AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Welcome Home - Ethan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 819
Date d'inscription : 30/10/2013
Crédits : Moonic
Double Compte : Kezabel & Mateo & James & Leiv & Will & Margo & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2425-charleen-s-thomson-the-world-i
MessageSujet: Welcome Home - Ethan   Ven 15 Juil 2016 - 0:38



Welcome home
Ethan & Charleen

Samedi 18 Avril - Début de matinée

- Thomson ?

Je sors de ma contemplation et lève mon regard vers le médecin qui nous attend. Mon père m’encourage d’un sourire avant de me suivre vers le cabinet, la boule au ventre, ignorant les regards des autres patients. J’ai la sensation que tous mes défauts sont inscrits sur mon front, qu’ils réussissent à lire mes pensées et mes états d’âmes.

- Asseyez-vous. Il en fait de même et croise ses mains sur son bureau. Alors Charleen, comment vas-tu depuis la dernière fois ?
- Bien.

Je suis stressée, un poil angoissé et si mon père n’était pas présent, je ne sais pas si j’aurai réussi à pénétrer dans le bureau de notre médecin de famille.
Le Docteur Watson s’occupe de nous depuis une vingtaine d’année. Il était là pour la grossesse de maman, là lorsqu’elle était malade, là lorsqu’elle est morte. Je me souviens d’une vague image où nous étions dans son cabinet papa et moi, où il me demandait comment je vivais la mort de maman.
Je ne me souviens pas de ma réponse mais je garde de ce souvenir quelque chose d’agréable. De rassurant.

Mais pas cette fois où je me retrouve pour la deuxième fois confrontée au médecin pour me « surveiller ». Mon état de santé, mon poids, mon état psychologique.
Je l’écoute me parler, sans vraiment le faire, bloquée dans une matrice épaisse. Je ne sais pas réellement dans quel état je me trouve, si ce n’est que je vais mieux depuis que je suis à la maison.

- Charleen ?
- Oui ?
- Je te demandais comment se passaient tes repas.
- Ca va, je mange un peu mieux.
- Elle a encore du mal malgré tout. Elle n’a rien voulu manger ce matin.

Je lève les yeux vers mon père qui me regarde à son tour. Je connais ces yeux, ce regard, un peu dur mais inquiet. Celui qui ne veut pas se mentir et affronter la réalité en face.
Est-ce qu’il a raison ? Oui, je le sais mais j’ai encore du mal à l’assumer et surtout, à le comprendre. Chaque jours est une lutte pour contrer cette angoisse persistante dès lors où je dois passer à table. Que ça soit un repas fait maison ou autre, ce n’est plus mon corps qui agit et contrôle, mais mon cerveau qui fait un réel blocage pour me ramener à l’horreur de cet empoisonnement, à la douleur et à la peur de mourir.

- Et comment tu gères tes angoisses, est-ce que tu fais d’autres cauchemars ?
- Oui, presque toutes les nuits mais être à la maison m’aide à… relativiser. Je crois.
- D’accord, viens. On va te peser.

Je me lève sans un regard vers papa, gérant déjà cette boule au ventre comme je peux pour ne pas pleurer. Parce que je connais déjà le résultat.
Un pied sur la balance, puis un deuxième et mes yeux restent rivés sur les chiffres qui s’affichent.

- 45 kilos… Charleen, c’est deux de moins qu’en début de semaine.

Et cinq de moins depuis l’empoisonnement, en tout.

- Je sais. Je me mord l’intérieur de la joue et descend de la balance, yeux rivés sur le sol. Je suis désolée.
- Non, ne t’excuse pas. Ce qu’il faut, c’est reprendre du poids, rapidement.

Je me rassois à côté de mon père, toujours sans le regarder. Légèrement avachis dans ma chaise où j’ai l’impression d’y être bien trop petite, je croise les mains, triture mes doigts et m’agite légèrement. Je sais que c’est dangereux, je sais que tout le monde s’inquiète, je sais que ça n’est pas bien.
Mais je n’y arrive pas.

- Ecoute, un traumatisme comme tu as eu, ne s’efface pas comme ça. Il va te falloir énormément de temps et ça, ça n’est pas grave. Chacun gère son stress et ses angoisses comme il le peut. Ce qui t’es arrivé n’est pas anodin, je veux m’assurer que tu ne culpabilise pas de ce qu’il t’arrive.

Il me connaît tellement par cœur que je n’ai pas besoin de parler, juste de le regarder comme je le fais, larmes aux yeux. J’acquiesce, silencieuse.

- En revanche, il faut que tu essayes de manger un peu plus. Je vais te prescrire des vitamines et des compléments. Il remplit une ordonnance d’une écriture brouillonne mais qu’on arrive plus ou moins à déchiffrer. Concernant tes repas, tu peux essayer de les fragmenter. Par exemple, au lieu de te cantonner à trois repas par jours, tu peux tenter d’en faire six en petites quantités.

Je l’écoute, attentive cette fois face à cette nouvelle méthode qui ne m’était pas venu à l’esprit.

- Prépare toi-même tes repas ou regarde ton père ou Moïra faire s’il le faut, quelque soit l’astuce utilisée, n’hésite pas à en user si cela peut te permettre de manger correctement. D’accord ?
- Oui Docteur.

Nous continuons la discussion, sur moi, Riley, et encore un tas de chose pour essayer de rendre tout ça moins dramatique, moins affligeant. Comme ils le font tous.
Et c’est mieux comme ça, pour essayer de m’extirper de cette bulle de coton qui s’est mué en une bulle étouffante, oppressante.

Le trajet en voiture se fait en silence jusqu’à la maison et je me souviens que le seul réel effort que j’ai fourni pour manger décemment, date de l’anniversaire de Riley où je me refusais de ne rien lui gâcher. Pas pour un jour aussi important. La voir sourire m’aide à voir plus clair.

- Chérie.
- Hm ?

Je tourne la tête vers papa, me rendant compte que nous sommes arrivé et que la voiture est à l’arrêt. Je ne l’avais même pas remarqué.

- Est-ce que tu veux retourner à l’école ?
- Oui !
- Sérieusement Charleen. Je sais que j’ai toujours mis un point d’honneur à ce que tu suives scrupuleusement les cours mais  là… Je ne t’obligerais pas à y retourner.
- Je sais papa…

Je ne sais pas quoi lui dire d’autre, ni si je dois lui parler de cet éternel doute à savoir si j’y retournerais ou non. Je ne me vois pas arrêter mes études mais l’idée même de remettre un pied à Poudlard m’angoisse. Entre les cauchemars et la peur panique de me retrouver de nouveau empoisonnée, j’ai du mal à faire être lucide avecmes propres peurs.

Je sens son bras m’entourer les épaules et me laisser aller contre lui, me blottissant un instant contre son torse.
Combien de fois ais-je espérer avoir mon père contre moi lorsque j’étais à l’infirmerie ? Combien de fois ais-je pleurer son absence ? Je le serre un peu plus contre moi, celui qui a toujours été là pour moi, celui qui a été mon principale piller lorsque maman est morte et que nous nous sommes retrouvés uniquement tous les deux.




Samedi 18 Avril - Milieu d'après-midi

- Ethan arrive quand ?
- Il va arriver, je vais le chercher dans le centre ville.
- Tu es sûre que tu ne veux pas que je te dépose Charleen ?
- Non non, marcher me fera du bien. Et puis, il fait beau, je préfère en profiter.

Moïra acquiesce en souriant et je grimpe dans ma chambre pour me changer, troquant mon jean pour une robe plus légère où je remarque ma perte de poids dans le tissu qui lâche mes hanches. Je ne m’attarde pas sur ce détail, prend mon petit sac et descend les escaliers, embrassant Riley avant de partir sans manquer de capter son regard. Je sais qu’elle me taquine déjà à l’idée à ce qu’Ethan vienne passer quelques jours ici et je ne peux pas réprimer un sourire enjoué.
L’idée à ce qu’il soit et qu’il vienne un peu à la maison égaie mon humeur autant que mes moments passés en famille ou même avec Riley dehors, entre sœurs. J’arpente quelques rues, me laissant transporter par la vie qui s’y anime, la douceur de la chaleur qui caresse ma peau mais aussi cette nouvelle liberté qui me sépare de mes cauchemars quotidiens. Je sais que tout le monde s’inquiète pour moi mais je leur suis reconnaissant de ne pas faire de tout ça, un drame. Même si s’en est un. Mais j’ai aussi besoin de leur « normalité «  et de réimprimer un quotidien dans ma vie qui me donne la sensation d’avoir changée, en trois chocolats.

Je m’arrête à notre point de rendez-vous, devant une petite librairie spécialisée dans la fantaisie, le fantastique. Et si je lui ai donné rendez-vous ici, ça n’est pas par hasard. Je patiente, croise mon regard dans le reflet de la vitrine et me dit que malgré le soleil, je reste pale, regard creusé mais pourtant, mon sourire reste bêtement présent. Sans que je n’y puisse rien. Tout simplement, sincèrement heureuse de le savoir en route pour venir passer un peu de temps ici, avec moi.
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 739
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Keith / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: Welcome Home - Ethan   Dim 28 Aoû 2016 - 12:15

Les vacances ne furent pas aussi paradisiaques que prévues. Ethan hésita longtemps avant de se décider à partir. Quand l’annonce était tombée, quand on leur avait dit qu’enfin ils pourraient sortir de ses murs et profiter de l’extérieur, le jeune homme avait sombré dans le mutisme. S’il prenait la décision de sortir, cela signifiait affronter ses parents. Et en même temps, s’il refusait de le faire, cela voulait aussi dire qu’il ne les reverrait peut être pas avant un sacré bout de temps. Et malgré tout ce qui avait pu se passer, cette idée lui faisait horriblement peur. Et puis, ils s’étaient promis avec Charleen de passer au moins un peu de leurs vacances ensemble. Le bleu s’était donc enfermé dans sa bulle pour réfléchir. Assis sur son lit, les rideaux tirés pour que personne ne vienne le déranger, il cogitait, tournait les choses dans tous les sens possibles. Voir son père… Il n’en avait qu’en partie envie. Le contact de sa mère, malgré la colère du mensonge, lui manquait cependant terriblement. Il avait l’impression qu’il n’y avait pas de bonne solution. Que c’était impossible de trouver une réponse qui lui conviendrait complètement. Il était coincé. Il aurait dû s’en douter pourtant, cette situation l’avait toujours coincé…

Un sac sur le dos, un autre en bandoulière, Ethan attendait le cœur battant au niveau du portoloin. Alors qu’il s’approchait terriblement du moment fatidique, il recommençait à douter. N’étant pas sûr de prendre la bonne décision, de suivre la bonne direction. Pourtant, quelque chose le poussa à attraper cette casserole et à se retrouver en moins de temps qu’il ne fallut pour le dire dans les rues de Liverpool, enfin, dans un café sorcier situé proche de chez lui. Ethan en sortit et quand il vit les rues de sa ville natale son cœur se serra. Et puis, il s’approcha de son immeuble, poussa la porte d’entrée et monta les deux étages plus lentement qu’à son habitude. Quand il fut enfin devant la porte, il prit une grande inspiration et sonna. La porte s’ouvrit sur le visage tourmenté de sa mère.

~Samedi 18 avril ~

Toute la famille est assise autour de la table. Joshua boit son café, ou plutôt le cinquième de la journée. Anna fixe son fils, toujours aussi perturbée. Ethan quant à lui, s’évertue à regarder la nappe légèrement tâché par le repas qui venait de s’achever. Cela faisait maintenant 5 jours qu’Ethan était arrivé et le sujet fatidique n’était jamais tombé. Ils avaient parlé des heures de colles qu’il avait récolté, du fait qu’il se renferme sur lui-même, de son séjour chez Charleen mais pas du reste. Pas du plus important. Son père avait tenté plusieurs fois d’aborder le sujet mais le bleu refusait littéralement d’écouter et trouvait toujours un moyen de se soustraire. Cette fois, alors que le silence s’était installé entre eux depuis de longues minutes, Ethan se leva et se dirigea vers sa chambre. Il ne fut arrêté dans sa progression que par la voix suppliante de sa mère.

« Ethan mon chéri, s’il te plait…  

- Tu ne peux pas partir comme ça alors que nous n’avons toujours pas pu discuter. »

La voix de son père était tout aussi tremblante. Le choc d’en apprendre plus sur son autre fils peut être et de voir celui qu’il avait vu grandir lui glisser entre les doigts. Mais Ethan avait beau avoir été avide de réponse, il n’y arrivait pas. Il avait cru qu’il finirait par en discuter, par poser toutes les questions qui tournaient dans sa tête à son père. Mais non. A chaque fois que le sujet s’approchait, il se murait dans le silence. Cette fois encore, il se contenta de fixer ses pieds pendant quelques secondes puis reprit la route vers sa chambre. Il entendit le soupir de désespoir de son père mais cela ne l’empêcha pas de fermer la porte derrière lui. Il attrapa alors un sac et se mit à ranger mécaniquement dedans ses affaires pour son séjour chez Charleen. Il ne pensait plus qu’à ça. Il avait besoin de prendre l’air, de quitter cette maison et de pouvoir respirer à nouveau. Quelques vêtements, une trousse de toilette et quelques uns de ses beaux livres de contes qu’il voulait lui montrer. Une fois son sac fait, il se décida enfin à ressortir de sa chambre. Joshua était toujours à la même place mais cette fois il fumait une cigarette. Assez rare qu’il le fasse dans la maison. Ethan fronça le nez mais ne dit rien. Anna s’approcha de son fils et sans lui laisser le temps de riposter, elle le prit tendrement dans ses bras. Il ne la repoussa pas. Resta simplement quelques instants avant de se dégager.

« Prends soin de toi et envoie-nous un message quand tu es bien arrivé s’il te plait. »

Ethan ne répondit pas et sortit de l’appartement. Cette ambiance était plus qu’étouffante et les cinq jours qu’il venait de passer n’étaient pas aussi merveilleux qu’il aurait aimé. Qu’importe. Il se rendit finalement au café magique où il était arrivé et se dirigea vers leur cheminé. Ils avaient un lien avec Glasgow, ce qui serait plus pratique pour voyager. Avec l’aide de la poutre de cheminette, Ethan se retrouva donc rapidement à destination. Après plusieurs minutes à errer dans la ville, il trouva finalement le point de rendez-vous. Une librairie. Charleen était déjà devant et pour la première fois depuis des jours, l’adolescent afficha un faible sourire.

« Hey… Comment tu vas ? »

Question habituelle et pourtant pas aussi simple que ça. Il était évident que Charleen avait perdu du poids et que son visage n’était plus aussi lumineux que d’habitude. Depuis son empoisonnement, elle n’était pas au top et il espérait comme beaucoup que son séjour chez elle lui redonnerait des forces. Mais malgré tout, elle semblait plus heureuse. Il verrait bien ce qu’elle lui dirait mais pour l’instant, il avait surtout envie de profiter.


« Elle a l’air incroyable cette librairie… Je suppose que tu as choisi qu’on se retrouve ici exprès ? »


Autant dire que ça paraissait plus que logique. Le regard d’Ethan se perdit d’ailleurs déjà dans les vitrines. Il voyait des livres qu’il connaissait bien, d’autres qu’il avait toujours rêvé de feuilleter. Enfin il se sentait bien. Là, avec Charleen à ses côtés, dans son univers. Les vacances allaient enfin pouvoir prendre un tournant différent, il l’espérait sincèrement. Sans préavis, il chercha alors la main de Charleen qu’il attrapa doucement et la serra, continuant toujours d’observer la vitrine de la librairie. C’était tout ce dont il avait besoin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 819
Date d'inscription : 30/10/2013
Crédits : Moonic
Double Compte : Kezabel & Mateo & James & Leiv & Will & Margo & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2425-charleen-s-thomson-the-world-i
MessageSujet: Re: Welcome Home - Ethan   Ven 9 Sep 2016 - 12:50



Welcome home
Ethan & Charleen

Je patiente tranquillement, profites des couleurs qui se présentent face à moi et de l’air doux de Glasgow. Les magazins, les rues, les cafés, sont animés de monde, de vie, d’un souffle que j’ai failli perdre il y a quelques jours. Tout ça me fait un bien fou et m’aide à couper avec cette peur latente et permanente qui me hante chaque jours.
Mon regard se glisse de personnes en personnes, essayant d’identifier Ethan, trop impatiente de le voir. J’ai la sensation que les secondes ne découlent pas assez vite, partagée entre le stress et le bonheur sincère à l’idée de retrouver mon ami.
Ami ? Je ne sais plus très bien.
Je crois que je me fais une raison, sur la nature de mon acte de la dernière fois, lorsque je l’ai embrassée mais aussi sur le fait qu’il ne m’a jamais rien dit de plus. Rien. Pas un mot, pas une réaction.
Peut-être que tout s’arrêtera là, désormais et si cela me permet de ne pas perdre celui qui est avant tout un ami cher à mon cœur alors… je m’y plierais.

Mon regard capte un mouvement sur ma droite et je le reconnais, là, qui se glisse entre la petite foule touristique.
Il me sourit faiblement et moi je le prends dans mes bras, le serre contre moi, heureuse de le voir ici. Je n’étais pas certaine que ses parents accepteraient de le laisser venir, ni même si Ethan l’aurai voulu. Je sais à quel point il n’aime pas tellement déranger son quotidien mais je suis contente de le voir là.

- Hey… Comment tu vas ?
- Bien et toi ? Tu passes un bon début de vacance ?

Sa présence me fait déjà du bien, me soulage, m’apaise. Il y a quelque chose chez Ethan qui me réconforte, qui me donne l’impression que les choses s’arrangeront. Je retrouve ce même genre de sensation lorsque je suis auprès des miens, de Riley mais Ethan, c’est différent. Il m’apporte le réconfort de la part d’un ami.

- Elle a l’air incroyable cette librairie… Je suppose que tu as choisi qu’on se retrouve ici exprès ?

Je lui souris, laissant échapper un léger rire alors que je me tourne vers la librairie en question. Je m’apprête à lui répondre mais mon souffle se coupe, juste une demi-seconde, alors que sa main se glisse dans la mienne, sans préavis.
Perturbée, je sens une douleur agréable se diffuser dans mon ventre alors que mes joues rosissent légèrement. C’est pourtant un geste naturel entre nous… Alors pourquoi me sentir aussi intimidée ? Peut-être parce que nous sommes à l’extérieur de Poudlard et que tout me semble différent, presque hors du temps.
Pour preuve… je me souciais même de savoir si je serais assez jolie aujourd’hui, avant de le voir…

- Oui, je voulais t’y amener. Elle est spécialisée dans les livres fantastiques et fantasy. J’y suis déjà aller quelques fois et je me souviens qu’ils avaient des livres avec des couvertures magnifiques… Je me suis dis que ça te ferait plaisir d’y faire un tour.

Mes doigts serrent les siens alors qu’ils sont noués et je me rapproche légèrement de lui.

- Tu veux y aller maintenant ou tu préfères aller faire un petit tour avant ? Pour que je te fasse visiter Glasgow ! Enfin, juste une petite partie histoire de ne pas te gâcher la surprise dès le premier jour.

Envoler la peur de manger, envoler la peur tout cours. Juste pour quelques instants.
Ce bien être qui se diffuse me fait penser à celui que j’ai ressenti lorsque je suis venu dormir avec Riley il y a quelques jours à peine. Je me sentais comme dans un cocon, une bulle de chaleur, de paix et de sécurité. Comme si plus rien ne pouvait arriver d’autre.
Alors je me focalise sur l’instant présent, bien décidé à en profiter. J’ai besoin de tout ça, de lui, d’eux.

- Alors raconte moi, comment ce sont passés les retrouvailles avec tes parents ? Tu as prévu de faire quelque chose le reste de tes vacances ?
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 739
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Keith / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: Welcome Home - Ethan   Mer 14 Sep 2016 - 12:00

Est-ce qu’Ethan passait un bon début de vacances ? Autant ne pas répondre à cette question. Parce que maintenant ça allait. Jusque là ces vacances n’étaient clairement pas idéales mais en cet instant il se sentait bien, heureux d’avoir retrouvé Charleen, de pouvoir changer d’air. Alors il préférait ne pas répondre à cette question, pour ne pas décharger sur elle de la mauvaise humeur liée à tant d’autres choses. Il voulait que ce moment leur appartienne un peu. Alors il avait pris sa main, sans trop se poser de questions. Parce qu’en cet instant c’était ce qui lui avait paru être le plus naturel. Bien sûr, il n’avait pas remarqué ce que cela avait provoqué chez la jeune femme. Ethan était déjà en train de regarder la vitrine de la librairie et de fait, il n’avait pas vu que ce simple geste avait plus de sens que ce qu’il visualisait. Cela lui paraissait tellement naturel, tellement simple. D’ailleurs, quand Charleen reprit la conversation, ce fut comme lui si seulement quelques micros secondes s’étaient écoulées. Parce qu’en cet instant il se sentait si bien que le temps lui glissait dessus. Ethan tourna donc doucement la tête, hochant la tête en écoutant son amie. Un sourire était même venu se dessiner sur ses lèvres. Déjà il imaginait la multitude de livres magnifiques qu’il pourrait trouver à l’intérieur. Indépendamment de sa volonté, ses yeux pétillaient déjà rien qu’à cette idée.

« Tu as vu juste ! »

Et il n’en était pas surpris. Charleen était la seule à le connaître vraiment, à comprendre comment il fonctionnait, ce qui faisait briller son regard en quelques secondes seulement. Bien sûr, il y avait Jordane aussi avec qui il avait partagé sa passion pour les livres mais… C’était différent. Autant dire que la situation n’était pas encore simple du point de du jeune homme en tout cas. Même s’il commençait à agir un peu plus naturellement. Enfin autant qu’il en était capable… Ethan décolla de nouveau son regard de la vitrine lorsque Charleen lui demanda ce qu’il voulait faire en premier. Au fond, il avait terriblement envie d’aller dans la librairie mais s’il craquait pour des livres, il serait chargé pour la balade et puis… S’ils se baladaient ce serait plus simple pour discuter. Allez Ethan, fais un petit effort et comporte-toi comme un grand garçon qui sait patienter !

« On peut déjà aller faire un petit tour. Je veux bien découvrir tes capacités de guide touristique. »

Mais dites-donc, ne serait-ce pas une blague ? Preuve qu’Ethan venait de se détendre complètement. Après avoir vécu sous pression avec ses parents pendant tant de jours, là il se sentait vraiment bien. Il se mit donc en route, suivant scrupuleusement Charleen, sans avoir lâché sa main d’ailleurs. Il ne vit même pas les regards amusés, attendris qui se posaient sur eux. Parce qu’il était complètement ailleurs. Lui qui observait d’habitude, vivait réellement cette fois. Charleen osa alors lui parler de ses parents et une légère ombre passa sur le visage d’Ethan. Il avait envie d’en parler avec elle mais c’était plus fort que lui, le simple fait d’y penser lui retournait l’estomac. Cette ambiance glaciale… Le fait qu’il n’arrivait même plus à regarder son père en face. Jamais il n’aurait pensé qu’une chose pareille pourrait lui arriver. Même avec sa mère c’était tendu. Alors que sa mère et lui… C’était une relation tellement fusionnelle.

« On peut pas dire que ça ce soit très bien passé… Je… J’arrive pas à leur parler. »

Et pourtant, ils essayaient. Ethan avait beau être clairement de mauvaise foi dès qu’un sujet le prenait aux tripes comme de la sorte, il constatait bien, au fond de lui, que ses parents cherchaient désespérément à établir le contact. Ils ne supportaient pas de voir cette fracture s’installer avec leur fils, c’était indéniable. Le problème était pourtant clair : Ethan n’arrivait pas à passer outre. A se dire que ses parents méritaient qu’il parle au moins. A chaque fois qu’il essayait, il se sentait comme étouffer et la colère reprenait le dessus. Cette rage sourde qui l’aveuglait depuis maintenant des semaines le rendait incapable de leur parler sans hurler ou sans afficher un profond mépris.

« Je sais même pas si j’ai envie de retourner chez moi… »

Ethan avait soufflé ces mots à voix basse. Comme si le simple fait de les prononcer était trop dur. Il n’arrivait pas à croire qu’il disait un truc pareil. Il se souvenait de son enfance, comme il avait pu être accroché à sa mère au point d’en être jaloux des enfants de son école. Et maintenant… Quelques larmes lui montèrent aux yeux et il prit une grande inspiration. Son regard s’accrocha alors, presque désespérément, aux bâtiments autour de lui. Cette ville était bien plus belle que Liverpool. La main de Charleen dans la sienne était douce et chaleureuse. Il ne devait pas gâcher ce moment et penser aux bonnes choses. La jeune femme portait déjà tant de choses sur ses épaules…

« Et toi, ça t’a fait du bien de revenir chez toi ? »

La question n’était peut être pas posée de la manière la plus délicate possible mais Ethan était tellement perturbé et déjà peu doué en temps normal… Il s’inquiétait vraiment pour Charleen. Cela se voyait qu’elle avait perdu du poids, déjà qu’elle n’était pas épaisse de base… Et puis, il se souvenait de ce traumatisme qu’il avait pu lire dans ses yeux à l’infirmerie. Il resserra alors un peu sa main dans la sienne. Peut être qu’il cherchait à être rassurant ? Bienveillant ? Sans doute. Il ne savait pas réellement comment faire alors il suivait son instinct.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Welcome Home - Ethan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Welcome Home - Ethan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La parabole des ténèbres - partie 3 [Ethan]
» Ethan Mazon [terminée]
» Ethan Fever - La folie est un art {OK}
» Fan club Chi sweet home ! SWEEEEEET ! =D
» Mélodies du soir, alchimie des passions [Ethan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Surroundings :: Autres.-
Sauter vers: