AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Today I'm just a drop of water, come tomorrow I'll be in the ocean ▬ Ora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 17264
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Today I'm just a drop of water, come tomorrow I'll be in the ocean ▬ Ora   Sam 23 Juil 2016 - 15:55

Dimanche 3 Mai 2015 – Dans la matinée
Today I'm just a drop of water, come tomorrow I'll be in the ocean  



Ora & Enzo

Ça fait bizarre. Bizarre de ne plus entendre le bruit de l'Océan quand j'ouvre les yeux le matin, bizarre de me réveiller à côté d'une personne qui … n'est pas Kyle mais surtout se réveiller à côté d'une fille. J'ai pas réalisé tout de suite je crois, pourtant je n'ai pas bu tant que ça hier soir et même si j'ai veillé tard avant de monter ici, avec elle, je suis pourtant bien réveillé. Les yeux rivés sur le plafond, je suis étendu sur le dos,  une main sous la tête, l'autre posée sur mon ventre et je sens sa présence là à côté de moi, contre moi. Elle dort, profondément, allongée sur le côté, me tournant le dos. Ses longs cheveux roux s'éparpillent dans tous les sens, je trouve ça presque esthétique. Elle a la peau pâle, sa respiration est lente, calme, elle ne bouge quasiment pas. J'avais pas prévu ça, c'est juste arrivé comme ça, mais il n'empêche que oui, ça fait bizarre. Il y a bien eu Jeenah avant que je ne reparte de Lakes – une nuit particulière, une jeune femme particulière – mais … J'en sais rien, j'imagine qu'il me faut le temps d'appréhender ce nouveau quotidien, cette nouvelle vie même. Après tout, c'est ce que je voulais, non ? Un soupir m'échappe, je pense à Kyle et j'ai toujours au creux de l'estomac cette sensation de le trahir. Ça s'estompe, de jour en jour, mais je sais que ça ne s'évaporera pas comme ça du jour au lendemain. J'ai eu de ces nouvelles dans la semaine, ça a l'air d'aller de son côté. Il continue son bonhomme de chemin comme on dit.
Et puis il y a William, qui se pointe lui aussi dans mes pensées. Ce qui s'est passé là-bas, chez moi, n'a pas respecté les frontières – C'était pas le deal de toute façon. Y a aucun deal, juste du spontané. Ça se fait naturellement, c'est tout, je crois pas qu'il se pose de questions, je ne m'en pose pas non plus. On ne prévoit jamais rien, ça fonctionne à l'impulsion et à l'instinct même si … clairement, il est plus manipulateur, calculateur que je ne le suis … et beaucoup plus patient. Ahum. Ça n'est pas un reproche, disons que nous deux je suis clairement le plus impulsif et qu'il l'a rapidement compris, cet enfoiré. On se surprend l'un et l'autre, c'est comme un jeu perpétuel et c'est quelque chose qui me plait énormément. C'est grisant, excitant de bien des manières et la finalité j'en parle même pas. Je ne sais pas si ce qui s'est passé cette nuit avec ma camarade Rouge se reproduira, je ne sais pas s'il y en aura d'autres qu'elle même si je compte bien profiter de la vie à 100% et écouter mes envies sans les brider, continuer à faire des expériences aussi. J'avance au jour le jour, à l'instant présent, et ça me va très bien comme ça mais il y a une chose dont je suis certain : Ce qui se passe avec le Serdaigle, je n'ai pas la moindre envie que ça s'arrête, peu importe ce qu'il se passe d'autre de son côté ou du mien. Parce qu'en plus de ça, il est vraiment une personne que j'apprécie et ce depuis bien avant que ça prenne cette tournure entre nous deux, quand bien même on ne se côtoyait pas très souvent.

Nouveau soupir, calme. J'ai envie de me lever et de goûter à un peu de solitude. Du silence ? Il n'y a pas un bruit ici si ce n'est la respiration d'Ofélia, qui dort toujours paisiblement sur le matelas. Ce que je veux c'est entendre les bruits de la nature, le cri des oiseaux, tous les autres animaux, le clapotis de l'eau, le vent dans les arbres … et être seul. Ça n'est pas un besoin viscérale, simplement c'est bien présent, là, dans tout mon être. Sans doute un des prémices de la Pleine Lune, elle pointera sa ronde silhouette argentée demain et je ne peux pas nier l'effet qu'elle me fait déjà. L'Animal et ses instincts commencent à prendre leurs quartiers. Lentement, mais surement.
Alors je me lève, en douceur, pour ne pas la réveiller. Je me rends compte du contraste avec celui que j'ai pu être parce que cette fille là dans mon lit, je la respecte. Clairement, ça n'a pas toujours été le cas. Pas la peine d'analyser la situation ou de m'analyser moi finalement mais oui, je n'ai pas toujours eu des relations très saines avec la gent féminine. Je ne cherche pas la rédemption, je me contente – encore une fois – de vivre sans me poser de question, en suivant mon instinct et mes envies. En revanche, pour partir en douce, c'est rappé. Je n'essayais pas de fuir comme un mufle ou comme un lâche, juste de ne pas la réveiller parce qu'elle dormait profondément mais je me rends compte que sa respiration n'est plus celle d'une personne qui dort. Qui plus est, elle bouge. Assis sur mon lit, les pieds sur le sol et le rideau légèrement tiré pour avoir de l'espace, je me retourne pour la regarder. Elle est tournée vers moi, encore toute endormie, les yeux à peine ouvert. Ça me fait sourire.

« Tu te lèves déjà ? »
« Oui. Mais tu peux rester là si tu veux, fais juste gaffe en te levant, tu risques de tomber sur un des collocs et c'est pas dit qu'il soit habillé. »
« Je devrais pouvoir gérer. »


Elle sourit, de ces sourires qui montrent relativement l'étendue de la femme qu'elle semble être : Une femme qui sait ce qu'elle veut. Non, clairement, les hommes ne lui font pas peur et ce dans tous les sens du terme. Je m'active, elle ne me pose pas de question. Je suis entrain de lasser mes chaussures quand elle m'interpelle à nouveau.

« Enzo. »
« Hum ? »


Quand je sens sa présence derrière moi, je me redresse. Une de ses mains glisse sur mon épaule, l'autre sur mon ventre, sous mon T-shirt, et le haut de son corps se presse contre mon dos. Dire que ça ne me fait rien serait mentir, d'autant plus quand elle effleure ma nuque avec ses lèvres avant de m'embrasser dans le cou.

« T'es sur que tu veux pas rester encore un peu ? »

Mon corps a beau avoir des réactions, à commencer par mon rythme cardiaque qui s'emballe un peu, mon esprit, lui, divague déjà ailleurs. Elle doit le sentir parce que je n'ai pas tellement de réaction si ce n'est celle de garder le silence en regardant le sol sans vraiment le voir. Je ne sais même pas si je cherche des mots pour lui répondre, à vrai dire. Cette nuit c'était un bon moment, de quoi vous redonner envie sans hésitation, mais pourtant, aussi étrange que ça puisse paraître, l'envie justement n'est pas tellement là. Ça n'a rien à voir avec elle, un seul coup d'œil sur son corps, ses courbes, et un léger retour en arrière sur ce qu'on a partagé dans ce lit il y a seulement quelques heures en atteste sans problème, mais je ne suis déjà plus là. Et visiblement, elle s'en rend compte sans trop de mal.

« T'en fais pas, j'suis pas entrain de tomber amoureuse. »

Pas une seule seconde cette idée ne m'a traversé l'esprit mais quoi qu'il en soit, ça me fait sourire. Ça me fait même rire. Elle me claque un bisou sur la joue, une de mes mains effleure son bras et je la sens qui se laisse retomber sur le matelas en tirant le drap sur elle.

« Ceci dit ton lit est confortable alors je vais finir ma nuit ! »
« Ça marche. Dors bien. »


Ça m'a tout l'air d'être bien parti, j'ai l'impression qu'elle s'est déjà rendormie.

#

Il fait jour, et apparemment plutôt beau mais il est encore tôt et à cette heure là, un dimanche matin, il n'y a pas grand monde à se balader dans le château, encore moins dehors. Mon programme ? Courir. C'est ma tenue de sport que j'ai enfilé.  Descendre autant d'étages est un parfait échauffement, soit dit en passant. La Salle Commune est déserte, les couloirs le sont tout autant ou presque parce qu'en arrivant au sixième je tombe sur Ismaelle, que je m'arrête pour saluer, toujours heureux de la voir même si on se croise tous les jours. Elle est totalement radieuse, ça se voit que ces vacances lui ont fait du bien et ça fait plaisir à voir. Je me doute qu'il n'y a pas que les vacances qui jouent sur son état mais clairement, ça ne me regarde absolument pas.

« Salut Champion. »
« Bonjour Isma, ça va ? »
« Très bien et toi ? »
« Impeccable. »


Naturellement, quand Ismaelle est là, Fenrir n'est jamais loin alors je m'accroupis et il vient réclamer ses caresses que je lui donne sans hésitation.

« Salut mon gros. »

Dire que dans un peu plus de 24h j'approcherai d'une forme comme la sienne … En légèrement plus … Imposant, on va dire ça comme ça … L'impatience se pointe gentiment elle aussi et j'ai une pensée pour Ever. Elle a choisi de ne pas revenir au château, c'est quelque chose que je comprends mais je ne peux pas le nier, ça me fait quelque chose. On n'est plus que deux loups maintenant dans le château, ce qui en soit n'est pas un drame mais le contact lupin va probablement me manquer puisque je n'en ai strictement aucun avec Maxime. Humainement aussi, d'ailleurs, même si on a quelques amis en commun. Je sais juste qu'elle grimace parfois quand elle sent mon odeur sur Will parce qu'il me l'a dit – confidence sur l'oreiller, noyés dans l'endorphine – et autant être honnête, ça me fait rire. Pas méchamment, ça m'amuse simplement et parfois j'ai envie de lui dire qu'à une certaine époque je sentais la sienne sur Kezabel mais je m'abstiens. On ne peut rien cacher ou presque à un Loup … C'est un avantage comme un inconvénient, question de point de vue et de circonstances j'imagine. Je compatis, cela étant, mais je n'arrêterai pas de le toucher pour autant. J'en ai pas la moindre envie. Tant qu'on sera sur la même longueur d'onde là dessus, qu'on voudra la même chose, je ne vois pas pourquoi on s'en priverait. Et c'est juste pas le moment de penser à ça, pas devant Ismaelle, c'est gênant …

« J'vais courir … Je l'emmène ? »
« Je sais pas, pose-lui la question directement. »
« Tu veux venir courir avec moi Fenrir ? »


Il jappe, se dandine d'une patte sur l'autre alors que je me relève et sa queue bat l'air de manière significative. Il n'a probablement pas compris les mots, mais il a compris l'idée ça c'est plutôt clair.

« J'prends ça pour un oui. Je passerai plus tard aux enclos pour te le ramener alors. »
« Ok ça marche. A tout à l'heure. »
« Aller viens bonhomme, on y va ! »


#

Ce que j'étais parti chercher en allant courir comme ça au petit matin, je l'ai trouvé sans problème et la présence de Fenrir a apporté quelque chose en plus à l'équation. Clairement, ça me conforte dans l'idée que même si j'adore Lune, plus tard si mon quotidien me le permet, j'aurai un chien.
J'ai couru environ une heure et demi sur les bords du Lac, un pur moment de bonheur. Quand je suis remonté dans le dortoir la demoiselle n'était plus là. Si ça avait été le cas, je l'aurai simplement laissé dormir. J'ai pris ma douche et je suis redescendu manger un truc dans la Grande Salle avant de retourner dehors. Il est 10h30, le château est bien plus éveillé que tout à l'heure. Fenrir a rejoint sa maitresse quand je suis passé près des enclos tout à l'heure en revenant. Je l'ai aidé à faire quelques trucs en passant et à présent c'est encore une fois près du Lac que je compte aller me poser, avec mon bouquin, celui la même qui a atterri sur la tête de Matthew il y a deux jours … Encore désolé mec, c'était vraiment pas une tentative de meurtre.

Je ne suis pas suicidaire mais l'endroit où je vais m'installer est précisément celui où Aileen m'a sauvé de la noyade il y a de ça … Dans une autre vie en fait. Comme un mâle de base que je suis, je m'étais fait prendre au piège des sirènes mais tant pis, j'aime trop l'endroit alors voilà je m'assoie au bout du ponton et laisse mes jambes pendre dans le vide, jean remonté jusqu'à mi-mollet, alors que mes pieds trainent dans l'eau. Pas de sweat, juste un polo. La température de ma peau et de mon organisme tout entier ne me permet déjà plus de supporter trop d'épaisseurs et de toute façon le soleil fait bien son boulot. Néanmoins, je commence déjà à perdre un peu de mon bronzage austral et ça, ça craint.
Au bout d'un moment, j'ignore totalement au bout de combien de temps exactement et de toute façon on s'en tape, je perçois une présence qui se rapproche. Je ne me retourne pas, pas tout de suite préférant jouer de mes sens pour essayer de deviner de qui il s'agit. Le vent ne m'est pas favorable, je ne peux pas compter sur mon odorat. L'ouïe alors … j'ai du mal à reconnaître la façon de marcher même si je sais qu'elle m'est familière … Tant pis, je me retourne et un sourire étire immédiatement mes lèvres. Parce que oui, il s'agit bien de quelqu'un de familier et ça n'est autre que Ora. Elle fait partie de ces personnes que je suis toujours content de voir, elle aussi. J'attends qu'elle soit au plus près et c'est plus fort que moi ...

« Georgie … Tu m'as fait boire un philtre d'amour ou c'est juste ton charme de Vélane ? Parce que devant une telle vision, je perds tous mes moyens … »

… le mode sale gosse se met en route. Ok, Loup commence à prendre de plus en plus de place, mais Enzo est toujours bien là. Et il a eu sa dose de calme et de solitude, donc il est prêt à communiquer, à se sociabiliser. Il adore parler de lui à la troisième personne du singulier, aussi. J'en connais un qui prend le risque de finir tout habillé à la flotte avec ses conneries, soit dit en passant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Today I'm just a drop of water, come tomorrow I'll be in the ocean ▬ Ora   Ven 5 Aoû 2016 - 11:03


Today I'm just a drop of water, come tomorrow I'll be in the ocean
Enzo & Ora



― Be careful Baby Boy, there's a lake right behind you...


Dimanche 3 Mai ▬ Dans la matinée

Se réveiller avec Denver le dernier dinosaure dans le crâne à quelque chose de très particulier.
Ca m'apprendra de l'avoir chanter à répétition à Cosima qui est addict à cette chanson mais aussi à ce dessin animé que je leur ai fais découvrir lors de mes visites chez Jules.
Allongé dans mon lit, je m'étire de tout mon long avant de me redresser, nue comme un vers. Je passe un bras au travers le rideau, tâte le sol et chope les premiers vêtements qui me tombent sous la main. Un débardeur des rolling stones, un jean, que j'enfile pour rejoindre la douche et troquer mes vêtements sales contre des propres.
Je n'ai pas regardé l'heure, me foutant complètement du moment dans lequel je suis. Nous sommes Dimanche, le temps n'existe pas. C'est le genre de jour où je bouffe à 15 heures de l'après midi, m'appliquant à faire mes rendus pour les cours, étudiant mes projets personnels lorsque j'en ai le temps et en complétant la journée avec une garde si besoin.
Le genre de jour où je vis hors du temps et certainement des « conventions ».

Débardeur, chemise rouge à carreaux, jeans sur le cul, je me glisse à l'intérieur d'une paire de basket et attrape mon sac en bandoulière où mon matos se trouve déjà à l'intérieur.
Objectif de la journée ? L'étude de la faune et flore près du lac.
Oui, appelez moi Nicolas Hulot.
Mais en plus sexy et la coupe des années 70 en moins.

En parlant de coupe, ça serait pas mal que je demande à Katherine de donner un coup de ciseau dans ce qui ressemble à mes cheveux, que j'essaie de coiffer d'un même geste nonchalant de la main.
Et que je demande à Macy de me faire une couleur, aussi.

Je sors du dortoir des Serpentards, me dirige vers les cuisines pour me choper quelques trucs à manger.

- Hey, Jules !

Je la croise, ma réaction est spontanée. Comme à peu près tout ce que je fais.
Sauf qu'une nouvelle donnée s'est ajouté à l'équation avec elle.
Je n'ai pas pour habitude de me mentir et encore moins de me voiler la face. Je n'suis pas non plus le genre de personne à faire comme si de rien n'était, comme si rien n'existait. Et le jour où tout ça m'a un peu explosé à la tronche, c'est lorsque je suis venu passer la journée, puis la nuit, avec elle et sa fille, Cosima.
L'élément déclencheur par excellence qu'est la vie de famille qu'elle mène, où je me suis vu avec elles deux. Mais surtout, avec Jules dont les sourires ne me laissent plus aussi indifférentes qu'auparavant. Ni ses accès de grognon-attitude – qui m'ont parfois fait penser à Jenkins quand je l'ai vu à poil l'autre jours - , ni ses gestes tendres rarissimes qu'elle considère comme des actes banales.
Il y a un quelque chose, de réelle, en tout cas de mon côté. Une attirance qui s'est installée avec un naturel déconcertant. Et si je pensais me dire que je lâcherais vite prise parce que je sais que les nanas ne sont pas sa came... Ca, c'est sans compter mon obstination et ma non-peur de me casser la gueule devant un râteau.

Bref, toute ça pour dire que j'dois lui parler de Kezabel.
Ouais, rien à voir.

- Ca va ?
- Hum hum. Nez vissé sur son bouquin, assise près d'une fenêtre du Hall,j'ai autant d'importance que cette tâche sur sa basket. Et toi ?
- Oui. J'dois aller étudier près du Lac, tu veux venir ?

Elle lève son visage vers moi, affiche une absence totale d'émotion si ce n'est que ce hausse de pupille, signe qu'elle réfléchit, en même temps qu'elle remonte cette paire de lunette vissé sur son nez.

- Non, je dois encore réviser mon devoir et je serais plus concentrée toute seule.
- Ok. Je hausse les épaules et me passe une main dans les cheveux. Au fait, j'ai une amie qui aurait besoin de ton aide pour des cours supplémentaires de DFCM. Ca te tenterais ou pas ?
- Pas le temps.

Si moi je suis têtue et bornée, Jules est la pire négociatrice au monde que j'ai pu rencontrer.

- Ok, je recommence. j'ai une amie qui aurait besoin de ton aide pour des cours supplémentaires de DFCM en échange de trois tablettes de chocolat suisse par cours ?
- Toujours pas le temps.

Bien évidemment.

- C'est pour qui ?
- Kezabel.
- Non.
- Parfait! J'vais lui dire que t'es ok pour réfléchir. Allez à plus tard.

Je m'échappe rapidement, aussi vite que je le peux, sans entendre ses mots de protestations derrière mon dos.
Aucune surprise à sa réaction. C'est Jules, tout simplement.
Elle va dire non une journée, puis deux. Peut-être trois. Puis d'une mauvaise foi à crever, elle viendra avec ses gros sabots auprès de Kezabel pour lui foutre les points sur les « i » sans qu'elle ne comprenne ce qu'il se passe mais lui donnera des cours quand même.
Parce que c'est Jules.
Un grumpy au cœur tendre.
Ou presque.

Direction le Parc où je croise Ismaëlle qui rayonne littéralement. Et ça lui va sacrément bien.
Et surtout, ça me conforte dans l'idée que tout ça n'est qu'un vaste complot pour nous mettre à l'épreuve et voir si nous savons garder notre concentration, quelque soit la beauté qui nait sous nos yeux.
Oui, Mlle Stoneheaven. Vous êtes une beauté printanière.
Une vraie poète.

Sac sur l'épaule, je croque généreusement dans une pomme, essuyant le coin de ma bouche avec mon pouce pour poursuivre vers le Lac. Le Soleil rayonne, caresse chaleureusement ma peau découverte par mes manches retroussés et mon sourire s'élargit lorsque je reconnais la carrure d'un gamin coincé dans le corps d'un homme.
Jean remonté sur les mollets, il prend l'eau, agite sûrement ses petits orteils sur les cailloux et peut-être un peu de sable.
Je n'essaie pas de me cacher au lycanthrope qu'il est et ça me fait penser que j'ai un cadeau pour ce sale gosse.

Il finit par se retourner, large sourire aux lèvres.

- Bonjour BabyBoy ! En français s'il vous plait.
-  Georgie … Tu m'as fait boire un philtre d'amour ou c'est juste ton charme de Vélane ? Parce que devant une telle vision, je perds tous mes moyens …

… Je vois que les vacances lui ont plutôt bien réussi à ce sale gosse.
Je hausse les sourcils, mains dans mes poches avant de lui répondre d'un air tout aussi taquin.

- Enzo, je sais que tu rêves de ta partager ton lit avec moi mais même tes mots de grand poète ne réussiront pas à me détourner du pouvoir féminin. Je hausse les épaules. Que veux-tu, le charme des boobs à largement le dessus sur ton tas de muscle.

Qui doit en charmer plus d'une et d'un, soit dit en passant.
Je me dirige vers lui et le prend dans mes bras, sans l'ombre d'une réflexion mais sans m'attarder non plus.
Je l'aime bien ce gosse, il a un quelque chose d'attachant qui me fait sourire et qui donnerait presque envie de lui faire des câlins à longueur de temps. Mais je laisse cette tâche à Kezabel qui est bien plus douée que moi pour ça. Moi, je vais me contenter de le chambrer comme je le fais depuis le début.
Avec tendresse et cookie.

- Tu m'as manquée quand même ! Je m'écarte légèrement, mes deux mains sur ses épaules. Et si vous voyez cette scène où il fait au moins deux têtes de plus que moi... J'ai même pensée à toi, j'ai voulu te ramener une française mais j'avais plus de place dans mon sac. Mais j'ai quand même un cadeau...

Le suspens est à son comble, ses yeux brillent presque de bonheur.
A moins que ça ne soit simplement le soleil qui lui donne cet effet là.

- …. Mais je l'ai oublié dans ma chambre. Donc ça sera pour plus tard !

Allez, sans rancune !

- Mais si tu es sage, peut-être qu'on ira le chercher tout à l'heure.

Je le taquine ouvertement, parce que ça fait longtemps et que je suis presque sûre que ça lui a manqué. Je reprends un air un peu plus sérieux et m'écarte cette fois pour lui laisser de l'espace. Je n'voudrais pas trop l'étouffer d'autant plus que nous nous rapprochons de la pleine lune et je sais, grâce à mes études, que tout l'être humain est souvent déréglé à l'approche du grand moment.

- Alors, ces vacances ? Elles ont l'air de t'avoir réussi.
 

© Napster
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17264
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Today I'm just a drop of water, come tomorrow I'll be in the ocean ▬ Ora   Sam 6 Aoû 2016 - 10:07

« Enzo, je sais que tu rêves de ta partager ton lit avec moi mais même tes mots de grand poète ne réussiront pas à me détourner du pouvoir féminin. Que veux-tu, le charme des boobs à largement le dessus sur ton tas de muscle. »
« Ne l’écoutez pas les gars, elle ne pense pas ce qu’elle dit. »


A qui je parle ? A mon « tas de muscles » comme elle dit, directement en tournant la tête et en penchant légèrement le menton vers mon biceps gauche. Nouveau sourire en coin, mes pieds quittent l’eau et je pousse sur mes bras pour reculer un peu et me relever, pour lui faire face.

« J’comprends. »

Le charme des boobs, tout ça. Je ne peux pas dire n’avoir pas apprécié entrer en contact avec ceux d’Ofélia cette nuit, ni même ceux de Jeenah le weekend dernier, à Lakes. Là où j’ai de la chance – oui, aujourd’hui je considère ça comme une chance. Enfin, j'ai envie de dire, mais chacun son rythme j'imagine – c’est que le reste me plait aussi. Un corps masculin, j’entends. Les échanges qui en découlent. Certains corps masculins, en tout cas. Deux. Pour l'instant en tout cas mais je ne sais pas si ça changera, je ... Bref.

« Mais qui ne tente rien n’a rien ! Peut-être qu’un jour tu considèreras la question, vas savoir. »

Et ce jour-là je ferais moins le malin, parce que même si je joue les charmeurs des bacs à sable – comme dirait le Grand Sage aka Zachary Disemba et pas de méprise, il ne m’a pas traité de … je ne sais plus quoi des bacs à sable par condescendance, j’en ai tout à fait conscience – en rencontrant un certain succès parfois, quand il s’agit de filles que je considère comme des amies, c’est pas le même délire. A leurs yeux je ne suis qu’un gamin et ça me va très bien comme ça. Elle, Kezabel, Kim aussi. Killian c’est différent, on a une relation d’égale à égale, ça n’a rien de maternel ou fraternel par exemple mais c'est la nana d'un de mes meilleur pote et à vrai dire … Elle aussi est comme un pote finalement – sans vouloir porter atteinte à ta féminité, Catwoman. Jill ? Elle a sa propre « catégorie » et on a un passif qui nous a vaccinés de ce genre de réflexions de toute façon. Cette fille, c'est ma meilleure amie, c’est ma sœur. Point barre. Elle vit avec … mon ex – aïe – qui est aussi son ami, mais contrairement à Cameron, pas un moment je n'ai ressenti qu'elle m'en voulait. C'est même elle qui m'a aidé a y voir clair, en grande partie. Cette discussion qu'on a eu sur la plage m'a définitivement ouvert les yeux sur certaines évidences et j'ai su ce que je devais faire.

« Tu m'as manquée quand même ! »
« Tu vois, ça c’est le signe que tu commences à tomber amoureuse de moi, on est sur la bonne voie. »


Je fais le mariole, mais c'est un sourire tranquille, apaisé, que j'esquisse, en fermant les yeux, quand ses bras s'enroulent autour de moi et que je me penche pour en faire autant à son égard.

« Mais ça fait une semaine qu’on est rentrés, j’veux bien croire que tu te fasses désirer pour m’attiser et tout ça mais bon … Tu vois quelqu’un d’autre, c’est ça ? »

Elle s'écarte, laisse ses mains sur mes épaules, je ne bronche pas mais mon sourire s'étire un peu plus. D'abord pas très sérieux, puis plus calme. C'est vrai qu'on ne s'est pas croisés cette semaine, ou simplement de loin, même aux enclos. Le château est grand, ça n'a finalement rien d'incroyable.

« Toi aussi tu m’as manqué, ça me fait plaisir de te voir. »
« J'ai même pensée à toi, j'ai voulu te ramener une française mais j'avais plus de place dans mon sac. Mais j'ai quand même un cadeau... »
« J’ai jamais testé la France en plus ! Ça aurait été cool. »


Australie, c’est fait. Royaume-Unis aussi, à savoir l’Angleterre, l'Écosse … Peut-être d’autres, je ne sais plus trop, je l’admets. Et Amérique du Nord, bien sûr. États-Unis, Canada aussi un peu avec cette tarée de Tallulah … Est-ce que je compte réviser ma géographie en empruntant cette voie-là ? Allez savoir, c’est un moyen comme un autre de voyager et de découvrir des pays, non ? Ceci dit, je compte bien faire des escales relativement régulières à Los Angeles, tant que mon passeport Australien y sera accepté.

« Tu vas être obligée de te sacrifier, dommage. »

Est ce que je compte m'arrêter de faire le con à un moment ? Non. Bien sur que non. Et ça n'est pas parce que je ne peux pas m'empêcher de parler pour raconter des conneries et faire l'intéressant que ce concept de cadeau est tombé dans l'oreille d'un sourd. Plus sérieusement, c'est vraiment pas un truc après lequel je cours mais ça me touche qu'elle ait pensé à moi, je ne le nierai pas. De mon côté ... Je l'admets, je n'ai pas tellement pensé à grand monde. J'ai pas beaucoup eu le temps pour ça, la tête bien occupée, même si c'est sans doute pas une excuse. J'ai surtout eu envie et besoin de débrancher, sans parler du fait que mon cerveau s'est pas mal déconnecté les derniers jours et je ne ferais de dessins à personne.

« …. Mais je l'ai oublié dans ma chambre. Donc ça sera pour plus tard ! »
« Tss. C’est une photo de toi en bikini ? »
« Mais si tu es sage, peut-être qu'on ira le chercher tout à l'heure. »
« J’suis toujours sage, tu l’sais bien pourtant. »


C'est écrit sur mon acte de naissance : Race – Ange. Un peu Humain, un peu Loup aussi. Ascendant tête à claques.

« Alors, ces vacances ? Elles ont l'air de t'avoir réussi. »
« Merci, c’est gentil. J'te retourne le compliment d'ailleurs … Même si j'suis pas certain que c'était un compliment, à la réflexion … »


Insérer ici un regard suspicieux à son encontre …

« En tout cas, le style bucheron ça te va super bien. Tu pars en expé ? »

… puis un énième sourire en coin, suivi d'un signe de tête désignant le rebord du ponton sur lequel j'étais assis il n'y a pas trois minutes. Je suis sincère quand je lui dis que ce style lui va bien, c'est pas parce que je passe mon temps à raconter des conneries et que mon sourire de branleur ne me lâche pas que je ne le suis pas. Cette fille est magnifique quoi qu'il arrive, elle a un visage superbe, un corps de rêve - de ce que j'en ai vu avec des vêtements dessus mais je suis sur qu'il l'est encore plus sans rien et non ça ne veut pas dire que j'ai envie de voir ... Ceci dit je ne détournerai sans doute pas le regard si ça devait se produire, soyons honnête - et elle dégage une aura - Ora ... AHAH. Ok, je sors - assez ... Je sais pas, j'ai pas tellement de mot, mais un truc qui la rend attirante à bien des égards alors elle peut bien porter ce qu'elle veut ... Mais je trouve que là, ça fait ressortir un trait de sa personnalité. J'aime bien.

« Tu t'assoies un peu avec moi ? »

Ma façade de sale gosse s'efface un peu, laissant une expression et un comportement plus calme s'installer avec simplicité. Je me rassoie, mes pieds retrouvent l'eau et Ora s'installe à côté de moi. La présence de l'eau, peu importe la forme même si je préfère l'océan, a toujours eu le don de me tranquilliser. Pour certains c'est la musique, le silence, peu importe. En ce qui me concerne rien ne m'apaise plus que le ressac et il me manque. En attendant de le retrouver, les bords du Lac font l'affaire.

« Je suis un homme nouveau ! »

Comme pour illustrer ça j'écarte les bras de toute leur envergure, en passant un derrière elle histoire de ne pas le lui mettre en pleine tête. Quand même. Puis je les rabats vers le haut de mon corps en tendant le poignet droit légèrement vers elle.

« Et bronzé. »

Mouais. Enfin si parce que ma peau garde une teinte légèrement hâlée tout au long de l'année mais on est loin du soleil Australien ici alors forcément, j'ai déjà perdu un peu.

« Enfin je l’étais encore il y a une semaine … Foutu climat Écossais. »

Je râle, c'est plus pour la forme qu'autre chose parce que bon gré, mal gré, je m'y suis habitué à ce climat du Royaume-Unis. Maintenant, on ne peut pas me reprocher de préférer celui de chez moi. J'ai découvert que Leah préférait ce temps là, elle. Celui du Royaume-Unis. Elle n'aime pas tellement la chaleur et je l'admets, j'ai du faire une tête de dix pieds de long quand elle m'a dit ça. Chacun ses perceptions, on n'est pas là pour juger.

« C’était top. Intense a bien des niveaux, il s’est passé pleins de trucs, mais top. »

Pleins de trucs, hein ?
C'est peu de le dire.

« J’ai eu l’occasion de voir toute ma famille, vraiment toute, des deux côtés, et pas mal de choses ont été mis à plat. Ça fait du bien. Tiens d’ailleurs j’ai ramené une de mes cousines dans mes bagages, Leah, faudra que je te la présente. Elle est en 8ème année, chez les Bleus. Et sa grande sœur est enceinte, d'ici quelques mois y aura un nouveau Ryans dans la nature. Je sais pas si c'est une bonne nouvelle ... »

En réalité, il ou elle ne portera pas le nom Ryans je crois puisqu'il aura le nom de son père mais … Peut-être qu'il aura les deux ? Aucune idée. C'est une tendance qui se fait dans la famille, j'ai cru remarquer.
Comme à chaque fois quand je me sens à l'aise avec quelqu'un – et c'est largement le cas avec Ora – je parle, parle et parle encore. Une vraie pipelette. Je le répète, ça, ce sont les conséquences de toutes les années que j'ai passé à rien dire quand j'étais plus jeune ! Je ne me cherche pas d'excuses, c'est juste une raison totalement valable ! Enfin bref, tout ça pour dire que chez moi, un tel déballage, c'est une marque de confiance envers la personne avec qui je me trouve et je ne me vexe jamais quand on me dit que je parle trop parce que je sais que c'est vrai. Enfin pas trop, disons beaucoup. Peu importe. Et pourquoi s'arrêter en si bon chemin ?

« J’ai profité de l’Australie, de mon chez moi, de l’océan et des vagues jusqu’à en avoir des crampes, de mon frère aussi. On a été se faire une virée en Tasmanie tous les deux, c’était la première fois qu’on partait comme ça, entre frangins. Juste une journée tu vois mais rien que ça déjà, c’est de l’ordre de l’exceptionnel pour nous deux, sans drame en prime. Et c’est probable qu’on retente le coup cet été. Sinon, Mateo et William sont passés faire un tour à Lakes, c'était cool d'avoir l'occasion de les voir en dehors du bahut. »

Oui, c'était cool, à tous les niveaux. Et je ne nierai pas cette flammèche qui me chatouille le ventre quand je repense à la visite du Californien, ni même à l'évocation de son prénom, tout simplement. Quand il s'agit de lui mon corps a des réactions instinctives, immédiates, presque impulsives. C'est comme ça. Et l'espace d'une seconde je ressens l'envie d'aller le rejoindre.

« Faudra que tu viennes faire y un tour d'ailleurs ! Je suis certain qu'il y a des plantes là-bas que tu ne connais pas en plus. Enfin que tu n'as jamais pu voir en vrai en tout cas, peut-être. »

Ça me ferait plaisir d'y voir Keza aussi, et Caem, puis d'autres encore.

« J’ai trainé un peu à Londres aussi, pour voir ma meilleure amie, ma famille maternelle. Et Kyle, évidemment. »

Instinctivement, en prononçant son prénom, je baisse un peu la tête et détourne le regard. Ça ne dure que quelques centièmes de secondes mais je devine qu'une lueur a du s'éteindre dans mes iris l'espace d'un instant.

« Même si lui et moi c’est terminé. »

Définitivement ? Seul l'avenir nous le dira mais il se trouve que cet avenir, je n'ai pas tellement envie ni l'intention d'y penser pour le moment.

Peut-être qu'elle le sait déjà, j'en sais trop rien, d'autant que je ne me cache pas concernant William ou même ma camarade de maison hier soir. Néanmoins, ça n'est pas parce que j'en ai l'air détaché que je le suis réellement. Ça ne fait que dix jours, à peine deux semaines, pour deux ans – même plus – de relation … La pilule n'est pas si facile à avaler même si je suis celui qui a déclenché cette rupture quand bien même la décision a été prise mutuellement. Cela étant, je l'assume, je l'accepte et même si je garde une part de culpabilité toujours bien présente, qui refait surface de temps en temps, je ne regrette rien. Je sais que j'ai fait ce qu'il fallait, pour lui comme pour moi.
Avant de me perdre dans mes réflexions, mes pensées, etc … Je relève la tête, chasse tout ça d'un geste de la main et arbore un nouveau sourire quand je tourne la tête vers elle.

« Enfin bref, je suis regonflé à bloc et paré à affronter la Pleine Lune ! J’ai même hâte, à vrai dire. Et toi ? Raconte un peu. T’as fait quoi ? Tu m'as trompé avec combien de femmes ? »

Main sur le cœur, regard profondément triste type chaton abandonné, j'y mets tout ce que j'ai.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Today I'm just a drop of water, come tomorrow I'll be in the ocean ▬ Ora   Ven 12 Aoû 2016 - 23:45


Today I'm just a drop of water, come tomorrow I'll be in the ocean
Enzo & Ora



― Be careful Baby Boy, there's a lake right behind you...


- Tu vois, ça c’est le signe que tu commences à tomber amoureuse de moi, on est sur la bonne voie.
- Oh tu crois,
- Mais ça fait une semaine qu’on est rentrés, j’veux bien croire que tu te fasses désirer pour m’attiser et tout ça mais bon … Tu vois quelqu’un d’autre, c’est ça ?
- Va savoir. Peut-être même que j’vois plusieurs autres personnes…

Je suis une passionnée de nature alors pourquoi je n’en profiterais pas tant que je ne fais de mal à personne ?
Mais ça n’est pas le cas, un sourire espiègle s’affiche sur mon visage et on sait tous les deux que nous sommes simplement entrain de jouer aux idiots avec cette comédie. Quant à savoir si j’vois quelqu’un… j’aimerais bien mais la compatibilité risque d’être corsée.
Ca tombe bien, j’adore les défis.

Il me dit que je le lui ai manqué aussi, je lui réponds que j’ai essayé de lui ramener une française sans succès… Dire qu’il n’a jamais tenté notre charme. C’est vraiment du gâchis mon vieux !
La discussion continue sur le même ton bon enfant, sur la taquinerie où il est question de sacrifice, de moi en bikini et des vacances qui lui donne un certain teint serein. Il a l’air d’être détendu, j’sais pas, un truc qui le rend peut-être moins soucieux.
C’est pas une légende mais un fait, quand quelqu’un se sent bien dans ses baskets, ça se voit, comme une sorte d’Ora. Aura. Tu l’as ? out

- Merci, c’est gentil. J'te retourne le compliment d'ailleurs … Même si j'suis pas certain que c'était un compliment, à la réflexion …
- S’en était un, j’étais entrain de te dire que t’es beau gosse. Mais en mieux maintenant.

Autant dire ce qui est, Enzo n’est pas tellement le mec le plus dégueu de cette école.
Ca n’est pas parce que je suis gay que je n’ai aucun avis sur le sujet et que je suis incapable de savoir définir quand est-ce que je trouve un mec beau ou non, au cas où certains se poserait la question.

- En tout cas, le style bucheron ça te va super bien. Tu pars en expé ?
- Merci. Sourire, puis je désigne le lac d’un geste du menton. Je venais juste faire quelques prélèvements près du lac etc… Mais j’ai le temps.

Prendre le temps de vivre, j’étais pas là pour me presser et de toute façon, je n’en ai pas l’envie et quand il me demande si je peux m’asseoir un peu avec lui, c’est avec un large sourire que j’accepte.
Je m’assoie juste à côté de lui, retire mes chaussures et chaussettes pour ensuite remonter mon pantalon sur mes mollets et plonger mes pieds dans l’eau. Je retiens un hoquet de surprise face à cette fraicheur qui me fait finalement du bien et réprime un frisson.

- Je suis un homme nouveau ! Il écarte les bras et je le regarde, amusée. Et bronzé. Enfin je l’étais encore il y a une semaine … Foutu climat Écossais.

Je soupire pour confirmer ce qu’il dit et lui montre mon avant bras.

- J’te l’fais pas dire, regarde moi j’ai déjà tout perdu ! Même en France il fait plus chaud qu’ici, c’est abusé.

Et c’est pas avec tous les jours que j’ai passé à Bristol avec Jules que j’ai pu prendre de très grosses couleurs. La preuve.
Mais concernant le bronzage d’Enzo, on va dire qu’il a encore de la marge et que de toute façon, ses origines Australiennes lui donnent quelques longueurs d’avance sur nous.
Enfin sur moi en tout cas.
C’est sur qu’entre lui et moi, celui qui ressemble le plus à une brochette de caramel, c’est bien Ryans.

- C’était top. Intense a bien des niveaux, il s’est passé pleins de trucs, mais top. J’ai eu l’occasion de voir toute ma famille, vraiment toute, des deux côtés, et pas mal de choses ont été mis à plat. Ça fait du bien. Tiens d’ailleurs j’ai ramené une de mes cousines dans mes bagages, Leah, faudra que je te la présente. Elle est en 8ème année, chez les Bleus. Et sa grande sœur est enceinte, d'ici quelques mois y aura un nouveau Ryans dans la nature. Je sais pas si c'est une bonne nouvelle ...
- J’trouve que c’est plutôt une bonne nouvelle ! Au moins t’es sûr que la relève est assurée… surtout avec un grand cousin comme toi.

Je veux rebondir sur l’arrivée de sa cousine qui, honnêtement, me surprend un peu vu les évènements mais chacun est libre de faire ce qu’il veut. La preuve, j’ai bien débarqué ici tout en sachant qu’un jour ou l’autre – ou au moins, en m’en doutant – que ces enfoirés de psychopathes allaient bien revenir frapper aux grilles.
Bref, curieuse, je l’écoute en silence, m’amusant à sentir la caresse de l’eau sur le plat de mes pieds. Une des sensations que j’affectionne particulièrement.

- J’ai profité de l’Australie, de mon chez moi, de l’océan et des vagues jusqu’à en avoir des crampes, de mon frère aussi. On a été se faire une virée en Tasmanie tous les deux, c’était la première fois qu’on partait comme ça, entre frangins. Juste une journée tu vois mais rien que ça déjà, c’est de l’ordre de l’exceptionnel pour nous deux, sans drame en prime. Et c’est probable qu’on retente le coup cet été. Sinon, Mateo et William sont passés faire un tour à Lakes, c'était cool d'avoir l'occasion de les voir en dehors du bahut. Faudra que tu viennes faire y un tour d'ailleurs ! Je suis certain qu'il y a des plantes là-bas que tu ne connais pas en plus. Enfin que tu n'as jamais pu voir en vrai en tout cas, peut-être.
- Avec tout ce que j’ai lu sur ton pays, un peu que je vais y venir faire un tour ! J’me suis toujours demandé si vous aviez pas un trou radioactif là bas pour avoir des espèces de plantes et animales aussi énormes et flippantes.

Faut voir la faune et la flore qu’ils se paient là bas, j’peux comprendre que certains soient en flippe d’y foutre les pieds. De mon côté, j’en ressens ni peur, ni dégoût. Au contraire.
J’ai presque hâte d’y faire un tour et je passerais par chez lui à l’occasion, s’il est d’accord, bien évidemment.
Une fraction de seconde je me surprends à emmener Jules et Cosima là bas, avant que je ne revienne sur terre.
Faut croire que les jours passés avec elles m’ont laissés quelques traces..

- J’ai trainé un peu à Londres aussi, pour voir ma meilleure amie, ma famille maternelle. Et Kyle, évidemment. Même si lui et moi c’est terminé.
- Sérieux ?

Ma réaction est aussi spontanée qu’immédiate, les yeux arrondis de surprises.
Attendez, on parle bien du couple phare de cette école, Enzo et Kyle ? Merde alors.
J’étais bien loin de me douter, voir même d’imaginer, que ça se terminerait un jour. J’sais pas pourquoi, il y avait un truc entre eux qui semblait solide mais j’ai appris que la surface n’était pas toujours la réalité.
Mes parents en sont la preuve.
Mais ça n’empêche pas que je reste surprise, voir complètement sur le cul.
Je suppose qu’ils avaient leurs raisons et ça ne me regarde pas m ais ça n’empêche pas que je l’observe, un chouia inquiète.
Ouais ok, il a l’air hyper détendu mais comment est-ce qu’il vit tout ça ? Bien ? Fait avec ? S’en fout ?
Peut-être pas à ce point mais bon, sait-on jamais.

- Enfin bref, je suis regonflé à bloc et paré à affronter la Pleine Lune ! J’ai même hâte, à vrai dire. Et toi ? Raconte un peu. T’as fait quoi ? Tu m'as trompé avec combien de femmes ?
- Tu as hâte de devenir une grosse boule de poil ? Et arrête moi ses yeux de chats, ça marche pas ! Je le pousse gentiment de l’épaule. Je mentirais si je te disais que je n’étais pas curieuse de te voir sous ta cette forme un jour mais ça tu l’sais déjà et puis j'aurai trop peur de vouloir te métamorphoser en petite peluche.

Et ça n’est pas un message subliminal mais ça, j’pense qu’il peut le comprendre. Je n’suis pas le genre de nana qui va s’immiscer dans sa vie privée, lui faire pression ou quoi que ce soit. Je sais, du moins avec les cours, que la transformation est quelque chose de très intime, de particulier. Une sorte de moment à soi et il suffit de voir comment Enzo en parle pour comprendre que c’est une sorte de rancard avec la pleine lune, un truc bien à eux.

- C’était cool aussi, j’ai retrouvée mes proches, ma famille. J’ai fais un tas de trucs comme de l’escalade, canoë kayak et tout ça avec mon frangin. Puis j’ai passé pas mal de jours avec Jules et sa.. famille. Je les ai rencontré, lors d’un repas ! J’ai cru que c’était un baptême tellement y avait de monde !

Et je me suis surtout rattrapé de justesse pour pas balancer l’existence de sa fille.
Pas que je n’fais pas confiance en Enzo, bien au contraire, mais je sais que Jules n’a pas forcément envie que sa vie privée soit étalée aux yeux de tous et encore moins l’existence de sa fille. Si moi-même j’ai été si vite au courant, c’est simplement parce que je suis tombée sur une photo de la petite.
Dont je suis totalement gaga, soit dit en passant.

- C’était vraiment top mais beaucoup trop court. C’est de l’esclavage de nous faire revenir au bout de deux semaines après trois mois de calvaire ici. Je souris, en rigole légèrement parce que j’ai pas envie qu’on passe sur une ambiance plus … dramatique. Pas à ce niveau en tout cas. J’ai hâte aux vacances d’été … enfin si on en a. Et si c’est le cas, on fera un échange scolaire. Toi chez moi. Et moi chez toi.

Eh après tout, pourquoi pas ?
Bon j’dis pas qu’on ferait un échange pur et dur, mais ça pourrait être pas mal qu’il vienne un peu squatter en France et moi, en Australie. Histoire de découvrir les univers de l’autre et surtout, les terres, les racines.
J’ai toujours adoré les voyages, ils sont l’essence même de mon existence alors autant dire que j’irai là bas les yeux fermés.

- D’ailleurs, j’pense que je vais me refaire un trois petites semaines de visites mondiales. Ca me manque. T’imagines pas toutes les merveilles que ce monde dissimule. J’veux pas faire dans la poésie mais j’ai vu des trucs lors de mon tour du monde que je n’aurai jamais imaginé. J’me réveillais parfois le matin avec un levé de soleil magnifique à en pleurer.

J’sais pas pourquoi j’lui raconte tout ça. Mais ça me vient spontanément et ça me ramène par la même occasion à de très bon souvenir.
J’en ai même le sourire.
Je souhaite à toutes personnes de vivre ce genre de truc un jour, de naturel, de merveilleux. Un cadeau de la nature, un truc qu’elle vous offre comme ça à vous en prendre pleins les yeux et à vous retrouver minuscule avec votre petite existence.
Mais ça fait du bien, ça vous ramène à votre place, à vos possibilités.

Je continue de brasser l’eau avec mes pieds avant d’enchainer.

- Bon et toi alors, c’est quoi cette histoire avec Kyle ? Je plante mon regard dans le sien, sans pression. Ceci dit t’as peut-être pas envie d’en parler, tu préfères sûrement m’entendre raconter mes multiples conquêtes estivales…

J’arque un sourcil, mi-provocateur, mi-amusée.
Le pire étant que j’aurai rien à lui raconter. Ce qui est étonnant de ma part quand on sait à quel point je suis passionnée et que j’agis à l’instinct et à l’envie.
Mais faut croire qu’il y a des choses qui changent. Des choses que j’accepte et assume.

- Quoi qu’il en soit, quoi qu’il ce soit passé, j’ai l’impression que tu le vis bien. Ou au moins, avec sérénité et recul.

Je n'oublie pas tout ce qu'il m'a raconté, entre la Tasmanie et sa cousine mais une chose à la fois, avant que je ne me retrouve perdue dans ce dédales de détails qui m'intéressent tous les uns autant que les autres.

 

© Napster
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17264
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Today I'm just a drop of water, come tomorrow I'll be in the ocean ▬ Ora   Lun 15 Aoû 2016 - 16:55

Infatigable, intarissable, insatiable ça fonctionne aussi. Épuisant ? Sans doute au bout d'un moment. J'en ai conscience et dans le fond ne cherche même pas à brider tout ça, c'est simplement l'illustration du fait que je me sens bien. Et en confiance. En compagnie de personnes que j'apprécie. En l'occurrence c'est totalement le cas avec Ora et je suis réellement content de passer un peu de temps avec elle. C'est un truc que j'ai découvert au fil de ces derniers mois, j'aime beaucoup passer du temps à discuter avec des personnes plus âgées que moi parce qu'elles ont en général une expérience de la vie que je n'ai pas encore, un certain recul, du vécu, etc … C'est pas le cas de tout le monde et l'âge n'y est finalement pour pas grand chose puisqu'au mien j'ai sans doute vécu plus de choses que d'autres qui pourraient avoir quelques années de plus, des trucs différents en tout cas, mais là où je veux en venir c'est que ça fait ressortir le gosse chez moi, celui qui se pose et écoute, fasciné. C'est comme ça parfois avec Kim, ça l'est clairement aussi avec Ora d'autant qu'elle a un parcours vraiment génial et qu'on partage une passion commune. Et puis je sais pas, le feeling est là, c'est tout. Pas besoin de chercher des explications ou des raisons après tout.

« Tu as hâte de devenir une grosse boule de poil ? Et arrête moi ses yeux de chats, ça marche pas ! »

Elle me pousse de l'épaule, moi je continue de faire le malin.

« Bien sur que si ça fonctionne, tu le sais. »

Regardez moi ça comme je suis mignon ! J'obtiens a peu près tout ce que je veux quand je veux avec ce regard. Et oui j'ai hâte de devenir une grosse – ahem – boule de poils.

« Je mentirais si je te disais que je n’étais pas curieuse de te voir sous ta cette forme un jour mais ça tu l’sais déjà et puis j'aurai trop peur de vouloir te métamorphoser en petite peluche. »

Peluche. Un mot et c'est suffisant pour me faire sourire comme un con. Pitoyable. Peu importe, ça me rend de bonne humeur, tout autant que d'être là avec elle et de parler de ça. De la pleine lune je veux dire.

« Pour celle-ci je ne préfère pas, j'ai décidé de sauter le pas et de tester enfin mon propre Tue-Loup donc même si je me fais confiance, autant ne pas prendre le moindre risque. Mais j'y suis pas réfractaire sinon. Pour toi ça me ferait même plaisir. Par contre j'te préviens, si tu me métamorphoses en peluche tu seras obligée de dormir avec moi toutes les nuits. »

Et non, je ne perds pas le nord, jamais ! Plus sérieusement, je suis sincère et même si les Pleines Lunes sont un peu sacrées pour moi, un moment que j'aime passer seul, pour moi, ça me ferait réellement plaisir de me balader à poils devant elle. Peut-être la prochaine, à réfléchir, surtout que ça sera probablement la dernière de l'année scolaire. Ici il y a de quoi me contenir en cas de besoin, de dérapage ou de danger inopiné donc … Oui j'aimerai autant que ça se fasse dans l'enceinte du château, avec des personnes qui me connaissent, en qui j'ai confiance, susceptibles d'intervenir en cas de besoin.

Et puis on en revient aux vacances.

« C’était cool aussi, j’ai retrouvée mes proches, ma famille. J’ai fais un tas de trucs comme de l’escalade, canoë kayak et tout ça avec mon frangin. Puis j’ai passé pas mal de jours avec Jules et sa.. famille. Je les ai rencontré, lors d’un repas ! J’ai cru que c’était un baptême tellement y avait de monde ! »

Attentif, calme, tranquille, c'est avec le sourire que je l'écoute me parler d'elle, de ses vacances, alors que nos pieds à tous les deux se promènent sur la surface de l'eau, parfois en dessous. C'est ce que j'appelle un moment hors du temps, ce sont mes préférées de manière générale, peu importe la forme qu'ils prennent. De l'escalade, du kayak, tout ça se sont des sports que je n'ai jamais testé et à l'entendre en parler ça me donne envie. Pourquoi pas avec elle un jour ? Ça pourrait être sympa. Comme une sorte d'initiation et en échange je lui apprendrais à surfer ou à faire du skate, ou du snow. Bon c'est un truc qu'elle partage avec son frangin, j'ai bien noté, mais l'un n'empêche pas forcément l'autre. Et puis je me dis que je devrais vraiment partager plus de trucs avec le mien, de frangin. On n'a pas tellement les mêmes centres d'intérêts mais je suis certain qu'on peut trouver un truc qui nous plait à tous les deux. Pourquoi pas un truc totalement nouveau à découvrir ensemble, ça serait cool.

« C’était vraiment top mais beaucoup trop court. C’est de l’esclavage de nous faire revenir au bout de deux semaines après trois mois de calvaire ici. »

Mon sourire s'affaisse un peu, ça ne dure qu'une fraction de seconde, le temps de regarder le lac sans trop le voir et de retrouver une consistance. Pas besoin de mots supplémentaires, on vit tous au même endroit mais son rire fait revenir mon sourire tel qu'il était jusque là. Quoi qu'il en soit, je la rejoins totalement. Deux semaines ça n'est pas assez. Vivement les grandes vacances.

« J’ai hâte aux vacances d’été … enfin si on en a. Et si c’est le cas, on fera un échange scolaire. Toi chez moi. Et moi chez toi. »
« Wow. »


A mon tour je laisse m'échapper un rire. Ça n'est pas un rire amusé, c'est plus quelque chose qui traduit ma surprise et le fait que ça m'impressionne. Je n'ai jamais pensé à la France, c'est vrai, mais cette idée me plait carrément. J'ai envie de découvrir tout ce que je pourrais découvrir et si en prime c'est en lien avec des personnes que j'apprécie alors c'est du bonus. L'Argentine avec Mateo, la Russie avec Caem et la France avec Ora ? Où est ce que je signe ? J'ai à mon actif un séjour aux USA et au Brésil, ça s'arrête là pour le moment si on ne compte pas le saut qu'on a fait en Tasmanie avec le frangin. Je veux en voir encore et encore. Et puis je dois vérifier à mon tour si la Californie vaut le détour, non ?

« D’ailleurs, j’pense que je vais me refaire un trois petites semaines de visites mondiales. Ca me manque. T’imagines pas toutes les merveilles que ce monde dissimule. J’veux pas faire dans la poésie mais j’ai vu des trucs lors de mon tour du monde que je n’aurai jamais imaginé. J’me réveillais parfois le matin avec un levé de soleil magnifique à en pleurer. »
« J'veux bien te croire. Et j'espère bien avoir l'occasion de voir un peu plus cette planète aussi. C'est très probable que je te harcèle de questions à ce sujet d'ailleurs parce que c'est juste génial quand t'en parle. J'pourrais t'écouter pendant des heures. »


Sincèrement, écouter Ora parler de ses voyages c'est … comme avoir un atlas sous les yeux mais un atlas animé, qui vous retranscrit des images, des impressions, presque des sons et des odeurs. Elle a une façon de partager ça réellement captivante, on peut y sentir toutes ses émotions, tout ce qu'elle a ressenti en voyant tel ou tel endroit. C'est vrai qu'on parle le plus souvent de Zoologie ou de choses comme ça mais quand ça lui arrive de dériver sur ses voyages, je me retrouve comme un gamin plongé dans l'histoire qu'on lui raconte et plus rien n'existe. Elle décrit certains endroits tellement bien qu'elle devrait vraiment penser à se faire embaucher par des agences de voyages … Mais c'est surtout qu'on s'y croirait et que ça donne vraiment, vraiment envie.

« Bon et toi alors, c’est quoi cette histoire avec Kyle ? Ceci dit t’as peut-être pas envie d’en parler, tu préfères sûrement m’entendre raconter mes multiples conquêtes estivales… »
« Tu sais, j'me suis toujours demandé ce que vous faisiez entre filles alors si tu veux me raconter, y a vraiment pas de problème. »


Est ce que je cherche à sauver les apparences en faisant le malin ? Un peu, sans doute, mais c'est plus pour me laisser le temps d'encaisser je crois. J'étais parti sur une toute autre trajectoire, c'est tout, donc ça me surprend un peu de revenir là dessus mais ça ne me dérange pas d'en parler. Ça ne me fait pas mal ou quoi que ce soit dans ce genre là. Surtout pas avec elle.

« Quoi qu’il en soit, quoi qu’il ce soit passé, j’ai l’impression que tu le vis bien. Ou au moins, avec sérénité et recul. »

Son regard est avenant sans me prendre en pitié, il est simplement naturel, bienveillant sans en faire trop. Son sourire, il est chaleureux, comme toujours. Le mien ? Toujours présent, sans doute un peu plus timide et calme, simplement.

« T'as deux ou trois jours devant toi ? »

Il s'élargit, mon sourire je veux dire, accentuant cette question pleine d'autodérision. Elle me connait, elle sait à quel point je peux être bavard quand je m'y mets mais elle m'aime comme ça. Hein que tu m'aimes ? Comment ne pas m'aimer, soyons sérieux.
Un soupir m'échappe, je regarde l'horizon tout en restant détendu malgré tout, mes pieds bougeant tranquillement dans l'eau particulièrement fraiche du lac.

« Pour être tout à fait honnête, j'ai un peu honte d'aller aussi bien. Mais j'vais pas m'en plaindre, c'est sur, d'autant que j'assume toutes mes décisions. Si on met de côté la culpabilité que je ressens parfois, je suis vraiment en paix avec tout ça. C'est juste que, tu vois, je crois que ces dernières semaines, ces derniers mois … Je sais pas, j'ai l'impression d'avoir changé un peu et avec ces changements, d'autres envies ont pointé leur nez. »

Si une de mes mains reste tranquillement posée sur le ponton, l'autre s'agite un peu comme pour agrémenter mes paroles alors que mon regard oscille entre l'eau et elle.

« C'est pas que je ne l'aime plus, juste que j'ai envie d'autre chose. Et puis on a pris des chemins différents tous les deux, j'me suis rendu compte que je me faisais plutôt « facilement » à son absence, en tout cas plus facilement que je ne l'aurai pensé. Lui vit son rêve, moi je suis mon bonhomme de chemin et même si j'ai pas l'intention de le faire sortir de ma vie pour autant, on en est là. J'me suis retrouvé dans des situations où j'ai été à deux doigts de le trahir et ça, non, hors de question alors fallait faire quelque chose j'pense. J'ai … envie de vivre pour moi, de relâcher la pression de ces dernières années aussi je crois. Enfin voilà, qui sait de quoi demain sera fait comme on dit mais pour le moment, je vis au jour le jour, seul, pour moi, et ça me va très bien. A ce niveau là en tout cas parce que je reste un type sérieux qui prend son avenir très à cœur et passe des heures à réviser sa Botanique bien sur ! »

Main sur le cœur à présent, j'arbore un grand sourire innocent en la regardant droit dans les yeux … Avant de lâcher un rire plein de connerie comme ça m'arrive de plus en plus souvent. Le pire, c'est que c'est vrai, je prends mon avenir à cœur et fait ce qu'il faut pour garder ma ligne de conduite. Je suis en paix avec celui que je suis entrain de devenir, celui que je suis devenu au fil du temps, et ça fait du bien. J'imagine que ça se voit, que ça se ressent peut-être.

« T'es la première à le dire, y a tellement de possibilités alléchantes sur terre … J'ai 18 ans, j'ai envie de profiter de ma vie, de goûter à ce qu'on me donne, à ce que j'ai à portée de main, à tout ce qui me fait envie sans me retenir. Et on peut pas dire que je me sois privé jusqu'ici. »

Insérer ici un nouveau sourire innocent.

« Du coup j'ai goûté à nouveau aux charmes de la gent féminine, ça faisait … des lustres et … Ouais, je comprends pourquoi t'aime autant les femmes. »

Même si j'ai l'impression … Je sais pas, j'ai pas envie de comparer mais je crois que si je devais le faire, par rapport à ce qui se passe avec William par exemple, ou même avec Kyle jusqu'ici, je trouve qu'il manque un truc. C'est moins intense peut-être, j'en sais trop rien. Je vois déjà les grands experts en psy débarquer pour me dire que j'ai une carence en figure masculine dans ma vie parce que j'ai perdu mon père trop jeune … On parle de sexe là, y a rien de plus simple, aucun besoin d'analyser ça et de le compliquer. Ça perdrait tout son charme. En plus c'est tordu.
Bref, c'est simplement différent, j'aime bien aussi, et puis aucune personne n'est la même de toute façon. Aucune expérience n'est la même, homme ou femme confondus. Je crois qu'en fait, maintenant que je prends réellement le temps d'explorer le corps des femmes, j'en suis à un stade où je préfère simplement tester, voir ce qu'elles aiment le plus, en me concentrant sur leur corps plutôt que sur le mien. Je trouve ça beau, le corps d'une femme. Pas que ça m'avait foncièrement manqué – un peu parfois, quand même – mais je suis content d'avoir eu l'occasion de retrouver ça récemment. Enfin voilà, je fais des expériences, c'est ça que je voulais après tout, alors j'en profite. C'est aussi simple que ça.

« Et je sais pas trop où me situer par rapport aux mecs à vrai dire parce que j'me sens pas attiré par eux en règle générale, j'crois que faut que ça soit un truc un peu particulier ou j'sais pas mais physiquement, y a rien en tout cas. Enfin j'me comprends. Kyle était le premier, en dehors de lui jusqu'ici j'avais juste à peine embrassé un autre type pour voir si ça me faisait quelque chose et c'était pas le cas mais … Si Will a débarqué chez moi la semaine dernière c'était pas uniquement pour faire du tourisme. »

Ouais, je sais pas, ça sort comme ça, sans aucun tabou dans ma voix, juste un sourire en coin que j'essaie un peu de retenir sans trop savoir pourquoi. J'ai envie de rire en fait, en mode sale gosse. C'est comme si j'avais fait une bêtise et que je la racontais alors j'essaie de faire ça à demi-mot, en cachette, etc … Sauf que je n'ai pas fait de bêtises mais je me comprends. Clairement, ça m'excite d'en parler – et je ne parle pas d'excitation sexuelle bande de tarés. Je suis juste entrain de me confier à une personne avec qui je me sens suffisamment à l'aise pour aborder ce sujet de manière absolument et totalement naturelle. S'il y a bien une personne dans mon entourage décomplexée sur le sujet c'est bien elle. Je ne dis pas que c'est la seule, juste qu'apparemment c'est simplement très facile pour moi d'en parler avec elle.

« J'lui ai sauté dessus avant les vacances, comme ça, je sais pas trop d'où c'est venu même si on a un passif un peu coquasse parce qu'il s'est pointé dans mon lit une nuit y a quelques mois. Il s'était planté, moi je l'ai pris pour Kyle. Fin bref. Là il a eu le réflexe de nous stopper tous les deux sur le moment, par rapport à Kyle et à Drew, mais quand il est arrivé chez moi l'autre jour … J'sais pas, j'ai du tenir deux minutes à tout casser avant de lui faire comprendre que … Ben que j'en avais envie et que plus rien ne me retenait maintenant. Et lui non plus techniquement. »

Haussement d'épaules.
C'est juste factuel.

« Kyle était parti la veille ... »

Là je grimace un peu et me planque une seconde le visage dans mes mains avant de tourner la tête vers Ora, sourire en coin. Je ne me changerai pas en un claquement de doigts, c'est comme ça. Je continue de penser que ça n'était pas spécialement classe même si ça n'est pas comme si je l'avais trompé du coup mais à aucun moment je ne regrette ni n'assume pas quoi que ce soit. Pas après avoir passé ces heures là avec le Californien. C'était … Assez incroyable, dans le bon sens du terme. Je n'oublie pas ce sentiment de soulagement que j'ai ressenti, que j'ai eu l'impression de partager avec lui.

« Fin bref, c'est ... Le genre de truc dont t'as clairement plus envie de te passer. »

Si j'étais plutôt calme jusqu'à présent, là je le sens bien, je passe en mode … J'en sais trop rien à vrai dire. J'ai juste envie de rire et les mots n'en finissent plus de sortir. J'ai parfaitement conscience d'être entrain de parler ouvertement de ma vie sexuelle et je ne suis pas certain qu'Ora a vraiment envie de savoir tout ça mais je commence à avoir un fou rire « nerveux » je crois. Rien que de repenser à certains trucs, autant le dire, ça m'émoustille. Pour être poli.

« C'est un putain de bon coup, autant dire les choses clairement. »

Dit-il d'un air détaché, retenant tant bien que mal son sourire.

« Et le bonus c'est qu'il est aussi gourmand que moi. »

Tout ça m'échappe sur le ton de la conversation, jusqu'à ce que j'éclate de rire. Pardon Will. Même si instinctivement … J'me dis qu'il ne m'en voudrait pas que je parle de lui comme ça. Ça n'a rien de dégradant, au contraire, et puis c'est Ora.

« Pardon. J'arrête. »

Je me racle la gorge et essaie de me calmer.
Un nouveau soupir m'échappe, ça fonctionne plutôt bien.

« C'est juste qu'il est tellement pas prise de tête, ça me fait du bien. J'aime bien passer du temps avec lui. »

...

« Pas que pour ça ! Ça nous arrive de parler aussi tu sais. »

...

« Entre deux parties de batailles explosives. »

Et j'éclate de rire à nouveau, parti dans mon délire. Ça n'a rien d'un délire quand on y pense, encore une fois c'est simplement factuel. Oui je prends mon pied avec lui et c'est peu de le dire. J'adore ça, j'en redemande même et il se trouve qu'on est plutôt sur la même longueur d'onde à ce niveau lui et moi donc … Voilà. Sans parler du sexe, je suis sérieux, j'aime bien passer du temps avec lui. C'était déjà le cas avant, ça n'a pas changé si ce n'est que c'est peut-être plus flagrant qu'avant finalement. A passer des moments comme ça, je pense sincèrement que ça créé une certaine complicité mais peut-être que je me plante, que c'est juste une impression. Je ne pense pas, ceci dit, mais passons avant que je finisse dans le Lac.

« T'as déjà réfléchi aux pays que t'aimerai voir ou revoir cet été si tu peux ? D'ailleurs jusqu'ici, qu'est ce que t'as préféré dans tout ce que t'as eu l'occasion de voir ? »

Voilà, parlons voyage, c'est très bien aussi.

« Et tu peux aussi me parler de tes conquêtes si tu veux, bien sur. »

A force de sourire comme ça, comme le petit emmerdeur que je suis, je vais finir par choper des crampes putain.

« D'ailleurs, Jules c'est ta copine ? »

Ceci étant une question tout à fait innocente, que je pose sans filtre, spontanément et ça n'est en aucun cas pour qu'elle me raconte ce qu'elles font toutes les deux si effectivement il se passe un truc entre elles. Je suis peut-être un obsédé mais faut pas pousser. Et non ça ne m'a pas échappé qu'elle a passé du temps avec elle pendant les vacances. Donc c'est peut-être simplement une amie, ou peut-être pas. Je m'intéresse, c'est tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Today I'm just a drop of water, come tomorrow I'll be in the ocean ▬ Ora   Jeu 18 Aoû 2016 - 21:53


Today I'm just a drop of water, come tomorrow I'll be in the ocean
Enzo & Ora



― Be careful Baby Boy, there's a lake right behind you...


- Tu sais, j'me suis toujours demandé ce que vous faisiez entre filles alors si tu veux me raconter, y a vraiment pas de problème.
- Je n’y suis pour rien si tu manques d’imagination à ce niveau…

Large sourire.
Vous n’croyez tout de même pas que je vais lâcher des informations sur ce genre de truc ? Je vous assure qu’avec un peu d’imagination, c’est à la portée de tout le monde.
Ou presque.
Mais ça n’est pas le sujet, il y a quelque chose de bien plus intéressant que ce que je peux faire au pieu avec une nana : Kyle et lui.

- T'as deux ou trois jours devant toi ?
- Ca dépend, dépassé midi je facture plus cher. T’as de la chance tu as encore du temps devant toi… Vas-y je t’écoute.

S’il m’en parle c’est bien qu’il a besoin de vider son sac. Et si jamais tout cela devient trop triste, il m’écoutera pendant des heures parler de mes escapades mondiales où je lui raconterais des rencontres pleines de richesses, des décors à vous en faire rêver et vous donnez l’envie de tout plaquer pour y tenter votre chance.

- Pour être tout à fait honnête, j'ai un peu honte d'aller aussi bien. Mais j'vais pas m'en plaindre, c'est sur, d'autant que j'assume toutes mes décisions. Si on met de côté la culpabilité que je ressens parfois, je suis vraiment en paix avec tout ça. C'est juste que, tu vois, je crois que ces dernières semaines, ces derniers mois … Je sais pas, j'ai l'impression d'avoir changé un peu et avec ces changements, d'autres envies ont pointé leur nez. C'est pas que je ne l'aime plus, juste que j'ai envie d'autre chose. Et puis on a pris des chemins différents tous les deux, j'me suis rendu compte que je me faisais plutôt « facilement » à son absence, en tout cas plus facilement que je ne l'aurai pensé. Lui vit son rêve, moi je suis mon bonhomme de chemin et même si j'ai pas l'intention de le faire sortir de ma vie pour autant, on en est là. J'me suis retrouvé dans des situations où j'ai été à deux doigts de le trahir et ça, non, hors de question alors fallait faire quelque chose j'pense. J'ai … envie de vivre pour moi, de relâcher la pression de ces dernières années aussi je crois. Enfin voilà, qui sait de quoi demain sera fait comme on dit mais pour le moment, je vis au jour le jour, seul, pour moi, et ça me va très bien. A ce niveau là en tout cas parce que je reste un type sérieux qui prend son avenir très à cœur et passe des heures à réviser sa Botanique bien sur !
- Entre deux conneries à faire tu veux dire ?

Je ris en cœur avec lui à sa dernière réplique, écoutant le reste sans trop rien dire pour le moment. Je me contente d’écouter, d’assimiler les informations et surtout de constater certaines choses évidentes.
Tout son discours est criant d’envie et de vérité, quelque chose transpire de ses mots et ça n’est pas plus compliqué qu’une simple envie de vivre. Kyle a malheureusement été « victime » de ce changement de cap mais Enzo n’a rien à se reprocher. Nous passons tous – ou presque – par là. Par ce besoin vital et pressant de vivre par soi-même, tester de nouvelles choses, de nouveaux horizons.
Exactement ce que j’ai fais il y a peu où j’ai tout envoyer en l’air pour partir presque à l’arrache, pendant plus d’un an.

- T'es la première à le dire, y a tellement de possibilités alléchantes sur terre … J'ai 18 ans, j'ai envie de profiter de ma vie, de goûter à ce qu'on me donne, à ce que j'ai à portée de main, à tout ce qui me fait envie sans me retenir. Et on peut pas dire que je me sois privé jusqu'ici. Du coup j'ai goûté à nouveau aux charmes de la gent féminine, ça faisait … des lustres et … Ouais, je comprends pourquoi t'aime autant les femmes.
- Je ne mens jamais quand je dis qu’elles sont toutes uniques.

Et je les aime toutes.
Quelles qu’elles soient.
Quelque soit leur couleur de peau, de cheveux, leur taille, leur visage. Je n’ai aucun critère précis, aucune exigence. Je laisse seulement les envies parler.
Les mecs ne m’ont jamais attirés. Je suis encore capable de dire si untel ou untel est canon ou sexy mais ça s’arrête là. Je n’sais pas, il y a un truc chez les nanas qui me fait parfois complètement disjoncter. Elles ont quelques choses de gracieux et j’le dis sans honte, je suis vraiment quelqu’un de faible. En plus de ça.

- Et je sais pas trop où me situer par rapport aux mecs à vrai dire parce que j'me sens pas attiré par eux en règle générale, j'crois que faut que ça soit un truc un peu particulier ou j'sais pas mais physiquement, y a rien en tout cas. Enfin j'me comprends. Kyle était le premier, en dehors de lui jusqu'ici j'avais juste à peine embrassé un autre type pour voir si ça me faisait quelque chose et c'était pas le cas mais … Si Will a débarqué chez moi la semaine dernière c'était pas uniquement pour faire du tourisme.
- Tout dépend de quel type de tourisme tu parles…

Si lui retient ce sourire, moi je ne le cache pas. Et il est même très large.
William Jackson. Meilleur ami, frère de cœur, de Macy Davis. Petit bout de femme dont je suis totalement dingue – sans amour, on respire Maxime, elle est toute à toi. –
Je vois très bien qui il est et même si je ne m’y attendais pas – en même temps, c’est pas comme si je les stalkais tous les deux -, je n’ai plus aucun mal à les imaginer désormais.

- J'lui ai sauté dessus avant les vacances, comme ça, je sais pas trop d'où c'est venu même si on a un passif un peu coquasse parce qu'il s'est pointé dans mon lit une nuit y a quelques mois. Il s'était planté, moi je l'ai pris pour Kyle. Fin bref. Là il a eu le réflexe de nous stopper tous les deux sur le moment, par rapport à Kyle et à Drew, mais quand il est arrivé chez moi l'autre jour … J'sais pas, j'ai du tenir deux minutes à tout casser avant de lui faire comprendre que … Ben que j'en avais envie et que plus rien ne me retenait maintenant. Et lui non plus techniquement. Kyle était parti la veille ...

Je le regarde grimacer et commence à comprendre alors qu’il se cache le visage entre ses mains pour me sourire ensuite.
Il sait pourtant que je ne le jugerai pas. Certes, certains trouveraient ça peu classe … mais quand nous connaissons le fin fond de l’histoire, nous sommes à même de comprendre que c’est un truc qui traine depuis plus longtemps que la veille.
Je ne prétend pas le connaître par cœur mais suffisamment pour me permettre de dire qu’il est loin d’être un connard et encore moins avec Kyle. Si ce truc avec William est arrivé si vite, c’est qu’il y a une sacrée raison derrière.
Je n’suis pas sûre qu’il s’en rende réellement compte.

- Fin bref, c'est ... Le genre de truc dont t'as clairement plus envie de te passer.

Non. Il ne s’en rend pas compte.
Et moi ? Je souris en silence le regard bourré de malice.
Il commence à rire et moi j’suis là, à la regarder.
En mode : hinhin… je vois… ESPECE DE COQUIN.

- Monsieur Ryans, cessez de rire de la sorte vous me faite pensez à un midinette…

C’est qu’il me ferait presque penser qu’il est amoureux ce garçon.

- C'est un putain de bon coup, autant dire les choses clairement. Et le bonus c'est qu'il est aussi gourmand que moi.
- Ah ouais ? Carrément ?
- Pardon. J’arrête.
- Surtout pas ! T’as commencé, tu finis, tu rigoles ou quoi !
- C'est juste qu'il est tellement pas prise de tête, ça me fait du bien. J'aime bien passer du temps avec lui.
- J’avais pas compris tiens.
- Entre deux parties de batailles explosives.
- Bien entendu, vous avez joué la parlante tout ça tout ça..

J’éclate de rire avec lui, amusez de le voir si libre, si débridé.
Eh, on dirait pas comme ça mais ce gosse est presque prude hein.
Autant dire que ce genre de façon d’être tranche terriblement à côté de moi qui suis complètement décomplexé sur le sujet. Pourquoi en faire des caisses ? Ce sont les choses de la vie, de la nature.
Mais j’peux comprendre que certains soient plus réfractaires que d’autres d’en parler. Après tout, c’est aussi de l’ordre de l’intime.
Blague à part, je suis contente de le voir comme ça. Il respire quelque chose de nouveau.
Finalement, il n’a pas tord. C’est un homme nouveau.

- T'as déjà réfléchi aux pays que t'aimerai voir ou revoir cet été si tu peux ? D'ailleurs jusqu'ici, qu'est ce que t'as préféré dans tout ce que t'as eu l'occasion de voir ? Et tu peux aussi me parler de tes conquêtes si tu veux, bien sur.
- Non, ça c’est un bonus qu’il va falloir mériter BabyBoy.

Je suis décomplexé, certes, mais ça n’est pas non plus un sujet que j’étalerais comme ça, d’un claquement de doigts.
Bon, il le sait, c’est pour déconner et tout ça. Bref, on se comprend.

- D’ailleurs, Jules c’est ta copine ?
- Hein ?

Je me redresse, surprise.
Non, piqué au vif.
Parce que tu le sens le piège là, hein ? Pas venant d’Enzo. Mais de moi-même. Comme une gamine de 10 prise la main dans le sachet de cookie avant le dîner.
Jules, ma petite amie ?
HAHA.
Je ne suis pas une menteuse, je n’ai aucun complexe avec mes propres sentiments où je me voile rarement la face. Etant quelqu’un de passionnée et de complètement honnête envers moi-même, difficile de se mentir.

- Non, mais je n’serais pas contre si c’était le cas un jour.

Tout simplement.

- Passer ces vacances avec elle et quelques membres de sa famille m’a montrée une toute autre partie de sa personne. C’est quelqu’un d’hyper réservée ici mais c’est autre chose à l’extérieur. J’hausse les épaules, comme une évidence. Après, on n’a pas tous forcément envie de se montrer tel qu’on est à l’école, c’est un peu comme dans ton job où tu montres une certaine réserve.

Parce que tu sais que ça n’est pas TA vie mais juste un tremplin, un autre monde et d’autres relations que tu entretiens avec des personnes que tu ne reverras peut-être pas à ta sortie.

- Bref. Je verrais bien où tout ça nous mène, je ne me prends pas la tête.

Je suis parfaitement consciente que Jules n’est pas attirée par les femmes mais ça n’est pas le genre de critère qui m’arrête
Plus le « défi » est corsé, plus je suis bornée à persévérer.
On n’se méprend pas, je n’considère pas Jules comme un défi. Juste que ça n’est pas son orientation sexuelle qui me rebutera et me fera baisser aussi facilement les bras.
Avoir passer tout ce temps avec elle et Cosima m’a littéralement montrer une autre facette d’elle qui à, visiblement, achever son charme sur moi.

Je m’appuie sur mes bras, légèrement en arrière alors que mes pieds barbotent toujours dans la flotte.

- L’Afrique. Je lâche ce mot, comme ça. Ma meilleure expérience, c’était là bas. Aussi bien pour la richesse humaine que ça m’a apportée que pour le décors. Ca ne paie pas de mine, vraiment, t’as de la terre sèche partout, des huttes faite en argile, de vieux magasins qui sont presque sur le point de se casser la gueule, mais il y a un truc qui rend leurs villages particuliers. Une certaine magie. Et les villageois sont tellement humains que tu t’en voudrais presque de te plaindre pour des broutilles dans la vie de tous les jours.

Je ne lui fais pas un discours humaniste, loin de là. On ne choisit pas où nous naissons, je lui raconte simplement mes expériences, mon point de vue, ce que j’ai tiré de tout ça.

- J’y retournerais. Et puis ils ont des coins… Merveilleux. Et les couchers de soleil ? Je ricane, plongée dans mes souvenirs. Ca n’a rien à voir avec ici. Là bas, t’as l’impression qu’il est pur, que les couleurs le sont tout autant. Tu t’en prends plein les yeux. J’ai des photos, j’te montrerais si tu veux.

J’ai mêmes des tas d’albums qui ne me quittent jamais.
Lors d’un voyage, je ne pars jamais sans un appareil photo, pourri ou non, je m’en fous, je veux simplement immortaliser le moment pour ensuite imprimer le tout et garder une trace. Des photos les plus futiles aux plus importantes, elles sont toutes une trace et un souvenir de ce que j’ai vécu sur chacune des terres.

- Mais la prochaine fois, j’pense taper dans l’Amérique du Sud et la Chine. Et j’aimerai faire un tour du côté de l’Himalaya.

Et d’autres encore sûrement.
Je verrais sur le tas.

- Tu sais, j’ai rencontré une nana un jour, en Italie. Il ne s’est rien passé entre nous, c’était juste une alchimie purement intellectuelle mais elle m’a racontée qu’un jour, elle était tombée amoureuse deux fois, de deux femmes. Et pourtant, jamais elle n’aurait pensée que ça puisse lui arrivée. Elle n’était pas attirée par le même sexe, les hommes s’étaient son truc mais avec ces deux femmes là ? Il s’est passé quelque chose de spécial, une attirance venue de nul part, un coup de cœur.

Ivana, de son prénom.
Un bout de femme adorable qui m’a valu un tas de fou rire à n’en plus finir.
Et de cuite aussi. Par la même occasion.

- Ce que j’essaie de te dire c’est que nous n’sommes pas obligé de toujours nous définir par la sexualité. Parfois, il y a des personnes qui entrent dans ta vie, comme ça et pour qui tu ressentir une alchimie particulière. Homme ou femme ? Tu t’en foutras, parce que ça ira au-delà de ça. Tu vois ? Je me tourne vers Enzo, sourire aux lèvres. Ce truc qu’il se passe avec William, c’est particulier. Ca n’date pas d’hier et pour que tu passes le cap aussi « vite », je doute que ça ne soit juste un coup comme ça. Mais tu as raison, vis. T’as que 18 ans, tout ce qui t’arrive est normal avec le passif que vous avez au château. C’est peut-être triste pour Kyle mais tu ne peux pas te forcer à être avec quelqu’un qui t’étouffe malgré lui. Il valait mieux être honnête le plus vite, plutôt que de vivre dans le mensonge encore plus longtemps ET de vous rendre plus malheureux. Et puis, qui sait, peut-être que dans cinq ans vous vous retrouverez.

Maintenant, ça sera 50 gallions pour la thérapie.
J’déconne.
Je lui raconte tout ça d’une voix posée, calme, sans jugement. Je n’suis pas là pour ça et franchement, à quoi bon se prendre autant la tête avec les horreurs quotidiennes que peut parfois offrir la vie ? Autant profiter à fond, à mille à l’heure. La fin de notre vie ne changera pas pour autant, c’est la mort qui se présentera.
A nous de choisir si nous voulons l’accueillir avec nos regrets de ne pas avoir osé ou nos meilleurs moments, ceux où nous nous sommes sentis vivants.
 

© Napster
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17264
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Today I'm just a drop of water, come tomorrow I'll be in the ocean ▬ Ora   Ven 19 Aoû 2016 - 22:52

« Hein ? »
« Oh ... »

Faille dans le système. J'ai mis le doigt sur un truc ! Et mon sourire trahis totalement ce que je ressens en cet instant, c'est à dire … J'en sais rien, encore un truc blindé d'excitation et NON ça n'est toujours pas sexuel. Tout ce que je vois c'est que j'ai pris Ora au dépourvu avec ma question et loin de moi l'idée de la mettre mal à l'aise ou de remuer quelque chose susceptible de lui faire du mal, mais je vois bien à son langage corporel que ça n'est pas le cas. Les ragots, les rumeurs, les histoires des autres ? Je m'en tamponne, j'en ai même marre, mais là c'est différent. Je considère Ora comme une amie, ce qui se passe dans sa vie m'intéresse et si en prime ça me donne de la matière pour la charrier alors bien sur je prends direct. Prise la main dans le sac, Mademoiselle.

« Non, mais je n’serais pas contre si c’était le cas un jour. »

Ça retombe comme un soufflet. Pfiout. Est ce que je suis déçu ? Non, évidemment. Bon peut-être juste un peu, ça aurait pu être marrant, mais je commence à connaître Ora maintenant et j'ai rarement vu quelqu'un aussi en accord et dans l'acceptation de ce qu'elle ressent. C'est l'impression qu'elle me donne en tout cas et je ne pense pas tellement me tromper. En ça, elle est clairement un modèle pour moi. Elle m'a raconté un peu son adolescence, elle aussi a eu des périodes pas spécialement simple alors quand je vois la personne qu'elle est aujourd'hui, clairement, j'aimerai en être à ce stade un jour. C'est en bonne voix je pense, je crois bien avoir franchis les premières marches récemment, au fil du temps.

« Passer ces vacances avec elle et quelques membres de sa famille m’a montrée une toute autre partie de sa personne. C’est quelqu’un d’hyper réservée ici mais c’est autre chose à l’extérieur. Après, on n’a pas tous forcément envie de se montrer tel qu’on est à l’école, c’est un peu comme dans ton job où tu montres une certaine réserve. »

Je crois que je n'ai jamais adressé la parole à cette fille et c'est sur qu'aux premiers abords elle fait effectivement très réservée mais je ne suis pas du genre à juger. Comme tout le monde, ça m'arrive, personne n'est parfait, mais on m'a tellement mis dans des cases que ça m'a vacciné. Et de toute façon ça n'est pas dans ma nature j'ai l'impression, tout simplement. J'écoute, acquiesce. Et puis je suis content pour elle qu'elle ait pu découvrir une nouvelle facette de ma camarade Gryffondor, une facette qui visiblement lui plait beaucoup.

« Bref. Je verrais bien où tout ça nous mène, je ne me prends pas la tête. »
« Vers quelque chose d'agréable en tout cas, c'est tout le mal que j'te souhaite. Même si ça doit en rester au stade de l'amitié entre vous deux. »

Parfois c'est tout ce qu'on peut avoir et au final ça peut être un mal pour un bien. C'est comme ça, mais comme elle dit, elle verra bien.

« L’Afrique. »

Au début je ne comprends pas tellement où elle veut en venir puis la lumière se fait finalement à tous les étages.

« Ma meilleure expérience, c’était là bas. Aussi bien pour la richesse humaine que ça m’a apportée que pour le décors. Ca ne paie pas de mine, vraiment, t’as de la terre sèche partout, des huttes faite en argile, de vieux magasins qui sont presque sur le point de se casser la gueule, mais il y a un truc qui rend leurs villages particuliers. Une certaine magie. Et les villageois sont tellement humains que tu t’en voudrais presque de te plaindre pour des broutilles dans la vie de tous les jours. »

Le regard parfois dans sa direction, captant le langage de son corps, ses expressions, tous les messages qu'elle m'envoie sans forcément avoir besoin de mots. Puis sur le Lac, les mains accrochées tranquillement au ponton, essayant de mettre des images sur ses paroles. Ma seule référence en terme d'Afrique ce sont Zachary et Layla, avec qui j'ai déjà eu l'occasion d'en discuter un peu. On a surtout échangé en terme de culture, pas tellement des paysages, mais je commence à me faire un portrait assez complet de ce pays. Est ce que ça me donne envie d'y aller ? Pour le moment, je n'en sais rien.

« J’y retournerais. Et puis ils ont des coins… Merveilleux. Et les couchers de soleil ? Ca n’a rien à voir avec ici. Là bas, t’as l’impression qu’il est pur, que les couleurs le sont tout autant. Tu t’en prends plein les yeux. J’ai des photos, j’te montrerais si tu veux. »
« Carrément que j'veux. C'est gentil. »
« Mais la prochaine fois, j’pense taper dans l’Amérique du Sud et la Chine. Et j’aimerai faire un tour du côté de l’Himalaya. »

Aventurière. Cette fille est une aventurière. Je le savais déjà mais à l'écouter parler comme ça, j'ai l'impression d'être un gamin impressionné … Ce qui est en réalité totalement le cas. L'Himalaya … C'est le bout du monde mais ça doit être tellement beau, tellement … loin de tout ce qu'on connait.

« Tu sais, j’ai rencontré une nana un jour, en Italie. Il ne s’est rien passé entre nous, c’était juste une alchimie purement intellectuelle mais elle m’a racontée qu’un jour, elle était tombée amoureuse deux fois, de deux femmes. Et pourtant, jamais elle n’aurait pensée que ça puisse lui arrivée. Elle n’était pas attirée par le même sexe, les hommes s’étaient son truc mais avec ces deux femmes là ? Il s’est passé quelque chose de spécial, une attirance venue de nul part, un coup de cœur. »

Si au départ je ne comprends pas trop pourquoi ce « revirement » de conversation, je … crois que je vois où elle veut en venir mais je ne suis pas certain de vouloir l'entendre. Parler de l'Himalaya ça m'allait bien ...

« Ce que j’essaie de te dire c’est que nous n’sommes pas obligé de toujours nous définir par la sexualité. Parfois, il y a des personnes qui entrent dans ta vie, comme ça et pour qui tu ressentir une alchimie particulière. Homme ou femme ? Tu t’en foutras, parce que ça ira au-delà de ça. Tu vois ? »
« Oui. C'est ce qui s'est passé avec Kyle. »

Avant lui, aucun type ne m'avait jamais attiré et finalement c'est toujours le cas si on fait abstraction du Californien évidemment. Ça n'est pas parce qu'ils sont des mecs qu'ils m'attirent, c'est … Je sais pas, leur personne, tout simplement. Et si avec Kyle c'est un fait que j'ai accepté depuis bien longtemps – encore heureux – je sens bien qu'un truc coince un peu concernant le Serdaigle. J'avais … Pas tellement prévu d'analyser le truc et de me retrouver face à des évidences que je ne suis pas certain d'être prêt à appréhender. L'attirance elle est là, elle est physique, elle est sexuelle. C'est ce qui a tout déclenché je pense mais autant admettre que ça n'aurait probablement pas existé s'il n'y avait pas eu autre chose, quelque chose en plus. Quelque chose qui n'a jusqu'ici jamais existé avec la gent féminine. Je ne dis pas que ça n'arrivera jamais juste que … Enfin c'est un état des lieux, on va dire ça comme ça.

« Ce truc qu’il se passe avec William, c’est particulier. Ca n’date pas d’hier et pour que tu passes le cap aussi « vite », je doute que ça ne soit juste un coup comme ça. Mais tu as raison, vis. T’as que 18 ans, tout ce qui t’arrive est normal avec le passif que vous avez au château. C’est peut-être triste pour Kyle mais tu ne peux pas te forcer à être avec quelqu’un qui t’étouffe malgré lui. Il valait mieux être honnête le plus vite, plutôt que de vivre dans le mensonge encore plus longtemps ET de vous rendre plus malheureux. Et puis, qui sait, peut-être que dans cinq ans vous vous retrouverez. »

C'est pas facile à avaler, tout ça, d'avoir un point de vue extérieur, autant être honnête. D'une j'ai du mal à l'entendre dire que Kyle m'étouffe même si je sais bien qu'elle ne dit pas ça pour lui porter préjudice ou le juger. Je comprends parfaitement où elle veut en venir mais comprendre et accepter sont deux choses bien différentes. De deux, ce qu'elle dit par rapport à Will … J'suis clairement pas prêt à me pencher sur la question. J'ai pas envie de trouver des raisons à ce qu'il se passe, je veux juste vivre, ressentir, me laisser porter et faire ce que j'ai envie de faire quand j'en ai envie. Je veux profiter, c'est tout. Oui, il se passe un truc et je ne le nierai pas. Non ça n'était pas juste un coup comme ça et même s'il ne s'est rien passé depuis, rien de concret en tout cas, la tension, l'attraction, elle est toujours bien présente aujourd'hui. De mon côté en tout cas, mais du sien aussi je pense. J'en sais rien. J'arrive pas à être sur de moi dans cette histoire et je persiste, j'ai pas envie d'analyser, pas envie de me prendre la tête, pas envie de prendre le risque de commencer à angoisser, à paniquer ou je sais pas, prendre le risque de compliquer un truc qui est finalement simple et naturel. Stop. C'est de ma faute, j'aurai peut-être pas du ouvrir les vannes sur le sujet. Et bien sur que non je n'en veux pas une seconde à Ora, manquerait plus que ça.

« On verra bien ! »

Comme toi avec Jules ? On va dire que le fond est le même et on va laisser la forme de côté. C'est pas que j'évite la conversation mais je préfère revenir sur les voyages. Je n'essaie de berner personne, surtout pas elle, mais je préfère parler d'autre chose même si c'est moi qui ai abordé le sujet en premier.

« J'pense que le Bush Australien pourrait peut-être te plaire. Certes c'est envahi de bestioles toutes plus dangereuses les unes que les autres comme tu disais tout à l'heure mais l'histoire des Aborigènes et tout ça, ça devrait t'intéresser. Et puis il y a des paysages vraiment beaux aussi. »

Parce non, en Australie il n'y a pas que la côte. Évidemment c'est sur les côtes que se trouvent la majorité des populations et on a un gigantesque No Man's Land mais même si je suis à 100% côtier, que l'Océan est un truc primordiale pour moi, ça ne m'empêche pas de reconnaître l'attrait ailleurs.

« Avec Mateo et Caem on a prévu de se faire un p'tit périple dès qu'on pourra, peut-être cet été, faudra voir. Russie, Argentine, Australie. Histoire de découvrir les pays des uns et des autres. Sinon, en ce qui me concerne, j'ai pas vu grand chose du globe pour l'instant. Mon pays, un peu, et puis une petite partie du Royaume-Unis vite fait. Et à Noël on est parti à Portland avec Kyle, c'est là où il est né et où il a passé les premières années de sa vie. C'est jolie comme coin, ça me changeait radicalement. Après ça, Brésil, et là … J'suis tombé amoureux de l'endroit. On est tombé sur une cascade en pleine forêt un jour, c'était magique. J'aimerai bien aller faire un tour au Costa Rica aussi, et en Indonésie, même si je l'admets, pour le moment mes envies sont plus en fonction des spots de surf. »

Bien ? Pas bien ? C'est juste comme ça.

« Et aussi un peu en fonction de la faune présente dans les environs. Mais tu vois, discuter de tout ça avec toi, ça me permet d'ouvrir les yeux sur le monde. Te moque pas. J'ai grandi dans un milieu relativement fermé, jusqu'à y a encore pas longtemps, j'étais dans ma bulle et le reste ça n'existait pas tellement mais maintenant que j'ai commencé à voler de mes propres ailes, j'ai plus du tout envie de les refermer. Je sais pas si je serais capable d'aller à la rencontre des gens comme toi tu le fais, je sais pas si c'est dans mon caractère même si je suis vachement plus sociable qu'avant, mais j'me rends bien compte qu'on découvre surtout un pays grâce à ses habitants. »

D'ailleurs, en parlant de ça.

« T'as jamais eu envie de faire de l'humanitaire ? Remarque, t'en as peut-être déjà fait. Et j'me demandais aussi, t'as jamais eu peur de voyager comme ça toute seule ? J'veux dire, j'ai pas envie de faire dans le cliché, jouer les matcho ou de dire que vous les femmes êtes plus vulnérables mais d'un certain côté c'est quand même un peu le cas. Peut-être pas vulnérables, mais plus une cible potentielle quoi. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Today I'm just a drop of water, come tomorrow I'll be in the ocean ▬ Ora   Mar 30 Aoû 2016 - 13:15


Today I'm just a drop of water, come tomorrow I'll be in the ocean
Enzo & Ora



― Be careful Baby Boy, there's a lake right behind you...


- On verra bien !

Fin de la discussion ?
On dirait bien.
Ca ne me pose aucun problème, libre à lui de choisir de poursuivre sur cette voie ou non.
Je lui souris, approuvant ses mots étant moi-même dans cet état d’esprit. Les prises de tête, très peu pour moi. Je préfère de loin la simplicité et la liberté que je m’apporte au quotidien.

- J'pense que le Bush Australien pourrait peut-être te plaire. Certes c'est envahi de bestioles toutes plus dangereuses les unes que les autres comme tu disais tout à l'heure mais l'histoire des Aborigènes et tout ça, ça devrait t'intéresser. Et puis il y a des paysages vraiment beaux aussi.
- J’en doute pas. C’est sur ma liste, hors de question que je finisse ma vie sans passer par là au moins une fois !

Grandes bestioles dangereuses ou non, ça n’est certainement pas le genre de détail qui m’empêchera d’aller faire une grosse excursion là bas. Je n’ose même pas imaginer toute la faune et flore que ce pays doit regorger.

- Avec Mateo et Caem on a prévu de se faire un p'tit périple dès qu'on pourra, peut-être cet été, faudra voir. Russie, Argentine, Australie. Histoire de découvrir les pays des uns et des autres. Sinon, en ce qui me concerne, j'ai pas vu grand chose du globe pour l'instant. Mon pays, un peu, et puis une petite partie du Royaume-Unis vite fait. Et à Noël on est parti à Portland avec Kyle, c'est là où il est né et où il a passé les premières années de sa vie. C'est jolie comme coin, ça me changeait radicalement. Après ça, Brésil, et là … J'suis tombé amoureux de l'endroit. On est tombé sur une cascade en pleine forêt un jour, c'était magique. J'aimerai bien aller faire un tour au Costa Rica aussi, et en Indonésie, même si je l'admets, pour le moment mes envies sont plus en fonction des spots de surf. Et aussi un peu en fonction de la faune présente dans les environs. Mais tu vois, discuter de tout ça avec toi, ça me permet d'ouvrir les yeux sur le monde. Te moque pas. J'ai grandi dans un milieu relativement fermé, jusqu'à y a encore pas longtemps, j'étais dans ma bulle et le reste ça n'existait pas tellement mais maintenant que j'ai commencé à voler de mes propres ailes, j'ai plus du tout envie de les refermer. Je sais pas si je serais capable d'aller à la rencontre des gens comme toi tu le fais, je sais pas si c'est dans mon caractère même si je suis vachement plus sociable qu'avant, mais j'me rends bien compte qu'on découvre surtout un pays grâce à ses habitants.

Je l’écoute très attentivement, me rendant compte que ce gosse est bourré d’ambition et surtout d’un désir et d’une curiosité qui me fait sourire. Il me fait pensé à moi, quelques années plus tôt. Des rêves et des envies pleins la tête, prête et résolue à prendre un sac à dos et à partir à l’aventure. J’suis presque fière de l’entendre dire que c’est en parlant de tout ça avec moi que l’envie d’ouvrir les yeux sur le monde qui nous entour nait dans sa tête.

- Tu verras lorsque tu te lanceras, et j’espère sincèrement que tu le feras, tu ne te poseras plus la question. Parfois, il suffit d’une personne qui vient vers toi et tout s’enchaine. Il y a des populations tellement chaleureuses et accueillantes que tout se fait très naturellement. C’est là que tu rencontres une autre perspective de la nature humaine et franchement ? Ca redonne foi en l’humanité.

Parce que des cons, il y en a partout. Des sadiques et des pourritures aussi. Mais de bonnes personnes, le monde en regorge. Parfois elles sont simplement situées là où on les attend le moins.

- T'as jamais eu envie de faire de l'humanitaire ? Remarque, t'en as peut-être déjà fait. Et j'me demandais aussi, t'as jamais eu peur de voyager comme ça toute seule ? J'veux dire, j'ai pas envie de faire dans le cliché, jouer les matcho ou de dire que vous les femmes êtes plus vulnérables mais d'un certain côté c'est quand même un peu le cas. Peut-être pas vulnérables, mais plus une cible potentielle quoi.

Je fronce les sourcils et je tique. C’est un réflexe, c’est automatique et dire que ce qu’il dit ne me froisse pas serait mensonger. Et je n’ai pas pour habitude de mentir.

- Selon toi, j’ai l’air vulnérable parce que je suis une fille ?

Je le regarde droit dans les yeux sans pour autant être agressive.

- Tu sais, c’est justement en continuant de croire que nous sommes une cible potentielle qu’on continuera de l’être. Et pour ça, on dit merci à notre société d’avoir garder durant des décennies l’image des femmes comme des êtres fragiles et sans être capable de se défendre.

Il peut très certainement entendre une certaine amertume dans ma voix mais aucune once de colère. Enzo n’a que 18 ans et pour moi, à mon niveau, il paraît encore jeune. Malgré sa propre expérience de la vie et de tout le reste, il y a des choses qui restent à comprendre, à apprendre.

- Nous ne sommes pas vulnérables, ce sont les dégénérés mentaux qui ne savent pas se tenir et qui violent une jeune femme en sortie de soirée, pensant que tout lui est permit, qui nous font passer pour des personnes vulnérables. Nous ne sommes pas sans défense ni quoi que ce soit, nous ne sommes pas de petites choses fragiles qui ne savent pas répliquer. Il y a juste des personnes qui pensent qu’être une femme est l’excuse de pouvoir laisser libre cours à ses crimes.

J’emprunte une voix calme et posée, je lui explique tout cela tranquillement parce qu’il ne m’a pas balancé ça non plus sur un air moqueur ou même en me manquant de respect. Au contraire, il semble sincèrement curieux.

- J’ai eu peur d’un tas de chose en partant. De me faire voler, violer, kidnapper, tuer, taper dessus, de perdre mes papiers, de me perdre moi-même, de ne pas savoir m’adapter, de tomber sur des gens louches, d’échouer etc... Mais je me refusais de me brider pour ça, de finalement tout annuler parce que dans l’idée générale, une femme qui part voyager seule et aussi loin, c’est peut-être trop dangereux à cause des malades qui ne savent pas contrôler leur pulsion. Alors je me suis dis qu’il était absolument hors de question que j’adapte ma vie et mes envies en fonction des criminels et agresseurs dans leur généralité. Sinon, je n’ai plus de liberté, plus de vie et ça, plutôt mourir avant que ça n’arrive. Et avec les dizaines d'années de kickboxing que j'ai derrière moi, il ne valait mieux pas qu'un connard ou une connasse ne me fasse chier de trop près.

S’il y a bien une chose en quoi je tiens dans cette vie, c’est cette liberté qui m’a permise de faire tout ce que j’ai fait aujourd’hui. Si c’était à refaire, je le ferais sans aucune hésitation. Et puis merde, je n’vais certainement pas perdre du temps à cause de tout ça, j’ai autre chose à foutre et adviendra ce qu’il adviendra.

- Quand j’ai vu toutes ces personnes qui n’avaient pas cette même chance que moi d’être aussi libre, c’était une raison de plus pour prendre mon sac à dos et partir partout où je le voulais, quand je le voulais. Je ne regrette absolument rien. Bon, je n’dis pas qu’il m’est rien arrivé. J’ai perdu quelques trucs, parfois je me suis faite emmerder mais sans que ça n’aille trop loin, bref j’ai eu mon lot d’emmerde comme tout le monde.

Je continue d’agiter mes pieds dans l’eau, agitant parfois la main pour m’exprimer et appuyer certains de mes mots. Toujours tranquille dans mes propos, je continue de lui répondre.

- Concernant l’humanitaire, j’y ai pensé quelques fois mais sans jamais concrétiser l’idée. Je ne sais pas si je serais faite pour ça après je n’dis pas non pour faire quelques actions à droite, à gauche. Je pense que c’est une expérience à faire au moins une fois dans sa vie. D’autant plus qu’on a la chance de pouvoir transplaner ou se déplacer par portoloin donc les problèmes de transports et d’argent, on ne connaît pas ! En tout cas, pas à ce niveau là.

Nous n’aurons jamais le problème de se dire « Merde, j’peux pas prendre un billet d’avion, c’est trop cher pour moi » et ça, c’est clairement une chance que j’ai rapidement saisi pour jouer les globe-trotteurs.
Je me tourne de nouveau vers Enzo, plissant légèrement mes yeux clairs sous les rayons du soleil.

- Franchement, si t’as envie de voyager, fais le. Partout, où tu veux et quand tu veux, avec tes potes ou tout seul. Tu y trouveras de tout et t’apprendra un paquet de truc par ses habitants comme tu l’as dis mais aussi par sa faune, sa flore et il y a même dans certains pays des histoires vraiment cool sur leur passé, leur légende, etc. Bref, c’est une vraie richesse accessible à tous pour peu qu’on le veuille un peu. Bon après, c’est pas dans le goût de tout le monde de garder les mêmes fringues pendant une semaine et de dire adieu à tes douches quotidiennes mais on s’y fait.

Je ris tout en repensant à l’état de mes fringues parfois, après avoir crapahuter un peu partout. Et de toute façon, on trouve toujours un lac ou un point d’eau pour au moins se faire une petite toilette. On s’adapte.

- Si tu veux je te filerais quelques itinéraires et des bons plans pour quelques pays, si jamais tu te décides à les visiter. Ca peut toujours être utile. Et franchement si discuter de tout ça avec moi te donnes envie de partir à l’aventure, ça suffit à mon bonheur !  
 

© Napster
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17264
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Today I'm just a drop of water, come tomorrow I'll be in the ocean ▬ Ora   Mer 31 Aoû 2016 - 13:56

J’ai fait une boulette, ou tout du moins dit un truc qui ne lui plait pas et ça je m’en rends compte immédiatement, sans même qu’elle n’ait besoin de me le faire remarquer. Les traits de son visage, son langage corporel, tout ça parle parfaitement pour elle. Est-ce que c’est ce rapport aux femmes que j’expose ? Je vais le savoir tout de suite.

« Selon toi, j’ai l’air vulnérable parce que je suis une fille ? »

Si elle me regarde droit dans les yeux, je ne cherche pas à détourner le regard non plus, bien au contraire. Aucune agressivité, ni de son côté ni du mien.

« Je ne parlais pas selon moi mais de manière générale. Et non ça n’est pas ce que j’ai dit. »

Je me suis peut-être, sûrement, mal exprimé et j’ai rattrapé mes mots pour les expliquer plus clairement. Ça n’en reste pas moins une discussion tout ce qu’il y a de plus calme, avec le sourire en ce qui me concerne. Un sourire tranquille. Je n’ai pas toujours été un ange avec la gent féminine, à bien des niveaux, et j’assume mes torts d’autant que … j’ai encore des progrès à faire dans le domaine parce qu’en dehors de mes amies, de mes proches de sexe féminin, de mes connaissances finalement, j’ai un peu tendance à les mettre dans des paniers pas toujours très reluisants. J’y travaille sur ça aussi, j’ouvre les yeux sur beaucoup de choses ces derniers temps et sincèrement y a quand même énormément de mieux. Rome ne s’est pas faite en un jour, on passe tous par-là : ça s’appelle grandir, mûrir, évoluer.

« Tu sais, c’est justement en continuant de croire que nous sommes une cible potentielle qu’on continuera de l’être. Et pour ça, on dit merci à notre société d’avoir garder durant des décennies l’image des femmes comme des êtres fragiles et sans être capable de se défendre. »

Attentif, j’écoute chacun de ses mots et ne manque pas de percevoir l’amertume dans le fond de sa voix. Ce sont des choses auxquelles je ne pense pas, simplement parce que j’ai eu une enfance et un début d’adolescence totalement hors du monde, protégé de ce genre de réflexions. Aussi parce que je suis un mec, un mec de 18 ans qui plus est, un type qui commence tout juste à connaître la Vie, cette planète, l’humanité – sous certaines formes en tout cas – et sa manière de fonctionner. J'ai été projeté trop tôt dans des situations et des ressentis qu'on ne devrait finalement ne jamais avoir à côtoyer mais parfois, certaines choses totalement simples, du quotidien, m'échappent encore.
Je ne me sens pas agressé par la réaction d’Ora, pas le moins du monde. Au contraire, je profite de cet échange pour élargir encore une fois mes perceptions. Je ne juge pas si elle a tort ou raison, je prends simplement compte de son point de vue pour me forger le mien, le renforcer ou le façonner. Pour moi, à ce stade, les choses apparaissent comme un cercle vicieux, un problème de compréhension peut-être aussi. Est-ce qu’on parle vraiment d’un monde où les femmes sont d’un côté et les hommes de l’autre ? Je n’en sais rien. Je sors à peine de mon nid, si ça n’avait tenu qu’à moi je serais encore sous les jupes de ma mère et je n’ai pas honte de l’admettre. J’appréhende tout ça un peu plus chaque jour qui passe. Ora a un recul sur la vie que je n’ai pas encore, que je n’aurai peut-être d’ailleurs jamais et ça personne ne peut le savoir. Ce que je veux dire c’est qu’on n’a pas tous la même histoire, le même vécu, etc … Mais ça n’est pas parce que je ne serais jamais une femme – ceci dit la médecine pourrait me le permettre si j’en ressentais le besoin un jour, ce qui n’est pas le cas et d’instinct je pense que ça se serait manifesté depuis bien longtemps si ça l’avait été – que je ne peux pas essayer de me mettre à leur place ou simplement avoir un avis objectif sur ce qui se passe. Tout ça pour dire que sorti tout juste du nid ou pas, je suis entouré de femmes fortes et ça, ça me permet de me rendre compte de la meilleure des façons que non, elles ne sont pas des êtres fragiles et sans défenses. Pour autant, je n’interromps pas ma camarade, je crois qu’elle a encore pleins de choses à me dire, à me transmettre, à m’apprendre. Sur ce sujet comme sur bien d’autres.

« Nous ne sommes pas vulnérables, ce sont les dégénérés mentaux qui ne savent pas se tenir et qui violent une jeune femme en sortie de soirée, pensant que tout lui est permit, qui nous font passer pour des personnes vulnérables. Nous ne sommes pas sans défense ni quoi que ce soit, nous ne sommes pas de petites choses fragiles qui ne savent pas répliquer. Il y a juste des personnes qui pensent qu’être une femme est l’excuse de pouvoir laisser libre cours à ses crimes. »
« Ce que je voulais dire en fait c’est surtout que, problème de société ou pas, une femme seule m’apparaît comme … »

Je réfléchis une seconde, cherche les bons mots, ce qui n’est pas simple.

« J’ai bien conscience qu’il y a des dégénérés partout et j’aurai beau tout faire pour me mettre à la place d’une femme, seule ou non, ça ne sera pas possible. Là je te parlais vraiment du fait d’être plus facilement une cible qu’un homme seul par exemple parce que comme tu dis, c'est ancré dans les mœurs depuis des décennies. Je ne dis pas que c’est bien ou mal, que c’est injuste ou normal. Je ne juge pas en l'état, c’était juste un constat sur la façon dont tourne le monde, la vision que j’en ai à mon niveau en tout cas. Un truc purement factuel, tu vois ? Même si je ne prétends pas avoir raison, je ne prétends pas que ma vision des choses est correcte, pas avec le peu d’expérience que j’ai sur tout un tas de choses. A aucun moment je ne dis ou pense que parce qu’une femme est une femme ça fait d’elle un être sans défense incapable de remettre à sa place un homme ni que ça justifie que vous soyez prises pour cibles par des pauvres types parce que la société leur a mis dans le crane d’une certaine façon que c’était « normal ». De même que tous les hommes ne sont pas des dégénérés et heureusement. »

J’ai pas l’impression d’en être un, mon père n’en était pas un, aucun de mes amis non plus, etc … Mais il suffit parfois d’un seul taré – et je sais qu’il y en a plus d’un – pour faire du tort à toute une catégorie de personnes. Je pense que c’est comme ça que fonctionne l’humain, pour tout un tas de choses.

« Et puis d’ailleurs, au même titre que certaines femmes sont plus fortes que certains hommes, même si la notion de force me parait très abstraite pour les uns comme pour les autres, il y a aussi des femmes dégénérés. Enfin je sais pas, pour moi tout ça fonctionne dans les deux sens. J’sais pas si tu me suis. »

Pourquoi est-ce que les hommes devraient endosser tous les torts ? Je ne suis pas entrain de plaider la cause du genre auquel j’appartiens, non, je crois que je défends simplement l’individu, peu importe son sexe.

« J’arrive pas à trouver les bons mots mais tout ça c’est pour dire que personnellement non, je ne pense pas de cette façon et ça me désole autant que toi d’en arriver à un constat de ce genre. Cette question c’était simplement de la curiosité, de l’intérêt, mais c’était sans doute maladroitement demandé. »

Ça n’était pas une déclaration de guerre entre genres même si je sais pertinemment que ça n’est pas là où Ora voulait en venir non plus. Il y a tout un tas de femmes auxquelles je tiens sur cette planète alors sincèrement, c’est pas que ça m’angoisse à outrance, mais j’aime pas le concept qu’elles soient potentiellement en danger parce que la société actuelle permet à des types complètement à la masse de penser qu’ils ont tous les droits. Dans tout ça je n’oublie pas que même un type comme moi qui peut impressionner par son apparence serait lui aussi en danger en étant seul seulement j’y peux rien, ma carrure dissuade et ça n’a rien de machiste comme réflexion, c’est juste un fait.

« J’ai eu peur d’un tas de chose en partant. De me faire voler, violer, kidnapper, tuer, taper dessus, de perdre mes papiers, de me perdre moi-même, de ne pas savoir m’adapter, de tomber sur des gens louches, d’échouer etc... Mais je me refusais de me brider pour ça, de finalement tout annuler parce que dans l’idée générale, une femme qui part voyager seule et aussi loin, c’est peut-être trop dangereux à cause des malades qui ne savent pas contrôler leur pulsion. Alors je me suis dis qu’il était absolument hors de question que j’adapte ma vie et mes envies en fonction des criminels et agresseurs dans leur généralité. Sinon, je n’ai plus de liberté, plus de vie et ça, plutôt mourir avant que ça n’arrive. Et avec les dizaines d'années de kickboxing que j'ai derrière moi, il ne valait mieux pas qu'un connard ou une connasse ne me fasse chier de trop près. »

Un rire amusé m’échappe, je n’ai aucun mal à visualiser une scène dans laquelle elle ferait passer clairement le message à un ou plusieurs types. J’ai beau peser mon poids et savoir me défendre à certains niveaux, je sais aussi qu’elle peut me mettre par terre a peu près quand elle veut. Si ma virilité aurait pu s’en trouver bafouée par le passé, aujourd’hui ça n’est plus le cas. Elle a bossé dur pour en arriver au niveau auquel elle en est, il n’y a rien de dégradant à reconnaitre ça et à admettre que par conséquemment et logiquement, elle aurait le dessus. Par contre si je m’assoie sur toi sans prévenir, bon courage pour me dégager de là, même avec tes bras pleins de muscles. Je suis un gros tas, que voulez-vous …
Dans tout ça, même si je ricane sans aucune ironie, réellement amusé par l’image, ça ne m’empêche pas de prendre tout ce qu’elle dit très au sérieux. Je me rends compte que tout ça a l’air de lui tenir très à cœur, que ça la plonge dans un état d’agacement évident. Ça n’est pas un sujet délicat, juste quelque chose qui bousculent un peu ses émotions j’ai l’impression, même si son ton reste calme, de même que ses gestes.

« Quand j’ai vu toutes ces personnes qui n’avaient pas cette même chance que moi d’être aussi libre, c’était une raison de plus pour prendre mon sac à dos et partir partout où je le voulais, quand je le voulais. Je ne regrette absolument rien. Bon, je n’dis pas qu’il m’est rien arrivé. J’ai perdu quelques trucs, parfois je me suis faite emmerder mais sans que ça n’aille trop loin, bref j’ai eu mon lot d’emmerde comme tout le monde. »

Parfois il suffit simplement d’être au mauvais endroit et au mauvais moment, tant mieux si ça n’a pas trop été son cas.

« Concernant l’humanitaire, j’y ai pensé quelques fois mais sans jamais concrétiser l’idée. Je ne sais pas si je serais faite pour ça après je n’dis pas non pour faire quelques actions à droite, à gauche. Je pense que c’est une expérience à faire au moins une fois dans sa vie. D’autant plus qu’on a la chance de pouvoir transplaner ou se déplacer par portoloin donc les problèmes de transports et d’argent, on ne connaît pas ! En tout cas, pas à ce niveau-là. »

Elle n’a pas tort, les Sorciers sont vraiment privilégiés et de mon côté je sais l’être d’autant plus étant donné la famille dont je fais partie. On ne choisit pas où on nait, c’est comme ça, j’ai eu de la chance matériellement parlant, sans parler de nos parents qui étaient vraiment en or, mais tout n’a pas toujours été tout rose pour autant. C’est le lot de tout le monde, rien n’est jamais parfait et dans un sens tant mieux, c’est comme ça qu’on prend conscience de la chance qu’on a par rapport à certaines choses.

« Franchement, si t’as envie de voyager, fais le. Partout, où tu veux et quand tu veux, avec tes potes ou tout seul. Tu y trouveras de tout et t’apprendra un paquet de truc par ses habitants comme tu l’as dis mais aussi par sa faune, sa flore et il y a même dans certains pays des histoires vraiment cool sur leur passé, leur légende, etc. Bref, c’est une vraie richesse accessible à tous pour peu qu’on le veuille un peu. Bon après, c’est pas dans le goût de tout le monde de garder les mêmes fringues pendant une semaine et de dire adieu à tes douches quotidiennes mais on s’y fait. »
« J’devrais pouvoir y survivre. C'est toujours plus simple de supporter sa propre odeur que celle des autres, Lycan ou pas ! »
« Si tu veux je te filerais quelques itinéraires et des bons plans pour quelques pays, si jamais tu te décides à les visiter. Ca peut toujours être utile. Et franchement si discuter de tout ça avec moi te donnes envie de partir à l’aventure, ça suffit à mon bonheur ! »
« Ça marche, c’est cool. Merci. Et si jamais un jour tu veux te reconvertir, tu devrais penser à monter ton agence de voyage, sérieusement. »

Ou à bosser dans l’une d’entre elle en tout cas parce que clairement, rarement quelqu’un m’a autant donné envie de bouger. D’ailleurs, je suis déjà parti dans ma tête. Les jambes qui se balancent toujours tranquillement dans le vide, les pieds dans l’eau, le regard rivé sur le Lac, un sourire absent sur le coin des lèvres, je me perds un peu dans mes pensées et le silence s’installe quelques secondes, quelques minutes peut-être, alors que certaines idées prennent forme dans mon esprit. Je finis d’ailleurs par revenir sur terre, tournant la tête vers Ora tout en me penchant en arrière, en appuie sur mes bras. Je suis bien là, au soleil, détendu, en bonne compagnie.

« J’me dis que cet été, si je trouve le temps, en fonction de comment vont se dérouler les choses, en fonction de certaines de mes décisions, etc … ça pourrait être une bonne chose de partir avec mon surf sous le bras. J’veux dire, sans partir loin au départ, y a une idée qui vient de me traverser l’esprit : Faire le tour des côtes Australiennes, aller de spot en spot, puis rentrer à la maison. Juste ma planche, mon sac et moi. J’suis certain que ça me ferait du bien. J’pense qu’on apprend beaucoup sur soi en partant seul comme ça, non ? »

C’est l’impression que j’en ai en tout cas. Comme beaucoup ici j’ai vécu des choses pas faciles ces dernières années et c’est vrai que l’idée de m’éloigner encore un peu plus de tout ça me plait. Le faire de cette façon me parait être une bonne idée, histoire de voir par moi-même que le monde et les humains ne sont pas si sombres qu’on pourrait le croire. Je le sais, je suis passé au-dessus de certains stades aujourd’hui mais élargir mes horizons … Oui, ça me fait envie. J’ai envie de pousser les murs encore un peu plus, pourquoi pas les faire tomber totalement d’ailleurs. Je ne suis plus le gamin renfermé que j’ai longtemps été, c’est une évidence, alors qu’est ce qui m’empêche de faire ça ? Rien. Est ce que ça me fait peur ? Oui, bien sur, un peu, même si là l'excitation prend carrément le pas sur le reste. Et puis, on n'y est clairement pas. J'ai le temps de changer dix fois d'avis entre temps même si je ne vois pas pourquoi ça se produirait.

« J’crois que j’en suis à un stade de ma vie où j’ai envie de savoir qui je suis et même si j’en ai déjà une petite idée, même si je suis heureux de l’enfance que j’ai eu, même si ces deux ans passées avec Kyle étaient super, je crois qu’il est temps pour moi de vraiment me confronter à celui que je suis, à celui que j’ai envie d’être. Pour et par moi seul. »

Et visiblement ma décision est prise.
Rapide, impulsive, mais rien d’étonnant finalement.

« Ma Grand-Mère va être ravie … Ceci dit, c’est pas pire que « fuguer » à l’autre bout de la planète comme je l’ai fait cet hiver. Ahem. »

Je l’admets, pour elle, pour d’autres, c’était vraiment pas cool mais … J’en avais besoin. On en avait besoin. C’était la première fois qu’on se retrouvait tous les deux, loin de tout et de tout le monde, et ça nous a fait énormément de bien. Aujourd’hui on est certes séparés mais rien n’effacera tout ce qu’on a vécu et ce périple de fugitifs en fait partie. En rentrant je me suis expliqué auprès de Grand-Mère, elle a compris non sans me réprimander. Je la comprends, sincèrement, et la simple idée de lui faire du mal me débecte mais elle non plus ne pourra pas m’attacher. Elle est compréhensive, je ne me fais pas trop de souci à ce sujet et je ferai tout ce que je peux pour l'épargner au maximum sans pour autant me brider.

« En plus de ça, ça me permettra de découvrir un peu plus la côte ouest. Mon père y a vécu un peu avant de rencontrer ma mère et c’est là-bas qu’il y a le plus de requins. Là-bas où il y a le plus d’attaques sur des humains, aussi, par conséquent. Ça vaut le coup d’essayer de choper des gens du coin, des gens qui bossent là-dessus aussi si j’peux, pour avoir leur avis sur la question. Y a tellement de causes envisagées par rapport à ce rapprochement des côtes par les squales ces dernières années, ça m’intrigue énormément alors si j’peux faire d’une pierre deux coups en prime, c’est tout bénef. »

Et comme d’hab, parti dans mon délire, je ne m’arrête plus.

« Mon père était surfer, j’le suis depuis que je sais marcher parce qu’il m’a transmis sa passion et avant ça il me faisait glisser avec lui sur sa planche. J’ai déjà vu ce que ça fait une attaque de requin et c’est franchement pas beau à voir, de quoi te vacciner d’aller dans l’eau seulement … C’est leur habitat naturel, nous on est là parce qu’on s’invite alors de mon point de vue c’est un risque qu’on doit tous envisager. C’est comme si t’allait faire ton jogging en pleine savane et que tu te faisais prendre en chasse par une troupe de lions … Rien d’étonnant, c’est là qu’ils vivent, donc là qu’ils chassent. Même si l’humain ne fait pas partie à la base de leur régime alimentaire, j’vois pas pourquoi ils s’en priveraient alors qu’ils l’ont à portée de gueule. Normalement, nos deux espèces ne sont pas censés se côtoyer et les requins en temps normal ne s’approchent pas des côtes. S’ils sont là c’est qu’il y a des raisons et c’est là-dessus qu’il faut se concentrer, c’est ça qu’il faut creuser avant de décider que puisqu’ils sont dangereux pour l’homme, il faut les éliminer. Parce que c’est ça la politique actuellement et sincèrement ça me rend dingue. Si un squale attaque, il est traqué puis éliminé. La plus part du temps ils attaquent l’Homme par erreur, c’est ce qui est mis en lumière par les études pour l’instant, seulement le nombre d’attaques n’arrêtent pas d’augmenter ces dernières années, les modes opératoires changent un peu, leurs habitudes alimentaires aussi. Alors on fait quoi ? On les bute tous jusqu’au dernier ? Non, faut régler le problème à sa source et accepter la chaine alimentaire. Faut arrêter la surpêche qui vide les océans et par conséquent poussent les prédateurs à changer leurs habitudes. Faut arrêter de déverser les eaux usées dans ces mêmes océans parce que d’une ça pollue et de deux c’est probablement en partie ça qui attirent les squales près des côtes. Et le réchauffement climatique, ça aussi ça joue. La température de l’eau augmente alors forcément, ça les fait bouger. Il y a des systèmes de surveillances de mis en place, des filets anti-requins installés sur certains spot, certaines plages, etc … mais le problème il faut le prendre à la racine. Prévenir et pas « guérir ». Protéger, préserver et arrêter de détruire pour des questions de confort. Voilà ce que je veux faire de ma vie. Prendre ces problèmes-là, entre autres, à la racine et faire ce que je peux pour les résoudre. Remettre les choses à leur place légitime. Aider à préserver et protéger. »

Amen ! Et avec mes conneries – qui n’en sont pas – j’ai le souffle à moitié court. Parce que clairement, je me suis emballé. D’ailleurs, c’est avec un air un peu penaud mais amusé que je regarde de nouveau Ora, les traits du visage légèrement crispé.

« J’me suis un peu enflammé là, hum ? Pardon. »

Elle me connait, elle sait que quand un sujet me fascine je peux partir loin, très loin, et ne pas m’arrêter. Je suis un grand bavard une fois que j’ouvre les vannes, ça n’est plus à prouver, mais là où je sais que ça ne la dérangera sans doute pas c’est que c’est une passion qu’on partage. Je me dis que ça doit l’intéresser aussi de savoir tout ça si ça n’était pas déjà le cas. En tout cas, à moi, ça me fait du bien de les exprimer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Today I'm just a drop of water, come tomorrow I'll be in the ocean ▬ Ora   Mer 14 Sep 2016 - 12:31


Today I'm just a drop of water, come tomorrow I'll be in the ocean
Enzo & Ora



― Be careful Baby Boy, there's a lake right behind you...


- Ça marche, c’est cool. Merci. Et si jamais un jour tu veux te reconvertir, tu devrais penser à monter ton agence de voyage, sérieusement.
- J’y penserais, merci.

Un sourire, large.
Je n’y jamais vraiment pensée mais après tout, pourquoi pas ? Je préfère de loin voyager seule ou avec un ou une pote et surtout, pour explorer la faune et la flore et l’étudier mais je ne suis pas à l’abri d’une lassitude, d’un désir fulgurant de changer de voie alors oui, pourquoi pas.
Le silence s’installe avec une quiétude qui fait du bien, qui apaise. Je me laisse aller aux rayons du soleil qui commencent à réchauffer considérablement notre peau, mes pieds toujours dans l’eau. Une sorte de repos offert comme ça, sur le plateau d’argent et scintillant du lac.

- J’me dis que cet été, si je trouve le temps, en fonction de comment vont se dérouler les choses, en fonction de certaines de mes décisions, etc … ça pourrait être une bonne chose de partir avec mon surf sous le bras. J’veux dire, sans partir loin au départ, y a une idée qui vient de me traverser l’esprit : Faire le tour des côtes Australiennes, aller de spot en spot, puis rentrer à la maison. Juste ma planche, mon sac et moi. J’suis certain que ça me ferait du bien. J’pense qu’on apprend beaucoup sur soi en partant seul comme ça, non ?

Je prends quelques secondes pour réfléchir avant de lui répondre.

- T’apprends un tas de chose et pas seulement sur toi. Sur les autres aussi. Tes limites, tes envies, parfois ça t’ouvre des portes que tu ne soupçonnes pas donc honnêtement, j’te dirais vas-y les yeux fermés et profites de ce que tu vivras là-bas. Ton idée de commencer de spot en spot est excellent, ça te fera un très bon début !

Ça n’était pas la réelle question, je sais et il a l’air décidé, ça aussi je le sais. Mais je le lui répète malgré tout parce que ça me semble important et parce qu’il ne faut pas que l’on ait peur de se lancer par crainte de l’inconnu.
Surtout pour un gamin comme lui qui, à l’écouter, a vécu dans des cases bien précises et des horizons similaires. Voir autre chose, seul, un peu à l’inconnu lui fera un bien fou.

- J’crois que j’en suis à un stade de ma vie où j’ai envie de savoir qui je suis et même si j’en ai déjà une petite idée, même si je suis heureux de l’enfance que j’ai eu, même si ces deux ans passées avec Kyle étaient super, je crois qu’il est temps pour moi de vraiment me confronter à celui que je suis, à celui que j’ai envie d’être. Pour et par moi seul.

J’acquiesce en silence, en accord avec ces mots même si je ne suis pas la mieux placée pour donner mon avis. Mais il est vrai que parfois, une sorte de retraite, ne fait pas de mal pour se retrouver. Certains en on besoin, d’autres non. Tout dépend de chaucun.

- Ma Grand-Mère va être ravie … Ceci dit, c’est pas pire que « fuguer » à l’autre bout de la planète comme je l’ai fait cet hiver. Ahem.
- Honte sur toi de malmener ainsi son petit cœur !

Je le taquine, ça va de soit ! C’est un grand garçon, il faut bien que ce grand dadet fasse sa vie et je suis persuadée que sa grand-mère le comprendra sans problème.

- En plus de ça, ça me permettra de découvrir un peu plus la côte ouest. Mon père y a vécu un peu avant de rencontrer ma mère et c’est là-bas qu’il y a le plus de requins. Là-bas où il y a le plus d’attaques sur des humains, aussi, par conséquent. Ça vaut le coup d’essayer de choper des gens du coin, des gens qui bossent là-dessus aussi si j’peux, pour avoir leur avis sur la question. Y a tellement de causes envisagées par rapport à ce rapprochement des côtes par les squales ces dernières années, ça m’intrigue énormément alors si j’peux faire d’une pierre deux coups en prime, c’est tout bénef.

Et là, il tape ma curiosité.
Dans le bon sens du terme.

- Mon père était surfer, j’le suis depuis que je sais marcher parce qu’il m’a transmis sa passion et avant ça il me faisait glisser avec lui sur sa planche. J’ai déjà vu ce que ça fait une attaque de requin et c’est franchement pas beau à voir, de quoi te vacciner d’aller dans l’eau seulement … C’est leur habitat naturel, nous on est là parce qu’on s’invite alors de mon point de vue c’est un risque qu’on doit tous envisager. C’est comme si t’allait faire ton jogging en pleine savane et que tu te faisais prendre en chasse par une troupe de lions … Rien d’étonnant, c’est là qu’ils vivent, donc là qu’ils chassent. Même si l’humain ne fait pas partie à la base de leur régime alimentaire, j’vois pas pourquoi ils s’en priveraient alors qu’ils l’ont à portée de gueule. Normalement, nos deux espèces ne sont pas censés se côtoyer et les requins en temps normal ne s’approchent pas des côtes. S’ils sont là c’est qu’il y a des raisons et c’est là-dessus qu’il faut se concentrer, c’est ça qu’il faut creuser avant de décider que puisqu’ils sont dangereux pour l’homme, il faut les éliminer. Parce que c’est ça la politique actuellement et sincèrement ça me rend dingue. Si un squale attaque, il est traqué puis éliminé. La plus part du temps ils attaquent l’Homme par erreur, c’est ce qui est mis en lumière par les études pour l’instant, seulement le nombre d’attaques n’arrêtent pas d’augmenter ces dernières années, les modes opératoires changent un peu, leurs habitudes alimentaires aussi. Alors on fait quoi ? On les bute tous jusqu’au dernier ? Non, faut régler le problème à sa source et accepter la chaine alimentaire. Faut arrêter la surpêche qui vide les océans et par conséquent poussent les prédateurs à changer leurs habitudes. Faut arrêter de déverser les eaux usées dans ces mêmes océans parce que d’une ça pollue et de deux c’est probablement en partie ça qui attirent les squales près des côtes. Et le réchauffement climatique, ça aussi ça joue. La température de l’eau augmente alors forcément, ça les fait bouger. Il y a des systèmes de surveillances de mis en place, des filets anti-requins installés sur certains spot, certaines plages, etc … mais le problème il faut le prendre à la racine. Prévenir et pas « guérir ». Protéger, préserver et arrêter de détruire pour des questions de confort. Voilà ce que je veux faire de ma vie. Prendre ces problèmes-là, entre autres, à la racine et faire ce que je peux pour les résoudre. Remettre les choses à leur place légitime. Aider à préserver et protéger.

Je l’écoute, sans jamais l’interrompre. Entre la fascination et l’amusement.
Pas pour l'attaque de requin hein. Ca pour le coup, ça ferait presque flippé d'imaginer un corps d'un coup, disparaitre, happé par une gueule de requin, sans prévenir.
Ce gamin a déjà une ouverture sur ce monde tellement mâture que s’en est désarçonnant pour une nana comme moi qui bosse justement sur ce genre de projet mais pour les plantes.
De le voir si passionné et si vif sur le sujet m’amuse. Et quand il s’excuse sur le fait de s’être emballée, je ricane dans la même ambiance.

- T’excuser de quoi ? D’être passionné et de t’y connaître ? D’avoir envie de faire bouger les choses ? Certainement pas !

Et en plus de ça, il m’apprend des choses. Comme tout être humain sur terre, je n’ai pas la science infuse et même si je suis plus âgée, ça ne change rien que c’est son domaine et qu’il s’y connaît.

- En plus, je me coucherais moins con ce soir, alors… J’agite mes pieds dans l’eau, toujours apaisée par cette texture fraiche sur ma peau. Et tu sais quoi ? Je trouve ça fascinant ce que tu me racontes là parce que finalement, c’est sur quoi je bosse même si j’étudie aussi bien la faune que la flore. Ca me paraît évident que tu dois poursuivre tes études là dedans et honnêtement, il faudrait plus de tête comme toi « chez nous », peut-être que la planète s’en porterait bien mieux.

Je me redresse, pensive et réfléchis une fraction de seconde avant de proposer.

- On observe plus ou moins le même phénomène pour l’ours polaire. Même s’ils ne s’attaquent pas à l’Homme, la fonte des glaces et tout le reste pousse sa nourriture à migrer et lui, à rester plus longtemps immerger dans l’eau en quête de nourriture. Le problème c’est qu’il risque d’y passer s’il fait ça trop longtemps, de mourir de froid en somme. Et encore, je ne te parle pas non plus des conséquences sur la flore aussi bien marine que terrestre… Je tique, claque ma langue contre mon palais avant de reprendre. Bref, il y a un tas de boulot qui nous attend.

Même si je me doute qu’il en a conscience. C’est en parcourant le monde et en faisant mes recherches personnelles que je me suis rendu compte à quel point nous étions vraiment dans la merde…

- L’année prochaine tu vas venir avec moi bosser un peu sur tout ça. Etudiez l’environnement, observer les comportements de la faune etc… Ca te fera une petite expérience sur le terrain et je connais quelques coins un peu partout qui mérite toute notre attention.

Je me tourne vers lui, sourire aux lèvres.

- Enfin, c’est toi qui vois hein. T’es pas obligé mais ma proposition est sérieuse, après, c’est toi qui décide !

Je ne suis pas encore professionnelle, ni une experte, mais je suis suffisamment confiante pour me rendre compte que mon expérience personnelle, ma passion et mon acharnement ont payé pour réussir un minimum à savoir quoi faire sur le terrain, quoi observer, relever et tout le ballet de technique qui va avec.
Je m’étire, prends mon sac et le lui montre.

- Et d’ailleurs, j’ai du boulot qui m’attend. Tu veux rester un peu voir comment ça se passe ?

Après tout, pourquoi pas commencer petit ?
Je ne l'oblige à rien encore une fois et même si j'apprécie généralement la solitude pour faire mes études auprès du lac ou de la foret, avoir la présence d'Enzo de temps en temps ne me dérange et on peut dire que ça n'est pas la personne la plus chiante qui soit.
Je me lève, pieds nus et prends mes chaussures dans les mains.
C'est pas le tout BabyBoy mais on a une planète à sauver.

- FIN POUR MOI
 

© Napster
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17264
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Today I'm just a drop of water, come tomorrow I'll be in the ocean ▬ Ora   Sam 17 Sep 2016 - 21:30

« T’excuser de quoi ? D’être passionné et de t’y connaître ? D’avoir envie de faire bouger les choses ? Certainement pas ! »

La sourire que j’affiche à présent est presque timide, je suis à deux doigts de rougir. Non, je déconne, peut-être pas quand même, mais ça me fait quelque chose néanmoins. Ora a quelques années de plus que moi, des connaissances qui diffèrent des miennes sur certains plans mais le fait est qu’elle est plus avancé dans ses études que je ne le suis et qu’elle en connait un rayon sur un tas de trucs concernant l’environnement alors … C’est un peu comme une sorte de reconnaissance finalement et ça fait plaisir. Oui je suis passionné, c’est peu de le dire, et je m’y connais, un peu, peut-être un peu plus que ça effectivement – évitons la fausse modestie. Envie de faire bouger les choses ? Et comment ! Ça peut paraitre con mais ça fait du bien d’avoir le sentiment d’avoir trouvé un sens à sa vie, ou plutôt un but, quelque chose qui te pousse en avant. Un truc personnel, en plus de ça. La démarche n’est pas seulement individuelle, j’ai réellement envie de faire ce que je peux pour cette planète et ses habitants. Les animaux en tout cas, parce que je l’admets, les Hommes … Je les laisse à d’autres.

« En plus, je me coucherais moins con ce soir, alors… Et tu sais quoi ? Je trouve ça fascinant ce que tu me racontes là parce que finalement, c’est sur quoi je bosse même si j’étudie aussi bien la faune que la flore. Ca me paraît évident que tu dois poursuivre tes études là dedans et honnêtement, il faudrait plus de tête comme toi « chez nous », peut-être que la planète s’en porterait bien mieux. »

Arrête, tu vas me faire pleurer d’émotions. J’exagère, évidemment, mais quand même. C’est toujours agréable d’entendre ce genre de choses, on ne va pas se mentir ni jouer les faux modestes encore une fois. Bonjour, Enzo Ryans, je viens sauver le monde. Enchanté ! Ça va, je plaisante. Dans tout ça je retiens aussi que j’ai pu lui apprendre des trucs et ça, ça me fait vraiment plaisir. Entre elle et moi ça a toujours été comme ça de toute façon, de l’échange, parce qu’on a tous les deux des domaines de prédilections qui sont finalement liés d'une manière ou d'une autre. On a … en quelque sorte un socle commun je dirais.

« On observe plus ou moins le même phénomène pour l’ours polaire. Même s’ils ne s’attaquent pas à l’Homme, la fonte des glaces et tout le reste pousse sa nourriture à migrer et lui, à rester plus longtemps immerger dans l’eau en quête de nourriture. Le problème c’est qu’il risque d’y passer s’il fait ça trop longtemps, de mourir de froid en somme. Et encore, je ne te parle pas non plus des conséquences sur la flore aussi bien marine que terrestre… Bref, il y a un tas de boulot qui nous attend. »
« Oui, j’ai lu des trucs là-dessus aussi et je me rends compte que même si j’ai bien l’impression qu’il y a tout un tas de ramassis de conneries à la télé, qu'on peut te faire gober n'importe quoi en te montrant bien ce qu'on veut, etc ... il y passe aussi des trucs vraiment intéressant. J’suis tombé sur un reportage l’autre jour, sur la migration des baleines, c’était génial et en accord avec ce que j'ai pu moi même observer jusqu'ici parce qu'on a la chance d'être sur leur route de migration chez moi. C'est un truc que j'ai toujours adoré aller observer avec mes parents. Bref, tout ça pour dire que je découvre que la technologie apporte quand même pas mal de trucs positifs, même si je doute devenir accro aux écrans pour autant. »

On ne va pas se mentir, ne serait-ce qu’en termes de communication, c’est quand même super pratique. Je préfère voir les choses par moi-même plutôt qu’à travers un écran, c’est certain, mais parfois on n’a pas tellement le choix. En attendant de pouvoir vadrouiller sur le globe moi-même ou me trouver face aux personnes à qui j’ai envie de parler, disons que ça fera l’affaire. Enfin, à l'extérieur. Et ça ne m'empêchera pas de continuer à dévorer des dizaines et des dizaines de bouquins sur le sujet, ou sur d'autres sujets d'ailleurs. Ni même d'aller voir par moi même ce qu'il se passe sur la planète dès que j'en aurai l'occasion. Rien que d'y penser, j'en ai des fourmis dans les jambes.

« L’année prochaine tu vas venir avec moi bosser un peu sur tout ça. Etudiez l’environnement, observer les comportements de la faune etc… Ca te fera une petite expérience sur le terrain et je connais quelques coins un peu partout qui mérite toute notre attention. »
« Sérieusement ?! »

Je tourne la tête vers elle de manière tellement vive que ma réaction est plutôt claire et limpide, de même que le sourire que je garde en suspens sur mes lèvres est tout aussi éloquent. Attendez … Partir en expédition avec Ora pour apprendre d'elle directement sur le terrain et pourquoi pas lui apporter moi aussi quelque chose, vous plaisantez ou quoi ? Évidemment que ça me fait rêver. J'ai l'impression d'être un gosse à Noël là, clairement.

« Enfin, c’est toi qui vois hein. T’es pas obligé mais ma proposition est sérieuse, après, c’est toi qui décide ! »
« Un peu que j’veux, tu déconnes ou quoi ? »

Plus tôt je serais dans le vif du sujet et mieux ce sera ! J'ai déjà amorcé le truc de mon côté d'un point de vue scolaire, même si j'ai l'impression que je n'en verra jamais le bout en restant coincé en 6ème année, ou dans des études purement magiques, mais voir ça du côté terrain, alors là je signe tout de suite sans hésitation. Et avec elle, c'est les yeux fermés.

« Et d’ailleurs, j’ai du boulot qui m’attend. Tu veux rester un peu voir comment ça se passe ? »
« Oui, avec plaisir, si ça ne te dérange pas de m’avoir dans les pattes. J’me ferai tout petit, promis, et puis j’peux peut-être te filer un coup de mains. »

Me faire tout petit, oui, bon … Tout le monde a compris l'idée et le pire dans tout ça c'est que même avec cette carcasse que je me traine, je suis parfaitement capable de me faire oublier et passer inaperçu quand j'en ai envie ou besoin.
En attendant je me lève, attrape mes pompes et sans les remettre pour autant, suis le mouvement, mon bouquin dans l'autre main. Si les premiers pas se font dans le silence, dès qu'on quitte le ponton et que l'idée s'est frayé un chemin entendu dans ma tête, je l'expose à voix haute, un sourire tranquille, serein et confiant sur le visage.

« La prochaine pleine lune, celle de juin, si j’suis dans de bonnes dispositions et qu’on arrive à trouver un endroit où tu seras en sécurité si besoin, le reste du château y compris, j’te propose qu’on tente le coup. Faudra en parler à Isma, je préfère qu’elle soit au courant et présente en cas de besoin, mais ça me ferait plaisir de te laisser … admirer la bête. »

Voilà, la messe est dite, comme dirait l'autre. A noter que je n'ai jamais foutu les pieds à la messe de ma vie, soit dit en passant. Et bien sur que j'ai un sourire lubrique sur le visage à l'évocation de la bête. Faussement lubrique, évidemment, mais on ne se refait pas.

▬ FIN ▬
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Today I'm just a drop of water, come tomorrow I'll be in the ocean ▬ Ora   

Revenir en haut Aller en bas
 
Today I'm just a drop of water, come tomorrow I'll be in the ocean ▬ Ora
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nath - A drop of water
» drop sur les boss monsters
» Shark in the water
» diverses questions sur les drop ns et les mob de moonshines
» Drop 73-77

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Outside :: Le Parc de l'Ecole. :: ─ Le lac.-
Sauter vers: