souffle.

« Bien. Ça me va. J’apprécie ton comportement, tu pourras revenir, tant que je n’ai plus aucun problème. Au moindre faux pas tu dégages. Mais si ton but c’est d’apprendre ; c’est d’accord. Maintenant sort et attends 10min, je veux que tu accompagnes l’ingérable à l’infirmerie. »

Encore une fois, il avait réussi à la surprendre et cela se vit sur le visage d’Aiyana. Elle ne s’attendait pas du tout à ça mais elle était rassurée.

« Merci monsieur. »

Il l’acceptait de nouveau dans son cours. Aiyana ne savait pas si elle y retournerait, mais ça, elle aurait tout le temps d’y réfléchir. Pour le moment, il fallait qu’elle obéisse et donc, sans plus attendre, elle sortit du bureau, descendit les escaliers et attendit dans le couloir. Ce fut seulement à cet instant là qu’elle réalisa ce qu’il lui avait dit. L’accompagner à l’infirmerie ? Mais pourquoi ? Et pourquoi la faire sortir ? Le cœur d’Aiyana loupa un battement. Non, elle n’était pas inquiète pour Jordane à proprement parler. Seulement, elle ne pouvait s’empêcher de se dire que ce Directeur était peut être réellement un psychopathe et que c’était tout bonnement scandaleux qu’il dirige cette école. Pourtant, elle ne fit rien. Elle ne remonta pas, n’alla pas s’assurer que tout allait bien pour Jordane parce qu’au fond, elle l’avait tout de même bien mérité et Aiyana avait eu assez d’ennuis comme ça pour la journée.

« Qu’est-ce que j’fous là moi ? »

En voyant Jordane arriver, Aiyana avait tout de suite senti que quelque chose n’allait pas. La jeune femme semblait légèrement perdue, le regard moins vif, le teint plus terne. La verte avait froncé les sourcils sans rien dire puis, quand sa camarade avait pris la parole, elle était restée bloquée l’espace de quelques secondes. Il lui avait effacé la mémoire ? C’était la réponse la plus évidente mais qu’est-ce qu’il avait effacé exactement ? Est-ce qu’il lui avait tout raconté pour la leurrer et ensuite lui faire oublier ? Était-ce juste un sort de confusion ? La Serpentarde se posait des milliers de questions mais elle ne pouvait pas rester là à la fixer sans rien faire.

« Tu as reçu un sort perdu pendant le cours. Viens, M. Rivers veut que je t’emmène à l’infirmerie. Et tu vas me suivre sans protester, une fois là-bas tu fais ce que tu veux mais je ne veux pas avoir des ennuis parce que tu refuses de me suivre. »

Comme pour appuyer ses mots, Aiyana avait porté sa main à sa poche qui contenait sa baguette. Elle avait ensuite indiquée à Jordane de la suivre. Pourquoi avoir ainsi menti ? Aiyana ne savait pas ce qu’il se passait et cela ne la regardait pas. Seulement, elle savait que le plus sûre pour elle était de prendre le parti de celui qui pourrait réellement être dangereux et nocif pour elle. Donc, le parti de Rivers. De fait, la verte ne s’embarrassait pas d’état d’âme même si cette situation l’intriguait et réveillait en elle ce besoin de toujours tout savoir.

« Allez dépêche-toi, j’ai pas que ça à faire. »

Non, l’état de Jordane n’allait pas la rendre plus aimable ou compatissante. Cette fille avait pourri sa journée et elle n’allait pas l’oublier de si tôt.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 483
Date d'inscription : 02/10/2011
Crédits : Stela
Double Compte : Marek, Takuma, Sovahnn, Alec, Maxence, Yusuke, Kazuo



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1393-jordane-s-links#79754
MessageSujet: Re: Morosité, mère de tous les vices - Aiyana & Logan   Ven 21 Juil 2017 - 10:22

Hagarde, Jordane s’était retrouvée dans le couloir du troisième étage sans réellement savoir ce qu’elle fichait ici. L’esprit embrouillé, une migraine carabinée battant à ses tempes, elle avançait par pur réflexe. Cette sensation, s’il y avait eu Aileen auprès d’elle, celle-ci aurait pu en comprendre l’origine. Perte de mémoire, oui, mais également une sale sensation d’intrusion, de mise en danger. Oui, la métamorphomage aurait comprit. Il avait violé son esprit, vérifié qu’elle ne constituait aucun risque, qu’elle n’était pas la taupe. Il avait assez douté pour ne pas prendre ce risque. Après tout, ça aurait été une bonne place pour un espion non ? Alors pour ça, il avait de nouveau franchi la limite. Mais ça, elle n’en savait rien. Nauséeuse, la jeune femme perdue passait sa main sur son front brûlant sans trop comprendre. Elle cherchait à se raccrocher à ses sensations, à retrouver le fil mais rien à faire. Il lui semblait se trouver dans l’un de ces rêves où l’on évolue entre différents décors sans que cela ne semble aberrant. Sauf que, là, l’anormalité de la sensation lui sautait aux yeux.

« Tu as reçu un sort perdu pendant le cours. Viens, M. Rivers veut que je t’emmène à l’infirmerie. Et tu vas me suivre sans protester, une fois là-bas tu fais ce que tu veux mais je ne  veux pas avoir des ennuis parce que tu refuses de me suivre. »

Fronçant les sourcils, elle avait fixé l’entrée du bureau du directeur. Un sort. Logique, jusque là. Mais… il l’avait amenée à son bureau avant de prendre une décision ? Pourquoi ça ? À moins que d’autres l’aient amenée là avant. Oui, ça devait être ça. Il lui semblait, quelque part, au fin fond de son brouillard, que quelque chose clochait mais elle était incapable de mettre le doigt dessus en cet instant. La bouche pâteuse, elle s’était contentée d’accepter.

« O..ok. Ouais, j’te suis. »

Soupirant de malaise, elle n’avait pas protesté, notant sans vraiment l’intégrer le geste menaçant d’Aiyana. Passant sa main sur sa nuque, elle avait engagé le pas en remontant pour se frotter le visage, comme si ce geste pouvait aider à faire partir cette affreuse sensation. Comme si ses neurones étaient englués dans une sorte de boue collante. S’attardant à l’orée de ses narines, elle s’était rendue compte qu’elle saignait un peu du nez.
Définitivement, tout cela lui rappelait vaguement quelqu’un.

Putain, Jordane ! Aileen quand il a fouillé son cerveau ! Puis Aileen et le sort d’obliviate que la taupe a utilisé sur elle ! Allé, fait le lien, réveille toi !

Mais non. Pourtant, cette sensation de malaise, de danger flou, elle la sentait jusqu’au plus profond de ses entrailles.

« Allez dépêche-toi, j’ai pas que ça à faire. »

Ah oui, elle s’était arrêtée.

« Ouais.. »

Et ta résistance naturelle, elle est engluée aussi ?
Il fallait croire. Suivant finalement la verte sans y prêter attention, elle s’était laissée amener à l’infirmerie sans « protester », certaine que quelque chose n’allait pas.

- The end ? -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Morosité, mère de tous les vices - Aiyana & Logan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Morosité, mère de tous les vices - Aiyana & Logan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oisiveté, mère de tous les vices (PV : Reine Emalia)
» Ô Ōkami Amaterasu, déesse du soleil et notre mère à tous
» Joyeux noel à tous!
» Chasse entre mère et fille
» LA TARTE AUX EPINARDS (comme celle de ma mère)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Troisième Etage. :: ─ Salle de défense contre les forces du mal-
Sauter vers: