AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Mai 2015 - Nikolaï] - Chi col fuoco fa star l'acqua per forza fa che o questa svapora o quel si smorza.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 32
Date d'inscription : 14/11/2016
Crédits : Nikolaï
Double Compte : //



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/
MessageSujet: [Mai 2015 - Nikolaï] - Chi col fuoco fa star l'acqua per forza fa che o questa svapora o quel si smorza.   Mer 14 Déc 2016 - 13:46

A un rythme que peu de personnes auraient trouvé judicieux sur un tel sol pavé, les talons égrenaient leur bruit si particulier auquel l’Ecole n’avait pas encore été habitué. Trop neuf songea-t-elle vaguement en portant sa tasse à ses lèvres ourlées de rouge. Un soupir fit voler la vapeur chaude alors que ses épaules se détendaient sensiblement. Elle n’avait pas ralentis sa marche, habitée par l’habitude de boire son latte en parcourant les couloirs de BeauxBâtons. Mais là, elle était à Poudlard et si les Français avaient rapidement acquis le réflexe de s’écarter en entendant ses talons arriver, cela n’était sûrement pas le cas des Anglais. La preuve en était l’adolescent qui ne la vit pas arriver. Ou ne l’entendit pas, trop occupé à faire l’imbécile pour séduire une fille rousse qui gloussait en le voyant faire le poirier. Quand ses jambes redescendirent, ce qui devait arriver arriva… Sous une exclamation suraiguë et inutile, les jambes heurtèrent le bras de Cassandra qui, par réflexe, lâcha tasse et son précieux contenu, se faisant allègrement éclabousser au passage.

La professeure de Sortilèges se figea, écoutant vaguement l’idiot et sa dinde se rassembler en troupeau tout en réussissant le tour de force d’avoir l’expression défaite et complètement vide d’un semblant d’intelligence. Cassandra contempla le désastre : son tailleur horriblement tâché et… *Madre di Dio* son latte… Elle ferma les yeux et pinça l’arrête de son nez, priant vaguement pour avoir la force de ne pas hurler sur l’abruti qui avait commis cette faute impardonnable. C’était son premier jour ici. Il fallait qu’il commence sous cet aspect avant même qu’elle n’ait vu l’horrible salle de classe décrite par le directeur. « Je suis désolé » commença l’adolescent d’une voix hésitante avant d’être interrompu par un index dressé, signe suprême pour lui imposer le silence. Dans un soupir, Cassandra rouvrit les yeux et récupéra sa baguette pour réparer les dégâts. Cependant, il n’y avait aucun sortilèges lui permettant de récupérer son latte. « Je ne vous avais pas entendu. » insista-t-il stupidement avant de reprendre devant le silence de Cassandra « Miss ? »

Il allait dire autre chose quand le regard gris argent se leva vers lui, aussi tranchant et glacial qu’une tempête de glace. Il se figea et déglutit quand la voix doucereuse et annonciatrice d’un orage se faufila entre les lèvres pleines « Tu ne m’as pas entendu… ». Il secoua la tête, rapidement doublé par celle qu’il avait voulu impressionner. Cassandra eut une moue sarcastique, flirtant avec un mépris profond. Son latte était sans nul doute plus précieux que cet élève exaspérant.  « Je suis désolé, miss » répéta-t-il comme si ces mots étaient une incantation destinée à éloigner l’orage qu’il sentait couver derrière la glace du regard qui ne le lâchait pas. « Je peux aller demander un thé si vous voulez » tenta-t-il. Le rire de Cassandra lui écorcha les oreilles. « Ce n’était pas un thé… Et je doute qu’un idiot dans ton genre soit capable de faire autre chose que le poirier dans un couloir » lâcha-t-elle alors que son accent italien se faisait de plus en plus entendre.

Elle eut la satisfaction de les voir se figer sous la surprise. D’un geste gracieux, elle rangea sa baguette. « Notre directeur ne tolèrera pas que vous nous parliez ainsi. » souffla la péronnelle à l’instinct de survie guère plus évolué qu’un protozoaire, apparemment. Elle avait du cran, néanmoins, Cassandra ne pouvait le nier. Cependant, ses mots eurent pour effet de donner la micro impulsion nécessaire à la colère de la professeure pour exploser. « Mi burlo di che è il vostro direttore. Se è alla vostra immagine, deve stare annegando in un bicchiere di acqua. » déclara-t-elle sans s’apercevoir qu’elle parlait italien. Sa voix avait résonné autour d’eux, répercutant les accents colériques mais pourtant mélodieux de sa langue maternelle. Devant leur regard perplexe, elle fit claquer sa langue pour leur traduire, mielleuse : « Je me moque de qui est votre directeur. S'il est à votre image, il doit être en train de se noyer dans un verre d'eau. »

Elle eut la satisfaction de les voir rougir et lutter contre une révolte. Elle ne demandait que cela, qu’ils se révoltent et lui donnent l’occasion de faire courir la rumeur comme quoi elle était détestable et ainsi, lui éviter la corvée des élèves manquant de passion pour la matière qu’elle allait enseigner. « Il ne vous laissera pas…. » La tentative de l’adolescent se solda par un rire léger qui n’atteignit pas le regard métallique. « Un gryffondor, hm ? De mon temps vous étiez déjà des idiots téméraires mais maintenant…. Bon sang ne saurait mentir, n’est-ce pas ? Allez donc pleurer dans les jupons de votre cher directeur. S’il tient tant à me parler, qu’il me ramène un latte et qu’il serve au moins à quelque chose. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 108
Date d'inscription : 15/07/2016
Crédits : ©Shizophrenic
Double Compte : Corey



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3704-lumos-nikolai-animagus-you-re-
MessageSujet: Re: [Mai 2015 - Nikolaï] - Chi col fuoco fa star l'acqua per forza fa che o questa svapora o quel si smorza.   Mer 14 Déc 2016 - 22:47

15 Mai 2015.
Dans les couloirs.

Nikolaï était bien à des années lumières de se douter de ce qui l'attendait alors que ses jambes le menaient dans les couloirs du premier étage. Levé de bonne heure bien qu'ayant eu une nuit plus que courte, il avait enfilé sa cape de sorcier par dessus sa tenue toujours aussi extravagante pour un "adulte responsable", qui puis est, directeur de maison. Il s'était bu un thé qui ne laissait pas de doute, au vu du temps d'infusion qu'il avait laissé, que la journée risquait d'être longue et qu'il risquerait fortement de se foutre des claques en milieu d'après-midi pour ne pas lutter contre le sommeil. Mais bien heureusement, alors que tout le monde grouillait dans les couloirs de l'école, notre animagus était étonnamment bien en forme malgré les cernes présentent sous les yeux.

Un livre sous le bras, sa baguette rangée dans sa sous-manche, son emploi du temps tournant en boucle à lui hérisser les cheveux au vu des examens qui approchaient à une allure phénoménale, il s'était boosté en se disant que son nouveau statut de directeur de maison se devait d'être au top ! Parce que même si sa "titularisation" s'était faite le mois dernier, il n'en revenait toujours pas et ses élèves non plus. Qui était le prof le plus cool de Poudlard ? Bingo ! Mister cool, comme se plaisait à l'appeler son élève le plus récalcitrant...ou délinquant, suivant la façon dont Mr Ryans était vu des autres. Loin d'attraper des chevilles ne passant plus les portes, il avait tout de même eu des bons retours et il se plaisait à savoir qu'il était apprécié des élèves de sa maison, tout âge confondu. Hors coup de baguette sur le haut du crane, à ne pas en douter. Alors ses pas filaient à une allure phénoménale, se hâtant de trouver les informations nécessaires pour son prochain cours, jusqu'à ce que...

« Mi burlo di che è il vostro direttore. Se è alla vostra immagine, deve stare annegando in un bicchiere di acqua. »

Son corps se figea. Cette voix, cette langue, ce ton tranchant. Ses paupières s'étaient écarquillées et sans plus attendre, ayant le droit à la traduction de l'italien prononcé quelques secondes auparavant, il arrivait dans le couloir d'où venait cette fameuse voix.

« Il ne vous laissera pas…. » - « Un Gryffondor, hm ? De mon temps vous étiez déjà des idiots téméraires mais maintenant…. Bon sang ne saurait mentir, n’est-ce pas ? Allez donc pleurer dans les jupons de votre cher directeur. S’il tient tant à me parler, qu’il me ramène un latte et qu’il serve au moins à quelque chose. »

Même de dos, il la reconnaitrait entre mille. Pire encore, juste son ombre aurait suffit pour qu'il la reconnaisse et ce parmi des milliers d'autres. Sa tête s'était alors transformée en étaux, déjà que sa nuit avait été courte, là, il se prenait une enclume bien sévère sur le haut du crâne, trop de sentiments venant virevolter dans tous les sens concernant cette "apparition divine". Divine pour Niko, pas pour les autres, soyons bien d'accord au vu du caractère de feu de la belle brune. Que faisait-elle ici ? Etait-ce elle la nouvelle professeure dont il avait raté l'accueil pour aller guetter aux alentours de la foret interdite ? Pourquoi ne l'avait-elle pas prévenue ? Et outre beaucoup d'autres questions personnelles se rajoutant à cela : comment se permettait-elle d'être mauvaise avec ses élèves ? Certes, cela ne l'étonnait pas connaissant sa chère et tendre, mais quelque part, personne, mis à part lui-même et le directeur, pouvait se permettre de parler de la sorte des Gryffondor.

Alors notre pie avait bien vu le regard pétillant des deux 5eme année alors qu'il avançait vers eux. Leur faisant un sourire, bien qu'assez timide, lorsqu'il fut à hauteur de Miss Fawley, il se racla la gorge. Oh, il fallait croire que les deux zigoto s'attendaient surement à une note salée bien que bien placée de leur directeur de maison, ajoutant à cela que son mètre quatre-vingt dix sept impressionnerait en supplément, mais malheureusement pour eux, ils allaient être déçu, voir même tomber de très haut. Car Cassandra, en plus de connaitre Nikolaï, n'avait jamais été impressionné par ce dernier. Pas même sous la couette, si vous m'suivez.

« Un latte brûlant, avec une pointe d'épices et sans sucre ? » Il la laissa se retourner pour lui faire face, son cœur loupant un battement alors qu'il pouvait à nouveau poser ses yeux sur son visage, ses lèvres rouge, pulpeuses, son ouïe posté aux aguets de ses talons qui résonnaient, même d'un pas, entre les murs. « Directeur de la maison Gryffondor petit chat, que se passe t-il avec mes élèves ? »

Mais son regard n'avait pas pu se retenir que de l'observer de haut en bas et quand bien même elle avait usé de sa magie pour nettoyer tout ça, son latte vide dans le creux de sa main en disait long sur sa colère actuelle. Et même un Niko aux petits soins ne pouvaient pas palier à un tel affront, pas connaissant sa douce. Il se racla donc la gorge une seconde fois, avant de grimacer. Il fit alors un regard en biais au deux 5eme année, leur disant clairement par cela de filer avant qu'il ne doive faire tomber son châtiment sur leurs deux têtes. Oh, il avait bien vu à leurs regards qu'ils s'étaient posés des questions, mais à l'heure actuelle, c'était le cadet de ses soucis...

« Tu ne vas pas t'emporter pour ça...ils ne te connaissent pas encore. Oh et puis...je pense que tu as mieux à faire que de t'emporter comme par exemple...m'informer que tu as été embauché ici, par exemple ? Non ? »

Et ça ne sentait pas le reproche, non, loin de là. Enfin si, peut-être un peu petit peu. Voir beaucoup. Mais après ce n'était pas comme si notre animagus craignait vraiment sa belle Italienne. Lui lancer des piques, il savait et les claques aussi, il savait les recevoir...Il savait qu'elle ne lui ferait pas de cadeau, mais là, il l'avait tout de même un peu mauvaise et il savait tout aussi bien le faire sentir...quand bien même il serait capable tout autant de ramper pour aller lui refaire un latte...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 32
Date d'inscription : 14/11/2016
Crédits : Nikolaï
Double Compte : //



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/
MessageSujet: Re: [Mai 2015 - Nikolaï] - Chi col fuoco fa star l'acqua per forza fa che o questa svapora o quel si smorza.   Jeu 15 Déc 2016 - 13:45

Cassandra avait beau avoir laissé exploser son caractère volcanique, elle sentit la présence de quelqu’un derrière elle à peine avait-elle tourné pour s’approcher. Enfin pas « la » mais sa présence. Le frisson qui remonta le long de son dos passa inaperçu aux deux élèves qui commençaient à jubiler. Comme cela lui aurait fait plaisir de chasser le côté pétillant de leurs yeux à coup de remarques acerbes. Malheureusement pour elle et heureusement pour eux, elle n’en eut pas l’occasion mais ils purent voir le regard de Cassandra se fermer un peu plus, trahissant un orage qui d’explosif, menaçait de passer à la glace. Au fond d’elle-même, elle ne pouvait nier que cette vois lui avait manqué. Imperceptiblement pour un œil qui ne la connaissait pas autant que Nikolaï, ses épaules se dénouèrent. Effet immédiat de la présence de l’homme. Mais rien de tout cela ne pouvait l’empêcher de se retourner vivement pour lui faire face et lui offrir un regard assassin qui devint presque mielleux. Ses lèvres dessinèrent un sourire faussement doux alors qu’elle lâchait. « Ils sont si bien tenus, Pulcino mio, qu’ils ne trouvent rien de mieux que de faire le poirier dans un couloir. » *Et renverser son latte* termina-t-elle silencieusement. Elle se moquait qu’ils manquent de se tuer mais qu’ils touchent à sa boisson…

Elle avait vu son regard l’observer de haut en bas, dénouant quelques tensions que son départ avait provoquées. Dans ses prunelles, une étincelle chaleureuse et amusée était perceptible pour ceux qui savaient observer. Mais cette dernière s’effaça quand elle le vit donner le signal aux élèves pour qu’ils partent et que ces derniers ne demandèrent par leur reste. Elle fit claquer sa langue contre son palais, l’un des signes d’une irritation grandissante. Ses doigts se refermèrent sur sa tasse et les articulations blanchirent quand il lui fit son reproche. A demi justifié. A demi seulement parce qu’elle savait exactement pourquoi elle ne l’avait pas prévenu. Elle planta son regard dans le sien et laissa un sourire narquois se dessiner lentement sur ses lèvres. « Peut-être aurais tu eus ta surprise si tu n’avais pas jugé bon de rater la présentation pour aller errer je ne sais où ? » lâcha-t-elle d’un ton dont la douceur indiquait clairement qu’elle était très loin de se sentir coupable. A vrai dire, il y avait même une touche de déception. Elle avait été vraiment ravie de lui faire une surprise même si cela se serait terminé sur un affrontement. Elle avait beau se raisonner, elle ne pouvait s’empêcher d’être amère en songeant à son absence lors de sa présentation.

Avant même qu’elle puisse réaliser ce qu’elle faisait, elle avait franchi la distance entre eux pour redresser une mèche sur son front qu’elle frôla doucement. Quand elle s’en rendit compte, elle se figea une courte seconde avant de reculer et dissimuler son trouble derrière une remarque acerbe « Et de toute manière, ce n’est pas comme si tu étais parti. » claqua-t-elle. L’absence d’accent italien indiquait clairement que le cœur n’y était pas et qu’elle n’était pas elle-même convaincue. Après tout… elle l’avait laissé partir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 108
Date d'inscription : 15/07/2016
Crédits : ©Shizophrenic
Double Compte : Corey



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3704-lumos-nikolai-animagus-you-re-
MessageSujet: Re: [Mai 2015 - Nikolaï] - Chi col fuoco fa star l'acqua per forza fa che o questa svapora o quel si smorza.   Jeu 22 Déc 2016 - 11:03

« Ils sont si bien tenus, Pulcino mio, qu’ils ne trouvent rien de mieux que de faire le poirier dans un couloir.»

Il ne devait pas y avoir plus ridicule qu'un Niko amoureux. Quoi que. Mais rien qu'à ce petit surnom, il se sentait fondre comme en plein soleil et idiot qu'il était, se replaçait sur des positions sereines, alors que la situation ne s'y prêtait clairement pas. Oh, il vit bien qu'elle était tout sauf ravie qu'il fasse fuir ses élèves, mais on parlait tout de même du directeur de maison le plus cool, c'était la moindre des choses ; sans qu'il ne juge ses collègues de personne moins sympa, évidemment.

« Ils amusent la galerie, tout comme j'ai toujours tout fait pour te séduire. »

Il profitait du départ de ses deux zouaves pour se permettre de tels paroles devant la belle brune, surtout qu'une telle excuse lui rappellerait surement les fois où, à leur début, notre étudiant modèle faisait exprès de rater ses métamorphoses pour rester après les cours, les fois ou il transformait des choses en un grand n'importe quoi pour la faire rire, les moments ou il trouvait toutes les excuses du monde pour la retrouver derrière les grands murs de Beauxbâtons pour leurs plaisirs...

« Peut-être aurais tu eus ta surprise si tu n’avais pas jugé bon de rater la présentation pour aller errer je ne sais où ? »

Outch. Prends toi ça dans les dents mon petit Niko ! Pour autant, il ne se sentait pas coupable, il avait fait son boulot, tout simplement, l'idée de rater l'entrée d'un professeur dont on ne lui avait même pas donné le nom lui avait importé peu. Il se rattrapait toujours de toute façon, il avait toujours l'occasion de venir rencontrer les nouveaux arrivants en prenant un peu de temps sur son temps libre et Cassandra n'en aurait pas fait exception : au détail prêt qu'il en aurait quand même fait des bons au plafond.

« Et peut-être aurais-je refuser d'errer si tu m'avais dit que tu arrivais. » Chacun son tour, comme s'ils se lançaient la balle.  « Et de toute manière, ce n’est pas comme si tu étais parti. » Sauf que Niko était perdant, clairement. Quand bien même il venait d'apprécier le geste qu'elle avait eu en repoussant sa mèche.

Il ouvrit donc la bouche, un peu décontenancé, avant de passer ses doigts sur la joue de sa belle, en une caresse légère, presque intime, puisque c'était le genre de geste qu'ils n'avaient qu'entre eux : Niko était doux dans ses caresses, jamais il n'avait plaqué la paume de sa main entièrement sur son visage comme certains le faisait, pris par la fougue. Non. Cassandra était sa petite chose fragile et à la fois si forte, trop forte...

« Je t'ai proposé de venir avec moi lorsque j'ai décidé de partir, tu n'as pas voulu. Tu ne peux pas tout me mettre sur le dos. » Il effleura alors son cou, avant de retirer sa main. « Mais tu peux me dire tous les mots acerbes du monde, cela ne changera rien. Je suis surpris mais heureux de te voir ici. Vraiment. Qu'est-ce-qui t'a fait changer d'avis ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 32
Date d'inscription : 14/11/2016
Crédits : Nikolaï
Double Compte : //



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/
MessageSujet: Re: [Mai 2015 - Nikolaï] - Chi col fuoco fa star l'acqua per forza fa che o questa svapora o quel si smorza.   Ven 20 Jan 2017 - 14:53

Avec un acharnement certain, Cassandra s’attachait à paraître la plus distante possible. Mais elle n’avait pas pu s’empêcher de retrouver ses réflexes et l’appeler par son surnom, celui qu’elle lui donnait quand ils étaient perdus dans leur cocon. Mais il avait tout fait explosé et elle… n’avait pas su le retenir ou accepter l’idée de le suivre. Sa vie, avait-elle alors pensé, était à BeauxBâtons mais il lui avait suffi s’apprendre qu’il avait manqué de mourir pour qu’elle plaque tout pour le rejoindre. Belle image de la femme forte…

« Ils amusent la galerie, tout comme j'ai toujours tout fait pour te séduire. »

Oui, il avait raison et elle s’en souvenait très bien. Toutes ses tentatives étaient des souvenirs qu’elle chérissait encore et nombre de leurs étreintes lui arrachaient des soupirs quand elle s’autorisait un tel abandon. Elle ferma à demi les paupières, réprimant un frémissement qui lui hérissa finalement la peau. Elle réagissait comme si elle avait été en manque. C’était le cas, au final. Mais elle lui en voulait assez de son abandon et de son absence à son arrivée pour ne pas lâcher prise. Elle avait voulu lui faire une surprise pour quel résultat ? Rien. Ils se retrouvaient face à face dans un couloir, elle avec sa tasse désespérémment vide. Elle s’aperçu qu’elle l’avait porté à ses lèvres, cherchant le réconfort comme elle le pouvait. L’absence du breuvage tant aimé lui arracha un claquement de langue à la fois agacé et dépité.

« Tu connais le principe de la surprise ? » ne put-elle s’empêcher de rétorquer quand il lui annonça qu’il serait venu l’accueillir s’il avait su. Le ton avait été un peu trop vif, peut-être. Mais il cachait son désarroi. Désarroi qui s’accentua quand elle le vit s’approcher. Son cœur accéléra un peu ses battements et son âme se réchauffa au contact qu’il initia. Elle inspira, refoulant la tempête d’émotions qui menaçait de l’engloutir. Il effleura son cou et elle déglutit, se sentant presque nerveuse. Ils n’étaient plus ensemble, non ? Il ne lui avait pas caché grand-chose et elle… elle avait fait le vœu de silence. Il n’y avait rien eu avant lui. Il n’y aurait rien après, c’était aussi simple que cela.

« J’avais envie de goûter les chocolats » lâcha-t-elle d’un ton léger dissimulant mal les mots qu’elle avait réellement envie de lui dire et qui, elle le savait, ne seraient pas un secret pour Nikolaï. Comment pouvait-elle accepter de lui dire qu’il lui manquait, qu’elle avait cru mourir en apprenant ce à quoi il avait échappé. Ses pires craintes s’étaient matérialisées en une gourmandise chocolatée. Elle entrouvrit les lèvres pour ajouter quelque chose quand un bruit la fit se tendre. Son regard avisa un troupeau d’élèves et elle réprima à grand peine son envie de leur demander le silence. Elle en avait bien fait assez pour commencer à forger sa réputation. Pour peu que l’on se demande pourquoi Nikolaï était si proche d’elle quand on savait qu’elle avait un caractère plus qu’explosif… Elle aurait gagné la paix. Son regard retrouva Nikolai. Elle lui sourit avec un étrange mélange d’affection et d’agacement. Celui qu’elle lui avait toujours offert quand leur relation avait pris un autre tournant que celui majoritairement accepté par la société. « Comptes-tu nous faire rester ici ? Je n’ai rien contre du public mais… » Pas cette fois lui demandait son regard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 108
Date d'inscription : 15/07/2016
Crédits : ©Shizophrenic
Double Compte : Corey



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3704-lumos-nikolai-animagus-you-re-
MessageSujet: Re: [Mai 2015 - Nikolaï] - Chi col fuoco fa star l'acqua per forza fa che o questa svapora o quel si smorza.   Dim 9 Avr 2017 - 19:37

Le principe de la surprise...Nikolaï aurait presque eu envie de faire grincer sa mâchoire tant il en voulait ; tout de même ; un peu à sa chère et tendre de ne lui avoir rien dit. Une surprise pouvait l'être oui, mais pas après des mois de silence de sa part. Enfin, il ne se formaliserait pas, pour lui le principal était qu'elle était en face de lui, juste...elle était là, physiquement et si elle était venue enseigner jusqu'ici, il avait tout de même un infime espoir que c'était pour ses beaux yeux et non pas par acte d’héroïsme.

Et puis il y eut cette excuse. Le chocolat. Nikolaï lui en ferait manger des chocolats, les meilleurs de toute l'Angleterre jusqu'à ce qu'elle en ait une overdose d'oser lui mentir. Non vraiment. Et pourtant, il en souriait comme un enfant. Il avait beau être un adulte et être bien plus responsable qu'auparavant, il n'en restait pas moins un homme amoureux. Fou amoureux. Ressortant sa baguette, voyant bien le malaise de Cassandra face aux élèves qui apparaissaient dans leurs champs de vision, il avait fait apparaitre un Latte dans sa tasse vide, bien qu'il savait qu'il n'avait pas tout à fait le talent pour donner un goût exquis au breuvage. Juste le nécessaire. La prenant par le bras, ayant tout de même vite compris sa demande, il l'avait alors emmené dans une salle non loin, par laquelle ils pourraient dériver dans d'autres, passant par des petits coins secrets. Il n'eut alors aucun mal à la faire rejoindre sa salle de cours, avant de l'y laisser.

« Le travail m'attend. Mais je te jure que je vais revenir chercher des explications et tu le sais. J'ai toujours eu besoin de toi, ça n'a pas changé et ça ne changera jamais. Rejette-moi autant de fois que tu le voudras, je reviendrais à la charge et tu le sais. »

Il lui avait alors embrassé le front, avant de se reculer juste à temps, car des élèves entraient dans la salle. Lui offrant un clin d'oeil, il avait froncé du nez et il avait filé à l'anglaise dans les couloirs afin de rejoindre sa propre salle.

Le moment avait été court pour ses retrouvailles. Retrouvailles surprises. Nikolaï était à la fois tiraillé par son désir de revenir dans la salle et l'embrasser devant tout le monde, mais aussi saccager son cours pour avoir osé garder le silence pendant tout ce temps et pire que tout, lui mettre ça sur le dos. Enfin, son cerveau marchait à plein régime et si elle le repoussait, soit : il fonctionnerait comme avant. Il regagnerait son cœur par ses pitreries et ses subterfuges. Hm...oui, peut-être serait-ce cela son nouveau challenge. Ce n'était pas tous les jours que l'on devait regagner l'amour de l'élu de son coeur...

HRP : Je clôture pour respecter le temps du forum et j'ouvre un autre :3
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Mai 2015 - Nikolaï] - Chi col fuoco fa star l'acqua per forza fa che o questa svapora o quel si smorza.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Mai 2015 - Nikolaï] - Chi col fuoco fa star l'acqua per forza fa che o questa svapora o quel si smorza.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Star Wars LCG, the World Championship Kit 2015
» Star Wars Pocket Models TGC
» sable, caniche star
» [Partenariat] Star Wars: Clone Wars Rpg
» Hogan critique The Rock! Star Jersey Shore dans le ring ++

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Premier Etage.-
Sauter vers: