AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  Rp de Bertie Crochue - N°6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 733
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Beaucoup



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr
MessageSujet: Rp de Bertie Crochue - N°6   Mer 28 Déc 2016 - 12:22


Rp de Bertie Crochue – N° 6
Run ! Too late ...


Riley / Warren

Deux amoureux se disputent bruyamment dans un couloir. Elle/il le soupçonne d'être infidèle. Vous passez malencontreusement au mauvais endroit et au mauvais moment, l'un d'eux vous prend à partie pour avoir votre avis et ne lésine pas sur les détails, etc ... Votre premier réflexe ? Prendre à partie Warren qui passe malheureusement pour lui par là, pour ne pas être seul dans cette galère. Allez-y ! Conseillers conjugaux d'un jour ! Bon courage.

A savoir:
 ✦ Pas de date précise, c’est à vous de la définir.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8843
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar Belispeak + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: Rp de Bertie Crochue - N°6   Mer 28 Déc 2016 - 22:33

Samedi 23 Mai 2015 – Fin d'après-midi
Bertie Crochue n°6 : Solidarité féminine ou pas ?



Warren & Riley

« T'es sure ? »
« Oui Maman Cassidy. »
« Et si tu te blesses ? T'as pas un genre un match super important demain ? »
« Justement, j'ai besoin d'arrêter d'y penser 5 minutes et c'est pas en m'enfermant à la bibliothèque ou en faisant du tricot que j'y arriverai. »
« T'as raison, c'est pas comme si tu sortais de 2h de Self Defense ... »
« Tu fais du tricot ? »
« Et ... »
« Cherche pas. Mateo est avec ses potes, Keza avait un truc à faire avec Emily, Lukas et Charleen aussi sont occupés, etc ... Pis justement, j'suis encore échauffée ! Vous avez gagné le droit, que dis-je, l'immense privilège ! De trainer avec moi. »

Échange de regards entre les deux garçons pendant que je craque mon slip ouvertement. Cameron cherche l'assentiment de Enzo mais ce dernier lève les paumes dans un signe de reddition. Mon sourire carnassier s'étire. T'auras pas le dernier mot vieille branche, même le p'tit est de mon côté. Pas contre moi en tout cas.

« J'suis la Suisse moi, elle fait ce qu'elle veut la Dame. »
« Tu dis ça parce que t'as peur d'elle. »
« Ouais, mais j'ai pas peur de toi Grand-Père alors hop, sors le déambulateur et on y va. »

Et c'est une victoire ! Où est ce qu'on va ? Faire un basket. Avant ça, bien sur, l'Australien se prend une claque derrière la tête de la part de l'Américain. Je suis restée inactive trop longtemps, presque éteinte, pendant des semaines et elles m'ont paru une éternité. J'ai besoin de me défouler à présent. Et ça n'est pas que je stresse pour demain mais j'aime autant ne pas avoir trop de temps pour y penser. Disons que l'excitation pré-match commence gentiment à se pointer et que je vais probablement dormir d'un sommeil agité cette nuit.

« T'es pas censé bosser avec Will toi d'ailleurs ? »
« Déjà fait, P'pa. C'matin. Et si tu continues de me frapper comme ça je contacte l'aide sociale à l'enfance. Tu les traiteras comme ça les gamins avec qui tu bosseras plus tard ? »
« Hum. »

Cameron a l'air sceptique. Moi ? J'peux juste pas m'empêcher de sourire et ça n'échappe pas au Gryffondor qui lève les yeux au ciel. Non sans sourire lui aussi, parce qu'il n'est pas vraiment agacé ou quoi que ce soit dans ce genre là et qu'il a très bien compris le raccourcis qui se faisait dans ma tête.

« A la bibliothèque. »
« Ah mais vous faites ça où vous voulez ! C'est bien de pas être sectaire de l'équation. »
« Ça suffit, Femme. En route. »

Je lui saute dessus sans sommation alors qu'il me tourne le dos comme si je n'étais pas une menace. Erreur fatale ! Me voilà accrochée à son dos, les bras autour de son cou, entrain de serrer bien fort. Et on sort comme ça tous les trois, Enzo et moi entrain de nous battre – surtout lui entrain de se débattre. Oui, plus pour la forme qu'autre chose, je sais – et Cameron avec son air blasé qui fait à peine attention aux deux gosses à côté de lui. A l'ancienne, tous les trois. Ça fait longtemps.

#

« Rampez, cafards ! Inclinez vous devant la suprématie du Sexe Fort ! »

La Grande Impératrice Jenkins est dans la place ! J'y peux rien si je suis la meilleure et que je leur ai mis une déculottée monumentale ! Alors oui je me la pète, évidemment, parce que je le vaux bien. Ouais bon, ok, peut-être pas aussi monumentale que ça mais quand même ! J'ai gagné, quoi qu'il arrive.

« On la laisse jouer son match de demain et après on s'occupe de son cas ? »
« J'allais t'le proposer. »
« Tss, genre vous m'impressionnez tous les deux. Et puis de toute façon Mateo viendra me secourir ! »
« S'il fait ça tu vas l'engueuler. »

Il marque un point.

« De toute façon il se rangera de notre côté, il te connait trop. »

Là encore, c'est pas faux. Je suis une chieuse de première, mes réactions ne sont aucunement rationnelles la plus part du temps et s'il vient voler à mon secours comme si j'étais une princesse en détresse incapable de se défendre je vais me vexer parce que moi femme forte. Et sans parler de solidarité masculine, ils ont raison, il comprendra que c'est moi qui les ai provoqué et que par conséquent, je mérite mon sort. Aussi incroyable que cela puisse paraître, j'abdique, hausse les épaules en affichant une expression qui leur indique que je suis d'accord et ne dis plus un mot sur le sujet. SANS BOUDER ! Même eux n'en reviennent pas.

#

17h30. Chacun est reparti vaquer à ses occupations. J'ai pris une douche en vitesse et je suis ressortie de chez les Verts aussitôt. Direction le quatrième étage, avec l'intention de trouver Matthew pour passer un peu de temps avec lui parce que ça aussi ça fait longtemps. On a eu nos hauts et nos bas mais même si on ne se croise peut-être plus autant qu'avant, j'aime toujours passer du temps avec lui. Tant que sa connasse d'hystéro de sœur n'est pas dans le coin évidemment. Oh ça va ! Pardon. En fait non, pas du tout, c'est vraiment une connasse d'hystéro alors merde. Une pétasse même, je dirai.
Troisième étage, du mouvement, des bruits, presque des cris, attirent mon attention. J'hésite, pas du genre à me mêler des affaires des autres, puis dans le doute me dirige vers l'endroit d'où vient tout ce tapage. Prudemment, la baguette dans la paume sans même y réfléchir, sourcils froncés … Sursaut, je pousse même un cri de surprise quand une armure se casse la figure à quelques mètres de moi et s'étale dans le couloir à grand fracas. Là, je commence à comprendre et sans que je n'ai eu le temps de dire ouf, la demoiselle me prend à partie.

« Toi ! »

D'un pas décidé, fulminant, elle se dirige vers moi. T'as l'air en colère madame …

« Riley, enchantée ... »

Visiblement elle n'a pas envie de rire. Bon. J'accepte mon flop.

« Dis lui que NON c'est pas normal de dormir avec sa meilleure amie, même quand on la considère SOIT DISANT comme sa « sœur » ! Me prends pas pour une conne Jeremy ! »

Attends, elle s'adresse à moi ou à lui là, je comprends plus rien et d'ailleurs ça doit se voir, au moins s'entendre.

« Euh … Je … »

Et là, le salue, le sauveur. Je ne réfléchis pas quand je le vois apparaître dans mon champ de vision. Visage plus ou moins familier, probablement attiré par tout le tapage lui aussi, je fais quelques pas vers lui, lui chope la manche et ne lui laisse pas d'autre choix que de me suivre pour le planter lui aussi devant la demoiselle un poil énervée.

« Demandons à Warren ce qu'il en pense tiens ! Ça me semble équitable tout ça. »

Même si j'ai l'air d'être la seule à le penser et que j'ai clairement voulu sauver ma peau en attirant ce pauvre Warren là dedans. Vas-y Warren, éclaire nous de … de … de ce que tu veux, voilà.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Rp de Bertie Crochue - N°6   Jeu 29 Déc 2016 - 21:50

Samedi 23 mai, dans l’après-midi .

Blocklang ! souffla-t-il à mi-voix tandis que Mily lui parlait alors qu’il essayait de travailler tranquillement dans le parc. Sérieusement, elle ne pouvait pas le lâcher un peu ? Qu’est-ce que son cerveau d’huitre ne comprenait pas dans « je ne t’aime, je veux que tu me foutes la paix ? ». Ce n’était quand même pas compliqué, mais visiblement, elle avait envie de l’ennuyer et c’était franchement réussi. De toute manière il était agacé rien qu’en voyant sa sale tronche ; Bon à vrai dire elle était loin d’être moche, mais il avait décidé de façon totale partiale que sa tronche ne lui revenait pas. Sa femme continua d’ouvrir la bouche, continuant de blablater sans que le son ne sorte pendant une bonne minute avant qu’elle se rende compte de ce qu’il avait fait. Vu le regard noir qu’elle lui jeta, il se contenta d’hausser les épaules. Il t’en faut du temps pour que l’information monte au cerveau dis donc. Oui c’était dur, mais en même temps c’était quand même la pure vérité, non ? Elle partit furieuse, le pointa du doigt, l’insultant probablement mais vu qu’il n’y avait pas de son, il n’en était pas certain. Plutôt que de vérifier si elle n’allait pas l’attaquer avec sa baguette, il préféra largement replonger le nez dans son devoir qui  était bien plus intéressant et important qu’elle. Il griffonna quelques trucs, appréciant –savourant même- le calme qui régnait autour de lui ! C’est fou ce que la voix e Mily pouvait lui agresser les tympans. Allô Docteur, il ne pouvait pas faire une allergie d’elle, qu’elle se tienne toujours à distance de lui ! Non ?! Dommage.

Il était 17h00 passées lorsqu’il quitta le parc pour remonter dans le dortoir des Bleus. Arrivé vers le quatrième étage aka l’aile des moldus, il lui sembla entendre des personnes se disputer, aussi bien par curiosité que pour vérifier que ses potes sang-pur n’emmerdaient pas quelqu’un, il se dirigea vers le bruit, et n’entendit qu’une partie…

pas normal de dormir avec sa meilleure amie, même quand on la considère SOIT DISANT comme sa « sœur » ! Me prends pas pour une conne Jeremy

Dispute de couple, il n’avait plus qu’à fuir mais comme il ne se voyait pas rebrousser chemin, surtout maintenant qu’il avait compris que quelqu’un – enfin Riley, la pote de la belle Keza- avait été prise à partie. S’il faisait marche arrière il était certain de se faire interpellé, il choisit donc de tracer s route, droit devant lui…. Ça ferait moins suspect, n’est-ce pas ? Allez on respire, on retient même plutôt sa respiration en passant devant le trop en mode « je suis presque invisible », mais Riley bougea et il se fit choper par la manche. NOOOOOON. c’est ce que lui hurla son cerveau, tandis qu’il se contenta de sourire poliment aux trois autres élèves, tentant quand même de regarder un peu d’honneur, de dignité ou que sais-je !

Demandons à Warren ce qu'il en pense tiens ! Ça me semble équitable tout ça.
Vous êtes bien certains que vous voulez mon avis ?

Ce qui signifiait là, vous êtes certain que vous voulez l’avis d’un type marié qui trompe sa femme plus ou moins ouvertement…ou du moins pour ceux qui le connaissaient un minimum. Ils avaient l’air de vouloir quand même savoir, il fit alors une petite moue avant de répliquer tout simplement.

Déjà… Jeremy, c’est ça ? Est-ce que tu aimes… heu, je suis désolée je ne sais absolument pas ton prénom donc Machine. Point 1, si tu ne l’aimes plus ou je ne sais pas quoi, la moindre des choses c’est d’être franc il laissa passer quelques secondes, mais pas assez pour quelqu’un reprenne la parole et il enchaina Et tu du coup, dormir avec sa sœur, je trouve ça franchement un peu limite et ambigu, voire même un peu crade mais je n’ai pas de sœur, donc c’est difficile de juger. Si Cassie apprenait ça, elle allait lui tirer l’oreille… mais le cas des jumeaux était différents puisqu’ils étaient la moitié l’un de l’autre.Mais ce n’est pas ta sœur, mais ta meilleure amie… c’est au final peut-être pire… parce que je pense que si ma meilleure amie venait dormir avec moi, ça ne serait pas simplement pour dormir. Il lui fit un petit sourire avant de continuer Après, chacun à sa conscience pour soi, je ne suis pas en couple… ouais, oubliez cette phrase c’est hors-sujet. Disons, chacun à ses hormones, sa libido... Alors, je suis peut-être un con qui ne sait pas se tenir, mais à part cas particulier, j’me vois mal dormir avec ma meilleure amie dans un même lit en disant « c’est normal » tout va bien t’inquiètes ma copine sera d’accord… Bon je crois que j’ai un peu divagué donc on va maintenant laisser l’analyse à expert n°2 ; Riley tu en penses quoi ?

Sourire angélique, il lui tardait de savoir ce qu’elle allait bien pouvoir répondre après sa réponse fouilli.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8843
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar Belispeak + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: Rp de Bertie Crochue - N°6   Dim 8 Jan 2017 - 11:52

« Vous êtes bien certains que vous voulez mon avis ? »
« Oui ! »

Bizarrement, là, j’en suis plus très sure en réalité. Il a l’air tellement déterminé que je m’attends au pire … Et si on y réfléchit bien, c’est effectivement peut-être pas le candidat idéal étant donné son profil atypique mais … Remarque, au moins ça me permettra d’en savoir un peu plus sur lui. Chose non négligeable, comme ça je pourrais décider si oui ou non il mérite Kezabel – si jamais il doit se passer un truc entre eux, évidemment. OUI JE SUIS ON NE PEUT PLUS SERIEUSE ET JE JOUE LES MARIEUSES. Même si … Ouais, c’est peut-être pas le seul en lice mais bref, vas-y Odair, impose ton staïle.

« Déjà… Jeremy, c’est ça ? Est-ce que tu aimes… heu, je suis désolée je ne sais absolument pas ton prénom donc Machine. Point 1, si tu ne l’aimes plus ou je ne sais pas quoi, la moindre des choses c’est d’être franc. »

Main sur la bouche, je suis à deux doigts de partir en fou rire. Machine … Mais enfin bref, son discours est cash, clair et concis. Je suis d’accord avec lui, Jeremy – que je ne connais ni d’Eve ni d’Adam – devrait être franc avec sa chère et tendre Machine s’il ne l’aime plus mais est-ce qu’il s’agit réellement de ça ? Naïve ou pas, j’me dis que cette autre fille est peut-être réellement sa meilleure amie et qu’il a dormi avec parce que … Je sais pas, elle n’allait peut-être pas bien ou … Comment je réagirais si Mateo passait la nuit avec Maxime ? Je ne dis pas que ça me ferait super plaisir, surtout en sachant qu’ils ont un certains passif, mais c’est différent. Pour le coup, j’ai beau être jalouse et possessive, je ne considère pas ma camarade de classe comme une menace. Leur lien va bien au-delà de ça, c’est probablement la seule dont je ne me méfie pas d'ailleurs. Et j’ai confiance en Mateo, en plus de ça, mais ça ne le dispensera pas de mes crises régulières. Pas de bol ! On ne se refait pas.

« Et tu du coup, dormir avec sa sœur, je trouve ça franchement un peu limite et ambigu, voire même un peu crade mais je n’ai pas de sœur, donc c’est difficile de juger. »

Hein ? Mais qu’est-ce qu’il raconte … ? Fini le fou rire en devenir, à présent c’est avec un sourcil arqué que je le regarde, un peu déconcertée par les mots qui sortent de sa bouche. C’est pas vraiment sa sœur … T’as des idées tordues !

« Mais ce n’est pas ta sœur, mais ta meilleure amie… c’est au final peut-être pire… parce que je pense que si ma meilleure amie venait dormir avec moi, ça ne serait pas simplement pour dormir. »

Et Bim ! La messe est dite. Est-ce qu’il a une meilleure amie ? J’en sais rien. Le moins que l’on puisse dire quoi qu’il en soit c’est qu’il n’y va pas par quatre chemins.

« Après, chacun à sa conscience pour soi, je ne suis pas en couple… ouais, oubliez cette phrase c’est hors-sujet. Disons, chacun à ses hormones, sa libido... Alors, je suis peut-être un con qui ne sait pas se tenir, mais à part cas particulier, j’me vois mal dormir avec ma meilleure amie dans un même lit en disant « c’est normal » tout va bien t’inquiètes ma copine sera d’accord… Bon je crois que j’ai un peu divagué donc on va maintenant laisser l’analyse à expert n°2 ; Riley tu en penses quoi ? »
« Merci Expert n°1. »

A vous les studios. Non, c'est pas ça ? Ah pardon.

« Non mais vous êtes qui vous d'abord ? Et de quoi vous vous mêlez au juste ? »
« Eh tu descends d'un étage Roméo, c'est ta Juliette qui nous a alpagué. »

Enfin, m'a alpagué et j'ai alpagué Warren mais peu importe.

« Ouais ben elle aurait pas du ! Ça vous regarde pas. »
« Effectivement. Ceci dit je vais quand même te donner mon point de vue. »

Juste parce que tu viens de m'énerver, donc en plus je ne vais pas aller dans ton sens mon Coco.

« Moi je dors avec ma meilleure amie et ça m'pose pas de problème. A mon mec non plus … Enfin j'crois, mais peu importe, il ne s'agit pas de moi, de nous. Bref, si ta dulcinée le prend mal, déjà, la moindre des choses c'est de la rassurer si t'as rien à te reprocher et là franchement, tu t'y prends comme un manche. »

Ne me remercie pas, ça me fait plaisir. Par contre je ne suis pas certaine que Mateo apprécierait que je dorme avec un autre mec, même s'il s'agissait de mon meilleur ami … Ceci dit, mon meilleur ami c'est Lukas et c'est mon p'tit frère alors je ne crois pas que ça compte réellement. D'autant que je doute dormir avec lui un de ces quatre. S'il en a besoin je le ferai, c'est évident, mais je ne crois pas que ça arrivera. Revenons en à nos moutons, d'ailleurs.

« Ah tu vois ! »
« Non mais … »
« Ceci dit, si mon mec devait passer la nuit avec sa meilleure amie, je chercherai à savoir un peu pourquoi ça c'est sur mais … Ben j'lui fais confiance, à sa meilleure amie aussi, alors je pars du principe que si ça arrive c'est que l'un des deux en a besoin. »

Ouais, j'ai dit que je n'irai pas dans son sens mais bon, autant rester partiale.

« Mais je sais qu'il prendrait le temps de m'expliquer les choses. »

Haussement d'épaules.

« Je sais pas comment vous fonctionnez dans votre couple et croyez moi la jalousie je connais mais si elle doute … C'est qu'il y a un problème de confiance quelque part … Non ? »

Je ne me savais  pas si … diplomate ? Non, c'est peut-être pas le bon terme. En tout cas il me regarde tous comme des merlans fris. J'ai dit une connerie ? Je trouve au contraire que c'est plein de sens.

« Tu couches avec ta meilleure amie ? »

Autant y aller franchement hein.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Rp de Bertie Crochue - N°6   Lun 9 Jan 2017 - 21:13

Ils voulaient son avis… et bien ils voulaient son avis, ils n’allaient pas être déçus du voyage. De un, parce que son statut d’homme marié qui se tapait d’autres filles, il était déjà mal parti… mais en plus Warren n’avait franchement pas la langue dans sa poche. Attention, il n’allait certainement pas tarder à perdre quelques interlocuteurs… et visiblement, ce qu’il disait avait plus l’air de faire rire Riley qu’autre chose, mais les deux… « amants », eux ne se marraient pas : étrange, non ? S’ils ne savaient pas se dire les choses, être honnêtes, ce n’était quand même pas de sa faute, il avait juste pour l’instant posé une simple question qui avait le mérite d’être clair et qui en plus aiderait à comprendre le souci du Monsieur Jeremy –si souci, il y avait bien entendu-. Et s’il avait commencé doucement, il ne tarda pas à foncer droit dans la merde et à fond les ballons sans que cela ne le perturbe la moindre seconde. On voulait son avis, il le donnait, un point c’est tout. Il continua de parler, pendant… un bon moment, seul, faisant un joli petit monologue avant de donner la parole à Riley – aka, la personne qui l’avait embarqué dans cette galère-.

Merci Expert n°1

De rien, c’était gratuit tout cela ; Warren pour vous servir et vous divertir ! Non, il ne fallait pas qu’il dise cela, il n’était quand même pas le clown de l’assemblée !

Non mais vous êtes qui vous d'abord ? Et de quoi vous vous mêlez au juste ?
Eh tu descends d'un étage Roméo, c'est ta Juliette qui nous a alpagué.
Je pensais que c’était assez clair, on se mêle de ta vie sexuelle, sentimentale et amicale… même si on en a rien à faire ! Fallait pas demander nos avis j’vous avais prévenu, personne m’a arrêté avant que je me lance, alors faut pas se plaindre parce qu’on ne va pas dans ton sens.

Faut pas non plus pousser mémé dans les orties ! Il adorait cette expression et avait tendance à remplacer mémé par : Connor, Melvin ou Mily…enfin en tout cas mentalement.


Ouais ben elle aurait pas du ! Ça vous regarde pas.
Effectivement. Ceci dit je vais quand même te donner mon point de vue.
D’accord avec toi, Hector –oui juste pour la rime.
Moi je dors avec ma meilleure amie et ça m'pose pas de problème. A mon mec non plus … Enfin j'crois, mais peu importe, il ne s'agit pas de moi, de nous. Bref, si ta dulcinée le prend mal, déjà, la moindre des choses c'est de la rassurer si t'as rien à te reprocher et là franchement, tu t'y prends comme un manche.
Ouais mais toi t’es une fille… et deux filles qui dorment ensemble c’est…. Ouais non laissez tomber. J’me tais. J’me la boucle. Ploup, presque comme un bloclang en moins efficace.

Pardonnez-le, mais imaginer Riley et Kez dormir ensemble ça le rendait bizarrement tout chose. Trop se sexytude dans un seul lit.. surtout avec Keza.


Ah tu vois !
Non mais …

A quand les feux d’artifices … ou le poing dans la tronche de quelqu’un ?

Ceci dit, si mon mec devait passer la nuit avec sa meilleure amie, je chercherai à savoir un peu pourquoi ça c'est sur mais … Ben j'lui fais confiance, à sa meilleure amie aussi, alors je pars du principe que si ça arrive c'est que l'un des deux en a besoin

Pfiout c’est beau l’amour et la confiance… bon en même temps il ne pouvait pas juger cette situation étant donné qu’il détestait Mily. Peut-être que s’il avait été attaché à elle il aurait sorti le même discours ? La vérité c’est qu’il n’en savait trop rien.

Je sais pas comment vous fonctionnez dans votre couple et croyez moi la jalousie je connais mais si elle doute … C'est qu'il y a un problème de confiance quelque part … Non ? Tu couches avec ta meilleure amie ?
moi, oui, mais je le cache, en même temps j’aime pas l’Autre et elle le sait aussi. temps de silence. ah pardon, je croyais que c’était le moment confession.

Il se reprit, cette fois plus sérieusement en se raclant la gorge tandis qu’il avait l’impression que soit le type allait finir par l’égorger, soit mourir de honte ou d’un ulcère de stress vu le teint rouge qu’il était en train de prendre.

Sérieusement, je trouve que Riley a raison. Est-ce que tu couches avec elle, et si oui, pour quelles raisons ? Il peut il y en avoir des tas, mais c’est franchement lâche de le cacher…. Et un peu con aussi, vu qu’on vit en huit clos et dans des dortoirs. C’était presque certain que ça se saurait que vous dormiez ensemble. Il se tut quelques instants avant de reprendre. Voilà, maintenant il ne vous reste plus qu’à régler ça entre vous…
Non, je ne couche pas avec elle.[/b] grogna le Jeremy.
Ouais, je trouve que c’est dit d’une façon qui n’est pas criant de vérité, mais maintenant on va vous laissez régler vos soucis ensemble et vous étripez si vous le souhaitez ! Bonne journée à vous Il prit doucement Riley par le poignet pour l’attirer un poil plus loin. Pourquoi est-ce que tu m’as interpellé comme ça, alors que je dois être une des pires personnes pour donner son avis sur une telle situation ? demanda-t-il un peu dubitatif.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8843
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar Belispeak + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: Rp de Bertie Crochue - N°6   Dim 15 Jan 2017 - 19:15

« Moi, oui, mais je le cache, en même temps j’aime pas l’Autre et elle le sait aussi. »

Un ange passe. Je sais que c'est surement un moyen pour lui de tourner ça en dérision, etc … Mais on ne va pas se mentir, ça met un chouïa mal à l'aise. Ce type est marié et j'ai tendance à l'oublier au point que je pousserai presque ma meilleure amie dans ses bras mais l'entendre dire ce genre de choses c'est … Même moi qui ne suis pourtant pas du genre coincé conventionnelle, ça me choquerait presque un peu. L'Autre … On ne peut pas dire que j'apprécie cette grognasse de Milylitre, surtout pas avec ce qu'elle a fait à Kezabel, mais quand même … c'est dur.

« Ah pardon, je croyais que c’était le moment confession. »
« Rien à déclarer de mon côté en tout cas. »

Nope. Je suis amoureuse de mon Gaucho et totalement heureuse de ma condition même s'il me tape sur le système autant que je le rends fou avec mes crises d'hystérie irrationnelles régulières. Aller voir ailleurs ? Aucun intérêt. Pas besoin d'aller voir si l'herbe est plus verte dans le pré d'à côté quand on a la pampa avec et pour soi. C'est enregistré les grognasses ? A moi le Latino. Passez votre chemin. Chasse gardée. Fin de la transmission.

C'est moi où il est tout rouge le monsieur ? C'est à ce moment là qu'on se barre en courant ? Visiblement non ...

« Sérieusement, je trouve que Riley a raison. Est-ce que tu couches avec elle, et si oui, pour quelles raisons ? Il peut il y en avoir des tas, mais c’est franchement lâche de le cacher…. Et un peu con aussi, vu qu’on vit en huit clos et dans des dortoirs. C’était presque certain que ça se saurait que vous dormiez ensemble. »

Coup de tête, balayette, manchette. Et PAF ! T'es à terre mon pote, mon camarade ici présent vient de te fumer. Chose étrange, on n'entend plus la demoiselle mais à son expression je devine qu'elle attend avec impatience une réaction de son cher et tendre. Enfin, là où je rejoins Warren, c'est qu'il peut y avoir des tas de raisons pour qu'il aille voir ailleurs si c'est le cas. Je ne vais pas m'amuser à les énumérer mais dans ce genre de situation, l'un peut être tout aussi fautif que l'autre. Le tout c'est de réussir à prendre son courage à deux mains et jouer la carte de l'honnêteté mais c'est facile de dire ça quand on n'est pas les deux pieds dedans.

« Voilà, maintenant il ne vous reste plus qu’à régler ça entre vous… »
« Non, je ne couche pas avec elle. »
«  Ouais, je trouve que c’est dit d’une façon qui n’est pas criant de vérité, mais maintenant on va vous laissez régler vos soucis ensemble et vous étripez si vous le souhaitez ! Bonne journée à vous. »

Je n'ai pas vraiment le temps d'enregistrer, de chercher à comprendre, mais il me semble que le Serdaigle vient de mettre un terme à cette conversation et quand je sens sa main attraper mon poignet tranquillement et m'entrainer plus loin je ne cherche pas à résister. Je le suis, tout simplement. En même temps, j'allais pas non plus jouer les conseillers conjugaux pendant deux heures … J'aurai pu, s'il avait fallu, mais on ne va pas se mentir : Je ne suis pas mécontente d'y avoir échappé même si ça n'est peut-être pas très sympa, voir égoïste. Mea Culpa. Ou presque. Un peu. Bref.

« Pourquoi est-ce que tu m’as interpellé comme ça, alors que je dois être une des pires personnes pour donner son avis sur une telle situation ? »
« C'était toi ou l'armure mais j'suis pas certaine qu'elle m'aurait répondu. »

Réponse du tac au tac. Ceci dit, je capte bien rapidement son air dubitatif et nul besoin d'être Einstein pour comprendre qu'il veut une autre explication et que ma tentative pour faire de l'humour est un flop. C'était super drôle pourtant ! Soit. Je note cependant qu'il se considère comme « une des pires personnes » pour donner son avis là dessus. C'est enregistré, maintenant je vais me faire mon propre avis si ça ne te fait rien. J'imagine qu'il dit ça par rapport à sa charmante épouse et au fait qu'il ne se prive pas pour aller voir ailleurs mais revenons à nos moutons.

« Tu passais par là alors … Voilà. »

Haussement d'épaules. Oui, c'est aussi simple que ça. J'ai juste pas réfléchis, il passait par là et c'était le seul donc c'est tombé sur lui par pur hasard.

« Quoi que j'aurai pu demander à un des tableaux, j'y ai pas pensé, mais c'était surtout une tentative désespérée pour ne pas sombrer seule alors je te remercie pour ton intervention mon cher Odair. »

Insérer ici un grand sourire joyeux. Et puis de but en blanc, sans sommation :

« T'as des vues sur ma meilleure amie ? »

Ben quoi ? J'me renseigne, c'est tout. Et le meilleure moyen d'avoir une réponse à une question c'est encore de la poser, non ? Kezabel va me tuer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Rp de Bertie Crochue - N°6   Mar 17 Jan 2017 - 21:20

Oui, il agissait parfois comme un vrai con, mais il fallait bien avouer qu’il le vivait quand même plutôt pas mal. Ce n’était pas de sa faute s’il vivait mal cette situation et s’il ne pouvait pas se la piffrer la Mily. Alors oui, il y était peut-être allé un peu fort, mais c’était quand même un peu pour détendre l’atmosphère, une façon de tourner tout ça en dérision, après tout, il n’y avait quand même pas mort d’homme (ou de femme). Il avait quand même tenté de montrer à quel point le type avait été stupide et tenta de faire comprendre, plus ou moins maladroitement, qu’être honnête dans ce genre d’occasion était certainement mieux que tout. Warren ne tenait pas spécialement à s’éterniser ici, alors il avait pris la main de la Verte et l’avait conduit un peu plus pour laisser le couple « discuter » et surtout pour qu’eux deux aient la paix avant que les autres n’aient d’autres questions à leur poser ! Et maintenant qu’ils étaient seuls, il tenait à lui poser une question : pourquoi l’avoir pris en « otage » lui alors qu’il n’était franchement pas la meilleure personne pour donner son avis ? Il ne comprenait pas. Il aurait encore pu rendre tout compliqué et empiré ce qui se passait.

C'était toi ou l'armure mais j'suis pas certaine qu'elle m'aurait répondu.
On ne dit pas quelque chose du genre : la parole est d’or et le silence d’argent ? Non, attends, ça n’a pas de sens. C’est plutôt… Si la parole est d’argent, le silence est d’or ? Bon, malheureusement le silence et moi, on est pas trop potes. J’suis pas un mec en or !

Oui c’était censé être drôle… enfin un peu du moins. Au moins une miette. Il se passa une main dans les cheveux avant de lui sourire, plutôt content d’avoir bien retenu les leçons de Cassie sur certaines expressions moldues, qu’il allait pouvoir ressortir à sa famille sans qu’elle ne comprenne trop. Surtout à Melvin. Il en soupirait d’aise d’avant, c’était presque un grand jeu pour lui.

plus sérieusement, pourquoi moi, je n’étais pas le seul à passer, je veux bien te croire si tu me sors l’argument « tu es trop beau, tu as eclipsé tous les autres »… mais je sais bien qu’au final ce n’est pas trop crédible.
Tu passais par là alors … Voilà.
Hummhuummm.
Quoi que j'aurai pu demander à un des tableaux, j'y ai pas pensé, mais c'était surtout une tentative désespérée pour ne pas sombrer seule alors je te remercie pour ton intervention mon cher Odair
Mais de rien, même si je pense que maintenant ils sontpartis pour deux bonnes heures d’engueulade si ce n’est pas pire. C’est ça d’avoir le don de mettre les pieds dans le plat… enfin bon, avec de l’honnêteté ça ne se serait pas passé comme ça.

Non, il ne regrettait nullement ce qui venait de se passer. Ils pouvaient se séparer ou autre, il n’en avait rien à cogner. Après tout ce n’était pas ses affaires, et chacun devait avoir ses torts là-dedans : aussi le gars que la fille.

T'as des vues sur ma meilleure amie ?
Pardon ? demanda-t-il dans un premier presque totalement éberlué par cette question inattendue. Il fallait bien avouer il ne s’était jamais vraiment posé la question. Malgré le rouge lui monta un peu aux joues. Dire qu’il n’aimait pas quelqu’un c’était une chose parler de « vrais » sentiments c’était autre chose et il fallait bien avouer qu’il n’était pas Tu…. Je… Merde, je suis en train de perdre toute mon éloquence là. Voilà dès qu’il disait une connerie, il s’en sortait beaucoup mieux, il regarda Riley et haussa un sourcil Pourquoi cette question ? Est-ce que je te demande, moi, si elle a des vues sur moi ? Oui tu viens de le faire juste à l’instant mon gros. Je…. Keza….bel… est quelqu’un que j’apprécie beaucoup et avec qui j’aime passer du temps. Elle est gentille, drôle, intelligente, vive d’esprit et ce n’est pas donné à tout le monde. #coucouMily. Bon, Cassie correspondait aussi à ces critères là, mais Cassie était son amie, sa meilleure amie, une sexfriend, il n’avait jamais eu de réelles vue sur elle. Il l’appréciait juste beaucoup… avec Kéza, il était clair que ce n’était pas la même chose, mais il n’était pas certain qu’avoir des vues sur elles étaient vraiment le terme approprié. Et puis quest-ce que tu appelles avoir des vues sur elle ? Il haussa les épaules avant d’avoir un petit rire, cette fois plus sarcastique plus jaune Même si c’était vrai…la situation est beaucoup trop compliquée et elle mérite mieux qu’un type marié… Ma famille la détesterait. Est-ce que ça répond globalement à ta question ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8843
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar Belispeak + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: Rp de Bertie Crochue - N°6   Lun 23 Jan 2017 - 14:11

Tu te poses trop de questions, Warren. Oui je l’ai pensé et non je ne l’ai pas formulé. J’aurai pu, ceci dit, c’est pas comme si j’étais du genre à pratiquer la rétention quand j’ai un truc à dire mais dans le fond, ça n’est pas très important. C’est juste que ça tranche un peu avec l’image que j’ai de lui, si sûr de sa personne, presque arrogant, mais pas désagréable pour autant. On se connait très peu mais je l’aime bien. Il est plutôt cool comme mec … même s’il est pote avec Cassie. Drôle d’idée. Pardon Matthew.
Quoi qu’il en soit, avec tout ça, j’ai totalement zappé les deux « amoureux » et leur dispute et s’il prétend avoir le don de mettre les pieds dans le plat, je crois que je n’ai rien à lui envier étant donné la tête qu’il tire quand je lui demande s’il a des vues sur Kezabel. Ne ries pas, Riley ! Chut. Chose difficile à faire quand je me retrouve face à son expression de merlan fris, vous en conviendrez …

« Pardon ? »

Il rougit … Il rougit ! C’est trop mignon.

« Tu…. Je… Merde, je suis en train de perdre toute mon éloquence là. »

Et je ne devrais pas en être aussi satisfaite, c’est mal. Mon côté perfide de Serpentard ça, probablement. Cliché ! En attendant il perd tous ces moyens, envolé le jeune homme sûr de lui qui parle de sa femme sans la moindre trace de respect. Ça les regarde, je ne suis pas là pour juger, ça n’est pas mon histoire ni mes affaires. Je ne me mêle que de celles de ma meilleure amie ! :gla:

« Pourquoi cette question ? Est-ce que je te demande, moi, si elle a des vues sur moi ? »
« Rien ne t'empêche de le faire. »

Ceci dit je ne te répondrai pas, bien sûr. D’une parce que je ne pense pas qu’il y ait de réponse exacte à cette question et de deux, parce que je ne trahirai jamais ma Boulette, pas même sous la torture ! Et puis jusqu’à preuve du contraire, rien ne l’oblige à me répondre ce grand dadais qui ne sait plus où se mettre.

« Je…. Keza….bel… est quelqu’un que j’apprécie beaucoup et avec qui j’aime passer du temps. Elle est gentille, drôle, intelligente, vive d’esprit et ce n’est pas donné à tout le monde. »

Range immédiatement ce sourire carnassier et satisfait Mlle Jenkins. Elle lui plait, ça se voit comme le nez au milieu de la figure, ça se sent et moi j’ai eu ce que je voulais. OUI ! Je suis une sale fouine. Merci, bonsoir.

« Et puis quest-ce que tu appelles avoir des vues sur elle ? »
« Tu veux vraiment que je développe ? »

J’arque un sourcil, il lâche un rire sarcastique.
Les garçons, parfois, vous êtes vraiment des cas.

« Même si c’était vrai…la situation est beaucoup trop compliquée et elle mérite mieux qu’un type marié… Ma famille la détesterait. Est-ce que ça répond globalement à ta question ? »
« Hum. Non. »

Mains dans les poches de mon jean, je m’appuie contre le mur et croise les chevilles l’une sur l’autre en le dévisageant sans expression particulière. Pas de pitié, pas d’agacement, rien que de la neutralité. Non, effectivement, ça ne répond pas à ma question puisque ça n’a rien à voir avec ce que lui peut ressentir à ce sujet. Maintenant, son amertume et son cynisme, je les ressens parfaitement. Les comprendre ? Non, je ne suis pas dans sa situation alors je doute pouvoir le comprendre et je ne suis pas là pour porter le moindre jugement sur tout ça. Je me doute que ça ne doit pas être facile pour lui tous les jours, que jamais je n’aurai la moindre idée de ce que c’est que de faire partie de ce genre de famille. Débattre ? Ca n’est pas mon intention et je n’ai pas non plus envie de remuer le couteau dans ce qui peut être une plaie alors je lui adresse simplement un sourire tranquille.

« Mais relax, j'suis pas là pour te faire subir un interrogatoire. J'me renseigne, c'est tout. T'es un grand garçon, c'est une grande fille totalement capable de prendre ses propres décisions donc j'ai rien à dire de plus. »

Et c’est vrai. Ça n’est peut-être pas flagrant mais je ne suis pas là pour jouer les entremetteuses. Un peu pour me mêler de ce qui ne me regarde pas, certes, mais ça s’arrête là. C’est simplement de la curiosité.

« En tout cas je constate que parler d'elle te fait perdre tous tes moyens, c'est mignon. »

Moi, moqueuse ? Naaaaaaaaaaaaaan ! Absolument pas :gla: Je le taquine, c’est tout, ça n’a rien de méchant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Rp de Bertie Crochue - N°6   Jeu 26 Jan 2017 - 21:11

Par Merlin ! C’était quoi cette question à même pas deux Mornilles ? Pourquoi est-ce qu’elle la posait ? Ce n’était certainement pas innocent ! Non, ça ne devait pas l’être ! Il était certain qu’elle avait donc quelque chose en tête, ce n’était pas possible autrement ! Il se passa une main dans les cheveux en faisant une vague grimace. Est-ce qu’il n’était pas discret ? Non, de toute manière il n’avait rien à cacher ? Est-ce que Kezabel lui avait dit quelque chose en particulier ? Peut-être cela expliquerait cette question. Lui qui ne se faisait pas forcément déstabiliser facilement se retrouvait là, à le regarder sans trop savoir quoi dire. Il rougit, tout en racontent conneries et banalités ! Forcément qu’elle allait afficher un sourire grand comme tout, il devait être totalement ridicule et cette idée l’agaçait un petit peu il fallait bien l’avouer ! Toujours assez pris au dépourvu, il avait enchainé avec une autre question, et il fut surpris de la réponse. Celle-là, il ne s’y était pas attendu :

Rien ne t'empêche de le faire.

Ceci dit, c’était plutôt vrai, s’il avait voulu, il aurait pu lui demander, seulement il n’en voyait pas l’intérêt, parce que cela ne le regardait pas.. enfin si, ça le regardait, mas disons plutôt que cela lui passait un peu au-dessus de la tête. Juste un peu. Une partie de lui  - la curieuse dira-t-on- avait à présent très envie de savoir.

Mouais, mais en même j’me vois mal arriver, lui dire à l’oreille « hey Keza est-ce que je te plais ? », petit clin d’œil, invitation et compagnie. On ne peut pas dire que je suis expert e la matière, mais ça se ressent non ? Pas forcément besoin de mettre les sous-titres, c’est comme ça qu’on dit non ? Bref, si on arrive à lire entre les lignes, les actions, c’est qu’il y a quelque chose qui cloche ou que l’on se fait des idées ou autre.

C’était plutôt simple comme théorie et pourtant, il trouvait que ça tenait totalement la route, certainement même plus que le reste ! Poser une telle question lui paraissait juste anormal, mais comme il l’avait dit, plaire vraiment à quelqu’un sans parler d’amour ce n’était pas quelque chose dont il avait l’habitude. Il était plutôt en terrain inconnu et se dévoiler sur ses sentiments, ce genre de chose était quelque chose qui le mettait assez mal à l’aise au final. Il avait donc continué en encensant la petite Jaune. Il se racla ensuite la gorge avant de poser une nouvelle question (toujours stupide, ne vous inquiétez pas), la réponse de la brune, le fit légèrement grimacer mais il secoua la tête pour lui montrer que non, c’était non il n’y avait pas besoin de développer…. Et il avait enchainé que quoi qu’il en soit, elle méritait mieux que lui et sa situation merdique…

Mais relax, j'suis pas là pour te faire subir un interrogatoire. J'me renseigne, c'est tout. T'es un grand garçon, c'est une grande fille totalement capable de prendre ses propres décisions donc j'ai rien à dire de plus.
C’est vraiment trop généreux de ta part, Riley, de nous prendre pour des grandes personnes, ça pourrait pesque me faire chaud au cœur ! Il lui sourit avant de reprendre la parole Mais pour vouloir des renseignements, cela veut dire qu’elle t’a parlé de moi non ? Il arrivait enfin à prendre un peu de contenance. Et en temps que bonne meilleure amie tu vas à la pêche aux renseignements pour être certaine que je ne jouerai pas au con et que je ne le briserai pas le cœur ? Il haussa les épaules, eut un léger ricanement T’inquiètes pas, je ne tiens pas à ce que ta « bataille » avec Cassie, se mette au goût du jour avec moi. Et je l’ai dit, je suis franc, Cassie et toutes les autres d’ailleurs ont toujours su que je n’avais aucun sentiment pour elles, quand on couchait ensemble. Pas glamour ou romantique ou ce que tu veux, mais au moins personne ne se fait de fausses idées.

Il se racla la gorge, plutôt content d’avoir enfin réussi à remettre un peu d’ordre dans ses pensées, mais forcément Riley s’amusa à tout briser, une fois de plus

En tout cas je constate que parler d'elle te fait perdre tous tes moyens, c'est mignon.
Mais !!! fut la première chose qu’il réussit à dire, on ne pouvait pas franchement appeler ça un argument d’ailleurs. Il se passa une main dans ses cheveux, inspira avant de reprendre. Ce sont tes questions qui me font perdre mes moyens, pas elle. Je ne suis pas spécialement sentimental et je trouve juste ça super bizarre de parler de ça… comme ça… C’est tout. argumenta-t-il sûr de lui. Est-ce que tu as une autre question, tu peux aller dans le personnel… mais plus dans cette direction. Tu veux me tester ? Vas-y, je n’ai rien à cacher. il haussa un sourcil, eut soudain une idée déplacer et se demanda si Riley allait rebondir sur ce sous-entendu. Je ne finirai juste pas en petite tenue dans ce couloir, ce n’était, bien entendu pas à prendre au sens propre du terme.

Voilà, comme ça, il avait peut-être évité un piège… ou alors il passerait totalement pour un illuminé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8843
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar Belispeak + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: Rp de Bertie Crochue - N°6   Lun 30 Jan 2017 - 12:54

Si je prends un malin plaisir à le déstabiliser ? Non … Oui, un peu, je plaide coupable. Il ne marche pas, il court ! Et par Merlin, je ne pensais pas que ce type pouvait parler autant. Je ne sais pas si c’est parce que je l’ai envoyé en plein hors de sa zone de confort mais j’en apprends plus sur lui et sa vie en l’espace de trois secondes qu’en 10 années communes passées à Poudlard. D’ailleurs … Hey, garçon, je ne te demande pas de me parler de ta vie sexuelle là alors ralentis ! Tu penses vraiment que me peindre un tel tableau de toi va te donner des points ? De toute façon il n’est pas question de ça, je n’interviens pas dans la vie sentimentale de Kezabel … Enfin si, évidement ! Mais je ne choisis pas pour elle et j’ai pas l’intention de la pousser dans les bras de qui que ce soit ni de l’en éloigner. En discuter avec elle, bien sûr. Lui donner mon point de vue si elle me le demande, tâter le terrain éventuellement parce que je suis curieuse, je ne peux pas le nier mais réellement intervenir ? Non. Cette fois où j’ai collé mon poing en pleine face de Harry n’a absolument rien à voir … De toute façon c’était après coup ! Alors ça ne compte pas, c’est différent. Et on est vraiment obligés de parler de Cassie ? J’ai pas tellement envie de savoir ce que vous faites tous les deux, encore moins quand je pense à l’idée que toi et Keza … Ouais, non, stop. Pas mes affaires, on va s’arrêter là. Je ne comprends pas vraiment comment ça a pris de telles proportions d’ailleurs.

« Mais !!! »

Ne me demandez pas de ne pas éclater de rire après ça s’il vous plait ! Ca n’est pas de l’indécence, je ne me moque pas plus, c’est juste que je trouve sa réaction amusante. C’est tout. Ça tranche un peu avec l’image que j’avais de lui jusqu’ici mais je ne porte aucun jugement là-dessus.

« Ce sont tes questions qui me font perdre mes moyens, pas elle. Je ne suis pas spécialement sentimental et je trouve juste ça super bizarre de parler de ça… comme ça… C’est tout. »

Les mecs, les mecs, les mecs … Faire le beau, parader, s’envoyer en l’air, ça vous gérer mais dès qu’il s’agit de parler de ce qui se passe dans votre tête – voir pire, dans votre cœur – c’est panique à bord. Ceci dit, c’est pas forcément plus simple pour nous les femmes mais on ne va pas partir dans un débat sur le sujet. C’est surtout une question de caractère à mon avis, de toute façon.

« Est-ce que tu as une autre question, tu peux aller dans le personnel… mais plus dans cette direction. Tu veux me tester ? Vas-y, je n’ai rien à cacher. »

Esquisse de sourire en coin …

« Je ne finirai juste pas en petite tenue dans ce couloir, ce n’était, bien entendu pas à prendre au sens propre du terme. »
« T’en fais pas, je ne compte pas abuser de toi beau brun. »

Je décroise les bras, les chevilles, et pousse sur mes mains pour me décoller du mur dans des mouvements énergiques.

« J’ai un autre beau brun à aller emmerder ! »

Je parle de Matthew puisque c’est lui que j’avais prévu d’aller voir avant de tomber sur Warren. Et je claque dans mes mains, avant de pencher la tête sur le côté, pensive l’espace d’une seconde.

« Et encore un autre après. »

Mateo. Mon beau brun. Le plus beau, en toute objectivité bien sûr !

« Journée beau brun aujourd’hui apparemment. Demain j’attaque les blonds. »

Cameron, William – ok ils sont châtains mais c’est pareil – et j’en trouverai surement encore d’autres. Je plaisante, évidemment, mais ceci dit rien que pour m’amuser je serais capable de m’y tenir. Quoi qu’il en soit je lui offre un dernier sourire, un signe de la main et …

« A plus Warren ! »

… Je reprends ma route comme s’il ne s’était rien passé, le laissant en plan la tête probablement pleine de questions sans calculer quoi que ce soit. Je n’avais pas prévu de le cuisiner, c’était pas dans mes plans, alors je ne compte pas m’attarder. J’ai de toute façon déjà la tête totalement concentrée sur autre chose – ou plutôt rien – et fredonne en grimpant les marches jusqu’à l’étage au-dessus où je tombe sur la personne que je cherche quasiment tout de suite. Il a l’air de se diriger vers son dortoir, c’est de dos que je l’aperçois.

« Hey le Roastbeef ! C’est toi que j’cherchais. »

Et sans sommation, je lui saute sur le dos.

▬ FINI POUR MOI ▬
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Rp de Bertie Crochue - N°6   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rp de Bertie Crochue - N°6
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C'est Chronopost qui arrive avec un colis plein de bisous et de dragées surprises de Bertie Crochue
» Entre chocolats et dragées surprises... [ pv ]
» → I know what you are. I know who you are.
» Présentation du petit Malefoy !
» Luisa, ou l'intuition crochue... pointue. Pardon.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Troisième Etage. :: ─ Salle des armures-
Sauter vers: