AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il y a des jours avec et des jours sans •• LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 1503
Date d'inscription : 28/10/2013
Crédits : Ludies; gif tumblr
Double Compte : Elias & Matthew & Keane & Benjamin & Jonah



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2417-connor-oo-it-s-not-unusual-to-
MessageSujet: Il y a des jours avec et des jours sans •• LIBRE   Ven 10 Fév 2017 - 15:50

Mercredi 10 juin 2015, tôt dans la matinée

Il s’était installé, un peu avant le petit déjeuner sur les gradins du stade de Quidditch histoire de profiter d’un petit moment à l’air libre avant que tout le château soit en effervescente. Les détraqueurs étaient toujours là, présence inquiétante qu’il avait bien du mal à expliquer. Tveit ne comprenait pas du tout cette nouvelle tactique, à quoi cela rimait ? Tout le monde était touché lorsqu’on s’approchait trop… et si jamais ils entraient, ils pourraient tous être brisés ? Est-ce que c’était une manière pour faire un peu de ménage, pour que seuls les plus méritants restent ? Est-ce qu’il y avait quelque chose d’autre là-dessus ? Les plus jeunes, même s’ils étaient des sang-purs ne connaissaient pas ce sort, ne pouvaient pas encore le faire avec réussite. Non, il y avait vraiment quelque chose qui ne le gênait là-dessus si bien qu’il en venait presque à douter que ce soit un coup des Supérieurs. Mais après tout il savait bien qu’il n’était qu’un gamin, que plein de choses de « grandes personnes », des choses stratégiques pouvaient encore lui échapper. Il soupira, se passant une main dans ses cheveux bouclés, tentant de mieux comprendre mais non, c’était comme le vide intersidéral. Il n’y voyait aucune réelle logique.

Alors qu’il allait rentrer, son regard fut attiré par une silhouette blonde qu’il reconnut immédiatement : Crawley…. Qui courrait  vers…. Un point qui s’arrêtait puis courrait vers un autre tout en portant sur son épaule son boursouflet. Il se demandait ce que l’autre garçon faisait, c’était juste étrange, mais c’était Keane et il savait pertinemment qu’il ne fallait s’étonner de rien avec lui. Intrigué, il descendit quand même des marches  Hey Crawley, tu fais quoi ? Aussitôt posée, il regretta cette question car le blond « fou » arriva vers lui en courant.  Et Tveit savait qu’il pouvait s’attendre à tout venait du Jaune. A tout mais à ça, en effet, bientôt Crawley ne tarda pas à se lancer dans une explication Alors en fait, tu vois, j’ai posé des offrandes pour le Dieu des Boursourflets, pour qu’il nous protège des détraqueurs. Est-ce que vous sentez le fou rire de Connor arriver ? Oui ? Et bien à tort, il était tellement dépité par une telle réponse, qu’il  n’arrivait même pas à en être amusé. C’était même inquiétant d’en arriver là. Tveit le dévisagea encore quelques instants se demandant si tout allait bien dans sa tête et s’il n’était tout simplement pas tomber sur la tête. Jamais jusqu’ici il n’avait parlé de Dieu des Boursouflets. Prévenir un adulte semblait quand même plus raisonnable, même s’il se doutait que le temps qu’il mette la main sur un, Keane se serait évaporer dans un autre endroit et le temps qu’on le retrouve il ne se rappelerait plus probablement de ce qu’il avait fait et surtout à quel point c’était étrange. Non, il ne devait pas s’en faire pour Crawley, il était même certain qu’il était si perché que même les détraqueurs ne voudraient pas s’attaquer à lui. Tu ne devrais pas rester seul ici, de si bon matin quand même. Ils rodent toujours près de la porte. Keane sembla exaspéré C’est normal qu’ils ne sont pas encore rentrer, mes offrandes marchent plutôt bien ! Ce type était juste en train de le troller ce n’était pas possible autrement… Il n’en savait rien au final et Connor préféra le laisser délirer tout seul. Agacé, il rentra rapidement dans le hall… et soudain il  eut un fou-rire en repensant à la situation. Heureusement qu’il n’y avait que deux ou trois personnes qui passaient à ce moment-là. L’une d’elle s’arrêta  et il lui sembla qu’elle était en train de le dévisager. Quoi ? Qu’est-ce qu’il y a encore ? Je n’ai pas le droit de rigoler maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 299
Date d'inscription : 08/10/2012
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Rafael (Raven) && Ricardo (Slyth)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1782-rosalyn-wild-flowers-don-t-car
MessageSujet: Re: Il y a des jours avec et des jours sans •• LIBRE   Jeu 16 Fév 2017 - 12:12

HRP :
 

Mardi 9 juin 2015, après le dîner

- Tu devrais laisser tomber Rosa, je suis pas concentré de toute façon.
- Ca, je vois...

Il fixe cette bague depuis une demi-heure. Ca fait quatre mois qu'ils sont séparés maintenant, et je crois que Rafael s'éloigne un peu plus chaque jour. Ce qu'il se passe avec Caitlyn, j'en ai pas conscience. J'ai des doutes sur ce que le grand bleu ressent pour notre capitaine, parce que je vois bien comme il la regarde, mais ils m'ont pas mis dans la confidence. Ca n'empêche que Raf reste fâché contre Doryan, ce que je peux comprendre. Ce que même lui, quelque part, comprend. Mais Do reste amoureux de lui, malgré ses conneries, et cette bague que j'ai aidé à créer en témoigne. Ca me fait mal au coeur de le voir comme ça, mais je sais pas ce qu'on peut faire dans ces cas-là. A part essayer de lui changer les idées. Et de le faire bosser. Les examens approchent, et s'il veut pas redoubler, il a plutôt intérêt à se concentrer. Il a déjà fait des efforts, et je vois bien que ce qui l'empêche d'avancer, c'est que son esprit est sans cesse distrait par autre chose que les devoirs. Quelqu'un d'autre, plutôt. Et moi je me retrouve un peu entre les deux. C'est pas vraiment la position la plus simple qui soit, mais je lui ai promis que je trouverai son orientation future, et je m'y tiens. Autant pour lui que pour moi.

- Tu finis ce parchemin et je te fous la paix, deal ?...

Il esquisse un sourire, je crois qu'on s'aime bien, tous les deux au final, et tente de s'y remettre. Jusqu'à ce qu'une blondinette nous rejoigne et lui saute presque littéralement au cou pour lui faire un bisou sur la joue. J'arque un sourcil, il aurait changé de bord ? Raf aime les garçons autant que les filles, mais il me semblait que lui, il regardait que les mecs, non ?

- Je te dérange peut-être ?... fait-elle avec un grand sourire pas vraiment innocent, toujours accrochée au cou du rouge.
- Je crois que tu lui fais une super diversion plutôt...

Je souris.

- Allez, je te fous la paix pour ce soir, il se fait tard de toute façon, je vais rejoindre ma salle commune, plutôt, et me détendre un peu avant l'astronomie...

Je ferme mes bouquins, puis pointe le parchemin dont je parlais plus tôt à Do' du doigt.

- Je te laisse finir ça pour la prochaine fois... Disons... demain ! Après le déjeuner, je veux voir tes réponses...

Je prends un air vaguement autoritaire, mais je suis pas crédible une seconde, et on le sait tous les deux. La blonde rit, me promet de faire en sorte que ça soit fait, et je les abandonne tous les deux pour remonter dans la mienne, de tour. Sur la route, je croise Aiden et Aaron, en train de chahuter, presque comme d'habitude, j'ai envie de dire...

- Me dit pas que tu sors de chez nous !...
- Tu nous évites en fait ! C'est moche...
- Pfffffff... dites pas de bêtises ! On se voit en astronomie tout à l'heure en plus ! Soyez pas en retard !
- Oui Maman !
- Oui Maman !

Mam... hum... pour toute réponse, je leur ai tiré la langue et je me suis sauvée vers ma salle commune. Mon but : comater une petite heure devant les flammes avant de remonter en salle d'astronomie et de retrouver ces deux zouaves... Je fais genre, mais je souris en traversant les couloirs, parce que je les aime bien tous les deux, ça serait pas pareil s'ils étaient pas là. Et puis je vais rejoindre Chacha aussi, et je compte bien tenir ma promesse de plus rester trop loin d'elle, plus jamais. J'essaie en tout cas.


Mercredi 10 juin 2015, tôt dans la matinée

Je suis quand même un peu naze. Après le cours d'astronomie, j'ai pas réussi à fermer l'oeil tout de suite, et j'ai beau avoir cours tard, je suis déjà réveillée. Dommage. Alors tant qu'à pas dormir, je me suis préparée tranquillement, et puis je suis descendue prendre mon petit déjeuner dans une Grande Salle quasiment vide. Et quand j'en sors, je reste dans un coin du hall, pour la simple et bonne raison qu'il y a un dessin qui vient de percuter dans ma tête et que je veux pas l'oublier ce qui risque d'arriver si j'attends d'être dans un endroit plus adéquat pour griffonner. Assise à même le sol, mon calepin dans les mains, je laisse glisser mon crayon non pas sur la silhouette d'un détraqueur comme souvent en ce moment - saletés, en plus j'ai du mal à le sortir mon patronus en ce moment, alors ouais, ils me font flipper ouais - mais sur une illustration pour ce petit conte de Loup et de Princesse qui me trotte dans la tête depuis une vieille conversation avec Enzo. Je suis très concentrée sur mon ouvrage, à tel point que je vois même pas les gens qui entrent ou sortent du Hall. Et je sursaute quand un grand éclat de rire retentit, relève brusquement la tête.

- Quoi ? Qu’est-ce qu’il y a encore ? Je n’ai pas le droit de rigoler maintenant ?

Mon regard passe de la fille qui hausse les épaules et remonte les escaliers à Connor, manifestement de superbe humeur - y a des jours où c'est autrement ? - et j'arque un sourcil.

- C'est surprenant en fait, on n'a pas trop l'habitude de te voir comme ça... C'est bien dommage d'ailleurs...

Euh... Je viens de parler là ? Je viens bien de plus ou moins dire à Tveit que le rire lui allait mieux que sa tronche renfrognée ? Donc globalement que... je pouvais le trouver mignon ? Je pique aussitôt un fard et replonge le nez dans mon dessin. Bien joué Rosa. Depuis quand tu prends la confiance là ? Manifestement, c'était un accident, parce que là, je voudrais pouvoir me changer en petite souris et aller me réfugier dans un des murs du château... mais je suis nulle en métamorphose, c'est mon gros point faible, alors je sais bien que ça n'arrivera pas. Et merde...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1503
Date d'inscription : 28/10/2013
Crédits : Ludies; gif tumblr
Double Compte : Elias & Matthew & Keane & Benjamin & Jonah



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2417-connor-oo-it-s-not-unusual-to-
MessageSujet: Re: Il y a des jours avec et des jours sans •• LIBRE   Ven 17 Fév 2017 - 11:27

Il se demandait encore ce qui lui avait pris, mais punaise cette scène semblait tellement…. Irréelle que ça en était drôle. Franchement drôle. Ce pauvre Keane avait tellement un brin que c’était marrant, risible. Oui, il se foutait un peu de sa gueule, et alors ? Qu’est-ce que cela pouvait bien faire de toute manière ? Personne ne saurait pas la cause et n’importe qui –ou presque- se serait probablement mit à rire. Ce n’était pas un crime, et de toute manière Crawley avait l’habitude. Pourquoi s’en priver dans ce cas-là ? N’est-ce pas ? Malheureusement pour –lui- et pour les autres, il avait oublié qu’il y avait des gens susceptibles de l’entendre et forcément il s’en pris à la première personne qui le regarda un peu bizarre. Elle va dire, la grognasse, qu’elle ne pouffe pas toute seule de rire ou avec ses amies ?! Alors quoi, où était le problème ? A croire que c’était quelque chose d’irréel là encore, qu’ils aillent dehors voir Keane et après ils pourraient tous en reparler. La nana partit en haussant les épaules tandis que quelqu’un venait de prendre la parole : Rosalyn.

C'est surprenant en fait, on n'a pas trop l'habitude de te voir comme ça... C'est bien dommage d'ailleurs...

Il haussa un sourcil. Qu’est-ce qu’elle venait de dire-là ? Est-ce que c’était un compliment ? Visiblement oui. Il aurait probablement dû être flatté, mais ce n’était pas franchement le cas. Il se contenta donc de froncer un peu les sourcils. Et le pire c’est qu’elle rougissait la gourdasse. Désespérant. Il leva les yeux au ciel un peu exaspéré ; il hésita entre lui répondre ou l’ignorer. La dernière solution le tentait bien, cela montrait à quel point elle n’était pas importante pour lui, inexistante… mais d’un autre côté s’amuser un peu de la situation pouvait s’avérer être quelque chose de plutôt amusant non ? Connor se racla donc la gorge avant de s’avancer –un peu- vers sa « camarade » de maison, même si en réalité elle n’avait rien qu’une camarade. Il la regarda de haut en bas, la jugeant bien comme il fallait, rien que pour l’ennuyer, il fallait bien l’avouer !

Pourquoi est-ce que c’est dommage Rosalyn. dit-il d’une voix douce, beaucoup plus douce qu’à l’ordinaire, juste pour voir comment est-ce qu’elle allait réagir. Et puis, il faut dire que dans ce château, il n’y a pas grand-chose de marrant en temps habituel, donc pas franchement l’occasion de rire.

Il se passa une main dans les cheveux avant d’hausser les épaules, l’air de rien. Plutôt content d’avoir trouvé ce nouveau petit jeu. Si jamais Warren l’apprenait pas un malheureux hasard, son cousin allait probablement encore hurler, mais il s’en fichait. Il n’y avait quand même que très peu de chance qu’elle connaissance l’autre Tveit Bleu. Et puis, pour l’instant de quoi est-ce qu’elle irait se plaindre ? Ne pas parler Quidditch – pas encore-.

Tu as quelque d’autre à dire ou tu comptes rester ici comme un plante rouge ? Je sais que tu as déjà le teint adéquat, mais quand même, tu fais quand même un peu gourde comme ça.

En toute sympathie bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 299
Date d'inscription : 08/10/2012
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Rafael (Raven) && Ricardo (Slyth)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1782-rosalyn-wild-flowers-don-t-car
MessageSujet: Re: Il y a des jours avec et des jours sans •• LIBRE   Mar 21 Fév 2017 - 9:48

J'avoue que si je m'étais trouvée face à la scène cocasse à laquelle Connor a eu droit, il y a toutes les chances pour que moi aussi, je me sois mise à rire. Donc en soit, que notre gardien éclate de rire n'a rien d'étonnant... sauf que c'est lui et qu'on n'a pas vraiment l'habitude de le voir de bonne humeur. En tout cas, je n'en ai pas l'habitude. On pourrait croire qu'étant dans l'équipe tous les deux, les liens seraient plus positifs, soudés, mais clairement, ça n'est pas le cas. En tout cas, pas avec lui. Et a contrario, Caitlyn et Rafael, c'est un peu comme une seconde famille pour moi. Comme quoi...

Je prie très fort pour qu'il ne relève pas ce que je viens de dire, garde le regard rivé sur mon dessin, mais je doute fort que ça fonctionne, si bien que je ne suis pas vraiment surprise quand il approche, se racle la gorge, des fois que je ne remarque pas son avancée vers moi. Je réprime un soupir, relève lentement la tête pour le voir me toiser de toute sa hauteur, me dévisageant de haut en bas - le truc super agréable - ce que je m'efforce de ne pas relever.

- Pourquoi est-ce que c’est dommage Rosalyn ?

Sourcils froncés, je l'observe, pas très sereine. C'est pas son ton de voix ordinaire, et j'ai le sentiment d'être une petite souris dans les griffes d'un chat.

- Et puis, il faut dire que dans ce château, il n’y a pas grand-chose de marrant en temps habituel, donc pas franchement l’occasion de rire.
- Ca...

C'est rien de le dire. Nonchalant, il passe une main dans ses cheveux, hausse les épaules. Ouais bah ça me confirme qu'il est beau gosse quand même, ce type. Heureusement, il me rappelle bien vite pourquoi tout le monde, quasiment, ne peut pas le voir en peinture...

Tu as quelque d’autre à dire ou tu comptes rester ici comme un plante rouge ? Je sais que tu as déjà le teint adéquat, mais quand même, tu fais quand même un peu gourde comme ça.
- Ah bah voilà... C'est gentil de me rappeler comme tu peux être insupportable, histoire de me remettre les idées en place.

Un sourire pas du tout sincère à son attention, et je secoue la tête, dépitée. Manquait plus que ça, faut que je m'affiche devant lui tiens... J'encaisse les insultes avec une grimace. Ouais, ouais, plante rouge pour bien mettre l'accent sur la teinte de mes joues, en plus de me traiter de "plante verte", puis de gourde. Génial... Je referme mon calepin, l'esquisse loin d'être terminée, mais tant pis, dans un claquement sec, témoin de mon agacement.

- Tu me connais pas, Connor, t'as aucun droit de me juger. Mais qu'est-ce que ça peut faire, hein ? J'ai l'air d'une gourde, la belle affaire. Je sais ce que je vaux, c'est pas parce que je rougis facilement que je peux pas faire fonctionner mes neurones. Comme quoi les apparences sont clairement trompeuses, ta belle gueule colle pas avec ton caractère exécrable.

Ouais bon, voilà, foutu pour foutu... C'est dit : je le trouve beau gosse, ça n'empêche qu'il m'insupporte avec son air supérieur et sa propension à descendre tout le monde. Je me relève finalement, je reste plus petite que lui, mais j'ai un peu moins l'impression d'être encore plus ridiculement insignifiante à ses yeux en comblant l'écart entre nous.

- Je crois qu'on a définitivement rien à se dire. On a déjà pas grand chose à se raconter sur le terrain, alors encore moins là...

Je suis prête à partir, je fais quelques pas, d'ailleurs, mais dans ma précipitation pour ranger mes affaires et m'éloigner de lui, il y a une illustration en couleurs qui s'échappe, une jolie aquarelle d'un loup couché dans l'herbe, une jeune femme en bleu endormie, étendue sur le loup, qui s'échoue à ses pieds...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1503
Date d'inscription : 28/10/2013
Crédits : Ludies; gif tumblr
Double Compte : Elias & Matthew & Keane & Benjamin & Jonah



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2417-connor-oo-it-s-not-unusual-to-
MessageSujet: Re: Il y a des jours avec et des jours sans •• LIBRE   Sam 25 Fév 2017 - 18:40

C’est quand même fou ce qu’elle pouvait être drôle –et pas forcément dans le bon sens du terme- lorsqu’elle s’y mettait ! Quelle comique de naïveté, de stupidité. Bien sûr qu’il allait en profiter, quelques instants… sans réelle insulte mais d’une façon qui lui faisait comprendre qu’elle n’était qu’un moins que rien à ses yeux.

Ah bah voilà... C'est gentil de me rappeler comme tu peux être insupportable, histoire de me remettre les idées en place.

De rien, c’était gratuit et en plus ça avait eu le mérite de lui faire retirer ce sourire stupide de sa face. Il n’avait plus à supporter ce supplice et ça, ça valait franchement tout l’or du monde ! Il préférait être insupportable qu’avoir cette face ingrate de statue devant ses yeux. D’ailleurs pourquoi est-ce qu’elle continuait de lui parler plutôt que de se barre bien gentiment, il avait autre chose à faire. Si elle ne supportait pas ce qu’il disait elle avait qu’à voir ailleurs s’il y était, mais bien, elle préférerait  faire plein de jérémiades et de blabla parce que c’était certainement plus simple pour son cerveau si peu sophistiqué.

Tu me connais pas, Connor, t'as aucun droit de me juger. Mais qu'est-ce que ça peut faire, hein ? J'ai l'air d'une gourde, la belle affaire. Je sais ce que je vaux, c'est pas parce que je rougis facilement que je peux pas faire fonctionner mes neurones. Comme quoi les apparences sont clairement trompeuses, ta belle gueule colle pas avec ton caractère exécrable.

Il haussa un peu les épaules, se retenant de ricaner jusqu’à ce qu’elle lui dise qu’il avait une belle gueule. La belle affaire ! Est-ce que la demoiselle ne craquerait pas pour son physique malgré son caractère ? Non, il ne devait pas faire le con pour vérifier cela… De toute façon il fallait bien avouer que cela le dégoûtait un peu trop !

Et ça ne me donne de toute manière pas envie de te connaître, et je ne vois pas ce que ça change que je te connaisse ou pas. T’as un air stupide collé au visage ça se voit, qu’on se connaisse ou pas. il eut un léger sourire sarcastique Et si tu te rends qu’aujourd’hui que les apparences sont trompeuses, c’est que tes neurones ne fonctionnent pas si bien que tu le prétends ! C’est un fait que l’on apprend dès la plus jeune enfance, mais probablement que tu es trop naïve pour comprendre cela. On est pas dans un monde de boursouflets et de licornes tous mignons.
Je crois qu'on a définitivement rien à se dire. On a déjà pas grand-chose à se raconter sur le terrain, alors encore moins là...

Il allait répliquer quelque chose mais avant qu’il puisse ouvrir la bouche, elle rangeait déjà ses affaires et une illustration tomba aux pieds du garçon. Il haussa un sourcil en la prenant. Il ne pouvait pas nier qu’elle était jolie. Il n’était pas vraiment du genre à mentir… et il avait beau être virulent, il n’était pas si méchant qu’elle semblait pouvoir le croire, il avait juste ses idées, sa façon de parler. Il lui tendit l’aquarelle avant de répliquer :

Tu ferais mieux d’arrêter les cours et de continuer juste le dessin, au moins à ça tu es bonne. une vacherie et un pseudo compliment. Ce n’était quand même pas trop mal n’est-ce pas ?Tu étais en train de partir non ? Alors récupère ton dessin et barre-toi parce que je suis d’accord avec toi sur ce point, on a franchement rien à se dire. Et ne me lance pas sur le Quiddtich parce que je pense aussi que tu devrais t’acheter soit des réflexes soit des lunettes histoire de mieux voir le vif d’or et l’attraper plus rapidement.

C’était elle qui avait lancé le sujet, pas lui.


HRP : Je m’excuse, il est vraiment ignoble.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 299
Date d'inscription : 08/10/2012
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Rafael (Raven) && Ricardo (Slyth)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1782-rosalyn-wild-flowers-don-t-car
MessageSujet: Re: Il y a des jours avec et des jours sans •• LIBRE   Mer 14 Juin 2017 - 11:07

Drôle ? Oui je l'ai été à un moment. Ca me semble si loin. Il y a bien longtemps que je ne suis plus la petite bleue qui passe son temps à faire des vannes débiles pour amuser la galerie, quand elle n'est pas le nez dans un bouquin ou penchée sur un dessin. Ces deux derniers points sont toujours d'actualité, mais le côté bout-en-train... Il n'y a que quand je suis avec les rouges que ça ressort encore un peu, parfois. Je ne sais pas ce que je ferais sans eux. A vrai dire, je ne sais pas ce que je ferais sans mes amis les plus proches, sans Chacha, sans Raf et Cait, et sans les rouges, donc. Ca aussi, c'est un truc qui a un peu changé, cette fois plutôt en bien : une bonne partie des préjugés que je pouvais avoir sur les autres maisons s'atténue, comme j'ai des proches de chaque côté. Tout comme il y a aussi des bleus avec qui je ne suis pas trop faite pour m'entendre... Comme celui face à moi, donc.

Je sais pas si un instant j'ai cru que je pourrais avoir une conversation si ce n'est amicale, au moins neutre avec lui, mais manifestement, ça n'est pas possible. Comme quoi les apparences sont trompeuses, parce que sa tronche aurait tendance à présager d'une belle personne, mais non, Connor, c'est définitivement un type exécrable, et il se plaît à me le rappeler. Je suis pas mécontente d'être, sur le terrain, au poste où j'ai le moins d'interaction possible avec lui, parce que je crois que je finirais par l'étriper... Et pourtant je suis pas vraiment la fille la plus combative qui soit. Enfin, il m'étriperait sans doute en retour, après tout, il est plus âgé, il a certainement plus de connaissances que moi. Bref. Les mots m'ont échappé, sur le coup de l'agacement, et le compliment malencontreux n'est certainement pas passé inaperçu, assurément. Lui, en revanche, ne me loupe pas, et si je n'ai pas trop de problème avec ma personne à l'origine, ce qu'il m'envoie dans la tronche me fait grincer des dents, et je crois que ça va me trotter dans la tête un moment, quand bien même je sais au fond qu'il ne faut pas que j'y fasse attention.

Et ça ne me donne de toute manière pas envie de te connaître, et je ne vois pas ce que ça change que je te connaisse ou pas. T’as un air stupide collé au visage ça se voit, qu’on se connaisse ou pas.

Mange-toi ça, Rosa. Stupide. Mes poings se serrent, mes ongles s'enfoncent dans mes paumes. Je.ne.suis.pas.stupide. Pas au point de continuer à argumenter face à lui, de toute façon : face à un type aussi borné, ça ne sert à rien, il n'écoutera de toute façon rien de ce que je pourrais dire, puisque d'office, il a décidé que ça n'en valait pas la peine.

Et si tu te rends qu’aujourd’hui que les apparences sont trompeuses, c’est que tes neurones ne fonctionnent pas si bien que tu le prétends ! C’est un fait que l’on apprend dès la plus jeune enfance, mais probablement que tu es trop naïve pour comprendre cela. On est pas dans un monde de boursouflets et de licornes tous mignons.

Ah non, ça je suis au courant, merci. Je me reprends l'insulte en pleine face, sens mes ongles entamer la chair de mes mains. Non, clairement, on n'a rien à se dire, il me connaît bien mal s'il a cette opinion de moi, mais qu'est-ce que ça peut lui faire ? Rien, évidemment. J'ai du mal à associer Aaron avec ce type, dire qu'ils sont cousins et parfaitement hallucinant, mais comme quoi on ne choisit pas sa famille... Et moi, j'ai mal choisi l'endroit pour gribouiller, alors je prends mes affaires et me prépare à lever le camp, avant de me prendre encore d'autres horreurs dans la tronche... Pas assez vite, cependant, ni bien, puisqu'un de mes dessins finit à ses pieds et qu'il s'en saisit avant que j'ai le temps de la ramasser moi-même. Et merde. Je m'attends une fois encore au pire venant de lui comme il s'apprête à ouvrir à nouveau la bouche...

Tu ferais mieux d’arrêter les cours et de continuer juste le dessin, au moins à ça tu es bonne.

Et bah merde... Je me retrouve comme une idiote à le dévisager, abasourdie par ce que je viens d'entendre. Pas qu'il me conseille d'arrêter les cours, sous-entendant une fois encore que je ne suis qu'une petite idiote, ça, je vais finir par être habituée, mais... bordel, il a fait un compliment sur mon dessin, là ? Sérieusement ? Ca m'a tellement scotchée que je suis restée plantée là, et évidemment, je m'en prends encore une belle dans la tronche.

Tu étais en train de partir non ? Alors récupère ton dessin et barre-toi parce que je suis d’accord avec toi sur ce point, on a franchement rien à se dire. Et ne me lance pas sur le Quiddtich parce que je pense aussi que tu devrais t’acheter soit des réflexes soit des lunettes histoire de mieux voir le vif d’or et l’attraper plus rapidement.

Ca me fatigue, ça y est. Je desserre les poings surtout pour récupérer mon bien, avec plus de précaution que mon énervement actuel ne le laisserait supposer - c'est que j'y tiens à mes dessins - et le range soigneusement dans mon classeur avant de refermer ma besace et de lâcher un soupir, agacé et las.

Oui j'étais en train de partir, maintenant que j'ai toutes mes affaires. L'espace d'une seconde, j'ai cru que tu te radoucissais, c'était pas normal. Mais ça devait être un égarement passager, t'es redevenu fidèle à toi-même, tout va bien.

Vous la sentez l'ironie, là ?

Mes yeux se portent très bien, ils ont parfaitement vu le vif la dernière fois. Quant aux réflexes, ça se travaille, il paraît. J'y travaille. Mais je t'en prie, propose un remplaçant à l'équipe si t'es pas content. Quelqu'un que tu sais capable de faire mieux, histoire de me faire virer.

Je hausse les épaules, blasée.

Il y aura de nouvelles sélections l'année prochaine de toute façon. Si quelqu'un de meilleur que moi postule, il aura la place, c'est tout.

C'est le jeu. C'est comme ça que ça fonctionne. Je me représenterai, c'est sûr, mais ça reste des sélections, et s'il y a vraiment quelqu'un de meilleur, je m'effacerai, pour le bien de l'équipe. Même si j'en ai pas envie du tout, parce que c'est comme ça, c'est tout. Sauf que... c'est aussi comme ça que ça a fonctionné en début d'année, quoi qu'il ait l'air d'en penser.

T'as pas eu de bol, y a pas eu mieux que moi cette année pour le poste. T'auras peut-être plus de chance l'an prochain, et tu pourras te passer de mon air stupide aux entraînements.

Je dis ça de façon trop neutre, on dirait que j'en ai rien à faire, mais c'est pas le cas, bien loin de là. Ca me fait du bien d'être sur le terrain, et j'ai pas l'intention de lâcher l'affaire. Et j'en ai pas rien à faire qu'il me trouve stupide, parce que ça blesse un peu plus encore mon ego déjà malmené, mais je vais pas lui faire le plaisir de revenir sur ce point pour qu'il me descende encore en flèche. Je m'apprête à tourner les talons, mais rajoute tout de même quelques mots à son intention.

Fais gaffe quand même, t'es bon dans les buts, c'est indéniable... Mais on peut toujours tomber sur meilleur que soi.

Et s'il y a des bêtes qui se présentent à la rentrée, qui sait, peut-être que je serai pas la seule à retourner sur le banc...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Il y a des jours avec et des jours sans •• LIBRE   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il y a des jours avec et des jours sans •• LIBRE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Régime des quatre jours
» LES 100 PREMIERS JOURS DU GOUVERNEMENT DE MADAME PIERRE LOUIS !
» [UploadHero] Le jour de gloire [DVDRiP]
» Cake aux tomates séchées, feta, basilic.
» Martelly,Deza et Thunder DOIVENT CHOISIR DE VIVRE AVEC OU DE MOURRIR SANS EUX

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Rez-de-Chaussée.-
Sauter vers: