AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [EVENT 16.05.2015] What the hell am I doing here ? [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 363
Date d'inscription : 17/03/2016
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily, Julian, Caem, Keith, Ethan, Zachary



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3578-aiyana-hopkins-liens
MessageSujet: [EVENT 16.05.2015] What the hell am I doing here ? [Libre]   Lun 21 Nov 2016 - 17:21


Assise sur son lit, un miroir devant elle, Aiyana se faisait hésitante. Elle était prête, totalement prête pour se rendre au bal et pourtant, elle hésitait encore à se lever. Elle avait une jolie robe dans le style hippie sur elle, des sandales marrons pour aller avec au pied de son lit. Dans les cheveux, un bandeau dans les mêmes tons surplombés d’une plume. Elle s’était même très légèrement maquillée pour l’occasion. Pourtant, elle n’arrivait toujours pas à se lever. Elle avait passé une bonne journée, participant aux jeux sans se soucier de ce qu’on pouvait penser d’elle. Son esprit de compétition avait eu le dessus et elle s’était bien amusée. Loin de toutes ses réflexions habituelles. Elle était à jour dans ses devoirs et révisions et pouvait donc se permettre une soirée de libre. Mais elle avait un mauvais pressentiment. Un groupe de filles avec qui elle s’entendait plutôt bien avait prévu de passer la soirée ensemble. Mais pourrait-elle vraiment se faufiler dans cet événement ? Arriverait-elle à danser sans se prendre des réflexions ? Elle n’en savait rien. Faire la fête avec des gens qu’elle méprisait pour les trois quarts, était-ce vraiment raisonnable ? Non vraiment Aiyana n’arrivait pas à se décider. Heureusement ou malheureusement, quelqu’un se décida à lui forcer la main. Mary, une jolie blonde de la fameuse bande déboula sans prévenir, lui attrapa la main et l’entraîna dans les escaliers. Apparemment, elle tenait à ce qu’Aiyana sorte de son cocon et vienne profiter du bal. Soit…. La décision c’était prise plus ou moins sans elle, pour le meilleur et pour le pire.

Une fois dans la salle, Aiyana trouva tout de même le sourire. C’était amusant de voir tout le monde déguisé et même si elle plaçait les études avant tout, elle savait aussi se détendre de temps en temps. Elle commença donc à discuter avec ses camarades, de sujets légers et ce fut appréciable. Simple et appréciable. Elle voulut ensuite se servir un verre de jus et ça là que les ennuis commencèrent. De l’alcool, sérieusement ? La jeune femme afficha une moue de dédain. Elle ne comprenait vraiment pas cette bande d’abrutis. Mais soit. Elle ne boirait pas de jus de citrouille ce soir… Heureusement, quelques bouteilles d’eau traînaient, elle pourrait au moins se désaltérer un peu avec ça, c’était mieux que rien. L’incident fut au début vite oublié puisque ses camarades lui proposèrent d’aller faire un tour sur la piste de danse. Et c’était quelque chose que la jeune femme appréciait pas mal, danser.

La soirée était donc bien plus agréable que prévue. Malgré une fausse note. Mais ce n’était que le début… Après un long moment passé sur la piste, un jeune homme déguisé en Gatsby, et donc très classe, se dirigea vers Aiyana, lui proposant de manière charmante de danser. Sous les sourires complices de ses camarades, la demoiselle accepta. Les deux compères se retrouvèrent donc rapidement sur la piste, entamant ce qui pouvait ressembler à une valse. Ils rirent et discutèrent tout en dansant. Puis, la jeune femme sentit la main de son camarade se perdre légèrement dans le bas de ses reins. Elle la lui remonta mais ce dernier recommença. Elle fit cette fois un geste plus brusque, fronçant les sourcils. L’autre, sourire aux lèvres semblait trouver la situation très amusante.

« Bah qu’est-ce qui t’arrive ? On est bien là non ?

- Je ne vois pas le rapport… »

Non elle ne le voyait vraiment pas. Oui elle avait apprécié sa compagnie jusqu’à ce moment et d’ailleurs la jeune femme envisageait déjà de partir. Sauf que le jeune homme ne semblait pas découragé et d’un mouvement sec, il colla le corps d’Aiyana au sien.

« T’es mignonne comme tout tu sais… On pourrait s’isoler un peu. »

Le sang d’Aiyana ne fit qu’un tour et avant même que qu’elle ait le temps de peser le pour et le contre, sa main se retrouva brutalement en contact avec la joue du jeune homme. Ce dernier en resta complètement coi. Les camarades d’Aiyana s’étaient rapidement rapprochées.

« Mais t’es complètement dingue ! Tu fais l’allumeuse et après tu t’étonnes… Nan mais sérieux tu vas pas bien. »

Le jeune homme disparut alors de son champ de vision. Aiyana, folle de rage et humiliée ne fit même pas attention à ses camarades qui cherchaient à la retenir et à la réconforter. D’un pas vif elle se dirigea vers l’extérieur. Elle avait besoin d’air. Elle fit quelques pas jusqu’à un angle. Elle s’appuya alors contre le mur, cherchant à calmer sa respiration. Elle aurait dû écouter son instinct et ce fameux pressentiment. Pourquoi était-elle venue ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 16958
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr ▬ Signature (c) Myuu.BANG!
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: [EVENT 16.05.2015] What the hell am I doing here ? [Libre]   Jeu 24 Nov 2016 - 11:49

Samedi 16 Mai 2015 – Dans la soirée
What the hell am I doing here ?



Ayana & Enzo & Qui voudra si veut


« Enzo chéri ! »

J’ai la poisse. Ou alors elle m’a collé un GPS quelque part sinon c’est pas possible. Pourquoi ? Pourquoi June Jackson deux fois de suite dans la même journée ? Surtout avec le plan que je lui ai fait ce midi, peut-être qu’elle vient finalement m’en coller une. Je voulais juste rester sur mon petit nuage moi …
Enfin bref, j’essaie de me barrer en douce, en slalomant entre quelques personnes, mais c’est peine perdue. Je me retrouve avec Marilyn Monroe plantée devant moi, les bras croisées d’une telle manière qu’on ne voit rien d’autre que son décolleté. Oui, j’avoue, j’ai regardé. Ça va. C’était juste un réflexe, c’est humain.

« Je te vois petit coquin, tu m’as promis une danse ! »
« Je ne t’ai rien promis June. »
« Même si tu as été très vilain tout à l’heure. »

Comme d’habitude elle ne m’écoute pas, évidemment.

« Je te pardonne. Aller viens avec moi. »

J’ai le temps de rien faire qu’elle m’embrasse sur la joue – et me colle probablement la moitié de son rouge à lèvre sur la peau par la même occasion – m’attrape la main et m’entraine avec elle vers le centre de la piste. Ça me prend deux ou trois secondes avant de réagir, de me stopper, et donc de la stopper avant de détacher sa main de la mienne.

« June, stop. J’ai pas envie de danser, ok ? »
« Oh … »

Je n’arrive pas à déchiffrer ce regard, je sais juste qu’il m’inquiète et que le sourire qui se pointe sur ses lèvres rouges écarlates n’a rien pour me « rassurer » …

« Oh mais je sais ce que tu veux coquinou. On peut aller danser ailleurs, pas de problème ! Tu vas me chercher un verre d’abord ? C'est ce que font les gentleman. »

Que … Quoi ? Pourquoi aller danser ailleurs alors que … Oh … Ok. Je viens de capter, un peu long à la détente le garçon et ma réaction est instinctive.

« D’accord. Bouge pas, je reviens tout de suite. »

Instinct de survie ! Cette fille m’épuise. Résultat je lui offre un grand sourire et disparait dans la masse, prenant la direction du buffet avant d’obliquer vers ailleurs dès qu’elle ne m’a plus en visuel. Chose assez compliqué quand on fait 1m90 mais je me sers de la Fleur Géante pour me planquer puis fini par tomber sur Josh, toujours aussi fraiche, qui se marre parce que je devine qu’il a vu June m’embarquer. J’ai pas le temps de dire ouf qu’il me tend un verre, me fait un clin d’œil et ça me suffit pour le boire cul sec. Trois seconde plus tard, il se rempli à nouveau. Zozo content. Zozo avoir son Rhum. Zozo lâche un soupir.

« Elle va pas te lâcher hein ? »
« M’en parle pas. Elle se sent obligée de me remettre dans le droit chemin. »
« Moh mon pauvre chéri, t’as tellement pas de chance ! »

C’est ironique, je le sens, mais plus pour me charrier qu’autre chose. June est plutôt jolie, elle est même carrément bonne – pardon mais pas pardon – mais … Non, elle ne me fait pas envie. Je sais bien ce qu’il insinue mais non, je ne vais pas aller tremper mon biscuit juste parce que j’ai une occasion. Sans parler du fait que j’ai carrément la tête ailleurs et surtout avec quelqu’un d’autre.

« Tu pourrais lui faire plaisir franchement, t’abuse hein ! »
« Je sais, je sais … Mais que veux-tu, j’suis trop timide. »
« Ben voyons. Je sais que de toute façon  je suis la seule blonde ici qui te fait de l’effet. »
« Évidemment que oui. On va se marier toi et moi, et faire de beaux bébés. »
« Oh oui, mon doux pirate, fais-moi des enfants. »

Un p’tit calinou ? Oui, un p’tit calinou.

« Elle t’a laissé un souvenir sur la joue. Enfin sauf si c’est pas elle mais je doute que ça vienne de l’autre Jackson. D’ailleurs ! Dis donc mon cochon, t’as disparu pendant un moment ! »

Je ne réponds rien, mon sourire le fait pour moi de toute façon et ça n’échappe pas à Josh. Bien sûr. Rien ne lui échappe à celui-là. D’un geste un peu absent je me frotte la joue pour enlever comme je peux la marque de rouge à lèvres que June m’a laissé. Peut-être qu’il en reste, je ne fais pas tellement attention à vrai dire.

« Non mais regarde-moi ce sourire. T’es trop mignon. »

Une petite grimace pour la route, je n’épiloguerai pas.

« J’vais prendre l’air, et surtout disparaitre un peu le temps qu’elle m’oublie. A plus tard. »

Et me voilà reparti, mon verre dans la main, une gorgée pour la route, direction l’extérieur. En chemin je tombe sur Emily – au sens figuré, évidemment, la pauvre sinon – et m’arrête pour la saluer. Je l’ai aperçu avec Cam tout à l’heure et ça ne m’a pas échappé : Elle a réussi à le faire danser. Je me suis moqué, un peu, gentiment, mais la vérité c’est que je trouve leur relation vraiment belle. Ils ont de la chance de s’avoir tous les deux. J’aurai adoré faire danser Derek par exemple ! AHAHAHA. C’te blague. Il est aussi manche que moi dans le domaine je pense et y aurait des morts sur la piste. Bref.

« T’es super jolie comme ça. »

En indienne. Je ne connais pas la référence, elle m’explique qui est cette fameuse Pocahontas et je lui réponds que je ne connais pas non plus Jack Sparrow alors qu’on m’a appelé comme ça au moins une dizaine de fois depuis le début de la soirée.

« Il est par là Al Capone ? »

Probablement dehors, entrain de fumer sa clope ou autre chose. J’aurai du m’en douter. Un sourire, un signe de la main et je continue mon périple. Ça tombe bien, j’allais sortir. Toujours mon verre dans la main je m’extrais donc de la Grande Salle en prenant bien soin de passer inaperçu aux yeux de June même si je suis certain qu’elle m’a déjà oublié pour jeter son dévolu sur un autre. Loin du bruit, loin des autres, sourire tranquille sur les lèvres, je ne peux pas m’empêcher de remarquer que j’ai l’odeur de Liam sur moi et ça me procure un truc, un truc qui élargit mon sourire et me fait même lâcher un rire bref. Je ne peux pas mentir, j’aime ça. Et dans un autre registre, j’ai hâte qu’on soit là-haut tous ensemble, pour fêter l’anniversaire de Keza. Faudra que je pense à repasser dans mon dortoir pour chercher les p’tits trucs que j’ai à lui donner d’ailleurs. Et après ma vadrouille dehors, j'irai retrouver Caem ! Et son déguisement super flippant. Et sa Lionne que j'ai envie de voir aussi.

Je crois que c’est à ce moment-là, un peu perdu dans mes pensées, que mes voyants s’allument sans que je ne réussisse à déterminer pourquoi au départ. Mes sens, mon instinct, quelque chose les interpelle alors je m’arrête, fronce les sourcils et regarde autour de moi. Il y a du monde à droite et à gauche, sur les marches, dans un coins, etc … mais l’endroit où je me trouve est relativement désert. Et puis je la vois, je la perçois, son aura vient jusqu’à moi alors que je laisse un instant mon animalité prendre les commandes pour mieux appréhender. Elle est là, appuyée contre un mur, légèrement en retrait, un peu cachée. Une robe large avec des fleurs ou des motifs pas trop distincts plutôt, de longs cheveux bruns et un air paniqué sur le visage. Je ne réfléchis pas tellement quand j’approche d’elle lentement, mon verre toujours à la main, m’arrêtant à distance respectable d’elle encore une fois par instinct. Inquiet ? Je ne dirais pas ça. Intrigué peut-être mais pas par curiosité malsaine ou quoi que ce soit. Je ne réfléchis simplement pas, j'agis et c'est tout.

« Hey, ça va ? »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 363
Date d'inscription : 17/03/2016
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily, Julian, Caem, Keith, Ethan, Zachary



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3578-aiyana-hopkins-liens
MessageSujet: Re: [EVENT 16.05.2015] What the hell am I doing here ? [Libre]   Mer 30 Nov 2016 - 16:41

Aiyana savait très bien qu’elle n’était pas comme la majorité de ses camarades, que beaucoup d’entre eux avaient des préoccupations futiles, qu’elle n’était pas représentative des jeunes de son âge. Oui elle savait tout ça et en était presque fière par moments. Mais malgré tout, ce n’était pas toujours simple. Pas évident d’être seule face à tous, de se dire que personne ne pensait ou ne faisait comme elle. De se dire qu’à chaque fois elle allait se sentir étrangère. La soirée avait pourtant bien commencé et elle aurait pu bien se terminer… Sauf que là, elle avait eu droit au combo. Immaturité et sexisme, bim, prends ça en pleine tête ! Elle n’avait pas réussi à garder son calme. Elle avait vu rouge et n’avait rien réussi à faire d’autre que de lui mettre une gifle. Elle savait pourtant qu’il fallait se contrôler, qu’elle devait apprendre à se refréner parfois. Mais c’était une colère sourde qui l’avait envahie à ce moment-là, une envie simple de tout envoyer promener. Et maintenant elle était là, seule dans un couloir, comme une idiote. Une partie d’elle avait envie de retourner voir ses amies et de finir la soirée tranquillement. Mais c’était impossible. Après la sortie qu’elle venait de faire, elle avait bien trop de fierté pour revenir en arrière et affronter les regards de tous. Elle ne voulait pas passer pour une drama queen incapable d’assumer ses actes jusqu’au bout. Elle avait mis une gifle à ce type, il la méritait amplement et maintenant elle allait devoir renoncer au bal. Peut-être que ses camarades allaient finir par partir elles aussi et qu’elles pourraient faire une sorte de pyjama party ? Ce programme la tentait bien plus qu’une beuverie mais bon. Aiyana poussa un soupir. Elle regrettait ses années Salem, elle regrettait sa bande d’amis et tous les bons moments qu’ils avaient passé ensemble.

Aiyana ruminait. Seule dans ce couloir, elle aurait pu rester longtemps avec ses pensées. Le temps de se calmer, de reprendre ses esprits et de relativiser ce qui venait de se passer. Ce n’était pas dramatique même si c’était symptomatique d’une société où la femme était objet… Mais ça, ça faisait un moment qu’elle en avait conscience. Bref. Absorbée par ses pensées, Aiyana en avait oublié les principes de bases, rester sur ses gardes, se préoccuper du monde alentour. Alors, quand une voix fait la tirer de ses pensées, elle sursauta. Elle vit alors en face d’elle un jeune homme déguisé en pirate. Ce bal déguisé rendait toute discussion sérieuse un peu difficile mais bref… Ce jeune homme semblait s’inquiéter de son état, et c’était tout à son honneur. Sauf qu’Aiyana remarqua le verre dans sa main et elle partit au quart de tour. Ce n’était pas son jour. Et le premier qui osait dire que c’était sans doute parce qu’elle avait ses règles, il risquait de mourir sur place.

« Ça a l’air d’aller ? »

Première réplique, cinglante. Le problème avec Aiyana, c’était que lorsqu’on la lançait, l’interrompre devanit un jeu périlleux.

« Ça ne va pas parce que cette école est remplie d’imbéciles. D’imbéciles qui sont incapables de passer une bonne soirée sans se bourrer la gueule. On n’évoluera donc jamais ? On est obligés d’ensorceler tous les jus à chaque fois ? »

La machine était lancée. Le regard de la jeune femme n’était pas très encourageant, même un peu effrayant d’ailleurs.

« Déjà que les hommes ici sont pas malins mais avec tout ça, ils se transforment en animaux incapables de réfréner leurs ardeurs et qui croient que parce qu’une femme se fait belle ou danse bien c’est pour eux, c’est un appel… »

Les poings d’Aiyana s’était resserrés.

« Non mais sérieusement, ça me rend dingue !! »

Ah bon, on avait pas remarqué… Aiyana s’était alors détournée quelques secondes. Le pauvre jeune homme qui venait lui parler n’avait sans doute rien compris à la scène. La verte elle reprenait son souffle. Elle avait parlé vite, sur un ton sec et plein de hargne. Mais bizarrement, maintenant, ça allait beaucoup mieux. Comme si le fait de cracher tout ça, de mettre des mots sur ce qui tournait dans sa tête depuis quelques instants lui permettait de se libérer d’un poids. De respirer enfin à pleins poumons. Elle se retourna alors pour faire face de nouveau au pirate, son visage était un peu moins tendu.

« Pardon. Je ne te visais pas en particulier mais il fallait que ça sorte. »

Même si Aiyana n’appréciait toujours pas la vue du verre dans la main du pirate, il n’en restait pas moins qu’elle ne le connaissait pas et ne l’avait pas vu faire quoi que ce soit de mal. Alors il ne méritait pas ce déchargement. Ce n’était pas juste de sa part. Pour autant, cette petite révolte lui avait fait du bien et, comme si ça l’avait fatiguée de dire tout ça, elle poussa un long soupir et s’adossa contre le mur. Cette école allait finir par avoir sa peau. Il allait falloir qu’elle trouve un moyen pour évacuer la pression et sa colère parce que sinon, les pirates comme celui-ci allaient régulièrement s’en prendre plein la tronche, sans trop savoir pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 16958
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr ▬ Signature (c) Myuu.BANG!
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: [EVENT 16.05.2015] What the hell am I doing here ? [Libre]   Ven 2 Déc 2016 - 12:59

« Ça a l’air d’aller ? »

Fatal error. May Day, May Day ! Fous le camp d’ici tout de suite et ne te retourne surtout pas ! Fais le mort ! Simule un malaise ! N’importe quoi, un truc, vite ! Trop tard. Ne bouge surtout pas et par-dessus tout : Ne prononce pas un seul mot. Instinct de survie enclenché.

« Ça ne va pas parce que cette école est remplie d’imbéciles. D’imbéciles qui sont incapables de passer une bonne soirée sans se bourrer la gueule. On n’évoluera donc jamais ? On est obligés d’ensorceler tous les jus à chaque fois ? »

Ne l’interromps surtout pas, continue de faire l’opossum tout en t’arrangeant pour qu’elle ne pense pas que tu ne l’écoutes pas. Et je l’écoute, vraiment. J’encaisse son trop plein qui me tombe sur la tronche parce que j’ai posé une question. LA question. Ça va ? Non, ça ne va pas et j’en ai trop sur le cœur alors tant que t’es là, c’est toi qui prends. Ok. J’me fais tuer si je ressors mon vieux crédo : Fille = hystérie ? Probablement.

« Déjà que les hommes ici sont pas malins mais avec tout ça, ils se transforment en animaux incapables de réfréner leurs ardeurs et qui croient que parce qu’une femme se fait belle ou danse bien c’est pour eux, c’est un appel… »

Rire bref, presque nerveux. Amusé ? Oui et non. Je prends ça pour une attaque presque personnelle en réalité. C’est pas la première fois que j’entends ce genre de discours sortir de la bouche d’une femme, je pense notamment à Ora, et je conçois parfaitement qu’il y a un paquet d’abrutis dans nos rangs qui les pousse à avoir ce genre de réaction, de pensées, de façon de voir les choses mais … Putain, on n’est pas tous comme ça, merde. Je fronce surement un peu les sourcils, parce que oui ça m’agace d’entendre ça, mais je reste tranquille et silencieux. Aucune agressivité dans mon langage corporel tandis qu’elle continue de vider son sac.

« Non mais sérieusement, ça me rend dingue !! »

J’ai cru remarquer, oui, mais on n’est pas là pour juger. Enfin je ne suis pas là pour juger en tout cas et la concernant j’ai l’impression que ce sont plus ses émotions qui parlent qu’autre chose mais passons.
Elle se détourne, je ne bronche toujours pas. Je pourrais en profiter pour me barrer mais j’en ai pas envie. J’ai pas envie de laisser ce déballage comme ça. Y a un truc qui s’est réveillé en moi alors je la laisse reprendre son souffle, retrouver ses esprits après ce monologue plein de virulence et d’accusations. Et la voilà qui me fait face à nouveau, j’affiche un air neutre je pense. Quoi que, un léger sourire en coin étire quelque peu mes lèvres mais il n’a rien d’ironique ou de cynique.

« Pardon. Je ne te visais pas en particulier mais il fallait que ça sorte. »
« Je t’en prie. »

Main dans la poche, l’autre toujours autour de mon verre – qu’elle regarde, ça ne m’a pas échappé – sourire néanmoins amusé sur le visage malgré certains ressentis mais pas moqueur pour autant. Je ne lui demande pas si ça fait du bien, ça se sent et ça se voit. On va dire que c’est le point positif de ce craquage/discours enflammé, elle a l’air soulagé de quelque chose.

« J’imagine que ça ne sort pas de nulle part et que t’as du rencontrer la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Enfin, d’eau … »

Je baisse les yeux sur mon verre, ça ne m’a effectivement pas échappé qu’elle l’a regardé plusieurs fois déjà et je n’ai pas l’intention de nier ce qu’il y a dedans. En attendant, un truc germe dans ma tête et je relève le regard dans sa direction, mon sourire est plus large mais toujours aussi tranquille.

« Bouge pas. Sans vouloir te commander. »

Je m’éclipse comme ça, sans rien dire de plus, pour revenir une petite minute plus tard en ayant parfaitement conscience qu’elle ne sera peut-être plus là mais c’est toujours le cas. Je la rejoins et lui tend un verre. Un cocktail à base de jus de citrouille.

« Tiens. Certifié 100% sans alcool, ni aucun autre truc louche. Promis. »

Bien sûr rien ne l’oblige à me faire confiance, je ne m’en formaliserai pas. On ne se connait pas après tout. C’était simplement un geste désintéressé, instinctif et impulsif. Je n’ai pas réfléchis ni calculé quoi que ce soit.

« Et ta robe est très jolie, tu es très jolie, ça te va vraiment bien. Mais si ça peut te rassurer je n’envisage pas non plus de te sauter dessus et ne considère pas le fait que tu te sois fait belle comme un appel à quoi que ce soit. »

Cette fille est jolie, vraiment, mais je ne suis clairement pas là pour draguer.

« On n’est pas tous des animaux décérébrés. J’me sens un peu obligé de défendre la cause masculine, m’en veux pas. Et c’est pas parce que j’ai de l’alcool dans mon verre que je suis plus imbécile qu’un autre. J’ai juste accepté de trinquer avec un pote, qui m’a offert ce verre. »

Notez l’ironie de la chose quand on parle d’animal.

« J’dis pas que c’est une bonne ou une mauvaise chose, bien ou mal, mais en ce qui me concerne, c’est vrai, même si je sais parfaitement m’amuser sans boire, j’aime aussi boire pour m’amuser. Et aussi simplement parce que j’aime le goût. Maintenant je comprends que ça puisse agacer que certains fassent ça. Je le conçois parfaitement. »

Ensorceler les jus, directement dans les récipients communs. Cet alcool que j’ai dans mon verre, il vient de Josh, un truc qu’il a apporté lui-même. On passera sur le fait que j’en ai fait autant et que la petite fiole que j’ai dans ma poche ne comporte pas d’eau elle non plus. Elle n’a pas besoin de le savoir.

« Tu sais pourquoi je suis sorti de cette salle ? En partie pour échapper à une jeune femme qui a décidé qu’elle était la solution à mes problèmes et que je pouvais compter sur elle pour me remettre dans le droit chemin. Simplement parce que mon « chemin » n’est pas celui qu’elle trouve normal et visiblement obligatoire. »

On appelle ça du harcèlement ou je ne m’y connais pas. Un peu ça va, ça peut même être amusant, mais au bout d’un moment ça devient pénible parce que même si June est attachante elle pense dur comme fer ce qu’elle dit. Je mets ça en parti sur le fait qu’elle a eu la malchance de grandir dans un cercle complètement fermé d’esprit mais à notre âge je pars du principe qu’on est capable d’avoir notre propre jugement sur les choses. C’est de l’intolérance, ni plus, ni moins. Parce que je suis un Sang Pur je devrais perpétrer les traditions, me trouver une gentille future femme qui me fera de beaux bébés Sang Pur histoire de pérenniser la lignée ? Et bien non, désolé. C’est ma vie, j’en fais ce que je veux, quand je veux, avec qui je veux. Tous statuts de sang, nationalités, âge – on s’entend là-dessus bien évidemment – couleur de peau, sexe confondus et j’en passe. Et puis je dois bien le dire, j’en ai assez qu’on balance tous les mecs dans la même case. Je ne dis pas que j’ai toujours été un exemple à ce sujet mais j’estime qu’on a le droit à l’erreur et surtout, on peut toujours évoluer. C’est ce que j’ai fait. Aujourd’hui j’ai pas l’impression d’être … « pas malin », d’être « un animal incapable de réfréner mes ardeurs et qui pense qu’une femme qui se fait belle est un appel » ou une provocation. Je suis un mec bien, entouré d’autres mecs biens.

« Y a des cas des deux côtés, j’crois qu’on parle simplement plus souvent des hommes parce qu’effectivement ils sont probablement plus nombreux à se conduire comme des abrutis mais … Ouais, on n’est pas tous comme ça et toutes les femmes ne sont pas des anges non plus. Pour ma part j’fais pas de distinction et je pense rester un minimum lucide mais j’ai pas non plus la prétention d’avoir la science infuse. »

Je m’avance simplement avec ce que j’ai pu observer du monde même si ma vision des choses est peut-être naïve. En attendant je persiste, être un mec ne signifie pas obligatoirement être un abruti notoire qui considère les femmes comme une entité inférieure ou quoi que ce soit dans ce genre-là.
Là-dessus, je lui tends la main sans jamais voir perdu mon sourire une seule seconde. Mon ton est resté calme, serein, tranquille, de même que mon langage corporel.

« Je m’appelle Enzo, j’pense être un mec bien même si comme tout le monde j'ai mes défauts. Et même si je bois de l’alcool et qu’il m’arrive de regarder les femmes quand elles se font belles sans avoir pour autant envie de me comporter comme un animal, enchanté. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 363
Date d'inscription : 17/03/2016
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily, Julian, Caem, Keith, Ethan, Zachary



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3578-aiyana-hopkins-liens
MessageSujet: Re: [EVENT 16.05.2015] What the hell am I doing here ? [Libre]   Lun 12 Déc 2016 - 18:42

Aiyana n’aimait pas se donner en spectacle, s’étaler, ouvrir son cœur à n’importe qui. Pourtant, ce soir là, c’était comme si quelqu’un ou quelque chose l’avait poussé à sortir de ses habitudes. D’abord cette baffe. Même si ce type la méritait amplement et même si elle ne regrettait pas son geste, cela l’avait dérangée d’être soudainement au centre de l’attention pour autre chose que ses capacités intellectuelles. Mais elle n’avait pas pu faire autrement. Et là, elle n’avait pas réussi à retenir le flot de paroles. C’était sorti à une vitesse hallucinante et en quelques secondes, elle avait craché le fond de sa pensée à un type qu’elle connaissait ni d’Eve ni d’Adam. Et ce qui était assez saisissant d’ailleurs, c’était le calme avec lequel le pirate avait reçu tout ça. Trop emportée par son discours, Aiyana ni avait pas vraiment prêté attention pendant mais ce fut au moment de s’interrompre qu’elle se rendit compte qu’il était resté calme. Parfaitement calme, la laissant aller jusqu’au bout sans aucun moment s’imposer. Et c’était plus surprenant. Il répondit même comme un gentleman lorsqu’elle s’excusa de son emportement. Aiyana le regarda un peu surprise et lui enchaîna, expliquant qu’il se doutait que quelque chose avait dû la faire exploser. La jeune femme acquiesça d’un simple mouvement de tête. Perspicace le pirate. Puis, sans qu’elle n’ait le temps de réagir, il lui demanda de rester là et disparu. La jeune femme fronça les sourcils mais ne bougea pas. Elle était bien ici de toute façon et avait bien besoin de reprendre un peur d’air avant de retourner dans sa salle commune. Le pirate revint finalement, comme il l’avait dit et lui tendit un verre, lui promettant qu’il ne contenait que du jus de fruit. Aiyana était d’une nature méfiante et elle se permit de sentir le verre avant de goûter, réflexe d’auto-défense même si ce jeune homme semblait jusque là plutôt sympathique. Elle bu finalement une bonne gorgée. Il pouvait toujours dissimuler un truc inodore dedans mais elle ne le voyait pas si fourbe que ça et au pire, elle savait se défendre.

« Merci, je dois dire que c’est plutôt appréciable. »

Une nouvelle gorgée, elle avait plutôt soif en fait. Aiyana s’était donc concentrée exclusivement pendant quelques secondes sur ce jus de fruits qui lui faisait un bien fou et lui apportait un peu de douceur après toute cette colère. Le pirate la ramena cependant au sujet de conversation. Il la complimenta sur sa tenue mais lui précisa bien qu’il ne voyait pas ça comme un appel. La jeune femme sourit. Elle n’était pas du genre à se faire séduire par la flatterie mais après toute cette colère, il y avait quelque chose d’attendrissant dans la façon que ce jeune homme avait de le dire.

« C’est gentil. »

Le pirate enchaîna ensuite, défendant la cause masculine comme il le disait. Aiyana afficha un mince sourire. Elle comprenait, il se sentait nécessairement touché par ce qu’elle avait dit. Elle ne pensait pas que tous les hommes étaient du même acabit, bien évidemment. Elle avait été élevée par un homme seul et avait énormément de respect pour lui. Il n’en restait pas moins que la société demeurait sexiste et que, par conséquent, certains comportements étaient tolérés, acceptés sans que personne ne se pose la question du pourquoi. Elle écouta cependant le jeune homme, d’autant qu’il venait de glisser sur l’alcool, expliquant qu’il y avait encore une fois plusieurs catégories de buveurs. Soit, encore une fois, il était compliqué de mettre tout le monde dans le même panier.

« Ce que je trouve dommage c’est surtout que des jeunes gens se pourrissent la santé et se rendent idiots juste pour s’intégrer, pour ressembler à ce qu’on leur demande d’être. »

Alors certes, Aiyana avait des idées arrêtées et elle considérait que boire à leur âge et à outrance était ridicule. Elle aurait donc largement préféré qu’ils puissent tous se passer de l’alcool mais avant cela, si les gens pouvaient au moins le faire que pour eux… Si ce n’était pas que le reflet d’une pression sociale… Enfin bref. Une nouvelle gorgée de jus de fruits pour se détendre. En vérité, Aiyana était plutôt détendue et il fallait bien avouer que l’attitude du pirate aidait. Il parlait, disait ce qu’il avait à dire mais calmement. Il n’y avait aucune agressivité, aucune rage dans ses propos. Et de fait, la jeune femme se sentait libre de dire ce qu’elle pensait en tout simplicité. Le pirate continua alors, lui expliquant qu’il avait quitté la salle à cause d’une jeune femme qui le harcelait. La serpentarde fronça légèrement les sourcils quand il évoqua la différence de chemins empruntés. Elle ne savait pas exactement à quoi il faisait référence mais en aucun cas cela ne la concernait. Elle le laissa alors continuer et sourit légèrement. La féministe en elle s’agitait mais encore une fois, elle resta aussi calme que son camarade. Parce qu’il semblait être plutôt un jeune homme sympathique.

« Je pense aussi que notre société a des traditions machistes et c’est pour ça qu’il y a plus de soucis dans les comportements des hommes. Parce que certaines choses sont ancrées et qu’on ne se rend même plus compte comme c’est avilissant pour la femme. Mais tu as parfaitement raison, tous les hommes ne sont pas mauvais et certaines femmes sont foncièrement mauvaises. »

Là-dessus, égalité parfaite, Aiyana n’avait aucun souci à l’admettre, bien au contraire. Elle prônait légalité des sexes et en aucun cas la supériorité féminine, c’était parfaitement ridicule. Elle sourit donc sincèrement quand le pirate se présenta, affirmant qu’il savait tout à fait trouver les femmes belles et les respecter. L’américaine attrapa sa main et la serra avec chaleur.

« Aiyana, enchantée. Féministe invétérée et rabat-joie qui s’assume totalement. »

De l’autodérision ? Et oui, Aiyana pouvait en être capable. Certes, la plupart de ses camarades pensaient qu’elle était juste bonne à étudier et ne savait pas rire. Mais elle avait beau être intransigeante sur certains sujets, elle demeurait une jeune femme pleine de vie. Elle aimait rire, elle n’avait juste pas besoin de trois litres d’alcool pour le faire. D’ailleurs, en parlant de ça, elle reprit une gorgée de ce jus de fruits qui décidément lui plaisir beaucoup.

« Encore merci pour ce verre, c’est exactement ce dont j’avais besoin. »

C’était comme si ça l’apaisait d’un coup, ça l’aidait à dégonfler de toute cette colère qui était montée à une vitesse hallucinante en elle.

« Et cette fille qui te harcèle, tu n’as jamais envisagé de la remettre sévèrement à sa place ? Après tout, les femmes ne sont pas en sucre, il est possible de leur rentrer dedans, crois-en mon expérience. »

Aiyana sourit. Sans doute qu’Enzo avait déjà dû essayer, elle ne savait rien de cette histoire mais. A sa place, elle l’aurait sans doute recadrée aussi sec. Surtout qu’elle était bien placée pour ça. La moitié des gens de cette école agissait en dehors de ses principes et d’une façon qu’elle jugeait ridicule et inappropriée. Pour autant, jamais elle ne s’était permise de harceler qui que ce soit. Alors si, ses amis, elle leur faisait comprendre qu’elle n’approuvait pas leur comportement, elle ne s’en cachait pas, mais n’allait pas les chercher. De même, si un inconnu venait lui parler, elle irait lui dire clairement le fond de sa pensée. Mais se prendre pour l’ange saint qui allait remettre tout le monde dans le droit chemin… L’image des Supérieurs s’imposa dans son esprit chamboulant sa réflexion mais Aiyana préféra refouler tout ça pour le moment. Pas envie de mener cette réflexion tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 16958
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr ▬ Signature (c) Myuu.BANG!
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: [EVENT 16.05.2015] What the hell am I doing here ? [Libre]   Mer 14 Déc 2016 - 14:03

« Aiyana, enchantée. Féministe invétérée et rabat-joie qui s’assume totalement. »
« T’as bien raison. »

On est bien d’accord, quelques années en arrière je n’aurai certainement pas tenu le même discours mais il se trouve que j’ai évolué, muri, et que même si j’ai parfois des restes de réaction relativement machiste, je pense que les femmes de mon entourage m’ont bien éduqué. Hey, j’ai aussi fait une partie du chemin tout seul comme un grand, quand même, mais enfin ça n’est pas le sujet. Dans tout ça, oui, c’est vrai, j’en ai un peu « assez » qu’on tape sur le dos des mecs sans qu’on nous laisse un droit de réponse alors je l’ai pris, ce droit de réponse, et je trouve cette discussion vraiment intéressante. Exactement comme celle que j’ai eu avec Ora avant qu’elle ne parte. Quant à cette fille Aiyana, elle me semble être ouverte sur le sujet et avoir de l’autodérision, ça me plait. Peu importe si on continue à « débattre » tous les deux, j’ai l’impression que ça se fera dans un réel échange où l’un écoute le point de vue de l’autre.

« Encore merci pour ce verre, c’est exactement ce dont j’avais besoin. »

Pour seule réponse de ma part : Un signe de tête et je lève vaguement mon verre dans sa direction en esquissant un sourire. Je suis à l’écoute des femmes et anticipe leurs besoins, que voulez-vous … Pas taper.

« Et cette fille qui te harcèle, tu n’as jamais envisagé de la remettre sévèrement à sa place ? Après tout, les femmes ne sont pas en sucre, il est possible de leur rentrer dedans, crois-en mon expérience. »

Là c’est carrément un rire amusé que je lâche en tendant le bras vers elle pour instaurer une distance de sécurité entre nous deux, paume tournée dans sa direction. Comme une sorte de rempart protecteur.

« Ok, je note qu’il vaut mieux éviter de te mettre en pétard. »

Est-ce qu’elle est du genre à « rentrer dedans » ? J’ai appris avec le temps et l’expérience qu’il vaut mieux se méfier de l’eau qui dort et vu ce qu’elle m’a mis dans la tête juste avant – pas personnellement, j’ai bien compris – je ne tenterai pas le Diable. Façon de parler, évidemment. Comme ça, c’est vrai qu’elle a les traits doux, on pourrait facilement la sous-estimer mais … Non, je ne m’y risquerais pas. Et une gorgée pour la route à mon tour. C’est que tous ces discours ça donne soif.

Pour le reste … Insérer ici un soupir de … de dépit je dirais, presque. De résignation aussi, je crois.

« J’ai essayé, pas mal de fois à vrai dire, de lui expliquer que son point de vue et sa vision du monde, des choses, n’est pas un truc figé et universel mais … elle n’écoute pas, en fait. Elle est dans son monde, dans sa p’tite bulle. Parfois j’ai même le sentiment qu’elle plane complètement dans une autre stratosphère. »

Le schéma de June est simple : Tout faire comme Maman. Est-ce qu’on peut lui reprocher ça ? Tant que ça la concerne elle, non, elle fait bien ce qu’elle veut de sa vie. Dès l’instant où elle interfère dans celle des autres …

« J’vais pas dire qu’elle me fait de la peine parce que ça pourrait être mal interprété mais très sincèrement je me sens vraiment chanceux d’avoir ma liberté de penser et la capacité de le faire quand je vois qu’elle se contente de prendre pour argent comptant ce qu’on lui a inculqué. Elle y croit, réellement, enfin je pense, mais disons qu’elle n’essaie pas de voir plus loin que le bout de ça et je trouve ça plus triste qu’autre chose. C’est bien d’avoir des valeurs et de s’y tenir, c’est bien de faire « honneur » au schéma familiale mais … Enfin j’sais pas, je pense que c’est nécessaire parfois d’ouvrir les yeux, de se forger sa propre opinion, de construire son individualité et surtout de respecter que tout le monde ne fonctionne pas de la même manière. Surtout que je ne vois pas bien en quoi ce que je fais de ma vie la concerne et a un impact sur la sienne ... »

D’autant qu’elle n’est pas la dernière à s’amuser alors question schéma familiale … Enfin bref, je ne suis pas là pour juger. Elle a bien raison de prendre du bon temps, ça n’est certainement pas moi qui aurait quelque chose à redire là-dessus et je me rends compte que les limites de sa conscience sont assez floues pour moi, en réalité. Enfin j’ai bien compris que pour elle, sans pour autant être virulentes dans ses propos et ses pensées, les relations entre personnes du même sexe ça ne peut pas être sérieux ou quelque chose dans ce genre-là. Ça reste de l’homophobie, de l’intolérance et c’est grave mais dans son cas je pense que c’est surtout une grande part d’ignorance.
Je pense aussi qu’elle a une vision de la femme pas très en accord avec celle d’Aiyana d’ailleurs, soit dit en passant. J’ai le sentiment que dans la tête de June, une femme doit se trouver un bon mari et que c’est ça qui affirmera sa situation. Ça en ferait hurler plus d’une à mon avis. D’un autre côté … Je sais qu’elle manipule et que certains tombent dans le panneau sans même probablement s’en rendre compte. Peu importe.

« Donc pour faire clair, quand j’essaie de lui parler j’ai l’impression de brasser du vide et sincèrement … J’vois plus tellement l’intérêt d’essayer là tu vois. Alors je fuis, « lâchement » probablement. »

Vague sourire. Haussement d’épaules.

« Elle n’est pas méchante, elle fait pas ça pour blesser, j’pense juste qu’elle croit dur comme fer que c’est pour le bien de son prochain. Ça part réellement d’un bon sentiment si on y pense bien. Sauf que moi ça ne m’intéresse pas – et encore moins à mon âge – de me trouver une gentille petite femme – ça n’a rien de péjoratif quand je dis ça, je tiens à le préciser. Bref, une femme avec qui j’aurai une belle descendance, etc … Si ma famille a fini par comprendre que je n’étais pas dans cette optique, c’est certainement pas elle qui va me faire entendre « raison » à ce sujet-là. »

Comment est-ce qu’on peut décemment déjà penser à ça ? Ok, je l’admets, j’y ai pensé quand j’étais avec Kyle mais avec le recul et le temps qui passe je comprends que cette relation était … Pas fausse, loin de là, de même que les sentiments étaient plus que réels et le sont toujours quelque part seulement le contexte a brouillé un peu les cartes je pense. Tout est allé vite, fort, intensément, etc … Aujourd’hui je ne suis plus du tout dans le même état d’esprit et je me rends compte d’énormément de choses. J’ai grandi, c’était ma première et mon unique relation sérieuse, j’imagine qu’on est tous un peu pareil la première fois et qu’ensuite on change, on évolue, on a appris et les besoins, réactions, ne sont plus les mêmes. J’en sais trop rien.

« J’en sais rien, c’est peut-être ce qui se passera quand même et si ça doit arriver alors soit, j’ai aucun problème avec ça seulement d’une j’ai aucun moyen et aucune envie de me projeter et de deux, si effectivement ça doit se passer de cette façon, ça sera uniquement parce que JE l’aurai choisi, pas pour « rentrer dans le rang » ou faire plaisir à qui que ce soit. Et si ça n’est pas ce qui se produit, personne n’aura son mot à dire sur la question. C’est ma vie, j’en fais ce que je veux jusqu’à preuve du contraire. »

Et puis c’est pas des trucs qu’on peut choisir de toute façon, de qui on va tomber amoureux, avec qui on a envie de faire un bout de chemin, par qui on est attiré, etc ... Tout ça c’est le hasard qui décide de mettre telle ou telle personne sur ta route, le reste n’est pas plus calculé ni calculable et j’ai pas l’intention de me retrouver dans la même situation que Warren : Marié de force avec une femme que je n’aime pas parce que c’est comme ça et pas autrement. J’ai eu de la chance, ma famille pourtant ultra conservatrice l’a compris. Peut-être qu’ils pensent que c’est juste une passade, peut-être qu’ils me laissent vivre ma jeunesse en se disant que je retomberai tout seul comme un grand sur un chemin plus … en accord avec leurs principes, j’en sais rien. En attendant, il se trouve que je viens de passer un bon moment avec un garçon, encore un. Un garçon que j’apprécie vraiment, qui m’attire comme un aimant, avec qui j’aime passer du temps parce qu’on est sur la même longueur d’onde concernant beaucoup de choses. Sans aucune visibilité sur l’avenir, sans promesses, sans attaches ou presque parce que j’ai de l’affection pour lui et ça me va très bien comme ça. Dans deux mois je craquerai peut-être pour une femme, puis dans six ans je me retrouverai dans une relation avec un mec, pour finir marié à une autre femme d’ici 15 ans ? Est-ce qu’on peut juste se concentrer sur l’instant présent ? Parce que même demain, sincèrement, je m’en fous à ce niveau-là. Et que chacun s’occupe de ce qui le regarde.

Amen ! Je me suis un peu lâché là, hum ? Et j’ai un peu dérivé de la conversation de base j’ai l’impression. Je m’en rends compte et écrase un rire bref, pas nerveux pour autant, juste … Presque amusé, en réalité.

« Désolé, faut croire que t’étais pas la seule à avoir besoin d’ouvrir les vannes. »

Et je sais, je parle beaucoup.

« Tout ça pour dire que c’est pas une fille foncièrement méchante ou mal intentionnée et que j’ai pas envie de la blesser alors … Ouais, je laisse couler et je l’évite autant que je peux. »

Parce que je me connais, je me sais capable de faire énormément de mal avec les mots. A quoi ça me servirait de faire ça ? A rien. Je le sais, à l’heure qu’il est June a déjà oublié notre conversation et je vais en faire autant tout aussi rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 363
Date d'inscription : 17/03/2016
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily, Julian, Caem, Keith, Ethan, Zachary



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3578-aiyana-hopkins-liens
MessageSujet: Re: [EVENT 16.05.2015] What the hell am I doing here ? [Libre]   Mer 4 Jan 2017 - 9:41

Aiyana ne cherchait en aucun cas l’approbation d’Enzo ni celle de qui que ce soit. Mais oui, elle fut presque rassurée qu’il aille dans son sens, l’encourageant dans le fait de s’assumer. Elle n’en avait besoin mais c’était toujours agréable d’entendre un homme dire qu’elle avait raison d’assumer son engagement féministe. Oui, ça faisait du bien alors elle lui sourit et hocha la tête. Une sorte de remerciement à mi mot. Cela la mit en confiance aussi et lui permit de se lâcher un peu plus dans ses propos, dire ce qu’elle pensait sans faire semblant. Oui il pouvait rentrer dans cette nana s’il le fallait, lui faire comprendre qu’elle pouvait juste lui lâcher la grappe. Aiyana ne se gênait pas pour le faire et elle avait horreur que certains mecs refusent de lui parler ouvertement sous prétexte qu’en tant que femme elle pourrait être blessée. Nan mais sérieusement, c’était ridicule… Mais oui, dit comme ça elle devait un peu passer pour une malade mentale. Alors quand Enzo souligna qu’elle pouvait un peu faire flipper, elle se mit à rire. Oui oui vraiment. Aiyana était capable de rire, là comme ça, sans que la blague soit de haut niveau. Vous aussi ça vous surprend, non ?


« Ah ça… J’aurais du mal à te contredire. »


Petit sourire de la part de la demoiselle qui reprenait peu à peu son sérieux. Elle bu une nouvelle gorgée du jus qu’Enzo lui avait apporté. Ce qui était dommage, c’était qu’elle n’en aurait bientôt plus. Elle lui demanderait où il l’avait trouvé même si une dose de sucre comme ça le soir, ce n’était pas forcément la meilleure idée du monde. Mais bref. Enzo de son côté se laissa aller à un profond soupir et reprit la parole, apportant un peu plus de détails sur cette fameuse nana qui la poursuivait. Aiyana l’écouta alors, hochant la tête pour signifier qu’elle entendait bien ce qu’elle disait. Cette fille était dans sa bulle ? Ça il y en avait un grand nombre de gens comme ça. Elle écouta ensuite la suite en fronçant légèrement les sourcils. Non pas que ce que disait Enzo l’indisposait. Non, c’était plutôt un signe de sa concentration. Elle écoutait, elle enregistrait pour mieux pouvoir répondre ou simplement se faire une réflexion sur tout ça. Ne pas réagir trop vite, analyser, comprendre. Quand il fit une véritable pause dans ses propos, la jeune femme se permit un commentaire.

« Je pense que les valeurs sont essentielles pour se construire mais je te rejoins là-dessus, si elles ne viennent pas de soi, elles sont inutiles. On ne doit suivre que ce qu’on a construit, que ça soit en accord ou non avec notre éducation d’ailleurs. »

Aiyana tenait beaucoup à ses valeurs. Elle en avait des très fortes, certaines liées à son éducation, indéniablement, d’autres qu’elle avait forgées avec le temps. Mais elle avait réfléchi à tout et pouvait donc défendre sans souci ces dernières. Parce qu’elles étaient siennes et non simplement des choses prémâchées. Et c’était essentiel à ses yeux. Mais bref, le débat ne semblait pas réellement se portait sur ça précisément. Aiyana se remit en position d’écoute, après une nouvelle gorgée de jus de fruit, alors qu’Enzo reprenait le fil de sa pensée. Elle afficha un sourire quand il évoqua le fait de brasser de l’air en parlant à cette fille. Oh, elle comprenait très bien ce qu’il entendait par là ! Ça lui arrivait très souvent et il fallait bien avouer qu’avec le temps, la jeune femme avait appris à lâcher l’affaire. Cela n’avait sans doute pas aidé son côté un peu prétentieux d’ailleurs, cette façon de penser que certains avaient décidément des capacités intellectuelles inférieures. Enzo précisa ensuite un peu plus le fond de sa pensée. Cette fille n’était pas méchante mais tenait dur comme fer à ce qu’elle reproduise son schéma. Aiyana sourit en l’entendant. L’idée de la descendance tout ça… Aiyana croyait certes en la famille et surtout au mariage. Mais elle était la première à affirmer qu’elle ne sacrifierait jamais sa carrière pour des enfants et ça l’amusait d’entendre tout ça. Elle ne fit cependant pas de réflexion, hochant simplement la tête une fois de plus. D’autant qu’Enzo semblait lancer et il acheva son discours de manière assez forte, affirmant sa liberté d’être et de mener sa vie comme il l’entendait. Aiyana sourit de nouveau. C’était amusant d’entendre ce garçon dire toutes ces choses mais ne vous méprenez pas, pour une fois, il n’y avait aucune forme de jugement péjoratif dans le sourire d’Aiyana. Non, c’était juste que tout ça, elle l’entendait et ça faisait écho en elle, d’une certaine manière.


« Ça m’amuse d’entendre tout ça parce que tu vois… Moi je crois au mariage. Au fait de se préserver pour la bonne personne. Mais à côté de ça, je prône la libération de la femme et je refuse de devoir un jour rester à la maison alors que j’ai de grandes ambitions. Et ça, les gens ne le comprennent pas. Parce que pour eux, il y a un mode de vie traditionnel et les choses vont forcément ensemble. Mais non, on peut créer son propre modèle, j’irais presque jusqu’à dire qu’il faut le faire. »


Une nouvelle gorgée de jus de fruit. Il était rare qu’Aiyana se livre sur tout ça. En général, elle évitait simplement d’en parler parce que les gens ne comprenaient pas. Parce qu’elle en avait marre de devoir toujours se justifier, tout expliquer. De devoir sans cesse se prendre des réflexions sarcastiques dès qu’elle évoquait ce sujet. Mais cette fois elle s’était sentie à l’aise tout simplement et avait osé. Au pire, elle saurait se défendre et retiendrait la leçon. Enzo s’excusa alors de s’être tant étendu tout en apportant une dernière conclusion sur la fameuse fille qui était au cœur du débat. Aiyana lui adressa un sourire compatissant.

« Oh tu sais, si ça m’avait agacé, je te l’aurais dit, ou je serais partie donc rassure toi. Quant au reste, courage alors. Je te trouve bien trop bon moi mais bon, c’est personnel. »

Oh oui, Aiyana n’aurait très certainement jamais eu la patience d’agir comme Enzo. De prendre ça avec tant de philosophie et de tout accepter juste pour ne pas blesser cette personne. Aiyana l’aurait sans doute étripée. Mais soit, elle devait avouer que c’était admirable même si elle ne comprenait que partiellement ce truc de se faire autant de mal juste pour ne pas heurter une nana qui croyait pouvoir se mêler de la vie des autres.

« En y réfléchissant, ça tient presque de l’abnégation sainte ce que tu fais avec cette fille. »

Et Aiyana se mit à rire. Bon ok, c’était un peu étrange comme blague pour le commun des mortels mais pour la jeune femme, pas tant que ça. C’était lié à ce qu’elle avait toujours côtoyé. Et puis, pas besoin de connaître Enzo par cœur pour se douter qu’il ne devait très certainement pas se comparer à un saint. Alors oui ça l’amusait. Elle était cheloue, et elle en avait parfaitement conscience.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 16958
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr ▬ Signature (c) Myuu.BANG!
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: [EVENT 16.05.2015] What the hell am I doing here ? [Libre]   Dim 8 Jan 2017 - 20:04

C'est pas un truc dont je me plains très souvent et depuis que je ne suis plus avec Kyle, je l'admets, je n'y pense plus vraiment. Pour lui, j'aurai été près à couper les ponts avec ma famille si j'avais du faire un choix, je le sais, mais aujourd'hui les choses sont différentes. Je suis différent. Et je pense sincèrement avoir réussi à leur faire entendre raison. Je ne suis pas aveugle ni stupide pour autant, ils ne sont pas au courant que je ne suis plus avec Kyle – sauf si Derek le leur a dit mais j'en doute – et je me doute qu'ils seraient soulagés de l'apprendre. Dans le fond, j'ai arrêté de les blâmer, quelque part je comprends leur point de vue dans le sens où c'est difficile de sortir des traditions. Néanmoins, mon droit à la liberté, oui, je le clame et clairement c'est ce qui vient de se passer. Elle n'a pas l'air de s'en formaliser et très honnêtement, je trouve cette conversation vraiment intéressante.

« Ça m’amuse d’entendre tout ça parce que tu vois… Moi je crois au mariage. Au fait de se préserver pour la bonne personne. Mais à côté de ça, je prône la libération de la femme et je refuse de devoir un jour rester à la maison alors que j’ai de grandes ambitions. Et ça, les gens ne le comprennent pas. Parce que pour eux, il y a un mode de vie traditionnel et les choses vont forcément ensemble. Mais non, on peut créer son propre modèle, j’irais presque jusqu’à dire qu’il faut le faire. »

Avec ce qu'elle me dit, je comprends qu'on est très différents sur certains points mais je respecte totalement ses convictions. Le mariage, personnellement j'ai rien contre et je trouve même que c'est une belle chose quand ça n'est pas arrangé, imposé, etc … Évidemment. J'ai grandi avec un modèle idéal sous les yeux alors sincèrement, oui, c'est potentiellement quelque chose qui pourrait me faire envie plus tard. Se préserver pour la bonne personne là par contre … Pas une seconde je ne me moque mais je crois que c'est la première fois que je rencontre une personne qui s'en tient à ça. Qui le dit ouvertement en tout cas. Je ne sais pas trop quoi en penser mais de toute façon ça n'a pas d'importance, on n'a pas besoin de mon point de vue. Pour moi c'est trop tard, depuis un p'tit moment maintenant et … Par Merlin, j'aime trop le sexe. Quand on y a pas encore goûté j'imagine que c'est plus « simple » mais ne me demandez pas de faire abstinence, je ne tiendrais pas une semaine. Façon de parler. C'est un truc vraiment important pour moi, quelque chose de totalement libéré et décomplexé dans mon esprit et de façon totalement saine je pense mais je comprends, je crois. Faire l'amour avec la personne qu'on aime c'est différent, c'est autre chose. Un autre lien. Alors oui, quelque part je « comprends » qu'elle préfère attendre.

Donc non, le sourire que j'affiche en l'écoutant n'a rien de moqueur. Vraiment pas. Il n'est pas amusé non plus ou alors si c'est le cas, dans un sens purement positif.

« Oh tu sais, si ça m’avait agacé, je te l’aurais dit, ou je serais partie donc rassure toi. Quant au reste, courage alors. Je te trouve bien trop bon moi mais bon, c’est personnel. »
« On m'a parfois traité de bon samaritain, je vais finir par croire que c'est vrai. »

Fausse modestie ? Non. Je ne vais pas falsifier ma façon d'être ni mon caractère. Je suis loin d'être un ange quand on sait certaines choses mais j'ai ce côté de moi qui me pousse à aider ou préserver les autres de façon récurrente. C'est comme ça. Ceci dit, je pratique le tri sélectif. Qu'on se le dise.

« En y réfléchissant, ça tient presque de l’abnégation sainte ce que tu fais avec cette fille. »
« Au moins ! »

Là, clairement, je me lâche et me met à rire. Tout comme elle d'ailleurs. Non, je n'ai rien d'un saint et dans le fond il y a surement une part de lâcheté ou en tout cas de lassitude dans ma démarche. Je crois que j'aurai beau répéter 50 fois les mêmes choses à June, elle n'en tiendra pas compte. A quoi bon s'acharner ? Je pense que je perds moins d'énergie en la laissant bavasser quand par « malheur » elle me tombe dessus qu'a essayer de lui faire entendre mon point de vue. Alors autant rester poli. On va dire que c'est juste quelques mauvais moments à passer, qui passe plus ou moins bien selon l'humeur du jour ou du moment.

« Hey t'es là mon Champion ! »

Je ne l'ai pas entendu ni senti venir. Jonathan, Harper, mon ancien camarade de classe et de dortoir qui est devenu un pote au file du temps. Mais surtout, ce soir, en cet instant, un mec complètement bourré qui vient de débarquer et de passer son bras autour de mes épaules – et dont je supporte donc actuellement tout le poids. T'as bu quoi mon cochon pour être dans cet état là ?! Je veux la même chose.

« J'aurai du me douter que je te trouverai en charmante compagnie, lover va. Bonsoaaaar. »

J'ai pas honte de mes amis, jamais, même après une conversation comme celle-ci, même quand je croise le regard d'Aiyana. Je lui offre un sourire presque amusé en haussant les épaules tout en continuant de tenir Nathan comme je peux. Il est en cet instant l'illustration même de ce dont on a pu discuter il y a quelques minutes à peine. Et il est probablement entrain de me faire passer pour la même chose mais peu importe. Elle m'a tout l'air d'être une fille intelligente, elle saura faire la part des choses et puis dans le fond, qu'est ce que ça changerait ? On se connait à peine, qu'elle me méprise ou m'apprécie n'a pas tellement d'importance. Ça n'a rien de méchant, c'est simplement factuel. Pour elle comme pour moi j'imagine.

« Oh j'dérange ! Pardon. »

Oui, t'as raison, je suis entrain d'essayer de choper là alors casse toi putain ! Non, pas du tout. Ça aurait pu, je ne dis pas, mais je ne pense pas que j'aurai été jusqu'à avoir cette discussion avec elle juste pour la mettre dans mon lit. J'ai pas toujours été très classe mais quand même. Et puis, maintenant que je sais ce que sais, qu'elle a des convictions sur certains sujets et notamment la pureté – excusez moi mais je vois pas bien en quoi on ne l'est plus une fois qu'on a perdu sa virginité, c'est pas très sympa – je n'irai certainement pas m'amuser à la draguer ou a tenter quoi que ce soit avec elle. Je respecte ça, vraiment. En plus de ça, très honnêtement, je viens à peine de quitter Liam et je ne me vois pas enchainer sur qui que ce soit d'autre, comme ça, comme si c'était rien. Parce que c'est pas le cas. Ce soir il n'y a que lui qui m'intéresse, c'est comme ça. Je fais pas de plans, qui sait ce qui peut se passer ? Surtout avec de l'alcool. Mais je le sens, c'est tout.

En tout cas Nathan ne s'attarde pas, il s'éloigne en titubant et si je le suis du regard un moment, si j'adresse un sourire presque désolé à Aiyana, ça ne veut pas dire pour autant que j'en veux à mon camarade ni même que je compte l'excuser. En soi, il n'a rien fait de mal.

« Le chromosome Y est tenace. »

Mon sourire s'élargit et je lui offre un clin d'œil, presque pince sans rire. C'est … presque une private joke, en fait.

« J'vais aller le surveiller un peu, histoire d'être certain qu'il ne rentre pas dans la catégorie qui t'a fait sortir de cette pièce. Je sais que c'est peut-être pas super flagrant comme ça mais c'est un gars bien. »

Il fait parti de ceux qui ne m'ont jamais jugé pour ce que je suis et je sais qu'il est comme ça avec tout le monde alors sincèrement, oui, c'est un gars bien. Il a toujours été là quand j'en avais besoin, à sa manière, et sans être mon meilleur ami – t'inquiète, personne ne te vole ta place petit russe de mon cœur – il est une personne importante dans mon environnement actuel.

« C'était sympa de discuter avec toi Aiyana. Très intéressant, sincèrement. »

Sans trop savoir pourquoi, je lève mon verre vers elle et puis je commence à m'éloigner pour entrer à nouveau dans la Grande Salle, à la suite de Nathan.

« Passe une bonne fin de soirée. Laisse pas les gros lourds te la gâcher. »

Dernier signe de la main à son attention, je retrouve finalement Nathan avec Aaron et Aiden. Il est entre de bonnes mains alors après avoir échangé deux ou trois mots avec eux je file dehors, pour rejoindre Cameron et passer un peu de temps avec lui avant d'essayer de trouver le Joker et sa douce.

▬ FINI POUR MOI ▬
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 363
Date d'inscription : 17/03/2016
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily, Julian, Caem, Keith, Ethan, Zachary



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3578-aiyana-hopkins-liens
MessageSujet: Re: [EVENT 16.05.2015] What the hell am I doing here ? [Libre]   Jeu 12 Jan 2017 - 9:29

Il faut bien avouer qu’Aiyana ne ce serait pas attendu à cette conversation. Mais surtout, elle n’aurait pas imaginé qu’elle aurait pu faire rire quelqu’un si éloigné de ce monde. C’était idiot, mais c’était un signe. Retrouver un rire sincère, un échange franc avec quelqu’un, cela lui faisait du bien. Sans avoir à se masquer, en ayant même montré un aspect plus sombre de sa personnalité. En étant elle-même tout simplement. C’était ça qui manquait à la jeune femme au quotidien. Cette possibilité de faire exploser ce qu’elle était vraiment et recevoir en échange un accueil chaleureux. Certes Aiyana avait trop de personnalité pour se travestir au quotidien, pour faire semblant. Mais c’était pesant de ne pas se sentir à sa place. Alors oui, cette conversation lui avait fait du bien et le rire d’Enzo à sa blague bizarre lui fit aussi plaisir. Peut être que cette discussion ne se reproduirait jamais. Après tout il était évident que ces deux là n’avaient pas grand-chose en commun. Mais quelle importance ? Ce moment, Aiyana avait décidé de le vivre autant que possible, profitant de ce jus de fruit et de ce moment de pause, de respiration dans une routine qui devenait étouffante. Le rire des deux jeunes gens se faisait donc écho jusqu’à ce que quelqu’un débarque, arrivé de nulle part, s’accrochant aux épaules d’Enzo, incapable de tenir debout.

« Bonsoir. »

Aiyana avait répondu, parce qu’elle était polie mais oui, il y avait moins de chaleur dans sa voix que précédemment. Elle arqua alors un sourcil et croisa le regard d’Enzo… Qui la fit sourire. Oui il semblait conscient de l’état de son ami, conscient de la réaction que cela allait provoquer chez Aiyana mais solidaire aussi. Alors elle se contenta de sourire face à sa réaction, parce qu’elle comprenait. Par que ses amis à Salem étaient loin d’avoir été des saints justement et que si elle les rabrouait, elle les soutenait aussi. Parce qu’ils comptaient. Alors elle comprenait et par égard pour Enzo et leur conversation elle se retiendrait de n’importe qu’elle remarque acerbe. Bel effort. De toute façon le jeune homme ne resta pas longtemps. Il était apparemment persuadé qu’Enzo était en pleine séance de drague avec Aiyana. Ce qui aux yeux de la jeune femme était assez drôle il fallait bien l’avouer. Elle le regarda donc s’éloigner, se crispant légèrement en le voyant tituber, se demandant s’il n’allait pas se prendre un mur. Enzo rattrapa alors son attention en reprenant la parole. Et de nouveau, la jeune femme se mit à rire. Se clin d’œil, cette référence. Et oui, Aiyana sous ses airs coincés pouvait même comprendre les private jokes, fou, non ?


« Tous les hommes ne sont pas pareils voyons ! »


Et Aiyana avait même renchérit, prenant un ton faussement péremptoire. Son visage s’était détendu depuis l’arrivée d’Enzo et elle en avait presque oublié pourquoi elle était là, au milieu de ce couloir alors que dans la grande salle la fête battait son plein. Allait-elle y retourner ? Bonne question. A laquelle elle allait vite devoir trouver une réponse. Enzo lui expliqua alors qu’il allait surveiller son ami.

« Sur ce coup, c’est toi le gars bien. »

Nouveau sourire de la part d’Aiyana. Si elle avait une aversion profonde pour ces jeunes capables de se mettre dans des états pas possibles, elle respectait ceux qui savaient soutenir leurs amis en toute occasion. Ceux qui restaient à leur chevet pour éviter les drames. Eux au moins avait un peu de jugeote et savait faire passer leur envie de fête après l’intérêt des amis. C’était respectable. Elle sourit donc à Enzo, d’un sourire calme, apaisé. Ses yeux s’illuminèrent de gratitude quand Enzo lui déclara qu’il avait apprécié discuter avec elle, que c’était intéressant. Pour une fille comme Aiyana c’était un grand compliment. Elle aimait se dire que sa conversation pouvait être amusante mais aussi fouillée. Bref, cela lui avait fait plaisir. Elle pouffa alors quand il leva son verre pour elle et l’imita avant de boire la fin de son jus de fruit. Enzo commença alors à s’éloigner et lui adressa quelques derniers mots.

« Je vais essayer. »

Le même sourire tranquille s’affichait sur le visage de la jeune femme alors qu’elle regardait son camarade disparaître dans les couloirs. Quand il ne fut plus dans son champ de vision, elle reconnecta doucement à la réalité. Aiyana s’adossa alors contre le mur et prit quelques secondes pour réfléchir. Elle pouvait retourner faire la fête, ignorer les gros lourds et profiter. Mais en avait-elle complètement envie ? La réponse apparaissait petit à petit. Elle n’en avait pas envie. S’ils avaient été là elle y serait sans doute retournée. Mais là non. Elle avait besoin de rester dans cette bulle réconfortante, dans cette conversation qui avait réussi à l’apaiser. Elle n’y retournerait pas mais par choix cette fois et pas parce qu’un imbécile avait cru pouvoir décider à sa place ce qu’elle souhaitait réellement. Aiyana afficha alors un sourire en coin et décida de retourner dans sa salle commune. Avant d’aller se coucher elle attrapa un parchemin et une plume et décida d’écrire une lettre à Lula. Aiyana avait eu du mal à lui parler après Salem. Parce qu’elles portaient ensemble un deuil qu’il semblait impossible de faire. Parce que même si elle ne le disait jamais vraiment à voix haute, elle avait vécu le retour de Lula chez elle comme un abandon. Même si elle comprenait parfaitement, même si elle ne pouvait pas juger, elle en avait souffert. Mais ce soir là, elle avait envie de la retrouver, de parler avec elle. Parce qu’elle respirait encore, contrairement aux autres. Parce qu’elle était encore debout alors elle devait en profiter. Aiyana écrivit donc une très longue lettre. Elle alla ensuite se coucher, prête à se lever à la première heure pour la poster puis pour travailler bien sûr. On ne change pas les bonnes habitudes.

- Terminé -

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [EVENT 16.05.2015] What the hell am I doing here ? [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[EVENT 16.05.2015] What the hell am I doing here ? [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hell In A Cell 2015 (carte et résultats)
» Event du Joker : "This is Hell on Earth"
» Event d'hiver 2015 :)~ inscriptions joueurs et groupe
» Event #2 : Thanksgiving 2015
» Event #1 : Halloween 2015 - Groupe 3 : A la chasse des Pokemon contaminés.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Rez-de-Chaussée.-
Sauter vers: