AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Event 16.05.2015] Somebody that I don't know ▬ Margo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 7710
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: [Event 16.05.2015] Somebody that I don't know ▬ Margo   Lun 14 Nov 2016 - 19:36

Dimanche 17 Mai 2015 – Dans la nuit
Somebody that I don't know



Margo & Cameron

« Si tu veux, tu peux te déguiser en perroquet et je te garde sur mon épaule toute la soirée. »
« Laisse-moi considérer la question ... »

Fin d'après-midi, les jeux sont terminés et je dois bien le dire, je me suis bien marré. J'ai clairement adoré le tournois de basket, de loin ce que j'ai préféré parce que c'est un sport que j'affectionne particulièrement – pour ne pas dire le seul en réalité – mais je n'ai pas détesté le reste non plus. C'était fun de faire partie d'équipes composées de gens a qui je n'avais jusqu'ici jamais adressé la parole, ça m'a permis d'apprendre à découvrir certaines personnalités mais pour l'heure, si Enzo est affalé sur ce qui a été le lit de Kyle pendant quelques mois sans avoir l'air de s'en formaliser – et tant mieux – je suis assis sur le rebord de la fenêtre, fenêtre ouverte, clope entre les doigts. Matthew n'est pas là, ça ne sentira pas quand il reviendra et c'est quelque chose que j'évite de faire en général mais une fois de temps en temps, bon … Bref. On discute de la journée, puis de la soirée, et … Non, je n'ai toujours pas d'idée de déguisements. C'est pas mon délire, j'ai pas tellement la fibre pour ça et honnêtement je suis bien plus emballé par l'anniversaire surprise de Keza où on sera en petit comité plutôt que par ce … bal. Megan avait réussi à me trainer au dernier, elle a même réussi à me faire danser, j'en reviens toujours pas et même si je fais le fier, c'était un bon moment. Si j'ai un pincement au cœur ? Bien sur, un peu. Ça m'a fait du bien de pouvoir lui dire au revoir pendant les vacances, d'une certaine façon, mais il y a souvent des choses qui me font penser à elle. Elle me manque, ça n'est pas constant ni invivable mais c'est là. L'anneau que je porte autour du cou, accroché à la chaine de mon frère, ne me quitte jamais. C'est ma façon à moi de l'avoir toujours un peu avec moi, sans doute comme Mateo garde le chapelet de sa sœur. En attendant j'ai pas l'intention de passer la soirée perché sur l'épaule de ce sale gosse, emplumé, et on en a conscience tous les deux mais l'image est amusante. L'animal étendu de tout son long en travers du lit face à moi se remet en mouvement, claque ses paumes sur ses cuisses et se relève.

« Bon ! J'te laisse, je vais aller prendre ma douche et me préparer. »
« T'as raison, va te faire belle ! »
« Oh oui. Je vais briller de milles feux pour t'éblouir grand fou. »

Il récupère son skate, me fait un salut militaire auquel je réponds par un sourire et un geste de la tête puis il disparaît dans le couloir. Ça me fait plaisir de voir qu'on a réussi à retrouver notre complicité d'avant les dernières vacances, sincèrement.

#

Gangster. Tony Montana. Un truc dans le genre. C'est comme ça que j'ai fini, après avoir hésité avec le mode racaille des rues que j'ai longtemps arboré étant plus jeune. Là c'est en quelque sorte le niveau au dessus, si on veut, un truc un peu plus classe on va dire. J'ai pas choisi ça pour être classe, je pense que c'est surtout pour l'ironie de la chose et il ne m'a pas fallu longtemps avant de trouver dans le coin de quoi préparer tout ça. Ems m'a aidé, Kezabel aussi – on remercie sa Magie pour certains détails et puis on souhaite un joyeux anniversaire à la demoiselle – et voilà le résultat. On dirait que je sors de Chicago dans les années 50, ou de l'époque de la prohibition, tout ça … J'aime bien, en fait.
Le bal en lui même je n'y suis pas resté des plombes. Emily a réussi à me faire danser, je n'ai vraiment pas de volonté mais là encore j'admets que je me suis bien amusé. Elle, d'autres, j'ai oscillé en allant de personne en personne, regrettant un peu que Dim ne puisse pas être pleinement de la partie et puis l'heure passant, on s'est tous retrouvés au septième puis dans la Salle sur Demande, bien planqué dans un coin le temps que Riley ne re-débarque avec sa meilleure amie. Elle a fait ça vraiment bien, préparé au millimètre, au nez et à la barbe de la Poufsouffle. Et c'était là encore un vrai bon moment mais j'ai fini par m'éclipser vers je ne sais trop quelle heure du matin, après avoir fumé un petit pétard pépère avec Will. Un pétard, c'est encore ce que je tiens entre mes doigts alors que je déambule dans les couloirs en ayant pleinement conscience de ne pas en avoir le droit. Mais eh, c'est jour de fête, on fait abstraction et pour le moment je n'ai croisé personne puisque tout le monde ou presque dort. Ou pas.

Sixième étage, l'endroit où crèche la moitié des Profs et la totalité des Gardiens, voilà où je me pose, les coudes posés sur le rebord d'une fenêtre, les yeux rivés vers l'extérieur, un sourire tranquille sur les lèvres. On n'est jamais plus à l'abri que près du danger … Non, clairement pas, mais j'ai simplement pas réfléchis. De toute façon je me trouve à l'abri des regards, la tête certes un peu ailleurs parce que je plane – on ne va pas se mentir. Sans m'en rendre compte je joue avec l'anneau de Megan, l'esprit léger, détendu, et la fumée s'échappe en abondance d'entre mes lèvres après une énième taf. Y a pas à dire, notre récolte est une pure merveille. Un soupir m'échappe, c'est un soupir d'aise. J'ai l'impression que le jour ne va pas tarder à se lever, je n'ai aucune notion du temps et ça me va très bien comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 175
Date d'inscription : 10/08/2016
Crédits : * { Lux



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3717-margo-beaumont
MessageSujet: Re: [Event 16.05.2015] Somebody that I don't know ▬ Margo   Jeu 22 Déc 2016 - 20:21


[Event 16.05.2015] Somebody that I don't know
Cameron & Margo



― J'préfère les pétards aux pétales et un peu la boisson.


Dimanche 17 Mai 2015 – Dans la nuit

- Naaaaan !
- Si, depuis un petit moment déjà. Désolée Margo !
- Fais chier, j’voulais boire au moins un verre.

Ses bras retombent le long de son corps, une moue moitié dépitée sur le visage.
Elle a bien évidement eu vent de cette journée de fête organisée pour les élèves mais aussi les profs. Margo avait espéré pouvoir passer au moins en fin de soirée, histoire de profiter de l’ambiance festive mais aussi de la bonne humeur de tout le monde. C’était sans compter son emploi du temps qui lui bouffe au moins la troisième soirée de suite.
La gardienne ne rechignera jamais à la tâche et ne tirera jamais la gueule lors d’une de ses gardes. Elle n’est pas là pour jouer, ni s’amuser, même si elle aurait aimé profiter d’un petit moment d’accalmie.

- Bon tant pis, ça sera pour une prochaine fois.

Elle regarde son collègue s’éloigner, garde ses yeux fixés sur son dos avant d’esquisser un très large sourire.
Ok, elle n’avait pas foutu les pieds à Poudlard depuis une décennie… mais est-ce que cela veut forcément dire qu’elle en a oublié tous les secrets ?
Coup d’œil à droit, puis à gauche, elle se dirige vers les cuisines et pars y choper une bouteille d’alcool qu’elle loge dans sa veste dont la poche est ensorcelée puis se prend une bière… peut-être deux ? Allez merde, soyons fou. Demain, jour de congé alors tout est permis.
Margo songe à aller chercher Gabrieli pour passer une soirée entre pote gardien, puis se dit qu’avec Ismaëlle, ça serait encore mieux… enfin, vu l’heure, elle se dit qu’il est à peu près sûre qu’elle soit entrain de se réchauffer histoire de pas choper la grippe auprès de son homme du nord… Et quand elle dit se réchauffer, nous sommes tous conscient qu’on ne parle pas d’un bon plaid.
Avec l’espérance que vous imaginez tous suffisamment bien le tableau.
Bisous.

La jeune femme décapsule sa première bière et grimpe les marches, sourire aux lèvres, chantonnant une de ses chansons préférées.
Voilà ce qu’il lui manque. Un bon MP3 dans les oreilles, avec ne serait-ce qu’une petite trentaine de musique à se foutre et c’est partie bébé pour la soirée dansante que t’as loupé.
Mais tu te contenteras de siffloter l’air en question, ça sera déjà suffisant.

Première étage, deuxième, quatrième et sixième avec une bière quasiment vide.
Et une incroyable odeur de beuh qui circule autour d’elle.
Si Margo voulait prendre le coupable sur le fait, c’est rappé après avoir siffloter comme un train qui arrive à 150km.

- Mon rôle serait bien de te remettre sur le droit chemin… mais j’ai comme l’impression que ce soir j’suis assez mal placé pour faire ça.

Bière dans une main, bouteille de vodka dépassant d’une de ses poches et une autre bière dans l’autre main… Autant dire qu’elle représente l’autorité aussi fraichement qu’un troll se présentant aux Miss France.
Et c'est pas comme si elle savait si ce gars était un élève ou non. Même si elle sait parfaitement que les règles sont les règles, pas de drogue douce/dure, que ça soit pour élève ou adulte.
Margo hausse les épaules alors que son sourire s’élargit, amusée.
Son regard, en un millième de seconde, analyse déjà l’homme devant elle. Un charme incroyable avec cette tenue de dandy, gangster de la grande dépression qui lui va à ravir. A moins que ça ne soit sa façon habituelle de s’habiller. Quoi qu’il en soit, ça n’est pas pour déplaire aux goûts de la gardienne qui s’approche de l’inconnu, se disant que l’heure des réprimandes étaient terminées.
C’est un soir de fête non ?
Et c’est également le couvre-feu, mais la jeune femme a comme se pressentiment que d’échanger quelques mots avec lui ne serait pas un crime.
Même si ce dernier semble planer à sa façon.

- Je ferme les yeux sur ça si tu promets de faire comme si tu ne voyais pas mon alcoolisme dans mes poches.

Aucune gêne, ce soir elle n’est pas tellement une gardienne. Juste Margo. Sa garde est terminée, la nuit débute à peine, pourquoi se prendre plus la tête qu’il ne le faut ?
Elle s’approche de lui et pose sa bière sur le rebord de la fenêtre avant de la dupliquer d’un coup de baguette.
Quatre fois.
Sous le regard surprit du jeune homme, elle hausse les épaules.

- Eh, j’reviens de douze heures de garde. Je commence à être sérieusement déshydratée.

Elle fait glisser une bière vers lui, sourire joyeux aux lèvres puis tend sa bière vers lui pour trinquer.

- Margo. Promis, je ne suis pas vraiment alcoolique.


© Napster
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7710
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: [Event 16.05.2015] Somebody that I don't know ▬ Margo   Lun 26 Déc 2016 - 13:01

Peu importe qui est la personne qui approche, elle a la discrétion d’un chef de gare. Je n’ai rien contre ces personnes, on se calme, pas la peine d’appeler les syndicats. Est-ce que je panique ? Pas le moins du monde, pas quand je suis dans cet état là même si, totalement « sobre », je n’aurai sans doute pas paniqué non plus. J’aurai effacé les traces du crime, certes, mais c’est tout. Là, je ne prends même pas la peine de le faire et un sourire en coin étire mon visage quand une femme aux cheveux blonds comme un champ de blé s’approche de moi.

« Mon rôle serait bien de te remettre sur le droit chemin… mais j’ai comme l’impression que ce soir j’suis assez mal placé pour faire ça. »

Ça ne m’a pas sauté tout de suite aux yeux, parce que je me suis contenté d’observer son visage et pas le reste, mais maintenant qu’elle attire mon attention là-dessus mon sourire s’élargit clairement.

« On dirait bien, effectivement. »

Une bière dans chaque main, une bouteille de je ne sais trop quoi dans la poche, on pourrait presque croire qu’elle vient de faire une descente à l’anniversaire de Kezabel. C’est une possibilité, soit dit en passant, même si en théorie personne de non invité n’est susceptible d’avoir accès à la salle, il me semble. Disons qu’il faut avoir la description parfaite de l’endroit pour y entrer, c’est plutôt ça.
Je n’ai rien à foutre là, à cette heure-là, encore moins avec un pétard dans la main. Cette femme, il me semble qu’elle est Gardienne donc techniquement elle représente l’autorité. Si elle me demande d’éteindre mon joins et d’aller me coucher, j’obtempèrerai, mais j’ai pas le sentiment que c’est ce qui va se passer à vrai dire.

« Je ferme les yeux sur ça si tu promets de faire comme si tu ne voyais pas mon alcoolisme dans mes poches. »
« Ton … quoi ? »

Je joue le jeu, en mode : Je ne vois pas de quoi tu parles. Et oui, je la tutoie, comme je le fais avec la moitié des Profs et membre du personnel ici. Elle n’a pas l’air de s’en formaliser non plus et c’est sans complexe aucun qu’elle pose sa bière devant moi puis la duplique d’un coup de baguette. Les mecs, avec votre Magie là, vous aller ruiner l’économie.

« Ceci dit, c’est relativement difficile de passer à côté là quand même … »
« Eh, j’reviens de douze heures de garde. Je commence à être sérieusement déshydratée. »
« Au temps pour moi. »

Tout ça, cet échange, il se fait avec le sourire. Pas un sourire flagrant ni hilare, un sourire tranquille, légèrement en coin qui en dit long sur le ton de la conversation. J’aime l’aura qu’elle dégage, sa présence n’est pas une invasion dans ma tranquillité. Elle pousse un bière jusqu’à moi, j’observe le geste puis relève la tête vers elle alors qu’elle semble vouloir trinquer avec moi.

« Margo. Promis, je ne suis pas vraiment alcoolique. »

Ça n’est pas tellement de l’hésitation mais ma réaction se fait lente, en partie à cause du fait que je plane carrément soit dit en passant. J’attrape néanmoins la bière qu’elle m’a offerte et la fait teinter contre la sienne.

« Cameron, enchanté. Et merci. »

Je bois une gorgée, toujours aussi lentement, les yeux probablement complètement éclaté mais même si le circuit d’information et de réaction se fait au ralenti, il est toujours en fonctionnement.

« Promis, je suis vraiment défoncé. »

Comme si ça n’était pas totalement évident. D’ailleurs, pas d’hésitation, je lui tends le pétard pour lui proposer une taffe ou plusieurs si elle en a envie.

« Ça hydrate pas mais … Considère ça comme l’euphytose que tu prendrais avant de t’endormir pour passer une bonne nuit ? »

Un peu comme une tisane en fait.

« Ta garde s’est bien passée ? »

Je lui pose la question comme si on se connaissait depuis 15 ans, ou au moins la veille, alors qu’on ne s’est jamais adressé la parole ni même réellement croisés mais … Et alors ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 175
Date d'inscription : 10/08/2016
Crédits : * { Lux



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3717-margo-beaumont
MessageSujet: Re: [Event 16.05.2015] Somebody that I don't know ▬ Margo   Mar 10 Jan 2017 - 23:08


[Event 16.05.2015] Somebody that I don't know
Cameron & Margo



― J'préfère les pétards aux pétales et un peu la boisson.



Chance pour elle qu’il se montre aussi réceptif et coopératif. Elle pourrait se dire qu’elle abuse, que ça ne fait même pas un mois qu’elle est revenue qu’elle commence déjà à se faire griller avec des bouteilles d’alcool dans les poches. Et qu’elle ne réprime même pas ce type entrain de se fumer un bon gros joint sous ses yeux. Mais ce soir, tout pousse à la légèreté. Margo est d’un sérieux irréprochable lorsqu’il s’agit de son job mais elle sait aussi migrer de l’autre côté de la balance et de profiter de la vie, tout simplement. Boire et fumer ne sont pas un crime et même si c’est le genre de chose que nous ne devrions pas trouver dans une école, elle n’est pas dupe. Les professeurs les premiers se font un plaisir de taper dans les réserves de temps en temps. Alors, cessons l’hypocrisie cinq minutes.

Elle se présente de la façon la moins conventionnelle mais c’est Margo, sa personnalité alors, ça n’est pas si grave lorsque nous la connaissons un minimum.
Le mec en face d’elle à l’air de mettre mille ans à lui répondre et elle voit à ses yeux explosés qu’il plane déjà à 15.000 lieux d’ici.

- Cameron, enchanté. Et merci.

Elle lève sa bouteille vers lui, pour lui signifier qu’il n’y avait vraiment pas de quoi et que… il fallait se l’avouer, tout le plaisir était pour elle. Boire en compagnie d’un homme aussi charmant ne se refuse pas.

- Promis, je suis vraiment défoncé.

Margo laisse échapper un rire franc et cristallin et plante ses yeux clairs dans ceux de Cameron.

- Et alors, ça donne quoi ? Eléphant rose ou tapis volant au-dessus des chutes du niagara ?

Accoudée sur le bord de la fenêtre dont une légère brise s’échappe, Margo boit une autre gorgée sans jamais cesser de sourire, esprit léger. Elle n’hésite pas non plus à le regarder, l’étudier en silence. Il y a un truc qui se dégage de ce garçon qui est agréable, simple et naturel. Un sourire en coin à croquer et un regard pétillant qui donne l’envie à Margo de discuter avec lui de la pluie et du beau-temps tout en y trouvant un intérêt certain.
La gardienne arque un sourcil quand Cameron lui tend le joint, sans complexe.

- Ça hydrate pas mais … Considère ça comme l’euphytose que tu prendrais avant de t’endormir pour passer une bonne nuit ?


Elle hésite une fraction de seconde – mais juste pour le forme – avant de s’en saisir en haussant des épaules.

- Pas que j’ai besoin d’aide pour dormir mais je veux bien simuler une crise d’insomnie rien que pour pouvoir regoûter à ce petit bijou…

Margo prend le joint entre ses doigts, toujours souriante avant de le porter à ses lèvres. Elle entend bien Cameron lui demander comment était cette garde mais elle laisse volontairement planer un court silence pour profiter de ce qu’elle tient entre son index et son majeur… puis entres ses lèvres. La gardienne inspire une bouffée, la bloque, s’en imprègne et retrouve sans peine quelques souvenirs agréables du temps passé dans ce château à faire exactement la même chose, un peu plus de quinze ans plus tôt. La fumée bleutée s’échappe d’entre son sourire alors qu’elle fixe Cameron, effectuant un léger acquiescement de la tête, regard taquin et vicieux.

- Je n’sais pas où tu as trouvé cette petite merveille mais ton fournisseur ne se fout pas de ta gueule.

Elle sait reconnaitre lorsque la came est bonne et oui, elle est parfaitement consciente que ça n’est absolument pas responsable de parler de ça, de cette façon. Mais il lui semble que Cameron est quand même majeur, c’est même à se demander s’il ne fait pas partie du personnel alors… qu’est-ce que ça peut bien foutre à Margo de savoir ce qu’il fume ou non et à quelle fréquence ?

- La garde s’est bien passée, comme tous les autres soirs. Calme plat. Elle s’appuie de ses deux coudes sur le rebord en pierre, reculant légèrement ses hanches vers l’arrière. Et c'est pas plus mal, je n’suis juste pas encore habitué à ce genre de ronde.

Pas habituée à ne pas devoir filer un criminel, pas habituée à ne pas devoir courir après un fou furieux, pas habituée à ne pas escorter un Auror pour sa quête contre les fanatiques.

- Mais c’est cool, il y a une bonne équipe et une bonne ambiance. J’étais un peu frustrée de ne pas pouvoir profiter de la fête mais il faut croire que tu seras le sauveur de ma soirée.

Elle appuie ses mots en montrant le joint sur le quelle elle tire une deu… non, troisième taffe avant de le lui rendre. Margo se le permet sans trop le demander et ça ne lui vient pas tout de suite à l’esprit que son compagnon de fortune n’a peut-être pas envie de jouer Mère Thérésa et de la laisser tirer sur tout le joint.
Bière en main, elle tourne dos à la fenêtre, croise un bras sous sa poitrine en s’adossant contre le mur tout en buvant une gorgée du liquide amer. Le joint commence déjà à faire doucement son effet, tranquillement, le sentant venir en souriant. Depuis combien de temps n’avait-elle pas fumer de la beuh ? Un sacré moment. Faut dire qu’elle se devait d’être irréprochable, subissant régulièrement des tests afin d’être sûr que sa concentration ne soit pas entraver par quelconque substance illicite.
Illicite... Connerie. Ce truc lui a fait passer tant de migraine qu’elle ne comprend pas pourquoi le monde s’obstine à considérer ça comme un danger.
Quand elle voit le nombre de personne mourir dans des accidents de bagnoles, battre leurs mômes ou péter les plombs juste avec l’alcool alors qu’elle est autorisée… c’est à rien n’y comprendre.

- Et toi ? Visiblement tu étais de ceux qui ont pu profiter de la soirée ! Elle le reluque, hausse les sourcils et les épaules. T’es plutôt canon dans ce costume. Quelle époque ? La grande dépression ? Du genre, gangster ténébreux et bourreau des cœurs ?

Si sa franchise a toujours été, cette dernière se retrouve exacerbée par les effets du joints qui lui font briller ses deux billes bleus qui ne lâche plus Cameron, souriante au possible.



© Napster
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7710
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: [Event 16.05.2015] Somebody that I don't know ▬ Margo   Jeu 19 Jan 2017 - 18:50

Eléphant rose ou tapis volant au-dessus des chutes du niagara ? Aucun des deux, les plantes n'ont jamais réellement eu ce genre d'effets sur moi. Elles m'apportent en général, et spécialement celle-ci, un calme silencieux et olympien. Il peut m'arriver d'avoir de bon gros délires quand je fume avec un pote mais la plus part du temps, je le fais en solo, tranquille dans mon coin, un sourire sur les lèvres et les yeux perdu dans le vague. L'esprit reposé et libre de toutes questions. Je ne fais pas ça pour fuir quoi que ce soit, ça me permet juste de me mettre en veille par moment et comme je n'ai jamais été un gros dormeur, j'imagine qu'on peut sans doute comparer ça à quelques heures de sommeil en plus ou quelque chose dans le genre. En beaucoup moins sain, probablement, j'en ai parfaitement conscience et … je m'en fiche pas mal, autant le dire. Ma vie, mon corps, mes poumons. Ma décision.

Et Heidi, elle en pense quoi ? Le fait qu'elle pèse chaque geste comme si elle avait le Saint Graal entre les mains ne m'échappe pas. Une habituée ? Une ancienne habituée, tout du moins. Et ce signe de tête approbateur me fait sourire, il m'amuse.

« Je n’sais pas où tu as trouvé cette petite merveille mais ton fournisseur ne se fout pas de ta gueule. »

On n’est jamais mieux servi que par soi-même. Cette phrase flotte dans ma tête, je pourrais presque voir les mots danser devant mes yeux mais je me contente d’un sourire, encore. Ce secret, je l’emporterai dans la tombe. Il n’y a que Will au courant puisqu’il est le p’tit chimiste attitré du business mais même si certaines personnes sont plus ou moins dans la confidence, notre petite entreprise est probablement l’un des secrets les mieux gardés du château et il en restera ainsi. Ça n’est pas une question de manque de confiance, c’est simplement un principe de précaution. Et bien sur que j'en suis fier de ce résultat même si dans les faits, je n'ai pas fait grand chose. Je sais parfaitement que je pourrais me reconvertir en botaniste ou un truc dans le genre si jamais mes autres plans foirent, parce que j'ai acquis avec le temps le savoir de faire pousser ses merveilles. Vendre, oui, ça a été mon plan de carrière pendant des années mais j'ai rapidement rechigné à l'idée de vendre de la merde et je le répète, on n'est jamais mieux servi que par soi-même alors j'ai fait comme tout le monde : J'ai appris. Sur le tas. Par moi même. Avec des conseils parfois. J'étais plutôt bon.

« La garde s’est bien passée, comme tous les autres soirs. Calme plat. Et c'est pas plus mal, je n’suis juste pas encore habitué à ce genre de ronde. »

Je l'écoute, tout en la regardant, buvant une gorgée de bière au passage. L'alcool n'est pas tellement mon truc et l'amertume de la bière n'a pas ma préférence mais automatisme ou pas, je compte bien terminer cette bouteille qu'elle m'a offerte. Ça n'est pas un excès de politesse de ma part, quoi qu'il en soit. Je ne l'interromps pas et ne compte pas le faire, pas trop certain de comprendre où elle veut en venir mais bien décidé à l'écouter jusqu'au bout et là encore, ça n'a rien d'un excès de politesse.

« Mais c’est cool, il y a une bonne équipe et une bonne ambiance. J’étais un peu frustrée de ne pas pouvoir profiter de la fête mais il faut croire que tu seras le sauveur de ma soirée. »
« Rien qu’ça, j’suis flatté. »

Rire amusé, sourcil arqué, nouvelle gorgée. Et puis je pense à Dim, à son nouveau taf qui par la force des choses m'a balancé quasiment au statut de Prof le temps qu'un nouveau débarque. Vu comme les choses sont parties, je sens bien que je vais endosser ce rôle jusqu'à la fin de l'année mais ça ne me dérange pas. C'est pas le pied avec toutes les classes mais je ne suis pas là pour jouer les mères poules ou les réprobateurs. Si certains ont un problème avec le fait d'avoir un Moldu comme Prof, ça n'est pas mon problème. S'ils n'ont pas envie de faire un effort et décide qu'ils vont faire foirer le cours ou ne pas venir, grand bien leur fasse. J'ai peut-être pas de pouvoir mais j'ai l'habitude de ces abrutis et ils sont en ce qui me concerne totalement inexistant. Enfin tout ça pour dire que si elle bosse avec lui, avec Dim, je la crois sans peine pour ce qui est de la bonne ambiance. Ces mecs et ces femmes sont droits, de part leur boulot, mais ils restent des êtres humains après tout. Je connais bien Dimitri maintenant et je sais quel môme il peut être mais je sais aussi que c'est un mec sérieux quand il le faut et je doute pas une seconde qu'il va gérer ce nouveau rôle comme un Pro et comme un chef. Ça décision m'a étonné, je ne le nierai pas, mais je le soutien et l'encourage à 100%.

« Et toi ? Visiblement tu étais de ceux qui ont pu profiter de la soirée ! T’es plutôt canon dans ce costume. Quelle époque ? La grande dépression ? Du genre, gangster ténébreux et bourreau des cœurs ? »
« Merci. »

La bière dans une main, le joins dans l'autre, j'esquisse un nouveau sourire. Gêné ? Non. Amusé, en réalité. Cette fille m'amuse, dans le bon sens du terme. Nouvelle taffe. Le silence s'installe quelques secondes et je me racle la gorge comme pour me réveiller ou quelque chose dans ce goût là. La weed fait sourire mais elle endort, je ne suis pas le gars le plus réveillé du château à l'heure actuelle même si je suis encore debout.

« Ténébreux et bourreau des cœurs, hum, non c’est pas c’qui me colle le plus à la peau mais globalement, c’est l’idée oui. Un truc plein de … d'auto-dérision. Et ma frangine et un de nos amies se sont bien éclatées, j’ai servi de défouloir à leur créativité. »

J'écarte les bras et me tourne de quart vers elle, l'air de dire : Voilà le résultat. Au départ j'étais pas super chaud, on ne va pas se mentir, mais pour leur faire plaisir et aussi pour rentrer un peu dans le jeu, dans l'ambiance générale, j'ai fini par m'y mettre. Au dernier moment, mais je l'ai fait.

« J’suis pas tellement habitué à ce genre de pratiques. Toutes ces fêtes d’étudiants. J’étais bien plus à l’aise dans l’after qu’on a fait après, à vrai dire. »

Même si c'était un kiff de danser avec Emily en bas, de discuter avec tout le monde. J'ai un rôle de Grand-Père grincheux à entretenir et je m'y pli. Mais plus sérieusement, ayant arrêté l'école très tôt, je n'avais jamais vécu ce genre de trucs avant d'atterrir ici. J'ai fait la fête, évidemment, mais différemment. Pas dans un contexte scolaire, si on veut.

« Et j’devrais peut-être pas dire ce genre de trucs à une représentante de l’Autorité, j’imagine. »

Sourire en coin. Regard en coin. Encore une fois, je m'amuse de la situation et ça n'a rien d'irrespectueux. Je sais pas pourquoi, j'aurai même tendance à me dire qu'elle serait capable de me demander de l'emmener à cet after, d'ailleurs. After, c'est pas tellement le mot même si foncièrement parlant c'est ce que c'était mais surtout l'anniversaire de Kezabel. Ça n'est pas un « détail » important pour l'instant dans la conversation. Je me comprends. Est ce qu'il y a encore du monde ? Aucune idée. C'était le cas quand j'ai déserté mais j'ai totalement perdu la notion du temps depuis.

« Tu te serais déguisée en quoi si t’avais pu y aller, à ce bal ? Fais-moi rêver un peu. »

L'espace d'une seconde, je me surprends à me demander ce qu'aurait choisi Megan sans réellement réussir à trouver de réponse à cette question qui n'en est pas tellement une. Plus … Une pensée. Et une autre taffe pour la route avant de lui tendre à nouveau le Saint Graal.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 175
Date d'inscription : 10/08/2016
Crédits : * { Lux



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3717-margo-beaumont
MessageSujet: Re: [Event 16.05.2015] Somebody that I don't know ▬ Margo   Ven 10 Fév 2017 - 12:51


[Event 16.05.2015] Somebody that I don't know
Cameron & Margo



― J'préfère les pétards aux pétales et un peu la boisson.



- Merci.

Tout le plaisir est pour elle.
Des yeux à l’échange.
Elle a le sourire jusqu’aux oreilles, incapable de s’en défaire. Cette weed est merveilleusement rapide et efficace. Pour le coup, elle n’est plus fatiguée, ni ennuyée. Elle veut vivre jusqu’à la fin de la nuit.
Et pour fêter ça, elle s’enquille encore deux bonnes gorgées de bière.

- Ténébreux et bourreau des cœurs, hum, non c’est pas c’qui me colle le plus à la peau mais globalement, c’est l’idée oui. Un truc plein de … d'auto-dérision. Et ma frangine et un de nos amies se sont bien éclatées, j’ai servi de défouloir à leur créativité.

Margo éclate de rire – elle pourrait éclater de rire pour rien, vu l’état mental qui commence à se profiler – et jauge de nouveau l’homme qui se tient devant elle et qui lui présente le résultat de cet guet-apens.

- J’suis pas tellement habitué à ce genre de pratiques. Toutes ces fêtes d’étudiants. J’étais bien plus à l’aise dans l’after qu’on a fait après, à vrai dire.
- Tu pourras leur dire de ma part qu’ils sont plutôt originaux et qu’ils ont su te mettre sincèrement en valeur. Nouvelle gorgée de bière. Et puis ça ne fait pas de mal de sortir un peu de ses habitudes.

Bien sûr qu’elle a parfaitement noté qu’au lieu de s’en tenir au couvre-feu, une poignée d’élève à préférer dire fuck au règlement et aller se faire un petit after après le bal. Est-ce que Margo devrait essayer de mener son enquête et de pénaliser tout ce petit monde ? Assurément. Car si ces connards de Supérieurs décident de débarquer en cet instant et que les gamins ne sont pas dans leur chambre, c’est leur sécurité qui est en péril et la gardienne aura définitivement échoué au rôle qui lui a été confié.
Pourtant… Comment pourrait-elle avoir leur cœur d’aller démanteler tout ce petit gang de fêtard qui ne veulent que profiter un peu plus de la vie, ce soir ? Elle a le sentiment que tout ira bien, Margo a généralement un très bon instinct même si elle ne peut absolument pas se permettre de reposer la sécurité de ces gosses sur une impression mais la jeune femme se dit qu’ils sont malgré tout responsable, qu’ils savent ce qu’ils font et qu’ils n’abuseront pas. Pas au point de se mettre en danger.
Si jamais elle venait à apprendre que c’était le cas, pour le coup pas sûr que Margo soit toujours cette petite Heïdi candide très longtemps.

- Et j’devrais peut-être pas dire ce genre de trucs à une représentante de l’Autorité, j’imagine.

A croire qu’il lit dans ses pensées !

- Je préfèrerais effectivement ne rien savoir, ça aidera ma conscience à ne pas trop culpabiliser de vous laisser faire n’importe quoi ! Elle boit une nouvelle gorgée de bière. Je sais, que je suis affreusement mal placée pour dresser un sermon mais quand même, je tiens à votre sécurité.

Sourire, presque charmeur sans qu’elle ne s’en rende vraiment compte, Margo commence à se laisser porter par le bien-être que le joint et l’alcool lui insufflent directement dans les veines et le cerveau.

- Même si je suis presque tenté de te demande de m’y amener et de m’y faire danser pour voir comment le dandy que tu es, se démerde en danse.

Porte ouverte à la franchise, la gardienne ne s’en formalise absolument pas.

- Tu te serais déguisée en quoi si t’avais pu y aller, à ce bal ? Fais-moi rêver un peu.

Et ce sourire, il s’élargit. Très grand même. Yeux pétillants, cœur presque battant, Margo sent quelque chose crépité sous sa peau, dans le creux de son ventre et partout ailleurs. Elle ressent le désir d’un jeu, d’un flirt, elle ne sait pas trop. Quelque chose de subtil ou de plus franc, elle ne sait pas trop mais la taffe qu’elle tire sur le joint que Cameron lui tend, la pousse dans ses idées, lui donnerait presque de l’élan.

- Hum… Elle lève les yeux au ciel, épaule appuyée contre le mur et bière à la main. Soit j’aurai opté pour un costume de Super-Héroïne du genre Wonder Woman -même si elle est brune- ou peut-être une déesse grec, tiens. Genre, Athéna. Elle absorbe une énième gorgée avant de reprendre. Soit, je me serais laisser aller au n’importe quoi et je me serais déguisé en banane flambée. Ou en gaufre géante. Gosh, qu’est-ce que j’adore les gaufres.

Rien à voir, on sait. Osef
Et le sérieux revient, en douceur alors qu’elle plante ses yeux clairs dans ceux de Cameron. Sa voix change de timbre, se fait presque suave. Ou plutôt, charmeur.

- Ceci dit, j’ai un tout autre déguisement en tête s’il s’agit de te faire rêver.
Elle s’est rapproché de lui sans réellement s’en rendre compte. Enfin si, tout est parfaitement « calculé ». Sur un coup de tête, comme à peu près toutes les décisions que peut prendre Margo. Ses lèvres glissent à l’oreille du jeune homme pour lui soumettre cette dernière phrase, dans un murmure presque chaud. Mais pas sûre qu’il soit très conventionnel pour un bal d’étudiant…

Elle reste là, une seconde, puis deux, peut-être pour laisser fleurir son imagination, avant de se retirer, lâchant un rire amusé au passage. Elle se recule, prend une nouvelle taffe avant de lui redonner le joint, glissant un clin d’œil au passage. Margo expire la fumée et se saisit de la bouteille d’alcool fort qu’elle avait glissée dans la poche de son manteau.

- Bon, on se la fait quand cette bouteille ? Elle ne va pas se boire toute seule et j’ai pas envie d’avoir l’air plus alcoolique que je ne le suis déjà, à la boire avec ma solitude pour seule compagnie.

Jouer avec le chaud et le froid, sans aucune gêne ni aucune retenue.
Juste une question d’habitude.
Et puis ce mec, elle l’aime bien. Son côté naturel, simple, décontracté. Tout ce qu’il lui fallait pour clore cette soirée en beauté.

© Napster
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7710
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: [Event 16.05.2015] Somebody that I don't know ▬ Margo   Ven 10 Fév 2017 - 19:45

Nous laisser faire n'importe quoi ? Je crois qu'elle même ne le pense même pas mais je comprends sa position. Vu mon état c'est compliqué de me demander d'avoir un filtre pour ce genre de choses, mea culpa. En temps normal je crois que j'aurai tenu ma langue mais uniquement parce que dans le lot, il y a ma petite sœur, des personnes à qui je tiens, des proches plus ou moins proches, et j'ai pas envie qu'ils aient des problèmes. Surtout pas parce qu'ils … vivement, tout simplement. Je suis perché haut, très haut, mais c'est ça que j'ai perçu ce soir sur tous les visages alors que j'observais tout ce petit monde en silence, dans mon coin, tranquille et posé. Dans tous les mouvements, tous les rires … Juste la vie. Je ne suis sans doute pas le type le plus expressif du coin mais ça ne m'empêche pas de ressentir des choses pour autant. Ça m'a rendu heureux de les voir comme ça, tous autant qu'ils sont.
Ses réflexions me font sourire mais je me dis qu'elle se plante vraiment sur le personnage, que l'emballage est mensonger parce que non, j'ai rien d'un bourreau des cœurs ou d'un Dandy. Tout ça n'a pas tellement d'importance, de toute façon, mais l'idée d'aller la faire danser ne me semble pas si aberrante. Je râle toujours quand on me pousse à bouger, surtout quand il s'agit d'Ems, c'était le cas aussi avec Megan, mais la vérité c'est que j'ai grandi dans une communauté presque exclusivement latine alors la danse là-bas, pour certains, c'était quasiment quotidien. J'en ai jamais été un grand fan mais comparé à certains je m'en sors pas trop mal.
Enfin, je crois qu'on est plutôt partis pour rester là et ça me va très bien. Ce sourire … J'en ai rarement vu un d'aussi expressif. Il y a un truc qui émane de cette femme qui respire exactement la même chose qui émanait des autres tout à l'heure. La vie, encore elle. J'ai l'impression d'avoir presque une gamine devant moi, une gamine qui se charge très bien de me rappeler qu'elle est une adulte quand elle en a envie.

« Hum… Soit j’aurai opté pour un costume de Super-Héroïne du genre Wonder Woman -même si elle est brune- ou peut-être une déesse grec, tiens. Genre, Athéna. »
« Pas mal. J'crois que je te vois plus en toge qu'en jupette mais ça doit venir du fait que j'arrive pas trop à imaginer Wonder Woman en blonde. »
« Soit, je me serais laisser aller au n’importe quoi et je me serais déguisé en banane flambée. Ou en gaufre géante. Gosh, qu’est-ce que j’adore les gaufres. »

Premier véritable rire franc de ma part. Là, je ne peux pas faire autrement quand je l'imagine se balader déguisée en banane ou en gaufre. Le pire – ou le mieux – c'est que ça ne me choquerait même pas. Je la « connais » depuis trois secondes, je suis bien arraché et je me doute que ça joue surement un peu mais … Non, ça me paraitrait presque normal. Et il y a un mot qui me saute aux yeux quand je la regarde et l'écoute : Épicurienne. Et provocatrice. Ça, je le capte quand elle plante son regard dans le mien et me rappelle que si elle est une femme, je suis un homme. Parce qu'elle ne me regarde plus du tout de la même manière de même que son langage corporel a complètement changé. Et je l'admets, ça me fait bloquer un peu.

« Ceci dit, j’ai un tout autre déguisement en tête s’il s’agit de te faire rêver. »

D'ordinaire, je ne suis pas spécialement réceptif à ce genre de trucs mais là je dois bien l'avouer, je sens mon cœur qui s'emballe un peu et … je ne sais pas vraiment si j'apprécie de ressentir ce que je ressens alors qu'elle est aussi proche de moi.

« Mais pas sûre qu’il soit très conventionnel pour un bal d’étudiant… »
« Je vois. »

Je ne peux pas nier la chaleur qui circule dans mes veines. Ça n'est pas explosif, ça ne l'est jamais chez moi, mais c'est bien présent et c'est quelque chose que je n'ai pas ressenti depuis un moment. Quelque chose que je n'ai pas cherché à ressentir. Pas depuis Megan. Pas franchement des masses avant non plus. Elle s'éloigne, je ne bouge pas, perturbé par son comportement même si je ne le montre pas vraiment. Je ne suis pas idiot, les femmes sentent l'effet qu'elles vous font. Certaines, en tout cas, et je suis quasiment certain qu'elle fait partie de celles-là. Mon échappatoire ? La bouteille de bière qu'elle m'a offerte et dans laquelle je bois deux gorgées pour me sortir de cet état dans lequel elle m'a plongé.

« Effectivement. »

Je ne suis peut-être pas autant porté sur la chose que certains ici et c'est peu de le dire mais je ne suis pas né de la dernière pluie pour autant ni novice sur le sujet. Est ce que j'imagine le genre de « déguisements » dont elle parle ? Je ne visualise pas, j'en ai pas besoin pour me faire une idée. Elle s'amuse. Moi, je suis mal à l'aise. Je ne me prive pas pour tirer une nouvelle taffe dès qu'elle me rend mon bien mais c'est bien un sourire qui étire mes lèvres sur le côté alors que je secoue la tête vaguement. Amusé ? Oui, aussi. Déstabilisé serait le terme le plus adéquate je crois.

« Bon, on se la fait quand cette bouteille ? Elle ne va pas se boire toute seule et j’ai pas envie d’avoir l’air plus alcoolique que je ne le suis déjà, à la boire avec ma solitude pour seule compagnie. »

Qui a dit que les femmes étaient le Sexe Faible ? Ça n'est pas elle qui a du mal à revenir dans la conversation mais bien moi. Ça ne m'empêche pas de me détendre et relâcher la tension en laissant échapper un rire à nouveau.

« J'crois que tu viens de me prouver en un temps record que l'alcoolisme est loin d'être ton seul vice. A croire que tu les collectionnes. »

Ça n'est pas un jugement, ça n'est pas dit avec agressivité mais plutôt avec amusement. Ça se saurait si j'étais du genre à juger les gens.

« Enfin, j'peux décemment pas te laisser seule dans cet état. C'est pas raisonnable. Si tu tombes sur un élève, qu'est ce qu'il va penser ? Bravo le modèle à suivre. »

Sourire en coin.

« Viens. »

Signe de tête. Une bière dans une main, le joint entre les lèvres, j'attrape les autres bouteilles et lui adresse un sourire. Où est ce que je compte l'emmener ? Notre Salle Commune ? Non. La Salle d'Etude des Moldus dont j'ai le passe – non magique ou presque – puisqu'en attendant que Dim soit officiellement remplacé c'est moi qui assure la majorité des cours. Alors on descend les marches, on discute, elle me raconte encore des trucs qui me pousse un peu plus à rire à chaque fois et plus les secondes passent, plus je me dis que cette nanas est cinglée. Dans le bon sens du terme.

« Après toi. »

Elle entre dans la Salle, j'entre après elle et ferme la porte en la poussant du pied avant d'aller m'assoir directement sur le bureau où je dépose les bières restantes. Le joint est terminé, j'en rallumerai probablement un plus tard.

« Faut que tu le saches, j'partage pas vraiment la passion que beaucoup dans ce château ont pour l’éthanol. Mon truc à moi c'est l'herbologie. »

C'est un fait, ça a toujours été le cas et j'entends encore Carlos me hurler dessus en me traitant de Gringo parce que je n'aimai pas sa putain de Tequila. Le mec est Porto-Ricain, pas Mexicain bordel ! Les Mexicains, c'était nos rivaux, alors raison de plus pour ne pas boire leur truc infecte. Et je me rends compte qu'en cet instant, je serai presque nostalgique de tout ça.

« Ceci dit ... »

Je sais pas pourquoi je fais ça mais j'attrape la bouteille en question, l'ouvre et en bois une rasade direct au goulot avant de grimacer quand le liquide me brûle l'œsophage en descendant dans mon organisme.

« Paraît que c'est jour de fête. »

Je m'essuie les lèvres du revers de la main et lui tends la fameuse bouteille.

« Ça, c'est uniquement pour te faire plaisir et pas te laisser dans une solitude alcoolisée. »

J'attends pas plus pour sauter de mon perchoir et traverser la classe pour aller fouiller dans les armoires du fond. Quand je reviens c'est avec un MP3 et des enceintes dans les mains et là encore, je le pose sur le bureau et allume ces objets ensorcelés qui font résonner la pièce immédiatement d'une musique que je n'identifie pas tellement. Ça n'a pas la moindre importance.

« Désolé j'ai pas de costume de banane flambée à dispo par contre mais si tu veux me montrer comment Heidi se démerde en danse, la piste est toute à toi. »

Ouais, Heidi. J'en sais rien, elle me fait penser à cette gamine des montagnes avec ses cheveux blonds comme les blés. Je sais pas bien pourquoi je fais ça, peut-être parce qu'elle avait l'air vraiment déçue que la fête soit terminée et que j'aime bien la voir sourire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 175
Date d'inscription : 10/08/2016
Crédits : * { Lux



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3717-margo-beaumont
MessageSujet: Re: [Event 16.05.2015] Somebody that I don't know ▬ Margo   Ven 10 Fév 2017 - 23:29


[Event 16.05.2015] Somebody that I don't know
Cameron & Margo



― J'préfère les pétards aux pétales et un peu la boisson.



Ces choses-là se sentent, Margo l’a su très rapidement. Dès son adolescence, la jeune femme s’est rendu compte qu’un peu de charme, un jolie sourire et un intérêt particulier pour la gente masculine faisait -presque- toujours son effet. Sur les femmes aussi, d’ailleurs. Son adolescence est parsemée d’expérience en tout genre… sa vie de jeune femme, aussi. Bref, elle avouera toujours jouer un peu de ses charmes, mais n’en abuse jamais vraiment et jamais à mal. Elle aime tout simplement séduire, être séduite et lorsque ses avances font mouches, pourquoi s’en priver ?
En l’occurrence, Cameron semble réceptif mais avec retenue. Margo capte pourtant cet éclat dans le regard et ça lui suffit pour le moment. Si elle fait ça, ça n’est pas pour se jouer de lui, pas pour le malmener ou pour se foutre de sa gueule. Non, si elle le fait c’est parce qu’elle en a envie et parce que Cameron éveille chez elle quelque chose de plaisant, d’agréable, au-delà du physique.

Il boit sa gorgée de bière, Margo retombe sur ses pattes et enchaine sur quelque chose de plus léger. Même si elle vient de clairement l’allumer.
Chaque chose en son temps et ce temps, elle aime le prendre.
Donc, cette bouteille d’alcool ? Ensemble ou non ?

- J'crois que tu viens de me prouver en un temps record que l'alcoolisme est loin d'être ton seul vice. A croire que tu les collectionnes.

- A voir si t’as envie de tous les connaitre mais merci du compliment.

Elle ne va certainement pas se sentir offusquée de quoi que ce soit, bien au contraire. Et Cameron n’a pas l’air d’être ce genre de mec qui vous juge, encore moins quand il rit de cette façon.
D’ailleurs, son rire est beau. Honnête, clair, brute de décoffrage.

- Enfin, j'peux décemment pas te laisser seule dans cet état. C'est pas raisonnable. Si tu tombes sur un élève, qu'est ce qu'il va penser ? Bravo le modèle à suivre.
- Merci de votre pitié, Monsieur est trop bon.

- Viens.

Avec grand plaisir. Où tu veux jeune homme et quand tu veux.
Margo, tu t’emballes.
Focus la bière !
Nouvelle gorgée, elle suit le jeune homme, curieuse de savoir où est-ce qu’il va l’entrainer pour pouvoir vaincre toutes ces bouteilles d’alcool à leur disposition. Et ils en profitent pour discuter de tout et de rien, Margo commençant à être défoncée ne lésine pas sur quelques anecdotes qui font rire Cameron. Partage d’un moment si simple et si naturel que la gardienne en vient à se dire qu’elle souhaiterait que ce moment ne se finisse jamais.

- Après toi.


Elle le remercie d’un sourire et pénètre dans la pièce qu’il lui ouvre, tel un gentleman. Margo réfléchit un instant et cherche à savoir à quel cours sert cette salle. Elle possède un bon nombre de vice, c’est vrai, mais également de qualités qui lui ont permises d’accéder à son statut aujourd’hui. Et l’une d’elle est bien l’observation.
On m’appelle pas Yeux de Lynx pour rien bordel !
Livres, objets… moldus. A foison. Bon, pour le coup, l’énigme n’avait rien de bien compliqué…

La porte se referme et Cameron prend possession du bureau comme s’il était chez lui – ce qui est peut-être le cas… prof d’EDM donc ? – en y déposant les bières qu’il reste.

- Faut que tu le saches, j'partage pas vraiment la passion que beaucoup dans ce château ont pour l’éthanol. Mon truc à moi c'est l'herbologie.
- Ce qui est tout en ton honneur.

Margo reste debout, non loin de lui, appuyée sur l’une des tables du premier rang. Ethanol ou herbe, peut lui importe, les deux lui vont. Et ces derniers sont d’ailleurs entrain de faire un mashup du tonnerre sous ses boucles d’or.

- Ceci dit ...

Elle l’observe avec amusement lorsqu’il ouvre une bouteille d’alcool fort et qu’il y boit une grosse rasade. Margo lâche un rire enjouée en applaudissement chaudement ce geste, comme un encouragement.

- Paraît que c'est jour de fête.
- A ce rythme, on va finir par fêter ton lâcher-prise ! Regard taquin. J’aime ça.

Qu’il prenne « des risques » ou plutôt, qu’il prenne ses habitudes entre les bras pour les envoyer se faire foutre, le temps d’une soirée. Le déguisement n’est pas son truc et pourtant le voilà qui revêt à merveille le costume du parfait gangster. L’alcool n’est pas sa meilleure amie et pourtant il est en symbiose avec elle depuis moins d’une minute. Ce soir est visiblement son soir et le sourire de Margo s’en élargit d’amusement.
Quelle imprévue lui réserve-t-il ce soir ?

- Ça, c'est uniquement pour te faire plaisir et pas te laisser dans une solitude alcoolisée.

Il descend du bureau, traverse la salle pour fouiller une des armoires. La gardienne le regarde faire, sourcils froncés et intriguée… avant de lâcher un juron en français.

- Merde ! Sérieusement ?

Oui, sérieusement. Cameron se ramène avec des enceintes et un MP3… qui fonctionnent. La musique se lance et aussitôt le corps de Margo se sent traversé d’une pulsion, d’une frénésie, d’un long et agréable frisson qui la saisit de la tête aux pieds. Son sourire n’en finit plus de s’élargir, un sourire d’enfant, de béatitude, comblé. Et ce dernier, elle l’offre à Cameron en se tournant vers lui, les yeux brillants d’excitation.

- Désolé j'ai pas de costume de banane flambée à dispo par contre mais si tu veux me montrer comment Heidi se démerde en danse, la piste est toute à toi.

Cette fois elle hausse les sourcils et s’approche légèrement de lui.

- Je rêve où tu es entrain de m’offrir une soirée ?

Et ça n’est pas la jeune femme qui allait s’en plaindre alors que la musique commence déjà à prendre possession de son corps et de son esprit. Le lâcher-prise ne concerne visiblement pas que Cameron puisqu’il habite aussi la jeune femme qui aime à se laisser aller, à ne plus penser à rien. Son sourire ne se défait pas un seul instant alors qu’elle s’approche un peu plus du jeune homme.

- A tes risques et périls de me voir danser, j’espère que tu en assumeras l’entière conséquence.

Nouvelle provocation, son corps n’est plus très loin de celui de Cameron et pourtant, elle ne lui offre pas plus et se contente simplement de saisir la bouteille derrière lui avant de s’écarter, sans jamais le lâcher du regard. A son tour de prendre une grosse rasade d’alcool, a son tour de grimacer et de se mettre à rire joyeusement. Elle ne reconnait pas la musique mais s’en fout, elle lui suffit pour commencer à se mettre à danser en rythme, yeux fermés.
Et c’est maintenant que commence la perte de soi, de l’esprit. Elle s’abandonne complètement aux sons, au rythme, à l’ambiance. Margo se laisse enivrée par ce que le joint lui a procuré et parce que l’alcool lui diffuse dans les veines. Ses cheveux se balancent, ses gestes ne sont pas calculés et pourtant parfaitement synchronisés. Vivre, respirer, oublier. Si Margo plonge souvent auprès de ce qu’il y a de pire chez l’Homme, elle sait aussi parfaitement remonter à la surface pour goûter aux plaisirs que la vie puisse offrir. Elle a vue à ses dépens que cette dernière pouvait se retrouver faucher d’un claquement de doigts et pas seulement par meurtre.
Pas de mauvaise pensée ce soir, elle ne veut pas l’ombre de l’une d’entre elles dans son esprit. Margo ouvre les yeux, sourire enjôleur sur les lèvres avant de s’approcher de Cameron tout en buvant une dernière gorgée.

- Ne compte pas passer cette soirée sans avoir fouler la piste au moins une fois. Elle lui tend la bouteille. Tiens, donne-toi un peu de courage.

Elle n’en prend pas pleinement conscience ce soir mais tout parait d’une simplicité déconcertante avec lui. Comme si elle le connaissait depuis des années, comme si ce mec était une vieille connaissance qu’elle retrouvait ce soir.
Margo le laisse ingurgitée la quantité d’alcool qu’il souhaite avant de l’entrainer par la main. D’accord ou pas, il n’aura pas tellement le choix et elle appuie son vœu avec un énième sourire. Elle saute d’abord sur place, comme si elle se retrouvait dans l’une de ses boites en Espagne, avant de ralentir le rythme au fur et à mesure de la musique qui se fait bien plus lascive que tout à l’heure. Et la jeune femme ne réfléchit déjà plus alors qu’elle ramène Cameron à elle par la main, collant son bassin au sien pour une danse plus intime sans pourtant être outrageante. Juste de quoi éveiller leurs sens, éveiller une proximité, un moment de partage rien qu’à eux, couper de tout et de tous. Une main sur sa hanche, elle se laisse aller au rythme, l’accompagnant ou le guidant, elle ne sait plus vraiment mais sa conscience s’évapore déjà dans les volutes d’alcool et de joint consommés. Son autre main sur son bras qu’elle glisse sur son épaule, puis sur sa nuque qu’elle effleure du bout des ongles. Leurs visages pourtant si près ne se touchent pourtant pas, entre la provocation et la tentation, elle ne sait pas trop. Tout ce qu’elle peut avouer en cette seconde est ce feu d’artifice d’émotions qui crépitent sous sa peau et ce cœur qui bat en rafale. Ce corps criblé d’adrénaline qu’est le sien ne souhaite en aucun cas quitter celui de Cameron.



© Napster


Dernière édition par Margo Beaumont le Mar 21 Fév 2017 - 19:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7710
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: [Event 16.05.2015] Somebody that I don't know ▬ Margo   Lun 13 Fév 2017 - 17:44

« Je rêve où tu es entrain de m’offrir une soirée ? »

Sourire en coin, en écho à un regard que je garde sérieux, et voilà ce que je lui offre pour seule réponse. Ça et le silence. Pourquoi utiliser des mots ? Je crois que je suis de ceux qui préfèrent utiliser les silences, ils peuvent vouloir dire tellement de choses. Je n'y réfléchi pas tellement de toute façon, alcoolisé – un peu – et défoncé – beaucoup – mais le fait d'avoir marché et croisé cette fille m'ont fait redescendre juste ce qu'il faut sur terre pour être capable de communiquer. A ma façon, certes, mais c'est bien de la communication. Alors j'imagine que non, d'une certaine façon, elle ne rêve pas : Je suis bien entrain de lui offrir une soirée. Entre le joins et la musique, l'alcool qu'elle a elle-même apporté, faut croire qu'on a tous les ingrédients réunis pour ça si ce n'est la présence d'une foule de personnes enivrées. Comme dans la Grande Salle tout à l'heure. Comme dans la Salle sur Demande il y a quelques minutes encore à peine. Y a parfois un décalage entre tous les autres et moi, c'est plutôt clair, mais ça ne m'a jamais posé le moindre problème et à eux non plus. Je me suis amusé à ma manière, en dansant avec Ems parce qu'elle ne m'a pas tellement laissé le choix, en fumant des pétards avec Will, en faisant chier Enzo qui me le rend parfaitement bien et en discutant à droite et à gauche avec tous les autres.

Là, c'est autre chose. Il se trame un truc dans l'air, elle a annoncé la couleur rapidement et je ne sais pas si pour elle c'est juste un jeu pour me provoquer, me mettre mal à l'aise peut-être, ou si elle attend réellement quelque chose mais encore une fois elle s'approche de moi d'une manière équivoque alors que je suis nonchalamment appuyé contre le bureau.

« A tes risques et périls de me voir danser, j’espère que tu en assumeras l’entière conséquence. »
« Tu verras bien. »

Elle attrape la bouteille derrière moi et s'éloigne sans jamais me lâcher des yeux. J'en fais autant, un sourire nouveau sur le visage, entrant sans même m'en rendre compte dans ce jeu qu'elle instaure depuis tout à l'heure. Ça n'est pas mon truc, ça n'est pas mon genre, mais je ne cherche pas à réfléchir plus que ça. Je ne pense pas à ce qui se passera dans une seconde, deux minutes, trois heures. Non. J'ai un vague regard vers le passé, qu'il soit proche ou plus lointain mais ma concentration est plutôt axée sur l'instant présent. Elle boit, elle grimace puis elle rit – un de ces rires cristallins – fermant les yeux et se laissant visiblement envahir par la musique. Elle a l'air heureuse, c'est le premier mot qui vient en tête quand je la vois comme ça. Et ça me pousse à sourire un peu plus. Tranquille, posé, je la regarde s'abandonner complètement à tous ces rythmes diffusés par le lecteur ensorcelé de Dimitri. C'est tout. Je ne bouge pas, je ne fume pas, je ne bois pas non plus. Puis la voilà de nouveau près de moi, buvant encore une fois dans cette bouteille de je ne sais trop quoi d'ailleurs. Heidi … Elle a presque l'air d'une petite fille innocente avec ce visage quasiment angélique mais quand elle sourit de cette façon, l'enfant comme l'ange laisse la place à une autre.

« Ne compte pas passer cette soirée sans avoir fouler la piste au moins une fois. »

Je ne réponds rien, je me contente encore une fois de sourire. Je pourrais lui dire que j'ai déjà donné plus tôt mais ça n'a pas le moindre intérêt. J'attrape juste la bouteille qu'elle me tend sans tellement y réfléchir.

« Tiens, donne-toi un peu de courage. »

Du courage ? Est-ce qu'elle pense réellement que j'en ai besoin ? Et pourquoi d'ailleurs ? Des réponses à ces questions je pourrais en inventer des tas mais je ne me les pose pas réellement. Je ne suis pas du genre a entrer dans la provocation, peu importe la forme qu'elle prend. Elle s'en rendra rapidement compte, ça n'est pas comme ça que je fonctionne et ça ne changera pas. Effectivement, peu importe la forme de provocation, il me faut un sacré degré pour craquer, en général je me contente de sourire, sans rien dire encore et toujours, et je trace ma route, laissant le provocateur en plan sans plus de cérémonie. On ne me  pousse pas réagir d'une certaine façon, le jeu, la manipulation – ça n'a rien de péjoratif quand je dis ça –  encore une fois c'est pas mon truc. Ceci dit, est ce que je compte tracer ma route, là ? Non. Pourquoi est-ce que je le ferai ? Je suis très bien là où je suis, avec qui je suis. Autant je n'ai aucun scrupule à ne pas rester quand la personne n'a pas d'intérêt pour moi mais ici ça n'est pas le cas. Je ne l'aurai pas emmené jusqu'ici si ça n'était pas le cas, bien qu'aucune de mes réactions ne soient réfléchis.

Je bois, encore une fois sans réfléchir, encore une fois en grimaçant quand l'alcool se fraie son chemin dans ma gorge, puis je la regarde danser. Elle me fait rire, c'est aussi simple que ça et dans le bon sens du terme parce que pas une seconde je ne me moque d'elle. Certes, je ris un peu moins quand elle m'attrape la main et m'attire avec elle sur cette piste de danse improvisée qu'est la Salle ou je passe le plus de temps en ce moment mais je n'en perds pas mon sourire pour autant et tandis qu'elle continue de se défouler je pose la bouteille sur une table. Lentement, je me laisse aller un peu au son à mon tour mais il n'y a pas grand chose de plus que la tête qui bouge chez moi. J'en sais rien, je crois que j'ai perdu ce côté chien fou qu'on plus facilement certains. Je ne sais pas être un gosse insouciant, je ne sais plus l'être. Je ne sais pas être comme Ems qui lâche totalement prise quand elle chante, comme Keza et Riley qui dansent comme des folles dès qu'elles sont ensemble, comme Enzo ou Mateo capables de boire des litres d'alcool et de finir par se reprendre pour des pirates … J'vais pas dire que je le regrette, je suis comme ça, j'ai été comme eux et c'est plus le cas mais parfois le décalage me pousse un peu à m'isoler. Ces pensées, elle m'en sort sans trop de mal et je l'en remercierai presque. Sa main encore une fois qui attrape la mienne, puis mon corps ramené contre le sien, c'est une nouvelle fois un sourire qui étire mes lèvres et je ne cherche pas à me dégager même si je lève les yeux au ciel. Elle ne lâchera pas l'affaire, je n'ai pas vraiment de mal à le comprendre et ça n'a rien d'un drame. Ça, je sais faire. Danser corps contre corps. Sulli était un tueur avec ça, il a ramené plus de nanas que n'importe lequel d'entre nous avec son déhanché et pourtant, le gars était à moitié Irlandais par sa mère. Allez comprendre, il était en musique plus latino que Cortez, Carlos et toute la clique réunie. On ne tient pas ça de notre père, c'est évident : Parfait Américain de base. Aucune idée d'où viennent ses origines à celui là mais j'ai même pas envie de chercher. Il m'a donné ma nationalité, ma mère m'a rendu un peu Russe par le sang, j'ai pas besoin d'en savoir plus parce qu'ils ne sont pas ceux qui m'ont élevé. Tout ça n'a pas d'importance, parce que je lâche prise, je vide totalement ma tête de ce dont elle pouvait être remplie et laisse mon bassin bouger contre celui de Margo alors qu'elle a désormais une main sur ma nuque. Une de miennes est allée se glisser dans le creux de son dos – ni trop haut, ni trop bas – et l'autre reste tranquille dans le vide. On se regarde, elle sourit, j'en fais autant mais un truc se passe et ça je ne le nierai pas. Cette vague de chaleur que j'ai ressenti plus tôt revient, elle est simplement un peu différente à présent. Elle est partagée, pas provoquée, et en cet instant je ne suis plus un petit frère, un grand frère, un prof remplaçant, un pote ou quoi que ce soit d'autre. En cet instant je suis quelque chose que je n'ai pas été depuis une éternité, quelque chose que je suis pourtant de par nature en permanence. En cet instant je suis un homme tout autant qu'elle est une femme. Et je retrouve des gestes que j'avais oublié, qui me ramènent des années en arrière, parce que le corps lui n'oublie pas, jamais.

Avec Megan, ça n'était pas comme ça.
Avec elle, tout était différent.

Les doigts de ma main droite s'enroulent autour de la nuque de cette femme qui me rappelle que je suis homme et je l'embrasse, tout simplement. Lentement, en rythme avec la musique, sans y réfléchir une seule seconde, sans un mouvement de recul, sans une trace d'hésitation. Oui, tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 175
Date d'inscription : 10/08/2016
Crédits : * { Lux



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3717-margo-beaumont
MessageSujet: Re: [Event 16.05.2015] Somebody that I don't know ▬ Margo   Mar 21 Fév 2017 - 19:50


[Event 16.05.2015] Somebody that I don't know
Cameron & Margo



― J'préfère les pétards aux pétales et un peu la boisson.



Elle s’oublie, elle oublie le reste du monde. Elle redevient seulement une femme, un être humain en quête de bien être, de chaleur, de bonheur. Elle le trouve, il est à portée de main. Toujours. Il n’est jamais bien loin, malgré les malheurs farouches et tenaces qui assombrissent parfois les horizons. Margo a toujours su trouver la vie et la joie dans le plus profond des abymes.
Et ce soir, encore une fois, elle le touche, le frôle du bout des doigts. Comme la nuque de cet homme qu’elle ne connait pourtant pas, ou à peine. Le bonheur est abstrait, diverge de tant d’opinion. Il ne s’agit pas seulement d’avoir la vie que l’on rêvait d’avoir. Il ne s’agit pas non plus d’avoir l’homme ou la femme que l’on aime à ses côtés, des enfants, un bon job, une belle maison, une ribambelle de pote. Parfois, le bonheur n’est représenté que par un seul instant, un seul geste, une seule émotion. Et si ce soir nous avions demandé à Margo si elle était heureuse, si elle avait côtoyé le bonheur, elle vous aurait répondu avec un large sourire en unique réponse. Un grand oui silencieux. Et ce sentiment, elle le trouve dans ses propres gestes, ses propres pensées qui s’évaporent au rythme de la musique, des corps qui se côtoient et dansent ensembles. Elle lâche prise, complètement, évanouie sa conscience humaine pour laisser s’échapper tout ce qu’elle possède de plus profond en elle. Elle le trouve également dans les gestes de Cameron qui semble se détendre avec elle, de se laisser aller à ses côtés.
Sa main dans son dos, l’autre dans le vie, Margo reste à sa place. Nuque et hanche, sans oublier le bassin qui continue de bouger à la même allure que celui de ce type qu’elle apprécie plus qu’elle n’aurait pu le croire.
En réalité, elle n’aurait rien crû du tout. Femme spontanée qu’elle est, elle pourrait surprendre n’importe qui.

Leurs regards se croisent, Margo sourit sans fléchir, toujours transportée par cette ambiance intimiste et partagée, qu’elle apprécie, qu’elle aime à ressentir. Et il y a ce petit quelque chose qui se passe, qui traverse leurs regards, leurs corps entiers. Un truc que Margo ressent au plus profond d’elle. Peut-être est-ce la défonce et l’alcool mélangés ou peut-être qu’elle imagine absolument tout, mais en attendant, c’est là. Et putain, ça lui fait un bien fou.

Live Fast. Die Young. Be Wild. And have fun.
©Lana DelRey – Discours, Ride.


Les doigts de Cameron s’enroulent autour de sa nuque et Margo n’oppose absolument aucune résistance. Elle se laisse portée, consciente de ce crépitement qu’elle connait si bien, là, au creux de son ventre. Il l’embrasse, simplement, en douceur, en rythme. La gardienne reçoit se baiser sans hésitation, sans marquer une seule seconde un refus qui n’existe de toute façon pas. Cet échange chaud, la fait doucement frissonner, l’électrise du bout de part en part avant qu’elle ne raffermisse légèrement sa prise sur la nuque et la hanche de Cameron. Le baiser se suspend une seconde, sans que ni l’un, ni l’autre, n’ouvre les yeux et ne s’écartent vraiment. Juste une seconde, le temps de reprendre son souffle et Margo lui rend déjà ce délicieux moment avec une infime douceur. Lentement. Ses lèvres le touchent à leur tour, elles prennent leur temps pour s’ouvrir et devenir plus aventureuse. Tout comme cette main qui remonte le long de la hanche de Cameron pour finir sur son torse, puis son épaule. Elle sent la vie sous ses doigts mais surtout, elle sent cette chaleur qu’elle désire en silence.
Le désir. Toujours là, présent, sous-jacent et qui commence sérieusement à s’éveiller au fur et à mesure que l’échange s’intensifie mais sans jamais de violence ou de brutalité. La fougue viendra bien après. D’abord, Margo profite. De tout. De ce contact, de son état en lui-même et à aucun moment elle ne se pose la question de savoir si tout ça, est une bonne chose ou non. Elle s’en fout comme du dernier tableau qui entoure ce château et préfère se concentrer sur ce qu’il se produit là, maintenant, dans cette pièce. Entre eux deux.
La musique poursuit son chemin et Margo ne l’écoute plus vraiment. Ce qu’elle écoute, ce sont les battements de son cœur qui s’intensifie mais aussi, son instinct, ses besoins, son envie. Et tout ça se manifeste un par un, dans la poitrine de la gardienne qui commence doucement à échauffer le jeu. Par des gestes plus précis, par des baisers plus langoureux, voir plus fougueux. Elle réduit un peu plus la proximité qui les sépare, si c’est encore possible de faire plus proche et sa main droite glisse dans les cheveux de Cameron. La tension est à son summum, elle le sent. Tout ça vibre dans ses veines, sous sa peau et un sourire s’esquisse légèrement au coin de ses lèvres avant qu’elle ne recule légèrement pour croiser le regard brillant d’un tas de chose, de l’américain. En cet instant, elle le trouve incroyablement beau. Pas par romantisme – la blague – mais parce que le jeune homme dégage quelque chose de vrai, de brut. Dans ce regard clair, dans cette façon de se comporter, de la regarder, il y a un détail qui lui saute aux yeux et qui le rend incroyablement attirant mais aussi humainement beau. Sa simplicité, sa façon d’être si légère, cette tranquillité qu’il dégage, tout ça à toucher Margo et elle le sait. Et c’est pour ces mêmes raisons que son sourire s’élargit en cet instant.




© Napster
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7710
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: [Event 16.05.2015] Somebody that I don't know ▬ Margo   Ven 24 Fév 2017 - 13:51

Je ne sais pas comment on en est arrivés là et … ça ne m’intéresse pas de le savoir, d’essayer de comprendre, de trouver une raison ni de m’arrêter une seule seconde sur ce qui est en train de se passer. C’est comme ça et c’est tout. Le joint me fait planer, l’alcool me fait vriller mais ils ne sont pas les seuls responsables de cet état de vide total dans lequel je me trouve actuellement. Ça n’est pas un vide négatif ou désagréable, c’est même tout le contraire. C’est un vide … léger, sans aucune considération quoi que ce soit si ce n’est l’instant présent. Je me sentirai presque comme une vieille âme coincée dans un corps qui passe à peine la vingtaine.
Elle et moi, on est totalement différents. Pas besoin de savants calculs pour en arriver à ce constat, je suis différent de beaucoup de personnes que je côtoie pour ne pas dire toutes mais ça se saurait si c’était un problème. En cet instant je ne suis … pas moi-même, sans pour autant être un autre, c’est simplement comme si je n’étais pas vraiment là tout en l’étant à 100%. Difficile à suivre ? N’essayez pas, ça n’a pas le moindre intérêt. J’ai une femme entre les bras, sous mes mains, contre mes lèvres. Ce genre de trucs n’arrive que très rarement, je n’ai touché personne depuis Megan et avant elle, depuis que je suis ici, on ne peut pas dire que je me sois réellement intéressé à qui que ce soit. Je n’en ai pas besoin, je n’en ressens pas l’envie. Ma famille, quelques amis, un projet, c’est tout ce dont j’ai besoin, tout ce dont j’ai envie, mais ce soir, cette nuit … ce matin même, je sors un peu de carcans pour me laisser aller à autre chose. Et alors ? Je reste humain, comme tout le monde.
Parfois j’ai le sentiment que mon esprit et mon corps sont devenus deux entités distinctes, que l’un d’eux n’est là que pour les fonctions vitales et n’a pas tellement beaucoup plus d’intérêt. Ça n’a pas toujours été le cas, j’ai été un William, un Mateo mais ça n’est plus le cas aujourd’hui même si en cet instant … Pas la peine d’être fin observateur pour savoir qu’aucun de ces deux-là n’est seul en ce moment. Et ça n’est pas mon cas non plus.

Elle est aussi bruyante que je suis silencieux, aussi exaltée que je suis calme, aussi … exubérante que je suis discret. Et ça me fait sourire. Elle me fait sourire. Heïdi. C’est adjugé.



#

C’est calme, tranquille, sans un bruit et presque sans un mouvement. Sur mes lèvres, un sourire absent et entre elles un nouveau pétard. Il alterne entre nous deux, elle lovée contre moi, une de ses jambes entre les miennes et mon bras qui l’enserre sans forcer. Ça n’est pas tendre au sens où on pourrait l’entendre, c’est juste … un instant de quiétude après un partage. Même la musique qui tourne encore s’est calé sur ce rythme paisible, ça me fait sourire d’autant plus. Amusé. Je ne me sens absolument pas gêné par la situation, je ne pense à rien de spécial, je me sens juste un peu ailleurs. Dehors les premières lueurs du jour se font déjà plus présentes, je me dis que le château ne va pas tarder à s’éveiller tranquillement. Dehors c’est déjà l’effusion de chant d’oiseaux et je crois que Margo s’est endormie. Si je la réveille ça n’est pas parce que sa présence me dérange, loin de là, mais bien parce qu’elle serait clairement mieux dans son lit. Je le fais en douceur, en remettant une ses mèches blondes derrière son oreille.

« Hey, Heïdi. »

Elle ouvre doucement les yeux, mon sourire s'élargit.

« Tu ferais mieux d’aller te coucher. Je t’accompagne. »

Elle est grande et je ne me sens redevable de rien, j’en ai simplement envie. Quant à moi, j’envisage simplement d’aller prendre l’air à l’extérieur, juste comme ça, sans but particulier, sans me poser la moindre question sur rien. Jusqu'à ce que je croise l'un des miens et que le quotidien reprenne son cour après avoir pressé sur pause l'espace de quelques heures.

▬ FINI POUR MOI ▬
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 175
Date d'inscription : 10/08/2016
Crédits : * { Lux



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3717-margo-beaumont
MessageSujet: Re: [Event 16.05.2015] Somebody that I don't know ▬ Margo   Mar 21 Mar 2017 - 22:19

Elle s’est endormie comme une masse, comme à chaque fois après l’amour. Après l’apothéose, l’explosion des saveurs et des sensations, après le paroxysme d’un plaisir partagé.
Et ce plaisir a été intense, vivant, vibrant. Le genre de truc qui la fait toujours plané. Pas comme celui qu’elle a eu avec son ex, le tocard qui ne savait pas se servir de Tocard Junior qui lui donnait l’impression qu’on tentait de lui chatouiller les parties intimes – Sorry ! -. Non, là c’était divinement bon et Margo n’a pas résisté un seul instant à s’écrouler comme un bébé pour les bras de Morphée… Qui sont ceux de Cameron. Et ça, elle ne le remarquera que lorsque ce dernier la réveillera.
Pour le moment, elle est plongée dans cette torpeur agréablement douce et chaude. Comme si elle était enveloppée dans du coton tiède.

- Hey, Heïdi.

Aussi bizarre que ça puisse l’être, sa voix lui parvient parfaitement, même plongé dans les limbes du sommeil. Elle sent également une mèche de cheveux qui se remet derrière son oreille… qu’elle devine venir de Cameron lui-même. Rien que ce geste la fait tendrement sourire.
Margo ouvre difficilement un œil, puis l’autre, prenant conscience que si elle se sentait aussi bien au chaud c’est tout simplement parce qu’elle est blottie contre Cameron, dans ses bras, une jambe entre les siennes.
Elle cligne des paupières et le regarde alors qu’il lui sourit, cheveux ébouriffés.
Putain, c’est qu’il est sacrément canon, même quand je suis sobre…

- Tu ferais mieux d’aller te coucher. Je t’accompagne.

Mes lèvres s’étirent dans un sourire amusé avant que Margo ne s’étire comme un chat, de tout son long.
Dommage, elle était bien là, contre lui.

- Je vois que tu n’as rien perdu de ton côté gentleman.

Pourquoi ça arriverait ? Pour rien, juste une boutade, comme ça. Elle regarde par la fenêtre et aperçois les premières lueurs de l’aube. Un rapide calcul se fait dans sa tête et la gardienne constate qu’ils ont visiblement passé pas mal de temps à s’amuser ensemble. Elle se souvient parfaitement de la soirée qu’elle a passée avec lui et n’en garde que de très bons souvenirs.
La gardienne se rhabille et se laisse accompagné par Cameron, encore un peu groggy. C’est qu’elle tient quand même une petite gueule de bois.
Ou de shit, au choix !
Ils se séparent, elle le regarde partir une fraction de seconde avant de pénétrer dans sa chambre où son lit devient un sanctuaire. Elle s’y écroule, encore shootée à l’endorphine avant de s’endormir de nouveau, sourire apaisé aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Event 16.05.2015] Somebody that I don't know ▬ Margo   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Event 16.05.2015] Somebody that I don't know ▬ Margo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Event d'hiver 2015 :)~ inscriptions joueurs et groupe
» Event #2 : Thanksgiving 2015
» Event #1 : Halloween 2015 - Groupe 3 : A la chasse des Pokemon contaminés.
» Event #1 : Halloween 2015.
» Payback 2015 (carte et résultats)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Sixième Etage.-
Sauter vers: