AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Yesterday is history, Tomorrow's a mystery ▬ Corey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 17054
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Yesterday is history, Tomorrow's a mystery ▬ Corey   Mar 11 Oct 2016 - 18:37

Mercredi 13 Mai 2015 – Vers 18h30
Yesterday is history, Tomorrow's a mystery



Enzo & Corey

Jour sans. Ça arrive à tout le monde, aujourd'hui ça tombe sur moi et je me rends compte que ça faisait un moment que ça ne m'était pas arrivé. Je l'ai senti dès que j'ai ouvert les yeux, il y avait comme un creux, une sensation … Pas dérangeante mais quelque chose de bien présent, comme un manque, un truc qu'on sait présent sans réussir à réellement mettre le doigt dessus. Peut-être que ça vient des rêves que j'ai pu faire mais je ne m'en souviens pas. Aucune importance, ça finira par passer, ça le fera toujours, mais en attendant je reste dans mon coin même si ça n'est sans doute pas le meilleur moyen de retrouver le sourire. C'est comme ça, il y a des jours où on préfère simplement ne pas se mélanger, rester avec ses pensées, et aujourd'hui c'est visiblement ce qui se passe pour moi.
J'ai mis du temps à émerger, à me lever, à sortir de mon pieu, à quitter mon chat. Je suis plutôt du genre matinal et c'est peu de le dire. En général, à moins de ne pas être seul – ce qui n'est pas le cas ce matin – je suis debout avant tout le monde et je commence ma journée par aller courir dans le Parc, le long du Lac, ou alors j'attrape mon sac magique et vais me planquer dans mon spot improvisé pour taper quelques vagues avant d'attaquer le reste. Aujourd'hui je me suis contenté de trainer les pieds jusqu'à la Grande Salle où je me suis assis sans vraiment faire attention mais quand Okar, mon vieil emplumé, a déposé l'enveloppe sous mon nez j'ai compris ce qui clochait.

C'était ça, ce sentiment de manque, comme une impression sous-jacente, un truc latent. Je ne crois pas que ça soit le fond du « problème », je pense juste que quand on est fatigué, qu'on n'a pas forcément le moral sans raison particulière, on pense aux personnes qui sont normalement là pour faire en sorte que cette sensation passe ou soit atténuée et en reconnaissant l'écriture de Kyle sur l'enveloppe je n'ai même pas eu à l'ouvrir pour saisir tout ça. Il me manque. Il me manque parce que pendant deux ans il a été la personne toujours présente pour m'attraper la main, me caresser les cheveux ou me prendre dans ses bras que ça aille ou pas. Il me manque parce que j'ai encore tous mes repères avec lui, parce qu'il me connait par cœur et parce qu'aujourd'hui … J'ai besoin de ça, d'une personne qui me comprenne sans que je n'ai besoin de parler, d'une personne … De lui, tout simplement. Ce qu’il représente, la place qu’il prenait dans mon existence jusqu’ici, et son être dans son entièreté.
On n’est plus ensemble, c’était … ma décision, autant dire les choses telles qu’elles sont, et je ne le regrette pas pour autant mais aujourd’hui j’en paie le prix, c’est tout. J’assume, je continuerai d’assumer mes choix, ça n’est pas pour autant que je suis insensible, que ça ne m’affecte pas, parce qu’il garde une place très importante dans mon cœur et dans ma tête.
Ça ne m’empêche pas de sourire quand je lis sa lettre, loin de là, parce qu’elle respire quelque chose de positif. Il continue de s’éclater dans sa nouvelle école, même si certains jours c’est difficile. Il va même bientôt commencer un stage chez un type qui fait de la bande dessinée – ses premières amours – et ça me fait réellement plaisir de voir le tournant que prend sa vie. Même si je ne peux pas le nier, ça me fait quelque chose que tout ça se passe sans moi. Encore une fois, c’est moi qui l’ai voulu même si finalement ça n’aurait rien changé, au moins temporairement, puisque je suis ici et lui dehors.
Moi aussi j’avance, peut-être pas aussi rapidement mais j’avance, j’ai un but, et même si le chemin pour y parvenir me semble interminable. Je sais que j’ai des options pour accélérer le processus alors je mets toutes les chances de mon côté. En attendant, j'ai hâte de les revoir lui et Jillian. Et Derek, aussi. Ma famille, une partie de ma famille, mais ma vie aujourd'hui est ici et pas avec eux. Question de choix, encore une fois. Les miens, les leurs.

Métamorphose. Et je tiens à souligner que je ne me suis pas endormi cette fois ! Sortilège. Pause déjeuner. Une heure de travail effectif à la bibliothèque avec Keza, une autre avec Will. Puis Self Defense.

« T’as pas eu ta dose. »

Signe de tête éloquent.
Non, je n’ai pas eu ma dose.

« Je vais sans doute aller courir un peu ou faire un basket tiens. Ça te dit ? »

Il hésite, grimace, puis se résigne.
Ça me fait sourire.

« Arg, c'est pas sérieux, j'ai déjà du retard sur mon taf. »
« Dans ce cas, je ne te détourne pas du droit chemin. On aura d'autres occasions. »
« On se rattrapera ce weekend pour le tournois ! »
« Oui, voilà. Parfait. A plus Cam. »
« A plus tard Loup. »

On a mis les choses à plat tous les deux, ça fait du bien. Je n’aimais pas ce blizzard entre nous, clairement pas, et je sais que lui non plus. On a pu se parler à cœur ouvert et depuis ça va mieux, c’est redevenu comme avant finalement et ça me fait vraiment du bien de l’avoir à nouveau dans mon quotidien même s’il n’a jamais été bien loin.

Je m’éclipse de la Salle en me disant que si je croise Mateo je lui propose de venir avec moi, j’ai l’impression que ça fait une éternité qu’on n’a pas trainé tous les deux, avec ou sans d’autres personnes. Pas de Mateo en vue, ça sera pour une autre fois, ça n’est pas comme si les occasions manquaient de toute façon. Pas de Killian non plus, elle aurait été une candidate plus qu’évidente elle aussi. Tout comme Kim même si notre dernière tentative a été pour le moins … relativement traumatisante. C’est finalement seul que je prends la direction de l’extérieur mais ça ne me pose aucun problème. La sensation de ce matin a fini par s’estomper, j’ai arrêté de faire mon sauvage à partir du déjeuner que j’ai partagé avec Leah et ses copines – est ce que j’ai fait le malin qui charme son monde ? Évidemment. Est-ce que je fais ça dans le but d’en ramener une dans mon lit ? Allez savoir. C’est plus un jeu qu’autre chose, une habitude, un truc qui me fait rire et que je ne contrôle pas vraiment mais si ce genre de finalité doit se produire je ne vois clairement pas pourquoi je m’en priverai. Un autre avec qui je ne me prive pas c’est William, lui encore moins que les autres, c’est même le seul avec qui je passe du temps régulièrement à vrai dire et j’en profite à 100% sans me poser de question depuis qu’on a eu cette discussion la semaine dernière. Néanmoins je sais que le concernant ça n'est pas comme avec les autres, je ne le nie pas, je ne me voile pas la face et je pense qu'on est au clair là dessus tous les deux. Il fait ce qu'il veut, quand il veut, avec qui il veut. Il n'a aucun compte à me rendre et réciproquement. Quant à moi, je ne touche pas d'autres mecs parce que je n'en ressens pas l'envie, aucune attirance à déclarer pour qui que ce soit d'autre ayant un chromosome Y de mon côté et les filles ... C'est différent, c'est tout. Quand on se retrouve tous les deux, les autres n'ont pas d'importance. C'est comme ça que je le ressens en tout cas.
Ça ne tient pas qu’à ça, au sexe j'entends. On discute énormément, on fait les cons, on se marre, il m’aide aussi à comprendre certains trucs qui sont trop abstrait pour moi concernant mon projet perso et on a plus ou moins monté une coalition pour faire chier Mateo sans se concerter une seule seconde … Bref, on s’entend bien, j’apprends un peu à connaitre Macy par la même occasion et je découvre une jeune femme absolument adorable. Je comprends qu’il tienne autant à elle. Ils ont vraiment une belle relation tous les deux, un truc fraternel que rien ne peut mettre en doute. C’est ce qu’il s’en dégage en tout cas quand on les voit ensemble ou qu’on les entend parler les uns des autres, idem concernant Maxime et Dean. Tous les quatre, ils sont une famille.

Une demi-heure de course le long du Lac, non sans passer faire un coucou aux enclos pour voir si Isma a besoin d’aide et juste grattouiller Mila et Taska au passage, non plus sans une pensée pour Ora et son frère. Je ne le connais pas mais j’ai un frère moi aussi alors je peux imaginer dans quel état d’inquiétude je me trouverai si j’étais à sa place. Ça me fait bizarre de me dire que je ne la croiserai sans doute plus ici ni n’importe où ailleurs dans l’école.
Je reprends finalement ma route et m’arrête derrière le stade de Quidditch où je me décide à faire apparaitre notre terrain de basket improvisé qui n’est plus tellement un lieu secret à présent. Je maitrise totalement les sortilèges de métamorphose, depuis un moment maintenant, et je crois que Mister Cool serait plutôt fier de moi en voyant ça. D’ailleurs j’ai ce réflexe un peu étrange de lever la tête pour observer autour de moi si une pie ne se tient pas là pour me surveiller. L’arbre devient panier, l’herbe s’aplanit et devient une surface dure, droite, et trois secondes plus tard j’ai un ballon de basket dans les mains, déjà entrain de faire des rebonds. Short long, T-shirt, chaussures de sport et mon sweat à capuche qui traine par terre. Seul au monde, tranquille, je commence à lancer le ballon dans le panier – ou à côté quand je me craque – et me défoule jusqu’à ce qu’il soit l’heure de rentrer.
Je pensais l'être, seul au monde, mais la présence qui se manifeste dans le périmètre ne m’échappe pas. Elle n’échappe pas à mes sens ni à mon instinct. Ça n’est pas Mateo, ni Killian, ni Kim. Pas plus que qui que ce soit avec qui je traine. Non, il s’agit d’un visage qui m’est plus ou moins familier, une personne avec qui je ne sais pas vraiment sur quel pied danser. Et on se retrouve à se regarder dans le blanc des yeux maintenant que je me suis retourné et qu'on se fait face. Je ne sais pas s'il comptait passer inaperçu ou pas mais si c'était le cas, c'est rappé pour lui.

Qu'est ce qu'on fait maintenant ? Tu traces ta route ou on crève l'abcès ?
Parce que oui, clairement, y a un truc qui cloche, qui ne colle pas entre lui et moi.
Mais quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 20
Date d'inscription : 23/08/2016
Crédits : ©Avatar
Double Compte : Nikolaï Coolidge



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/
MessageSujet: Re: Yesterday is history, Tomorrow's a mystery ▬ Corey   Mar 8 Nov 2016 - 14:48

•.•.• Le Loup chasse le Lapin. Ou l'inverse ? •.•.•


Corey aurait presque passé une bonne journée. Presque. Cet autre enflure de "petit cul" comme l'appelait si bien sa Chichi-double-chantilly, n'avait rien trouvé d'autre que de venir faire du rentre dedans à Corey. C'était con à dire, mais si sa meilleure amie le trouvait à son goût et si notre blondinet lui interdisait de l'approcher, l'autre bougre lui, ne s'empêchait pas de mâter la brunette sans retenue. Vous allez me dire : encore une histoire de fesse ! Oh que non. Tout le monde ici, ou presque, pensait que Chiara et Corey était un couple. Libertin, certes, mais un couple quand même. Alors ce connard de Henry-troudufion aimait venir, de temps en temps, faire certaines approches auprès de la demoiselle.

Ok, une fois ça passe. Chiara est assez grande pour se démerder. Deux fois, ça chauffe déjà un peu, s'il est typiquement le genre de sa belle, elle sait pertinemment que ce type serait plus sexy entre quatre planches, ancien collabo qu'il est, qu'à respirer le même air que nos deux lurons. Et puis au bout de la troisième fois, évidemment, tout s'effondre. Combien de fois les deux ne se sont-ils pas mit sur la gueule ? Oh, notre coco lapin aurait pu laisser son bonbon sucrée lui faire sa fête, tirer son coup comme on dit et le jeter, mais non, question de principe, jamais il ne posera sa main sur elle et il en faisait le serment. Oh et ce n'était pas non plus comme si ça l'aidait à garder son statut de "petit ami" auprès d'elle non plus, soit dit en passant.  

Alors oui, le Henry avait dépassé les bornes. Corey qui avait passé une bonne journée se retrouvait acculé à un mur, dépourvu de baguette magique, avec pour seule arme ses poings. Aucun autres élèves n'étaient présent, pas de témoins, plus ça allait et plus les deux se lançaient dans une guerre personnelles qui ne trouverait surement jamais sa rédemption. Bien heureusement, Henry avait lâché Corey par l'intervention "divine" d'un professeur.

« Messieurs, puis-je savoir ce qui vous prend de vous...rouler des pelles, si près du mur ? »

Corey avait alors rigolé, l'autre avait plutôt fait une grimace de dégout, alors qu'il ramassait sa baguette et s'en allait. Corey aurait voulu en faire de même, mais il avait du donner quelques explications au prof' sans pour autant lui dire vraiment la vérité. « Rien de grave, vous inquiétez pas. ». Remettant correctement sa chemise, il avait fini par quitter l'endroit ou il se trouvait, baguette dans la manche, allant flâner plus loin.

Merde. Merde, merde et merde ! Il allait devoir prévenir Chiara que ce type passerait un de ses quatre à l'acte et qu'elle ne serait pas forcément consentante. Le truc était alors de savoir s'il oserait vraiment ? Avec un type comme lui, plus rien n'étonnait notre blondin, pas même après ce qu'il avait vécu, alors bien sur qu'il se souciait du bien être de son amie. Elle avait beau avoir un sacré caractère, elle n'était pas à l'abri de tout. Quoi qu'il essayait de relativiser en se disant qu'elle avait quand même une attirance pour lui et que physiquement, elle serait capable de dire qu'il n'y aurait pas viol. Il eut un rire en y pensant, même quand elle n'était pas là, il pouvait imaginer à merveille sa bouille lui cracher au visage que c'est elle qui le violerait surement.

Ses pas le menant alors vers le stade de Quidditch, qu'elle ne fut pas sa surprise d'y trouver un terrain...de basket juste derrière ? Non mais vraiment, y'avait des gens ici pour jouer au basket ? Mais c'était trop bien ! Entre ça et le hockey, même si ce dernier ne courait pas les rues à Rio de Janeiro, Corey avait toujours eu ce rêve d'enfant de vouloir être professionnel. Mais sérieusement, entre être un sportif et un sorcier, le choix avait quand même été vite fait à 11 ans. S'avançant quand même, jouant les curieux, il se stoppa néanmoins net quand il reconnu qui était l'individu qui jouait du ballon orange.

Enzo Ryans. Merde. Ça faisait beaucoup de fois ce mot aujourd'hui dites-moi. Bon, deux solutions se proposaient à lui, même si la première était toujours la bonne : la fuite ! Sauf que là, ils se regardaient vraiment dans le blanc des yeux et Corey se rendait compte, surtout après sa défaite avec son Némésis, que la fuite serait avouer qu'il piétine sa fierté ; habituellement mal placée ; jusqu'au bout et qu'il l'aurait en travers de la gorge. Hm. Bon et puis il joue au basket donc...il est peut-être pas si méchant que ça, si ? Passant sa langue sur le coin de sa bouche, abimé, qu'elle ne fut pas cette mauvaise idée que...de l'ouvrir.

« Sa...salut. J'te laisse hein...j'voulais pas déranger. »

Ouais, c'est bien ça, t'es encore plus lâche que je ne le pensais ! S'que t'es con mon pauvre ami. Sauf que tu ne vois pas d'autres initiatives, le mec en face de toi te fou les jetons, tu n'y peux rien, c'est devenu physique avec le temps et tu n'es et ne sera surement jamais prêt à lui faire face, enfin, pas comme ça.

Alors Corey tourne les talons, sans le quitter du regard, alors qu'il aurait pu, je ne sais pas, regarder le ballon pour changer et ensuite prendre les jambes à son cou, mais non, sa tête ne suit pas son corps et...

« Merde... » 6eme fois. Corey venait de se rétamer de tout son long après s'être pris les pieds sur les cailloux qui formaient l'instabilité des alentours du terrain de Quidditch et aussi du terrain improvisé de basket. Il s'était alors relevé avec rapidité, les mains sous son menton. Et bah voilà, le menton écorché. Boarf, ça ne changera pas à d'habitude. « Ah... »

Non, malgré tout ce que pouvait dire Chiara, Corey n'était pas une chochotte, mais il fallait dire qu'il était plutôt stressé en réalité. Il avait mal, mais de sentir la présence de l'autre derrière lui le rendait complètement pété de trouille qu'autre chose...

« M'approche pas !!! »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 17054
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Yesterday is history, Tomorrow's a mystery ▬ Corey   Ven 11 Nov 2016 - 22:28

Je n'ai jamais vu de Western mais dans la vision que j'en ai, de ce qu'on m'en a dit, après avoir vu les autres faire ce genre de trucs parfois ... J'ai l'impression d'être en plein duel et d'un instant à l'autre un buisson épineux - ou pas - va passer entre nous en roulant. Il ne manque plus qu'une musique pleine de suspens et ... Oui, ok, je vais trop loin, mais ça devient un peu gênant là.

« Sa...salut. J'te laisse hein...j'voulais pas déranger. »

Il parle ! Hallelujah ! Et pardon d'employer ce terme alors que je ne suis pas croyant - enfin je pense - malgré la croix que je porte autour du cou. C'est un cadeau de ma mère, elle y restera toute ma vie, peu importe ce qu'elle peut représenter pour d'autres. Mon Dieu a moi c'est ma mère, parfaitement, et techniquement ils sont censés être au même endroit non ? Bref, je m'égare un peu, désolé.

« Tu m'déranges pas. »

Je parle aussi, oui, et c'est la vérité. Pourquoi est ce qu'il me dérangerait ? En réalité des raisons il y en a plein, notamment le fait que je peux être un putain d'associal sauvage quand je m'y mets mais ça n'est pas la question et de toute façon là tout de suite, ça n'est pas le cas. L'inverse en revanche ... Je ne sais pas ce que j'ai fait à ce type mais il me donne l'impression de changer de couloir ou raser les murs chaque fois qu'on se croise. Peut-être que je me plante, peut-être que je suis seulement incroyablement narcissique de penser que ça vient de moi et qu'il me fuit, mais mon instinct me trompe rarement. A ce niveau là en tout cas. Je ne sais pas, je ne comprends pas et quelque part, de le voir là face à moi, prenant finalement la fuite à nouveau - parce que c'est ça et pas autre chose, soyons sérieux - ça fait naitre de l'agacement en moi. J'ai même envie de mettre les pieds dans le plat, de le rattraper et de lui demander une bonne fois pour toute si le problème c'est moi ou s'il est juste incroyablement timide. Le truc c'est que pour l'avoir déjà croisé lors de soirées ou même n'importe où et n'importe quand dans le château, je sais que ça n'est pas le cas alors ...

« Atten ... »
« Merde... »
« ... tion ... »

Trop tard. Et NON ! Je ne rigole pas. Je sais que je suis incroyablement beau à regarder mais garçon, quand tu veux partir, assure toi que tout ton corps suit ... ENZO ! Ne sois pas condescendant. Petit merdeux va. Bref, le mec est par terre, c'est une sale chute et naturellement - parce que je suis un mec bien. Enzo ... Qu'est ce que je t'ai dit ? Mes chevilles, tout ça, oui je sais mais on s'en fout - je me dirige vers lui pour voir si ça va. Il s'est relevé de manière plutôt rapide donc j'aurai tendance à dire que ça le fait mais quelle ne fut pas mon erreur de faire un pas, même plusieurs, vers lui ...

« Hey, ça va ? »
« M'approche pas !!! »

Sous l'effet de la surprise je me stoppe net, bras à demi levés, paumes tournées vers lui pour appuyer mes dires.

« Ok ! Ok ! J'approche pas. J'voulais juste voir si ça allait, si t'avait pas trop de mal. »

Je recule, j'abdique et instaure une nouvelle distance de sécurité entre lui et moi mais je suis sur le cul, vraiment, parce que ce type là face à moi est terrorisé. Et il me donne clairement l'impression d'être la source de cette terreur, ce qui la provoque. Instinctivement je voudrais m'approcher, oui, pas pour jouer les bons samaritains et gagner des points de karma mais simplement parce que je suis comme ça, c'est dans mon caractère, sauf si j'ai un grief contre la personne en question - et/ou que je suis mal luné - mais ça là n'est pas le cas. Si lui a un truc contre moi, ça n'est pas réciproque. Pourquoi ça le serait ? Je n'ai aucune raison d'en vouloir à ce type mais quelque chose m'échappe, clairement, et sa réaction me prend totalement au dépourvu. Si je puise dans mes souvenirs, est ce que je trouverai une réponse ? C'est possible, j'ai pas toujours été un ange avec tout le monde mais je m'efforce d'oublier cette partie de là de mon existence. Question de survie, sincèrement. Je veux laisser tout ça derrière moi alors oui je fais tout ce que je peux pour y arriver et je trouve que je m'en sors pas trop mal.

« Écoute, j'veux pas avoir l'air parano ou mégalo mais autant mettre les choses à plat : Le problème, parce qu'il y en a un, clairement, c'est moi ou pas ? »

Parce qu'il pourrait très bien se trouver simplement dans un mauvais jour, de ce fait sa réaction n'aurait rien à voir avec moi même si ... Ouais, bref. Le problème c'est que l'odeur de son sang mêlée à celle de sa peur me chatouillent un peu trop les narines et j'aurai surement l'air moins « dangereux » si Loup ne se réveillait pas, là, sous la surface, attiré et stimulé par ces fragrances familières. En cet instant il a tout d'une proie, rien de mieux pour réveiller le prédateur évidemment … Mec, s'il te plait, ne te mets pas à courir ... Certes j'ai de la maitrise mais autant ne pas tenter le diable. Enfin, le diable ... Putain, t'as vu ma gueule ? J'suis un Chaton !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 20
Date d'inscription : 23/08/2016
Crédits : ©Avatar
Double Compte : Nikolaï Coolidge



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/
MessageSujet: Re: Yesterday is history, Tomorrow's a mystery ▬ Corey   Jeu 22 Déc 2016 - 22:02

Corey est impulsif et nerveux. Mais Corey n'est bien heureusement pas que ça et le problème réside bien là, puisqu'il est partagé entre sa peur, son envie de la vaincre et surtout, partagé avec sa raison qui tente désespérément de lui faire comprendre que le type en face de lui n'a rien de «méchant» en soi. Si on oublie le fait qu'il soit un loup-garou sanguinaire assoiffé de sang. Car oui, si Enzo se considère comme un chaton, notre lapinou lui, le voyait plus comme un prédateur sautant à la gorge de tout le monde. Bien qu'il soit aussi convaincu qu'un chaton pouvait l'être. Alors de voir ce type en face de lui, les bras levés et s’inquiétant pour lui, ça lui faisait carrément étrange.

Pourquoi s'inquiétait-il de ça ? Il y avait quelque chose à cacher sous ses airs de petit garçon mignon ? S'il avait pu plisser des paupières il l'aurait fait, sauf que son corps n'avait pas l'air de trop réagir face à ses sentiments, si ce n'est juste la douleur qui lui prenait le menton, là ou ses pauvres poils blonds se battaient en duel.

« Ça va... »

Bien sur que ça va. Tu t'es lamentablement vautré devant le mec que tu crains le plus et que tu sais, oui tu le sais, qu'il serait capable de te sauter dessus. Normal.

Vraiment, il essaye d'être rationnel, il cligne même des yeux comme s'il essayait de se sortir d'un mauvais rêve. Franchement, il ne pourrait pas avoir peur d'autre chose ? Il se sentait vraiment très con dans ce genre de situation, lui qui avant pouvait sauter sur n'importe qui, même un supérieur si besoin, pour sauver les fesses de sa Chiara, voilà qu'il ne faisait pas le fier devant ce brun qui ne lui avait pourtant rien fait. Enfin rien de concret, dans l'imagination ça, c'était autre chose...

« Écoute, j'veux pas avoir l'air parano ou mégalo mais autant mettre les choses à plat : Le problème, parce qu'il y en a un, clairement, c'est moi ou pas ? »

Non voyons, qu'est-ce-qui te fait penser ça ? Toi ? Attends, t'as l'air d'être un bon samaritain non ? Y'a vraiment aucune raison de comprendre pourquoi j'ai peur, non mais vraiment aucune, j'vois pas du tout ce qui te fait dire ça. MAIS BIEN SUR QUE SI ABRUTI ! Genre t'es pas le premier à avoir bossé pour les supérieurs, mais t'as pas été le dernier pour être l'un des moins sympa non plus ! Ça te rappelle rien ? Non, j'devrais pas te rafraichir la mémoire dès fois ?!

« Un...un peu, oui. »

Incapable que je suis. Ok, j'ai clairement pas les mains assez grande pour porter mes burnes. Non pas que je dise qu'elles soient énormes. Non je ne me vante pas. Non mais...

« J'aimerais beaucoup en parler...mais là...je... »

Ses jambes répondent. Il pourrait courir. En fait il en meurt d'envie. Vous savez, comme un lapin, l'animal qui le représente le mieux. Non, rien à avoir avec ses conquêtes, ressaisissiez-vous bon sang ! Mais autre chose lui somme de ne pas bouger. Comme l'instinct peut-être. Il déglutit donc, il prend une bouffée d'air et il reprend.

« Je ne sais pas trop par où commencer, à vrai dire. » Oui, parce que quitte à ce que ton corps refuse de bouger, tu ne pouvais pas faire grand chose d'autre que de lui parler. Parce qu'un blanc, c'est quand même assez gênant. « Tu ne m'as rien fait, rien de personnel j'entends...si ça peut te rassurer. » Ou pas. « Tu...te veux pas reculer genre...d'un pas ou deux avant ? Et t'asseoir ? Enfin je m'assiérais aussi pour discuter mais...enfin ça me rassurerait, tu vois. »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 17054
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Yesterday is history, Tomorrow's a mystery ▬ Corey   Dim 25 Déc 2016 - 21:13

J'aime pas cette situation. Je ne la comprends pas et elle m'échappe totalement. Quand je le regarde là comme ça il me donne le sentiment d'être partagé entre deux … J'en sais rien, on va dire deux eaux. De mon côté c'est un peu le cas aussi mais quand on partage son être en deux au quotidien, quand on s'est habitué à une vie de dualité constante, ça n'a rien d'extraordinaire. Mon côté humain observe, attend, patiente et veut comprendre pourquoi ce type semble terrorisé en ma présence. Mon côté animal lui s'en contre fou et n'a qu'une envie, le bousculer pour s'amuser. Avec le temps c'est devenu de plus en plus simple pour moi de maintenir le Loup sous contrôle et j'ai toujours le même réflexe invisible : Lui choper l'échine, serrer fort pour lui faire comprendre que là, non, il n'a pas le droit. Ça n'est pas quelque chose que j'exprime à voix haute tout simplement parce que ça ne concerne personne. On passera sur le fait que ça me donnerait probablement l'air d'être un sacré cinglé, limite schizophrène pour ne pas dire totalement. Les gens pensent ce qu'ils veulent, je m'en tape, mais ça n'est de toute façon pas le sujet. Le sujet il est là : Est ce que je vais avoir une répondre à ma question ? Et sans avoir le temps de perdre mes nerfs, surtout. Du contrôle j'en ai gagné au fil du temps, certes, mais je ne suis pas infaillible pour autant et surtout, surtout … Loup, d'accord, mais Humain avant tout.

« Un...un peu, oui. »

Nous y voilà. Ça n'est que le commencement parce que je ne compte pas le lâcher avant d'en savoir plus, c'est une certitude, mais c'est un début. Je suis la source du problème. Pourquoi ? Ça, clairement, j'aimerai bien le savoir parce que j'ai beau chercher, ça ne me saute pas aux yeux.

« J'aimerais beaucoup en parler...mais là...je... »

Tu ? J'inspire, bloque, expire. Ça ne se voit pas trop, je pense, parce que j'essaie de faire en sorte que ça se passe comme ça. Inutile de le braquer, mais je dois bien le dire, ma patience s'effrite.

« Je ne sais pas trop par où commencer, à vrai dire. »

Là dessus, ça n'est pas moi qui vais pouvoir t'aider, t'en conviendras. En attendant, ballon coincé sous le bras après l'avoir récupéré, j'attends. Immobile et silencieux. A distance. Loup se calme, il s'efface, je me concentre. Attentif et attentiste.

« Tu ne m'as rien fait, rien de personnel j'entends...si ça peut te rassurer. »

Est ce que ça me rassure ? Pas vraiment. Ça me fait même carrément une belle jambe. Si je ne lui ai rien fait de personnel, alors pourquoi ce comportement ? Cette réaction ? Est ce que c'est simplement du au fait que je sois Lycanthrope et que depuis presque un an maintenant ça ne soit plus un secret au sein de cette baraque ? Ça pourrait, je n'y avais pas tellement pensé mais ça me paraît même carrément évident maintenant que mon esprit effleure cette idée. Je ne vois que ça. Et si c'est ça alors … je ne peux pas lui en vouloir tout comme je ne peux rien faire pour changer les choses. Je suis ce que je suis, je le resterai toute ma vie. Je dois faire avec, les autres doivent aussi faire avec même si certains aimeraient nous voir dans des cages. Pas la peine de se leurrer, tout le monde n'est pas Lycan Friendly et quelque part quand on sait de quoi on peut être capable … ça pourrait presque s'entendre.

« Tu...te veux pas reculer genre...d'un pas ou deux avant ? Et t'asseoir ? Enfin je m'assiérais aussi pour discuter mais...enfin ça me rassurerait, tu vois. »

Le rire bref, sec, teinté d'amertume qui m'échappe alors que je tourne la tête sur le côté et fixe un point invisible, il part du tac au tac et je n'ai même pas le temps d'essayer de le retenir. En ai-je eu simplement l'intention ? Qu'importe. Mon visage de nouveau tourné dans sa direction, les traits coincés dans une sorte de sourire crispé, lui aussi teinté de cette amertume noyée dans de l'agacement. Si je prenais le temps d'accepter un certain recul je comprendrais sa demande je pense mais là …

« Dis le moi clairement si tu veux que j'aille me poser à l'autre bout du terrain. J'pensais être suffisamment loin là déjà. Et puis qu'est ce que tu crois ? J'te connais pas, je sais pas ce que t'as dans la tête et ton truc là, qu'est ce qui me dit que c'est pas simplement une mascarade, que t'en profiteras que je me retrouve dans une position « de faiblesse » pour t'en prendre à moi ? Sans témoins, loin de tout et de tout le monde. »

Parano ? Non, prévoyant et marqué par certaines choses. En toute rationalité, on ne peut pas feindre des émotions et les réactions du corps à ce point là mais clairement je perds mes nerfs et cette situation me plonge dans un état d'agacement évident. J'ai pas envie de reculer, pas envie de m'assoir, pas envie … de faire ce qu'il me demande juste parce qu'il me le demande. Sans parler de ce côté de moi qui ne supporte pas d'être dans une position physique inférieure à celle de son vis-à-vis. Fierté mal placée ? Je cherche pas à analyser ça, c'est comme ça et c'est tout.

« Tiens, j'te laisse la place. »

Soulé, clairement, énervé et agacé ça c'est certain, je lance le ballon sur le sol mais dans sa direction, de manière à ce qu'il l'attrape au rebond, et puis je me barre sans demander mon reste.

Non, je n'ai pas envie.
Pas aujourd'hui ou en tout cas pas maintenant.

▬ FIN ▬
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Yesterday is history, Tomorrow's a mystery ▬ Corey   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yesterday is history, Tomorrow's a mystery ▬ Corey
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yesterday is history, Tomorrow's a mystery (Samoli ♥︎)
» • I hope that tomorrow will be better
» Black History: Haitian Monument
» [Partenariat] Mystery Orphanage
» Mystery Orphanage [La magie est partout !]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Outside :: Le Parc de l'Ecole.-
Sauter vers: